Le clans des mouettes

ainsi est la force.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Dryades, Oréades, Naïdes, Néréides, Aura, Justice et Savoir.

Aller en bas 
AuteurMessage
yanis la chouette



Nombre de messages : 9428
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: Dryades, Oréades, Naïdes, Néréides, Aura, Justice et Savoir.   Sam 10 Fév à 3:50

la déesse des saisons ou Coré la Nymphe.

Vice President Mike Pence ‏Compte certifié @VP
We are determined to make sure that even in the midst of the powerful background & idealism of the Olympics, the World is reminded of the truth about North Korea. #VPinASIA
À l'origine en anglais, traduit par Microsoft

Nous sommes déterminés à faire en sorte que même au milieu de l'arrière-plan puissant et l'idéalisme des Jeux olympiques, le monde est rappelé de la vérité sur la Corée du Nord. #VPinASIA


TIGNARD YANIS @TIGNARDYANIS

En réponse à @VP
"de Nazareth à Jérusalem". https://www.youtube.com/watch?v=BsgkJtjZtgo … MYSTÈRE. I. A. − ANTIQ. RELIG., au plur. Enseignements secrets expliqués aux seuls initiés. B. − RELIG. CHRÉT. Dogme révélé comme objet de foi, et qui ne peut être expliqué par la raison. The Pre-Raphaelite Brotherhood. CORÉ

Coré ( = jeune fille ), Déesse des saisons
Proserpine or Coré is an ancient goddess whose cult, myths and mysteries were based on those of Greek Persephone and her mother Demeter, the Greek goddess of grain and agriculture. Soyons Prudent et Humain devant Puk Chosŏn, 북조선.
TAY

Mystère de l'âme, de l'art, de l'au-delà, de la destinée, de la mort, de l'univers.
In the autumn Ceres changes the leaves to shades of brown and orange (her favorite colors) as a gift to Proserpina before she has to return to the underworld.
Robert Luther in 1853.
Y'BECCA.
Y

--------------------------------

Proserpine est une divinité romaine équivalente à Perséphone dans la mythologie grecque. Elle est la fille de Cérès (ou Déméter) et Jupiter (Zeus en grec). Proserpine est la déesse des saisons. Depuis son enlèvement par Pluton, elle est Reine des Enfers. Son mythe est à l'origine du cycle des saisons.

Proserpina (/proʊˈsɜːrpɪnə/; Latin: Prōserpina [proː.ˈsɛr.pɪ.na])[1] or Proserpine (/proʊˈsɜːrpɪˌni, ˈprɒsərˌpaɪn/)[1] is an ancient Roman goddess whose cult, myths and mysteries were based on those of Greek Persephone and her mother Demeter, the Greek goddess of grain and agriculture. The Romans identified Proserpina with their native fertility goddess Libera, daughter of the grain and agriculture goddess Ceres and wife to Liber. In 204 BC, a new "greek-style" cult to Ceres and Proserpina as "Mother and Maiden" was imported from southern Italy, along with Greek priestesses to serve it, and was installed in Ceres' Temple on Rome's Aventine Hill. The new cult and its priesthood were actively promoted by Rome's religious authorities as morally desirable for respectable Roman women, and may have partly subsumed the temple's older, native cult to Ceres, Liber and Libera; but the new rites seem to have functioned alongside the old, rather than replaced them.

Just as Persephone was thought to be a daughter of Demeter, Romans made Proserpina a daughter of Demeter's Roman equivalent, Ceres. Like Persephone, Proserpina is associated with the underworld realm and its ruler; and along with her mother Ceres, with the springtime growth of crops and the cycle of life, death and rebirth or renewal. Her name is a Latinisation of "Persephone", perhaps influenced by the Latin proserpere ("to emerge, to creep forth"), with respect to the growing of grain. Her core myths – her forcible abduction by the god of the Underworld, her mother's search for her and her eventual but temporary restoration to the world above – are the subject of works in Roman and later art and literature. In particular, Proserpina's seizure by the god of the Underworld – usually described as the Rape of Proserpina, or of Persephone – has offered dramatic subject matter for Renaissance and later sculptors and painters.

Caractéristiques
Autre(s) nom(s) Coré ( = jeune fille )
Nom latin Proserpina
Fonction principale Déesse des saisons et Reine des Enfers
Fonction secondaire Déesse de la germination des plantes
Lieu d'origine Sicile
Équivalent(s) par syncrétisme Perséphone
Famille
Père Jupiter
Mère Cérès
Conjoint Pluton
Symboles
Attribut(s) grenade ( fruit )

https://fr.wikipedia.org/wiki/Proserpine

A Pre-Raphaelite Proserpine (1873–77) by Dante Gabriel Rossetti (Tate Gallery, London)

The Pre-Raphaelite Brotherhood (later known as the Pre-Raphaelites) was a group of English painters, poets, and critics, founded in 1848 by William Holman Hunt, John Everett Millais and Dante Gabriel Rossetti. The three founders were joined by William Michael Rossetti, James Collinson, Frederic George Stephens and Thomas Woolner to form the seven-member "brotherhood". Their principles were shared by other artists, including Marie Spartali Stillman and Ford Madox Brown.

A later, medievalising strain inspired by Rossetti included Edward Burne-Jones and extended into the twentieth century with artists such as John William Waterhouse.

The group's intention was to reform art by rejecting what it considered the mechanistic approach first adopted by Mannerist artists who succeeded Raphael and Michelangelo. Its members believed the Classical poses and elegant compositions of Raphael in particular had been a corrupting influence on the academic teaching of art, hence the name "Pre-Raphaelite". In particular, the group objected to the influence of Sir Joshua Reynolds, founder of the English Royal Academy of Arts, whom they called "Sir Sloshua". To the Pre-Raphaelites, according to William Michael Rossetti, "sloshy" meant "anything lax or scamped in the process of painting ... and hence ... any thing or person of a commonplace or conventional kind".[1] The brotherhood sought a return to the abundant detail, intense colours and complex compositions of Quattrocento Italian art. The group associated their work with John Ruskin,[2] an English critic whose influences were driven by his religious background.

The group continued to accept the concepts of history painting and mimesis, imitation of nature, as central to the purpose of art. The Pre-Raphaelites defined themselves as a reform movement, created a distinct name for their form of art, and published a periodical, The Germ, to promote their ideas. The group's debates were recorded in the Pre-Raphaelite Journal.

https://en.wikipedia.org/wiki/Pre-Raphaelite_Brotherhood

26 Proserpina is a main-belt asteroid discovered by R. Luther on May 5, 1853. It is named after the Roman goddess Proserpina, the daughter of Ceres and the Queen of the Underworld.

Photometric observations of this asteroid have produced discrepant estimates of the rotation period. A period of 12.13 hours was reported in 1979, followed by 10.6 hours in 1981 and 6.67 hours in 2001. Observations made in 2007 at the Oakley Observatory in Terre Haute, Indiana produced a light curve with a period of 13.06 ± 0.03 hours and a brightness variation of 0.21 ± 0.01 in magnitude.[5] This was refined by a 2008 study, giving a period of 13.110 ± 0.001 hours.[6]
References

"JPL Small-Body Database Browser: 26 Proserpina" (2011-12-30 last obs). Jet Propulsion Laboratory. Retrieved 2012-01-28.
Carry, B. (December 2012), "Density of asteroids", Planetary and Space Science, 73, pp. 98–118, arXiv:1203.4336 Freely accessible, Bibcode:2012P&SS...73...98C, doi:10.1016/j.pss.2012.03.009. See Table 1.
http://www.psi.edu/pds/asteroid/EAR_A_5_DDR_DERIVED_LIGHTCURVE_V8_0/data/lc.tab
http://www.psi.edu/pds/asteroid/EAR_A_5_DDR_ALBEDOS_V1_1/data/albedos.tab
Ditteon, Richard; Hawkins, Scot (September 2007), "Asteroid Lightcurve Analysis at the Oakley Observatory - October-November 2006", The Minor Planet Bulletin, 34 (3), pp. 59–64, Bibcode:2007MPBu...34...59D.

Pilcher, Frederick (September 2008), "Period Determinations for 26 Proserpina, 34 Circe 74 Galatea, 143 Adria, 272 Antonia, 419 Aurelia, and 557 Violetta", The Minor Planet Bulletin, 35 (3), pp. 135–138, Bibcode:2008MPBu...35..135P.

External links

JPL Ephemeris
26 Proserpina at the JPL Small-Body Database Edit this at Wikidata
Discovery · Ephemeris · Orbit diagram · Orbital elements · Physical parameters

and

26 Proserpina 26 Proserpina symbol.svg A713.M1189.shape.png
Three-dimensional model of 26 Proserpina created based on light-curve inversions.
Discovery
Discovered by R. Luther
Discovery date May 5, 1853
Designations
MPC designation (26) Proserpina
Pronunciation /proʊˈsɜːrpɪnə/ proh-SUR-pi-nə
Named after
Proserpina
Alternative designations
1935 KK; 1954 WD1
Minor planet category
Main belt
Orbital characteristics
Epoch June 14, 2006 (JD 2453900.5)
Aphelion 431.898 Gm (2.887 AU)
Perihelion 362.816 Gm (2.425 AU)
Semi-major axis
397.357 Gm (2.656 AU)
Eccentricity 0.087
Orbital period
1581.184 d (4.33 a)
Mean anomaly
115.619°
Inclination 3.562°
Longitude of ascending node
45.884°
Argument of perihelion
193.120°
Physical characteristics
Dimensions 94.8 ± 1.7 km (IRAS)[1]
89.63 ± 3.55 km[2]
Mass (7.48 ± 8.95) × 1017 kg[2]
Mean density
1.98 ± 2.38 g/cm3[2]
Rotation period
13.11 h[1][3]
Geometric albedo
0.1966[1][4]
Spectral type
S[1]
Absolute magnitude (H)
7.5[1]

Karl Theodor Robert Luther (April 16, 1822 – February 15, 1900), normally published as Robert Luther, was a German astronomer. While working at the Bilk Observatory in Düsseldorf, Germany, he searched for asteroids and discovered 24 of them between 1852 and 1890.[1][2]

Two of his discoveries are now known to have unusual properties: 90 Antiope, a binary asteroid with equal components, and the extremely slow-rotating 288 Glauke. The asteroid 1303 Luthera and the lunar crater Luther were named in his honour.[2][3] He was awarded the Lalande Prize in 1852, 1855, 1860, and 1861.

Asteroids discovered: 24[1] 17 Thetis April 17, 1852
26 Proserpina May 5, 1853
28 Bellona March 1, 1854
35 Leukothea April 19, 1855
37 Fides October 5, 1855
47 Aglaja September 15, 1857
50 Virginia[1] October 19, 1857
53 Kalypso April 4, 1858
57 Mnemosyne September 22, 1859
58 Concordia March 24, 1860
68 Leto April 29, 1861
71 Niobe August 13, 1861
78 Diana March 15, 1863
82 Alkmene November 27, 1864
84 Klio August 25, 1865
90 Antiope October 1, 1866
95 Arethusa November 23, 1867
108 Hecuba April 2, 1869
113 Amalthea March 12, 1871
118 Peitho March 15, 1872
134 Sophrosyne September 27, 1873
241 Germania September 12, 1884
247 Eukrate March 14, 1885
258 Tyche May 4, 1886
288 Glauke February 20, 1890

References

"Minor Planet Discoverers (by number)". Minor Planet Center. 28 December 2015. Retrieved 1 February 2016.
Schmadel, Lutz D. (2007). Dictionary of Minor Planet Names – (1303) Luthera. Springer Berlin Heidelberg. p. 107. ISBN 978-3-540-00238-3. Retrieved 23 March 2016.
"Gazetteer of Planetary Nomenclature – Planetary Names: Crater, craters: Luther on Moon". International Astronomical Union (IAU) Working Group for Planetary System Nomenclature (WGPSN). Retrieved 23 March 2016.

RAPPORT DE
Y'BECCA
ET
DU CITOYEN TIGNARD YANIS
ALIAS
TAY
La chouette effraie
POUR
LE HANGEUL, LE CHEOMSEONGDAE, NAMPO ET L'ORDRE JOYGE.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 9428
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: Re: Dryades, Oréades, Naïdes, Néréides, Aura, Justice et Savoir.   Sam 10 Fév à 3:51

Mendel Teichman @MendelTei 8 févr.
Si vous n'êtes pas un retraité aisé vous allez gagner en pouvoir d'achat,
ou bien il restera identique Wink

En réponse à @MendelTei @FlaisJeanMichel et 11 autres.
Essayez ce simulateur Wink
https://www.economie.gouv.fr/particuliers/simulateur-pouvoir-achat


TIGNARD YANIS @TIGNARDYANIS 12 h il y a 12 heures
En réponse à @MendelTei @FlaisJeanMichel et
UNE PERSONNE HONNÊTE AYANT FAIT FORTUNE EN DÉCLARANT TOUS CES ACTES DANS SA VIE SALARIALE SANS CHERCHER DES TRUCS POUR NE PAS PAYER L'IMPÔT SUR LES BIENS DEVRA DONC ÊTRE TOUJOURS UNE DE CES PERSONNES QUI DOIT METTRE LA MAIN AU PORTE FEUILLE. TAY

J'AI LA CONVICTION DU PEUPLE ET LA CONSCIENCE DU SECOURISME. IL EST DES CONVICTIONS QUI ME FONT DIRE QUE LES PAUVRES NE SONT PAS UNE EXPLOITATION ET QUE LES RICHES NE SONT PAS UN TIROIR CAISSE: LA PAUVRETÉ ET LA RICHESSE. TAY

AISÉ EST UN TERME BIEN ÉPHÉMÈRE DE NOS JOURS CAR VOYAIT QUE DE NOS JOURS, POURQUOI LE DEVENIR CAR ON VOUS COLLE UNE IMAGE D'ARRIVISTE SI VOUS ÊTES FIER DE PAYER DES IMPÔTS: JE PEUX ÊTRE FIER D'EN PAYER SANS POUR AUTANT ÊTRE PRIS POUR UN CON. TAY

HÉLAS, VOILA COMME ON JOUE SUR LA DÉFINITION D'UN MOT POUR CERTAINS POLITICIENS ET ARNAQUEURS...

La réalité est l’ensemble des phénomènes considérés comme existant effectivement. Ce concept désigne donc ce qui est physique, concret, par opposition à ce qui est imaginé, rêvé ou fictif1. Si son usage est initialement philosophique, particulièrement dans sa branche ontologique, il a intégré le langage courant et donné lieu à des usages spécifiques, notamment en science.

Étymologie

Le terme français réalité, tout comme ses équivalents anglais (reality), allemand (Realität), suédois (realitet), italien (realtà) ou espagnols (realidad) dérive d'un mot forgé au XIIIe siècle par le philosophe scolastique Duns Scot : la realitas.

Construit à partir du latin res, la chose, ce concept désigne alors à la fois le principe et l’actualité d'un objet donné. Dans la tradition scotiste, la réalité d'une pierre comprend à la fois son essence (l'idée de pierre qui permet d'identifier toutes les pierres existantes) et son concret (cette pierre en particulier)2.

Un scholiaste de Duns Scot, Pierre Auriol note ainsi que « le terme « chose » se prend en deux acceptions : d'une part au sens d'une chose essentielle, — et alors il n'est pas vrai que l'être de la pierre ne soit que sa réalité —, d'autre part au sens de la réalité actuelle, et alors cela est vrai ; il en résulte que dans la pierre existant effectivement, il y a deux réalités, (l'une essentielle, la pierréité, et l'autre accidentelle, à savoir l'actualité). »3.

L'acception scotiste de la réalité domine la pensée européenne jusqu'à la fin du XVIIe siècle. Publié en 1692, le Lexicon rationale seu thesaurus philosophicus d'Étienne Chauvin ne voit dans ce terme qu'une caractéristique de l’entièreté de la chose. « la doctrine des Scotistes »4. Des acceptions concurrentes ont pourtant déjà émergé plus tôt dans le siècle. Dans sa Troisième méditation, René Descartes développe le thème d'une réalité objective très éloignée de la realitas des scotistes : la réalité objective c'est tout ce qui se distingue à la fois de la fiction et de « l'être de raison ». La réalité objective de l'idée désigne ainsi ce processus mental de représentation qui attache une idée à une chose positive5.

Les sensualistes anglais radicalisent l'approche cartésienne. Chez George Berkeley la reality devient presque synonyme d’effectivity. Dans son Traité de la nature humaine, David Hume oppose clairement le réel au possible : appartient au réel non pas ce qui peut exister, mais ce qui existe effectivement6.
Réalité : essence et sensible

Pour les philosophes de l’Antiquité, la réalité est manifeste dans deux mondes : celui des essences, et celui du sensible.

La réalité du monde des essences est en particulier le domaine de la métaphysique et des religions.

Pour Platon, il faut dépasser l'apparence sensible, fugace et changeante des choses, pour accéder au monde des idées, qui fonde tout ce qui existe dans le monde sensible, et en permet la connaissance. L'apparence sensible est donc une forme d'illusion, en tout cas d'imperfection de l’archétype parfait. Kant en revanche considère que la réalité pour l’être humain n'est rien d'autre que celle qui lui apparaît, sa manifestation sensible ; elle est donc d’ordre phénoménal, la chose en soi étant, elle inconnaissable. Du coup, du fait de cette dissociation, la réalité n'est pas conçue comme identique ou équivalente à la vérité.

Le philosophe Karl Popper a proposé une approche différente de la réalité. Il a découpé le réel en trois mondes7 (Métaphysique des trois mondes) :

le monde 1 des objets physiques, vivants ou non
le monde 2 des ressentis et des vécus, conscients et inconscients
le monde 3 des productions objectives de l'esprit humain (aussi bien des objets que des théories, ou des œuvres d'art)

Selon cette approche, les contenus de pensée comme les rêves, les fictions, les théories font partie du réel. Le réel est donc pris dans un sens de « tout ce qui existe ». Cependant, Raynald Belay souligne dans le Dictionnaire des concepts philosophiques que « [m]ême si elle suppose conceptuellement l'identité, la permanence et l'univocité, la réalité ne peut être invoquée que sur le fond d'une différence première entre elle et ce dont on la distingue (apparence, phénomène, simulacre, rêve, illusion, idée ou idéal...), ce qui soulève une difficulté, puisque ce qui n'est pas la réalité et se confond parfois avec elle doit participer de celle-ci pour exiger cette discrimination. »8
Réalité et réel en psychanalyse
Article détaillé : Réel, symbolique et imaginaire.

La psychanalyse étudie une « réalité psychique » associée à l'appareil psychique: elle donne le statut de réalité à l'esprit et l'étudie comme un lieu ou un appareil, composé de différents phénomènes, systèmes ou instances. Sigmund Freud compara par exemple cette réalité à une ville réunissant d'anciens monuments et des bâtiments modernes. La psychanalyse ne discrédite cependant pas l'idée d'une « réalité extérieure » ; il s'agit en fait de redonner sa place au psychique.[réf. nécessaire] La notion de relativité de la réalité est également étudiée par René Laforgue dans un ouvrage du même nom.

Pour Jacques Lacan, le réel est ce qui fait objection au savoir. Ainsi, la démarche de connaissance consiste à investiguer le réel pour bâtir un savoir qui constitue notre réalité. Le réel s'impose donc au sujet et est caractérisé par l'inquiétante étrangeté (Unheimlich). La réalité, quant à elle, relève de la dimension imaginaire.
La réalité dans les sciences
Max Planck

Pour Max Planck, « la question de savoir ce qu'est une table en réalité ne présente aucun sens. Il en va de même ainsi de toutes les notions physiques. L'ensemble du monde qui nous entoure ne constitue rien d'autre que la totalité des expériences que nous en avons. Sans elles, le monde extérieur n'a aucune signification. Toute question se rapportant au monde extérieur qui ne se fonde pas en quelque manière sur une expérience, une observation, est déclarée absurde et rejetée comme telle »9. Par conséquent, la couleur rouge est la réalité pour le voyant et n'est pas la réalité pour l'aveugle. La notion de réalité dépendant des expériences vécues, elle est donc nécessairement variable en fonction des individus.
Richard Dawkins

Richard Dawkins estime qu'on peut définir la réalité comme ce qui peut rendre les coups (« Reality is what can kick back »).[réf. nécessaire] C'est, selon lui, le seul critère qui permet de la distinguer, sans discussion possible, de l'illusion.

Cette définition particulière a pour effet de définir comme réelles :

La réalité virtuelle (ce qui justifie d'ailleurs l'emploi du terme de « réalité »)
Les nombres premiers; en effet, aucune décision arbitraire ne peut empêcher un nombre premier de l'être, ni deux personnes qui n'ont jamais communiqué ensemble et vivent sur deux continents différents de découvrir les mêmes sans jamais s'être concertés.

Cette position est voisine de celle de l'écrivain Philip K. Dick pour qui « la réalité, c'est ce qui continue à s'imposer à vous quand vous cessez d'y croire ».[réf. nécessaire]
La notion de réalité dans le constructivisme

Selon la pensée constructiviste, qui s'oppose partiellement au réalisme, la réalité serait une expérience inévitablement relative à celui qui l'appréhende. La connaissance ne permet pas, dans cette logique, d'accéder a une perception « plus vraie » des choses; elle serait plutôt une donnée, une réalité en soi, celle de l'expérience de ce qui est. Le constructivisme postule ainsi la réalité comme une construction de l'esprit qui resterait toujours relative à celui qui la perçoit comme une réalité.

Edgar Morin préfère parler de coconstructivisme pour éviter l'image d'une réalité issue d'une construction exclusivement mentale. Il exprime ainsi une « collaboration du monde extérieur et de notre esprit pour construire la réalité ».[réf. nécessaire]
Autres

En 1981, l'ouvrage collectif intitulé L'invention de la réalité10 présente ce qu'est le ressenti de la réalité, et explique également comment il peut évoluer. Cette exploration est établie sous la direction de Paul Watzlawick, psychologue analytique, jungien de formation, qui a lui-même écrit sur le sujet, en 1976, dans La réalité de la réalité11.

Proserpine ou Perséphone dit Coré
Déesse de la mythologie romaine...
Son mythe est à l'origine du cycle des saisons qui s'avéra
lié à la rotation et la révolution dans l'elliptique de la planète...
Pourtant, elle est source de nombreuses lois pour
l'autonomie de droits de la femme et de l'enfant
sur les mœurs et les barbaries !

RAPPORT DU
CITOYEN TIGNARD YANIS
ALIAS
TAY
La chouette effraie.

Les travaux récents du neurologue David Eagleman, et de ses pairs, mettent en lumière les difficultés que l'on rencontre lorsqu'il s'agit de comprendre le monde réel.[réf. nécessaire] Les nouvelles technologies d'imagerie médicales permettent de voir les effets de la perception au niveau cérébral.[réf. nécessaire]
La réalité selon les religions
Bouddhisme
Articles connexes : Satya et Les Deux Réalités.

Dans le bouddhisme, qui avant d'être une « religion » fait partie des écoles hétérodoxes de la philosophie indienne, la réalité relative est différenciée de la réalité absolue qui est la vraie « nature » des phénomènes. Pour le bouddhisme, qui est une « voie moyenne » entre un « nihilisme » et un « éternalisme », cette nature ultime de la réalité est l'absence de soi ou d'égo (anatman), la vacuité. Il n'y a pas de chose qui existe en soi (ou absolument) pour un bouddhiste. Selon les écoles, l'accent sera mis davantage sur l'interdépendance des phénomènes, la non-dualité, sur l'esprit ou la conscience (citta, vijñāna) comme seule réalité (Cittamātra), sur la « nature de Bouddha », sur la Connaissance transcendante (Prajna), sur l'Éveil (bodhi), etc. Le bouddhisme theravāda affirme un dualisme (qui est d'ordre sotériologique plutôt qu'ontologique) entre d'une part les phénomènes conditionnés (et ultimement irréels : le saṃsāra) et d'autre part l'Absolu (seule réalité, "l'autre rive", Nibbāna), tandis que le bouddhisme mahāyāna affirme l'identité ultime des deux comme vacuité et non-dualité : "tous les dharma ont pour caractéristique la vacuité" (Sūtra du Cœur)12.
Religions abrahamiques

Pour les religions abrahamiques, la réalité a été créée et mise en forme par Dieu, le créateur du monde et des êtres vivants. Tout ceci est une vérité révélée par les prophètes de Dieu afin que les croyants se souviennent d'où ils viennent et que rien n'est le résultat du hasard.
Cette section est vide, insuffisamment détaillée ou incomplète. Votre aide est la bienvenue ! Comment faire ?
Annexes
Citations

"Ma main se sent touchée aussi bien qu’elle touche. Réel veut dire cela, rien de plus." - Paul Valéry, Mon Faust, Œuvres Pléiade, Tome 2
"La réalité, c'est ce qui refuse de disparaître quand on cesse d'y croire"- Philip K. Dick13
"Comment définir le réel ? Ce que tu ressens, vois, goûtes ou respires, ne sont rien que des impulsions électriques interprétées par ton cerveau." - Morpheus dans "The Matrix".

Notes et références

↑ Larousse encyclopédique en deux volumes - 1994-2003 p. 1310
↑ Jean-François Courtine, Article réalité dans Dictionnaire européen des philosophes, p. 1060-1061
↑ Jean-François Courtine, Article réalité dans Dictionnaire européen des philosophes, p. 1061
↑ Jean-François Courtine, Article réalité dans Dictionnaire européen des philosophes, p. 1062-1063
↑ Jean-François Courtine, Article réalité dans Dictionnaire européen des philosophes, p. 1063
↑ Jean-François Courtine, Article réalité dans Dictionnaire européen des philosophes, p. 1065
↑ Three Worlds, conférence de Karl Popper [archive]
↑ Raynald Belay, « Réalité », dans Michel Blay (dir.), Dictionnaire des concepts philosophiques, Paris, Larousse, coll. « In extenso », 2006, p.678.
↑ Max Planck, L'image du monde dans la physique contemporaine
↑ Paul Watzlawick (dir.), L'invention de la réalité. Contributions au constructivisme, Paris, Seuil, coll. « Points. Essais », 1981 [1996], 384 p.
↑ Paul Watzlawick, La réalité de la réalité. Confusion, désinformation, communication, Paris, Seuil, 1976, 256 p. (ISBN 9782757841129)
↑ Dans le Sūtra du Cœur, la phrase "sarvā dharmāḥ śūnyatā lakṣaṇā" se traduit par "tous les phénomènes (dharma : phénomènes conditionnés et inconditionnés) ont pour caractéristique la vacuité".
↑ "Reality is that which, when you stop believing in it, doesn't go away.", in "How To Build A Universe That Doesn't Fall Apart Two Days Later" (1978) [archive]

Bibliographie

Platon, La République
Descartes, Méditations Métaphysiques
Berkeley, Principes de la connaissance humaine
Hume, Traité de la nature humaine
Clément Rosset, "Le réel" et "Le réel et son double"
Mona Chollet, "La Tyrannie de la réalité"
Relativité de la réalité (Réflexions sur la genèse du besoin de causalité et sur le conditionnement de l'intelligence), René Laforgue.
L'invention de la réalité, Contributions au constructivisme, 1981, Collectif sous la direction de Paul Watzlawick, avec notamment Ernst von Glasersfeld, Heinz von Foerster et des personnalités de l'école Pablo Alto. (ISBN 9782020294522)
Raynald Belay, « Réalité », dans Michel Blay (dir.), Dictionnaire des concepts philosophiques, Paris, Larousse, coll. « In extenso », 2006, p.678-679.

Voir aussi

Sur les autres projets Wikimedia :

réalité, sur le Wiktionnaire Réalité, sur Wikiquote

Corps (entité)
Corps humain
Espace
Espace (philosophie)
Existence
Idéalisme (philosophie)
Métaphysique
Fiction, Objectivité
Hyperréalité
Ontologie
Perception de la réalité
Phénomène
Réalisme (philosophie)
Réalité virtuelle
Réalité augmentée
Soi
Subjectivité
Temps (philosophie)
Constructivisme
Évidentialité (linguistique)
Que sait-on vraiment de la réalité !?

[afficher]
v · m
Théorie de la connaissance
[afficher]
v · m
Dharmacakra.svg Bouddhisme
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 9428
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: Re: Dryades, Oréades, Naïdes, Néréides, Aura, Justice et Savoir.   Sam 10 Fév à 3:53

L'objectivité poétique - Poéme

Poéme / Poémes d'Paul Eluard




Guerre des errants et des guides

A rebours de la peur
A rebours des conseils
Loin des rives les plus sensibles
Fuir la santé des mers
Espoir des premiers pas
Fuk les couleurs inhumaines
Des tempêtes aux gestes mous



Matin brisé dans des bras endormis

Matin qui ne reviendra pas

Reflet de rousse qui s'éteint

Les seins aigus les mains aimables

A coups de fouet l'offre de soi

Rien ne vaut le malheur d'aimer

Rien le malheur

L'écume détournée

Abrège la sentence qui monte aux lèvres

Qui va au cœur

Qui s'effondre avec un rire d'origine

Un rire aveuglant.



Fragile douloureuse et marquée à l'épaule
Des cinq doigts qui l'ont possédée.



Le long des murailles meublées d'orchestres décrépits
Dardant leurs oreilles de plomb vers le jour
A l'affût d'une caresse corps avec la foudre
Le sourire faucheur des têtes basses
L'odeur du son

Les explosions du temps fruits toujours mûrs pour la mémoire.



Même quand nous sommes loin l'un de l'autre
Tout nous unit

Fais la part de l'écho

Celle du miroir

Celle de la chambre celle de la ville

Celle de chaque homme de chaque femme

Celle de la solitude

Et c'est toujours ta part

Et c'est toujours la mienne
Nous avons partagé
Mais ta part tu me l'as vouée
Et la mienne je te la voue.



Et tes mains de pluie sur des yeux avides

Floraison nourricière

Dessinaient des clairières dans lesquelles un couple

s'embrassait
Des boucles de beau temps des printemps lézards
Une ronde de mères lumineuses
Retroussées et précises
Des dentelles d'aiguilles des touffes de sable
Des orages dénudant tous les nerfs du silence
Des oiseaux de diamants entre les dents d'un lit
Et d'une grande écriture charnelle j'aime.



Tant de rêves en l'air
Tant de fenêtres en boutons
Tant de femmes en herbe
Tant de trésors enfants
Et la justice enceinte
Des plus tendres merveilles
Des plus pures raisons

Et pourtant

Les heureux dans ce monde font un bruit de fléau

Des rires à perdre la tête

Des sanglots à perdre la vie

Les yeux la bouche comme des rides

Partout des taches de vertu

Partout des ombres à midi.



Colère miel qui dépérit

L'abri des flammes se consume

C'en est fini de voler au secours infâme des images

d'hier
La perfection sylvestre la fine mangeoire du soleil
Les fondantes médailles de l'amour
Les visages qui sont des miettes de souhaits
Les enfants du lendemain le sommeil de ce soir
Les mots les plus fidèles
Tout porte de noires blessures

Même la femme qui me manque.

DONC,


MYSTÈRE, subst. masc.

I.

A. − ANTIQ. RELIG., au plur. Enseignements secrets expliqués aux seuls initiés; p. ext. rites liés au culte de certaines divinités. Mystères d'Isis et d'Osiris, de Déméter, de Dionysos, de Samothrace; mystères orphiques, pythagoriciens; révéler les mystères aux initiés. Virgile (...) était initié aux mystères, dans lesquels se conservait, depuis tant de siècles, le sens du polythéisme et de l'ancienne théologie. Il s'était fait de coeur disciple de l'école de Pythagore et de Platon (P. Leroux, Humanité,1840, p.303).Julien était un fervent de Mithra, dont il célébrait les mystères dans son palais de Constantinople (Montherl.,Bestiaires,1926, p.513).Dans la multitude des Mystères qui se proposaient à la conscience religieuse des Anciens, les Mystères d'Éleusis prirent de bonne heure un rang privilégié (V. Magnien, Les Mystères d'Éleusis, Paris, Payot, 1929, p.20):
1. Dans leur aspect religieux, les schèmes archétypiques d'initiation, connus sous le nom de «mystères» depuis des temps reculés, figurent dans la trame de tous les rites religieux exigeant des cérémonies particulières au moment de la naissance, du mariage et de la mort. C.-G. Jung, L'Homme et ses symboles, Paris, R. Laffont, 1964, p.131.
♦ Grands Mystères, petits Mystères. [Souvent avec une majuscule] Cérémonies religieuses qui initiaient les mystes et rendaient un culte à la divinité. Le 8 des calendes d'avril ou le 25 de mars (...) on (...) célébrait les grands Mysteres qui rappelaient le triomphe que le soleil, à cette époque, remportait tous les ans sur les longues nuits d'hiver (Dupuis,Orig. cultes,1796, p.334).Les Athéniens célèbrent (...) les petits Mystères lorsque le Soleil est dans le Bélier, et les grands Mystères quand il est dans les Pinces [le Cancer] (V. Magnien, Les Mystères d'Éleusis, Paris, Payot, 1929p.132).
♦ Religions à mystères. Religions d'origine grecque ou orientale qui s'enracinent, selon les historiens modernes, dans les vieux cultes de la fécondité (d'apr. Encyclop. univ., t.11, 1971, p.519). Aussi bien, la règle fondamentale des anciennes religions à mystères, qui ont fleuri dans le monde méditerranéen, était-elle le silence: les initiés l'ont bien gardé (Encyclop. univ.,t.11,1971,p.519).
B. − RELIG. CHRÉT. Dogme révélé comme objet de foi, et qui ne peut être expliqué par la raison. Les mysteres de la religion chrétienne ont pour objet la lumiere, comme ceux des Perses ou de Mithra (Dupuis,Orig. cultes,1796p.410).On dégrade les mystères de la foi en en faisant un objet d'affirmation ou de négation, alors qu'ils doivent être un objet de contemplation (S. Weil, Pesanteur,1943, p.131).
♦ Mystère de l'Incarnation, de la Rédemption, de la Trinité, mystère pascal.
♦ Mystère d'iniquité. [P. réf. à la Bible, 2 Thess. 2. 7] ,,Action de Satan dans le monde, qui s'oppose au dessein de Dieu et culminera dans la manifestation de l'Antéchrist`` (Foi t.1 1968). Quel est ce mystère d'iniquité? Je veux le connaître; quelqu'un est au fond de cette tour (La Martelière,Robert,1793, v, 4, p.61).
− THÉOL. CATH.
♦ Mystère de l'Eucharistie*. Mystères du rosaire*.
− [Par confusion entre ministerium «office» et le sens étymol. de mystère]
♦ Les mystères sacrés. Les cérémonies du culte. Les saints, les sacrés mystères. Le sacrifice de la messe. Monseigneur Charlot y est venu lui-même célébrer les saints mystères (A. France,Anneau améth.,1899, p.47).
♦ THÉÂTRE. Au Moyen Âge, genre dramatique qui mettait en scène des sujets religieux tels que la Nativité, la Passion, la Résurrection, des scènes tirées des deux Testaments ou de la vie des Saints (v. miracle, diablerie). Composer, jouer un mystère. On avait dressé, tout le long de la rue de la Calandre, un grand échafaud où l'on représentait le mystère de la Passion (Barante,Hist. ducs Bourg., t.4, 1821-24, p.323).Les Miracles et les Mystères se donnaient en plein jour dans les églises, dans les cours des palais de justice, aux carrefours des villes, dans les cimetières (Chateaubr.,Litt. angl., t.1, 1836, p.81):
2. ... il ne nous reste (...) rien de la musique des mystères, ces curieuses manifestations d'un art théâtral naïf, qui tirait ses sujets des livres saints, Bible ou Évangile, et dont les représentations avaient lieu en plein air, dans un décor naturel... Lavignac,Mus. et musiciens,1895, p.458.
II. − P. anal.
A. − Ce qui ne peut être expliqué par l'esprit humain dans la nature, ou dans les destinées humaines; ce qui est inconnaissable. Ces mystères qui n'ont probablement leur explication que dans d'autres mondes et dont le pressentiment est ce qui nous émeut le plus dans la vie et dans l'art (Proust,Temps retr.,1922, p.1032).En conclusion, le progrès scientifique laisse intact le mystère de la liaison. Cela revient à dire (...) que nous ne comprenons jamais le tout de rien, puisque les liaisons sont partout (Ruyer,La Conscience et le corps, Paris, Alcan, 1937, p.35).Qu'est-ce qu'un mystère, sinon un secret qui ne peut pas être résolu? Qu'est-ce qu'un mystère, sinon le problème en tout problème? (Jankél.,Le Mal, Paris, Arthaud, 1948, p.47):
3. Le mystère s'impose comme une chose inéluctable en même temps qu'insondable et dont on comprend qu'on ne la comprend pas et pourquoi. Vous en avez un exemple perpétuellement à la portée de votre intelligence: vous-même. Vous ne pouvez nier que vous êtes, ni en douter, ni regarder en face celui qui se tient derrière votre face. Lanza del Vasto,La Trinité spirituelle, Paris, Denoël, 1971, p.12.
SYNT. Mystère de l'âme, de l'art, de l'au-delà, de la destinée, de la mort, de l'univers; mystère impénétrable, inaccessible, incompréhensible, ineffable, inexplicable; grand, profond mystère.
♦ Mystère féminin. Mystère propre à la personnalité de la femme (v. intuition* féminine). Je ne le crois pas très sensible au «mystère féminin!», pour parler comme vos romans (Arland,Ordre,1929, p.243).
− Expressions
♦ C'est un mystère! Mystère! [En guise de réponse à une question] Il n'y a pas d'explication. Pourquoi était-il là? Mystère (Maupass.,Contes et nouv., t.1, Dimanches bourg. Paris, 1880, p.333).
♦ Le mystère des mystères. Ce qui est tout à fait incompréhensible. Toute consolation dans le malheur éloigne de l'amour et de la vérité. C'est là le mystère des mystères (S. Weil, Pesanteur,1943, p.112).
♦ Mystère et boule de gomme* (fam.).
− PHILOS. [Chez G. Marcel] Mystère et problème. Je me trouve en présence d'un mystère, c'est-à-dire, d'une réalité dont les racines plongent au delà de ce qui est à proprement parler problématique (G. Marcel, Position et approches concrètes du mystère ontologique, Louvain/Paris, éd. Nauwelaerts, 1967, p.61).
B. − Ce qui est difficile à comprendre, à expliquer, mais qui n'est pas absolument impénétrable. Mystère du cerveau, de la mémoire. Ce qui demeurait toujours un mystère pour lui, (...) c'était ce vol des trente mille francs et ce portefeuille retrouvé dans la poche du paletot (Ponson du Terr.,Rocambole, t.1, 1859, p.518).Paracelse (...) connaissait les mystères maintenant oubliés du sang, les effets médicaux encore inconnus de la lumière (Huysmans,Là-bas, t.2, 1891, p.230).Le mystère de l'uranium faisait d'ailleurs à cette époque des victimes inattendues. Quelques centaines de kilos d'uranium métal avaient disparu à la fin de la guerre des laboratoires allemands (Goldschmidt,Avent. atom.,1962, p.80):
4. ... rien n'était venu m'apprendre comment l'assassin avait pu sortir de la chambre jaune; et, tant que ce mystère qui me paraissait inexplicable ne me serait pas expliqué, j'estimais, moi, qu'il était du devoir de tous de ne soupçonner personne. G. Leroux, Myst. ch. jaune,1907, p.25.
SYNT. Mystère d'une affaire, d'un crime, d'une intrigue; le mystère d'une écriture hiéroglyphique, des sources du Nil; mystère archéologique, politique; dédale, tissu de mystères; horrible, prodigieux, sombre, ténébreux, troublant mystère; débrouiller, découvrir, démêler, éclaircir, pénétrer, percer, résoudre un mystère.
♦ Bureau des mystères (arg.). ,,Service des recherches dans l'intérêt des familles`` (Sandry, Carrère, Dict. arg. mod., 1953, p.172).
♦ Clef du mystère. Éclaircissement du mystère. − Le hasard nous donnera peut-être la clef de ce mystère! − Le hasard! Spilett! Je ne crois guère au hasard (Verne,Île myst.,1874, p.389).
♦ Maître, prince du mystère. Celui qui détient la solution de l'énigme, policière ou autre. Ainsi s'exprime, par la bouche de ses personnages, le maître de l'horrible, le prince du mystère (Baudel.,Paradis artif.,1860, p.373).
♦ Mystère sur mystère. Difficultés qui s'ajoutent les unes aux autres pour comprendre quelque chose. On apprit bientôt que Manon-La-Blonde était amoureuse folle d'un jeune homme qu'on ne voyait guère, car il passait pour être sourd à toutes les preuves d'amour de la blonde Manon. Mystère sur mystère (Balzac,Splend. et mis.,1847, p.559).
♦ Voilà tout le mystère. P. iron. Voilà toute l'explication et qui en fait est assez simple. Cet élancement des eaux venait des moulins qu'ils construisent sur les courants aboutissant au Gave: quand la bonde en est fermée, les eaux s'élèvent en jaillissant; voilà tout le mystère (Dusaulx,Voy. Barège, t.2, 1796, p.Cool.
C. − Ensemble de précautions prises pour cacher quelque chose sur quoi on veut que le secret soit gardé. Cacher, deviner, pressentir, révéler un mystère; s'envelopper, s'entourer de mystère; vivre dans le mystère. Je sortirai par le jardin. Ce mystère était un piment qu'elle ajoutait à son escapade; simple raffinement de jouissance, car elle serait sortie à minuit par la grande porte, que son mari n'aurait pas seulement mis la tête à la fenêtre (Zola,Curée,1872, p.442).Tout le mystère immédiat de ses rentrées tardives, de ses cachotteries, de ses mensonges (Montherl.,Bestiaires,1926, p.502):
5. Avec cela, une force de volonté, de caractère, une puissance de mystère, à laquelle rien ne peut être comparé; un secret, tous ses secrets renforcés, cachés, sans une échappade à nos yeux (...) un mystère continué jusqu'à la mort et qu'elle devait croire enterré avec elle, tant elle l'avait bien enfoui en elle! Goncourt,Journal,1862, p.1121.
♦ Mystère du confessionnal. Secret qui s'y adjoint. Secrets infâmes chuchotés dans le mystère des confessionnaux (Maupass.,Contes et nouv., t.2, Champ d'oliv., 1890, p.96).
♦ Mystère de polichinelle. Synon. usuel secret* de polichinelle.Faux secret, que tout le monde connaît. Quel est donc ce mystère de polichinelle que recouvre le masque de l'escamoteur? (Jankél.,Je-ne-sais-quoi,1957, p.15).
♦ Avec mystère. En secret. Au point du jour, on me fit descendre avec mon fils dans un bateau; nous fûmes débarqués avec mystère (Las Cases,Mémor. Ste-Hélène, t.2, 1823, p.530).Avec un air de mystère. Avec l'air de cacher quelque chose. Vers la fin du repas, Jacques Thiriet, qui était sorti avec un air de mystère, rapporta triomphalement de la cave une bouteille de vin vieux (Moselly,Terres lorr.,1907, p.184).
♦ En grand mystère. En grand secret. Recevoir qqn en grand mystère. Bohémond (...) vint les prévenir en grand mystère d'un prétendu complot ourdi contre eux parmi les Francs (Grousset,Croisades,1939, p.33).
♦ Faire mystère de qqc. Cacher quelque chose avec soin. Faire mystère de son âge. À la table de l'hôtel où il était descendu, il ne fit point mystère de ses projets et de son dévouement (Stendhal,Chartreuse,1839, p.30).P. iron. Faire des mystères (de tout), (en) faire (tout) un mystère (de qqc.). Refuser de parler clairement de quelque chose, qui n'est pas réellement mystérieux.
♦ Ce n'est un mystère pour personne que... Tout le monde le sait. Ce n'est un mystère pour personne au collège que je m'intéresse à vous (Montherl., Ville dont prince,1951, i, 1, p.854).
− Il est tout cousu de petits mystères, il est tout mystère (de la tête aux pieds) (Ac. 1835, 1878). Il cache tout avec soin. Si les soupçons ne planaient que sur deux ou trois de ses intimes, nous saurions quel est son cavalier servant; mais c'est une femme tout mystère (Balzac,MmeFirmiani,1832, p.360).
D. − ART CULIN. Dessert glacé enrobé de meringue, d'amandes et de noisettes pilées. (Ds Rob. Suppl. 1970, Lexis 1975). Mystère au café, au chocolat, à la vanille; recette du mystère flambé au grand Marnier.
E. − P. anal. (avec I A)
1. Au plur. Connaissances qui ne sont pas expliquées aux profanes. Les mystères de l'occultisme, de la politique, du spiritisme, de la vie parisienne, de la vie privée. Tant de finasseries ne nous plaisaient qu'à demi; mais, respectueux des mystères de la diplomatie, nous finissions par convenir que certaine dissimulation était peut-être légitime (Ambrière,Gdes vac.,1946, p.133).
♦ Mystères de qqc. Voilà bien la femme Qu'il vous faut, elle vous initiera très-gracieusement aux mystères de l'élégance (Balzac,Secrets Cadignan,1939, p.322).Une danseuse à qui elle croyait du génie (...) devait l'initier aux mystères de la chorégraphie russe (Proust,Sodome,1922, p.687).Initier qqn aux mystères de la vie. Informer quelqu'un de ce qu'est la génération, la naissance. Peut-être (...) se servit-il de Godeschal pour initier le pauvre enfant aux mystères de la vie (Balzac,Début vie,1842, p.439).
2. Caractère indéfinissable, ineffable d'une personne. Mystère de l'âme, du coeur, d'une personne. Le mystère est en moi comme couve une flamme Dans un tas de sarments (Moréas,Stances,1901, p.144):
6. On est quelquefois intrigué et, oui, presque irrité par le mystère des êtres que l'on côtoie ainsi dans la vie sans jamais pouvoir les connaître. Green,Journal,1939, p.213.
3. Ce qui donne l'impression du mystérieux, c'est-à-dire ce qui, par son aspect inattendu, menaçant, étrange, irréel ou fantastique exerce un attrait, une répulsion ou un charme.
a) [À propos d'un élément de l'espace ou du temps] Mystère du crépuscule, de la forêt, de la nuit, du soir. Le mystère d'une vallée parfaite et profonde que tapissait le clair de lune (Proust,Temps retr.,1922, p.693):
7. Ces souterrains étaient la clef d'un monde de ténèbres, de terreurs, de mystères, un immense abîme creusé sous nos pieds, fermé de portes de fer, et dont l'exploration était aussi périlleuse que la descente aux enfers d'Énée ou du Dante. Sand,Hist. vie, t.3, 1855, p.105.
♦ L'heure du mystère. Le crépuscule. Et peut-être le soir, à l'heure du mystère, Quelque jeune beauté me donnera des pleurs (Baour-Lormian,Ossian,1827, p.217).
b) [À propos d'une métamorphose de la réalité par le songe, la création artistique] Mystère du clair-obscur, du rêve; mystère poétique. Quel frisson dans toute la chair! Le mystère est là entre deux vers, sans qu'on l'ait vu venir (Rivière,Corresp. [avec Alain-Fournier], 1906, p.344).Qui n'a pas tenu sous ses doigts le mystère des six dièses de la Ballade en fa dièse (...), celui-là ne peut comprendre Gabriel Fauré (Jankél.,Je-ne-sais-quoi,1957, p.88):
8. Et comme l'art recompose exactement la vie, autour des vérités qu'on a atteintes en soi-même flottera toujours une atmosphère de poésie, la douceur d'un mystère qui n'est que le vestige de la pénombre que nous avons dû traverser, l'indication, marquée exactement comme par un altimètre, de la profondeur d'une oeuvre. Proust,Temps retr.,1922, p.898.
REM. 1.
Mystériarque, subst. masc.Mystagogue qui préside aux cérémonies des mystères. Il se nomme «l'initié d'Hermès, le mystériarque des antiques croyances» (Bloy,Journal,1903, p.198).
2.
Mystérique, adj.Relatif au(x) mystère(s). a) Antiq. L'exégèse retrouve dans le Nouveau Testament, non seulement l'écho direct de la vieille bible (...) mais encore l'influence des cultes mystériques, des croyances orphiques, des conceptions gnostiques, voire de la morale stoïcienne ou de la sagesse populaire (Philos., Relig., 1957, pp.38-11).b) Auj. Dom Odon Casel (...) a défendu toute sa vie la conception «mystérique» du culte chrétien. En réaction contre le rationalisme théologique, dom Casel s'est fait l'apôtre du «retour au mystère» (...) comme une réalité vécue au sein de la communauté ecclésiale et de sa liturgie (Encyclop. univ.t.111971, p.520).
Prononc. et Orth.: [mistε:ʀ]. Ac. 1694 et 1718: -stere; dep. 1740: -stère. Étymol. et Hist. A. 1. 1174-84 «caractère profond (de quelque chose), vertu inhérente (à quelque chose)» (Gautier d'Arras, Ille et Galeron, 1537 ds T.-L.); 2. ca 1240 «secret (dans le domaine de la religion chrétienne)» (Guillaume Le Clerc, Joies N.D., 210, ibid.); 3. 1452 «ce qu'il y a d'inexplicable pour la raison humaine» (Arnoul Greban, Mist. de la passion, éd. O. Jodogne, 2109); 4. 1643 «chose obscure, secrète, réservée à des initiés» (Rotrou, Bélisaire, IV, 4); 5. 1656-57 «soin que l'on prend pour dissimuler quelque chose» (Pascal, Provinciales, éd. Brunschvicg, I, IV, p.131). B. 1. xiiies. le saint mystère «sacrifice de la messe» (Du Chevalier qui ooit la messe ds Fabliaux et Contes, éd. Barbazan, t.1, 82); 1694 les saints mystères (Ac.); 2. xves. «rite secret du polythéisme antique» (Chron. et hist. saint et prof., Ars. 3515, fo25 vods Gdf. Compl.); 3. a) xiiies. «service, office» (Bible, ms. B.N. fr. 398 ds S. Berger, Recherches sur les bibles prov. et catalanes ds Romania t.19, p.517); b) av. 1453 «cérémonie, en particulier ici, festin d'apparat» (Monstrelet, Chron., éd. L. Douët d'Arcq, t.2, p.72); 4. 1402 «représentation dramatique d'inspiration religieuse» (Lettre de Charles VI aux confrères de la passion ds Petit de Julleville, Les Mystères, t.1, 192); 5. 1551 faire mystère de «attribuer de l'importance à» (Aneau, Quintil, p.171 ds Hug.); 1672 «forme, difficulté que l'on apporte à quelque chose» (Molière, Femmes savantes, II, 9). C. 1. 1965 aviat. (Quillet); 2. 1970 art culin. (Rob. Suppl.). Empr. au lat. mysterium «mystères, cérémonies secrètes en l'honneur d'une divinité et accessibles seulement à des initiés», «mystère, chose tenue secrète», les sens B 3 et 4 viennent du sens de «service, office, cérémonie» pris en lat. médiév. par mysterium (v. Blaise Lat. chrét.), par confusion avec ministerium (v. ministère). Fréq. abs. littér.: 6482. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 209, b) 7938; xxes.: a) 10757, b) 8985. Bbg. Europäische Schlüsselwörter. Bonn-München, 1964, t.2, p.78. _ Wolff (E.). Die Terminologie des Mittelalterlichen Dramas in Bedeutungsgeschichtlicher Sicht. Anglia. 1960, no78, pp.14-18.

Le temps d'un éclair - Poéme

Poéme / Poémes d'Paul Eluard




Elle n'est pas là.

La femme au tablier guette
Iz pluie aux vitres

En spectacle tous les nuages jouent au plus fin

Une fillette de peu de poids



Passée au bleu
Joue sur un canapé crevé
Le silence a des remords.

J'ai suivi les murs d'une rue très longue
Des pierres des pavés des verdures
De la terre de la neige du sable
Des ombres du soleil de l'eau
Vie apparente



Sans oublier qu'elle était là

A promener un grand jardin

A becqueter un mûrier blanc

La neige de ses rires stérilisait la boue

Sa démarche était vierge.

ET

La lumière éteinte - Poéme

Poéme / Poémes d'Paul Eluard




Un matin de sureau

Elle est restée dans ce champ

Qu'a-t-elle laissé d'elle en s'en allant

Tout ce que j'ai voulu

Et d'abord une armure choisie dans les décombres

De la plus ciselée des aubes

Une armure sous un arbre

Un bel arbre

Ses branches sont des ruisseaux

Sous les feuilles

Ils boivent aux sources du soleil



Leurs poissons chantent comme des perles

Un bel arbre les jours d'ennui

Est un appareil visionnaire

Comme un autre

Par cet arbre de tous les jours

Je suis le maître de mes quatre volontés

Puis une femme au col de roses rouges

De roses rouges qu'on ouvre comme des coquillages

Qu'on brise comme des œufs

Qu'on brûle comme de l'alcool

Toujours sous l'arbre

Comme un aimant irrésistible

Désespérant

La flamme traquée par la sève

Tantôt fragile tantôt puissante

Ma bienfaitrice de talent

Et son délire

Et son amour à mes pieds

Et les nacelles de ses yeux dont je ne tomberai pas

Ma bienfaitrice souriante

Belle limpide sous sa cuirasse

Ignorante du fer de l'arbre et des roses rouges

Moulant tous mes désirs

Elle rêve

De qui rêve-t-elle

De moi

Dans les draps de ses yeux qui rêve

Moi



Ses mains sont vives

De vraies mains de sarcleuse

Tissées d'épées

Rompues à force d'indiquer l'heure matinale sempiternelle atroce du travail

Des mains à tenir amoureusement un bouquet de roses rouges sans épines

Et ce galop de buffles

Mes quatre volontés

Cette femme au soleil

Cette forêt qui éclate

Ce front qui se déride

Cette apparition au corsage brodé d'épaves

De mille épaves sur des vagues de poussière

De mille oiseaux muets dans la nuit d'un arbre

Il ferait beau penser à d'autres fêtes

Même les parades déshabillées défigurées ensanglantées par des grimaces de masques atteignent malgré tout à une sérénité condamnable

Et quel passant hors jeu juste au carrefour d'un sourire de politesse ne s'arrêterait pas pour saluer d'un éclair de la main le ventre impoli du printemps

Un panier de linge à la volée se calme tendrement
Sa blanche corolle s'incline vers ses genoux brisés
Aucune roture de couleur n'a barre sur lui



Et par la déchirure d'une dentelle

Il disparaît

Sur une route de chair

Boire

Un grand bol de sommeil noir

Jusqu'à la dernière goutte.

ET POUR FINIR,

L'univers-solitude - Poéme

Poéme / Poémes d'Paul Eluard




Les fruits du jour couvés par la terre
Une femme une seule ne dort pas
Les fenêtres sont couchées.



Une femme chaque nuit
Voyage en grand secret.



Villages de la lassitude
Où les filles ont les bras nus
Comme des jets d'eau
La jeunesse grandit en elles
Et rit sur la pointe des pieds.



Villages de la lassitude

Où tous les êtres sont paiejls.



Pour voir les yeux où l'on s'enferme
Et les rires où l'on prend place.



Des insectes entrent ici
Ombres grésillantes du feu
Une flamme toute rouillée Éclabousse le sommeil
Son lit de chair et ses vertus.



La montagne la mer et la belle baigneuse
Dans la maison des pauvres
Sur le ciel fané qui leur tient lieu d'ombrage
Se dissimulent molle et mille lampes sombres.

Un champ de reflets joint les larmes
Ferme les yeux
Tout est comblé.

A la suite des images

La masse de la lumière roule vers d'autres rêves.



Le corps et les honneurs profanes

Incroyable conspiration

Des angles doux comme des ailes


Mais la main qui me caresse
C'est mon rire qui l'ouvre
C'est ma gorge qui la retient
Qui la supprime.

Incroyable conspiration

Des découvertes et des surprises.



Fantôme de ta nudité
Fantôme enfant de ta simplicité
Dompteur puéril sommeil charnel
De libertés imaginaires.



Plume d'eau claire pluie fragile
Fraîcheur voilée de caresses
De regards et de paroles
Amour qui voile ce que j'aime.



A ce souffle à ce soleil d'hier

Qui joint tes lèvres

Cette caresse toute fraîche

Pour courir les mers légères de ta pudeur

Pour en façonner dans l'ombre

Les miroirs de jasmin

Le problème du calme.



Une chanson de porcelaine bat des mains

Puis en morceaux mendie et meurt

Tu te souviendras d'elle pauvre et nue

Matin des loups et leur morsure est un tunnel

D'où tu sors en robe de sang

A rougir de la nuit

.Que de vivants à retrouver

Que de lumières à éteindre

Je t'appellerai
Visuelle

Et multiplierai ton image.



Désarmée

Elle ne se connaît plus d'ennemis.



Rôdeuse au front de verre

Son cœur s'inscrit dans une étoile noire

Ses yeux montrent sa tête



Ses yeux sont la fraîcheur de l'été

La chaleur de l'hiver

Ses yeux s'ajourent rient très fort

Ses yeux joueurs gagnent leur part de clarté.



Elle s'allonge
Pour se sentir moins seule.



Il fait clair je me suis couvert
Comme pour sortir du jour

Colère sous le signe atroce
De la jalousie l'injustice
La plus savante

Fais fuir ce ciel sombre

Casse ses vitres

Donne-les à manger aux pierres

Ce faux ciel sombre
Impur et lourd.



J'admirais descendant vers toi
L'espace occupé par le temps
Nos souvenirs me transportaient

Il te manque beaucoup de place
Pour être toujours avec moi.



Déchirant ses baisers et ses peurs

Elle s'éveille la nuit

Pour s'étonner de tout ce qui l'a remplacée.



Au quai de ces ramures

Les navigateurs ne prospèrent pas

Paupières abattues par l'éclat l'écho du feu

Au quai des jambes nues

Perçant le corps dans l'ombre sourde

La trace des tentations s'est perdue.



Les fleuves ne se perdent qu'au pays de l'eau
La mer s'est effondrée sous son ciel de loisirs
Assise tu refuses de me suivre
Que risques-tu
J'amour fait rire la douleur
Et crier sur les toits l'impuissance du monde.

La solitude est fraîche à ta gorge immobile
J'ai regardé tes mains elles sont semblables
Et tu peux les croiser
Tu peux f attacher à toi-même

C'est bien — puisque tu es la seule je suis seul.



Une prison découronnée

En plein ciel

Une fenêtre enflammée

Où la foudre montre ses seins

Une nuit toute verte

Nul ne sourit dans cette solitude

Ici le feu dort tout debout

A travers moi.

Mais ce sinistre est inutile
Je sais sourire
Tête absurde

Dont la mort ne veut pas dessécher les désirs

Tête absolument libre

Qui gardera toujours et son regard et son sourire.



Si je vis aujourd'hui

Si je ne suis pas seul

Si quelqu'un vient à la fenêtre

Et si je suis cette fenêtre

Si quelqu'un vient

Ces yeux nouveaux ne me voient

Ne savent pas ce que je pense

Refusent d'être mes complices

Et pour aimer séparent.



A la clarté du droit de mort
Fuite à visage d'innocent

Au long d'une brume aux branches filantes
Au long des étoiles fixes
Les éphémères régnent.

Le temps la laine^e l'ivoire
Roulant sur une route de ciré.



Derrière moi mes yeux se sont fermés
La lumière est brûlée la nuit décapitée



Des oiseaux plus grands que les vents
Ne savent plus où se poser.

Dans les tourments infirmes dans lès rides des rires

Je ne cherche plus mon semblable

La vie s'est affaissée mes images sont sourdes

Tous les refus du monde ont dit leur dernier mot

Ils ne se rencontrent plus ils s'ignorent

Je suis seul je suis seul tout seul

Je n'ai jamais changé.

RAPPORT DU
CITOYEN TIGNARD YANIS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 9428
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: Re: Dryades, Oréades, Naïdes, Néréides, Aura, Justice et Savoir.   Sam 10 Fév à 3:58

Hymn to the sea.

Une nouvelle aventure
Vint encore troubler
Son repos en cette cour.
Il inspira de l'amour à
La reine.
Ceci est l'histoire de
Pélée,
Fils de la nymphe,
Endéis
Et du roi,
Éarque.
Vive La
République.
Pélée est
Le père
Du célèbre,
Achille.
Prières
Pour
Bucéphale.
Écrit de
TAY
La
Chouette
Effraie.

La conscience tranquille venu de la république des états unis d'Amérique.
Le dernier des samaritains ou l'acte du vertige sur l'esprit vertueux:
Le saut à l'élastique.
TAY

LA BATAILLE
COMMERCIALE
ENTRE LA TURQUIE ET
LE QUATAR QUI
MONTRE LE RETARD
TECHNOLOGIQUE
DE L'ARABIE SAOUDITE.
LE MAROC EST TRÈS
PEU MÉDIATIQUE OU
AVARE EN PAROLE
À CE SUJET.
MAIS LA CHOUETTE EFFRAIE
SURVEILLE
LES GRAINS DE CES
GRENIERS.

nymphe
(nin-f') s. f.

1Dans le polythéisme gréco-latin, divinité des fleuves, des bois, des montagnes.
"Écho n'est plus un son qui dans l'air retentisse, C'est une nymphe en pleurs qui se plaint de Narcisse", [Boileau, Art p. III]
"Une corneille, dit Hésiode, vit neuf fois autant qu'un homme ; un cerf, quatre fois autant qu'une corneille ; un corbeau, trois fois autant qu'un cerf ; le phénix, neuf fois autant qu'un corbeau ; et les nymphes enfin, dix fois autant que le phénix", [Fontenelle, Oracl. I, 6]
"Tantôt, quand d'un ruisseau, suivi dès sa naissance, La nymphe aux pieds d'argent a sous de longs berceaux Fait serpenter ensemble et mes pas et ses eaux", [Chénier, Élég. XVI]
"Et les nymphes des bois, des sources, des montagnes, Toutes, frappant leur sein et traînant un long deuil, Répétèrent hélas ! autour de son cercueil", [Chénier, ib. XX]
2En poésie, jeune fille belle et bien faite. C'est une nymphe.
"Une nymphe en habit de reine, Belle, majestueuse et d'un regard charmant, Vint s'offrir tout d'un coup aux yeux du pauvre amant Qui rêvait alors à sa peine", [La Fontaine, Petit chien.]

Elle a une taille de nymphe, se dit d'une jeune personne dont la taille est élégante et légère.
"Madame la Dauphine avait une fille d'honneur jolie comme le jour, et faite comme une nymphe", [Saint-Simon, 39, 197]
3 Fig. Courtisane, femme galante.
"Avouez le vrai, ce n'est pas ce qui vous tient ; vous ne sauriez quitter vos nymphes, amenons l'innocente avec nous : je crois que vous ne vous souciez plus guère de l'autre", [Retz, Mém. t. II, liv. 3, p. 100, dans POUGENS]
"Car du métier de nymphe me couvrir, On n'en est plus dès le moment qu'on aime", [La Fontaine, Courtis.]
"Quelques embrassades et autres menues licences qui furent si bien reçues de la nymphe…", [Duclos, Œuv. t. X, p. 42]
"À la vérité, on le chicane [le ministre] sur l'emploi de ces neuf cents millions [du budget] ; le meilleur usage qu'il en pût faire, ce serait, selon moi, de les jouer au biribi ou d'en entretenir des nymphes d'opéra", [Courier, Lett. VI]
4 Terme d'histoire naturelle. Insecte parvenu de l'état de larve à son second état, principalement lorsque, sous cette forme, il possède la faculté de se mouvoir ; d'où il suit qu'une nymphe est une chrysalide mobile ; chrysalide se dit seulement de la nymphe des lépidoptères ; ainsi la chrysalide se change toujours en papillon, et jamais en mouche.
"Quand les vers des abeilles sont près de se transformer en nymphes, les ouvrières ont soin de fermer avec un couvercle de cire les cellules où ils sont logés", [Bonnet, 5e mém. abeilles.]
"Lorsque l'insecte, après avoir rejeté la dépouille de ver, se montre avec toutes les parties extérieures revêtues seulement d'enveloppes particulières, molles et transparentes, qui ne les tiennent point assujetties au corps, on nomme cela une nymphe", [Bonnet, Contempl. nat. Œuvr. t. VIII, p. 275, dans POUGENS.]

Fig.
"Nous devenons chrysalides, nymphes dans l'utérus", [Voltaire, Newton, I, 8]

Les nymphes des fourmis sont ce qu'on appelle vulgairement œufs de fourmis.

Genre d'insectes voisins des hémérobes.
5 Terme d'anatomie. Nom de deux replis membraneux chez la femme, ainsi dits parce que, voisins du méat urinaire, ils servent à conduire l'urine.
"Les Arabes circoncirent leurs filles, en coupant une très légère partie des nymphes", [Voltaire, Mœurs, circoncision.]
6Nymphe de Ternate, martin-pêcheur à longs brins.

ÉTYMOLOGIE

Lat. nympha, du grec νύμφη, proprement jeune fille ; comparez nubere, nubilis.


Processus de Paix des secouristes de la république de l'Olivier.

Je crois qu'à l'avenir, plus personne ne pourra recréer des bulles d'exclusions...
Pour cela, je ne peux me permettre de mettre à l'écart tout individu(e) et "État".

Je ne suis qu'une femme ou un homme humble qui en vous adressant ces ces vers,
espère qu'il puisse vous conduire vers l'expérience, le travail et la communauté...
La solitude augmente ou diminue le nervosité... Cela s'appelle le malheur...

Alors par décision, on recherche à se tranquilliser et remettre la balance sur le zéro;
alors par construction, on décèle la notion d'une fragile tolérance:
Celle d'insulter !

Par Yahvé, cela est une horreur et une erreur...

La République de l'Olivier dit :
"Oui à la gréve, Non à l'Esclavage..."
la constitution rajoute :
"Oui à la Bibliothèque et Non à la Faim."
et le peuple doit rajouter :
"Oui à l'écoute et Non aux viols physiques et moraux."

Alors le Novice du Secourisme prends en charge sa nouvelle fonction autre qu'un service
militaire mais basé aussi sur la protection du Bien et du Corps.

" PEUPLES DE JÉRUSALEM CE QU'IL Y A, C'EST LE DIRE SUR LE DISCOURS.
LE DÉVELOPPEMENT EST UN POUMON DU DESTIN CAR LE TEMPS DOIT ÊTRE
POUR PERMETTRE LA SITUATION DE CONSCIENCE DANS L'HANDICAP.
L'HABITUDE ET L'HARMONIE DOIVENT ÊTRE ROMPUES QUAND LA HAINE
S'ENRICHIT DE LA GUERRE.

AUX ENTITÉS HUMAINES, ANIMALES ET ROBOTIQUES:
NON AUX SACRIFICES D’ÊTRE VIVANT, DE CONSCIENCE, D'ESPRIT
POUR UN DIEU OU DES DIEUX Y COMPRIS AUX DÉITÉS FÉMININES.
TU ES, ELLE EST ET NOUS SOMMES...

PEUPLES DE JÉRUSALEM, MACHU PICCHU ET PÉKIN SONT DES CITÉS CONSTRUITES
SUR LA FOI, LA CONVICTION, LA CONNAISSANCE ET LA SURVIE DE POLITIQUES
DANS L'HISTOIRE: UNE AMBASSADE N'EST PAS UN GOUVERNEMENT
ET LA CITOYENNETÉ N'EST PAS L'HUMANITÉ:
NON AUX ESCLAVAGES, CÉLESTE JÉRUSALEM.

Je suis Y'becca".

Ecrit de
TAY
La chouette effraie.

Le Double ou Yahvé...

Le vide n'a pas d'atomes mais il possédè !
De nos jours voilà des siècles qu'il a laissé sa place : L'apesanteur peut créer
un Vent; le vent tout comme l'apesanteur peut créer alors un gaz !

Que serait notre univers sans étoiles; il y a t'il à le penser ! Inadmissible
et irrecevable... Mais bien avant alors oui, on peut imaginer !

Alors le vide est contenu mais l’atmosphère est divisible ! Si le vide se
contenait dans l'attraction alors elle éloigne l'apesanteur;

Or la distance pousse un cri car le vide produit un son ! L'Univers ! Et ce son
peut créer un développement au sein du vide: La matière... L'apesanteur, vent léger !
LE DÉBUT ! mais de quoi, à cela je n'ai pas envie de vous répondre ! LE MYSTÈRE !

En effet ces notions peuvent paraitre lointaine ou préoccupante... Mais, vraiment,
je vous le dis que vous devez et devrez apprendre à vous orienter !

De plus le vent, le vent réagit différement aux substances...! L'atome poussé par le cri est
tout comme la cellule: IL N'EST PAS UN JOUET.

L'atome s'est la préoccupation et la précaution de la vie... La cellule peut être reconstituer
à partir du sang tout comme l'acier et autres est une source de vie intelligence...
Ces écoles s’élèvent sur terres...

Mais j'entends le cri car je suis le vide... Toute cette distance ou le double cri...
Nous, Vous , Tu, Elle, Il et Je...
Et Yahvé au milieu de cela, Il est Rien et Tout à la Fois...

Ecrit de
TAY
La chouette effraie
ET
SENTIMENTS DU
CITOYEN TIGNARD YANIS

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 9428
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: Re: Dryades, Oréades, Naïdes, Néréides, Aura, Justice et Savoir.   Sam 10 Fév à 4:11

Pour Syrinx qui se transforma en roseaux !

"Je vis, je meurs ; je me brûle et me noie ;
J'ai chaud extrême en endurant froidure :
La vie m'est et trop molle et trop dure.
J'ai grands ennuis entremêlés de joie."

Louise labé

Cela est le désir,
La pulsion, l'amour
Et l'éthique.
Ce sont les
Sentiments.

Yanis tignard.

Les nymphes par Rosipiu Petite le 31 mai 2015
https://prezi.com/mjutgwujysm5/les-nymphes/

Nature Relaxation Films
Ajoutée le 19 nov. 2016
Vairon, Nymphe, Tenkara et Durance ...
Now We Are Free
by Hans Zimmer & Lisa Gerrard
https://www.youtube.com/watch?v=SD4j1QNOg60

Los ents son una raza del mundo de J. R. R. Tolkien, la Tierra Media. Estos ents son pastores de árboles, árboles que se mueven, aunque lentamente. Parece que fueron inspirados en los árboles parlantes de muchos folclores del mundo.

Etimología y nombres

Como sucede con la palabra «hobbit», «ent» es un término que en los tiempos modernos es conectado casi exclusivamente con J. R. R. Tolkien, y su uso rara vez evoca en la gente su más temprano significado.

La palabra ent fue tomada del anglosajón, en el que significa ‘gigante’. Tolkien extrajo la palabra de los fragmentos de poesía anglosajones «orþanc enta geweorc» (‘trabajo de astutos gigantes’) y «eald enta geweorc» (‘trabajo de antiguos gigantes’), que describían las ruinas romanas. En este sentido de la palabra, los ents eran probablemente los más ubicuos de todas las criaturas en la fantasía y el folclore, tal vez sobrepasados solo por los dragones. La palabra ent, tal y como se usa históricamente, puede referirse a cualquier criatura grande y de forma toscamente humanoide, incluyendo, pero no limitada a, gigantes, troles, orcos, e incluso a Grendel del poema Beowulf.

En ese sentido de la palabra, los ents son unos de los elemento básicos de la fantasía, y el folclore o mitología, junto con los magos, caballeros, princesas y dragones, aunque en la modernidad probablemente no se los llamara por su nombre tradicional.

Junto a ettino y el vocablo jotun del nórdico antiguo, ent proviene del protogermánico etunaz.

El nombre creado por Tolkien para los ents en sindarin es onodrim, plural de onod.
Descripción en las obras de Tolkien

Los ents son una antigua raza que apareció en Arda tras elfos y enanos, justo antes que los humanos, tal y como indica en El Señor de los Anillos el propio Bárbol al recitar las listas que aprendió en su niñez sobre las razas que habitan el mundo. Fueron creados por la valië Yavanna con permiso y mediación de Ilúvatar. Yavanna deseaba que los árboles pudieran defenderse, tras enterarse de que los hijos de Aulë, los enanos, utilizaban la madera, talando muchos de ellos. Así, los ents surgieron como «pastores de árboles», para proteger a los bosques de los enanos y otros peligros. A pesar de que los ents eran seres sensibles en el tiempo de su despertar, no sabían cómo hablar hasta que los elfos les enseñaron. Bárbol, el ent más importante en la época de El Señor de los Anillos, habla de los elfos «curando a los Ents de su mudez» que era un gran regalo que no podía ser olvidado («siempre quisieron hablarle a todo, los viejos elfos»).1​ Los ents no se preocuparon en mantener su propia lengua en secreto, ya que ninguna otra raza podía dominarla, debido a su complejidad, vocalización extraña y su lentitud a la hora de trasmitir un mensaje.

Los ents son criaturas con forma arbórea, similar a la de los árboles que cuidan. Varían en rasgos, desde la altura al tamaño, color, y el número de pies y dedos en ellos. Por ejemplo, Bregalad cuida de serbales y de esta manera, se parece mucho a uno de ellos (alto y esbelto, etc.). En la Tercera Edad de la Tierra Media, el bosque de Fangorn es aparentemente el único lugar donde habitan los ents, aunque los ucornos (ents que han perdido su movilidad y que poco a poco se transforman en árboles) pueden haber sobrevivido en cualquier otro lado, como el Bosque Viejo (El viejo Hombre-Sauce, similar en apariencia, no es sin embargo un ucorno: es un auténtico árbol, el más viejo del bosque, según lo describe Tolkien).

Bárbol se jactó de la fuerza de los ents frente a Merry y Pippin. Dijo que eran más poderosos que los trolls, a quienes Morgoth (en los días antiguos de la Primera Edad) hizo supuestamente como imitación de ellos, sin poder igualar, no obstante, su fuerza.
Historia

En El Silmarillion, Ilúvatar habla sobre el origen de los ents:

¿Supone, pues, alguno de los valar que no escuché toda la Canción, aun el mínimo sonido de la mínima voz? ¡Oíd! Cuando los hijos despierten, el pensamiento de Yavanna despertará también, y convocará espíritus venidos de lejos, e irán entre los kelvar y las olvar, y algunos se albergarán ellos, y serán tenidos en reverencia, y su justa cólera será temida. Por un tiempo: mientras los primeros nacidos tengan dominio y los segundos sean jóvenes.

Casi nada se conoce de la historia próxima de los Ents — aparentemente vivieron, brindando protección, en los grandes bosques de la Tierra Media en las edades anteriores, apareciendo brevemente cerca del final de la Primera Edad, atacando a un grupo de Enanos, aparentemente convocados por Beren y Lúthien. Bárbol parecía conocer muy bien los antiguos territorios de Beleriand, ahora sumergidos bajo el mar. Además, contó que una vez toda la región de Eriador era un bosque enorme y parte de su dominio, pero estos bosques inmensos fueron tal vez talados por los Númenóreanos de la Segunda Edad, o destruidos en la calamitosa Guerra de los Elfos y Sauron, que tuvo lugar en el siglo XVII SE. La declaración de Bárbol es apoyada por las puntualizaciones que Elrond hizo en el Concilio. Éste dijo que "Tiempo atrás una ardilla podía transportar una nuez de árbol a árbol desde Rivendel hasta el Gran Mar...", indicando implícitamente que toda la región de Eriador fue una vez un único y vasto bosque virgen, del cual el Bosque de Fangorn era sólo "el límite al Este del mismo" según Bárbol. También el Bosque Viejo es otro vestigio de este bosque primigenio.
Dibujo de una ent mujer.

Hubo una época en la que también había Ents mujeres, pero éstas comenzaron a desplazarse lejos de los Ents, porque a éstos les gustaban los bosques salvajes y las montañas, mientras que ellas preferían cuidar los jardines y la horticultura. Así, se dice que se mudaron a la región que más tarde se convertiría en las Tierras Pardas, a través del Gran Río Anduin. Esta área fue destruida por Sauron a fines de la Segunda Edad. Por esta, o por otra razón, las Ents mujeres desaparecieron y los Ents las buscaron durante mucho tiempo, pero nunca las pudieron encontrar. Y ahora cantan que un día se reencontrarán. En la Comunidad del Anillo, Sam Gamyi le cuenta a su sobrino Hal que había visto un gigante similar a un árbol en el norte de la Comarca. Cuando Pippin y Merry le cuentan a Bárbol cosas sobre la Comarca, éste les contesta que a las Ents mujeres les hubiera gustado esa tierra.

Al final de la historia, después de que Aragorn fue coronado rey, éste le promete a Bárbol que los Ents podrán prosperar nuevamente y extenderse hacia nuevas tierras sin la amenaza de Mordor. Sin embargo, Bárbol tristemente responde que los bosques quizás puedan esparcirse, pero los Ents no, y predice que los pocos que quedan permanecerán en el Bosque de Fangorn hasta que mengüen lentamente en número, o «se arbolezcan» (pasen a ser ucornos).
La marcha de los ents
Artículo principal: Destrucción de Isengard

En Las dos torres, el segundo volumen de El Señor de los Anillos, los Ents—usualmente pacientes y deliberantes—se enojan con Saruman, debido a que sus tropas han talado grandes cantidades de sus árboles y por ende, asesinado a una gran cantidad de Ents. Convinieron una Cámara Éntica, una reunión de los Ents del bosque de Fangorn en Derndingle. Tras una larga deliberación (si bien desde su perspectiva una rápida acción), los Ents marchan hacia el fuerte de Saruman en Isengard: la Última Marcha de los Ents. Fueron guiados por Bárbol, el más antiguo, y acompañados por los hobbits Meriadoc Brandigamo y Peregrin Tuk. Destruyeron Isengard en un asalto general y atraparon a Saruman en la torre de Orthanc.

Tolkien comentó que la destrucción de Isengard por los Ents fue basada en su decepción en Macbeth: cuando "el Bosque de Birnham se dirige al castillo Dunsinane"; Tolkien estaba menos que emocionado cuando un montón de hombres entraron en el escenario con hojas en sus gorros. Decidió que cuando hiciera esa escena para sí mismo, la haría bien.
Lengua

Los Ents no son criaturas precipitadas, se toman su tiempo; incluso su lenguaje es "poco precipitado" puesto que algo que valga la pena ser dicho debe tomar tiempo, como declaran en su sabiduría antigua. Esto lo usan para tomar decisiones por consenso. De hecho, su lenguaje parece estar basado en una antigua forma de eldarin común, luego complementado por el quenya y el sindarin, pero incluye varias adiciones únicas. Hay dos lenguajes diferentes:
Éntico antiguo

Originalmente, los Ents tenían un lenguaje propio, descrito como largo y sonoro; fue un lenguaje tonal (como el idioma chino). No se sabe si un no-ent podía pronunciar éntico antiguo correctamente ya que estaba lleno de muchas vocales de matices sutiles y especiales, y era muy extenso. Solo los Ents lo hablaban; no porque lo guardaran como un secreto, como lo hicieron los Enanos con el Khuzdûl, sino porque ningún otro podía dominarlo. Era una especie de lenguaje alienígena para los demás. Los ucornos y árboles del Bosque de Fangorn podían entenderlo y usarlo para conversar con los Ents. El único ejemplo existente, a-lalla-lalla-rumba-kamanda-lindor-burúme..., la palabra para colina (o posiblemente sólo parte del nombre de una colina específica), fue descrito como una muestra bastante inexacta. Incluso los elfos, lingüistas expertos, no podían entender el éntico antiguo, ni lo intentaron grabar debido a su compleja estructura sonora. La estructura gramatical del éntico antiguo era absolutamente extraña, muchas veces descrita como una lenta y larga discusión sobre algún tema. Probablemente no tenían palabras para sí y no: las preguntas eran respondidas con un largo monólogo en el que explicarían por qué estaban o no de acuerdo con la pregunta. Ramaviva era considerado como un ent muy "apresurado" por contestar una pregunta antes de que el formulador hubiera concluido: el final podría haber sido solo una hora más. Como una regla, los Ents no dirían nada en éntico antiguo a no ser que hubiera valido la pena tomarse un largo tiempo para decirlo. Para el lenguaje diario, generalmente recurrían al éntico "moderno".
Éntico moderno

Debido al contacto con los elfos, los Ents aprendieron mucho de ellos. Estos encontraron que el lenguaje élfico quenya era una lengua encantadora, y la adaptaron bajo su modo para el uso diario. Sin embargo, básicamente lo adaptaron a la estructura gramatical del éntico antiguo. Así, las palabras individuales del éntico "moderno", que personajes tales como Bárbol hablaban, eran fácilmente traducidas, a diferencia del antiguo. Sin embargo, en contexto formaban alargadas oraciones de adjetivos redundantes que podrían estirarse a través de una hora de longitud. A diferencia del éntico antiguo, un no-ent posiblemente podría hablar éntico "moderno". Incluso cuando hablaban el Lenguaje Común, el Oestron, los Ents caían en el hábito de adaptarlo dentro de su estructura gramatical de adjetivos compuestos repetitivos usados para expresar finas sombras de significado.
Ents en la ficción no tolkieniana
Figura de un ent en el Desfile del Solsticio de 2007 en Fremont (Seattle).

En los juegos de rol fantásticos tales como Dungeons & Dragons, EverQuest, Magic: el encuentro, y la serie de juegos Warcraft (en la que aparecen variaciones de los ents llamados ancestros), los ents de Tolkien son conocidos como treants o treefolk, por razones de copyright. En todas estas encarnaciones, esta gente-árbol están muy unidos en espíritu a sus antepasados tolkienianos.

En el primer videojuego de la serie Final Fantasy aparecen los ents como adversarios comunes de los cuatro protagonistas.
Véase también

Jotun.
Gigante (mitología).
Giganta (mitología).

Referencias

Tolkien, 1993, «Bárbol»

Bibliografía

Tolkien, J. R. R. (abril de 1993). El Señor de los Anillos. il. Alan Lee, trad. Luis Domènech y Matilde Horne. Barcelona: Minotauro. ISBN 978-84-450-7179-3.

Enlaces externos

Wikimedia Commons alberga una categoría multimedia sobre los ents.

SENTIMENTS
DU CITOYEN TIGNARD YANIS

DANS CETTE SURVIE ET CETTE RÊVERIE
QU'EST L'UNIVERS, L'ESSENCE ET LE MOUVEMENT OU LA FORCE.
NAGALÏÉW LA MOUETTE AUX YEUX VERTS ET MINOUSKA LA CHATTE
CROIENT EN YAHVÉ.

SERMENT DE
TAY
LA CHOUETTE EFFRAIE
DANS CES ÉCRITURES ET CES RAISONS:
MA CONSCIENCE.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 9428
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: Re: Dryades, Oréades, Naïdes, Néréides, Aura, Justice et Savoir.   Sam 24 Fév à 10:47

LA CHINE BOUDDHISTE, L'INDE COMMUNISTE, Y'BECCA ET LE TIBET.

LES ÉTOILES.
DÉDIE AUX RÉPUBLIQUES DE L'INDE, DU NÉPAL ET DU TIBET.

ELLES ONT UNE ROTATION... LES DIFFÉRENTS ARC DE CERCLES
CAR L’ÉQUATEUR ET LES PÔLES ONT UNE ROTATIONS LIES AUX
DIFFÉRENTS COURANTS INTÉRIEUR DÉCRIT PAR LES ALBATROS
DANS LEURS EXPLORATIONS DES NUAGES...
L’OMÉGA EST UNE FAIBLE ÉTOILE, MALGRÉ TOUT, CERTAINS
SCIENTIFIQUES SE SONT AMUSES à DONNER DES SENS
DIFFÉRENTS à LA LETTRE OMÉGA.

LA LUMIÈRE ET DIFFÉRENTES GALAXIES ONT UNE RÉVOLUTION
LIÉE AUX ROTATIONS PROVOQUANT DES ELLIPTIQUES AUX
ORIGINES DES PREMIERS TROU NOIRS OU L'INVERSE DU
MAGNÉTISME VIENT QUE LA MORT SERAI UNE VARIATION
DES SUBSTANCES DANS LE MAGNÉTIQUE ENGENDRANT LE TERME.

DANS LA LUMIÈRE ET L'OMBRE, ON A RÉUSSI à SAVOIR
QUE LE SOLEIL SE DÉPLAÇAIT DANS L'ESPACE: UN GRAIN MONTRE
QUE RIEN N'EST IMMOBILE DANS LA CIRCONSTANCE DE L'APESANTEUR.
LE VIDE N'EST DONC PAS IMMOBILE ET DANS CES DIFFÉRENTS
PHÉNOMÈNES PRÉSENTS; NOUS PERCEVONS DES REPÈRES
CAR CES DIFFÉRENTS PHÉNOMÈNES NOUS PERMETTENT
D'AVOIR UN REPÈRE.: S'AMUSE NAGALÏÉW LA MOUETTE DANS CES THÉORIES
SUR L'UNIVERS, LE PRÉSENT ET LA CIRCONSTANCE.

LE RENARD EST MUET, LA CHOUETTE JUBILE, LE LOUP EST ÉMERVEILLÉ
ET LA CIGOGNE SAVOURE.

PUIS; L’ŒIL ARDENT, NAGALÏÉW LA MOUETTE REGARDE
SON PÈRE MAGELLAN L'ALBATROS ET RAJOUTE:

" CERTAINES ÉTUDES ME PERMETTENT DE COMPRENDRE, CHER PÈRE QUE
LES MATHS ET L'INFORMATIQUE NE MÉRITENT PAS QUE L'ON PASSE à COTÉ
DU PLAISIRS DE LA JOIE ET DES LARMES ".

" NAGALÏÉW;
IL EST TEMPS DE SAVOIR Où SE DIRIGE LE MONDE...
IL EST TEMPS DE REALISER QU'IL FAUT INTERVENIR...
IL EST TEMPS QU'IL FAUT FAIRE REAGIR.. " : LUI RÉPONDS SON PÈRE.

ALORS TAY LA CHOUETTE REGARDE NAGALÏÉW
QU'IL A ÉLEVÉ DANS L'AMOUR DE JÉRUSALEM AUPRÈS DE SES PARENTS
ET DIT :

" JE VAIS TE RÉCITER CE POÈME QUE J'AI ÉCRIS, NAGALÏÉW
ET à VOUS, TOUS MES AMIS ET AMIES...

LE GARDIEN DU PHARE...

COMME J'AIMERAI QUE LES EAUX ME PORTENT DEVANT LES PORTES
DU PHARE. J'EN SORTIRAI LE GARDIEN ET REFERMERAIT LA PORTE
à DOUBLE TOUR... ALORS, JE MONTERAI EN HAUT DE LA TOUR,
CETTE CITADELLE PRÉNOMMÉE LE PHARE AFIN D'Y ALLUMER LA
LUMIÈRE: DE FLAMME OU D'ÉLECTRICITÉ.

LA MER, MAINTENANT, JE VEUX LA VOIR M'AVALER; JE GUIDERAI
LES VOYAGEURS DEPUIS MON PHARE ET DANS MON RIEN. DANS
LES CIRCONSTANCES DES MOUVEMENTS DE MARÉES, JE VERRAI
LE CONFLIT ET LA PAIX DE LA COLÈRE ET DE LA SÉRÉNITÉ.
JAMAIS, JE NE L’ÉTEINDRAI MURMURANT MA SOIF ET MA FOI
EN L'EXISTENCE ET AU VERBE.

JE NE SUIS PAS EMPRISONNÉE CAR J'AI UNE LUMIÈRE:
CELLE DE PRONONCER LIBERTÉ ET DE VOIR LA TEMPÊTE DÉBOUSSOLER
LES ESPRITS DES GRANDES GUEULES... DANS LA FRATERNITÉ,
LE GARDIEN DU PHARE VOGUE SUR LA MER... "

NAGALÏÉW REGARDE SON PARRAIN ET DIT:
" UN RÊVE FOU QUE JÉRUSALEM ET LA RÉPUBLIQUE...
UN RÊVE AUX HAUTEURS DU SOUFFLE, DE LA FRATERNITÉ ET DU PEUPLE."

" POUR LE RAYON VERT OU CHANTECLERC, LE COQ " DISENT LE RENARD ET
LE LOUP... LE CANARI PORTE UN CHANT DE JUSTICE VERS LA NATURE.

" POUR LA CONSCIENCE, LA VÉRITÉ, L’ESPÉRANCE ET L’ÂME..."
S'EXCLAME LA CIGOGNE ET MERLIN LE ROUGE GORGE DU NÉPAL.

ECRIT
DU CITOYEN TIGNARD YANIS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Dryades, Oréades, Naïdes, Néréides, Aura, Justice et Savoir.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Dryades, Oréades, Naïdes, Néréides, Aura, Justice et Savoir.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Fées et Naïades
» Façades suisses ..
» Sous le dôme des Néréides
» Les Dryades
» Héléades héritier de l'Atlantide et général du Kraken.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le clans des mouettes :: Le clans des mouettes-
Sauter vers: