Le clans des mouettes

ainsi est la force.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 LAGUERRA, MENDOZA ET CHRYSOCYON-BRACHYURUS.

Aller en bas 
AuteurMessage
yanis la chouette



Nombre de messages : 9560
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: LAGUERRA, MENDOZA ET CHRYSOCYON-BRACHYURUS.   Mer 22 Aoû à 8:58

Mendoza est un nom d'origine basque dont l'origine étymologique du mot
est mendi hotza et qui signifie « la montagne froide ».

Mendoza, une espèce d'araignées.

Toponyme

Mendoza est un nom de lieu notamment porté par :

Mendoza, un village en Alava, dans la Communauté autonome du Pays basque en Espagne ;
Mendoza, une province d'Argentine ;
Mendoza, la capitale de la province Mendoza ;
Mendoza, le nom d'une rivière de la province de Mendoza en Argentine ;
Mendoza, un quartier de Gamiz-Fika en Biscaye, dans la Communauté autonome du Pays basque en Espagne ;
Mendoza (es), un corregimiento de la province de Panama Ouest au Panama ;
Mendoza, une ville dans le département de Florida en Uruguay ;
Mendoza Chico, une ville dans le département de Florida en Uruguay ;
Mendoza, une des paroisses civiles de la municipalité de Valera dans l'État de Trujillo au Venezuela.

Patronyme

Mendoza est un nom de famille notamment porté par :

Alonso de la Cueva-Benavides y Mendoza-Carrillo (1572-1655), cardinal espagnol ;
Andrés Mendoza (né en 1978), footballeur péruvien ;
Antonio de Mendoza (1495-1552), premier Vice-roi de Nouvelle-Espagne ;
Bernardino de Mendoza (1540-1604), diplomate espagnol ;
Brillante Mendoza (né en 1960), cinéaste philippin ;
César Mendoza (1918-1996), militaire et cavalier chilien ;
Dayana Mendoza (née en 1986), mannequin vénézuélien, Miss Univers 2008 ;
Enrique Mendoza (né en 1945), homme politique vénézuélien ;
Eduardo Mendoza, écrivain espagnol ;
Élmer Mendoza (1949-), écrivain et dramaturge mexicain, auteur de roman policier ;
García Hurtado de Mendoza (1535-1609), marquis de Cañete, soldat espagnol, gouverneur du Chili, vice-roi du Pérou ;
Íñigo López de Mendoza (1398-1458), marquis de Santillana ;
Jessica Mendoza (né en 1980), joueuse américaine de softball ;
José Mendoza (né en 1992), coureur cycliste vénézuélien ;
José Mendoza y Almeida, créateur de caractère français ;
Dario Lezcano Mendoza (1990-), joueur de football international paraguayen ;
Juan González de Mendoza (1540-1617), missionnaire espagnol de l'ordre des Augustins ;
Mario Mendoza Ce lien renvoie vers une page d'homonymie ;
Natalie Mendoza (1978-), actrice australienne ;
Pedro de Mendoza y Luján (1487-1537), militaire, conquistador espagnol et fondateur de la ville Buenos Aires en Argentine;
Pedro González de Mendoza (1428-1495), ecclésiastique et personnalité politique espagnole ;
Plinio Apuleyo Mendoza, écrivain colombien ;
Víctor Manuel Mendoza (1913-1995), acteur mexicain.

Personnage de fiction

Mendoza, un des personnages principaux issus du feuilleton télévisé d'animation Les Mystérieuses Cités d'or.
Mendoza, un des personnages principaux de la série de bandes-dessinées De cape et de crocs (Ayroles et Masbou, éditions Delcourt).

Sport

Ligne de Mendoza, une expression utilisée au baseball

et,

Esteban

Esteban (Esteban en américain et Esteban (エステバン) en japonais) est l'un des personnages principaux des mystérieuses cités d'or avec Zia et Tao. Esteban était sur un bateau avec son père quand une tempête surgit, Mendoza, à bord de l'Esperanza, vit le père d'Esteban lui demander de l'aide. Mendoza sauva Esteban et l'amena à Barcelone ou il fut hébergé à la cathédrale de Barcelone sous la garde du père Rodriguez. Après la mort du Père Rodriguez, il décida de partir avec Mendoza vers le nouveau monde. Au cours de son aventure, il rencontra plein de personnages dont Zia et Tao avec qui il devint ami.

Esteban possède un médaillon du soleil. Il est surnommé le fils du soleil car il a le pouvoir de faire apparaître le soleil. Au début, Esteban à le vertige mais il disparaît au fur et à mesure. Esteban pilote le Grand Condor.

Esteban porte le même prénom que l'un des personnages de La Route de l'or (roman qui a inspiré Les Mystérieuses Cités d'Or). Il possède son propre thème musical.

Il croisera plusieurs fois son père, Athanaos, nommé aussi "Le prophète voyageur".
Mendoza

Mendoza (Mendoza en américain et Mendosa (メンドーサ) en japonais) est l'un des personnages principaux de la série d'animation Les mystérieuses cités d'or. Mendoza est un navigateur espagnol, il part vers le nouveau monde à bord de l'Esperanza à la recherche des cités d'or. Au début de la saison 1, il est motivé uniquement par l'or mais au fil des aventures, affectionne Esteban, Zia et Tao et en particulier Esteban. Mendoza est proche de Pedro et Sancho, ses marins. Mendoza manie très bien l'épée et n'hésite pas à protéger ses compagnons. C'est Mendoza qui a sauvé Esteban en pleine tempête.

Dans la saison 1 des mystérieuses cités d'or, Mendoza a pour ennemis Gaspard et Gomez. En revanche, dans les saisons 2 et 3, l'ennemi principal de Mendoza est Zarès, ainsi que Gaspard dans la saison 3.
Tao

Tao (Tao en américain et Tao (タオ) en japonais) est l'un des personnages principaux des mystérieuses cités d'or avec Esteban et Zia.

Tao et l'un des deux seuls descendants de l'empire de Mu avec Zia. Il possède un livre contenant des informations sur Mu. Il est capable de déchiffrer l’écriture Mu. Dans la saison 1, Tao possède un vase qui servira plus tard à éviter l'explosion du réacteur solaire des olmèques. Tao est accompagné par Pichu, son perroquet. À plusieurs reprises, Tao créer des objets qui sauveront Tao et ses compagnons. Tao ne comprend pas pourquoi ce sont Esteban et Zia qui sont les porteurs du médaillon du soleil. Il est très proche d'Ambrosius mais quand il découvre sa vraie identité, est inconsolable. Il est méfiant vis à vis de Mendoza.
Zia

Zia (Zia en américain et Shia (シア) en japonais) est l'un des personnages principaux des mystérieuses cités d'or avec Esteban et Tao. Zia est une jeune fille inca de 11 ans vivant à la cours d'Espagne depuis que Pizarro l'a fait enlever de son village (Puna) alors âgée de sept ans. Comme Esteban, elle détient un médaillon du soleil. Quelques années plus tard, Pizarro envoie Zia au Pérou (à bord de l'Esperanza) étant donner qu'elle est la seule à pouvoir déchiffrer le quipu d’or qu'il détient. Zia est une descendante de l'empire de mu, elle a le pouvoir de ressentir les catastrophes naturelles (tremblement de terre, tempêtes...) avant qu'elles ne se produisent. Elle arrive à faire léviter certains objets.

Zia porte le même prénom que l'un des personnages de La Route de l'or (roman qui a inspiré Les Mystérieuses Cités d'Or). Elle possède son propre thème musical interprété par Jacques Cardona
Gaspard

Capitaine espagnol initialement au service du gouverneur Pizarro, il devient le fidèle second du commandant Gomez et finit par déserter en compagnie de ce dernier. Bretteur bâti comme une armoire à glace, Gaspard est desservi par sa fougue et sa balourdise, traits de caractère qui contrastent avec la finesse et la gravité affichées par Gomez. Les multiples déconvenues du butor occasionnent fréquemment des scènes comiques.

Durant la saison 3, on retrouve Gaspard en Chine en tant que membre d'un équipage espagnol. Il croise tout d'abord Mendoza, Pedro et Sancho qui lui disent qu'ils ne sont plus à la recherche des Cités d'or. Mais plus tard, il croise les enfants et comprend que Mendoza a menti. Par la suite, il s'associe avec Zarès.
Ambrosius/Zarès

Ambrosius, de son vrai nom Ambroise de Sarle, est un personnage de la saison 2 de la série série d'animation les mystérieuses cités d'or. C'est un alchimiste français. Il possède une nef (qu'il a lui-même créé) pouvant voler, une boussole pouvant détecter l'orichalque et le livre des sept langages rédigé par les anciens de l'empire de Mu. Son but est de découvrir les cités d'or.

Ambrosius est proche de Tao ainsi que d'Esteban et Zia mais il essaye de se débarrasser de Mendoza, Sancho et Pedro.

Ambrosius cache son identité car en réalité, il n'est autre que Zarès, l'ennemi principal d'Esteban et ses compagnons. Personnage énigmatique surnommé « l'Homme sans visage ». Il travaille pour le souverain des Espagnes, Charles Quint depuis plusieurs années et personne ne connaît son véritable visage caché par une capuche. On peut constater qu'il a une force hors du commun (il a cassé un fusil par la force d'un seul bras); il mesure au minimum un imposant 2 mètres. Zarès est un homme n'ayant aucune pitié et il est prêt à tout pour connaître le secret des Cités d'or allant jusqu'à recourir au meurtre. Certains secrets importants concernant son identité et ses stratagèmes seront révélés dans les derniers épisodes de la deuxième saison...


Personnages secondaires de la première saison
Antagonistes
Francisco Pizarro,
représentation du XVIe siècle.
La Malinche,
représentation du XXe siècle.

Pizarro : il s'agit de la transposition dans le dessin animé du personnage historique de Francisco Pizarro, conquérant de l'empire inca. Devenu gouverneur des possessions espagnoles au Pérou, le conquistador place l'or au-dessus de toute autre considération telle que la patrie ou l'honneur. Pizarro ordonne donc à ses hommes de kidnapper Zia à Barcelone puis de la reconduire dans le Nouveau Monde. Basé à Tumbes, le gouverneur souhaite que la jeune fille déchiffre un énigmatique quipu censé indiquer la route conduisant aux cités d'or. De la sorte, Pizarro met involontairement en place les éléments qui mèneront à la quête initiatique des trois enfants.
Gómez : commandant espagnol sous les ordres du gouverneur Pizarro, il est chargé par ce dernier de lui ramener Zia. Lancé à la poursuite des enfants et soucieux d'échapper à la fureur du gouverneur en cas d'échec, il finit par déserter l'armée des conquistadors après ses revers successifs. Gomez n'en continue pas moins de rechercher les cités d'or pour son propre compte, assisté de Gaspard. Il disparaît lors du cataclysme détruisant la cité d'or dans le dernier épisode.
Fernando Laguerra, dit « le Docteur » : Espagnol et ancien compagnon d'armes de Hernán Cortés, conquérant de l'empire aztèque. En tant qu'associé de Marinché, ce médecin est l'un des principaux adversaires des héros durant leurs aventures en pays maya. Il périt conjointement avec sa comparse dans la Montagne du Bouclier fumant, lors d'un éboulement provoqué par la machine volante des Olmèques.
Marinché : femme d’origine amérindienne, inspirée de la Malinche, maîtresse de Hernán Cortés. Intrigante avide et sans scrupules, elle trahit son propre peuple pour s’associer au Docteur et faire fortune.
Teteola : amérindien gigantesque et doté d’une force herculéenne, c’est le fidèle serviteur de Marinché. Il meurt avec sa maîtresse et Fernando Laguerra dans la base des Olmèques.
Ménator : roi centenaire des Olmèques, peuple fictif homonyme de la civilisation précolombienne. Malingre, chauve, atteint de nanisme et doté d'oreilles pointues à l'instar de tous ses sujets, Ménator est un descendant de l'empire de Mu ou de l'Atlantide, selon les versions française ou japonaise1. Peuplant exclusivement la Montagne du Bouclier fumant, vieillissants, stériles et en voie d'extinction, les Olmèques cherchent à devenir immortels. Obsédés par leur propre survie, ils transplantent des cellules d'enfants sur des « élus » olmèques conservés selon un procédé de cryogénisation qui empêche tant bien que mal leur sénescence. Toutefois, des pénuries énergétiques condamnent à terme la perpétuation de cette élite. Par conséquent, Ménator se montre prêt à tout pour s'emparer du Grand Héritage, puissante « source d'énergie pareille au cœur de notre soleil », dissimulée dans les cités d'or. Au final, le roi des Olmèques atteint son but mais il est mortellement blessé lors de la destruction de sa machine volante par le système de sécurité de la cité d'or. Avant de succomber à ses blessures, Ménator parvient à regagner sa base et y délivre ses dernières instructions au général Calmèque afin d'activer le Grand Héritage.
Calmèque : général impitoyable de l'armée olmèque, ce soldat est dévoué corps et âme à son maître Ménator. Ses troupes mettent en coupe réglée le pays environnant la Montagne du Bouclier fumant, soumettant les peuples mayas voisins et prélevant parmi eux des esclaves comme la jeune Maïna. Parvenu de force dans la cité d'or, le général repousse violemment l'offre pacifique du grand prêtre en le poignardant puis en s'emparant du Grand Héritage. Calmèque déclenche ensuite le réacteur dans la montagne du Bouclier fumant, mais Ménator meurt trop tôt, le laissant sans instruction lorsqu'un incident se produit. Il devient ainsi l'instrument de l'extinction de son peuple en provoquant l'anéantissement de la base olmèque. Les derniers « élus » olmèques meurent dans leur sommeil tandis que Calmèque lui-même finit enseveli aux côtés du cadavre de son maître.

Autres personnages secondaires de la première saison

Rodriguez : supérieur de la cathédrale de Barcelone et père adoptif d'Esteban, il meurt lors du premier épisode de la série, laissant ainsi le jeune héros sans attaches en Espagne et libre de voguer vers le Nouveau Monde.
Perez : commandant de l'Esperanza.
Alvarez : général bedonnant de Pizarro et commandant du fort de Tumbes.
Waïna et Ketcha : ces deux guerriers incas sauvent les enfants des griffes des Espagnols dans le village de Zia, Puna. Ils les mèneront ensuite au Vieux Pic. Séparés de leurs protégés par l'attaque d'une tribu hostile, on ne sait pas ce qu'ils sont devenus.
Yupanqui : chef du fort de l'Aigle Noir, fort chargé de protéger le Vieux Pic.
Kraka : cet inca est le chef de la cité du Vieux Pic, cité inspirée par les très célèbres ruines de Machu Picchu. Ses conseils se révèlent précieux pour les enfants.
Mayuka : vieux sage de la cité du Vieux Pic qui révèle à Esteban le secret de ses parents. Il a jadis connu le père de Zia.
Maïna : maya rencontrée alors qu'elle est prisonnière des Olmèques. Elle s'échappe grâce à Mendoza, Esteban, Tao et Zia. Papacamayo est son père adoptif. Elle est présente lorsque Papacamayo fait ses révélations à Zia sur la Cité d'or et les Olmèques.
Wanacocha2 : chef du village du Nouveau Soleil, tribu maya ayant juré de s'opposer aux Olmèques jusqu'à la mort. D'abord réticent à l'encontre de Mendoza et de ses compagnons, il finit par accepter leur aide dans la guerre livrée contre les Olmèques. Il est le fiancé de Maïna.

Personnages secondaires des saisons 2 et 3
Antagonistes

Laguerra : c'est la fille du docteur Fernando Laguerra qui cherchait aussi les Cités d'or dans la saison 1. Elle travaille pour Zarès mais aide les enfants et également Mendoza à plusieurs reprises. Elle trouve également en Mendoza un adversaire à sa taille et peut-être même plus. (Laguerra apparaît à partir de la saison 3)
Charles Quint : roi des Espagnes et empereur du Saint-Empire romain germanique, il soutient Zarès dans sa recherche des Cités d'or. Il veut connaître le secret des Cités d'or pour empêcher son empire de sombrer car il est continuellement attaqué par la France et les révoltes des princes protestants du Saint-Empire romain germanique.
Pang Zi : commandant d'une horde de pirates de la rivière Li, rançonnant le village des Miaos, il découvre par hasard le Grand Condor.
Le Balafré : voisin de cellule de Mendoza, Sancho et Pedro quand ces derniers étaient enfermés à la prison de Barcelone. Il manigance sous les ordres de Zarès.

Notes et références

↑ Dans la version française, l'épisode 30 évoque les Olmèques en tant que descendants de l'empire de Mu tandis que la version japonaise mentionne les Atlantes comme leurs ancêtres (« Épisode 30 et 33 ou comment les Français ont changé les origines des Olmèques » [archive], sur Les Mystérieuses Cités d'or, perdu dans l'adaptation, 2013 (consulté en 08 mars 2014 mai 2013)).
↑ Appelé Viracocha dans la version française et Wanacocha dans les autres versions.

Personnage du chacal chez les 'i̅sa̅wa du Maroc et Diderot.
http://leclandesmouettes.bbflash.net/t843-personnage-du-chacal-chez-les-i773sa773wa-du-maroc-et-diderot

La grande famine: Le premier age ou Une Oeuvre Laïque ...
http://leclandesmouettes.bbflash.net/t7-la-grande-famine-le-premier-age-ou-une-oeuvre-laique

LES PRIMATES SERAIENT NÉS SUR LES ARBRES D'ASIE. IL EST INTÉRESSANT DE VOIR
QUE NOS ANCÊTRES N'ONT PAS ATTENDU NOTRE APPARITION POUR FABRIQUER DES OUTILS :
SORTIE DU JARDIN D'EDEN, NOUS AVIONS LES MOTS MAIS LA NATURE POSSÈDE SON SOUFFLE.
TAY

DANS L'ÉVOLUTION DES BRANCHES DE L'ARBRE DES PRIMATES, DES PRINCIPES D'ANTHROPOLOGIE
ACCORDAIENT DES PRINCIPES D'INTELLIGENCE ET D'INNOCENCE PROPRE À L'HOMME.
IL SEMBLERAIT QUE LE PRINCIPE D'HUMANITÉ PUISSE ÊTRE ÉLARGI AU DELÀ DE L'ÊTRE HUMAIN.
TAY

Genesis - Mama.
https://www.youtube.com/watch?v=iiu-hAIHMDQ
AU FANTASME, L'HOMME PORTE UNE CLÉMENCE SUR LA FÉMINITÉ LIVRÉE AUX CAPRICES
D'UNE MÉTÉOROLOGIE NOMMÉE LES MŒURS ET LA FÉCONDITÉ :
CE CHOIX EST CELUI D'UN REGARD QU'ON DONNE AUX HOMMES.
BRISONS CE PRINCIPE QUE LA SÉDUCTION EST PERFIDE.
TAY

3-5 août 2018: Nuits des étoiles, les manifestations près de chez vous.
http://www.esa.int/fre/ESA_in_your_country/France/3-5_aout_2018_Nuits_des_etoiles_les_manifestations_pres_de_chez_vous
Go with the Flow !
https://spaceplace.nasa.gov/ocean-currents/en/
Non à la mine d’or industrielle en Guyane !
https://www.sauvonslaforet.org/petitions/1084/president-macron-non-a-la-mine-dor-industrielle-en-guyane
Merci, Majesty King Abdullah II.
TAY


TIGNARD YANIS @TIGNARDYANIS
1 min il y a 1 minute
LA LUMIÈRE EST UNE GUIDE DEVANT L'ATTRIBUT ET L'OBSCURITÉ DÉMONTRE DE LA CONVICTION
ET DE LA NATURE DE LA CONSCIENCE. IL EST DES RÈGLES D'ÉTHIQUE
DONT IL NE FAUT PAS SE DÉTOURNER POUR DÉVELOPPER LE DEVENIR
ET LE RÊVE DE L'ÊTRE: NON À LA TORTURE: DIT YAHVÉ.
TAY

LA CITOYENNETÉ.
LA FORCE DE LA NATURE PERMETTRA À LA JUSTICE DE DÉMASQUER
LES USURPATEURS D'UNIFORMES. TOUTES PERSONNES A DROIT D'ÊTRE DÉFENDU
AVEC OU SANS UNIFORMES :
IL Y A DES MANIÈRES DE MANIFESTER ET IL Y A DES FAÇONS D'APPRÉHENDER.
TAY


TIGNARD YANIS @TIGNARDYANIS
23 min il y a 23 minutes
En réponse à @AssembleeNat @BrunoMillienne
LE 27 JUILLET 2018. LES MOUETTES ONT CHANTÉ AUX CRÉPUSCULES DU SOLEIL.
LE CHANT DU CHAOS OU L'ÉCLIPTIQUE ME MONTRA LES FRISSONS QU'IL INSPIRE
ENCORE DANS LE CŒUR DE L'HUMANITÉ. NOUS ÉTIONS LÀ À ÊTRE EN COMMUNION
AVEC LA FORCE DE L'UNIVERS ET CE SENTIMENT D'ÊTRE SUR LA TERRE.
TAY


TIGNARD YANIS @TIGNARDYANIS maintenant
En réponse à @BGriveaux
CONTINUEZ VOS SOURIRES DE MIELS, MONSIEUR GRIVEAUX BENJAMIN.
LA NATURE EST ISSUE DES SOURCES ET DU SOUFFLE.
Son énergie demeure infini dans la condition de la circonstance
et de l'environnement...
LA MORT EST UN SENTIMENT. LA MORT TOUT COMME LA VIE DÉFIE LE TEMPS.
Y'BECCA.
TAY

MOSAÏQUE DE SENTIMENTS DU
CITOYEN TIGNARD YANIS

_________________
Kounak le chat....


Dernière édition par yanis la chouette le Mer 22 Aoû à 9:49, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 9560
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: Re: LAGUERRA, MENDOZA ET CHRYSOCYON-BRACHYURUS.   Mer 22 Aoû à 9:19

MILO LE CHIHUAHUA, MINOUSKA LA CHATTE ET LE SECOURISME.
http://leclandesmouettes.bbflash.net/t821-milo-le-chihuahua-minouska-la-chatte-et-le-secourisme

RACHEL DE L'OLIVIER, DÉBORAH DU TEMPLE ET Y'BECCA.
http://leclandesmouettes.bbflash.net/t850-rachel-de-l-olivier-deborah-du-temple-et-y-becca

LA DÉMOCRATIE, L’ÉTERNEL, L'ANIMAL ET JÉRUSALEM.
http://leclandesmouettes.bbflash.net/t864-la-democratie-leternel-l-animal-et-jerusalem

L'UNIVERS DE MINOUSKA ET LES FABLES DE NAGALÏÉW OU TAY
http://leclandesmouettes.bbflash.net/t402-l-univers-de-minouska-et-les-fables-de-nagaliew-ou-tay

Le loup à crinière1 (Chrysocyon brachyurus) est une espèce de carnivore de la famille des canidés, originaire de l'Amérique du Sud. Il est le seul représentant de son genre : Chrysocyon. Bien que ressemblant à un loup ou à un grand renard, le loup à crinière est génétiquement distinct de tous les autres canidés.

CICONIA VERITIS, LA CIGOGNE VERTE OU LA LUNE.

Chère Argentine, Cher Bolivar...

En cet instant où le général sucre s’apprenait de Mademoiselle Carcelen.

Je me souviens de mes antiques souvenirs venu depuis
les entrailles d'un Mexique, D'un Brésil, d'un Portugal et d'une Espagne
sous les gouvernances anglaises et française...

"La grande promenade après messe chantée. Sur les douze collets;
une malheureuse perdrix s'est laissée prendre ! De plus par la chaleur;
l'oiseau prenait des gouts de ce que décrit Monsieur Baudelaire
dans les petits poèmes en prose reconnu et estimé de Hugo Victor
et de ses enfants. Cette bête pourrit et prenait les allures
d'une quelconque censure ecclésiastique fanatiques..."

JE M'EN REVIENS SUR CETTE VISION DU 8 MAI 2017 alors QUE NOUS
SOMMES LE 6 MAI DE LA MÊME ANNÉE...

On me trouva la mine battue, pardi, je venais de courir douze kilomètres
en tous terrains et de sauter le repas du matin. Puis le silence...
La Perdrix attendait l'heure à laquelle elle serai servi au repas
d'intronisation présidentiel. Son souffle alterné du soufflet
avec le souffle profond d'une fin proche tout comme un taureau dans
une arènes de Corrida, n'était pas du goût de la Perdrix même si cela
était dans le but de célébrer le Nouvel Emmanuel de France...

"DIEUDONNÉ, Je me rependis de l'outrage et je m'en retourne
vers l’Église de Pierre."

"N'importe qui ne pouvait et ne pourrait savoir et donner assez d'air
pour permettre la réflexion et la découverte" S'écria le Jeune Emmanuel
de Amiens, prétendant aux trônes des Licornes depuis son
anoblissement à L'ANDORRE qui augmenta ces prétentions auprès des
instituts génétiques...

" La Ragasse et le secourisme... Volonté et rotation... L'espace et le Ciel.
La gravité devant l'obscur et la liberté... Mineur devant Majeur et
Majeur devant Mineur... Voilà des sarcasmes digne depuis les adultères royaux;
Jeune Prince "

"Non à L'Esclavage et Oui à la gréve... L'Homme a plus de valeur que la raison
d'état et toutes personnes liées à des œuvres étant proche des liens terroristes
doit répondre de cela devant la Justice des mœurs et de la Laïcité."

"Oui... Oui... Jugez... OUI.. OUI... TEL LES ROIS DE MACÉDOINE
ET LE ROI RICHARD PREMIER, JE PART SUR LE FUNESTE DESTIN DE MON HERMITE.
MAIS Où est ma passé, La PERDRIX QUE JE DEVAIS RÔTIR."

"ENFUI, C'est Le Renard GREENPEACE... EN TOUT CAS, NE VOUS INQUIÉTEZ PAS MR NIXON,
HEU, MACRON... TOUTES PERSONNES LIÉES DE PRES OU DE LOIN à LA DROGUE, NE VOUS
APPROCHERA PAS... NOUS NE FERONS PAS LA MÊME ERREUR
QU'AVEC MONSIEUR HOLLANDE FRANÇOIS. ENFIN SI IL EST PAS TROP TARD..."
Réponds POLICE la COATIE

SOUS LES REGARDS DE
MERLIN, LE ROUGE GORGE DU NÉPAL.
MAGELLAN L'ALBATROS
TAY LA CHOUETTE EFFRAIE


---------------------------------------------
LE MYTHE DE ANTIGONE ET LA PERSÉVÉRANCE DE L’ESPÉRANCE

Le Juge suprême de La République de L'OLIVIER.

Le PANDA et LE VIEUX COQ.

"Hue, MORIBON... PLUS VITE"
Hurle le vieux coq...

"MÊME LE PARESSEUX ARRIVE à ÉTENDRE SES VERTES MURES."
réflexe du PANDA à l'encontre des vieux coqs ou Les EMMANUELS à présent.

" INDIGESTE" s'écrie le vieux coq...

"AU PLACARD, LE PANDA." s'exclame UN VIEUX CHINOIS PRÉNOMMÉ BREL JACQUES.

Le Panda fait mine d'un geste mais il démontre son envie.

"LE MIEL ET L'OURS.." Chante Le Panda
"MON CHER, JE L'AI PLUS GROSSE." Dit le vieux Coq.
"MAIS LE BAMBOU ENDURCIT MES COULEURS IRRAISONNÉES"
Dit le philosophe Panda

"COMMENT, IN-VERTUEUX." S’écrie le vieux Coq.
"PAS DE MÉTAPHORE... MON CHER... JE M'APPELLE REMUS ET ROMULUS ET
JE VIENS CHERCHER MES SABINES... OUI, ELLE S'APPELLE SABINE...
HEU MES CAMPAGNES QUI DEVIENNENT AÉROPORT, JE SUIS VENU EN FRANCE
ET VOILà QUE CELLE CI SE METS à DEVENIR CHINOISE, J'EN PERDS MON LATIN ET
MA CALLIGRAPHIE." DIT LE PANDA.

Le vieux Coq regarde le Panda et celui ci lance cette dernière rime sur le gallinacée:

"CHOUETTE, MES TROPHÉES S’ÉCRIVENT DANS LA RANCUNE, HUE ET ME VOILà EFFACER.
ET VOILà LE VERTUEUX PANDA POURSUIVI PAR LES POUDRES DES HOMMES ET IL
S'APPELLE EMMANUEL. TOUS CELA PAR DES FRANÇOIS DONT LES NOMS DONNENT
SAVEUR ET DÉGOUT...

MORALE DE L'HISTOIRE:
La Chouette regarde le Panda achever ses cruelles paroles et ne peut s’empêcher
de s’émouvoir des larmes de celui ci sur un coq chantant la sécheresse...
Un coq ne sait que chanter et le grand tord de celui ci est de trop bien chanter:
il n'a jamais su faire la pluie et le beau temps, Ce Coq d'Auvergne

http://leclandesmouettes.bbflash.net/t340-le-mythe-de-antigone-et-la-perseverance-de-lesperance

-----------------------------

Jean-Pierre Vanderplancke
48 min ·

Ma réflexion de ce mercredi portera sur Voltaire.
On accorde souvent à Voltaire la célèbre citation : "Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai jusqu’au bout pour que vous puissiez le dire". C'est une erreur puisque le philosophe n'a jamais dit ça, mais par contre il a dit plein d'autres trucs plutôt très pertinents et encore plus d'actualité depuis les attentats de ces 3 dernières années. Se replonger dans ses classiques de temps à autre, ça ne fait pas de mal.
1. "Nous avons assez de religion pour haïr et persécuter, et nous n'en avons pas assez pour aimer et pour secourir." (Traité sur la tolérance, 1763)
2. "Le fanatisme est un monstre qui ose se dire le fils de la religion."
3. "Si c’est ici le meilleur des mondes possibles, que sont donc les autres ?" (Candide, ou l'Optimisme, 1759)
4. "La religion juive, mère du christianisme, grand-mère du mahométisme, battue par son fils et par son petit-fils." (Le Sottisier, paru post-mortem en 1883)
5. "Les hommes sont des insectes se dévorant les uns les autres sur un petit atome de boue." (Zadig ou la destinée, 1747)
6. "Que conclure à la fin de tous mes longs propos ? C'est que les préjugés sont la raison des sots." (Poème sur la Loi Naturelle, 1756)
7. "Les calomniateurs sont comme le feu qui noircit le bois vert, ne pouvant le brûler." (Le Sottisier, paru post-mortem en 1883)
8. "Si vous voulez qu'on tolère ici votre doctrine, commencez par n'être ni intolérants ni intolérables." (Traité sur la tolérance, 1763)
9. "Le fanatisme est un monstre mille fois plus dangereux que l'athéisme philosophique." (Dictionnaire philosophique, 1764)
10. "Si Dieu nous a faits à son image, nous le lui avons bien rendu." (Le Sottisier, paru post-mortem en 1883)
11. "Nous respectons plus les morts que les vivants. Il aurait fallu respecter les uns et les autres." (Dictionnaire philosophique, 1764)
12. "C'est à celui qui domine sur les esprits par la force de la vérité, non à ceux qui font les esclaves par la violence, que nous devons nos respects." (Lettres philosophiques, 1733)
13. "La tolérance n'a jamais excité de guerre civile ; l'intolérance a couvert la terre de carnage." (Traité sur la tolérance, 1763)
14. "Si l'on n'imprimait que l'utile, il y aurait cent fois moins de livres."
15. "Puissent tous les hommes se souvenir qu'ils sont frères!" (Traité sur la tolérance, 1763)
On aurait tout de même préféré qu'il soit un peu moins visionnaire l'ami Voltaire.

---------------------------------------

LA MORSURE DU SERPENT N'EST PAS TOUJOURS UNE ATTEINTE À LA VIE. AINSI, LE VENIN RECÈLE DES ASPECTS DE CICATRISER DES ACTES EN DES BIENFAITS. L'AIGLE EST L'AIGUILLE CAR CERTAINS CONFONDENT SA FORCE AVEC LE DESPOTISME. TOUT COMME LE TAUREAU, L'AIGLE EST UN ESPRIT DE LA NATURE.
TAY

LA MORSURE DU SERPENT N'EST PAS TOUJOURS UNE ATTEINTE À LA VIE. AINSI, LE VENIN RECÈLE DES ASPECTS DE CICATRISER DES ACTES EN DES BIENFAITS. L'AIGLE EST L'AIGUILLE CAR CERTAINS CONFONDENT SA FORCE AVEC LE DESPOTISME. TOUT COMME LE TAUREAU, L'AIGLE EST UN ESPRIT DE LA NATURE.
TAY

---------------------------------------

Description
Loup à crinière (Chrysocyon brachyurus)

Le loup à crinière doit surtout son nom à la présence d'une longue et abondante toison noire sur son encolure et sur ses épaules. Par ailleurs, son allure et son aspect de loup, bien qu'il puisse d'ailleurs aussi ressembler à un renard à longues pattes, conforte cette appellation. Sa queue est relativement courte, les oreilles sont redressées, et le pelage — de texture plus souple que chez les autres canidés — ne comporte pas de sous-poil. Les longues pattes fines du loup à crinière sont adaptées à son milieu de vie, essentiellement constitué par de hautes herbes : le cerrado. Malgré son apparence, ce n'est pas un coureur rapide. Mais ses grandes oreilles lui permettent de détecter les petites proies dont il se nourrit2.

Distribution : il vit en Amérique du Sud (régions sud, sud-est et centre-ouest du Brésil, Paraguay, nord de l'Argentine, Bolivie).
Habitat : prairies et forêts broussailleuses.
Dimensions : Longueur du corps de 120 à 130 cm pour une hauteur au garrot de 75 à 90 cm. Sa queue est d'une longueur de 28 à 45 cm et son poids varie de 20 à 25 kg. Pas de variation géographique ni de dimorphisme sexuel.
Pelage : roux chamois, avec des « chaussettes » noires, museau et crinière noirs, dessous du menton blanc, de même que l'intérieur des oreilles et le bout de la queue. Les nouveau-nés sont noirs, avec l'extrémité de la queue blanche.
Gestation : environ 65 jours.
Longévité : inconnue dans la nature (12 à 15 ans en captivité).

Le loup à crinière est perché sur de grandes pattes. Ses repas sont composés d'environ 50 % de fruits. Il complète cela avec des petits rongeurs, des insectes ou des oiseaux. Il chasse toujours en solitaire.

Ils ne forment pas de meute mais vivent en couple, sur un territoire de 30 km2.
Alimentation

Le loup à crinière est omnivore et se révèle être un chasseur opportuniste, s'attaquant à des proies allant des petits vertébrés jusqu'au paca. Ses proies les plus habituelles sont les lapins, les petits rongeurs, les oiseaux et les tatous, et plus rarement des reptiles, des insectes voire des poissons. Il consomme également beaucoup de fruits (jusqu'à la moitié de son alimentation), dont le « fruit du loup » (fruit de Solanum lycocarpum, autrement nommé « tomato-like fruit of Lobeira » en anglais)3. Ce fruit disposerait de propriétés antiparasitaires contre le ver rénal géant, Dioctophyme renale4. Le loup à crinière effectue ses quêtes de nourriture, seul et surtout la nuit. Il peut aussi le faire durant la journée, dans des zones à l'écart des humains.
Comportement social

Le loup à crinière se reproduit généralement à partir de l'âge de 2 ans, bien qu'il puisse atteindre sa maturité sexuelle lors de sa première année. Les femelles ont une portée par an, entre juin et septembre. Les loups à crinière s'installent dans des terriers aménagés sous un couvert suffisant. On ignore le rôle des mâles dans l'éducation des jeunes chez les individus vivant en liberté, mais en captivité, on a remarqué qu'ils les nourrissaient par régurgitation. Les couples semblent être monogames[réf. nécessaire], vivant dans des territoires d'un ordre de 30 km2, d'après une étude[Laquelle ?] menée sur deux couples[réf. nécessaire].
État des populations, pressions, menaces

Une étude publiée en 2012 a montré que de même que pour quelques espèces proches, le loup à crinière bioaccumule des métaux lourds toxiques (plomb notamment, facteur de saturnisme animal), en quantité préoccupante5.

Notes et références6

↑ Annexes au Journal officiel des Communautés européennes du 18 décembre 2000. Lire en ligne [archive].
↑ Zoo de la Flèche / le loup à crinière [archive]
↑ (en) « The IUCN Red List of Threatened Species. Version 2014.3, Chrysocyon brachyurus » [archive] (consulté le 29 mars 2015)
↑ (en) « Maned wolf videos, photos and facts, Chrysocyon brachyurus, ARKive » [archive] (consulté le 29 mars 2015)
↑ de Almeida Curi, N. H., Brait, C. H. H., Antoniosi Filho, N. R., & Talamoni, S. A. (2012). Heavy metals in hair of wild canids from the Brazilian Cerrado. Biological trace element research, 147(1-3), 97-102résumé [archive]
↑ (en) « Maned wolf », Wikipedia,‎ 12 avril 2017 (lire en ligne)

Références externes

Sur les autres projets Wikimedia :

Loup à crinière, sur Wikimedia CommonsLoup à crinière, sur Wikispecies

(en) Référence Mammal Species of the World : Chrysocyon brachyurus [archive]
(en) Référence CITES : espèce Chrysocyon brachyurus (Illiger, 1815) [archive] (+ répartition [archive]) (sur le site de Species+ [archive]) (consulté le 22 mai 2015)
(fr) Référence CITES : taxon Chrysocyon brachyurus [archive] (sur le site du ministère français de l'Écologie) (consulté le 22 mai 2015)
(fr+en) Référence ITIS : Chrysocyon brachyurus (Illiger, 1815) [archive] (+ version anglaise [archive] )
(en) Référence Animal Diversity Web : Chrysocyon brachyurus [archive]
(en) Référence NCBI : Chrysocyon brachyurus [archive]
(en) Référence UICN : espèce Chrysocyon brachyurus (Illiger, 1815) [archive] (consulté le 22 mai 2015)
(en) Référence Fonds documentaire ARKive [archive] : Chrysocyon brachyurus [archive]

Bibliographie

de Almeida Curi, N. H., Brait, C. H. H., Antoniosi Filho, N. R., & Talamoni, S. A. (2012). Heavy metals in hair of wild canids from the Brazilian Cerrado. Biological trace element research, 147(1-3), 97-102résumé [archive]

---------------------------------

SENTIMENTS DU
CITOYEN TIGNARD YANIS
ALIAS
TAY
La chouette effraie

_________________
Kounak le chat....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 9560
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: Re: LAGUERRA, MENDOZA ET CHRYSOCYON-BRACHYURUS.   Mer 22 Aoû à 9:20

MON EXODE ET MON ESPÉRANCE POUR L'HUMAINE ET L'HUMAIN...
MON DEVOIR ET LE RESPECT ENVERS LES ANIMAUX DE LA TERRE

MR MACRON EMMANUEL, L'EUROPE, UNE IDÉE DIGNE DES MERVEILLES DU MONDE ET ELLE SE RANGE DANS L'ASPECT DU PATRIMOINE. LE CROIRE S'EST L'HOMME. CROIRE EN L'AUTONOMIE FÉMININE DES L'ADOLESCENCE, CROIRE AUX UNIONS LIBRES ET AUX DIFFÉRENTS ASPECTS DU MARIAGE LAÏC, CELA N'EST PAS L'EUROPE: IL S'AGIT DU PROTESTANTISME ET DE LA VALEUREUSE LAÏCITÉ QUI EST UNE DES RARES EN TERME D'HUMANISME à POUVOIR PRÉTENDRE au TERME D'HUMANISME TOUT COMME LA CHARITÉ ET LE DEUIL à L’ESPÉRANCE DE DIRE ET DE CROIRE: NOUS SOMMES UN DANS NOTRE MULTIPLE...
POUR LE CLANS DES MOUETTES ET Y'BECCA...

CITOYEN TIGNARD YANIS

Invocation de François-René de CHATEAUBRIAND (1768-1848)

Je voudrais célébrer dans des vers ingénus
Les plantes, leurs amours, leurs penchants inconnus,
L'humble mousse attachée aux voûtes des fontaines,
L'herbe qui d'un tapis couvre les vertes plaines,
Sur ces monts exaltés le cèdre précieux
Qui parfume les airs, et s'approche des cieux
Pour offrir son encens au Dieu de la nature,
Le roseau qui frémit au bord d'une onde pure,
Le tremble au doux parler, dont le feuillage frais
Remplit de bruits légers les antiques forêts,
Et le pin qui, croissant sur des grèves sauvages,
Semble l'écho plaintif des mers et des orages :
L'innocente nature et ses tableaux touchants,
Ainsi qu'à mon amour auront part à mes chants.

(écrit à l'âge de 16 ans)

L'ÉTAT S'EST UNE ÉTHIQUE, LA NATION EST UNE CONVICTION ET LA PERSONNALITÉ EST UNE CONSCIENCE, MONSIEUR MACRON EMMANUEL, C'EST AINSI. Y'BECCA

L'EUROPE EST UN IDÉALISME, TOUTES LES CIVILISATIONS VIENNENT D'UN BERCEAU, IL SE RÉVEILLERA. LA POLITIQUE SERA DEVANT CE FAIT: L'A.D.N. SIDA

MR MACRON EMMANUEL, L'EUROPE, UNE IDÉE DIGNE DES MERVEILLES DU MONDE ET ELLE SE RANGE DANS L'ASPECT DU PATRIMOINE. LE CROIRE S'EST L'HOMME.

MR MACRON EMMANUEL, L'EUROPE EST UNE IDÉE DIGNE DES MERVEILLES DU MONDE ET ELLE SE RANGE DANS L'ASPECT DU PATRIMOINE. LE CROIRE S'EST L'HOMME.

TOUT COMME L'EURO, L'EUROPE N'EST PLUS UN ASPECT DE COMMUNICATION ET DE FRATERNITÉ MAIS UN DIGNE COMBAT HUMAIN: MAIS LA POLITIQUE L'A MUÉE.

LE CENTRALISME N'EST PAS UNE MORT: LE FAIT DE SOUFFRIR D'EGO SUR L'ÉVOLUTION EST LE GRAND PROBLÈME DE L'HUMANITÉ. DIT LE SCORPION À ORION.

La forêt de François-René de CHATEAUBRIAND (1768-1848)

Forêt silencieuse, aimable solitude,
Que j'aime à parcourir votre ombrage ignoré !
Dans vos sombres détours, en rêvant égaré,
J'éprouve un sentiment libre d'inquiétude !
Prestiges de mon coeur ! je crois voir s'exhaler
Des arbres, des gazons une douce tristesse :
Cette onde que j'entends murmure avec mollesse,
Et dans le fond des bois semble encor m'appeler.
Oh ! que ne puis-je, heureux, passer ma vie entière
Ici, loin des humains !... Au bruit de ces ruisseaux,
Sur un tapis de fleurs, sur l'herbe printanière,
Qu'ignoré je sommeille à l'ombre des ormeaux !
Tout parle, tout me plaît sous ces voûtes tranquilles ;
Ces genêts, ornements d'un sauvage réduit,
Ce chèvrefeuille atteint d'un vent léger qui fuit,
Balancent tour à tour leurs guirlandes mobiles.
Forêts, dans vos abris gardez mes voeux offerts !
A quel amant jamais serez-vous aussi chères ?
D'autres vous rediront des amours étrangères ;
Moi de vos charmes seuls j'entretiens les déserts.

La mer de François-René de CHATEAUBRIAND (1768-1848)

Des vastes mers tableau philosophique,
Tu plais au coeur de chagrins agité :
Quand de ton sein par les vents tourmenté,
Quand des écueils et des grèves antiques
Sortent des bruits, des voix mélancoliques,
L'âme attendrie en ses rêves se perd,
Et, s'égarant de penser en penser,
Comme les flots de murmure en murmure,
Elle se mêle à toute la nature :
Avec les vents, dans le fond des déserts,
Elle gémit le long des bois sauvages,
Sur l'Océan vole avec les orages,
Gronde en la foudre, et tonne dans les mers.

Mais quand le jour sur les vagues tremblantes
S'en va mourir ; quand, souriant encor,
Le vieux soleil glace de pourpre et d'or
Le vert changeant des mers étincelantes,
Dans des lointains fuyants et veloutés,
En enfonçant ma pensée et ma vue,
J'aime à créer des mondes enchantés
Baignés des eaux d'une mer inconnue.
L'ardent désir, des obstacles vainqueur,
Trouve, embellit des rives bocagères,
Des lieux de paix, des îles de bonheur,
Où, transporté par les douces chimères,
Je m'abandonne aux songes de mon coeur.

PROPOS ET SYNTHÈSE POUR VICTOR HUGO ET CHARLES BAUDELAIRE
PAR
CITOYEN TIGNARD YANIS

Talmud de Jérusalem
Autrefois, Dans la rue du Taur à Toulouse, il y avait un restaurateur Libanais, sa Femme et un de ses fils...
Dans ce restaurant Kebab Libanais, le seul qui le faisait avec une galette et pas avec un pain...
Le restaurateur m'enseigna le Talmud et m'appris à discerner le bon, la Brute et Le Truand selon celui de
Jérusalem à ne pas confondre avec l'Universel Babylone...
J'ai appris une autre numérotation que celle du Pardon et ne croyez pas qu'il s'agisse de la
vengeance... C'est celle de la Justice des Juges sur le serment de David.
Ainsi Parlait Zarathoustra.
Ainsi est Jérusalem devant Babylone.
Le témoin de cette histoire est Tristan le Charpentier ami de Attou Magali et Clemence Tednoudji.
Son plaisir était de partager son thé à la menthe et il était fier des études de droit de son fils.
Un jour, j'ai aidé son fils à décharger un camion difficile, celui ci me dit que veut tu ?
"Rien" ai je répondu au fils mais le père m'invita à boire un thé... "
et c'est ainsi que j'ai appris à voir l'enseignement du Talmud de Jérusalem... L'avarice et la convoitise
ronge les profiteurs et surpris sur l'aspect des lois qui engendre richesse sur le palais en oubliant
la rue. Surpris de voir que quand je fais dix heures, on me dit : je te donne neuf heures,
tu me donnes une heure pour la charité et tu m'en fais une de plus pour la gratitude et le pardon.
Mais voilà l'aspect de charité est une forme d'aveu de déséquilibre de l'égalité dans le terme du
légal et du temps: C'est une forme avancé de profit sur l'aspect de l'harmonie pour celui qui est
charitable dans un aspect du temps et; celui qui devient l'aspect même de la mauvaise foi car
il est celui qui se donne de l'importance dans l'attribution du Temps.
Talmud de Jérusalem

Ecrit
de
Monsieur Tignard Yanis
ou
TAY
La chouette effraie

Le Printemps, l'Eté et l'Hiver de François-René de CHATEAUBRIAND (1768-1848)

Vallée au nord, onduleuse prairie,
Déserts charmants, mon coeur, formé pour vous,
Toujours vous cherche en sa mélancolie.
A ton aspect, solitude chérie,
Je ne sais quoi de profond et de doux
Vient s'emparer de mon âme attendrie.
Si l'on savait le calme qu'un ruisseau
En tous mes sens porte avec son murmure,
Ce calme heureux que j'ai, sur la verdure,
Goûté cent fois seul au pied d'un coteau,
Les froids amants du froid séjour des villes
Rechercheraient ces voluptés faciles.
Si le printemps les champs vient émailler,
Dans un coin frais de ce vallon paisible,
Je lis assis sous le rameux noyer,
Au rude tronc, au feuillage flexible.
Du rossignol le suave soupir
Enchaîne alors mon oreille captive,
Et dans un songe au-dessus du plaisir
Laisse flotter mon âme fugitive.
Au fond d'un bois quand l'été va durant,
Est-il une onde aimable et sinueuse
Qui, dans son cours, lente et voluptueuse,
A chaque fleur s'arrête en soupirant ?
Cent fois au bord de cette onde infidèle
J'irai dormir sous le coudre odorant,
Et disputer de paresse avec elle.
Sous le saule nourri de ta fraîcheur amie,
Fleuve témoin de mes soupirs,
Dans ces prés émaillés, au doux bruit des zéphyrs,
Ton passage offre ici l'image de la vie.
En des vallons déserts, au sortir de ces fleurs,
Tu conduis tes ondes errantes :
Ainsi nos heures inconstantes
Passent des plaisirs aux douleurs.
Mais si voluptueux, du moins dans notre course,
Du printemps nous allons jouir,
Nos jours plus doucement s'éloignent de leur source,
Emportant avec eux un tendre souvenir :
Ainsi tu vas moins triste au rocher solitaire,
Vers ces bois où tu fais toujours,
Si de ces prés ton heureux cours
Entraîne quelque fleur légère.
De mon esprit ainsi l'enchantement
Naît et s'accroît pendant tout un feuillage.
L'aquilon vient, et l'on voit tristement
L'arbre isolé sur le coteau sauvage
Se balancer au milieu de l'orage.
De blancs oiseaux en troupes partagés
Quittent les bords de l'Océan antique :
Tous en silence à la file rangés
Fendent l'azur d'un ciel mélancolique.
J'erre aux forêts où pendent les frimas :
Interrompu par le bruit de la feuille
Que lentement je traîne sous mes pas,
Dans ses pensers mon esprit se recueille.
Qui le croirait ? plaisirs solacieux,
Je vous retrouve en ce grand deuil des cieux :
L'habit de veuve embellit la nature.
Il est un charme à des bois sans parure :
Ces prés riants entourés d'aunes verts,
Où l'onde molle énerve la pensée,
Où sur les fleurs l'âme rêve bercée
Aux doux accords du feuillage et des airs,
Ces prés riants que l'aquilon moissonne,
Plaisent aux coeurs. Vers la terre courbés
Nous imitons, ou flétris ou tombés,
L'herbe en hiver et la feuille en automne.

---------------------------------------

La Fermentation ou L'Univers et Les Arbres...

Les étoiles se consument, pourtant, l'électrique attire
l’électricité statique... Quelles sont les combustions qui
permet de créer l'éclair... Unique et multiple tout comme à
chacun, je me laisse bercer dans ces questions soulevant
un nuage de poussières pour y attraper des réponses
élémentaires. Certains y cherchent de l'or, je me recueille à
y trouver des informations sur le temps et le présent.

En effet, dans mon vocabulaire provinciale, la masse compose
l'infini, les étoiles bien sur nous fixent toujours des angles et
cela ne fut toujours pas le cas.

"LE SENS ET L'ATOME": Me jete le Horla de MAUPASSANT GUY et
RAPHAEL de LA Peau de Chagrin, mon esprit se mets à bouillir et
évapore cette réaction au surnaturel...

Le lait tout comme la chaleur provient de la fermentation et de l'union,
Car même si l'univers rétrécie tout comme le lait se modifie;
Son énergie demeure infini dans la condition de la circonstance
et de l'environnement... Le contexte se modifie mais il demeure...

Alors, Sache qu'une étincelle n'est pas uniquement de feu, c'est une
évolution issu et voué à une modification qui se perpétue en des aspects
autres qu'au visuel: transparente et invisible, demeure la perceptive
d'un mouvement moléculaire temporelle sensorielle concluant, définissant
les aspects de vie et de mort dans la perceptive d'un environnement
d'un système voué à l’Éternité... L'Infini dans la vie et la Vie dans l'infini...
INFINI ET VIE...

ECRIT DU
CITOYEN TIGNARD YANIS

--------------------------------

SENTIMENTS DU
CITOYEN TIGNARD YANIS
ALIAS
TAY
La chouette effraie

_________________
Kounak le chat....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 9560
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: Re: LAGUERRA, MENDOZA ET CHRYSOCYON-BRACHYURUS.   Ven 24 Aoû à 9:12

ELLE N'EST PAS MORTE.
HEDWIGE, LE STYX, FAUNUS LE BERGER, JOHN WILLIAMS ET TAY.
http://leclandesmouettes.bbflash.net/t881-hedwige-le-styx-faunus-le-berger-john-williams-et-tay#9418
Contre les moustiques, faites une place aux hirondelles !
https://www.lpo.fr/actualites/contre-les-moustiques-faites-une-place-aux-hirondelles
The Altai band from Mongolia.
https://www.youtube.com/watch?v=7RujKG9hmCY
Le chamanisme.
Ookpik...
Y'BECCA.
TAY

Le chamanisme est une pratique centrée sur la médiation entre les êtres humains et les esprits de la nature ou les âmes du gibier, les morts du clan, les âmes des enfants à naître, les âmes des malades à guérir, la communication avec des divinités, etc. C'est le chamane qui incarne cette fonction, dans le cadre d'une interdépendance étroite avec la communauté qui le reconnaît comme tel.

Le chamanisme, au sens strict (chamane vient étymologiquement de la langue toungouse), prend sa source dans les sociétés traditionnelles sibériennes. Partie de la Sibérie, la pensée chamanique a essaimé de la Baltique à l'Extrême-Orient et a sans doute franchi le détroit de Béring avec les premiers Amérindiens. On observe des pratiques analogues chez de nombreux peuples, à commencer par les Mongols, les Turcs et les Magyars1 (avant leur christianisation), qui seraient tous originaires de Sibérie, mais aussi au Népal, en Chine, en Corée, au Japon, chez les Scandinaves, chez les Amérindiens d'Amérique du Nord, en Afrique, en Australie, chez les Amérindiens d'Amérique latine2 et également chez les Celtes (druidisme orthodoxe).

Nature du chamanisme
Étymologie
Le mot chamane ou chaman est connu dès le xviie siècle. Il entre officiellement dans la langue française en 18423. Sam est une racine altaïque signifiant « s'agiter en remuant les membres postérieurs ». Saman est un mot de la langue evenki qui signifie « danser, bondir, remuer, s'agiter ». Dans les dialectes évènes, « chaman » se dit xamān ou samān4.

Ojun désigne le chamane chez les Yakoutes, terme évoquant l'action de « sauter, bondir, jouer ». L'équivalent turc est kam d'où dérive en russe kamljat, « chamaniser », et kamlanie, « séance chamanique ». Chez les Bouriates, boo murgel signifie « encornement (ou affrontement) de chamane ».

L'idée générale est celle d'une imitation des espèces animales, notamment celles qui sont prisées à la chasse : les cervidés, les gallinacés et les gastéropodes5.

À noter qu'en sanskrit le terme Shramana désigne un moine errant dans certaines traditions ascétiques de l'Inde antique, incluant le Jainisme, le Bouddhisme et la religion Ājīvika aujourd'hui disparue.

Suivant Roberte Hamayon, reprise par Bertrand Hell3, le chamane est soit « celui qui sait », soit celui qui « bondit, s'agite, danse ».

Ethnologie et chamanisme.

La catégorie « chamanisme » pose problème aux anthropologues. Que désigne réellement le « chamanisme » quand ce terme est généralement utilisé tant pour parler des pratiques des Toungouses que de celles des urbains Européens ? Pour répondre à cette question, il faut revoir l'histoire du mot et ce qu'elle implique.

Le terme « chamane » est introduit en Europe vers la fin du xviie siècle à travers les récits publiés par quelques explorateurs et marchands. Il est emprunté au toungouse (Sibérie) et on le trouve mentionné une vingtaine d'années plus tôt dans les manuscrits de l’archiprêtre Avvakoum. Roberte Hamayon6 caractérise le chamanisme de Sibérie ainsi : il s’agit d’une « procédure de médiation, rudimentaire et bonne à tout faire supposant une conception spécifique de l'homme, du monde et de la société » ainsi que de leurs relations. La notion d'échange est au cœur de la pensée chamaniste : surtout il existe un lien fondamental entre la chasse, l’alliance et le chamanisme ; ainsi, Roberte Hamayon propose que le chamanisme en soi s'enracine dans la vie de chasse, en raison d'un rapport de nécessité fondé sur ce qui semble caractériser le chamanisme au niveau le plus général : la gestion de l’aléatoire. Celle-ci se réalise par un échange avec les esprits, lors de la transe.

Le chamanisme est donc une conduite, une efficacité, une technique, à restituer dans le tout de la société. Il remplit une fonction d'adaptation à des situations démunies et difficiles, par sa souplesse, son pragmatisme (contrairement aux religions instituées), et par sa disponibilité.

Les traits essentiels du chamanisme, dans les sociétés de chasse, sont : l’alliance avec les esprits de la « sur-nature », le voyage de l'âme, la gestion de l’aléatoire par le rapport entre chamane et esprits, mais aussi la fluidité, car le chamanisme n’est pas quelque chose de figé puisqu’il intègre.

L’institution chamanique dépasse largement la région sibérienne. Tous les continents sont touchés et l'on assiste aussi à des mouvements du New Age en Amérique du Nord, en Europe et en France, avec l’émergence d’un néo-chamanisme.

Si l'on prend le terme « chamanisme » stricto sensu dans le sens toungouse, alors son champ est fortement limité et ne s’étend plus qu’à cette société. Il faudrait en fait répertorier les traits du chamanisme toungouse, et on s’autoriserait alors à appliquer ce terme à toutes les institutions partageant exactement tous ces traits énumérés. Probablement cela couvrirait alors l’ensemble sinon une partie de la Sibérie, mais certainement pas tous les groupes pour lesquels on parle de chamanisme. Toutefois, si l’on en prend les traits principaux, on peut alors utiliser le terme de « chamanisme », celle-ci devenant une catégorie, et le chamanisme toungouse un modèle. Car ce que l’on peut comparer ce sont les modèles tirés de ces sociétés, et non les sociétés elles-mêmes, ni leurs rituels.

Cela étant établi, pour placer des éléments, pratiques, institutions, sous la catégorie « chamanisme » il faut donc de la rigueur. Ainsi, lors du Congrès international sur le chamanisme de 1997, on a pu assister à des communications soulevant le problème du « développement des pratiques dites alors chamaniques, auprès d’Européens en mal d’exotisme » ; et à ce sujet deux avis s’opposaient, l’un déniant le caractère « chamanique » (D. Vazeilles), l’autre ne voyant pas de raison illégitime qui interdirait cette dénomination, puisque selon C. Kappler, l’Europe avait jusqu’au Moyen Âge des pratiques également « chamaniques », citant Jeanne Favret-Saada (Les Mots, la mort, les sorts), donc associant la sorcellerie au chamanisme.

Le débat, loin d’être clos, pose toujours problème. Dans l’application du terme « chamanisme » à d’autres sociétés, il convient de justifier ce choix par une description précise des faits et pratiques qui forment le modèle que l’on veut comparer au modèle toungouse. Pour utiliser le « chamanisme » comme élément de comparaison, il faut en effet pouvoir comparer des modèles entre eux.

Chamanisme et religion
La nature du chamanisme fait l'objet d'un débat. L'intérêt pour les scientifiques, ethnologues et érudits divers envers le chamanisme est partagé. Cependant, depuis au moins le xixe siècle, avec les expéditions scientifiques russes en Sibérie, des chercheurs ont commencé à s'y intéresser. La cour toungouse (mandchoue) de la Dynastie Qing a également permis de mieux appréhender ces codes et rituels, par des livres de lois régissant le chamanisme7.

Le chamanisme est appréhendé comme tel dès les xviie et xviiie siècles par les premiers observateurs en Sibérie. C'est le contact avec les esprits qui est considéré, à la fin du xixe siècle, comme le phénomène religieux de base. Au xxe siècle, Mircea Eliade, influencé par le mysticisme du christianisme russe orthodoxe, rattache le complexe chamaniste (croyances, rites et mythes) à la religion. C'est surtout l'expérience extatique qui est définie comme l'expérience religieuse de base. Mais cette dernière notion est actuellement très controversée, certain la considérant comme une imposture scientifique8, d'autres lui préférant le terme de transe, la seule à impliquer un élément musical.

Åke Hultkrantz présente le chamanisme comme un complexe culturel religio-magique et conclut : « puisque le monde surnaturel est le monde de la religion, le chamanisme joue donc un rôle religieux » et « il n'est pas interdit de supposer que toutes les expériences extatiques à l'origine de renouveaux religieux remontent aux chamans des temps anciens »9.

Michel Perrin définit le chamanisme10 comme l'un des grands systèmes imaginés par l'esprit humain dans diverses régions du monde pour donner sens aux événements et pour agir sur eux. Selon lui, il implique une représentation bipolaire ou dualiste de la personne et du monde. L'être humain est fait d'un corps et d’une ou plusieurs composantes invisibles, souvent qualifiées d’« âmes », qui survivent à la mort. Le monde est également double. Il y a ce monde-ci, visible, quotidien, profane, et un monde-autre. C'est le monde des dieux et de leurs émissaires, des esprits de toutes sortes, des maîtres des animaux ou des végétaux, des ancêtres, des morts… C'est le monde que décrivent les mythes. Le chamanisme suppose aussi que certains humains savent établir à volonté une communication avec le monde-autre. Ils peuvent le voir et le connaître, à la différence des autres hommes, qui ne font que le subir ou le pressentir. Ce sont les chamanes. Ils sont désignés et élus par le monde-autre. Selon Perrin, le chamanisme est donc bien une sorte de religion, à condition de considérer une religion comme une représentation du monde qui ne peut être séparée des actes découlant de la croyance qu'elle met en place.

Wilhelm Schmidt considère le chamanisme comme de la magie, voire comme une dégénérescence religieuse. Pour Bertrand Hell, le chamanisme, à l'instar de la possession, est placé sous le signe de l'efficacité pratique et pragmatique, rejoignant par là Marcel Mauss pour qui la magie est la manipulation des forces immanentes, alors que la religion s'attache plus à la métaphysique, la transcendance et à un au-delà meilleur.

D'autres considèrent le chamanisme comme de la sorcellerie (Roland Dixon), voire comme une imposture entretenues par le chaman.

Inversement, certains auteurs présentent la religion des peuples du Nord de la Sibérie comme chamanique.

L'observation, par les médecins et administrateurs coloniaux, de l'aspect thérapeutique et du comportement du chaman ont mis un doute sur ce caractère religieux, rejoignant l'échec des théories sociologiques à le définir comme tel, notamment du fait de l'absence de doctrine, de clergé et de liturgie.

L'anthropologie contemporaine ramène plutôt le chamanisme à un mode d'organisation des expériences des individus chamanes. Pour Roberte Hamayon, le chamanisme s'enracine dans la vie de chasse, et, à ce titre, est conditionné « par la donnée empirique qu'est le caractère imprévisible de l'apparition du gibier », « la pensée chamanique s'interprète comme la création de moyens symboliques pour agir sur cet aléa »… « les changements dans la place et la nature des aléas commandent l'évolution du chamanisme11. » Au centre des rituels chamaniques bouriates, il y a le jeu, jeu rituel dont l'issue rappelle les aléas de la vie de chasse, et « qui récuse la transcendance et impose l'altérité ». Il est remarquable que les Bouriates se définissaient eux-mêmes comme peuples à chamanes, par opposition aux peuples à Dieux pour se différencier des Russes lors de la colonisation.

Enfin, la question de l'assimilation ou non du chamanisme à la religion a permis de se (re)poser des questions quant à la nature du phénomène religieux, conduisant par là à une reconceptualisation de celle-ci.

Chamanisme et préhistoire
Le culte des cervidés célestes
C'est Spitsyne12 qui a révélé au public la découverte de plaques chamaniques coulées dans le bronze, nommées les plaques de Perm, sur les bords de la Kama et de l'Ob, dans l'Oural. Elles datent du Moyen Âge.


Le Vol du chamane, d'après une reproduction de Boris Rybakov.
« Recouvertes de figurations mi-humaines mi-cervidés, de têtes d'élans, de dragons, de bêtes à fourrure et d'oiseaux », dont certains à masque humain sur la poitrine. Les créatures bipèdes à figures animales ont été appelées par Spitsyne « souldé »13. Sur certaines d'entre elles, « il s'agit de figuration de deux femmes-élanes, debout sur un énorme dragon et formant, à l'aide de leurs têtes d'élanes, la voûte céleste sous laquelle on peut voir », soit de petites silhouettes humaines, soit une silhouette masculine coiffée d'un masque d'élane.

Pour certaines de ces plaques, un parallèle a été fait, par A.V. Schmidt, avec la littérature orale lapone fixée en 1926-1927 et relatant la légende de l'homme-renne14. Pour Boris Rybakov15Le culte des cervidés célestes, qu'on retrouve également sur certaines de ces plaques, est très répandu chez les peuples sibériens : chez les Evenks de la Toungouzka il y a l'élane céleste Bougady Enintyne, chez les Kètes la déesse Tomane, chez les Selkoupy Yliuonda Kotta. Le culte des deux maîtresses célestes du monde, semi-femmes semi-cervidés est également répandu (Nganassanes, Evenks, Dolganes, Nivkhes des îles Sakhaline).

Les femmes-rennes :
En entrant, la chamane aperçut deux femmes nues, semblables à des rennes : elles étaient couvertes de poils, portaient des bois sur la tête. Le chamane s'approcha du feu, mais ce qu'il avait pris pour du feu, c'étaient les rayons du soleil. Une des femmes était enceinte. Elle mit au monde deux faons… La deuxième femme mit aussi au monde deux faons… Ces faons doivent devenir les ancêtres des rennes sauvages et domestiques16.
La coiffure chamanique décorée d'un museau d'élan est attestée également par des données archéologiques. On la trouve sur une sculpture d'os provenant de la nécropole mésolithique de l'Île au Renne de l'Onéga (Ve millénaire avant notre ère) et coiffant un officiant s'élevant vers le monde céleste, entouré de deux femmes, la tête tournée vers le chamane. Spitsyne l'identifie au casque de souldé des plaques de Perm. On la trouve aussi dans l'Île au Renne de la Mer de Barents, dans la tourbière de Chiguir dans l'Oural, près de Palanga sur les bords de la Baltique.

Pour Boris Rybakov, le culte des cervidés célestes, étroitement associé au chamanisme, est ainsi attesté au mésolithique il y a cinq mille ans, au cours de la période du folklore de bronze du viie au xie siècle, et dans les mythes cosmogoniques sibériens collectés au xixe et xxe siècles. Son étendue géographique est celle de l'ensemble ethnique toungouse, samoyède et ougrien, mais s'étend bien au-delà d'après ses conclusions (Europe et Asie). Par contre, d'après cet auteur et la majorité des préhistoriens, aucune base ne permet de supposer qu'il ait existé chez les chasseurs de l'époque glaciaire. Bien que les figurations de cervidés soient fréquentes dans l'art paléolithique, elles ne se distinguent pas de la masse des autres animaux. Concernant peut-être la seule exception, le Dieu Cornu de la Grotte des Trois-Frères (Ariège) pourrait n'être finalement, selon Rybakov entre autres, qu'un simple chasseur ayant mis sur lui une peau de renne pour approcher un troupeau, dans le cadre d'un déguisement. L'interprétation de l'anthropologue Margaret Murray, suivant laquelle le dieu cornu serait invoqué dans un rituel chamanique, semble controversée. Pourtant, la présence et la survivance même du dieu cornu dans la mythologie celte (Cernunnos et chaudron de Gundestrup, ou Cernunnos dans l'Art rupestre du Valcamonica), tend à souligner l'importance de ce culte.

Chamanisme au paléolithique ?
Dès 1952, Horst Kirchner a tenté d’expliquer l'art pariétal européen par un chamanisme paléolithique17. Cette hypothèse, critiquée dès le début, a eu ses partisans à la fin du siècle dernier. Reprise par Andreas Lommel en 1960 et en 1964 par l'abbé André Glory peu avant sa mort, et combattue fermement alors par André Leroi-Gourhan (qui apporte lui-même sa propre interprétation), elle a de nouveau été formulée en 1988 par deux anthropologues d'Afrique du Sud, David Lewis-Williams et T. A. Dowson. Lewis-Williams établissait une comparaison entre le "chamanisme" chez les San (Bushmen) et les peintures pariétales des sites sud-africains. Enfin, un peu plus tard, cette thèse a été reprise, pour l'art paléolithique eurasiatique, par le préhistorien Jean Clottes, auteur (avec D. Lewis-Williams) des Chamanes de la préhistoire, ouvrage qui, adoptant une double approche, neurophysiologique et ethnologique (sommaire), a dès sa parution en 1996 suscité une vive controverse.

Ces interprétations très littéraires n'ont pas été acceptées par la plupart des spécialistes, tant du chamanisme que de l'art préhistorique et de la neurologie. Ils considèrent qu'elles s'appuyaient, sans preuves scientifiques, ni neurophysiologiques ni ethnologiques, sur une vision réductrice et extrapolée du chamanisme « J. Clottes et D. Lewis-William ont largement outrepassé les limites de la démarche scientifique en proposant une explication unique, unilatérale de la religion des origines18. » Les auteurs ont tenté de répondre à leurs détracteurs à la fin de leur ouvrage, partie Polémiques et réponses. Sans grand succès...

Cette hypothèse a eu de farouches adversaires (tel le Pr Denis Vialou : « Prendre cette théorie sans fondement archéologique et vouloir l'imposer comme interprétation de l'art paléolithique, c'est nier l'hétérogénéité des cultures préhistoriques »[réf. nécessaire]). D'autres ont choisi un silence gêné : « Désolés de cet écart tardif d'un collègue estimé, plus d'un a préféré faire la sourde oreille plutôt que d'engager une polémique19. » Elle a trouvé de rares soutiens auprès de quelques personnes, qu'il s'agisse de R. Layton20 ou de E. Tscherter21 et le préhistorien Jean Courtin a préféré en faire le thème d'un roman, Le Chamane du Bout-du-Monde22.

Principes du chamanisme
Le chamane

costume de chamane evenk.
Le chamane est un être complexe chez qui on a voulu voir un guérisseur, un prêtre, un magicien, un devin, un médium ou un possédé23.

Il existe en fait une polyvalence dans ses attributions. Celles-ci s'effectuent dans un cadre rituel bien précis. Elles varient d'une région à l'autre, mais aussi et surtout d'une époque à l'autre24. On peut citer parmi ces attributions :
faire du tort à un ennemi ;
traiter certaines maladies ;
nommer un enfant ;
faire tomber la pluie ;
faire venir le gibier ;
retrouver un objet perdu ;
accompagner l'âme des morts ;
communiquer avec les esprits de la nature.
Pour communiquer avec les esprits, le chamane se met en transe grâce à ses rituels. Ceux-ci se caractérisent par une expression corporelle et un état psychique particulier, dont les tremblements sont l'élément le plus évocateur (un esprit est présent dans le corps du chamane). La transe est toujours associée à un élément musical et dans son étymologie il y a la notion de passage et de changement. Enfin, la transe s'effectue au service de la croyance. Le chamane se met aussi en rapport avec l'au-delà par le moyen de rêves ou de visions.
Le rituel du chamane n'est pas figé, il existe une personnalisation de sa pratique. Chaque chamane fait différemment des autres, il n'y a pas de liturgie et il possède un talent personnel à exercer une fonction héréditaire.
L'expression du chamane lorsqu'il est en contact avec les esprits donne une apparence de folie. En fait elle est trompeuse25. Le chamane est normal en dehors des séances. Son comportement pendant le rituel n'affecte ni son autorité ni son sens des responsabilités. Sont confiées au chamane des fonctions capitales pour la vie de sa communauté.
Le chamanisme de chasse

Indien d'Amérique « conjurant » un mauvais sort dans une gravure datant de 1590.

Cerf au clair de lune.
Le chamanisme de chasse a pour but de répondre à un besoin essentiel : trouver du gibier. Certains peuples de Sibérie ou d'Amérique du Nord vivant de la chasse ont conservé ses fonctions primitives. On croit que les animaux sont animés par des esprits. Le chaman les rejoint dans le monde non sensible de la « surnature ». Pour ce faire, il doit lui-même se transformer en animal et épouser la fille de l'esprit donneur de gibier (l'esprit de la forêt), qui lui servira de guide26,27. Cet esprit a souvent la forme d'un cerf. Les gesticulations du chaman, que les Européens ont parfois pris pour de la folie, ne sont rien d'autre que la manifestation de sa nature animale. De son épouse, à l'aide de séduction et de ruse, il obtient des promesses de gibiers, animaux qui viendront donner aux chasseurs leur principe vital. Mais la chasse est un échange : les esprits des chasseurs sont eux-mêmes dévorés, ce qui leur cause des maladies et conduit à une mort inéluctable. Le rôle du chaman n'est pas, normalement, d'y remédier. Il doit seulement faire en sorte que l'échange se produise, mais de façon à retarder le plus possible l'échéance de la contrepartie, c'est-à-dire la seconde phase de l'échange, par le biais d'une manipulation.

Le chamanisme d'élevage
Le chamanisme est marqué par des changements et des mutations lorsque la chasse cède le pas aux activités agricoles et d'élevage28. La survie de la communauté ne dépend alors plus des esprits des animaux, mais d'esprits à caractère humain, notamment de ceux des ancêtres29. Le monde des esprits, auparavant confiné à la forêt, s'étire vers le haut et le bas, vers ce qui deviendra le Ciel et les Enfers. Ce monde non phénoménal est souvent perçu comme étant une échelle à barreaux ou encore parfois un arbre, avec ses branches et ses racines. Le chamane est celui qui a la capacité de monter et descendre le long de ces différents niveaux de réalité, vers le Ciel ou les Enfers, de rencontrer des entités des mondes supérieurs et inférieurs (des esprits, par exemple) et de ramener de son voyage conseils, soins et pouvoirs « magiques », expansion de conscience, etc.

Ainsi, pour effectuer un soin, le chamane entre d'abord dans un état de conscience modifié par le biais de transes et d'extases provoquées, par exemple, par des techniques de visualisation, de respiration, la musique, la danse ou l'utilisation de plantes psychoactives. Cet état est censé lui permettre d'accéder au monde non phénoménal. Il est souvent aidé par un ou plusieurs esprits alliés (animaux, plantes, objets ou même ancêtres) et doit alors faire face à la maladie de son patient, qui peut être visualisée sous la forme d'un monstre ou d'un mauvais esprit. Il utilise un ensemble de techniques choisies en fonction de sa situation et de sa culture, et qui peuvent aller de l'aspiration du mauvais esprit au don d'énergie… À la fin du processus, le patient est souvent censé avoir récupéré un morceau de son âme qui lui aurait été volé, ou avoir fait sortir hors de son corps un mauvais esprit.

Les thèmes majeurs du chamanisme
La « maladie initiatique »
Elle révèle l'élection du futur chamane30. Les symptômes sont conventionnels, attendus, plus ou moins provoqués. Elle est interprétée comme une absence de l'âme qui est partie dans l'au-delà. L'évanouissement est le symptôme caractéristique de la maladie. Dans le cas du chamanisme d'élevage, les esprits se sont humanisés, et l'électeur est l'esprit d'un ancêtre. L'évanouissement est le moment particulier où les ancêtres emmènent l'âme du futur chamane pour y être instruit.

Elle donne l'apparence de la folie et exprime la présence d'un danger de mort. Le premier évanouissement indique une future carrière de chamane.

L'élection du futur chamane est vécue, en général, comme un fléau, aussi bien par le candidat que par la famille de celui-ci. Il y a un danger de mort en cas de refus d'assumer la fonction de chamane. C'est l'esprit électeur qui s'en charge.

Le dépècement et la dévoration du corps
(Les informations de cette section sont empruntéees à Hamayon et à Eliade30,31.)

Le morcellement du corps, ou dépècement, ou dévoration est une mort rituelle qui est suivie d'une résurrection. Elle marque le passage du profane au sacré, l'initiation par les esprits, et s'inscrit dans le cadre de la « maladie initiatique ».

Ces souffrances physiques correspondent à la situation de celui qui est "mangé" par le démon-fauve, est dépecé dans la gueule du monstre initiatique, est digéré dans son ventre31.
➝ Dans le chamanisme de chasse, le morcellement du corps est le fait des esprits auxiliaires qui mangent la chair et boivent le sang du futur chamane. Il s'agit surtout d'une dévoration interne. À la fin du rituel, le chaman peut alors incorporer les esprits auxiliaires dans les accessoires que la communauté lui a confectionné. Chaque séance chamanique sera par la suite l'occasion de nourrir les auxiliaires, ce qui est le prix à payer pour le service rendu : il s'agit donc d'un processus continu qui a lieu toute la vie du chamane, ce qui est à mettre en rapport avec son teint blême.

les esprits lui coupent la tête qu'ils mettent de côté (car le candidat doit assister de ses propres yeux à sa mise en pièces) et le taillent en menus morceaux qui sont ensuite distribués aux esprits des diverses maladies. C'est à cette condition seulement que le futur chaman gagnera le pouvoir de guérir31.
➝ Dans le chamanisme d'élevage, le dépècement s'effectue généralement en une fois, lors de la "maladie initiatique". C'est une dévoration externe, c’est-à-dire qui a lieu en général en dehors du corps du chamane. Il existe certaines particularités comme la cuisson de la chair et le comptage des os. Elle est l'œuvre des ancêtres. Cependant, dans le chamanisme d'élevage, coexistent des éléments du chamanisme de chasse, ce qui se traduit par l'existence parallèle d'esprits animaux et d'esprit des ancêtres : la dévoration interne continue persiste donc parallèlement.

Tout autre est la dévoration de la chair humaine consécutive à la prédation des esprits, dont l'action entraîne la maladie par le biais du départ de l'âme, voire la mort en cas de départ définitif. Ce cadre est celui de tout un chacun qui peut devenir la proie d'un esprit :

Les hommes sont le butin de la chasse des esprits, comme les rennes sont le butin de la chasse des hommes… le monde des esprits est un monde d'affamés en quête perpétuelle de gibier humain30.
L'esprit électeur et les esprits auxiliaires (alliés)
(Les informations de cette section sont empruntées à Hamayon et à Eliade30,31).

Les variations concernant ce thème sont très importantes suivant les ethnies et les époques. Il existe cependant des lignes communes qui sont abordées ici. La distinction entre l'esprit électeur (ou protecteur), et les esprits auxiliaires (ou familiers, ou gardiens) revient constamment.

L'esprit électeur est unique. C'est lui qui choisit le chamane et le protège toute sa vie. Il possède une double identité sexuelle, féminine et masculine. Il est impossible de s'y soustraire, sous peine de mort. Il accorde au chamane le service des esprits auxiliaires. Au cours de la séance chamanique, l'éclat de furie du chamane correspond à son union avec son électeur et assure le départ et le voyage du chamane dans l'au-delà, avec le concours des esprits auxiliaires.

Dans les sociétés de chasse, l'esprit protecteur choisit « par amour » son (ou sa) chamane et devient son conjoint surnaturel. Il est l'esprit de la fille ou du fils de la forêt, le donneur de gibier. Son exigence est de l'ordre de la jouissance. Il existe ainsi une forte connotation sexuelle avec celui-ci. Il octroie au chamane son droit de chasse dans l'au-delà.

Dans les sociétés d'élevage, l'esprit protecteur est en général l'esprit d'un ancêtre, lui-même ayant été chamane. Et de ce fait l'enseignement du chamane provient souvent de cet esprit, le préparant à des révélations et à des contacts avec des êtres divins ou semi-divins (rôle de psychopompe).

Parfois l'électeur est un esprit céleste mineur.

Les esprits auxiliaires sont en général soumis à l'esprit électeur : c'est ce dernier qui les transmet au chamane (chamanisme de Sibérie). Parfois, la transmission se fait par héritage. Parfois leur concours doit être un acte de volonté et de recherche personnelle de la part du chamane (chamanisme nord américain). Pour obtenir leurs services, le chamane doit les nourrir de son propre corps : leur exigence est alimentaire. Ils donnent au chamane les moyens de la chasse dans l'au-delà : ce sont les pouvoirs chamaniques. Chacun est spécialisé dans un service. Un chamane peut en avoir plusieurs ; c'est d'ailleurs au nombre d'esprits auxiliaires qu'un chamane est fort ou faible. La relation d'un auxiliaire au chamane est soit de l'ordre du bienfaiteur, soit de l'ordre du serviteur. Le transfert des esprits auxiliaires se voit et s'effectue dans les accessoires de son costume. La réunion des esprits auxiliaires peut parfois prendre plusieurs années, et fait intervenir une grande partie de la communauté.

La plupart du temps ils ont la forme d'un animal : ours, loup, cerf, lièvre mais aussi oie, aigle, hibou, corneille… Ils peuvent également être des esprits de la nature : esprit des bois, de la terre, d'une plante, du foyer, des divinités ou des fantômes… Le chamane prend possession de l'esprit auxiliaire au cours de la séance chamanique. Bien plus qu'une imitation de celui-ci, il est identifié à cet esprit et se métamorphose en lui : c'est l'ensauvagement du chamane, suivant Roberte Hamayon. L'auxiliaire a alors un rôle de psychopompe, c’est-à-dire qu'il accompagne le chamane dans l'au-delà : c'est l'expérience ou le voyage extatique du chamane, suivant Mircea Eliade.

Le clans des mouettes

ainsi est la force.

RAPPORT DU
CITOYEN TIGNARD YANIS
ALIAS
TAY
La chouette effraie

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: LAGUERRA, MENDOZA ET CHRYSOCYON-BRACHYURUS.   

Revenir en haut Aller en bas
 
LAGUERRA, MENDOZA ET CHRYSOCYON-BRACHYURUS.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les Mystérieuses Cités d'Or, le film !!!!
» Alejandra E. Mendoza

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le clans des mouettes :: Le clans des mouettes-
Sauter vers: