Le clans des mouettes

ainsi est la force.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Rubén Darío, La Poésie Chilienne et la Synalèphe

Aller en bas 
AuteurMessage
yanis la chouette



Nombre de messages : 9460
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: Rubén Darío, La Poésie Chilienne et la Synalèphe   Mer 18 Avr à 10:39

Les quatre grands de la poésie chilienne sont le groupe des poètes considérés comme les plus importants de la littérature chilienne du XXe siècle : Gabriela Mistral, Vicente Huidobro, Pablo de Rokha et Pablo Neruda.
Chants d'un monde massacré. Les destins croisés de douze poètes juifs de langue allemande venus de Czernowitz, ville engloutie de l'ancien empire austro-hongrois.

Le lyrisme ionien et La poésie élégiaque ou gnomique.
Le mot "élégie" semble venir d'un mot phrygien signifiant "flûte":
les sons de cet instrument accompagnèrent en effet primitivement
la récitation de ces pièces. Elles étaient composées d'une suite
de distiques (hexamètre suivi d'un pentamètre). Une forme
très courte de l'élégie, composée soit d'un seul distique,
soit d'un très petit nombre, prit le nom d'épigramme (τὸ ἐπίγραμμα).
Ces petites pièces, comme leur nom l'indique, furent faites d'abord
pour servir d'"inscriptions sur un objet".



Melancolía
de Rubén Darío...

Hermano, tú que tienes la luz, dime la mía.
Soy como un ciego. Voy sin rumbo y ando a tientas.
Voy bajo tempestades y tormentas,1
ciego de ensueño y loco de armonía.

Ese es mi mal. Soñar. La poesía
es la camisa férrea de mil puntas cruentas2
que llevo sobre el alma. Las espinas sangrientas
dejan caer las gotas de mi melancolía.

Y así voy, ciego y loco, por este mundo amargo;
a veces me parece que el camino es m uy largo,
y a veces que es muy corto...

Y en este titubeo de aliento y agonía,
cargo lleno de penas lo que apenas soporto.
¿No oyes caer las gotas de mi melancolía?
(source)

Sade - No ordinary love...
https://www.youtube.com/watch?v=lRl9Av95Uck

L'anthologie permanente...

Le terme de synalèphe (du grec συναλοιφή / sunaloiphế, « fusion, union »)
décrit le fait que deux voyelles en hiatus sont prononcées
en une seule syllabe. C'est donc un métaplasme.

Ce terme technique, qu'on rencontre encore dans la métrique
(gréco-romaine, espagnole, italienne), reste très flou :
en effet, il ne dit pas si les deux voyelles forment
alors une diphtongue par coalescence (quand c'est possible),
si l'une d'elles s'est amuïe (élision, par exemple), si l'on obtient
une crase, une contraction, une synérèse, etc.

La connaissance de ce phénomène est nécessaire à la bonne lecture
des vers italiens et espagnols. Par exemple, la Divine Comédie
de Dante Alighieri est écrite en hendécasyllabes.
Un vers comme « Esta selva selvaggia e aspra e forte » (vers 4 de l'« Enfer » :
« Cette forêt sauvage, âpre et dense ») compterait 13 syllabes
si l'on ne respectait la synalèphe, qui, en italien, fait qu'une voyelle atone
en hiatus n'est pas comptée. Le vers se compte donc ainsi :
« Esta selva selvaggi[a] e aspr[a] e forte ».

Cependant, le fait que ces voyelles (ici mises entre crochets)
ne sont pas comptées ne signifie pas qu'elles sont élidées.
Elles sont lues de manière non syllabique, un peu comme
les -e caducs dans une diction soutenue du français
(du reste, on aurait le même schéma de vers avec :
Cette sylve sauvage et âpre et forte, traduction littérale
- décasyllabe à finale "féminine" = endecasillabo italien)1.
En effet, l'élision, qui existe en italien, est indiquée par l'apostrophe,
comme dans les vers
« Ma per trattar del ben ch'i' vi trovai / Dirò de l'altre cose ch'i' v'ho scorte »
(vers 8 et 9 de l'« Enfer » :
« Mais pour traiter du bien que j'y trouvai / Je parlerai des autres choses
que j'y ai vues ») où « ch'i' » et « v'ho » représentent « ch[e] i[o] » et « vi ho ».

En conclusion, la sinalefe romane n'existe pas en français, à l'exception
du cas particulier des finales en -e caducs, mais elle est, en somme,
une synérèse qui affecte deux mots contigus.

Notes et références

1.↑ « Vegliante, Mise en train, rythme » [archive], sur chroniques italiennes (Paris 3)

VICTOR HUGO SUR LA LANGUE BASQUE

J'ajoute qu'ici un lien secret et profond et que rien n'a pu rompre unit, même en dépit des Pyrénées, ces frontières naturelles, tous les membres de la mystérieuse famille basque. Le vieux mot Navarre n'est pas un mot. On naît basque, on parle basque, on vit basque et l'on meurt basque. La langue basque est une patrie, j'ai presque dit une religion. Dites un mot basque à un montagnard dans la montagne; avant ce mot, vous étiez à peine un homme pour lui; ce mot prononcé, vous voilà son frère. La langue espagnole est ici une étrangère comme la langue française.

LE DISCOUR BASQUE DE PANTAGRUEL


PANTAGRUEL, Livre II, Chapitre IX
Rabelais, 1542

Encore moins, respondit Pantagruel. A doncques dist Panurge.
—Jona andie guaussa goussy etan be harda er remedio beharde bersela ysser landa. Anbatez otoy y es nausu ey nessassu gourray proposian ordine den. Nonyssena bayta fascheria egabe gen herassy badiasadassu noura assia. Aran hondouant gual de eydassu naydassuna. Estou oussyc eguinan soury hin er darstura eguy harm, Genicoa plasar badu.
Estez vous la respondit Eudemon Geincoa.

Alpes et Pyrénées, 1843

Considérations et critiques

Nicanor Parra, également un grand poète chilien qui a par ailleurs parfois été inclus dans les « quatre grands »6, était également un critique littéraire et à ce titre a fait le commentaire suivant :

« Les quatre grands poètes du Chili

Ils sont trois

Alfonso de Ercilla N 4, et Rubén Darío »
— Nicanor Parra, selon Roberto Bolaño, également poète, dans le catalogue de l'exposition Artefactos Visuales de Parra, Madrid, 2001.

-----------------------------
NAISSANCE D'UN ESPERANDO:

La Mort de l'aigle
de Vigny, Alfred (1797 - 1863)


Original Text:



Representative French Poetry, ed. Victor E. Graham, 2nd edn.
(Toronto: University of Toronto Press, 1965): 42-43.
Poèmes, 1829 (2nd edition) (Eloa, ou La Sœur des anges 11. 136-52).

1 Sur la neige des monts, couronne des hameaux,

2 L'Espagnol a blessé l'aigle des Asturies,

3 Dont le vol menaçait ses blanches bergeries;

4 Hérissé, l'oiseau part et fait pleuvoir le sang,

5 Monte aussi vite au ciel que l'éclair en descend,

6 Regarde son Soleil, d'un bec ouvert l'aspire,

7 Croit reprendre la vie au flamboyant empire;

8 Dans un fluide d'or il nage puissamment,

9 Et parmi les rayons se balance un moment:

10 Mais l'homme l'a frappé d'une atteinte trop sûre;

11 Il sent le plomb chasseur fondre dans sa blessure;

12 Son aile se dépouille, et son royal manteau

13 Vole comme un duvet qu'arrache le couteau.

14 Dépossédé des airs, son poids le précipite;

15 Dans la neige du mont il s'enfonce et palpite,

16 Et la glace terrestre a d'un pesant sommeil

17 Fermé cet œil puissant respecté du Soleil.

Le lyrisme lesbien

L'ode monodique ou ode légère n'est au fond qu'une simple chanson. Mais la chanson prit un caractère particulier dans l'île de Lesbos, dont les habitants étaient amis du plaisir et de la gaieté. Composée d'un petit nombre de vers, surtout de strophes de quatre vers, alcaïques ou saphiques, elle chanta des sentiments variés, mais de préférence les joies de la vie, avec une grâce délicate et parfois sensuelle. Le dialecte lesbien, plus rude que l'ionien, lui donnait aussi un caractère de naïveté rustique. Une cithare aux cordes nombreuses, nommée βάρβιτος (barbitos), accompagnait la voix de l'unique chanteur.

Les poètes de Lesbos.
Dans ce genre s'illustrèrent Alcée, Sappho ou Sappho et Anacréon. Les deux premiers seulement étaient des Lesbiens; Anacréon était un ionien de Téos (Asie Mineure). Les poèmes "anacréontiques" ont été composés à l'imitation d'Anacréon à l'époque romaine.


La nature dans la poésie bucovinienne... Persistance de la mémoire : le mal d’être dans la poésie de Rose Ausländer
Beständigkeit der Erinnerung. Weltschmerz in der Lyrik Rose Ausländers.


Chants d'un monde massacré


Un poème ne peut rien contre l'horreur... Il est impuissant, presque ridicule, face à la barbarie... Peut-être même est-il "impossible", comme le pensa Adorno... Non, il n'est pas juste de penser ainsi. Parmi les cris et les lamentations, des bouches ont articulé des mots, des phrases se sont formées, puis des chants. Face à l'épouvante, ces chants se sont élevés. Au côté des récits, différents d'eux, ils ont pris valeur de témoignage. La mort n'a donc pas imposé le silence. A l'acte muet du bourreau concentré sur sa tâche, une parole a répondu.

Rachel Ertel, dans son admirable anthologie de la "poésie yiddish de l'anéantissement" (Dans la langue de personne, Seuil, 1993), avait démontré combien cette parole issue des ghettos de Vilno, de Lodz ou de Varsovie était puissante dans son dénuement même. Combien elle était présente et nécessaire, et pas seulement comme acte de mémoire.

C'est une démarche similaire, mais portant sur une autre aire géographique et linguistique, que propose François Mathieu. Il a rassemblé douze poètes juifs de langue allemande qui ont en commun d'être nés entre 1898 et 1924, d'avoir vécu à Czernowitz, ville de l'ancien Empire austro-hongrois. A part celui de Paul Celan, et peut-être de Rose Ausländer, les noms et les oeuvres de ces poètes sont inconnus des lecteurs français. Tous ont vécu "dans un contexte historique tragique, celui de l'extermination des Juifs d'Europe". Ce livre constitue donc une révélation : des mots se sont formés, des paroles vivantes sont nées au coeur des ruines, témoignant pour les disparus.




Aujourd'hui en Ukraine, "à mi-chemin entre Kiev et Bucarest, Cracovie et Odessa", Czernowitz, capitale de la Bucovine, fut au XIXe siècle et jusqu'à la première guerre mondiale une cité florissante. Ce fut surtout un carrefour d'intenses échanges intellectuels entre les différentes communautés, souabe, de Bohême, hongroise, allemande... A partir de la fin du XVIIIe siècle, beaucoup de juifs de Galicie et de Moldavie s'installent dans ce qui va devenir "la petite Jérusalem sur Pruth" - du nom du fleuve qui la traverse. En 1913, plus de 47 % de la population est juive. Il y a là des orthodoxes, des hassidim, des assimilés marqués par l'Aufklärung (les Lumières allemandes), des sionistes, des bundistes, des marxistes. La bourgeoisie cultivée est dans la ville haute ; elle est de culture et de langue allemandes. Dans la ville basse, les artisans et les petits commerçants parlent le yiddish. "Ville d'illuminés et de partisans", se souviendra Rose Ausländer en 1977, où fleurissent "altruisme et enthousiasme véhément".

Genesis - Mama (Invisible Touch Tour)...
https://www.youtube.com/watch?v=6vm4NkGkIjg

Ce monde va commencer de sombrer avec la première guerre mondiale. Les troupes russes occupent la ville. La majorité de la classe moyenne fuit, notamment à Vienne. En 1918, l'Autriche abandonne la Bucovine à la Roumanie. La roumanisation s'accélère. L'allemand est interdit. Les juifs qui n'ont pas la nationalité roumaine sont écartés. La tradition pluriethnique est piétinée. En 1937, l'extrême droite prend le pouvoir et les discriminations s'aggravent. Deux ans plus tard, à la suite du pacte de non-agression entre l'Allemagne nazie et la Russie, la Bucovine du Nord est annexée à l'Union soviétique. "Gravement persécutés en tant que juifs, nous ressentîmes cette cession comme une libération", écrit un jeune journaliste, Alfred Kittner, poète présent dans cette anthologie - l'un des plus bouleversants. Il ne sait pas encore que le pire est à venir.

D'abord menée par les Soviétiques, puis systématisée par l'Allemagne et son allié roumain, l'homogénéisation ethnique va se traduire par les déportations et les meurtres de masse à partir de l'été 1941. Le 11 octobre, le gouvernement militaire de Czernowitz parque 50 000 personnes dans le ghetto créé dans un îlot de maisons déjà surpeuplées - près de 30 000 seront déportés dans les semaines qui suivent. Après la défaite des nazis et de leur alliés, l'Union soviétique annexe de nouveau la Bucovine, qui intègre la république d'Ukraine. Les juifs survivants ont déjà quitté la région et gagneront, par étapes successives, Vienne, Paris, la Palestine, les Etats-Unis ou l'Allemagne.

Les poèmes disent tous la plus extrême souffrance et la douceur déchirante de ce qui fut détruit. Les douze destins que raconte ce livre se croisent souvent. Parfois avec retard, comme pour Paul Celan et Ilana Shmueli, les vies se mêlent, au titre d'une référence commune à ce monde massacré. Avec ses orthographes instables, le nom de Czernowitz devient celui de ce monde et prend valeur de symbole. "Czernovitz est bien loin derrière nous/qui était fabuleuse avec ses marronniers/qui n'a pas été/mais les bougies ne cessent dans le feuillage/de changer le printemps en prière...", écrit Manfred Winkler, qui, installé en Israël en 1959, écrira : "Mon amour pour la langue allemande et sa littérature n'a pas souffert de mon passage vers l'hébreu." Cet "amour", commun aux douze poètes, est la plus haute et la plus belle réponse à la destruction programmée et exécutée dans cette même langue.

BRUITS DU TEMPS. POÈMES DE CZERNOWITZ. Traduits de l'allemand et présentés par François Mathieu. Ed. Laurence Teper, 248 p

LA LIBERTÉ ET DU JUGEMENT
AINSI, LA PROTECTION MORALE N'EST PAS UN PROTECTION JURITIQUE.
L'ÉTHIQUE, L'ÉCOUTE ET LA JUSTICE SONT LES VERTUES
QUI PERMETTRONT D'EVOLUER DANS LE TEMPS, LE SAVOIR ET LE DROIT:
DÉFENDRE LA SOCIÉTE, C'EST ENTENDRE LA PERSONNE.

RAPPORT DE Y'BECCA
ET
MOSAÏQUE
DU CITOYEN TIGNARD YANIS.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 9460
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: Re: Rubén Darío, La Poésie Chilienne et la Synalèphe   Jeu 19 Avr à 10:38

LA RÉSONNANCE ORBITALE ET LA MASSE DANS UN CONTEXTE DE DISTANCE ET D'INFINI.
MERCI, CASSINI ET JUNO... DIT LE TÉLESCOPE HUBBLE.
TAY

Hubble celebrates 28th anniversary with a trip through the Lagoon Nebula [heic1808]

19 April 2018
This colourful cloud of glowing interstellar gas is just a tiny part of the Lagoon Nebula, a vast stellar nursery. This nebula is a region full of intense activity, with fierce winds from hot stars, swirling chimneys of gas, and energetic star formation all embedded within a hazy labyrinth of gas and dust. Hubble used both its optical and infrared instruments to study the nebula, which was observed to celebrate Hubble's 28th anniversary.

Hubble's 28th birthday picture: The Lagoon Nebula. Credit: NASA, ESA, STScI

Since its launch on 24 April 1990, the NASA/ESA Hubble Space Telescope has revolutionised almost every area of observational astronomy. It has offered a new view of the Universe and has reached and surpassed all expectations for a remarkable 28 years. To celebrate Hubble's legacy and the long international partnership that makes it possible, each year ESA and NASA celebrate the telescope's birthday with a spectacular new image. This year's anniversary image features an object that has already been observed several times in the past: the Lagoon Nebula.

The Lagoon Nebula is a colossal object 55 light-year wide and 20 light-years tall. Even though it is about 4000 light-years away from Earth, it is three times larger in the sky than the full Moon. It is even visible to the naked eye in clear, dark skies. Since it is relatively huge on the night sky, Hubble is only able to capture a small fraction of the total nebula. This image is only about four light-years across, but it shows stunning details.

The inspiration for this nebula's name may not be immediately obvious in this image. It becomes clearer only in a wider field of view, when the broad, lagoon-shaped dust lane that crosses the glowing gas of the nebula can be made out. This new image, however, depicts a scene at the very heart of the nebula.

Like many stellar nurseries, the nebula boasts many large, hot stars. Their ultraviolet radiation ionises the surrounding gas, causing it to shine brightly and sculpting it into ghostly and other-worldly shapes. The bright star embedded in dark clouds at the centre of the image is Herschel 36. Its radiation sculpts the surrounding cloud by blowing some of the gas away, creating dense and less dense regions.

Among the sculptures created by Herschel 36 are two interstellar twisters – eerie, rope-like structures that each measure half a light-year in length. These features are quite similar to their namesakes on Earth – they are thought to be wrapped into their funnel-like shapes by temperature differences between the hot surfaces and cold interiors of the clouds. At some point in the future, these clouds will collapse under their own weight and give birth to a new generation of stars.

Hubble observed the Lagoon Nebula not only in visible light but also at infrared wavelengths. While the observations in the optical allow astronomers to study the gas in full detail, the infrared light cuts through the obscuring patches of dust and gas, revealing the more intricate structures underneath and the young stars hiding within it. Only by combining optical and infrared data can astronomers paint a complete picture of the ongoing processes in the nebula.
More information

The Hubble Space Telescope is a project of international cooperation between ESA and NASA.
Contacts

Mathias Jäger
ESA/Hubble, Public Information Officer
Garching bei München, Germany
Tel: +49 176 62397500
Email: mjaeger@partner.eso.org


Last Update: 19 April 2018

http://sci.esa.int/hubble/60177-hubble-celebrates-28th-anniversary-with-a-trip-through-the-lagoon-nebula-heic1808/

Titre : Myrtho
Poète : Gérard de Nerval (1808-1855)

Recueil : Les chimères (1854).

Je pense à toi, Myrtho, divine enchanteresse,
Au Pausilippe altier, de mille feux brillant,
À ton front inondé des clartés d'Orient,
Aux raisins noirs mêlés avec l'or de ta tresse.

C'est dans ta coupe aussi que j'avais bu l'ivresse,
Et dans l'éclair furtif de ton œil souriant,
Quand aux pieds d'Iacchus on me voyait priant,
Car la Muse m'a fait l'un des fils de la Grèce.

Je sais pourquoi là-bas le volcan s'est rouvert...
C'est qu'hier tu l'avais touché d'un pied agile,
Et de cendres soudain l'horizon s'est couvert.

Depuis qu'un duc normand brisa tes dieux d'argile,
Toujours, sous les rameaux du laurier de Virgile,
Le pâle Hortensia s'unit au Myrthe vert !

Title Hubble's 28th birthday picture: The Lagoon Nebula
Released 19/04/2018 4:00 pm
Copyright NASA, ESA, STScI, CC BY 4.0
Description

To celebrate its 28th anniversary in space the NASA/ESA Hubble Space Telescope took this amazing and colourful image of the Lagoon Nebula. The whole nebula, about 4000 light-years away, is an incredible 55 light-years wide and 20 light-years tall. This image shows only a small part of this turbulent star-formation region, about four light-years across.

This stunning nebula was first catalogued in 1654 by the Italian astronomer Giovanni Battista Hodierna, who sought to record nebulous objects in the night sky so they would not be mistaken for comets. Since Hodierna’s observations, the Lagoon Nebula has been photographed and analysed by many telescopes and astronomers all over the world.

The observations were taken by Hubble’s Wide Field Camera 3 between 12 February and 18 February 2018.

Sail across the Lagoon Nebula here.

http://www.esa.int/spaceinimages/Images/2018/04/Hubble_s_28th_birthday_picture_The_Lagoon_Nebula

Titre : Les Cydalises
Poète : Gérard de Nerval (1808-1855)

Recueil : Odelettes (1853).

Où sont nos amoureuses ?
Elles sont au tombeau.
Elles sont plus heureuses,
Dans un séjour plus beau !

Elles sont près des anges,
Dans le fond du ciel bleu,
Et chantent les louanges
De la mère de Dieu !

Ô blanche fiancée !
Ô jeune vierge en fleur !
Amante délaissée,
Que flétrit la douleur !

L'éternité profonde
Souriait dans vos yeux...
Flambeaux éteints du monde,
Rallumez-vous aux cieux !

Les scientifiques ont découvert depuis longtemps qu'il existait des interactions de matière entre l'anneau E de Saturne et Encelade. La question qu'ils se posaient était de savoir si c'était Encelade qui alimentait l'anneau E, ou des particules de l'anneau E qui « retombaient » sur la lune de Saturne. Aujourd'hui, la sonde Cassini vient enfin d'apporter une réponse : ses dernières observations montrent que c'est bien le pôle sud d'Encelade qui éjecte dans l'espace des cristaux de glace.

Par Christophe Olry, Futura.

Spectre du panache d'Encelade (en vert), de l'anneau E de Saturne (en bleu) et de la surface d'Encelade (en rouge) ;
Le spectre du panache d'Encelade présente une forte absorption à 2.9 microns, signature de la présence de glace ;
La signature des particules de glace dans le panache est semblable à celle des cristaux de l'anneau E ;
On trouve également de tels cristaux à la surface d'Encelade, mais de plus gros diamètre.
(Crédits : NASA/JPL)
Des images saisissantes de gerbes de glace sur Encelade

Au cours d'un survol de la lune de Saturne par Cassini, le 26 Novembre dernier, son spectromètre visible et infrarouge a étudié le spectre d'un panache d'Encelade  . Phil Nicholson, professeur d'astronomie à l'université de Cornell et membre de l'équipe du spectromètre, a communiqué les résultats de cette analyse : « "Nous voyons la signature claire de la présence de particules glacées dans le panache : une forte absorption dans la bande des 2,9 microns, alors que le reste du spectre ne présente aucune singularité." »

Les premières analyses indiquent une taille moyenne des particules de l'ordre de 10 microns. Les cristaux présents dans l'Anneau E de Saturne sont quant à eux trois fois plus petits.

Une activité géologique mystérieuse sur Encelade

« "Nous sommes surpris de voir des geysers de glace sur ce petit monde, que nous pensions glacé et mort depuis bien longtemps " » a déclaré Dale Cruikshank, membre de l'équipe du spectromètre. « "Des processus dont nous ignorions l'existence réchauffent le cœur d'Encelade, tout particulièrement dans la région du pôle sud, et engendrent des panaches de particules glacées." »

C'est donc dans des régions striées par les célèbres « griffures du tigre » que naissent ces gerbes de glace. Les scientifiques pensent que la plupart des particules éjectées retombent sur Encelade, mais que celles de faible diamètre alimentent l'anneau E de Saturne : « "Les cristaux les plus petits sont peut-être dispersés par la pression de radiation du soleil et par les interactions avec la magnétosphère de Saturne." » a expliqué à ce sujet Mark Showalter, du SETI Institute. Ainsi, tout porte à croire que l'anneau E de Saturne est maintenu en vie par l'activité géologique d'Encelade et ses panaches de glace.
Encelade et ses célèbres "griffures du tigre" alimentent en glace l'anneau E de Saturne (Crédits : NASA / JPL / Space Science Institute)
Encelade et ses célèbres "griffures du tigre" alimentent en glace l'anneau E de Saturne
(Crédits : NASA / JPL / Space Science Institute)
De fortes présomptions quant au lien entre Encelade et l'anneau E de Saturne

Outre le panache de particules glacées issu de son pôle sud, les images d'Encelade obtenues à l'aide du spectromètre de Cassini montraient la face cachée de la lune se découpant devant l'anneau E de Saturne. Les mesures ont révélé que la signature des cristaux de glace présents dans cet anneau était proche de celle des particules éjectées par Encelade.
Ainsi, il semblerait bien qu'Encelade soit la source qui alimente en glace l'anneau E de Saturne…

https://www.futura-sciences.com/sciences/actualites/astronomie-encelade-alimente-glace-anneau-e-saturne-7850/

MOSAÏQUE DU
CITOYEN TIGNARD YANIS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 9460
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: Re: Rubén Darío, La Poésie Chilienne et la Synalèphe   Ven 20 Avr à 10:06

RÊVER S'EST AFFIRMER, FANTASMER S'EST SE DÉCOUVRIR.
REMARQUE DU CITOYEN TIGNARD YANIS...

Les fièvres de Émile VERHAEREN (1855-1916).

La plaine, au loin, est uniforme et morne
Et l'étendue est vide et grise
Et Novembre qui se précise
Bat l'infini, d'une aile grise.

Sous leurs torchis qui se lézardent,
Les chaumières, là-bas, regardent
Comme des bêtes qui ont peur,
Et seuls les grands oiseaux d'espace
Jettent sur les enclos sans fleurs
Le cri des angoisses qui passent.

L'heure est venue où les soirs mous
Pèsent sur les terres gangrenées,
Où les marais visqueux et blancs,
Dans leurs remous,
A longs bras lents,
Brassent les fièvres empoisonnées.

Parfois, comme un hoquet,
Un flot pâteux mine la rive
Et la glaise, comme un paquet,
Tombe dans l'eau de bile et de salive.

Puis tout s'apaise et s'aplanit ;
Des crapauds noirs, à fleur de boue,
Gonflent leur peau que deux yeux trouent ;
Et la lune monstrueuse préside,
Telle l'hostie
De l'inertie.

De la vase profonde et jaune
D'où s'érigent, longues d'une aune,
Les herbes d'eaux,
Des brouillards lents comme des traînes
Déplient leur flottement, parmi les draines ;
On les peut suivre, à travers champs,
Vers les chaumes et les murs blancs ;
Leurs fils subtils de pestilence
Tissent la robe de silence,
Gaze verte, tulle blême,
Avec laquelle, au loin, la fièvre se promène,

La fièvre,
Elle est celle qui marche,
Sournoisement, courbée en arche,
Et personne n'entend son pas.
Si la poterne des fermes ne s'ouvre pas,
Si la fenêtre est close,
Elle pénètre quand même et se repose,
Sur la chaise des vieux que les ans ploient,
Dans les berceaux où les petits larmoient
Et quelquefois elle se couche
Aux lits profonds où l'on fait souche.

Avec ses vieilles mains dans l'âtre encor rougeâtre,
Elle attise les maladies
Non éteintes, mais engourdies ;
Elle se mêle au pain qu'on mange,
A l'eau morne changée en fange ;
Elle monte jusqu'aux greniers,
Dort dans les sacs et les paniers
Où s'entassent mille loques à vendre ;
Puis, un matin, de palier en palier
On écoute son pas sinistre et régulier
Descendre.

Inutiles, voeux et pèlerinages
Et seins où l'on abrite les petits
Et bras en croix vers les images
Des bons anges et des vieux Christs.
Le mal hâve s'est installé dans la demeure.
Il vient, chaque vesprée, à tel moment,
Déchiqueter la plainte et le tourment,
Au régulier tic-tac de l'heure ;
Et l'horloge surgit déjà
Comme quelqu'un qui sonnera,
Lorsque viendra l'instant de la raison finie,
L'agonie.

En attendant, les mois se passent à languir.
Les malades rapetissés,
Leurs genoux lourds, leurs bras cassés,
Avec, en main, leurs chapelets.
Quittant leur lit, s'y recouchant,
Fuyant la mort et la cherchant,
Bégaient et vacillent leurs plaintes,
Pauvres lumières, presque éteintes.

Ils se traînent de chaumière en chaumière
Et d'âtre en âtre,
Se voir et doucement s'apitoyer,
Sur la dîme d'hommes qu'il faut payer,
Atrocement, à leur terre marâtre ;
Des silences profonds coupent les litanies
De leurs misères infinies ;
Et quelquefois, ils se regardent
Au jour douteux de la fenêtre,
Sans rien se dire, avec des pleurs,
Comme s'ils voulaient se reconnaître
Lorsque leurs yeux seront ailleurs.

Ils se sentent de trop autour des tables
Où l'on mange rapidement
Un repas pauvre et lamentable ;
Leur coeur se serre, atrocement,
On les isole et les bêtes les flairent
Et les jurons et les colères
Volent autour de leur tourment.

Aussi, lorsque la nuit, ne dormant pas,
Ils s'agitent entre leurs draps,
Songeant qu'aux alentours, de village en village,
Les brouillards blancs sont en voyage,
Voudraient-ils ouvrir la porte
Pour que d'un coup la fièvre les emporte,
Vers les marais des landes
Où les mousses et les herbes s'étendent
Comme un tissu pourri de muscles et de glandes
Où s'écoute, comme un hoquet,
Un flot pâteux miner la rive,
Où leur corps mort, comme un paquet,
Choirait dans l'eau de bile et de salive.

Mais la lune, là-bas, préside,
Telle l'hostie
De l'inertie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 9460
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: Re: Rubén Darío, La Poésie Chilienne et la Synalèphe   Lun 23 Avr à 10:44

TIGNARD YANIS @TIGNARDYANIS
4 h il y a 4 heures
LE ZÉRO S'ÉGOUTTE DANS L'UNIVERS. CERTAINS VEULENT DÉTRUIRE L'ÉCRITURE DE YAHVÉ.
DIEU NE PEUT ÊTRE IMPOSSIBLE CAR IL N'EST PAS DANS LE DOMAINE DE L'IMPROBABLE.
JE SAVOURE CE MYSTÈRE DE LA NATURE MÊME SI MON CŒUR NE COMPRENDS
PAS LA CRUAUTÉ ET LE NARCISSISME DE L'HUMAIN.
TAY

Vers du chats, Mami Wata, La Puissance Suprême et The Tree.
http://leclandesmouettes.bbflash.net/t798-vers-du-chats-mami-wata-la-puissance-supreme-et-the-tree#8843
David Bowie - Heroes.
https://www.youtube.com/watch?v=bsYp9q3QNaQ
ROLAND GARROS, LE PETIT PRINCE ET L'HUMANISTE.
http://leclandesmouettes.bbflash.net/t796-roland-garros-le-petit-prince-et-l-humaniste
Y'becca.
TAY

Une victoire de Y'becca. Les ours forment la famille
de mammifères des ursidés (Ursidae),
de l'ordre des carnivores (Carnivora).
Le Grand panda, dont la classification
a longtemps prêté à débat,
est aujourd'hui considéré comme un ours herbivore
au sein de cette famille.
TAY

Ours noir (Ursus americanus), aussi appelé baribal, est l'ours le plus commun
en Amérique du Nord. Il se rencontre dans une aire géographique qui s'étend
du nord du Canada et de l'Alaska au nord du Mexique, et des côtes atlantiques
aux côtes pacifiques de l'Amérique du Nord.
TAY

Le regard du TAY. L'ours noir d'Asie (Ursus thibetanus),
est appelé, ours du Tibet, ours à collier ou encore ours à collier
du Tibet à cause de la tache en forme de croissant sur son poitrail,
est un ours des montagnes d'Asie, principalement localisé
dans l'Himalaya.
Y'becca.
TAY

MA JÉRUSALEM. Déesse Maât, Roland Garros et le concept de maât par Yahvé.
http://leclandesmouettes.bbflash.net/t797-deesse-maat-roland-garros-et-le-concept-de-maat-par-yahve#8838
ROLAND GARROS, LE PETIT PRINCE ET L'HUMANISTE.
http://leclandesmouettes.bbflash.net/t796-roland-garros-le-petit-prince-et-l-humaniste
Lee Marvin, I was born under... https://www.youtube.com/watch?v=NTymtAbaG08
POUSSIÈRE, TU REDEVIENDRAS POUSSIÈRE.
Y'BECCA.
TAY


TIGNARD YANIS @TIGNARDYANIS
4 h il y a 4 heures
JE PENSE DONC JE SUIS ! CERTAINS DÉTOURNENT MES PROPOS
POUR UNE PRÉTENDUE RÉVOLUTION AUQUEL JE NE DÉSIRE AUCUNEMENT ÊTRE ASSOCIÉ:
IL S'AGIT DU " EN MARCHE DE EMMANUEL MACRON". JE RESPECTE LA RÉPUBLIQUE
ET JE JURE SUR MON HONNEUR QUE JE N'AI JAMAIS FAIT PARTI DE CE MOUVEMENT.
TAY

LE SYMBOLISME DE N.B.C EST LE PAON QUI EST UN ANIMAL QUE J'AIME BIEN.
AVANT KUN FU PANDA, IL Y AVAIT DES PAONS AU JARDIN DES PLANTES DE TOULOUSE.
ON ME DISAIT QUE L'OISEAU ÉTAIT CON PARCE CE QUE IL CHANTAIT
ET JE RÉPONDAIS PARCE QUE TROP INTELLIGENT POUR FAIRE LE PANTALON.
TAY

FAIRE LE PANTALON S'EST FAIRE LE MALIN AUX DÉTRIMENTS DE CELUI
QUI NE PEUT COMPRENDRE OU QUI N'A PAS LES MOYENS DE RÉPONDRE.
MON PLAISIR EST D'INVENTER DES PROVERBES: D'OÙ, MES INTERVENTIONS
POUR CRÉER LE LIEN ENTRE LES MANIFESTANTS ET LES C.R.S:
MA PROMESSE DE PRODUCTIVITÉ.
TAY

LE ZÉRO S'ÉGOUTTE DANS L'ÉVAPORATION ET L'ESPACE SE DÉFINIT DANS LA GÉOGRAPHIE DE L'UNIVERS.
LA GÉOMÉTRIE DONNE LES APPARENCES DE L'INVISIBLE NOTION DE TEMPS DANS LES CIRCONSTANCES DU VERBE.
LE CONCEPT MONTRE LE CONTRASTE DU NOIR DANS LE CONCEPT DE DISTANCE.
TAY

DONC ET AINSI,

Le Fleuve écossais et La Tamise avec le Dragon et le trèfle dans l'aventure mercurienne...
Digne de Galaad et de La République...
Y'BECCA...
TAY


Title BepiColombo plasma simulation
Released 23/04/2018 8:00 am
Copyright ESA/Félicien Filleul
Description

When the Mercury Transfer Module of the BepiColombo mission fires its electric propulsion thrusters an ion beam is extracted. This is created through the ionization of xenon propellant, generating the charged particles that can be accelerated further using an electric field.

Together with gravity assist flybys at Earth, Venus and Mercury, the thrust from the ion beam provides the means to travel to the innermost planet.

After escaping the pull of Earth’s gravity with the Ariane 5 launcher, the spacecraft is on an orbit around the Sun. The transfer module then has to use its thrusters to brake against the mighty pull of the Sun’s gravity. It also has to tune the shape of its orbit in order to make a series of nine gravity assist flybys at the planets before finally delivering the mission’s two science spacecraft into Mercury orbit.

This image is an excerpt from a supercomputer simulation that models the flow of plasma around the spacecraft just after the high energy ion beam is switched on. An outline of the composite spacecraft with its extended solar arrays is included for reference.

The simulation tracks the particles in the beam as well as those that diffuse around the spacecraft, which are created by the interaction of the high energy beam ions with the neutral xenon atoms that also flow out of the thruster. It shows the density of the plasma flowing around the spacecraft and its evolution: red represents high density, blue is low density (see animation for detailed scale).

Although the animation is several seconds long it has been slowed down, representing a mere eight milliseconds of real time – the time necessary for the plasma to reach a steady state.

The simulation was performed to demonstrate that the plasma produced by the thruster is not damaging to the spacecraft: its materials, including solar arrays or instruments, for example, or to the electric propulsion system itself. The simulations also confirmed there are no spurious or dangerous charging events.

Inflight measurements will verify the simulation results and help improve ways in which the generated plasma, spacecraft and space environment interactions can be better modelled.

BepiColombo is a joint endeavour between ESA and JAXA. After their seven-year interplanetary journey, the two science orbiters – the Mercury Planetary Orbiter and the Mercury Magnetospheric Orbiter – will start their main mission to provide the most in-depth study of mysterious Mercury to date.

The spacecraft begin transferring to Europe’s spaceport in Kourou this week, where an intensive period of preparations will ready the mission for launch later this year.

The simulations were performed by Félicien Filleul as part of ESA’s Young Graduate Trainee programme.
Id 392976

http://www.esa.int/spaceinimages/Images/2018/04/BepiColombo_plasma_simulation

LE PROJET SENTINEL 3 B... LE ZÉRO S'ÉGOUTTE DANS L'ÉVAPORATION...
LES NUAGES ET LES MOUVEMENTS...
Y'BECCA...
TAY

23 April 2018

The next Sentinel satellite for Europe’s environmental monitoring Copernicus programme is poised for liftoff from the Plesetsk cosmodrome in northern Russia.

The Sentinel-3B satellite has been at the cosmodrome since mid-March being readied for its ride into space on 25 April at 17:57 GMT (19:57 CEST).

After being sealed from view in the rocket fairing last week, it was rolled out to the launch pad and hoisted into the launch tower at the weekend.

Bruno Berruti, ESA’s Sentinel-3 project manager, said, “This is a real milestone, and an emotional one at that.

“We all bid farewell to ‘our baby’ as it was encapsulated in the Rockot fairing and we are all proud to see that it is now ready and waiting in the launch tower for the big day.
Sentinel-3B - Placement of the mission logos
Positioning fairing sticker

“We have reached this point thanks to dedication and hard work from teams at ESA, the EC, Eumetsat, France’s CNES space agency, industry, service providers and data users.

“And, thanks to Eurockot and Khrunichev, the preparation of the Rockot launcher over the last weeks has gone smoothly.”

Sentinel-3B will join its twin, Sentinel-3A, in orbit to systematically monitor Earth’s oceans, land, ice and atmosphere. The pairing of the two satellites optimises coverage and data delivery for Copernicus.

This workhorse mission delivers data within three hours of sensing, 24 hours a day, 365 days a year.
Sentinel-3B on track

While these data are fed primarily into the Copernicus Marine Environment Monitoring Service, all the Copernicus services benefit to produce knowledge and information products in near-real time for a wide range of applications.

The Sentinel-3 mission is essential for applications for ocean and coastal monitoring, numerical weather and ocean prediction, sea-level change and sea-surface topography monitoring, ocean primary production estimation and land-cover change mapping.

http://www.esa.int/Our_Activities/Observing_the_Earth/Copernicus/Sentinel-3/Sentinel-3B_on_launch_pad


Senato Repubblica Compte certifié @SenatoStampa
23 min il y a 23 minutes
#Parleu2017EE. Il Presidente del Senato #AlbertiCasellati oggi e domani
a #Tallinn, alla Conferenza dei Presidenti dei Parlamenti #UE.
Qui all' incontro con il Presidente del #ParlamentoEuropeo #Tajani e il Presidente
del #Bundestag #Schauble 🇪🇺🇮🇹🇩🇪 #FutureofEurope

Sade - Smooth Operator - ( Alta Calidad )...
https://www.youtube.com/watch?v=_95UuA93k18

MOSAÏQUE DU
CITOYEN TIGNARD YANIS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Rubén Darío, La Poésie Chilienne et la Synalèphe   

Revenir en haut Aller en bas
 
Rubén Darío, La Poésie Chilienne et la Synalèphe
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» kisa ki pale O Chili
» Daràn Arendil [terminée]
» Daràn Arendil links
» La Fête du Couronnement, 1er Rubéen

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le clans des mouettes :: Le clans des mouettes-
Sauter vers: