Le clans des mouettes

ainsi est la force.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 The von Kármán Lecture Series: 2018 et Global Risk Report.

Aller en bas 
AuteurMessage
yanis la chouette



Nombre de messages : 9546
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: The von Kármán Lecture Series: 2018 et Global Risk Report.   Ven 23 Mar à 11:28

Automated sea vehicles for monitoring the oceans
22 March 2018

A new company from ESA Business Incubation Centre Harwell in UK has developed an autonomous boat that is propelled by the waves and carries ocean sensors powered by solar energy.

Advances in ocean monitoring are improving our understanding of the seas and environment, including marine life, sea temperatures, pollution and weather.

However, fuel, maintenance and manpower for research ships are costly, and sea conditions restrict where measurements can be made.

The AutoNaut start-up from ESA Business Incubation Centre (BIC) Harwell has come up with a revolutionary automated surface vessel to collect data for long periods at a fraction of the cost.

The vessel is propelled by a unique wave foil that harvests energy from the natural pitching and rolling at the sea. The vessel is propelled forward by four keel-mounted foils, positioned at the fore and aft.
Preparing AutoNaut

The foils are articulated and sprung for consistent performance ensuring that the vessel can move forward in all wave directions. Speeds of 2-5.5km/h are maintained under most sea conditions and hydrodynamic testing has refined the technology with field-trials proven its robustness in stormy seas.

It is one of the world’s first small commercial applications of wave propulsion and it can operate at sea for many weeks at a time, covering hundreds of kilometres in a week in areas and conditions too hazardous for humans.

It is so quiet that it can measure the whistles and clicks of dolphins over large areas. Using satellite networks, the AutoNaut receives its instructions from anywhere in the world. It can carry cutting-edge, solar-powered sensors to capture raw measurements, process the data onboard and then send them back to the operators via satellite.

“If a satellite radar picks up suspected oil spills our AutoNaut can verify it on the spot, map the extent and take water measurements for relay back to shore,” said Phil Johnson from the company.
Wave propelled automated AutoNaut sea vehicle for monitoring oceans with solar powered sensors



Click for video

The team recently completed its two-year incubation at the ESA BIC. There, they used highly specialised satellite navigation and communication systems to refine their navigation and control capabilities, and deliver near-realtime data collected from the sensors.

Backed by ESA’s £41 500 grant and business support, Autonaut has already taken part in a number of missions with the Royal Navy, the National Oceanographic Centre, the UK Met Office, and offshore engineering industries.

“AutoNaut is revolutionary and will help us to better understand our environment at a fraction of the cost of manned technologies,” said company director David Maclean.

“Our society and economy rely on accurate data sourced from our oceans on a consistent and non-interfering basis, and having access to the business support, technology and expertise has made a massive difference to us in our journey towards commercialising our product.”
AutoNaut

Sue O’Hare, operations manager of ESA BIC Harwell, added, “AutoNaut is an inspirational example of how space and technology can be applied to address our research and industrial challenges.

“Turning a game-changing idea like this into a viable commercial reality is a massive challenge in itself. I’m thrilled that we have provided AutoNaut with the right environment to do this, and I wish them every success as they take their business to the next level.”

ESA has 18 centres throughout Europe helping entrepreneurs and start-ups to spin-off space technology and to exploit satellite data for new terrestrial applications.

More than 600 start-ups have been fostered and each year another 145 join the centres.

https://spacesolutions.esa.int/business-incubation/success-story/automated-sea-vehicles-monitoring-oceans


737 MAX efficiency, reliability, passenger appeal

The Boeing 737 MAX family brings the latest technology to the most popular jet aircraft of all time, the 737. The 737 MAX is designed to provide passengers with a comfortable flying experience and more direct routes to their favorite destinations.

Airlines are taking advantage of the MAX's incredible range and flexibility, offering passengers connections to smaller cities around the globe including transatlantic and trans-continental routes.

The unmatched reliability of the MAX means more 737 flights depart on time with fewer delays. And technological advances plus powerful LEAP-1B engines are helping to redefine the future of efficient and environmentally friendly air travel.

http://www.boeing.com/commercial/737max/?utm_source=twitter&utm_medium=socialad&utm_campaign=tmp%20feb%20evergreen&utm_content=post%201


The von Kármán Lecture Series: 2018
Planning Cassini’s Grand Finale: A Retrospective

March 22 & 23

Mission planning is a core strength of JPL engineering, along with deep space communications and navigation. This month’s talk, by Cassini mission planner Erick Sturm, will provide a look back at the various scenarios and contingency plans the Cassini team made as they steered the spacecraft into unexplored space during its 2017 Grand Finale. Sturm will discuss how the possible scenarios -- some of which could have been mission-ending -- compared to the mission as it was actually flown, along with some science highlights from the finale.

Speaker:
Erick Sturm - JPL Systems Engineer - Mission Planning lead for the Cassini Mission.

Location:
Friday, March 23, 2018, 7pm
The Vosloh Forum at Pasadena City College
1570 East Colorado Blvd.
Pasadena, CA
› Directions

https://www.jpl.nasa.gov/events/lectures_archive.php?year=2018&month=3&utm_source=iContact&utm_medium=email&utm_campaign=NASAJPL&utm_content=vonkarman20180321-1

22 March 2018

According to this year’s Global Risk Report by the World Economic Forum, water crises are one of the five biggest risks to society. ESA is working with development banks to help water-resource authorities use information from satellites to manage this precious resource.

With water under pressure from over-exploitation and pollution, one of the UN Sustainable Development Goals is to ensure the availability and sustainable management of water and sanitation for all.

While progress is being made, there are ever-increasing demands for freshwater, especially for agriculture. In fact, the Food and Agriculture Organization states that 70% of the freshwater drawn is used for agriculture alone. And, with a growing global population to feed, this could rise.

Water security is of particular significance for African countries subjected to the effects of climate change and increasing populations.

Information from satellites observing Earth can map and monitor the vital resource, as the video below explains.

Through its TIGER and Earth Observation for Sustainable Development initiatives, ESA develops applications in close collaboration with its African and international partners to respond to the urgent need for reliable water information in their countries.

The initiatives also support research, capacity building and training within both national and transboundary water authorities.

Helping to manage water
Access the video

ESA’s Benjamin Koetz said, “While we work continuously to help authorities and companies to use information from satellites to safeguard water, today is World Water Day – so a good occasion to draw our attention to this fundamental but fragile resource.

“By providing information on water extent and quality, flooding, evapotranspiration and soil moisture, satellites are an essential tool to remind us every day what vulnerable resource water is.”

An example of this is the recent issue of water scarcity in the Western Cape Province of South Africa.

Here, water levels in the Theewaterskloof Dam have dropped dramatically in recent years. The dam is the major source of water for domestic and agricultural uses in the region including the city of Cape Town.

Over the last year, this lack of water has caused the production of grain to drop by more than 36% and the production of wine grapes to drop by 20%, for example.

It is estimated that the dam would need to receive at least three years of good winter rainfall for it to return to its earlier healthy level.

As part of the TIGER initiative, the Stellenbosch University is applying machine-learning software to data from the Copernicus Sentinel-1 and Sentinel-2 missions to monitor the situation.

Tsitsi Bangira from the university said, “Monitoring the rise and fall of freshwater in the Western Cape region is essential, particularly in times of scarcity, so that this important resource can be managed appropriately.

“Our research shows that the frequent observations we get from the Sentinels along with machine-learning software can provide the information that is needed to do this at a regional scale.”

To help stimulate and understand the research challenges of monitoring our global water resources, members of the international science community will attend ESA’s Mapping Water Bodies from Space workshop next week.

http://www.esa.int/Our_Activities/Observing_the_Earth/Safeguarding_our_most_precious_resource_water

SENTIMENTS et RAPPORTS DE
Y'BECCA
PAR
LE CITOYEN TIGNARD YANIS
ALIAS
TAY
La chouette effraie.

_________________
Kounak le chat....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 9546
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: Re: The von Kármán Lecture Series: 2018 et Global Risk Report.   Ven 23 Mar à 11:33

Un homme a parlé de la grotte au fond de ce puits – ce qu’il trouve quand il y envoie une caméra est stupéfiant…
C'est fou comment la caméra va en profondeur!

Pendant que ces gens construisaient leur maison en 2013, on leur a dit quelque chose de fascinant.

Le puits sur leur propriété menait vers des grottes à même ce dernier.

Voulant voir à quoi elles ressemblent, le groupe a élaboré un plan pour bien les voir, ce qui implique l’utilisation d’une caméra GoPro et de plusieurs cordes.

Regardez ce que la caméra trouve quand l’homme l’envoie dans le puits.

http://www.epochtimes.fr/un-homme-a-parle-de-la-grotte-au-fond-de-ce-puits-ce-quil-trouve-quand-il-y-envoie-une-camera-est-stupefiant-228198.html

Crédit: Bethyalamode via Storyful...

*************************

News | March 22, 2018
NASA Invites Media to Discuss First Mission to Study Mars Interior.

First Interplanetary Launch from West Coast

NASA's next mission to the Red Planet will be the topic of a media briefing at 2 p.m. PDT (5 p.m. EDT) Thursday, March 29, at NASA's Jet Propulsion Laboratory in Pasadena, California. The briefing will air live on NASA Television and the agency's website.

NASA's Interior Exploration using Seismic Investigations, Geodesy and Heat Transport (InSight) lander will study the deep interior of Mars to learn how all rocky planets formed, including Earth and its moon. The lander's instruments include a seismometer to detect marsquakes and a probe that will monitor the flow of heat in the planet's subsurface.

Briefing participants will be:

Thomas Zurbuchen, associate administrator for NASA's Science Mission Directorate in Washington
Bruce Banerdt, InSight principal investigator at JPL
Tom Hoffman, InSight project manager at JPL
Jaime Singer, InSight instrument deployment lead at JPL


An artist's rendition of the InSight lander operating on the surface of Mars.

InSight, short for Interior Exploration using Seismic Investigations, Geodesy and Heat Transport, is a lander designed to give Mars its first thorough check up since it formed 4.5 billion years ago. It is scheduled to launch from Vandenberg Air Force Base on the California coast between May 5 through June 8, 2018, and land on Mars six months later, on Nov. 26, 2018.

InSight complements missions orbiting Mars and roving around on the planet's surface. The lander's science instruments look for tectonic activity and meteorite impacts on Mars, study how much heat is still flowing through the planet, and track the planet's wobble as it orbits the sun. This helps answer key questions about how the rocky planets of the solar system formed. So while InSight is a Mars mission, it's also more than a Mars mission.

Surface operations begin a minute after landing at Elysium Planitia. The lander's prime mission is one Mars year (approximately two Earth years).

JPL, a division of Caltech in Pasadena, California, manages the InSight Project for NASA's Science Mission Directorate, Washington. Lockheed Martin Space, Denver, built the spacecraft. InSight is part of NASA's Discovery Program, which is managed by NASA's Marshall Space Flight Center in Huntsville, Alabama.

For more information about the mission, go to https://mars.nasa.gov/insight.
https://www.jpl.nasa.gov/spaceimages/index.php?category=

Media and the public may ask questions on social media during the briefing using #asknasa.

InSight will be the first planetary spacecraft to take off from the West Coast. It's scheduled to launch May 5 aboard a United Launch Alliance Atlas V rocket from Space Launch Complex-3 at Vandenberg Air Force Base in California. If pre-dawn skies are clear, the launch will be visible from Santa Maria to San Diego, California.

Follow the mission on Twitter at:

https://twitter.com/nasainsight

News Media Contact
Andrew Good
Jet Propulsion Laboratory, Pasadena, Calif.
818-393-2433
andrew.c.good@jpl.nasa.gov

Dwayne Brown
NASA Headquarters, Washington
202-358-1726
dwayne.c.brown@nasa.gov

2018-057b

https://www.jpl.nasa.gov/news/news.php?feature=7085&utm_source=iContact&utm_medium=email&utm_campaign=NASAJPL&utm_content=insight20180322-1

RAPPORT DU
CITOYEN TIGNARD YANIS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 9546
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: Re: The von Kármán Lecture Series: 2018 et Global Risk Report.   Ven 23 Mar à 11:35

Le parc national de Redwood est un parc national situé aux États-Unis, sur la côte nord de la Californie, entre les localités d'Eureka et de Crescent City. Son nom provient du séquoia à feuilles d'if, un arbre pouvant dépasser les 100 mètres de haut et vivre plus de 2 000 ans, appelé en anglais California Redwood.

En 1850, la forêt primaire recouvrait plus de 8 100 km2 sur la côte californienne. La région septentrionale de cette forêt, à l'origine peuplée d'Amérindiens, attira de ce fait un grand nombre de bûcherons. De nombreux chercheurs d'or de Californie, déçus que l'or ne soit pas au rendez-vous, se reconvertirent aussi dans la coupe des arbres séculaires3 pour répondre à la demande importante en provenance de grandes villes comme San Francisco. Dans les années 1920, un organisme de protection dénommé Save-the-Redwoods League favorisa la création de parcs d'État en vue de protéger une partie de ce qui restait de cette forêt primaire. Ces parcs furent nommés Prairie Creek Redwoods, Del Norte Coast Redwoods et Jedediah Smith Redwoods. Le parc national fut quant à lui créé en 1968 alors que 90 % de la forêt primaire de séquoias avait déjà été exploitée.

Le parc national et les trois parcs d'État, gérés en commun depuis 1994 par le National Park Service (NPS) et le California Department of Parks and Recreation (CDPR), couvrent une superficie totale de 534,12 km2 entièrement comprise dans les comtés de Del Norte et de Humboldt. Ensemble, ils abritent 45 % (157,75 km2) des anciennes forêts toujours existantes de séquoias.

Le parc protège également une riche faune et flore indigène, de nombreux cours d'eau et englobe 52 km de côte le long de l'océan Pacifique4. L'écosystème abrite un nombre important d'espèces menacées comme le pélican brun, le guillemot marbré, le goujon de mer, le pygargue à tête blanche, le saumon Chinook, la Chouette tachetée et le Lion de mer de Steller5. Ces richesses naturelles et culturelles du parc font qu'il a été reconnu patrimoine mondial par l'UNESCO le 5 septembre 19806 et comme aire centrale de la réserve de biosphère California Coast Range le 30 juin 19837.

Dans les forêts de cet ensemble de parcs, ont été tournés de nombreux films comme Star Wars Le Retour du Jedi et en particulier les scènes se déroulant sur la lune forestière d'Endor.

Géographie
Carte des zones du parc national de Redwood.

Le parc national de Redwood se situe dans une zone peu peuplée au nord de l'État de la Californie non loin de l'État de l'Oregon. Il est localisé sur les territoires des comtés de Del Norte et de Humboldt et se situe à environ 400 km au nord des villes de San Francisco et de Sacramento8. La localité la plus proche est la ville de Crescent City qui se situe à la limite nord du parc. Bien que la localité dispose d'un aéroport nommé Jack Macnamara Field (code AITA : CEC), elle possédait moins de 5 000 habitants en 2000. Le parc est long d'environ 85 km du nord au sud alors que sa largeur maximale d'est en ouest est proche de 15 km. Sur sa partie centrale, sa largeur atteint seulement 1 km8.
Relief

L'altitude est nulle au niveau de la zone côtière longeant l'océan Pacifique. Plus à l'est dans le parc, la zone est constituée de collines dont l'altitude peut atteindre 944 m au niveau du Schoolhouse Peak ou 837 m au niveau du Rodgers Peak9. Ces montagnes font partie des Chaînes côtières du Pacifique.
Climat
Le brouillard fréquent sur la côte favorise la croissance des séquoias.

Le climat dans le parc national est fortement influencé par l'océan Pacifique. Les températures le long de la côte varient légèrement tout au long de l'année entre 4 et 15 °C10. Le climat devient de plus en plus sec et chaud en rentrant dans les terres en été tandis qu'en hiver, il devient de plus en plus froid et sec. Les séquoias sont en général situés dans une bande côtière large de 2 à 4 km. Au-delà de 80 km de l'océan, les séquoias sont totalement remplacés par d'autres arbres.

Dans cette zone tempérée et humidifiée par l'océan, les arbres bénéficient d'une grande quantité d'eau lors des fortes précipitations en hiver. Ces précipitations se concentrent pour la plupart entre le mois d'octobre et le mois d'avril, avec des pointes en décembre et janvier. En revanche, elles sont très rares en juillet et en août. Malgré les faibles pluies estivales, la forêt reste souvent très humide grâce à un brouillard persistant. Les précipitations annuelles varient en fonction de l'emplacement, entre 630 et 3 100 mm.

Il semble d'ailleurs que ce brouillard persistant soit déterminant pour la santé générale de ces arbres géants : il les aide à satisfaire leurs besoins en eau en rafraîchissant l'atmosphère et en diminuant les phénomènes d'évaporation.

Les chutes de neige sont très rares dans la région, même si elle tombe parfois en haut de collines de plus de 450 mètres d'altitude. Même si le parc est situé à une latitude plus au nord que New York, qui connaît des hivers très froids, l'océan Pacifique permet d'éviter les hivers froids11.
L'humidité élevée toute l'année permet le développement d'un grand nombre de plantes et de champignons dans les sous-bois.
Données météo Relevés à Orick Prairie Creek10 Mois Janv Fév Mars Avr Mai Juin Juil Août Sept Oct Nov Déc Année
Températures maximales moyennes (°C) 11,3 13,1 14,1 15,3 17,2 18,8 20,4 21,0 21,6 18,8 14,2 11,2 16,4
Températures minimales moyennes (°C) 2,7 3,5 3,6 4,1 5,8 7,9 9,2 9,4 8,0 6,2 4,7 3,1 5,7
Moyennes mensuelles de précipitations (mm) 297,4 246,6 234,4 127,2 83,1 31,2 7,1 16,2 38,6 127,3 249,7 298,4 1 757,7
Moyennes mensuelles de précipitations neigeuses (cm) 1,0 0,25 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,25 1,5
Hydrographie

Le parc est parcouru par le fleuve Klamath et le fleuve Smith. Cependant, le fleuve Klamath n'est présent dans le parc qu'au niveau de son estuaire car il coupe le parc en son centre à son endroit le plus étroit. De son côté, le fleuve Smith n'est présent qu'au nord du parc sur environ 10 km8. Le parc est également parcouru au sud par le Redwood Creek. Le bassin hydrographique de ce cours d'eau est à 41 % situé au sein du parc national12. Toutes les eaux de ces trois cours d'eau se jettent dans l'océan Pacifique.
Géologie

La côte nord de la Californie, qui englobe le parc national et les zones côtières proches, est la zone sismique la plus active des États-Unis13. De fréquents tremblements de terre de faible importance se produisent dans la région que ce soit sur la terre ferme ou sous l'océan Pacifique. Ceux-ci ont toutefois été à l'origine de glissements de terrain et ont favorisé l'érosion des terres superficielles. Le lieu est à la jonction des trois plaques tectoniques que sont la plaque nord-américaine, la plaque pacifique et la plaque Gorda. Ce point de jonction, dénommé Cap Mendocino, est situé à seulement 160 km au sud-ouest du parc.
Le littoral du parc.

Durant les années 1990, plus de neuf tremblements de terre d'une magnitude supérieure à 6 sur l'échelle de Richter ont ainsi été recensés le long de la zone de failles géologiques. Le risque de séisme important dans la région est permanent14. Les autorités du parc s'assurent par ailleurs que les visiteurs soient informés des risques et diverses informations sont proposées à travers le parc. La crainte du phénomène de tsunami est ainsi mise en avant et les visiteurs des régions littorales sont avertis qu'en cas de séisme, ceux-ci doivent se réfugier sur les collines élevées de l'arrière-pays15.

La majorité des roches du parc font partie de la formation géologique du gradient franciscain. Ces roches sédimentaires, à l'origine sous les eaux de l'océan, furent surélevées par les mouvements des plaques tectoniques il y a plusieurs millions d'années. Les roches sont ainsi constituées de sables et de schistes. On trouve également des roches métamorphiques en plus faible proportion telles que du silex et des roches volcaniques. La plupart de ces roches sont facilement érodées et sont visibles le long de la côte et dans les gorges creusées par les rivières. Datant en général des époques du Crétacé et du Jurassique, elles ont été déformées par le mouvement des plaques tectoniques. Par endroits, les rivières ont créé de larges dépôts de roches érodées. On trouve également dans la partie nord du parc, une grande zone constituée de roches datant du Quaternaire et du Tertiaire (Holocène, Pléistocène…) 16.
Milieu naturel

Au nord d'Eureka, non loin de l'État de l'Oregon, dans le Redwood National Park, la côte est si sauvage qu'on l'appelle la Lost Coast, « la côte perdue ». On y trouve des pumas qui chassent des daims. À la fin de l'été, les Californiens viennent y observer les baleines qui partent frayer dans les mers du sud.
Flore
Touriste contemplant un vieux séquoia.

On estime que la forêt primaire de séquoias couvrait autrefois le littoral de la Californie du Nord sur une superficie d'environ 810 000 hectares. Actuellement il n'en reste que 34 000 hectares, soit 4 % de la forêt originelle. Les parcs naturels en préservent environ 45 %17. Les séquoias à feuilles d'if, présents sur la côte jusqu'en Oregon, sont proches des séquoias géants qui poussent dans le centre de la Californie, en particulier dans la chaîne de la Sierra Nevada. En revanche, ils sont assez différents du Métaséquoïa qui vit en Chine dans le Sichuan et l'Hubei.

Les séquoias à feuilles d'if font partie des plus grands arbres de la planète. Le record de hauteur est détenu par un arbre baptisé « Hyperion », du nom d'un titan de la mythologie grecque, qui mesure 115,5 mètres de hauteur18,19. Il fut découvert pendant l'été 2006 par Chris Atkins et Michael Taylor. D'autres spécimens dépassent les 100 mètres de hauteur, tels le « Grand Arbre » (Tall Tree) qui se situe à Prairie Creek (112,11 mètres). Le plus gros séquoia est le « Géant du Nord » (Del Norte Giant), qui pousse dans le Del Norte Redwoods State Park : son volume atteint 1 044 m3.

Les séquoias vivent en moyenne 600 ans mais certains atteignent 2 000 ans, ce qui range ces arbres dans la catégorie des êtres vivants ayant la plus grande longévité sur la planète. Cette durée de vie exceptionnelle est due à leur résistance aux maladies et aux incendies. Ces arbres bénéficient d'une écorce protectrice et d'une forte teneur en tanin. Ils préfèrent les endroits abrités, poussent sur les pentes des collines et près des cours d'eau. Ils profitent de l'humidité apportée par l'océan Pacifique et le courant de Californie sous forme de brouillard20. Ils développent un important réseau de racines qui leur permettent de s'élever très haut. Il arrive qu'en cas de sécheresse, le haut des séquoias meurt, sans que le reste de l'arbre ne dépérisse. Des troncs secondaires, appelés réitérations, peuvent produire un autre individu à partir du même arbre.

Près de l'océan se trouve une zone tampon composée de dunes sans arbre. On y trouve des petites plantes comme Lathyrus littoralis et Fragaria chiloensis, le célèbre fraisier du Chili21. Ensuite, on trouve une autre bande généralement composée d'épicéas de Sitka. Ces arbres résistent en effet au vent fort et au sel marin. Ces deux zones stoppent le sel marin ce qui permet aux autres arbres de grandir à l'abri plus à l'intérieur des terres. On trouve ainsi à l'écart des vents le séquoia à feuilles d'if et le sapin de Douglas (jusque 90 mètres de hauteur) qui constituent l'essentiel de la forêt primaire21.

D'autres arbres peuplent le parc national de Redwood. On trouve Lithocarpus densiflorus, parfois appelé « chêne à tan » au Québec, dont les feuilles sont persistantes. D'autres espèces y poussent, telles que Arbutus menziesii (espèce cousine de l'arbousier), l'érable à grandes feuilles, le laurier de Californie ou l'aulne rouge21 (Alnus rubra).

Au niveau du sol, sous les grands arbres, on rencontre également des arbustes à baies (des espèces d'airelles, de ronces, framboisiers, etc.) mais aussi le lysichiton américain. Rhododendron macrophyllum (un rhododendron de Californie) et Rhododendron occidentale fleurissent dans le parc, en particulier dans la forêt primaire21. Une fougère, Polystichum munitum, s'épanouit près des sources et dans le Fern Canyon (Prairie Creek Redwoods State Park). Il s'agit de la plante la plus commune du sous-bois avec Oxalis oregana21.

En altitude, où il fait plus sec et où les séquoias deviennent plus rares, vivent le chêne des canyons (Quercus chrysolepis) et le pin de Jeffrey (Pinus jeffreyi) en plus du sapin de Douglas, de l'espèce d'arbousier et du chêne à tan21.

Épicéa de Sitka apprécie les régions océaniques.

Laurier de Californie.

Rhododendron de Californie.

Fragaria chiloensis, le fraisier du Chili.

Faune
Un ours noir.

Le parc national de Redwood protège plusieurs espèces menacées d'extinction : le pélican brun (Pelecanus occidentalis), le goujon de mer (Eucyclogobius newberryi), le pygargue à tête blanche, le guillemot marbré, le saumon chinook (Oncorhynchus tshawytscha), la chouette tachetée, ou le lion de mer de Steller5.

Seuls les Indiens sont autorisés à pêcher le saumon avec des filets. Au printemps, il leur arrive de faire jusqu'à 70 prises par jour. Les pêcheurs côtiers blancs, soumis à de sévères quotas, souhaitent l'abolition de ce privilège. Il a pourtant des limites : les Indiens ne peuvent pas vendre les produits de leur pêche. Ils fument le poisson qui assure leur subsistance pendant l'hiver.
Mammifères

Plus de 40 espèces de mammifères sont recensées dans le parc naturel, parmi lesquelles l'ours noir, le puma, le lynx, le castor, la loutre de rivière, le daim, le coyote, le cerf hémione, le cerf élaphe et le wapiti5. Sur le rivage, l'otarie de Californie et le phoque commun se reposent souvent sur les plages ou sur les îles rocheuses qui parsèment le littoral. On peut également apercevoir au loin le dauphin commun à bec court et la baleine grise dans l'océan Pacifique. De petits mammifères vivent dans les arbres : c'est le cas des écureuils (en particulier l'écureuil de Douglas et le grand polatouche22) et des chauves-souris comme l'Eptesicus fuscus5.

Cerf élaphe.

Écureuil de Douglas.

Baleine grise.

Lion de mer de Steller.

Oiseaux

Le pélican brun et le cormoran à aigrettes fréquentent les falaises le long de la côte, alors que le goéland est présent jusqu'à l'intérieur des terres. Au niveau de l'océan et des plages vivent également le guillemot de Troïl, l'huîtrier de Bachman, le guillemot colombin, le pluvier kildir, le bécasseau d'Alaska, le goéland d'Audubon, le bécasseau sanderling, le chevalier semipalmé et la macreuse à front blanc. Près des cours d'eau vivent la harle bièvre, le balbuzard pêcheur, la buse à épaulettes, le grand Héron et le martin-pêcheur d'Amérique5. Dans les forêts vivent la mésange à dos marron, le troglodyte mignon, le geai de Steller et la chouette tachetée. Finalement, les prairies accueillent la buse à queue rousse, le colibri d'Allen, le moucherolle noir, la cama brune et le bruant chanteur5.

Pygargue à tête blanche.

Chouette tachetée.

Pélican brun.

Goéland d'Audubon.

Poissons et reptiles

La famille des reptiles et d'amphibiens comprend la couleuvre à collier, les salamandres (Batrachoseps attenuatus, Dicamptodon ensatus et Taricha granulosa), la grenouille à pattes rouges, le crapaud boréal et le lézard des palissades5. Les cours d'eau sont le terrain de chasse de plusieurs poissons comme le saumon Chinook, le saumon Coho, la truite arc-en-ciel5.

Les fonds marins sont habités par différents mollusques et crustacés mais aussi par des anémones de mer comme la Anthopleura xanthogrammica5.

Saumon Chinook.

Couleuvre à collier.

Anthopleura xanthogrammica.

Incendies

Les feux de forêts naturels font partie intégrante de la vie des écosystèmes. Dans de nombreux cas, la nature s'est adaptée et l'absence de ceux-ci peut parfois devenir problématique23. Les feux éliminent en effet les plantes mortes et différents débris tout en enrichissant le sol en nutriments dont se nourrissent ensuite les différents organismes. Avant l'arrivée des européens, des feux se produisaient au gré des intempéries de la région (orages...). À partir de 1850, les feux furent combattus par les colons fraîchement arrivés d'Europe par l'intérêt économique suscité par le bois des forêts mais aussi en vue de protéger les nouveaux habitants des forêts23.

Les bûcherons de la région essayaient de combattre les incendies à la source pour éviter que ceux-ci ne prennent une trop grande ampleur. Cela modifia tout le mécanisme naturel habituel. C'est seulement à partir des années 1970 que des recherches indiquèrent que la forêt avait besoin des incendies. Des incendies provoqués et maîtrisés par l'Homme furent alors organisés. Dans les parcs de la région, un plan de gestion des incendies est ainsi d'application depuis cette époque23. Le National Interagency Fire Center fournit également une aide en hommes et en équipements en cas d'incendies non maîtrisables par les équipes locales.

Dans les parcs, les feux sont également employés pour protéger la flore endémique des prairies de l'invasion d'espèces invasives et pour éviter que ces zones ne soient gagnées par la forêt. Les prairies sont en effet une zone importante pour l'alimentation du gibier comme les cerfs. La biodiversité est par la même occasion préservée. L'épaisse écorce des séquoias permet à ceux-ci de mieux résister aux incendies tout en voyant les espèces concurrentes détruites dans le feu23.
Histoire
Reconstitution d'une habitation traditionnelle Yurok en planches de séquoia.

Avant l'arrivée des premiers Européens, la forêt primaire occupe environ 800 000 hectares du littoral de la Californie du Nord. La région est alors habitée par des tribus amérindiennes (Yurok, Tolowa, Shasta, Karuk, Chilula, Wiyot) depuis plus de 3 000 ans. Ceux-ci se nourrissent de gibiers, de poissons en provenance de l'océan et des rivières mais aussi de graines, de fruits et de baies de la forêt. Ces populations sont spirituellement attachées à la nature. Les habitations étaient faites de planches provenant de séquoias déracinés24.

Le recensement de 1852 indique que les Yuroks sont les plus nombreux, avec 2 500 personnes reparties en 55 villages25. Ils utilisent le bois de séquoia qu'ils débitent facilement en planches pour aménager des huttes ou des embarcations26.

À partir du XVIe siècle, les explorateurs espagnols, russes et anglais fréquentent le littoral près de l'actuel parc et pratiquent la traite des fourrures d'otaries avec les Amérindiens. Jusqu'à l'arrivée de Jedediah Smith en 1828, aucun Européen n'a exploré l'intérieur de cette région du nord de la Californie.
Une femme de la tribu Yurok

Au milieu du XIXe siècle, une ruée vers l'or provoque l'afflux de mineurs et de bûcherons qui commencent à déboiser. Le métal précieux est découvert à Trinity Creek et son exploitation bouleverse la région. Les Amérindiens sont chassés et parfois massacrés27,28. Vers 1895, seul un tiers des Yuroks a survécu aux maladies et aux violences. En 1919, tous les membres de la tribu Chilula ont été assimilés à d'autres groupes ou bien ont tout simplement été tués29. Le bois des séquoias sert alors à construire les cabanes des mineurs qui pour certains, deviendront bûcherons à la fin de la ruée vers l'or30.

En 1911, le représentant de la Californie à la Chambre des États-Unis John E. Raker est le premier homme politique à proposer la création d'un parc national pour préserver les forêts de séquoias. Mais il ne trouve aucun soutien à Washington. L'achèvement de la Route littorale 101 permet aux paléontologues Madison Grant, John C. Merriam et Henry Fairfield Osborn de parcourir la région et de prendre conscience de l'urgence de protéger les séquoias24. Ceux-ci fondent la ligue de protection des séquoias (en anglais Save-the-Redwoods League) avec Frederick Russell Burnham en 191831. Dans les années 1920, la déforestation est dénoncée par cette organisation de défense de la nature, qui réussit à préserver diverses zones forestières. Lorsque la Californie crée un système de parcs d'État en 1927, la commission crée les trois parcs d'État dénommés Prairie Creek Redwoods, Del Norte Coast Redwoods, et Jedediah Smith Redwoods32. Un quatrième parc d'État dénommé Humboldt Redwoods, le plus important, est également créé bien que celui-ci ne fasse toujours pas partie du système des parcs nationaux.
Les maisons de San Francisco ont été construites en bois de séquoia à la fin du XIXe siècle.

En raison de la forte demande de bois engendrée par la Seconde Guerre mondiale puis par l'urbanisation des années 1950, la création d'un parc national est reportée. Les efforts conjugués de la ligue de protection des séquoias, du Sierra Club et de la National Geographic Society aboutissent finalement dans les années 1960. À cette époque, 90 % de la forêt primaire de séquoias a déjà été exploitée24. Sous la pression des lobbies écologistes auprès du Congrès, une loi est adoptée en vue de créer le parc national de Redwood. Le texte est signé par le président Lyndon Johnson le 2 octobre 1968. L'aire protégée s'agrandit de 40 000 hectares grâce à la politique d'acquisition de la ligue de protection des séquoias. En 1978, le parc gagne encore 19 000 hectares mais seul un cinquième de ces terres sont couvertes de forêts primaires, le reste ayant déjà été reboisé par des essences d'arbres non indigènes. En 1994, le National Park Service et le California Department of Parks and Recreation décident de fédérer le parc national avec les trois parcs d'État, inaugurant ainsi un dispositif unique aux États-Unis de cogestion33.

Le 5 septembre 1980, les Nations unies décident d'inscrire le parc national sur la liste du patrimoine mondial de l'humanité. Le parc national de Redwood est ainsi reconnu pour ses trésors naturels mais aussi pour son patrimoine préhistorique34. Enfin, le parc fait partie de la région des chaînes côtières du Pacifique de Californie35, qui constitue une réserve de biosphère reconnue par l'UNESCO le 30 juin 198336.
Gestion et administration
Logo du National Park Service.

Les parcs sont gérés conjointement par le National Park Service, une agence fédérale du Département de l'Intérieur des États-Unis, et par le California Department of Parks and Recreation. Le budget annuel du parc national s'élevait en 2005 à 7 251 000 dollars. Le parc national, qui emploie environ 100 employés permanents et 75 temporaires, se fait aider par de nombreux travailleurs bénévoles37. Le budget des trois autres parcs d'État s'élevait quant à lui en 2003 à 1 096 248 dollars ce qui représente 17 employés permanents et 30 employés temporaires.

Les deux organismes travaillent dans l'optique de protéger l'écosystème particulier du parc mais aussi sa richesse culturelle. La forêt primaire des terres ajoutées aux parcs en 1978 avait déjà été exploitée et des efforts pour restaurer celle-ci ont été entrepris depuis. Les anciennes routes d'exploitation forestière ont ainsi été supprimées pour redonner un caractère originel à la zone. Dans ces zones, de nombreuses espèces non indigènes avaient néanmoins été replantées par les compagnies forestières. Les zones côtières, recouvertes de dunes et de prairies, ont été envahies par des espèces exotiques à cause de la suppression des incendies jusque dans les années 1980. Un plan de gestion des incendies a depuis été mis en place pour permettre le retour de l'état originel grâce à des feux contrôlés. Des morceaux de la forêt primaire sont encore aujourd'hui séparés des zones forestières principales. Il faudra encore de nombreuses années et de nombreux efforts financiers pour que ces zones soient à nouveau rattachées entre elles à cause de la pousse lente des séquoias38.

Quelques anciennes routes d'exploitation forestière ont été transformées en routes touristiques. Les fonds du budget servent également à entretenir et à améliorer la sécurité de ces voies. Diverses installations comme des centres d'information et des bâtiments pour le personnel expliquent également le montant du budget. Le personnel surveille la qualité de l'air et de l'eau dans le parc, contrôle les espèces menacées et travaille également en collaboration avec le personnel du California Coastal National Monument qui est géré par le Bureau of Land Management39. Le quartier général du service du parc est localisé dans la localité proche de Crescent City. L'économie de la région proche du parc a longtemps été portée par l'économie de l'exploitation forestière. Actuellement, la zone vit largement des retombées touristiques du parc. L'économie de la région fonctionne également grâce aux institutions publiques qui gèrent le parc mais aussi de la construction, de la pêche, de l'agriculture et de l'élevage12.
Tourisme

Il n'existe pas d'hôtel ou de lieu de villégiature à l'intérieur du parc. Le logement proposé aux touristes se situe essentiellement dans les localités avoisinantes de Crescent City au nord, de Arcata et Eureka au sud. Le parc est situé à mi-chemin entre San Francisco au sud et Portland au nord. Ces villes sont desservies par des aéroports internationaux. Un aéroport (code AITA : CEC) de plus petite taille est également présent à Crescent City et permet d'éviter le trajet de 500 km par rapport aux deux grandes villes. Le parc est traversé du nord au sud par la U.S. Route 101. À proximité du parc se trouve la zone récréative de Smith River National Recreation Area qui fait partie de la forêt nationale de Six Rivers. Le parc dispose de cinq centres pour accueillir les visiteurs. Les centres proposent des randonnées guidées et de nombreuses aires de pique-nique sont accessibles par véhicules à travers le parc.

Il est possible de camper dans le parc. Les campements sont parfois accessibles par la route dans les parties du parc appartenant à l'État de Californie. Par contre, l'accès aux campements dans les zones appartenant au gouvernement fédéral n'est possible que par la marche. On trouve ainsi les campements de Mill Creek, de Jedediah Smith qui disposent à eux deux de 251 emplacements. Le campement de Prairie Creek en possède 75 tandis que celui de Bluffs Beach en a juste 2540. Le camping est uniquement autorisé par achat d'un permis et seulement aux endroits définis.
Au cœur de la forêt.

Le camping est très réglementé pour éviter toute fréquentation trop importante et pour permettre de donner accès à un maximum de personnes différentes. Le temps est ainsi limité à 5 nuits consécutives et 15 nuits par an au total. La présence d'ours impose l'utilisation de réserves de nourriture hermétiques et solides41 et les détritus doivent être repris par les visiteurs.

Il existe environ 320 km de sentiers à travers le parc bien que certains d'entre eux ne soient pas accessibles durant la saison des pluies lorsqu'ils traversent des rivières gonflées par les eaux. Les touristes doivent en outre prévoir un équipement adapté au temps pluvieux vu le climat humide de la région. Des randonnées à cheval ou en vélo tout terrain sont autorisées sur certains sentiers mais pas sur tous.

Le kayak est possible aussi bien sur les cours d'eau que le long de la côte pacifique. Le fleuve Smith, qui est le plus long cours d'eau non canalisé de Californie, est très apprécié par les adeptes de cette activité. Les pêcheurs profitent des saumons et des truites dans les cours d'eau Smith et Redwood Creek. Il est toutefois obligatoire de disposer d'un permis de pêche. Les tailles minimales, les périodes de pêche, les zones autorisées sont très règlementées42. La chasse n'est pas autorisée dans le parc mais elle l'est sous certaines conditions dans les forêts nationales proches.

Les autres parcs et monuments nationaux dans la région sont Crater Lake (225 km), Oregon Caves (100 km), Lassen Volcanic (375 km), Lava Beds (400 km).
Culture populaire

Grâce à ses paysages très particuliers, le parc a servi de décor à de nombreux films. Les scènes sur la Lune forestière d'Endor du film Star Wars Le Retour du Jedi (épisode 6) avec Harisson Ford, Mark Hamill et Carrie Fisher ont été tournées en 1982 dans la forêt de séquoias au nord du comté de Humboldt. Ce comté a également accueilli en 1952 le tournage du film la Vallée des géants, de Jennifer 8 en 1992, de Alerte ! en 1994, et de Jurassic Park en 199643. Le film E.T. l'extra-terrestre a quant à lui profité des décors des forêts de séquoias proches de Crescent City44.

La chanson This Land Is Your Land, écrite par Woody Guthrie, évoque "the Redwood Forest" comme un des hauts lieux des États-Unis et de la culture américaine.
Panorama visible sur une route dans le parc.
Voir aussi
Bibliographie

(en) Dione F. Armand, Eureka and Sequoia Park (Images of America : California), Charleston, Arcadia Publishing, 2008, poche (ISBN 978-0-7385-5573-7, OCLC 176900770, LCCN 2007930843)
(en) Gisela Rohde et Jerry Rohde, Best Short Hikes In Redwood National & State Parks : Including Humboldt Redwoods State Park, Seattle, Mountaineers Books, 2005, 1re éd., poche (ISBN 978-0-89886-716-9, OCLC 56104012, LCCN 2004018038)
(en) Gisela Rohde Jerry Rohde, Redwood National & State Parks : Tales, Trails, & Auto Tours, McKinleyville, Mountain Home Publishing, 1994 (ISBN 978-0-9640261-0-0, OCLC 30709310, LCCN 94075098)
Susan R. Schrepfer The Fight to Save the Redwoods - A History of the Environmental Reform, 1917--1978 - University of Wisconsin Press; First Edition edition (May 1983)

Filmographie

The Redwoods, documentaire réalisé en 1967 et ayant remporté un Oscar.

Articles connexes

Géographie de la Californie
Redwood Empire
Comté de Humboldt

Liens externes

Sur les autres projets Wikimedia :

Parc national de Redwood, sur Wikimedia Commons

Notices d'autorité

: Fichier d’autorité international virtuel • International Standard Name Identifier • Gemeinsame Normdatei
Bases de données géographiques : Geographic Names Information System [archive] • Harpers Ferry Center [archive] • Liste du patrimoine mondial [archive] • National Park Foundation [archive] • National Parks Conservation Association [archive] • NPSpecies [archive] • NPS Stats [archive] • OpenStreetMap [archive] • World Database on Protected Areas [archive] • World Heritage Site [archive]
Recreation.gov [archive]Présence sur les réseaux sociaux : Facebook (compte) [archive] • Instagram (compte) [archive] • Twitter [archive](en) Site officiel [archive]
(fr) Compte-rendu de voyage [archive]
(en) Site d'information sur le parc [archive]
(en) Photos du parc - Terra Galleria [archive]
(en) Visite virtuelle du parc [archive]

Nom local
(en) Redwood National and State Parks
Type
Parc national des États-Unis
Catégorie UICN
V (paysage terrestre ou marin protégé)
Identifiant
994
Adresse
Californie
Drapeau des États-Unis États-Unis
Ville proche
Crescent City
Coordonnées
41° 10′ 00″ N, 123° 59′ 00″ O
Superficie
534,12 km21
Création
2 octobre 19681
Statut patrimonial
Réserve de biosphère (1983, California Coast Range)
Patrimoine mondial Patrimoine mondial (1980)
Visiteurs par an
380 1672
Administration
National Park Service
Site web
Site officiel
Logo du patrimoine mondial Patrimoine mondial Date d'entrée
1980
Identifiant
134
Critères
(vii) (ix)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 9546
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: Re: The von Kármán Lecture Series: 2018 et Global Risk Report.   Ven 23 Mar à 11:38


Title Giving up forests
Released 21/03/2018 4:00 pm
Copyright contains modified Copernicus Sentinel data (2017), processed by ESA, CC BY-SA 3.0 IGO
Description

Marking the International Day of Forests, this Copernicus Sentinel-2 image shows an area of Bolivia that was once covered by trees but has now been cleared for resettlement schemes and agriculture.

Click on the box in the lower-right corner to view this image at its full 10 m resolution directly in your browser.

Bolivia’s city of Santa Cruz can be seen at the mid-left. One of the fastest growing cities in the world, this important commercial centre lies on the Pirai River in the tropical lowlands of eastern Bolivia. To the east of the city, and particularly east of the Guapay River, or the Río Grande, a huge patchwork of agricultural fields can be seen. Back in the 1960s this was an area of largely inaccessible thick Amazon forest. However, as an area of relatively flat lowland with abundant rainfall, it is suited to farming.

As part of a drive to develop and improve the economy, there has been rapid deforestation since the 1980s to accommodate programmes to resettle people from the Andean high plains and develop the area for agriculture, particularly for soybean production. This has resulted in the region being transformed from dense forest into a large mosaic of fields. As well as countless rectangular fields, radial features can be seen where individual farmers have worked outwards from a central hub of communal land.

This image was captured by the Copernicus Sentinel-2A satellite on 30 September 2017, and processed in false colour.
Id 391544

http://www.esa.int/spaceinimages/Images/2018/03/Giving_up_forests

Le parc national de Banff (anglais : Banff National Park) est situé dans les montagnes Rocheuses canadiennes, à 120 km à l'ouest de la ville de Calgary, dans la province de l'Alberta. Sa date de création, 1885, en fait le plus ancien parc national canadien2. Il est également inscrit depuis 1985 (pour le centenaire de sa création)3 au patrimoine mondial de l'UNESCO avec les autres parcs des montagnes Rocheuses canadiennes.

Ses 6 641 km2 de terrains montagneux comprennent de nombreux glaciers et champs de glace (icefields), des zones de forêts denses de résineux, et des paysages de type alpin. Le parc est prolongé au nord par le parc national de Jasper. À l'ouest s'étendent le parc national de Yoho, le parc national de Kootenay. La seule localité importante du parc est Banff, où se situe le centre d'information.

La construction, à la fin du XIXe siècle, du chemin de fer Canadien Pacifique joue un rôle décisif dans le développement économique de Banff. C'est un peu plus tard, au début du XXe siècle, que débute la construction de liaisons routières rapprochant Banff du reste de la région. Ces routes, parfois construites par des prisonniers des camps d'internement, font partie des projets de travaux publics encouragés à l'époque de la Grande Dépression pour résoudre les problèmes socio-économiques. Depuis les années 1960, les différents équipements et infrastructures disponibles au parc sont ouverts au public pendant l'année entière, et le nombre de visiteurs ne cesse d'augmenter, pour dépasser les 5 millions dans la seule année 1990. En outre, des millions d'autres voyageurs traversent chaque année le parc national en empruntant la Route transcanadienne4.

Mais ces chiffres exceptionnels, qui placent le parc national de Banff parmi les plus visités du monde, n'en sont pas moins problématiques sur le plan environnemental. La grande intensité des activités touristiques menace en effet la santé des écosystèmes du parc. Parcs Canada, l'organisme gestionnaire des parcs nationaux canadiens, a réagi à cette situation préoccupante en lançant, au milieu des années 1990, une étude sur deux ans qui a permis, à terme, de fixer des objectifs de gestion durable du parc, et de mettre en place de nouvelles politiques de préservation des écosystèmes.

Le parc national de Banff est situé dans l'ouest de l'Alberta, à la frontière de la Colombie-Britannique. Il est entouré d'autres parcs nationaux : le parc national de Jasper au nord, le parc national de Yoho à l'ouest, et le parc national de Kootenay et les parcs provinciaux mont Assiniboine et Height of the Rockies au sud. La région de Kananaskis et de Canmore comprennent les parcs provinciaux de Spray Valley et Peter Lougheed, les parcs provinciaux sauvages Don Getty, de Bow Valley, et l'aire sauvage de Ghost River qui sont situés au sud et à l'est de Banff. Au nord-est du parc sont situées les aires sauvages de Siffleur et White Goat.

La route transcanadienne traverse le parc national de Banff, en partant de Canmore, à l'est, jusqu'au parc national de Yoho, en Colombie-Britannique, à l'ouest, en passant par Banff et Lake Louise et le col du Cheval-qui-Rue. La ville de Banff est le principal carrefour commercial dans le parc national. Le village de Lake Louise est situé à la jonction de la route Transcanadienne et de la promenade des Glaciers.
La promenade des Glaciers.

Le nord du parc est, quant à lui, accessible par la promenade des Glaciers, une route de 230 km reliant Lake Louise à Jasper en passant par la vallée de la Bow. Elle suit ensuite le ruisseau Mistaya jusqu'à Saskatchewan Crossing où elle croise la route David Thompson. Elle longe ensuite la rivière Saskatchewan Nord jusqu'au champ de glace Columbia et la limite du parc national de Jasper.
Relief
Vue du lac Peyto.

Les Rocheuses canadiennes sont constituées de plusieurs chaînes orientées nord-ouest/sud-est, les contreforts des Rocheuses, les chaînons frontaux (Front Ranges), les chaînons principaux (Main Ranges) et les chaînons de l'Ouest (Western Ranges). Suivant de près la ligne de partage des eaux, les chaînons principaux constituent l'épine dorsale des Rocheuses canadiennes. Le parc national de Banff s'étend vers l'est à partir de la ligne de partage des eaux et comprend le versant est des chaînons principaux et une grande partie des chaînons frontaux.

Le paysage de Banff est également marqué par l'érosion glaciaire, avec des vallées profondes en forme de U et de nombreuses vallées suspendues qui se terminent souvent en chute d'eau. Des montagnes à l'aspect pyramidal, telles que le mont Assiniboine, ont été façonnées par l'érosion glaciaire. De nombreuses petites gorges existent également, comme le canyon Mistaya et le canyon Johnston. L'altitude dans le parc varie de 1 350 m dans la vallée de la Bow à 3 618 m au sommet du mont Assiniboine.

Les limites occidentales et septentrionales du parc sont délimitées par de nombreux cols, dont les plus connus sont les cols du Cheval-qui-Rue (1 627 m), Sunwapta (2 023 m), Vermilion (1 680 m) et Bow (2 088 m), qui sont accessibles par la route et le col Howse (1 539 m), un important col historique qui fut important lors de la traite des fourrures.
Géologie
Vue du mont Rundle.

Les Rocheuses canadiennes sont composées de roches sédimentaires, schiste, grès, calcaire et quartzite, dont l'origine est le dépôt de sédiments dans une mer intérieure. Les formations géologiques des montagnes de Banff sont datées entre le Précambrien et le Jurassique. Les montagnes se sont formées il y a 80 et 120 millions d'années, par faille inverse5. Au cours des derniers 80 millions d'années, l'érosion a fait payer un lourd tribut aux paysages, avec une érosion plus intense dans les contreforts et les chaînons frontaux que dans les chaînons principaux5. Les montagnes autour de Banff en présentent plusieurs formes différentes selon la composition des dépôts rocheux, les couches et leur structure.

De nombreuses montagnes de Banff sont constituées de couches sédimentaires ayant une inclinaison de 50 à 60 degrés5. De telles montagnes à pente raide ont un côté escarpé et un autre à pente plus progressive qui suit la stratification des formations rocheuses comme, le mont Rundle, près de Banff. Les montagnes de Banff comprennent d'autres types : complexe, irrégulier, anticlinal, synclinal, crénelé, dentelé et sawback6.

Le mont Castle a une forme crénelée, avec des pentes abruptes et des falaises. Sa section supérieure est composée d'une couche de schiste du Paléozoïque7 comprise entre deux couches de calcaire. Des montagnes dentelées comme le mont Louis présentent des sommets pointus et déchiquetés. La chaîne Sawback, constituée de couches sédimentaires inclinées, a été érodée par le biais de ravines. Des dépôts d'éboulis sont fréquents dans le piémont de beaucoup de montagnes et de falaises.
Climat

Situé à l'est de la ligne continentale de partage des eaux, le parc national de Banff reçoit en moyenne 472 mm de précipitations par an8. Alors que le parc national Yoho, situé à l'ouest de cette même ligne, en reçoit 884 millimètres au lac Wapta9 et 616 mm au ruisseau Boulder10.

Chaque hiver, en moyenne, il tombe 234 cm de neige sur la ville de Banff et 290 cm sur le lac Louise. Pendant les mois d'hiver, les températures à Banff sont modérées, par rapport à Edmonton et aux autres zones du centre et du nord de l'Alberta, en raison du vent Chinook et autres influences océaniques de la Colombie-Britannique. La température au cours du mois de janvier est comprise entre −15 °C et −5 °C pour la ville de Banff8. Les conditions météorologiques durant les mois d'été sont agréables, avec des températures comprises entre 7 °C et 22 °C en juillet8.
Relevé météorologique de Banff Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc.
Température minimale moyenne (°C) −14,1 −11,6 −7,3 −2,5 1,7 5,4 7,4 6,9 2,7 −1,3 −8,4 −13,3
Température maximale moyenne (°C) −4,6 −0,4 4,5 9,5 14,5 18,5 21,9 21,3 16,3 10,1 0,2 −5,1
Précipitations (mm) 27,5 21,9 23,4 32,4 59,6 61,7 54,2 60,1 42,1 29,4 26,8 33,2
dont neige (cm) 34,1 29,3 28,1 22,5 17 1,8 0 0,2 5,7 19,8 32,3 43,2
Source : Environnement Canada8


Hydrographie

Banff est entièrement compris dans le bassin versant du Nelson, qui se jette dans la baie d'Hudson. Les principales rivières du parc sont la Bow, qui coule au sud et à l'ouest du parc, et la Saskatchewan Nord, au nord de celui-ci. L'arrière-pays du parc accueille également les sources de la Red Deer et de la Clearwater.

Le parc comprend de nombreux lacs, dont les plus accessibles sont les lacs Bow, Hector, Louise, Moraine, Minnewanka et Peyto.
Glaciers et champs de glace

Le parc national de Banff comporte beaucoup de grands glaciers et de champs de glace, dont plusieurs sont facilement accessibles à partir de la Promenade des Glaciers. Dans les chaînons principaux, les petits glaciers de cirque sont fréquents, situés dans les dépressions des flancs de beaucoup de montagnes.

Comme pour la majorité des glaciers de montagne dans le monde, les glaciers reculent à Banff. Les photographies témoignent bien de ces reculs et la tendance est devenue assez alarmante pour que les glaciologues entament des recherches sur les glaciers du parc de manière plus approfondie et analysent l'impact que la réduction de l'épaisseur de la glace et des eaux issues de la fonte des neiges pourrait avoir sur l'approvisionnement des ruisseaux et des rivières.

Les zones de glaciers comprennent le champ de glace Waputik et celui de Wapta, qui sont tous les deux à la frontière entre le Parc national de Banff et celui de Yoho. Le champ de glace Wapta couvre environ 80 km211. Les glaciers Peyto, Bow et Vulture font partie du champ de glace Wapta, compris dans le parc national de Banff. Le glacier Bow s'est retiré de 1 100 m, selon les estimations, entre les années 1850 et 195311. Depuis cette période, il s'est encore retiré, formant un nouveau lac à l'extrémité de la moraine frontale. Le glacier Peyto a reculé d'environ 2 000 m depuis 188012 et risque de disparaître entièrement dans les 30 à 40 prochaines années13. Les glaciers Crowfoot et Hector sont des glaciers indépendants et ne sont pas affiliés aux grands champs de glace. Ils sont facilement visibles de la Promenade des Glaciers.
Cette animation du champ de glace Columbia montre l'évolution entre 1990 et 2000.

Le champ de glace Columbia, à l'extrême nord de Banff, est à la frontière entre le Parc national de Banff et celui de Jasper et s'étend en Colombie-Britannique. Snow Dome, dans le champ de glace Columbia, constitue un sommet hydrologique de l'Amérique du Nord, l'eau qui s'écoule à partir de ce point va vers le Pacifique par l'intermédiaire de la Colombie-Britannique, vers l'océan Arctique via la rivière Athabasca, et dans la baie d'Hudson et finalement dans l'océan Atlantique, via la rivière Saskatchewan11. Le glacier Saskatchewan, qui a environ 13 km de longueur et 30 km2 dans la région11 est le glacier principal du champ de glace Columbia. Entre les années 1893 et 1953, le glacier Saskatchewan s'est retiré de 1 364 m, avec une moyenne de 55 m par an entre 1948 et 195311.

Dans l'ensemble, les glaciers des Rocheuses canadiennes ont perdu 25 % de leur masse au cours du XXe siècle11,14.
Populations
Articles détaillés : Banff et Lake Louise.
Vue d'une rue de Banff.

La ville de Banff, fondée en 1883, est le principal centre commercial du parc national de Banff, ainsi qu'un pôle d'activités culturelles. Banff est le foyer de plusieurs institutions culturelles dont le lieu historique national du Musée-du-Parc-Banff, le musée Whyte, le musée Luxton, le centre culturel de Banff, le lieu historique national Cave and Basin et plusieurs galeries d'art. Tout au long de son histoire, Banff a accueilli de nombreux événements annuels dont les journées Banff Indien depuis 1889 et le Carnaval d'hiver de Banff depuis 1976. Depuis cette même année, le centre culturel organise le festival du film de montagne de Banff. La rivière Bow traverse la ville et offre le spectacle des chutes Bow à la sortie de la ville.

En 1990, la ville de Banff se constitue en corporation municipale de l'Alberta mais est encore soumise à la loi sur les parcs nationaux et à l'autorité fédérale en ce qui concerne la planification et le développement15. D'après le recensement de 2007, la ville de Banff a une population de 8 720 habitants, dont près de 7 437 sont des résidents permanents16.

Lake Louise, village situé à 54 km à l'ouest de Banff, est le site de l'historique Château Lake Louise au bord du lac Louise. La station de ski Lake Louise est également située près du village. Situé à 15 km de Lake Louise, le lac Moraine offre une vue panoramique de la vallée des Dix Pics. Cette scène est reproduite au dos des billets de banque canadiens de 20 $ des années 1969-1979 (série « Scènes du Canada »).
Histoire

Le parc national de Banff évolue dans un climat particulier, où s'opposent sans cesse nécessité de conservation et intérêts du développement. James Hector de l'expédition Palliser en 1859 est le premier à signaler ces sources thermales qui serviront plus tard de prétexte à la création du parc. En 1883, elles sont redécouvertes par trois ouvriers travaillant pour le chemin de fer Canadien Pacifique. Ceux-ci, ainsi que d'autres requérants, se disputent alors les droits de propriété des sources. Une enquête du tribunal gouvernemental suit et le gouvernement du Canada, dirigé par le Premier ministre John A. Macdonald, décide de transformer en réserve les 26 km2 englobant toutes les sources minérales thermales.

C'est donc pour remédier à ces tensions que le premier ministre Macdonald érige autour du site une petite zone protégée, étendue par la suite aux régions du lac Louise et du champ de glace Columbia. Ce champ de glace, d'une superficie de 325 km2, est constitué d'une trentaine de glaciers distincts et ses eaux de fonte alimentent les réseaux hydrographiques des rivières Saskatchewan Nord et Athabasca, et des fleuves Columbia et Fraser se jetant ainsi dans les océans Pacifique, Arctique et Atlantique.
Origines

Des recherches archéologiques menées autour des lacs Vermilion datent les premières activités humaines à Banff à 10 300 B.P. (an -8 300)17. En effet, bien avant l'arrivée des Européens, des peuplades aborigènes telles que les Stoneys, Kootenays, Tsuu T'ina, Kainai, Peigans, ou Siksika, vivent déjà dans la région, où elles pratiquent notamment la chasse au bison et à d'autres gibiers18.

Une fois la Colombie-Britannique cédée au Canada le 20 juillet 1871, les autorités donnent leur feu vert pour la construction d'une voie ferrée transcontinentale, qui débute quatre ans plus tard, en 1875. Le col du Cheval-qui-Rue est choisi, au détriment du col Tête Jaune situé plus au nord, comme point de traversée de la chaîne des Rocheuses. Dix ans plus tard, le dernier tronçon est posé à Craigellachie, en Colombie Britannique18.
Établissement du parc des Montagnes-Rocheuses
Hôtel Banff Springs, 1902.
Brochure publicitaire représentant le mont Assiniboine, 1917.

C'est donc un litige autour des sources thermales de Banff qui conduit, le 25 novembre 1885, le Premier Ministre John A. Macdonald à ériger la réserve de Banff Hot Springs19. Deux ans plus tard, le 23 juin 1887, la loi créant les parcs des Rocheuses est promulguée. La réserve de 26 km2 est alors étendue pour atteindre les 674 km2, et prend le nom de parc des Montagnes-Rocheuses18. C'est la naissance du premier parc national canadien, le deuxième établi en Amérique du Nord après le parc national de Yellowstone aux États-Unis.

À la même époque, le chemin de fer Canadien Pacifique construit l'Hôtel Banff Springs et le Château Lake Louise afin d'attirer les touristes et d'augmenter la fréquentation de la ligne. Banff devient un lieu renommé auprès des touristes aisés débarquant d'Europe par les paquebots transatlantiques de luxe pour continuer vers l'Ouest en train18. Il en est de même pour les riches bourgeois américains.

Certains visiteurs participent aux activités liées à la montagne proposées à Banff, notamment en ayant recours à des guides locaux. Les frères Jim et Bill Brewster, qui font partie des plus jeunes en la matière, ainsi que Tom Wilson guident les touristes sur les lieux de pêche20. Le Club Alpin du Canada (Alpine Club of Canada) créé en 1906, organise des excursions d'alpinisme et des camps dans l'arrière-pays.

En 1911, Banff devient accessible en voiture à partir de Calgary. À partir de 1916, l'entreprise des frères Brewster propose des excursions en autocars. En 1920, l'accès au lac Louise par la route est enfin possible, et la route de Banff-Windermere ouvre en 1923 et relie Banff à la Colombie-Britannique21.

En 1902, le parc est agrandi et couvre 11 400 km2, englobant des zones autour du lac Louise, de la rivière Bow, la rivière Red Deer, Kananaskis et la rivière Spray. Toutefois, en 1911, cédant à la pression de l'élevage et de l'exploitation forestière, la taille du parc est réduite à 4 663 km2. Les limites du parc changent plusieurs fois jusqu'à 1930, la taille du parc est alors fixée à 6 697 km2, avec l'adoption de la Loi sur les parcs nationaux18. La loi renomme aussi le parc en parc national de Banff, baptisé ainsi d'après le nom de la gare de chemin de fer de la Canadian Pacific qui, elle-même, avait pris son nom de Banffshire, une région d'Écosse22.

En 1933, l'Alberta donne 0,84 km2 au parc. Après d'autres changements mineurs en 1949, le parc couvre 6 641 km221.
Exploitation du charbon

En 1887, les tribus autochtones signent le Traité no 7, qui donne au Canada les droits d'explorer le territoire pour en connaître les ressources. Au début du XXe siècle, le charbon est extrait près du lac Minnewanka à Banff. Pendant une brève période, une mine d'anthracite est exploitée, mais est fermée en 1904. La mine Bankhead, dans la Cascade Mountain, est exploitée par le Chemin de fer Canadien Pacifique de 1903 à 1922. En 1926, la ville est démantelée, de nombreux bâtiments sont déplacés dans d'autres villes, en particulier à Banff23.
Camps d'internement
Camp d'internement de Castle Mountain, 1915.

Pendant la Première Guerre mondiale, les immigrants d'Autriche, de Hongrie, d'Allemagne et d'Ukraine sont envoyés à Banff pour travailler dans des camps d'internement. Le camp principal est situé à Castle Mountain, puis est transféré à Cave and Basin durant l'hiver. Beaucoup d'infrastructures et de routes sont réalisées par ces internés canadiens d'origine slave24.

Au cours de la Seconde Guerre mondiale, des camps d'internement sont, une nouvelle fois, mis en place à Banff, avec des camps installés à Lake Louise, Stoney Creek, et Healy Creek. Les prisonniers sont, en grande majorité, des mennonites de la Saskatchewan24. Les Japonais ne sont pas internés à Banff au cours de la Seconde Guerre mondiale, mais plutôt dans le parc national Jasper, où les détenus travaillent sur la route Yellowhead et d'autres projets.

Parc national de Banff
Moraine Lake-Banff NP.JPG

Lac Moraine
Type
Parc national du Canada
Catégorie UICN
II (parc national)
Identifiant
615
Adresse
Banff
Drapeau du Canada Canada
Ville proche
Banff
Coordonnées
51° 10′ 00″ N, 115° 33′ 00″ O
Superficie
6 641 km2
Création
25 novembre 1885
Statut patrimonial
Patrimoine mondial Patrimoine mondial (1984, Parcs des montagnes Rocheuses canadiennes)
Visiteurs par an
3 226 978
Administration
Parcs Canada
Site web
www.pc.gc.ca/pn-np/ab/banff/index_f.asp

RAPPORT DU
CITOYEN TIGNARD YANIS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 9546
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: Re: The von Kármán Lecture Series: 2018 et Global Risk Report.   Ven 23 Mar à 11:42

Préservation
Vue du lac Moraine.

Depuis la Loi sur les parcs nationaux des montagnes Rocheuses, les lois ultérieures et les politiques mises en œuvre ont davantage mis l'accent sur la préservation. L'opinion publique est désormais très sensibilisée à la protection de l'environnement. Parcs Canada a suivi de nouvelles politiques en ce sens depuis 1979. La Loi sur les parcs nationaux est modifiée en 1988 et fait de la préservation de l'intégrité écologique la priorité absolue de toutes les décisions de gestion de parc. Par ailleurs, la loi exige de chaque parc la production d'un plan de gestion incluant une plus grande participation du public18.

En 1984, le parc de Banff est inscrit au patrimoine mondial de l'UNESCO, ainsi que les autres parcs nationaux et provinciaux qui forment les Parcs des montagnes Rocheuses canadiennes. Pour ses paysages de montagne présentant des sommets, des glaciers, des lacs, des cascades, des canyons et de grottes calcaires remarquables, mais aussi pour les fossiles trouvés ici. Avec cette inscription, s'est ajouté de nouvelles obligations pour la préservation28.

Au cours des années 1980, Parcs Canada privatise des services du parc tels que les terrains de golf, et augmente les tarifs pour l'usage d'autres installations et services afin de compenser les restrictions budgétaires.

En 1990, la ville de Banff se constitue en corporation municipale afin de permettre aux résidents locaux d'avoir un droit de regard au sujet de toute proposition d'évolution29. Dans les mêmes années, les plans de développement du parc, y compris l'extension de Sunshine Village, sont contestés par des procès intentés par la société pour la nature et les parcs du Canada (SNAP). Dans le milieu des années 1990, le Banff-Bow Valley Study est lancée pour trouver les moyens de mieux faire face aux préoccupations environnementales et aux questions relatives au développement du parc.
Milieu naturel
Paysage de la région de Banff.

Le parc national de Banff est entièrement compris dans la région écologique des montagnes boisées du Nord-Ouest30. Il est aussi entièrement compris dans la région écologique de niveau II de la cordillère occidentale et la région écologique de niveau III des rocheuses canadiennes31.
Flore

Le parc national de Banff comporte trois étagements : montagnard, subalpin et alpin. L'étage montagnard, qui compose 3 % du parc, est situé entre 1 350 et 1 500 m. Les forêts des zones sèches sont surtout composées de Douglas taxifolié (Pseudotsuga menziesii), de Peuplier faux-tremble (Populus tremuloides), de Pin tordu (Pinus contorta), le tout accompagné de graminées32. Les zones les plus humides sont composées d'Épinette blanche (Picea glauca), de Peuplier baumier (Populus balsamifera) et de prés d'arbustes32. Les zones de l'étage montagnard, qui tendent à être l'habitat favori de la faune, ont subi un développement important des activités humaines au cours des années.

L'étage subalpin, constitué principalement de forêts denses, compose 53 % de la région de Banff. Elle est divisée en deux niveaux soit le subalpin inférieur et le subalpin supérieur. Les forêts d'Épinette d'Engelmann (Picea engelmannii) et de Pin tordu et de Sapin subalpin (Abies lasiocarpa) composent la partie inférieure qui est située entre 1 500 et 2 000 m. La partie supérieure (entre 2 000 et 2 300 m) est, quant à elle, composée d'Épinette d'Englemann, de Sapin subalpin et est parsemée de prés d'arbustes nains dans les couloirs d'avalanche32. Le parc est quelquefois infesté par le Dendroctone du pin poderosa, un insecte indigène des Rocheuses, qui s'attaque aux vieux pins tordus. Le parc procède à des brûlages dirigés dans le but de réduire la propagation de l'infestation et de régénérer les pinèdes33.

44 % du parc est situé au-dessus de la limite des arbres (située à environ 2 300 m d'altitude), dans l'étage alpin32,5. Cet étage présente quelques prairies alpines, mais aussi de la roche nue, de la neige et des glaciers.
Faune
Pika américain (Ochotona princeps).
Merlebleu azuré.
Ours dans le parc national de Banff.

Les animaux représentatifs du parc sont le wapiti (Cervus canadensis), l'orignal (Alces alces), la Chèvre de montagne (Oreamnos americanus), le Mouflon canadien (Ovis canadensis), l'Ours noir (Ursus americanus), le Grizzli (Ursus arctos horibilis) et le caribou (Rangifer tarandus). 56 espèces de mammifères ont été recensées dans le parc. Le Grizzli et l'Ours noir vivent dans les régions boisées. Le couguar (Puma concolor), le Lynx du Canada (Lynx canadensis), le Carcajou (Gulo gulo), la belette (Mustela sp.), la Loutre de rivière (Lontra canadensis) et le loup (Canis lupus) sont les principaux mammifères prédateurs. Le Wapiti, le Cerf-mulet (Odocoileus hemionus) et le Cerf de Virginie (Odocoileus virginianus) sont communs dans les vallées du parc, y compris autour de (et parfois dans) la ville de Banff, alors que l'orignal a tendance à être plus discret, restant essentiellement dans les zones humides et près des cours d'eau.

La Chèvre de montagne, le Mouflon canadien, la Marmotte des Rocheuses (Marmota caligata) et le Pika d'Amérique (Ochotona princeps) sont très répandus dans l'étage alpin. Le Castor du Canada (Castor canadensis), le Porc-épic d'Amérique (Erethizon dorsatum), l'Écureuil roux (Tamiasciurus hudsonicus), le Tamia mineur (Tamias minimus) et le Tamia amène (Tamias amoenus) sont les petits mammifères le plus communément observés34. En 2005, seulement 5 caribous ont été recensés dans le parc, ce qui en fait l'une des espèces de mammifères les plus rares du parc35.

En raison de la rudesse des hivers, peu de reptiles et d'amphibiens vivent dans le parc. Une seule espèce de crapaud, trois espèces de grenouilles, une seule espèce de salamandre et deux espèces de serpents y ont été identifiées34.

Au moins 280 espèces d'oiseaux sont présentes à Banff, dont des prédateurs comme le Pygargue à tête blanche (Haliaeetus leucocephalus), l'Aigle royal (Aquila chrysaetos), la Buse à queue rousse (Buteo jamaicensis), le Balbuzard pêcheur (Pandion haliaetus), et diverses espèces de faucons, dont le Faucon émerillon (Falco columbarius). Des espèces communes comme le Mésangeai du Canada (Perisoreus canadensis), le Pic à dos rayé (Picoides dorsalis), le Merlebleu azuré (Sialia currucoides), le Cassenoix d'Amérique (Nucifraga columbiana), la Mésange de Gambel (Poecile gambeli) et le Pipit spioncelle (Anthus spinoletta) se rencontrent fréquemment dans les zones de basse altitude. Le Lagopède à queue blanche (Lagopus leucura) est un oiseau se nourrissant au sol qui est souvent vu dans les zones alpines. Les rivières et les lacs sont fréquentés par une centaine d'espèces différentes, parmi lesquelles on trouve le Plongeon huard (Gavia immer), le héron et le Canard colvert (Anas platyrhynchos) qui passent l'été dans le parc34.

Une variété d'escargot, la Physe des fontaines de Banff (Physella johnsoni), qui se retrouve seulement dans sept sources thermales de Banff est signalée parmi les espèces menacées d'extinction36. Le caribou des bois, que l'on trouve à Banff, et le grizzly ont un statut d'espèce vulnérable.
Tourisme
Location de canoës sur le lac Louise.

Le parc national de Banff est la destination touristique la plus fréquentée de l'Alberta et l'un des parcs nationaux le plus visité en Amérique du Nord, avec 3 226 978 visiteurs en 2011-20121. En été, 42 % des visiteurs du parc viennent du Canada (23 % de l'Alberta), tandis que 35 % viennent des États-Unis et 20 % d'Europe37. Le tourisme représente 6 milliards de dollars pour l'économie du Canada38. Un laissez-passer est nécessaire pour s'arrêter dans le parc et les contrôles sont fréquents pendant les mois d'été, en particulier à Lake Louise et au départ de la Promenade des Glaciers. Ce permis n'est pas nécessaire pour traverser le parc sans s'arrêter, comme 5 millions de personnes environ qui empruntent chaque année la Route transcanadienne4.
L'hôtel du lac Louise.

De nombreuses activités sont possibles dans le parc ; les sources thermales de Upper Hot Springs, un terrain de golf de 27 trous à l'hôtel Fairmont Banff Springs, et trois stations de ski Sunshine Village, Lake Louise, et celle du Mont Norquay. Un réseau de sentiers permet de nombreuses randonnées, qui peuvent durer plusieurs jours. D'autres activités sont possibles en été comme en hiver (camping, escalade, équitation, ski, ski nordique)39. L'utilisation des terrains de camping, des refuges du Club Alpin du Canada, ou d'autres installations nécessite de se procurer un permis d'accès à l'arrière-pays. Une réservation pour un emplacement de camping est également recommandée.
Gestion du parc

La direction du Parc national de Banff est assurée par Parcs Canada, dans le cadre de la Loi sur les parcs nationaux adoptée en 1930. Pour l'année financière 2011-2012, l'agence dispose d'un budget de 696 millions de dollars pour gérer 42 parcs nationaux, 956 lieux historiques nationaux — dont 167 gérés directement par l'agence — et quatre aires marines nationales de conservation40. Au fil du temps, les politiques de gestion de parc ont privilégié la protection de l'environnement sur le développement.

En 1964, une déclaration de politique générale réaffirme les idéaux de conservation énoncés dans la Loi de 1930. Avec la candidature controversée de 1972 pour les Jeux olympiques d'hiver, les groupes environnementaux sont devenus plus influents, ce qui incite Parcs Canada à retirer son soutien à cette candidature. En 1988, la Loi sur les parcs nationaux est modifiée, définissant comme prioritaire le maintien de l'intégrité écologique. L'amendement a également permis aux organisations non gouvernementales d'intenter des procès à Parcs Canada pour violations de la Loi. En 1994, Parcs Canada établit les Principes directeurs et politiques d'exploitation41, qui prévoit un mandat pour le groupe chargé d'étudier la vallée de la Bow afin de rédiger des recommandations de gestion18. Comme pour les autres parcs nationaux, celui de Banff est tenu d'avoir un plan de gestion du parc.

Sur un niveau provincial, la zone du parc et les communautés incluses (autres que la ville de Banff qui est une Corporation municipale) sont administrées par le ministre fédéral responsable de Parcs Canada en tant que Improvement District No 9 (Banff)42.
Impact humain
Écologie

Dès le XIXe siècle, les humains ont un impact sur l'écologie de Banff par l'introduction d'espèces non indigènes, le contrôle sur les autres espèces, le développement dans la Bow Valley, ainsi que d'autres activités humaines.
Écoduc sur la route transcanadienne.

La route transcanadienne est problématique en raison de la circulation routière qui présente des risques pour la faune et est un obstacle à la migration des espèces sauvages. Le grizzly fait partie des espèces les plus touchées par l'autoroute ainsi que par l'ensemble des autres développements qui provoquent la fragmentation du paysage. Des écoducs, une série de tunnels, deux passages à faune ont été construits à un certain nombre de points le long de la route transcanadienne pour atténuer ce problème.

Le bison vivait autrefois dans les vallées de Banff et était chassé par les populations autochtones. Le dernier bison a été tué en 185835. Le wapiti n'est pas indigène à Banff mais a été introduit depuis le parc national de Yellowstone en 1917 avec 57 wapitis43. L'introduction de l'élan à Banff, combinée à des contrôles sur le coyote et le loup par Parcs Canada au début des années 1930, a causé un déséquilibre de l'écosystème43. D'autres espèces ont été évincées de la vallée de la Bow notamment le grizzli, le couguar, le lynx, le carcajou, la loutre et l'orignal.

À partir de 1985, les loups gris ont recolonisé des zones de la vallée de la Bow44. Toutefois, la population de loups a des difficultés à s'implanter, 32 loups ayant été tués le long de la route transcanadienne entre 1987 et 2000, laissant seulement 31 loups dans la région45.

La population de l'Omble à tête plate (Salvelinus confluentus) et d'autres espèces de poissons originaires des lacs de Banff a également diminué après l'introduction d'espèces non indigènes comme l'Omble de fontaine (Salvelinus fontinalis) et la Truite arc-en-ciel (Oncorhynchus mykiss)46. Le Touladi (Salvelinus namaycush), la Truite fardée (Oncorhynchus clarki) et la Bouche coupante (Acrocheilus alutaceus) sont également des espèces indigènes qui deviennent rares, tandis que le Saumon Chinook (Oncorhynchus tshawytscha), l'Esturgeon blanc (Acipenser transmontanus), la lamproie du Pacifique (Lampetra tridentata) et le naseux des rapides de Banff (Rhinichthys cataractae smithi) sont probablement éteintes localement47. Le naseux des rapides de Banff, sous-espèce endémique de Banff, est aujourd'hui une sous-espèce éteinte47.
Gestion des incendies

La direction de Parcs Canada organise la lutte contre l'incendie depuis que le parc national Banff a été créé. Depuis le début des années 1980, Parcs Canada a adopté une stratégie d'écobuage, qui permet de limiter les effets catastrophiques des incendies.
Aménagement

En 1978, l'agrandissement de la station de ski Sunshine Village est approuvé. Il prévoit l'adjonction de parking, l'extension de l'hôtel et l'aménagement de la montagne de l'Œil de Chèvre (Goat's Eye Mountain ). La mise en œuvre de ce projet d'aménagement est retardée dans les années 1980, pendant qu'une évaluation de l'impact environnemental est menée. En 1989, Sunshine Village retire sa proposition d'agrandissement, à la lumière des réserves gouvernementales et présente un projet révisé en 1992. Ce nouveau plan est approuvé par le gouvernement, en attendant un bilan environnemental.

Par la suite, la société pour la nature et les parcs du Canada (SNAP) intente une action juridique devant les tribunaux qui suspend le développement48. La SNAP fait également pression auprès de l'UNESCO pour que l'inscription au patrimoine mondial du parc de Banff soit révoquée, à cause des risques que ce projet d'aménagement fait courir à la santé écologique du parc49.
Groupe d'études de la vallée de la Bow

Bien que la Loi sur les parcs nationaux et l'amendement de 1988 mettent l'accent sur l'intégrité écologique, dans la pratique, le parc de Banff souffre des incohérences dans l'application des politiques38. En 1994, le Groupe d’études de la vallée de la Bow est chargé par Sheila Copps, le ministre responsable de Parcs Canada, de fournir des recommandations sur la façon de gérer au mieux l'usage humain et le développement et de maintenir l'intégrité écologique50.

Pendant les deux ans pendant lesquels le Groupe d'études de la vallée de la Bow travaille, les projets de développement sont interrompus, y compris l'agrandissement de la station de ski Sunshine Village et l'élargissement de la route transcanadienne entre Castle Junction et Sunshine. Le groupe a publié plus de 500 recommandations, comme de limiter la croissance de la ville de Banff, plafonnant la population à 10 000 habitants, mettre un quota de fréquentation sur les sentiers de randonnée populaires et réduire le développement dans le parc38.

Une autre recommandation préconise de clôturer la ville pour réduire les rencontres entre les humains et les wapitis. Cette mesure a également pour but de réduire l'accès de la ville aux wapitis qui viennent s'y réfugier pour échapper aux prédateurs, comme les loups qui ont tendance à éviter la ville.

Lors de la publication du rapport, Sheila Copps a accepté immédiatement la proposition de plafonner la population de la ville. En réponse aux préoccupations et recommandations soulevées par le Groupe d'études de la vallée de la Bow, un certain nombre de plans de développement ont été réduits dans les années 1990. Les projets visant à ajouter neuf trous au golf de Banff Springs ont été abandonnés en 1996.
Canmore

Avec la limitation de croissance de la ville de Banff, Canmore, situé juste à l'extérieur des limites du parc de Banff, connaît une croissance rapide afin de répondre à la demande croissante des touristes.

L'une des principales propositions d'aménagement de Canmore concerne le golf des Trois Sœurs, proposé en 1992, qui a fait l'objet de débats controversés. Les groupes environnementaux faisant valoir que le développement provoquerait une fragmentation importante des corridors biologiques dans la vallée de la Bow51.


Title Satellite panel following reentry testing
Released 21/03/2018 9:52 am
Copyright ESA
Description

Ideally, no parts of a reentering satellite would survive their fiery return through the atmosphere, so testing is being used to understand how satellites break apart as they fall.

ESA subjected samples of typical satellite structures – such as the one shown, with a structural joint between two aluminium sandwich panels – to conditions equivalent to atmospheric reentry.

The testing made use of the Plasma Wind Tunnel of the DLR German Aerospace Center in Cologne and the Reentry Chamber of Austria’s AAC company in Wiener Neustadt to produce the hypersonic winds and high heat flux required.

“The objective was to understand the failure modes of the current structural joining technologies used on satellites,” comments ESA materials researcher Benoit Bonvoisin.

In future, the aim is to design satellites to disintegrate during reentry, known as ‘design for demise’ or D4D.

Engineer Tiago Soares is working on D4D as part of ESA’s Clean Space initiative, reducing the environmental impacts of the space sector on both Earth and in orbit: “The next step is to develop and test promising new technologies to ensure better fragmentation during reentry.”
Id 391560

http://www.esa.int/spaceinimages/Images/2018/03/Satellite_panel_following_reentry_testing

Genesis The Return Of The Giant Hogweed...
https://www.youtube.com/watch?v=gTuJQL8GBqY

2. L’araignée violoniste ou recluse brune (Loxoceles reclusa)

Cette araignée se rencontre plus principalement aux Etats-Unis. Les morsures de cette espèce sont très douloureuses: le venin détruit artères et vaisseaux et provoque des vomissements. Les victimes peuvent mourir d’une défaillance circulatoire ou d’une insuffisance rénale.

RAPPORT DU
CITOYEN TIGNARD YANIS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 9546
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: Re: The von Kármán Lecture Series: 2018 et Global Risk Report.   Ven 23 Mar à 11:49

20 March 2018

The nature of planets orbiting stars in other systems will be the focus for ESA’s fourth medium-class science mission, to be launched in mid 2028.

Ariel, the Atmospheric Remote‐sensing Infrared Exoplanet Large‐survey mission, was selected by ESA today as part of its Cosmic Vision plan.

The mission addresses one of the key themes of Cosmic Vision: What are the conditions for planet formation and the emergence of life?

Thousands of exoplanets have already been discovered with a huge range of masses, sizes and orbits, but there is no apparent pattern linking these characteristics to the nature of the parent star. In particular, there is a gap in our knowledge of how the planet’s chemistry is linked to the environment where it formed, or whether the type of host star drives the physics and chemistry of the planet’s evolution.

Ariel will address fundamental questions on what exoplanets are made of and how planetary systems form and evolve by investigating the atmospheres of hundreds of planets orbiting different types of stars, enabling the diversity of properties of both individual planets as well as within populations to be assessed.

Observations of these worlds will give insights into the early stages of planetary and atmospheric formation, and their subsequent evolution, in turn contributing to put our own Solar System in context.

“Ariel is a logical next step in exoplanet science, allowing us to progress on key science questions regarding their formation and evolution, while also helping us to understand Earth’s place in the Universe,” says Günther Hasinger, ESA Director of Science.

“Ariel will allow European scientists to maintain competitiveness in this dynamic field. It will build on the experiences and knowledge gained from previous exoplanet missions.”

The mission will focus on warm and hot planets, ranging from super-Earths to gas giants orbiting close to their parent stars, taking advantage of their well-mixed atmospheres to decipher their bulk composition.

Ariel will measure the chemical fingerprints of the atmospheres as the planet crosses in front of its host star, observing the amount of dimming at a precision level of 10–100 parts per million relative to the star.

As well as detecting signs of well-known ingredients such as water vapour, carbon dioxide and methane, it will also be able to measure more exotic metallic compounds, putting the planet in context of the chemical environment of the host star.

For a select number of planets, Ariel will also perform a deep survey of their cloud systems and study seasonal and daily atmospheric variations.

Ariel’s metre-class telescope will operate at visible and infrared wavelengths. It will be launched on ESA’s new Ariane 6 rocket from Europe’s spaceport in Kourou in mid 2028. It will operate from an orbit around the second Lagrange point, L2, 1.5 million kilometres directly ‘behind’ Earth as viewed from the Sun, on an initial four-year mission.

Following its selection by ESA’s Science Programme Committee, the mission will continue into another round of detailed mission study to define the satellite’s design. This would lead to the ‘adoption’ of the mission – presently planned for 2020 – following which an industrial contractor will be selected to build it.

Ariel was chosen from three candidates, competing against the space plasma physics mission Thor (Turbulence Heating ObserveR) and the high-energy astrophysics mission Xipe (X-ray Imaging Polarimetry Explorer).

Solar Orbiter, Euclid and Plato have already been selected as medium-class missions.

For further information, please contact:

Markus Bauer








ESA Science Communication Officer









Tel: +31 71 565 6799









Mob: +31 61 594 3 954









Email: markus.bauer@esa.int

http://www.esa.int/Our_Activities/Space_Science/ESA_s_next_science_mission_to_focus_on_nature_of_exoplanets

› Larger view

NASA spacecraft travel to far-off destinations in space, but a new mobile app produced by NASA's Jet Propulsion Laboratory, Pasadena, California, brings spacecraft to users. The new app, called Spacecraft AR, uses the latest augmented reality (AR) technology to put virtual 3-D models of NASA's robotic space explorers into any environment with a flat surface.

You can download the new app here.

JPL developed the Spacecraft AR app in collaboration with Google. The app uses Google's ARCore technology to bring 3-D spacecraft into users' devices using native mobile augmented reality. ("Native mobile" AR uses the built-in capabilities of a mobile device to interact with 3-D environments and objects.)

The initial version of the app works with Android devices that support ARCore, with plans to add additional device compatibility in the near future, including iOS devices.

To create the experience of having virtual spacecraft in your space, Spacecraft AR uses the same high-quality 3-D models as a previously released NASA app called Spacecraft 3-D, but with a breakthrough new capability. Whereas Spacecraft 3-D works best with a printed image called a target or marker, Spacecraft AR works with a flat surface -- no target required.

"The Spacecraft AR app is an exciting new way to get up close and personal with NASA's robotic missions," said Kevin Hussey, manager of JPL's visualization team, which developed Spacecraft 3-D and worked on the new app with Google. "We can't wait for people to try it, and we're looking forward to adding many more spacecraft to the app in the future."

Within the Spacecraft AR app, users swipe to select among missions that observe and explore Earth, Mars and the other planets, and choose the spacecraft they would like to see. Once the app detects a flat surface, users simply tap the screen to place the spacecraft into the scene in front of them. They can take and share photos directly from the app and view in-depth information about each mission. And for those using the app in spaces that are large enough, there's even a button to view the spacecraft at their actual sizes.

At launch, the app includes: NASA's Curiosity Mars rover, Juno, Cassini and Voyager. Users can also check out the giant, 70-meter NASA Deep Space Network dish. More spacecraft are planned in future updates to the app.

JPL is a division of Caltech in Pasadena, which manages the laboratory for NASA.

News Media Contact
Andrew Good
Jet Propulsion Laboratory, Pasadena, Calif.
818-393-2433
andrew.c.good@jpl.nasa.gov

Written by Preston Dyches
JPL Media Relations Office

2018-055

https://www.jpl.nasa.gov/news/news.php?feature=7082&utm_source=iContact&utm_medium=email&utm_campaign=NASAJPL&utm_content=tech20180320-1

20 March 2018

With ESA’s help, the latest atmosphere monitor on the International Space Station is delivering results on our planet’s ozone, aerosol and nitrogen trioxide levels. Installed last year on the orbital outpost, NASA’s sensor tracks the Sun and Moon to probe the constituents of our atmosphere.
SAGE and Hexapod

The Station takes only 90 minutes for a complete circuit of our planet, experiencing 16 sunrises, 16 sunsets, and sometimes moonrises or moonsets, every day. By observing the Sun or Moon through the atmosphere, the Stratospheric Aerosol and Gas Experiment – SAGE – measures the quantity of ozone, aerosols and other gases.

The readings are complementing the long-term monitoring by Europe’s Copernicus Sentinel missions: launched last October, Sentinel-5P is the first in a series of Sentinels focusing on the atmosphere.

As the Station orbits, SAGE is continuously turned to point in the right direction by ESA’s six-legged Hexapod.
Moonrise from space

Using position information from the Station, Hexapod’s computer calculates the movements of its six legs to track the Sun and Moon in the few seconds of their setting and rising. This will happen dozens of times each day over years.

SAGE was installed in February last year and the first results are now being released to the public. The results will be issued monthly, with the quality improving as more measurements are added.

“The installation and setting up could not have gone better and we are happy to see Hexapod working perfectly to keep SAGE pointing in the right direction,” said ESA’s Hexapod project manager Scott Hovland.

“The Hexapod and SAGE collaboration is an exemplary transatlantic cooperation and we are very happy to see the first results coming in.”
International Space Station
International Space Station

ESA has a history of tracking the Sun from the Space Station: working for more than nine years, its SOLAR facility created the most precise reference on the Sun’s energy output ever.

The next ESA sensor to be launched to the Station is the Atmospheric Space Interactions Monitor, which will point straight down at Earth to investigate high-altitude electrical storms.

To be attached next month, it will capture images of elusive electrical discharges called red sprites, blue jets and elves. These powerful electrical charges can reach high above the stratosphere and have implications for how our atmosphere protects us from space radiation.

http://www.esa.int/Our_Activities/Human_Spaceflight/Research/Earth_s_atmosphere_new_results_from_the_International_Space_Station

RAPPORT
DE
Y'BECCA
ET
DU
CITOYEN TIGNARD YANIS

_________________
Kounak le chat....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: The von Kármán Lecture Series: 2018 et Global Risk Report.   

Revenir en haut Aller en bas
 
The von Kármán Lecture Series: 2018 et Global Risk Report.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 8061 participants recoivent leur certificat de lecture et d’écriture en créole
» La fin d'une lecture calme [ Sue ]
» Survivor Series - 22 novembre 2009 (Résultats)
» WWE Survivor Series 2011
» Quelle est votre lecture du moment ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le clans des mouettes :: Le clans des mouettes-
Sauter vers: