Le clans des mouettes

ainsi est la force.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 LA SYNTAXE, KHAMSA, Y'BECCA, MINOUSKA ET LA CONSCIENCE

Aller en bas 
AuteurMessage
yanis la chouette



Nombre de messages : 8174
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: LA SYNTAXE, KHAMSA, Y'BECCA, MINOUSKA ET LA CONSCIENCE   Ven 26 Jan à 9:32

Contes de l'enfance et du foyer
Page de titre du 1er volume de Kinder- und Hausmärchen (1812).

Contes de l'enfance et du foyer (en allemand Kinder- und Hausmärchen, abrégé en KHM) est un recueil de contes populaires allemands publié par Jacob et Wilhelm Grimm, d'abord en deux volumes, parus successivement le 20 décembre 1812 et en 18151. De leur vivant, ils publieront sept éditions, la dernière en 1857. Lors de chaque nouvelle publication, ils tiendront compte des goûts du lectorat et créeront ainsi un trésor littéraire unique destiné surtout aux enfants. C’est notamment le manque de succès en 1812 qui incita les frères à réviser leurs textes.

Les contes – ceux repris dans la dernière édition – sont souvent désignés par un code constitué des trois lettres KHM (pour Kinder- und Hausmärchen) suivies d'un numéro allant de 1 à 200. Ainsi la version Grimm de Blanche-Neige, par exemple, est-elle désignée par le code KHM 53. Il existe un conte « numéro bis », KHM 151*, Les Douze Valets paresseux, de sorte que le recueil contient, depuis la dernière édition, en tout deux cent une histoires.

Le recueil est aujourd'hui le plus souvent rebaptisé en français Contes des frères Grimm, ou simplement Contes de Grimm. Depuis 2005, l'ouvrage figure au Registre international Mémoire du monde de l'UNESCO.

Liste des contes

L'abréviation « KHM » est utilisée pour Kinder- und Hausmärchen, le titre original. À noter que les titres en français peuvent varier assez fortement selon les traductions14.
À partir de la 1re édition, volume 1 (1812)

   KHM 1 : Le Roi-Grenouille ou Henri-le-Ferré, Le Roi Grenouille ou Henri de Fer ou La Fille du Roi et la Grenouille (Der Froschkönig oder der eiserne Heinrich)
   KHM 2 : Chat et souris associés (Katze und Maus in Gesellschaft)
   KHM 3 : L'Enfant de Marie ou L'Enfant de la bonne Vierge (Marienkind)
   KHM 4 : Histoire d'un qui s'en alla pour apprendre le tremblement, Conte de celui qui s'en alla pour connaître la peur ou Histoire de celui qui s'en alla apprendre la peur (Märchen von einem, der auszog das Fürchten zu lernen)
   KHM 5 : Le Loup et les Sept Chevreaux (Der Wolf und die sieben jungen Geißlein)
   KHM 6 : Le Fidèle Jean (Der treue Johannes, à partir de la 2e édition ; 1re édition KHM 6a : Du rossignol et de l'orvet – Von der Nachtigall und der Blindschleiche)
   KHM 7 : La Bonne Affaire ou Le Bon Échange (Der gute Handel, à partir de la 2e édition ; 1re édition KHM 154 : Le Sou volé)
   KHM 8 : Le Merveilleux Ménétrier ou Le Violon merveilleux (Der wunderliche Spielmann, à partir de la 2e édition ; 1re édition KHM 8a : La Main au couteau – Die Hand mit dem Messer)
   KHM 9 : Les Douze Frères (Die zwölf Brüder)
   KHM 10 : De la racaille ou Les Vagabonds (Das Lumpengesindel)
   KHM 11 : Frérot et Sœurette ou Petit-Frère et Petite-Sœur (Brüderchen und Schwesterchen)
   KHM 12 : Raiponce (Rapunzel)
   KHM 13 : Les Trois Petits Hommes de la forêt (Die drei Männlein im Walde)
   KHM 14 : Les Trois Fileuses (Die drei Spinnerinnen)

Hansel et Gretel et la sorcière (Hänsel und Gretel, KHM 15). Illustration d'Arthur Rackham, extraite de The Fairy Tales of the Brothers Grimm, trad. Mrs. Edgar Lucas, 1909.

   KHM 15 : Jeannot et Margot ou Hansel et Gretel (Hänsel und Gretel)
   KHM 16 : Les Trois Feuilles du serpent (Die drei Schlangenblätter, à partir de la 2e édition ; 1re édition KHM 16a : Herr Fix und Fertig)
   KHM 17 : Le Serpent blanc (Die weiße Schlange)
   KHM 18 : Bout de paille, braise et haricot (Strohhalm, Kohle und Bohne)
   KHM 19 : Le Pêcheur et sa femme (Von dem Fischer un syner Fru)
   KHM 20 : Sept d'un coup, Le Hardi Petit Tailleur ou Le Vaillant Petit Tailleur (Das tapfere Schneiderlein)
   KHM 21 : Cendrillon (Aschenputtel)
   KHM 22 : L'Énigme ou La Devinette (Das Rätsel, à partir de la 2e édition ; 1re édition KHM 22a : Wie Kinder Schlachtens miteinander gespielt haben)
   KHM 23 : Du souriceau, de l'oiselet et de la saucisse (Von dem Mäuschen, Vögelchen und der Bratwurst)
   KHM 24 : Dame Holle ou Dame Hiver (Frau Holle)
   KHM 25 : Les Sept Corbeaux (Die sieben Raben)15
   KHM 26 : Le Petit Chaperon rouge (Rotkäppchen)
   KHM 27 : Les Musiciens de la fanfare de Brême ou Les Musiciens de Brême (Die Bremer Stadtmusikanten, à partir de la 2e édition ; 1re édition KHM 27a : Der Tod und der Gänsehirt)
   KHM 28 : L'Os chanteur (Der singende Knochen)
   KHM 29 : Le Diable et ses trois cheveux d'or ou Les Trois Cheveux d'or du Diable (Der Teufel mit den drei goldenen Haaren)
   KHM 30 : Pucette et Petit-pou (Läuschen und Flöhchen)
   KHM 31 : La Jeune Fille sans mains (Das Mädchen ohne Hände)
   KHM 32 : Jean-le-Finaud (Der gescheite Hans)
   KHM 33 : Les Trois Langages (Die drei Sprachen, à partir de la 2e édition ; 1re édition KHM 33a : Der gestiefelte Kater)
   KHM 34 : La Sage Élise (Die kluge Else, à partir de la 2e édition ; 1re édition KHM 34a : Hansens Trine)
   KHM 35 : Le Tailleur au ciel (Der Schneider im Himmel, à partir de la 2e édition ; 1re édition KHM 157 : Le Moineau et ses quatre petits)
   KHM 36 : Petite-table-sois-mise, l'Âne-à-l'or et Gourdin-sors-du-sac (Tischchen deck dich, Goldesel und Knüppel aus dem Sack)
   KHM 37 : Tom Pouce (Daumesdick, à partir de la 2e édition ; 1re édition KHM 37a : Von der Serviette, dem Tornister, dem Kanonenhütlein und dem Horn)
   KHM 38 : Les Noces de dame Renard (Die Hochzeit der Frau Füchsin)
   KHM 39 : Les Lutins (Die Wichtelmänner)

Le Fiancé brigand (Der Räuberbräutigam, KHM 40). Illustration de Walter Crane extraite de Household Stories by the Brothers Grimm, trad. Lucy Crane, 1886.

   KHM 40 : Le Fiancé brigand (Der Räuberbräutigam)
   KHM 41 : Monsieur Corbis (Herr Korbes)
   KHM 42 : Monsieur le Parrain (Der Herr Gevatter)
   KHM 43 : Dame Trude (la sorcière) (Frau Trude, à partir de la 2e édition ; 1re édition KHM 43a : Die wunderliche Gasterei)
   KHM 44 : La Mort marraine (Der Gevatter Tod)
   KHM 45 : Le Voyage du Petit-Poucet (Daumerlings Wanderschaft)
   KHM 46 : L'Oiseau d'Ourdi ou Barbe-Bleue (Fitchers Vogel)
   KHM 47 : Le Conte du genévrier (Von dem Machandelboom)
   KHM 48 : Le Vieux Sultan (Der alte Sultan)
   KHM 49 : Les Six Frères Cygnes (Die sechs Schwäne)
   KHM 50 : La Belle au Bois Dormant ou La Princesse Fleur-d'Épine (Dornröschen)
   KHM 51 : Volétrouvé (Fundevogel)
   KHM 52 : Le Roi Barbabec (König Drosselbart)
   KHM 53 : Blanche-Neige (Schneewittchen)
   KHM 54 : La Sacoche, le Vieux Chapeau et la Petite Trompette (Der Ranzen, das Hütlein und das Hörnlein, à partir de la 2e édition ; 1re édition KHM 54a : Jean le Bête – Hans Dumm)

Outroupistache (Rumpelstiltskin, KHM 55). Illustration de Walter Crane pour la traduction en anglais Household Stories by the Brothers Grimm, 1886.

   KHM 55 : Outroupistache ou Nain Tracassin (Rumpelstilzchen)
   KHM 56 : Roland le Bien-aimé (Der Liebste Roland)
   KHM 57 : L'Oiseau d'or (Der goldene Vogel)
   KHM 58 : Le Chien et le Moineau (Der Hund und der Sperling)
   KHM 59 : Le Frédé et sa Chattelise (Der Frieder und das Katherlieschen, à partir de la 2e édition ; 1re édition KHM 59a : Prinz Schwan)
   KHM 60 : Les Deux Frères (Die zwei Brüder, à partir de la 2e édition ; 1re édition KHM 60a : Das Goldei)
   KHM 61 : Le Bouffron (Das Bürle, à partir de la 2e édition ; 1re édition KHM 61a : Von dem Schneider, der bald reich wurde)
   KHM 62 : La Reine des abeilles (Die Bienenkönigin, à partir de la 2e édition ; 1re édition KHM 62a : Blaubart)
   KHM 63 : Les Trois Plumes (Die drei Federn, à partir de la 2e édition ; 1re édition KHM 85 : Les Enfants d'or)
   KHM 64 : L'Oie d'or (Die goldene Gans, aussi à partir de la 2e édition ; 1re édition ensemble avec KHM 62, 63 et KHM 64a : La Colombe blanche – Die weiße Taube sous le titre général Von dem Dummling)
   KHM 65 : Toutes-Fourrures (Allerleirauh)
   KHM 66 : La Fiancée du petit lapin (Häsichenbraut, à partir de la 2e édition ; 1re édition KHM 66a : Hurleburlebutz)
   KHM 67 : Les Douze Chasseurs (Die zwölf Jäger)
   KHM 68 : L'Apprenti larron et son maître (De Gaudeif un sien Meester, à partir de la 2e édition ; 1re édition KHM 68a : Von dem Sommer- und Wintergarten)
   KHM 69 : Jorinde et Joringel (Jorinde und Joringel)
   KHM 70 : Les Trois Enfants-gâtés de la fortune (Die drei Glückskinder, à partir de la 2e édition ; 1re édition KHM 70a : Der Okerlo)
   KHM 71 : Six à qui rien ne résiste (Sechse kommen durch die ganze Welt, à partir de la 2e édition ; 1re édition KHM 71a : Princesse Peau-de-Souris – Prinzessin Mäusehaut)
   KHM 72 : Le Loup et l'Homme (Der Wolf und der Mensch, à partir de la 2e édition ; 1re édition KHM 72a : Das Birnli will nit fallen)
   KHM 73 : Le Loup et le Renard (Der Wolf und der Fuchs, à partir de la 2e édition ; 1re édition KHM 73a : Das Mordschloß)
   KHM 74 : Le Renard et la Mère Louve (Der Fuchs und die Frau Gevatterin, à partir de la 2e édition ; 1re édition KHM 74a : Von Johannes-Wassersprung und Caspar-Wassersprung)
   KHM 75 : Le Renard et le Chat (Der Fuchs und die Katze, à partir de la 2e édition ; 1re édition KHM 75a : L'Oiseau Phénix – Vogel Phönix)
   KHM 76 : L'Œillet (Die Nelke)
   KHM 77 : Margot-la-Malice (Die kluge Gretel, à partir de la 2e édition ; 1re édition KHM 77a : Du menuisier et du tourneur – Vom Schreiner und Drechsler)
   KHM 78 : Le Vieux Grand-Père et Son Petit-fils (Der alte Großvater und der Enkel)
   KHM 79 : La Nixe ou la Dame des Eaux (Die Wassernixe)
   KHM 80 : Mort de Poulette (Von dem Tode des Hühnchens)
   KHM 81 : Frère Loustic (Bruder Lustig, à partir de la 2e édition ; 1re édition KHM 81a : Le Forgeron et le Diable – Der Schmied und der Teufel)
   KHM 82 : Le Jean Joueur (De Spielhansl, à partir de la 2e édition ; 1re édition KHM 82a : Les Trois Sœurs – Die drei Schwestern)
   KHM 83 : Jean-la-Chance (Hans im Glück, à partir de la 2e édition ; 1re édition KHM 153 : L'Argent du Ciel sous le titre Das arme Mädchen)
   KHM 84 : Jean marié (Hans heiratet, à partir de la 2e édition ; 1re édition KHM 84a : La Marâtre  – Die Schwiegermutter)
   KHM 85 : Les Enfants d'or (Die Goldkinder, à partir de la 2e édition, auparavant à la place de KHM 63 ; 1re édition KHM 85a, b, c, d : Schneeblume, Prinzessin mit der Laus, Vom Prinz Johannes, Der gute Lappen sous le titre général Fragmente)
   KHM 86 : Le Renard et les Oies (Der Fuchs und die Gänse)

À partir de la 1re édition, volume 2 (1815)
Timbres-poste émis en 1985 illustrant des contes figurant dans Kinder- und Hausmärchen.

   KHM 87 : Le Pauvre et le Riche (Der Arme und der Reiche)
   KHM 88 : La Fauvette-qui-saute-et-qui-chante (ou L'Alouette qui chante et sautille ; Das singende springende Löweneckerchen)
   KHM 89 : La Gardeuse d'oies (Die Gänsemagd)
   KHM 90 : Le Jeune Géant (Der junge Riese)
   KHM 91 : Le Petit Gnôme (Dat Erdmänneken)
   KHM 92 : Le Roi de la Montagne d'Or (Der König vom goldenen Berg)
   KHM 93 : Le Corbeau (Die Rabe)15
   KHM 94 : L'Intelligente Fille du paysan (Die kluge Bauerntochter)
   KHM 95 : Le Vieil Hildebrand (Der alte Hildebrand, à partir de la 2e édition ; 1re édition KHM 99 : L'Esprit dans la bouteille)
   KHM 96 : Les Trois Oisillons (De drei Vügelkens)
   KHM 97 : L'Eau de la vie (Das Wasser des Lebens)
   KHM 98 : Docteur Je-Sais-Tout (Doktor Allwissend)
   KHM 99 : L'Esprit dans la bouteille (Der Geist im Glas, à partir de la 7e édition, auparavant à la place de KHM 95 ; 1re édition KHM 99a : Der Froschprinz)
   KHM 100 : Le Frère noirci du Diable (Des Teufels rußiger Bruder)
   KHM 101 : L'Homme à la peau d'ours (Der Bärenhäuter)
   KHM 102 : Le Roitelet et l'Ours (Der Zaunkönig und der Bär)
   KHM 103 : La Bonne Bouillie (Der süße Brei)
   KHM 104 : Les Gros Malins (Die klugen Leute, à partir de la 2e édition ; de la 1re à la 6e édition KHM 104a : Les Animaux fidèles – Die treuen Tiere)
   KHM 105 : Le Conte du crapaud (Märchen von der Unke)
   KHM 106 : Le Pauvre Garçon menuisier et la Petite Chatte (Der arme Müllersbursch und das Kätzchen)
   KHM 107 : Les Deux Compagnons de route (Die beiden Wanderer, à partir de la 5e édition ; de la 1re à la 4e édition KHM 107a : Les Corneilles – Die Krähen)
   KHM 108 : Hans-mon-hérisson (Hans mein Igel)
   KHM 109 : Sa petite chemise de mort (Das Totenhemdchen)
   KHM 110 : Le Juif dans les épines (Der Jude im Dorn)
   KHM 111 : Le Parfait Chasseur (Der gelernte Jäger)
   KHM 112 : Le Fléau rapporté au Ciel (Der Dreschflegel vom Himmel)
   KHM 113 : Prince et Princesse, enfants de roi (De beiden Künigeskinner)
   KHM 114 : Le Malin Petit Tailleur (Vom klugen Schneiderlein)
   KHM 115 : Le clair soleil le révélera au grand jour (Die klare Sonne bringt's an den Tag)
   KHM 116 : La Lumière bleue (Das blaue Licht)
   KHM 117 : L'Enfant difficile (Das eigensinnige Kind)
   KHM 118 : Les Trois Barbiers du régiment (Die drei Feldscherer)
   KHM 119 : Les Sept Souabes (Die Sieben Schwaben, à partir de la 2e édition ; 1re édition KHM 119a : Der Faule und der Fleißige)
   KHM 120 : Les Trois Compères ouvriers (Die drei Handwerksburschen)
   KHM 121 : Le Prince qui n'avait peur de rien (Der Königssohn, der sich vor nichts fürchtet, à partir de la 2e édition ; 1re édition KHM 209 : Le Banquet céleste)
   KHM 122 : L'Âne-salade (Der Krautesel, à partir de la 2e édition ; 1re édition KHM 122a : Le Long Nez – Die lange Nase)
   KHM 123 : La Vieille dans la forêt (Die Alte im Wald)
   KHM 124 : Les Trois Frères (Die drei Brüder)
   KHM 125 : Le Diable et sa grand-mère (Der Teufel und seine Großmutter)
   KHM 126 : Fernand-Loyal et Fernand-Déloyal (Ferenand getrü und Ferenand ungetrü)
   KHM 127 : Le Fourneau (Der Eisenofen)
   KHM 128 : La Paresseuse au rouet (Die faule Spinnerin)
   KHM 129 : Les Quatre Frères habiles (Die vier kunstreichen Brüder, à partir de la 2e édition ; 1re édition KHM 129a : Le Lion et la Grenouille – Der Löwe und der Frosch)
   KHM 130 : Unœil, Deuxyeux, Troisyeux (Einäuglein, Zweiäuglein und Dreiäuglein, à partir de la 2e édition ; 1re édition KHM 130a : Le Soldat et le Menuisier – Der Soldat und der Schreiner)
   KHM 131 : La Belle Catrinelle et Pif-Paf Lelutin (Die schöne Katrinelje und Pif Paf Poltrie)
   KHM 132 : Le Renard et le Cheval (Der Fuchs und das Pferd)
   KHM 133 : Le Bal des douze princesses, ou Les souliers usés à la danse (Die zertanzten Schuhe)
   KHM 134 : Les Six Serviteurs (Die sechs Diener)
   KHM 135 : La Noire et la Blanche Épousée (Die weiße und die schwarze Braut)
   KHM 136 : L'Homme-de-Fer (Der Eisenhans, à partir de la 6e édition ; de la 1re à la 5e édition KHM 136a : L'Homme sauvage – De wilde Mann)
   KHM 137 : Les Trois Princesses noires (De drei schwatten Prinzessinnen)
   KHM 138 : Gnaste et ses trois fils (Knoist un sine dre Sühne)
   KHM 139 : La Demoiselle de Brakel (Dat Mäken von Brakel)
   KHM 140 : La Maisonnée (Das Hausgesinde)
   KHM 141 : L'Agnelet et le Petit Poisson (Das Lämmchen und Fischchen)
   KHM 142 : Le Mont Chauve (Simeliberg)
   KHM 143 : L'Envie de voyager (Up Reisen gohn, à partir de la 2e édition ; 1re édition KHM 143a : Les Enfants affamés – Die Kinder in Hungersnot)
   KHM 144 : Le Petit Âne (Das Eselein)
   KHM 145 : Le Fils ingrat (Der undankbare Sohn)
   KHM 146 : La Betterave (Die Rübe)
   KHM 147 : Le Petit Vieux rajeuni par le feu (Das junggeglühte Männlein)
   KHM 148 : Les Créatures de Dieu et les bêtes du Diable (Des Herrn und des Teufels Getier)
   KHM 149 : La Paille et la poutre du coq (Der Hahnenbalken)
   KHM 150 : La Vieille Mendiante (Die alte Bettelfrau)
   KHM 151 : Les Trois Paresseux (Die drei Faulen)
   KHM 151* : Les Douze Valets paresseux (Die zwölf faulen Knechte, à partir de la 7e édition en annexe de KHM 151)
   KHM 152 : Le Petit Berger (Das Hirtenbüblein, à partir de la 2e édition ; 1re édition KHM 152a : Die heilige Frau Kummernis)
   KHM 153 : L'Argent du Ciel (Die Sterntaler, à partir de la 2e édition, auparavant à la place de KHM 83)
   KHM 154 : Le Sou volé (Der gestohlene Heller, à partir de la 2e édition, auparavant à la place de KHM 7)
   KHM 155 : Le Choix d'une épouse (Die Brautschau, à partir de la 2e édition ; 1re édition KHM 160 : Conte-devinette)

À partir de la 2e édition (1819)

   KHM 156 : Les Petits Nœuds (Die Schlickerlinge)
   KHM 157 : Le Moineau et ses quatre petits (Der Sperling und seine vier Kinder, à partir de la 2e édition, auparavant à la place de KHM 35)
   KHM 158 : Le Conte du Pays de Cocagne (Das Märchen vom Schlauraffenland, à partir de la 2e édition, auparavant à la place de KHM 153)
   KHM 159 : Le Conte menteur des Dithmarses (Das Diethmarsische Lügenmärchen, à partir de la 2e édition, auparavant à la place de KHM 154)
   KHM 160 : Conte-devinette (Rätselmärchen, à partir de la 2e édition, auparavant à la place de KHM 155)

À partir de la 3e édition (1837)
Kinder- und Hausmärchen, 3e édition, première partie, 1837.

   KHM 161 : Blanche-Neige et Rose-Rouge (Schneeweißchen und Rosenrot)
   KHM 162 : Un valet de valeur (Der kluge Knecht)
   KHM 163 : Le Cercueil de verre (Der gläserne Sarg)
   KHM 164 : Henri-le-Paresseux (Der faule Heinz)
   KHM 165 : L'Oiseau griffon (Der Vogel Greif)
   KHM 166 : Jean-le-Fort (Der starke Hans)
   KHM 167 : Le Petit Paysan au Ciel (Das Bürle im Himmel)

À partir de la 4e édition (1840)

   KHM 168 : La Maigre Lise (Die hagere Liese)
   KHM 169 : La Maison dans la forêt (Das Waldhaus)
   KHM 170 : Partager le meilleur et le pire (Lieb und Leid teilen)
   KHM 171 : Le Roitelet (Der Zaunkönig)
   KHM 172 : La Sole (Die Scholle)
   KHM 173 : La Huppe et le Butor (Rohrdommel und Wiedehopf)
   KHM 174 : La Chouette (Die Eule)
   KHM 175 : La Lune (Der Mond, à partir de la 7e édition ; de la 4e à la 6e édition KHM 175a : Das Unglück)
   KHM 176 : Les Temps de la vie (Die Lebenszeit)
   KHM 177 : Les Messagers de la mort (Die Boten des Todes)

Kinder- und Hausmärchen, 5e édition, première partie, 1843.
À partir de la 5e édition (1843)

   KHM 178 : Maître Poinçon (Meister Pfriem)
   KHM 179 : La Gardeuse d'oies à la fontaine (Die Gänsehirtin am Brunnen)
   KHM 180 : Les Différents Fils d'Ève (Die ungleichen Kinder Evas)
   KHM 181 : L'Ondine de l'étang (Die Nixe im Teich)
   KHM 182 : Les Présents du peuple menu (Die Geschenke des kleinen Volkes, à partir de la 6e édition ; 5e édition KHM 182a : Die Erbsenprobe)
   KHM 183 : Le Géant et le Tailleur (Der Riese und der Schneider)
   KHM 184 : Le Clou (Der Nagel)
   KHM 185 : Le Pauvre Gosse au tombeau (Der arme Junge im Grab)
   KHM 186 : La Véritable Fiancée (Die wahre Braut)
   KHM 187 : Le Lièvre et le Hérisson (Der Hase und der Igel)
   KHM 188 : Fuseau, navette et aiguille (Spindel, Weberschiffchen und Nadel)
   KHM 189 : Le Paysan et le Diable (Der Bauer und der Teufel)
   KHM 190 : Les Miettes sur la table (Die Brosamen auf dem Tisch)
   KHM 191 : Le Petit Lièvre de mer16 (Das Meerhäschen, à partir de la 7e édition ; 5e et 6e édition KHM 191a : Le Brigand et ses fils – Der Räuber und seine Söhne)
   KHM 192 : Le Maître-voleur (Der Meisterdieb)
   KHM 193 : Le Tambour (Der Trommler)15

À partir de la 6e édition (1850)
Kinder- und Hausmärchen, 6e édition, complète, 1850.
Kinder- und Hausmärchen, édition complète, 1894.

   KHM 194 : L'Épi de blé (Die Kornähre)
   KHM 195 : La Tombe (Der Grabhügel)
   KHM 196 : Le Vieux Cricrac (Oll Rinkrank)15
   KHM 197 : La Boule de cristal (Die Kristallkugel)
   KHM 198 : Demoiselle Méline, la princesse (Jungfrau Maleen)
   KHM 199 : Les Bottes en cuir de buffle (Der Stiefel von Büffelleder)
   KHM 200 : La Clef d'or (Der goldene Schlüssel, à partir de la 1re édition, volume 2, toujours à la fin)

Légendes de l'enfance (Appendice, à partir de la 2e édition)

   KHM 201 : Saint Joseph dans la forêt (Der heilige Joseph im Walde)
   KHM 202 : Les Douze Apôtres (Die zwölf Apostel)
   KHM 203 : La Rose (Die Rose)
   KHM 204 : Humilité et pauvreté sont le chemin du Ciel (Armut und Demut führen zum Himmel)
   KHM 205 : Nourriture céleste (Gottes Speise)
   KHM 206 : Les Trois Rameaux verts (Die drei grünen Zweige)
   KHM 207 : La Petite Coupe de la Mère de Dieu (Muttergottesgläschen)
   KHM 208 : La Vieille Maman (Das alte Mütterchen)
   KHM 209 : Le Banquet céleste (Die himmlische Hochzeit, à partir de la 2e édition, auparavant à la place de KHM 121)
   KHM 210 : La Baguette de coudrier (Die Haselrute, à partir de la 6e édition)

Récapitulatif des Contes retranchés

Ces contes avaient été retranchés par les frères Grimm pour diverses raisons (amoralité, violence, origine étrangère, versions multiples, etc.) La numérotation est celle adoptée par Natacha Rimasson-Fertin (voir Bibliographie).

   CR 1 : Le Rossignol et l'Orvet (Von der Nachtigall und der Blindschleiche)
   CR 2 : La Main avec le Couteau (Die Hand mit dem Messer)
   CR 3 : Comment des enfants ont joué au boucher (I, II) (Wie Kinder Schlachtens miteinander gespielt haben)
   CR 4 : La Mort et le Gardien d'oies (Der Tod und der Gänshirt)
   CR 5 : Le Chat botté (Der gestiefelte Kater)
   CR 6 : La Serviette, le sac, le chapeau aux canons et le cor (Von der Serviette, dem Tornister, dem Kanonenhütlein und dem Horn)
   CR 7 : L'Étrange banquet (Die wunderliche Gasterei)
   CR 8 : Hans l'idiot (Hans Dumm)
   CR 9 : Barbe-bleue (Blaubart)
   CR 10 : Hurleburlebutz
   CR 11 : L'Ogre (Der Okerlo)
   CR 12 : Princesse Peau-de-souris (Prinzessin Mäusehaut)
   CR 13 : La Poire ne veut pas tomber (Das Birnli will nit fallen)
   CR 14 : Le Château aux meurtres (Das Mordschloss)
   CR 15 : Le Menuisier et le Tourneur (Vom Schreiner und Drechsler)
   CR 16 : Les Trois sœurs (Die drei Schwestern)
   CR 17 : Fragments : Fleur-de-neige, L'Histoire du Prince Jean, Le Bon Chiffon (Schneeblume, Vom Prinz Johannes, Der gute Lappen)
   CR 18 : Les Animaux fidèles (Die treuen Tiere)
   CR 19 : Les Corneilles (Die Krähen)
   CR 20 : Le Paresseux et le Travailleur (Der Faule und der Fleißige)
   CR 21 : Le Lion et la Grenouille (Der Löwe und der Frosch)
   CR 22 : Le Soldat et le Menuisier (Der Soldat und der Schreiner)
   CR 23 : L'Homme sauvage
   CR 24 : Les Enfants pendant la famine (Die Kinder in Hungersnot)
   CR 25 : La Sainte-Dame Affliction (Die heilige Frau Kummernis)
   CR 26 : Le Malheur (Das Unglück)
   CR 27 : L'Épreuve des petits pois (Die Erbsenprobe)
   CR 28 : Le Brigand et ses fils (Der Räuber und seine Söhne).

Notes et références

   ↑ Christian Helmreich, « Contes de l'enfance et du foyer, Jakob et Wilhelm Grimm » [archive], Encyclopædia Universalis (consulté le 6 février 2009)
   ↑ (de) « Dorothea Viehmann » [archive], Kassel-Lexikon, RegioWiki.
   ↑ (de) « Die Brüder Grimm » [archive], ARTE, 24 décembre 2004
   ↑ (en) David Blamires, The Grimm's Kinder- und Hausmärchen, in A Companion to the Fairy Tale, éd. Hilda Ellis Davidson & Anna Chaudhri, Boydell & Brewer, Rochester NY, 2003 (ISBN 978-1-84384-081-7). Blamires mentionne Heinz Rölleke, (de) Die älteste Märchensammlung der Brüder Grimm, 1975.
   ↑ Le manuscrit resté sans réponse a été retrouvé en 1970 à l'Abbaye Notre-Dame d'Oelenberg, dans le Haut-Rhin, où étaient conservées des documents posthumes de Brentano ; il se trouve désormais à la Fondation Martin Bodmer à Cologny, dans le canton de Genève (Suisse). (Source : Rölleke / Blamires).
   ↑ Maria Tatar (1987), p. 15-17.
   ↑ A. S. Byatt (2004), p. xlii-xliv.
   ↑ A. S. Byatt (2004), p. xxx.
   ↑ A. S. Byatt (2004), p. xxxix.
   ↑ A. S. Byatt (2004), p. xlvi.
   ↑ Jack Zipes (2000), p. 846.
   ↑ Maria Tatar (2002), p. 345.
   ↑ « What Perrault began, the Grimms completed. »
   ↑ La traduction « de référence » utilisée ici, sauf pour les contes « hors-série » qui n'y figurent pas, est celle de Jacob et Wilhelm Grimm (éd.), Les Contes, texte français et présentation par Armel Guerne, Flammarion, « coll. Grand format », Paris, 1986, 2 vol. (ISBN 2-08-213003-7 et 2-08-213004-5).
   ↑ a, b, c et d Voir le conte russe intitulé La Montagne de cristal.
   ↑ Le terme Meerhäschen, qui semble littéralement signifier « petit lièvre de mer » et qui a été traduit de façons multiples en d'autres langues (français, anglais...), serait en fait un terme équivalent à « lapin » dans certains dialectes germaniques, et notamment en allemand de Transylvanie (sous la forme Mierhäsken), région d'où provient ce conte. (Signalé par Natacha Rimasson-Fertin).

Sources et bibliographie

   (en) A. S. Byatt, « Introduction », dans Maria Tatar (éd.), The Annotated Brothers Grimm, W. W. Norton, Londres - New York, 2004 (ISBN 0-393-05848-4).
   (en) Maria Tatar, The Hard Facts of the Grimms' Fairy Tales, Princeton University Press, Princeton, 1987 (ISBN 0-691-06722-Cool.
   (en) Maria Tatar, The Annotated Classic Fairy Tales, W. W. Norton, Londres - New York, 2002 (ISBN 0-393-05163-3)
   (en) Jack Zipes, The Great Fairy Tale Tradition : From Straparola and Basile to the Brothers Grimm, W. W. Norton, Londres - New York, 2000 (ISBN 0-393-97636-X).
   Jack Zipes (trad. François Ruy-Vidal), Les Contes de fées et l'art de la subversion : Étude de la civilisation des mœurs à travers un genre classique : la littérature pour la jeunesse, Paris, Payot & Rivages, coll. « Petite bibliothèque Payot » (no 637), 2007 (1re éd. 1986, trad.), 363 p. (ISBN 978-2-228-90215-1, OCLC 224936973)
   Titre or. : Fairy Tales and the Art of Subversion (1983).
   (fr) Les Frères Grimm, Contes pour les enfants et la maison, trad. Natacha Rimasson-Fertin, José Corti, 2009 (ISBN 978-2-7143-1000-2) (2 volumes). Cette édition est complétée de nombreuses notes (analogies avec des contes d'autres cultures...), d'un index thématique, d'une table de concordance avec la classification Aarne-Thompson, d'une bibliographie etc. Elle inclut les Légendes pour enfants et les Contes retranchés des éditions précédentes.

Articles connexes

   Johannes Bolte, Jiří Polívka

Liens externes

Sur les autres projets Wikimedia :

   Jacob et Wilhelm Grimm, sur Wikisource

   (de) Kinder- und Hausmärchen, le texte original en allemand sur Wikisource
   (fr) (de)... La plupart des contes, en ligne sur le site grimmstories.com [archive], avec notamment la possibilité de comparer avec le texte original ; recherche par motifs et mots-clés.
   (en) Household Tales, sur le site surlalune.com [archive], version des contes traduite par Andrew Lang, avec pour certains des notes basées entre autres sur les travaux d'éminents folkloristes.
   (en) D. L. Ashliman, The Grimm Brothers' Children's and Household Tales [archive], version de certains contes en anglais et allemand, avec pour chacun des notes, des références et des liens.

Composition
Dorothea Viehmann, l'une des conteuses dont les frères Grimm ont transcrit les nombreuses histoires. Portrait par Ludwig Emil Grimm, autre frère Grimm.
Les frères Grimm, portrait (1843) par Ludwig Emil Grimm.

En 1803, les frères Grimm rencontrent les écrivains romantiques Clemens Brentano et Ludwig Achim von Arnim à l'Université de Marbourg, qui éveillent chez eux l'intérêt pour les vieux contes populaires. À Cassel, ils commencent à collecter et à mettre par écrit des contes qui, selon eux, étaient transmis depuis des générations. Parmi leurs sources figurent Dorothea Viehmann, une conteuse locale qui n'était pas une paysanne, comme les frères Grimm la présenteront, mais une femme cultivée2, ainsi que deux familles huguenotes, les Hassenpflug et les Wild, qui leur font découvrir plusieurs contes d'origine française. Ils s'inspirent également de la plume de Charles Perrault3, dont les histoires, cependant, étaient non seulement issues de la tradition orale mais aussi puisées dans des recueils de collecteurs français et italien, comme Giovanni Francesco Straparola et, surtout, Giambattista Basile, en qui les Grimm reconnaissent d'ailleurs le premier écrivain à avoir collecté des contes dans un recueil spécialement consacré à ce genre de récit. On a aussi suspecté les frères d'avoir eux-mêmes imaginé quelques-uns de leurs contes. De l'avis de bon nombre de chercheurs, le portrait que donnaient d'eux-mêmes les deux hommes, en collecteurs consciencieux d'anciennes traditions, n'est dans une large mesure qu'une coupable fiction du climat romantique de l'époque : leur recueil représente davantage un mélange de nouveaux textes, de contes littéraires et de contes populaires en partie largement remodelés. On peut en effet observer certains traitements parfois très importants subis par les contes simplement en comparant certains d'entre eux dans l'édition originale de 1812 et 1815 et leur version dans la dernière édition de 1857.

Dès octobre 1810, les frères Grimm mettent à la disposition de Clemens Brentano un premier manuscrit contenant 46 contes, dont au moins 13 tirés de sources littéraires (et dont 3 sont d'origine française)4. À partir de mars 1811, Brentano ne leur ayant pas répondu, ils commencent à s'atteler au projet de publier un volume par eux-mêmes5.

Le 20 décembre 1812, les frères Grimm publient le premier volume de la première édition, qui contient 86 histoires. Le second volume, 70 histoires, suivra en 1814. Pour la deuxième édition, deux volumes paraissent en 1819 et un troisième en 1822, totalisant 170 histoires. La troisième édition sort en 1837, la quatrième en 1840, la cinquième en 1843, et une sixième et une septième respectivement en 1850 et 1857. Au fil des éditions, des contes sont ajoutés, d'autres sont laissés de côté, jusqu'à la septième édition, dernière parue du vivant des deux frères, et qui comporte deux cent onze contes. Les différentes éditions sont toutes largement illustrées, d'abord par Philipp Grot Johann et, après la mort de celui-ci en 1892, par Robert Leinweber.

Les premiers volumes feront l'objet de nombreuses critiques du fait que, malgré l'intitulé « Contes de l'enfance », ils sont jugés comme ne convenant pas à des enfants, en raison à la fois des informations de nature scientifique qui y sont incluses et de certains sujets6. De nombreuses modifications intervenues au cours des différentes éditions – comme le fait de transformer la méchante mère dans la première édition de Blanche-Neige et de Hansel et Gretel en marâtre, sont sans doute en partie des concessions opérées en fonction de ces critiques. Ainsi, des allusions sexuelles ont été supprimées, comme la question de Raiponce demandant innocemment pourquoi sa robe autour de sa taille commence à la gêner, ce qui est une façon naïve de révéler qu'elle est enceinte, et les visites du prince à la marâtre. La violence, cependant, augmente quant à elle à de nombreux égards, en particulier dans les châtiments réservés aux méchants7.

Pour satisfaire le goût contemporain du public bourgeois prédominant, d'importants détails seront aussi modifiés. D'édition en édition, les textes seront ainsi remaniés, en partie édulcorés et teintés de morale chrétienne et la terminologie sera germanisée pour cacher les origines françaises de la plupart des contes. Lorsque le conte Le Chat botté fut démasqué comme un conte français de Charles Perrault, il a dû quitter l’œuvre des frères Grimm, mais La Belle au bois dormant eut cependant le droit de rester. Dans leur préface de l'édition de 1815, les Grimm disent explicitement que leur recueil se veut éducatif. Wilhelm Grimm, qui sera pratiquement tout seul à revoir les contes à partir de la deuxième édition de 1819, y introduira quantité d'expressions et de formules métaphoriques.

Par le truchement de Perrault, et à cause de l'origine huguenote de Dorothea Viehmann et des familles de Cassel Hassenpflug et Wild – ceux-ci fréquentaient les Grimm, et Wilhelm devait même plus tard épouser l'une des filles Wild –, de nombreux contes littéraires et variantes de contes populaires français viendront également influencer le recueil. Pour obtenir un recueil de contes « purement allemands », quelques-uns des récits arrivés dans le domaine linguistique allemand mais venus de France, comme Le Chat botté ou La Barbe bleue, seront écartés dès la deuxième édition. Les modifications de cette nature ne seront cependant pas très nombreuses car les frères Grimm savaient fort bien que, par exemple, il existait également une version française, dotée d'une fin tragique, du Petit Chaperon rouge. De ce fait, une délimitation nationale posait problème, étant donné que quelques contes, comme Cendrillon, ont une origine et une diffusion plus largement européennes. Dans leur préface des Contes, les Grimm insistent pourtant sur le fait que leur recueil se compose de « vrais contes hessois », dont l'origine remonte aux anciens mythes nordiques et germaniques ; que Dorothea Viehmann, leur principale source, fût, non pas une paysanne hessoise, mais une couturière cultivée dont les racines étaient françaises, ils ne disent mot. Dans le manuscrit des Contes retrouvé en 1927 dans une abbaye alsacienne, on trouve cependant des notes concernant les origines françaises de certains récits et les parallèles avec les contes de Perrault.

En 1825, les frères Grimm publie une Kleine Ausgabe (« Petite édition »), une sélection de cinquante contes conçus pour de jeunes lecteurs. Cette version pour enfants connaîtra dix éditions successives de 1825 à 1858.
Influence

Le recueil des frères Grimm exercera une large influence. W. H. Auden, durant la Seconde Guerre mondiale, le célèbrera comme l'une des œuvres fondatrices de la culture occidentale8. Les contes eux-mêmes ont été utilisés à des fins très variées. Les Nazis les louaient comme des contes populaires montrant des enfants aux instincts raciaux sains en quête de conjoints « purs » concernant la race, à tel point d'ailleurs que les forces alliées mirent en garde contre ces récits9. Certains écrivains traitant de l'holocauste ont combiné leurs mémoires avec les contes, comme Jane Yolen dans Briar Rose10.

L'œuvre des frères Grimm a influencé d'autres collecteurs, les inspirant dans la collecte de contes et les amenant à croire, d'une façon similaire, dans un esprit de nationalisme romantique, que les contes d'un pays étaient particulièrement représentatifs de celui-ci, en négligeant l'influence interculturelle. Parmi ces collecteurs figurent le Russe Alexandre Afanassiev, les Norvégiens Peter Christen Asbjørnsen et Jørgen Moe, l'Anglais Joseph Jacobs, ainsi que Jeremiah Curtin, un Américain qui recueillera des contes irlandais11. L'accueil reçu par leurs recueils ne fut pas toujours enjoué. Joseph Jacobs sera en partie inspiré du fait qu'il se plaignait que les enfants anglais ne lisaient pas de contes de fée anglais12 et, selon ses propres termes, « Ce que Perrault a commencé, les Grimm l'ont achevé. »13

Trois œuvres individuelles de Wilhelm Grimm sont Altdänische Heldenlieder, Balladen und Märchen (1811), Über deutsche Runen (1821) et Die deutsche Heldensage (1829).
Liste des contes

L'abréviation « KHM » est utilisée pour Kinder- und Hausmärchen, le titre original. À noter que les titres en français peuvent varier assez fortement selon les traductions.

ecrit
de
TAY La chouette effraie


Dernière édition par yanis la chouette le Ven 26 Jan à 9:38, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 8174
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: Re: LA SYNTAXE, KHAMSA, Y'BECCA, MINOUSKA ET LA CONSCIENCE   Ven 26 Jan à 9:37

l'une des conteuses dont les frères Grimm ont transcrit les nombreuses histoires.
Genesis - Live in Shepperton 1973 in real 16:9 Widescreen
https://www.youtube.com/watch?v=TMyryER3Uo8
Minouska et mon souvenir.
Dorothea Viehmann.
Y'becca.
TAY

Dorothea Viehmann, l'une des conteuses dont les frères Grimm ont transcrit les nombreuses histoires. Portrait par Ludwig Emil Grimm, autre frère Grimm. une conteuse locale qui n'était pas une paysanne, comme les frères Grimm la présenteront, mais une femme cultivée, ainsi que deux familles huguenotes, les Hassenpflug et les Wild, qui leur font découvrir plusieurs contes d'origine française. KHM 22 : L'Énigme ou La Devinette (Das Rätsel, à partir de la 2e édition ; 1re édition KHM 22a : Wie Kinder Schlachtens miteinander gespielt haben)... Je suis La chouette et ceci est ma tanière... KHM 57 : L'Oiseau d'or (Der goldene Vogel)... Mon foulard et Mon croire en la femme ou Sainte Marie et sa Disciple, Madeleine-Marie.
TAY La chouette effraie

La khamsa, khmissa ou tafust (en berbère : ⵜⴰⴼⵓⵙⵜ tafust, en arabe : خمسة khamsa, en hébreu : חמסה khamsa), est un symbole utilisé comme amulette, talisman et bijou par les habitants d'Afrique du Nord pour se protéger contre le mauvais œil1. Ce symbole est souvent associé à la déesse Tanit, Déesse berbère et punique.

En langue amazighe (berbère), le terme "Tafust" veut dire "petite main"2. Le terme "khamsa" signifie quant à lui "cinq" en arabe et en hébreu, en référence aux cinq doigts de la main. La Tafust est aussi parfois appelée Main de Fatma, Main de Fatima ou Main de Myriam.

Le symbole

En plus d'être un symbole très présent dans les coutumes et croyances berbères, la Tafust se retrouve aussi dans la religion punique et la culture carthaginoise, où elle était aussi associée à la Déesse Tanit.

Certains ont tendance à associer le signe des cinq doigts aux cinq livres de la Torah pour les juifs, aux cinq piliers de l'islam ou aux cinq du manteau (Ahl al-Kisa, à savoir le Prophète, sa fille Fatima et son époux Ali, ainsi que leurs deux fils Hassan et Hussein) pour les musulmans. Cette symbolique a sans doute évolué dans le temps au regard des preuves archéologiques suggérant que la khamsa ait précédé la naissance des deux religions. En effet, ce symbole existait déjà dans les religions polythéistes punique et libyque où il était associé à la déesse Tanit.

Récemment, des promoteurs de la paix au Moyen-Orient ont choisi de porter la khamsa comme symbole d'une communauté d'origine et de tradition entre islam et judaïsme.

Les doigts pointent vers le haut ou vers le bas selon les goûts ou la décoration qui y est associée. Cette symbolique a sans doute évolué dans le temps au regard des preuves archéologiques.
Tradition nord-africaine
Khamsa en or du sud de la Tunisie .

La tafust est essentiellement répandue dans le monde nord-africain et se voit vendue sous différentes formes, en Tunisie, en Algérie, au Maroc, mais aussi en Libye et en Égypte. Elle est souvent peinte sur les façades des maisons et des plaques, souvent réalisées en céramique de couleur turquoise, sont très communes dans la Tunisie et l'Égypte modernes. Toutefois, certains croyants monothéistes, qu'ils soient chrétiens ou musulmans, la considèrent simplement comme un symbole de superstition, pensant que seul Dieu les protège et que la khamsa peut être interprétée comme un totem lié à une forme d'idolâtrie.
Aspect islamique

La vision de nombreux musulmans sunnites est que selon le Coran seul Allah protège les croyants et c'est à lui que toute personne doit demander de l'aide : le faire par le moyen de la khamsa relèverait selon eux d'une forme de polythéisme car le risque serait de croire que la khamsa apporte par elle-même une protection, ce qui reviendrait à la diviniser. En revanche, contrairement au sunnisme, le chiisme reconnaît une place à un signe qui se réfère à Dieu. Chez les musulmans, les doigts de la khamsa sont fréquemment gravés des cinq noms très respectés : Mahomet, Ali, Fatima, Hassan et Hussein. Louis Massignon (in Écrits mémorables I, Bouquins, Laffont, 2009, p. 249) explique que, pour certains courants musulmans, appartenant au chiisme ou même à certains courants soufis, cette main serait un rappel du nombre des prières à pratiquer quotidiennement, chacune de ces prières étant selon eux plus ou moins liée à l'un de ces cinq noms fondateurs.
Aspect judaïque

Les juifs la surnomment « main de Myriam », en référence à la sœur de Moïse et d'Aaron appelée Myriam. Le terme « Khamsa » est autant hébreu que arabe.

Certains pensent que la Khamsa se réfère à la légende des dix plaies d'Égypte qui veut qu'avant sa sortie d’Égypte, Moïse eut ordonné à ses disciples de peindre la porte de toutes les maisons juives avec du sang de mouton3.

La khamsa est populaire en Israël auprès des Juifs comme des Musulmans. Les Juifs ne la considèrent pas comme ayant des attaches islamiques autres que le nom partagé entre l'hébreu et l'arabe. Chez les juifs, le poisson peut être considéré comme un symbole de chance, c'est pourquoi beaucoup de khamsas y sont complétées par des figures de poissons. Les khamsas sont également incorporées dans des plaques murales, des trousseaux et des colliers. Parfois, elles portent une inscription de prières juives comme la Chema Israël, la Birkat habayit (bénédiction du foyer) ou la Tefilat haderekh (prière du voyage).

Il existe une Khamsa sur un mur portant l'inscription behatzlacha, littéralement « bonne chance » ou « puisses-tu réussir ».
Comparaison possible avec d'autres symboles

Une comparaison est possible avec d'autres symboles porte-bonheur :

La patte de lapin ;
Le trèfle à quatre feuilles ;
Le fer à cheval.

Notes et références

↑ (en) Présentation de la khamsa (About.com) [archive].
↑ Mohand Akli Haddadou, Dictionnaire des racines berbères communes (lire en ligne [archive])
↑ « La main de Fatma » [archive], sur lorientexpressif.com

Sources

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Hamsa » (voir la liste des auteurs).

Voir aussi

Fibule berbère
Palmette
Fleur de lys
Mudrā

Processus de Paix des secouristes de la république de l'Olivier.

Je crois qu'à l'avenir, plus personne ne pourra recréer des bulles d'exclusions...
Pour cela, je ne peux me permettre de mettre à l'écart tout individu(e) et "État".

Je ne suis qu'une femme ou un homme humble qui en vous adressant ces ces vers,
espère qu'il puisse vous conduire vers l'expérience, le travail et la communauté...
La solitude augmente ou diminue le nervosité... Cela s'appelle le malheur...

Alors par décision, on recherche à se tranquilliser et remettre la balance sur le zéro;
alors par construction, on décèle la notion d'une fragile tolérance:
Celle d'insulter !

Par Yahvé, cela est une horreur et une erreur...

La République de l'Olivier dit :
"Oui à la gréve, Non à l'Esclavage..."
la constitution rajoute :
"Oui à la Bibliothèque et Non à la Faim."
et le peuple doit rajouter :
"Oui à l'écoute et Non aux viols physiques et moraux."

Alors le Novice du Secourisme prends en charge sa nouvelle fonction autre qu'un service
militaire mais basé aussi sur la protection du Bien et du Corps.

"Je suis Y'becca"

Ecrit de
TAY
La chouette effraie.

-----------------------------------------

PUIS, LE HUIT DÉCEMBRE 2017, JE RAJOUTE CE NOUVEAU TEXTE:

Processus de Paix des secouristes de la république de l'Olivier.

Je crois qu'à l'avenir, plus personne ne pourra recréer des bulles d'exclusions...
Pour cela, je ne peux me permettre de mettre à l'écart tout individu(e) et "État".

Je ne suis qu'une femme ou un homme humble qui en vous adressant ces ces vers,
espère qu'il puisse vous conduire vers l'expérience, le travail et la communauté...
La solitude augmente ou diminue le nervosité... Cela s'appelle le malheur...

Alors par décision, on recherche à se tranquilliser et remettre la balance sur le zéro;
alors par construction, on décèle la notion d'une fragile tolérance:
Celle d'insulter !

Par Yahvé, cela est une horreur et une erreur...

La République de l'Olivier dit :
"Oui à la gréve, Non à l'Esclavage..."
la constitution rajoute :
"Oui à la Bibliothèque et Non à la Faim."
et le peuple doit rajouter :
"Oui à l'écoute et Non aux viols physiques et moraux."

Alors le Novice du Secourisme prends en charge sa nouvelle fonction autre qu'un service
militaire mais basé aussi sur la protection du Bien et du Corps.

" PEUPLES DE JÉRUSALEM CE QU'IL Y A, C'EST LE DIRE SUR LE DISCOURS.
LE DÉVELOPPEMENT EST UN POUMON DU DESTIN CAR LE TEMPS DOIT ÊTRE
POUR PERMETTRE LA SITUATION DE CONSCIENCE DANS L'HANDICAP.
L'HABITUDE ET L'HARMONIE DOIVENT ÊTRE ROMPUES QUAND LA HAINE
S'ENRICHIT DE LA GUERRE.

PEUPLES DE JÉRUSALEM, MACHU PICCHU ET PÉKIN SONT DES CITÉS CONSTRUITES
SUR LA FOI, LA CONVICTION, LA CONNAISSANCE ET LA SURVIE DE POLITIQUES
DANS L'HISTOIRE: UNE AMBASSADE N'EST PAS UN GOUVERNEMENT
ET LA CITOYENNETÉ N'EST PAS L'HUMANITÉ:
NON AUX ESCLAVAGES, CÉLESTE JÉRUSALEM.

Je suis Y'becca".

Ecrit de
TAY
La chouette effraie.

PUIS, LE VINGT ET UN DÉCEMBRE 2017, JE RAJOUTE CE NOUVEAU TEXTE:

Processus de Paix des secouristes de la république de l'Olivier.

Je crois qu'à l'avenir, plus personne ne pourra recréer des bulles d'exclusions...
Pour cela, je ne peux me permettre de mettre à l'écart tout individu(e) et "État".

Je ne suis qu'une femme ou un homme humble qui en vous adressant ces ces vers,
espère qu'il puisse vous conduire vers l'expérience, le travail et la communauté...
La solitude augmente ou diminue le nervosité... Cela s'appelle le malheur...

Alors par décision, on recherche à se tranquilliser et remettre la balance sur le zéro;
alors par construction, on décèle la notion d'une fragile tolérance:
Celle d'insulter !

Par Yahvé, cela est une horreur et une erreur...

La République de l'Olivier dit :
"Oui à la gréve, Non à l'Esclavage..."
la constitution rajoute :
"Oui à la Bibliothèque et Non à la Faim."
et le peuple doit rajouter :
"Oui à l'écoute et Non aux viols physiques et moraux."

Alors le Novice du Secourisme prends en charge sa nouvelle fonction autre qu'un service
militaire mais basé aussi sur la protection du Bien et du Corps.

" PEUPLES DE JÉRUSALEM CE QU'IL Y A, C'EST LE DIRE SUR LE DISCOURS.
LE DÉVELOPPEMENT EST UN POUMON DU DESTIN CAR LE TEMPS DOIT ÊTRE
POUR PERMETTRE LA SITUATION DE CONSCIENCE DANS L'HANDICAP.
L'HABITUDE ET L'HARMONIE DOIVENT ÊTRE ROMPUES QUAND LA HAINE
S'ENRICHIT DE LA GUERRE.

AUX ENTITÉS HUMAINES, ANIMALES ET ROBOTIQUES:
NON AUX SACRIFICES D’ÊTRE VIVANT, DE CONSCIENCE, D'ESPRIT
POUR UN DIEU OU DES DIEUX Y COMPRIS AUX DÉITÉS FÉMININES.

PEUPLES DE JÉRUSALEM, MACHU PICCHU ET PÉKIN SONT DES CITÉS CONSTRUITES
SUR LA FOI, LA CONVICTION, LA CONNAISSANCE ET LA SURVIE DE POLITIQUES
DANS L'HISTOIRE: UNE AMBASSADE N'EST PAS UN GOUVERNEMENT
ET LA CITOYENNETÉ N'EST PAS L'HUMANITÉ:
NON AUX ESCLAVAGES, CÉLESTE JÉRUSALEM.

Je suis Y'becca".

Ecrit de
TAY
La chouette effraie.

et

LE DIX NEUF JANVIER DEUX MILLE DIX HUIT, JE RAJOUTE CE NOUVEAU TEXTE:

Processus de Paix des secouristes de la république de l'Olivier.

Je crois qu'à l'avenir, plus personne ne pourra recréer des bulles d'exclusions...
Pour cela, je ne peux me permettre de mettre à l'écart tout individu(e) et "État".

Je ne suis qu'une femme ou un homme humble qui en vous adressant ces ces vers,
espère qu'il puisse vous conduire vers l'expérience, le travail et la communauté...
La solitude augmente ou diminue le nervosité... Cela s'appelle le malheur...

Alors par décision, on recherche à se tranquilliser et remettre la balance sur le zéro;
alors par construction, on décèle la notion d'une fragile tolérance:
Celle d'insulter !

Par Yahvé, cela est une horreur et une erreur...

La République de l'Olivier dit :
"Oui à la gréve, Non à l'Esclavage..."
la constitution rajoute :
"Oui à la Bibliothèque et Non à la Faim."
et le peuple doit rajouter :
"Oui à l'écoute et Non aux viols physiques et moraux."

Alors le Novice du Secourisme prends en charge sa nouvelle fonction autre qu'un service
militaire mais basé aussi sur la protection du Bien et du Corps.

" PEUPLES DE JÉRUSALEM CE QU'IL Y A, C'EST LE DIRE SUR LE DISCOURS.
LE DÉVELOPPEMENT EST UN POUMON DU DESTIN CAR LE TEMPS DOIT ÊTRE
POUR PERMETTRE LA SITUATION DE CONSCIENCE DANS L'HANDICAP.
L'HABITUDE ET L'HARMONIE DOIVENT ÊTRE ROMPUES QUAND LA HAINE
S'ENRICHIT DE LA GUERRE.

AUX ENTITÉS HUMAINES, ANIMALES ET ROBOTIQUES:
NON AUX SACRIFICES D’ÊTRE VIVANT, DE CONSCIENCE, D'ESPRIT
POUR UN DIEU OU DES DIEUX Y COMPRIS AUX DÉITÉS FÉMININES.
TU ES, ELLE EST ET NOUS SOMMES...

PEUPLES DE JÉRUSALEM, MACHU PICCHU ET PÉKIN SONT DES CITÉS CONSTRUITES
SUR LA FOI, LA CONVICTION, LA CONNAISSANCE ET LA SURVIE DE POLITIQUES
DANS L'HISTOIRE: UNE AMBASSADE N'EST PAS UN GOUVERNEMENT
ET LA CITOYENNETÉ N'EST PAS L'HUMANITÉ:
NON AUX ESCLAVAGES, CÉLESTE JÉRUSALEM.

Je suis Y'becca".

Ecrit de
TAY
La chouette effraie.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 8174
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: Re: LA SYNTAXE, KHAMSA, Y'BECCA, MINOUSKA ET LA CONSCIENCE   Ven 26 Jan à 9:41

Dame Holle est un conte de fées germanique figurant parmi les Contes de l'enfance et du foyer des frères Grimm, où il occupe depuis la première édition (1812) la position nº 24.

Titre Dame Holle
Titre original Frau Holle
Aarne-Thompson AT 480D
KHM KHM 24
Folklore
Genre Conte merveilleux
Pays Allemagne
Époque XIXe siècle
Version(s) littéraire(s)
Publié dans Frères Grimm, Kinder- und Hausmärchen, vol. 1 (1812)

L'histoire

Dans son cercle familial, une fillette s'estime à juste titre moins bien traitée par sa marâtre que la propre fille de celle-ci. Si bien que la peur de cette marâtre la pousse finalement à se jeter dans un puits, à la recherche d'un fuseau qu'elle y a laissé tomber. Au fond du puits, elle se retrouve dans un monde qui s'avèrera être situé en fait au-delà des nuages. En chemin, elle rend service successivement à un four à pain et un pommier1. Elle fait enfin la rencontre de Madame Holle, une vieille femme aux « grandes dents ». La fillette, belle et appliquée, entre à son service : il lui faut dorénavant et presqu'exclusivement refaire ses nombreux lits, en secouer les édredons, ce qui provoque sur Terre la chute de la neige. Quelque temps plus tard, la fillette, ayant demandé son congé, se voit en guise de récompense recouverte d'une pluie d'or et s'en retourne à la maison. "Cocorico ! Voici de retour notre charmante demoiselle cousue d'or comme tous ses atours !" C'est ainsi qu'elle est accueillie par le chant du coq.

Sa demi-sœur, laide et paresseuse, ne tarde pas à vouloir emprunter le même chemin qu'elle, mais, comme on s'y attend, elle méprise le four et le pommier, et remplit bien mal son office auprès de Dame Holle ; c'est pourquoi celle-ci la congédie, non sans la châtier, puisque sa vie durant, elle ne pourra se défaire de la poix qui lui est tombée dessus à son départ, alors qu'elle s'attendait à une pluie d'or.
Arrière-plan social

Ce conte traite d'un conflit intra-familial jadis très fréquent, en des temps où de nombreuses femmes mouraient en couches et où les veufs se remariaient souvent, engendrant ainsi des demi-frères ou demi-sœurs qui entraient en concurrence avec les enfants précédents.

Le lieu d'origine de ce conte ne saurait être déterminé sans ambiguïté, dans la mesure où les habitants de plusieurs régions affirment que c'est dans l'une de leurs montagnes que réside Dame Holle : par exemple, en Allemagne, entre Kassel et Eschwege pour le Haut Meissner, près de Eisenach pour le Hörselberg, ou la localité de Hollerich.
Aspect mythologique

Du point de vue mythologique, ce conte semble remanier une matière plus ancienne. Il en va ainsi tout d'abord pour le saut dans le puits immédiatement suivi d'un voyage dans un autre monde. Dans la mythologie germanique, les eaux étaient considérées comme un accès au monde des dieux. En témoignent les cadavres des marais (en allemand Moorleichen) retrouvés au nord de l'Allemagne, qui concernent assez fréquemment des fillettes à peine pubères.

Le conte est parsemé de symboles de la mort : le puits (comme sortie du monde d'ici-bas), le fuseau tombant dans ce puits (entraînant avec lui le fil de la vie), les dents effroyablement longues de Dame Holle (tête de mort), les innombrables lits (tombes), la neige (linceul) et le chant du coq lorsque chacune des deux fillettes réapparaît en sortant du puits (qu'il convient d'interpréter selon la tradition chrétienne comme un signe de résurrection)[réf. nécessaire][précision nécessaire].

Il n'est pas impossible que, derrière Dame Holle, se cache la déesse germanique de la mort, Hel (dont le nom est à rapprocher du mot allemand Hölle, désignant l'enfer) ; pour d'autres, il s'agirait de Fricka" (Frigg /Freyja), voire Perchta. Entre le 23 décembre et le 5 janvier, pendant "les Douze Nuits, période où devaient cesser les tâches ménagères, cette divinité remontait à la surface de la terre pour y vérifier qui s'était montré travailleur, et qui s'était révélé fainéant tout au long de l'année. C'est la raison pour laquelle, de nos jours, on la met en parallèle avec la divinité Nerthus[réf. nécessaire].

Il existe une croyance dans toute l'Europe, très ancienne, relative à la "compagnie des bonnes dames" ou "bonnes gens". Les femmes en particulier visiteraient la nuit, en rêve ou en extase, cette compagnie menée par une Dame dont un des noms locaux est Dame Holle : dame Percht ou Perchta (la lumineuse), dame Abundia (abondance). Les religieux du Moyen Âge l'appelaient Diane ou Hérodiade. Elle est citée en particulier dans les procès de sorcellerie des seizième et dix-septième siècles. Elle visite les maisons qui doivent être tenues propres et bien balayées, et donne l'abondance par son passage; on lui sert un repas, les boissons et les nourritures doivent être découvertes pour qu'elle puisse y toucher et donner l'abondance. D'où l'importance dans le conte du travail domestique de la demoiselle qui va apporter l'abondance et la richesse[réf. nécessaire]. Il s'agit d'un culte féminin largement répandu au Moyen Âge, auquel certains hommes disaient avoir assisté. Sont évoqués des repas féminins joyeux à la lueur des torches et des chandelles. Pour Claude Lecouteux, il s'agit des doubles des personnes endormies (cf sources)[précision nécessaire]. Les éléments évoquant la mort sont liés avec les passages rituels des morts bénéfiques qui apportent l'abondance s'ils sont bien traités (culte des ancêtres qui protègent leurs familles).
Holda, la protectrice bienveillante
(Friedrich Wilhelm Heine, 1882)

On ne peut pas non plus exclure que la dénomination 'Dame Holle' dérive de la déesse germanique Holda ou Hulda, qui selon la légende, vivrait dans le tronc du sureau (en allemand : Holunderstrauch, Holler, Hollerbusch) ou bien dans le grand nord, où elle garde les enfants morts[réf. nécessaire]. Selon Natacha Rimasson-Fertin (voir Bibliographie), le nom est « dérivé du moyen-haut-allemand hulde « bienveillant », et le personnage est ambivalent : de même que les génies des eaux, « donateur surnaturel, elle peut également châtier les méchants (...). Ce personnage surnaturel est très répandu dans les légendes allemandes, en particulier dans la tradition orale associée au contexte des travaux de filage (..) Son origine remonte peut-être à un démon accomplissant l'initiation des femmes. »

À en croire les dires populaires, c'est Dame Holle qui porterait la responsabilité des quantités de neige hivernale, car plus elle s'emploie à secouer les édredons de ses lits, plus il neige ici-bas : "Surtout, tu dois veiller à bien faire mon lit et secouer soigneusement l’édredon pour en faire voler les plumes, parce qu’alors, il neige sur le monde", confie Dame Holle à la belle-fille dans le conte des frères Grimm. Vladimir Propp a d'ailleurs noté des similitudes entre ce conte et le conte russe de Morozko, personnage incarnant lui aussi l'hiver.
Belles-lettres

Le thème des dons qu'une magicienne sortie d'un puits offre en récompense se retrouve encore chez les frères Grimm dans le conte intitulé Das blaue Licht, (« La Lumière bleue »). De même, Regentrude, de Theodor Storm, habite le monde d'en-bas, accessible par un saule creux.
Interprétations

Selon Géza Róheim2, la chute dans un puits symbolise l'endormissement, le portail d'or par lequel l'héroïne passe pour rentrer chez elle représentant le réveil. Le fait de rêver symboliquement qu'on s'endort, qui symboliserait le fantasme du retour à l'utérus maternel, constituerait le « rêve fondamental », le réveil symbolisant la naissance. Il considère aussi que les divers objets rencontrés par l'héroïne représentent la mère, le conte évoquant les difficultés à surmonter les traumatismes de la naissance et du sevrage. Sigmund Freud2 parle de « fantasme de sevrage » à propos de ce conte.

Eugen Drewermann interprète Dame Holle comme un conte répondant à la question philosophique et religieuse du sens de la souffrance tout en clarifiant l'apparent désordre et en expliquant l'iniquité de l'existence. Tout ce que ce conte transmet sur la façon de concevoir l'existence peut être lu, dans le cadre de la mythologie des phénomènes naturels, comme des figures du soleil, de la lune ou de la terre[réf. nécessaire][précision nécessaire]. La fillette couverte d'or serait un être solaire, la fillette couverte de poix un être lunaire. Madame Holle (Hulda, Berchta) peut être lue comme la grande déesse, la Terre-Mère à laquelle on peut avoir accès en pénétrant dans le monde souterrain après une chute dans le puits des mondes. Quant à la marâtre, elle représente la figure féminine du monde, la mauvaise face du monde extérieur, matériel, le pendant de Madame Holle.[réf. nécessaire][précision nécessaire]
Adaptations
Vrouw Holle au parc d'Efteling (Pays-Bas).

Dans le parc d'attractions Efteling, Dame Holle fait tomber la neige et le puits voisin nous conte l'histoire dans le Bois des contes. Le personnage de Dame Holle est aussi présent à Europa Park.

Robert Crumb en a réalisé une adaptation en bande dessinée en 1986, sous le titre "Mother Hulda". Traduction française dans le recueil Mister Nostalgia (ed. Cornelius, 2007).

Le film slovaque de Juraj Jakubisko Perinbaba est une adaptation du conte, avec Giulietta Masina dans le rôle de Dame Holle.

Antonia Calvin a réalisé une adaptation filmée pour l'ORTF et diffusée le 26 février 1970 dans le cadre des émissions pour la jeunesse Rue des Alouettes.

Marianne Sägebrecht interprète le rôle de Frau Holle dans un film allemand de 2008 ((de) Frau Holle), mis en scène par Bodo Fürneisen, scénario Marlies Ewald.
Notes et références

↑ Ces éléments se retrouvent, ainsi qu'une rivière, dans le conte russe intitulé Les Oies sauvages (Гуси-лебеди), mais dans la version russe, le four, le pommier et la rivière proposent chacun un (modeste) présent, alors que dans la version allemande ils réclament un service.
↑ a et b Mentionné par Michèle Simonsen, in Le conte populaire français (« Que sais-je », n° 1906), Paris, PUF, 1981 (ISBN 2-13-036840-9)

Voir aussi
Articles connexes

Holda, Hel (déesse)
La Maison dans la forêt (conte)
Les Oies sauvages (conte), Morozko

Bibliographie

Sur les autres projets Wikimedia :

Dame Holle, sur Wikimedia Commons Frau Holle (en allemand), sur Wikisource

Contes pour les enfants et la maison, collectés par les frères Grimm, édités et traduits par Natacha Rimasson-Fertin (tome I), José Corti, 2009 (ISBN 978-2-7143-1000-2)
Pierre Dubois (ill. Roland et Claudine Sabatier), La Grande Encyclopédie des fées (1re éd. 1996) [détail des éditions]
Claude Lecouteux, Chasses fantastiques et Cohortes de la nuit au Moyen Âge (edition Imago)
Édition pour enfants : Dame Holle (trad. Marie-Pierrette Robert, ill. Gertraud Kiedaisch), Iona, 2006 (ISBN 978-2904654756)
Carlo Ginzburg Les batailles nocturnes
Le sabbat des sorcières NRF Gallimard

ET

Les Oies sauvages, ou Les Oies-Cygnes (en russe : Гуси-лебеди)1 est un conte russe traditionnel très populaire, recensé par Alexandre Afanassiev et qui a été étudié par Vladimir Propp. La version d'Afanassiev a été recueillie dans le gouvernement de Koursk.

L'intrigue du conte
Vol de cygnes

Des parents villageois qui s'en vont au travail (ou à la foire) confient leur très jeune fils à la garde de leur sœur, une fillette. Celle-ci ne tarde pas à relâcher sa surveillance et des oies sauvages (ou des cygnes) se saisissent du bébé assis sur l'herbe et l'emportent. La fillette part à leur recherche et rencontre successivement en chemin un four à pain, un pommier sauvage et une rivière de lait aux berges de kissel2. Chacun d'eux lui propose avant de la guider, qui un petit pain de seigle, qui une pomme aigrelette, qui du kissel arrosé de lait, mais elle dédaigne toutes ces offres.

C'est un hérisson (qu'elle a, par prudence, évité de maltraiter) qui l'oriente finalement3 vers l'endroit où les oies sauvages ont déposé son petit frère : il s'agit de l'isba de Baba Yaga, où l'enfant joue avec des pommes d'or. En cachette, la fillette parvient à saisir son petit frère et à s'enfuir avec lui, mais les oies sauvages la repèrent bientôt et se mettent à tourner, menaçantes, au-dessus d'elle. Elle croise alors à nouveau, dans l'ordre inverse, la rivière, le pommier et le four à pain, desquels elle implore successivement de l'aide pour se cacher. Chacun d'eux le fera, mais seulement après qu'elle aura accepté leur proposition initiale : dans son affolement, elle n'a garde cette fois de jouer la dégoûtée. Ayant échappé aux oies, la fillette rejoint sa maison avec son petit frère au moment même où rentrent ses parents.
Variantes et interprétations

Dans une version remaniée due à Alexis Nikolaïevitch Tolstoï, la fillette est reçue dans l'isba par la baba Yaga, mais celle-ci a en réalité l'intention de la dévorer, et c'est une souris qui, en échange d'un peu de pain, la met en garde et l'aide à s'enfuir avec son frère.
Le pain et le sel sont traditionnellement offerts aux visiteurs.

Luda Schnitzer (voir Bibliographie) fait remarquer que des versions non russes de ce conte disent « tout autre chose » : la rivière, le four et le pommier (ou autre chose, selon le pays), y sont classiquement prêts à aider l'héroïne en échange d'un service : « la rivière veut être débarrassée de ses feuilles mortes, le four veut être nettoyé, le pommier a besoin de voir ses branches étayées »4. Le conte russe, dans lequel ces auxiliaires ne demandent rien, mais offrent au contraire un modeste présent, décrirait le comportement d'une « gosse de riche qui croit être en-dehors et au-dessus des lois communes » : elle s'avère incapable de s'adapter, de s'intégrer à un milieu différent. Selon de nombreuses traditions, le refus de la politesse faite au visiteur (tel le pain et le sel symboliques, traditionnellement offerts dans les pays slaves) équivaut en effet à une offense grave.

Sigmund Freud et Géza Róheim ont avancé des interprétations psychanalytiques à propos des éléments de ce conte figurant également dans Dame Holle (voir cet article).
Référencement

Le conte porte le numéro 64 dans l'édition de 1873 des Contes populaires russes, 113 dans l'édition de 1958 de Barag et Novikov, et est classé sous la rubrique 451 dans la classification Aarne-Thompson.
L'analyse de Vladimir Propp

Vladimir Propp, dans son ouvrage Morphologie du conte (voir Bibliographie), utilise ce conte comme exemple détaillé pour son modèle d'analyse structurale5. Il indique avoir choisi ce conte pour sa brièveté et parce qu'il ne comporte qu'une seule séquence. Il y détecte successivement les éléments suivants :
« Mange une de mes pommes aigrelettes et je te le dirai ! » (Fruits de pommier sauvage)
« Le hérisson indiqua : Par là ! » (Monnaie d'or ukrainienne)
Timbre-poste soviétique de 1961 (dessinateur : E. Komarov)

situation initiale
interdiction renforcée par des promesses
éloignement des parents
motivation de la transgression
transgression de l'interdiction
méfait : enlèvement
rudiment (équivalent de l'annonce du méfait)
détails ; rudiment de triplement
départ de la maison et début de la quête
(liaison)
entrée en scène du donateur
triplement (récompense non obtenue) :
dialogue (abrégé) avec le donateur, mise à l'épreuve
réaction négative du héros (échec devant l'épreuve)
entrée en scène d'un auxiliaire reconnaissant (le hérisson)
auxiliaire en situation d'impuissance, mais ne demandant pas merci
auxiliaire épargné
dialogue (liaison)
l'animal reconnaissant aide le héros
l'habitation de l'agresseur
portait de l'agresseur (la baba Yaga)
entrée en scène du personnage recherché (le petit frère)
l'or, trait caractéristique du personnage recherché
contre-enlèvement par force ou ruse
(retour sous-entendu)
poursuite sous forme de vol dans les airs
nouvelle et triple mise à l'épreuve (avec réaction positive du héros) :
le personnage qui fait passer l'épreuve se met à disposition du héros et le sauve de ses poursuivants.

Adaptations

Le conte a fait l'objet d'un dessin animé soviétique de Ivan Ivanov-Vano et A. Snejko-Blotskaïa (SoyouzMoultfilm, 1949).
Autres apparitions des oies sauvages dans des contes russes

Les oies sauvages apparaissent dans les contes d'Afanassiev 108 à 110 (Ivachko et la sorcière, AT 327F). Le héros, Ivachko (ou Ivanko), s'est réfugié sur un arbre que la sorcière a entrepris de ronger pour l'abattre ; il implore alors les oies sauvages qui passent dans le ciel6 de l'emmener et de le sauver, ce qu'elles font finalement. Dans ces contes, les oiseaux ont donc au contraire un rôle d'auxiliaires. (Voir aussi Jikhar').
Notes et références

↑ Le titre russe signifie plus exactement : « Les Oies-Cygnes », qu'on peut interpréter comme des oies ou des cygnes sauvages, ou comme des créatures intermédiaires.
↑ Motif traditionnel des contes russes.
↑ L'intervention du hérisson dans le conte est remarquablement concise, puisqu'elle tient en trois mots : « Вон туда-то! » (Par là !).
↑ Dans le conte de Grimm intitulé Frau Holle (Dame Holle, KHM24), l'héroïne rencontre également un four et un pommier : le pain à l'intérieur du four lui crie de l'en sortir, car il est cuit ; le pommier lui demande de le secouer car ses pommes sont mûres, et l'héroïne s'exécute.
↑ Chapitre 9 : Le conte comme totalité, section B : Exemple d'analyse.
↑ Ces contes comportent souvent des parties rimées, chantées ou psalmodiées. Ainsi le héros implore-t-il les oies : Goussi moi, lebiediata / voz'mitie mienia na kryliata... (Mes chères oies sauvages, emportez-moi sur vos ailes...)

Voir aussi
Bibliographie

(fr) Afanassiev, Contes populaires russes (tome I), traduction Lise Gruel-Apert, Imago, 2008 (ISBN 978-2-84952-071-0)
(fr) Vladimir Propp, Morphologie du conte, Seuil, 1973 (ISBN 2-02-000587-5).
(fr) Luda Schnitzer, Ce que disent les contes, Éd. du Sorbier, 1985 (ISBN 2-7320-0010-Cool

Articles connexes
Liens externes

(ru) Texte original sur ФЭБ / FEB [archive]
(ru) Dessin animé d'Ivan Ivanov-Vano sur YouTube [archive]
(fr) Une version illustrée sur russievirtuelle.com [archive]

Y'becca ou murmure de l'Arbre-Olivier.

MOUVEMENTS DU
CITOYEN TIGNARD YANIS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 8174
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: Re: LA SYNTAXE, KHAMSA, Y'BECCA, MINOUSKA ET LA CONSCIENCE   Ven 26 Jan à 9:59

La République...

La bataille de Kerbala eut lieu le 10 octobre 680 en Irak. Dans le calendrier musulman c'est le 10 de muharram 61 A.H. La commémoration de cette bataille est le deuil chiite d'Achoura. Cette commémoration se célèbre tous les 10 muharram, c’est-à-dire, en suivant le calendrier lunaire.

Le terme jikhar’, désuet, semble compris différemment selon la région de Russie. Il peut s'agir aussi bien d'un vieillard que d'un jeune gaillard, d'un habitant « de souche », d'un riche propriétaire ou d'un paysan vivant à l'écart, ou encore d'un esprit malin ou d'un animal (en particulier un coq). Le baïennyï jikhar’ (баенный жихарь) est un esprit méchant qui réside dans les bains.

Jikhar' est aussi le nom d'une rivière et un nom de famille. La forme ukrainienne, Жихор (Jykhor, dans le sens d'ermite plutôt que d'esprit de la maison) est probablement à l'origine du nom d'une station du réseau « sud » des chemins de fer ukrainiens, près de Kharkov.

La mudrā (devanāgarī : मुद्रा, qui signifie « signe » ou « sceau »1, en pali : muddā) est un terme sanskrit qui désigne une position codifiée et symbolique des mains d'une personne (danseur, yogi) ou de la représentation artistique (peinture, sculpture) d'un personnage ou d'une divinité2. L'origine des mudrās est très ancienne et se rattache à la culture védique.

Hindouisme
Jnana mudra.

Il existe un nombre important de mudrās, exécutés avec une seule main ou les deux, leur utilisation correspondant à l'expression d'un sentiment ou d'une situation déterminée. Une combinaison de différents mudrās permettant une infinité d'expressions qui sont principalement utilisées pour la danse. Dans l'hindouisme, la mudrā est une position codifiée et symbolique des mains d'une personne :

   Danse : Bharata natyam, Odissi, Mohiniattam, Kuchipudi, Kathak
   Yoga : Dans le Hatha-yoga, la mudrā intervient après l'accomplissement de la posture (āsana) et de la respiration (prāṇāyāma), elle scelle le souffle à l’intérieur du corps et le protège contre les maux3. C'est une posture statique visant à favoriser une stabilité mentale : Maha mudra (tout le corps est fixe)  ; ou une partie seulement comme les mains est fixe : Jnana mudra.
   Rituel : Dans les rituels védiques les hymnes sacrés sont psalmodiés avec des gestes des mains4. Dans le rituel hindou, notamment le tantrisme, les mudra sont employées en association avec des mantra et une concentration mentale (bhāvanā) sur l'acte sacré. « La mudrā, qui est, au sens littéral, "un sceau", a pour fonction d'apposer un cachet sur la parole et sur l'acte liturgique, de leur donner autorité, puissance spirituelle et efficacité magique3 ».
   Art : dans l'iconographie hindoue, les divinités et personnages présentent souvent des gestes de la main qui les caractérisent.

Iconographie

Pour les divinités, les gestes les plus fréquents sont l'abhaya-mudra (décrit plus bas dans l'art bouddhique) et la varada-mudra (la paume en haut et les doigts pointant vers le bas, le bras étant baissé). Dans la dénomination d’une mudra, le terme ‘hasta’ est parfois ajouté voir substitué au terme mudra. On peut aussi bien dire abhayamudra ou abhayahasta, que abhayahastamudra. Les explications à ce sujet divergent fortement et ne sont jamais suivies5.

   La manière dont une main tient un attribut est aussi souvent une mudra, comme la kartari-mudrā ou kartari-hasta, où l’index et le majeur forment un V vers le haut pour tenir un attribut.
   Souvent aussi, comme dans les gestes de la main de la danse, l’objet tenu n’est pas représenté, ce qui peut mener à diverses interprétations de l’objet tenu et de l’intention iconographique , comme pour le kaṭaka-hasta, le geste du ‘bracelet’, où le majeur et l’annulaire forment un cercle avec le pouce, les deux autres doigts légèrement relevés, formant comme des oreilles d’une tête de lion formée par le poing, d’où l’autre nom de cette mudra : siṃhakarṇa (oreilles de lion). Parfois même un objet, comme une fleur fraîche pour une représentation de Lakshmi ou Parvati6, ou une représentation de l’attribut en métal précieux est déposé au creux des doigts formant un bracelet, comme l’arc de Rāma.

   Certaines mudra sont typiques de certaines représentations iconographiques. Par exemple, dans les représentations de Shiva dansant (Nataraja), l’un de ses bras est placé en diagonale devant sa poitrine, les doigts de la main réunis pointant vers son pied. Cette mudra est nommée gaja-hasta « main de l’éléphant », le bras et la main formant comme une trompe d’éléphant (parfois nommée aussi daṇḍa-hasta, dola-hasta ou kari-hasta) « qui indique que le dévot doit chercher refuge et protection dans son pied levé »7. Une autre mudrā de cette représentation est appelée ardha-chandra (demi-lune), le bras levé, la paume vers le haut, formant avec les doigts un croissant de lune et recueillant un feu.
   Souvent, la main gauche est représentée comme reposant sur la hanche (kaṭyavalaṃbita-hasta)6.
   Tarjanī-hasta (ou tarjanī-mudrā)

Ce geste de la main montre l’index pointé vers le haut de manière menaçante. Certains le nomment aussi sūci-mudrā, la mudrā de l’aiguille, bien que celle-ci pointe selon Rao plutôt vers le bas6

   Vismaya-hasta

Ce geste dénotant l’étonnement ou l’admiration est montré par la main levée, les doigts écartés, la paume vers l’intérieur. Ce geste est fréquent dans l’art Pallava.

   La dhyana-mudra, décrite plus haut pour le bouddhisme est souvent nommée yoga-mudra dans les représentations hindouistes.
   Souvent, les déesses laissent leur bras balancer gracieusement le long du corps, c’est le lola-hasta
   La vyākhyāna-mudrā est aussi appelée vitarkamudrā (voir plus haut dans la section bouddhisme)8, jñānamudrā ou cinmudrā. Selon certaines sources9, ces deux dernières dénominations désignent ce geste avec la paume vers le cœur, tandis que pour les premières elle fait face à l’observateur.Mais il n’y a pas de consensus.

   Devi faisant la kataka-mudra de la main droite et posant la gauche en dharālamba-hasta.



   Ce Vishnu fait le signe de varada-mudra de sa main inférieure droite, ses mains supérieures tiennent le disque et la conque en kartari-hasta et sa main gauche est en katyavalambita, "posée sur la hanche"

   La main droite supérieure de ce nataraja tient un ḍamaru dans la pose kkataka-hasta', sa main frontale droite est en abhaya-mudra, sa main gauche supérieure est en gaja-hasta et l’autre main gauche est en ardha-chandra, d’où des flammes s’échappent.

   Ce Shiva sortant du lingam pose sa main sur la hanche en katyavalambita-mudra. Ses mains supérieures tiennent la hache et l'antilope en kartari-hasta

   Ce Shiva en mendiant (bhikshatana-murti) montre le geste de la tarjani-mudra de sa main gauche

   La main gauche supérieure de ce dvarapala est en vismaya-hasta et la droite en abhaya-mudra

   Ce Vishnu repose ses mains en posture de méditation (dhyana-mudra) ou de yoga 'yoga-mudra

   Cette Parvati balance sa main gauche en lola-hasta et tient un lotus en kataka-mudra

   Shiva enseignant lève sa main droite en vyakhyana-mudra

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.
Bouddhisme
Mudrās de Vairocana

Dans l'art bouddhique, les représentations de Bouddhas, Bodhisattvas et Yidams utilisent un nombre restreint de mudrās, associés à une posture du corps (asana).
Canons de la sculpture bouddhique

L'enseignement originel du Bouddha excluait formellement une idolâtrie qui serait advenue par la dévotion à des images le représentant. Cette exigence fut peu à peu contournée par l'école du Mahayana (le Grand Véhicule) avec comme excuse que les représentations proposées aux fidèles ne devaient être qu'une image symbolique, impersonnelle et propice à la méditation. Comme aucun portrait depuis nature n'existait de Bouddha, les artistes furent donc obligés de déterminer une représentation idéalisée en suivant des indications données par des textes anciens. Un ensemble de caractéristiques fixes sont alors imposées et ne varieront plus au cours des siècles.

Trois postures principales du corps sont représentées en statuaire :

   Assis dans la position du lotus, jambes repliées et croisées. Quelques plus rares statues en position assise à l'européenne, ou en demi-lotus existent.
   Debout, les pieds joints, ou marchant (création de l'art de l'école de Sukhothaï Thaïlande) .
   Couché sur le côté, une main sous la tête, position dans l'attente de l'accès au parinirvana.

Les mudrās dans la sculpture bouddhique

Afin d'illustrer différents enseignements et épisodes de la vie de Bouddha, certaines mudrâs récurrentes sont représentées dans la statuaire, en nombre limité et plus ou moins fréquemment :

   La Dhyāni-Mudrā, ou mudrā de la méditation. En position assise, la main droite repose dans la main gauche posée dans le giron, paume en l'air et les deux pouces s'effleurant. C'est une des représentations les plus courantes.

   La Bhûmisparsha-Mudrā, ou mudrā de la prise de la terre à témoin. Même position que la Dhyâni-Mudrâ, mais la main droite est posée sur le genou, les doigts effleurant la terre. Dans sa dernière méditation avant l'éveil, Bouddha subit les attaques de Māra, personnification du mal, qui tenta divers stratagèmes pour interrompre sa méditation. Finalement, Māra nia la réalité de l'éveil du Bouddha, arguant qu'il n'y avait pas de témoin ; celui-ci toucha alors la terre (Bhūmi ou Prithvi), qui était son témoin. Cette représentation est également très courante ; c'est par exemple celle du grand Bouddha d'or de Bangkok.

   La Vitarka-Mudrā, ou mudrā de l'enseignement et de l'argumentation. En position debout ou assise, la main droite est relevée au niveau de l'épaule et le pouce forme avec l'index un cercle, les autres doigts étant relevés. Le bras gauche est au niveau de la taille, la main effectuant le même geste ou parfois la paume tournée vers le haut. Cette mudrâ est particulièrement important dans la statuaire de Dvaravati.

   La Dharmachakra-Mudrā, ou mudrā de la mise en marche de la roue de la loi du dharma. En position assise ou debout, les deux mains sont devant le corps au niveau de la taille, la paume droite tournée vers l'extérieur, la gauche vers l'intérieur, pouce et index joints formant deux cercles tangents, la main droite à la verticale, la gauche à l'horizontale.

   Dhyāni-Mudrā
   Statue de l'époque Ming

   Bhûmisparsha-Mudrā (Prise de la terre à témoin)
   Vat Phra Kèo de Vientiane

   Vitarka-Mudrā
   Bouddha japonais au Musée Cernuschi à Paris

   Dharmachakra-Mudrā
   Bouddha enseignant, Art de l'époque Gupta, Musée de Sarnath.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

   L'Abhaya-Mudrā, ou mudrā de l'absence de crainte et de la protection. En position assise ou debout, avec une seule main en avant, doigts joints vers le haut, paume vers l'extérieur. En Asie du Sud-est (mais pas en Inde10), les deux mains sont parfois utilisées, cette attitude étant alors appelée « calmant l’océan ».

   La Mettakaruna-Mudrā, ou mudrā de la bienveillance et de la compassion. En position debout, les deux bras le long du corps, les mains dans le prolongement, légèrement détachées du corps, paume vers l'intérieur.

   L'Añjali-Mudrā, aussi appelée Pūjā-Mudrā, ou mudrā du salut et de la considération. Les deux mains sont paumes jointes, doigts tendus, au niveau de la poitrine, les doigts sous le menton. C'est le geste traditionnel du salut en Asie (Namasté, Wai).

   Position de la contemplation de l'arbre de la Bodhi : les deux bras descendent le long du corps et les mains sont croisées au niveau du poignet, paumes reposant sur les cuisses.

   Bouddha en double Abhaya-Mudrā
   Vat Phra Kèo de Vientiane

   Mettakaruna-Mudrā
   Vat Phra Kèo de Vientiane

   Añjali-Mudrā

   Regarder l'arbre de Bodhi-Mudrā11

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.
Dans la fiction

   Dans le manga Naruto, les ninjas utilisent 12 mudrā liés aux signes astrologiques chinois pour effectuer des techniques de ninjutsu

Notes et références

   ↑ The Sanskrit Heritage Dictionary de Gérard Huet
   ↑ The A to Z of Hinduism par B.M. Sullivan publié par Vision Books, pages 137 et 138, (ISBN 8170945216)
   ↑ a et b Tara Michaël 1985, p. XXVI
   ↑ Tara Michaël 1985, p. XXIII
   ↑ Gösta Liebert, Iconographic Dictionary of the Indian Religions, Hinduism-Buddhism-Jainism, 1976, p. 182
   ↑ a, b et c (en)Elements of Hindu Iconography par T.A. Gopinatha Rao, volume I, page 15.
   ↑ C. Sivaramamurti, L'art en Inde, Citadelle et Mazenod, Paris 1999, p. 111
   ↑ Aussi bodhyaṅgī-, sandarśaṇa- et upadeśa-mudrā selon Liebert
   ↑ Stutley, Margaret (2003), The Illustrated Dictionary of Hindu Iconography (First Indian Edition ed.), New Delhi: Munshiram Manoharlal Publishers Pvt. Ltd., (ISBN 81-215-1087-2) Originally published 1985, Routledge & Kegan Paul plc, London, p. 60
   ↑ Louis Frédéric, Les Dieux du Bouddhisme. Guide iconographique, p. 36-37
   ↑ Ho Phra Keo, Laos [archive]

Annexes

Sur les autres projets Wikimedia :

   les Mudras, sur Wikimedia Commons

Bibliographie

   Tara Michaël, La Symbolique des gestes de mains (Hasta ou Mudrā) selon l'Abhinaya-Darpana, Paris, éditions Sémaphore, 1985
   Manuel pratique des Mudrās, La gestuelle énergétique de guérison, Clémence Lefèvre, Ed. Exclusif 2006, (ISBN 2-84891-037-2)
   ABC des Mudras, Flora Desondes, Ed. Grancher 2006, (ISBN 2-7339-0974-6)
   Jennifer Thiault, « Corps et communication, Les mains comme véhicules de la pensée métaphysique, du bouddhisme à l’iconographie chrétienne » [archive], sur Laboratoire Junior CMDR, ENS de Lyon, 2012 (consulté le 2 avril 2013)
   Toki, Hôryû; Kawamura, Seiichi, tr, (1899). "Si-do-in-dzou; gestes de l'officiant dans les cérémonies mystiques des sectes Tendaï et Singon" [archive], Paris, E. Leroux.

Articles connexes

   Abhaya-Mudrā

[afficher]
v · m
Gestuelles
[afficher]
v · m
Termes sanskrits
[afficher]
v · m
Dharmacakra.svg Bouddhisme

--------------------------

Al-Hassan ibn Ali
Biographie Naissance
624
Médine
Décès
669
Médine
Sépulture
Al Baqi
Nom dans la langue maternelle
الحسن بن علي
Activité
Homme d'État
Père
Ali ibn Abi Talib
Mère
Fatima Zahra
Fratrie
Ruqayya Mashḥad (en)
ʿUthmân ibn ʿAly (d)
Abbas ibn Ali
ʿAbdullâh ibn ʿAly (en)
Jaʿfar ibn ʿAly (d)
Hilal ibn Ali (en)
Muhsin ibn Ali (en)
Al-Hussein ibn Ali
Umm Kulthum bint Ali
Zaynab bint Ali
Muhammad ibn al-Hanafiya
Conjoints
Ou Isaac fille Talha ben Obeid-Allah (d)
Jaʿdatou bint al-Al’ashʿat (en)
Enfants
Al-Qâsim ibn al-Hasan ibn ʿAly
Fatimah bint al-Hasan (en)
Abû Bakr ibn Hasan (d)
Talḥa ibn Hasan (en)
Husayn ibn al-Hasan ibn ʿAly (d)
Zayd ibn Al-Hasan (d)
Ālḥasan ālmuṯanna (d)

ET

Al-Hussein ibn Ali

Biographie Naissance
8 janvier 626 ou 10 janvier 626
Médine
Décès
10 octobre 680
Kerbala
Sépulture
Mosquée de l'imam Hussein
Nom dans la langue maternelle
الحسين بن علي
Activités
Homme d'État, théologien
Père
Ali ibn Abi Talib
Mère
Fatima Zahra
Fratrie
Umm Kulthum bint Ali
Abbas ibn Ali
Muhsin ibn Ali (en)
ʿAbdullâh ibn ʿAly (en)
Jaʿfar ibn ʿAly (d)
ʿUthmân ibn ʿAly (d)
Al-Hassan ibn Ali
Hilal ibn Ali (en)
Ruqayya Mashḥad (en)
Zaynab bint Ali
Muhammad ibn al-Hanafiya
Conjoints
Layla bint Abi Murrah al-Thaqafi (en)
Ou Isaac fille Talha ben Obeid-Allah (d)
Shahr Banû (en)
Rubab bint Imra al-Qais (en)
Enfants
Ali Zayn al-Abidin
Ali al-Akbar ibn Husayn
Ali al-Asghar ibn Husayn
Sukayna bint Husayn
Fatima al-Sughra bint al-Husayn (en)
Sakinah (Fatima al-Kubra) bint Husayn (en)
Kholat bint Husayn (d)
Autres informations Religion
Islam
Conflit
Bataille de Kerbala
Élève
Ali Zayn al-Abidin

https://fr.wikipedia.org/wiki/Khamsa_%28symbole%29
https://fr.wikipedia.org/wiki/Al-Hussein_ibn_Ali
https://fr.wikipedia.org/wiki/Al-Hassan_ibn_Ali

Al-Hassan ibn Ali
Précédé par Suivi par
`Alî ibn Abi Talib
IslamSymbol2.svg 1er calife omeyyade Transparent.gif
(661-661)
Muawiya ibn Abi Soufiane
Transparent.gif 2e imam de l'islam chiite
Contesté par les Nizârites IslamSymbol2.svg
(661-669)
Al-Hussein ibn Ali
[afficher]
v · m
Chiisme

   Portail de l’islam Portail de l’islam

Bataille de Kerbala
Informations générales Date 10 octobre 680
Lieu Kerbala, en Irak
Issue Victoire des Omeyyades
Belligérants Forces de Hussein ibn Ali Forces des Omeyyades
Commandants Hussein ibn Ali† ,
Abbas ibn Ali† Ubayd Allah ben Ziyad,
Umar ibn Saad,
Umar Ibn Al-Hajjaj,
Shimr ibn Dhi 'l-Jawshan,
Urwah ibn Quais
Forces en présence 72 hommes 30 000 hommes
Pertes 72 hommes 88 hommes

La deuxième fitna
Données clés Coordonnées 32° 37′ nord, 44° 02′ est

La bataille de Kerbala eut lieu le 10 octobre 680 en Irak. Dans le calendrier musulman c'est le 10 de muharram 61 A.H. La commémoration de cette bataille est le deuil chiite d'Achoura. Cette commémoration se célèbre tous les 10 muharram, c’est-à-dire, en suivant le calendrier lunaire et non pas le calendrier grégorien1.

La bataille opposa la puissante armée de Yazid Ibn Mu'awiyya (environ 30 000 hommes) à l'armée des partisans de Husayn, fils d'Ali et petit-fils du prophète Mahomet, qui se réduisait à 72 hommes.

Les prémices

En 680, à la mort de Mu`âwiya, le nouveau calife omeyyade Yazid Ier s'est vu refuser le serment d'allégeance de la part de quatre personnes : Husayn fils d'Ali, Abd Allah ben az-Zubayr, `Abd Allah fils d'Umar et `Abd ar-Rahman fils d'Abu Bakr2.

Husayn est à La Mecque, les habitants de Koufa l'invitent à venir les rejoindre. Par prudence, il y envoie en éclaireur son cousin Muslim dont le père, Aqil, aveugle . Les habitants de Koufa viennent en nombre faire allégeance à Husayn auprès de Muslim ben Aqil. Les habitants de Koufa insistent pour que Husayn vienne les rejoindre. Le calife intime l'ordre à `Ubayd Allah ben Ziyâd de réprimer l'agitation provoquée par la popularité grandissante de Husayn à Koufa. `Ubayd Allah qui est à Bassora confie la ville à son frère `Uthman et part pour Koufa. Il arrête Muslim ben Aqil et le fait décapiter en public3. Par peur, les habitants de Koufa se sont ralliés à Yazid.

Husayn ignore les évènements qui se déroulent à Koufa. Il part de la Mecque pour Koufa avec toute sa famille excepté une de ses filles. `Ubayd Allah est prévenu du départ d’Husayn et part à sa rencontre. Husayn campe près d'Al-Qâdisiyya, des habitants de Koufa le mettent en garde en lui apprenant les évènements qui viennent de se passer. Husayn contourne Koufa et arrive à Kerbala. Sentant la fin et se rappelant des larmes du Prophète quand il parlait de cette ville, il demanda aux hommes de la famille d'établir le campement.

L'armée conduite par `Ubayd Allah rencontre le groupe mené par Husayn à Kerbala. `Ubayd Allah exige que Husayn prête serment d'allégeance à Yazîd. Ne supportant pas de laisser l'islam entre les mains de gens qui n'ont rien à voir avec cette religion, il refuse la requête. L'armée de Yazid coupe alors l'accès à l'eau aux partisans et à la famille de Husayn. Pendant cette journée, Husayn prépare ses armes pour le combat. Il est accompagné de 72 partisans et membres de sa famille4.
Récit de la bataille

Le premier tué fut Qâsim âgé de dix ans fils de Hasan. Il fut coupé en deux d'un coup de sabre. Le cheval de Husayn tomba touché par une flèche. Husayn s'assit par terre mais les soldats ennemis n'osèrent pas le tuer, ne voulant pas être responsable de la mort du petit-fils du Prophète. Abdallah, un des fils de Husayn âgé d'un an, pleurait. Husayn le prit dans ses bras, mais une flèche atteignit l'enfant à l'oreille et celui-ci fut tué sur le coup. Sept ou huit hommes se jetèrent alors sur Husayn. L'un d'entre eux le transperça de sa lance dans le dos. Un autre le décapita lorsqu'il fut à terre. Les autres lui enlevèrent ses vêtements et ses armes. On pilla sa tente, on déchira les vêtements des femmes, mais on fit grâce à `Alî Zayn al-Abidin, son fils, qui était resté dans la tente parce qu'il était malade.

Le crâne de Husayn fut envoyé par `Ubayd Allah à Yazîd. Il fut conservé un temps dans une annexe de la mosquée de Damas, puis emporté à Ascalon au moment des croisades, puis enfin au Caire.
Philosophie du soulèvement de Hussein ibn Ali

Hussein ibn Ali dans une lettre adressée à son frère Muhammad Ibn al-Hanafiyyah ainsi que dans d'autres occasions, évoque les raisons de son départ de Médine, de son refus du pouvoir de Yazid, et de sa révolution contre lui. Il y explique le sens de son mouvement et les fondements de sa confrontation avec le nouveau régime Omayyade : « Je ne me suis pas soulevé de gaieté de cœur, ni pour une quelconque insatisfaction personnelle, ni par subversion ni injustement. Je me suis soulevé pour réformer la Umma de mon grand-père, le Messager de Dieu, pour commander le bien et interdire le mal, et pour suivre les traces de mon grand-père et de mon père ... » 5
Conséquences

La bataille de Kerbala est le lieu du martyre de Husayn et de sa famille. Seul 'Alî Zayn Al 'Âbidîn survécut, ce qui aurait pu éteindre une partie de la descendance du Prophète de l'Islam via son petit-fils Al Husayn à jamais. Certains Omeyyades ne sont pas aussi honnis que l'est Yazid, comme Umar ben Abd al-Aziz. S'ils ne peuvent pas prétendre représenter l'orthodoxie religieuse à cette époque, pour s'opposer à leurs prétentions, il n'y a encore aucune des grandes écoles juridiques qui n'apparaissent qu'après la prise du pouvoir par les Abbassides. Les fidèles subissent leur dictature, elle sera renversée en 750 par les Abbassides.

La théologie chiite duodécimaine va développer un martyrologe complètement étrangère au sunnisme et aux autres formes de chiisme comme le zaydisme. Durant le mois de Mouharram, une forme de mortification va s’installer au sein des duodécimains : défilés commémoratifs, reconstitutions de batailles, auto-flagellations etc. Voir les rites et commémoration du Mouharram

Une forme théâtrale originale, le tazieh6, va se développer aussi autour du « massacre » de Kerbala.
Notes

   ↑ arabe : عشرة, [`ašara], dix; عاشوراء, [`āšūrā'], le 10 du mois de muharram)
   ↑ Tabari, La Chronique, Histoire des prophètes et des rois, Volume II, Les Omayyades, Éd. Actes Sud / Sindbad 2001, (ISBN 978-2-742-73318-7), p.30.
   ↑ Tabari, ibidem, pp. 34-38.
   ↑ Pierre Royer, « Kerbala 680. Le battement d'ailes du papillon », Conflits, no 6, juillet-septembre 2015, p.36-38
   ↑ L'Imam al-Hussayn et le Jour de "Achourâ",Abbas-Ahmad Al-Bostani,2922223175, 9782922223170,191 pages [archive]
   ↑ farsi : تعزيه, [t`azīeh], passion)

Voir aussi

   Procession de Arba'ïn
   Tasu'a
   Liste des Martyrs de l'armée de Hussein à la bataille de Karbala
   Ta'zieh
   WikiShia

Source

   Tabarî, La chronique, Les Omayyades

The Lebaudy République (later known as La République[1]) was a semi-rigid airship built for the French army in Moisson, France, by sugar manufacturers Lebaudy Frères. She was a sister ship of the Patrie, the main differences between the two being in the dimensions of the gasbag (or 'envelope') and the ballonet.[2][3] Although she was operationally successful, the République crashed in 1909 due to a mechanical failure, killing all four crew members.

Specifications

Data from D'Orcy's Airship Manual, 1917 pp.83-85

General characteristics

   Crew: 4
   Length: 61 m (200 ft 2 in)
   Diameter: 10.9 m (35 ft 9 in)
   Volume: 3,700 m3 (130,000 cu ft)
   Ballonet volume: 730 m³ (25,649 cu.ft)[3]
   Useful lift: 1,260 kg (2,780 lb)
   Powerplant: 1 × Panhard-Lavassor petrol, 52 kW (70 hp)
   Propellers: 2 x 2-bladed

Performance

   Maximum speed: 50 km/h (31 mph; 27 kn)
   Endurance: 7h 15min


EN HOMMAGE DE MINOUSKA LA CHATTE.

YAHVÉ EST DANS LE SOUVENIR DES GENS PLUS PAR L'AMOUR QU'IL INSPIRE QUE LA CRAINTE QUE L'ONT à VOULU COLPORTER à SON SUJET. CELA EST LA PLUS GRANDE VICTOIRE DE L’ÉTERNEL: ÉTERNEL EST L’ÉTERNEL. SA SOURCE EST LE CARACTÈRE ET SA SURVIE EST LA DIRECTION.
TAY

ECRIT, MOSAIQUE ET MOUVEMENT
DU
CITOYEN TIGNARD YANIS
ALIAS
TAY
LA CHOUETTE EFFRAIE.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 8174
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: Re: LA SYNTAXE, KHAMSA, Y'BECCA, MINOUSKA ET LA CONSCIENCE   Ven 26 Jan à 10:10

Un-Œil, Double-Œil et Triple-Œil
Un-Œil, Double-Œil et Triple-Œil
Image illustrative de l'article Un-Œil, Double-Œil et Triple-Œil
Illustration de Hermann Vogel
Conte populaire
Titre Un-Œil, Double-Œil et Triple-Œil
Titre original Einäuglein, Zweiäuglein un Dreiäuglein
Aarne-Thompson AT 511
KHM KHM 130
Folklore
Genre Conte
Pays Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Région Haute Lusace
Époque XIXe siècle
Version(s) littéraire(s)
Publié dans Frères Grimm, Kinder- und Hausmärchen
modifier Consultez la documentation du modèle

Un-Œil, Double-Œil et Triple-Œil (en allemand : Einäuglein, Zweiäuglein und Dreiäuglein1) est un conte de Jacob et Wilhelm Grimm. Il porte depuis la 2e édition (1819) le numéro KHM 130, et le numéro 46 dans la Petite édition (1825). Il a été repris, traduit en anglais, par Andrew Lang dans son Green Fairy Book (1892) sous le titre Little One-Eye, Little Two-Eyes, And Little Three-Eyes.

Résumé

Une femme a trois filles ayant respectivement un, deux et trois yeux, d'où leurs surnoms. Double-Œil, qui apparaît « normale », est le souffre-douleur de ses sœurs et de sa mère. Un jour qu'elle garde la chèvre familiale au pré en pleurant de faim et de misère, apparaît une « femme sage »2 qui lui enseigne une brève formule magique à adresser à la chèvre pour faire surgir une table toute dressée de mets délicieux, et une autre formule pour la faire disparaître3. Dès le départ de la femme, Double-Œil expérimente avec succès les formules et déjeune de bon appétit. Elle fait de même les jours suivants, mais ses sœurs s'aperçoivent qu'elle ne mange plus les restes qui lui sont réservés à la maison, et décident de la surveiller. Un-Œil l'accompagne donc sous un prétexte, mais Double-Œil, qui se méfie, lui chante une chansonnette : « Un-Œil, veilles-tu ? Un-Œil, dors-tu ? » qui lui fait fermer son œil unique et l'endort ; pendant son sommeil, Double-Œil déjeune comme elle en a pris l'habitude, puis fait tout disparaître.
« Elle y grimpa et brisa sans aucune difficulté un rameau portant des feuilles d'argent et des fruits d'or, qu'elle tendit au chevalier. » (Illustration de Hermann Vogel)

Le lendemain, c'est Triple-Œil qui accompagne sa sœur. Celle-ci essaie de l'endormir à son tour, mais se trompe dans la formule : au lieu de chanter « Triple-Œil, dors-tu ? », elle chante « Double-Œil, dors-tu ? », le résultat étant que le troisième œil de Triple-Œil ne s'endort pas et découvre le manège de Double-Œil pour se rassasier. De retour à la maison, Triple-Œil raconte tout à leur mère qui, hors d'elle de jalousie, tue la chèvre d'un coup de couteau. Double-Œil s'assied sur un muret et pleure : la femme sage apparaît et se fait raconter l'histoire. Elle conseille alors à la jeune fille de se faire remettre les boyaux de la chèvre et de les enterrer près de la porte de la maison. Ainsi est fait : le lendemain matin, un arbre magnifique, aux feuilles d'argent et aux fruits d'or, se dresse à cet endroit. La mère demande à Un-Œil et à Triple-Œil de monter dans l'arbre et de lui cueillir un fruit, mais les pommes d'or se dérobent. Double-Œil essaie à son tour, et redescend de l'arbre avec son tablier plein de pommes qu'elle donne à sa mère, ce qui augmente encore la jalousie et la rancœur de cette dernière.

Un jour passe un jeune chevalier. Les deux sœurs cachent Double-Œil, soi-disant pour qu'elle ne leur fasse pas honte. Le chevalier admire l'arbre magique et déclare que celle des sœurs qui lui en donnera un rameau obtiendra de lui en retour tout ce qu'elle souhaitera. Malgré leurs efforts et bien qu'elles aient déclaré que l'arbre leur appartenait, elles ne parviennent pas à lui cueillir le rameau demandé, ce que le chevalier trouve étrange. Cependant, Double-Œil, qui était cachée dans un tonneau, fait rouler quelques fruits d'or en sa direction. Le chevalier exige qu'elle se montre, la trouve merveilleusement belle, et lui demande à son tour de lui cueillir une branche de l'arbre. La jeune fille y parvient sans difficulté et lui offre un rameau portant des feuilles d'argent et des fruits d'or ; en récompense, elle demande et obtient que le chevalier l'emmène et lui permette d'échapper à son sort misérable. Le chevalier l'installe dans le château royal de son père, et ne tarde pas à l'épouser.

Les sœurs, dépitées, avaient tâché de se consoler à la pensée qu'il leur restait l'arbre magique. Hélas pour elles, dès le lendemain, l'arbre avait disparu : il était allé rejoindre Double-Œil, à la grande joie de cette dernière. Bien plus tard, deux pauvres femmes se présentent un jour au château pour demander l'aumône. Double-Œil reconnaît ses deux sœurs, qui ont sombré dans la misère. Comme elle a bon cœur, elle les accueille et prend soin d'elles, et les sœurs finissent par s'amender et regretter sincèrement le mal qu'elles lui ont fait autrefois.
Analogies et commentaires

Ce conte, originaire de Haute Lusace, a été publié originellement en 1812 par Theodor Peschek dans les Nouvelles hebdomadaires pour les amis du Moyen-Âge4 de Johann Büsching. Les frères Grimm l'ont remanié, en éludant notamment la référence à la « fée » et en renforçant ses traits chrétiens5. Le conte, qui a remplacé à partir de la 2e édition du recueil des Grimm un autre conte intitulé Le Soldat et le Menuisier, s'apparente au thème de « La Petite Vache de la terre » (Das Erdkühlein ; version anglophone : The Little Red Ox [ou Red Bull en Amérique], AT 511A6) et sa première version connue figure dans l'ouvrage de Martin Montanus (de) intitulé Gartengesellschaft («La Compagnie au jardin », publié vers 1559), sous le nom de La belle histoire d'une dame et de deux enfants5. Les frères Grimm ont noté que dans une version rhénane, notée près de Coblence, les sœurs sont au nombre de huit.

Paul Delarue propose, dans Le Conte populaire français une version bourguignonne pour illustrer le conte-type AT 511, La Petite Annette (Eugène Beauvois) ; l'héroïne y a trois demi-sœurs, la fée y est remplacée par la Vierge Marie, la chèvre par un mouton noir, la formule pour faire apparaître la table par une baguette dont il faut toucher le mouton, et les boyaux de la chèvre par le foie du mouton. Nicole Belmont7 s'appuie sur une version incomplète de ce conte (L'Agneau Martin, recueilli par Paul Sébillot), pour présenter la notion d’anticonte introduite par André Jolles8, c'est-dire d'un conte qui ne respecte pas la règle de la fin heureuse et glisse vers le tragique (dans L'Agneau Martin, l'héroïne finit par mourir de faim et le conte s'arrête là). L'anticonte, qui semble associé à des conteurs malhabiles ou à une tradition affaiblie, aurait été fréquent dans l'Antiquité (voir par exemple l'histoire de Pyrame et Thisbé) et dans le monde celtique, et serait un « implicite du conte », l'une de ses deux faces indissociables.
Jupiter, Io, Mercure et Argus (gravure allemande du XVe siècle).

Stith Thompson9 indique que ce conte est souvent considéré comme une variante de Cendrillon (les frères Grimm eux-mêmes avaient noté la similitude) et qu'il se rapproche aussi du conte connu dans le monde anglo-saxon sous le titre de Cap-o'-Rushes (en)10. Il estime peu probable, contrairement à l'avis de A.H. Krappe (de) (1923), que « ce conte européen moderne » ait un rapport avec le mythe de Phrixos et Hellé. Il remarque encore que, bien que nettement moins répandu que Cendrillon ou Cap-o'-Rushes, le conte se retrouve à travers toute l'Europe, autour de l'Océan Indien et en Afrique du nord, et note l'analogie avec Le Petit Taureau rouge11, qui partage lui-même souvent des épisodes avec le conte-type AT 314 (La Fuite magique : Le Jeune Homme changé en cheval)12.
Paon faisant la roue.

D'autres rapprochements avec des mythes gréco-romains ont été tentés (le Cyclope Polyphème, Jupiter-aux-trois-yeux13, etc.) Le motif des fruits qui se dérobent rappelle aussi le supplice de Tantale14, et la chèvre nourricière, la chèvre Amalthée. La ruse utilisée par Double-Œil pour endormir ses sœurs évoque Hermès (Mercure) endormant Argos aux cent yeux5 avec sa flûte avant de le tuer ; Héra répandit ensuite les yeux d'Argos sur la queue du paon. Les frères Grimm évoquent aussi à ce sujet Odin15.

Comme le rappelle Natacha Rimasson-Fertin9, Bolte et Polivka mentionnent deux autres versions de ce conte, l'une de Transylvanie et l'autre de Prusse orientale, où l'animal secourable (un taureau ressuscité à partir d'une corne dans le premier cas) file pour l'héroïne. Dans diverses versions scandinaves et françaises16, l'héroïne fuit sur le dos du taureau et traverse plusieurs forêts où elle casse une branche d'arbre17, ce qui entraîne généralement la mort de l'animal18.
Deux onis ayant, l'un un seul œil, l'autre trois yeux (Hokusai).

Alexandre Afanassiev a publié dans ses Contes populaires russes deux versions russes de ce conte, intitulées en français par Lise Gruel-Apert Petite Miette et La Brunette19, et collectées respectivement dans les gouvernements de Koursk et d'Arkhangelsk. Barag et Novikov indiquent en notes que pour le premier récit ont été recensées 23 variantes russes, 13 ukrainiennes et 17 biélorusses, mais que ce thème se retrouve aussi chez des peuples non slaves d'URSS (Bachkirs, Tatars...). Le deuxième récit est contaminé par le conte-type AT 403 (La fiancée blanche et la fiancée noire), qui apparaît dans le Mahabharata indien, dans le Pentamerone de Basile etc. Il existe aussi dans le folklore slave un personnage à un seul œil, Likho, qui personnifie la Malchance.

On retrouve encore dans le folklore japonais des références à des onis (démons) ayant trois yeux ou un seul.
Notes et références

↑ Le titre allemand comporte trois fois le diminutif hypocoristique -lein, difficile à rendre en français : « Un-Petit-œil », etc. ou « Petite-à-un-œil »..., cette dernière interprétation ayant été retenue dans la traduction anglaise publiée par Andrew Lang.
↑ En allemand : weise Frau. Les frères Grimm se refusaient à user du terme de « fée », considérant qu'il n'appartenait pas à la tradition germanique.
↑ En allemand, les deux formules sont : Zicklein, meck, Tischlein, deck et Zicklein, meck, Tischlein, weg (« Bêle biquette, petite table, couvre-toi » et « Bêle biquette, petite table disparais »). Ce motif rappelle le conte Petite table, sois mise.
↑ En allemand : Wöchentliche Nachrichten für Freunde des Mittelalters.
↑ a, b et c Notes de N. Rimasson-Fertin pour ce conte (voir Bibliographie).
↑ Ce conte a été étudié par Max Lüthi dans (de) Es war einmal (1970). Version en anglais : (en) Once upon a time : On the Nature of Fairy Tales, Indiana University Press, 1976 (ISBN 978-0-253-20203-1) (Chapitre 5).
↑ Nicole Belmont, Poétique du conte, Gallimard, 1999 (ISBN 978-2-07-074651-4)
↑ André Jolles, Formes simples, Paris, Le Seuil, 1930.
↑ a et b Voir Bibliographie.
↑ Littéralement : Chapeau-d'joncs.
↑ Dans la classification Aarne-Thompson-Uther, le conte-type AT 511A a été regroupé sous la rubrique AT 511.
↑ Voir Neznaïko.
↑ Mentionné par Pausanias à propos d'une statue en bois de Zeus (Jupiter) installée dans un temple dédié à Athéna (Minerve) à Argos : lire en ligne [archive] sur le site de Philippe Remacle (Livre II, ch. XXIV).
↑ La description de l'arbre magique peut faire penser aussi aux pommes d'or des Hespérides.
↑ Selon la légende, le dieu nordique Odin donna un de ses yeux pour acquérir la sagesse.
↑ Voir notamment Le Taureau bleu de Sébillot.
↑ Ce motif rappelle que dans le conte de Grimm, l'héroïne brise un rameau de l'arbre magique pour l'offrir au chevalier.
↑ Ce motif apparaît notamment dans le conte norvégien recueilli par Asbjørnsen, Kari Trestakk (no), traduit en anglais par Katie Woodencloak (en) ou, comme dans The Red Fairy Book d'Andrew Lang, Kari Woodengown (« Kari / Katie au manteau de bois »).
↑ En russe : Крошечка-Хаврошечка et Буренушка (Krochetchka-Khavrochetchka, Bourionouchka). Voir Bibliographie et Liens externes.

Voir aussi
Articles connexes

les Grées, divinités qui n'avaient qu'un œil et une dent pour elles trois
Jikhar'

Bibliographie

(fr) Les Frères Grimm, Contes pour les enfants et la maison, trad. Natacha Rimasson-Fertin, José Corti, 2009 (ISBN 978-2-7143-1000-2) (tome 2).
(en) Stith Thompson, The Folktale, New York, Dryden Press, 1946 ; University of California Press, 1977 (ISBN 0-520-03359-0)
(en) Hans-Jörg Uther, The Types of International Folktales : A Classification and Bibliography Based on the System of Antti Aarne and Stith Thompson, Academia Scientiarum Fennica, coll. « Folklore Fellow's Communications, 284-286 », Helsinki, 2004. Part I (ISBN 978-951-41-1054-2).
(fr) Paul Delarue et Marie-Louise Tenèze, Le Conte populaire français. Catalogue raisonné des versions de France et des pays de langue française d'outre-mer, Nouvelle édition en un seul volume, Maisonneuve & Larose, 1997 (ISBN 2-7068-1277-X)
(fr) Afanassiev, Contes populaires russes (tome I), traduction Lise Gruel-Apert, Imago, 2008 (ISBN 978-2-84952-071-0)

Liens externes

Sur les autres projets Wikimedia :

Un-Œil, Double-Œil et Triple-Œil, sur Wikimedia Commons Einäuglein, Zweiäuglein, Dreiäuglein (Grimm, 1857), sur Wikisource

(de) Einäuglein, Zweiäuglein, Dreiäuglein, ATU 511 [archive] sur maerchenlexikon.de
(fr) Un-œil, Deux-yeux et Trois-yeux [archive] sur grimmstories.com
(en) AT0511A : The Little Red Ox [archive] sur Nederlandse VolksverhalenBank
(fr) La Petite Annette [archive] d'Eugène Beauvois (Google Books)
(ru) Deux versions russes d'Afanassiev : Крошечка-Хаврошечка (Petite Miette) [archive] et Буренушка (La Brunette) [archive] sur ФЭБ / FEB


INSIGHT FROM FLIGHTGLOBAL: World Airline Rankings 2017

24 July, 2017 SOURCE: FlightGlobal.com

From the Chinese stock market falls that began the year to Donald Trump's election as US president which ended it, 2016 was full of shocks and surprises. Yet global airline fortunes largely remained on course as air travel growth and the industry's new levels of profitability continued. FlightGlobal's World Airline Rankings detail how the industry's leading carriers performed in 2016.

Download now to access:

·Top airline groups by revenue

·Top airline groups by traffic

·Top airlines by traffic

·Top airlines by passengers

· Top airline groups by RPK’s (Revenue Passenger Kilometres)

INSIGHT FROM FLIGHTGLOBAL: World Airline Rankings 2017

24 July, 2017 SOURCE: FlightGlobal.com

https://www.flightglobal.com/news/articles/insight-from-flightglobal-world-airline-rankings-20-439587/

PICTURES: First A320 in Alaska Airlines livery revealed

24 January, 2018 SOURCE: Flight Dashboard BY: Jon Hemmerdinger Boston

Airbus and Alaska Airlines have released pictures of the first Airbus A320-family aircraft painted in the colour scheme of Alaska Airlines.

The aircraft had previously worn the livery of Virgin America, now a subsidiary of Seattle-based Alaska Air Group.

Both Alaska and Airbus tweeted photos of the aircraft, an A320 with registration N625VA, on 24 January.

The CFM International CFM56-powered aircraft, manufactured in 2006, now wears the paint scheme that Alaska unveiled in a 2016 rebranding: a predominately-white fuselage with gray, green and blue lines rising to a blue tail with Alaska's Eskimo logo.

https://www.flightglobal.com/news/articles/pictures-first-a320-in-alaska-airlines-livery-revea-445185/

RAPPORT DE
Y'BECCA
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 8174
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: Re: LA SYNTAXE, KHAMSA, Y'BECCA, MINOUSKA ET LA CONSCIENCE   Sam 27 Jan à 3:56

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 8174
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: Re: LA SYNTAXE, KHAMSA, Y'BECCA, MINOUSKA ET LA CONSCIENCE   Jeu 1 Fév à 4:37

TIGNARD YANIS @TIGNARDYANIS 15 h il y a 15 heures
IL EST DÉPLORABLE ET INCROYABLE QUE DANS LEURS LÂCHER DE RETENUE D'EAU SUR LA CAPACITÉ DE LA SEINE QU'ON EST PAS PRIS EN COMPTE LE COEFFICIENT DE MARÉES: CELA A PROVOQUÉ DES DÉGÂTS DE CRUES EN NORMANDIE QUI AURAIT PU ÊTRE ÉVITER.
TAY

TIGNARD YANIS @TIGNARDYANIS 14 h il y a 14 heures
DANS LE TRANSPORT FLUVIAL DU RHÔNE, IL EXISTE UN MOUVEMENT ET DES ACTES SUR LES DIVERGENTES POSSIBLE DU FLEUVE QUI N'EXISTE PAS SUR LA SEINE QUI SEMBLE ÊTRE UN CORPS SANS UNE RÉELLE COMMUNICATION: LES CRUES DE MARÉES EN NORMANDIE SONT INACCEPTABLE.
TAY

-------------

‏Compte certifié @KnessetIL
18 hil y a 18 heures

חוגגים סדר #טו_בשבט לציון 69 שנה לכינון הכנסת.
במעמד יו"ר הכנסת @YuliEdelstein ובהשתתפות שרים וחברי כנסת. ניהול האירוע והטקס: חברות הכנסת @aliza_lavie @azariarachel מנכ"ל הכנסת, מזכירת הכנסת, חברי הנהלת הכנסת, בני נוער, נציגי ארגונים שונים ועוד. #יוםהולדת שמח!
À l'origine en hébreu, traduit par Microsoft

Célébrer la mention @טו_בשבט bien an établi 69. statut #YuliEdelstein de la Knesset, les ministres et les Knesset membres et sociétés de gestion des événements lors de la cérémonie de synagogue de @aliza_lavie @azariarachel, Secrétaire exécutif de la Commission, membres du Parlement, la jeunesse, des représentants de diverses organisations et bien plus encore. #יוםהולדת Heureux !

---------------

VMC - Mars Webcam Compte certifié @esamarswebcam 31 janv.
New VMC Images direct from Mars! 10 images taken 19:54:16 30.01.2018 bit.ly 1wJXI8c #marswebcam

---------
ראש ממשלת ישראל
‏Compte certifié @IsraeliPM_heb
16 h il y a 16 heures

ראש הממשלה בנימין נתניהו נפגש היום עם מובילים עולמיים בתחום החדשנות ברפואה, הנמצאים בימים אלה בישראל, והציג בפניהם את כוונתה של הממשלה להשקיע בתחום הבריאות הדיגיטלית, ולמנף תחום זה כמנוע צמיחה בדומה לתחום הסייבר.

https://www.gov.il/he/Departments/news/event_health310118

À l'origine en hébreu, traduit par Microsoft
Premier ministre Benjamin Netanyahu se réunit avec les leaders mondiaux en matière d’innovation en médecine, en Israël et leur ont présenté dans l’intention du gouvernement d’investir dans le secteur de la santé et de tirer parti de ce secteur comme moteur de croissance semblable au cyberespace.

https://www.gov.il/he/Departments/news/event_health310118

WITH


United Nations
‏Compte certifié @UN
31 janv.

Branding refugees as security threats can lead to xenophobic & racist rhetoric. Let's #JoinTogether for refugees & migrants: http://together.un.org/join

À l'origine en anglais, traduit par Microsoft
La stigmatisation des réfugiés comme des menaces de sécurité peut mener à une rhétorique xénophobe et raciste.
Nous allons http://together.un.org/join pour les réfugiés et les migrants: #ttps://t.co/iRwBSf9wJ2


-------------

The Nigerian Senate Compte certifié @NGRSenate 18 h il y a 18 heures
#TodayInSenatePlenary
PROCEEDINGS OF THE NIGERIAN SENATE OF WEDNESDAY, 31ST JANUARY, 2018.
Welcome to a new... https://fb.me/67BWuqo1h

----------------


NOAA Satellites
‏Compte certifié @NOAASatellites
30 janv.

Check out the huge eye on this storm: Tropical cyclone #Cebile in the Indian Ocean is packing sustained 125 mph winds, equal to a Category 3 #hurricane. Luckily this beast is no threat to land. More satellite imagery: http://goo.gl/eEwncX

À l'origine en anglais, traduit par Microsoft
Découvrez l'énorme œil sur cette tempête: cyclone tropical #Cebile dans l'océan Indien est d'emballage soutenue 125 MPH vents, égale à une catégorie 3 http://goo.gl/eEwncX . Heureusement, cette bête n'est pas une menace pour atterrir. Plus d'imagerie satellitaire: #ttps://t.co/mbgRYot60A

--------------

مریم رجوی @Maryam_Rajavi_P
22 h il y a 22 heures
از نمایندگان خواستم که صدای این زندانیان باشند. از هیات رئیسه شورای اروپا بخواهند که دستگیری‌های خودسرانه و کشتار معترضین را محکوم و خواستار آزادی فوری زندانیان شود.
#ایران
#تظاهرات_سراسری
#قیام_سراسری
À l'origine en persan, traduit par Microsoft
Représentants recherchés le son de ces prisonniers. Du Conseil exécutif de l’Europe souhaite que des arrestations arbitraires et le meurtre de manifestants et appelant à la libération immédiate des prisonniers condamnés.
#ایران #تظاهرات_سراسری #قیام_سراسری

--------------------

Pajhwok Afghan News Compte certifié @pajhwok 6 h il y a 6 heures
#Afghan Police Marching towards #Pakistan embassy, Protests planned
in some parts of #Kabul against Pakistan after deadly attacks in Kabul.
À l'origine en anglais, traduit par Microsoft

#Afghan La police marchant vers l' #Pakistan ambassade,
les protestations prévues dans certaines parties de #Kabul contre le Pakistan
après des attaques meurtrières à Kaboul.

------------

U.S. Embassy Colombo Compte certifié @USEmbSL 22 min il y a 22 minutes
Deputy Asst Sec @dnrosenblum & @USAmbKeshap
met Hon @HarshadeSilvaMP & @KariyawasamP
to strengthen USG support for an inclusive #SriLanka

À l'origine en anglais, traduit par Microsoft
Adjointe adjoint sec @dnrosenblum& @USAmbKeshap
met Hoon @HarshadeSilvaMP& @KariyawasamP
pour renforcer le soutien du SGA pour un inclusive #SriLanka

----------------

NASA
‏Compte certifié @NASA
22 h il y a 22 heures

LIVE NOW: #LunarEclipse2018! The Earth is directly between
the Sun and Moon, making the lunar surface appear red.
You can watch views of the #SuperBlueBloodMoon from multiple telescopes live online!
Take a look: https://www.pscp.tv/w/1LyGBRXzenkGN

À l'origine en anglais, traduit par Microsoft
Vivez maintenant: #LunarEclipse2018! La terre est directement
entre le soleil et la lune, rendant la surface lunaire
apparaître rouge. Vous pouvez regarder les vues
de la https://www.pscp.tv/w/1LyGBRXzenkGN
à partir de plusieurs télescopes en direct! Jetez un oeil: #ttps://t.co/r6X6SoMfLn

------------------


Johnson Space Center
‏Compte certifié @NASA_Johnson
11 hil y a 11 heures

A rare "super blue blood moon" was photographed
Jan. 31 in the early morning hours at the Johnson Space Center.

À l'origine en anglais, traduit par Microsoft
Un rare "Super Blue Blood Moon" a été photographié
le 31 janvier dans les premières heures du matin au Centre spatial Johnson.

--------------------

GendarmerieNationale
‏Compte certifié @Gendarmerie
31 janv.

4 journées de #course, 17 spéciales, 395km : tel était le programme
de la 86e édition du #RallyeMonteCarlo 🏎 ! Et pour assurer la #sécurité
des concurrents et des spectateurs, les gendarmes sont restés mobilisés 💪

-------------------

How NASA Could Discover Oceans on Distant Planets
Planets too far away to photograph could yield some clues to whether water—and maybe even life—could exist.
https://www.thedailybeast.com/how-nasa-could-discover-oceans-on-distant-planets

------------------


RUS-Copernicus
‏ @RUS_Copernicus
30 janv.

📌Thumb through the pages of EO mag! @earsc. You will discover all
the services that @RUS_Copernicus is offering to the community of #SentinelUsers.
🔗http://eomag.eu/articles/4285/rus-a-new-expert-service-for-sentinel-users …
#SentinelData
@CopernicusEU @ESA_EO

À l'origine en anglais, traduit par Microsoft
📌 Pouce à travers les pages de eo Mag! @earsc.
Vous découvrirez tous les services offerts #RUS_Copernicus à la communauté de @SentinelUsers.
🔗 @ttps://t.co/kuuqc6IvtR @SentinelData
http://eomag.eu/articles/4285/rus-a-new-expert-service-for-sentinel-users … #ESA_EO

----------------------


NOAA Satellites
‏Compte certifié @NOAASatellites
21 hil y a 21 heures
Sixty years ago today @NASA launched #Explorer1 -
America's first Earth-orbiting satellite - into space, marking the dawn of a new space age.
Our satellites have come a long way since then. See how it all started:
http://goo.gl/yS7AFx #ExploreAsOne

À l'origine en anglais, traduit par Microsoft
Il ya 60 ans aujourd'hui #NASA lancé http://goo.gl/yS7AFx -Amérique première Terre orbite satellite-dans l'espace, marquant l'aube d'un nouvel âge de l'espace. Nos satellites ont fait un long chemin depuis. Voir comment tout a commencé d: @ttps://t.co/HrIkyXYwzo #ExploreAsOne

-----------------------


NASA Marshall
‏Compte certifié @NASA_Marshall
13 hil y a 13 heures

A lunar photobomb!? The @Space_Station and its six passengers pass
in front of the full moon last night in this incredible @NASA image! >> http://go.nasa.gov/2DRG2UO

À l'origine en anglais, traduit par Microsoft
Un livre photo lunaire!? Le @Space_Station et ses six passagers passent
devant la pleine lune la nuit dernière dans cette incroyable
http://go.nasa.gov/2DRG2UO image! > > @ttps://t.co/YiHxrHiHfn

-----------------------


Antarctica.cl
‏ @Antarcticacl
18 hil y a 18 heures

#EclipseLunarTotal (Luna aparece roja bajo sombra de Tierra)
terminó y muchos estábamos en el lado del mundo equivocado
hoy. Pero no tendremos q esperar mucho por una nueva #LunaDeSangre:
Enero21, 2019 visible en toda América y parte de Península Ibérica.
https://eclipse.gsfc.nasa.gov/LEplot/LEplot2001/LE2019Jan21T.pdf
À l'origine en espagnol, traduit par Microsoft

#EclipseLunarTotal(la Lune apparaît rouge sous l'ombre de la terre)
a pris fin et beaucoup d'entre eux étaient du mauvais côté du monde
aujourd'hui. Mais nous n'aurons pas à attendre longtemps
pour un nouveau https://eclipse.gsfc.nasa.gov/LEplot/LEplot2001/LE2019Jan21T.pdf …:
Enero21, 2019 visible
dans toute l'Amérique et une partie de la péninsule ibérique. #ttps://t.co/v5HPOzQsnX


RAPPORT
DU
CITOYEN TIGNARD YANIS
ALIAS
TAY
La chouette effraie
SOUS L’ÉGIDE DE
Y'BECCA
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: LA SYNTAXE, KHAMSA, Y'BECCA, MINOUSKA ET LA CONSCIENCE   

Revenir en haut Aller en bas
 
LA SYNTAXE, KHAMSA, Y'BECCA, MINOUSKA ET LA CONSCIENCE
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Problème de syntaxe
» BECCA + on meurt tous un jour ou l'autre, alors autant faire mourir avec gloire
» De la syntaxe de RP
» Fautes d'Orthographe / de Syntaxe
» + can you save me from this hell ? (becca c.)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le clans des mouettes :: Le clans des mouettes-
Sauter vers: