Le clans des mouettes

ainsi est la force.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Columbina cyanopis, Raoni Metuktire, Le Cerrado et Lucifer.

Aller en bas 
AuteurMessage
yanis la chouette



Nombre de messages : 9560
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: Columbina cyanopis, Raoni Metuktire, Le Cerrado et Lucifer.   Mer 20 Juin à 16:45

Symboles
Le logo de la collectivité territoriale de Guyane est le seul symbole officiel. L'unité régionale de gendarmerie utilise pour ses uniformes le blason de Cayenne.

Le conseil général de la Guyane, qui a disparu en 2015, avait adopté en 2010 le drapeau du syndicat UTG comme drapeau de la Guyane.

Nom vulgaire ou nom vernaculaire ambigu :
L'appellation « Colombe » s'applique en français à plusieurs taxons distincts.

La RBI Lucifer Dékou-Dékou est la première réserve biologique intégrale de Guyane, mais également la plus grande réserve biologique de France.
Vue aérienne sur le plateau tabulaire de Lucifer
Le contexte de cette réserve est très différent des autres espaces protégés de Guyane, car une importante activité minière (exploration et exploitation aurifère), antérieure à sa création, y règne. Un gisement potentiel d'or primaire a d'ailleurs été localisé au pied même du massif de Dékou-Dékou. Se posait alors le problème de définir un zonage de la réserve prenant en compte des activités qui ne sont pas conciliables sur le même territoire.

Dans le cadre des discussions pour la définition du Schéma départemental d'orientation minière, un accord a été trouvé avec les sociétés titulaires des permis miniers (signé le 10 février 2010) afin de définir des limites d'exploitation minière n'empiétant pas sur les montagnes de Lucifer et Dékou-Dékou. Ces deux zones de protection, l'une au nord englobant le massif de Lucifer et l'autre au sud englobant le massif de Dékou-Dékou constituent la réserve biologique intégrale de Lucifer Dékou-Dékou.

L'arrêté ministériel portant création de la réserve date du 27 juillet 2012.

Carte d'identité
carte des espaces naturels protégés de Guyane
Cascade sur Dékou-Dékou
Localisation :
Dans l'ouest du département à 60 km, à vol d'oiseau, au sud de la ville de Saint-Laurent-du-Maroni, au sein du domaine forestier permanent. Elle s'étend sur deux communes : la commune de Saint-Laurent-du-Maroni et la commune d'Apatou.

Superficie :
La superficie de la RBI est de 64.373 ha.

Pour en savoir plus
• Rapport de présentation en vue de la création de la réserve biologique intégrale de Lucifer Dékou-Dékou Fichier PDF
• Rapport avifaune Fichier PDF
• Rapport chiroptères Fichier PDF
• Rapport herpétofaune Fichier PDF
• Arrêté ministeriel de création de la RBI Lucifer Dékou-Dékou Fichier PDF
Historique de création
Très tôt, l'ONF, en collaboration avec les chercheurs de l'Orstom (actuel IRD), avait pensé à préserver un échantillon représentatif des différents biotopes de la bande côtière guyanaise.

Dès 1975, Jean-Jacques de Granville cite la zone de Paul Isnard comme étant d'un grand intérêt. Ce n'est que 20 ans plus tard, que l'arrêté du ministre de l'Agriculture du 11 décembre 1995 définissant la réserve biologique domaniale de Lucifer Dékou-Dékou fut pris, pour une superficie de 110.818 ha.
L'intérêt minier de la zone intermédiaire entre les massifs de Lucifer et Dékou-Dékou est très important. Cette vallée est parcourue par de nombreuses criques qui sont le siège depuis très longtemps d'une activité aurifère alluvionnaire continue et plus ou moins soutenue (découverte de l'or à Paul Isnard en 1873). L'augmentation des cours de l'or a engendré une très forte pression des opérateurs miniers se traduisant par l'octroi de permis miniers sur le secteur de Lucifer Dékou-Dékou.
Afin de trouver un juste milieu entre développement de l'activité minière (le schéma départemental d'orientation minière classant la zone intermédiaire en zone ouverte à l'activité minière, le Sdom, s'impose au Code forestier) et préservation de la biodiversité (position claire du CNPN de ne pas voir d'activité minière dans une réserve), il a été décidé de redéfinir les limites de la réserve pour former la RBI de Lucifer Dékou-Dékou, interdite à l'activité minière dans le Sdom.
Intérêts patrimoniaux
Les intérêts patrimoniaux de cette immense région forestière reposent sur les deux ensembles montagneux qui ont donné leur nom à la réserve : le mont Lucifer et le mont Dékou-Dékou.

Le mont Lucifer s'élève à plus de 500 m d'altitude en un vaste plateau tabulaire. Drapé d'une forêt de type sub-montagnarde, il héberge des espèces considérées comme rares à l'échelle de la Guyane.
Lui faisant face, de l'autre côté d'une large vallée, le massif de Dékou-Dékou culmine à 567 m. Ce mont possède la particularité de porter de nombres cambrousses (formations végétales basses et très denses souvent mono-spécifiques à bambous et autres graminées).
L'objectif principal de gestion est la conservation des habitats sub-montagnards et des forêts de pentes qui constituent des zones prioritaire l'échelle de la Guyane. L'acquisition de données sur la répartition de la faune et de la flore de ces deux massifs permet d'optimiser cette gestion.
La faune
Les communautés de grands mammifères, de chauves-souris, d'oiseaux, d'amphibiens et de reptiles ont été étudiées selon des protocoles éprouvés et permettent une mise en perspective des résultats. A ce jour, après plusieurs missions, de nombreuses espèces ont été inventoriées :

Oiseaux du plateau de Lucifer : 199 espèces
Chauves souris : 39 espèces
Serpents : 21 espèces dont une nouvelle espèce pour le plateau des Guyanes (Umbrivaga pygmaea)
Amphibiens du plateau de Lucifer : 39 espèces.

Sur le plan de l'avifaune, l'intérêt du plateau de Lucifer ne semble pas résider dans une richesse exceptionnelle, mais plutôt dans la présence de quelques espèces sub-montagnardes dont la répartition en Guyane est fragmentée et qui sont bien représentées ici :

Pic or-olive
Araponga blanc
Oxyrhynque huppé
Tyranneau nain
Tangara cyanictère
Tangara orangé.
A noter que l'Oxyrhynque huppé et le Tyranneau nain sont tous deux endémiques du plateau des Guyanes. La présence de ces populations justifie à elle seule la préservation de la forêt du plateau de Lucifer.

La flore
Différentes missions botaniques ont également pris place ces 20 dernières années dans la région de Paul Isnard, de Citron et des massifs montagneux de Lucifer et de Dékou-Dékou. Plusieurs centaines de spécimens ont fait l'objet de récolte, d'identification voire de description.

Actuellement, la flore de cette vaste région compte 1.005 espèces de plantes vasculaires soit plus de 20% des espèces connues en Guyane. Parmi celles-ci, on distingue :

700 Magnioliopsides (Dicotylédones)
111 Liliopsides (Monocotylédones)
21 espèces de mousses
6 Hépatiques
9 Lycophytes
148 espèces de fougères se retrouvent dans la réserve biologique (la moitié des espèces de fougères de Guyane).
reseaux sociaux Carte DR Guyane
...et aussi
Documentation
Mobilier bois et aménagements touristiques en Guyane
Envie d'une sortie
en forêt ?
Un ficus étrangleur Visites en forêt autour de Saint-Laurent-du-Maroni (973)

Forest Art 2017 en images

Plan du portail | Plan du site | Certifications ONF | Mentions légales | Alerte éthique | Contacts
Les essentiels
• Connaître l'ONF
• Gérer les forêts
• Aux côtés des communes
Le groupe ONF
• Réseau Energie bois
• ONF international
Pour les pros
• Filière bois
• Produits et prestations de service
• Presse et médias
• Fournisseurs
Loisirs nature
• En forêt de ...
• Loisirs en forêt
• Gîtes et randonnées
• Arboretum des Barres
• Espace Rambouillet
• Odyssée Verte®
• Chasse
Les thématiques
• Forêt d'Exception®
• Renecofor
• Plans nationaux d'action
• Projets européens
• Forêts et Grande Guerre
• Dunes et forêts du littoral atlantique
Ressources
• En images
• Lire

http://www.onf.fr/guyane/sommaire/foret/conserver/reserve/20131028-174611-339573/@@index.html

----------------------------------

Amérindiens et Européens
Les premières traces archéologiques (poteries, gravures rupestres, polissoirs…) de peuples amérindiens entre l’Oyapock et le Maroni remontent au Ve millénaire avant notre ère. Nombre de leurs successeurs dans la même zone géographique appartiennent principalement au groupe linguistique des Tupi-Guarani.

On estime qu’à la fin du iiie siècle, des Indiens Arawak et Palikur, originaires des rives de l’Amazone, s’installent sur le littoral guyanais. Ils sont suivis au viiie siècle par les Indiens dits Caraïbes ou Karibes, les Kali’na (Galibis) et Wayana.

La côte de Guyane fut reconnue par Christophe Colomb en 1498. Malgré le partage du Nouveau Monde organisé en 1494 par le traité de Tordesillas entre le Portugal et l'Espagne, les nations européennes sont à l’origine de nombreuses tentatives de colonisation en Guyane dès le xvie siècle.

Dès 1503 commencent les premières implantations françaises dans la zone de Cayenne. Notons notamment celle des Français avec le voyage de Nicolas Guimestre en 1539, suivie par celle de l’Anglais Robert Baker (1562) et celle de Gaspard de Sotelle (1568-1573) qui implante plus de 120 familles espagnoles dans l’île de Cayenne.

De 1596 à 1598, les Anglais John Ley et Lawrence Keymis, et le Néerlandais Abraham Cabeliau, effectuent des reconnaissances géographiques précises des côtes de la Guyane. Les vraies implantations européennes apparaissent surtout au xviie siècle, par des occupations ponctuelles (quelques années) d’embouchures fluviales, et sont l’œuvre de la France, de l’Angleterre et des Pays-Bas.

En 1604, la colonie de Guyane prend le nom de France équinoxiale.

Esclavage et tentative de peuplement

Carte de Guyane datant de 1656.
Si les premières tentatives importantes de colonisations françaises datent des années 1620, elles sont souvent mises à mal par les dissensions internes des colons, les rapports humains médiocres avec les Amérindiens, voire la dureté des conditions de vie, notamment avec la fièvre jaune26. De leur côté, les nations amérindiennes doivent faire face à un important taux de mortalité, dû aux guerres menées face aux colonisateurs, mais aussi à l’action d’épidémies nouvellement importées d’Europe.

Longtemps, la tutelle du roi de France sur la Guyane est régulièrement contestée ; ce n’est qu’avec la reprise de Cayenne en décembre 1676 par l’amiral Jean d’Estrées que les Français s’implantent définitivement. Et encore ne contrôlent-ils que l’île de Cayenne et, par intermittence, quelques postes militaires aux estuaires fluviaux. C'est cette présence humaine et militaire faible qui explique en grande partie l’extrême facilité avec laquelle les Portugais du Brésil se sont emparés de l’île de Cayenne pendant les guerres napoléoniennes, île qu’ils ont occupée de 1809 à 1817.

La colonisation de la Guyane est d’abord le fait de travailleurs européens, les « engagés », également appelés les « trente-six-mois » parce que liés par un contrat de trois années à leur maître. Cette tentative, faute de volontaires, est très vite remplacée par des esclaves d’origine africaine, utilisés dans les habitations (exploitations agricoles) à la culture des produits coloniaux : sucre, épices, chocolat et café.

Comme dans les autres colonies françaises, l’esclavage est en grande partie régi par les textes du Code noir (1685). Cette société d’habitation reste le modèle économique dominant en Guyane jusqu’à la deuxième abolition de l’esclavage en 1848. Elle n’a toutefois pas apporté un vrai développement à la Guyane, qui reste la région pauvre et sous-peuplée, voire maudite, de l’ensemble colonial français en Amérique. Lors du traité d'Utrecht en 1713, le roi de France Louis XIV, afin de limiter les conflits locaux avec la colonie portugaise du Brésil, pose les bases de la frontière entre le Brésil et la France27.

L’expédition de Kourou qui débuta à partir de 1763 est très mal préparée. Elle fut menée à la demande de Choiseul et dirigée par le chevalier Étienne-François Turgot, gouverneur, Jean-Baptiste Thibault de Chanvalon, intendant et Antoine Brûletout de Prefontaine, commandant, pour établir une vraie colonie d’agriculteurs d'origine européenne dans les savanes de l’Ouest guyanais. Cependant, cela sera un échec retentissant : presque tous les colons « survivants » s’enfuient de Guyane pour rejoindre la métropole. Seuls restent en Guyane des colons allemands et canadiens, qui s’implantent durablement à Kourou, Sinnamary, Malmanoury, Corossony et Iracoubo, et y fondent une société originale (et métissée) d’agriculteurs exploitants en Guyane.

La Guyane française est occupée par les Britanniques de 1778 à 1783, puis de 1785 à 1788.

Pendant la Révolution elle devient pour la première fois (Collot d'Herbois et Billaud-Varenne), lieu de déportation politique; ceux-ci seront suivis en 1798, alors que La Guyane est érigée en un département, des « déportés de fructidor » et de prêtres réfractaires : Counamama et Sinnamary seront le cimetière de la plus grande partie d’entre eux.

L'esclavage est aboli en 1794 dans toutes les colonies, avant que Napoléon Ier ne le rétablisse en 1804. Il n’est définitivement supprimé par décret que le 27 avril 1848, sous l’impulsion notamment de l'abolitionniste Victor Schœlcher. La disparition de la main-d’œuvre servile met un point d’arrêt à l’économie coloniale traditionnelle.

Pendant la Révolution française, la Guyane est occupée par les Portugais, qui détiennent le Brésil, de 1793 à 1817 : cette période d'occupation va marquer le créole guyanais, qui va intégrer de nombreux mots portugais dans son vocabulaire. Bien que rendue aux Français, à la suite des applications du traité de Vienne de 1815, le retour effectif des Français est à situer en avril 1817, avec l'envoi d'un gouverneur.

Pour pallier le manque de main-d’œuvre mais surtout pour débarrasser la métropole d’opposants politiques républicains et de délinquants de droit commun, le Second Empire crée des bagnes en Guyane. Ils accueillent des transportés, des déportés puis également des relégués jusqu’en 1946. Dans les années 1930, les Établissements Pénitentiaires Spéciaux, dits aussi « bagnes des Annamites », sont implantés dans le Territoire de l’Inini. Peuplés d’opposants politiques et d’intellectuels indochinois, mais aussi de petits délinquants, voleurs et proxénètes, ces bagnes seront un échec cuisant.

Les essais de peuplement de la Guyane par des ouvriers « libres » issus de l’immigration (Afrique, Inde, États-Unis, Madère…) ne seront pas plus durables.

Ruée vers l'or
En 1855, un site aurifère est découvert dans l’Est guyanais sur l’Arataye, un affluent de l’Approuague. Dans l’Ouest, de l’or est extrait de la rivière Inini (Haut-Maroni). Le début du xxe siècle est marqué par une ruée vers l’or, avec 10 000 chercheurs en activité, entraînant une croissance du commerce local souvent artificielle, et l’arrêt des dernières activités agricoles par manque de main-d’œuvre.

L'existence éphémère de la République de la Guyane indépendante (Amapá, 1886-1891, puis État Libre de Counani (1904-1912)) est liée à cette ruée vers l'or.

À l’instar de La Réunion, de la Guadeloupe et de la Martinique, la Guyane devient département français d’outre-mer en 1946. Mais le décollage économique peine à se réaliser en raison des coûts de production élevés, de la faiblesse numérique de la population, de la dépendance commerciale (importations) vis-à-vis de l’Hexagone et du manque criant d’infrastructures les plus élémentaires : voies de communication, écoles, système de santé, etc.

Bagne
Article détaillé : Bagne de la Guyane française.
Saint-Laurent-du-Maroni, Cayenne et l'île du Diable furent des lieux de déportation pour les condamnés aux travaux forcés de 1852 à 1946, sur décision de Napoléon III. Le capitaine Alfred Dreyfus y fut envoyé en 1894.

La Guyane restera alors une colonie française jusqu'au 19 mars 1946, où elle obtient le statut de département d'outre-mer. La France attendait des détenus qu'ils fussent aussi des colons. Mais ce fut un échec. La fermeture du bagne a été obtenue, après la Seconde Guerre mondiale, à la suite de la publication de 27 articles d'Albert Londres et sous l'impulsion de Gaston Monnerville. C'est en 1938 que le dernier convoi de bagnards a fait route vers la Guyane, mais ce n'est qu'en 1945 que l'Assemblée constituante décida de rapatrier les survivants qui le souhaitaient (très peu sont restés). L'opération prit huit ans.

Base spatiale européenne

Localisation des villes de Cayenne, Kourou, Saint-Laurent-du-Maroni, Saint-Georges-de-l'Oyapock, Saül.

Lanceur Ariane 4 au Centre spatial guyanais à Kourou.
En 1964, le général de Gaulle prend la décision de construire une base spatiale en Guyane, destinée à remplacer la base saharienne située en Algérie à Hammaguir. La position du département est privilégiée, proche de l’équateur avec une large ouverture sur l’océan. Le Centre Spatial Guyanais, depuis les premières fusées « Véronique », s’est largement développé au fil des années. Port spatial de l’Europe avec des lanceurs comme Ariane 4 et Ariane 5, qui se révèlent un véritable succès commercial dans le monde28,29, le Centre spatial guyanais développe aussi le Programme Vega, et une base de lancement Soyouz construite à Sinnamary. D'ici 2021, la Guyane va assister au lancement de la nouvelle fusée Ariane 6, projet développé en 2014.

En 1982, les lois de décentralisation entrent en vigueur et un transfert de compétences s’opère vers les collectivités territoriales qui vont devenir acteurs du développement de la Guyane30.

Crise sociale du printemps 2017
Article détaillé : Mouvement social de 2017 en Guyane.
Fin mars 2017, un large mouvement de manifestations et de grèves se développe en Guyane et amène le déplacement sur place des ministres de l'Intérieur et de l'Outre-Mer. L'accord proposé par le gouvernement est refusé par les représentants des manifestants et grévistes le 2 avril 31.

↑ Heure exacte Cayenne [archive]
↑ Source IGN 2009.
↑ « http://www.fao.org/docrep/013/i1757e/i1757e.pdf » [archive], sur www.fao.org (consulté le 19 mai 2015)
↑ Communiqué de presse du 14 octobre 2015, EXTRAPLAC : le domaine sous-marin de la France s’agrandit de plus de 500,000 km2 [archive], consulté le 13 février 2018
↑ « La France étend son plateau continental de 500.000 km2 » [archive], sur Mer et Marine (consulté le 22 janvier 2016)
↑ Atlas universel d'histoire et de géographie [archive], 1865.
↑ Marc-Emmanuel Privat, « Frontières de Guyane, Guyane des frontières », Terres de Guyane, 2003 [archive], consulté le 13 février 2018
↑ Bruno Delsol (dir.), Direction générale des collectivités locales, Les collectivités locales en chiffres - 2016, Paris, Direction générale des collectivités locales, mai 2016, 113 p. (ISBN 978-2-11-138893-2, lire en ligne [archive] [PDF]), p. 90
↑ Patrick Blancodini et Sylviane Tabarly, « Les Frontières externes et les limites internes en Guyane, entre fragmentation, ruptures et interfaces » [archive], sur Géoconfluences, 11 juin 2010 (consulté le 13 février 2018)
↑ [BRGM (2011), article En Guyane le BRGM aide à planifier l'avenir de la ressource en eau, « Géorama no 25 »(Archive • Wikiwix • Archive.is • Google • Que faire ?), p. 4 du PDF
http://www.meteofrance.com/climat/outremer/cayenne/97302005/normales [archive]
↑ Insee - Populations légales 2015 en Guyane, en vigueur à compter du 1er janvier 2018 [archive], fichier à télécharger, consulté le 13 février 2018.
↑ « Synthèse : biodiversité et conservation outre-mer »(Archive • Wikiwix • Archive.is • Google • Que faire ?) (UICN, 2008)
↑ Projet de loi Grenelle II, avec exposé des motifs, et étude d'impact du projet [archive] (PDF, 525 pages) (en cours d'examen)
↑ BRGM, Sismicité de la France, Antille, Guyane, Mer des Caraïbes, « Glossaire » [archive] (consulté le 19 novembre 2014)
↑ BRGM, Sismicité de la France, Antille, Guyane, Mer des Caraïbes, « Liste d'observation du séisme n°9730003 » [archive], sur sisfrance.net (consulté le 19 novembre 2014)
↑ BRGM, Sismicité de la France, Antille, Guyane, Mer des Caraïbes, « Liste d'observation du séisme n°9730005 » [archive], sur sisfrance.net (consulté le 19 novembre 2014)
↑ BRGM, Sismicité de la France, Antille, Guyane, Mer des Caraïbes, « Liste d'observation du séisme n°9730007 » [archive], sur sisfrance.net (consulté le 19 novembre 2014)
↑ BRGM, Sismicité de la France, Antille, Guyane, Mer des Caraïbes, « Liste d'observation du séisme n°9730001 » [archive], sur sisfrance.net (consulté le 19 novembre 2014)
↑ BRGM, Sismicité de la France, Antille, Guyane, Mer des Caraïbes, « Liste d'observation du séisme n°9001474 » [archive], sur sisfrance.net (consulté le 19 novembre 2014)
↑ BRGM, Sismicité de la France, Antille, Guyane, Mer des Caraïbes, « Liste d'observation du séisme n°9001475 » [archive], sur sisfrance.net (consulté le 19 novembre 2014)
↑ BRGM, Sismicité de la France, Antille, Guyane, Mer des Caraïbes, « Liste d'observation du séisme n°9730006 » [archive], sur sisfrance.net (consulté le 19 novembre 2014)
↑ « Amérindiens de Guyane : sous la menace des chercheurs d'or clandestins. » [archive], sur France24, 10 septembre 2014 (consulté le 10 septembre 2014)
↑ « Nouveaux projets de recherche d'hydrocarbures… Les pressions se précisent. » [archive], sur http://guyane.wwf.fr [archive], 2 juillet 2014 (consulté le 10 septembre 2014)
↑ AFP & Connaissance des énergies (2018) Guyane Maritime: l'Autorité environnementale demande à Total de compléter son étude d'impact [archive] | 30 mai 2018
↑ La fièvre jaune à la Guyane avant 1902 et l'épidémie de 1902 [archive].
↑ Monique Blérald-Ndagano, Comprendre la Guyane d'aujourd'hui : Un département français dans la région des Guyanes, Ibis rouge éditions, 2007, p. 189
↑ Succès pour la cinquantième Ariane 5 ! [archive]
↑ Ariane [archive]
↑ Un peu d’histoire... Une colonisation par tentatives successives [archive]
↑ Patrick Roger, « En Guyane, récit d’une négociation dans l’impasse » [archive], sur Le Monde, 3 avril 2017
↑ Le référendum a recueilli 57,49 % de réponses positives parmi les suffrages exprimés en Guyane (taux de participation : 27,44 %) et 68,3 % en Martinique (Résultats de la consultation du 25 janvier 2010 en Guyane et en Martinique [archive], ministère de l'Outre-mer, 25 janvier 2010).
↑ État-major des armées - FAG : passation de commandement en Guyane [archive]
↑ Insee, « Populations légales 2015 Recensement de la population - Régions, départements, arrondissements, cantons et communes, en vigueur le 1er janvier 2018 » [archive], sur insee.fr (consulté le 22 mars 2018)
↑ Barbara Gragnic, « La fécondité est le premier moteur de la croissance démographique en Guyane », AntianÉchos, Insee Guyane,‎ 14 janvier 2013 (résumé [archive], lire en ligne [archive] [PDF])
↑ Maud Laëthier (préf. Marie-José Holiver), Être migrant et Haïtien en Guyane, Paris, Éditions du Comité des travaux historiques et scientifiques, coll. « Le regard de l'ethnologue » (no 26), 2011, 320 p. (ISBN 9782735507344, OCLC 758642756, lire en ligne [archive])
↑ Xavier Baert, « Poursuite de la transition démographique en Guyane - Légère inflexion de la natalité », dans Insee Analyses Guyane, no 12, janvier 2016 [archive], consulté le 11 novembre 2016
↑ Structure de la population du département de 1968 à l'année de la dernière population légale connue [archive]
↑ Structure de la population du département de 1968 à l'année de la dernière population légale connue [archive]
↑ Fiches Insee - Populations légales du département pour les années 2006 [archive], 2014 [archive]
↑ Insee - Base de données macro-économiques - Population aux recensements en Guyane [archive], consulté le 11 novembre 2016
↑ Ministère de l'outre-mer - Présentation - Guyane [archive]
↑ « Journée internationale
des peuples autochtones », L'Obs,‎ 9 août 2006 (lire en ligne [archive])
↑ Caroline Sägesser, Le financement public des cultes en France et en Belgique : des principes aux accommodements, in François Foret (éd.), Politique et religion en France et en Belgique, éditions de l’ULB, 2009, pages 91 à 105 [archive]
↑ Circulaire du 25 août 2011 (NOR/IOC/D/11/21265C) relative à la réglementation des cultes outre-mer [archive]
↑ Frédéric Farine, « RFI - Guyane - Le clergé catholique salarié du conseil général » [archive], sur rfi.fr, 1er février 2004 (consulté le 22 mars 2018)
↑ Hélène Ferrarini, « Il existe un département français qui doit payer ses prêtres et ce n'est pas en Alsace, ni en Moselle » [archive], Slate, 25 juin 2014 (consulté le 26 juin 2014)
http://www.guideguyane.com/la-guyane-francaise/populations-et-religions [archive]
http://www.ac-guyane.fr/ [archive]
↑ Voir le rapport 'article Laurent Mucchielli - CNRS (2013) « Matériaux pour une étude des délinquances en Guyane » [PDF], [lire en ligne [archive]]
↑ Pourquoi Marseille n'est pas la capitale française du crime [archive], lemonde.fr, 20 septembre 2013
↑ BEH, 11/1998, « La tuberculose en région Antilles Guyane »
↑ BRGM (2012), Rapport Activité de service public 2011 [archive]
↑ CNS (2003), Action publique Rapport suivi de recommandations : Repenser la politique de lutte contre le VIH/sida dans les départements d’outre-mer [archive], 2003-03-11
http://www.ars.guyane.sante.fr/Internet.guyane.0.html [archive] Agence Régionale de Santé Guyane] (2012), VIH-Sida 2012 Guyane ; "Solidarité, lutte contre les Discriminations et invitation au Dialogue avec les personnes touchées par le Vih-Sida", sera la thématique du département Guyanais pour la Journée Mondiale du Sida 2012 [archive]
↑ LEXPRESS.fr & AFP (2012) La mortalité infantile est deux fois plus élevée dans les DOM qu'en métropole [archive] brève publiée le 10/09/2012
↑ P. Bazely, A. Blataud, P. Chaud (2000), La Surveillance des maladies infectieuses et parasitaires aux Antilles et en Guyane. Détermination des priorités par les professionnels de santé
↑ Salvio C, Schutzenberger H. (2012), Le saturnisme infantile en Guyane en 2012 : Éléments d'évaluation et analyse. Mission d’appui à l’ARS Guyane. Juillet 2012
↑ Barbosa F, Jr., Fillion M, Lemire M, Passos CJ, Rodrigues JL, Philibert A, et al. Elevated blood lead levels in a riverside population in the Brazilian Amazon. Environ Res. 2009; 109(5): 594-9.
↑ CIRE Antilles-Guyane. Premier rapport des investigations des cas de saturnisme à Mana. Juin 2011.
↑ DIECCTE. Plan de surveillance des teneurs en métaux lourds et en arsenic des denrées alimentaires d'origine non-animale. Résultats pour la Guyane 2010 et 2011 (document dactylographié)
↑ Approbation du schéma d'aménagement régional de la Guyane [archive], entre de ressources pour la mise en œuvre de la Trame verte et bleue, oct 2016, consulté 2016-10-28
↑ a et b Collectivité territoriale de Guyane (2016) Approbation du Schéma d’Aménagement Régional [archive]
http://www.insee.fr/fr/themes/document.asp?reg_id=25&ref_id=21044 [archive]
http://gallica.bnf.fr/html/und/france/presse-de-guyane [archive]

Le Cerrado est une région de savane que l'on rencontre en Amérique du Sud, principalement au Brésil et en Guyane. Le cœur de cette savane s'étend sur 1,5 million de km², ou 2 millions de km² en comptant les aires limitrophes.7 Il représente 22 % de la superficie du Brésil 8 et déborde sur les régions limitrophes du Paraguay et de la Bolivie en ce qui concerne le Brésil.

TIGNARD YANIS @TIGNARDYANIS
En réponse à @Senat @VillaniCedric @RolandCourteau
Ô Nominon, ange de l'abîme..
Présentation générale | Montagne d'Or...
http://www.mineralinfo.fr/sites/default/files/upload/tome_08_guyane_final24032017.pdf
The KLF - Last Train To Trancentral ...
https://www.youtube.com/watch?v=frIUgilfsWA
cercle magique avec le sel.
http://www.magie-sorciers.com/jeter_le_mauvais_oeil.php
ARRÊTER CETTE CONNERIE DE MINE EN GUYANE.
TAY

Le Saint-Esprit, ou Esprit Saint, est l'Esprit de Dieu et la troisième personne de la Trinité dans le christianisme. Il est aussi appelé l'Amour du Père et du Fils.

Dans la Bible, le Saint-Esprit se manifeste dès l'Ancien Testament. Le Nouveau Testament1 suggère que l'Esprit saint est une personne différente du Père et du Fils, et formant avec eux un seul Dieu, mais le dogme de la Trinité n'a été formulé que progressivement, lors des conciles anciens, en particulier à partir du premier concile de Nicée.

Le mot Esprit traduit dans le Nouveau Testament le mot grec Pneuma (littéralement Souffle). C'est pourquoi l'étude du Saint-Esprit est appelée la pneumatologie.

SENTIMENTS DU
CITOYEN TIGNARD YANIS

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com En ligne
yanis la chouette



Nombre de messages : 9560
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: Re: Columbina cyanopis, Raoni Metuktire, Le Cerrado et Lucifer.   Mer 20 Juin à 16:50

Presse écrite
France-Guyane, quotidien.
Radios
Guyane La Première : radio généraliste publique de proximité
Nostalgie : radio privée
NRJ Guyane : radio privée musicale de proximité
Trace FM : radio privée musicale de proximité
France Inter : radio généraliste nationale publique française
Ouest FM
Fun Radio : radio privée française
Chérie : radio musical privée
Télévisions
Guyane La Première : chaîne de télévision généraliste publique de proximité
ATV Guyane : chaîne de télévision généraliste mixte de proximité
France 2 : chaîne de télévision généraliste publique nationale
France 3 : chaîne de télévision généraliste publique nationale
France 4 : chaîne de télévision publique nationale consacrée au divertissement et au sport
France 5 : chaîne de télévision publique nationale consacrée au savoir et à la découverte
France Ô : chaîne de télévision généraliste publique nationale
France 24 : chaîne de télévision publique d'information
Arte : chaîne de télévision publique généraliste et culturelle franco-allemande

Les fréquences radio diffusées par Télédiffusion de France (TDF)3.

Liste complète
a Gabrielle
Chérie FM Guyane
France Inter
Fun Radio Guyane
Guyane 1re
Kikiwi FM
Média Tropique FM
Métis FM
Mig FM Guyane
Nostalgie Guyane
NRJ Guyane
Ouest FM Guyane
Radio 2000
Radio Alukuma
Radio Bonne Nouvelle Guyane (RBNG)
Radio de l'Information (RDI)
Radio Fiiman Sten
Radio France internationale
Radio ITG
Radio Jam
Radio Joei de Vivre
Radio LittoMega (RLM)
Radio Loisirs Guyane
Radio Mission Pionnière
Radio Mosaïque
Radio Ouassaille de Mana
Radio Pagani
Radio Péyi Guyane (www.radiopeyi.com)
Radio Putzle Guyane
Radio Saint-Gabriel
Radio Tour de L'Isle
Radio Tout'Moun (RTM)
Radio UDL
Radio Usas FM
RTL2 Guyane
Trace FM
Voix dans le désert
Cayenne
88.1 Radio Mosaïque
88.7 Radio Putzle Guyane
89.4 Ouest FM Guyane
90,0 - 91,0 - 92,0 : Guyane 1re
90.6 Métis FM
91.6 Kikiwi FM
92.5 a Gabrielle
93.2 Mig FM Guyane
93.6 Média Tropique FM
94.4 Radio Saint-Gabriel
95.0 Radio Bonne Nouvelle Guyane (RBNG)
95.6 Radio Pagani
96.2 Radio Jam
96.9 Radio 2000
97.3 NRJ Guyane
97.7 Radio Joei de Vivre
98.3 Voix dans le désert
98.7 Radio France internationale
99.3 Nostalgie Guyane
100.0 - 102.0 France Inter
100.6 Radio Loisirs Guyane
101.5 Radio ITG
102.5 Radio Tour de L'Isle
102.9 Fun Radio Guyane
103.3 Radio Tout'Moun (RTM)
103.7 Radio Usas FM
104.3 Trace FM
104.7 Chérie FM Guyane
105.1 Radio de l'Information (RDI)
105.5 RTL2 Guyane
105.9 Radio Mission Pionnière
Grand-Santi
90.3 Radio Fiiman Sten
92.0 France Inter
95.0 Guyane 1re
Iracoubo
90.5 Ouest FM Guyane
92.0 Guyane 1re
97.5 Voix dans le désert
102.0 France Inter
103.5 Fun Radio Guyane
104.5 Radio Putzle Guyane
Kourou
88.4 Radio de l'Information (RDI)
89.0 Radio Bonne Nouvelle Guyane (RBNG)
89.7 Fun Radio Guyane
90.3 Radio Saint-Gabriel
91.3 Radio Pagani
92.8 - 98.0 RTL2 Guyane
94.0 Guyane 1re
95.3 NRJ Guyane
95.9 Ouest FM Guyane
96.5 Métis FM
99.6 Nostalgie Guyane
100.3 Radio ITG
104.0 France Inter
106.2 Trace FM
106.6 Chérie FM Guyane
107.4 Voix dans le désert
Mana
92.9 Ouest FM Guyane
93.3 Radio Alukuma
94.0 Guyane 1re
95.0 Radio Ouassaille de Mana
104.0 France Inter
106.8 Fun Radio Guyane
Ouanary
90,0 Guyane 1re
Regina
91.0 - 94.0 Guyane 1re
Saint-Georges-de-l'Oyapock
94.0 Guyane 1re
Saint-Laurent-du-Maroni
89.2 Radio Alukuma
89.6 Ouest FM Guyane
90.2 Radio UDL
91.0 Guyane 1re
91.5 Radio Mosaïque
92.4 Trace FM
94.5 Nostalgie Guyane
95.7 Radio Saint-Gabriel
96.7 Voix dans le désert
98.7 Radio France internationale
100.1 Radio LittoMega (RLM)
100.5 NRJ Guyane
101.0 - 104.0 France Inter
Sinnamary
91,0 - 95,0 Guyane 1re
98.5 Fun Radio Guyane
99.0 Radio Mosaïque
101.0 France Inter
102.2 Voix dans le désert
102.7 Radio Saint-Gabriel
104.9 Ouest FM Guyane
106.4 Radio Putzle Guyane
Les radios à fort taux d'écoute classées par ordre d'audience : LA 1ERE GUYANE : 92.0 / NRJ Guyane: 97.3 / METIS FM : 90.6 / TRACE FM : 104.3 / NOSTALGIE : 99.3 / MIG FM GUYANE: 93.2.

Presse écrite
La presse écrite guyanaise se compose de :

France-Guyane, le principal quotidien d'information locale, nationale et internationale en Guyane, vendu 1,10 €. Certains numéros sont vendus avec un magazine.
OKA.MAG, un bimestriel édité par l'association Oka.Mag (loi 1901). Il se définit ainsi : "le magazine des Amérindiens de Guyane est l'expression de leur culture, de leur volonté d'être entendus, et de leurs difficultés au quotidien".
Une saison en Guyane, un semestriel édité par l'Atelier Aymara. Depuis 2008, Une saison en Guyane est un magazine sur la Guyane, et toutes les Guyanes depuis l'Amazone jusqu'à l'Orénoque. Biodiversité, conservation, culture, société... Il est distribué en France hexagonal et dans l'Outre-mer.
Touloulou Magazine, revue officielle du carnaval guyanais paraissant annuellement depuis 1994.
Guyamag, un mensuel gratuit édité depuis juin 2005 par le Conseil régional de Guyane et dont le slogan est "travailler, entreprendre et vivre en Guyane". Le directeur de publication est Stéphane Cau.
Le 97.3, hebdomadaire gratuit de petites annonces pour les particuliers et de quelques pub4. À Cayenne, il est déposé dans les boîtes aux lettres.
Presse disparue
Le pou d'agouti, un journal tri-annuel de l'association éponyme. Aujourd'hui disparu, il traitait jusqu'en 2004 de sujets sensibles en rapport avec l'environnement en Guyane.
La Semaine guyanaise, un hebdomadaire consacré aux programmes TV, aux petites annonces de particuliers et qui propose également des reportages. Disparu en 2015.

SENTIMENTS DU
CITOYEN TIGNARD YANIS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com En ligne
yanis la chouette



Nombre de messages : 9560
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: Re: Columbina cyanopis, Raoni Metuktire, Le Cerrado et Lucifer.   Mer 20 Juin à 16:59

TIGNARD YANIS @TIGNARDYANIS
22 min il y a 22 minutes
Colombe est un terme du vocabulaire courant en français qui ne correspond pas exactement à un niveau de classification scientifique : il s'agit d'un nom vernaculaire, son sens est ambigu en biologie car utilisé pour désigner des oiseaux classées en la sous-famille des Colombinés.

Le Saint-Esprit, ou Esprit Saint, est l'Esprit de Dieu et la troisième personne de la Trinité dans le christianisme : Appelé l'Amour du Père et du Fils. Le mot Esprit traduit le mot grec Pneuma ( Souffle). C'est pourquoi l'étude du Saint-Esprit est appelée la pneumatologie.
TAY

https://fr.wikipedia.org/wiki/Saint-Esprit

Guyane.
Le pou d'agouti, un journal tri-annuel de l'association éponyme. Aujourd'hui disparu, il traitait jusqu'en 2004 de sujets sensibles en rapport avec l'environnement.
La Semaine guyanaise, un hebdomadaire consacré aux petites annonces de particuliers et des reportages.
TAY

«La foi et la raison : Deux ailes qui permettent à l'esprit humain de s'élever vers la vérité. C'est Dieu qui a mis au cœur de l'homme le désir de connaître la vérité et, au terme, de Le connaître afin que, Le connaissant, il puisse atteindre la pleine vérité sur lui-même. »
TAY
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com En ligne
yanis la chouette



Nombre de messages : 9560
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: Re: Columbina cyanopis, Raoni Metuktire, Le Cerrado et Lucifer.   Mer 20 Juin à 16:59

Columbina cyanopis..

----------------------------

Columbina cyanopis
Description de cette image, également commentée ci-après
Columbina cyanopis (en haut)
Classification (COI)
Règne Animalia
Embranchement Chordata
Sous-embr. Vertebrata
Classe Aves
Ordre Columbiformes
Famille Columbidae
Genre Columbina
Nom binominal

Columbina cyanopis
(Pelzeln, 1870)
Statut de conservation UICN

( CR )
CR C2a(i) :
En danger critique d'extinction

Répartition géographique

Description de l'image Serra das Araras Mato Grosso Brasil.png.
La Colombe aux yeux bleus (Columbina cyanopis) est une espèce d'oiseau appartenant à la famille des Columbidae.

Sommaire
1 Description
2 Répartition
3 Population et conservation
4 Liens externes
5 Bibliographie
Description
Cet oiseau mesure environ 15 cm.

Le mâle a la tête, le cou, les couvertures alaires, les sus-caudales et la poitrine roussâtre pourpre. Les teintes sont plus lumineuses sur le bas de la poitrine, le ventre, les flancs, le dos et les scapulaires, tandis que les sous-caudales sont blanches. Le dessous des ailes présente des points bleus iridescents. Les iris sont bleus (d'où le nom spécifique) et les cercles oculaires gris. Le bec est gris à la base et noir à l'extrémité et Les pattes sont roses. La femelle est beaucoup plus pâle que le mâle, surtout au niveau des parties inférieures.

Répartition
Cette espèce peuple quelques localités du Brésil dans la Serra das Araras dans l'état du Mato Grosso.

Population et conservation
La Colombe aux yeux bleus est rare et menacée d'extinction par suite de la perte de son habitat, le cerrado.

Liens externes
Sur les autres projets Wikimedia :

Colombe aux yeux bleus, sur Wikispecies
Référence Congrès ornithologique international : Columbina cyanopis dans l'ordre Columbiformes [archive] (en) (consulté le 18 mai 2015)
Référence Alan P. Peterson : Columbina cyanopis dans Columbiformes [archive] (en)
Référence Tree of Life Web Project [archive] : Columbina cyanopis [archive] (en)
Référence Avibase [archive] : Columbina cyanopis [archive] (+ répartition [archive]) (fr+en)
Référence ITIS : Columbina cyanopis (Pelzeln, 1870) [archive] (fr) (+ version anglaise [archive] (en))
Référence Animal Diversity Web : Columbina cyanopis [archive] (en)
Référence UICN : espèce Columbina cyanopis (Pelzeln, 1870) [archive] (en) (consulté le 18 mai 2015)
Bibliographie
del Hoyo J., Elliott A. & Sargatal J. (1997) Handbook of the Birds of the World, Volume 4, Sandgrouse to Cuckoos. BirdLife International, Lynx Edicions, Barcelona, 679 p.
Prin J. & G. (1997) Encyclopédie des Colombidés. Editions Prin, Ingré, 551 p.


TIGNARD YANIS @TIGNARDYANIS
5 minil y a 5 minutes
Plus
En réponse à @Senat @VillaniCedric @RolandCourteau
La Colombe aux yeux bleus (Columbina cyanopis) est une espèce d'oiseau appartenant à la famille des Columbidae. Les iris sont bleus (d'où le nom spécifique) et les cercles oculaires gris. Le bec est gris à la base et noir à l'extrémité et Les pattes sont roses.
Y'becca.
TAY

TIGNARD YANIS @TIGNARDYANIS
5 sil y a 5 secondes
Plus
En réponse à @Senat @VillaniCedric @RolandCourteau
Raoni Metuktire est l'un des grands chefs du peuple Sushioto vivant au cœur du Brésil occidental réserve protégée sur le territoire du Brésil, et une figure nationale emblématique de la lutte pour la préservation de la forêt amazonienne et de la culture indigène et du maïs.
TAY

https://fr.wikipedia.org/wiki/Raoni_Metuktire
https://fr.wikipedia.org/wiki/Mato_Grosso
https://fr.wikipedia.org/wiki/Colombe_aux_yeux_bleus


Colombe...
https://fr.wikipedia.org/wiki/Colombe
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com En ligne
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Columbina cyanopis, Raoni Metuktire, Le Cerrado et Lucifer.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Columbina cyanopis, Raoni Metuktire, Le Cerrado et Lucifer.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» A quand l'arrestation de Lucifer en personne?
» HAITI YON PARADI OU YON LANFE AVEC R G P POU LUCIFER ????
» Fiche Technique de Lucifer
» Une bande se forme [Suite, mission rang A max] [Genki, Dan, Aiko and Lucifer]
» Quand le dessin se réalise... (Yasukun Vlad Lucifer) [terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le clans des mouettes :: Le clans des mouettes-
Sauter vers: