Le clans des mouettes

ainsi est la force.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Le Rien, la Nudité, Y'becca, La Laïcité et le Néant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
yanis la chouette



Nombre de messages : 7490
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: Le Rien, la Nudité, Y'becca, La Laïcité et le Néant   Ven 26 Aoû à 2:48

Le rien est quelque chose. Mais quelque chose n'est pas rien..." http://desencyclopedie.wikia.com/wiki/Th%C3%A9ories_du_Rien Un rien peut être un sourire... Je vous propose de travailler sur cette page et vous apportera ce rien qui est si précieux dans la solitude.

Théories du Rien
Aller à : Navigation, chercher
« Rien ne me rend heureuse... »
~ Vanessa à propos de sa vie sentimentale.
« J'ai souvent étudié le concept philosophique qu'est le rien. Malheureusement, Je n'en ai rien tiré. »
~ Sacha Guitry à propos de la philosophie.


Nous allons ensemble essayer de comprendre le sujet passionnant suivant: Qu'est-ce que le rien !

Par qui le rien a-t-il été créé ?

Le rien n'est pas arrivé là par hasard, il a forcément été créé. Vous connaissez-tous le proverbe: On n'a rien sans rien. Supposons que Dieu était là depuis toujours (Ne cherchez pas à savoir pourquoi, Big Brother et les Inquisiteurs me surveillent) . Un jour, peut-être s'est-il dit: "Pourquoi ne pas aller dans le rien?". Il trouva ça un peu vide et le remplit de conneries.
De quoi le rien est-il composé ?

Ben oui, s'il n'y avait rien dans le rien, on ne l'appellerait pas rien, il n'aurait tout simplement pas de nom et n'existerait pas. Logique. Nous savons que le rien est infini. Donc, il n'a pas de limites, et nous pouvons affirmer que Le rien est immense. Mais si il est si grand que ça, pourquoi l'appelle t-on rien? Vu qu'il est immense, nous pouvons imaginer que le rien est composé de plein de petits riens, eux-mêmes composés de petits riens, eux-même composés de terriens et d'acariens.
Pourquoi le rien est-il infini ?

Tout ce qui n'existe pas est rien. Et comme une infinité de choses n'existe pas alors le rien est infini. Simple, non?
À quoi ressemble le rien?

Il est difficile de représenter le rien. Une image toute blanche ou noire ne serait pas le rien, puisque les couleurs sont quelque chose. Les photos ne marchent pas non plus, puisque le rien serait caché par la lumière du flash! La dÉsencyclopédie est donc dans l'impossibilité de vous fournir à vous, lecteur courageux, une photo du rien.
Où est le rien ?

Nous avons démontré plus haut que le rien était immense, peut-être même infini. Or, l'infini lui même est infini. Donc, nous pouvons écarter la possibilité que le rien soit contenu ou contenant. Si un des deux n'était pas infini, il serait forcément dans l'autre. Logique. Mais, vu qu'ils sont tout les deux infinis, nous pouvons affirmer que Le rien est l'infini.

Les maths avec le rien
Question.png
Saviez-vous que...
le nombre 0 qui symbolise le rien a été découvert après Pi?

Infini-Infini=? Rien, tout simplement, réfléchissez, voyons.


Infini-Rien=? Rien, puisqu'Infini-Infini=Rien, et que nous avons démontré plus haut que Rien=Infini.


Rien+Infini=Infini X 2


InfiniXRien=InfiniXInfini

Note:Le rien n'est pas négatif, car sinon il serait moins que rien.
Le rien dans la vie courante

La langue française est particulièrement cruelle avec le rien. Enfin, les français parlent du rien sans savoir qu'il est infini.

Par exemple:

-Merci!
-De rien!

C'est complètement con de dire ça! Ça veux dire en clair:

-Merci!
-Heureusement que tu me le dis ! T'as pas imaginé tout ce que j'ai dû faire pour toi, crétin !


-Tu parlais de quoi avant que j'arrive?
-De rien.

Si vous répondez ça, vous étiez sûrement en train de parler de l'évolution de l'équipement enzymatique de la cellule musculaire active contribuant à l'amélioration des performances était aussi relative que la plénitude de l'absolu dans la dialectique kantienne s'obscurcissant comme une balle dans une caverne allégorique.

-Ça t'as coûté cher?
-Bof, trois fois rien.

Attention, en français, trois fois rien est plus que rien! Vous pouvez acheter des merdouilles pour trois fois rien, mais avec rien, rien du tout. Voila dÉmontrée l'incompatibilité du français et des maths.


-Merci c'est un super cadeau!
-C'est juste un petit rien!

Attention, les petits riens sont des riens mais plus petits contenus par le rien, ils sont donc inférieurs au rien.

-Tu me trouves comment?
-Tu ressembles à rien !

Cette expression est une insulte dans la langue française. Mais en physique, on ne sait pas à quoi le rien ressemble.

-J'ai rien fait!

Qui a découvert le rien ?

Comme nous allons le voir dans ce qui suit, l'existence de quelque chose pouvant être quelqu'un, à l'origine du rien est improbable mais pas nécessairement. Toutefois, le rien n'existant ni en soi, ni pour soi ( en accord avec la pensée Marxiste de l'existence sociale des classes ), il ne peut être rattaché à une autre racine que lui même. Nous le verrons par la suite, comprendre "rien" est incompatible avec la pensée anti-existentialiste.
[modifier] "Le rien est quelque chose. Mais quelque chose n'est pas rien..."

Le rien est quelque chose. Avant toute affirmation hâtive, il est nécessaire de comprendre le sens de "quelque chose" dans son entière acceptation. Nous nommons "quelque chose" un élément constitué de sa propre entité, pouvant être matériel ou non. Il s'agit donc de "quelque chose" lorsque nous prêtons une existence réelle ou hypothétique à un élément non nommé.


" - quelque chose m'est arrivé". L'individu amnésique qui cite la phrase précédente affirme l'existence d'un élement, ici événement, dans une considération réalistique, tant bien même que l'existence propre de cet événement n'a pas lieu dans la réalité. Ainsi, bien qu'on affirme l'existence de "quelque chose", celui-ci est donc par nature improbable - ou sans existence sociale apparente , pour respecter les préceptes Weberien - étant le plus souvent inexistant, soit rien.

Ainsi nous le comprenons clairement, quelque chose n'est pas rien au sens existentiel, mais à de grandes chances de n'être que rien dans la réalité (Nous partirons ici d'un conception existentialiste de la vérité postulant l'existence d'un centre, pivot de la réalité. Un regard anti-existentialiste, sur la question du rien, postule sa (non-)réalité omniprésente. Nous ne pourrions donc faire cette étude à travers le prisme anti-existentialiste.). Par là donc, nous voyons comment "quelque chose" n'est pas rien, tout en comprenant sa propre réalisation.

" - Mais alors comment rien peut-il être quelque chose, si "quelque chose" n'est pas forcément rien? Cela signifie-t-il que rien peut ne pas être lui même? (car si quelque chose EST rien, alors rien N'EST rien, et n'a pas d'existence lui même, et tout serai faux!) -Point du tout répond le professeur attentif! Rien dans sa perspective d'infini demeure quelque chose, tant bien même s'agirait-il de rien, au sens d'inexistence! Cela expliquerai que l'infini n'est rien , et vient confirmer les articles précédents, démontrant que rien=infini.

Un exemple s'impose: "Un homme politique prétend qu'il n'y à rien, que tout va bien...."

-L'auditeur tatillon, remarquera bien le "rien" de la phrase. Nous comprenons bien vite, la réalité qui se cache ici, et l'infinité de secrets qui se dissimulent dans cette phrase habilement tournée".

Plus compliqué: "Une personne studieuse s'est renseigné sur le rien, il va frimer dans les salons, en tenant de long discours inutiles sur l'existence improbable de l'infini, celui-ci pouvant être rien comme pouvant ne pas l'être. Et tant bien même ne respecterai-t-il pas les grands préceptes Weberien, ses collègues éblouis lui accorderons une large respectabilité scientifique. -À ce moment un finaud arrive, et prétend que notre savant personnage n'a rien dit, puisqu'il vient de dire quelque chose. Face à la contradiction, la respectabilité semble prendre fin. La solution est alors simplement de reprendre ce dernière exemple. Arrivé à ce point, rétorquer que "si le rien est infini -comme tout le monde le sait - (ceci convaincra l'assemblée stupide dans laquelle vous trainez), la composante de la théorie exposée précédemment, comprend bien évidement l'entière explication de ce qu'il peut être lui même. C'est à dire ce qu'est le rien ainsi que l'explication qui en démontre son (in)existence. De fait, tant bien même je n'aurai rien dit, j'en aurai trop dit." Le contradicteur en dépit de son faible taux de connections neuronales, comprendra qu'il n'aurait dût non ne rien dire, mais aurait dût dire rien. Étant d'une constitution semblable à la sienne, notre savant interactivo-virtuel, comprend qu'il en aurait mieux été valu pour lui même.

Merci à Nicolas le jardinier pour son aide précieuse, et sa fille Marie-Jeanne.
[modifier] La démonstration de notre expert, Kévin

Le ri1 c ri1 paske c ri1 lol^^
Comment détruire le rien ?

Maintenant que le rien a détruit votre vie et que vous avez fait 2 tentatives de suicide ratées, vous voulez sûrement détruire le rien, après tout ce qu'il vous a fait endurer.
Étape 1
Trouver le rien (C'est l'étape la plus difficile, je l'avoue.)Étape 2
Mettre n'importe quoi dedans, comme votre femme ou votre voisin qui vous fait chier.

Étape 3
Le rien n'est plus rien puisque vous avez mis quelque chose dedans, mais il vous reste du travail, car le rien est infini, et l'infini, c'est grand. Voilà vous savez détruire le rien. Merci qui?


À quoi sert le rien ?
Tout simplement a rien !:-) .
mais
Dans une phrase, il peut avoir un rôle de pronom, de nom ou d'adverbe.

Dans l'Art moderne et dans l'Art contemporain
Les artistes du XXe se sont risqués à « rien ». Marcel Duchamp ouvre la voie en 1917 à New York, en proposant d'exposer sa Fontaine, un objet sur lequel il n'a rien fait. Yves Klein organisera en avril 1958 à la galerie Iris Clert à Paris une exposition où il n'y aura rien à voir. Les artistes Hauser, Aloïse, Van Genk, Wölfi, Borneyvski travaillent ou ont travaillé « sur rien ». 4′33″ est un morceau de musique de John Cage où l'on ne joue rien pendant quatre minutes et trente-trois secondes. Au Centre national d'art et de culture Georges-Pompidou l'exposition « Vides, une rétrospective » qui s'est déroulée du 24 février au 24 mars 2009 a présenté une série de galeries où il n'y avait absolument rien.

Apparition en littérature

On a reproché au roi Louis XVI d'avoir écrit dans son carnet de chasse en date du 14 juillet 1789 le seul mot Rien2.

Il a été étudié par l'humoriste Raymond Devos dans « Parler pour ne rien dire » :

   « [...] si on peut trouver moins cher, c'est que rien vaut déjà quelque chose !
   On peut acheter quelque chose avec rien ! En le multipliant !
   Une fois rien... c'est rien !
   Deux fois rien... c'est pas beaucoup !
   Pour trois fois rien on peut déjà acheter quelque chose !... Et pour pas cher ! »

« Rien » est aussi la réponse à une devinette qui circule beaucoup depuis le début des années 2000 (notamment dans la série de livres sur les dieux de Bernard Werber) :

   « Qu'est ce qui est mieux que Dieu,
   pire que le diable,
   les pauvres en ont,
   les riches en ont besoin,
   si on en mange, on meurt ? »

Utilisation adverbiale

Comme adverbe, rien peut signifier « seulement » :

   « Tu peux prendre une part du gateau, rien qu'une ! » (à dire à un(e) gourmand(e) si l'on veut qu'il en reste pour les autres)
   « Qui est-ce ? Oh, ce n'est rien que toi ! »

voire « très », comme dans :

   « Il est rien beau » ( Il est très beau)

Contexte religieux

Citant l'Actes des Apôtres 9:8 :

   « Saul se releva de terre, et, quoique ses yeux fussent ouverts, il ne voyait rien; on le prit par la main, et on le conduisit à Damas. »

Où Dieu venait de s'adresser directement à Paul de Tarse, tombé à terre d'émoi, afin qu'il cesse sa persécution des Chrétiens, Maitre Eckhart écrit1 :

   « Paul fut relevé de terre, et ses yeux ayant été ouverts, il voyait rien. »
   Il me semble, que ce petit mot (le rien, le néant que voit Paul) a quatre significations :
   • La 1ère : quand il se releva de terre, les yeux ouverts, il vit le néant et ce néant était Dieu.
   • La 2e : lorsqu'il se releva, il ne vit rien d'autre que Dieu.
   • La 3e : en toutes choses, il ne vit rien d'autre que Dieu.
   • La 4e : quand il vit Dieu, il vit toutes choses comme un néant. »

Utilisation nominale

En tant que nom (masculin), rien voit sa signification diminuer, puisqu'il représente « une chose de peu d'importance, une bagatelle »:

   Un rien l'habille (ou un rien ne l'habille)
   Être dérangé pour un rien
   Ils se disputent pour des riens
   De nos jours, ce n’est pas rien de concilier le travail et la vie de famille (c'est un exploit diront même certains)

Utilisation pronominale

Par son utilisation récurrente avec l'adverbe négatif ne, le pronom indéfini rien a pris en français moderne le sens négatif de « nulle chose » :

   « Je n'ai rien à vous dire. »
   « Le témoin n'a rien vu. » (il n'a vu aucune chose)
   « Mais cet homme n'a rien fait ! » (il n'a fait aucune chose)

Mais en dehors du contexte négatif de cet adverbe, il reprend son sens originel de « quelque chose » :

   « Il fut incapable de ne rien dire »
   « Il est parti de rien, de moins que rien ! Le voilà maintenant prospère » (soit une belle progression !)
   « Parler beaucoup sans rien dire d'important » (sans dire quelque chose d'important).


Dernière édition par yanis la chouette le Lun 29 Aoû à 3:44, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 7490
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: Re: Le Rien, la Nudité, Y'becca, La Laïcité et le Néant   Ven 26 Aoû à 2:48

Joseph Nasr est architecte et docteur en philosophie. Il enseigne l'architecture au Liban. Sa pensée sur l'abstraction est née de l'extase face au Carré noir de Malevitch. Pour lui, la philosophie et l'architecture sont la clé de l'osmose qui permet d'accorder un sens à l'existence. Il se consacre à la manifestation du Rien, lui attribuant "substantialité" et "phénoménalité". Il se passionne pour les phénomènes de la destruction, de la disparition, de la ruine, de l'anthropophagie de l'architecture et de la ville.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 7490
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: Re: Le Rien, la Nudité, Y'becca, La Laïcité et le Néant   Ven 26 Aoû à 2:54

En terme de droit de l'homme, elles y ont droit en terme de laïcité, c'est plus complexe que vous croyez. La laïcité est un mode vivre et de coexistence établi par une charte. Cette charte n'est pas les droits de l'homme tout comme tous ce qui est morale n'est pas parole sainte ou égalitaire. Chacun a son âme et conscience. Il y a cette charte, et tous le monde la contexte. Et je trouve cela déplorable de la part de tous ceux qui se lamente pour un peu et un rien auprès de la cour européenne des droits de l'homme. Voilà comment affaiblir la liberté en voulant toujours défendre une forme de communautarisme et ça finira où les plages deviendrons privé et pas uniquement pour telle ou telle personnalité ou industrie. Et je pense malheureusement que c'est le souhait de tous ceux qui rejette l'autre et le statut de Laïcité.

Ecrit de
TAY
La chouette effraie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 7490
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: Re: Le Rien, la Nudité, Y'becca, La Laïcité et le Néant   Ven 26 Aoû à 2:56

Philosophie: Le rien
23 September 2010 • Jean-Paul Galibert

Le rien est ce qui est avant tout. Le chaos infini qui précède et permet toute limite, toute forme et tout mot. Le rien est tout, en un sens, car il est le fond réel et originaire de toutes les choses du monde, l’unité primordiale de l’être et du néant, qui doivent bien sortir du même fond pour être également possibles. Au fond tout revient au même, et ce même, riche de tous les autres également possibles, c’est le rien. Il y a quatre formes de rien, parce qu’il y a quatre voies principales pour la totalité des possibles qui s’ouvrent : être, ne pas être, être et ne pas être, ou ni être ni ne pas être. Ces quatre grands riens sont respectivement l’être, le néant, le monde et le réel.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 7490
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: Re: Le Rien, la Nudité, Y'becca, La Laïcité et le Néant   Ven 26 Aoû à 2:58

L’angoisse sans doute
1

Elle – c’est son nom – venait très régulièrement.
2

À un moment, Elle demande une séance de plus dans la semaine. Elle met en avant son angoisse, certaine – « ce qui ne trompe pas ». Il me semble cependant qu’elle demande cela d’une part comme elle demanderait n’importe quoi d’autre, même de la nourriture quand elle est à l’hôpital – elle est de telle bonne volonté, elle veut aider les soignants à l’aider ; mais parfois Elle se bute – d’autre part, en effet, elle en veut plus, davantage, mais pourquoi ? … Pour plaire. Davantage. Pour venir se loger dans le désir de l’autre ? Pour « devancer » une demande prêtée à l’autre ? Pour calmer l’angoisse, c’est sûr, mais elle parle avec une telle complaisance ; des propos qui semblent si banaux, si factuels et sans vie, insipides mais dits avec une telle bonne volonté – encore – et quelque chose sonne faux, mais quoi et pourquoi ? … Et pourquoi alors une telle préoccupation, la perception d’une vérité tout de même, le saut vers le sauvetage de la part de celle ou de celui qui sera en face ? L’angoisse sans doute. Sans doute. L’angoisse n’est pas le doute, elle est « la cause du doute » dit Lacan. Le doute permet d’éviter l’angoisse. « … ce qu’il s’agit d’éviter, c’est ce qui, dans l’angoisse, se tient d’affreuse certitude. » Alors, oui, intervenir, mettre de l’inter, comme l’anorexique s’est façonnée dans de l’inter, de l’inter-dit, le sien, les règles [ …], les rituels, etc. Inter-venir. « Agir, c’est arracher à l’angoisse sa certitude. » Il y a « un rapport, essentiel à l’angoisse, à l’action [1]
[1] J. Lacan, Le Séminaire X, L’angoisse (1962-1963), édition...
», ce qui permet à Lacan de compléter son tableau dans ce séminaire en posant acting out et passage à l’acte. L’anorexique, comme il est classique de le dire – et de le constater – bouge, fait de la gym, s’agite, s’occupe … Certes. Mais aussi, Lacan encore, dès le début de ce séminaire, demande d’emblée à son assistance : qu’est-ce qui fait que l’angoisse ça se communique, à l’analyste notamment, entonne-t-il … L’anorexique angoisse.
3

Cet en-plus de séance résonne aussi comme tentative de réponse à une impatience, Elle veut « aller vite, guérir vite, se débarrasser vite … » Tentative seulement, tant tout semble voué à l’échec, à la « fausseté », au « c’est déjà joué ». Mais ce peut être aussi le dernier espoir, le dernier saut de vie, qui pourrait rater et alors là … que faire ? Cela peut s’établir ainsi avec n’importe quel patient, mais avec une personne anorexique, le malaise, le doute, né de l’angoisse mais aussi doute du succès, ou la prévision de, prévenir le lâcher-prise du corps, de l’organisme ou les passages à l’acte, doute et malaise se font ici plus prégnants, prenant au creux du ventre.
4

L’anorexique et l’échec. Elle tient bon, mais elle y court, ce qui pour elle fait son succès ! Un échec qui serait d’une radicalité décourageante, ravageante ; perçoit-elle le ko au finish ? « Essayez, monseigneur, moi je tiens bon, je suis … déterminée … » Sans équivoque. Ceci n’est pas vraiment la mise à bas du maître construit et appelé par l’hystérique ; il y a un côté plus dramatique, la jouissance en est moins tonitruante et semble plus orientée vers un masochisme que vers la victoire phallicisée de l’hystérique. Le rapport à l’autre comme au narcissisme, à l’image de soi au regard de l’autre, n’est pas le même. « Malgré » l’appellation de Lasègue [2]
[2] C. Lasègue, De l’anorexie hystérique ; archives générales...
, d’anorexie hystérique, posée dans un contexte d’analyse quasi structurale et étiologique, il existe des distinctions. Certains aspects obsessionnels (rituels, obstination, rigidité, parfois obséquiosité transitoire et « sournoise », « par en dessous », comme me le disait une patiente … méfiance donnant le change avec une composante paranoïaque), ou encore phobiques (de la foule, fut-elle minime, des espaces, de situations, voire alimentaires, bien sûr) peuvent s’y associer, désorientant ainsi un diagnostic précis et univalent, voire monotone.
Pourquoi sont-elles toujours effondrées à l’idée de « dire du mal » de leurs parents ?
5

Elle vient donc pour une autre séance. Elle se dit « vide » ; sans idée ; sans préparation. Elle en est d’ailleurs, au point d’aujourd’hui, contente – ce qui n’aurait pas été le cas il y a quelques semaines … En effet, dit-elle, elle arrive « à en lâcher un peu », « millimètre par millimètre », ajoute-t-elle. Ah, la mesure ! Toujours !
6

Puis elle parle, presque tranquille, elle laisse aller, l’association « libre » ; enfin ! Association libre, ce qui faisait rire Lacan … Disons, association signifiante. Elle sait bien que l’association n’a de libre que ce qui peut jaillir d’imprévu, ce qui peut émerger et se construire qu’elle n’a pas voulu. Elle, là, est contente, et c’est en effet très bien ! Sa parole prend corps ! Elle s’enfonce enfin dans les signifiants de son histoire, elle se les approprie, les interroge, se laisse interroger par eux … Elle semble tranquillement « sincère ». Comme si elle ne l’était pas auparavant. Qu’était-elle, avant ? Qu’était sa parole auparavant ? Une parole de « peu de poids », disait une collègue lors d’une discussion, à propos de la parole des anorexiques. Jolie formule, sur laquelle je reviendrai.
7

Elle laisse aller, même – et surtout – si comme elle dit « aujourd’hui je n’ai pas préparé ; je n’ai même pas de fil … » Elle se dit soulagée, mais prudente, avec précaution. Pas de repères.
8

En effet, elle dit que lorsqu’elle regarde, comme elle l’a fait ces derniers jours, des catalogues de voyage, il suffit pour lever une angoisse terrifiante et persistante, de voir un avion … l’éloignement, encore … les déplacements. Lorsque Elle doit aller parler en public, lors de ses conférences, elle doit prendre l’avion, parfois. L’horreur. L’avion, mais aussi pour ce qui concerne les voyages, elle doit prévoir, longtemps à l’avance, et beaucoup de choses, dont certaines qu’elle ne reconnaît utiles que pour apaiser l’angoisse. Ce qui est beaucoup.
9

Un avion …
10

« Je ne sais pas si ça a à voir … peut-être mais … » Elle parle de la première fois où elle a eu peur, ou plutôt où elle a été dérangée, pour le moins. Elle avait 17 ans. La première fois aussi où elle a pris l’avion … les pleurs, l’angoisse, la phobie … Elle a pleuré dans l’avion … Beaucoup. « Je ne sais pas pourquoi ! » … Pourtant, elle allait voir, elle allait rejoindre son premier petit ami … « Ç’aurait du être heureux ! » …
11

Son père l’avait amenée à l’aéroport … Première vraie séparation, elle prend l’avion seule, son père reste derrière la vitre de l’aéroport. Elle est toute-seule dans l’avion, elle pleure. Panique. À l’arrivée, le petit ami l’attend avec ses parents. Il ne lui ouvre pas les bras : il ne l’aime plus ; ils se séparent, sont déjà, dit-il, séparés ! Elle reste cependant comme prévu les trois semaines, dans ces conditions, l’ex petit ami avec sa nouvelle petite compagne, celle-ci réside dans sa ville du soleil, Elle prise en charge – « latéralement » dira-t-elle, « à côté » – par les parents du garçon. Puis retour. Avion. Seule. Horreur. À l’arrivée, le père n’est pas là, il a envoyé un collègue ; Elle vomit.
12

Mais, dans l’entretien, à la question : « C’était de quitter votre père, et votre mère, qui vous faisait pleurer dans l’avion ? » Elle répond « Non » tranquillement. « C’était de quitter votre père … pour un autre homme … ? » Elle rougit, se tord sur le divan, « Oui ». « Cette idée, de le trahir, de l’abandonner ».
13

Lorsque, plus tard, elle parle de sa mère, à plusieurs reprises, avec le geste de repousser … « De l’air, de l’air … ! », elle grimace, c’est lourd. Ça pèse. « J’avais envie de repousser, sans cesse repousser. » L’envahissement de la mère. Oui, classique, mais lequel ? Que veut dire cet envahissement ? « Elle demandait toujours, elle était toujours là, à s’inquiéter, à décider, à contredire, à donner un avis qui était comme une injonction, douce mais ferme, tranquille et dure, elle savait qu’elle avait gagné … avant … Mon père souriait ou partait … » Ceci, pour ma part, ne m’éclaire pas beaucoup, ne me semble pas véritablement pathognomonique à soi seul, pas suffisant, mais c’est certainement un constituant. Je demanderai des précisions, plus tard. Mais aussi elle s’arrête souvent, en pleurs, lorsque nous abordons ces questions parentales ; c’est comme si elle « préférait » parler de sa maladie. Parler de ses symptômes, de ses conduites, de ses évitements. J’avais constaté ce même phénomène avec une jeune héroïnomane en analyse, et pas seulement avec elle, avec d’autres toxicomanes aussi. Lorsque l’on abordait les aspects personnels, privés de l’enfance, je ne la revoyais plus, puis elle revenait quelque temps plus tard et parlait de la drogue, du dealer, de son copain, des arnaques, etc. Là ça allait … Toxicomanie, conduite, pas symptôme mais cache-symptôme.
14

Mais, avec Elle, cela se précise. Elle dit : « Je me sens très mal de dire du mal de mes parents ; j’ai l’impression (ce qui sera un progrès par rapport au fait de dire avant : “Je ne veux pas …”) de leur faire du mal … » C’est une grande douleur, physique, et cela se manifeste, par les pleurs, par les traits tordus du visage, par la rigidification du corps. Dire du mal équivaut à faire du mal, mais ce dire du mal apparaît comme très minime, à peine l’esquisse d’une critique, même pas une remontrance … Un point qui l’a fait souffrir, Elle ne veut pas faire du mal à l’autre, l’Autre ; il faut le préserver. Ne pas le trahir, ne pas l’abandonner … Elle dit, parlant de sa mère : « Si je ne suis pas là, elle n’a plus rien. » Curieux renversement, dans l’instauration d’une symétrie du miroir, message non plus inversé mais direct : « C’est elle et moi, sinon plus rien » … Elle est l’objet de complétude, la mère étant son support vital. Jolie phrase dans laquelle apparaissent l’être (pour l’Autre), l’avoir (de l’Autre) et le rien, seule échappatoire … !
15

Souvent, on entend chez ces patientes les mots de la bouche de la mère, « On a tout fait pour toi », cette notion de sacrifice, cette mise en dette, mise en bouche … Parole souvent entendue et répertoriée chez les parents de psychotiques, mais là encore cela ne suffit pas, ne semble pas pathognomonique, pas spécifique. Un travail de recherche clinique reste à faire : pourquoi cette parole a des destinées différentes ? Car elle a, cette parole, un impact. Elle s’insère dans la structure. La mise en dette travaille mais différemment, ici – anorexie, psychose – probablement comme mise en dette réelle, il faut payer par corps. Cette contrainte par corps de l’addiction s’effectue encore différemment pour le psychotique. L’anorexique s’y plie, ou plutôt y est pliée, la tentative d’échappement se porte sur l’alimentaire, son refus, ou plutôt son choix forcé, s’y concentre, s’y obsède. Le psychotique y est déstabilisé dans son imaginaire au niveau des mots, il fuit dans cette « liberté » de la folie.
16

Elle présente la particularité, intéressante cliniquement, d’associer à l’anorexie une phobie mal installée [3]
[3] Cf. aussi J.-L. Chassaing, Poire d’angoisse et phobie-limite...
, une angoisse qui cherche son apaisement. Ce n’est pas rare mais ici patent. Les limites du corps et celles dans l’espace vont de pair, pas ensemble mais de pair … Pas de façon parallèle, mais je lui pointerai à chaque occasion cette ressemblance. Lorsqu’elle voyage, ainsi que je l’évoquais ci-dessus, elle doit repérer hôpital, postes de police, proximité de l’aéroport, etc., soit baliser l’espace. Partir loin est une terreur, un effort considérable, une lourdeur, pour elle et pour son entourage. S’alimenter nécessite un cérémonial, repérage des « bons » aliments, des « mauvais », pesée du corps, place du corps dans les espaces, des aliments dans le corps. Aussi se méfie-t-elle, à juste titre selon moi, de ces associations – « libres » – lors de nos entretiens : « Je n’aime pas … cela me fait avancer mais j’ai peur … cette jungle des associations » … où peut-elle l’amener en effet ? « J’ai peur de l’inconnu … » Elle est dans les restrictions, alimentaires, et dans le « ne pas aller trop loin » …
17

Comme l’évoquait Charles Melman [4]
[4] Intervention lors du colloque de l’Association lacanienne...
, la conduite de l’anorexique peut cliniquement être rapprochée de celle de quelqu’un qui est en addiction. C’est bien ainsi qu’Otto Fénichel (1887-1946), en 1945, sera amené à parler de « toxicomanies “sans drogues” », à propos des joueurs et des troubles des conduites alimentaires [5]
[5] O. Fénichel, « Perversions et névroses impulsives »....
. Il n’était ni le seul ni le premier, mais il a osé le terme, qui fut controversé (notamment par ceux qui ne voyaient que la « réalité » de l’objet et se refusaient à une analyse structurale), avant d’être embarqué dans la certitude universitaire. En effet, les publications et les services font mention de « toxicomanies comportementales », le « comportemental » s’étant substitué au « sans drogue » par trop psychanalytique … ! Mais avant Fénichel, Thérèse Benedek (1892-1977) donnait le cas d’une héroïnomane qui souffrait de trouble des conduites alimentaires [6]
[6] T. Benedek, « Idées dominantes et leurs relations avec...
. Elle-même, d’ailleurs, faisait référence à Edward Glover (1888-1972), un des postfreudiens qui s’attaquèrent courageusement à la question [7]
[7] E. Glover, « L’étiologie de l’addiction à la drogue...
.
18

Elle tente d’inscrire des limites en établissant ses propres limites. Pour reprendre le propos de Charles Melman, l’anorexique serait addict de quoi ? « De ce qui serait au-delà d’une limite qu’elle n’arrive pas à tracer … une limite non définie, ou à laquelle elle pense toujours …, qu’il faudrait toujours manifester, sans cesse, faire surgir, en vérifier la présence [8]
[8] Propos établis de mémoire à partir du colloque ci-dessus...
… » Sans doute le chiffrage, si présent chez l’anorexique, vient-il ici non seulement comme « certitude » de la limite mais aussi, ce qui va de pair, comme faisant la nique au signifiant en son équivocité comme en son irruption du phallique.
19

Ne pas … Ne pas « dire de mal – faire du mal à » ses parents. Dans un texte ancien [9]
[9] R. Gentis, « L’art de mourir de faim », Le Coq Héron,...
, Roger Gentis rappelle des propos de Sheila MacLeod [10]
[10] S. MacLeod, Anorexique, Paris, Aubier Montaigne, 1...
: « J’essayais de résoudre quelque chose, de prouver quelque chose, et à travers le langage de mes symptômes, de dire quelque chose … » « En devenant anorexique, je disais … trois choses au moins. La première était : “Je veux me libérer de toi, mère, mais je me sens coupable d’une telle trahison, c’est pourquoi je ne peux me libérer complètement.” La seconde : “Si je suis moi, je suis en vie ; si je suis toi, je suis morte, et je ne saurais dire quelle est la différence.” La troisième : “Je dois être moi (l’anorexique) car je ne veux pas mourir.” » Mais, là encore, ce n’est qu’une grille de lecture, une constante, insuffisante en soi, elle devrait être repérée, si c’est le cas – et ça l’est souvent –, dans la chaîne signifiante, dans l’histoire individuelle. Elle, et pas seulement elle parmi les patientes que j’ai suivies, témoigne de cette souffrance à dire, à blesser imaginairement (qu’en serait-il de son réel ?) ses parents avec ses propos (à peine …) critiques. « Je n’ai pas le droit de dire cela … » d’eux (il s’agit le plus souvent de la mère). Est-ce seulement la peur de l’abandon, le sien, si elle le faisait ? Il doit y avoir une réalité qui a existé ainsi ; de quelle manière ? Une autre patiente allait jusqu’à dire que, là aussi, question de limites, si elle commençait à dire du mal, elle ne saurait pas si elle s’arrêterait, laissant entendre une violence retenue à l’encontre de ses éducateurs … Ce n’est pas toujours le cas. Il me semble qu’il y a autre chose, une question « de droit ». De devoir ? Comme une honnêteté mal placée en son intensité, en sa qualité pathologique. Question de place … Question de don : vie lui a été donnée. Préserver la place de l’Autre donateur au prix d’en mourir de faim … Mise en relation du rien avec le don de ce qu’on n’a pas ?
20

« Si je l’abandonne, ma mère n’a plus rien … » « Trahir mon père en l’abandonnant pour aller voir un autre homme. » Quelle est cette forme d’attachement ?
21

Un jour, Elle commence : elle ne peut pas parler, alors elle va dessiner, elle s’amuse. Elle trace deux carrés, un grand et un plus petit, lorsque je lui demande comment elle voit sa place – elle vient de dire qu’elle est toujours « à côté » (cf. aussi auparavant, lors du premier séjour vers le petit ami dérobé). Le petit carré chevauche à un endroit d’intersection le grand, à moins que ce ne soit l’inverse … Cette zone d’intersection est-elle celle de l’attachement ? « Non, c’est une zone de turbulence, celle de l’angoisse … » Zone d’attachement, de détachement, de turbulence, de recouvrement, « zone d’intranquillité » où, dit-elle, il ne s’agit pas de se détacher mais où il s’agit de raccrocher quelque chose, d’agripper. « C’est dur, il y a des arrêtes et des coins … » Zone d’aliénation et de séparation ; s’agirait-il d’y lire, dans cette zone d’intersection, comme le poinçon du fantasme, avec de part et d’autre les carrés – Elle et l’Autre –, ou celui de la pulsion, Demande à/de l’Autre ? Bien sûr la question de la structure se joue dans cette analyse, on a sans cesse l’impression de se tenir sur le bord … Arrêtes, coins, limites, bords … Espace et impasse.
22

Mais, pour Elle, l’analyse continue, entre l’empressement – « Je suis limitée par le temps … », prétexte à toujours plus de séances, ce qu’il s’agit d’expliciter et de contenir, « Je veux vraiment y arriver, bien faire » … – et les emballements ou les découragements. Pour elle, l’anorexie n’est plus le point central, même si elle reviendra certainement épisodiquement dans les propos. La question d’un aménagement phobique de l’angoisse amène bien plus la question de l’objet, autrement. C’est sur ce qu’il en est alors d’un symptôme, un peu plus défini, c’est-à-dire pris dans la parole et le langage, que l’analyse se poursuit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 7490
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: Re: Le Rien, la Nudité, Y'becca, La Laïcité et le Néant   Ven 26 Aoû à 2:59

Paroles
23

L’analyse d’Elie D – c’est son nom – a duré longtemps. Sans doute car il y a eu les catastrophes organiques physiologiques, l’hospitalisation, batailles et passivité, un suivi difficultueux, des interruptions, tout cela n’évacuant pas une construction relationnelle mais dans laquelle la question du transfert n’apparaissait nullement, subvertie par les forçages de part et d’autre, ou les abandons. Puis il y a eu des essais de demande, demandes d’entretiens, suivis, puis interrompus, dans lesquels Elie D témoignait, ou plutôt voulait témoigner de sa bonne volonté. Oui, voulait ; car tant qu’il ne s’agissait que de montrer ce vouloir cela semblait faussé, cela semblait appartenir, j’appartenais à sa maladie. Je devais – le devoir – prendre en compte – le compte – ce si bon vouloir. Point. Prendre en compte les difficultés, réelles, à dire. Écouter se dévider, c’est le cas de le dire, cet écheveau, cette litanie à la fois puérile, importante et insipide. J’écoutais. C’était important qu’elle soit là, qu’elle vienne, que je l’accueille. Mais, c’était lassant. Un jour, je me suis demandé ce que cela signifiait que je reste là à l’écouter. À partir de cet instant, elle venait depuis longtemps, je lui fis part quelques fois, doucement, de cette parole avec laquelle j’avais des difficultés à ramener de la consistance, cette parole qui me semblait – pourquoi ? – superficielle. Mais qu’il fallait poursuivre les entretiens. Elle admit rapidement cela. Cela dura, encore et encore. Elle allait consulter son médecin traitant ainsi qu’une nutritionniste. Je l’avais quasiment exigé. Il me semblait que le transfert se constituait de façon plus « classique ». Elle ne venait pas seulement faire son devoir de dire, mais elle voulait savoir, une « faille » commençait à se faire jour sans trop d’angoisse. C’est curieux comme ce moment d’une cure avec ces personnes pivote lorsqu’enfin quelque chose, qui se marquait d’être faille de défaillance – comme le « faire mal aux parents », anéantissement –, une faille de défaut insupportable, devient par le miracle du transfert et du langage, à savoir par une parole, un manque dans le savoir, le sien toujours, mais « décollé ». Il devient alors possible de travailler la question de ce manque, de faire ce passage du savoir « pur » au langage, par « la fonction et le champ de la parole et du langage ». Et d’un coup, Elie D a parlé ! J’aurais du mal à dire cette différence, entre une parole vide, permanente, « parole de peu de poids », répétition, au sens commun du terme, lancinante, et cette autre parole. Autre ? Délivrance – délivrer, au sens de livrer – du manque, enfin demander, engager par la parole et non par la contrainte par corps, engager sa dette au nom du symbolique, « corporéiser » l’équivoque du langage, du signifiant, lui donner consistance et ne pas récuser. Accepter que l’imaginaire soit en défaut d’objet du fait du signifiant, et non essentiellement dans le réel, ceci sans honte et sans reproche, mais aussi sans peur de la fuite dans la folie, tailler à la hachette dans « la jungle des associations libres » et laisser venir la liane conductrice, le sentier qui se tisse. Repères. Limites. Du corps et de la langue ; trop grande proximité de lalangue ? Elie D devenue Elle lie ou Elle lit demande, se met en manque de savoir dans la langue, cherche les mots de son histoire. Bien sûr, le corps ne suit pas forcément les espoirs et les demandes, mais elle « va mieux ». Elle parle de l’enfer, de la dépression terrifiante, de la « cage dorée », elle se reprend, moins conventionnelle, moins « de peu de poids » : « La cage vide, la cage de rien, de rien du tout, et de tant. » Tant de rien à engloutir … Engloutie par le rien.
24

Maîtresse du chiffre, à défaut d’être divisée par le signifiant et le manque de l’objet, de l’objet imaginaire de la castration, soit le phallus – ?. Un « sujet » bien actuel. Un automate, un fantôme, dans la fierté de sa gestion non tenu par les fils du signifiant, de la dette symbolique, mais par un chiffrage qui viendrait imaginairement dire le réel alors qu’il n’en est que le découpage dans un monde ainsi constitué, de ses limites si fragiles dépourvues d’une histoire consistante. Danger d’un don sans dette, si ce n’est une dette réelle, contrainte par corps. La parole a un poids, celui de la castration, celui de l’équivocité, celui de la tromperie, celui du manque, celui de l’adresse, de la demande et de sa déception, du désir. L’anorexique, en effet, s’est délestée de cette parole, cette parole orientée par la perte de l’objet, ou, lestée par celle-ci, elle tente de s’en échapper dans la recherche de cet au-delà dont la limite, pour reprendre le propos de Charles Melman, ne peut être que ce chiffrage bien aléatoire malgré une précision qui ne tient que de sa propre obstination. « L’anorexique jouit du mental », dit Melman. Cet au-delà, poursuit-il dans la comparaison avec l’addicté toxicomane, est pour ce dernier borné pas un substitut de la limite, substitut du bord tracé par la castration, à savoir pour lui l’objet drogue, dont le réel est prégnant sur les autres registres (imaginaire et symbolique). Mais pour l’anorexique ? Clinique différentielle, donc, dans les dites addictions. Agnès Baron, qui fut elle-même anorexique, dans son Enquête littéraire sur une maladie de notre temps [11]
[11] A. Baron, « L’expérience de l’anorexie », Le Débat,...
, dit à propos de la manière dont l’anorexique perçoit son corps : « L’anorexique [ …] ne se contente pas de séparer son discours de sa pensée, de dire ce qu’elle ne pense pas et de penser ce qu’elle ne dit pas. » « Je le sais, mais je ne le crois pas », répond-elle lorsque le médecin lui demande : « Savez-vous que vous êtes malade ? » Elle pointe ensuite cette constante intéressante : « L’anorexique, réellement, se regarde par morceaux. » « La première inquiétude de la jeune fille pour son physique, quand elle n’est pas encore malade et s’engage à peine dans le processus qui la mènera à l’anorexie, commence par se fixer sur quelque défaut particulier de son corps que, dans son anxiété, la jeune fille grossit peu à peu démesurément, jusqu’à en faire l’objet d’une véritable idée fixe. » Obsession, mais aussi question du regard. Charles Melman évoque plutôt la vision, mais rien qui ne soit regard ; une vision comme échange avec un semblable. Peut-être est-ce ce qu’Agnès Baron signifie lorsqu’elle écrit que l’anorexique « ne se voit donc pas, à proprement parler. Mais son regard débite son corps par morceaux et part bouts, l’empêchant de saisir sa personnalité physique en sa totalité ». Agnès Baron parle de « perversion du regard », de « vice de la perception », « d’atomisation du regard ». « S’il arrive encore que l’anorexique se voie, c’est comme par accident, par inadvertance. » N’y aurait-il pas ici quelque indication par rapport à la pulsion ; scopique, orale … ? Comme un « défaut » du passage par ce troisième temps de la pulsion, celui d’une rencontre de l’Autre, celui d’une métaphorisation, où justement la vision se fait regard, où l’objet en tant que manque de l’objet s’arrime bien dans le corps. Ça rime ; où perte d’objet, corps et langage riment dans ce qui ne serait pas avidité pour le tout, un tout débarrassé du phallique. « L’anorexique coupe, mesure et pèse », dit Agnès Baron. Mais elle-même n’est pas divisée. C’est sans doute ce qui vient donner cette impression, du lieu d’où elle parle, de ces « fausses manières d’aisance et de satisfaction empruntée », ce fait que « les sentiments de la personne anorexique ne parviennent pas à s’exprimer dans le langage commun » (A. Baron). Ou que ces expressions paraissent « empruntées » : « C’est cool », « Pas d’souci », disait cette jeune femme – jeûne ? – avec un sourire entendu et présentant par ailleurs un désarroi et une angoisse bien communicative …
25

Ainsi encore : « (La nourriture) devient une affaire compliquée … Elle signale de loin la vérité du mal, parce qu’elle touche au sens nouveau dont la maladie investit son rapport au donné matériel : dans le cadre de l’anorexie, toute spontanéité, de ce rapport, est bannie. » Et Agnès Baron parle « d’emballement normatif » ; « rien de naturel, rien d’irréfléchi … » C’est très juste. L’accent est mis, comme toujours, sur « les faits et gestes », mais s’intéresser aux propos – je n’ose dire à la parole – de l’anorexique peut donner plus de précision sur la « causalité psychique » de cette maladie. Cette « jouissance du mental » ne supporte pas l’inexactitude, soit le faux-semblant, soit l’équivoque – manquerait-elle d’humour ? Se refuserait-elle, par rigidité, fixité, obstination, tyranniques, à la métaphore ? – quoi qu’il en soit est-elle « allergique » au traitement phallique imposé par le langage ? Surprenante substitution : dans sa tentative, malheureuse et maladroite, d’échapper à la castration de cette façon si particulière, d’échapper au semblant, elle se présente dans l’artifice d’un naturel faussé d’emblée ! Autre expression d’Agnès Baron lorsqu’elle parle de la lecture, « capable de l’irriguer, de la graisser, de l’abreuver » : « L’anorexie, en effet, correspond à une plaie de l’abstraction. Négation de la chair, elle s’installe dans un univers mental déserté, privé de couleurs, de mots et d’imagination. » Sans doute, cette « jouissance du mental » évoquée par Melman correspond à une forme d’obsession particulière, à quelque chose qui est proche de la toute-puissance de la pensée, mais sur le mode de la torture – jouissance –, sur le mode de la fixité, donnant à peine le change par un vocabulaire rigidifié, avec parfois des mots très pertinents, sur un fond assez répétitif et peu enlevé. Manque de légèreté, et parole de peu de poids … Une autre jeune fille, bardée de diplômes, qui parlait plusieurs langues, me dit : « Vous savez comment se dit anorexie en allemand ? Magersucht. » Mager, décharné, maigre. Sucht, passion, rage maladive, recherche enragée de la maigreur, du décharnement, addiction … Ursucht, la matrice de l’addiction, selon Freud dans une lettre à W. Fliess.
26

Une autre remarque, et conséquence clinique est l’intérêt, et la difficulté, à installer le transfert. Ceci amène à la question de l’amour, à celle aussi de la séduction, de la reconnaissance et du plaire … Placebo, je plairai. L’anorexique, plutôt souvent séductrice (est-ce vraiment vrai ?), aime-t-elle ? Est-elle apte à l’amour, le don de ce qu’on n’a pas, selon Lacan ; aime-t-elle séduire et comment ? Pour qui ? Pour quoi ? Ici aussi règne une certaine impression de fausseté, de piège de la cage artificielle …
Qu’en disent-elles lorsqu’elles en disent, « vraiment » ?
27

Qui, face à une personne anorexique, n’a pas eu cette curieuse impression, celle d’une séduction malgré ce corps, ce visage décharnés ? Une certaine gêne, une certaine ambiguïté. Agnès Baron semble elle-même gênée pour décrire ce qu’elle appelle pourtant « le fond du cœur anorexique », « l’anorexie comme maladie de la séduction ». Elle tente alors de distinguer, un peu malgré elle, plaire et séduire. Et reconnaissance. Mais les analyses sont contradictoires. Elle parle « du souci impérieux de séduire », et, plus loin, de « la force du désir de plaire, la force du dégoût de la séduction ». Elle décrit l’intensité du désir de plaire, comme étant une « soif absolue de reconnaissance » ; elle parle de l’enfance de la petite fille admirée, « déjà malade d’un désir de plaire » mais qui a été « depuis toute petite l’objet d’un intérêt et d’une fascination déplacés ». Mais plus loin, elle dit à ce propos que la jeune fille « veut séduire, à tout prix, et elle se déteste de plaire, de toutes ses forces ». Objet de convoitise, elle en éprouverait de la reconnaissance mais aussi de la culpabilité. Se saurait-elle trompeuse, non capable d’engagement et de (bonne) tenue ? « … je suis tenue d’avouer, je suis obligée de faire connaître que l’anorexique est inapte à la relation amoureuse. » « D’un côté, sa passion de séduire la rend semblable aux autres femmes frivoles et infidèles. De l’autre, sa passion de la pureté en fait une créature spirituelle et ascétique. » Peut-être les mots « séduire » et « plaire » ne conviennent pas à l’anorexique, ils ne lui correspondent pas. Parfois oui, mais alors c’est un espace dangereux, ça doit rester « de loin », à peine un clin d’œil ou un sourire à condition qu’il garde une trace de tristesse, le corps décharné faisant qui plus est office de repoussoir. Peut-être est-ce cet aspect d’ambiguïté, qui a fait évoquer l’anorexie comme perversion. Ce côté placebo, placere – je plairai. « Je plairai, dirait cette jeune anorexique, mais quelle tromperie que plaire ; je suis bien autre chose, que vous ne pouvez saisir, de plus vrai, de plus profond … » « C’est l’impression, ayant toujours fixé l’attention de tous, de n’avoir jamais été regardée en personne. » « Il lui semble que partout où elle est allée, une fausse image d’elle-même l’accompagnait toujours malgré elle … » (A. Baron). La complexité de cet aspect d’artifice, le terme d’artifice étant souligné par Agnès Baron, est juste [12]
[12] Cf. J.-L. Chassaing, « Le semblant et l’artifice »,...
. Et tout d’abord pour cet auteur, ancienne anorexique, « la signification ultime de l’attitude anorexique réside dans l’introduction de l’artifice, et de son arbitraire, au cœur naturel de la vie de l’individu ». Mais quelle est la force, ou plutôt la fonction de cet artifice, dont il faut considérer qu’elle ne le choisit pas mais qu’il s’est imposé, et s’impose, à elle, en tant que solution, en tant que défense. Solution échappatrice à la castration, en sa privation, réelle donc, d’un objet symbolique ; ou objet réel, d’une opération imaginaire, frustration ? Défense contre l’irruption phallique. Agnès Baron fait cette hypothèse d’un fondement de l’anorexie, celui « d’un déchaînement de l’artifice dans cette couche naturelle que revêt la liberté vécue. L’artifice au cœur du naturel, la volonté en lieu et place de la liberté … »
28

Elle parle d’une jouissance perverse, celle ressentie du corps qui s’échappe. Lasègue parlait de « perversion mentale », caractéristique de l’anorexie hystérique, comme il l’a nommée. Ceci au moment où va se développer l’inquiétude dans l’entourage … Lasègue, le médecin lettré, lettré et philosophe. Parler de perversion aujourd’hui a quelque chose d’étrange ! « C’est pervers … c’est un pervers » est devenu non seulement une insulte courante mais un diagnostic populaire, une façon de « faire science », accompagné d’un regard entendu : « On sait ce que cela veut dire attention. » Par contre, l’évoquer comme une entité psycho-pathologique réelle est mal venu et est voué à être bouté hors de la nosologie. Homosexualité, toxicomanies, etc. surtout pas de ça … ! Alors que la perversion est « ordinaire [13]
[13] J.-P. Lebrun, La perversion ordinaire, Paris, Denoël,...
» ! Curieuse époque ! Il est vrai que le concept n’est pas simple. Lacan en faisait cependant une structure. Freud également – il parlait aussi de perversion pour l’anorexie (dans son article de 1927), mais également, ce qui est intéressant, de mélancolie (1895). Comme on l’a vu, Agnès Baron parle aussi de perversion. L’installation d’une relation perverse ne signifie pas perversion structurale ; de même, Lacan prenait garde de distinguer une perversion de structure, d’une perversion comme éventuellement symptôme ou comme conduite – ce qui sera dit « perversité », maladroitement, pour être distingué d’une structuration de la personnalité (Lasègue utilise aussi ce terme au sujet des hystériques : « Leur perversité, leurs mensonges … »).
29

Lasègue, en 1873, avait-il connaissance de l’article de Sir William Gull, publié en 1868 à Oxford [14]
[14] W. Gull. Selon B. This, le texte de base, publié dans...
, ainsi que se le demande Bernard This dans un excellent article [15]
[15] B. This, « De Lasègue à Freud », Le Coq Héron, Anorexie...
. This mentionne Richard Morton, un auteur qui publia en 1689 un texte en latin dans lequel il décrit une « maladie de consomption » qui repose sur le trépied amaigrissement, perte d’appétit, aménorrhée !
30

Fin connaisseur de l’étymologie, suivons Bernard This : le terme d’anorexie est antérieur à la dénomination de Lasègue ; il existerait dès 1865 dans le dictionnaire de Littré : « Terme de médecine, absence d’appétit qu’il ne faut pas confondre avec le dégoût – anorexia, de a privatif et oregomai : désirer. » This précise encore : « “orexie”, action de tendre les bras, la longueur des bras étendus … la tension vers la nourriture, l’appétit, et le désir en général », puisque orexie signifie en grec « appétit » … Mais aussi, j’associe avec Jean Bergès : adolescent. « Ado » ? « Très mauvais diminutif, peut-être rétorsion des adultes du xxe siècle finissant contre ces jeunes dont la parole est si brève et peu compréhensible. » Car, selon Bergès et l’excellent dictionnaire étymologique du français de Jacqueline Picoche (Le Robert, 1995) qu’il recommandait, la racine ol d’adolescence est une variante de al, qui correspond à nourrir, alere ; alescere, se nourrir. Croître, en se nourrissant … de toutes les nourritures matérielles et célestes … !
31

Toujours est-il que la dimension du social est marquée par tous les auteurs, de Lasègue à René Girard évidemment. Ce qui n’exclut pas, à ne pas s’en tenir là, d’interroger le fait que certaines y seraient plus prédisposées. Certaines, bien qu’il devient aujourd’hui apparemment très « in », dans cette abrasion des différences, de clamer : « Oui, mais les garçons aussi s’y mettent ! » Peut-être. Est-ce pour autant « pareil » ? Certainement pas. Je passe ici, pour n’en retenir que l’aspect « jeune femme », à mon avis le plus structural de l’anorexie.
32

Pour terminer, Bernard This pointait ce « refoulement de la sexualité de l’anorexique, aussi bien que celle du médecin ». Ce côté science, chiffre, quantitatif et qualitatif strictement « choisi », en toute rigueur. Le débridement de la sexualité dans nos sociétés actuelles, dans les images, les propos, peut-être dans les actes ou tout du moins leurs possibilités imaginées ou réellement permises, n’en gêne pas pour autant un refoulement – différent, en quoi ? Portant sur des exigences de réussites puisque autorisées (la sexualité) largua manu … ? Charles Melman évoquait également ce corps de l’anorexique « qui se superposait à celui de la médecine » – oublieuse du corps-pour-jouir – « corps numérisé, quantifié, corps représenté non par du signifiant mais par du 1, le trait unaire ». Ainsi les dernières études sur l’anorexie, retour à la case départ, mentionnent un codage de certains gènes prédisposants, bientôt déterminants … les gènes codant pour les récepteurs et la libération de la sérotonine … Encore elle ! Avec l’amygdala de l’hippocampe, c’est fou ce que ces structures font chez l’humain ces derniers temps ; on les retrouve dans toutes les études … !
33

Dans sa conférence de 1966 à La Salpêtrière, Lacan donnait les deux concepts qui aideraient le médecin dans son avenir : celui de la demande, et celui de la jouissance du corps. L’anorexie est bien un symptôme de nos sociétés « modernes » (qu’en était-il en 1689 ? Les textes de Morton, et de Gull n’ont pas le même contenu, pas la même approche que celui de Lasègue !) ; et, à l’envers, symptôme, la psychanalyse l’est aussi … !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 7490
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: Re: Le Rien, la Nudité, Y'becca, La Laïcité et le Néant   Ven 26 Aoû à 3:01

Le Rien, le Pire et le Meilleur

Synopsis

lecture d’une pièce inédite à la scène de Jean-Michel Baudoin
version pupitre Jean-Luc Paliès

Trois frères, le grand, le moche, le niais, abandonnés, livrés à eux-mêmes, affamés, dans une ferme sans femme – chez eux. À l’inverse du Petit Poucet, ils n’ont pas de chemin à retrouver. La mère est absente. Ils l’évoquent, l’invoquent, dans leurs jeux, leurs disputes, les paroles de leurs comptines. Où est-elle partie ? Au cimetière ? Sur le trottoir ? Au parloir ? Dans un cirque au Canada ? Les garçons mettent la table, ne mangent pas, boivent du café, ne vont pas à l’école, se déguisent, chahutent, se bousculent et jappent comme une nichée de chiots. Fête des fous et carnaval langagier, ronde diabolique qui court à cent à l’heure, cahote, s’arrête, repart en tête-à-queue. Et quand survient le dénouement, inattendu, on sort de ce rêve éveillé avec le souvenir d’une solitude et d’une immense tendresse.

Extrait
NADA – Sortez d’ici, nabots, vous n’avez pas le droit.
NITCH – Et toi non plus tu n’as pas.
NIETO – C’est vrai, toi non plus, je rappelle.
NITCH – Tu ne te rappelles pas, tu n’es pas né, croupion.
NIETO – Même pas vrai, je suis né y a trois minutes, elle me fait des bisous tout partout, je suis son chouchou, son doudou, son boubou, elle est belle.
NITCH – Même pas vrai, elle n’est pas.
NADA – Elle a les mains rouges et les yeux tout pareils.
NITCH – Même pas vrai, de colère, les yeux noirs.
NIETO – Même pas vrai, de tristesse, les yeux bleus.
NADA – En fait, elle change tout le temps de couleur.

Né à Nice, Jean-Michel Baudoin a vécu son enfance en Algérie et en Corse. Plutôt que la carrière d’ingénieur que lui ouvrent ses études, il choisit le théâtre et devient comédien, musicien et metteur en scène. Il fonde à Paris le Théâtre du Lierre, puis dirige un centre culturel dans le nord de la France, avant de s’installer en Bourgogne à la tête d’un théâtre de ville. Depuis 2002, date de la parution et de la création de sa première pièce C’est quoi ton nom ?, il a écrit et publié (chez La Fontaine, Lansman, Vermifuge et aux éditions de l’Amandier) plus d’une trentaine de pièces, de formats et de genres très divers, aussi bien pour adultes que pour ados ou très jeunes enfants. Sa dernière pièce Arrêt sur zone tous feux éteints est une commande du Groupe des Vingt, réseau de théâtres de la région lyonnaise. Le rien, le pire et le meilleur écrite en 2010 a été distinguée par le comité de lecture du Théâtre Jeune Public de Strasbourg.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 7490
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: Re: Le Rien, la Nudité, Y'becca, La Laïcité et le Néant   Ven 26 Aoû à 3:06

L'objet et le rien.

Introduction

En général, l'eau souterraine est naturellement salubre et propre à la consommation. Puisque le sol sus-jacent agit comme un filtre, d'ordinaire l'eau souterraine est dépourvue de microorganismes qui provoquent des maladies. Cependant, la contamination pourrait avoir lieu après l'installation inappropriée du cuvelage ou du tubage de puits, après une rupture du cuvelage ou à la suite d'une entrée d'eau de surface contaminée dans le puits. La contamination peut aussi se produire si les puits sont forés dans un substrat rocheux fissuré sans une couche suffisante de sol de protection et avec moins que la longueur de cuvelage ou de tubage minimale recommandée.

Pour empêcher la maladie, les puits devraient être entretenus de façon appropriée et l'eau devrait être régulièrement testée pour la présence de contaminants microbiens. L'eau de puits devrait aussi être testée à l'occasion pour la présence possible de contaminants chimiques inorganiques et organiques.
Entretien de puits

Le choix approprié du site, l'emplacement, la construction et l'entretien de votre puits aideront à réduire au minimum la possibilité de contamination. Le couvercle du puits devrait être vérifié régulièrement pour s'assurer qu'il est bien fixé en place et étanche. Les joints, les fissures et les connexions du cuvelage devraient être scellés. Les pompes et les tuyaux devraient aussi être vérifiés sur une base régulière et tout changement au niveau de la qualité de l'eau devrait faire l'objet d'une enquête.

Le drainage de surface devrait être orienté pour s'éloigner du cuvelage du puits et l'eau de surface ne devrait pas s'accumuler près du puits. Le puits lui-même ne devrait pas être situé en aval d'aucune source de pollution.

L'eau de puits devrait être testée régulièrement pour la qualité bactériologique et la contamination chimique si on la suspecte. En plus de tests réguliers, l'eau de puits devrait être testée immédiatement s'il y a un changement quelconque au niveau de sa limpidité, de sa couleur, de son odeur ou de son goût, ou s'il y a une modification dans l'utilisation des terres avoisinantes. À l'aide d'une évaluation régulière et de tests réguliers de l'eau potable, la salubrité microbiologique et chimique de votre eau de puits peut être vérifiée.
Analyse de l'eau de puits pour la contamination microbiologique

Les nouveaux puits devraient être désinfectés par le foreur de puits au moment de la construction afin d'éliminer toute contamination microbiologique qui pourrait avoir eu lieu lors du forage. Ceci devrait se faireavant de recueillir un échantillon pour le test microbiologique. Les puits existants devraient être testés deux ou trois fois par an. Le meilleur moment de prélèvement d'un échantillon de l'eau de votre puits est lorsque la possibilité de contamination est la plus élevée. Cela se produira le plus vraisemblablement au début du printemps juste après la fonte des neiges, après une période prolongée de sécheresse, de fortes pluies ou de longues périodes de non-utilisation.

Selon la province, l'analyse bactériologique de l'eau de puits est effectuée par le laboratoire de santé provincial de votre région ou par un laboratoire privé homologué. Le laboratoire vous fournira un flacon d'échantillonnage propre et stérile, ainsi que les directives nécessaires. Les échantillons recueillis dans tout autre récipient ne produiront pas de résultats significatifs et ne seront pas acceptés par le laboratoire. Dans tous les cas, les échantillons devraient être réfrigérés immédiatement et transportés au laboratoire dans les 24 heures.

Si vous avez souffert de maladies gastro-intestinales et si vous croyez qu'elles pourraient être associées à l'eau de votre puits, consultez votre médecin et le service local de santé.
Interprétation des résultats d'analyse

La qualité microbiologique de l'eau de votre puits est déterminée en recherchant la présence de bactéries indicatrices de contamination fécale (eaux usées) - soit les coliformes totaux et l'Escherichia coli. Les coliformes totaux se présentent naturellement dans le sol et dans le tube digestif des humains et des animaux. Par conséquent, leur présence dans l'eaupourrait indiquer une contamination fécale. Par contre,E. coli est uniquement présent dans l'intestin des humains et des animaux. Sa présence indique donc une pollution fécale (eaux usées)certaine.
Haut de la page.

Coliformes totaux

La présence de bactérie de coliformes totaux dans l'eau de puits est le résultat d'une infiltration d'eau de surface ou de la fuite d'un système septique. Conformément auxRecommandations pour la qualité de l'eau potable du Canada (sixième édition, 1996), de Santé Canada, l'eau potable ne devrait pas contenir plus de 10 bactéries de coliformes totaux par 100 ml de volume d'eau. Toute eau contenant plus que cette quantité devrait faire l'objet d'un nouvel échantillonnage. Si le nouvel échantillon contient plus de 10 bactéries de coliformes totaux par 100 ml, des mesures correctives devraient être prises immédiatement.

L'eau contenant moins de 10 bactéries de coliformes totaux par volume de 100 ml est considérée marginalement propre à la consommation. Néanmoins, l'eau devrait faire l'objet d'un nouvel échantillonnage. Si moins de 10 bactéries de coliformes totaux par 100 ml sont dépistées, la cause de la contamination devrait être déterminée si possible et des mesures correctives devraient être prises au besoin.
E. coli

E. coli apparaissent dans les échantillons d'eau récemment contaminés par la matière fécale; par conséquent, ils indiquent la présence possible de bactéries, de virus ou de protozoaires provoquant la maladie. L'eau comportant desE. coli n'est pas propre à la consommation. Des mesures correctives devraient être prises immédiatement.

La concentration maximale acceptable d'E. coli est «0» par 100 ml d'eau.

Mesures correctives pour l'eau ne répondant pas aux lignes directrices recommandées

Si les résultats d'analyse indiquent un niveau inacceptable de coliformes totaux ou d'E. coli, il est nécessaire de faire subir un traitement choc au puits et, si possible, de trouver et d'éliminer la source de contamination. La désinfection peut être effectuée en utilisant de l'eau de javel de ménage sans odeur. Le tableau no 1 décrit la quantité d'eau de javel nécessaire pour désinfecter de façon appropriée les nouveaux puits et les puits existants. Si la source de contamination ne peut pas être trouvée et éliminée, il faudrait que l'eau reçoive ensuite une désinfection continue.
Tableau 1 : Désinfection de l'eau de puits à l'aide d'eau de javel de ménage sans odeur (Environ 5,2 p. 100 d'hypochlorite)
Profondeur d'eau dans le puits

Volume d'eau de javel ajouté
Diamètre du tubage 15 cm (puits foré)

Diamètre du cuvelage 90 cm (puits creusé)
Nouveau puitsLes nouveaux puits nécessitent une concentration en chlore de 250 parties par million (ppm) pour une désinfection efficace, tandis que les puits existants ont besoin de 50 ppm de chlore.

Puits existantLes nouveaux puits nécessitent une concentration en chlore de 250 parties par million (ppm) pour une désinfection efficace, tandis que les puits existants ont besoin de 50 ppm de chlore.

Nouveau puitsLes nouveaux puits nécessitent une concentration en chlore de 250 parties par million (ppm) pour une désinfection efficace, tandis que les puits existants ont besoin de 50 ppm de chlore.

Puits existantLes nouveaux puits nécessitent une concentration en chlore de 250 parties par million (ppm) pour une désinfection efficace, tandis que les puits existants ont besoin de 50 ppm de chlore.

Les nouveaux puits nécessitent une concentration en chlore de 250 parties par million (ppm) pour une désinfection efficace, tandis que les puits existants ont besoin de 50 ppm de chlore.
1 m 100 ml 20 ml 3,2 l 0,6 l
3 m 300 ml 60 ml 9,8 l 2,0 l
5 m 500 ml 100 ml 16,5 l 3,0 l
10 m 1 000 ml 200 ml 32,0 l 6,5 l
Haut de la page
Haut de la page
Étapes de désinfection au chlore

Ajouter la quantité d'eau de javel inodore déterminée selon le tableau 1 au fond du puits et puis agiter l'eau. Raccorder un tuyau d'arrosage au robinet le plus proche et rincer la paroi intérieure du puits. Cela assurera un mélange complet du chlore et de l'eau dans tout le puits.

Démarrer la pompe et purger l'air du réservoir sous pression. Ouvrir chaque robinet et permettre à l'eau des écouler par tous les robinets jusqu'au moment où l'on détecte une odeur de chlore, puis refermer les robinets. Si une forte odeur de chlore n'est pas décelée, ajouter encore de l'eau de javel dans le puits.

Permettre à l'eau de rester dans le système pendant 12 à 24 heures.

Démarrer la pompe et laisser couler l'eau par le tuyau d'arrosage extérieur loin de l'herbe et des buissons jusqu'à ce que la forte odeur de chlore disparaisse. S'assurer que l'eau n'atteigne pas un cours d'eau quelconque. Finalement, ouvrir les robinets à l'intérieur jusqu'à ce que le système soit complètement rincé.

Attendre 48 heures, puis prélever un échantillon d'eau conformément aux instructions et avec le flacon fourni par le laboratoire. Entre-temps, trouver une autre source d'eau ou faire bouillir l'eau pendant une minute avant de la boire. Deux analyses «sûres» consécutives, effectuées sur des échantillons prélevés de 1 à 3 semaines d'intervale, indiqueront vraisemblablement que le traitement a été efficace.

Si le traitement choc règle le problème, répéter l'analyse bactériologique dans trois ou quatre mois.

Si les étapes énumérées ci-dessus ne corrigent pas le problème, il est recommandé de déterminer la source de contamination permanente et de la corriger, possiblement avec de l'aide professionnelle. Si la mesure corrective n'est pas possible, une autre solution permanente, telle qu'un nouveau puits ou un dispositif de désinfection de l'eau, devrait être envisagée.

Dispositifs de traitement de l'eau à usage domestique

Les problèmes relatifs à la qualité de l'eau décrits dans la présente feuille d'information pourraient être réglés à l'aide d'un appareil de traitement de l'eau potable. Il existe une grande variété de tels appareils disponibles pour l'utilisation à la maison. Santé Canada travaille en collaboration étroite avec NSF International afin d'élaborer des normes de rendement pour les dispositifs de traitement de l'eau. Les consommateurs sont encouragés à acheter les produits qui ont été homologués selon ces normes.

Contaminants microbiologiques

Si l'élimination de la source de contamination n'est pas possible après le traitement choc de désinfection au chlore, il faut envisager l'installation d'un système de désinfection avec cuvée ou en continu ou un nouvel approvisionnement en eau. Certains dispositifs appropriés sont décrits au tableau 2.
Tableau 2 : Dispositifs de désinfection de l'eau potable utilisée dans la maison
Méthodes de traitement de l'eau

Utilisations
Distillation Tue tous les micro-organismes.
Rayons ultraviolet Tue tous les micro-organismes. Utilisés de concert avec la microfiltration afin d'améliorer l'inactivation et d'éliminer les particules de matière, y compris les parasites.
Chloration Tue les bactéries et les virus. Utilisée de concert avec la microfiltration afin d'améliorer l'inactivation et d'éliminer les particules de matière, y compris les parasites.
Ozonation Tue les micro-organismes nuisibles. Utilisée de concert avec la microfiltration afin d'améliorer l'inactivation et d'éliminer les particules de matière, y compris les parasites.
Filtration aux chandelles de céramique Élimine les parasites et les bactéries. Utilisée de concert avec la chloration afin de tuer les virus.
Haut de la page
Haut de la page
Contaminants chimiques

L'eau de puits devrait également faire l'objet d'analyses de dépistage de produits chimiques dangereux chaque fois que la contamination est soupçonnée. L'analyse chimique des échantillons d'eau peut être fournie par des laboratoires d'essais commerciaux. Certains laboratoires de santé provinciaux analyseront l'eau pour les nitrates, qui proviennent en général d'activités agricoles et de fuites de fosses septiques. La concentration élevée en nitrates pourrait provoquer la «maladie bleue» (méthémoglobinémie), une condition dans laquelle la méthémoglobine ne peut pas relarguer d'oxygène aux tissus, et qui affecte principalement les bébés de moins de trois mois. D'autres contaminants chimiques inquiétants comprennent les pesticides, les métaux lourds et les composés organiques volatils. LesRecommandations pour la qualité de l'eau potable au Canada offrent une liste des concentrations maximales admissibles pour ces produits chimiques. Si des contaminants chimiques dangereux sont dépistés, il faut envisager l'installation d'un dispositif de traitement de l'eau ou une nouvelle source d'eau. Certains dispositifs appropriés sont énumérés au tableau 3.
Tableau 3 : Dispositifs d'élimination de produits chimiques
Méthodes de traitement de l'eau

Utilisations

Ne devrait pas être utilisée avec des eaux insalubres sur le plan microbiologique ou de l'eau de qualité microbiologique inconnue.
Filtration à charbon actifNe devrait pas être utilisée avec des eaux insalubres sur le plan microbiologique ou de l'eau de qualité microbiologique inconnue. Élimine les produits organiques, y compris les pesticides.
Osmose inverseNe devrait pas être utilisée avec des eaux insalubres sur le plan microbiologique ou de l'eau de qualité microbiologique inconnue. Élimine les métaux lourds et les nitrates; souvent utilisée de concert avec les filtres à charbon actif.
Distillation Élimine les métaux lourds et les nitrates; souvent utilisée de concert avec les filtres à charbon actif.
Ozonation Élimine les produits organiques, y compris les pesticides; souvent utilisée de concert avec les filtres à charbon actif.
Dureté, goût, odeur et couleur

L'eau de puits renferme des minéraux qui se produisent naturellement, tels que le calcium, le fer et le soufre. Bien que ces minéraux ne soient pas dangereux pour la santé humaine, ils peuvent modifier la dureté, le goût, l'odeur et la couleur de l'eau lorsqu'ils sont présents en quantité excessive. Les eaux souterraines pourraient aussi contenir des matières organiques naturelles (tanins). Le tableau 4 décrit certains signes qui pourraient indiquer la présence de ces substances dans l'eau de votre puits et certaines solutions. Pour choisir la meilleure méthode de traitement, il faudrait effectuer l'analyse complète de la liste de minéraux avant de faire l'achat d'un dispositif.
------------------------------------------
Tableau 4 : Problèmes esthétiques communs de la qualité de l'eau et solutions
Problème, Cause, Solutions

Les personnes qui ont un régime pauvre en sodium devraient envisager de consulter leur médecin avant de boire l'eau adoucie artificiellement. Le fer et le manganèse peuvent être éliminés aussi par un adoucisseur d'eau, à condition que l'eau ne soit pas trop dure.
Eau dure (tartre/dépôts calcaires dans les bouilloires et les chaudières à eau) Excès de calcium (calcaire) Adoucisseur d'eauLes personnes qui ont un régime pauvre en sodium devraient envisager de consulter leur médecin avant de boire l'eau adoucie artificiellement. Le fer et le manganèse peuvent être éliminés aussi par un adoucisseur d'eau, à condition que l'eau ne soit pas trop dure.
Osmose inverse
Distillation
Taches de rouille (rouge à brune) sur les appareils et la lessive et (ou) goût métallique Excès de fer Chloration-filtration
Filtration aux sables verts
Aération-filtration
Distillation
Taches noires sur les appareils et la lessive et (ou) goût métallique Excès de manganèse Chloration-filtration
Filtration aux sables verts Aération-filtration
Distillation
Odeur d'oeufs couvis Hydrogène sulfuré Chloration-filtration
Filtration aux sables verts Aération-filtration
L'eau a un effet laxatif Excès de sulfates Osmose inverse
Distillation
Turbidité/granulosité Boue-vase-argile-sédiments dans l'eau Filtres à sédiments
Couleur organique (thé) Tanins Chloration-filtration
Ozonation-filtration
----------------------------------------------------------------------
Les personnes qui ont un régime pauvre en sodium devraient envisager de consulter leur médecin avant de boire l'eau adoucie artificiellement. Le fer et le manganèse peuvent être éliminés aussi par un adoucisseur d'eau, à condition que l'eau ne soit pas trop dure.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 7490
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: Re: Le Rien, la Nudité, Y'becca, La Laïcité et le Néant   Ven 26 Aoû à 3:26

La Laïcité est elle adapté au rien et à ses opinions ! Certes, ils sont dans un autre monde diront les
matérialistes mais pourtant il ne remette pas en doute la composition d'un puits, la formation d'une étoile et l'esprit de biologie sans sombrer dans la barbarie de l'esclavage, du viol et de la torture.
L’âme matérialiste se compose avec le rien et elle y attribue tout un tas de règles sur la composition du vivant alors qu'un immatérielle est plus porté sur la chair que sur le subjectif...
L'immatériel est vraiment en état de décomposition aspirée par les hantises de morts, de regard et d'opinion de ceux qui se prétende être libre de l'esprit et de ses regards...

La Laïcité pourrait être immatériel dans l'aspect de beaucoup de choses si l'opinion et le regard des hommes étaient plus sage. Sans remettre des lois sur le regard et le droit d'existence, les gens devraient d'avoir un regard un peu plus immatériel sur l'autre et l'existence... Mais voilà, le narcissisme humain détruit le paraitre humain. Un peu comme Adam et Eve qui eurent peur de Dieu ayant découvert l'aspect de leur nudité: Déjà les anciens avaient compris ce mal qui ronge la société humaine... L'habit et la pensée se doit être un confort et non un paraitre ! Pourquoi éprouve t'on ces sentiments de peurs tout simplement parce que Si Dieu est Bienveillant, la Nature d'Existence l'est un peu moins ! Le Terme de Laïque essaye de porter l'égalité dans le vestimentaire mais les droits de l'Homme appelle à la diversité de pensée et l'habit à pris un aspect essentiel pour les droits de l'Homme ! On ne peut pas reprocher à la Laïcité d'être raciste, puisque Dieu est reçu telle qui l'est ! Nous n'y pouvons rien si les Hommes une fois de plus ainsi que certaines narcissiques ne peuvent s'empêcher de reprocher à dieu d'avoir une pensée laïque !

Ecrit de
TAY
La chouette effraie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 7490
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: Re: Le Rien, la Nudité, Y'becca, La Laïcité et le Néant   Ven 26 Aoû à 9:37

"Les dessous de la mondialisation"

A l'heure de la globalisation, cette série documentaire vise à éveiller les consciences des citoyens sur les dessous de fabrication des produits et services de grande consommation. Des enquêtes inédites sur les dessous de la mondialisation avec les enjeux, mais aussi les conséquences sanitaires économiques et environnementales, des produits que nous consommons : crevettes en Equateur, fleurs en Ethiopie, call center en Inde...


REPLAY INTEGRAL - Depuis 20 ans, une nouvelle génération de Chinois s'est installée à Madagascar. Elle se distingue de l'ancienne diaspora par ses méthodes radicales.

Intéressés par toutes les matières premières de la Grande Ile, comme le bois de rose ou les minerais, ces négociants prennent petit à petit les rennes du commerce de la vanille malgache. Réputée la meilleure du monde, la vanille bourbon subit ainsi toutes les conséquences de l'arrivée de ces nouveaux grossistes. La Chine, qui s'est en effet prise de passion pour l'épice, en exige des quantités de plus en plus importantes, dans des délais de plus en plus rapides, quitte à rabaisser la qualité. Les autorités malgaches laissent faire.

La situation économique du pays s'est aggravée depuis le coup d'Etat de 2009. Embargo et fin des subventions européennes ont laissé la grande île exsangue. Les investissements chinois sont plus qu'une nécessité.


REPLAY INTEGRAL - Sacs, chaussures, ceintures, peu importe les prix exorbitants, les peaux de python font fureur dans les boutiques occidentales.

Mais les critiques quant aux conditions de chasse, d'abattage, et aux salaires dérisoires des petites mains du secteur sont de plus en plus présentes. La Malaisie, autrefois premier producteur et exportateur de peaux de pythons en à fait les frais. Ces peaux sont depuis 2004 interdites d'exportation vers l'Union européenne.

Qu'en est-il vraiment sur place ? 10 ans après, qui tire réellement profit de ce commerce ? En passant par des intermédiaires étrangers, les acheteurs européens du luxe continuent d'importer illégalement des peaux malaisiennes. Avec leur complicité, des peaux sont blanchies et des permis d'exportation falsifiés.


La mine de Fandjora. Les habitants de cette région du sud-ouest du Burkina Faso cherchent sans répit de l'or, dans des tunnels atteignant parfois 100 mètres de profondeur. Une quête qui a des conséquences sanitaires et environnementales encore peu connues, pour parfois seulement quelques grammes de poussière du précieux métal. Le dernier épisode des « Dessous de la mondialisation », revient sur une cette ruée vers l'or qui tourne au cauchemar.

En 10 ans, le Burkina Faso s'est hissé au rang de quatrième producteur d'or d'Afrique. C'est l'ancien président Blaise Compaoré qui a laissé se développer sans contrôle, une furieuse ruée vers l'or qui a un temps bénéficié à la croissance du pays. Pourtant, cette nation reste l'une les plus pauvres du monde. A l'ombre des mines industrielles en activité, 1 million de burkinabès risquent leur vie dans des mines artisanales moyenâgeuses. Paysans pour la plupart, ces orpailleurs ont délaissé leurs terres moins fertiles et asséchées par le réchauffement climatique pour traquer le filon d'or qui les sortira de la misère.

A la pointe sud ouest du pays, la mine artisanale de Fandjora semble tout droit sortie de l'enfer. Sur 40 hectares, la terre percée de milliers de cavités n'est qu'un vaste gruyère. Ce far west de brousse draine des milliers d'orpailleurs. Ils viennent de tout le Burkina Faso mais aussi du Mali ou de Côte d'Ivoire. De jour comme de nuit et sans protection, ces assoiffés d'or suffoquent dans l'obscurité de tunnels pouvant atteindre 100 mètres de profondeur. Ils grattent la roche dans l'espoir de trouver ce métal jaune et brillant qui mérite à leurs yeux des conditions impossibles. Pour maximiser les profits, des familles entières travaillent. La main d'oeuvre est composée de 40% d'enfants. Après des semaines de dur labeur, les plus chanceux parviennent à extraire quelques grammes de poussière d'or.
Des conséquences sanitaires et environnementales

Mais la réalité, c'est un quotidien précaire et dangereux. Chaque année, les éboulements déciment des équipes entières. Lors de la saison des pluies, les décès se comptent par dizaines. Les rejets poussiéreux, l'utilisation du mercure et du cynaure exposent ces travailleurs aux risques de cancers et de maladies pulmonaires. Ces produits toxiques polluent chaque jour un peu plus, les sols, l'air et les nappes phréatiques. Jusqu'à présent, aucune sensibilisation n'a été menée autour des conséquences sanitaires et environnementales de l'exploitation aurifère. Rien n'a été fait non plus pour assurer une traçabilité de la filière de l'or. Si l'Etat vérifie que les comptoirs s'acquittent bien d'un permis d'achat et de vente, il n'exige aucune information sur la provenance. Lorsque l'or est revendu à l'autre bout du monde, après avoir été raffiné en Europe, principalement en Suisse, personne n'est en mesure de savoir dans quelles conditions il a été extrait.

En première ligne dans une société encore très fragilisée par 27 ans d'inertie et de corruption sous Blaise Compaoré, les orpailleurs demeurent pour l'instant livrés à eux mêmes. Seule lueur d'espoir, un nouveau code minier voulu par le gouvernement de transition. Il vise à encadrer et à professionnaliser l'orpaillage.
A travers la mine artisanale de Fandjora, l'un des sites les plus impressionnants du pays, le film est une plongée dans le quotidien dantesque de ceux qui font le choix d'embarquer leurs familles dans le piège de l'or. Derrière cette matière première qui s'arrache aux quatre coins du globe et dont nous profitons in fine, la ruée vers l'or est devenue incontrôlable. Elle concurrence même les bancs de l'école.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 7490
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: Re: Le Rien, la Nudité, Y'becca, La Laïcité et le Néant   Ven 26 Aoû à 9:40

Alice SerranoRadio France

Mis à jour le 05/12/2014 | 18:32
publié le 14/02/2014 | 14:09
PartagerTwitterPartagerEnvoyer
LA NEWSLETTER ACTUNous la préparons pour vous chaque matin
image il y a 17 minutes

Arrêté anti-burkini invalidé : quatre questions sur la décision du Conseil d'Etat

A Maripa-Soula, à l'ouest de la Guyane, un peu plus de 30 secondes de pirogue suffisent pour franchir la frontière entre la France et le Suriname. Terre riche en sédiments, la forêt amazonienne qui recouvre 90 % de ce département français est un véritable terrain de jeux pour des milliers d'orpailleurs illégaux, venus principalement des régions défavorisées du Suriname et du Brésil. A Maripa-Soula, commune la plus étendue de France, et dans ses alentours, leurs traces sont partout.

Voir le temps nécessaire pour la traversée de la frontière :

Juste en face de la rive française, de l'autre côté du fleuve Maroni, de nombreux vendeurs, principalement des Asiatiques (on les appelle les "Chinois", comme on parle des "Arabes" en métropole) vendent tout le nécessaire pour les orpailleurs : vêtements, pelles, nourriture, etc... "Juste en face de la France, il y a tout le matériel légal pour l'orpaillage et la France ne peut rien faire ", déplore Florent Taberlet, chargé du programme terrestre à WWF Guyane. Les paquets destinés aux orpailleurs se reconnaissent facilement, entourés de sac-poubelles et de scotch, pour résister aux voyages en pirogue et en quads au cœur de la forêt.

On trouve aussi tout le nécessaire pour divertir les orpailleurs : bordels et bars s'affichent le long du fleuve, et les conséquences sociales qui vont avec.
"Beaucoup de maladies sur les sites d'orpaillage "

C'est au bord de ce fleuve, dans un troquet côté Suriname, que Jean-Baptiste accepte de nous parler. Il est orpailleur dans les environs, il a également travaillé sur des chantiers de l'autre côté du département, à Oyapock, à la frontière avec son pays, le Brésil. Agé de 40 ans, il enchaîne les chantiers illégaux en Guyane depuis 2006. Il a laissé derrière lui un petit garçon qu'il n'a pas vu depuis quatre ans, et regrette un peu d'être venu ici, il réfléchit à rentrer chez lui.

Jean-Baptiste décrit ses conditions de vie très difficiles sur les sites d'orpaillage, "travail 24 heures puis repos 24 heures ", "le manque de sommeil ". Jean-Baptiste est payé en fonction de l'or qu'il trouve, il gagne 30 % de ce qu'il ramasse. Sur ses bras : des cicatrices toutes fraîches, il a été agressé à Noël dernier, par un couple qui lui a dérobé son or. Il ajoute qu'il y a "beaucoup de maladies sur les sites d'orpaillage ", notamment car l'eau est pleine de déchets. Les orpailleurs ne se soignent pas non plus contre le paludisme et développent des résistances : "La France pourrait devenir le vecteur d'un nouveau paludisme ", s'inquiète Denis Lenganey, chef de la délégation territoriale Maroni du Parc amazonien de Guyane.
Destruction de l'environnement

Sur le fleuve lui-même, donc encore plus près de la France, on aperçoit également des barges qui servent à pomper les sédiments au fond du fleuve, pour tenter ensuite d'en extraire de l'or. De la même manière, les orpailleurs retournent les berges du fleuve, détournent les rivières et créent de véritables marais d'eau stagnante.

Ces actions remettent en suspension des boues naturellement chargées en mercure, et libèrent du méthylmercure, toxique. C'est la première forme de pollution au mercure, qui s'ajoute à celui que les orpailleurs utilisent pour solidifier le précieux métal. Quand les orpailleurs ne cherchent pas l'or dans les sédiments, ils le font dans la roche, on parle alors d'orpaillage "primaire".

Ainsi, les chercheurs d'or détruisent des milliers de kilomètres de cours d'eau, de roches, et déforestent, entraînant la disparition d'espèces et modifiant la chaîne alimentaire.

Que fait l'Etat ?

L'opération interministérielle "Harpie" a été lancée en 2008 contre l'orpaillage illégal. Elle a conduit à une diminution des chantiers, qui ont repris de plus belle depuis 2012 :
Create InfographicsPour la plupart des acteurs sur le terrain, les moyens sont en fait insuffisants. Les orpailleurs "*sont très malins et très souples de leurs actions : ils vous transportent une pelle mécanique qu'ils démontent complètement* ", explique Denis Lenganey, chef de la délégation territoriale Maroni du Parc amazonien de Guyane. Ces activités illégales empêchent d'ailleurs en grande partie le parc d'accomplir ses missions premières, de développement local et de conservation du patrimoine.En face des orpailleurs qui s'adaptent en permanence, on a une "*intervention trop réglée, trop soumise à des horaires, des règles administratives* ", bref "*une inadaptation du cadre par rapport au contexte* ", dénonce Denis Lenganey.> "*Les forces de l'ordre ont moins l'habitude des quads* "Et puis les orpailleurs savent qu'ils ne risquent pas grand chose en France, alors que les méthodes de la police surinamienne semblent bien plus musclées. Denis Lenganey raconte qu'un jour un Brésilien a dit : "*Ah la police française, oui ils sont gentils avec les enfants, les femmes et les mafieux* ".Beaucoup pensent aussi que si tout cela se passait plus près de la métropole, et non pas à 8.000 km de là, "*on aurait fait quelque chose* ". "*Il n'y a pas un pays européen qui accepterait d'être occupé par une armée comme cela* ", dénonce également Rémi Pignoux, médecin à Maripa-Soula, qui s'inquiète depuis des années des conséquences environnementales de la pollution au mercure engendrée par ces chantiers. Pour lui, l'Etat ne veut pas arrêter ce phénomène, "*et il nous demande à nous de gérer les conséquences sur les Amérindiens* ". "*On nous demande d'agir en aval alors qu'il faut agir en amont* ", ajoute-t-il.**A lire aussi ** ►►►[ Guyane : les Amérindiens victimes de l'orpaillage illégal](http://www.franceinfo.fr/environnement/cinq-jours-a-la-une/guyane-les-amerindiens-victimes-de-l-orpaillage-illegal-1318305-2014-02-17)Des accords intergouvernementaux peinent à se mettre en place. Un accord franco-brésilien signé en 2008 contre l'orpaillage illégal a été ratifié par la France en 2010 et [vient seulement d'être ratifié par le Brésil](http://guyane.la1ere.fr/2013/12/12/le-president-hollande-annonce-la-ratification-par-le-bresil-de-l-accord-bilateral-de-lutte-contre-l-orpaillage-clandestin-93935.html), il prévoit la destruction du matériel utilisé dans l'exploitation illégale de l'or dans une zone de 150 km de chaque côté de la frontière. Aucun accord n'a été signé avec le Suriname.Les opérateurs légaux dépités -----------------------------Et du côté des opérateurs miniers légaux, on désespère... Carol Ostorero est depuis 20 ans dans l'orpaillage légal, à la tête de deux sociétés minières en Guyane. "*Les choses n'avancent pas, on n'a pas un gouvernement qui comprend les choses et traite le sujet à la hauteur des dégâts* ", dénonce-t-elle. "*Il n'a aucun moyen : ni stratégie, ni financier, rien, absolument rien du tout* ". Régulièrement, les orpailleurs illégaux traversent les concessions légales, voire s'installent dessus et cherchent de l'or. "*Aujourd'hui on arrive même au point où on doit leur montrer nos documents administratifs pour qu'ils daignent partir, donc c'est le monde à l'envers !* ", explique Carol Ostorero, que cette situation a poussé à s'engager en politique. Elle décrit à la fois un "*sentiment de révolte, de haine, d'humiliation, on a l'impression d'être violé" :*> "Comme si on entrait dans notre maison, on s'empare de nos biens, on casse tout et on s'en va"Certains mettent en cause les relations que les opérateurs légaux entretiendraient avec les orpailleurs illégaux, "*entre les deux il y a l'épaisseur d'une feuille de papier à cigarette* " disent certains. "*C'est facile de dire ça quand on n'est pas capable de traiter le problème, l'orpaillage légal à bon dos* ", répond-elle.Pas sûr que la refonte du code minier engagée par Arnaud Montebourg, qui doit se rendre en Guyane le 21 février prochain, ne satisfasse ces opérateurs. "*Tout cela n'est rien pour lutter contre ce fléau* ", ajoute-t-elle, "*c'est le seul secteur d'activité sur toute la France où la production illégale est dix fois supérieure à la production légale.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 7490
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: Re: Le Rien, la Nudité, Y'becca, La Laïcité et le Néant   Ven 26 Aoû à 9:46

Les conditions de transport sont insupportables pour les veaux :

Ces jeunes animaux vulnérables sont aussi bien transportés par des températures en dessous de zéro que par une chaleur extrême.
Aucun camion n’était équipé d’un système d’abreuvement adapté pour les veaux non sevrés, qui devraient boire du lait tiédi ou un substitut de lait.
Au cours des voyages qui durent souvent plus de 25 heures, ils ne sont jamais nourris à bord des véhicules
Les camions sont parfois surchargés, et il n'y a jamais assez d'espace en hauteur. Les animaux ne peuvent pas tenir leur tête droite ou se coucher pour se reposer.
Les veaux subissent trop souvent le traitement brutal des employés : tirés par la queue ou les oreilles, ou encore battus avec des bâtons lors des déchargements.
En route, les veaux déjà faibles, deviennent malades ou se blessent. Les plus affaiblis meurent pendant le trajet, d’autres dans les jours qui suivent leur arrivée dans le centre d'engraissement.

La réglementation européenne sur le transport des animaux est systématiquement violée pour les animaux non sevrés : l’alimentation correcte des veaux non sevrés est techniquement impossible.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 7490
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: Re: Le Rien, la Nudité, Y'becca, La Laïcité et le Néant   Ven 26 Aoû à 9:55

25 Αυγούστου 2016

Ο αστροναύτης της ESA Τιμ Πικ, σας προσκαλεί να συμμετέχετε στην πρώτη συζήτηση Ευρωπαίων πολιτών για το διάστημα.

Στις 10 Σεπτεμβρίου 2016, πάνω από 2000 πολίτες από 22 ευρωπαϊκές χώρες θα συμμετάσχουν στην πρώτη συζήτηση πολιτών για το Διάστημα για την Ευρώπη. Ποτέ στο παρελθόν δεν έχει συζητηθεί το μέλλον των διαστημικών δραστηριοτήτων σε μια τέτοια εκδήλωση που πραγματοποιείται σε τόσες πολλές χώρες.

Κατά τη διάρκεια της ημέρας, όσοι επιλεγείτε, θα έχετε την ευκαιρία να μάθετε, να συζητήσετε και να συμμετέχετε προτείνοντας προτεραιότητες για όλες τις πτυχές των σημερινών και των μελλοντικών ευρωπαϊκών διαστημικών προγραμμάτων.

Αυτή η διαβούλευση πρωτοφανούς κλίμακας θα πραγματοποιηθεί ταυτόχρονα σε όλα τα 22 Κράτη Μέλη της ESA, με περίπου 100 άτομα από κάθε χώρα που θα συγκεντρωθούν σε διάφορες τοποθεσίες. Τα αποτελέσματα της διαβούλευσης θα πρέπει να μπουν σε σειρά - το νωρίτερο 48 ώρες μετά τη συζήτηση - και να κοινοποιηθούν στην ESA.

Ελέγξτε την ιστοσελίδα μας και συμμετέχετε στη συζήτηση!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 7490
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: Re: Le Rien, la Nudité, Y'becca, La Laïcité et le Néant   Sam 27 Aoû à 3:31

Sainte Nino (en géorgien: წმინდა ნინო = ts'minda nino), apôtre de la Géorgie.

Nino aurait vécu en Géorgie au IVe siècle et y aurait propagé la foi chrétienne en convertissant le roi.

Une légende veut qu'elle soit venue au chevet de la reine Nana de Géorgie, mourante, et qu'elle l'ait guérie. La reine lui propose en récompense de l'or et de nombreux présents, mais Nino refuse, et désire simplement la conversion de la reine. Elle l'obtient, puis le roi Mirian fait de même, ainsi que le pays tout entier.

Le nom Nino correspondant au latin christiana (= chrétienne), on la trouve parfois désignée comme sainte Christiane ou sainte Chrétienne. Les formes Nina et Ninon en sont des hypocoristiques.

Sainte Nino est fêtée le 14 janvier aussi bien dans le martyrologe romain2 que dans le calendrier ecclésiastique orthodoxe.

Elle est généralement représentée tenant une croix aux bras légèrement incurvés vers le bas, dite Croix de la Grappe.


Christiana était une jeune chrétienne du IVe siècle. On ne sait pas exactement son origine. Au dire de Rufin, ami de saint Jérôme, elle aurait été emmenée captive en Géorgie, au sud de la Russie. Sa légende rapporte qu'elle menait une vie pénitente et retirée. Comme on ignorait de quel pays elle provenait, on l'appela (magnifiquement !) "la chrétienne", donc Christiana, d'où les diminutifs Ninon et Nina.

La reine de Géorgie apprit que Christiana avait guéri un enfant en le recouvrant de son cilice (chemise de crin portée par mortification) ; elle la fit appeler car elle était atteinte d'une grave maladie mais elle obtint comme réponse : "Ma place n'est pas dans un palais". La reine se fit transporter chez Christiana et elle recouvra la santé ; elle voulut couvrir de cadeaux sa bienfaitrice qui lui répondit : "La seule chose qui puisse faire mon bonheur, ce serait que le roi et vous-même embrassiez la foi chrétienne". La reine ne tarda pas à demander le baptême. Quant au roi, il n'était guère pressé de changer de vie. On pense à Clotilde et Clovis. Il se décida enfin, le jour où menacé de mort au cours d'une chasse aux fauves, il promit de devenir chrétien s'il en réchappait. Une fois sauvé, il pria l'empereur Constantin de lui envoyer des missionnaires pour porter l'Evangile en son pays.

Quoi qu'il en soit de cette édifiante légende, on peut retenir ceci : au début du Christianisme en Géorgie, il y a le témoignage d'une jeune chrétienne, modeste et rayonnante, qui était "tellement chrétienne" que ce fut son nom propre : Christiana. En ce temps de "perestroïka" et de l'éclatement de l'empire de toutes les Russies, la Géorgie est au premier plan de l'actualité. La littérature Géorgienne est l'une des plus anciennes et des plus riches de tout l'Orient chrétien et elle compte 15 siècles d'histoire ! Dans ce petit pays chrétien, héroïque comme l'Arménie, on dénombre plus de 5 000 églises, dont de magnifiques cathédrales. Beaucoup sont dédiées à saint Georges, le saint patron des Géorgiens.

Nina est aussi un nom d'origine celtique, qui signifie " sommet ".
Ninon vient du grec kristos :"oint".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 7490
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: Re: Le Rien, la Nudité, Y'becca, La Laïcité et le Néant   Sam 27 Aoû à 3:37

La date de naissance d'Abd el-Kader n'est pas certaine : il naît probablement le 6 septembre 1808, dans le beylik d'Oran, à El Guetna, village proche de Mascara, au sein d'une famille de lettrés et de cheiks soufis originaire de la paysannerie algérienne7,8.

Il est le troisième fils du lettré Sidi Muhieddine (ou Sayyidi Mahieddine) Ibn Mostafa, cheikh de l'ordre soufi de la Qadiriyya et auteur d'un « Kitab irshad al-muridin » à destination des novices dans la gnose9. Sa mère, Zohra (seconde épouse10 de Muhieddine), est une femme cultivée, fille du cheikh Sidi Boudouma, chef d'une zaouïa assez influente de Hammam Bou Hadjar (actuelle Wilaya d'Aïn Témouchent).

Abd el-Kader ferait remonter ses origines à la tribu berbère des Banou I. Il se revendique également comme un descendant d'Idris Ier, et par conséquent descendant du prophète (« rassul ») Mahomet, par la branche des Idrissides. Il précise dans sa lettre à Napoléon III en décembre 1852 la généalogie suivante : Abd el-Kader ibn Muhieddine, ibn Mostafa (qui s’est installé définitivement dans la plaine d’Ighriss), ibn Muhammad, qadi, ibn Ahmed, ibn Muhammad, ibn Abdel-Kaoui, ibn Ali, ibn Ahmed, ibn Khaled, ibn Yussef, ibn Ahmed, ibn Bachar, ibn Muhammed, ibn Massoud, ibn Taous, ibn Yacoub, ibn Abdelkaoui, ibn Ahmed, ibn Muhammad, ibn Idriss II16, ibn Idriss I, ibn Abdallah El Kamel, ibn Hassan El Muthana, ibn Hassan Essabt, ibn Fatima Zahra bint Rassul Allah.

Enfant précoce, il sait lire et écrire dès l'âge de cinq ans ; à huit ans (1816), il fait avec son père le pèlerinage à la Mecque (le Hajj). Il est autorisé à commenter le Coran et les traditions prophétiques à douze ans ; deux ans plus tard, il reçoit le titre de hafîz, destiné à ceux qui savent le Coran par cœur, en entier.

À leur retour, ils racontent que d'anciennes prophéties annonçaient qu'Abd el-Kader deviendrait un jour le « sultan des Arabes ». Les populations arrivent en foule au douar des Hachem, où ils passent leurs journées en prières, dans leurs tentes. Les offrandes étaient du grain, du bétail, mais aussi des chevaux, de l'or, de l'argent et des armes.

Cette mobilisation autour de la vénération qu'ils s'étaient acquise, inquiète le gouverneur d'Oran, Hassan-Bey : pour mettre un terme à l'influence et à ces menées révolutionnaires, il prononce la peine de mort contre le père d'Abd el-Kader.

Son éducation se poursuit chez son oncle paternel, Ahmed Bilhar, par l'étude du Coran et les principes des sciences physiques et morales, de la géométrie et de l'astronomie, la gymnastique, l'équitation et le maniement des armes. Muhieddine envoie ensuite son fils à Oran, où il passe dix-huit mois auprès d'un autre lettré, Sidi Ahmed ben-Kodja, qui lui enseigne la politique.

Il s'avère doué d'un esprit curieux et d'une mémoire phénoménale grâce à laquelle, en captivité, il pourra citer les philosophes grecs et de nombreux autres écrits (dont la Muqaddima d'Ibn Khaldun) sans les avoir à sa disposition. Sa culture lui permettra de parler de Platon, de Pythagore ou d'Aristote, ou de se plonger dans l'étude d'ouvrages évoquant « de l'ère des Califes, l'histoire ancienne et moderne, la philosophie, la philologie, l'astronomie, la géographie, et même des ouvrages de médecine. ».
Place de l'Émir-Abd-el-Kader (Alger)

Vers le milieu des années 1820, il épouse sa cousine Kheïra (et une sœur d'Abd el-Kader épousera le frère de Kheïra), fille d'un oncle maternel Abu Tale.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 7490
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: Re: Le Rien, la Nudité, Y'becca, La Laïcité et le Néant   Sam 27 Aoû à 3:40

L'abstinence sexuelle, ou continence, est le fait de vivre en se privant volontairement de toute pratique sexuelle que ce soit pour des motivations sociales, médicales, idéologiques ou religieuses. Elle est aussi utilisée pour la régulation des naissances.

Formes d'abstinence

Le degré d'abstinence va ainsi de la simple abstinence de coït génital sans qu'il y ait nécessairement abstinence d'autres pratiques sexuelles (c'est le cas du cadre contraceptif par exemple) à l'abstinence totale d'intention d'ordre sexuel, y compris purement psychique (c'est le cas dans certains cadres religieux). On peut distinguer aussi l'abstinence associée au vœu de chasteté chrétien, ou à son équivalent dans de nombreuses autres religions, qui est le fait de religieux dans l'optique de transcender les pulsions associées.

On peut aussi faire le choix de l'abstinence, de façon définitive ou temporaire, tout simplement par ce que l'on n'a pas envie ou qu'on ne ressent pas le besoin d'avoir des relations sexuelles, sans pour autant justifier ce choix par des convictions philosophiques ou religieuses. Au Japon, le phénomène des « hommes mangeurs d'herbe » (soushoku danshi), qui préfèrent les longues balades au sexe et à l'argent prend de l'ampleur1. Les « herbivores » incarnent une rébellion silencieuse contre les valeurs viriles et matérialistes associées au Japon de l'euphorie économique des années 1980.

Selon une étude de Dean M. Busby et al., de l' Université Brigham Young dans l'Utah, (une université des Mormons) publiée dans le Journal of Family Psychology (en), disant avoir interviewé 2 035 couples mariés entre 2006 et 2009, les couples « abstinents » seraient plus satisfaits que les « non-abstinents ». Leurs relations auraient 22 % en plus de stabilité. Leur communication serait de 22 % supérieure. Un couple ayant attendu le mariage aurait 15 % de « rapports de qualité » en plus 2.
Facteurs religieux

La grande majorité des religions fixent dans leurs textes fondateurs les règles à observer en matière de sexualité. Elles indiquent parfois de façon très précise le type de relations autorisées et celles qui ne le sont pas, les conditions qui les autorisent (le mariage) le nombre et le sexe des partenaires possibles (en autorisant ou non la polygynie, la polyandrie ou l'homosexualité, par exemple) et demandent parfois l'abstinence totale à certains membres de la communauté. Ainsi les ministres de certains cultes doivent-ils prononcer un vœu de chasteté qui leur interdit toute activité sexuelle (c'est par exemple le cas des prêtres, des moines et des religieuses catholiques).

L'abstinence de toute relation sexuelle hors mariage est un précepte que l'on retrouve dans les trois grandes religions monothéistes (christianisme, islam, judaïsme). Il est d'ailleurs mentionné de façon très explicite dans le dernier des dix commandements : « Tu ne convoiteras ni la femme, ni la maison, ni rien de ce qui appartient à ton prochain. » Le fait d'avoir une relation sexuelle avec une femme mariée est, d'après l'énoncé, une offense envers un autre homme : c'est le mari ou le père qui est offensé (voire le frère) ; une offense envers le mari, qui perd la garantie d'être le père des enfants ; une offense envers le père qui perd la possibilité de marier sa fille.
Impacts sur la fertilité des ménages

L'abstinence est la méthode de contrôle des naissances privilégiée par les milieux conservateurs. On peut considérer qu'il s'agit d'une méthode de contraception, au sens où elle est définie par l'Organisation mondiale de la santé (OMS) comme l'« utilisation d’agents, de dispositifs, de méthodes ou de procédures pour diminuer la probabilité de conception ou l’éviter », même si cette définition demeure controversée.

Partant du constat que l'abstinence constitue une garantie absolue contre le risque de grossesse et un moyen très efficace de lutter contre la propagation des infections sexuellement transmissibles (IST)3, diverses organisations mènent des campagnes actives en faveur de l'abstinence auprès des adolescents et des jeunes adultes, les invitant à rester vierges jusqu'au mariage.

Dans les pays anglo-saxons en particulier, des organisations chrétiennes promeuvent ainsi le port de signes distinctifs signifiant la volonté de ne pas avoir de relations sexuelles, telle la bague de virginité.

L'efficacité de ces campagnes est très contestée, les jeunes ayant fait le vœu de rester vierge avant le mariage s'avérant en pratique tout aussi exposés que les autres aux risques de contamination par les IST4. Cela s'explique par le fait qu'ils pourraient ne respecter que la définition « technique » de la virginité, s'abstenant d'avoir des rapports sexuels avec pénétration vaginale pénienne, mais pratiquant tout de même la fellation ou la sodomie, surtout dans les régions où l'éducation sexuelle fait défaut. De plus, des recommandations basées exclusivement sur l'abstinence ont tendance à dissuader les jeunes gens d'employer le préservatif quand ils rompent leurs vœux, ce que font 90 % des porteurs de la bague de virginité selon une étude réalisée en Angleterre5.

Aux États-Unis, l'abstinence sexuelle fut pratiquement l'unique moyen de contraception et de prévention des maladies vénériennes prôné par le gouvernement conservateur de George W. Bush. Cette politique, qui méconnaissait les autres moyens de contraception, et en particulier l'usage du préservatif, a favorisé une natalité élevée chez les mineures issues des milieux les moins favorisés. Le nombre de premiers rapports non protégés est aussi très élevé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 7490
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: Re: Le Rien, la Nudité, Y'becca, La Laïcité et le Néant   Sam 27 Aoû à 3:41

En France, le concubinage est un mode de conjugalité défini comme l'union de fait entre deux personnes qui vivent en couple, sans être mariés ni pacsés. Auparavant réservé aux couples hétérosexuels, le concubinage est ouvert aux couples de même sexe en 1999. Lorsqu'il est prouvé, il a certains effets juridiques.
http://la-5ieme-republique.actifforum.com
Définition

Étymologiquement, concubin signifie « celui qui couche avec ».

L'article 515-81 du Code civil définit le concubinage comme « une union de fait, caractérisée par une vie commune présentant un caractère de stabilité et de continuité, entre deux personnes, de sexe différent ou de même sexe, qui vivent en couple ».

Le concubinage ne résulte d'aucun contrat, d'aucun acte administratif. Il peut tout au plus faire l'objet d'une convention, rédigée sous seing privé ou avec l'aide d'un notaire, destinée à régler des questions patrimoniales (en procédant à l'inventaire des biens de chacun). Toutefois la loi ne reconnaît, en matière de concubinage, aucune obligation de fidélité, de maintien d'une communauté de vie ou d’assistance entre les intéressés et interdit même aux concubins d’en créer conventionnellement.
Évolution juridique en France

Sous l'Ancien Régime, le droit canon condamnait le concubinage pour des raisons liées à la morale religieuse et la force symbolique du mariage religieux. Après la Libération, les concubins sont reconnus comme des ayants droit aux allocations familiales. Face au développement de ce type d'union, le droit va devoir, dès 1968, s'adapter à cette nouvelle situation.

Ainsi, deux arrêts méritent d'être soulignés :

   Arrêt "Dangereux", C. Cass. 1970, prend en compte le préjudice moral et matériel d'une concubine pour le décès accidentel de son concubin.
   Arrêt "Toros", C.Cass. 19 juin 1975, répare le préjudice subi par la concubine en cas de décès accidentel, le concubin étant marié. Il y a eu indemnisation de l'épouse et de la concubine.

En parallèle, le législateur est intervenu sur deux points :

   Loi du 3 janvier 1972, décide de l'égalité des enfants naturels (hors mariage) et légitimes (issus d'un couple marié)
   Loi du 11 juillet 1975, dépénalise l'adultère.

Le concubinage est progressivement pris en compte dans différents domaines :

   certaines entreprises ont commencé à octroyer à leurs salariés vivant en concubinage des avantages jusqu'alors réservés aux personnes mariées ;
   le recours à la procréation médicalement assistée (PMA) a été autorisé entre concubins de sexes différents par la loi du 29 juillet 1994 ;
   le droit de bail est devenu transférable au concubin, même s'il n'est pas intervenu au bail, en cas de décès ou de séparation ;
   les libéralités entre concubins, longtemps annulées par les tribunaux qui considéraient qu'elles étaient motivées par une cause immorale, ont été acceptées si elles n'avaient pas pour objet de favoriser ou prolonger cette cause, puis autorisées en toutes circonstances par un arrêt de la Cour de cassation du 3 février 1999.

En dépit de l'opposition de la Cour de cassation (1989 et 1997), le concubinage a finalement été ouvert aux couples homosexuels et défini par la loi du 15 novembre 1999.
Distinction avec les autres formes de conjugalité
Distinction entre concubinage et union libre

L'union libre n'est pas une notion présente dans le droit français : elle ne fait l'objet d'aucun texte, ni pour l'autoriser expressément, ni pour la définir, ni pour l'interdire, ni même pour lui attacher un quelconque droit particulier.

En France, toute personne majeure non engagée par le mariage ou par un contrat de PaCS est donc libre de vivre avec toute autre personne majeure, ou même avec plusieurs personnes, engagée(s) ou non, et d'entretenir avec ces personnes toutes formes de relations, y compris sexuelles, dès lors que celles-ci font l'objet d'un consentement mutuel. Cet état de fait peut être qualifié d'« union libre » mais personne ne peut s'en prévaloir ou exiger un quelconque avantage sur ce fondement.

Le concubinage, au contraire, fait l'objet d'une définition plus restrictive et bénéficie d'un régime juridique, social et fiscal (toutefois fort limité).
Distinction entre concubinage, PaCS et mariage civil
Articles détaillés : Pacte civil de solidarité et mariage civil.

Le concubinage est une situation de fait, dont la preuve peut être établie à tout moment par quiconque, tandis que le mariage et le partenariat ne sont valablement constitués que par suite d'une démarche juridique des intéressés. De même, la rupture du concubinage pourra être simplement constatée, tandis que la rupture du PaCS devra faire l'objet d'une déclaration ; quant au mariage, il ne peut être soldé que par un divorce (ou dans de très rares cas être annulé). Le PaCS, et à plus forte raison le mariage, produisent des effets juridiques bien plus étendus que le concubinage dans un grand nombre de domaines. Enfin, il faut souligner que seul le mariage prévoit des dispositions en matière de filiation (comme la présomption de paternité) et que seul un couple marié peut faire une demande d'adoption conjointe.
Régime juridique
Éléments constitutifs du concubinage

L'article 515-8 du Code civil requiert expressément plusieurs conditions pour acter le concubinage :

   c'est une union de fait entre deux personnes : la définition exclut donc toute forme de conjugalité entretenue entre plus de deux personnes ; elle est aussi, par extension, censée être exclusive de toute autre forme d'union conclue par chacun des intéressés (qui ne peuvent en principe pas être engagés simultanément par un mariage, un partenariat, ou un autre concubinage) ;
   caractérisée par une vie commune : les personnes concernées doivent vivre sous le même toit mais le législateur n'ayant pas fixé de délai minimal, le juge devra apprécier la pérennité de la relation ;
   qui vivent en couple : vie de couple n'est pas synonyme de vie sexuelle, mais s'il existe des liens consanguins entre les intéressés, cela interdira au juge de considérer que ceux-ci forment un couple.

Certains textes antérieurs à la loi du 15 novembre 1999 toujours en vigueur, tels que la loi du 6 juillet 1989 relative aux baux d'habitation, se référent expressément au « concubinage notoire » et fixent une durée minimale d'un an de vie commune, mais ni cette durée ni cette notion de notoriété n'ont été reprises dans la définition qui prévaut désormais.

Par exception, il peut arriver qu'une situation de concubinage soit reconnue par la justice alors que l'un des deux concubins est toujours engagé par ailleurs dans un mariage (cette situation est souvent dénoncée par le conjoint lésé qui souhaite faire prononcer un divorce pour faute). De même, lorsque les époux sont séparés de corps, et bien que cela soit contraire à la loi car la séparation de corps ne délie pas de l'obligation de fidélité, il est généralement admis qu'ils puissent faire reconnaître une situation de concubinage simultanée au mariage.
Preuve du concubinage

En tant que situation de fait, le concubinage est soumis au régime probatoire des faits juridiques et peut être établi par tous moyens par quiconque.
Preuve du concubinage par les concubins

Ils peuvent prouver l'existence de leur relation par tous moyens et notamment en présentant :

   un certificat de concubinage, ou de vie commune : encore délivré par certaines mairies, la valeur juridique de ce document, établi généralement sur la base d'une simple déclaration sur l'honneur (ou sur présentation d'une facture établie aux deux noms, par exemple) est toute relative (depuis la mise en place du PaCS en 1999, les mairies n'ont plus l'obligation de délivrer ce document) ;
   un acte de communauté de vie : depuis la loi du 8 janvier 1993, le législateur organise une preuve de la vie maritale pour établir la filiation : les parents naturels ayant tous deux reconnu leur enfant dans l'année suivant sa naissance et justifiant d'une communauté de vie au moment de cette double reconnaissance peuvent exercer en commun l'autorité parentale ; à ce titre, pour prouver leur communauté de vie, ils peuvent s'adresser au juge aux affaires familiales du Tribunal d'instance dont ils dépendent et demander que leur soit remis un « acte de communauté de vie » (article 372-1 du Code civil).

Preuve du concubinage par des tiers

   Preuve lors du divorce : à l'occasion d'un divorce pour faute, l'un des époux peut vouloir démontrer que son conjoint vit en concubinage avec un tiers. Il a alors le plus souvent recours à un constat d'adultère et doit se conformer aux exigences de l'article 259-2 du Code civil.
   Preuve du concubinage par les autorités administratives : les pouvoirs d'investigation dont dispose l'administration sont limités par les exigences de la protection de la vie privée des individus et il est souvent difficile pour les autorités administratives de faire la preuve de l'existence d'un concubinage entre deux personnes.

Effets juridiques

S'agissant d'une situation de fait, le concubinage ne fait en principe naître aucune obligation entre les concubins, qui ne se doivent ni fidélité, ni secours, ni assistance. Le principe qui prévaut en la matière se résume en cette phrase : "la liberté de chacun prévaut". En principe donc, il y a absence totale d'effets légaux du concubinage. Il en va différemment à l'égard des tiers en raison de l'apparence résultant de la communauté de vie.
Effets entre les concubins

L'article 220 et 226 du code civil (pour le mariage) et 515-4 du code civil (pour le PACS) qui prévoient par exemple tous les deux l'obligation de contribuer aux charges du ménage et la solidarité entre époux pour les dettes contractées pour les dépenses courantes ne s'appliquent pas au concubinage : les concubins gardent la libre disposition de leurs revenus respectifs et n'ont aucun pouvoir de cogestion, ils peuvent tout au plus se donner mutuellement pouvoir d'agir au nom et pour le compte de l'autre.

Les contrats à titre onéreux entre concubins sont valables, qu'il s'agisse d'un prêt, d'une vente ou d'un contrat de travail. De même, ils peuvent acquérir des biens en indivision et régler contractuellement leurs rapports patrimoniaux par le biais d'une convention de concubinage, mais cette convention doit se limiter à constituer un inventaire des biens de chacun et de ceux acquis en commun en vue d'en faciliter le partage en cas de rupture du concubinage.

Les libéralités entre concubins ont longtemps été frappées de nullité, même si les tribunaux admettaient les legs « de pure bienveillance ». Ces dons et legs sont désormais autorisés mais des difficultés subsistent :

   il est possible de les révoquer pour survenance d'enfant (article 970 du Code civil),
   il est difficile de prouver l'intention libérale lorsque la donation n'a pas revêtu une forme solennelle,
   la donation sera limitée s'il existe un conjoint ou des enfants "protégés" (c'est par exemple le cas d'enfant issu d'un couple dont l'un des deux était lié par les liens du mariage avec une autre personne),
   la fiscalité qui s'applique sur les dons entre concubins est calculée au taux maximal.

Effets vis-à-vis de l'administration

Pour l'administration fiscale, le concubinage n'est pas reconnu et chaque concubin doit déclarer ses revenus séparément, sauf pour le calcul de l'impôt de solidarité sur la fortune qui fait exception ; toutefois les concubins ne sont jamais réputés solidaires du paiement de l'impôt. Les enfants communs aux deux concubins peuvent être comptés à charge par leur père ou par leur mère, mais pas par les deux (en revanche, le parent qui ne déclare pas avoir l'enfant à charge peut verser une pension alimentaire à l'autre parent et la déduire de son propre revenu imposable, mais cette pension entre alors dans le revenu imposable de son concubin). La situation est appréciée au 1er janvier de l'année d'imposition.

Pour l'assurance maladie, il est possible de faire reconnaître son concubin comme ayant droit si celui-ci vit à la charge de l'assuré. Pour l'assurance vieillesse, en revanche, le concubinage n'est pas pris en compte et n'ouvre par exemple pas droit à la pension de réversion à la suite du décès du concubin, mais le fait de vivre en concubinage n'empêche pas de percevoir une pension de réversion si les ressources du ménage n'excèdent pas un plafond. Pour l'assurance chômage, la démission de son travail pour suivre son concubin n'ouvre pas droit aux allocations chômage (alors que cette possibilité est offerte aux couples pacsés ou mariés). Pour les caisses d'allocations familiales, c'est au contraire la « vie maritale » qui est prise en compte, sans s'intéresser à la forme que prend cette dernière (concubinage, partenariat ou mariage).

Dans la fonction publique, il est possible de faire valoir son statut de parent : le concubinage en tant que tel n'ouvre pas le droit au rapprochement de conjoint en cas de mutation professionnelle, mais c'est en invoquant l'intérêt de l'enfant qu'il sera possible de faire valoir des droits semblables à ceux qu'obtiennent les couples mariés ou pacsés et d'écourter ainsi l'éloignement de l'un des deux parents du reste de la famille.

L'obtention d'un titre de séjour sera seulement facilitée pour un concubin étranger après cinq ans de vie commune, elle demeurera néanmoins plus difficile à obtenir que si les intéressés concluent un PaCS (durée réduite à trois ans de vie commune) ou un mariage (obtention automatique au bout d'un an).

Seuls les couples mariés peuvent déposer une demande d'adoption conjointe : dans tous les autres cas, seule une demande d'adoption individuelle est recevable.
Le concubinage à l'égard des tiers

Même si les concubins restent étrangers l'un à l'autre, les tiers peuvent valablement invoquer l'action paulienne lorsque l'un des concubins agit en fraude de leurs droits (article 1167 du Code civil).

Les concubins ne sont en principe pas solidaires des dettes contactées par l'un d'entre eux. Néanmoins, lorsque les concubins vivent comme des époux et entretiennent l'ambiguïté sur la nature de leur relation, l'apparence créée à l'égard des tiers va produire des effets et les créanciers du ménage peuvent s'en prévaloir en cas d'erreur légitime : ils invoqueront alors la théorie de l'apparence.
Rupture du concubinage
Rupture volontaire

Elle peut résulter :

   d'une décision prise en commun ou par un seul des concubins de rompre la relation ;
   du départ d'un des concubins du domicile commun, qui, s'il prend les apparences d'un départ définitif, peut être interprété comme une rupture ;
   d'une transformation du concubinage en partenariat ou en mariage.

De même qu'il n'est pas nécessaire d'acter le concubinage par un écrit spécifique, il n'est pas nécessaire d'effectuer une quelconque démarche pour le rompre. C'est toujours l'observation de la situation effective qui permet de déterminer si des personnes vivent en concubinage : en pratique, dès lors que les intéressés ne vivent plus sous le même toit, ils ne peuvent plus être considérés comme concubins.

Si les concubins ont établi leur résidence principale commune depuis au moins un an dans un logement que l'un d'entre eux a loué, l'article 14 de la loi du 6 juillet 1989 permet, en cas d'abandon du domicile par le locataire, au « concubin notoire » de ce dernier resté dans les lieux de faire transférer le contrat de bail à son nom (même s'il ne figure pas sur le contrat de bail initial).

Lors de la séparation, chaque concubin reste évidemment propriétaire de ses biens propres, mais des difficultés peuvent se poser pour les biens acquis en indivision : il faut soit conserver l'indivis, soit procéder à un partage ou à un rachat de la part de l'autre concubin, soit parvenir à s'entendre sur une vente à un tiers et partager le bénéfice de la vente.

De même la collaboration de l'un des concubins à l'activité de l'autre ne peut être occultée en cas de séparation. Dans cette hypothèse, il existe deux types de palliatif à l'absence de régime matrimonial :

   faire constater une société créée de fait :

Cela suppose qu'au cours de la vie commune, les membres du couple aient affecté des biens ou leur industrie à une entreprise commune dont ils assuraient la direction et la gestion dans le but de réaliser des bénéfices et des économies, tout en s'engageant à en assumer les pertes, ceci sans avoir manifesté la volonté d'être associé. Cette situation est admise par la jurisprudence constante, à condition que les éléments constitutifs d'une société soient réunis : apports de chacun des concubins, participation effective aux bénéfices et aux pertes. Par voie de conséquence, la cohabitation, même prolongée, et la confusion des biens, ne peuvent être suffisants pour admettre la société créée de fait.

   faire constater un enrichissement sans cause :

Si les concubins ne peuvent se prévaloir d'une société créée de fait, l'un des ex-concubins peut demander une indemnisation sur le fondement de l'enrichissement sans cause, mais ce fondement est assez souvent rejeté. Cependant il existe un cas où une construction édifiée en commun sur le terrain de l'ex-concubine lui a permis d'invoquer l'action de in rem verso, car elle s'est appauvrie en dehors de tout intérêt personnel ou intention libérale alors qu'elle n'a jamais profité de l'investissement qui a procuré à son ex-compagnon un enrichissement sans contrepartie. De même, la collaboration de la concubine consistant à servir les clients du fonds, sans rétribution, ne doit pas être assimilée à une dépense commune, et implique par elle-même l'appauvrissement de la concubine et l'enrichissement corrélatif de son concubin (1re Chambre civile, Cour de Cassation, 15 octobre 1996).
Rupture par décès de l'un des concubins

En cas de décès de l'un des concubins, le survivant n'a aucune vocation successorale. Il peut seulement invoquer l'article 14 de la loi du 6 juillet 1989 qui prévoit le transfert du contrat de location au « concubin notoire » en cas de décès du locataire s'il vivait avec lui depuis au moins un an.

Le droit à réparation en cas de décès du concubin ne peut en principe pas non plus être invoqué : la jurisprudence refuse généralement toute indemnisation dans cette hypothèse (dans un arrêt de sa chambre mixte en date du 27/02/1970, la Cour de cassation a pourtant admis qu'une femme pouvait agir en réparation du préjudice subi du fait de la disparition de son concubin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 7490
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: Re: Le Rien, la Nudité, Y'becca, La Laïcité et le Néant   Lun 29 Aoû à 3:46

28 septembre 1914

Vous ayant dit ce matin que je vous aimais, ma voisine d’hier soir, j’éprouve maintenant moins de gêne de vous l’écrire. Je l’avais déjà senti dès ce déjeuner dans le vieux Nice où vos grands et beaux yeux de biche m’avaient tant troublé que je m’en étais allé aussi tôt que possible afin d’éviter le vertige qu’ils me donnaient.

C’est ce regard-là que je revois partout, plutôt que vos yeux de cette nuit dont mon souvenir retrouve surtout la forme et non le regard. De cette nuit bénie j’ai avant tout gardé devant les yeux le souvenir de l’arc tendu d’une bouche entr’ouverte de petite fille, d’une bouche fraîche et rieuse, proférant les choses les plus raisonnables et les plus spirituelles avec un son de voix si enchanteur qu’avec l’effroi et le regret où nous jettent les souhaits impossibles je songeais qu’auprès d’une Louise comme vous, je n’eusse voulu être rien autre que le Taciturne. Puissé-je encore toutefois entendre une voix dont le charme cause de si merveilleuses illusions !

Vingt-quatre heures se sont à peine écoulées depuis cet événement que déjà l’amour m’abaisse et m’exalte tour à tour si bas et si haut que je me demande si j’ai vraiment aimé jusqu’ici. Et je vous aime avec un frisson si délicieusement pur que chaque fois que je me figure votre sourire, votre voix, votre regard tendre et moqueur il me semble que, dussé-je ne plus vous revoir en personne, votre chère apparition liée à mon cerveau m’accompagnera désormais sans cesse.

Ainsi que vous pouvez voir, j’ai pris là, mais sans le vouloir, des précautions de désespéré, car après une minute vertigineuse d’espoir je n’espère plus rien, sinon que vous permettiez à un poète qui vous aime plus que la vie de vous élire pour sa dame et se dire, ma voisine d’hier soir dont je baise les adorables mains, votre serviteur passionné.

Apollinaire à Lou
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 7490
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: Re: Le Rien, la Nudité, Y'becca, La Laïcité et le Néant   Lun 29 Aoû à 3:54

@leroy_fabien @lesclubspr ... L'euro montre une vision sur lequel s'inspire des pays. L'euro est une expression de chaque pays figurants.

@leroy_fabien @lesclubspr qui s'intéresse aux différents dessins et événements que partage l'euro, se sont des sentiments communs d'humains.

@leroy_fabien @lesclubspr l'euro se sont des histoires de differents peuples. Elle est certes une monnaie mais c'est un autre regard du vif.

L'euro est un symbole autre que le dollar, il ressemble plus à l'effigie de la reine. Le franc n'est pas mort, ses recits vivent dans l'euro;

Je trouverai normal que nous editions une piece de 2 euros sous notre effigie. Celle d'une jeune reine de France : Marie Stuart. La France.

Marie Stuart et Elisabeth Tudor sont des femmes vives tout comme Marie Tudor ainsi que toutes les reine Britanniques. Pantheon et Invalides.


Nov. 24, 2015
Katherine Johnson Receives Presidential Medal of Freedom


La France et la Francophonie n'est pas une cousine du Commowealth. Elle est une soeur jumelle tout comme L'Europe est une douce berceuse.

Le president de la france ne doit pas se comporter en Lancelot devant Une Reine Britannique. Il est un chef militaire et de justice, Elegant.


July 29, 2016
NASA Marches on with Test of RS-25 Engine for New Space Launch System

Nous savons l'importance que requiert la prière pour le peuple italien en cette journée. Apportons donc Prières et Espérance en leurs seins.


Aug. 23, 2016
Spacewalkers Successfully Install New Docking Adapter for Commercial Crew Flights

Ecrit de
TAY
La chouette effraie



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 7490
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: Re: Le Rien, la Nudité, Y'becca, La Laïcité et le Néant   Ven 23 Sep à 9:32

23 Σεπτεμβρίου 2016

Όπως κάθε χρόνο έτσι και φέτος σας περιμένουμε όλους στη Βραδιά του Ερευνητή, στις 30 Σεπτεμβρίου, για να ανακαλύψετε τι μπορεί να κάνει η επιστήμη και η έρευνα για ένα καλύτερο μέλλον.

H Βραδιά του Ερευνητή, η μεγαλύτερη γιορτή για την επιστήμη και την έρευνα που διοργανώνεται κάθε χρόνο σε περισσότερες από 300 πόλεις σε όλη την Ευρώπη, κλείνει φέτος τα 11 της χρόνια. Στην Ελλάδα διοργανώνονται εκδηλώσεις σε δέκα πόλεις από δύο επιστημονικές κοινοπραξίες:

Η κοινοπραξία RENA οργανώνει βραδιές στις πόλεις: Αθήνα (ΕΚΕΦΕ Δημόκριτος) – Κόρινθος – Πύλος – Ξάνθη – Ηράκλειο (Θαλασσόκοσμος)
Η κοινοπραξία IRENE οργανώνει βραδιές στις πόλεις: Αθήνα (ΕΜΠ) – Θεσσαλονίκη – Λάρισα – Πάτρα – Ηράκλειο (ΙΤΕ) – Ρέθυμνο (ΙΤΕ)

Μέσα από παρουσιάσεις, πειράματα, δρώμενα ειδικά σχεδιασμένα για μαθητές, εργαστήρια για εκπαιδευτικούς, διαγωνισμούς και ποικίλες πρωτότυπες εκδηλώσεις, η έρευνα ανοίγει τις πόρτες της στον χώρο της εκπαίδευσης αλλά και στο ευρύτερο κοινό, δίνοντας του την ευκαιρία μιας άμεσης προσέγγισης με τους ανθρώπους της επιστήμης.

Πριν την κεντρική εκδήλωση, έξι μικρότερες εκδηλώσεις θα προηγηθούν για την καλύτερη γνωριμία του κοινού με τους στόχους και τους επιστημονικούς φορείς της διοργάνωσης: το ΕΚΕΦΕ «Δημόκριτος», το Εθνικό Αστεροσκοπείο Αθηνών, το Ερευνητικό Κέντρο «Αθηνά», το Εθνικό Ίδρυμα Ερευνών, το Ινστιτούτο Παστέρ και το ΕΛΚΕΘΕ στην Ανάβυσσο!

Συγκεκριμένα στην Αθήνα στο ΕΚΕΦΕ Δημόκριτος (Αγία Παρασκευή), στην Αίθουσα Θέμις Παραδέλλης (Κτήριο 6) 1ος όροφος, από τις έξι το απόγευμα μέχρι τα μεσάνυχτα, το κοινό θα έχει την ευκαιρία να γνωρίσει από κοντά τους ερευνητές, να ενημερωθεί για το ερευνητικό έργο τους, να πάρει μία γεύση από την καθημερινότητά τους και να χαρεί τη μαγεία των επιστημών. Το παρών θα δώσει και φέτος ο Ευρωπαϊκός Οργανισμός Διαστήματος, ESA, με μια ποικιλία δράσεων και παρουσιάσεων. Πληροφορίες ΕΔΩ.

Στον καταπράσινο εξωτερικό χώρο του Δημόκριτου, ανάμεσα στα δέντρα, αλλά και σε κατάλληλα διαμορφωμένες αίθουσες, θα έχουν στηθεί πειραματικές επιδείξεις και διαδραστικά παιχνίδια από τα μεγαλύτερα ερευνητικά κέντρα και φορείς της χώρας για μικρούς και μεγάλους

Μέσα από παρουσιάσεις, πειράματα, συζητήσεις, προβολές, παιχνίδια, ειδικά σχεδιασμένα για το ευρύ κοινό, παιδιά και γονείς έρχονται σε επαφή με τον άγνωστο κόσμο του ερευνητή, τον τρόπο δουλειάς του και τους χώρους που κινείται.

Ποιος είναι ο Ευρωπαϊκός Οργανισμός Διαστήματος;

Η Δρ. Γεωργία Δοξάνη, ειδική σε θέματα τηλεπισκόπησης και ερευνήτρια στο Επίγειο Τμήμα Λειτουργίας των Αποστολών στον τομέα προγραμμάτων Παρατήρησης της Γης στο ESRIN, ESA, θα παρουσιάσει στο κοινό τον Οργανισμό και τις δραστηριότητες του.

Η ομιλία θα πραγματοποιηθεί στο κεντρικό αμφιθέατρο με τίτλο: «Ο Ευρωπαϊκός Οργανισμός Διαστήματος: Επιτεύγματα και Προοπτικές».
Μαθαίνοντας για την παρατήρηση της Γης

Ο δικός μας πλανήτης

Ο πλανήτης μας, η Γη, είναι μοναδικός στο ηλιακό μας σύστημα, καθώς σφύζει από ζωή και είναι γεμάτος θαυμάσια τοπία. Είναι άλλωστε και το δικό μας σπίτι. Παρατηρώντας τον με μια διαφορετική ματιά, μέσα από μια πληθώρα δορυφόρων μπορούμε να τον προστατεύσουμε, να βοηθήσουμε στη τη διατήρηση της μοναδικότητας του αλλά και να διευκολύνουμε πολλές καθημερινές μας δραστηριότητες. Μέσα από το παιχνίδι με τις εικόνες της Γης από το διάστημα, θα ανακαλύψετε παρέα με τους ερευνητές μας, τη σημασία παρατήρησης της Γης από τους διάφορους δορυφόρους.

Ταξίδι στον Κόκκινο Πλανήτη

Επίσης,στο φετινό μας ταξίδι θα πατήσουμε στον Άρη, ακολουθώντας την φιλόδοξη αποστολή ExoMars, η οποία θα εξερευνήσει την ύπαρξη ζωής στον κόκκινο πλανήτη.

Το κοινό μέσα στην Αίθουσα παρακολουθεί τις παρουσιάσεις της ESA

Μαγειρεύοντας έναν ... κομήτη

Έπειτα οι μικροί μας φίλοι θα γίνουν για λίγο διαστημικοί μάγειρες, μαγειρεύοντας με απλά υλικά έναν κομήτη, ενώ παράλληλα θα ακούσουν την συναρπαστική ιστορία της Rosetta και των κατορθωμάτων αυτής και του μικρού ρομπότ που προσεδαφίστηκε στον κομήτη 67P, Philae.

Μία βόλτα στον Διαστημικό Σταθμό

Θα πάμε, επίσης, μια βόλτα από το διαστημικό σταθμό, για να παρατηρήσουμε την έρευνα και την ζωή των αστροναυτών εκεί και θα γνωρίσουμε πώς δουλεύουν οι αστροναύτες σε συνθήκες έλλειψης βαρύτητας τόσο μακριά από το σπίτι μας, τη Γη.

Το πρόγραμμα της εκδήλωσης έχει ως ακολούθως:

17:30-18:00 "Ο Διεθνής Διαστημικός Σταθμός και η ζωή των αστροναυτών στο διάστημα" βίντεο (διάρκεια 30min)
(ΑΠΑΙΤΕΙΤΑΙ ΠΡΟΚΡΑΤΗΣΗ)

18:15-18:45 "Η Γη από το διάστημα" Διαδραστικό παιχνίδι (διάρκεια 30min)
(ΑΠΑΙΤΕΙΤΑΙ ΠΡΟΚΡΑΤΗΣΗ)

19:00-19:20 "ExoMars - Προς Αναζήτηση Ζωής στον Κόκκινο Πλανήτη" παρουσίαση (διάρκεια 20min)

19:30-19:50 "Μαγειρεύοντας έναν κομήτη" παρουσίαση/εργαστήριο (διάρκεια 20min)
(ΑΠΑΙΤΕΙΤΑΙ ΠΡΟΚΡΑΤΗΣΗ)

20:00-20:20 "Μαγειρεύοντας έναν κομήτη" παρουσίαση/εργαστήριο (διάρκεια 20min)
(ΑΠΑΙΤΕΙΤΑΙ ΠΡΟΚΡΑΤΗΣΗ)

20:30-20:50 "ExoMars - Προς Αναζήτηση Ζωής στον Κόκκινο Πλανήτη" παρουσίαση (διάρκεια 20min)

21:00-21:30 "Η Γη από το διάστημα" Διαδραστικό παιχνίδι (διάρκεια 30min)
(ΑΠΑΙΤΕΙΤΑΙ ΠΡΟΚΡΑΤΗΣΗ)

21:45-22:15 "Ο Διεθνής Διαστημικός Σταθμός και η ζωή των αστροναυτών στο διάστημα" βίντεο (διάρκεια 30min)
(ΑΠΑΙΤΕΙΤΑΙ ΠΡΟΚΡΑΤΗΣΗ)

22:30-23:00 "Ο Διεθνής Διαστημικός Σταθμός και η ζωή των αστροναυτών στο διάστημα" βίντεο (διάρκεια 30min)
(ΑΠΑΙΤΕΙΤΑΙ ΠΡΟΚΡΑΤΗΣΗ)

*μπορεί να γίνουν μικρές αλλαγές στο πρόγραμμα. Μπορείτε να ενημερώνεστε απευθείας από την ιστοσελίδα των διοργανωτών.

** Για τις προκρατήσεις και οποιαδήποτε άλλες πληροφορίες, μπορείτε να απευθυνθείτε στο τμήμα Οργάνωσης και Παραγωγικότητας του ΕΚΕΦΕ «ΔΗΜΟΚΡΙΤΟΣ» , e-mail : communications@central.demokritos.gr, τηλ. 210-650 3079, 210-650 3015, 210-650 3002.

Σας περιμένουμε όλους για μια υπέροχη Βραδιά του Ερευνητή, γεμάτη εκπληκτικές εικόνες, συναρπαστικές περιγραφές και πολλή διαστημική επιστήμη!

Ακολουθήστε μας στο Twitter @ESA_Hellas για όλες τις τελευταίες ενημερώσεις στο πρόγραμμα αλλά και εξελίξεις ζωντανά κατά τη διάρκεια της Βραδιάς. Μπορείτε κι εσείς να συμμετέχετε κάνοντας tweet στο hashtag #rengreece.

Σημείωση: Οι πολίτες με τις οικογένειες και τα παιδιά τους θα μπορούν να επισκέπονται μεμονωμένα το ΕΚΕΦΕ «ΔΗΜΟΚΡΙΤΟΣ» στις 30 Σεπτεμβρίου από τις 18.00 έως τα μεσάνυχτα. Απαραίτητη προϋπόθεση είναι να κάνουν εγγραφή μέσω της φόρμας ΕΔΩ, αν επιθυμούν ξενάγηση στα εργαστήρια.
Για τις υπόλοιπες δραστηριότητες που θα λάβουν χώρα, δεν χρειάζεται εγγραφή.

Σημαντικές πληροφορίες

Χώρος Διεξαγωγής: ΕΚΕΦΕ Δημόκριτος (Αγία Παρασκευή), Αίθουσα Θέμις Παραδέλλης (Κτήριο 6) 1ος όροφος

Ώρα: 18:00 - 00:00

Είσοδος: Ελεύθερη για όλους

Ενημέρωση μέσω της ιστοσελίδας Βραδιά του Ερευνητή και στο www.facebook.com/rengreece
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 7490
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: Re: Le Rien, la Nudité, Y'becca, La Laïcité et le Néant   Sam 19 Nov à 3:39

Quelle est la mission de l'état, de l'individu et de l'utopie ,

Elles et Ils sont les institutions du secourisme et doivent répondre aux demandes de la Citoyenneté. Ce qui peut sembler navrant; c'est la parution de l'affrontement... C'est l'effort des sens face aux déterminismes des courants entourant, intérieur et extérieur... La Femme et l'Homme se plongent dans le tourbillon sans réaliser qu'il peut ou pourrai le contourner... Il peut ainsi réparer plus vite et plus rapidement tout en respectant le savoir faire et la main d’œuvre issu de l'apprentissage et l’autodidacte. Telle, avec ou sans raison, cette femme ou cet Homme pourraient devenir très intéressant: C'est à l'état de dire ces choses là mais l'état est une forme utopie. Même une machine peut dire qu'elle issue d'inventeur plutôt que d'être la propriété d'un brevet. Ce mécanisme s'appliquent aussi aux robots. Car oui, Le caractère humain, l'animal, la machine et le robot ont plus de valeur qu'une valeur d'état établi par un comité restreint. L'aspect de défense commune est un aspect universelle car il implique l'aspect militaire tout comme l'aspect civil. En effet le donjon demeure dans le château fort: L'aspect humaniste doit être conserver dans la République car celle ci sépare et répare les cris et les gifles, Tout age et toutes volontés accentue son message de fraternité, d’égalité et de liberté.

La République s'est une bibliothèque où l'amour figure comme l'autocritique et l'évolution. Chacun ne peut tout accumuler par principe de transition car ce fut le souhait du peuple antique et du mariage. Par ainsi, la portée est de transmettre réellement les travaux pour permettre un réel constat de l'aménagement secouristes, médicales, militaires, d'habitations, d'emploi public en incluant l'aspect du secteur privé dans la légalité des droits de la Femme et de l'Homme, de protection juridique dans les divorces, accidents du travail, de contrainte morale, d'abus physiques, sur les moyens de transports permettant à tous le moyens de se déplacer dans un aspect physique en respectant le prix de vie, que la haute technologie sois abordable envers tous et chacun à un prix modéré pour ainsi permettre une meilleur surveillance sur l'égalité des chances pour l'aspect physiques et morales des individus, associations, organismes, entreprises et structure étatiques. Ces mesures montreront de l'élasticité d'aujourd'hui démontre que la plénitude ne fus pas "ou jamais atteint" d'une manière déterminée ni même indéterminée. Le Luxe fut utilisé comme une arme et fausse sur la modernité
de l’intérêt au détriment sur le concept de caractère propre du projet défini par un architecte, un penseur et d'un ouvrier; Le luxe favorise l'architecte sur l'ouvrier par le concept d'une vision chimérique établi par le concept du droit féodal. Il suffit...

La République et ses Organismes Public tout comme Privé ont des rôles de rigueur, d'alternance et de travail sur le bien commun. Car, La République s'est une bibliothèque où l'amour figure comme l'autocritique et l'évolution. Chacun ne peut tout accumuler par principe de transition car ce fut le souhait du peuple antique et du mariage. Par ainsi, la portée est de transmettre réellement les travaux pour permettre un réel constat de l'aménagement secouristes, médicales, militaires, d'habitations, d'emploi public en incluant l'aspect du secteur privé dans la légalité des droits de la Femme et de l'Homme, de protection juridique dans les divorces, accidents du travail, de contrainte morale, d'abus physiques, sur les moyens de transports permettant à tous le moyens de se déplacer dans un aspect physique en respectant le prix de vie, que la haute technologie sois abordable envers tous et chacun à un prix modéré pour ainsi permettre une meilleur surveillance sur l'égalité des chances pour l'aspect physiques et morales des individus, associations, organismes, entreprises et structure étatiques.

Ainsi, L'individu figurera à sa place au Panthéon à coté d'un vrai principe de la République:
La Paix et les Peuples tout en conservant son propre individu.

Ecrit de
TAY
La chouette effraie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 7490
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: Re: Le Rien, la Nudité, Y'becca, La Laïcité et le Néant   Mar 29 Nov à 10:17

La Tragédie de Alep, courtisane de Petra, qui malgré tout avait réussi à survivre devant l'avancée du désert et de ses oubliés. Là où la Nature n'a pas réussi devant la persévérance de ses habitants, la discorde par ses bombes réussit par ses intérêts à propager une certaine vision autre que celle d'une grande unité: (The Man Who Would Be King) ainsi se souleva une autre réalité dans les entrailles du proche orient. Le grand royaume de Petra et les républiques des oasis furent ensevelis par une déluge autre que des grains de sables, une malédiction créait par les hommes et je dois dire que notre discorde n'est pas l’œuvre du Démon. Si il se moque de Nous et bien après tout, Y'becca doit reconnaitre les erreurs des gouvernances tel il se passa dans la guerre de Troie. Alep est tout comme se récit où chacun d'entre nous se perçoit tel un
Josiah Harlan. Enfin bref, certains d'entre vous prévoit comme Kipling a pu aussi s'inspirer de l'histoire de Sir James Brooke (1803–1868), surnommé le « Rajah blanc », qui fonda une dynastie à Sarawak en 1841 dans son œuvre. La démocratie rattrapé par l'utopie, si cela ne ramènera pas les victimes de Alep, c'est pas ses mots que j'honore cette guerre de l'absurde pour certains, de la Liberté pour d'autres, de la délivrance pour eux et de l'espérance chez les plus fous. Finalement que ce soit Josiah Harlan ou Sir James Brooke, l'histoire ne retiendra que les casques blancs de Alep, les secouristes désintéressés de Y'becca et les défenseurs des croyances issus de la Bataille de l'Hydaspe et Bucéphale: la couronne du Kafiristan. Celle de croire au retour d'une entité prénommé La République et ses utopies.

Ecrit de
TAY
La chouette effraie

Analyse

Il est probable que Kipling se soit inspiré de la vie de Josiah Harlan (en) (1799-1871), un aventurier américain qui se rendit en Afghanistan et au Punjab dans l'intention de devenir roi. Après s'être mêlé de politique locale et de faits d'armes, il finit par obtenir le titre de « Prince de Ghor » pour lui-même et ses descendants en échange de son aide militaire. Kipling a pu aussi s'inspirer de l'histoire de Sir James Brooke (1803–1868), surnommé le « Rajah blanc », qui fonda une dynastie à Sarawak en 1841.

L'histoire s'appuie sur les symboles et les rites de la franc-maçonnerie, à laquelle appartenait Kipling, et sans grand souci de vraisemblance perpétue le mythe d'une maçonnerie antique, à laquelle aurait appartenu Alexandre le Grand.

Autour du film

L'Homme qui voulut être roi était un projet désiré et imaginé par John Huston depuis 25 ans. Lorsqu'il le réalisa en 1975, il avait 69 ans. Il avait envisagé de tourner le film avec Clark Gable et Humphrey Bogart comme interprètes, mais le décès de ceux-ci (respectivement en 1960 et 1957) le contraignit à y renoncer. Il pensa ensuite à Kirk Douglas et Burt Lancaster puis Peter O'Toole et Richard Burton. Enfin, il proposa le rôle à Paul Newman et Robert Redford. Paul Newman, qui venait de faire deux films avec le cinéaste, incita Huston à prendre deux acteurs britanniques, pour une question de véracité (de son point de vue).
Le tournage s'est déroulé à Glen Canyon aux États-Unis, Chamonix-Mont-Blanc en France, au Maroc et aux studios Pinewood au Royaume-Uni.
Lors de la « ressortie » française du film en 2002 (en copie neuve), les spectateurs ont pu voir (pour la première fois) un plan fantôme absent de toutes les copies en circulation du film (copie pour Câble, VHS, DVD…). À la toute fin du film, lorsque Kipling (Christopher Plummer) vient de découvrir le sort tragique de Daniel Dravot (Sean Connery), Huston choisit de nous montrer une image mentale de Kipling : Dravot tombe, au ralenti, dans un trou noir. Sa couronne en or tournoie, elle aussi, lentement. Ils disparaissent finalement dans les ténèbres. Puis on revient sur le visage de Kipling.
Il s'agit du film préféré de Michael Caine et de Sean Connery.[réf. nécessaire]
Souffrant de graves problèmes cardiaques, John Huston vit un jour arriver, dans sa chambre d'hôpital, Sean Connery et Michael Caine. Les deux acteurs refirent (à l'identique) la scène de présentation du film.
Sean Connery réalisa lui-même la cascade périlleuse à la fin du film.
Les prêtres et habitants de Sikandergul parlent l'arabe dialectal marocain, John Huston ayant recruté ces acteurs parmi les autochtones de la région du tournage, au Maroc. Les dialogues dits par le grand prêtre sont fidèles aux traductions de Billy Fish, sauf lors des plans où le grand prêtre dévoile la pierre où est gravé le signe des francs-maçons. En substance, le prêtre disait : « Ceci est ma terre et mon pays. Vous ne l'aurez jamais. Vous n'êtes pas les bienvenus », ce que Billy Fish traduisait par l'exact contraire. On peut relever d'autres traductions de Billy Fish complètement fantaisistes, mais très rares.
Sean Connery rencontra sa future seconde femme Micheline Roquebrune à Marrakech durant le tournage du film.
Roxane, jeune fille dont Daniel Dravot choisit de faire sa femme est interprétée par Shakira Caine, la femme de Michael Caine.

Aux Indes, Daniel Dravot et Peachy Carnehan, deux amis britanniques, anciens militaires, francs-maçons et surtout aventuriers déterminés et peu scrupuleux, caressent un rêve fou : entrer au Kafiristan (un pays légendaire où aucun Européen n'a mis le pied depuis Alexandre le Grand) et en devenir le roi.

Avec l'aide d'un journaliste anglais (qui dans le film, mais non dans la nouvelle, est Rudyard Kipling), ils parviennent à entreprendre le périlleux voyage…

Dans son bureau du journal The Northern Star, Kipling reçoit la visite d'une épave humaine, en haillons et à moitié fou, qui se présente comme celui qu'il a jadis connu sous le nom de Peachy Carnehan. Peachy raconte à Kipling comment, avec Daniel Dravot, il est arrivé au Kafiristan, province de l'Afghanistan, où ils sont devenus des dieux, ont régné et ont fini par tout perdre.

Quelques années plus tôt Daniel Dravot et Peachy Carnehan ont rendu visite à Kipling dans son bureau. Ils y ont consulté des cartes et des encyclopédies et ont signé devant Kipling un contrat les obligeant à être loyaux l'un envers l'autre, et à se tenir à l'écart de l'alcool et des femmes tant que leur but ne serait pas atteint. Puis ils sont partis vers le nord, franchissant la passe de Khyber, pénétrant par des régions inexplorées au Kafiristan (littéralement, « le pays des étrangers »).

Ils rencontrent par hasard un Ghurka qui se fait appeler Billy Fish, nom qui lui a été donné par son régiment parce que plus prononçable, seul survivant d'une expédition cartographique disparue des années auparavant. Billy parle l'anglais parfaitement, ainsi que la langue locale, et c'est ainsi qu'il aide Carnehan et Dravot dans leur ascension vers le trône, en tant qu'interprète et guide des coutumes locales.

Ils offrent leurs services comme « conseillers militaires », aidant un village puis un autre à triompher de leurs ennemis pour s'en faire des alliés. Lorsqu'au cours d'une bataille Dravot reçoit une flèche en pleine poitrine mais continue à se battre, les indigènes le croient immortel. En fait la flèche a été arrêtée par une cartouchière, sous la tunique rouge de Dravot, où elle est restée plantée. Dravot et Carnehan décident de ne pas détromper les indigènes, leur superstition pouvant les aider à parvenir à leurs fins. Plus tard, leurs exploits étant parvenus aux oreilles du « grand-prêtre », ils sont convoqués dans la « ville sainte » de Sikandergul. On découvre sur la poitrine de Dravot la médaille maçonnique que lui avait offerte Kipling, dans laquelle les indigènes reconnaissent un symbole gravé dans une pierre qu'ils attribuent à Alexandre le Grand (« Iskander »). Dans une variante du culte du cargo, ils prennent Dravot pour le fils d'Alexandre revenu parmi son peuple et il est couronné roi.

Dravot prend son rôle au sérieux: il rend la justice, entreprend de « moderniser » le pays avec l'aide de Carnehan et de Billy Fish, et se voit à la tête d'un empire. Les mois passent et Peachy Carnehan songe à quitter le pays en emportant sa part du fabuleux trésor de Sikandergul. Mais Dravot, qui entretient des rêves de grandeur, est décidé à rester et à faire son métier de roi. Ayant décidé, contre l'avis de son ami, de prendre femme pour fonder une dynastie, il jette son dévolu sur la belle Roxanne. Peachy Carnehan accepte d'attendre le mariage pour partir. Mais Roxanne, comme ses compatriotes, craint qu'une mortelle ne puisse survivre au commerce d'un dieu, et quand Dravot la prend dans ses bras pour l'embrasser devant la foule de ses sujets elle le mord jusqu'au sang. Il apparaît alors que Dravot n'est, après tout, qu'un homme. Dravot, Carnehan et Billy Fish s'enfuient, poursuivis par la foule. Billy se lance bravement dans la mêlée, sabre au clair, et succombe bientôt sous le nombre. Dravot et Carneghan sont pris. Dravot est envoyé, couronne sur la tête, au milieu du pont de cordes qu'il a fait construire au-dessus d'un ravin profond, les cordes sont coupées et il tombe dans le précipice. Carnehan est crucifié mais survit et il est libéré. Il repart en Inde, où il retrouve Kipling à qui il montre la tête de Dravot, qu'on lui a permis d'emporter, encore ornée de la couronne du Kafiristan.
Fiche technique

Titre : L'Homme qui voulut être roi
Titre original : The Man Who Would Be King
Réalisation : John Huston et John Foreman
Scénario : John Huston et Gladys Hill, d'après une histoire de Rudyard Kipling
Production : John Foreman
Société de production : Columbia Pictures
Budget : 8 millions de dollars
Musique : Maurice Jarre
Photographie : Oswald Morris et Alex Thomson (seconde équipe)
Montage : Russell Lloyd
Décors : Alexandre Trauner
Costumes : Edith Head
Pays d'origine : Royaume-Uni, États-Unis
Format : Technicolor - 2,35:1 - Stéréo - 35 mm
Genre : Aventures
Durée : 123 minutes (2 h 3)
Dates de sortie :
17 décembre 1975 Drapeau des États-Unis États-Unis
21 avril 1976, 10 avril 2002 (ressortie) Drapeau de la France France

Distribution

Sean Connery (VF : Jean-Claude Michel) : Daniel Dravot
Michael Caine (VF : Francis Lax) : Peachy Carnehan
Christopher Plummer (VF : Jean Lagache) : Rudyard Kipling
Saeed Jaffrey (VF : Gérard Hernandez) : Billy Fish
Doghmi Larbi : Ootah
Jack May (VF : Roland Ménard) : le commissaire
Karroom Ben Bouih : Kafu Selim
Mohammad Shamsi : Babu
Albert Moses : Ghulam
Paul Antrim : Mulvaney
Graham Acres : l'agent
Shakira Caine : Roxanne

L'Homme qui voulut être roi (The Man Who Would Be King) est un film américano-britannique réalisé par John Huston, sorti en 1975.

Le film est l'adaptation de la nouvelle du même titre de Rudyard Kipling publiée en 1888.

La Tragédie de Alep, courtisane de Petra, qui malgré tout avait réussi à survivre devant l'avancée du désert et de ses oubliés. Là où la Nature n'a pas réussi devant la persévérance de ses habitants, la discorde par ses bombes réussit par ses intérêts à propager une certaine vision autre que celle d'une grande unité: (The Man Who Would Be King) ainsi se souleva une autre réalité dans les entrailles du proche orient. Le grand royaume de Petra et les républiques des oasis furent ensevelis par une déluge autre que des grains de sables, une malédiction créait par les hommes et je dois dire que notre discorde n'est pas l’œuvre du Démon. Si il se moque de Nous et bien après tout, Y'becca doit reconnaitre les erreurs des gouvernances tel il se passa dans la guerre de Troie. Alep est tout comme se récit où chacun d'entre nous se perçoit tel un
Josiah Harlan. Enfin bref, certains d'entre vous prévoit comme Kipling a pu aussi s'inspirer de l'histoire de Sir James Brooke (1803–1868), surnommé le « Rajah blanc », qui fonda une dynastie à Sarawak en 1841 dans son œuvre. La démocratie rattrapé par l'utopie, si cela ne ramènera pas les victimes de Alep, c'est pas ses mots que j'honore cette guerre de l'absurde pour certains, de la Liberté pour d'autres, de la délivrance pour eux et de l'espérance chez les plus fous. Finalement que ce soit Josiah Harlan ou Sir James Brooke, l'histoire ne retiendra que les casques blancs de Alep, les secouristes désintéressés de Y'becca et les défenseurs des croyances issus de la Bataille de l'Hydaspe et Bucéphale: la couronne du Kafiristan. Celle de croire au retour d'une entité prénommé La République et ses utopies.

Ecrit de
TAY
La chouette effraie
http://la-5ieme-republique.actifforum.com/t17p50-la-republique-de-syrie-et-le-royaume-de-jordanie#4413

_________________
Kounak le chat....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 7490
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: Re: Le Rien, la Nudité, Y'becca, La Laïcité et le Néant   Jeu 12 Jan à 8:57

Le référendum est une institution et en cela, il n'est jamais dit que le principe du Referendum est une forme d'émancipation envers les autorités publiques... Le Referendum est la manière la plus noble auquel une loi peut être établi: Pourtant, un jour, Louis Napoléon utilisa cette manière du suffrage universel direct qui marqua les esprits... Le Peuple ne peut pourtant nier le rôle évident que représente le referendum dans le principe civique et morale de "l'individue et de l'individu" dans le terme de Démocratie... Ce principe pourtant, peut être juste consultatif mais il permet ainsi à l'individu de se mettre en situation auquel se retrouve exposer les élu"e"s... Certains voient dans le referendum une forme de combat de coq ou de boxe, en tout cas, à l'image d'un vote électif, il est un aspect fondamentale d'une cohésion morale auquel la démocratie doit faire face: Il surpasse l'aspect de l'état et sans le remettre en cause, il est capable de pointer certaines choses de la vie quotidienne. Dans certains pays, il y a l'aspect de pétition qui peuvent être soumise au suffrage universel indirect... Le suffrage universel direct auquel appartient le Référendum est un aspect essentiel du caractère humain auquel un peuple veut s'adresse envers ses nouvelles générations... Le fait de débattre est un outil essentiel en terme de communication et pourtant dans certains cas, la question du Référendum relève de l'intérêt de l'état régalien, c'est en cela que certains hésitent sur son aspect même mais il montre l'aspect même de l'interlocuteur qui propose le sujet de la question. Le référendum est une loi d'utopie qui pourtant montre l'aspect réel de l'individu dans la société: En cela, j'accorde une importance réelle dans la constitution de Y'becca et des Républiques d'Israël et de la Palestine ainsi que dans toutes les Nations Morales et Physiques pour une reconnaissance morale et intellectuel dans le référendum: Son vote est lié malheureusement à des disputes entre des élu"e"s du Suffrage universel indirect... Toutefois, tout comme le vote direct du parlement et tout vote indirect du parlement, le référendum ne peut être organiser pour un Conflits d’intérêts et en cela, c'est au pouvoir judiciaire et à ses membres qu'il soit public et privé tout en maintenant et mettant l'aspect du service public militaire et civil dans la lutte contre les Conflits d’intérêts qui pourrait s'ingérer dans la teneur du débat et du vote: L'aspect du Général, de la société et l'individu doit être soulever en soulevant toutes les égalités et inégalités que peuvent engendrer le référendum... Certains peuvent s'amuser à créer de lois et des référendum pour des Conflits d’intérêts, pour créer des désordres et par gloire personnel... Cela n'est pas dans l'intérêt de l'harmonie sereine auquel nous devons être en ces situations profondes de changement de climat: "De jour en jour; le petit Nuage de Magellan et La Galaxie d'Andromède évolue depuis µ Êta Careme" s'écrie Nagaliew la mouette aux yeux verts..."
L'aspect du référendum est un droit de cité et de navire dans les prochains siècles à venir; et le juge suprême de la république de l'olivier s'y engage et dans des situations d'urgence, notre professionnalisme institué par la philosophie et la prudence du référendum nous permettra d'avoir l'anticipation sur le danger qu'il soit matérielle, morale et naturelle, ils peuvent être distinct ou englobé, Le référendum et ses principes il est un aspect fondamentale d'une cohésion morale auquel la démocratie, une armée ou un navire doit faire face... Le Laïc et l'Eternel devant la démocratie et la Nature. Conflits d’intérêts... Le clans des mouettes et la cinquième république devant l'adversité des peurs et des intérêts... Nous sommes prêt à faire face à l'avenir... La République de l'Olivier...

Ecrit de
TAY
La chouette effraie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 7490
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: Re: Le Rien, la Nudité, Y'becca, La Laïcité et le Néant   Ven 24 Fév à 9:07

L'Érèbe et la poudre

http://orkhidion-velamen.forumactif.com/t5-l-erebe-et-la-poudre#8

Le clans des mouettes, la-5ieme-republique et Y'becca

http://le-rien-la-nudite.forumactif.com/t8-le-clans-des-mouettes-la-5ieme-republique-et-y-becca

Augusta (Mary Anne) Holmès (18 December 1847 – 28 January 1903) was a French composer of Irish descent (her father was from Youghal, Co. Cork). At first she published under the pseudonym Hermann Zenta. In 1871, Holmès became a French citizen and added the accent to her last name.[1] She herself wrote the lyrics to almost all her songs and oratorios, as well as the libretto of the opera La Montagne Noire.

Biography

Holmès was born in Paris.[2] Despite showing talent at the piano, she was not allowed to study at the Paris Conservatoire, but took lessons privately. She developed her piano playing under the tutelage of local pianist Mademoiselle Peyronnet, Versailles' cathedral organist Henri Lambert, and Hyacinthe Klosé. Also, she showed some of her earlier compositions to Franz Liszt. Around 1876, she became a pupil of César Franck, whom she considered her real master.[2] (She led the group of Franck's students who in 1891 commissioned for Franck's tomb a bronze medallion from Auguste Rodin.[3])

Camille Saint-Saëns wrote of Holmès in the journal Harmonie et Mélodie: "Like children, women have no idea of obstacles, and their willpower breaks all barriers. Mademoiselle Holmès is a woman, an extremist."

For the 1889 celebration of the centennial of the French Revolution, Holmès was commissioned to write the Ode triomphale for the Exposition Universelle, a work requiring about 1,200 musicians. She gained a reputation of being a composer of programme music with political meaning, such as her symphonic poems Irlande and Pologne.
Personal life
A portrait of Holmès' daughters, Huguette, Claudine, and Helyonne, by Auguste Renoir, 1888, at The Metropolitan Museum of Art

Holmès never married, but she cohabited with the poet Catulle Mendès; the couple had five children, including:[4]

Huguette Mendès (1871–1964)
Claudine Mendès (1876–1937)
Helyonne Mendès (1879–1955)

Holmès bequeathed most of her musical manuscripts to the Paris Conservatoire.
Selected compositions
Maurice Renaud & Lucienne Bréval in Augusta Holmès' opera, La Montagne noire.
Operas

Héro et Leandre (1875) opera in one act[2]
Lancelot du lac, opera in three acts (unpublished)
La Montagne noir, opera in four acts (1885), Paris, Opéra, 8 Feb 1895

Cantatas

Astarté, poème musical (1871, unpublished)
Lutèce, symphonie dramatique (1877)
Les Argonautes, symphonie dramatique (1880)
Ludus pro patria, ode-symphonie (1888)
Au pays bleu, suite symphonique (c.1888)
Une Vision de Sainte Thérèse for soprano and orchestra (c.1888)
Ode triomphale en l'honneur du centenaire de 1789 (1889)
Hymne à la paix (1890)
Hymne à Apollo (c.1890s)
La Belle au bois dormant suite lyrique (1902)
La Vision de la reine, cantata

Orchestral works

Ouverture pour une comédie, symphonic poem (before 1870)
Roland furieux (1876)
Irlande, symphonic poem (1882)
Andromède, symphonic poem (1883)
Pologne, symphonic poem (1883)

Piano music

Rêverie tzigane (1887)
Ce qu'on entendit dans la nuit de Noël (1890)
Ciseau d'hiver (1892)

Songs, Song Collections

(selective list)

Les Sept ivresses: 1. L'Amour; 2. Le Vin; 3. La Gloire; 4. La Haine; 5. Le Rêve; 6. Le Désir; 7. L'Or (1882)
Trois Chansons populaires: 1. Mignonne; 2. Les Trois pages; 3. La Princesse (1883)
Noël: Trois anges sont venus ce soir (1884)
Menu
0:00
En Chemin (1886)
Hymne à Eros (1886)
Fleur de neige (1887)
La Chanson de gas d'Irlande (1891)
Berceuse (1892)
Contes divines (1892-5): 1. L'Aubepine de Saint Patrick (1892); 2. Les Lys bleus (1892); 3. Le Chemin de ciel (1893); 4. La Belle Madeleine (1893); 5. La Légende de Saint Amour (1893); 6. Les Moutons des anges (1895)
Noël d'Irlande (1896)

References

Augusta Holmès: A Meteoric Career Rollo Myers The Musical Quarterly, Vol. 53, No. 3 (Jul., 1967), page 365. "Her surname was Gallicized by the addition of a grave accent on its last syllable."
Arthur Elson (1903) Woman's work in music, The Page Company, Boston, digitized by Google.
Daniele Gutmann, "Rodin et la Musique", in: Revue Internationale de Musique Française, February 1982, p. 105.

"Auguste Renoir | The Daughters of Catulle Mendès, Huguette (1871–1964), Claudine (1876–1937), and Helyonne (1879–1955) | The Met". metmuseum.org. The Metropolitan Museum of Art. Retrieved 13 February 2017.

Bibliography

Rollo Myers: "Augusta Holmès: A Meteoric Career", in: The Musical Quarterly 53 (1967) 3, pp. 365–76
Gérard Geffen: Augusta Holmès, l'outrancière (Paris: P. Belfond, 1987) ISBN 2-7144-2153-9
Karen Henson: "In the House of Disillusion: Augusta Holmès and La Montagne noir", in: Cambridge Opera Journal 9 (1997) 3, pp. 232–62
Michèle Friang: Augusta Holmès ou la gloire interdite (Paris: Éditions Autrement, 2003) ISBN 2746702983
Nicole K. Strohmann: Gattung, Geschlecht und Gesellschaft im Frankreich des ausgehenden 19. Jahrhunderts: Studien zur Dichterkomponistin Augusta Holmès (Hildesheim: Georg Olms, 2012) ISBN 978-3-487-14701-7

The velamen of an orchid and Le Rien, la Nudité, Y'becca, La Laïcité

Y'becca....
La République de L'Olivier....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 7490
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: Re: Le Rien, la Nudité, Y'becca, La Laïcité et le Néant   Ven 24 Fév à 9:58

Discours et opinions de Mirabeau, précédés d'une notice historique sur sa vie
by Mirabeau, Honoré-Gabriel de Riquetti, comte de, 1749-1791; Barthe, F. (Félix), 1795-1863

https://archive.org/details/discoursetopini00bartgoog

Augusta Holmès, Y'becca, Le Féminin et L'Orchidée

http://orkhidion-velamen.forumactif.com/t4-augusta-holmes-y-becca-le-feminin-et-l-orchidee
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le Rien, la Nudité, Y'becca, La Laïcité et le Néant   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le Rien, la Nudité, Y'becca, La Laïcité et le Néant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Rien n'égale la soupe au giraumon de ma mère.
» Il n'y a rien de nouveau sous le soleil Lavalas
» Quand Steven Bénoit ne trouve rien à dire
» Rien pour écrire à sa mère...
» Plus rien, ni personne. (libre)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le clans des mouettes :: Le clans des mouettes-
Sauter vers: