Le clans des mouettes

ainsi est la force.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Le Mont Garizim, Les Larmes de l'Agneau, Le Loup et פֶּסַח

Aller en bas 
AuteurMessage
yanis la chouette



Nombre de messages : 8924
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: Le Mont Garizim, Les Larmes de l'Agneau, Le Loup et פֶּסַח   Sam 31 Mar à 4:21

Nissan (en hébreu : נִיסָן ; amharique : lissan) est le 7e mois de l’année civile (le 8e mois lors des années embolismiques) et le 1er mois de l’année ecclésiastique (à partir de laquelle se comptent les fêtes) du calendrier hébraïque.

C'est un mois printanier « plein » (de 30 jours). Il a généralement lieu entre les mois de mars et d'avril du calendrier grégorien.

TIGNARD YANIS @TIGNARDYANIS
13 h il y a 13 heures

LE PLUS TERRIBLE, C'EST DE VOIR DES GENS PRENDRE PLAISIR À CEUX QUI ONT ÉCHOUÉ SANS AVOIR PERDU LA RÉALITÉ ET L'ÉVOLUTION: L'HYPOCRISIE EST DE FAIRE LA FÊTE EN SACHANT QUE LE MALHEUR ÉTAIT ÉVITABLE SI IL N'Y AVAIT PAS EU CET ATTRAIT DE L'IDÉE ÉTABLIE.
TAY

LES MOUVEMENTS SONT IMPERTURBABLE ET ILS CONTINUENT LEURS ÉVOLUTIONS VERS LA RÉALITÉ; TOUS CES PHÉNOMÈNES CIRCULAIRES QUI SE TRANSFORMENT EN DES MOMENTS AFIN DE DEVENIR DES ASPECTS: LES MOTS DEVIENNENT DES ACTES ET LES CHIFFRES SE MUENT EN DES ÉVÉNEMENTS.
TAY

Antonyme sacrifice
Nom masculin

crime
contentement
Joie et Pardon
Définition sacrifice
Origine : (latin sacrificium, de sacrificare, sacrifier)

Offrande à une divinité et, en particulier, immolation de victimes.
Effort volontairement produit, peine volontairement acceptée dans un dessein religieux d'expiation ou d'intercession.
Renoncement volontaire à quelque chose, perte qu'on accepte, privation, en particulier sur le plan financier : Faire de grands sacrifices pour ses enfants.

Synonymes sacrifice

abandon
abattage
abnégation
dépense
désintéressement
dessaisissement
dévouement
don
don de soi
hécatombe
héroïsme
holocauste
hostie
immolation
libation
lustration
messe
oblation
oblativité
offrande
offre
privation
propitiation
rabais
renoncement
renonciation
résignation
taurobole


TIGNARD YANIS @TIGNARDYANIS
8 h il y a 8 heures
LA BANDE DE GAZA FAIT PARTIE DE LA COMMUNAUTÉ PARLEMENTAIRE DE LA PALESTINE. LA NATURE APPELLE À DES BASES SOCIALES ET MILITAIRES ENTRE LES DEUX NATIONS: LE SECOURISME APPELLE À CELA DEPUIS DES DÉCENNIES MAIS LES EXÉCUTIFS DEPUIS DIX ANS SE BUTTENT À DES ENJEUX ÉLECTORAUX.
TAY

DES DESTINS ET DES DÉSERTS DANS LA SITUATION DE LA BANDE DE GAZA. LA NATURE ET LA CONSCIENCE CONSTRUISENT LES DESTINÉES DE DEMAIN. LA DEMEURE ET LA DÉMOCRATIE DOIVENT ÊTRE UNE ET PLURIEL DANS LE PRINCIPE DE NATIONS: LA DIGNITÉ ET L'HONNEUR.
TAY

DANS CETTE MANIFESTATION DE LA BANDE DE GAZA, IL Y A DES MANOEUVRES SUR LES MANIFESTANTS MAIS DANS CES MOMENTS, IL FAUT SAVOIR FAIRE ÊTRE LUCIDE ET CONCRET: LA LUCIDITÉ DOIT SE PORTER POUR L'INTÉRÊT ET L'INSTANT DANS L'INFINI DE L'HISTOIRE DE ISRAËL ET DE LA PALESTINE.
TAY

MANIFESTATION QUI VIENT DE LA RUE ET QUI VEUT ÊTRE REPRISE PAR DES FRACTIONS POLITIQUES ET RELIGIEUSES COMME AUX PRINTEMPS ARABES: IL Y A DU VRAI DANS LA CONDITION DE VIVRE DES MANIFESTANTS: LA MISÈRE VIENT D'ISRAËL ET DE LA PALESTINE PAR LEURS POSITIONS AUX PROCHES-ORIENTS.
TAY

PEUPLES, ON PEUT CONDAMNER LES VIOLENCES ET LA RÉPRESSIONS DANS LA BANDE DE GAZA MAIS LA POPULATION PRÉFÈRE DES SOLUTIONS FACE AUX POLITIQUES DE SOURDS ENTRE LES DEUX NATIONS ET DEVANT LES DIVISIONS RELIGIEUSES PORTÉES PAR LA RANCŒUR.
TAY

DANS CES MANIFESTATIONS EN LA BANDE DE GAZA, IL N'Y A AUCUN CARACTÈRE SACRÉ. IL Y A UNE VOLONTÉ DE MEILLEUR VIVRE DANS SA LOCALITÉ ET UNE VOLONTÉ DE MIEUX CIRCULER DANS LE TRAIN ET LE MONDE: PLUS QU'UN MOUVEMENT DE LIBERTÉ, C'EST UNE ENVIE DE VIVRE.
TAY

LA RÉPUBLIQUE D'ISRAËL COMPRENDS CETTE LIBERTÉ DE VOULOIR VIVRE CAR SE BATTANT DEPUIS DES SIÈCLES POUR Y PARVENIR: LE PEUPLE D'ISRAËL AIME SA RÉPUBLIQUE ET POUR ÊTRE À SES YEUX, IL FAUT RECONNAÎTRE À SON ENTITÉ D'AVOIR UNE LÉGITIMITÉ ET UNE ÂME.
TAY

Y'BECCA ET LE SILENCE ONT ENTENDU LE CRI DE GAZA ET LA PEUR D'ISRAËL. LA RÉPUBLIQUE DE L'OLIVIER MONTRE SES RESPONSABILITÉS À LA RÉPUBLIQUE D'ISRAËL ET À LA COMMUNAUTÉ PARLEMENTAIRE DE LA PALESTINE: LA NATURE ET LE SOUFFLE NE TOLÈRENT PAS LA FAIM ET LA SOIF EN SON SEIN.
TAY

EN L'AMALGAME, L'AMANDE PRENDS SOURCE DANS L'ÉMOTION ET L'AMOUR. LE SOUFFLE DE L'OBSCURITÉ SOUFFLE SUR GAZA, LA CISJORDANIE ET ISRAËL MAIS Y'BECCA ET LE SILENCE SONT LES SENTIMENTS DES MURMURES ET DES SOUFFLES: UN PEUPLE EST ENTRAIN DE NAÎTRE ET Y'BECCA EN EST LA SAGE-FEMME.
TAY

L'UNIVERS ET L'INFINI OU LES MOUVEMENTS DANS LA NATURE.
Y'BECCA.
TAY
Proba-1 view of the Great Pyramids and others situations !
http://www.esa.int/Highlights/Week_In_Images_26_30_March_2018

RAPPORT ET SENTIMENTS
DU
CITOYEN TIGNARD YANIS
DANS
Y'BECCA.

MA CONVICTION EST BASÉ SUR LE RESPECT DE DIEU ET LA LAÏCITÉ EST LE GLAIVE DE LA PENSÉE DE DIEU AUQUEL CERTAINS VEULENT SE FAIRE LA PAROLE ALORS QU'ILS NE SONT QUE DES USURPATEURS.
LE SOUFFLE SE BASE DANS LE HASARD; LA CONNAISSANCE NOUS DONNE LES BASES DE L'INJUSTICE ET L'HUMEUR DÉMONTRE PLUS DES DIVERSITÉS DE LA FEMME ET DE L'HOMME QUI BALANCE ENTRE LA VERTU ET LA PERVERSITÉ...
LA NATURE ET LE DESTIN NE S’ÉTABLISSENT PAS EN FONCTION DE SACRIFICES ET NI PAR DES ACTES DE LA REALITE.
IL Y A LE HASARD DE LA RENCONTRE DANS LE CONTEXTE DU BONHEUR ET DU MALHEUR...
NOUS SOMMES DANS LE CONTEXTE DE SURVIE ET CHACUN PRENDS L'ANALYSE QUI CORRESPONDS AUX PULSIONS QU'IL ABRITE DANS SON SEIN: LA MÉDITATION, LA PRIÈRE ET LE CRI PERMETTENT D'APERCEVOIR LE REFLET DE SON AME...
EN AUCUN, LE SACRIFICE D'UN ANIMAL NE PERMET DE DESCELLER CES PENSÉES QUI SONT AUX INTÉRIEURS DES INDIVIDUS.
LE SANG NE PROVOQUE QUE LA CONFUSION DANS L’AMALGAME ET L'HARMONIE...

PENSÉES
DU
JUGE "SUPRÊME" DE LA RÉPUBLIQUE DE L'OLIVIER
OU
TAY
La chouette effraie

OSMOSE ET REGARDS AUX PULSIONS DANS L'HARMONIE PAR LE
CITOYEN TIGNARD YANIS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 8924
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: Re: Le Mont Garizim, Les Larmes de l'Agneau, Le Loup et פֶּסַח   Jeu 5 Avr à 3:11

EN POLITIQUE LORSQUE
LA CHOSE PUBLIQUE
DEVIENT COMMUNÉMENT
UNE HISTOIRE PERSONNELLE;
C'EST LE COMMENCEMENT DE LA FIN
ET LE DÉBUT DE LA DÉCLINAISON:
L'ORIGINE ET L’ÉVOLUTION,
LA CLARTÉ ET LA LUMIÈRE,
L'INFINI ET L'UNIVERS
L'OMBRE ET L’OBSCURITÉ,
LE DÉTAIL ET LE SAVOIR
ET LA MASSE ET LE VIDE...
TAY


Minouska.KounakDenat @minouska_kounak
17 min il y a 17 minutes
ANTHROPOLOGIES, BIG BANG ET BIOLOGIES;
DÉCLINAISON, VARIATIONS, RACINES, GRAINE:
DANS CHAQUE DÉCLINAISON DE MOTS, DE SANG,
D'ÉLECTRICITÉ ET DE SÈVE; IL Y A UN POSSÈDE
QUI DÉTIENT UNE MULTITUDE DE VARIATIONS LIÉE
AUX VARIATIONS  D'UNE GRAINE ISSUE
D'UNE ÉVOLUTION D'ADN'S'.
TAY


Minouska.KounakDenat @minouska_kounak
10 min il y a 10 minutes
Cézanne peint.
https://www.youtube.com/watch?v=NkfLDwaEMrM
Système solaire fût, il y a 4,55 milliards d'années.
http://www.evolution-biologique.org/
L'apparition de notre espèce était-elle inévitable ?":
dit Yahvé le laïc dans un signe de croix face l’Église
Orthodoxe en l'avenue Grande Bretagne de Toulouse.
TAY

France Gall ~ Diego libre dans sa tête.
https://www.youtube.com/watch?v=aTLJ8A4qYAI
les nouveautés de Mars: Nous continuons notre étude
des Trilobites en abordant l'alimentation.
ADN mitochondriaux dans la partie "sélection naturelle":
https://www.youtube.com/watch?v=Z2OawuAcIF4
Mon paradis et ses aurores boréales.
TAY


TIGNARD YANIS @TIGNARDYANIS 9 min
EN POLITIQUE LORSQUE
LA CHOSE PUBLIQUE
DEVIENT COMMUNÉMENT
UNE HISTOIRE PERSONNELLE;
C'EST LE DÉBUT DE LA FIN
ET LE DÉBUT DE LA DÉCLINAISON:
L'ORIGINE ET L’ÉVOLUTION,
LA CLARTÉ ET LA LUMIÈRE,
L'INFINI ET L'UNIVERS
L'OMBRE ET L’OBSCURITÉ,
LE DÉTAIL ET LE SAVOIR
ET LA MASSE ET LE VIDE...
TAY


TIGNARD YANIS @TIGNARDYANIS 9 min
EN POLITIQUE LORSQUE
LA CHOSE PUBLIQUE
DEVIENT COMMUNÉMENT
UNE HISTOIRE PERSONNELLE;
C'EST LE DÉBUT DE LA FIN
ET LE COMMENCEMENT DE LA DÉCLINAISON:
L'ORIGINE ET L’ÉVOLUTION,
LA CLARTÉ ET LA LUMIÈRE,
L'INFINI ET L'UNIVERS,
L'OMBRE ET L’OBSCURITÉ,
LE DÉTAIL ET LE SAVOIR.
TAY


TIGNARD YANIS @TIGNARDYANIS
EN SAVOIR QUAND
LA CHOSE EST
L'HISTOIRE DU PERSONNEL
C'EST LE DÉBUT DU FIL
ET LE COMMENCEMENT DE LA DÉCLINAISON:
L'ORIGINE ET L’ÉVOLUTION,
LA CLARTÉ ET LA LUMIÈRE,
L'INFINI ET L'UNIVERS,
L'OMBRE ET L’OBSCURITÉ,
LE DÉTAIL ET LE SAVOIR.
ET LA MASSE ET LE VIDE
TAY

L'UNIVERS DE MINOUSKA ET LES FABLES DE NAGALÏÉW
PAR
LE CITOYEN TIGNARD YANIS

__________________________

kounak le chat
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 8924
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: Re: Le Mont Garizim, Les Larmes de l'Agneau, Le Loup et פֶּסַח   Mer 16 Mai à 3:31

TIGNARD YANIS @TIGNARDYANIS
16 h il y a 16 heures
LE PEUPLE DU VENEZUELA VIE UNE CRISE ÉCONOMIQUE EFFARANTE
DÛ AUX IDOLÂTRIES POLITIQUES ET À UNE RÉALITÉ QUI L'A CONDUIT
À L'AUTARCIE; LE PÉTROLE COÛTE MOINS CHER QUE L'EAU ET LA FARINE
EST INTROUVABLE POUR LES CLASSES MOYENNES: TUER PAR LA FAIM
EST UN CRIME CONTRE L'HUMANITÉ.
TAY

ON DIT QUE L'OR EST LE MÉTAL QUI RENDS FOU MAIS QUE DIRE DU PÉTROLE:
JE DIRAI QUE C'EST LA FORTUNE QUI ÉVENTRE LA RICHESSE DANS LE SUBCONSCIENT
HUMAIN: DES PAYS ONT ÉTÉ AFFAMÉS PAR CE QUE LEURS RICHESSES DÉTENAIENT
LA FORTUNE. MORALE: LE POUVOIR ET L'AVARICE DÉVORE L'AVIDITÉ.
TAY

JÉRUSALEM SE BATS POUR L'HUMANITÉ ET L'HONNEUR DE SA TERRE ALORS QUE
LES AUTRES SE DISPUTENT SUR LE TERME DE FORTUNE DANS LA RICHESSE:
CE VINGT ET UNIÈME SIÈCLE EST À L'IMAGE DU PASSÉ. MA VALEUR PENSE
QUE L'HOMME N'A PAS ÉVOLUÉ ET IL DEMEURE EN SURSIS AUX ÉVOLUTIONS
DU TEMPS.
TAY

LE SURSIS N'EST PAS LE PROPRE DE LA SURVIE. LA NATURE SE DÉVELOPPE
TEL UNE FOUDRE QUI S'ABAT DANS LE TEMPS: L'HUMANITÉ A PROGRESSÉ
DANS LES VALEURS MAIS ELLE CONSERVE AUSSI D'ANCIENS MAUVAIS RÉFLEXES
DEVANT LES SITUATIONS SURTOUT SI ELLES SONT ANTHROPOLOGIQUES.
TAY

NAGALÏÉW LA MOUETTE AUX YEUX VERTS A VU DES MARÉES NOIRES DÉTRUIRE
CES NIDS ET ELLE ÉPROUVA DE L'EMPATHIE POUR CEUX QUI FURENT VICTIMES
DE CES MALADRESSES MAIS EN VOYANT COMMENT DES PEUPLES SONT AFFAMÉS:
SA RESPONSABILITÉ SE PORTA SUR LE JUGEMENT.
TAY

IL EST CERTAIN QUE L'ATTRAIT DE SURVIE L'EMPORTERA SUR LE SENTIMENT
DE SURSIS: AINSI, LE PETIT POISSON DÉPOUILLE LE REQUIN DE SES PARASITES
MAIS CHEZ L'HUMAIN, IL N'Y A PAS DE COMPLEXITÉ.
TAY

LE TEMPS EST LE TERME ET LE TEXTE EST LE RECUEILLEMENT: LE RECYCLAGE
EST LA NOTION EN LA NATURE ET UNE ÉVOLUTION DANS LE CARACTÈRE HUMAIN.
LA PAUVRETÉ NE PEUT PLUS ÊTRE UNE CIRCONSTANCE DE POLITIQUE CAR
LE PROPRE DE LA POLITIQUE EST L'ÉVOLUTION DU PEUPLE: CELA EST L'ÉTHIQUE.
TAY



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 8924
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: Re: Le Mont Garizim, Les Larmes de l'Agneau, Le Loup et פֶּסַח   Ven 18 Mai à 8:40

Comté de Sør-Trøndelag....

Pendant la grossesse a lieu un chamboulement hormonal dans le corps de la future maman.

Vous avez dû remarquer qu’il n’est pas sans conséquence !

Savez-vous à quoi servent exactement les hormones ?

En fait ce sont des messagers, leur rôle est toujours le même : transmettre des ordres depuis leur lieu de production jusqu’à leur cible (un organe du corps). Une fois libérées dans le sang, les hormones se mettent à la recherche de l’organe en question, puis une fois trouvé, elles s’y fixent et transmettent l’ordre qu’elles ont reçu.

Tout débute lors de la fécondation…

Suite au largage de l’ovule, le follicule devient un corps jaune. S’il y a un rapport sexuel, l’ovule va rencontrer un spermatozoïde et un embryon sera créé. L’embryon peut alors s’ancrer dans la paroi utérine. C’est le déclenchement d’un grand bouleversement hormonal ! Pendant neuf mois, des hormones sont produites en très grandes quantités afin de permettre le développement et la nutrition du fœtus.

Et le ballet commence…

Dès les premiers jours qui suivent la fécondation, la gonadotrophine chorionique humaine (HCG) est secrétée en grande quantité. Elle va permettre de maintenir le corps jaune. Ce dernier va ainsi pouvoir continuer de produire des œstrogènes et de la progestérone qui vont permettre le maintien de l’embryon et l’arrêt des règles pour les 9 prochains mois. L’HCG est bien connue car c’est l’hormone de la grossesse qui va être dosée lors du test de grossesse s’il est positif. C’est la grande quantité de HCG qui en général va entraîner les nausées… Heureusement, dès le troisième mois le taux d’HCG diminue avec les nausées (ouf) !

La progestérone est produite en grande quantité tout au long de la grossesse, par le corps jaune, puis par le placenta. Elle va permettre l’implantation de l’embryon et l’épaississement de la paroi utérine. Avec l’œstrogène, elles vont favoriser le développement des seins et la préparation à la lactation. La progestérone entraîne également le relâchement des muscles lisses : l’intestin et le cœur deviennent paresseux, ce qui peut entraîner constipation et évanouissement. Mais rassurez-vous, il n’y a pas que des inconvénients car c’est grâce à la progestérone que vous viennent ces sentiments de plénitude et d’épanouissement…enceinte, vous êtes zen…

L’œstrogène voit son taux exploser lors de la grossesse, il peut être multiplié par 1000 ! Cette hormone permet l’accroissement du volume sanguin nécessaire à l’alimentation de bébé en nutriments et oxygène. Le petit inconvénient est que l’œstrogène peut provoquer de la rétention d’eau. Au plus fort de sa sécrétion, aidé du soleil, il peut favoriser le fameux « masque de grossesse » et des boutons disgracieux…Heureusement, le pouvoir hydratant des œstrogènes donne dans la majorité des cas une peau d’ange et des cheveux volumineux et brillants (on en a parlé ici )…et une ligne brune (ou blonde) sur le ventre !

Lors de l’accouchement le taux de progestérone chute brusquement, de même que ses effets relaxants : les contractions peuvent commencer. D’autres hormones interviennent pour aider à la libération du nouveau-né : l’ocytocine entraîne les contractions, l’endorphine maintien la douleur supportable, enfin, un pic d’adrénaline en phase finale permet la délivrance.

Une fois l’accouchement terminé, les taux d’hormones vont progressivement revenir à la normale, à l’exception de la prolactine qui permet l’allaitement, dans le cas où maman allaite bébé.

Maintenant que vous connaissez la raison exacte de tous ces bouleversements, vous pourrez dire que c’est bien la faute aux hormones !

DONC,

Bangka est une île d'Indonésie située au large de la côte orientale de Sumatra.

Bangka forme, avec sa voisine Belitung, la province des îles Bangka Belitung. La ville principale de Bangka est Pangkal Pinang.

Géographie

La superficie de l'île est de 11 910 km².
Le temple chinois de Fuk Tet Che dans le village d'Air Duren
Démographie

Sa population était de 960 692 habitants en 2010.
Histoire

Le Mahâniddesa, ouvrage bouddhique écrit en pâli vers la fin du IIIe siècle, mentionne le nom de Vanka. Bangka semble donc être connue par les Indiens à l'époque1.
L'inscription de Kedukan Bukit
L'inscription de Kota Kapur

Il semble que le village de Kota Kapur à Bangka ait été au VIe siècle le site d'un État qui pratiquait le culte de Vishnou2. C'est en outre à Kota Kapur qu'on a trouvé une inscription en vieux-malais, datée de 686, qui contient une imprécation au nom de la kadatuan (« principauté », du malais datu, « chef ») de Sriwijaya contre ceux qui violent sa loi. L'inscription de Kota Kapur est une des trois trouvées en Indonésie, qui attestent de l'existence de ce puissant État, qui du VIIIe au XIIIe siècles, a contrôlé le trafic maritime dans le détroit de Malacca.

En 1710, la VOC (Compagnie néerlandaise des Indes orientales) découvre de l'étain à Bangka. Elle essaie d'obtenir du sultan de Palembang le monopole de son exploitation. Celle-ci sera assurée par des mineurs chinois.

Bangka est cédée aux Anglais par le sultan en 1812. En 1814, les Anglais l'échangent avec les Hollandais contre la ville de Cochin en Inde. En 1861, l'exploitation est reprise par le gouvernement colonial. Il sera finalement confié en 1924 à la société minière britannique Billiton.
Administration

L'île est divisée en quatre kabupatens et une kota :

Bangka ;
Bangka occidental ;
Bangka central ;
Bangka du Sud ;
Pangkal Pinang.

Économie
Ouvriers dans une mine d'étain en 1930
Cette section est vide, insuffisamment détaillée ou incomplète. Votre aide est la bienvenue ! Comment faire ?

L'île de Bangka est surtout connue pour l'exploitation de minerai d'étain. Un tiers de la production mondiale d'étain provient de Bangka. L'extraction du minerai est pour la majorité faite de manière illégale, et l'étain est revendu sur un marché noir très organisé. Cette extraction illégale ravage l'île, et lui donne un aspect lunaire. Une réglementation des mines existe, mais même PT Timah, l'entreprise publique minière indonésienne, ne la respecte pas. Des cratères de la taille de terrains de football criblent le sol de l'île3.

Bangka, peuplée d'un million d'habitants, abrite la plus grande réserve au monde de cassitérite, un minéral composé de dioxyde d'étain4. Des milliers d'hommes y descendent dans l'océan sans véritable protection, pour quelques euros par jour5. alors que la tonne de dioxyde d'étain peut valoir jusqu'à 30 000 euros4. Un téléphone portable a besoin de 1 à 10 grammes d'étain. Une tablette ou un ordinateur portable en contiennent près de 30 grammes4.
Notes et références

↑ Nadine Dalsheimer et Pierre-Yves Manguin, "Visnu mitrés et réseaux marchands en Asie du Sud-Est : nouvelles données archéologiques sur le Ier millénaire apr. J.-C.", Bulletin de l'École française d'Extrême-Orient, Tome 85, 1998, pp. 87-123, p. 97
↑ Nadine Dalsheimer et Pierre-Yves Manguin, p. 101
↑ « Ecocide : L’étain meurtrier » [archive], sur Lemonde.fr, 7 février 2015 (consulté le 9 février 2015)
↑ a, b et c "Bangka, l'île indonésienne sacrifiée au nom de la poudre d'étain", par Nicolas Bertrand et Thomas Donzel - France 2 [1] [archive]
↑ En Indonésie, ils risquent leur vie pour l'étain des smartphones », par l'AFP, le11 janvier 2017, sur le site de Sciencesetavenir [2] [archive]

Géographie
Pays Drapeau de l'Indonésie Indonésie
Archipel îles de la Sonde
Coordonnées 2° 15′ S, 106° 00′ E
Superficie 11 910 km2
Géologie Île continentale
Administration
Provinces Îles Bangka Belitung
Démographie
Population 960 692 hab. (2010)
Densité 80,66 hab./km2
Plus grande ville Pangkal Pinang
Autres informations
Découverte Préhistoire
Fuseau horaire UTC+7

Les bienfaits des plantes aromatiques et médicinales pendant et après la grossesse.


Grossesse et compagnie
Les bienfaits des plantes aromatiques et médicinales pendant et après la grossesse
12 juillet 2013
plantes aromatiques_900x600
0
0
15
0

Il y a quelques temps, Omum était à la fête de la parentalité, chez nous, en Gironde ! On y a rencontré un cultivateur de saveurs bios (tisanes, aromates…) très sympa, Benoît Dima, qui a accepté de vous livrer ses secrets sur les bienfaits des plantes pendant et après la grossesse ! Benoît, la parole est à vous ! Tout au long de ces neuf mois, l’utilisation de plantes permet aux femmes enceintes de vivre plus sereinement. Petit tour d’horizon sur les plantes incontournables aux effets préventifs et curatifs. Les essentielles

Certaines plantes sont recommandées dès le début de la grossesse et sont utiles même au-delà de l’accouchement. Indispensables pour accompagner les futures mamans, elles peuvent être mélangées à d’autres plantes.

L’ortie est la plante bénéfique à chaque étape de la grossesse. On ne pourrait se passer de ses feuilles riches en calcium, en fer, en vitamine C et en chlorophylle. Cette plante se prend en tisane pour s’assurer d’un bon taux de fer sanguin. Elle prévient donc l’anémie et la pré-éclampsie*. Sa richesse minérale atténue les crampes aux jambes et autres spasmes musculaires. Elle sera utilisée lors de tout genre de saignement, pour soulager les hémorroïdes et l’œdème. Lors de l’allaitement, l’ortie favorise la production de lait. La mélisse, quant à elle, apaise la maman tout au long de la grossesse et après l’accouchement. Douce et citronnée, elle est la plante par excellence qui facilite la digestion souvent difficile en fin de grossesse. Elle soulage les brûlures d’estomac et toutes formes de malaises digestifs. Les plantes médicinales du stress L’utilisation de certaines plantes peut aider à retrouver quiétude et tranquillité. La verveine citron est une plante aux multiples propriétés, très populaire. Les feuilles sont très utilisées en tisane pour leurs propriétés digestives et calmantes. Elle est réputée pour aider à l’endormissement et favoriser un sommeil récupérateur. De plus, son parfum, frais et acidulé, en fait un aromate qui entre dans la composition de nombreux plats salés ou sucrés. Alors pourquoi ne pas se bichonner autour d’un bon repas ? Problèmes digestifs

La menthe poivrée est un bon remède contre les nausées sans vomissement. De plus, elle favorise la digestion et diminue l’effet de lourdeur que l’on peut ressentir après le repas. Elle peut aussi bien être consommée en tisane qu’en aromate. Pour une digestion plus légère, la sarriette est à ajouter dans les plats. Très bon tonique digestif, elle agrémente les légumineuses (riches en fer), les viandes et les salades. De plus, ses propriétés toniques font d’elle un bon moyen de prévention des états de fatigue générale. Ne pas oublier que la menthe, la verveine, le fenouil et surtout la mélisse sont aussi d’excellentes compagnes pour faciliter la digestion de futures mamans ! La préparation à l’accouchement

Afin de bien se préparer à l’accouchement, il est possible de prendre des infusions de feuilles de framboisier dès les premières contractions. Le framboisier prépare le corps de la femme à la naissance de son enfant. Ses feuilles sont riches en calcium et il est un bon tonique utérin. Lors de l’accouchement, les contractions seront plus efficaces et moins douloureuses et la délivrance du placenta sera facilitée. L’action du framboisier peut être renforcée par la Verveine officinale. L’allaitement

Pendant l’allaitement, il est indispensable de s’hydrater correctement. Boire régulièrement des tisanes ne peut qu’être bénéfique pour la maman et pour le bébé. Certaines plantes crues favorisent l’allaitement comme les carottes ou le fenouil en jus ou râpés. Plus traditionnellement, on utilise des infusions de fenouil, d’aneth ou de cumin qui présentent de très bons effets galactogènes. La plupart des plantes aromatiques sont susceptibles de donner un goût particulier au lait mais aucune n’est à suspendre. Rien n’empêche les bébés d’apprécier le lait parfumé à l’ail ou aux asperges, bien au contraire ! Les contre-indications pendant la grossesse Même si quelques-unes ne posent aucun problème, il est vivement recommandé de ne prendre aucune huile essentielle de plantes lors d’une grossesse. De plus, certaines plantes sont aussi à éviter comme par exemple la sauge. Son activité œstrogénique la rend précieuse pour soulager certains troubles associés à la ménopause et les règles douloureuses mais elle est totalement contre-indiquée pour les femmes enceintes et celles qui allaitent. Le romarin est aussi à éviter car il présente des propriétés neurotoxiques et abortives à fortes doses. Il est temps de préparer ses tisanes ! La préparation en elle-même des tisanes est la première étape. Prendre soin de soi, prendre du temps pour soi. Un petit rituel simple permet de profiter au mieux des bienfaits des plantes médicinales. Il suffit de verser sur les plantes une eau frémissante permettant ainsi de dégager les principes actifs des plantes et laisser infuser environ 7 minutes. Une kyrielle de plantes peuvent accompagner les femmes dans leur grossesse. Leurs bénéfices ne sont plus à prouver. Elles sont source de sérénité et d’harmonie naturelle alors, pourquoi s’en passer ? Merci à Benoît pour ce bel article ! Et pour acheter vos plantes c’est par ici : www.cultivateur-de-saveurs.com *hypertension artérielle gravidique (HTA) qui apparaît dans la deuxième moitié de la grossesse

« Now that I'm gone, I tell you, don't smoke. Whatever you do, just don't smoke. If I could take back that smoking, we wouldn't be talking about any cancer. I'm convinced of that »
« Maintenant que je ne suis plus là, je vous le dis, ne fumez pas. Faites ce que vous voulez mais ne fumez pas. Si je pouvais revenir en arrière et ne pas commencer à fumer, nous ne serions pas en train de parler de cancer. J'en suis convaincu. »
Yul Brynner.

PRIER EST UNE FOI; SACRIFIER EST UNE IDOLÂTRIE...
YAHVÉ, ALLAH ET DIEU OU L’ÉTERNEL DIT AUX INFINIS ET AUX CONSCIENCES:
NON AUX SACRIFICES D'ANIMAUX POUR UN DIEU: CELA IMPLIQUE LA FEMME, L'HOMME ET SES AGNEAUX
CAR CELA EST DE L’IDOLÂTRIE. ON PEUT PRIER MAIS EN AUCUN CAS, SACRIFIER MÊME EN MON NOM.
PENSÉES ET SENTIMENTS
DU CITOYEN TIGNARD YANIS
ALIAS
TAY
La chouette effraie

_________________
Kounak le chat....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 8924
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: Re: Le Mont Garizim, Les Larmes de l'Agneau, Le Loup et פֶּסַח   Ven 18 Mai à 9:22


TIGNARD YANIS @TIGNARDYANIS
5 h il y a 5 heures
En réponse à @KnessetIL
Le clans des mouettes.
AL FATIHA ET LA BREBIS OU NON AUX SACRIFICES D'ANIMAUX.
http://leclandesmouettes.bbflash.net/t817-al-fatiha-et-la-brebis-ou-non-aux-sacrifices-d-animaux#8953
Dead Can Dance - Ulysses.
https://www.youtube.com/watch?v=2Uk3sExKtao
Laniakea Supercluster, Lucila Godoy Alcayaga et Galaxy.
http://leclandesmouettes.bbflash.net/t816-laniakea-supercluster-lucila-godoy-alcayaga-et-galaxy
Y'BECCA.
TAY

Olav (Olavson) Bjaaland (5 mars 1873 - 8 juin 1961) est un Norvégien champion de ski et l'un des premiers hommes à atteindre le pôle Sud, avec l'équipe de l'expédition Amundsen.
Y'BECCA.
TAY

« le capitaine Scott a laissé une réputation d'honnêteté, de sincérité, de bravoure et de tout ce qui fait un homme ». de Roald Amundsen Apsley George Benet Cherry-Garrard (né le 2 janvier 1886, mort le 18 mai 1959) est un explorateur polaire britannique du continent antarctique.
Y'BECCA.
TAY

Les Mentawai (ou encore Mentawei, Mentawaï ou Mentawi) sont la population autochtone des îles Mentawai situées au large de la côte ouest de la province de Sumatra occidental, en Indonésie. On les appelle aussi « hommes-fleurs » car, pour eux, la beauté est une chose essentielle.
Y'BECCA.
TAY

Teoreun (le chamane) va préparer le poison de la chasse avec des feuilles, des écorces, des racines toxiques, puis du piment: Teoreun enduit les flèches avec le poison et cette fabrication n'est jamais pratiquée devant les enfants car toute imitation pourrait être mortelle.
Y'BECCA.
TAY

Le 8 novembre 1911, Prestrud, Stubberud et Johansen étaient partis en direction de la terre du Roi-Édouard-VII. La recherche du point à partir duquel la banquise de la barrière de Ross devenait de la terre recouverte de glace se révéla difficile. Pourtant, le nunatak fut là.
Y'BECCA.
TAY

Comté Sør-Trøndelag.
Un nunatak est une montagne ou piton rocheux s'élevant au-dessus de la glace des inlandsis, champs de glace ou des calottes glaciaires: se trouvent Groenland (chaîne de Watkins, terre de la Reine-Louise) et en Antarctique. FENRIR, TYR ET YAHVÉ.
Y'BECCA.
TAY

Un nunatak (en groenlandais nunataq signifiant « montagne » ou « monticule entièrement recouvert de glace durcie1 ») est une montagne ou piton rocheux s'élevant au-dessus de la glace des inlandsis, champs de glace ou des calottes glaciaires.

Ils se trouvent principalement au Groenland (chaîne de Watkins, terre de la Reine-Louise) et en Antarctique. Ce terme désigne également toute surface non glaciaire entourée de glaciers. Par l'érosion glaciaire qu'ils subissent sur leurs flancs, les nunataks ont très souvent l'aspect de montagnes escarpées aux parois très raides.

Voyage vers le pôle
Barrière et montagnes
Le glacier Axel Heiberg qu'Amundsen emprunta pour accéder au plateau Antarctique.

Malgré sa hâte de repartir, Roald Amundsen attendit jusqu'au milieu du mois d'octobre et les premiers signes du printemps. Il était prêt le 15 octobre mais le mauvais temps le retarda quelques jours120. Le 19 octobre, les cinq hommes avec quatre traîneaux et 52 chiens commencèrent leur périple121. Le temps se dégrada rapidement et dans un épais brouillard, le groupe se retrouva bloqué dans le champ de crevasses que Johansen avait découvert à l'automne précédent122. Wisting rappellera ensuite comment son traineau avec Amundsen à bord avait presque entièrement disparu dans une crevasse lorsque le pont de glace sur lequel ils se trouvaient s'était brisé122.

Malgré ce contretemps, ils couvraient plus de 28 kilomètres par jour et ils atteignirent le dépôt du 82e parallèle sud le 5 novembre. Ils marquaient leur route avec des cairns formés de blocs de glace tous les 5 kilomètres123,124. Le 17 novembre, ils atteignirent la fin de la barrière de Ross et arrivèrent en face de la chaîne Transantarctique. À la différence de Robert Falcon Scott qui suivait la route tracée par Ernest Shackleton le long du glacier Beardmore, Amundsen devait trouver son propre passage à travers les montagnes. Après avoir testé les contreforts durant plusieurs jours et être monté à environ 460 mètres d’altitude, le groupe découvrit ce qui semblait être une voie possible, un glacier escarpé long de 56 kilomètres jusqu'au plateau. Amundsen le nomma le glacier Axel Heiberg du nom de l'un de ses principaux soutiens financiers125,n 7. L'ascension fut plus difficile que prévu et les nombreux détours et la neige épaisse et profonde ralentirent la progression. Après trois jours d'efforts, le groupe atteignit le sommet du glacier125. Amundsen fit à nouveau l'éloge de ses chiens ; le 21 novembre, l'expédition parcourut 27 kilomètres à une altitude de 1 500 mètres126.
Arrivée au pôle Sud
Photographie d'un camp sur le chemin du pôle.

Ayant atteint 3 200 mètres au sommet du glacier, à 85° 36′ S, Amundsen se prépara pour la dernière partie du voyage. Sur les 45 chiens qui avaient réalisés l'ascension (7 étaient morts durant le trajet sur la barrière de glace), seuls 18 furent conservés, les autres étant tués pour leur viande. Chacun des conducteurs de traîneaux tua les chiens de son attelage, les dépeça et divisa la viande entre les hommes et les chiens. Amundsen se rappela « Nous avons appelé cet endroit la Boucherie… Il y avait de la tristesse dans l'air ; nous nous étions profondément attachés à nos chiens »127. Les regrets n'empêchèrent pas l'expédition d'apprécier la profusion de nourriture et Wisting se révéla particulièrement doué dans sa préparation et sa présentation de la viande128.

Le groupe chargea trois traîneaux avec du ravitaillement pour un voyage de 60 jours et laissa le reste des provisions et des carcasses dans un dépôt. Le mauvais temps retarda leur départ jusqu'au 25 novembre lorsqu'ils se remirent prudemment en marche dans un brouillard persistant et sur un terrain inconnu129. Ils avançaient sur une surface gelée parsemée de crevasses et le manque de visibilité les ralentissait. Amundsen appela cette zone « le glacier du Diable ». Le 4 décembre, ils arrivèrent dans une zone où les crevasses étaient dissimulées par des couches de glace et de neige séparées par de l'air, ce qui provoquait, selon Amundsen, un son « creux déplaisant » lorsqu'ils passaient au-dessus. Il baptisa cet endroit « la Salle de Danse du Diable ». Lorsqu'ils atteignirent un sol plus solide plus tard dans la journée, ils se trouvaient au 87e parallèle sud130.

Le 8 décembre, les Norvégiens dépassèrent le record du Farthest South de Shackleton à 88° 23′ S131. Alors qu'ils approchaient du pôle Sud, ils cherchaient tout élément du paysage qui pourrait indiquer qu'une autre expédition les avait précédés. Alors qu'ils campaient le 12 décembre, ils furent momentanément alarmés par un objet noir apparaissant à l'horizon mais il s'agissait uniquement de leurs propres chiens s'étant endormis à l'écart qui avaient été agrandis par un mirage132. Le lendemain, ils campèrent à 89° 45′ S à 28 kilomètres du pôle133. Le 14 décembre 1911, Amundsen et ses camarades se lancèrent dans la dernière ligne droite et ils arrivèrent aux alentours du pôle vers 15 h134. Ils plantèrent le drapeau norvégien et nommèrent le plateau polaire, le « plateau du Roi-Haakon-VII »135. Amundsen ironisa ensuite sur sa réussite : « Jamais aucun homme n'a réalisé un objectif aussi diamétralement opposé à ses souhaits. La zone autour du pôle Nord, que diable, me fascine depuis mon enfance et je me trouve maintenant au pôle Sud. Peut-on imaginer quelque chose de plus fou ? »136

Durant les trois jours qui suivirent, les hommes travaillèrent à marquer l'emplacement exact du pôle Sud ; après les revendications controversées de Frederick Cook et de Robert Peary au nord, Amundsen voulait laisser des preuves irréfutables à Scott137. Après avoir réalisé plusieurs mesures de latitudes à différents moments de la journée, Bjaaland, Wisting et Hassel skièrent dans des directions opposées pour « encadrer » le pôle ; Amundsen raisonna qu'au moins l'un d'entre eux franchirait le point exact138. Finalement l'expédition dressa une tente qu'ils appelèrent Polheim (« Maison du Pôle ») aussi près que possible du pôle véritable que leurs observations le permettaient. Dans la tente, Amundsen laissait des équipements à Scott et une lettre adressée au roi Haakon VII qu'il demandait à Scott de livrer138.
Retour à Framheim

Le 18 décembre, l'expédition entama son retour vers Framheim139. Amundsen était déterminé à retourner à la civilisation avant Scott et à être le premier avec les nouvelles140. Néanmoins, il limita la distance journalière à 28 kilomètres pour ne pas épuiser les chiens. Dans le jour polaire où le Soleil ne se couche pas, le groupe ne se déplaçait que lorsqu'il l'avait dans le dos pour réduire le risque de cécité des neiges. Guidé par les cairns de glace qu'ils avaient construits lors de l'aller, ils arrivèrent à la Boucherie le 4 janvier 1912 et commencèrent leur descente vers la barrière de Ross141. Les hommes à skis « descendaient à tout allure » mais pour les conducteurs de traîneaux, Hanssen et Wisting, la descente était plus difficile ; les traîneaux étaient difficiles à manœuvrer et on ajouta des freins pour éviter de tomber dans des crevasses142.

Le 7 janvier, ils atteignirent le premier de leurs dépôts sur la barrière de Ross143. Amundsen considéra qu'ils pouvaient accélérer et les hommes prirent l'habitude de voyager sur 27 kilomètres, de se reposer six heures et de repartir144. À ce rythme, ils couvraient environ 57 kilomètres par jour et arrivèrent à Framheim le 25 janvier à 4 h. Sur les 52 chiens au départ, 11 avaient survécu et tiraient deux traîneaux. L'aller-retour jusqu'au pôle Sud avait duré 99 jours, 10 de moins que prévu, et ils avaient parcouru 3 440 kilomètres145.
Informer le monde

À son retour, Roald Amundsen ne laissa pas son équipe se reposer. Après un dîner d'adieu dans la cabane, l'expédition embarqua les chiens survivants et les équipements les plus importants dans le Fram qui quitta la baie des Baleines le soir du 30 janvier 1912. La destination était Hobart en Tasmanie. Durant la traversée de cinq semaines, Amundsen prépara ses télégrammes et rédigea le rapport qu'il donnerait à la presse146. Le 7 mars, le navire arriva à Hobart où Amundsen apprit rapidement que l'on n'avait encore aucune nouvelle de Scott. Il envoya immédiatement des télégrammes à son frère Leon, à Fridtjof Nansen et au roi Haakon VII de Norvège pour les informer du succès de l'expédition. Le lendemain, il télégraphia le rapport complet du périple au journal Daily Chronicle de Londres auquel il avait vendu les droits exclusifs147. Le Fram resta à Hobart durant deux semaines où il fut rejoint par l’Aurora de Douglas Mawson qui s'y trouvait dans le cadre de l'expédition antarctique australasienne148.
Autres réussites de l'expédition
Exploration vers l'est

Le 8 novembre 1911, Prestrud, Stubberud et Johansen étaient partis en direction de la terre du Roi-Édouard-VII149. La recherche du point à partir duquel la banquise de la barrière de Ross devenait de la terre recouverte de glace se révéla difficile. Le 1er décembre, le groupe repéra pour la première fois ce qui était sans équivoque une trace de terre ferme, un nunatak dont la position avait été repérée par Scott lors de l'expédition Discovery en 1902150. Après avoir atteint ce point, ils collectèrent des échantillons de roches et de mousses et explorèrent brièvement les alentours avant de retourner à Framheim le 16 décembre151. Ils étaient les premiers à poser le pied sur la terre du Roi-Édouard‑VII152.
Le Fram et le Kainan Maru
Le Kainan Maru des explorateurs japonais.

Après avoir quitté la baie des Baleines le 15 février, le Fram se rendit à Buenos Aires où il arriva le 17 avril153. Nilsen apprit alors que les fonds de l'expédition étaient épuisés et qu'une somme mise de côté pour couvrir les besoins du navire n'existait pas. Don Pedro Christopherson, un ami d'Amundsen, remplit alors sa promesse de fournir du ravitaillement et du carburant154. Le Fram partit en juin pour réaliser des travaux océanographiques entre l'Amérique du Sud et l'Afrique qui durèrent trois mois155. Il retourna à Buenos Aires en septembre pour se réapprovisionner avant de partir vers le Sud le 5 octobre. Les forts vents et la mer tempétueuse prolongèrent le trajet mais il arriva dans la baie des Baleines le 9 janvier 1912156. Le 17 janvier, les hommes à Framheim furent surpris de la présence d'un autre navire ; il s'agissait du Kainan Maru, transportant l'expédition antarctique japonaise menée par Shirase Nobu157. La barrière de la langue empêcha une communication efficace mais les Norvégiens déduisirent que les Japonais se rendaient vers la terre du Roi-Édouard‑VII158. Le Kainan Maru repartit le lendemain et ils déposèrent un groupe le 26 janvier sur la terre du Roi-Édouard‑VII. Il s'agissait du premier débarquement sur cette côte car les tentatives antérieures menées par le Discovery (1902), le Nimrod (1908) et le Terra Nova (1911) avaient toutes échoué159.
Conséquences
Réactions contemporaines
Roald Amundsen en 1913.

À Hobart, Amundsen reçut des télégrammes de félicitation de la part, entre autres, de l'ancien président américain Theodore Roosevelt et du roi George V du Royaume-Uni. Le roi exprima sa satisfaction de voir que la première escale d'Amundsen à son retour était le sol de l'Empire britannique. En Norvège, la nouvelle fit les gros titres des journaux et le drapeau national fut levé dans tout le pays. Tous les participants de l'expédition reçurent la médaille norvégienne du pôle Sud (Sydpolsmedaljen) créée par le roi Haakon VII pour commémorer l'exploit160. Cependant le biographe d'Amundsen, Roland Huntford, fit référence au « froid derrière les acclamations » ; il restait un certain malaise concernant les méthodes employées. Un journal norvégien exprima son soulagement quant au fait qu'Amundsen avait découvert une nouvelle voie et n'avait pas empiété sur le chemin de Scott depuis le détroit de McMurdo161.

En Grande-Bretagne, les réactions de la presse à la victoire d'Amundsen furent modérées mais généralement positives. Aux côtés des rapports enthousiastes du Daily Chronicle et de The Illustrated London News, qui portaient un intérêt particulier au succès d'Amundsen, le Manchester Guardian remarqua que tous les reproches avaient été balayés par le courage et la détermination des Norvégiens. Les lecteurs du Young England Magazine furent invités à ne pas refuser au « brave Norvégien » l'honneur qu'il avait gagné et The Boy's Own Paper suggéra que tous les enfants britanniques devraient lire le compte-rendu de l'expédition d'Amundsen162. Le correspondant du Times reprocha simplement à Amundsen de ne pas avoir informé Scott avant qu'il ne soit trop tard pour ce dernier de répondre, « ce qui était d'autant plus inutile que personne n'aurait mieux accueilli une coopération dans l'exploration du pôle Sud que le capitaine Scott… Pourtant, toute personne qui connaît le capitaine Amundsen ne peut douter de son intégrité et comme il avance avoir atteint le pôle Sud, nous sommes obligés de le croire163 ».

Des personnages influents de la Royal Geographical Society exprimèrent des sentiments plus hostiles, du moins en privé. À leurs yeux, l'exploit d'Amundsen était le résultat d'un « sale coup ». Clements Markham, son ancien président, laissa entendre que ses revendications pourraient être frauduleuses : « Nous devrons attendre la vérité jusqu'au retour du Terra Nova161 ». Plus tard dans l'année 1912, Amundsen interpella la Royal Geographical Society pour exprimer le sentiment qu'il se sentait méprisé après que le président de la société eut plaisanté en demandant « trois hourras pour les chiens164 ». Ernest Shackleton ne participa pas au dénigrement de la victoire d'Amundsen qu'il qualifia de « peut-être le plus grand explorateur polaire de notre époque165 ». Avant d'apprendre les nouvelles de la mort de son mari, Kathleen Scott concéda que le voyage d'Amundsen « était un très grand exploit… en dépit de notre irritation, nous devons l'admirer165 ».
Tragédie de Scott
Article détaillé : Expédition Terra Nova.

Amundsen quitta Hobart pour entamer une tournée de conférence en Australie et en Nouvelle-Zélande. Il se rendit ensuite à Buenos Aires où il acheva le récit de son expédition. De retour en Norvège, il supervisa la publication de son livre, puis il visita la Grande-Bretagne avant de commencer une longue tournée aux États-Unis166. En février 1913, alors qu'il se trouvait à Madison dans le Wisconsin, il apprit que Robert Falcon Scott et ses quatre compagnons avaient atteint le pôle Sud le 17 janvier 1912 mais étaient morts le 29 mars lors du voyage de retour. Les corps de Scott, de Wilson et de Bowers avaient été retrouvés en novembre 1912 après la fin de l'hiver antarctique. Dans sa réponse initiale, Amundsen parla de nouvelles « horribles, horribles167 ». Dans son hommage plus formel, il déclara : « le capitaine Scott a laissé une réputation d'honnêteté, de sincérité, de bravoure et de tout ce qui fait un homme168 ».

Selon Huntford, ces nouvelles signifiaient « [qu']Amundsen le vainqueur étaient éclipsées par… Scott le martyr169 ». Dans les pays anglophones, un mythe se développa rapidement dans lequel Scott était représenté comme un homme s'étant comporté de manière noble et ayant joué le jeu de manière honnête. Par contraste, Amundsen semblait avoir cherché la gloire en dissimulant ses véritables intentions, préférant les chiens au « noble » manhauling puis les abattant pour récupérer leur viande. De plus, il était vu comme un « professionnel », ce qui, aux yeux de la haute société britannique de l'époque, diminuait tout ce qu'il avait accompli170. Le mythe fut largement renforcé par la publication des journaux de Scott. Huntford indiqua que le « talent littéraire [de Scott] était son atout. C'était comme s'il était sorti de sa sépulture et avait pris sa revanche169 ». Malgré tout, le nom d'Amundsen continua d'être respecté parmi les explorateurs. Dans son récit de l'expédition Terra Nova rédigé quelques années plus tard, Apsley Cherry-Garrard écrivit que les principales raisons du succès d'Amundsen étaient « les exceptionnelles qualités de l'homme » et en particulier son courage d'avoir choisi de découvrir une nouvelle route plutôt que de suivre le chemin connu171.
Perspective historique
Sphère indiquant symboliquement le pôle Sud à la base antarctique Amundsen-Scott.

Le déclenchement de la Première Guerre mondiale en 1914 retarda le début de la dérive vers le pôle Nord d'Amundsen jusqu'en juillet 1918. Il prit la mer avec un navire spécialement construit, la Maud, qui resta dans les eaux arctiques durant les sept années suivantes. Le navire ne dériva pas au-dessus du pôle Nord mais il devint le second navire à traverser le passage du Nord-Est172. Amundsen quitta l'expédition en 1923 et consacra le reste de sa vie à l'exploration aérienne des régions polaires. Le 12 mai 1926, il survola le pôle Nord avec Lincoln Ellsworth et Umberto Nobile à bord du dirigeable Norge. Lui et Wisting, également à bord du dirigeable, furent les deux premiers hommes à voir les deux pôles173. Le 18 juin 1928, Amundsen périt lors de la disparition de son hydravion dans les eaux entre la Norvège et le Svalbard alors qu'il tentait de porter secours à une expédition menée par Nobile174.

Roald Amundsen demanda aux quatre hommes qui l'avaient accompagné dans son expédition au pôle Sud de venir avec lui sur la Maud. Olav Bjaaland et Sverre Hassel déclinèrent l'offre et aucun d'entre eux ne participa à d'autres aventures polaires175,176. Helmer Hanssen et Oscar Wisting rejoignirent tous deux la Maud ; ce dernier devint le chef de l'expédition quand Amundsen quitta le navire en 1923. En 1936, Wisting commanda le Fram lors du dernier voyage du navire jusqu'à Oslo où il est depuis exposé au musée du Fram177. Hjalmar Johansen fut incapable de se stabiliser après son retour d'Antarctique et sombra dans la dépression. Il refusa de discuter de son expérience ou de sa dispute avec Amundsen et se suicida le 4 janvier 1913 dans sa résidence d'Oslo178.

Le mythe de Scott continua jusque dans le dernier quart du XXe siècle lorsqu'il fut remplacé par un autre le qualifiant d'« idiot héroïque » dont l'échec avait été en grande partie causé par ses propres erreurs. Selon l'historienne Stephanie Barczewski, ce portrait est aussi faux que le précédent dans lequel il était au-delà de toutes critiques170. Au début du XXIe siècle, les historiens ont avancé des explications plus rationnelles de l'échec de Scott que sa seule incompétence, et sa réputation a en partie été restaurée179. Le regain d'intérêt pour Scott a également remis en lumière la réussite d'Amundsen ; Barczewski écrit « [qu']Amundsen et ses hommes ont atteint le pôle grâce à la combinaison d'une superbe planification, d'une longue expérience avec les chiens de traîneaux et d'une exceptionnelle endurance170 ». Dans son étude de l'expédition de Scott, Diana Preston avance les mêmes raisons pour expliquer le succès d'Amundsen. Il était concentré sur l'objectif unique d'atteindre le pôle Sud tandis que Scott devait concilier les demandes concurrentes de l'exploration géographique et de la connaissance scientifique. « En professionnel adroit et expérimenté, [Amundsen] a soigneusement planifié et appliqué toutes les leçons qu'il avait apprises en Arctique… Il compta exclusivement sur des moyens de transport éprouvés et exploita sans sensiblerie leur potentiel alimentaire. Il était aussi efficace et sans sentiment dans sa gestion des hommes180 ». La base scientifique américaine au pôle Sud, fondée en 1957, fut nommée Amundsen-Scott pour honorer la mémoire des deux explorateurs polaires181.
Notes et références

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Amundsen's South Pole expedition » (voir la liste des auteurs).

Notes

↑ Certaines sources avancent la date du 15 décembre. Comme les hémisphères occidentaux et orientaux sont conjoints au pôle Sud, les deux dates peuvent être considérées comme correctes. Néanmoins, dans son premier télégramme envoyé de Hobart et dans son compte-rendu complet, Amundsen donne la date du 14 décembre1,2.
↑ La Norvège s'était séparée de la Suède en 1905. Le roi Oscar II de Suède abandonna le trône de Norvège et le prince Carl de Danemark devint Haakon VII de Norvège25.
↑ Peary accusa rapidement Cook d'avoir falsifié ses résultats et des enquêtes ultérieures ont jeté de sérieux doutes sur les documents de ce dernier. Les données de Peary, bien qu'attaquées par Cook, furent acceptées par la National Geographic Society (qui avait financé son expédition). Le soutien public pour Cook diminua rapidement même s'il conserva quelques soutiens comme celui d'Amundsen. Peary fut généralement considéré comme le conquérant du pôle Nord jusqu'à la fin du XXe siècle lorsque de nouvelles recherches, en particulier celles de l'explorateur Wally Herbert, n'indiquent que Peary ne l'avait probablement pas atteint41,42.
↑ La théorie d'Amundsen d'une banquise terrestre se révéla fausse mais la glace aux abords de son camp ne se brisa pas avant 1987 et 200049.
↑ Le message exact a été différemment rapporté. Crane 2005 et Preston 1999 indiquent que l'énoncé était « Vais vers le sud » ; Jones 2003 et Huntford 1985 avancent que le message était plus long : « Me permet de vous informer, Fram procède vers l'Antarctique ».
↑ Amundsen avait divisé l'expédition en deux groupes, en mer et à terre. Le groupe en mer mené par Nilsen partit avec le Fram ; les neuf hommes à terre étaient Amundsen, Prestrud, Johansen, Hanssen, Hassel, Bjaaland, Stubberud, Wisting et Lindstrøm. Dans The South Pole, p. xvii, Amundsen ne compte pas Wisting dans le groupe à terre87.
↑ D'autres caractéristiques topographiques grossièrement cartographiées pour la première fois furent nommés d'après les compagnons d'Amundsen et ceux qui avaient soutenu l'expédition. Parmi celles-ci, on peut citer la chaîne de la Reine-Maud, les monts du Prince-Olav, le mont Fridtjof Nansen, le mont Don Pedro Christophersen, le mont Wilhelm Christophersen, le mont Hanssen, le mont Wisting, le mont Hassel, le mont Bjaaland, le mont Engelstad, le glacier Liv et le plateau Nilsen.

ELLE EST LA TUMULTUEUSE HISTOIRE DE LA NATURE: LOI DE LA MATIÈRE SUR LA MASSE DANS LES POUSSIÈRES, UN SOLFÈGE DE MUSIQUE ENTRE LES ATOMES OU UN SILENCE, UNE NOTION DE SOUFFLE DANS LE TEMPS ET UNE TRACE DE SOURCE DANS LE SOUVENIR: TEL EST LE SENTIMENT DE LA RÉSONANCE ORBITALE.
TAY

LA LUNE SCINTILLE LES ACTES DE LA LUMIÈRE ET PORTE L'IMPACT DES MOUVEMENTS. DANS LE CIEL, LE CADRE DU MONDE MONTRE LES MOUVEMENTS DANS LEURS PROPRES PENSÉES. L'ORIENT BRULE SUR CES ORIGINES ET L'OCCIDENT PLEURE SES DESSINS: LE DESSEIN EST LA PENSÉE DU DESTIN ET DES DÉSERTS.
TAY

DANS LA SOURCE, LA SOCIÉTÉ DÉVORE LA SOUPE DE LA NATURE. LA NEIGE PLEURE SON SAVOIR ET LE CIEL SE TRANSFORME. LE TEMPS MONTRE LE TERME ET L'ÉTHIQUE RASSURE LES INNOCENTS. JE SAVOURE L'ÉCLIPTIQUE ET LA RÉACTION DE LIBERTÉ DU DEVENIR L'EMPORTERA SUR LE DÉCLIN DU REPAS.
TAY

L'EVOLUTION DE LA RÉSONANCE ORBITALE: LE SOUFFLE DES NUAGES INSPIRA LES INSTANTS AGRICOLES, INDUSTRIELLES DANS LA VIE. LE CIEL MONTRA QUE DANS L'INFINI, LE ZÉRO S'ÉGOUTTE DANS L'ÉVAPORATION. LE SENTIMENT SOUFFLE SUR LE SECOURISME OÙ L'INTERVENTION SE FAIT DANS L'ÉTHIQUE.
TAY

LE ZÉRO S'ÉGOUTTE DANS L'ÉVAPORATION: VOILÀ MA FORMULE SCIENTIFIQUE DU BIG BANG. CELA PEUT PARAÎTRE ÊTRE PRÉTENTIEUX POUR UN JEUNE HOMME QUI A TRÈS PEU D'ÉTUDES MAIS, LES POÈTES ONT UTILISÉ LES PROSES DES MOTS POUR DÉCRYPTER LES MOUVEMENTS DE L'UNIVERS ET DE L'INFINI.
TAY

LE ZÉRO S'ÉGOUTTE DANS L'ÉVAPORATION. CELA EST UNE MASSE ET LE ZÉRO N'EST PAS L'ORIGINE POURTANT IL EST L'ÉLÉMENT PRINCIPAL DE L'ÉMOTION DE LA FORMULE. LA NATURE EST L'ÉVAPORATION OÙ LE ZÉRO POSSÈDE UN SENTIMENT D'UNIVERS: JE CONNAIS LA RÉPONSE TARDIVE OU LE CRI DU NÉNUPHAR.
TAY

LE ZÉRO S'ÉGOUTTE DANS L'ÉVAPORATION. CET ATTRAIT D'ESPACE N'EST PAS L'ATTRAIT DU.JEUNE PRÉSIDENT ET DE SA FEMME QUI SAVOURE LE DEVOIR DE CITOYEN COMME UNE DIVINE COMÉDIE ROMANTIQUE DE LA VIE SUR TERRE. IL N'Y A PAS DE QUOTIDIEN, IL Y A LE RÊVE ÉVEILLÉ OU L'INSOMNIE.
TAY

DANS SON ROMAN, PHILIP K DICK MONTRE COMMENT UN SAGE PEUT ÊTRE UN GRAND ARCHITECTE EN REGARDANT UN COUPLE D'AMOUREUX S'AIMAIENT EN SE RENDANT COUPABLE D'AVOIR UNE FORME D'INSOUCIANCE SUR LA RÉALITÉ PAR DES MORALES GROSSIÈRES SUR LES MOTS ET LES ACTES.
TAY

LE ZÉRO S'ÉGOUTTE DANS L'ÉVAPORATION. CETTE IMAGE VIENT DE MES RÊVES SUR LA BOMBE ATOMIQUE. CES PHÉNOMÈNES QUI SE RETROUVENT DANS LES ÉCLAIRS, DANS L'ÉCHO DES MONTAGNES, DANS LES TRACES D'AVIONS ET DANS LES CIRCONSTANCES DE MOUVEMENTS DE NUAGES OU DANS LE AILLEURS.
TAY

L'ÉTHIQUE VEUT QUE NOUS AYONS UNE ÉMOTION MAIS CERTAINS S'AMUSENT À DIRE QUE LA POLITIQUE S'EST ÊTRE RIGIDE COMME UNE MARIONNETTE AFIN DE SAVOIR REBONDIR SUR LES JOIES ET LES TRISTESSES DU PEUPLE. ALORS CÉSAR N'EST PLUS ET AUGUSTE EST NÉ. DIT CICÉRON.
ÉCRIT PAR TAY

LE ZÉRO S'ÉGOUTTE DANS L'ÉVAPORATION. LA TRANSPIRATION EST LA TRANSCENDANCE QUI S'EST DÉVELOPPÉE DANS L'ÉVAPORATION. CHAQUE MASSE PRODUIT SON FLUIDE, LA TRANSPIRATION EST DONC DANS L'ÉTUDE DE LA TRANSFORMATION: UN PRINCIPE D'INFINI DANS LA NATURE.
TAY

LE ZÉRO S'ÉGOUTTE DANS L'UNIVERS. CERTAINS VEULENT DÉTRUIRE L'ÉCRITURE DE YAHVÉ. DIEU NE PEUT ÊTRE IMPOSSIBLE CAR IL N'EST PAS DANS LE DOMAINE DE L'IMPROBABLE. JE SAVOURE CE MYSTÈRE DE LA NATURE MÊME SI MON COEUR NE COMPRENDS PAS LA CRUAUTÉ ET LE NARCISSISME DE L'HUMAIN.
TAY

DANS L'UNIVERS, IL Y A DES MILLIONS DE MOMENTS CONSTITUANT UNE INFINITÉ DE MOUVEMENTS. ÉBLOUI PAR CES PHÉNOMÈNES COMME QUAND JE SUIS DANS CE PONT ET AU DESSUS DE L'ÎLE AVEC LES MOUETTES ET LES CORBEAUX S'AMUSANT À JOUER AUTOUR DE LA NATURE.
TAY

LE CHIFFRE EST LA NOTION DE LA NOTORIÉTÉ POUR CEUX QUI VEULENT VOYAGER ET RÉUSSIR. LE ZÉRO S'ÉGOUTTE DANS L'ÉVAPORATION DÉMONTRE L'ESPACE ET LA DEMEURE DANS CE QU'ON APPELLE LE RIEN OU LE CHAOS. CETTE IMAGE DE ZÉRO PEUT RAPPELER LE CHANT DU CYCLONE DANS SON EXISTENCE.
TAY

LA SOCIÉTÉ DIPLOMATIQUE EST UNE GRANDE FAMILLE OÙ CHACUN DÉPOSE SA ROSE SUR UNE TOMBE CORRESPONDANT À UNE HISTOIRE DU PANTHÉON MONDIALE MAIS COMME TOUTE FAMILLE, IL Y A UNE DIVISION SUR LES DOMAINES DE DIRE SUR LA DIVERGENCE.
TAY

LA DIVERGENCE EST FINALEMENT DANS LE PROPRE DE LA NATURE MAIS LE MONDE DIPLOMATIQUE A TOUJOURS CETTE NÉCESSITÉ DE LA DÉCRIRE COMME ÊTRE UNE RUPTURE À L'ÉQUILIBRE DE L'EXISTENCE. L'ESPÉRANCE EST UNE DIVERGENCE CAR IL Y A LE NORD ET LE SUD DANS L'EST ET L'OUEST.
TAY

DANS LE PARAMÈTRE DE SURVIVRE, IL Y A L'INTÉRÊT À VIVRE: JE N'AI PAS D'ENFANTS MAIS IL ME SEMBLERAI INJUSTE DE NE PAS LUI MONTRER LES INFINITÉS DE L'ESPÉRANCE QUAND ON POSSÈDE LE SENS DE LA PERSÉVÉRANCE ET DE L'ÉTHIQUE TEL UN LION SOLITAIRE DEVANT UNE MEUTE DE HYÈNES.
TAY

QUE FAIT LE LION SOLITAIRE DEVANT UNE MEUTE DE HYÈNES, EH BIEN, LE CHIFFRE ZÉRO S'ÉGOUTTE DANS L'ÉVAPORATION. UNE IMAGE TRIBALE DE LA VIE QUI MONTRE CE QUE L'UNIVERS NOUS RÉSERVE SUR TERRE ET DANS L'INFINI DE L'ESPACE: LES INFINITÉS DE L'EXISTENCE.
TAY

LA POLITIQUE N'EST PAS LE SOCLE DE LA SOCIÉTÉ CAR L'ÉTAT EST LE PILIER DE L'EXISTENCE D'ÊTRE, D'ÉTHIQUE ET D'ÉTABLIR: LES ANARCHISTES NE HAÏSSENT PAS LES STRUCTURES SPATIALES DE L'HUMANITÉ; ILS REJETTENT CEUX QUI SE SERVENT DE LA MORALE POUR ÉTABLIR LA DICTATURE.
TAY

SUR LA RIVE DU FLEUVE, LA RAISON SE FAIT EN UNE RIVIÈRE ET LA RÉALITÉ DEVIENT LA SOURCE OÙ LE SOUFFLE SE FAIT ENTENDRE À LA SURVIE. L'HORIZON EST CE LIEU D'IMAGINATION OÙ LE TERME D'IMMORTALITÉ SE CONFOND AVEC LA CONSCIENCE DE DÉCLINAISON.
TAY

LE PERSONNAGE ENTENDS LA DÉCLINAISON DU PEUPLE ET LA RÉALITÉ PRÉTEND À L'IMMORTALITÉ CROYANT EN L'INFINITÉ DE LA NATURE; LA NEIGE FONDS, L'EAU SE BOIT ET L'ÉQUILIBRE S'ÉVAPORE TOUT COMME CE PROVERBE: POUSSIÈRE, TU REDEVIENDRA POUSSIÈRE.
TAY

JÉRUSALEM, PYONGYANG, DAMAS ET AILLEURS: IL Y A DES MOTS QUI RÉSONNENT DANS LE COEUR COMME LES MOTS ABREUVENT L'ÉCHO DES MONTAGNES: LE CRI ET LE GÉMISSEMENT SONT DES PAROLES DANS LE VERBE DE L'ÉTERNEL: LE VENT HURLE ET LA MÈRE DÉÇOIT.
TAY

DANS LE CONTEXTE DU JOURDAIN, LA JOURNÉE EST LA DESTINÉE DU JOURNAL: LE COEUR EST UN CONTEXTE ET LE POUSSIÈRE DEVIENT UN MOUVEMENT. L'ASPECT QUI EST INVISIBLE PEUT ALORS DEVENIR APPARENT POUR CELUI QUI DISTINGUE LES ÉVÉNEMENTS ET LA MATIÈRE.
TAY

LA FÉMINITÉ EST UNE NATURE AUQUEL IL FAUT DISTINGUER DES PARAMÈTRES TOUT COMME ILS EXISTENT DANS LE MASCULIN: LE MALHEUR ET LE MASSACRE SONT LIÉS À DES CONVOITISES DE TERRITOIRES ET D'APPARTENANCES SUR LA NATURE ET LA PERSONNE AUTANT CHEZ LA FEMME QUE DANS L'HOMME.
TAY

LE ZÉRO S'ÉGOUTTE DANS L'UNIVERS. CERTAINS VEULENT DÉTRUIRE L'ÉCRITURE DE YAHVÉ.
DIEU NE PEUT ÊTRE IMPOSSIBLE CAR IL N'EST PAS DANS LE DOMAINE DE L'IMPROBABLE.
JE SAVOURE CE MYSTÈRE DE LA NATURE MÊME SI MON CŒUR NE COMPRENDS
PAS LA CRUAUTÉ ET LE NARCISSISME DE L'HUMAIN.
TAY

FAIRE LE PANTALON S'EST FAIRE LE MALIN AUX DÉTRIMENTS DE CELUI
QUI NE PEUT COMPRENDRE OU QUI N'A PAS LES MOYENS DE RÉPONDRE.
MON PLAISIR EST D'INVENTER DES PROVERBES: D'OÙ, MES INTERVENTIONS
POUR CRÉER LE LIEN ENTRE LES MANIFESTANTS ET LES C.R.S:
MA PROMESSE DE PRODUCTIVITÉ.
TAY

LE ZÉRO S'ÉGOUTTE DANS L'ÉVAPORATION ET L'ESPACE SE DÉFINIT DANS LA GÉOGRAPHIE DE L'UNIVERS.
LA GÉOMÉTRIE DONNE LES APPARENCES DE L'INVISIBLE NOTION DE TEMPS DANS LES CIRCONSTANCES DU VERBE.
LE CONCEPT MONTRE LE CONTRASTE DU NOIR DANS LE CONCEPT DE DISTANCE.
TAY

TIGNARD YANIS @Yanis_Tignard 6 min il y a 6 minutes
Une suie micrométéorique pénètre abondamment le système saturnien,
ce qui plaide pour une date de formation récente de ces anneaux:
Cette théorie a été abandonné par le fait que si l'espace est sale
et que les anneaux sont propres:
Cela est du par des phénomènes naturels.
TAY

Sonde Cassini a montré que par
LA RÉSONANCE ORBITALE, les Agrégats de particules de glace qui constituent
la partie solide des anneaux de Saturne se disloquent et se reforment
par leurs collisions. La fonction des satellites provoque
que LE ZÉRO S'ÉGOUTTE DANS L'ÉVAPORATION.
TAY

“Si le monde était clair, l'art ne serait pas.”
De Albert Camus / Le mythe de Sisyphe.
Elvis Presley - Don't Cry Daddy...
https://www.youtube.com/watch?v=w8YHBvX4QtM
Y'BECCA.
TAY

Les anneaux sont les anneaux planétaires les plus importants
du Système solaire. Invisibles de la Terre à l'œil nu, aperçus
en 1610 par le savant italien Galilée grâce à une lunette astronomique
de sa conception. Christiaan Huygens parlera d'un anneau
entourant Saturne.
TAY

SAPEURS-POMPIERS 42 Compte certifié @sdis42
3 h il y a 3 heures
Moment du repas préparé en commun. Echanges et convialite
ce sont aussi les valeurs des #pompiers 👍🏻 bon appétit !

C’est l’heure du rassemblement pour définir les tâches de l’après-midi
et revenir sur l’activité opérationnelle de la matinée.
Au programme: nettoyage des locaux de vie, travaux
dans les differents services fonctionnels.
Une caserne ça vit, ça bouge tout le temps!

AINSI,

Le savant italien Galilée est le premier à observer les anneaux de Saturne, en 1610, à l'aide d'une lunette de sa fabrication, mais il n'arriva pas à identifier leur forme. Il vit en ces « taches » « deux serviteurs aidant le vieux et lent Saturne à faire son chemin »4. Il a également décrit Saturne comme ayant des « oreilles » ou des « anses »5,6. En 1612, le plan des anneaux était orienté directement vers la Terre, et les anneaux semblent disparaître. Mystifié, Galilée se demandait : « comment Saturne a avalé ses enfants ? », en faisant référence au dieu de la mythologie romaine Saturne, qui dévorait ses propres enfants pour les empêcher de le renverser7. Lorsque les anneaux sont de nouveau visibles en 1613, Galilée est en pleine confusion.


Dans un dessin de 1666, Robert Hooke a noté les ombres (a et b) projetées par la planète et les anneaux l'un sur l'autre.
En 1655, Christiaan Huygens est le premier à suggérer que Saturne est entouré d'un anneau. Avec un télescope de qualité supérieure à la lunette de Galilée, Huygens observe la planète, et écrit en 16599 qu'« il [= Saturne] est entouré par un anneau mince et plat qui ne touche nulle part la planète et qui est incliné sur l'écliptique »2. Robert Hooke a également observé les anneaux et a noté les ombres projetées sur ces derniers10.

En 1675, Giovanni Domenico Cassini découvre que l'anneau de Saturne est composé en fait d'un grand nombre d'anneaux concentriques séparés entre eux, et émet l'hypothèse qu'ils sont constitués de cailloux s'entrechoquant. La plus grande des séparations, large de 4 800 km et située entre les anneaux A et B, sera baptisée par la suite « division de Cassini ».

En 1787, Pierre-Simon de Laplace prouve que les anneaux ne peuvent pas être composés d'un grand nombre d'anneaux minces et solides2. Il en conclut que "Les différents anneaux qui entourent le globe de Saturne sont par conséquent des solides irréguliers, d'une largeur inégale[...] en sorte que leurs centres de gravité ne coïncident point avec leurs centres de figure."

En 1859, James Clerk Maxwell reçoit le prix Adams en démontrant que les anneaux ne peuvent pas être solides car, dans ce cas, ils deviendraient instables et se briseraient. Il suggère que les anneaux sont composés de nombreuses petites particules, orbitant toutes de manière indépendante autour de Saturne. La théorie de Maxwell fut vérifiée en 1895, grâce à des analyses spectroscopiques effectuées par James Edward Keeler depuis l'observatoire Lick.

xxe et xxie siècles.

Les anneaux de Saturne.
En octobre 1969, l'astronome français Pierre Guérin découvre, par des moyens photographiques (à partir de l'Observatoire du Pic du Midi) un quatrième anneau, le plus interne, dans le système des anneaux de Saturne ainsi qu'un espace obscur entre celui-ci et les anneaux déjà observés. Cette découverte est effectuée avec les moyens de l'astronomie classique, et ceci bien avant le repérage des mêmes structures par la sonde Voyager 1.

En 1980, le passage de la sonde Voyager 1 près de Saturne montre des détails jusqu'alors invisibles de la Terre, tels les spokes.

En 2004, la sonde Cassini-Huygens se place en orbite autour de Saturne. Elle apporte des précisions sur les spokes14 et traverse les anneaux à plusieurs reprises.

En octobre 2009, grâce au télescope spatial Spitzer, des astronomes découvrent un nouvel anneau situé à l'intérieur de l'orbite de la lune Phœbé, ne pouvant être mis en évidence qu'en infrarouge en raison de sa faible densité. Cet anneau est particulièrement étendu avec une largeur égale à 20 fois le diamètre de Saturne : son bord intérieur se situe à environ 6 millions de kilomètres de la surface de la planète tandis que son bord extérieur est situé à environ 12 millions de kilomètres. Ce dernier et l'anneau qui l'entoure sont probablement à l'origine de l'aspect particulier du satellite de Saturne, Japet, qui présente une face noire et l'autre très blanche.

MOSAÏQUE DU
CITOYEN TIGNARD YANIS



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 8924
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: Re: Le Mont Garizim, Les Larmes de l'Agneau, Le Loup et פֶּסַח   Ven 18 Mai à 10:38


The White House Compte certifié @WhiteHouse
"We grieve for the terrible loss of life and send our support and love to everyone affected by this absolutely horrific attack. To the students, families, teachers, and personnel at Santa Fe High, we're with you at this tragic hour..."


Le clans des mouettes.
Le Mont Garizim, Les Larmes de l'Agneau, Le Loup et פֶּסַח
http://leclandesmouettes.bbflash.net/t776-le-mont-garizim-les-larmes-de-l-agneau-le-loup-et-150814621468150514631495
AVINU MALKEINU
https://www.youtube.com/watch?v=0YONAP39jVE
Les organismes autotrophes, Les Mentawais et l'« uma ».
http://la-5ieme-republique.actifforum.com/t545-les-organismes-autotrophes-les-mentawais-et-l-uma
JE PLEURE TES MORTS, USA.
Y'BECCA.
TAY
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 8924
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: Re: Le Mont Garizim, Les Larmes de l'Agneau, Le Loup et פֶּסַח   Sam 19 Mai à 9:31

Jimi Hendrix- Star Spangled Banner at Woodstock. https://www.youtube.com/watch?v=MKvnQYFhGCc
L'ÉTHER DE L'EXISTENCE REPREND LE MOUVEMENT DEVANT LE SOLSTICE D'HIVER: " LE RAYON VERT...".
JE SUIS TEL LE DESTIN; RIEN N'EST SCELLÉ: DIT L'UNIVERS AU CHAOS.
TAY

LE SPLEEN, L'OBSCURANTISME, LE TERME, Y'BECCA ET LA NATURE.
Jefferson Airplane - White Rabbit, Live from Woodstock 1969...
https://www.youtube.com/watch?v=Vl89g2SwMh4
LE REGARD DU SPLEEN N'EST PAS INTERPRÉTÉE LA NATURE OU L'INFINI,
IL NE RECHERCHE PAS À ÉTABLIR UNE FORMULE DE L'ÉTERNITÉ.
TAY

JÉRUSALEM, LES CROYANCES, LE SPLEEN, LA SCIENCE ET Y'BECCA.
DANS LA SPLENDEUR, LA SPHÈRE S’ÉPREND DE LA SPONTANÉITÉ ET FAISANT PLACE À UNE NOUVELLE NOTE.
Paco de Lucia - Entre dos aguas (1976)...
https://www.youtube.com/watch?v=2oyhlad64-s
Y'BECCA.
TAY
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 8924
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: Re: Le Mont Garizim, Les Larmes de l'Agneau, Le Loup et פֶּסַח   Jeu 24 Mai à 4:27

NASA's InSightlander, Veillantin, Brigliadoro et Y'becca.
http://leclandesmouettes.bbflash.net/t823-nasa-s-insight-lander-veillantin-brigliadoro-et-y-becca#8998
Genesis, LilywhiteLilith https://www.youtube.com/watch?v=etakpPu_QJo
Y'becca ou murmure de l'Arbre-Olivier. http://leclandesmouettes.bbflash.net/t41-y-becca-ou-murmure-de-l-arbre-olivier … Au chaos de Coumély, il porta secours à l'Omeyyade contre les Abassydes.
Y'BECCA.
TAY

NASA's planet-hunting.
https://www.jpl.nasa.gov/news/news.php?feature=7139&utm_source=iContact&utm_medium=email&utm_campaign=NASAJPL&utm_content=kepler20180523-1
Y'becca ou murmure de l'Arbre-Olivier.
http://leclandesmouettes.bbflash.net/t41-y-becca-ou-murmure-de-l-arbre-olivier
« Par la raison, l’homme distingue le vrai du faux et ceci a lieu dans toutes choses intelligibles »
— Guide des Égarés,
http://leclandesmouettes.bbflash.net/t15-http-la-5ieme-republique-actifforum-com
TAY

Veillantif, Veillantin ou Bride d’Or (en italien Vegliantino, Vegliantin ou Brigliadoro) est le cheval de guerre rapide, fidèle et intelligent, appartenant à Roland le paladin selon plusieurs chansons de geste.

Il est mentionné pour la première fois dans la Chanson de Roland au XIe siècle, puis réapparaît dans plusieurs œuvres italiennes : la Spagna, Orlando, Morgante, les Cantari di Rinaldo, l'Aspramonte, le Roland amoureux et le Roland furieux. Les différents textes mentionnant ce cheval veulent qu'il soit à l'origine en possession du Sarrasin Aumont. Conquis par Roland, Veillantif, symbole de la virilité et de l'initiation chevaleresque de son maître, devient son fidèle compagnon de bataille et meurt avec lui durant la bataille de Roncevaux, tué par les Sarrasins. D'abord peu mis en avant, il acquiert davantage d'importance au fil des textes.

Un folklore important est associé au « cheval de Roland » (ou à la jument de Roland) sans préciser son nom, particulièrement dans les Pyrénées où se trouvent, selon la légende, de multiples empreintes de ses sabots. Ces marques qu'il aurait laissées un peu partout sur son passage, et qui parfois étaient vénérées, sont principalement mentionnées par les folkloristes du XIXe siècle.

Étymologie et terminologie

Le nom de « Veillantif » ou « Veillantin » est tiré de l'ancien français veillant, lui-même issu de vigilantem, qui signifie « éveillé » et « vigilant »1, et fait donc référence à la première qualité de l'animal2. Une ancienne version de la Chanson de Roland en rimes, probablement datée des alentours de 11503, nomme cet animal Vieulantin, Vieulletin ou Vieullentin4.

Le nom italien « Vegliantino », traduction du précédent, était initialement utilisé dans les romans de cette langue (Orlando, Morgante, Cantari di Rinaldo), celui de « Valentino » dans la Spagna, mais Matteo Maria Boiardo a rebaptisé le cheval Bride d’Or (« Brigliadoro ») dans son Roland amoureux5. Le même nom est utilisé dans le Roland furieux de Ludovico Ariosto, dit l'Arioste6. Un fragment de la chanson en allemand mentionne le cheval sous le nom de Velentih7.
Littérature

Veillantif étant la monture de Roland le paladin selon les chansons de geste, il n'a probablement que peu de rapport avec la monture du personnage historique qui a inspiré la Chanson de Roland. La bataille de Roncevaux, où Roland et son cheval trouvent la mort, a effectivement eu lieu, mais l'armée dont Roland fait partie avait ravagé au préalable la ville alliée de Pampelune, déçue d'avoir trouvé les portes de Saragosse closes8. Ce sont donc les Vascons, et non les Sarrasins, qui décimèrent l'arrière-garde de l'armée de Charlemagne le 15 août 778 pour venger l'attaque de Pampelune, alors que l'armée gravissait péniblement une vallée encaissée9, ce qui signifie que le cheval Veillantif relève de la légende plutôt que de l'Histoire.

Dans la plupart des épopées médiévales, le cheval s'échange entre Sarrasins et chrétiens, et le vainqueur a le droit de récupérer la monture du vaincu, thème abondamment retrouvé à propos du cheval de Roland10. De même, l'amour du chevalier pour ses armes, son cheval et les autres chevaliers (la femme étant très effacée) est un thème fréquent dans les plus anciens textes médiévaux, en particulier la Chanson de Roland, qui précède l'époque de la littérature courtoise11.
Chanson de Roland
Voir aussi : La Chanson de Roland sur Wikisource.
Roland, monté sur Veillantif, souffle dans son olifant face aux sarrasins lors de la bataille de Roncevaux, sur cette illustration allemande de 1885.
Veillantif est mort sous Roland, tué par les Sarrasins. Illustration de Alphonse-Marie-Adolphe de Neuville, The History of France from the Earliest Times to the Year 1789, publié en 1883.

Veillantif est originellement issu de la Chanson de Roland, datée de la fin du XIe siècle et dont il existe plusieurs versions manuscrites. Le cheval, bien que nommé, y est relativement effacé et beaucoup moins mis en avant que ne l'est l'épée Durandal12, aussi bien dans la narration que par la construction des phrases : Veillantif est presque toujours complément d'objet mais jamais sujet grammatical d'une phrase13. De plus, il n'apparaît que cinq fois dans la chanson, quand l'épée Durandal est mentionnée dix-sept fois14. Il est traité comme un outil dispensable plutôt que comme le fidèle ami du chevalier (Roland peut combattre à pied), sa couleur n'est pas même indiquée2. Le médiéviste Dominique Barthélemy qualifie le texte de « chanson de l'épée » en raison de la domination symbolique de cette arme et de la lance sur le cheval15. Les premiers textes médiévaux valorisent généralement peu le cheval16, et il faut attendre les alentours du XIIIe siècle pour que les montures jouent un rôle plus important12. Veillantif est ici un « double métonymique du chevalier »17, il est qualifié de « bon cheval curant » (courant)18 lorsqu'il est mentionné pour la première fois19, et porte une selle aux étriers d'or fin, comme le précise le passage où Roland trouve en chevauchant le cadavre de son cher Olivier gisant à Roncevaux. Il lui adresse alors quelques mots touchants, et s'évanouit en succombant à la douleur20 :
Chanson de Roland
st. 151, ancien français21 Traduction en français moderne

Quant tu es mor, dulur est que jo vif.
A icest mot se pasmet li marchis,
Sur sun ceval que cleimet Veillantif.
Afermet est a ses estreus d'or fin ;
Quel part qu'il alt, ne poet mi chaïr.


Quand tu es mort, c'est douleur que je vive.
À ce mot se pâme le marquis,
sur son cheval qu'il appelle Veillantif.
Il tient ferme sur ses étriers d'or fin ;
De quelque côté qu'il penche, il ne peut pas tomber.

Selon Robert Lafont, la découverte du corps d'Olivier par Roland qui se pâme alors sur son cheval participe à un effet de ralentissement de l'action22. Roland, Turpin et Gautier défendent alors la ligne de crête contre des centaines de Sarrasins, et Roland reste seul sur le champ de bataille après la mort de toute l'arrière-garde. Il fait sonner son olifant pour avertir Charlemagne, puis subit des dizaines d'attaques. Veillantif reçoit une trentaine de blessures et s'écroule sous lui, mort.
Chanson de Roland
st. 160, ancien français23 Traduction en français moderne

Mais enz el cors ne l’unt mie adeset.
Mais Veillantif unt en.XXX. lius nafret,
Desuz le cunte, si l’i unt mort laisset.
Paien s’en fuient, puis sil laisent ester.
Li quens Rollant i est remes a pied.


Mais dans son corps ils ne l'ont point atteint.
Mais Veillantif, ils l'ont blessé en trente endroits,
Et sous le comte ainsi l'ont laissé mort.
Les païens s’enfuient et puis le laissent là.
Le comte Roland est resté à pied…

Michel Zink remarque que la mort de Veillantif n'arrache pas une larme ni même un commentaire à Roland, le narrateur se contentant de faire remarquer que le chevalier doit désormais poursuivre les Sarrasins à pied : Roland n'a pas une pensée pour son cheval (auquel il accorde une valeur pratique, et aucune valeur affective), ni pour sa femme. Par contre, il prend soin de multiplier les tentatives pour que son épée ne tombe pas entre les mains de l'ennemi14. La mort de Veillantif diminue néanmoins Roland, et le laisse seul face à la sienne qui approche17.

Selon Éric Baratay, la faible valorisation du cheval dans la littérature jusqu'au XIIIe siècle est vraisemblablement due à la censure de l'Église catholique romaine, qui faisait passer le cheval pour un animal diabolique afin de lutter contre la survivance des traditions païennes sacralisant l'animal24.
Aspramonte
Statue équestre de Roland au musée d'Haldensleben, Saxe-Anhalt, Allemagne.

La Chanson de Roland, source la plus ancienne chronologiquement parlant, ne parle pas de l'origine de Veillantif. Au XIVe siècle, la chanson de geste anonyme Aspramonte (Aspremont) est en revanche entièrement centrée sur la conquête des attributs de Roland que sont l'épée Durandal, l'olifant et le cheval Veillantif25,26.

Dans cette chanson, Roland, qui est encore un adolescent, va se faire adouber comme chevalier de Charlemagne, roi des Francs. Il arrive monté sur un mulet, car le cheval est réservé aux chevaliers27. Originellement nommé « Briadoro » par les païens, Veillantif est d'abord la possession d'Aumont, l'un des trois plus puissants Sarrasins. Ce dernier menace le roi Charlemagne, mais Roland vole à son secours en tuant Aumont d'un coup de bâton, et récupère par conséquent les armes et la monture du vaincu, que Charlemagne lui attribue publiquement. Le cheval est alors renommé par les chrétiens en « Vegliantino »28. Maintenant en possession d'un cheval et d'armes, Roland est déçu de ne chevaucher qu'un mulet et demande à être adoubé, faute de quoi, il ne servira plus Charlemagne. Le roi des Francs accède à sa requête, il peut alors monter Veillantif29.

Cette tradition est suivie par Boiardo et l'Arioste, dont les textes sont postérieurs à l'Aspramonte.
Spagna

La Spagna, dont il existe plusieurs versions datées du XIVe siècle, est basée sur la Chanson de Roland dont elle reprend la trame principale30, mais s'attache aux guerres de Charlemagne en Espagne. Dans la Spagna en vers (XXVII, 19-22), Roland part seul combattre à Lucerne, arrive devant la ville et traverse un fleuve à la nage sur Vegliantin afin d'attaquer les Sarrasins sortis hors des murs31. Dans la Spagna en prose, Veillantif, ici nommé Valentino, adopte un étrange comportement lorsqu'il sent venir la mort de son maître : il refuse par trois fois d'être monté et pose ses pieds de devant sur les épaules de Roland32.
Morgante
Joute équestre avec Roland sur son cheval, représentée sur la cathédrale d'Angoulême.

Morgante est l'œuvre la plus célèbre de Luigi Pulci, ce roman héroï-comique publié en 1483 reprend les personnages et la trame de la Chanson de Roland, y compris le cheval Veillantif sous le nom de Vegliantin. Morgante, la Spagna en prose ou Li Fatti di Spagna et les Cantari di Rinaldo présentent plusieurs combats chevaleresques de Roland sur Veillantif qui se déroulent toujours de la même façon : le cheval virevolte, s'éloigne pour prendre de l'élan, virevolte une seconde fois puis fonce vers l'adversaire. Cette manœuvre exécutée par Veillantif impressionne beaucoup les Sarrasins dans Morgante33. À la fin du roman, alors que Roland, épuisé à la suite de la bataille de Roncevaux, vient faire boire son cheval Vegliantin à une fontaine, à peine a-t-il mis pied à terre que l'animal expire. Roland s'adresse à lui en ces termes :
27e chant de Morgante, en italien médiéval34 Traduction en français moderne35

O Vegliantin, tu m'hai servito tanto,
O Vegliantin, dov' e la tua prodezza,
O Vegliantin, nessun si dia più vanto,
O Vegliantin, venuta e l'ora sezza,
O Vegliantin, tu m'bai cresciuto il pianto,
O Vegliantin, tu non vuoi più capezza,
O Vegliantin, se ti fece mai torto,
Perdonami, ti prego, cosi morto.


Ô Vegliantin, tu m'as tant servi !
Ô Vegliantin ! où sont tes exploits ?
Ô Vegliantin ! que personne ne puisse être plus fier.
Ô Vegliantin ! l'heure ultime est venue,
Ô Vegliantin ! tu as accru la cause de mes larmes,
Ô Vegliantin ! tu ne veux plus du joug,
Ô Vegliantin ! si jamais je t'ai fait du tort,
Pardonne-moi, je t'en prie, toi qui va mourir.

Les personnes qui sont venues au son du cor de Roland sont extrêmement touchées et le cheval ouvre les yeux, faisant signe de sa tête qu'il pardonne à Roland. Le paladin meurt à son tour, aux côtés de son destrier, après s'être confessé à un ange35.
Roland amoureux

Écrit vers 1483, le Roland amoureux (Orlando innamorato) de Matteo Maria Boiardo met en scène des chevaux capables d'impressionnantes prouesses, l'auteur détaillant énormément les aventures et les exploits de ces animaux à une époque où la suprématie de la cavalerie lourde tire à sa fin36 : il renoue avec le mythe antique de la chevalerie. Veillantif, ici nommé « Bride d’Or » (Brigliadoro)5, y est intimement lié à son cavalier Roland via diverses expressions37, mais aussi surpassé par le cheval Bayard, monture de Renaud de Montauban, tant sur le plan des prouesses au combat (Bayard est capable de sauter à sept pieds de haut durant la joute contre Agricane, tandis que Brigliadoro a failli s'effondrer sous le choc), que celui de la rapidité (Bayard amène Renaud plus rapidement auprès de Charlemagne que ne le fait Brigliadoro pour Roland), Roland lui-même, étant entré un moment en possession des deux chevaux, va préférer monter Bayard plutôt que Brigliadoro. Cette particularité semble être due, selon l'universitaire Denise Alexandre-Gras, au fait que Roland possède une épée exceptionnelle, Durandal, tandis que l'épée de Renaud, Fusberta, ne la vaut pas. Renaud possèderait donc le meilleur cheval pour compenser le fait de ne pas avoir la meilleure épée36.
Roland furieux
Un chevalier, sur sa monture, transperce une foule d'ennemis avec sa lance.
Illustration d'un chevalier de Charlemagne par Gustave Doré pour une édition du Roland furieux
Deux chevaliers, sur leurs montures, s'attaquent à coups d'épées.
Illustration d'un combat de chevaliers par Gustave Doré pour une édition du Roland furieux
Article connexe : Roland furieux.

Le Roland furieux (Orlando furioso), récit de l'Arioste écrit vers la fin du XVe siècle ou le début du XVIe siècle, s'inscrit dans la continuité du cycle carolingien et reprend la tradition initiée par le Roland amoureux, notamment à travers le nom de Brigliadoro « le cheval à la bride d'or », traduit par Bride d’Or en français38. Vu comme le « remarquable cheval chargeur de Roland », à la vitesse prodigieuse39, il n'a pas d'égal si ce n'est le cheval Bayard40. Toutefois, lorsqu'il débarque en Hollande, « monté sur un coursier au pelage gris et noir, nourri en Flandre et né en Danemark », Roland a laissé Brigliadoro en Bretagne. Bien plus tard, alors que Roland, dans sa fureur, a abandonné son cheval et ses armes, Brigliadoro est capturé par le Sarrasin Mandricard qui, vaincu par Roger, en est ensuite dépouillé. Le cheval revient au roi Agramant41, qui s'en sert pour combattre le roi africain Brandimart42, puis meurt.
Après le Moyen Âge

Le personnage de Roland, et par conséquent son cheval, a inspiré d'autres auteurs. Dans Le Petit Roi de Galice, un poème du recueil La Légende des siècles, Victor Hugo ne nomme pas le destrier de Roland mais lui attribue une robe blanche et la capacité de parler43. Dans le dixième poème de La Légende des paladins, Joseph Autran mentionne Veillantif comme la monture de Roland44.

Beaucoup plus récemment, Veillantif figure aussi sur une série de timbres thématiques du Sierra Leone, consacrés aux chevaux des mythologies45.
Folklore

Selon la légende, le « cheval de Roland » ou la jument de Roland (sans qu'ils soient précisément nommés) a laissé les empreintes de son passage (et de ses sabots), tout particulièrement dans les Pyrénées. Ces marques sont essentiellement mentionnées par les folkloristes de la fin du XIXe siècle.

Ce folklore lié à Veillantif présente de nombreux parallèles avec celui de Bayard, monture également mentionnée dans les chansons de geste, qui aurait laissé le même type d'empreintes de ses passages, principalement dans le massif ardennais.
Article connexe : Cheval Bayard.
Dans les Pyrénées
L'image montre une grosse roche accolée à une route, et au milieu de laquelle figure une grande trouée.
Le pas de Roland à Itxassou.
Un pont de pierre enjambe une rivière fougueuse dans un cadre naturel.
Le pont d'Espagne, un site naturel en altitude sur la commune de Cauterets, où le cheval de Roland est censé apparaître chaque année.

Au chaos de Coumély, entre Gèdre et Gavarnie (Hautes-Pyrénées), les guides du XIXe siècle montraient aux touristes l'empreinte que les sabots du cheval de Roland avaient laissée sur un rocher, lors d'un saut gigantesque depuis la Brèche de Roland46. Entre Les Ilhes et Lastours (Aude) se trouvent les empreintes des sabots (ainsi que celles de l'épée et de la main du cavalier)47.

Dans les légendes catalanes, le cheval de Roland est gigantesque et n'a qu'un œil. Il est si grand qu'il se creusa avec ses naseaux une auge dans un rocher près d'Arles-sur-Tech (Pyrénées-Orientales) afin de boire : c'est l'Abeurador del Cavall de Rotllà (l'abreuvoir du cheval de Roland)47. Près de Céret (Pyrénées-Orientales), les habitants appelaient las ferraduras del cavall de Rotllà (les fers du cheval de Roland) des dépressions gigantesques sur les flancs de la montagne48.

Au col de la Bataille, entre les vallées de la Têt et de l'Agly, sur la route allant d'Estagel à Millas (Pyrénées-Orientales), existait autrefois la Pedra Liarga, un menhir portant une figure en creux qui, d'après la tradition, était l'empreinte du sabot du cheval de Roland49. Toujours en Catalogne, les traces du cheval de Roland étaient parfois vénérées. Paul Sébillot rapporte que l'on baisait respectueusement les traces de la « jument de Roland » sur une roche sacrée de la colline d'Ultréra, près de Sorède50.

Au sud, dans le Haut-Aragon, le Salto de Roldán (« saut de Roland ») est constitué de deux sommets éloignés que ce cheval aurait franchis d'un bond, imprimant ses sabots dans le roc51,52. Selon une version de la légende, le cheval serait mort en retombant et Roland aurait continué à pied, poursuivi par les Sarrasins.

Au Pays basque, il se racontait que, chaque année, le cheval de Roland apparaissait sur le pont d'EspagneNote 1 et poussait de tels hennissements que les Mairuak se réfugiaient dans leurs grottes53.

Si certaines de ces légendes ont disparu entre le XIXe siècle et nos jours, d'autres ont fait leur apparition. Le pas de Roland est une trouée dans les rochers au bord de la Nive, près d'Itxassou. Son appellation et la légende qui lui est associée sont relativement récentes. À la fin du XIXe siècle, la brèche d'Itxassou était simplement appelée le « mauvais pasNote 2 » (Atekagaitz en basque). Puis il se raconta que Roland avait produit le trou dans la roche en frappant avec son pied54. Aujourd'hui, c'est le cheval de Roland qui ouvrit d'un coup de sabot un passage dans la roche pour aider son maître à fuir les Vascons55.
Hors des Pyrénées
Dans un cadre forestier, affleurement de roches au sommet plat.
Les roches du Saut-Roland à Dompierre-du-Chemin.

On voyait encore vers 1850 près du hameau de Champ-Dolent, commune de Mézilles (Yonne), une énorme pierre plate sur laquelle une ruade du destrier avait tracé un sillon de plus de cinquante centimètres de large. Le Saut de Roland est un bloc escarpé en Maine-et-Loire, où l'on voyait jadis l'empreinte des fers du cheval de Roland lorsqu'il sauta d'un bond par-dessus l'Èvre48.

Près de Dompierre-du-Chemin et de Luitré (Ille-et-Vilaine), le Saut-Roland est toujours le nom d'un groupe de rochers d'où le cavalier légendaire franchit la vallée creusée par le ruisseau Saint-BlaiseNote 3, en laissant les traces de son cheval48. Dans le Nord, à Mons-en-Pévèle, une ancienne carrière romaine creuse un curieux amphithéâtre. Cet endroit est appelé le Parolan ou Pas-Roland : selon la légende, il serait la trace immense du sabot du destrier de Roland qui, soulevant dans sa marche cette énorme motte de terre, l'envoya trente kilomètres plus loin, près de Tournai en Belgique, où elle forme le mont Saint-Aubert56,57,58.
Symbolisme

Étienne Souriau rappelle que dans tous les récits héroïques, les chevaux sont les « compagnons constants des héros » et ont suffisamment d'importance pour posséder une personnalité, un caractère bien défini, ainsi que leur propre nom, à l'image de Bayard et Veillantif59. Franck Évrard fait remarquer que les épopées homériques, les chansons de geste et les romans de chevalerie concilient les valeurs chevaleresques et les valeurs religieuses et ont contribué à forger une image symbolique du cheval puis à le faire connaître. L'auteur y voit un « symbole de la virilité et de l'initiation chevaleresque », ajoutant que le cheval est souvent lié à une dynamique verticale et ascensionnelle comme dans le mythe de Pégase, dynamique qui se retrouve dans le récit héroïque. D'ailleurs, comme cela est mis en évidence dans un certain nombre de romans, le cavalier dépossédé de son cheval est un être diminué60.
Notes et références
Notes

↑ Lequel n'est pas situé au Pays basque, mais dans les Pyrénées centrales.
↑ Entendre « mauvais passage ».
↑ Sébillot parle de la vallée de la Cantache, mais il s'agit en fait de celle du ruisseau Saint-Blaise. Voir « Fougères Communauté : le Saut Roland à Dompierre-du-Chemin » [archive] (consulté le 24 janvier 2011).

Références

↑ Cortés et Gabaudan 1994, p. 252.
↑ a et b Collectif 1992, p. 405.
↑ Dougherty et Barnes 1981, p. xii.
↑ Dougherty et Barnes 1981, p. 203.
↑ a et b Alexandre-Gras 1988, p. 268.
↑ Reynolds 1975, p. chants 1-23 et 24-46.
↑ Gautier 1932, p. 290.
↑ Laradji 2008, p. 27.
↑ Passage extrait de la Vita Karoli Magni qui parle de Roland, préfet des Marches de Bretagne : Hruodlandus Brittannici limitis praefectus [lire en ligne [archive]].
↑ Collectif 1992, p. 244.
↑ Laradji 2008, p. 66.
↑ a et b Collectif 1992, p. 137.
↑ Collectif 1992, p. 580.
↑ a et b Zink 1984, p. 48.
↑ Barthélemy 2007, p. voir ce lien [archive].
↑ Prévot et Ribémont 1994, p. 206.
↑ a et b Derive 2002, p. 41-42.
↑ Université de Liège 1959, p. 96.
↑ La Chanson de Roland, version de Raoul Mortier, stance XCI.
↑ Génin 1845, p. 445.
↑ Bédier 1937, p. 170.
↑ Lafont 1991, p. 244.
↑ La Chanson de Roland, version de Raoul Mortier, stance CLX.
↑ Éric Baratay, Et l'homme créa l'animal : histoire d'une condition, Odile Jacob, coll. « Sciences humaines », 2003 (ISBN 9782738112477), p. 322.
↑ Laradji 2008, p. 148.
↑ Picot 1965, p. 73.
↑ Laradji 2008, p. 149.
↑ Laradji 2008, p. 150.
↑ Laradji 2008, p. 151.
↑ Laradji 2008, p. 183.
↑ Antoine Rivet de la Grange, François Clément, Charles Clémencet, Pierre-Claude-François Daunou et l’Académie des inscriptions & belles-lettres, Histoire littéraire de la France : XIVe siècle, Imprimerie nationale, 1962, p. 143.
↑ Université de Poitiers 1985, p. 120.
↑ Alexandre-Gras 1988, p. 17.
↑ Pulci 1955, p. 1005.
↑ a et b Didier et Guermès 2007, p. 207-208.
↑ a et b Alexandre-Gras 1988, p. 271.
↑ Alexandre-Gras 1988, p. 270.
↑ Chant VIII du Roland furieux sur Wikisource, traduction de Francisque Reynard en 1880.
↑ Tozer 1908, p. 163.
↑ Chant IX du Roland furieux sur Wikisource, traduction de Francisque Reynard en 1880.
↑ Chant XXX du Roland furieux sur Wikisource, traduction de Francisque Reynard en 1880.
↑ Chant XLI du Roland furieux sur Wikisource, traduction de Francisque Reynard en 1880.
↑ Victor Hugo, Le Petit Roi de Galice, VI, st. 146.
↑ Joseph Autran, La Légende des paladins, X L'Ermite.
↑ [image] (en) « Legendary horses of mythology » [archive]
↑ Lasserre-Vergne 1995, p. 36.
↑ a et b Joisten 2000, p. 156-157.
↑ a, b et c Sébillot 1904-1907, p. 383-388.
↑ Jaubert de Réart, Souvenirs pyrénéens, dans Le Publicateur du département des Pyrénées-Orientales, no 18, 1835, cité par Sébillot 1904-1907, p. 384.
↑ Sébillot 1904-1907, p. 411.
↑ Benj. Duprat, L'intermédiaire des chercheurs et curieux, volume 96, Libraire de l'Institut, 1933, p. 478.
↑ Société des traditions populaires, Revue des traditions populaires, volume 12, École typographique des pupilles de la Seine, 1897, p. 408.
↑ Jean-François Cerquand, Légendes et récits populaires du Pays basque recueillis principalement dans les provinces de Soule et de Basse Navarre, Pau, L. Ribaut, 1875-1882, 181 p. (lire en ligne [archive]), cité par Paul Sébillot, Le Folk-Lore de la France. Le peuple et l'histoire, t. IV, Paris, E. Guilmoto, 1904-1907, p. 334-335.
↑ Paul Sébillot, Le Folk-Lore de la France. Le peuple et l'histoire, t. IV, Paris, E. Guilmoto, 1904-1907, p. 334-335.
↑ « Il s'agit d'un rocher fendu dont la légende veut que ce soit l'œuvre des sabots furieux du cheval de Roland qui fuyait les Vascons. » sur une page du site du Centre d'Information du Pays Basque [archive]. Une autre variante attribue le trou à son épée Durandal (sur le site de la commune d'Itxassou) [archive].
↑ Victor-Eugène Ardouin-Dumazet, Voyage en France, 18e série : Région du Nord : I. Flandre et littoral du Nord, Paris, Berger-Levrault, 1899, p. 132.
↑ Pierre Legrand, Une journée à Mons-en-Pévèle, dans Mémoires de la Société Impériale des sciences, de l'agriculture et des arts à Lille. IIe série, 1er volume, 1854, p. 426.
↑ Voir aussi le dossier de La Voix du Nord Légendes du Nord-Pas-de-Calais (6/Cool Le Pas Roland à Mons-en-Pévèle : si ce n’est lui, c’est son cheval ! [archive]. Le mont Saint-Aubert est appelé aussi mont de la Trinité, il est donc bien question du même mont dans Pierre Legrand et dans La Voix du Nord.
↑ Souriau 1999, p. 681.
↑ Évrard 2000, p. 75.

Voir aussi

Sur les autres projets Wikimedia :

La Chanson de Roland, sur Wikisource Roland furieux, sur Wikisource

Articles connexes

Chevaux de la chanson de Roland
Bayard, le cheval de Renaud de Montauban.
Roland

Genesis - The Lamia...
https://www.youtube.com/watch?v=jWRrQ6GlI8o

RAPPORT DE TAY LA CHOUETTE EFFRAIE
ALIAS
LE CITOYEN TIGNARD YANIS
AUPRÈS DE L'HONORABLE ASSEMBLÉE DES SECOURISTES
DE LA RÉPUBLIQUE DE L'OLIVIER
OU
Y'BECCA
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 8924
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: Re: Le Mont Garizim, Les Larmes de l'Agneau, Le Loup et פֶּסַח   Jeu 24 Mai à 9:31

Δαίδαλος, Antoine van Dyck et l'eau-forte.

TIGNARD YANIS @TIGNARDYANIS
5 min il y a 5 minutes
En réponse à @SenatoStampa @Corriere et 7 autres
Au chant VI de l’Énéide, Virgile dit:
Dédale (en grec ancien Δαίδαλος/Daídalos) est un homme de la mythologie grecque. Il est connu pour être un inventeur, un sculpteur, un architecte, un forgeron dont le talent était exceptionnel: la scie et le compas
de Perdrix.
Y'BECCA.
TAY

Antoine van Dyck (prononcé en néerlandais : [vɑn ˈdɛˑɪ̯k]), né le 22 mars 1599 à Anvers et mort le 9 décembre 1641 à Blackfriars, près de Londres, est un peintre et graveur baroque flamand, surtout portraitiste, qui a été le principal peintre de cour en Angleterre, après avoir connu un grand succès en Italie et en Flandre.

Il est notamment réputé pour les portraits qu'il réalisa du roi Charles Ier d'Angleterre, de sa famille et de la cour, peints avec une élégance décontractée qui influencera notablement les portraitistes anglais pendant près d'un siècle et demi.

Il peignait également des sujets religieux et mythologiques, et était aussi un maître de la gravure à l'eau-forte.


Senato Repubblica Compte certifié @SenatoStampa
56 min il y a 56 minutes
#MinervaEventi. #GiovanniSartori: «Grazie per aver accolto la mia biblioteca. Spero che serva ad “uomini vedenti” che sanno leggere». In diretta da #BibliotecaSenato, convegno in sua memoria → http://webtv.senato.it/webtv_live?canale=webtv2

Séjour en Italie

Toutefois, après quatre mois de séjour à Londres, il retourne en Flandres avant de partir, fin 1621, pour l'Italie où il s'installe pendant six ans, étudiant les maîtres italiens tels que Titien et Véronèse, tout en commençant sa carrière de portraitiste à succès. Bien qu'il se soit rendu à Palerme en Sicile, et dans d'autres villes italiennes, il est surtout resté à Gênes où il décora les palais somptueux des nobles génois de tableaux religieux et de portraits dans lesquels il mettait toujours en valeur la position sociale importante de ses modèles. Il a alors développé un style de portrait de plain-pied, en s'appuyant sur le style de Paul Véronèse, du Titien ainsi que de toiles que Rubens réalisa lorsqu'il vécut lui-même à Gênes.

En 1627, il retourna à Anvers pendant cinq ans où il peignit une grande quantité de chefs-d’œuvre. Personnage charmant, van Dyck savait charmer ses commanditaires et, comme Rubens, il était capable de se mêler aux milieux aristocratiques ce qui lui facilitait l'obtention de nouvelles commandes. Il réalisa des portraits plus affables et élégants encore que ceux de ses maîtres flamands, comme le portrait taille réelle d'un groupe de vingt-quatre conseillers municipaux de Bruxelles qui orna la chambre du conseil mais qui fut détruit en 16958. En outre, au cours de cette période, il commença également à produire de nombreuses œuvres religieuses, notamment de grands retables, et il se lança aussi dans la gravure.

Sa réputation parvint aux oreilles de Charles Ier d’Angleterre qui le rappela.

Œuvres imprimées
Article détaillé : Icones Principum Virorum.
Pieter Brueghel le Jeune, gravure de van Dyck, The Frick Collection

C'est sans doute après être revenu à Anvers de retour d'Italie que van Dyck a commencé son Iconographie, un ouvrage rassemblant des portraits d'éminents contemporains (hommes d'état, savants, artistes). Pour ce projet, Van Dyck a produit de nombreux dessins. Dix-huit portraits ont été gravé à l'eau-forte par Van-Dyck lui-même, tandis que la majorité des planches sont de la main de graveurs professionnels qui ont interprété les dessins du maître. Les planches de la main de Van-Dyck semblent avoir été mises dans le commerce qu'après sa mort, et les tirages des premiers états sont très rares18. Il a continué à compléter la série au moins jusqu'à son départ pour l'Angleterre, mais c'est sans doute à Londres qu'il fit réaliser celle d'Inigo Jones.

L'Iconologie fut un grand succès, mais c'est la seule fois que Van Dyck s'aventura dans la gravure car la réalisation de portraits peint payait sans doute mieux et qu'il était en outre très demandé. La grande qualité de l'ensemble est reconnue des historiens de l'art « La gravure de portraits existait à peine avant lui, et elle est soudainement apparue dans son travail au plus haut point qu'elle a jamais atteint dans l'art »19.

À sa mort, il existait quatre-vingt planches réalisées par d'autres, dont cinquante deux faites par des artistes, outre les dix-huit réalisées par van Dyck lui-même. Ces planches furent achetées par un éditeur et ont été utilisées pendant des siècles de sorte qu'elles finissaient par s'user ce qui impliquait d'en refaire périodiquement, ce qui explique que, à la fin du XVIIIe siècle, il y avait plus de deux cents planches de portraits qui ont d'ailleurs été rachetées par le musée du Louvre18.

L'iconographie de van Dyck fut assez influente comme modèle commercial de la reproduction de gravures. Sa collection de planches de dessins, maintenant oubliée, fut très populaire jusqu'à l'avènement de la photographie. Le style des gravures van Dyck, avec des lignes ouvertes et des points, contrastait remarquablement de celui d'autres grands graveurs de portraits de l'époque, comme Rembrandt, et eut un faible impact stylistique jusqu'à la fin du XIXe siècle, où il influença des artistes telles que James Whistler. L'historien d'art Hyatt Mayor écrivit à ce sujet :

« Les graveurs ont par conséquent étudié van Dyck car ils peuvent espérer se rapprocher de sa brillante authenticité, alors que personne ne peut espérer approcher la complexité des portraits de Rembrandt. »

JE RÉPONDS QUE TOUTE MATIÈRE POSSÈDE UN DOUBLE MAIS SON EMPREINTE DEMEURE UNIQUE: CES PROPOS SONT VALABLE POUR REMBRANDT ET VAN DYCK. NOTRE REGARD ET NOTRE OBSCURANTISME FASCINENT UNE TOILE COMME UNE FOI SE MUE DANS LA PENSÉE. CES MOTS QUI PORTENT LE POÈTE ET L'IMAGINAIRE DES COULEURS DANS CETTE RÉALITÉ QUE LE VIDE N'EST PAS LE RIEN.
TAY

L’eau-forte est un procédé de gravure en taille-douce sur une plaque métallique à l’aide d’un mordant1 chimique (un acide). L’artiste utilisant l’eau-forte est appelé aquafortiste. À l’origine, l’eau-forte était le nom donné à l’acide nitrique. « Cette appellation elle-même est celle de l’acide nitrique étendu d’eau : l’aqua-fortis des anciens alchimistes »2. Aujourd’hui, l’acide nitrique est remplacé par des mordants moins toxiques, tels le perchlorure de fer.

L’eau-forte est un procédé de taille indirecte (par morsure du métal par un acide), par opposition à la taille directe (à l’aide d’outils, tels burin ou pointe sèche). « En un sens général, l’eau-forte, qui est à la fois le procédé, la gravure sur métal et l’estampe obtenue par cette gravure, s’oppose aux autres procédés de taille-douce (ou gravure en creux), exécutés aux outils (burin, pointe sèche, manière noire). »

Parmi les différents procédés d’eaux-fortes, on trouve l’aquatinte, la gravure au lavis ou la manière de crayon. Toutes désignent une technique de gravure où l’image est creusée sur une plaque de métal à l’aide d’un acide. Elles diffèrent en revanche par les outils ou vernis à graver utilisés. Le principe est simple : sur la plaque de métal préalablement recouverte d’un vernis à graver, l’artiste dessine son motif à la pointe métallique. La plaque est ensuite placée dans un bain d’acide qui « mord » les zones à découvert et laisse intactes les parties protégées. Après nettoyage du vernis, la plaque est encrée et mise sous presse.

« Eau forte » désignait originellement l'acide nitrique, alors employé par les graveurs dans la réalisation des plaques de cuivre gravées, ou plutôt oxydées par cette substance. Par la suite, la technique, de même que les œuvres produites par cette technique, sont appelées du même nom. Aujourd'hui, le terme d'eau-forte ne désigne plus que la technique de gravure et les œuvres produites.

Elle est rapidement employée dès le Moyen Âge par les orfèvres arabes, en Espagne et à Damas. Dès le début du XVe siècle, Daniel Hopfer, armurier, aurait été celui qui a appliqué cette technique dans le domaine de l’image imprimée.
Femme baignant ses pieds (1513), considérée comme la première eau-forte datée de l'histoire4.

De grands graveurs, comme Urs Graf (1485-1527, actif à Zurich et à Bâle) dès 1513, et Albrecht Dürer (Nuremberg, 1471-1528), en 1515, sont parmi les premiers à exploiter cette technique pour ses caractéristiques propres.

« À partir des années 1530, elle trouve sa véritable voie avec Francesco Mazzola (Parme, 1503-Casal Maggiore, 1540) dit Parmigianino ou Le Parmesan, qui s’empare de cette technique et en use avec un brio extraordinaire2. » L’eau-forte devient très rapidement le moyen d’expression favori des « peintres-graveurs ».

C'est grâce à Antonio da Trento que la technique fut utilisée par l’école de Fontainebleau[réf. nécessaire].

À l’origine, l’outil employé est une simple pointe, qui permet des effets graphiques proches de ceux de la plume. Cependant, cette technique connaît une importante transformation au début du XVIIe siècle, grâce à trois innovations majeures dues à Jacques Callot (Nancy, 1592-1635), graveur lorrain formé en Italie. Celui-ci découvre la possibilité d’utiliser l’« échoppe », outil proche du burin, présentant un profil triangulaire, qui permet des effets de variation dans la grosseur du trait et, donc, l’usage des pleins et des déliés. Les possibilités graphiques s’en trouvent multipliées. Il abandonne également le vernis mou, utilisé jusque-là, qui ne permettait pas au graveur de poser la main sur la plaque. Il lui substitue un vernis dur, utilisé par les luthiers, qui donne ainsi une facilité d’exécution réellement analogue à celle du dessin. De plus, il met au point un procédé de morsure dite « à bains multiples », c'est-à-dire qu’il a l’idée de protéger certaines parties de la plaque après une première morsure, avant de la plonger à nouveau dans le bain corrosif. Cela lui permet de jouer sur l’épaisseur et la profondeur des tailles et de varier ainsi la ligne avec une grande précision.

Il ouvre ainsi la voie à un nouveau terrain d’expérimentation : Abraham Bosse (Tours, 1602-Paris, 1676), grâce à l’emploi d’un vernis plus mou, permet à l’eau-forte de rivaliser avec le travail des burinistes. Celui-ci est tout d’abord l’auteur du Traité des manières de graver en taille douce sur l’airain par le moyen des eaux fortes et des vernis durs et mols, publié en 1645, premier manuel pratique et théorique sur l’eau-forte. Il tente par ce biais de faire admettre la gravure comme art majeur, au même titre que la peinture, la sculpture ou l’architecture. Quelques années plus tard, en 1648, lorsque l’Académie royale de peinture et de sculpture est créée en France, il est le premier graveur à y être accepté et à y dispenser des cours au même titre que l’enseignement du dessin, de l’anatomie et de la théorie de l'art. Sous son impulsion, l’Édit de Saint-Jean de Luz, en 1660, consacre la gravure comme art libre. L’eau-forte et toutes les autres techniques de l’estampe sont désormais considérées comme un art à part entière, propre à rivaliser avec la peinture de chevalet et les autres arts figuratifs.

Rembrandt (Leyde, 1606-Amsterdam, 1669) exploite la technique de l’eau-forte au maximum de ses possibilités, en adoptant la technique des bains multiples. Il s’intéresse au processus d’impression en testant divers types de papiers, d’encre et de techniques d’encrage. Au XVIIe siècle, Claude Gellée, Ruysdael et Van Ostade utilisent l’eau-forte pour leurs gravures de paysages. Au siècle suivant, Gabriel de Saint-Aubin pousse la technique au paroxysme de ses moyens. Le Piranèse, dans ses Prisons, utilise l’eau-forte pour renforcer l’atmosphère étrange des bâtiments. N’oublions pas Watteau, Boucher et Lorenzo Tiepolo.

Au XVIe siècle, Hercules Seghers, des Pays-Bas, grave surtout des paysages montagneux désolés. Anne Claude Philippe de Tubières, comte de Caylus, au XVIIe siècle, en France, est un archéologue et un graveur de talent, membre honoraire de l’Académie royale de peinture et de sculpture. En Espagne, au XVIIIe siècle, Goya offre la première réalisation d'une série d'estampes de caricatures avec Los Caprichos.

Aux XIXe et XXe siècles, de grands noms de la peinture se sont adonnés aux plaisirs de l’eau-forte : Pissarro, Degas, Paul Renouard, Besnard, Matisse, Picasso et Gabriel Belgeonne.

Gravure de peintre par excellence, l’eau-forte a contribué à donner à l’estampe ses lettres de noblesse.
Technique
Matrice préparée à l’eau-forte par Albrecht Dürer au XVIe siècle.

Dans ce procédé de gravure en taille-douce (comme la gravure au burin ou à la pointe sèche), le motif est gravé en creux et l'encre va au fond des tailles.

La plaque de métal, généralement du cuivre, plus résistante aux nombreuses impressions, ou de zinc, plus malléable, est recouverte sur la face qui sera gravée, d’un vernis à graver (dur ou mou) résistant à la solution utilisée pour mordre et recouverte sur son dos, soit également d'un vernis, soit d'un film protecteur également résistant à cette solution.

Le graveur exécute son dessin à l’aide de différents outils, avec lesquels il retire le vernis aux endroits qui contiendront l'encre lors de l'impression. Le vernis doit être retiré en fines striures afin d'éviter les « crevés », des grandes zones sans vernis qui ne pourront pas retenir efficacement l'encre, lors de l'encrage de la plaque.

La plaque est ensuite plongée dans la solution mordante, adaptée au métal, comme un acide, de façon à creuser les zones dégagées. Le bain utilisé est plus ou moins dilué et le temps de morsure plus ou moins long, selon la profondeur de taille que l’on veut obtenir. On peut également jouer sur le choix du « mordant », afin d’obtenir des attaques plus ou moins franches, voire parvenir à certains effets : l’utilisation de fleur de soufre en suspension permet par exemple d’obtenir, par une attaque diffuse et peu profonde (punctiforme), des effets de brume.

Le vernis est ensuite retiré avec un solvant de type white spirit et la plaque encrée. L'encre doit être étalée sur l'ensemble de la plaque, et bien pénétrer dans les fentes. L’excès d'encre est soigneusement retiré en frottant délicatement et parallèlement à la plaque avec de la tarlatane, afin de laisser de l'encre dans les entailles, mais de dégager celle présente sur les surfaces planes, non creusées, de la plaque. Certains utilisent également du papier journal, puis du papier de soie. La plaque est recouverte d'une feuille de papier gravure préalablement humidifiée, recouverte de langes et passée sous presse. Les rouleaux de la presse à taille-douce vont appuyer fermement sur la feuille et permettre ainsi le transfert de l’encre. Le résultat final est inversé par rapport à l’image gravée sur la plaque.

Le procédé à l'eau-forte n’est donc pas seulement mécanique, mais aussi chimique. Le geste le rapproche de la technique du dessin, ce qui n’est pas le cas des techniques sèches. L’eau-forte a l’avantage d’être bien plus facile à mettre en œuvre que le burin, qui nécessite une formation longue. Surtout, elle permet une plus grande rapidité d’exécution.

La plaque peut être également retravaillée au burin ou à la pointe sèche, mêlant ainsi plusieurs techniques.

En cas de repentir, le graveur peut repolir sa plaque, ou la gratter, à l’aide du grattoir, du brunissoir ou d’abrasifs (acide).
Notes et références

↑ Substance attaquant le métal.
↑ a, b et c André Béguin, Dictionnaire technique de l’estampe, op. cit.
↑ « Technique de gravure à l'eau forte », vidéo explicative sur le site henry-biabaud.guidarts.com [archive].
↑ Hors texte 26, dans E. S. Lumsden, The Art of Etching, Courier Corporation, 2012, p. 169.

Bibliographie

A. Béguin, Dictionnaire technique de l'estampe, Bruxelles (1977), 2e édition 1998, 346 p. (ISBN 978-2903319021).
A. Bosse, Traité des manières de gravure en taille-douce, Paris, 1645.
M. Lalane, Traité de la gravure à l’eau-forte, Paris, 1866.
Maria Cristina Paoluzzi, La Gravure, Solar, 2004, 191 p. (ISBN 978-2263037290).
S. Renouard de Bussière, « Les subtilités de Rembrandt aquafortiste », Dossier de l’art, no 129, 2006, p. 40-51.
K. Robert, Traité pratique de la gravure à l’eau-forte, Paris, 1928.
R. Savoie, L’Eau-forte en couleurs, Montréal, 1972.
Michel Terrapon, L’Eau-forte, Genève, Bonvent, coll. « Les métiers de l’art », 1975.

Articles connexes

Sur les autres projets Wikimedia :

Eau-forte, sur Wikimedia Commons

Maître d'art

MOSAÏQUE DU CITOYEN TIGNARD YANIS
ALIAS
TAY
La chouette effraie

http://le-rien-la-nudite.forumactif.com/t142-antoine-van-dyck-et-l-eau-forte#648
http://orkhidion-velamen.forumactif.com/t144-antoine-van-dyck-et-l-eau-forte#677
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le Mont Garizim, Les Larmes de l'Agneau, Le Loup et פֶּסַח   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le Mont Garizim, Les Larmes de l'Agneau, Le Loup et פֶּסַח
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Toponymie des Monts d'Arrée : Roc'h ar Bleiz
» [ Passé ]La bataille du Mont Gundabad
» Prise de risque - L'agneau dans le repère des loups [Pv. Ryuho D. Shikki]
» La FMB à Mont st Guibert
» Mont Venteux

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le clans des mouettes :: Le clans des mouettes-
Sauter vers: