Le clans des mouettes

ainsi est la force.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Clistopyga crassicaudata, Y'becca, TAY et the Jovian moon

Aller en bas 
AuteurMessage
yanis la chouette



Nombre de messages : 9195
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: Clistopyga crassicaudata, Y'becca, TAY et the Jovian moon   Lun 16 Juil à 8:21

Une guêpe avec un dard gigantesque découverte en Amazonie...
https://www.futura-sciences.com/planete/actualites/animaux-guepe-dard-gigantesque-decouverte-amazonie-71972/#xtor=EPR-17-%5BQUOTIDIENNE%5D-20180714-%5BACTU-Une-guepe-avec-un-dard-gigantesque-decouverte-en-Amazonie%5D

Avec son dard aux allures d'épée, on pourrait la croire tout droit sortie d'un film d'horreur. Pourtant cette guêpe est tout ce qu'il y a de plus réel. Elle vit quelque part entre les Andes et la forêt amazonienne.

Depuis quelques années, une équipe de chercheurs de l'université de Turku (Finlande) multiplie les découvertes de nouvelles espèces animales. Notamment du côté de l'Amazonie. Des espèces qui présentent parfois un physique ou des habitudes étonnantes. Et c'est encore le cas de cette guêpe découverte dans une zone particulièrement diversifiée située entre les Andes et la forêt amazonienne et qu'ils décrivent dans la dernière de leurs études.

En effet, le dard de cette nouvelle guêpe parasitoïde baptisée Clistopyga crassicaudata est incroyablement long et large au regard de la taille de l'animal. « Depuis toutes ces années où j'ai étudié ce type de guêpes, je n'ai jamais rien vu de tel », assure le professeur Ilari E. Sääksjärvi.

Clistopyga crassicaudata mesure environ un centimètre et son dard, plus de quatre millimètres. © Ilari E. Sääksjärvi, université de Turku

Un usage qui reste à préciser

En habitué des mœurs surprenantes des guêpes parasitoïdes, le professeur Sääksjärvi sait que celles-ci ont pour habitude d'utiliser leur dard pour injecter du venin et paralyser ainsi celui qu'elles ont choisi pour devenir leur hôte. Puis ce même dard peut servir à pondre des œufs sur ou même à l'intérieur de l'hôte en question.

Une autre guêpe Clistopyga utilise même son dard comme une aiguille pour prendre des araignées au piège dans leur propre toile. Car ces guêpes-là aiment pondre leurs œufs dans des araignées. Mais dans le cas de cette nouvelle espèce, même s'ils sont convaincus qu'il s'agit là d'un outil sophistiqué à l'usage de la guêpe, les chercheurs ignorent encore l'utilité d'un dard aussi proéminent.

ET

NASA Juno data indicate another possible volcano on Jupiter moon Io.

Data collected by NASA's Juno spacecraft using its Jovian InfraRed Auroral Mapper (JIRAM) instrument point to a new heat source close to the south pole of Io that could indicate a previously undiscovered volcano on the small moon of Jupiter. The infrared data were collected on Dec. 16, 2017, when Juno was about 290,000 miles (470,000 kilometers) away from the moon.

"The new Io hotspot JIRAM picked up is about 200 miles (300 kilometers) from the nearest previously mapped hotspot," said Alessandro Mura, a Juno co-investigator from the National Institute for Astrophysics in Rome. "We are not ruling out movement or modification of a previously discovered hot spot, but it is difficult to imagine one could travel such a distance and still be considered the same feature."

The Juno team will continue to evaluate data collected on the Dec. 16 flyby, as well as JIRAM data that will be collected during future (and even closer) flybys of Io. Past NASA missions of exploration that have visited the Jovian system (Voyagers 1 and 2, Galileo, Cassini and New Horizons), along with ground-based observations, have located over 150 active volcanoes on Io so far. Scientists estimate that about another 250 or so are waiting to be discovered.

Juno has logged nearly 146 million miles (235 million kilometers) since entering Jupiter's orbit on July 4, 2016. Juno's 13th science pass will be on July 16.

Juno launched on Aug. 5, 2011, from Cape Canaveral, Florida. During its mission of exploration, Juno soars low over the planet's cloud tops -- as close as about 2,100 miles (3,400 kilometers). During these flybys, Juno is probing beneath the obscuring cloud cover of Jupiter and studying its auroras to learn more about the planet's origins, structure, atmosphere and magnetosphere.

JPL manages the Juno mission for the principal investigator, Scott Bolton, of Southwest Research Institute in San Antonio. The Juno mission is part of the New Frontiers Program managed by NASA's Marshall Space Flight Center in Huntsville, Alabama, for the Science Mission Directorate. The Italian Space Agency (ASI), contributed two instruments, a Ka-band frequency translator (KaT) and the Jovian Infrared Auroral Mapper (JIRAM). Lockheed Martin Space, Denver, built the spacecraft. JPL is a division of Caltech in Pasadena, California.

More information on the Juno mission is available at:

https://www.nasa.gov/juno

https://www.missionjuno.swri.edu

The public can follow the mission on Facebook and Twitter at:

https://www.facebook.com/NASAJuno

https://www.twitter.com/NASAJuno

News Media Contact
DC Agle
Jet Propulsion Laboratory, Pasadena, Calif.
818-393-9011
agle@jpl.nasa.gov

JoAnna Wendel
NASA Headquarters, Washington
202-358-1003
joanna.r.wendel@nasa.gov

Deb Schmid
Southwest Research Institute, San Antonio
210-522-2254
dschmid@swri.org

https://www.jpl.nasa.gov/news/news.php?feature=7189&utm_source=iContact&utm_medium=email&utm_campaign=NASAJPL&utm_content=juno20180713-1

This annotated image highlights the location of the new heat source close to the south pole of Io. The image was generated from data collected on Dec. 16, 2017, by the Jovian Infrared Auroral Mapper (JIRAM) instrument aboard NASA's Juno mission when the spacecraft was about 290,000 miles (470,000 kilometers) from the Jovian moon. The scale to the right of image depicts of the range of temperatures displayed in the infrared image. Higher recorded temperatures are characterized in brighter colors - lower temperatures in darker colors. Image credit: NASA/JPL-Caltech/SwRI/ASI/INAF/JIRAM

More information about Juno is online at http://www.nasa.gov/juno and http://missionjuno.swri.edu.

NASA's Jet Propulsion Laboratory manages the Juno mission for the principal investigator, Scott Bolton, of Southwest Research Institute in San Antonio. Juno is part of NASA's New Frontiers Program, which is managed at NASA's Marshall Space Flight Center in Huntsville, Alabama, for NASA's Science Mission Directorate. Lockheed Martin Space Systems, Denver, built the spacecraft. Caltech in Pasadena, California, manages JPL for NASA.

https://www.jpl.nasa.gov/spaceimages/details.php?id=PIA22601

RAPPORT DE
Y'BECCA
ET
DU
CITOYEN TIGNARD YANIS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 9195
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: Re: Clistopyga crassicaudata, Y'becca, TAY et the Jovian moon   Lun 16 Juil à 8:24

13 July 2018

The Copernicus Sentinel-1 mission has revealed that, on average, Greenland’s glaciers are now flowing more slowly into the Arctic Ocean. While glacial flow may have slowed overall, in summer glaciers flow 25% faster than they do in the winter.

While the general flow has reduced in recent years, during the summer it speeds up, with glaciers flowing up to 25% faster than in the winter.

A paper published recently in The Cryosphere details research led by the UK’s Centre for Polar Observation and Modelling (CPOM) where the Copernicus Sentinel-1 mission was used to track Greenland’s four main glaciers: Jakobshavn Isbrae, Petermann, Nioghalvfjerdsfjorden and Zachariae Isstrom between 2014 and 2017.

We all know that ice melts pretty quickly under the summer sun, but monitoring exactly how glacial flow changes according to the season is important for understanding glacial dynamics. In turn, this is vital to assess the risk of sea-level rise, which is a major concern around the world.

Together, these four glaciers contain enough water to raise global sea levels by 1.8 m.

Adriano Lemos from CPOM noted, “Sentinel-1 has real advantages for studying glaciers. We now get more data and more often so we can see the finer detail in even the most inaccessible and fast-moving areas.”

Part of European Union’s fleet of Copernicus missions, Sentinel-1 is a two-satellite constellation that images the entire Earth every six days – important for monitoring rapid change.
Radar vision

Each satellite carries an advanced radar instrument that can image Earth’s surface through cloud and rain and regardless of whether it is day or night.

This is essential for monitoring the polar regions, which are shrouded in darkness during the long winter months.

“Using various satellite data, our research revealed that Jakobshavn Isbrae, which is Greenland’s fastest flowing glacier, reached a peak of 17 km per year in 2013, the result of an unusually warm summer,” explained Dr Lemos.

“But data, and in particular from the Sentinel-1 mission after the launch of the first satellite in 2014, show that, on average, it has actually slowed down by 10% since 2012.

“This is overlaid by a seasonal pattern, with the glacier accelerating by up to 14% over a three-month summer period before slowing down again in winter.

“We saw this summer speed-up at all four glaciers and it is important that we continue to monitor this speed throughout the year to fully understand how the glaciers are moving.”

Anna Hogg also from CPOM added, “Acquiring all this valuable radar data needed international coordination between multiple space agencies such as ESA and the German Aerospace Center DLR.

“This paper shows how our efforts are being rewarded through improving our understanding of environmental change in Greenland.”

CPOM Director, Andy Shepherd, summarised, “We have shown how the new generation of radar satellites can give us important details on ice velocity across the Greenland ice sheet.

“Next, we will use Sentinel-1 to investigate the patterns seen here, further improving our understanding of how these glaciers will respond to a changing climate.”

http://www.esa.int/Our_Activities/Observing_the_Earth/Copernicus/Sentinel-1/It_s_all_go_in_summer_for_Greenland_s_glaciers

-------------------------------

Navy Care app enables medical appointments from work, home.


JACKSONVILLE, FL, UNITED STATES
07.10.2018
Story by Rodney Foushee
Naval Hospital Jacksonville
Subscribe 1

Naval Hospital Jacksonville now offers a faster, innovative way to complete health visits without a trip to the hospital or clinic: virtual visits. These decrease time away from the mission, work, and family.

The Navy Care app enables patients to have a live, virtual visit with a clinician, using a smartphone, tablet, or computer. It’s private, secure, and free.

“Navy Care catapults the military health system into the 21st century,” said Hospital Corpsman 1st Class Patrick Goldsmith, an independent duty corpsman at Naval Branch Health Clinic Jacksonville. “The app provides real-time access to care for sailors and Marines in remote environments, and decreases the warfighter’s time away from the workplace.”

Active duty, retirees and families can also use the virtual app for follow-up medical visits. The Navy Care app allows sailors and Marines to complete their Period Health Assessment (PHA) from their unit or home, decreasing the amount of time away from their job.

Clinicians work from their office at the hospital or branch health clinic, during a virtual visit. The patient and clinician see and talk to each other in real time, using Navy Care’s secure app or website, from any video-enabled device (such as a smartphone, tablet, laptop, or desktop computer).

The best thing is that it’s private, secure, and free. Patients simply schedule with their medical provider and connect.

Navy Care virtual visits are available for many types of follow-up visits in allergy, behavioral health, clinical pharmacy, diabetes wellness team, family medicine, IDC clinic, neurology/sleep medicine, nutrition, orthopedics/podiatry, and periodic health assessment (PHA). In addition, virtual visits are available for breastfeeding support and chaplain services.

Navy Care is an extension of value-based care, which focuses on improving health outcomes and access for patients. The app delivers convenient care with the quality of a face-to-face visit.

If the patient’s medical needs are appropriate for a virtual visit, the patient’s provider will discuss Navy Care with them. Hospital or branch clinic staff will create an account for the patient. Once an account has been created, patients can access their accounts by visiting https://navy.care, or by downloading the free Navy Care app (for iOS on the Apple App Store, or for Android phones at the Google Play Store).
Patients receive an email confirming the appointment, and when it’s time for a virtual appointment, patients check-in either by using the link sent via email, or by logging in to the app or website. A technical support team is available by phone (866-795-8900) or by email (navycare@americanwell.com).

To use Navy Care, a patient needs a video-enabled device that’s connected to a 3G, 4G LTE, or wireless (Wi-Fi) network.

Each of the nearly 50 virtual health providers, at the hospital and branch health clinics, have completed specialized training to provide care through this service. The Navy Care app launched at Naval Hospital Jacksonville in February 2018.

NH Jacksonville’s priority since its founding in 1941 is to heal the nation’s heroes and their families. The command is comprised of the Navy’s third largest hospital and five branch health clinics across Florida and Georgia.
Of its patient population (163,000 active and retired sailors, soldiers, Marines, airmen, guardsmen, and their families), almost 85,000 are enrolled with a primary care manager and Medical Home Port team at one of its facilities. To find out more or download the command’s mobile app, visit www.med.navy.mil/sites/navalhospitaljax.

https://health.mil/News/Articles/2018/07/13/Navy-Care-app-enables-medical-appointments-from-work-home

--------------------------

UK PM Theresa May with ESA Exomars Rover at Farnborough Airshow 2018

The Rt Hon Theresa May, Prime Minister of the UK, examines the ESA ExoMars rover in the Space Zone at the Farnborough International Airshow, accompanied by ESA Director General Jan Wörner, ESA astronaut Tim Peake and Chief Executive of the UK Space Agency Dr Graham Turnock, 16 July 2018.

http://www.esa.int/About_Us/Exhibitions/FIA_2018/Highlights/Space_Zone_VIPs

RAPPORT DE
Y'BECCA
ET
DU
CITOYEN TIGNARD YANIS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 9195
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: Re: Clistopyga crassicaudata, Y'becca, TAY et the Jovian moon   Lun 16 Juil à 8:31

Un neutrino éclaire l'énigme de l'origine des rayons cosmiques...

L'astronomie multimessager est en train de prendre son essor sous nos yeux. Elle vient en effet de livrer ce qui pourrait être la clé de l'énigme de l'origine des rayons cosmiques à très hautes énergies, en l'occurrence avec des neutrinos. Les observations d'IceCube et Fermi suggèrent que ces rayons viennent de quasars.

Imaginons les ordinateurs en réseau et la toile mondiale comme une sorte de cerveau électronique planétaire dont l'humanité se doterait pour faire évoluer la « sphère de la pensée humaine » vers de plus hauts états de complexité (la noosphère de Vladimir Vernadsky et Pierre Teilhard de Chardin)... Alors, nous pouvons considérer que ce système nerveux planétaire est aussi en train de permettre la naissance d'un « cortex visuel » et de différents « yeux » de plus en plus performants pour explorer et étudier le cosmos observable.

Nous pouvons nous en convaincre avec l'annonce que vient de faire une équipe internationale de chercheurs groupés autour de la fameuse collaboration IceCube — le gigantesque détecteur de neutrinos situé dans la glace de l'Antarctique, au pôle Sud, et auquel Futura a consacré plusieurs articles (voir notamment l'article ci-dessous) — et d'équipes s'occupant d'astronomie gamma avec le satellite Fermi et le Magic (Major Atmospheric Gamma-ray Imaging Cherenkov Telescope, en anglais, soit « Grand télescope Tcherenkov d'imagerie des rayons gamma atmosphériques », en français), situé à l'observatoire du Roque de los Muchachos, sur l'île de La Palma, aux Canaries.

Ces yeux (il en existe bien d'autres en orbite ou répartis à la surface de la Planète) se sont coordonnés (grâce à la Toile du village global de Marshall McLuhan) le 22 septembre 2017 et les jours suivants, en réponse à l'observation par IceCube d'un unique neutrino très énergétique : un évènement baptisé IC170922A.

Présentation de la détection d'un neutrino par IceCube et des photons gamma l'accompagnant, également en provenance d'un même blazar. © NASA Goddard
Un neutrino 45 fois plus énergétique que les protons du LHC

Ce neutrino avait traversé le détecteur en produisant la création d'un muon (un cousin lourd de l'électron) en entrant en collision avec un des quarks à l'intérieur d'un des protons d'une molécule d'eau. Ce muon lui-même a provoqué une sorte d'onde de choc électromagnétique similaire à celle d'un avion franchissant le mur du son et que les détecteurs d'IceCube ont enregistrée (voir la vidéo ci-dessus). Ce faisant, l'énergie du neutrino ainsi que sa direction de provenance sur la voûte céleste ont rapidement été déterminées. Cela a conduit à lancer une alerte mondiale.

L'énergie de ce neutrino était en effet d'environ 290 TeV, c'est-à-dire presque 45 fois celle des protons circulant dans l'anneau du LHC ; de quoi en fabriquer 290.000 dans une seule collision de deux protons. Les scientifiques étaient donc en présence d'un rayon cosmique de très haute énergie, un messager du cosmos qui ne pouvait provenir que d'un évènement astrophysique particulièrement violent. Mais, justement, lequel ? Telle était la question posée par les spécialistes des astroparticules depuis des décennies avec les rayons cosmiques de très hautes énergies.

C'est pourquoi, lentement mais sûrement, ceux-ci ont fait monter en puissance les instruments et la technologie permettant l'astronomie multimessager (c'est-à-dire une astronomie qui ne se limite pas à collecter des photons, mais aussi des signaux portés par autre chose que des ondes électromagnétiques).
Le saviez-vous ?

Dès le début des années 1960, les physiciens ont commencé à découvrir qu'il existait dans les rayons cosmiques des particules possédant des énergies vertigineuses, bien supérieures aux 6.500 GeV des protons du LHC. Ainsi, en 1962, la Volcano Ranch Experiment, au Nouveau-Mexique (États-Unis), a observé une particule cosmique d'une énergie supérieure à un milliard de GeV. Depuis, bien d'autres rayons cosmiques à ultra-hautes énergies ont été détectés. Mais ceux-ci restent tout de même rares, les énergies restant plutôt comprises entre 10 MeV et 10 GeV.

L'origine des particules correspondant aux énergies des rayons cosmiques les plus fréquents, bien qu'incomplètement comprise, n'est pas vraiment mystérieuse. Elle peut être reliée aux explosions de supernovae et à des mécanismes d'accélération proposés par exemple par Enrico Fermi. Mais il n'en est pas de même pour le neutrino détecté par IceCube en 2017 et dont il est ici question…

Le premier exemple d'une telle astronomie a été donné en 1987 avec la détection conjointe des neutrinos et des photons de la fameuse supernova SN 1987A. Pour un second exemple, il a fallu attendre 2017 avec la détection des ondes gravitationnelles de GW170817 et des photons de la kilonova à l'origine de celles-ci, observée sous la forme d'un sursaut gamma court et produite par une collision d'étoiles à neutrons. Nous sommes maintenant en présence d'un troisième exemple et il aurait sûrement été apprécié à sa juste valeur par Pierre Binétruy s'il était encore parmi nous.

En l'occurrence, le neutrino observé par IceCube a rapidement permis au satellite Fermi de tourner son regard en direction d'une source gamma bien connue faisant partie d'un catalogue de près de 2.000 blazars surveillés par intermittence depuis presque une décennie.

Bingo ! Situé à environ 3,7 milliards d'années-lumière dans la constellation d'Orion, le blazar TXS 0506+056 était bien en train de produire un petit sursaut gamma. Dans la foulée, toute une batterie d'instruments observant dans le domaine des ondes radio jusqu'aux rayons gamma, en passant par le visible et les rayons X, ont été mobilisés. Ils ont confirmé que quelque chose de violent était bel et bien en train de se passer avec TXS 0506+056. Ligo et Virgo étant en maintenance pour être upgradés, on ne sait donc rien d'un possible signal gravitationnel.

Représentation d'artiste d'un tore de gaz et de poussière entourant un trou noir supermassif en rotation émettant des jets de particules, en particulier des protons « p » accélérés. Entrant en collision, ces protons produisent des mésons ∏ chargés et neutres qui se désintègrent en muons μ et neutrinos ν. Il y a aussi des photons gamma Υ. Un blazar est un quasar dont l'un des jets est orienté en direction de la Terre par hasard. © Nasa, IceCube

Représentation d'artiste d'un tore de gaz et de poussière entourant un trou noir supermassif en rotation émettant des jets de particules, en particulier des protons « p » accélérés. Entrant en collision, ces protons produisent des mésons ∏ chargés et neutres qui se désintègrent en muons μ et neutrinos ν. Il y a aussi des photons gamma Υ. Un blazar est un quasar dont l'un des jets est orienté en direction de la Terre par hasard. © Nasa, IceCube
Les blazars, des accélérateurs de rayons cosmiques

Mais, au fait, c'est quoi un blazar ? Une première réponse consiste à dire qu'il s'agit d'un quasar un peu particulier et que le premier détecté du genre, en 1968, était BL Lacertae. Nous savons maintenant que les quasars « ordinaires » et les blazars font partie de la même famille d'objets, les noyaux actifs de galaxies (NAG) et qu'il existe un modèle unifié de ces objets rendant compte des observations : un trou noir de Kerr supermassif en rotation accrétant de la matière.

Nous sommes à chaque fois en présence des processus de magnétohydrodynamique (MHD) relativiste complexes accompagnant l'accrétion de matière et la rotation de ce type de trous noirs ; ces processus conduisent à la formation de jets de particules et à des émissions d'ondes électromagnétiques dans les domaines radio, X et gamma. Lorsqu'un des jets de particules pointe dans notre direction, on observe un blazar. Comme il existe des instabilités dans les phénomènes MHD et l'accrétion de matière, l'intensité des émissions est variable et on observe donc également de brusques éruptions sous forme de petits sursauts gamma, bien que l'énergie mise en jeu soit considérable.

Accompagnant ces émissions gamma, il y a donc également des émissions de neutrinos. La théorie et les calculs indiquent que ceux-ci doivent être produits par des collisions de protons, accélérés à des énergies bien supérieures à celles du LHC. Ces collisions doivent en particulier générer des mésons pi, des pions, comme on les appelle souvent. Instables, ils se désintègrent en diverses particules, notamment en des neutrinos.

Une présentation du détecteur de neutrinos IceCube. Pour obtenir une traduction en français assez fidèle, cliquez sur le rectangle blanc en bas à droite. Les sous-titres en anglais apparaissent alors. Cliquez ensuite sur la roue dentée à droite du rectangle, puis sur « Sous-titres » et enfin sur « Traduire automatiquement ». Choisissez « Français ». © WebsEdgeEducation
Une astronomie multimessager clé d'une nouvelle physique ?

Les observations de IceCube, Fermi, Magic et, au final, celles de 20 observatoires sur Terre et dans l'espace (comme le détecteur de neutrinos Antares ou le télescope Integral), ayant nécessité le travail de plus de 1.000 chercheurs sur Terre, montrent bien que nous sommes entrés dans l'ère de l'astronomie multimessager. Toutes les fois qu'une nouvelle fenêtre d'observation s'est ouverte en astronomie, celle-ci a fait un bond en avant. Nous pouvons donc nous attendre à de nouvelles grandes découvertes dans un futur proche, surtout en combinant la détection des ondes électromagnétiques, celle des ondes gravitationnelles et celle des neutrinos.

Pour le moment, l'apport le plus important de cette nouvelle astronomie dans le cas de la découverte de IC170922A est qu'elle nous permet de penser que nous connaissons enfin l'origine des rayons cosmiques de très hautes énergies. C'est une vielle énigme, même si l'on se doutait de la nature et de l'origine des accélérateurs ayant produit ces rayons.

Le problème est que les rayons cosmiques jusqu'ici majoritairement détectés sont des particules chargées, comme des protons, des noyaux ou des positrons. Celles-ci sont facilement déviées par les champs magnétiques turbulents dans la Voie lactée et entre les galaxies. Ainsi, la direction dont elles semblent venir ne peut pas correspondre vraiment à leur localisation d'origine sur la voûte céleste.

Comme expliqué dans l'article ci-dessous, les neutrinos n'ont pas ce défaut, car ils ne sont pas chargés. Ils sont, de plus, très pénétrants. Donc, non seulement ils avaient le potentiel pour vérifier que les rayons cosmiques à très hautes énergies étaient produits par les noyaux actifs de galaxies, c'est-à-dire les abords des trous noirs supermassifs, mais, étant particulièrement pénétrants, ils étaient aussi des sondes très intéressantes pour étudier ce qui s'y passait.

Les scientifiques devraient donc maintenant pouvoir connecter la physique de cette astronomie multimessager à celles des trous noirs supermassifs, qui constituent des accélérateurs et des laboratoires de physique des hautes énergies bien plus puissants que le LHC. Qui sait quelles découvertes portant sur une nouvelle physique (matière noire ou gravitation quantique) nous attend maintenant avec eux ? Pour approfondir le sujet, vous pouvez découvrir plusieurs articles (en anglais) détaillant la découverte ainsi qu'une animation (en anglais).
Ce qu'il faut retenir

Les scientifiques pensent raisonnablement savoir que les rayons cosmiques à basses énergies provenant d'au-delà du Système solaire sont accélérés par les ondes de choc des supernovae dans le milieu interstellaire. Mais ce mécanisme ne rend pas compte de certains rayons cosmiques à très hautes énergies, dont certains peuvent être un milliard de fois plus énergétiques que les protons du LHC, voire plus.
Les scientifiques pensaient que ces rayons avaient été accélérés par les trous noirs supermassifs. Cependant, les particules chargées émises dans des jets étant chaotiquement déviées par les champs magnétiques cosmiques, la direction de propagation de ces particules détectées sur Terre ne pouvait pas traduire leur localisation d'origine sur la voûte céleste. Neutres, les neutrinos n'ont pas ce problème.
En combinant la détection d'un neutrino très énergétique détecté par IceCube, au pôle Sud, avec les observations d'un sursaut gamma par le satellite Fermi, la source de ce neutrino a finalement été localisée : il s'agit d'un quasar situé à des milliards d'années-lumière de nous et dont les jets de matière sont en direction de la Terre. Techniquement, c'est donc un « blazar ».
Il est raisonnable de penser que les autres rayons cosmiques de très hautes énergies prennent également naissance aux abords des trous noirs supermassifs. Cette découverte a été faite grâce à la toute nouvelle astronomie multimessager.

https://www.futura-sciences.com/sciences/actualites/physique-neutrino-eclaire-enigme-origine-rayons-cosmiques-50447/#xtor=EPR-17-%5BQUOTIDIENNE%5D-20180714-%5BACTU-Un-neutrino-eclaire-l-enigme-de-l-origine-des-rayons-cosmiques%5D

ET

Le 27 juillet, le Soleil, la Terre, la Lune et aussi Mars seront alignés ! Une longue éclipse de Lune sera donc visible, en même temps que l'opposition de Mars. L'évènement sera observable en France métropolitaine dès le crépuscule. Mais le meilleur endroit pour suivre le phénomène du début à la fin sera la Réunion.

Deux semaines après l'éclipse partielle du Soleil du 13 juillet - visible exclusivement, hélas, au large de l'Antarctique Nord (ce sont les manchots qui en profiteront le plus) -, la Lune traversera l'ombre de son gros compagnon la Terre. Ce 27 juillet se déroulera donc la seconde éclipse totale de Lune de l'année, qui sera aussi la plus longue de ce XXIe siècle (les plus longues au XXe siècle ont duré 105,7 et 106,4 min, respectivement en juillet 1982 et 2000). Notre satellite mettra cette fois 1 h 42 min et 57 s, soit presque 103 min, pour traverser le cône d'ombre de notre planète. Ce n'est pas loin du maximum possible qui est de 1 h 47 min. En comparaison, le 4 avril 2015, lors de la totalité la plus courte pour une éclipse de Lune durant ce siècle, l'astre n'est pas resté plus de 4 min 48 s caché dans l'ombre. Sacrée différence !
Voir aussi :Dossier : les éclipses de Lune

En tout et pour tout, du début à la fin, c'est-à-dire du moment où notre satellite naturel entrera dans la pénombre jusqu'au moment où il en sortira, près de 6 h 14 min se seront écoulées. Naturellement, l'éclipse ne sera pas visible partout dans le monde. Elle sera invisible en Amérique du Nord et centrale et dans une grande partie du Pacifique. En revanche, si vous êtes dans l'autre moitié du monde, l'évènement pourra être observé soit en partie, soit dans sa totalité. Et le meilleur endroit pour en profiter sera... l'île de la Réunion. Alors, si vous avez la chance d'y vivre ou de vous y rendre à cette date, vous pourrez suivre l'évènement de bout en bout, tout au long de la nuit. Au plus fort de l'éclipse, au milieu de la nuit, la Lune sera près du zénith, au plus haut dans le ciel. Mais pas de « coup de Lune » à craindre, l'astre pâle se fera plus discret que d'habitude, éteint par l'ombre de la Terre.

Carte de la visibilité de l’éclipse totale de la Lune du 27 juillet 2018. © Xavier Jubier

Carte de la visibilité de l’éclipse totale de la Lune du 27 juillet 2018. © Xavier Jubier
Visibilité de l’éclipse de Lune en France

En France métropolitaine, nous aurons surtout droit à la deuxième partie de l'éclipse. Quand la Pleine Lune se lèvera, nous la découvrirons en train de rougir. La totalité débute à 19 h 30 TU. Alors bien sûr, selon l'endroit où vous êtes, notre satellite ne sortira pas à la même heure de l'horizon est, sud-est. Par exemple, dans les bureaux de Futura, à Saint-Raphaël dans le Var, le Soleil s'enfoncera sous l'horizon à 21 h, heure de Paris. Quasiment au même moment, à l'opposé, la Lune se hissera au-dessus de l'horizon. Mais bien sûr, selon que l'horizon autour de chez vous est plat ou planté de collines, de montagnes, de rangées d'arbres ou d'immeubles, la Lune surgira un peu plus tard... (signalons au passage qu'il existe des applis pour smartphone avec réalité augmentée qui vous aident à choisir le meilleur endroit pour observer et/ou photographier les levers, couchers d'astres, etc. : Sun Seeker, The Photographer's Ephemeris, Photopills...).
Voir aussi :Comment photographier l'éclipse de Lune

Si vous habitez la région de Montpellier ou dans le parc des Cévennes par exemple, le Soleil tirera sa révérence un peu plus tard et la Lune ne sortira pas le bout de son nez (rouge) avant 21 h 15. À Bordeaux, la Lune ne se montrera qu'à partir de 21 h 30. En Bretagne, il faudra patienter 21 h 45. Pour les observateurs situés dans l'ouest de la France, la Normandie et aussi les Hauts-de-France, la totalité aura déjà commencé au lever de la Lune. Mais le spectacle continuera jusqu'à 23 h 28 TU, quand la Lune quittera la pénombre de la Terre. Retrouvez les heures de visibilité pour votre ville ici.

Quand la Lune traverse la pénombre puis l’ombre de la Terre. Éclipse totale de Lune du 27 juillet 2018. © Xavier Jubier

Quand la Lune traverse la pénombre puis l’ombre de la Terre. Éclipse totale de Lune du 27 juillet 2018. © Xavier Jubier
Une éclipse de Lune très sombre

Bien que notre satellite s'enfonce dans l'ombre de la Terre, il n'en deviendra pas pour autant invisible mais plus sombre. La palette des couleurs projetées sur l'astre, d'habitude blafard, variera selon les couches de l'atmosphère traversées par les rayons du Soleil. La lumière qui transpercera les basses couches sera plus réfractée. Et selon la population de nuages sur le limbe à ce moment-là et aussi l'abondance de poussières, etc., les teintes seront variées. Pour cette éclipse du 27 juillet 2018, la Lune sera singulièrement plus sombre car elle sera située presque au point de son orbite le plus éloigné de la Terre, l'apogée (en l'occurrence à plus de 404.300 km) et passera très près du centre de l'ombre. La taille apparente de la Pleine Lune sera presque au plus bas (0,49°).
Voir aussi :Éclipse totale de la Lune : à quoi sont dues ses superbes couleurs ?

En France métropolitaine, donc point de Pleine Lune éblouissante au cours de cette première moitié de nuit. Les conditions seront donc propices pour détourner les yeux de temps en temps de la Lune sanguine afin d'observer l'arche de lumière argentée de la Voie lactée (elle traverse le ciel du nord au sud), et tenter de surprendre des étoiles filantes. Car oui, à cette date, on peut déjà en voir plusieurs. La pluie des Perséides aura commencé depuis 10 jours. Le plus fort de l'activité de l'essaim météoritique sera, quant à elle, dans la nuit du 12 au 13 août.

Enfin, rappelons que plusieurs planètes sont aussi visibles à l’œil nu en juillet et même un astéroïde (ainsi qu'une nova et peut-être une comète bientôt). Parmi elles, Mars, point rouge devenu ces derniers jours plus brillant que Jupiter. Le 27 juillet, le jour de son opposition, la Lune passera à seulement 6° à côté.
Ce qu'il faut retenir

Le 27 juillet aura lieu la plus longue éclipse totale de la Lune du XXIe siècle.
La totalité durera presque 103 minutes.
L’éclipse sera visible en France métropolitaine mais le meilleur endroit pour la voir dans sa totalité est la Réunion.

Pour en savoir plus
L'éclipse totale de Lune la nuit du 3 au 4 mars 2007

Article Jean Etienne publié le 2 mars 2007

Si les nuages ne jouent pas les intrus, nous vivrons durant la nuit du 3 au 4 mars prochains un évènement astronomique prisé des amateurs : une éclipse totale de Lune. La première visible en France depuis le 28 octobre 2004. N'hésitez pas à nous envoyer vos photos à eclipse030307@futura-sciences.com que nous publierons !
Découvrez nos photos des dernières éclipses de Lune

Le spectacle débutera à 20h 16mn 29sec TU, au moment où la Lune entrera dans la pénombre. Mais à ce moment l'obscurcissement de notre satellite sera encore bien timide, et c'est à partir de 21h 30mn 04sec TU que la Lune plongera dans le cône d'ombre que la Terre entraîne avec elle, à l'opposé du Soleil.

Principe d'une éclipse de Lune. Crédit G. Javaux

Principe d'une éclipse de Lune. Crédit G. Javaux

note : toutes les heures de cet article sont exprimées en TU (Temps Universel), ajoutez une heure pour obtenir l'heure française.

A ce moment précis, l'ombre de la Terre commencera à mordiller le bord de la Pleine lune. Rapidement, vous la verrez gagner du terrain en révélant progressivement sa rondeur, celle de votre propre planète qui se dessine en ombre chinoise à plus de 400.000 kilomètres de distance. C'est lors de moments semblables qu'on comprend à quel point l'Astronomie pouvait impressionner les Anciens...

A partir de 22h 43mn 49sec, l'ombre avalera complètement le disque lunaire. Mais le spectacle n'en sera que renforcé, car la Lune se parera alors d'une robe rouge-orangé qui intriguait beaucoup les astronomes des temps passés. Cette teinte est tout simplement provoquée par l'atmosphère terrestre, qui joue le rôle d'une lentille à travers laquelle les rayons du Soleil se fraient un chemin, se réfractant et rebondissant avant d'aboutir sur le sol lunaire qui paraît ainsi s'enflammer comme l'horizon lors d'un coucher de soleil par temps clair.

Aspect de la Lune lors d'une éclipse totale. © Christian VILADRICH

Aspect de la Lune lors d'une éclipse totale. © Christian VILADRICH

http://perso.club-internet.fr/viladric/indexf.html
21 janvier 2000 - 05h05 mn UT
8" Celestron Schmidt-Cassegrain - foyer F/6.3
composite de 3 poses de 10 s
Film négatif Kodak hyper Royal Gold 100

Malheureusement, la représentation ne revêt plus les charmes d'antan, car son intensité dépend surtout de la transparence de notre atmosphère. Les astronomes l'ont compris depuis quelques décennies déjà, au point que l'affaiblissement de luminosité lors d'une éclipse lunaire est maintenant considéré comme un indice de la pollution atmosphérique, et il est arrivé que certaines d'entre elles ne révèlent qu'à peine cet embrasement dont les plus âgés se souviennent avec nostalgie...

Le milieu de la totalité sera atteint à 23h 20mn 56sec, puis notre satellite s'acheminera lentement vers le bord opposé du cône d'ombre qu'elle touchera à 23h 58mn 01sec. Un petit éclair d'abord, apparaissant probablement sur la crête d'une colline lunaire, puis une zone ensoleillée de plus en plus vaste reprendra possession du disque lunaire, avec toujours cette forme arrondie révélant la rotondité, si contestée autrefois, de notre planète.

Enfin, la Lune semblera reprendre vie à 01h 11mn 46sec alors que la dernière parcelle d'ombre la quittera comme à regret, puis retrouvera son éclat habituel en sortant entièrement de la pénombre à 02h 25mn 27sec. Ensuite, eh bien... rendez-vous pour la prochaine éclipse de Lune, le 28 août 2007. Mais celle-ci sera invisible en Europe.
Eclipse de Lune

L'éclipse de Lune se produit obligatoirement au moment précis de la Pleine lune, puisque les trois astres (Soleil-Terre-Lune) sont alignés. Notons toutefois que chaque Pleine lune n'est pas accompagnée d'une éclipse, car les orbites ne se trouvent pas exactement dans le même plan. En pratique, ces conditions sont réunies en mars et novembre, lorsque la Lune passe par ce que l'on appelle le "nœud" de l'orbite.

Plans orbitaux de la Terre et de la Lune (exagéré). Crédit G. Javaux

Plans orbitaux de la Terre et de la Lune (exagéré). Crédit G. Javaux
Il existe trois types d´éclipses de Lune :

Les éclipses par la pénombre, lorsque la Lune passe uniquement dans le cône de pénombre de la Terre. Ces éclipses sont très peu spectaculaires et sont à peine visibles.

Les éclipses partielles, lorsque la Lune passe en partie dans le cône d´ombre de la Terre.

Les éclipses totales, lorsque la Lune passe en totalité dans le cône d´ombre de la Terre.

Le 3 mars 2007, nous connaîtrons donc une éclipse de la troisième catégorie citée, la plus spectaculaire. Toutefois, la position décentrée à l'intérieur du cône d'ombre de la Terre provoquera vraisemblablement une assez forte différence de luminosité du nord au sud de l'écran sélène, dont la progression sera intéressante à observer.

Pour observer le phénomène, une bonne paire d'yeux suffisent... et tout écran de protection est inutile, le Soleil étant par définition couché pour l'hémisphère terrestre correspondant à la zone de visibilité. Les amateurs se muniront d'une paire de jumelles ou d'une lunette à faible grossissement (30 ou 40 x), et préféreront observer depuis un endroit dégagé, loin de toute pollution, autant atmosphérique que lumineuse.

https://www.futura-sciences.com/sciences/actualites/astronomie-eclipse-totale-lune-ne-manquez-pas-plus-longue-siecle-27-juillet-10445/#xtor=EPR-17-%5BQUOTIDIENNE%5D-20180714-%5BACTU-Eclipse-totale-de-Lune-:-ne-manquez-pas-la-plus-longue-du-siecle-le-27-juillet--%5D

RAPPORT DE
Y'BECCA
ET
DU
CITOYEN TIGNARD YANIS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 9195
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: Re: Clistopyga crassicaudata, Y'becca, TAY et the Jovian moon   Lun 16 Juil à 8:36

NASA's Cassini Coverage Lands an Emmy Nomination...

The Academy of Television Arts & Sciences nominated NASA's Jet Propulsion Laboratory in Pasadena, California, for Outstanding Original Interactive Program for its coverage of the Cassini mission's Grand Finale at Saturn, including news, web, education, television and social media efforts.

In 2017, after nearly 20 years in space and 13 years revealing the wonders of Saturn, NASA's Cassini orbiter was running out of fuel. As a final act, Cassini began a whole new mission -- its Grand Finale. This journey into the unknown would end with a spectacular plunge into the planet. JPL created a multi-month digital campaign to celebrate the mission's science and engineering accomplishments and communicate why the spacecraft must meet its end in the skies of Saturn.

The Academy of Television Arts & Sciences nominated NASA's Jet Propulsion Laboratory for outstanding original interactive program for its coverage of the Cassini mission's Grand Finale at Saturn, including news, web, education, television and social media efforts.

Cassini's first, daring dive into the unexplored space between the giant planet and its rings kicked off the campaign on April 26, 2017. It culminated on Sept. 15, 2017, with live coverage of Cassini's plunge into Saturn's atmosphere, with the spacecraft sending back science to the very last second.

The multi-faceted campaign included regular updates on Twitter, Facebook, Snapchat, Instagram and the Cassini mission website; multiple live social, web and TV broadcasts during which reporter and public questions were answered; a dramatic short film to communicate the mission's story and preview its endgame; multiple 360-degree videos, including NASA's first 360-degree livestream of a mission event from inside JPL mission control; an interactive press kit; a steady drumbeat of articles to keep fans updated with news and features about the people behind the mission; state-standards aligned educational materials; a celebration of art by amateur space enthusiasts; and software to provide real-time tracking of the spacecraft, down to its final transmission to Earth.

The Primetime Emmys will be awarded by the Academy of Television Arts & Sciences in Los Angeles on Sept. 17. The Creative Arts Emmys, which includes interactive awards, will be presented during a separate ceremony on Saturday, Sept. 15, at the Microsoft Theatre in Los Angeles.

The Cassini-Huygens mission is a cooperative project of NASA, ESA (European Space Agency) and the Italian Space Agency. JPL, a division of Caltech in Pasadena, manages the mission for NASA's Science Mission Directorate, Washington. JPL designed, developed and assembled the Cassini orbiter.

More information about Cassini:

https://www.nasa.gov/cassini

https://saturn.jpl.nasa.gov

News Media Contact
Veronica McGregor
Jet Propulsion Laboratory, Pasadena, Calif.
818-354-9452
veronica.c.mcgregor@jpl.nasa.gov

Dwayne Brown / JoAnna Wendel
NASA Headquarters, Washington
202-358-1726 / 202-358-1003
dwayne.c.brown@nasa.gov / joanna.r.wendel@nasa.gov

2018-165

https://www.jpl.nasa.gov/news/news.php?feature=7188&utm_source=iContact&utm_medium=email&utm_campaign=NASAJPL&utm_content=cassini20180712-1

AND,

The WWRite Blog
Exploring WWI’s Influence on
Contemporary Writing and Scholarship.

Ardennes American Cemetery

Siegfried Sasoon Enter Here was the world's worst wound.
And here with pride
'Their name liveth for evermore' the Gateway claims.
Was ever an immolation so belied
As these intolerably nameless names?
Well might the Dead who struggled in the slime
Rise and deride this sepulchre of crime.
Siegfried Sassoon, from "Passing the New Menin Gate"

ep peters And as I sat busy thinking,
How to protect the stripes,
I saw my black brother drinking
From the cup of disenfranchised rights
I saw sons of honest toil,
Robbed of life and protection.
Yet they are answering Democracy's call
And striving in the right direction.
E.P. Peters, from "The Right Direction"



edith wharton Not with her ruined silver spires,
Not with her cities shamed and rent,
Perish the imperishable fires
That shape the homestead from the tent.
Edith Wharton, from "Belgium"

Ernest Hemmingway
"There were many words that you could not stand to hear and finally only the names of places had dignity.
Abstract words such as glory, honor, courage, or hallow were obscene."
Ernest Hemingway, from Farewell to Arms

About This Blog

“The world’s worst wound,” “slime,” “obscene,” “imperishable fires,” “disenfranchised rights”—all are terms WWI writers used to talk about one of modern history’s most devastating conflicts. In today’s world of 24-hour media streams, terms like these convey unsurprising descriptions for ubiquitous mass violence. However, by writing about the less-heroic aspects of war, Sassoon, Hemingway, Wharton, and E.P. Peters did something revolutionary. Prior to WWI, acceptable narratives communicated a sense of patriotism, triumph, and noble sacrifice. The strong soldier fought bravely and didn’t complain. The weak soldier was a coward and a criminal. While patriotism, triumph, and heroic sacrifice are certainly important aspects of the combat experience, they do not paint a complete portrait of the long-lasting effects of war on soldiers, on families, and on the community. It could be said that WWI writing, for the first time in history, was responsible for exposing the severity, variety, and complexity of war wounds to the public.

Why WWI? It inevitably had to do with the unprecedented elements this war introduced to an unsuspecting world—the unbreakable nationalistic alliances formed by powerful empires, the misery of inch-by-inch trench warfare, masses of soldiers suffering deep psychological damage (“shell shock”), new weapon technology that disfigured the human body beyond recognition and razed entire cities in seconds, entire populations wiped out not only by war, but also by the Spanish flu epidemic that swept the continents. In combat, Russia, France, the British Empire, Germany, and Austria lost close to a million soldiers each and their wounded nearly doubled that number. America officially entered only in 1917 but lost around 53,000 soldiers in combat during just seven months in 1918. The Vietnam War serves as an interesting point of comparison—this conflict lasted fourteen years and the combat dead totaled around 47,000. In addition, WWI-era’s Spanish flu epidemic cost Americans another lost 63,000 lives by Armistice.

Still, what emerged immediately from this destruction’s aftermath was a dominant public narrative of triumph and commemoration. Many of the WWI literary works considered today as classics offered a counter-narrative. Some were even censured. Voices of African-American soldiers and women fell into complete silence.

In America, WWI became overshadowed by WWII and Vietnam, further diluting the voices of these poets, novelists, essayists, and scholars who unknowingly set a precedent for all successive war writers—they opened the space for readers and writers alike to explore the complexity both of war’s physical and mental horrors and of its historical significance. From the vast scenes on the battlefield, we were finally able get into the mind and body of individuals soldiers, doctors, nurses, civilians, and families.

The purpose of this blog is to expand and modernize this complex space of memory by featuring today’s writers and scholars inspired by writing or events of WWI. As such contributions are such an invaluable learning resource, the blog also calls for students and teachers to participate by reading and responding to posts. Finally, as we approach the 100th anniversary of Armistice of the war that didn’t end all wars, WWrite welcomes posts from the public—anyone inspired to share their story about WWI and writing. If you would like to submit an article or story, select "I would like to contribute a story" in the menu on the left and contact us with your thought, or idea. We will get back to you about it.

https://www.worldwar1centennial.org/wwrite-home?utm_medium=email&utm_source=govdelivery

RAPPORT DE
Y'BECCA
ET
DU
CITOYEN TIGNARD YANIS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 9195
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: Re: Clistopyga crassicaudata, Y'becca, TAY et the Jovian moon   Lun 16 Juil à 9:03

Genesis - The Lamia...
https://www.youtube.com/watch?v=jWRrQ6GlI8o
Aux orées de la mort, malgré l'aspect d'éternité que le personnage donne dans
la conscience humaine :
Le droit de saluer sa terre, avant de partir et laisser sa chair comme seule trace,
est permis aux criminels et aux saints.
TAY

“La valeur d'une idée dépend de son utilisation.” De Thomas Edison.
Shanghai.
The Copernicus Sentinel-3A satellite takes us over Shanghai, China.
http://www.esa.int/spaceinimages/Images/2018/07/Shanghai_China
“La perle est sans valeur dans sa propre coquille.”
Proverbe indien.
TAY

RAPPORT DE
Y'BECCA
ET
DU
CITOYEN TIGNARD YANIS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 9195
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: Re: Clistopyga crassicaudata, Y'becca, TAY et the Jovian moon   Lun 16 Juil à 9:20

-----------------------------
“La gaminerie est une nuance de l’esprit gaulois. On pourrait dire que Voltaire gamine.”
De Victor Hugo / Les Misérables, 1862
Galaxies galore.... http://www.esa.int/spaceinimages/Images/2018/07/Every_point_is_a_galaxy
The Beach Boys - Good Vibrations. https://www.youtube.com/watch?v=apBWI6xrbLY
“Nuance : quand l’homme est mort, on l’enterre ; quand l’arbre est mort, on le déterre !”
De Pierre Doris.
Y'BECCA.
TAY

----------------------------

   Title Every point is a galaxy
   Released 16/07/2018 9:00 am
   Copyright ESA/Herschel/SPIRE; M. W. L. Smith et al 2017
   Description

   At first glance this frame is flooded with salt-and-pepper static – but don’t adjust your set!

   Rather than being tiny grains or pixels of TV noise, every single point of light in this image is actually a distant galaxy as observed by ESA’s Herschel Space Observatory. Each of these minute marks represents the ‘heat’ emanating from dust grains lying between the stars of each galaxy. This radiation has taken many billions of years to reach us, and in most cases was emitted well before the Solar System and the Earth had even formed.

   This frame shows a map of the North Galactic Pole as imaged by Herschel’s Spectral and Photometric Imaging Receiver, SPIRE. As on Earth, astronomers define locations on a cosmic scale using a coordinate system. For the Milky Way galaxy, this coordinate system is spherical with the Sun at its centre, and provides values for longitude and latitude on the sky with respect to our Galaxy.

   The North Galactic Pole lies far from the cluttered disc of the Milky Way, and offers a clean, clear view of the distant Universe beyond our home galaxy. In the sky, it is located somewhere in the northern constellation of Coma Berenices (Berenice’s Hair), a region that also contains an especially rich galaxy cluster known as the Coma Cluster. Serendipitously, the Coma Cluster is included in this map, adding over 1000 points of light to the tally of individual galaxies.

   Herschel was active from 2009 to 2013, and used its instruments to study the sky in the far infrared. SPIRE was particularly well-suited to mapping large areas of sky, and observed the North Galactic Pole in three different filters simultaneously – such observations can be used to produce multicoloured images.

   The image shown is a single-filter map obtained at a wavelength of 250 μm as part of the Herschel Astrophysical Terahertz Large Area Survey (H-ATLAS), and covers some 180.1 square degrees of sky. This used both SPIRE and another Herschel instrument, the Photodetector Array Camera and Spectrometer (PACS), to survey some 660 square degrees of sky in five wavelength bands and produce the largest far infrared surveys ever made of the sky lying outside our galaxy.

   The North Galactic Pole imaged by PACS
   Id 396068

http://www.esa.int/spaceinimages/Images/2018/07/Every_point_is_a_galaxy

ET

Focus on the future of space transportation: ESA’s call for ideas..

16 July 2018

ESA is calling for ideas that will shape the future of space transportation services – to space, in space and returning from space.

“The changing world we live in requires a space agency to anticipate. Now is the time for ESA to reach out to our citizens in the Member States and listen to their ideas and take them on board Europe's greatest adventure,” commented Jan Wörner, ESA Director General.

This call for ideas is part of ESA’s drive to encourage open innovation from industry and individuals, from space and non-space sectors, to ensure that Europe can meet future challenges and seize new opportunities.

Proposals are welcome from space- and non-space-based companies, start-ups, universities and institutions, oriented towards private customer services and commercially viable ventures that would complement existing ESA space transportation programmes and activities.

Providing new, affordable transportation services will open up business opportunities, in turn benefiting the European public sector, stimulating employment and economic growth and competitiveness.

New services to space could include low-cost access to space for light satellites to low Earth orbit. New services in orbit and return from orbit could include transportation for exploration missions, Earth–Moon cargo supply services, space logistics or in-orbit servicing.

Submitted ideas can be at any level of technical maturity, but are expected to have a long-term vision of service provision and show a high potential for return on investment, with a financing scheme based on private investments.

Along with submitting their idea, responders to the call can take this opportunity to identify how ESA can help them develop their idea into a fully operational space transportation service.

Closing date for submissions is 14 September.

All eligible entries will receive feedback from an ESA panel of experts, with the most promising ideas being invited for further discussions on how to start developing their idea towards the reality of an operational and commercially successful system. In addition, up to three winning entries will win a trip to witness a launch - and experience European guaranteed access to space at Europe’s Spaceport in French Guiana.

“Along with the new space era of increasing private stakes in space, ESA’s early understanding and involvement in emerging space transportation services in Europe will help us spur the environment that supports long-term success, growth and competitiveness,” commented Daniel Neuenschwander, ESA’s Director of Space Transportation.

This call for ideas is a first step toward identifying promising ideas within Europe for new, privately funded, customer-oriented, commercial space transportation services. This will help ESA prepare and implement the support that these ideas need to get off the ground.

For further information related to this announcement of opportunity, click here.

http://www.esa.int/Our_Activities/Space_Transportation/Focus_on_the_future_of_space_transportation_ESA_s_call_for_ideas

NUANCES DU
CITOYEN TIGNARD YANIS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 9195
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: Re: Clistopyga crassicaudata, Y'becca, TAY et the Jovian moon   Lun 16 Juil à 9:40

Title Horizons mission time-lapse – from USA to Africa
   Released: 15/07/2018
   Length 00:03:53
   Language English
   Footage Type Music Clip
   Copyright ESA/NASA
   Description

   14,000 kilometres in under 4 minutes!

   Join ESA astronaut Alexander Gerst for a quick flight from the USA to Africa aboard the International Space Station in this time-lapse. Alexander will be living and working on board the International Space Station for six months from June to December 2018.

http://www.esa.int/spaceinvideos/Videos/2018/07/Horizons_mission_time-lapse_from_USA_to_Africa

AND


Scientists may have solved a huge riddle in Earth’s climate past. It doesn’t bode well for the future.
An ancient flood seems to have stalled the circulation of the oceans, plunging the Northern Hemisphere into a millennium of near-glacial conditions.
by Chris Mooney

Thirteen thousand years ago, an ice age was ending, the Earth was warming, the oceans were rising. Then something strange happened – the Northern Hemisphere suddenly became much colder, and stayed that way for more than a thousand years.

For some time, scientists have been debating how this major climatic event – called the “Younger Dryas” – happened. The question has grown more urgent: Its answer may involve the kind of fast-moving climate event that could occur again.

This week, a scientific team made a new claim to having found that answer. On the basis of measurements taken off the northern coasts of Alaska and Canada in the Beaufort Sea, the scientists say they detected the signature of a huge glacial flood event that occurred around the same time.

This flood, they posit, would have flowed from the Arctic into the Atlantic Ocean and shut down the crucial circulation known as the “Atlantic meridional overturning circulation” (or AMOC) – plunging Europe and much of North America back into cold conditions.

“Even though we were in an overall warming period, this freshwater, exported from the Arctic, slowed down the vigor, efficiency of the meridional overturning, and potentially caused the cooling observed strongly in Europe,” said Neal Driscoll, one of the study’s authors and a professor at the Scripps Institution of Oceanography.

The work, published in Nature Geoscience, was led by Lloyd Keigwin of the Woods Hole Oceanographic Institution along with researchers at that institution, Scripps and Oregon State University.

The result remains contested, though, with other researchers still arguing for different theories of what caused the Younger Dryas – including a very differently routed flood event that would have entered the ocean thousands of miles away.

Nonetheless, the story is relevant because today, we’re watching another – or rather, a further – deglaciation, as humans cause a warming of the planet. There is also evidence that the Atlantic circulation is weakening again, although scientists certainly do not think a total shut-off is imminent, and are still debating the causes of what is being observed.

Either way, the new research underscores that as the Earth warms and its ice melts, major changes can happen in the oceans. And could happen again.

The researchers behind the current study, working on board the U.S. Coast Guard Cutter Healy, analyzed sediments of deep ocean mud, which contain the shells of long-dead marine organisms called foraminifera. In those shells, the scientists detected a long-sought-after anomaly recorded in the language of oxygen atoms.

The shells contained a disproportionate volume of oxygen−16, a lighter form (or isotope) of the element that is found in high levels in glaciers. That is because oxygen−16, containing two fewer neutrons and therefore lighter than oxygen−18, evaporates more easily from the ocean but does not rain out again as readily. As a result, it often falls as snow at high latitudes and is stored in large bodies of ice.

“This is the smoking gun for fingerprinting glacial lake outbursts,” Driscoll said. And that means the findings may also represent the trigger for the Younger Dryas.

The thinking is that as the ice age ended and the enormous Laurentide ice sheet atop North America began to retreat, the resulting meltwater fed a bevy of large lakes atop the depressed surface of the continent. That included the massive glacial Lake Agassiz, which stretched from the Great Lakes northwestward across much of Canada.

The approximate maximum extents of major glacial lakes that formed from the retreat of the western Laurentide Ice Sheet. (Shannon Klotsko, Scripps Institution of Oceanography, University of California at San Diego/San Diego State University)

Prior research had shown that for a while, much of the resulting freshwater drained down the Mississippi River and into the Gulf of Mexico. But at some point, as the ice sheet continued to shrink, the flow of water appears to have been suddenly rerouted to the north or to the east, where it could do more potential damage to the ocean circulation in the Atlantic.

There has long been scientific debate about where all the meltwater actually entered the ocean, though – with some contending that it would have occurred through the Saint Lawrence River, which flows past today’s Montreal and Quebec City and thus out into the Atlantic.

The new research holds that, instead, the floodwater exited through the Mackenzie River, which stretches across today’s Northwest Territories, emptying straight into the Arctic Ocean.

It would certainly have been an enormous flow of fresh water. “I would say somewhere between the Mississippi and the Amazon,” Keigwin said.

That could have interfered with the Atlantic circulation, which is crucial because it carries warm water northward, and so heats higher latitudes. Eventually, the waters of the circulation become very cold as they travel northward, but because they are also quite salty, they sink because of their high density and travel back south again.

Freshening is therefore the Achilles' heel of the circulation. And the new study argues that although the glacial water would have entered the seas very far away near the present Alaska-Canada border, it would have then circulated around the Arctic, eventually traveling south past Greenland and entering the key regions that are crucial to the overturning circulation, which tend to be off Greenland’s southern coasts.

Not everyone is convinced, though – including some researchers who have previously published results suggesting that the outburst flood or flow was instead to the east, through the Saint Lawrence River.

“They have produced a nice signal of the release of freshwater into the Arctic Ocean, but the conclusions are based on an uncertain chronology which, when trying to tie together events so closely, requires some independent confirmation," Peter Clark, an Oregon State University geoscientist who has published evidence supporting the Saint Lawrence River theory, said in an email.

Anders Carlson, Clark’s co-author and colleague at Oregon State University, sent a geological study finding that, as he put it in an email, “the Lake Agassiz waters were clearly routed eastward at the start of the Younger Dryas."

“This does not preclude Younger Dryas-age floods … to the Arctic Ocean,” Carlson wrote, "but it does show that such floods are of local origin and not related to the drainage of Lake Agassiz.”

Both groups, though, think the flow of fresh water from the gigantic lake and from other melting events toward the Atlantic interfered with the ocean’s circulation – they’re just disagreeing about how it got there.

The question thus becomes whether it is possible to even more dramatically interfere with the circulation again – and what could cause that.

https://www.washingtonpost.com/?noredirect=on

“I don’t think there’s any lakes on land that are big enough to do this,” Keigwin said. “It has to come from ice, because that’s the biggest reservoir of freshwater. And Greenland is the ice mass that you would be most suspicious of, because it’s right there poised to do enough damage.”

And yet, Greenland is no Lake Agassiz. “Greenland doesn’t have large land lakes to store the water,” Driscoll said. Rather, it releases steady streams of water in the form of glacial runoff, which often goes straight into the ocean – and it releases huge icebergs that slowly melt.

So nobody is necessarily expecting a sudden outburst flood as Greenland melts. Still, Driscoll and Keigwin both think that Greenland’s steady losses over time, especially if they increase in pace, can build up.

Climate scientists will be quick to point out that even if the Atlantic circulation slows or shuts down, ceasing to transport as much heat and leading to some Northern Hemisphere cooling, the overall global warming trend will still be ongoing and may overpower it. We won’t directly repeat the Younger Dryas, but we can learn from it.

https://www.washingtonpost.com/energy-environment/2018/07/11/scientists-may-have-solved-huge-riddle-earths-climate-past-it-doesnt-bode-well-future/?utm_term=.52505758fd9f&wpisrc=nl_green&wpmm=1

RAPPORT DE
Y'BECCA
ET
DU
CITOYEN TIGNARD YANIS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 9195
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: Re: Clistopyga crassicaudata, Y'becca, TAY et the Jovian moon   Lun 16 Juil à 9:50

13 July 2018

Europe’s next Galileo satellites have been put in place on top of the Ariane 5 launcher due to lift them from Europe’s Spaceport in Kourou, French Guiana on Wednesday 25 July.

The launcher – appearing headless in the absence of its final payload – was moved from the BIL Launcher Integration Building, where it was assembled, to the BAF Final Assembly Building, ready for the Galileo satellites to be mated with it.

“In preparation for their launch the four satellites were switched off, apart from their battery charging line and another maintenance power line to their passive hydrogen maser – or PHM for short – atomic clocks,” reports Jean Verniolle, ESA’s Galileo mission director for this launch.
Moving Galileo's launcher

“Next Galileo satellites 23–26 were integrated one by one on four successive days onto the Galileo dispenser that will hold them securely in place for launch, and to form what we call the launch ‘stack’.”

On the evening of Tuesday 10 July, this integrated stack was transported to the BAF, then hoisted on top of the Ariane 5 the following day. The next step came on Thursday, when the protective launcher fairing – emblazoned with the Arianespace Flight VA244 logo – came down and enclosed the satellites, the last time they were glimpsed by human eyes.
Galileo satellites

The days that follow will see intensive activity on the launcher side. Meanwhile the dormant satellites will remain under temperature-controlled ventilation under the fairing, with their battery and PHM atomic clock maintenance lines being kept active and monitored continuously until launch.

The PHMs are the most precise atomic clocks ever flown for navigation, and keeping them powered on in advance of launch serves to maximise their reliability. Each Galileo satellite carries two PHMs plus two rubidium atomic clocks as backups.

“A formal launch dress rehearsal will be conducted on 18 July, one week before the launch,” adds Jean.

“Then on the following day we will hold a launch readiness review for the four Galileo satellites, followed by an Arianespace review of the launcher, the launch site and infrastructure, and the readiness of satellites and the launch and early orbit phase network, on 20 June, confirming a go for launch.”

The fully integrated Ariane 5 will be rolled out from the BAF to the launch pad on 23 July, scheduled to take around 1 hour 35 minutes.

The launch countdown will start around 2300 local time on Tuesday 24 July, with launch scheduled at 11:25 GMT (13:25 CEST, 08:25 local time) on Wednesday 25 July.
Lifting up to launcher

Upon separation of the satellites from the launch vehicle, the launch and early orbit (LEOP) phase will commence, whereby the satellites will be powered up and taken to their final orbital positions, upon which the in-orbit tests will be undertaken before the satellites will be declared operational.

This launch will mark Europe’s 99th Ariane 5 flight. The four new Galileo satellites will bring the constellation from 22 to 26 satellites in orbit.

The satellites are manufactured by OHB Systems (DE), with the launch undertaken by Arianespace (FR) both under contract to ESA. The LEOP is carried out by the Galileo operators SpaceOpal (DE, IT) together with CNES (FR) under responsibility of the GSA, the European GNSS Agency.

The Galileo System began Initial Services on 15 December 2016, and more than 100 million devices are using Galileo today.

About Galileo

Galileo is Europe’s own global satellite navigation system, consisting of both the satellites in space and their associated ground infrastructure.

The definition, development and in-orbit validation phases were carried out by ESA, and co-funded by ESA and the European Commission. This phase created a mini-constellation of four satellites and a reduced ground segment to validate the overall concept, ahead of further deployment.

Success led to the current Full Operational Capability phase, fully funded by the EU and managed by the European Commission. The European Commission and ESA have a delegation agreement by which ESA acts as system design authority and procurement agent on behalf of the European Commission.

http://www.esa.int/Our_Activities/Navigation/Europe_s_next_Galileo_satellites_in_place_atop_Ariane_5

ET

Ham, né en août 1956 au Cameroun et mort le 19 janvier 1983, également connu sous le nom de « Ham le chimpanzé », est le premier chimpanzé à être allé dans l'espace.

Nom

Ham est l'acronyme du laboratoire qui l'a entraîné pour son vol historique, le Holloman Aerospace Medical Center (« centre de médecine aérospatiale Holloman »), situé sur la Holloman Air Force Base dans l'État du Nouveau-Mexique aux États-Unis.

Désigné initialement comme le chimpanzé 65 il n'a été baptisé « Ham » qu'après le succès de la mission. Son véritable nom était toutefois Chang. Il fut rebaptisé ainsi car les responsables du projet jugèrent que cela ne faisait pas suffisamment américain1.
Histoire

Amené du Cameroun, où il est né, par des trappeurs, il fut élevé à Rare Bird Farm à Miami (Floride), et a été acheté par U.S. Air Force pour être envoyé à Holloman en 1959.
Le retour de Ham sur Terre, en 1961.

Ham est sélectionné parmi 40 chimpanzés, pour être lancé le 31 janvier 1961 dans le cadre de la mission Mercury-Redstone 2 deuxième vol opérationnel du programme Mercury. Cette mission était destinée à préparer le premier vol d'un astronaute américain. Après un vol suborbital de 6 minutes culminant à 250 km d'altitude, sa capsule a amerri dans l'océan Atlantique et il a été récupéré en bonne santé sur le destroyer "Ellison". Durant le vol, la capsule s'est dépressurisée en partie mais Ham était protégé par sa combinaison spatiale. Tout au long de son vol, Ham devait réaliser des tests logiques : les résultats de ceux-ci étaient pratiquement aussi bons que ceux qu'il avait exécutés au sol prouvant que les capacités intellectuelles n'étaient pas diminuées par les conditions rencontrées dans l'espace. Pour le récompenser, alors qu'il se trouvait encore dans sa capsule, on lui tendit une pomme qu'il saisit avec un large sourire2.

Après son vol, il vivra 17 ans au Parc zoologique national de Washington, puis au Zoo de Caroline du Nord à Asheboro (Caroline du Nord), où il mourut en 1983 à l'âge de 26 ans.

Sa tombe se trouve devant le Musée de l'histoire spatiale du Nouveau-Mexique (en), à Alamogordo.
Voir aussi
Liens externes

Sur les autres projets Wikimedia :

Ham (chimpanzé), sur Wikimedia Commons

Ham, un chimpanzé dans l'espace, film documentaire de Jérôme-Cécil Auffret, 2006
(en) Galerie de photos [archive]

Articles connexes

Programme Mercury
Able (macaque rhésus)
Baker (singe écureuil)
Enos (chimpanzé)
Laïka

Biographie Naissance
Août 1956

Cameroun
Décès
19 janvier 1983
(à 26 ans)
Domicile :
Parc zoologique national de Washington

Activité :
Astronaute
Autres informations :
Membre de
Mercury-Redstone 2
Maître
Joseph Brady (en)

RAPPORT DE
Y'BECCA
ET
DU
CITOYEN TIGNARD YANIS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 9195
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: Re: Clistopyga crassicaudata, Y'becca, TAY et the Jovian moon   Lun 16 Juil à 9:51

TIGNARD YANIS @TIGNARDYANIS
13 juil.
L'ADVERSITÉ. UN BOUT DE FIL EST COMME LE TUMULTE DU TEMPS :
ON CHERCHE À SAVOIR OÙ COMMENCE LE DÉBUT MAIS FINALEMENT,
C'EST LORSQUE LE CISEAU LE COUPE QUE LA PROBLÉMATIQUE SE POSE :
PAR QUEL BOUT DOIT ON LE GLISSER DANS L'AIGUILLE.
TAY

TIGNARD YANIS @TIGNARDYANIS 14 juil.
LE FEU ET LA FLAMME 1/2 :
LORSQUE JE BRÛLE UN CIERGE, J'ÉPROUVE UNE SÉRÉNITÉ
ET UN BIENFAIT. J'AI PARLÉ DE CELA À UN MÉDECIN POUR
FAIRE PART D'UNE FORME DE PYROMANIE. J'ÉPROUVE UN SILENCE
ET UNE FORME DE SPIRITUALITÉ À PERCEVOIR CETTE FLAMME FRAGILE.
TAY

LE FEU ET LA FLAMME 2/2 : LE FAIT DE VOIR UN CIERGE BRULER
NE COÏNCIDE PAS AVEC LE FAIT DE VOULOIR LE TRANSFORMER
EN UNE TORCHE OU DE VOULOIR TRANSFORMER LA FLAMME
EN UN TERRIBLE INCENDIE. LE FEU EST UTILISÉ POUR MÉDITER
ET S'ÉCLAIRER, IL EST UNE SOURCE DE L'ÉVOLUTION.
TAY

LA RECONNAISSANCE ET LA NATURE. DANS UNE NOTION, LA RÉGION
EST UNE ENTITÉ : ELLE N'EST PAS JUSTE UN NOM INSCRIT
SUR LA LISTE DES REVENUS ET DES IMPÔTS DE L'ÉTAT.
ELLE A CETTE FONCTION D'ÊTRE RÉCEPTIVE
AUX BESOINS ET LA FACULTÉ D'ÊTRE ENTENDUE
DANS SES NÉCESSITÉS.
TAY

TIGNARD YANIS @TIGNARDYANIS 14 juil.
EN CE 14 JUILLET 2018, LES MOUETTES RIEUSES PROFITENT
D'UN PETIT REGAIN DE FRAÎCHEUR SUR LA GARONNE.
LA BUSE, AYANT FAIT DU COURS DILLON SON REPÈRE, REGARDE,
AVEC LA MÉFIANCE QU'EXIGE SON NID, LA CÉRÉMONIE DU PAIN
EN CE JOUR PARTICULIER POUR TOULOUSE.
TAY

TOULOUSE. AU CADRE D'UN CIEL BLEU, LES GOÉLANDS POUSSENT
DES CRIES DE JOIES EN CE QUATORZE JUILLET TEL LES RAFALES
PARADANT EN PARIS POUR LE PEUPLE DE LA RÉPUBLIQUE FRANÇAISE :
LA PATROUILLE DE FRANCE LAISSE DES DESSINS,
LES GOÉLANDS FONT RÉSONNER LEURS CHANTS DANS LE CIEL.
TAY

O CLAMEURS DES INTEMPÉRIES, NOUS SOMMES DANS LE REGARD
DE LA GRANDE FAUCHEUSE : S'INTERLOQUE UN SOLDAT.
DANS L'INCONNU, LA TORCHE PORTE SON SENTIMENT DANS LES NUAGES :
DIT LE GÉNÉRAL.
O NATURE EST LE SENTIMENT D'ÊTRE DANS LES SECOURISMES : RÉPONDENT
MINOUSKA ET NAGALÏÉW.
TAY

LA CÉRÉMONIE DES CHANDELLES EST LA CLÔTURE DES MAUVAIS PRÉSAGES.
AINSI, LA CONVICTION L'EMPORTE SUR LE SORT, L'EXISTENCE PROUVE
SON ABNÉGATION ET L'ESPRIT DÉMONTRE SA FORCE DE CARACTÈRE :
AINSI EST LE TRIOMPHE DE L'ÂME.
TAY

LE NAUFRAGE, LA CHAIR ET LE PEUPLE.
DANS LA NATURE, L'INCONSCIENCE
CONDUIT À L'IRRÉPARABLE. IL ARRIVE QUE LA GÉOGRAPHIE CONDUISE À
DES CHOIX LORSQUE NOTRE NAÏVETÉ L'EMPORTE SUR LA PRUDENCE
ET LES RÉALITÉS DE L'ENVIRONNEMENT : LE MYSTÈRE N'EST PAS TOUJOURS
LIÉ À LA CHANCE.
TAY

TIGNARD YANIS @TIGNARDYANIS 14 juil.
LE MORATOIRE DE LA POLÉMIQUE. L'APERCEVOIR ET L'APATRIDE
CONSERVENT DES CARACTÈRES ET DES DEVOIRS MALGRÉ LES TENTATIVES
ET LES DIVISIONS QUE PROVOQUENT LES DÉBATS DE LA DÉMOCRATIE.
LA JUSTICE DE LA RÉPUBLIQUE EST DANS LA RÉALITÉ DE LA NATURE
ET DES CAPACITÉS CONJONCTURELLES.
TAY

LA RÉALITÉ PASTORALE. L'AGRICULTURE AURA TOUJOURS BESOIN D'ESPACE
QU'ELLE SOIT TERRESTRE, MARITIMES, AÉRIENNES ET ÉLECTRIQUES :
LE DÉVELOPPEMENT EST LIÉ AUX CONJONCTURES DU TEMPS ET
AUX CONSÉQUENCES DE CELLES-CI. S'AGRANDIR S'EST ENTENDRE
LA RÉALITÉ DU SOL.
TAY

L'HOMME GÈRE LES TERRITOIRES DE LA NATURE ET SES ESPACES
COMME D'UNE CONQUÊTE SUR L'ADVERSITÉ. L'AGRICULTURE EST LIÉ
À SES BESOINS ET IL N'ENTEND PAS LES RÈGLES DE LA CHIMIE :
TOUT ORGANISME A BESOIN DE SE NOURRIR MAIS L'HUMANITÉ N'ENTENDS
QUE SES PULSIONS ET SES DÉSIRS.
TAY

L'ORGUEIL EST DE DIRE QUE IL Y A AUTANT D'ÉTOILES DANS LE CIEL
POUR LE DEVENIR. DANS SON RIRE, L'HOMME CROIT ÊTRE L'HUMANITÉ
MAIS L'ORGANISME S'EST LA NATURE. AUTREFOIS, ON DISAIT :
POUSSIÈRE, TU REDEVIENDRA POUSSIÈRE. DEPUIS, L'ORGUEIL DE L'HOMME
EST DEVENU UN DÉLIRE.
TAY

LA NATURE ET SES NOTIONS. PAR MOMENT POUR SURVIVRE,
ON S'ÉTABLIT LÀ OÙ LA CIRCONSTANCE NOUS AMÈNE.
CHERS PHILOSOPHES ET HUMANISTES, DANS LA RÉALITÉ,
ON SE RATIONNE ET ON CHERCHE UN RATIONNEL POUR S'ÉCHAPPER
D'UN AFFRANCHISSEMENT :
C'EST LE CONCEPT DE LA LIBERTÉ OU LA NATURE.
TAY

LA THÉORIE DES LUMIÈRES EST UNE PHILOSOPHIE ET CERTAINEMENT
PAS LA THÈSE POUR ÉTABLIR DES POLITIQUES : ELLE ÉCLAIRE
LES REGARDS DE LA JUSTICE SUR L'EXISTENCE ET LES DEVOIRS
DE L'HUMANITÉ DANS LA NATURE ET LA SOCIÉTÉ : PORTE REGARD
SUR L'INVISIBLE ET N'ÉTABLIT PAS LE RIDICULE.
TAY

LE CYCLOPE OBSERVE LE CYLINDRE D'UN CYCLONE :
" AINSI ÉTAIT TU MON CHER ANCÊTRE ".
IL REGARDE LA LUNE ET DEVINE LE DEVENIR À TRAVERS SES ÉMOTIONS.
UN ELFE S'APPROCHE DE LUI ET DIT :
" LA PAIX SE TROUVE EN TOUT ÂME, MON AMI ".
TAY

DANS L'ÉTOILE DE DAVID, LA CHOUETTE A TROUVÉ CETTE ÉMOTION
DE LA RÉPUBLIQUE. CERTES, LE VERBE EST SAUVAGE MAIS L'ÉTERNEL
NE RÉPRIMANDE PAS L'ÉMOTION : " IL EST JALOUX MAIS PAS ÉGOÏSTE.
NE CHERCHE PAS LA QUERELLE MÊME SI ON L'INSULTE :
IL S'ÉNERVE COMME LE TUMULTE DU TEMPS ".
TAY

L'ÉLOQUENCE DES MOTS. DANS LES PRÉDICATIONS DE JÉSUS,
CELUI CI METS EN VALEUR L'ÉMOTION DE L'ÉTERNEL PLUS QUE
LA JALOUSIE DE DIEU. LE TERME DE PÈRE EST UN MYSTÈRE
MAIS IL METS EN AVANT UNE TENDRESSE DE LA CRÉATION
ENVERS LA NATURE : UNE THÈSE LOUABLE SELON LA TORAH.
TAY

NAGALÏÉW LA MOUETTE REGARDE LA MODERNITÉ DE LA VIE.
ELLE SAIT QUE SES AILES NE POURRONT LA TRANSPORTER
AU DELÀ DU CIEL BLEU : ALORS, ELLE TRAVAILLE LA TRANSCENDANCE
DE SON ESPRIT AFIN DE DÉVELOPPER LE DÉTERMINER DE SON ÂME :
L'ELLIPSE.
TAY

L'OBJET. LA NATURE ET L'INFINI MONTRENT L'ÉVOLUTION DANS LE TEMPS.
NOUS INVENTONS SANS PERCEVOIR LES CONSÉQUENCES MOLÉCULAIRES
QUE NOUS POUVONS CRÉER. DES ÉLÉMENTS ASSOCIÉS ONT DES DIVERGENCES
SELON LES PRINCIPES DE L'EXISTENCE ET DE L'ATOME :
CELA EST L'ATTRIBUT DE LA VIE.
TAY

LA LAÏCITÉ, LA NATURE ET LA LIBERTÉ. LA NOTION DE CROYANCE EST
DE DONNER UNE ESPÉRANCE, L'ATHÉISME N'EST PAS LA RÉSIGNATION
À LA VIE ET LA RÉSONANCE S'EST UNE RÉALITÉ ENTRE LA RESPONSABILITÉ
ET LA RÉACTION. NOUS AVONS FAIT L'OBJET ET NOTRE ÉTHIQUE
EST DE LE DÉVELOPPER.
TAY

LA NOTION DU DEVENIR N'A RIEN DE DIVIN. LE DIVIN EST UN SENTIMENT
QUI N'EST PAS LIÉ À L'ÉTERNITÉ CAR L'AMOUR N'A AUCUNE NOTION
DU TEMPOREL. LA JALOUSIE EST UNE VOCATION SUR DES SENTIMENTS
AFIN D'AFFICHER UN ÉTAT SUR AUTRUI POUR JUSTIFIER DES ACTES INTOLÉRABLE.
TAY

LE PHÉNOMÈNE. LA RÉPÉTITION DES MOTS A LA TENDANCE
DE CRÉER UNE FORME DE RÉSIGNATION DANS L'INDIVIDU.
LA PERSONNE QUI EST LIÉ À UN SERVICE À BESOIN
DE SE RÉORIENTER DANS UNE NOUVELLE STRUCTURE
POUR NE PAS AVOIR CETTE SENSATION QUE D'ÊTRE ENGLOUTIE
PAR DES SABLES MOUVANTS.
TAY

LES EXCITÉS. REVENONS SUR TERRE, IL Y A CES PERSONNES QUI ONT LA HANTISE
DE LA PROPRETÉ, NE SUPPORTANT PAS LE MÉNAGE
ET HAÏSSANT LES ODEURS AINSI QUE LA POUSSIÈRE :
DES INDIVIDUS QUI DEVIENNENT IRRITABLE
ET QUI RENVOIENT LES GENS SUR LE TERME DE MÉDIOCRITÉ
ET DE LENDEMAIN.
TAY

SI LA CHAIR S'EST DÉVELOPPÉE, SI L'ESPRIT PERÇOIT L'AVENIR
ALORS L'ÂME PEUT SE PROJETER SUR LA VISION. CELA PEUT PARAÎTRE
UNE HÉRÉSIE MAIS IL Y A UNE FAUTE LORSQUE ON VEUT SURPASSER LA NATURE.
NAGALÏÉW A UNE NOTION DE RÊVE ET EN CELA, JE SUIS UN ANIMAL.
TAY

VIVE LA FRANCE ET VIVE LA RÉPUBLIQUE. DES MOTS QUE J'AI ÉCRIS
ET QUE J'AI COLLÉ SUR LES MURS : IL Y A PLUS DE VINGT ANS, J'AVAIS
ET J'AI CETTE CONVICTION D'UN IDÉAL. DES GENS SONT MORTS
POUR CES MOTS PARCE QUE NOUS AVONS UN IDÉAL :
LE LENDEMAIN ET L'ÉVOLUTION.
TAY

LA JUSTICE FRANÇAISE. LA LAÏCITÉ EST UNE PHILOSOPHIE DE LA LANGUE.
ELLE ASSUME CES PHÉNOMÈNES DE LIBERTÉ ET LES SENTIMENTS
DE LA FRATERNITÉ. LA RÉPUBLIQUE EST LA FILLE DE LA NATURE,
DE LA RESPONSABILITÉ ET DE LA CONVICTION :
ELLE EST LA PROTECTRICE DE LA NATURE.
TAY

LE MAGMA D'UN VOLCAN EST LE VÉHICULE DE LA RICHESSE :
L'EAU POSSÈDE SA SOURCE, L'ÉQUILIBRE S'EST LA STRUCTURE,
LA STABILITÉ RESTE DANS LA CIRCONSTANCE ET LA RÉALITÉ DEMEURE
EN LA NATURE. LA RÉPUBLIQUE EST LA DEMEURE POUR PRÉTENDRE
AUX SENTIMENTS DE LA LIBERTÉ ET DE LA CHANCE.
TAY

LA RÉPUBLIQUE EST UN GRAND SENTIMENT: C'EST LA RESPONSABILITÉ
AU DELÀ DE LA JOUISSANCE, LE RESPECT AU DELÀ DU DÉSIR.
LA RÉPUBLIQUE NE CRACHE PAS SUR LA NATURE DU DESTIN
CAR IL Y A LE MYSTÈRE DE LA NAÏVETÉ :
LE MYTHE DU MOUVEMENT DANS LE TEMPS.
TAY

LA FRANCE A EU UNE BONNE ÉTOILE. ELLE S'APPELLE LA PROVIDENCE
ET CETTE FACULTÉ DE CROIRE EN SON DESTIN. DEPUIS TOULOUSE,
LES KLAXONS N'ENTENDENT PAS LES CORBEAUX QUI CROASSENT
SUR CES ÉTRANGES MANIFESTATIONS HUMAINES.
MINOUSKA EST FIER DE VOUS, L'ÉQUIPE DE FRANCE À DESCHAMPS.
TAY

UN CIEL BLEU AVEC DES NUAGES BLANCS EST DANS LA VILLE
DE TOULOUSE. UNE VAGUE CHALEUR PEUPLE LA NATURE ET LA RÉALITÉ
EST UN ÉTRANGE CALME. LES OISEAUX SE FONT ÉTRANGEMENT SILENCIEUX
ET LA POÉSIE RETIENT SON CŒUR : LE SOUFFLE DE LA POUSSIÈRE RESPIRE
DANS L'ÉTHER DU TEMPS.
TAY

VOILÀ UN AN DÉJÀ QUE MINOUSKA EST MORTE. J'ENTENDS, AVEC JOIE,
LE PEUPLE FRANÇAIS ET SA RÉPUBLIQUE VIBRAIT POUR SON ÉQUIPE DE FOOTBALL.
C'EST VRAIMENT FORMIDABLE PARCE QUE ON ÉTAIT PAS NOMBREUX À Y CROIRE :
MAIS IMPROBABLE N'EST PAS IMPOSSIBLE.
TAY

L'AURORE EST L'AUTONOMIE DE L'AUDACE: ELLE EST LA CONVICTION
DE LA CONSCIENCE ET LA NOTION DE LA PHILOSOPHIE.
ELLE EST LA CLARTÉ ET LA DÉFINITION D'UNE RÉALITÉ :
L'OBSCURITÉ DE L'ÊTRE DEVIENT L'OBJECTIF DE L'ÉTHIQUE.
DÉFINIR L'OBJET AFIN DE NAVIGUER VERS L'HORIZON.
TAY

-----------------------

Chère Faye

Je suis tel le vent, je soulève les jupes des filles
par innocence. Mon souffle résonne par innocence
dans les nuages et les garçons s'en font
des trophées : Je n'ai donc depuis ce jour ni attirance et
ni empathie vers le masculin.
La portée du regard dans l'infini de l'univers
est un merveilleux...
Quand on est pas, on demeure... Des célèbres chevaux
ne peuvent répondre de cette maxime car la poésie ne cherche
à briser l'éthique mais à dévoiler l'émotion.
Savoure le temps car ton espérance deviendra ta liberté.

Lettre pour Faye Formisano au sujet des femmes et des mères...
TAY

------------------

SENTIMENTS DU
CITOYEN TIGNARD YANIS
ALIAS
TAY
La chouette effraie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Clistopyga crassicaudata, Y'becca, TAY et the Jovian moon   

Revenir en haut Aller en bas
 
Clistopyga crassicaudata, Y'becca, TAY et the Jovian moon
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» BECCA + on meurt tous un jour ou l'autre, alors autant faire mourir avec gloire
» + can you save me from this hell ? (becca c.)
» (2F) Mes Filles (2/2 libres)
» O. Becca Hamilton ? sa Vie & ses Liens
» ? (F) Becca Nom au choix ? ft JESSICA STAM

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le clans des mouettes :: Le clans des mouettes-
Sauter vers: