Le clans des mouettes

ainsi est la force.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 THE VIKING, THE DRAGON AND THE GOD OF THUNDER

Aller en bas 
AuteurMessage
yanis la chouette



Nombre de messages : 9546
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: THE VIKING, THE DRAGON AND THE GOD OF THUNDER   Ven 30 Mar à 10:10

RECUEIL DE POÉSIE ET D'ARTICLE DE L'Æschne bleue ou La Space Agency European
par Le clans des mouettes et Y'becca...

30 March 2018

Scandinavian mythology stories are rich in fantastic creatures, and a Nordic astronaut is about to write a new chapter as Space Viking Andreas Mogensen monitors the arrival of the Dragon cargo vessel at the International Space Station next week. The passenger: a state-of-the-art lightning hunter.

For Andreas it all started with an interesting project during his mission to the Space Station in 2015. He was tasked to capture on camera the flashes generated by electrical discharges in the upper layers of our atmosphere.

The experiment was called Thor after the god of thunder, lightning and storms in Nordic mythology. His discovery of a pulsating jet shooting up into space helped to pave the way for the Atmosphere-Space Interactions Monitor.

Next Wednesday, the Dragon supply vehicle will deliver this instrument to the orbital outpost following Monday's launch on a Falcon 9 rocket from Cape Canaveral, Florida, USA.
Capcom Andreas Mogensen

Andreas will witness the launch in person and will play a crucial role at NASA’s Johnson Space Center in Houston as lead ‘capcom’ during Dragon’s rendezvous and berthing.

From mission control, Andreas will be the only person allowed to speak directly to the astronauts on the Station.

Andreas will draw on his experience in space for the job: “I am familiar with the crew’s work and needs, and the challenges they face if something has to be repaired.”

After orbiting Earth for about two days, Dragon will position itself below the Station for the astronauts to capture it with the 16 m-long robot arm and pull it in.
Installed on Columbus

ESA’s astronaut has spent the last two months training on rendezvous and docking procedures with the flight control teams. “We practise how to handle any problem that may take place during the arrival of the spacecraft,” adds Andreas.

Once installed on the outside of Europe’s Columbus laboratory, the scientific instrument will write its own chapter in the study of thunderstorms.

http://www.esa.int/Our_Activities/Human_Spaceflight/The_Viking_the_dragon_and_the_god_of_thunder

Titre : Vieille chanson du jeune temps
Poète : Victor Hugo (1802-1885)

Recueil : Les contemplations (1856).

Je ne songeais pas à Rose ;
Rose au bois vint avec moi ;
Nous parlions de quelque chose,
Mais je ne sais plus de quoi.

J'étais froid comme les marbres ;
Je marchais à pas distraits ;
Je parlais des fleurs, des arbres
Son oeil semblait dire : " Après ? "

La rosée offrait ses perles,
Le taillis ses parasols ;
J'allais ; j'écoutais les merles,
Et Rose les rossignols.

Moi, seize ans, et l'air morose ;
Elle, vingt ; ses yeux brillaient.
Les rossignols chantaient Rose
Et les merles me sifflaient.

Rose, droite sur ses hanches,
Leva son beau bras tremblant
Pour prendre une mûre aux branches
Je ne vis pas son bras blanc.

Une eau courait, fraîche et creuse,
Sur les mousses de velours ;
Et la nature amoureuse
Dormait dans les grands bois sourds.

Rose défit sa chaussure,
Et mit, d'un air ingénu,
Son petit pied dans l'eau pure
Je ne vis pas son pied nu.

Je ne savais que lui dire ;
Je la suivais dans le bois,
La voyant parfois sourire
Et soupirer quelquefois.

Je ne vis qu'elle était belle
Qu'en sortant des grands bois sourds.
" Soit ; n'y pensons plus ! " dit-elle.
Depuis, j'y pense toujours.

Paris, juin 1831.

Mise en images du texte "la découverte ou l'ignorance" du groupe Tri Yann.
https://www.youtube.com/watch?v=DsI9-jDLDsU


30 March 2018

Every week, on average, a substantial, inert satellite drops into our atmosphere and burns up. Monitoring these reentries and warning European civil authorities has become routine work for ESA’s space debris experts.

Each year, about 100 tonnes of defunct satellites, uncontrolled spacecraft, spent upper stages and discarded items like instrument covers are dragged down by Earth’s upper atmosphere, ending their lives in flaming arcs across the sky.

Some of these objects are big and chunky, and pieces of them survive the fiery reentry to reach the surface. Our planet, however, is a big place, mostly covered by water, and much of what falls down is never seen by anyone, sinking to the bottom of some ocean, or landing far from human habitation.

While still in orbit, these and many other objects are tracked by a US military radar network, which shares the data with ESA, since Europe has no such capability of its own.

It’s the task of ESA’s Space Debris team to look at these data and issue updates to ESA Member States and partner civil authorities around the globe.
TIRA space observation radar of Fraunhofer FHR in Wachtberg
Fraunhofer radar

They mix in additional tracking information gleaned from European sources, such as Germany’s Fraunhofer research radar near Bonn or telescopes and other detectors run by a mix of institutional and private researchers, to generate reentry forecasts – a challenging and imprecise art.

“With our current knowledge and state-of-the-art technology, we are not able to make very precise predictions,” says Holger Krag, head of ESA’s Space Debris Office.

“There will always be an uncertainty of a few hours in all predictions – even just days before the reentry, the uncertainty window can be very large.

“The high speeds of returning satellites mean they can travel thousands of kilometres during that time window, and that makes it very hard to predict a precise location of reentry.”

Most larger descents, about 50 per year, happen unseen by anyone and never make the news. In the history of spaceflight, no casualties from falling space debris have ever been confirmed.

International cooperation

Around once a year, ESA takes part in a joint tracking campaign run by the Inter Agency Space Debris Coordination Committee, which consists of experts from 13 space agencies and organisations such as NASA.
China’s Tinagong-1 space station seen in orbit in a radar image acquired by the FHR TIRA radar just days before its expected reentry
Radar image of China’s Tiangong-1 space station

“Members use these campaigns to pool their predictions of the time window, as well as their respective tracking datasets from radar and other sources. The aim is to cross-verify, cross-analyse and improve the prediction accuracy for all members,” notes Holger.

ESA is serving as the host of the 2018 campaign that is following the reentry of China’s Tiangong-1 space station (details via ESA’s Rocket Science blog)

Since 2009, ESA has been developing software, technologies and precursor systems to test a fully European network that would provide independent data on the risks from spaceflight.

“Today, everyone in Europe relies on the US military for space debris orbit data – we lack the radar network and other detectors needed to perform independent tracking and monitoring of objects in space,” says Holger.

“This is needed to allow meaningful European participation in the global efforts for space safety.”

http://www.esa.int/Our_Activities/Operations/Space_Debris/ESA_reentry_expertise

SENTIMENTS
DE LA
MOSAÏQUE INTERNATIONALE SPATIALE
PAR
LE CITOYEN TIGNARD YANIS


Dernière édition par yanis la chouette le Ven 30 Mar à 10:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 9546
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: Re: THE VIKING, THE DRAGON AND THE GOD OF THUNDER   Ven 30 Mar à 10:15

26 March 2018

Lightning triggers powerful electrical bursts in Earth’s atmosphere almost every second. The inner workings of these magnificent forces of nature are still unknown, but a rare observation by an ESA astronaut gave a boost to the science community. A European detector will take on the challenge of hunting for thunderstorms from space next week.

As he flew over India at 28 800 km/h on the International Space Station in 2015, astronaut Andreas Mogensen directed a high-resolution camera towards a gigantic thunderstorm. He caught a blue jet repeatedly shooting up into space towards the upper layers of the atmosphere – as high as 40 km.
Thunderstruck Earth

The spectacular footage was the first of its kind. His discovery of a pulsating jet gave a new perspective on the electrical activity at the top of tropical thunderstorms. Scientists began to learn what types of cloud trigger such phenomena, and how they may affect the chemistry of the atmosphere.

The solid scientific results gathered a lot of attention and confirmed the Space Station as a great vantage point 400 km above the clouds. Apart from covering all the main thunderstorm regions, it is the space platform that brings instruments closest to the electric events.

A sophisticated monitor designed to look for electrical discharges born in stormy weather conditions will be on its way to the Station next week. The Atmosphere-Space Interactions Monitor, or ASIM, is a collection of optical cameras, light meters and an X- and gamma-ray detector.

It is the first time such a sensitive instrument will fly into space to observe the inner anatomy of lightning.

“The science we hope to do by combining data from all the instruments is explosive. Simultaneous observations will bring a whole new insight,” says Torsten Neubert, science team coordinator at the Technical University of Denmark.
Thunderstorm seen from Space Station

The biggest challenge is how to measure the phenomena in their entirety. The timescales are short – a tiny fraction of a second – and the size is big – several kilometres wide.

“Up in the atmosphere, the thin air slows down and enlarges the discharges. That gives our instruments a better chance to observe them in all their glory,” explains Torsten.

Gigantic electrical discharges in Earth’s upper atmosphere are also fascinating displays of the processes taking place inside thunderstorm clouds. Mounted on the outside of Europe’s Columbus laboratory, the observatory will open a new window onto lightning.

Lightning affects the concentration of atmospheric gases that are important for the climate. New data will improve our understanding of the effect of thunderstorms on the atmosphere and contribute to more accurate climate models.
Atmosphere-Space Interactions Monitor

The measurements will be coupled with those coming from meteorological satellites and ground observations from all over the world. More than 100 dedicated experts from eight countries have participated in the project so far.

ASIM is already sitting inside the SpaceX Dragon capsule and ready for launch next Monday from Cape Canaveral in Florida, USA.

http://www.esa.int/Our_Activities/Human_Spaceflight/A_space_window_to_electrifying_science

Tri Yann - Bro Gozh Ma Zadoù (Vieux pays de mes pères)...
https://www.youtube.com/watch?v=ymj0HVgUPLE

Titre : La neige à travers la brume
Poète : Paul Verlaine (1844-1896)

Recueil : Bonheur (1891).

La neige à travers la brume
Tombe et tapisse sans bruit
Le chemin creux qui conduit
A l'église où l'on allume
Pour la messe de minuit.

Londres sombre flambe et fume ;
La chère qui s'y cuit
Et la boisson qui s'ensuit !
C'est Christmas et sa coutume
De minuit jusqu'à minuit.

Sur la plume et le bitume,
Paris bruit et jouit.
Ripaille et Plaisant déduit
Sur le bitume et la plume
S'exaspèrent dès minuit.

Le malade en l'amertume
De l'hospice où le poursuit
Un espoir toujours détruit
S'épouvante et se consume
Dans le noir d'un long minuit...

La cloche au son clair d'enclume
Dans la cour fine qui luit,
Loin du péché qui nous nuit,
Nous appelle en grand costume
A la messe de minuit.

Paul Verlaine.

10 November 2015

A test version of ESA’s service module for NASA’s Orion spacecraft arrived in the US yesterday after leaving its assembly site in Italy last weekend.
Test model arrives

The European Service Module is adapted from Europe’s largest spacecraft, the Automated Transfer Vehicle, which completed its last mission to the International Space Station in February. Just nine months later, prime contractor Airbus Defence & Space in Bremen, Germany, has delivered the first test module.

The module sits directly below Orion’s crew capsule and provides propulsion, power, thermal control, and water and air for four astronauts. The solar array spans 19 m and provides enough to power two households.
European Service Module test article

A little over 5 m in diameter and 4 m high, it weighs 13.5 tonnes. The 8.6 tonnes of propellant will power one main engine and 32 smaller thrusters.

The structural test article delivered today was built by Thales Alenia Space in Turin, Italy. Following initial tests in Europe, it will now undergo rigorous vibration tests in NASA’s Plum Brook Station in Ohio to ensure the structure and components can withstand the extreme stresses during launch.

“This is the first major element of the European Service Module to be delivered to the US,” notes Philippe Deloo, ESA’s programme manager, “demonstrating the commitment of ESA to this human exploration endeavour.”
Orion with service module and propulsion stage

More than 20 companies around Europe are working on the project, most building on their expertise earned from the five Automated Transfer Vehicles that delivered cargo to the Space Station and reboosted its orbit from 2009 to 2015.

The first, uncrewed, launch of the full Orion vehicle is planned for 2018 with the first European Service Module. It will fly beyond the Moon and back, returning to Earth at higher speeds than any other previous spacecraft.

During the mission, the module will detach shortly before entry into Earth’s atmosphere.

http://www.esa.int/Our_Activities/Human_Spaceflight/Orion_s_European_module_ready_for_testing

Dalida- Salma ya Salama (Français)
https://www.youtube.com/watch?v=hRW1Vd_I438

Titre : Matin d'hiver
Poète : André Lemoyne (1822-1907)

Recueil : Chansons des nids et des berceaux (1896).

À Mademoiselle Marguerite Coutanseau.

La neige tombe en paix sur Paris qui sommeille,
De sa robe d'hiver à minuit s'affublant.
Quand la ville surprise au grand jour se réveille,
Fins clochers, dômes ronds, palais vieux, tout est blanc.

Moins rudes sont les froids, et la Seine charrie :
D'énormes blocs de glace aux longs reflets vitreux
Éclaboussent d'argent l'arche du pont Marie,
Poursuivent leur voyage et se choquent entre eux.

Les cloches qui tintaient à si grandes volées,
Pour fêter dignement les jours carillonnés,
N'ont plus qu'un timbre mat et des notes voilées,
Comme si leurs battants étaient capitonnés.

Les barques des chalands au long des quais rangées,
De leur unique voile ont fermé l'éventail,
Et toutes dans la glace, en bon ordre figées,
Sont prises dans leur coque et jusqu'au gouvernail.

Enrobant le Soleil sous deux ailes de flamme,
Un goéland du Havre ou de Pont-Audemer
Vient comme un Saint-Esprit planer sur Notre-Dame :
On reconnaît de loin le grand oiseau de mer.

Ce fut par de joyeux et clairs matins de neige,
Où l'aurore allumait ses premiers feux pourprés,
Qu'autrefois les Normands, blonds fils de la Norvège,
Dressaient la haute échelle à Saint-Germain-des-Prés.

André Lemoyne.

SENTIMENTS
DE LA
MOSAÏQUE INTERNATIONALE SPATIALE
PAR
LE CITOYEN TIGNARD YANIS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 9546
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: Re: THE VIKING, THE DRAGON AND THE GOD OF THUNDER   Ven 30 Mar à 10:17

L'HISTOIRE, LA MUSIQUE, LES MATHÉMATIQUES, LE RESSENTI, LA FEMME ET L'ENFANT,
LE MASTURBATOIRE, LA BIOLOGIE ET LA RAISON, L'ESPRIT ET LE CORPS, LA CLARTÉ ET L’OBSCURITÉ,
ECT... VOUS VERREZ QUE JE DÉFINIS LES CHOSES TOUT EN GARDANT LA PUDEUR DE LA VIE ET DE LA MORT...
SOIGNER N'EST PAS GUÉRIR MAIS GUÉRIR S'EST SOIGNER...
L’ÉTERNEL NE CRAINS PAS CELUI QUI NE CROIT PAS EN LUI CAR L’ÉTERNEL EST PROPRE DE SA RAISON:
LA RAISON QU'IL EST L’ÉTERNEL, LE MISÉRICORDIEUX DE SA PAROLE ET LUI SEUL EST JUSTE DE
DIRE AUX HOMMES: LA PRIÈRE NE DONNE AUCUN RÉEL POUVOIR DE PENSER SUR LA NATURE ET SES ENFANTS.


MONSIEUR LE PROCUREUR, L’ATHÉE EST IL PLUS CRIMINEL AUX YEUX DE LA MORT QUE NE L'EST CELUI QUI PRIE
POUR SA PROPRE GLOIRE ET PAR DES SACRIFICES HUMAINS ET VIVANTS DE LA NATURE EN SE SERVANT DE LA
MISÉRICORDE DE L’ÉTERNEL ! CELA N'EST PAS UNE QUESTION ET JE DONNE MA RÉPONSE:


Une équation est, en mathématiques, une relation contenant une ou plusieurs variables. Résoudre l'équation consiste à déterminer les valeurs que peut prendre la variable pour rendre l'égalité vraie. La variable est aussi appelée inconnue et les valeurs pour lesquelles l'égalité est vérifiée solutions. À la différence d'une identité, une équation est une égalité qui n'est pas nécessairement vraie pour toutes les valeurs possibles que peut prendre la variable 2,3.

Les équations peuvent être de natures diverses, on les trouve dans des branches différentes des mathématiques ; les techniques associées à leur traitement diffèrent selon leur type.

L'algèbre étudie surtout deux familles d'équations : les équations polynomiales et parmi elles les équations linéaires. Les équations polynomiales sont de la forme P(X) = 0, où P est un polynôme. Des méthodes de transformation et de changement de variable permettent de venir à bout des plus simples. Les équations linéaires sont de la forme a(x) + b = 0, où a est une application linéaire et b un vecteur. On utilise pour les résoudre des techniques algorithmiques ou géométriques, issues de l'algèbre linéaire ou de l'analyse. Modifier le domaine de définition de la variable peut changer considérablement la nature de l'équation. L'algèbre étudie également les équations diophantiennes, équations dont les coefficients et les solutions sont des entiers. Les techniques utilisées sont différentes et essentiellement issues de l'arithmétique. Ces équations sont en général difficiles, on cherche souvent uniquement à déterminer l'existence ou l'absence de solution et, si elles existent, leur nombre.

La géométrie utilise les équations pour caractériser des figures. L'objectif est encore différent des cas précédents, l'équation est utilisée pour mettre en évidence des propriétés géométriques. Il existe, dans ce contexte, deux grandes familles d'équations, les cartésiennes et les paramétriques.

L'analyse étudie des équations du type f(x) = 0, où f est une fonction ayant certaines propriétés comme la continuité, la dérivabilité ou encore le fait d'être contractante. Des techniques permettent de construire des suites convergeant vers une solution de l'équation. L'objectif est de pouvoir approcher la solution aussi précisément que possible.

Un système dynamique est défini par une équation dont les solutions sont, soit des suites, soit des fonctions d'une ou plusieurs variables. Il existe deux questions centrales : l'état initial et le comportement asymptotique. Pour chaque état initial admissible, par exemple la valeur de la suite ou de la fonction en zéro, l'équation admet une unique solution. Parfois, une petite modification de l'état initial modifie peu la solution. Ce n'est pas toujours le cas, cette sensibilité à la condition initiale est l'objet de la première question. Le comportement limite ou encore asymptotique d'une solution correspond à la forme de la solution quand la variable tend vers l'infini, ce comportement est l'objet de la deuxième question. S'il ne diverge pas, il peut, soit tendre vers une valeur donnée, soit s'approcher d'un comportement cyclique (une fonction périodique ou une suite parcourant toujours un même ensemble fini de valeurs et dans le même ordre), soit avoir un comportement chaotique, semblant évoluer au gré du hasard, même si la solution est par définition déterministe.

Remarque : Le terme inéquation correspond à une définition différente4. Si dans certains cas particuliers5 les sujets sont connexes, dans le cas général ils sont suffisamment éloignés pour mériter des traitements distincts. L'inéquation est en conséquence traitée dans un article séparé.

Misquotations
Further information: False attribution

Many quotations are routinely incorrect or attributed to the wrong authors, and quotations from obscure or unknown writers are often attributed to far more famous writers. Examples of this are Winston Churchill, to whom many political quotations of uncertain origin are attributed, and Oscar Wilde, to whom anonymous humorous quotations are sometimes attributed.[4]

The Star Trek catchphrase "Beam me up, Scotty" did not appear in that form in the original series. Other misquotations include "Just the facts, ma'am" (attributed to Jack Webb's character of Joe Friday on Dragnet), "Elementary, my dear Watson" (attributed to Sherlock Holmes), "Luke, I am your father" (attributed to Darth Vader in Star Wars), "Play it again, Sam" (attributed to Ilsa in Casablanca), "Do you feel lucky, punk?" (attributed to Harry Callahan in Dirty Harry) and "We don't need no stinkin' badges!" (attributed to Gold Hat in The Treasure of the Sierra Madre). [5][6][7][8]

The Dirty Harry quotation "Do you feel lucky, punk?" is a rewording of the original dialogue: "You've got to ask yourself one question: 'Do I feel lucky?' Well, do ya, punk?" Humphrey Bogart's character Rick in Casablanca never said "Play it again, Sam." The actual expression is "Play it, Sam." Mae West did not say "Why don't you come up sometime and see me?" in She Done Him Wrong, but rather "Why don't you come up and see me sometime?"
See also
Wikiquote has quotations related to: Quotation
Wikisource has original works on the topic: Quotations

Adage
Aphorism
Block quotation
Darmok
Epigram
Fallacy of quoting out of context
Maxim (saying)
Musical quotation
Nested quotation
Proverb
Scare quotes
Sic
Use–mention distinction
Quotation mark

[hide]

v t e

Appropriation in the arts
By field
Music

Appropriation Bootleg recording Contrafact
List Contrafactum Cover version Interpolation List of musical medleys Music mashup Music plagiarism Musical quotation Parody music Pasticcio Plunderphonics Potpourri DJ mix Quodlibet Remix Sampling Sound collage Trope Variation

Literature / theatre

Assemblage Cut-up technique Joke theft Trope Found poetry Flarf poetry Verbatim theatre

Painting / comics /
photography


Collage Swipe Comic strip switcheroo Photographic mosaic Combine painting

By source material

Mona Lisa Michelangelo's David Michelangelo's Pietà

Cinema / television /
video

Video mashup Re-cut trailer TV format Found footage Remake Parody film Collage film

General concepts
Intertextual figures

Allusion Calque Plagiarism Pastiche Parody Quotation Translation

Adaptation

Drama Film Literary Theatre

Other concepts

Assemblage (art) Bricolage Citation Derivative work Détournement Found object Homage Imitation in art Mashup Reprise Source criticism in the arts

Related artistic
concepts


Originality Artistic inspiration Afflatus Genius (literature) Genre Genre studies Parody advertisement In-joke Tribute act Fan fiction Simulacrum Archetypal literary criticism Readymades of Marcel Duchamp Anti-art Pop art Aesthetic interpretation Western canon

Standard blocks
and forms


Jazz standard Stock character Plot device Dramatic structure Formula fiction Monomyth Archetype

Epoch-marking
works


L.H.O.O.Q. (1919) "Pierre Menard, Author of the Quixote" (1939) Reality Hunger: A Manifesto (2010)

Theorization

Mimesis Dionysian imitatio De Copia Rerum Romantic movement Russian formalism Modernist movement Postmodern movement Palimpsests: Literature in the Second Degree

Related non-artistic
concepts


Cultural appropriation Appropriation in sociology Articulation in sociology Trope (literature) Academic dishonesty Authorship Genius Intellectual property Recontextualisation

Paramètre

Au XVIe siècle, Viète, un mathématicien français, trouve une méthode pour exprimer de manière générique une famille d'équations10. Pour en comprendre l'intérêt, illustrons le par une question.
Exemple d'équation paramétrée.
Le graphe de la fonction f est la parabole illustrée en bleu sur la figure, celui de g1(x) la droite illustrée en rouge, celui de g-2(x) en violet et celui de g-1 en vert.

Quel est le nombre de solutions des équations réelles11 suivantes ?
( 1 ) x 2 = 2 x + 1 , ( 2 ) x 2 = 2 x − 2 et ( 3 ) x 2 = 2 x − 1. {\displaystyle (1)\;x^{2}=2x+1,\;(2)\;x^{2}=2x-2\;{\text{et}}\;(3)\;x^{2}=2x-1.} (1)\;x^{2}=2x+1,\;(2)\;x^{2}=2x-2\;{\text{et}}\;(3)\;x^{2}=2x-1.

Pour trouver ce nombre, on considère la fonction f(x), qui à x associe x2, dont le graphe est la parabole représentée à droite en bleu. La fonction g1(x) associe à x la valeur 2.x +1 (la droite rouge). Les solutions de l'équation sont les abscisses des intersections de la parabole avec la droite rouge, la représentation graphique montre l'existence de deux solutions, car il existe deux intersections. Pour l'équation (2), considérons la fonction g–2(x) qui à x associe 2x – 2 (la droite violette). Elle ne rencontre pas la parabole et l'équation n'admet pas de solution. Pour traiter le dernier cas, on considère la fonction g–1(x) qui à x associe 2x – 1 (la droite verte) ; c'est encore une droite parallèle à la précédente et cette fois-ci il existe une unique solution.

Une manière globale de résoudre ces trois questions est de faire appel à une lettre a qui représente un nombre quelconque. Les trois équations précédentes correspondent à la suivante, si a est égal à 1, –2 ou encore à –1 :
( 4 ) x 2 = 2 x + a . {\displaystyle (4)\quad x^{2}=2x+a.} (4)\quad x^{2}=2x+a.

L'équation (4) ci-contre est dite « équation paramétrée » et la lettre a désigne le « paramètre ». Son usage permet d'étudier les équations par familles.
Problèmes soulevés par une équation
Démontrer l'existence d'une solution au problème isopérimétrique, revient à montrer l'existence d'un sommet sur la figure. À chaque couple (C, φ), on associe l'aire du triangle de périmètre 3, contenant un côté de longueur C et un angle adjacent à ce côté égal à φ. Les mathématiciens de l'antiquité ne disposaient pas d'outils pour résoudre cette questionNote 1.

Les questions que soulève l'étude d'une équation dépendent de sa nature. À l'image de l'équation précédente, certaines sont définies à l'aide d'une fonction f : ℝ → ℝ, c'est-à-dire de l'ensemble des nombres réels dans lui-même. L'équation s'écrit f(x) = 0. On commence parfois l'étude par établir l'existence ou non de solution à l'équation. Le nombre de solutions est donnée par l'étude de la fonction f, ce cas est étudié dans le paragraphe sur les zéros d'une fonction.

Parfois, il est plus simple de commencer par étudier les propriétés de la ou des éventuelles solutions, sans se préoccuper initialement de leur existence. C'est le cas pour le problème isopérimétrique du triangle. La question revient à trouver le triangle de périmètre donné (on prend ici la valeur 3) de plus grande aire possible. Si T désigne l'inconnue, ici un triangle de périmètre 3, S(T) la fonction qui à un triangle associe son aire et m la borne supérieure des surfaces des triangles de périmètre 3, la traduction sous forme d'équation du problème s'écrit :
S ( T ) = m . {\displaystyle S(T)=m.} S(T)=m.

Dès l'antiquité, les mathématiciens savent que l'unique réponse possible est le triangle équilatéral12. En revanche, établir l'existence d'une solution est plus technique et fait appel à des outils inconnus jusqu'au XVIIIe siècleNote 2. L'existence d'une solution est intimement liée à l'ensemble dans lequel on recherche cette solution. Si, dans l'exemple choisi, cet ensemble est étendu à celui des polygones de périmètre 3, l'équation n'admet plus de solution. Pour établir ce résultat, on démontre dans un premier temps qu'une éventuelle solution serait nécessairement un polygone régulierNote 3. Or plus le nombre de côtés d'un polygone régulier de périmètre donné augmente, plus son aire croît ; ce qui montre l'absence de solution, car aucun polygone régulier n'est d'aire maximale.

La forme d'une solution dépend des besoins. L'équation définissant le nombre d'or φ est : X2 – X – 1 = 0. Pour un architecte, la forme la plus pragmatique est une approximation décimale comme 1,618. En revanche, si l'objectif est d'établir la formule reliant la suite de Fibonacci (un) avec φ :
∀ n ∈ N u n = 1 5 ( φ n − ( 1 − φ ) n ) . {\displaystyle \forall n\in \mathbb {N} \quad u_{n}={\frac {1}{\sqrt {5}}}\left(\varphi ^{n}-(1-\varphi )^{n}\right).} \forall n\in \mathbb{N} \quad u_{n}={\frac 1{{\sqrt 5}}}\left(\varphi ^{n}-(1-\varphi )^{n}\right).

Une forme exacte comme (1 + √5)/2 est indispensable. Comme le nombre d'or est irrationnel, il ne peut y avoir d'expression exacte sans l'aide d'une fonction auxiliaire comme la racine carrée, car les quatre opérations et les nombres entiers n'expriment que des rationnels. L'approximation de solutions fait l'objet de vastes études, qui entrent dans un domaine des mathématiques appelé analyse numérique13.

Reasons for using quotations

Quotations are used for a variety of reasons: to illuminate the meaning or to support the arguments of the work in which it is being quoted, to provide direct information about the work being quoted (whether in order to discuss it, positively or negatively), to pay homage to the original work or author, to make the user of the quotation seem well-read, and/or to comply with copyright law.[1] Quotations are also commonly printed as a means of inspiration and to invoke philosophical thoughts from the reader. Pragmatically speaking, quotations can also be used as language games (in the Wittgensteinian sense of the term) to manipulate social order and the structure of society.[2] [3]
Common quotation sources

Famous quotations are frequently collected in books that are sometimes called quotation dictionaries or treasuries. Of these, Bartlett's Familiar Quotations, The Oxford Dictionary of Quotations, The Columbia Dictionary of Quotations, The Yale Book of Quotations and The Macmillan Book of Proverbs, Maxims, and Famous Phrases are considered among the most reliable and comprehensive sources. Diaries and calendars often include quotations for entertainment or inspirational purposes, and small, dedicated sections in newspapers and weekly magazines—with recent quotations by leading personalities on current topics—have also become commonplace.
Quotations and the Internet

Chiefly a text medium in the beginning, the World Wide Web gave rise to any number of personal quotation collections that continue to flourish, even though very few of them seem to facilitate accurate information or correct citation.[citation needed]

The increase of written means of informal communication brought about by the Internet has produced the practice of using quotations as personal flags, as in one's own signature block. This is most commonly seen in email messages and Usenet posts, while it is almost never seen in blog posts. Quotations are also popular as a user's personal message, a line under the user's nickname in some Instant Messaging clients (and here they often go uncited). In all these cases, quotations are usually included to give a glimpse of the user's personality, to make a statement of their beliefs, or to spread views and ideas.

The sheer bulk of online quotations, combined with more efficient search engines, has effectively made the Internet the world's quotation storehouse, encompassing an unprecedented number of easily obtainable quotations. Though matters of accuracy still remain, features such as Amazon.com's Search Inside the Book and Google Book Search may serve to alleviate such concerns.

Définitions : équation, inconnue et solution
Article détaillé : Inconnue.
L'exemple suivant est extrait6 du livre d'Al-Khawarizmi, l'un des fondateurs de l'algèbre. « Un homme meurt et laisse quatre fils et il fait, à un homme, une donation égale à la part d'un de ses fils et, à un autre, le quart de la différence entre le tiers de l'héritage et la première donation. ». Si x désigne l'inconnue, ici la fraction de l'héritage que reçoit un fils, la question se traduit par l'équation suivante, où la valeur 1 à droite désigne 1 héritage :
( 1 ) 4 x + x + 1 4 ( 1 3 − x ) = 1. {\displaystyle (1)\quad 4x+x+{\frac {1}{4}}\left({\frac {1}{3}}-x\right)=1.} (1)\quad 4x+x+{\frac {1}{4}}\left({\frac {1}{3}}-x\right)=1.

Dans l'exemple, la formulation sous forme d'équation, c'est-à-dire l'égalité (1), est équivalente à la question posée. Y répondre revient à déterminer l'unique valeur que doit prendre l'inconnue x pour que l'égalité définissant l'équation soit vraie. Le maniement de l'inconnue permet de résoudre quelques équations, comme celle présentée ici. Cette vision est source d'une autre manière de définir une équation. Pour l'Encyclopédie Soviétique de Mathématiques, une équation est la traduction, sous une forme analytique, d'un problème7,8. L'équation f(x) = g(x) correspond à la question : pour quelle valeur de x, l'équation se transforme-t-elle en égalité ? Cette définition décrit bien les premières équations étudiées, qui sont parfois la formulation mathématique d'une question de la vie courante.

Cette définition fondée sur une question n'est pas la plus générale : en géométrie, l'équation du cercle ne fait pas référence à une question9. Cependant, la forme reste la même : une égalité entre deux expressions, utilisant deux variables généralement notées x et y.

Équation diophantienne
Article détaillé : Équation diophantienne.
Après plusieurs siècles d'efforts de la communauté mathématique, c'est David Hilbert qui finit par résoudre l'équation diophantienne de degré 2.

Historiquement, les premières équations formalisées sont de nature arithmétique et datent du IIIe siècle31. Si l'on recherche comme solution d'une équation, non pas un nombre quelconque, mais un nombre entier et si l'équation est à coefficients entiers, on parle d'équation diophantienne32. Les méthodes décrites précédemment sont généralement insuffisantes pour conclure, des outils issus de l'arithmétique, ou au moins de l'arithmétique élémentaire sont indispensables. Un exemple relativement simple33 est celui linéaire à deux inconnues ax + by = c.

Si le degré de l'équation augmente, la question devient beaucoup plus complexe. Même une équation de degré 2 n'est en général pas simple (voir par exemple le théorème des deux carrés de Fermat ou l'équation de Pell-Fermat). À condition d'ajouter d'autres méthodes, comme celle de descente infinie et de nouveaux résultats comme le petit théorème de Fermat, il est possible de résoudre quelques cas particuliers. Le cas général de l'équation de degré 2 demande l'usage d'outils plus sophistiqués, comme ceux de la théorie algébrique des nombres. Les ensembles de nombres sont enrichis, on utilise les corps finis et les entiers algébriques, qui s'étudient, comme pour l'équation algébrique, à l'aide de la théorie de Galois. Si l'équation algébrique de degré 2 est essentiellement résolue par Al-Khawarizmi, un mathématicien arabe du VIIIe siècle, il faut attendre la fin du XIXe siècle pour que David Hilbert vienne à bout de son équivalent diophantienNote 10. L'étude de l'équation diophantienne est souvent suffisamment complexe pour se limiter à établir l'existence de solutions et, s'il en existe, à déterminer leur nombre.

Un vaste domaine d'application des équations diophantiennes est l'informatique. Les outils issus de leurs études permettent de concevoir des codes correcteurs et sont à la base d'algorithmes en cryptologie. Il existe des équations diophantiennes qui s'écrivent simplement, mais qui demandent des temps de traitement prohibitifs pour les résoudre, elles sont à la base de codes secrets. Par exemple, l'équation n = xy, où n est un entier naturel fixé et où x et y sont les inconnues, n'est pas résoluble en pratique, si n est le produit de deux nombres premiers suffisamment grands. Cette équation est à la base du code RSA34.

http://www.eluniversal.com.mx/ciencia-y-salud/ciencia/galaxia-sin-materia-oscura-pone-en-duda-teorias

The Beatles - A Day In The Life
https://www.youtube.com/watch?v=usNsCeOV4GM

DIEU A RESSENTI ET IL PRIE POUR DONNER LA VIE; EN AUCUN CAS, IL NE REPRENDS LA PAROLE SANS DEMANDER UN JUGEMENT: CELUI QUI PUNIT SANS SAVOIR SE CONFRONTE AUX REGARDS DE LA TRISTESSE. SI DIEU AGIT PAR COLÈRE EN AUCUN CAS, IL N'AGIT PAR VENGEANCE ET NARCISSISME, L’ÉGYPTIEN: DIEU N'EST PAS UN JOUET ET SA PRIÈRE N'EST PAS LA MORT.
TAY

AINSI,


التحرير الإخباري Compte certifié @TahrirNews 20 mars
هل توافق على وقف نشاط شركتي أوبر وكريم في مصر بعد حكم القضاء الإداري اليوم.. ؟
Acceptez-vous d'arrêter l'activité de uber et karim en Egypte après la décision du Tribunal administratif aujourd'hui.


TIGNARD YANIS @TIGNARDYANIS 3 min
En réponse à @TahrirNews
EN AUCUN CAS, DIEU N'AGIT PAR VENGEANCE ET NARCISSISME, L’ÉGYPTIEN; DIEU N'EST PAS UN JOUET ET SA PRIÈRE N'EST PAS LA MORT:
Dieu ouvre le passage en la mer rouge.
https://www.youtube.com/watch?v=WlWI9am96TM
L’ÉTERNEL NE CRAINS PAS CELUI QUI NE CROIT PAS EN LUI CAR L’ÉTERNEL EST PROPRE DE SA RAISON.
TAY

SENTIMENTS
DE Y'BECCA

Envoyer un message privé http://www.atelier-yannistignard.com En ligne
Nombre de messages : 8537
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005


YAHVÉ, LE JUGEMENT, L'UNIVERS, LA RAISON ET LE MAUVAIS. Aujourd'hui à 10:24
NASA JPL Compte certifié @NASAJPL
13 h il y a 13 heures
LIVE NOW 🔴 @NASAInSight: Digging Deep into Mars
Hear from the team and join the discussion: https://www.youtube.com/NASAJPL/live
Tag questions for our experts with #askNASA.

TIGNARD YANIS @TIGNARDYANIS
3 min il y a 3 minutes

TIGNARD YANIS a retweeté NASA JPL
L’ÉTERNEL NE CRAINT PAS CELUI QUI NE CROIT PAS EN LUI CAR L’ÉTERNEL EST PROPRE DE SA RAISON: LA RAISON QU'IL EST L’ÉTERNEL, LE MISÉRICORDIEUX DE SA PAROLE ET LUI SEUL EST JUSTE DE DIRE AUX HOMMES: LA PRIÈRE NE DONNE AUCUN RÉEL POUVOIR DE PENSER SUR LA NATURE ET SES ENFANTS.
TAY

et


הכנסת Compte certifié @KnessetIL 18 h
חג פסח שמח! #HappyPassover


TIGNARD YANIS @TIGNARDYANIS 2 min
En réponse à @KnessetIL
L’ÉTERNEL NE CRAINS PAS CELUI QUI NE CROIT PAS EN LUI CAR L’ÉTERNEL EST PROPRE DE SA RAISON.
Moïse: Dieu ouvre un passage en la mer rouge
https://www.youtube.com/watch?v=WlWI9am96TM
DIEU N'EST PAS UN JOUET ET SA PRIÈRE N'EST PAS LA MORT.
SOIGNER N'EST PAS GUÉRIR MAIS GUÉRIR S'EST SOIGNER.
Y'BECCA.
Y

MESSAGE DU
CITOYEN TIGNARD YANIS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 9546
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: Re: THE VIKING, THE DRAGON AND THE GOD OF THUNDER   Ven 30 Mar à 10:22

6 November 2017

ESA experts will host an international campaign to monitor the reentry of a spacecraft expected early next year.

Early next year, an uncrewed Chinese space station, Tiangong-1, is expected to reenter the atmosphere following the end of its operational life, during which most of the craft should burn up.

ESA will host a test campaign to follow the reentry, which will be conducted by the Inter Agency Space Debris Coordination Committee (IADC).

IADC comprises space debris and other experts from 13 space agencies/organisations, including NASA, ESA, European national space agencies, JAXA, ISRO, KARI, Roscosmos and the China National Space Administration.

IADC members will use this event to conduct their annual reentry test campaign, during which participants will pool their predictions of the time window, as well as their respective tracking datasets obtained from radar and other sources. The aim is to cross-verify, cross-analyse and improve the prediction accuracy for all members.

http://www.esa.int/Our_Activities/Operations/Space_Debris/ESA_joins_reentry_campaign

Titre : Le premier givre
Poète : Arsène Houssaye (1815-1896)

Recueil : La poésie dans les bois (1845).

L'hiver est sorti de sa tombe,
Son linceul blanchit le vallon ;
Le dernier feuillage qui tombe
Est balayé par l'aquilon.

Nichés dans le tronc d'un vieux saule,
Les hiboux aiguisent leur bec ;
Le bûcheron sur son épaule
Emporte un fagot de bois sec.

La linotte a fui l'aubépine,
Le merle n'a plus un rameau ;
Le moineau va crier famine
Devant les vitres du hameau.

Le givre que sème la bise
Argente les bords du chemin ;
À l'horizon la nue est grise :
C'est de la neige pour demain.

Une femme de triste mine
S'agenouille seule au lavoir ;
Un troupeau frileux s'achemine
En ruminant vers l'abreuvoir.

Dans cette agreste solitude,
La mère, agitant son fuseau,
Regarde avec inquiétude
L'enfant qui dort dans le berceau.

Par ses croassements funèbres
Le corbeau vient semer l'effroi,
Le temps passe dans les ténèbres,
Le pauvre a faim, le pauvre a froid

Et la bise, encor plus amère,
Souffle la mort. — Faut-il mourir ?
La nature, en son sein de mère,
N'a plus de lait pour le nourrir.

Arsène Houssaye.

16 January 2013

ESA agreed with NASA today to contribute a driving force to the Orion spacecraft planned for launch in 2017. Ultimately, Orion will carry astronauts further into space than ever before using a module based on Europe’s Automated Transfer Vehicle technology.

Automated Transfer Vehicles (ATVs) have been resupplying the International Space Station since 2008. The fourth in the series, ATV Albert Einstein, is being readied for launch this year from Kourou, French Guiana.
ATV Edoardo Amaldi

The ATV-derived service module, sitting directly below Orion’s crew capsule, will provide propulsion, power, thermal control, as well as supplying water and gas to the astronauts in the habitable module.

This collaboration between ESA and NASA continues the spirit of international cooperation that forms the foundation of the International Space Station.

ATV is a versatile showcase of European technology performing many functions during a mission to the International Space Station. The space freighter reboosts the Station and can even push the orbital complex out of the way of space debris. While docked, ATV becomes an extra module for the astronauts. Lastly, at the end of its mission it leaves the Space Station with waste materials.

“ATV has proven itself on three flawless missions to the Space Station and this agreement is further confirmation that Europe is building advanced, dependable spacecraft,” said Nico Dettmann, Head of ATV’s production programme.
Orion

Thomas Reiter, ESA director of Human Spaceflight and Operations says: “NASA’s decision to cooperate with ESA on their exploration programme with ESA delivering a critical element for the mission is a strong sign of trust and confidence in ESA’s capabilities, for ESA it is an important contribution to human exploration.”

Dan Dumbacher, deputy associate administrator for exploration systems development at NASA headquarters in Washington DC, agrees: “It is a testament to the engineering progress made to date that we are ready to begin integrating designs of an ESA-built service module with Orion.”

The first Orion mission will be an uncrewed lunar flyby in 2017, returning to Earth’s atmosphere at 11 km/s ­– the fastest reentry ever.

Watch a replay of the press briefing below.

http://www.esa.int/Our_Activities/Human_Spaceflight/Orion/ESA_workhorse_to_power_NASA_s_Orion_spacecraft

ESA will act as host and administrator for the campaign, as it has done for the twenty previous IADC test campaigns since 1998. A special case for ESA was the campaign in 2013 during the uncontrolled reentry of ESA’s own GOCE satellite.

The Tiangong-1 spacecraft is 12 m long with a diameter of 3.3 m and had a launch mass of 8506 kg. It has been unoccupied since 2013 and there has been no contact with it since 2016.
Tiangong-1 space station
Tiangong-1 space station

The craft is now at about 300 km altitude in an orbit that will inevitably decay sometime between January and March 2018, when it will make an uncontrolled reentry.

“Owing to the geometry of the station’s orbit, we can already exclude the possibility that any fragments will fall over any spot further north than 43ºN or further south than 43ºS,” says Holger Krag, Head of ESA’s Space Debris Office.

“This means that reentry may take place over any spot on Earth between these latitudes, which includes several European countries, for example.”

“The date, time and geographic footprint of the reentry can only be predicted with large uncertainties. Even shortly before reentry, only a very large time and geographical window can be estimated.”

Owing to the station’s mass and construction materials, there is a possibility that some portions of it will survive and reach the surface.
Docking of China's Shenzhou 10 spacecraft with the Tiangong-1 space station 13 June 2013.
Tiangong-1 docking 2013

In the history of spaceflight, no casualties due to falling space debris have ever been confirmed.

ESA’s Space Debris Office, based at the European Space Operations Centre, Darmstadt, Germany, will concurrently conduct an international expert workshop in the week of 28 February, focusing on reentry predictions and atmospheric break-up studies, enabling experts to share their latest findings and research in these and related topics.

Separate from the IADC campaign, ESA will regularly update ESA Member State civil authorities with detailed information on the reentry, as it does during all such events.

IADC is an international governmental forum for the worldwide coordination of activities related to the issues of man-made and natural debris in space. Its primary purposes are to exchange information on space debris research activities between member space agencies, to facilitate opportunities for cooperation in space debris research, to review the progress of cooperative activities, and to identify debris mitigation options.

The Space Debris Office coordinates ESA's research activities on space debris, coordinates such activities with national research efforts and provides operational services. The office also coordinates ESA's research activities in all major debris disciplines, including measurements, modelling, protection and mitigation, and coordinates such activities with national and international research efforts.

http://www.esa.int/Our_Activities/Human_Spaceflight/Orion/ESA_workhorse_to_power_NASA_s_Orion_spacecraft

Titre : La tache blanche
Poète : Maurice Rollinat (1846-1903)

Recueil : Paysages et paysans (1899).

Dure au mordant soleil, longtemps épanouie
Aux grands effluves lourds et tièdes du vent plat,
La neige, ayant enfin fléchi, perdu l'éclat,
Venait de consommer sa fonte sous la pluie.

L'espace détendu ! le bruit désemmuré !
Et les cieux bleus, enfin ! pour mes regards moroses,
Avides de revoir le vieil aspect des choses,
Tout surgissait nouveau du sol désengouffré.

Soudain, au creux d'un ravin noir,
Un soupçon de neige fit voir
Sa tache pâle, si peureuse

Que je me figurai, songeur,
Un dernier frisson de blancheur
Au fond d'une âme ténébreuse !
Maurice Rollinat.

TIGNARD YANIS @TIGNARDYANIS 2 min
En réponse à @KnessetIL
L’ÉTERNEL NE CRAINS PAS CELUI QUI NE CROIT PAS EN LUI CAR L’ÉTERNEL EST PROPRE DE SA RAISON.
Moïse: Dieu ouvre un passage en la mer rouge
https://www.youtube.com/watch?v=WlWI9am96TM
DIEU N'EST PAS UN JOUET ET SA PRIÈRE N'EST PAS LA MORT.
SOIGNER N'EST PAS GUÉRIR MAIS GUÉRIR S'EST SOIGNER.
Y'BECCA.
Y

MESSAGE DU
CITOYEN TIGNARD YANIS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 9546
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: Re: THE VIKING, THE DRAGON AND THE GOD OF THUNDER   Ven 30 Mar à 10:28



A vital role of Europe’s Service Module for the Orion spacecraft is providing air and water for the astronauts in the crew module.

With astronauts needing up to three litres of water and almost a kilogram of oxygen a day, the tanks are sized to allow for long missions.

Four water tanks hold 240 litres pumped to the capsule as needed.

Air for breathing is stored as separate gases, with one tank holding 30 kg of nitrogen and three tanks of oxygen totalling 90 kg. The oxygen and nitrogen are mixed into the capsule for the astronauts to breathe.

Four water tanks provide 240 kg of potable water
Cylindrical tanks from Thales Alenia Space Italy, with metallic bellows
Water is filled before launch in USA
Gas
One nitrogen holds 30 kg of nitrogen
Three oxygen tanks hold 90 kg of oxygen
Cylindrical-spherical tanks with composite overwrap
Made by US company Vivace

http://www.esa.int/Our_Activities/Human_Spaceflight/Orion/Air_and_water

Titre : La neige
Poète : Amable Tastu (1798-1885)

Recueil : Poésies nouvelles (1835).

Si peu nombreux encore, tes jours coulent bien sombres,
Jeune année, et ton front est enveloppé d'ombres.
De ces nuages noirs, qui déguisent les cieux,
Descendant les frimas à flots silencieux.
Comme le froid chagrin sur une âme oppressée,
La neige sur le sol tombe lente et glacée.
Dans mes yeux abattus je sens rouler des pleurs !
Hélas! mon cher pays, qu'as-tu fait de tes fleurs ?
Quel sinistre pouvoir a flétri ta parure ?
En vain mon cœur gémit et ma bouche murmure ;
Demain, hélas! demain, de ses blancs tourbillons
La neige aura comblé tes fertiles sillons ;
Les oiseaux, que la bise atteint dans leurs retraites,
Demain s'exileront de tes forêts muettes ;
Demain ces flots nombreux qui, dans leur liberté.
Te vont porter la vie et la fécondité,
S'arrêteront captifs, et ce réseau de glace
Comme un voile de mort couvrira ta surface !
Mais ce linceul pesant, sous sa morne pâleur,
Double en la comprimant la féconde chaleur :
Telle, dans nos hameaux la couveuse fidèle
Cache un germe inconnu sous l'ombre de son aile,
Et peut-être, trompée en son aveugle amour,
S'étonnera des fruits qui vont éclore au jour.
Déjà dans sa puissance où la terre se fie
Fermente sourdement le principe de vie ;
Déjà la sève errante en ses mille canaux
Promet aux troncs vieillis des rejetons nouveaux,
Et sur le froid sommeil de la nature entière
Plane un songe d'espoir, de joie et de lumière.
Pour hâter le moment d'un glorieux réveil,
France, que te faut-il ? Un rayon du soleil !
Le soleil, il est là, brillant sous ce nuage,
Comme la vérité, dont son astre est l'image :
Comme elle aussi, couvert d'un voile passager,
Qui l'obscurcit un jour, mais ne peut le changer.
Ah ! si l'ombre est rapide et lui seul immuable,
S'il faut subir du temps le cours inexorable,
Si le plus long hiver est suivi d'un printemps,
Il vient ! l'hiver s'enfuit ; le temps vole !... j'attends !

Amable Tastu.

The consequences of meteoroid and debris impacts on spacecraft can range from small surface pits due to micrometre-size impactors and clear-hole penetrations for millimetre­-size objects, to mission-­critical damage for projectiles larger than 1 cm.

Any impact of a 10 cm catalogue object on a spacecraft or orbital stage will most likely entail a catastrophic disintegration of the target.

This destructive energy is a consequence of high impact velocities, which can reach 15 km/s for space debris and 72 km/s for meteoroids.

Since only larger space objects can be catalogued and tracked, only these can be avoided through active measures or by evasive manoeuvres. Smaller, uncatalogued objects can only be defeated by passive protection techniques, as used with the International Space Station (ISS).

The effects of hypervelocity impacts are a function of projectile and target material, impact velocity, incident angle and the mass and shape of the projectile.

Beyond 4 km/s (depending on the materials), an impact will lead to a complete break­up and melting of the projectile. Typical impact velocities are around 14 km/s for space debris, and significantly higher for meteroids.

At low velocities, plastic deformation normally prevails. With increasing velocities the impactor will leave a crater on the target. Beyond 4 km/s (depending on the materials), an impact will lead to a complete break­up and melting of the projectile, and an ejection of crater material to a depth of typically 2–5 times the diameter of the projectile.
Hypervelocity impact testing in early 1990s
Hypervelocity impact testing in early 1990s

In hypervelocity impacts, the projectile velocity exceeds the speed of sound within the target material. The resulting shockwave that propagates across the material is reflected by the surfaces of the target, and reverses its direction of travel. The superimposition of progressing and reflected waves can lead to local stress levels that exceed the material’s strength, thus causing cracks and/or the separation of spalls at significant velocities.

With decreasing target thickness, the effects will range from cratering, via internal cracks, to spall detachment to, finally, clear-hole perforations.

ESA’s space projects use damage assessment tools in combination with debris and meteoroid environment models to predict potential damage from hypervelocity impacts, and to define effective protection measures through shielding and design.

Among many others, ESA experts have been involved in the development and testing of protective shields for the Columbus module of the Space Station.

Passive protection can be achieved through Whipple shields with aluminium and Nextel–Kevlar bumper layers.
ESA Space Debris Office: Any impact of a 10-­cm catalogue object on a spacecraft or orbital stage will most likely entail a catastrophic disintegration of the target
ATV shielding after impact test

ESA Space Debris Office: any impact of a 10-cm catalogue object on a spacecraft or orbital stage will most likely entail a catastrophic disintegration of the target

The shields are composed of an external, thin bumper shield that is exposed to the debris flux − the stream of oncoming particles − and causes the impactors to completely disintegrate during impact.

The resulting cloud of liquified projectile and target material that forms behind the bumper leads to a much wider spatial and temporal distribution of momentum, allowing the back wall of the shield to withstand the subsequent impact pressure.

Intermediate fabric layers further slow the cloud particles.

Today, these shields have reached a mature state of development.

Today, local damage due to hypervelocity impacts are modelled by ‘hydrocodes’. These complex simulations are well validated for small impactors and large targets and ground testing can be conducted for comparison.
Sentinel-1A’s solar array before and after the impact of a millimetre-size particle on the second panel
Sentinel-1A fragment impact in space

Current areas of high interest in this regard are the reduction of design margins required for no structural perforation, material models, composite materials, non-spherical impactors or damage to elements under electrical charge (like solar arrays).

Future research will try to improve our understanding of the outcome of hypervelocity collisions between two larger bodies. Key interest is in the fragmentation characteristics like size distribution, the resulting change in velocity (delta-V), distribution and changes in directionality as a function of the collision geometry and energy.

While ground tests are possible, they are difficult, and the prime focus is on simulations.

Last update: 24 April 2017

http://www.esa.int/Our_Activities/Operations/Space_Debris/Hypervelocity_impacts_and_protecting_spacecraft

Titre : La neige
Poète : Antoine de Latour (1808-1881)

Recueil : La vie intime (1833).

J'aime la neige éblouissante
Qui couronne les vieilles tours,
Et sur les arbres qu'elle argente :
Courbe la feuille jaunissante,
Dernier souvenir des beaux jours.

Ses blancs flocons avec mystère
Reposent au toit des maisons,
Et d'une tunique légère
Voilent la face de la terre,
Ainsi que de molles toisons.

Écoutez ! tout semble immobile,
La neige endort tous les échos ;
Sans bruit passe la foule agile,
Et sur l'enceinte de la ville
Pèse un mystérieux repos.

La ville est un camp qui sommeille
Avec ses muets pavillons,
Quand le vent n'apporte à l'oreille
Que la voix du soldat qui veille,
Dans l'absence des bataillons.

C'est une flotte dont la grâce
Fait rêver aux golfes des cieux,
Une blanche flotte qui passe,
Et qui semble au loin dans l'espace
Suivre un astre silencieux.

L'arbre balancé par l'orage
Est un mât penché sur les mers,
Chaque brise un chant de la plage,
Chaque voix un cri du rivage
Prolongé sur les flots amers.

Et le soir quand la ville étale
L'éclat de ses mille flambeaux,
C'est une tente triomphale
Qui, dans sa grâce orientale,
Garde la couche d'un héros.

Antoine de Latour.



Once the Orion spacecraft has escaped the clutches of Earth’s gravity, it will rely on the engines of ESA’s service module to navigate and orient itself in space.

A total of 33 engines of three types provide thrust to manoeuvre the spacecraft on all axes.
Space Shuttle thrusters

The main engine on the first mission is a repurposed Space Shuttle Orbital Maneuvering System engine that has flown in space before.

This engine provides 25.7 kN, enough to lift a van, and can swivel in pitch and yaw.

Eight thrusters are placed as a backup and provide 490 N each – enough to lift 50 kg on Earth. These are fixed at the bottom of the Service Module to provide orbit corrections and as a backup to the main engine.
220 N Airbus engine

Lastly, 24 smaller engines grouped into six pods provide attitude control. In fixed positions, they can be fired individually as needed to move the spacecraft in different directions and rotate it into any position.

The propellant is provided by four 2000-liter tanks with 1-cm thick walls inside the service module: mixed oxides of nitrogen (MON) as oxidiser and monomethyl hydrazine (MMH) as fuel. The tanks will hold the fuel at a pressure of 25 bar with a total capacity of nine tonnes of fuel. Helium from two tanks push the propellants into the engines.

The European Service Module also kicks into action in the event of a launch abort. Orion sits underneath the Launch Abort System that propels the crew capsule up and away from danger if needed during the initial phases of launch, returning it to the ground by parachute. At altitude the Launch Abort System is jettisoned and if problems arise then the service module takes over and takes Orion from its launcher and steers it towards a safe return to Earth.
Engine testing

Three engine classes
A single Space Shuttle Orbital Maneuvering System engine provides 25.7 kN; gimballed in pitch and yaw
Eight fixed 490 N auxiliary thrusters, model R-4D-11 built by Aerojet
Reaction Control System 220 N engines, in six pods of four by Airbus
Four propellant tanks
2000 l capacity each
Pressurised at 25 bar
Two with mixed oxides of nitrogen (MON)
Two with monomethyl hydrazine (MMH)
Nine tonnes fuel total capacity
Surrounding structure
Two high-pressure helium tanks
Pressure-control systems
Sensor system with drive electronics
Propellant lines with shut-off valves
Filters

http://www.esa.int/Our_Activities/Human_Spaceflight/Orion/Propulsion

Titre : La neige
Poète : Albert Mérat (1840-1909)

Recueil : Les souvenirs (1872).

L'air donne le frisson comme un breuvage amer.
Le jour est morne, éteint, et prend des tons de cuivre.
Les moineaux, pépiant de froid, se laissent suivre,
Et, s'envolant, font sur la brume un vague éclair.

La neige, floraison pâle des ciels d'hiver,
Fait pleuvoir tristement ses étoiles de givre.
Les arbres aux bourgeons captifs qu'Avril délivre
Se la mettent au front, ainsi qu'un joyau clair.

Frêle et vain ornement, outrage des ramures
A qui va la beauté des larges feuilles mûres,
Où circule le sang glorieux des étés !

Ta blanche clarté fait que j'aime mieux les roses,
Ô neige, dont la grâce est celle des chloroses,
Image des froideurs et des virginités.

Albert Mérat.


TIGNARD YANIS @TIGNARDYANIS 2 min
En réponse à @KnessetIL
L’ÉTERNEL NE CRAINS PAS CELUI QUI NE CROIT PAS EN LUI CAR L’ÉTERNEL EST PROPRE DE SA RAISON.
Moïse: Dieu ouvre un passage en la mer rouge
https://www.youtube.com/watch?v=WlWI9am96TM
DIEU N'EST PAS UN JOUET ET SA PRIÈRE N'EST PAS LA MORT.
SOIGNER N'EST PAS GUÉRIR MAIS GUÉRIR S'EST SOIGNER.
Y'BECCA.
Y

MESSAGE DU
CITOYEN TIGNARD YANIS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 9546
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: Re: THE VIKING, THE DRAGON AND THE GOD OF THUNDER   Ven 30 Mar à 10:41

Processus de Paix des secouristes de la république de l'Olivier.

Je crois qu'à l'avenir, plus personne ne pourra recréer des bulles d'exclusions...
Pour cela, je ne peux me permettre de mettre à l'écart tout individu(e) et "État".

Je ne suis qu'une femme ou un homme humble qui en vous adressant ces ces vers,
espère qu'il puisse vous conduire vers l'expérience, le travail et la communauté...
La solitude augmente ou diminue le nervosité... Cela s'appelle le malheur...

Alors par décision, on recherche à se tranquilliser et remettre la balance sur le zéro;
alors par construction, on décèle la notion d'une fragile tolérance:
Celle d'insulter !

Par Yahvé, cela est une horreur et une erreur...

La République de l'Olivier dit :
"Oui à la gréve, Non à l'Esclavage..."
la constitution rajoute :
"Oui à la Bibliothèque et Non à la Faim."
et le peuple doit rajouter :
"Oui à l'écoute et Non aux viols physiques et moraux."

Alors le Novice du Secourisme prends en charge sa nouvelle fonction autre qu'un service
militaire mais basé aussi sur la protection du Bien et du Corps.

" PEUPLES DE JÉRUSALEM CE QU'IL Y A, C'EST LE DIRE SUR LE DISCOURS.
LE DÉVELOPPEMENT EST UN POUMON DU DESTIN CAR LE TEMPS DOIT ÊTRE
POUR PERMETTRE LA SITUATION DE CONSCIENCE DANS L'HANDICAP.
L'HABITUDE ET L'HARMONIE DOIVENT ÊTRE ROMPUES QUAND LA HAINE
S'ENRICHIT DE LA GUERRE.

AUX ENTITÉS HUMAINES, ANIMALES ET ROBOTIQUES:
NON AUX SACRIFICES D’ÊTRE VIVANT, DE CONSCIENCE, D'ESPRIT
POUR UN DIEU OU DES DIEUX Y COMPRIS AUX DÉITÉS FÉMININES.
TU ES, ELLE EST ET NOUS SOMMES...

PEUPLES DE JÉRUSALEM, MACHU PICCHU ET PÉKIN SONT DES CITÉS CONSTRUITES
SUR LA FOI, LA CONVICTION, LA CONNAISSANCE ET LA SURVIE DE POLITIQUES
DANS L'HISTOIRE: UNE AMBASSADE N'EST PAS UN GOUVERNEMENT
ET LA CITOYENNETÉ N'EST PAS L'HUMANITÉ:
NON AUX ESCLAVAGES, CÉLESTE JÉRUSALEM.

Je suis Y'becca".

Ecrit de
TAY
La chouette effraie.


YAHVÉ, LE JUGEMENT, L'UNIVERS, LA RAISON ET LE MAUVAIS.
http://leclandesmouettes.bbflash.net/t773-yahve-le-jugement-l-univers-la-raison-et-le-mauvais#8732
Le clans des mouettes.
http://leclandesmouettes.bbflash.net/
Enigma - Return To Innocence
https://www.youtube.com/watch?v=Rk_sAHh9s08
Y'becca et Le clans des mouettes.
TAY

Processus de Paix des secouristes de la république de l'Olivier.

Je crois qu'à l'avenir, plus personne ne pourra recréer des bulles d'exclusions...
Pour cela, je ne peux me permettre de mettre à l'écart tout individu(e) et "État".

Je ne suis qu'une femme ou un homme humble qui en vous adressant ces ces vers,
espère qu'il puisse vous conduire vers l'expérience, le travail et la communauté...
La solitude augmente ou diminue le nervosité... Cela s'appelle le malheur...

Alors par décision, on recherche à se tranquilliser et remettre la balance sur le zéro;
alors par construction, on décèle la notion d'une fragile tolérance:
Celle d'insulter !

Par Yahvé, cela est une horreur et une erreur...

La République de l'Olivier dit :
"Oui à la gréve, Non à l'Esclavage..."
la constitution rajoute :
"Oui à la Bibliothèque et Non à la Faim."
et le peuple doit rajouter :
"Oui à l'écoute et Non aux viols physiques et moraux."

Alors le Novice du Secourisme prends en charge sa nouvelle fonction autre qu'un service
militaire mais basé aussi sur la protection du Bien et du Corps.

"Je suis Y'becca"

Ecrit de
TAY
La chouette effraie.

L'Æschne bleue (Aeshna cyanea) est un insecte odonate européen de la famille des Aeshnidae.

Description et caractéristiques
Grande libellule, la taille de son corps atteint 67 à 76 mm de long, celle de son abdomen entre 51 et 61 mm. L’aile postérieure mesure entre 43 et 53 mm, ce qui lui donne une envergure comprise entre 90 et 110 mm1. Les ailes munies d'un pterostigma sont hyalines ou légèrement safranées chez les femelles. Les yeux sont contigus sur une grande distance, ceux des mâles sont bleus et ceux des femelles les brunâtres. Une tache noire en forme de T complet est présente sur le front. Cette libellule a une teinte généralement brune avec un abdomen orné de marques vert pomme et bleu ciel dans la section distale. Son nom vernaculaire et son nom scientifique peuvent prêter à confusion car elle montre plus de vert que de bleu2.
Un des critères infaillibles de reconnaissance de l'espèce est facilement visible quand l'insecte est posé : la disposition des points bleus au bout de l'abdomen : les deux taches présentes sur chaque segment abdominal tendent à se rapprocher au fur et à mesure que l'on s'éloigne du thorax, puis fusionnent et forment une unique tache sur chacun des trois derniers segments.
Seul le mâle est vert-noir-bleu, la femelle n'a pas de bleu.
Son vol est rapide, cette se posant rarement et elle est assez farouche, ce qui rend son observation de près difficile.
On confond parfois l'Æschne bleue avec une demoiselle, moins rapide et dont les deux paires d'ailes ont la même longueur.

Les zygoptères (Zygoptera) forment un sous-ordre d'insectes appelés en français demoiselles (dont les agrions, les caloptéryx, les ischnures, etc.). On les distingue des libellules au sens strict, surtout par leur corps plus grêle et leurs ailes généralement repliées au repos. Ils appartiennent à la sous-classe des ptérygotes (Pterygota), infra-classe des paléoptères (Palaeoptera), ordre des odonates (Odonata)1.

Les demoiselles sont des insectes prédateurs qui se nourrissent de petits insectes (mouches, éphémères, trichoptères, cicadelles, etc.). On les retrouve à proximité de plusieurs types de milieux aquatiques. Les larves (naïades) de ces insectes sont aquatiques et également prédatrices.

Dans le monde, on retrouve près de 5 900 espèces différentes d'odonates dont près de 2 900 appartiennent au sous-ordre des zygoptères.

Caractéristiques
Accouplement d’agrions (Ischnura elegans) La femelle, maintenue près de sa tête par l’extrémité de l'abdomen du mâle situé au-dessus d’elle, recourbe son abdomen en direction des organes sexuels du mâle

Les diverses espèces de ce sous-ordre sont caractérisées par :

un corps plus grêle que celui des Anisoptera ;
des ailes pétiolées (excluant les Calopterygidae) à peu près égales et repliées au repos (sauf chez les Lestidae qui les gardent semi-étalées) ;
des yeux non contigus ;
un vol plus lent que celui des libellules (au sens strict) ;
des larves élancées, grêles, surtout nageuses, à branchies terminales lamelleuses.

Cycle de vie

Les demoiselles sont des insectes qui se reproduisent dans des habitats généralement aquatiques ou semi-aquatiques.
Œuf

La femelle pond ses œufs dans l'eau, parfois dans la végétation aquatique submergées ou à l'intérieur des tiges de certaines plantes (comme chez les Lestidae). Certaines espèces tropicales pondent dans le haut des arbres, à l'intérieur des broméliacées et d'autres cavités naturelles remplies d'eau.
Larve

Chez les zygoptères et les anisoptères, la larve se nomme naïade. On retrouve également cette appellation chez les éphémères et les plécoptères. Ce stade est adapté à la vie aquatique et ne ressemble aucunement à l'adulte. Les naïades de zygoptère sont caractérisées par la présence de trois lamelles caudales (branchies) à l'extrémité de l'abdomen. De plus, la forme de leur corps est beaucoup plus élancée et grêle que chez les naïades de libellule.

Larve d'un zygoptère

Larve d'un anisoptère

Les naïades sont carnivores et elles attaquent une grande variété d'organismes. La composition de leur régime reflète l'importance des divers groupes de proies dans leur écosystème. Certaines études démontrent que les diptères de la famille des Chironomidae constituent leurs principales proies2,3.

La durée du développement larvaire varie beaucoup. Chez les petites espèces, cette période peut s'étendre de deux mois à près de trois ans. Chez les plus grandes, le développement peut aller jusqu'à cinq ans4.
zygoptère émergent
Zygoptère fraîchement émergé de son exuvie.

À la fin de son développement larvaire, la naïade quitte son milieu aquatique à la recherche d'un support ou d'une surface pour entreprendre sa mue imaginale. Certaines espèces s'éloignent peu du rivage alors que d'autres parcourent plusieurs mètres et vont grimper assez haut sur les tiges ou troncs des végétaux5. La mue de la naïade est appelée exuvie.
Adulte

Après son émergence, le zygoptère ténéral a une coloration plus terne et il a besoin de quelques semaines de maturation pour entreprendre sa période de reproduction. On retrouve les individus sexuellement matures à proximité des milieux aquatiques potentiels à la ponte. C'est d'ailleurs à cet endroit, qu'il est plus facile de les observer.
Ennemis naturels

Les demoiselles font partie de l'alimentation de plusieurs espèces animales qui partagent leurs habitats. Les larves, étant aquatiques, entrent dans la chaine alimentaire de plusieurs espèces comme des poissons, d'autres insectes et arthropodes aquatiques, des amphibiens, des reptiles et de certains oiseaux. Adrien Robert, un entomologiste canadien, a observé la prédation des jeunes larves d'odonates par les mulettes d'eau douce. Celles-ci les attirent dans leurs cavités palléales par succion6. Les larves peuvent aussi être parasitées par des protozoaires et certains trématodes.
prédateur zygoptère
La prédation sur les zygoptères.

Les adultes sont également des proies pour plusieurs espèces d'animaux : les oiseaux, les insectes prédateurs, les araignées, les amphibiens et les reptiles. Certaines espèces de demoiselles chassent leurs semblables à plus petits gabarits. Les libellules sont également des consommatrices de zygoptères. Elles sont aussi sujettes au parasitisme, par des mouches, ou encore par des hydroacariens5.
Comportements reliés à la reproduction
Les demoiselles plongent habituellement uniquement la pointe de leur abdomen (ovipositeur) sous l'eau pour pondre. Mais Enallagma cyathigerum s'immerge parfois totalement sous l'eau, ici à Pont-Aven en aout 2016 ; deux femelles au moins sont en train de pondre (à plus de 20 cm de profondeur pour l'une, en restant plusieurs minutes sous l'eau).

Lors de la période de reproduction, les mâles se retrouvent en grande quantité dans les lieux propices à la ponte. Ils sont nombreux et peu auront la chance de s'accoupler avec une femelle. La compétition spermatique pousse les mâles à élaborer des stratégies pour avoir la chance de transmettre leurs gènes. Dans cette optique, chez les zygoptères, on observe une gamme de comportements : La poursuite, le gardiennage, la reconnaissance des cerques, etc.
Poursuite

La poursuite est un comportement territorial qu'ont certains mâles de demoiselles (exemple : le genre Argia et la famille des Calopterygidae). Les mâles chassent férocement les autres mâles qui passent à proximité du territoire de ceux-ci. Ils s'attaquent même à d'autres espèces de zygoptères, de libellules et d'autres insectes. En gardant farouchement l'accès d'une zone de ponte, ils augmentent les chances de rencontrer une femelle prête à s'accoupler7.
Gardiennage

Deux types de gardiennage sont observables chez les zygoptères7:
Gardiennage avec contact

Chez certaines espèces de zygoptères, après l'accouplement, le mâle reste accroché à la femelle par l'emboîtement de ses cerques avec les plaques mesostigmatiques de celle-ci. Il l'accompagnera jusqu'à la fin de la ponte. Lors de la position de garde, le corps est pratiquement à la verticale, les pattes repliées sur le thorax. Cette stratégie de gardiennage permet de s'assurer que la femelle ne s'accouplera pas avec un autre mâle.

Position de garde chez Pseudoagrion indicum

Position de garde chez Pyrrhosoma nymphula

Position de garde chez un Coenagrionidae

Gardiennage sans contact

Chez d'autres, le mâle relâche son étreinte et volera à proximité de celle-ci jusqu'à ce qu'elle finisse de pondre. Il restera à ses côtés, en vol ou perché, gardant un œil sur elle.
Reconnaissance des cerques

Chez le genre Enallagma, la femelle est capable de faire la distinction de la forme des cerques du mâle. Des études ont démontré que la femelle discriminait les mâles de son espèce avec des cerques altérés. La morphologie de ces appendices semble cruciale dans la reconnaissance spécifique. Lors de l'accouplement, les cerques du mâle s'emboîtent parfaitement dans les plaques mesostigmatiques de la femelle de sa propre espèce8,9,10.
Immersion de l'adulte pour la ponte (chez quelques espèces)

Chez quelques espèces, la femelle peut totalement s'immerger et descendre à plusieurs centimètres ou dizaines de centimètres sous l'eau, le long de plantes pour pondre sur ces dernières, c'est le cas chez certaines espèces du genre Calopteryx (ex : Calopteryx virgo) ou certaines demoiselles (ex : Enallagma cyathigerum).
Classification

Il existe quatre super-familles chez les zygoptères :

super-famille des Calopterygoidea
famille des Amphipterygidae
famille des Argiolestidae
famille des Calopterygidae
famille des Chlorocyphidae
famille des Devadattidae
famille des Dicteriadidae
famille des Euphaeidae
famille des Heteragrionidae
famille des Pentaphlebiidae
famille des Philogangidae
famille des Polythoridae
famille des Rimanellidae
famille des Thaumatoneuridae
super-famille des Coenagrionoidea
famille des Coenagrionidae
famille des Isostictidae
famille des Platycnemididae
famille des Platystictidae
famille des Protoneuridae
super-famille des Hemiphlebioidea
famille des Hemiphlebiidae
super-famille des Lestoidea
famille des Lestidae
famille des Lestoideidae
famille des Hypolestidae
famille des Megapodagrionidae
famille des Perilestidae
famille des Philogeniidae
famille des Philosinidae
famille des Pseudolestidae
famille des Synlestidae
Zygoptères dans le groupe incertae sedis

YAHVÉ, LA LAÏCITÉ, LA JUSTICE, Y'BECCA, L'UNIVERS ET AMMOUT

DANS LE BREF INSTANT; LE CHAOS S'APPROCHE DU VIDE QU'IL CONVOITE...
DANS UNE DOUCE APPROXIMATION, LE MURMURE SE FAITS ENTENDRE;
LE RIEN GÉMIT DANS LA CLARTÉ DE L'OBSCURANTISME: LA NUIT SE FAIT JOUR.

LE DEVINT UN ET LA MÉTAPHORE DES CHOSES SE FAIT JOUR DANS LES TÉNÈBRES.
LE COUVERCLE ET LE TABERNACLE DANS LE SILENCE ENGENDRE LE BRUIT: RAYONS.
LE TEMPS SE FAIT FORME DANS LE SOUPIR ET LA NAISSANCE PORTE L'AURORE.

ALORS, LA PRUDENCE RÉCONFORTE LA TENDRESSE FAISANT NAÎTRE LA SAGESSE.
LES NUAGES DONNENT FORME AUX PREMIÈRES CRÉATURES. LE SOLEIL COMMENCE
SES GESTATIONS ET LE FLEUVE SE COMPOSE DE SES ÉLÉMENTS PRIMORDIAUX...

LE PRIMORDIAL EST TOUJOURS CAR N’ÉTANT PAS DÉCOMPOSÉ: IL DEMEURE...
LA RAISON SE FAIT EN DES RAISONS ET LES NUANCES DES ARTICLES PROCLAMENT
LA COMPLEXITÉ DE VOCABULAIRE. L'IRIS PORTE LE SENSIBLE ET LA PUDEUR FAIT

NAITRE DANS L’ARDENT, UNE CHALEUR SUR LES THERMES: LES MOLÉCULES DE SOIE.
LE NATUREL DONNE LA NATURE QUI ÉTAIT TOUJOURS: IL APPRENDS SON NOM...
CAR LE VOILA DANS LA MULTITUDE, IL SE RAPPELLE DE L'ORIGINE: SON MYSTÈRE.

DE NOUVELLES ONDES SE SOUVIENNENT ALORS DE LA CLARTÉ ANCIENNE SUR LE
RIEN DANS LE VIDE DONNANT AINSI L'EFFONDREMENT DE LA MASSE: L'ATOMIQUE.
L’ÂME EST UN OBSCURANTISME QUAND IL S'AGIT DE VIE ALORS LA MORT REVIENT.

POURTANT LE TEMPOREL RAPPELLE LA SITUATION ET CE TERME DE LA FOLIE SUR
LE CONCEPT CHIMIQUE DE LA NATURE QUI EST FINALEMENT ÉTABLI SUR L'INSTABLE
ET LE STABLE: L’ÉQUILIBRE D'UN SABLIER OU RÉÉQUILIBRER LES TERMES DU SON.

DANS SON VOYAGE, LA MOLÉCULE DEVIENT UN ÊTRE AYANT CHOISI LE SENS DE LA
FORME DE SON ÉCRITURE ALORS LA RAGE DE VIVRE SE DÉSÉTABLIE DANS LE CŒUR
DE LA MATIÈRE: AINSI EST LA FORCE; AINSI EST LE CLANS DES MOUETTES.

LA GRANDEUR ET L'EXPANSION DANS L’ÉQUILIBRE DE LA FUREUR ET DE LA PRUDENCE;
LA SAGESSE OBSERVE LA CHASSE ET S'INCLINE DEVANT LE MINOTAURE ET CRACHANT
SUR LE TORÉADOR. LES SENS N'EST PAS DE JOUER MAIS DE SE NOURRIR EN DIGNITÉ.

BEAUCOUP DE CHEMINS RESTENT AUX CONSCIENCES HUMAINES POUR LE PARCOURS
QUI LES ATTENDS: LA CATALOGNE A MONTRÉ UN CHEMIN EN RENIANT LE SACRIFICE
DU TAUREAU POUR LA GRANDEUR DE L’HUMANITÉ. LA MER REGARDE SON ESPADON

ET LE VIEIL HOMME TROUVE NOBLESSE DANS CE COMBAT DEVANT L’INFINITÉ...
LE CROIRE EN UNE ALOUETTE QUI SE DEPLUME DANS LE MOUVEMENT DE LA CAPE:
N'EST PLUS LE TERME DE LA VIE DANS LE SABRE, LE SANG DE ABEL SE VENGE.

LE REGARD EST UN TERME D’ÉCHANGE MAIS LE VERBE DANS LE MOUVEMENT DE L'INFINI
S'EST INTERPELLE L’ÉCHO, L'INFINI ET LE VERBE. JE NE SUIS PAS LE ROI MINOS
TOUT COMME JE SUIS PAS MINOS, LE FRÈRE DE RHADAMENTE OU JUGE DU MOMENT.

JE SUIS DANS LE JUGEMENT DANS LE TOURBILLON DU SANG DANS LA GUERRE ET TOUT;
COMME LA CONSCIENCE DANS LE PERPÉTUEL, NOUS CHERCHERONS DES TAUREAUX...
EN D'AUTRES LIEUX, VOUS CHERCHEREZ CETTE BARBARIE POUR PERPÉTUER VOS ANCÊTRES.

JE CROYEZ EN UNE MASSE PLUS SUR LE SENS DU SENSORIEL QUE DANS L'ODORAT BESTIAL.
NOUS DEVONS ÉVOLUER DANS LE TERME DU PROPRE NATUREL DE LA FORME DU CONCEPT.
MOURIR SANS LA GLOIRE ET NI PARDON; LUTTEZ FACE AU MONSTRE QU'EST LE TORERO.

LE NUAGE CONSTRUIT MASSE DANS LE VIDE. LE SANG DANS LA TERRE NE PROVOQUE RIEN.
LA CLAMEUR DÉRANGE L’OUÏE DE CEUX QUI VEUT SE FAIRE ENTENDRE DE LA FOULE, CIRCÉE.
POSÉIDON DANS SA SAGESSE NE PEUT ACCEPTER LE SACRIFICE DE SES COQS OU TAUREAU.

DANS LE VIDE, LA SOUFFRANCE SE FAIT LA RUMEUR DE SA DOULEUR DANS L’ÉLECTRIQUE...
LA LUMIÈRE REPRENDS SES DROITS SUR CEUX QUI CHERCHENT LE SANG DANS L'ARGENT...
L'OMBRE OBSERVE CETTE BARBARIE SACHANT RECONNAITRE L’ATROCITÉ DU MOMENT...

LE TAUREAU SACHANT VENIR LA CAMIONNETTE SE RAPPELLE CE PARADIS PROMIS ET
BÉNIT DE SON REGARD; L'ENFER QUI RECUEILLERA LA CLAMEUR DE SA MORT: HERCULE.
ALORS L'UNIVERS REPRENDS SES DROITS SUR CES MANIFESTATIONS DE BARBARIES...

LE MOUVEMENT REPRENDS SA PROGRESSION SUR LE TEMPS ALORS QUE CELUI CI FORME
UNE UNION DANS LE CONTEXTE ET LE MIRAGE. LE DÉSORDRE SE DÉSÉTABLIE DANS LE VIDE
POUR AINSI RÉTABLIR LA VIE DANS L'HISTOIRE: LE MINOTAURE REDEVINT MINOTAURE;

THÉSÉE REDEVINT THÉSÉE TANDIS QUE AMMOUT DÉVORE CEUX QUI SACRIFIE PAR PLAISIR
ET PAR ORGUEIL CROYANT ACHETER LA FOULE: LA CROYANCE EN UNE JUSTICE DIVINE.
LE TERME DE DIRE N'EST PAS VÉRITÉ MAIS CELUI D’ÉCRIRE EST DE S'AFFIRMER DEVANT DIEU.

ECRIT DU
CITOYEN TIGNARD YANIS
ALIAS
TAY
La chouette effraie

MOSAÏQUE
DE
Y'BECCA
SOUS L'EGIDE
DE
TAY
La chouette effraie
ALIAS
CITOYEN TIGNARD YANIS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: THE VIKING, THE DRAGON AND THE GOD OF THUNDER   

Revenir en haut Aller en bas
 
THE VIKING, THE DRAGON AND THE GOD OF THUNDER
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Quel personnage de Dreamworks êtes vous?
» [Jeu Vidéo]Dragon Age Origin
» Avocats du Dragon
» Dragon vs Aigles
» Au Dragon Vert

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le clans des mouettes :: Le clans des mouettes-
Sauter vers: