Le clans des mouettes

ainsi est la force.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Bataille de l'Hydaspe et Bucéphale.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
yanis la chouette



Nombre de messages : 6263
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: Bataille de l'Hydaspe et Bucéphale.   Ven 15 Juil à 8:38

Islamabad: The Pakistan government on Friday decided to observe a nationwide black day on July 19 to mark solidarity with Kashmiris in the wake of clashes in Jammu and Kashmir.

Prime Minister Nawaz Sharif said Pakistan will continue to extend moral, political and diplomatic support to Kashmiris in their just struggle for right to self-determination, Radio Pakistan reported.

Addressing a cabinet meeting in Lahore, Sharif termed the movement of Kashmiris as a “movement of freedom”.

“Indian brutalities will give impetus to the freedom struggle,” Sharif said.

It was also decided that the government would convene the joint session of parliament to discuss the situation in Jammu and Kashmir.

Sharif’s statement comes after recent violence that has gripped Jammu and Kashmir in the wake of the killing of top Hizbul Mujahideen militant Burhan Wani on July 8. More than 35 people have died in clashes between the security forces and unruly mobs since then.

---------------------------------------------------------------------------------------
Bucéphale (en grec ancien Βουκέφαλας / Bouképhalas, forme macédonienne) est le cheval d’Alexandre le Grand. Il meurt lors de la bataille sur le fleuve Hydaspe ; Alexandre fonda une ville, Bucéphalie (Alexandria Boukephalous, aujourd'hui Phalia, au Pakistan), sur la rive de ce fleuve, à l'endroit où le cheval fut enterré. Les principales sources sur Bucéphale sont le chapitre VI de la biographie d'Alexandre par Plutarque et un passage (V, 19) de l’Anabase d'Arrien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 6263
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: Re: Bataille de l'Hydaspe et Bucéphale.   Ven 15 Juil à 8:44

New Delhi:

PM holds meeting of all Chief Ministers tomorrow
Meeting to discuss coordination of key schemes and policies
Several Chief Ministers have accused centre of blatant over-reach

Prime Minister Narendra Modi is scheduled to meet the country's 31 Chief Ministers tomorrow, which will put him in the same room with leaders who accuse his government of recently acting like a wrecking ball for them.

Among them, Delhi Chief Minister Arvind Kejriwal who has taken Mr Modi's government to court for trying to appropriate the administration of the capital and Harish Rawat, who was reinstated as Chief Minister of Uttarakhand by the Supreme Court which found that Mr Modi's government had illegally imposed direct or President's Rule in the hill state to get rid of the Congress government.

Sources say PM Modi is keen to exhibit his commitment to the cooperative federalism he speaks of so often - empowering state governments. Those stated relationship goals notwithstanding, the conclave will unfold in Delhi as Nabam Tuki of the Congress is meant to take a trust vote in Arunachal Pradesh to determine if he can remain Chief Minister of the north eastern state. On Wednesday, the Supreme Court said that like in Uttarakhand, the Centre had wrongly put Arunachal under President's Rule in January.

Mr Tuki is expected to have a tough time in proving his right to remain in power- several Congressmen have broken away from the party in a large revolt.

The crisis gives opposition Chief Ministers the opportunity to allege that undermining non-BJP governments has become the natural order for the Centre. "If the Tuki government wins, then the opposition Chief Ministers will use the meet to attack the Centre. And ditto if it loses the vote," said a BJP leader, who asked not to be named, and predicted a tense session.

The meeting tomorrow is the first in ten years of India's Inter-State Council. Set up in 1990, the group brings together the PM, six of his cabinet ministers, and all Chief Ministers and administrators of union territories to discuss the coordination of schemes and policies

Sources say BJP Chief Ministers will be told that if the opposition tries to swerve the meeting towards recent Centre-vs-state conflicts, they need to rally together to ensure the session does not digress from the Centre's agenda. The PM reportedly wants to highlight the achievements of the aadhar scheme, which has created the world's largest biometric data base, and transfers cash subsidies directly to poor families, preventing money from being siphoned in huge welfare reform schemes.

The PM is likely to seek the Chief Ministers' feedback and support for the crucial Goods and Services Tax or GST, a landmark tax reform, that the government wants to clear in the 20 sitting monsoon session that begins on Monday.

The GST, a national sales tax, will replace an unwieldy set of central and state tariffs and will, according to Finance Minister Arun Jaitley, boost the rate of growth by 2 percent. Though the proposal has been cleared by the Lok Sabha, where the government dominates, it has been stalled in the Rajya Sabha by the opposition Congress.

---------------------------------------------------------------------------------------
Pôros a rangé son armée sur la rive gauche de l'Hydaspe de façon à repousser toute tentative de franchissement. Le fleuve, gonflé par la fonte des neiges et les premières pluies de mousson, est profond et rapide ; aussi toute armée qui tenterait de le passer se condamnerait à une destruction certaine. Alexandre attend plusieurs jours ; il fait quelques mouvements de diversion le long de la rive et organise une campagne de désinformation, faisant passer, par les paysans locaux, l'information qu'il considère que l'eau est trop haute pour tenter un franchissement, ce qui arrive aux oreilles de Pôros. Durant 28 nuits, alors que les Indiens ont une confiance excessive, Alexandre traverse en personne l'Hydaspe, quelque vingt-cinq kilomètres en amont, avec une troupe d'élite formée d'Hypaspistes et de Compagnons. Averti, Pôros, voyant toujours sur l'autre rive le corps de troupe principal, ne craint pas le danger. Pôros envoie seulement une petite troupe de cavaliers commandée par l'un de ses parents (fils, frère ou neveu) pour s'opposer à Alexandre. Il commet là une erreur car son bataillon est défait et son parent tué.

Lorsque la bataille débute réellement, la cavalerie d'Alexandre est à droite de la ligne de front, tandis que la phalange, commandée par Cratère, a pour ordre de traverser le fleuve au cas où Pôros ferait face à Alexandre avec toutes ses troupes. L'armée indienne est rangée avec la cavalerie sur les deux flancs, les éléphants de guerre en avant, et l'infanterie derrière les éléphants. Ces éléphants de guerre offrent une difficulté nouvelle. Alexandre doit en effet revoir sa stratégie habituelle qui consiste à couper les lignes adverses afin de lancer la cavalerie dans l'ouverture ; ce qui a été d'une efficacité redoutable à la Bataille de Gaugamèles. De plus, les éléphants indiens rendent les chevaux macédoniens si nerveux qu'ils refusent de charger de front les pachydermes. Alexandre est donc forcé de modifier sa stratégie. Il envoie donc un groupe de cavaliers contourner les Indiens afin de les attaquer par l'arrière.

Alexandre débute la bataille par une charge de cavalerie sur le flanc gauche des Indiens. Pôros le renforce en y transférant une partie de sa cavalerie de son flanc droit ; ce qui permet à la cavalerie macédonienne envoyée pour contourner l'armée indienne de la prendre par l'arrière, comme Alexandre l'a prévu. La cavalerie indienne peut être détruite, sans forcer la cavalerie macédonienne à approcher les éléphants. Pendant ce temps, les phalangites macédoniens et l'infanterie perse, qui ont traversé le fleuve, stoppent brutalement la charge des éléphants qui leur font face. Un grand nombre de cornacs des éléphants sont tués et les forces d'Alexandre entourent bientôt l'armée indienne. Après de lourdes pertes, Poros, cerné et gravement blessé, se rend avec les honneurs à Alexandre aux termes de négociations. Justin prétend, au contraire des autres auteurs antiques, qu'Alexandre et Pôros se seraient livré un combat singulier. Mais Lucien de Samosate prétend qu'il s'agit d'une invention d'Aristobule. Cet épisode légendaire a pourtant été repris du vivant d'Alexandre dans le « décadrachme de Pôros »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 6263
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: Re: Bataille de l'Hydaspe et Bucéphale.   Ven 15 Juil à 8:51

DHAKA, Bangladesh — Maher Sattar reported from Dhaka, and Geeta Anand from New Delhi. Julfikar Ali Manik contributed reporting from Dhaka.

When he was released with seven other hostages after a harrowing night of terrorist violence last Saturday, Tahmid Hasib Khan expected to be greeted with welcoming arms. Instead, Mr. Khan, a 22-year-old University of Toronto student, was grabbed by the Bangladeshi police, beaten and taken into custody. He has not been seen since.

Mr. Khan has been held largely incommunicado by law enforcement in Bangladesh’s capital city of Dhaka for the past week, suspected by the police of being involved in the attack in which gunmen carrying explosives stormed a Dhaka restaurant and the Islamic State took credit. Mr. Khan’s family and friends say it is a case of mistaken identity, but as the days have passed, they have grown increasingly desperate to make contact with him, fearing for his life in a country where brutal interrogation practices are commonplace.

“We don’t want anything bad to happen to him,” said a cousin of Mr. Khan’s, Ali Faiyaz Shoumo. “We just want to know that he’s alive and want him to get proper medical attention and legal representation.” They said Mr. Khan has epilepsy, a condition that is aggravated by stress.

Human rights experts share their concerns. “The Bangladesh security forces have a long record of using beatings and other forms of torture to try to extract confessions from suspects,” said Phil Robertson, deputy Asia director of Human Rights Watch. “Bangladesh has been playing a desperate game of catch-up to try to figure out who is behind this attack, and the worry is that this will encourage use of extreme methods like torture against these suspects.”

Five young men who carried out the attack were killed when the army entered the restaurant on Saturday morning, law enforcement authorities have said.

Abdul Baten, joint commissioner of the detective branch of the Dhaka Metropolitan Police, confirmed that Mr. Khan and two others were being held for questioning about the attack in which 20 hostages, most of them foreigners, were killed, along with two police officers. He said the authorities had not reached “any conclusion about them yet.”

Mr. Khan is the son of Fazle Khan, the chief executive of a large poultry company in Bangladesh. A second man being held, Hasnat Karim, is a British citizen who works for a family-owned civil engineering firm, Basic Engineering Ltd. in Dhaka, and who was also a hostage at the restaurant, along with his wife and children, ages 8 and 13.
Photo
Tahmid Hasib Khan in a photograph provided by his family.

Mr. Baten refused to release the name of the third man.

Mr. Khan was majoring in global health and heading into his senior year, his brother, Talha Khan, said in an interview, and was involved in the Bangladeshi student group on campus, where he also played sports, acted in plays and participated in the Model United Nations.

He had signed up for an internship working for Unicef in Nepal, where he was scheduled to start work in early July, a letter from the organization confirmed. He had bought a ticket to fly to Nepal a few days after the attack.

He arrived home in Bangladesh on July 1 after the long flight from Canada, and arranged what promised to be a happy reunion with some old friends at the Holey Artisan Bakery, a popular hangout in the city’s diplomatic enclave. But what started as a joyful occasion turned into a scene of horror.

Nevertheless, in the early hours of the morning, as the bloodletting gave way to a grinding hostage siege, the attackers told Mr. Khan and his friends that they would be spared because they were Bangladeshi Muslims, two people who were held hostage with him said in an interview. They spoke only anonymously for fear of upsetting the police, who had asked them not to speak to the news media.

They said that Mr. Khan and Mr. Karim were placed at a table of eight patrons, including Mr. Karim’s two children, all of whose lives were spared. They were instructed to put their heads down on the table, and spent much of the night in the dark.

But several times during the siege, the attackers ordered Mr. Khan and Mr. Karim to perform specific tasks for them, the two hostages said.

At one point, the attackers directed Mr. Khan to carry a gun and go with them to the roof of the restaurant, the hostages said. They said Mr. Khan resisted, and to persuade him to hold the weapon the attackers fired it to show him its magazine was empty. Mr. Khan broke down in tears at their insistence he take the gun, one of the hostages said, but reluctantly complied.
Today’s Headlines: Asia Edition

Get news and analysis from Asia and around the world delivered to your inbox every day in the Asian morning.

Mr. Karim was twice ordered to go DHAKA, Bangladesh — When he was released with seven other hostages after a harrowing night of terrorist violence last Saturday, Tahmid Hasib Khan expected to be greeted with welcoming arms. Instead, Mr. Khan, a 22-year-old University of Toronto student, was grabbed by the Bangladeshi police, beaten and taken into custody. He has not been seen since.

Mr. Khan has been held largely incommunicado by law enforcement in Bangladesh’s capital city of Dhaka for the past week, suspected by the police of being involved in the attack in which gunmen carrying explosives stormed a Dhaka restaurant and the Islamic State took credit. Mr. Khan’s family and friends say it is a case of mistaken identity, but as the days have passed, they have grown increasingly desperate to make contact with him, fearing for his life in a country where brutal interrogation practices are commonplace.

“We don’t want anything bad to happen to him,” said a cousin of Mr. Khan’s, Ali Faiyaz Shoumo. “We just want to know that he’s alive and want him to get proper medical attention and legal representation.” They said Mr. Khan has epilepsy, a condition that is aggravated by stress.

Human rights experts share their concerns. “The Bangladesh security forces have a long record of using beatings and other forms of torture to try to extract confessions from suspects,” said Phil Robertson, deputy Asia director of Human Rights Watch. “Bangladesh has been playing a desperate game of catch-up to try to figure out who is behind this attack, and the worry is that this will encourage use of extreme methods like torture against these suspects.”

Five young men who carried out the attack were killed when the army entered the restaurant on Saturday morning, law enforcement authorities have said.

Abdul Baten, joint commissioner of the detective branch of the Dhaka Metropolitan Police, confirmed that Mr. Khan and two others were being held for questioning about the attack in which 20 hostages, most of them foreigners, were killed, along with two police officers. He said the authorities had not reached “any conclusion about them yet.”

Mr. Khan is the son of Fazle Khan, the chief executive of a large poultry company in Bangladesh. A second man being held, Hasnat Karim, is a British citizen who works for a family-owned civil engineering firm, Basic Engineering Ltd. in Dhaka, and who was also a hostage at the restaurant, along with his wife and children, ages 8 and 13.
Photo
Tahmid Hasib Khan in a photograph provided by his family.

Mr. Baten refused to release the name of the third man.

Mr. Khan was majoring in global health and heading into his senior year, his brother, Talha Khan, said in an interview, and was involved in the Bangladeshi student group on campus, where he also played sports, acted in plays and participated in the Model United Nations.

He had signed up for an internship working for Unicef in Nepal, where he was scheduled to start work in early July, a letter from the organization confirmed. He had bought a ticket to fly to Nepal a few days after the attack.

He arrived home in Bangladesh on July 1 after the long flight from Canada, and arranged what promised to be a happy reunion with some old friends at the Holey Artisan Bakery, a popular hangout in the city’s diplomatic enclave. But what started as a joyful occasion turned into a scene of horror.

Nevertheless, in the early hours of the morning, as the bloodletting gave way to a grinding hostage siege, the attackers told Mr. Khan and his friends that they would be spared because they were Bangladeshi Muslims, two people who were held hostage with him said in an interview. They spoke only anonymously for fear of upsetting the police, who had asked them not to speak to the news media.

They said that Mr. Khan and Mr. Karim were placed at a table of eight patrons, including Mr. Karim’s two children, all of whose lives were spared. They were instructed to put their heads down on the table, and spent much of the night in the dark.

But several times during the siege, the attackers ordered Mr. Khan and Mr. Karim to perform specific tasks for them, the two hostages said.

At one point, the attackers directed Mr. Khan to carry a gun and go with them to the roof of the restaurant, the hostages said. They said Mr. Khan resisted, and to persuade him to hold the weapon the attackers fired it to show him its magazine was empty. Mr. Khan broke down in tears at their insistence he take the gun, one of the hostages said, but reluctantly complied.
Today’s Headlines: Asia Edition

Get news and analysis from Asia and around the world delivered to your inbox every day in the Asian morning.

Mr. Karim was twice ordered to go DHAKA, Bangladesh — When he was released with seven other hostages after a harrowing night of terrorist violence last Saturday, Tahmid Hasib Khan expected to be greeted with welcoming arms. Instead, Mr. Khan, a 22-year-old University of Toronto student, was grabbed by the Bangladeshi police, beaten and taken into custody. He has not been seen since.

Mr. Khan has been held largely incommunicado by law enforcement in Bangladesh’s capital city of Dhaka for the past week, suspected by the police of being involved in the attack in which gunmen carrying explosives stormed a Dhaka restaurant and the Islamic State took credit. Mr. Khan’s family and friends say it is a case of mistaken identity, but as the days have passed, they have grown increasingly desperate to make contact with him, fearing for his life in a country where brutal interrogation practices are commonplace.

“We don’t want anything bad to happen to him,” said a cousin of Mr. Khan’s, Ali Faiyaz Shoumo. “We just want to know that he’s alive and want him to get proper medical attention and legal representation.” They said Mr. Khan has epilepsy, a condition that is aggravated by stress.

Human rights experts share their concerns. “The Bangladesh security forces have a long record of using beatings and other forms of torture to try to extract confessions from suspects,” said Phil Robertson, deputy Asia director of Human Rights Watch. “Bangladesh has been playing a desperate game of catch-up to try to figure out who is behind this attack, and the worry is that this will encourage use of extreme methods like torture against these suspects.”

Five young men who carried out the attack were killed when the army entered the restaurant on Saturday morning, law enforcement authorities have said.

Abdul Baten, joint commissioner of the detective branch of the Dhaka Metropolitan Police, confirmed that Mr. Khan and two others were being held for questioning about the attack in which 20 hostages, most of them foreigners, were killed, along with two police officers. He said the authorities had not reached “any conclusion about them yet.”

Mr. Khan is the son of Fazle Khan, the chief executive of a large poultry company in Bangladesh. A second man being held, Hasnat Karim, is a British citizen who works for a family-owned civil engineering firm, Basic Engineering Ltd. in Dhaka, and who was also a hostage at the restaurant, along with his wife and children, ages 8 and 13.
Photo
Tahmid Hasib Khan in a photograph provided by his family.

Mr. Baten refused to release the name of the third man.

Mr. Khan was majoring in global health and heading into his senior year, his brother, Talha Khan, said in an interview, and was involved in the Bangladeshi student group on campus, where he also played sports, acted in plays and participated in the Model United Nations.

He had signed up for an internship working for Unicef in Nepal, where he was scheduled to start work in early July, a letter from the organization confirmed. He had bought a ticket to fly to Nepal a few days after the attack.

He arrived home in Bangladesh on July 1 after the long flight from Canada, and arranged what promised to be a happy reunion with some old friends at the Holey Artisan Bakery, a popular hangout in the city’s diplomatic enclave. But what started as a joyful occasion turned into a scene of horror.

Nevertheless, in the early hours of the morning, as the bloodletting gave way to a grinding hostage siege, the attackers told Mr. Khan and his friends that they would be spared because they were Bangladeshi Muslims, two people who were held hostage with him said in an interview. They spoke only anonymously for fear of upsetting the police, who had asked them not to speak to the news media.

They said that Mr. Khan and Mr. Karim were placed at a table of eight patrons, including Mr. Karim’s two children, all of whose lives were spared. They were instructed to put their heads down on the table, and spent much of the night in the dark.

But several times during the siege, the attackers ordered Mr. Khan and Mr. Karim to perform specific tasks for them, the two hostages said.

At one point, the attackers directed Mr. Khan to carry a gun and go with them to the roof of the restaurant, the hostages said. They said Mr. Khan resisted, and to persuade him to hold the weapon the attackers fired it to show him its magazine was empty. Mr. Khan broke down in tears at their insistence he take the gun, one of the hostages said, but reluctantly complied.
Today’s Headlines: Asia Edition

Get news and analysis from Asia and around the world delivered to your inbox every day in the Asian morning.

Mr. Karim was twice ordered to go outside the restaurant, once to lock the gate and then in the morning to open it, one of the hostages interviewed said.

They said the attackers appeared to grow anxious in the early morning about what to do with the group of Bangladeshi Muslims they had spared, and took Mr. Khan and Mr. Karim to the roof to discuss the matter.

They said Mr. Khan persuaded the attackers to spare the group, and soon after, at about 6 a.m., they were released.

When the police tackled Mr. Khan and began beating him, apparently believing he was allied with the attackers, the other hostages rushed to his defense.

“Why are you punching him, we were sitting at the same table all night, he was with us,” one of them said, prompting the police to stop. Mr. Khan’s brother said his family was confident of Tahmid’s innocence and yet understood that law enforcement needed time to check the evidence. However, he said, as the days have passed without any contact with him, “we are growing a little bit anxious.”

Mr. Khan’s father was allowed to speak with him a few days ago by telephone in the presence of a police officer. But they have heard nothing for the past three days, his brother said.

Hosne Ara Karim, Mr. Karim’s mother, said in an interview that her son was innocent and the family was “shocked” at the suggestion he might have been involved with the attackers.

In addition to being seen with the attackers during the siege of the restaurant, Mr. Karim had at one time been a member of the faculty of North South University, where several teachers were dismissed for alleged links to militant groups. Spokesmen for the university could not be reached for comment on Friday but Belal Ahmed, a spokesman, told The Daily Star, a Bangladeshi daily, that Mr. Karim was not among four teachers who were let go.

-------------------------------------------------------------------------------------

Ce décadrachme conforte donc l'idée selon laquelle Alexandre et Pôros se seraient livrés un combat singulier. Il faut cependant noter que la date et le lieu de frappe de cette monnaie exceptionnelle restent sujet à caution. En effet, la découverte de l'un des plus vastes trésors monétaires de l'Antiquité à Mir Zaka, en Afghanistan, a remis en question l'hypothèse d'une frappe à Babylone. Ce trésor comprenait beaucoup de décadrachmes incitant à replacer l'émission de ceux-ci plus à l'Est. D'ailleurs la qualité assez fruste de la frappe pourrait indiquer la marque d'un atelier itinérant ; il est à noter aussi que certains chercheurs privilégient une frappe posthume, réalisée par l'un des Diadoques, peut-être Séleucos Ier.
Alexandre commémore cette victoire en frappant monnaie à l'effigie de Pôros. Sur ce décadrachme, frappé à Babylone vers 323 av. J.-C., on peut remarquer :
Son nom vient de βοῦς / boûs, le bœuf, et de κεφαλή / kephalê, la tête. Diverses explications ont été avancées :

Ce serait le nom d'une race de chevaux thessaliens réputés, qui se distinguent par une marque en forme de tête de bœuf sur l'épaule ou sur la hanche.
Bucéphale aurait porté une liste (marque(luced) blanche sur la tête) en forme de tête de bœuf.
Le nom ferait allusion à l'aspect farouche du cheval.
Le cheval porterait sur la tête une ou deux protubérances en forme de corne.
La tête de Bucéphale aurait ressemblé à celle d'un bœuf.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 6263
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: Re: Bataille de l'Hydaspe et Bucéphale.   Ven 15 Juil à 8:52

Le rêve


Je vois l’automne en rêve à travers la fenêtre,
Toi, parmi les amis qui font les plaisantins
Mon cœur, tel un faucon qui vient de se repaître,
Descendant des hauteurs se posait sur ta main.

Vieilli, le temps passait, il estompait les êtres,
La croisée embuée eut des reflets d’argent…
Septembre, ce matin avait surgi des champs,
Couvert de pleurs de sang les vitres des fenêtres.

Le temps passait, fripant les fauteuils, leur satin
S’éraillait et fondait, pareil à de la glace ;
La cloche s’assourdit, la voix hésite et passe.
Comme un écho, mon rêve, affadi s’est éteint…

Je m’éveillai dès l’aube obscurcie, automnale,
Quand le vent, s’éloignant en rapides rafales,
Comme un char de blé mûr perdant ses brins de miel,
Emportait les bouleaux qui couraient dans le ciel.

Boris PASTERNAK (écrivain russe, 1890-1960) in Katia Granoff, Anthologie de la poésie russe, Christian
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 6263
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: Re: Bataille de l'Hydaspe et Bucéphale.   Ven 15 Juil à 8:53

Processus de Paix des secouristes de la république de l'Olivier.

Je crois qu'à l'avenir, plus personne ne pourra recréer des bulles d'exclusions...
Pour cela, je ne peux me permettre de mettre à l'écart tout individu(e) et "État".

Je ne suis qu'une femme ou un homme humble qui en vous adressant ces ces vers,
espère qu'il puisse vous conduire vers l'expérience, le travail et la communauté...
La solitude augmente ou diminue le nervosité... Cela s'appelle le malheur...

Alors par décision, on recherche à se tranquilliser et remettre la balance sur le zéro;
alors par construction, on décèle la notion d'une fragile tolérance:
Celle d'insulter !

Par Yahvé, cela est une horreur et une erreur...

La République de l'Olivier dit :
"Oui à la gréve, Non à l'Esclavage..."
la constitution rajoute :
"Oui à la Bibliothèque et Non à la Faim."
et le peuple doit rajouter :
"Oui à l'écoute et Non aux viols physiques et moraux."

Alors le Novice du Secourisme prends en charge sa nouvelle fonction autre qu'un service
militaire mais basé aussi sur la protection du Bien et du Corps.

"Je suis Y'becca"

Ecrit de
TAY
La chouette effraie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 6263
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: Re: Bataille de l'Hydaspe et Bucéphale.   Ven 15 Juil à 8:56

Véritis Ciconia, la Cigogne verte ou la Lune
Constitution sur Le Secourisme et les Séismes.
Le juge Suprême de la République de l'Olivier.
http://leclandesmouettes.bbflash.net/f1-le-clans-des-mouettes
Ecoutez et faire signe aux scribes de Justice d'écrire : Les Hommes et les prophètes ont toujours condamné les peuples qui n'écoutent que les plus brave d'entre-eux.

Ces Hommes condamnent l'ingratitude, insouciance et le mépris... Ils rappellent les choses... Pour un enfant, Dieu est incarné dans le vent. Alors le prophète condamne les profiteurs et les ignorants.

Celui qui peut prétendre être la République, c'est celui qui veut rassembler autour d'un peuple et d'un enseignement... Ouvrir les Portes aux Laïques...

Pour cela, il faut réellement avoir une vision et une anticipation : Voir la Pauvreté et entendre l'embouteillage. Croire en Yahvé, celui qui n'a pas d'image, L’Éternel ! Celui qui a entendu sa naissance...


Non à l'Esclavage, Non à la Pauvreté, Non à la Torture , Non aux viols physiques et moraux, Non à la Séquestration...
http://la-5ieme-republique.actifforum.com/t75-la-chouette-et-le-sacrifice

Se préparer à notre vérité, la connaissance est un outil. Le feu de l’Éternel est un phare où les marins ont un repaire. Ses étoiles, sa matière permettent aux sextants de trouver sens dans l’intrigante tempête... Sans roses des sables, la boussole n'indique rien ! Entendre sa plainte et sa soif de République... L'Egalité et ses Enfants ou le Peuple

TAY
La Chouette Effraie
http://leclandesmouettes.bbflash.net/f1-le-clans-des-mouettes
------------------------------------------------------------------------------------------------------
La naissance de Marseille par cette danseuse qui choisi son marié autour d'un feu
m'inspire de la force de la Nature sur le pouvoir... Ainsi Naquit le cercle de feu...
Par cette reconnaissance de de la citoyenneté féminine, elle acquiert de pouvoir choisir des mariés ou mariées en dehors de la cité... Ainsi Naquit le cercle de Feu et la restitution du vote des femmes dans les démocraties dite antiques. Le Contrat de Personne en Danger et les Ouvertures de la Justice et de l'Hygiène.

http://la-5ieme-republique.actifforum.com/t75-la-chouette-et-le-sacrifice


TAY
La chouette effraie
---------------------------------------------------------------------------------------------------------

6 Μαΐου 2016

Στις 20-21 Μαΐου το α2-innohub στην Αθήνα και το π1-innohub στην Πάτρα ανοίγουν ταυτόχρονα τις πόρτες τους για να υποδεχτούν σε ένα δημιουργικό μαραθώνιο φοιτητές, νέους επιστήμονες, μηχανικούς, προγραμματιστές, νέους επαγγελματίες, δημιουργικούς ανθρώπους, οι οποίοι θα συναγωνιστούν σε ομάδες για την επίλυση των 54 προκλήσεων του παγκόσμιου διαγωνισμού ActInSpace με τη χρήση διαστημικών δεδομένων, δημιουργώντας σε 24 ώρες ένα καινοτόμο σχέδιο με ρεαλιστική λύση για την βέλτιστη αντιμετώπιση αυτών των προκλήσεων.
http://leclandesmouettes.bbflash.net/t19-gaia-ou-l-australie-et-le-mexique
Ο διαγωνισμός είναι ανοιχτός στο κοινό και δεν υπάρχει κόστος συμμετοχής, ωστόσο απαιτείται προεγγραφή.

Σκοπός του είναι η δημιουργία νέων καινοτόμων ιδεών και επιχειρηματικών πρωτοβουλιών με την αξιοποίηση διαστημικών τεχνολογιών και η καλλιέργεια του επιχειρηματικού πνεύματος.

Οι διαγωνιζόμενοι καλούνται να επιλέξουν μεταξύ των προκλήσεων, αυτή που τους ταιριάζει, και με την καθοδήγηση εμπειρογνωμόνων και διακεκριμένων μεντόρων να δημιουργήσουν το δικό τους project, το οποίο θα παρουσιάσουν σε επιτροπή στο τέλος της ημέρας.

Ο νικητής που θα αναδειχτεί από τον εθνικό διαγωνισμό στην Αθήνα και Πάτρα θα εκπροσωπήσει την Ελλάδα στον Ευρωπαϊκό τελικό στην Τουλούζη στις 29 Ιουνίου 2016.

Τελικό έπαθλο

Η νικήτρια ομάδα του παγκόσμιου τελικού του ActInSpace θα κερδίσει μια πτήση σε συνθήκες μηδενικής βαρύτητας με το αεροσκάφος όπου εκπαιδεύονται οι αστροναύτες της Novespace. Ακόμα μεταξύ των βραβείων περιλαμβάνονται ένα Voucher αξίας 100.000€ για δορυφορικά δεδομένα από την Airbus Defence and Space, ενώ ένας μεγάλος αριθμός ομάδων θα λάβει υποστήριξη για την περαιτέρω ανάπτυξη της ιδέας του και τη δημιουργία της δικής του start-up.

Εγγραφή

Οι ενδιαφερόμενοι σε Αθήνα και Πάτρα μπορούν να δηλώσουν συμμετοχή έως την Κυριακή 15 Μαΐου 2016: http://www.actinspace.org/en/inscription

To ΑctInSpace, που φέτος πραγματοποιείται ταυτόχρονα σε 27 πόλεις παγκοσμίως, διοργανώνεται από την Ευρωπαϊκή Υπηρεσία Διαστήματος (ESA), τη Γαλλική Υπηρεσία Διαστήματος (CNES), και το ESA BIC Sud France και υποστηρίζεται από την Airbus Defence and Space, την Airfrance/KLM και τη Novespace.

O εθνικός διαγωνισμός του ActInSpace υλοποιείται υπό το συντονισμό του Corallia, φορέα συντονιστή του si-Cluster, με την ευγενική χορηγία των μελών του si-Cluster: Alma Technologies, ESS, Planetek Hellas και GET, την υποστήριξη της ΕΒΙΔΙΤΕ, του IEEE SB NTUA και του IEEE SB University of Patras, την τεχνική υποστήριξη της Lancom και χορηγό επικοινωνίας το The TOC.

Διαβάστε ολόκληρο το Δελτίο Τύπου του si-Cluster εδώ.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 6263
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: Re: Bataille de l'Hydaspe et Bucéphale.   Ven 15 Juil à 8:58

Le Hiawatha historique
La ceinture de Hiawatha
Drapeau de la Confédération iroquoise

Hiawatha, ou Ayenwatha, ou Haiëñ'wa'tha, aurait vécu, selon les versions, entre le XIIe et le XVIe siècle et aurait été le chef des tribus Onondaga ou Mohawk. Disciple du « Grand Pacificateur », un personnage quasi-légendaire considéré comme un prophète et un chef spirituel, il aurait fondé avec lui la confédération des Iroquois et aurait alors reçu le nom de Hadenosaunee, nom par lequel les Iroquois se désignent depuis. Il aurait ainsi réuni les tribus Seneca, Cayuga, Onondaga, Oneida et Mohawk, auxquelles se joignit plus tard la tribu Tuscarora.

La ceinture de Hiawatha actuellement conservée est le symbole de la confédération iroquoise : c'est une ceinture faite de perles tissées, violettes et blanches, dont les dessins symbolisent les cinq tribus d'origine. Elle serait datée du milieu du XVIIIe siècle et serait la copie d'un exemplaire plus ancien disparu. Elle est la base du drapeau de la Confédération de Haudenosaunee.

---------------------------------------------------------------------------------------

Le Hiawatha légendaire
Hiawatha et Minnehaha, sculpture de Jacob Fjelde, 1911, Minnehaha Park, Minneapolis, Minnesota

Envoyé sur terre dans une mission messianique, être un exemple pour tous les hommes, renforcer leur courage et leur union, Hiawatha naît parmi les Indiens, grandit, épouse une fille dakota nommée Minnehaha (« L'eau qui rit »). Il vit en guerrier, chasse, comme les autres hommes. Mais en cas de besoin, il peut se changer en oiseau, en poisson, en toute sorte d'animal ou de plante. Il parle à ses amis avec une voix féminine et douce et à ses ennemis avec une voix de tonnerre. Géant invincible, il connaît de nombreuses aventures. Navigant sur un lac à bord de son canoë de pierre, il est avalé par un poisson géant, lui transperce le cœur et en sort triomphant. Les caractéristiques d'animaux, comme la tache rouge sur la tête du pic-vert, seraient des marques laissées par Hiawatha. Des lieux précis sont supposés avoir été le cadre des aventures de Hiawatha. Le héros indien, à sa mort, aurait été enterré sous une montagne de trois miles de long, nommée The Sleeping Giant (« le Géant endormi »), à l'est de Thunder Bay, sur le lac Supérieur. Selon d'autres, Hiawatha ne serait pas mort, mais vivrait au sommet de la terre, dans les glaces : s'il revenait dans son pays, ses pieds embraseraient toute la terre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 6263
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: Re: Bataille de l'Hydaspe et Bucéphale.   Ven 15 Juil à 8:59

L'écriture du Bruit (dans la rive gauche de Toulouse)...
Dédié au Vide (alpha et oméga) et au son (l'écho).

L'art du dramatique afin de repousser...
Ainsi, on s'acquiert l'aspect du repos et l'on peut sombrer
Dans le tourbillon des paroxysmes... Illusions et mirages
se transforme en un brouillard de clarté dans l'épaisse couverture
du confort et de la résonance.
Le Vide se construit il par le son, le son s'exprime et résonne par la matière.

En des années, la seine a grossi et le Temps nous rappelle à l'Ordre: Le Staduim.
Ile du Ramier, la lutte contre l'humidité; l'échange de la culture agricole de la Dame.
En faites un referendum municipal tout comme tous les referendum montre l'Homme
au cœur de la République... Faire participer les habitants à la vie citoyenne de tous les
acteurs et actrices du cœur examiné et du débat autour du sujet.

Et puis pour la première fois, j'ai vu cette jeune fille observé le miroir... Imaginons sur la nature
et l'inceste... Eh bien, ne cataloguons pas tous cela en une série de biens raciales, fonciers
et de nationalités. Finalement, Tous clandestins et tous travailleurs, n'a qu'un souhait, se prémunir
de la pluie dans une caravane habitable ou dans une demeure digne.

Cette jeune fille avait ressenti une tempête... Elle mourrait dans l'âme... https://www.youtube.com/watch?v=EONeXYMjQUc ... Des chants de baleines... Alors, j'ai su qu'elle était forte... Elle était l'ombre de la source bien plus ombre que la source... alors j'ai compris la force de cette humanité...

Je la sens ... Elle guette... Vous avez réveillé son cœur de sécheresse... Douche comme la sagesse...
Et voilà son histoire qui se poursuit devant ce temps qui s’étend dans l'infini... En faites , c'est la République de France qui donne un pouvoir local, non son président, à tous les habitants d'une commune et de son pays :
Toutes Habitantes et Tous Habitants que seul la haine a démuni les membres.... Pourquoi renverser sa tribut,
Construisons un peuple dans l'éclaircie et l'averse...
Le Temps et sa fécondité voulaient entendre le souffle du vent alors que j'entends mugir le cri de la colère... Les servantes et les femmes ont crées de nouveaux chefs... Ils ont été instruit dans le dunes du désert selon chaque tributs des douze et des bédouins. Oui, les mouettes et la géographie... L'extension de la civilisation de la vallée de l'Indus et à la notoriété d'un homme issu de la chair et non de l'essence, doué d'un esprit intime et vivant dénudé de la vocation à se définir comme Dieu ou messager mais Vivant dans l'instant présent contre la pauvreté, l'esclavage, le viol, le braconnage et la torture ayant lutter dans les contrées de Chine... Un Anglais... Comme quoi, Le Commonwealth possède une grande âme à vocation laïque et de liberté malgré sa croyance propre et La République de France tout comme la Desporah peuvent devenir des soeurs intimes telle que "Isis et Nephtys"... Un étranger lié à la Nature et autres aux divinités multiples portant ni chapelet, ni livre du monothéisme : ne connaissant pas les textes hindouistes canoniques, tels que les quatre védas, les Brāhmaṇas, les Āraṇyaka et les Upaniṣad sont composés en sanskrit védique, une forme du sanskrit. La culture associée à cette période, parfois désignée comme la civilisation védique, se développe au nord et au nord-ouest du sous-continent indien. mais qui ose s'adresser en fables en laissant le libre arbitre de la culture autonome et grandissante d'une culture millénaire et autonome dans sa justice malgré que les Femmes... Les Femmes dites Objets d'une richesse sur le bien et oubliant le bonheur du relationnel... Car, oui, il y a l'histoire du prince du Népal qui ne put épouser sa bien aimée: il tua son père et sa famille, le jour de son mariage qui par la suite se suicida et un roi absurde se déclara divin: Ainsi Naquit la République du Népal, l'Autonomie des Mustangs et le Rayonnement.
du royaume du Bhoutan. Ce Prince du Népal, je ne peut l'oublier; il est à la mesure de la détresse des peuples de l’Himalaya et de ses plaines... Autrefois, il y avait un consulat du Royaume du Népal... Dipendra, Je prie pour l’Âme de ce prince qui ne trouvera le repos que lorsque des mariages libres se célébreront dans l'Himalaya, ses plaines et dans le monde. Le Chant de Merlin le rouge gorge du Népal est perçu dans les mariages libres et où Les Femmes ne sont plus des Objets d'une richesse sur le bien.

Pourtant je crois toujours en la République de l'Olivier, la France et sa République, L'O.N.U et à une évolution dans l'espace: La destinée du destin , mes Frères et Sœurs. Et je n'ai voté que pour une seule volonté: Celle de l'équité dans la Justice de l'Eau.

TAY
La chouette effraie.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 6263
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: Re: Bataille de l'Hydaspe et Bucéphale.   Ven 15 Juil à 9:29

Le Temps et sa fécondité voulaient entendre le souffle du vent alors que j'entends mugir le cri de la colère... Les servantes et les femmes ont crées de nouveaux chefs... Ils ont été instruit dans le dunes du désert selon chaque tributs des douze et des bédouins. Oui, les mouettes et la géographie... L'extension de la civilisation de la vallée de l'Indus et à la notoriété d'un homme issu de la chair et non de l'essence, doué d'un esprit intime et vivant dénudé de la vocation à se définir comme Dieu ou messager mais Vivant dans l'instant présent contre la pauvreté, l'esclavage, le viol, le braconnage et la torture ayant lutter dans les contrées de Chine... Un Anglais... Comme quoi, Le Commonwealth possède une grande âme à vocation laïque et de liberté malgré sa croyance propre et La République de France tout comme la Desporah peuvent devenir des soeurs intimes telle que "Isis et Nephtys"... Un étranger lié à la Nature et autres aux divinités multiples portant ni chapelet, ni livre du monothéisme : ne connaissant pas les textes hindouistes canoniques, tels que les quatre védas, les Brāhmaṇas, les Āraṇyaka et les Upaniṣad sont composés en sanskrit védique, une forme du sanskrit. La culture associée à cette période, parfois désignée comme la civilisation védique, se développe au nord et au nord-ouest du sous-continent indien. mais qui ose s'adresser en fables en laissant le libre arbitre de la culture autonome et grandissante d'une culture millénaire et autonome dans sa justice malgré que les Femmes... Les Femmes dites Objets d'une richesse sur le bien et oubliant le bonheur du relationnel... Car, oui, il y a l'histoire du prince du Népal qui ne put épouser sa bien aimée: il tua son père et sa famille, le jour de son mariage qui par la suite se suicida et un roi absurde se déclara divin: Ainsi Naquit la République du Népal, l'Autonomie des Mustangs et le Rayonnement.
du royaume du Bhoutan. Ce Prince du Népal, je ne peut l'oublier; il est à la mesure de la détresse des peuples de l’Himalaya et de ses plaines... Autrefois, il y avait un consulat du Royaume du Népal... Dipendra, Je prie pour l’Âme de ce prince qui ne trouvera le repos que lorsque des mariages libres se célébreront dans l'Himalaya, ses plaines et dans le monde. Le Chant de Merlin le rouge gorge du Népal est perçu dans les mariages libres et où Les Femmes ne sont plus des Objets d'une richesse sur le bien.

Pourtant je crois toujours en la République de l'Olivier, la France et sa République, L'O.N.U et à une évolution dans l'espace: La destinée du destin , mes Frères et Sœurs. Et je n'ai voté que pour une seule volonté: Celle de l'équité dans la Justice de l'Eau.

Ecrit de
TAY
La chouette effraie
avec l'aide du chant,
Du Rouge Gorge du Népal.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 6263
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: Re: Bataille de l'Hydaspe et Bucéphale.   Ven 15 Juil à 9:38

Le Secteur Privé, L'emploi jeune et les Pompiers.

Les jeunes pompiers mixtes sont confrontés à des études et des exercices...
On critique que les accidents et les programmes ne coïncident pas..!

Alors des études de pompiers amateurs dans les sites industriels; cela n'est pas absurde
aux yeux de Police la Coatie: Bonne formation au coeur de l'apprentissage mais attention la tache de secouristes est vaste, et malgré sa diversité elle se doit pas être rétrograte et machiste.

Tel Un des sept pilliers de la Sagesse que Le Légendaire Gordon Pacha transmit à l'ensemple des peuples du Monde Libre; nous, Peuples de France et de sa République, ajoutons le service public et la faculté de tiers état par Proctetion et Formation pour Essence de Vie, Nous secondons les medecins tout comme le vétérinaire... Une nouvelle image du recyclage... La transformation et le travail par code en encadrant le travail à la chaine qui devra être aboli ou le traitement de la Rouille
afin d'intégrer l'artificielle avant même sa naissance...

En effet, C'est bien beau d'offrir la vie mais un peu de pluviomètre et de rayons de soleil...
Décrire le plomb aux novices secouristes dans les classes de maternelles de colléges par des cours de technologies pour être plus écologiste et impertinent au milieu du monde agricole: La pompe centrifuge, les couts et les impôts...

Le rôle de la République n'est pas de rendre l'individu assisté, il est d'être autonome, d'avoir la reconnaissance du secteur Public et de dire, messieurs les Anglais soyez les bienvenus en compagnies de vos miroirs... Nous voilà, à l'aube de la Diasporah, celle qui conduit aux séismes et à choisir entre devenir des secouristes ou bien devenir des parasites !

Ecrit de
TAY
La chouette effraie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 6263
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: Re: Bataille de l'Hydaspe et Bucéphale.   Ven 15 Juil à 10:00

La lettre de George Sand

Je suis très émue de vous dire que j'ai
bien compris l'autre soir que vous aviez
toujours une envie folle de me faire
danser. Je garde le souvenir de votre
baiser et je voudrais bien que ce soit
là une preuve que je puisse être aimée
par vous. Je suis prête à vous montrer mon
affection toute désintéressée et sans cal-
cul, et si vous voulez me voir aussi
vous dévoiler sans artifice mon âme
toute nue, venez me faire une visite.
Nous causerons en amis, franchement.
Je vous prouverai que je suis la femme
sincère, capable de vous offrir l'affection
la plus profonde comme la plus étroite
en amitié, en un mot la meilleure preuve
dont vous puissiez rêver, puisque votre
âme est libre. Pensez que la solitude où j'ha-
bite est bien longue, bien dure et souvent
difficile. Ainsi en y songeant j'ai l'âme
grosse. Accourrez donc vite et venez me la
faire oublier par l'amour où je veux me
mettre.

La réponse de de Musset
Quand je mets à vos pieds un éternel hommage
Voulez-vous qu'un instant je change de visage ?
Vous avez capturé les sentiments d'un cœur
Que pour vous adorer forma le Créateur.
Je vous chéris, amour, et ma plume en délire
Couche sur le papier ce que je n'ose dire.
Avec soin, de mes vers lisez les premiers mots
Vous saurez quel remède apporter à mes maux.

La réponse de Sand
Cette insigne faveur que votre cour réclame
Nuit à ma renommée et répugne mon âme.
---------------------------------------------------------------------
Le doux mélange de l'âme féminine devant la masculinité:
C'est esquisse cette vision de daltonien qui sépare l'Homme de sa bien aimée.
Je le sais parce que j'ai vécu cette douce folie qui traverse Alfred de Musset !
TAY
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 6263
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: Re: Bataille de l'Hydaspe et Bucéphale.   Sam 16 Juil à 2:52

Le Licancabur est un stratovolcan andin, situé à la frontière entre la Bolivie et le Chili : « montagne du peuple », de lican « peuple » et cabur « montagne ». La faune est caractérisée par des espèces très particulières qui se sont adaptées aux conditions extrêmes de vie de cette région, quelques-unes d'entre elles sont en danger d'extinction. La dernière éruption du volcan a produit d'importantes coulées de lave andésitiques qui s'étendent jusqu'à 6 kilomètres le long des versants sud-ouest et nord-ouest. Des laves plus anciennes ont été retrouvées jusqu'à 15 kilomètres du sommet ainsi que des traces de coulées pyroclastiques avec dépôts d'ignimbrite.
La voie d'ascension la plus facile se trouve du côté bolivien car de nombreuses mines sont présentes côté chilien. De nombreuses ruines incas sont présentes sur les pentes du volcan jusqu'à son sommet, les plus importantes à sa base. Elles sont la preuve que le volcan a été gravi à l'époque précolombienne et n'a pas connu d'éruption majeure au cours des 500 à 1 000 dernières années. La première ascension moderne a été effectuée en novembre 1884 par Severo Titichoca, un indien originaire de San Pedro de Atacama.Le Licancabur se trouve au sud-ouest de la laguna Verde et entre les volcans Juriques et Sairecabur. Il domine le paysage du salar d'Atacama. Il appartient majoritairement au Chili, seuls les deux-tiers du versant nord-est appartenant à la Bolivie. Le nom Licancabur est une hispanisation d'un mot kunza utilisé par les indiens Atacama pour désigner le volcan et signifiant « montagne du peuple », de lican « peuple » et cabur « montagne ».
Le sommet ainsi que son cratère sont situés au Chili, à 1 kilomètre de la frontière. Sa largeur est d'environ 400 mètres et il contient un lac de cratère de 90 mètres de long pour 70 mètres de large et de 8 mètres de profondeur maximale, un des lacs les plus élevés du monde1. Au cours de fouilles archéologiques en 1982, Johan Reinhard (en) et Charles Brush ainsi que trois autres plongeurs explorent le lac, établissant un record de plongée en altitude2. Le lac est gelé en hiver et, malgré des conditions très hostiles (radiation UV intense, faible pression atmosphérique, température négative), abrite une faune planctonique extrêmophile, notamment des diatomées. Cet environnement est sans doute très proche de celui qui régnait sur Mars, lorsque l'eau était présente sur la surface de la planète, d'où l'intérêt porté à ce lac par la communauté scientifique. Tout près du volcan, à l'ouest, se trouve le village et centre touristique chilien de San Pedro de Atacama.

Le versant bolivien du Licancabur fait partie de la réserve nationale de faune andine Eduardo Avaroa. La réserve nationale de faune andine Eduardo Avaroa en Bolivie est une vaste zone de protection de la nature de 7 000 km2, située dans le département de Potosí, aux frontières de l'Argentine et du Chili. Elle est administrée par le Servicio Nacional de Áreas Protegidas bolivien ou SERNAP.

Il y a trois espèces de flamants qui constituent l'attraction principale du parc, le Flamant des Andes, le Flamant du Chili et le Flamant de James.

Situation : la Réserve se trouve au sud-ouest du département de Potosí, plus précisément dans la province de Sud Lípez. Elle est frontalière des territoires de l'Argentine et du Chili.
Superficie : elle a une superficie de 714 745 hectares (7 147 km²), équivalente à celle du département français de l'Yonne.
Altitude : son altitude moyenne est de 4 000 mètres (elle atteint un maximum d'environ 5 000 mètres).
Climat : le climat est très sec en hiver (de mai à août). Il y a des pluies durant la saison d'été (de décembre à avril). La température moyenne n'est que de 3 °C et les précipitations moyennes annuelles sont de l'ordre de 65 mm. Les températures les plus basses sont enregistrées durant les mois de mai, juin et juillet. La végétation est caractérisée par l'importante présence de pâturages de graminées comme Jarava ichu (appelé localement ichu ou paja brava) qui se retrouvent sur bien des étendues planes. Aux endroits de plus grande humidité on rencontre des plants de Baccharis dracunculifolia (tholares) et dans les éboulis rocheux (entre 4 300 et 3 700 mètres), des bosquets de Polypepis rugulosa (queñua ou queñoa) associée parfois à de grands coussins d'Azorella compacta (yareta). Dans la zone, on trouve des lagunes ou espaces hydriques, tels la laguna Verde et la laguna Colorada, qui trouvent leur origine dans la dessiccation de paléo-lacs ou anciens lacs. Leur alimentation est assurée par des petits cours d'eau (ríos) issus de la fonte de glaciers et parfois nés dans des sources.
Situation : la Réserve se trouve au sud-ouest du département de Potosí, plus précisément dans la province de Sud Lípez. Elle est frontalière des territoires de l'Argentine et du Chili.
Superficie : elle a une superficie de 714 745 hectares (7 147 km²), équivalente à celle du département français de l'Yonne.
Altitude : son altitude moyenne est de 4 000 mètres (elle atteint un maximum d'environ 5 000 mètres).
Climat : le climat est très sec en hiver (de mai à août). Il y a des pluies durant la saison d'été (de décembre à avril). La température moyenne n'est que de 3 °C et les précipitations moyennes annuelles sont de l'ordre de 65 mm. Les températures les plus basses sont enregistrées durant les mois de mai, juin et juillet. La réserve est située dans une région au relief irrégulier comprenant de larges étendues planes et des plateaux ou mesetas, flanqués à l'ouest par le cordon volcanique de la Cordillère occidentale. Les plus beaux exemples en sont les volcans Licancabur et Uturuncu.

Depuis le 13 juillet 2009, la réserve est reconnue site Ramsar sous le nom de Los Lípez

et puis, L'Uturuncu est situé en Bolivie, dans la province de Sud Lípez au Sud du département de Potosí, à 35 kilomètres de la frontière avec l'Argentine et un peu plus de 60 kilomètres de celle avec le Chili. Il se trouve à 330 kilomètres au sud-sud-ouest de Potosí et 410 kilomètres de Sucre, et 600 kilomètres au sud de La Paz. La localité la plus proche est San Pedro de Atacama, à 130 kilomètres au sud-ouest, au Chili. Le sommet s'élève à 6 008 mètres d'altitude, dans la cordillère Occidentale des Andes, ce qui en fait le plus haut du Sud-Ouest de la Bolivie. Il se trouve non loin de la laguna Colorada, la laguna Verde et le salar d'Uyun
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 6263
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: Re: Bataille de l'Hydaspe et Bucéphale.   Lun 18 Juil à 9:05

18 July 2016

While most of us may be looking forward to spending some time in the sunshine this summer, the Sentinel-2B satellite is being subjected to the extreme cold of space to make sure it is fit for life in orbit.

Sentinel-2B will be the next satellite launched for Europe’s environmental Copernicus programme.

In 2017, it will join its identical twin, Sentinel-2A, to supply high-resolution images for numerous applications, from monitoring the health of the world’s vegetation and changes the way land is used, to mapping regions struck by natural disasters.

The two satellites orbiting 180° apart and their 290 km-wide swaths allows Earth’s main land surfaces, large islands, and inland and coastal waters to be covered every five days.

Mapping in colour
Access the video

This is a significant improvement on earlier missions in the likelihood of gaining a cloud-free look at a particular location, making it easier to monitor changes in plant health and growth.

Before Sentinel-2B joins its twin, however, the satellite and its instruments have to be thoroughly tested to make everything can withstand the rigours of launch and the harsh environment of space.

In mid-June, after being assembled and tested to make sure everything is in perfect working order at Airbus Defence and Space’s Friedrichshafen facility in Germany, it was shipped to ESA’s technical heart in the Netherlands for a series of stringent ‘environmental’ tests.
Standing proud

Once unpacked and checked after its journey, the four-month campaign began with ‘thermal vacuum’ testing in the Large Space Simulator, which is the largest vacuum chamber in Europe. High-performance pumps remove all the air within the chamber to produce a vacuum, while liquid nitrogen in the walls mimic the cold of space.

ESA’s Sentinel-2 assembly, integration and testing manager, Paolo Laberinti, said, “Sentinel-2B is our second baby.

“Many European companies have been involved in its creation, to make it robust and fit to deliver the same exceptional performance and fantastic products as Sentinel-2A. We are all excited about these demanding tests.”

After experiencing the Large Space Simulator, the satellite will be moved to the Maxwell chamber, which is designed to screen out all external electrical signals for ‘electromagnetic compatibility’ testing. Essentially, this makes sure that it is immune to electromagnetic interference and that it can communicate properly with its ground station.
Under scrutiny

Mechanical testing will follow in the Large European Acoustic Facility to simulate the noise from the rocket during liftoff and ascent into orbit. Then, a final suite of tests will check that all of its systems have survived exposure to these simulated environments.

The test campaign will last until the end of October.

A final review will then confirm it is ready and the various teams will prepare for the last steps so that Sentinel-2B can double the production of wide-area multispectral data for its users across Europe and the world.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 6263
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: Re: Bataille de l'Hydaspe et Bucéphale.   Mar 19 Juil à 9:32

Voilà un fléau auquel les femmes massaï dut faire face lors de leurs mises en esclavages...
En voilà, la preuve... Pour la défense de leurs femmes, il leur apprirent les armes et dans leurs cœurs de Maasaï, une lutte se déclencha qui aboutit entre la lutte du Bien contre le Mal du Dominateur, voleurs de couches et de biens matérielles. Ceux qui leurs volèrent leur nudité et les désigna d'impur et de malpropre

Les mutilations génitales féminines (MGF) désignent l'ablation totale ou partielle des organes génitaux féminins externes. Généralement réalisée par un exciseur traditionnel avec un couteau ou une lame de rasoir avec ou sans anesthésie, la pratique est concentrée dans 27 pays africains, au Yémen et au Kurdistan irakien ainsi que dans une moindre mesure en Asie et dans les populations immigrées dans les pays occidentaux. Selon un rapport de 2013 de l'UNICEF, environ 130 millions de femmes et de filles vivent avec une MGF dans le monde.

Les procédures varient selon les régions et les groupes ethniques. Elles peuvent aller d'une simple scarification à l'ablation partielle ou totale du clitoris et des lèvres (excision) voire à la suture des lèvres pour fermer la vulve (infibulation). Les MGF n'ont aucun bénéfice connu pour la santé et parmi les complications les plus courantes figurent des hémorragies lors de l'opération, des infections urinaires, des règles douloureuses, des douleurs chroniques, une diminution du plaisir sexuel et des problèmes durant l'accouchement.

L'origine des MGF est inconnue mais elles sont profondément ancrées dans les traditions de nombreux groupes où elles sont associées à la pureté, à la chasteté et constituent un rite de passage à l'âge adulte. Les opérations sont habituellement organisées par les femmes tant pour des raisons d'honneur et de fierté que par obligation sociale.

Les MGF sont interdites ou restreintes dans la plupart des pays où elles sont pratiquées mais les législations sont souvent peu appliquées. Depuis les années 1970, des actions internationales ont été menées pour mettre un terme à ces pratiques et elles sont considérées comme des violations des droits humains par les Nations unies. Cette opposition est cependant contestée, notamment par les anthropologues pour qui les MGF soulèvent les questions délicates du relativisme moral, de la tolérance envers d'autres cultures et de l'universalité des droits humains.

usque dans les années 1980, les mutilations génitales féminines (MGF) étaient souvent désignées sous l'expression de « circoncision féminine », ce qui créait une équivalence de sévérité avec la circoncision masculine. En 1929, le Conseil national des Églises du Kenya commença à parler de mutilations sexuelles des femmes en suivant l'exemple de Marion Scott Stevenson, une missionnaire de l'Église d'Écosse. Les références à une mutilation se multiplièrent dans les années 19704 et le mot fut utilisé dans le titre d'un article de 1975 de l'anthropologue américaine Rose Oldfield Hayes tandis que la féministe austro-américaine Fran Hosken le reprit dans son influent ouvrage The Hosken Report: Genital and Sexual Mutilation of Females en 1979. Le Comité inter-africain sur les pratiques traditionnelles affectant la santé des femmes et des enfants et l'Organisation mondiale de la santé (OMS) commencèrent à parler de mutilations génitales féminines respectivement en 1990 et 19918. En avril 1997, l'OMS, le Fonds des Nations unies pour l'enfance (UNICEF) et le Fonds des Nations unies pour la population (UNFPA) publièrent une déclaration commune utilisant cette expression. Le terme de « mutilation » est cependant contesté et les activistes sur le terrain préfèrent employer le mot plus neutre d'« excision » pour ne pas s'aliéner les populations locales.



Les nombreuses formes locales de MGF sont reflétées par les dizaines de termes utilisées pour les décrire dans les pays où elles soient pratiquées. Les mots utilisés font souvent références au concept de purification comme en arabe où le mot pour purification utilise la racine t-h-r également présente pour les termes correspondant aux circoncisions masculine et féminine (tahur et tahara). La MGF est appelée bolokoli (« se laver les mains ») en bambara, une langue parlée principalement au Mali, et isa aru ou iwu aru (« prendre son bain ») en igbo, une langue de l'Est du Nigeria.

La circoncision sunna fait habituellement référence à la clitoridectomie mais l'expression peut également être employée pour des formes plus sévères de MGF ; sunna signifie « cheminement » en arabe et renvoie aux traditions datant de l'époque de Mahomet même si la procédure n'est pas obligatoire dans la pratique musulmane. Au Soudan, nuss (moitié) peut désigner toutes les MGF depuis la clitoridectomie à l'infibulation et juwaniya (« la forme interne ») est utilisé quand les petites lèvres sont fusionnées. Le terme d'infibulation dérive du latin fibula (« attache ») car certains documents indiquent que les Romains attachaient le prépuce ou les lèvres de leurs esclaves pour les empêcher d'avoir des rapports sexuels. Au Soudan, l'infibulation est appelée « circoncision pharaonique » alors qu'il s'agit d'une « circoncision soudanaise » en Égypte. En Somalie, elle est connue simplement par le mot qodob (« recoudre »)...

Nous devons rétablir le droit féminin devant une barbarie absurde et cela n'est plus une guerre:
C'est eux ou c'est elles, en ce cas, je choisis le droit de élever ma fille telle une guerrière et pas en tant qu'esclaves et inférieur devant ceux qui choisissent de traiter les femmes comme des impurs !

Ecrit de
TAY
La chouette effraie

_________________
Kounak le chat....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 6263
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: Re: Bataille de l'Hydaspe et Bucéphale.   Mer 20 Juil à 9:21

L'intégrité et l'entreprise individuelle
ou la diversité industrielle devant Y'becca traduisait le Phare d'une Vie.

Frappé face à la diversité entre l'Homme et le sang, l'Homme devant son Épouse
ne connait pas encore la rigueur entre l’impôt direct et le commerce du respect
des personnes...Le Sida avance et il faut le repousser: le secret de l’asthme est d'apprendre son souffle et ses limites. Son étude peut aider des malades à écouter leur souffle tout en participant
à des réunions collectives; L'allergies et le sang font apparition à présent dans le commerce
du média et des sponsor tels les gladiateurs qui à présent sont décrit comme des athlètes
des temps anciens, cela peut laisser croire à une vertu de mémoire ! Il en est autres, c'est
toujours les mêmes aspects des grands propriétaires terriens ou commerciaux qui s'affrontent
dans une mascarade où les places faisant lieu d'ombres sont les plus onéreuses.

Vivre ou survivre, le don d'organe n'est pas l'influx de la circulation; la bourse s’oppose à l'horreur.
Car finalement, ce n'est plus à l’hémicycle que ce joue la légalité de l'information.
Elle réside sur le seuil que l'on veut bien accorder à l'aspect de l'importance sur le modeste foyer
ou sur le simple fait d'un échange Commercial: La Démocratie dans un vacarme de cloches. Drôle de Bataillon pour Une grande Muette appeler à entendre ses préfets.

Vivre ou mourir: C'est dans l'unité... Nous apprends t'on à l'école; même les plus laïque...
L'individuelle se lie dans le collectif dans le contexte sportif en tant que joueur, illusion ! en tant qu'
entraîneur, il s'agit d'une ironie... Mais, il demeure le secourisme, le rempart de la Grande muette, des Anarchistes, des démocrates et du Phare d'une Vie ou Y'Becca... La Vie individuelle devant le soi et l'autre
voilà un aspect des choses auquel même le sport et les guerres restent assez flou.
En effet,
La décentralisation et la santé.
Le moyen et les assemblées;
le Lointain et l'Agriculture.
L’humidité et l'évolution.
Le moyen d'obtenir provoque le chômage et l'exclusion et pourtant la volonté provoque l'embauche. Nous revenons à La Vie individuelle devant le soi et l'autre. voilà un aspect des choses auquel même le sport et les guerres restent assez flou. Pourtant, il demeure le secourisme, le rempart de la Grande muette, des Anarchistes, des démocrates et du Phare d'une Vie ou Y'Becca. La Loi et le silence devant l'Athée et la croyance n'a pas de jugements, elle le porte sur le criminel et ses complices selon les gravités: et c'est en cela que la Conscience et le Peuple se doivent d'être Une Âme portant sur le Temps et l'Avenir !

Ecrit de
TAY
La chouette effraie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 6263
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: Re: Bataille de l'Hydaspe et Bucéphale.   Mar 2 Aoû à 9:33

Charles George Gordon, général britannique, surnommé Gordon Pacha, est né le 28 janvier 1833 à Londres et mort à Khartoum au Soudan le 26 janvier 1885.

Élève de l'Académie royale militaire de Woolwich,, il servit en Crimée, puis dans la campagne de Chine de 1860. Les Taï-ping (ou « révoltés aux longs cheveux »), profitant de l'affaiblissement de l'empire chinois après la victoire des alliés, s'insurgèrent pour renverser la dynastie mandchoue et devinrent maîtres d'une grande partie de la Chine. Avec l'assentiment de son gouvernement, Charles Gordon entra au service de l'Empire Qing pour combattre les Taiping. À la tête d'une poignée d'Européens, il réorganisa l'armée chinoise, dégagea Shanghai menacée, reprit aux insurgés Suzhou et Wankin[Quoi ?]. L'armée de Gordon, «l'Armée Toujours Victorieuse», sauva la dynastie mandchoue qui semblait perdue et réduisit rapidement les rebelles. En 1863, Gordon, malgré les offres brillantes des Chinois, rentra au Royaume-Uni avec le grade de lieutenant-colonel et le surnom du "Chinois".

En 1874, il entra au service de l'Égypte, fut nommé gouverneur du Soudan, conquis par l'Égypte quelques décennies plus tôt et en poussa les frontières jusqu'à Gondokoro. Il s'attacha à éradiquer le trafic d'esclaves, dont le Soudan était depuis longtemps une plaque tournante. En 1879, il donna sa démission à la suite de difficultés avec le nouveau khédive Tawfik.

Après avoir servi en Inde où il devint major général, il revint en février 1884 au Soudan, à nouveau en tant que gouverneur, dans le cadre de la guerre des Mahdistes. Son objectif initial était d'évacuer les Égyptiens demeurés dans la ville, devenue indéfendable après l'anéantissement à El Obeid de l'armée égyptienne venue combattre les troupes du Mahdi. Mais la prise par celles-ci de Berber, plus au nord, rendit cette manœuvre impossible. Résolu à ne pas abandonner sans rien faire la ville aux fanatiques du Mahdi, il en organisa la défense, espérant que le gouvernement britannique de Gladstone enverrait une armée de secours.

Très réticent ("Je refuse l'obligation pour l'Angleterre d'intervenir dans le monde entier") celui-ci finit, sous la pression de l'opinion publique, de la reine et de la très puissante Association de Lutte contre l'Esclavage, par envoyer un corps expéditionnaire commandé par Sir Garnet Wolseley. L'arrivée imminente de ces secours conduisit le Mahdi à ordonner l'assaut de la ville, assiégée depuis des mois et dont la petite garnison égyptienne était affaiblie par le manque de vivres. Gordon fut tué ainsi que tous les Égyptiens et une grande partie des habitants soudanais de Khartoum, que les mahdistes laissèrent en ruines.

Charles Gordon était d'un caractère religieux voire mystique ; il s'exalta pour cette mission. Il aimait en outre profondément les Soudanais. Il crut jusqu'au bout que les secours arriveraient à temps.

Protestant évangélique, il profita de son voyage en Palestine en 1883 pour affirmer que la « falaise du crâne » était le lieu de Crucifixion de Jésus.

Postérité

Edward Elgar devait consacrer originellement sa première symphonie à l'illustration musicale de la vie de Gordon, dans le but de le glorifier en lui donnant l'image d'un véritable chevalier britannique, mais ce projet fut finalement abandonné.

Sir Arthur Conan Doyle lui rend hommage par le biais de son héros Sherlock Holmes. Holmes, après avoir disparu dans les chutes du Reichenbach avec son ennemi de toujours, le professeur Moriarty, et devant faire croire à sa mort pour échapper au seul témoin de sa survie, le colonel Sebastian Moran, exécuteur des basses œuvres du professeur, disparaît pendant trois ans. Au cours de ces années, il prend une fausse identité, celle d'un explorateur norvégien et se rend à Khartoum, dans le palais même où Gordon Pacha fut assassiné. Il y décrit un palais en ruine, laissé à l'abandon. La nouvelle porte le titre original The Empty House et fait directement suite à The Final Problem, après la publication intermédiaire de Le Chien des Baskerville.

David Gibbins évoque également Gordon dans son roman d'aventure Pyramide (ISBN 978-2-36569-114-7), l'action se déroulant dans le prolongement de la guerre contre le Mahdi.
Puis, Yanis Tignard dans le clans des mouettes et La.cinquièmerépublique.actiforum...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 6263
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: Re: Bataille de l'Hydaspe et Bucéphale.   Ven 19 Aoû à 9:24

Dihya (en berbère : ⴷⵉⵀⵢⴰ Dihya, en arabe : ديهيا) ou Damya, surnommée Dihya Tadmut, aussi connue sous le nom de Kahina ou Kahena est un personnage historique, une reine guerrière berbère zénète des Aurès qui a combattu les Arabes Omeyyades lors de l'expansion islamique en Afrique du Nord au VIIe siècle, morte en 701.

Plusieurs femmes ont écrit des romans sur Dihya au XXe siècle et plusieurs penseurs la considèrent comme une des premières féministes bien avant le Moyen Âge4 et une des premières reines guerrières de l'Histoire.

Cette icône de la berbérité est la fille de Thabet, le chef de la tribu des Djerawa.

Dans un contexte général de guerres arabo-byzantines, la conquête de l'Afrique du Nord est décidée par le chef de la dynastie ommeyade, Muawiya Ier (602-680), premier calife omeyade (661-680), et continuée par son fils, le second calife omeyade (680-683), Yazīd Ier (645-683).

Oqba Ibn Nafi Al Fihri (622-683) est le général arabe désigné pour conquérir la totalité de l'Afrique du Nord et y propager l'islam. Il gouverne l'Ifriqiya de 663 à 675, puis de 682 à sa mort. Vers 670, les Arabes musulmans fondent le poste militaire de Kairouan, dans le but d'en faire un point d'appui dans leur campagne de conquête de l'Afrique du Nord.

La conquête musulmane du Maghreb se heurte à la résistance des populations locales et des puissances installées : l'Empire byzantin (chrétien), implanté essentiellement sur les côtes et en particulier à Carthage et Septum, et les Berbères.

L'Exarchat de Carthage (585-698) est une province excentrée de l'Empire byzantin, affaibli depuis la Bataille du Yarmouk (636).

Au début de la conquête musulmane du Maghreb, l'unité politique et administrative de la Berbérie orientale et centrale (les Aurès, l'est de l'Algérie) est en grande partie réalisée par Koceila10. Ce chef de la tribu berbère Aouraba et de la confédération des Sanhadja prend la tête de la résistance berbéro-byzantine , de 660 à 686, à la Conquête musulmane du Maghreb. Soucieux d'une relative indépendance, allié des Carthaginois byzantins, il s'oppose aux armées des Omeyades, particulièrement au général Oqba Ibn Nafi Al Fihri. Koceila se serait converti à l'Islam en 675, après sa défaite à la bataille d’Al Alurit, et aurait eu des relations apaisées avec le successeur d'Oqba, Abû al Muhadjîr Dinâr, général en chef arabe de 675 à 681.

En 682, Oqba Ibn Nafi Al Fihri, rappelé en Ifriqiya, dirige ses troupes vers l'ouest, gagnant plusieurs batailles face à l'Empire byzantin. Avec le soutien de quelques tribus berbères, il mène un raid contre Tanger (Tingis) où il est vaincu. Au retour, il quitte la côte, pénètre dans les terres montagneuses, vers le Moyen Atlas, mais il meurt près de Biskra avec trois cents cavaliers, en 683, lors d'une embuscade tendue par les Berbères et les Byzantins menés par Koceila (Aksil en berbère), chef berbère qui cherche ainsi à lui faire expier les massacres de tribus entières et les affronts subis.

Les Omeyyades perdent alors temporairement plusieurs points côtiers, ce qui leur vaut la perte de la suprématie maritime et l'abandon de Rhodes et de la Crète.

Koceila prend Kairouan. De 683 à 686, Koceila dirige tout le Maghreb central, et sans doute davantage. Il meurt en 686 à la bataille de Mems, près de Kairouan, qui redevient arabe.

À Constantinople, à Constantin IV (668-685) succède Justinien II (685-695, puis 705-711). À Damas, les califes se succèdent : Muʿawiya II (683-684), Marwān Ier (6684-685), ʿAbd Al-Malik (685-705). Le gouverneur de l'Ifriqiya est désormais Hassan Ibn Numan, au moins de 692 à sa mort, vers 700.

Au décès de Koceila, en 686, Dihya prend la tête de la résistance (à l'âge de 22 ans). Elle est issue de la tribu des Djerawa, une tribu zénète de Numidie, selon les chroniqueurs en langue arabe au Moyen Âge. Fille unique, elle aurait été élue ou nommée par sa tribu après la mort de son père, Thabet11.

Dihya procède à l'appel de nombreuses tribus de l'Afrique du Nord orientale et du Sud pour remporter la guerre contre les Omeyades. La tribu berbère des Banou Ifren Zénète est la première à défendre les territoires aux côtés de la Kahina12.

Elle dirige de fait la résistance sur la (presque) totalité de l'Ifriqiya, hors côtes, pendant cinq ans, de 688 à 693.

Hassan Ibn en N'uman obtient des renforts musulmans, et en 693, les troupes berbères commandées par Dihya.

L'empereur Leonitos (Léonce), empereur byzantin de 695 à 698, grâce à la flotte des Carabisiens, reprend une certaine maîtrise de Carthage, pour trois ans.

En 698, Ibn Numan reporte ses efforts sur Carthage. Par la bataille de Carthage (698), les armées arabes reprennent la ville, mais surtout la maîtrise des mers et du bassin occidental de la Méditerranée. La route de l'Europe est ouverte.

Il demande alors un supplément d'hommes au calife Ibn Marwan pour s'attaquer aux Aurès qui constituent l'ultime bastion. Sachant sa défaite imminente, Dihya fait pratiquer la politique de la terre brûlée pour dissuader l'envahisseur de s'approprier les terres, s'aliénant par là une partie de son peuple : citadins berbères sédentaires, nomades des campagnes. Carthage finit par tomber aux mains des troupes musulmanes en 698 et Hassan Ibn Numan se fait nommer gouverneur d'Ifriqiya.

Elle défait par deux fois les Omeyyades en s'alliant aux tribus des Aït Ifren (en berbère : (ⴰⵢⵜ ⵉⴼⵔⴰⵏ)), en 695 près de Tabarqa.

En 697, Dihya remporte une victoire sur les troupes d'Hassan Ibn Numan à Meskiana ou Oued Nini (entre Tebessa et Aïn Beïda, dans la Wilaya d'Oum El Bouaghi de l'actuelle Algérie). Dans la vallée déserte et asséchée, Dihya dissimule son armée pendant la nuit, en partie dans la montagne, en partie derrière, sa cavalerie et ses troupeaux de chameaux, pour prendre en embuscade les troupes d'Ibn Numan. Lorsque les Arabes attaquent, ils sont accueillis par une pluie de flèches tirées entre les jambes des chameaux des Berbères. Une fois les Arabes écrasés, les Aurésiens les poursuivent jusqu’à Gabès. Cette prestigieuse victoire, appelée aussi bataille des chameaux, permet de repousser les troupes du calife jusqu'en Tripolitaine. Les Arabes surnommèrent le lieu de la bataille Nahr Al Bala (Rivière des souffrances).

Dihya s'engage une dernière fois dans la bataille en 701 à Tabarka. Elle est vaincue par les armées arabes de l'émir Moussa Ibn Noçaïr. La défaite de ses troupes est en partie due à la trahison de Khalid, jeune Arabe que la reine a épargné à la bataille d'Oued Nini et adopté selon la coutume de l'anaïa (protection) en vigueur chez les anciens Berbères.

Constatant que tout est perdu, continuant de combattre, elle envoie ses deux fils, Ifran et Yezdia, auprès d'Hassan.

Elle se réfugie dans l'Amphithéâtre d'El Jem. Elle est capturée, emprisonnée, puis décapitée au lieu dit Bir El Kahinan, le 2 ramadan 82 de l'Hégire (9 octobre 701). Les chefs de l'armée Omeyyades envoient sa tête en trophée au calife Abd al-Malik en Syrie. Qu'ils soient maudit par l’Éternel et Le Courage de la Vraie, Dina...

À la suite de cette victoire, Hassan réclame aux Berbères 12 000 cavaliers, pour conquérir l'Andalousie, sous le commandement des deux fils de Dihya. L'intervention de Musa ben Nusayr règle le problème avec les Berbères en nommant Tariq ibn Ziyad à la tête de l'armée zénète et des autres Berbères. Son fils devient gouverneur de la région des Aurès et par la suite sa tribu a un pouvoir lors des dynasties Zirides dans les Aurès.

La perte de la province d'Afrique est lourde pour l'Empire byzantin. Après la perte de l'Égypte en 642, il perd son second grenier de blé.

La question de la religion (dyhia) de Yemma al Kahina (notre mère Kahina)21 a été traitée par plusieurs historiens du Moyen Âge ou contemporains. Plusieurs hypothèses ont été émises, selon lesquelles elle aurait été juive ou chrétienne, mais une autre hypothèse consiste à dire qu'elle pratiquait uniquement les rituels de l'époque, relatifs aux croyances berbères.

Selon l'historien Gabriel Camps, spécialiste du Maghreb, les tribus zénètes n'étaient pas juives mais chrétiennes. Toutefois, pour Paul Sebag « c'est aller à l'encontre des textes, difficilement récusables », la Kahena serait juive, et plus exactement membre d'une tribu berbère judaïsée. Plusieurs auteurs la considèrent comme juive, d'autres la considère comme chrétienne,

Ibn Khaldoun ne cite nullement la religion de Dihya et réfute les thèses selon lesquelles les Zénètes descendent de Goliath (en arabe Djallut). En citant ses sources[Lesquelles ?], il approuve la version d'Ibn Hazm, qui lui semble la plus logique. Selon celle-ci, Dihya descend des Zénètes et a comme ancêtre Medghassen. Ibn Khaldoun ajoute, en citant les propos des Zénètes, qu'ils avaient un prophète du nom de Moussa Ibn Salih.

Cependant, au moment de l'époque romaine et byzantine, certains Zénètes étaient chrétiens. Certains (comme Gabriel Camps, dans son livre Berbères - Aux marges de l'histoire) pensent que Dihya était chrétienne, parce qu'elle était la fille de Matya lui-même fils de Tifan. Ces noms seraient les déformations de Matthieu (comme l'Apôtre) et Théophane (repris par de nombreux Saints chrétiens). Le christianisme était en outre largement répandu, une grande partie des populations berbères du nord ayant été christianisés sous l'empire romain.

Les Zénètes et le reste des Berbères (plusieurs tribus non Zénètes comme les Houaras ou les Awraba)27 ont fait partie des troupes de la Kahina qui ont combattu les musulmans. Ibn Khaldoun nomme pour source Hani b. Bakur Ad Darisi. Celui-ci donne les renseignements sur la vie de Dihya, affirmant notamment qu'elle avait des démons qui lui dictaient des prédictions.

La Kahina était considérée comme sorcière ou possédée.

Selon l'historien et géographe français Émile-Félix Gautier : « Les Djeraouas ne sont plus des chrétiens comme les Aurébas, mais bien des juifs ». Strabon avait déjà témoigné à l'époque romaine que les juifs étaient nombreux en Afrique du Nord. Selon [Qui ?], certains y étaient venus librement au fil des siècles avec les Phéniciens, dès le temps des Carthaginois, tandis que d'autres y avaient été déportés par Trajan, après avoir tenu tête en Cyrénaïque aux légions romaines. Ainsi avaient-ils participé à la conversion de nombreuses tribus berbères.[réf. nécessaire]

D'autres [Qui ?] laissent entendre que Dihya aurait pu être animiste, sans pouvoir pour autant préciser de quel culte il s'agirait, les Berbères ayant été païens avant l'arrivée du christianisme. La signification prêtresse et être pur du nom Kahena correspondrait ainsi à une tradition animiste d'Afrique du Nord, selon laquelle les prêtresses subissaient un rituel de purification. (La reine touareg Tin Hinan, que l'on supposait, de la même manière, chrétienne, était sans doute animiste, comme le laisse penser son tombeau récemment découvert31.

Selon certains historiens[Lesquels ?], elle aurait été juive, issue de la tribu des Djerawa. Selon les dernières recherches[citation nécessaire] effectuées notamment à l'université de Cambridge autour des manuscrits découverts à la Guenizah du Caire (découverts au début du XXe siècle et analysés depuis l'an 2000), le père de la reine Kahena s'appelait Maatia, dérivatif de Mattathias, nom du prêtre juif, père de Judas Macchabée, qui avait expulsé les Séleucides de Judée en -165.

Il convient de considérer les diverses hypothèses en se référant au contexte historique. Avant l'expansion islamique en Afrique du Nord, l'Ifriqiya n'est pas musulmane. Après la fondation du camp fortifié de Kairouan et de la préfiguration de la Grande Mosquée de Kairouan, en 670, l'Islam s'installe durablement en Ifriqiya. L'expansion de l'islam, à cette époque, n'est pas seulement militaire, l'étape suivant l'islamisation du Maghreb, Al-Andalus (711-1492), en est le meilleur témoignage. Kairouan est devenue alors, progressivement, un foyer de haute culture, qui commence par la décision califale d'y faire venir d'Égypte un nombre important de coptes et ou de juifs, réputés pour leurs savoirs techniques. Ainsi débute la longue histoire des Juifs à Kairouan (670-1270).

Entre l'antique Thevest romaine (aujourd'hui Tebessa) et l'agglomération de Bir El Ater se trouve un puits appelé « Bir el kahina » (le puits de la kahina), en référence ou en souvenir du lieu où elle aurait été tuée. À Baghaï, petit village à une vingtaine de kilomètres de Khenchela, les habitants désignent certaines ruines anciennes comme les ruines du « palais de la Kahina ».

Le nom de la rivière Meskian, où Kahina remporta sa première victoire contre le général Ibn Numan, ainsi que celui du village de Meskiana qu'elle traverse, viendrait des mots berbères Mis n Kahina qui signifie « les fils de Kahina ».

Certains berbères chaouis des Aurès disent qu'ils ont le « nez de la Kahina », un nez particulier d'une grande beauté, un peu comme celui de Cléopâtre. le nez dont il est question, veut dire le Khanchouch, c'est-à-dire la fierté.

Dans toute la région des Aurès, le nom Diyya est assez courant chez les chaouis. Aussi, le personnage historique de Dihya est devenu de nos jours un symbole, aux côtés de Massinissa et de Jugurtha, etc.

La tradition orale des chaouis ne donne pas beaucoup de renseignements précis sur tout le parcours historique de la Kahina. Mais elle reste et demeura la reine des chaouis dans le coeur de
La République du Sahara et des territoires libres de l’expression Laïque.

Ecrit
de
TAY
La Chouette effraie.

_________________
Kounak le chat....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 6263
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: Re: Bataille de l'Hydaspe et Bucéphale.   Sam 20 Aoû à 3:32

Le pain est l'aliment de base traditionnel de nombreuses cultures. Il est fabriqué à partir des ingrédients qui sont la farine et l'eau. Il contient généralement du sel. D'autres ingrédients s'ajoutent selon le type de pain et la manière dont il est préparé culturellement. Lorsqu'on ajoute le levain ou la levure, la pâte du pain est soumise à un gonflement dû à la fermentation.

Le pain est obtenu par cuisson de la pâte, au four traditionnel ou four à pain ou par d'autres méthodes (pierres chaudes par exemple). Une personne dont le métier est de fabriquer le pain (panification) est un boulanger. Le pain est commercialisé dans une boulangerie.

La farine provient principalement de céréales panifiables — blé (froment), épeautre ou seigle —. On peut y adjoindre, en quantité modérée, des farines d'autres denrées non panifiables tels que le sarrasin, l'orge, le maïs, la châtaigne, la noix… Les céréales panifiables se caractérisent par la présence de gluten, ensemble de protéines aux propriétés élastiques, qui permettent d'emprisonner les bulles de dioxyde de carbone dégagées par la fermentation qui permet la montée de la pâte, dite « pâte levée », et crée la mie.

Cette fermentation, dite fermentation alcoolique, produit outre le dioxyde de carbone, de l'éthanol, qui est vaporisé lors de la cuisson. Sans ajout de levain ou levure, le pain est dit « azyme ».

Le pain que nous consommons aujourd’hui résulte d’un long cheminement agricole, technologique et gastronomique.

L’histoire du pain commence dès le Paléolithique supérieur. Des traces de pain sans levain ont été trouvées sur plusieurs sites datant de 30 000 av. J.-C. : des grains d'amidon provenant de rhizome de roseau à massette et de fougères ont été identifiés sur des pierres assimilées à des pilons et des mortiers. Ces rhizomes étant toxiques, l'étude suggère que ces racines étaient pelées, broyées, puis cuites1.

Avec le début de l’agriculture en 8000 av. J.-C. dans la région du Croissant fertile, la source d'amidon provient essentiellement de grains de céréales. Au cours de l’Antiquité avec l’avènement des civilisations méditerranéennes (sumérienne, égyptienne, grecque et romaine), l'histoire du pain devient intimement mêlée à l'évolution des outils, comme la meule à grains.

Égypte
On attribue généralement l'invention du pain à levain aux Égyptiens alors que des siècles plus tard les Romains se nourrissaient encore de bouillie2. Grands observateurs de la nature, les Égyptiens avaient compris qu'ils pouvaient fabriquer du pain en mélangeant du grain écrasé ou moulu à l'eau du Nil, particulièrement riche en limons, ceux-ci renfermant des agents de fermentation utilisés encore trois millénaires plus tard. Cette découverte - laisser la pâte en attente, livrée à l'action des germes, puis oser la cuire - donna aux habitants de la vallée du Nil un ascendant considérable sur les peuples mangeurs de bouillie et de galette (Florence Quentin2, 2010).

Les vestiges les plus reculés de pain remontent à l'époque prédynastique. Tout au long de l'histoire, les anciens Égyptiens ont placé des provisions dans les tombes pour assurer au mort sa subsistance dans l'au-delà. Les nécropoles de l'époque gerzéenne (-3650, -3400) ont conservé des restes de pain levé (Peters-Destéract3, 2005). Un repas funéraire, bien conservé dans la tombe Saqqarah 3477 de la deuxième dynastie (-2850, -2647), contenait une miche de pain triangulaire faite de blé emmer4. Dans la tombe de Kha, à Deir el-Médineh (XVIIIe dynastie, -1550, -1292), on a trouvé un échantillonnage presque complet des pains utilisés à l'époque. « Ils sont de forme ovale, rebondis, à la croute luisante comme s'ils étaient sortis hier du four... Sont présents ceux de forme circulaire plus ou moins aplatis comme les pains actuellement en usage en Égypte et d'autres formes variées imitant aussi des éventails, des vases et des animaux comme le petit pain représentant une gazelle les pattes liées »N 1.

Si ces vestiges sont des témoignages directs précieux du savoir-faire égyptien, les bas reliefs et les fresques nous apprennent beaucoup plus sur les techniques de broyage du grain, du tamisage, de la préparation de la pâte au levain et de sa cuisson3. Par exemple, la légende d'une scène de boulangerie appartenant à un mastaba de Giza dans laquelle la boulangère interpelle son compagnon, préposé au chauffage des fours, en ces mots « Fais que ça chauffe bien, car la pâte a reçu le heza ». Il semble que heza après s'être appliqué au levain ait désigné par la suite la pâte levée.

Mésopotamie
En Mésopotamie, les galettes d'une pâte non levée sont cuites en les appliquant sur les parois brûlantes du four. L'épopée de Gilgamesh évoque la figure du boulanger qui pétrit pour la déesse « le pain cuit cuit sous la cendre ». Le pain au levain ne fait son apparition qu'au cours du premier millénaire avant notre ère5. Sa préparation plus longue et plus délicate en fait un mets réservé pour certaines occasions.

Les Sumériens consommaient une variété impressionnante de biscuits (ni.har.ra) et de galettes, à base de pâte à pain levé. Prêtresses et scribes faisaient des libations et des sacrifices en offrant du pain à la divinité6. Plus de 200 variétés de « pains » ont été enregistrées dans un recueil de tablettes (Benno Lansberger) - selon les farines, les modes de pétrissage, les ingrédients (avec pistaches et figues sèches, raisins secs etc.) cuissons et présentations.

Grèce
Les Grecs développent le métier de boulanger et confectionnent plus de 70 variétés de pain, en utilisant pour faire lever la pâte des levures issues du vin et conservées en petites amphores. Vers le début du ve siècle av. J.-C., ils inventent le moulin à trémie d'Olynthe qui soulage le travail des meuniers.

Article détaillé : Industrie du grain en Grèce antique.
Selon les époques, le pain de froment est réservé ou non aux jours de fêtes.

Article détaillé : Alimentation en Grèce antique#Pain.
Rome
Article détaillé : Pain sous la Rome antique.

Pain de Pompéi.
Pour les Romains aussi, le pain est, avec la bouillie de céréales, l'aliment de base. Ils reprennent le mode de fabrication grec à base de levure provenant de moût de vendange et améliorent le pétrissage. Pour faire croire aux Gaulois assiégeant la ville qu'ils ne pourraient la réduire par la famine, les Romains jettent du pain sur les assiégeants.

Ils créent à Rome, sous Trajan, un collège de meuniers-boulangers et à divers endroits de grandes meuneries-boulangeries. Les plus riches mangent des pains de farine blanche en forme de lyres, d'oiseaux, d'étoiles ou d'anneaux entrelacés, les pauvres un pain de farine et de son, ou du pain d'orge. Le pain, à certaines époques, est distribué gratuitement à la population pauvre de Rome pour éviter les émeutes.

Les pains entiers retrouvés à Pompéi sont entaillés en rayons selon l'habitude grecque, ce qui permet un partage aisé.

Pline l'Ancien écrit que les Gaulois ajoutent à la pâte l'écume de boissons céréalières, et que leur pain, plus léger, est fort apprécié. Sous le règne d'Auguste, on compte 329 boulangeries à Rome.

Le pain prend ensuite un caractère sacré avec l'expansion du christianisme. Il restera pendant longtemps l'aliment de base des pauvres. Le pain est alors composé d'un mélange de méteil, d'orge et d'épeautre.

La panification recule pendant les invasions normandes, notamment à cause du non-entretien ou de la destruction des moulins à eau gallo-romains. En l'an mille, le feu de Saint-Antoine fait des ravages. À partir de 1050, les paysans sont soumis à l'impôt du ban, moulent leur farine au moulin banal et cuisent le pain dans le four banal tenu par le fournier. Les églises doivent aussi un impôt constitué d'un pain et d'une mesure de vin, le « droit du pain de chapitre », au seigneur du fief sur lequel elles sont bâties. Dans les villes, les talmeliers s'occupent de toute la filière de fabrication, depuis l'achat des céréales jusqu'à la vente à l'ouvroir (fenêtre-comptoir de la boutique représentée ci-contre). Mais un four banal, selon la taille de la population qu'il dessert, peut employer jusqu'à trois personnes : le fournier, chargé d'allumer le four et d'enfourner les pâtes ; le poustier, chargé d'aller chercher les pâtes et de ramener les pains cuits ; et le lenandier, chargé de l'approvisionnement en bois.

La place du pain dans l'alimentation prend encore plus d'importance et sa qualité, son prix, son contrôle et la répression des fraudes sont soumis à de multiples règles édictées par l'État. La profession de boulanger est surveillée. Il leur est interdit de vendre du pain rassis, brûlé, trop petit ou entamé par les souris. Les riches ont droit au pain de froment, tandis que les pauvres se contentent de pain noir, souvent moisi et cause du « mal des ardents », maladie provoquée par l'ergot de seigle.

Le pain sert d'aliment mais aussi d'assiette pour les gens riches ; on le nomme dans ce cas « tranchoir » ou « tailloir ». Imbibé de sauce, le tranchoir finit par être mangé lui-même ou est donné aux pauvres.

Dans les abbayes, certains laïcs présentés par des empereurs, rois ou seigneurs, ont droit au logement, au vêtement et à la nourriture d'un frère convers, le « pain d'abbaye ». Lorsque les récoltes sont insuffisantes, les pauvres se nourrissent avec du « pain de disette », fade et gris à cause de la prédominance de méteil ou farine de seigle, ou du « pain de famine » noir fait de paille, d'argile, d'écorce d'arbre ou de farine de gland8. Le « pain de fougère9 », un des pains de disette, est utilisé en France jusqu'au xixe siècle10.

Dès la Renaissance, le développement des sciences profite à la technologie meunière et boulangère : les premiers travaux scientifiques applicables à la levure bénéficient de l’invention du microscope par le Hollandais Antonie van Leeuwenhoek (1677) ; la fermentation par la levure de bière se développe ; le pain se diversifie et les pains grossiers (de pois, de fèves ou de glands) n’apparaissent plus qu’en période de disette.

La France du xvie siècle connaît une pénurie en farine aggravée car la deuxième mouture des sons est interdite, les médecins la jugeant impropre à la consommation. En Principauté de Liège nait l'habitude de donner au nécessiteux des méreaux, ou jetons alimentaires, donnant généralement droit à du pain.

En 1793, la banalité (taxation) des moulins et des fours est abolie en France.

Au xixe siècle, les pétrins mécaniques apparaissent et les machines à mouture se perfectionnent. La farine blanche produite sera alors dépourvue du germe et de l'écorce (ou son). Cette farine blanche est appauvrie en fibres, vitamines et minéraux, mais se conserve mieux.

En 1838 (ou 1839), August Zang, un officier autrichien, commence à produire avec succès à Paris les petits pains à la fine croûte dorée que fabriquent les Autrichiens avec un ensemencement à la levure de bière. Le règne de la viennoiserie commence.

À Paris, la première boulangerie industrielle est créée en 1836. La même décennie voit également l'apparition de la baguette. La consommation de pain frais se démocratise alors que le peuple avait l'habitude de manger jusque-là du pain rassis12.

En 1860, Louis Pasteur identifie la levure comme le micro-organisme responsable de la fermentation alcoolique, et montre qu’elle peut vivre aussi bien en présence qu’en l’absence d’oxygène. Elle se multiplie dans le premier cas et réalise une fermentation dans le second. Les levures de distillerie d’alcool de céréales remplacent les levures de bière. À partir de 1867, la fabrication industrielle de la levure se développe.

Lors de la Première Guerre mondiale, les « pains noirs » et pains de guerre (longue conservation) sont utilisés par les armées et sur le front. Ces pains se conservaient bien.

En France, Charles Heudebert invente un pain longue conservation en 1903, dont la recette servira durant la guerre. Les civils sont rationnés et doivent acheter le pain ou la farine avec des tickets de rationnement.

Au xxe siècle, la mécanisation des opérations de panification s’accentue. Les fermentations sont de mieux en mieux maîtrisées, soutenues notamment par une recherche active qui touche une meilleure connaissance du métabolisme des levures, la sélection des souches et l’amélioration des techniques de leur fabrication. Cependant, la qualité du pain consommé quotidiennement a, en moyenne, beaucoup diminué au cours de l'époque moderne. La plupart des boulangeries ne proposent plus que du pain de qualité industrielle. Pour le philosophe Guy Debord, le « vrai pain » a disparu, et a été remplacé dans les boulangeries par une imitation de pain :


Baguettes de pain
« Dans la période qui précéda immédiatement la Révolution de 1789, on se souvient combien d’émeutes populaires ont été déchaînées par suite de tentatives alors modérées de falsification du pain, et combien de hardis expérimentateurs ont été traînés tout de suite à la lanterne avant d’avoir pu expliquer leurs raisons, sûrement très fortes. À cette époque, et pendant tout le xixe siècle, la falsification, marginale et artisanale, était pratiquée au niveau du détaillant : elle n’était pas encore remontée à la source même de la fabrication des aliments, comme elle allait le faire, avec tous les moyens de l’industrie moderne, à partir de la guerre de 1914, qui devait enfanter l’ersatz. Mais elle suscitait une juste colère. Autre temps, autres mœurs ; ou, pour le mieux dire, les bénéfices que la société de classes tire de son lourd équipement spectaculaire, en appareillage et en personnel, paient largement les frais inévitables pour accompagner l’ersatz de son indispensable complément, le bourrage de crânes. C’est ainsi que lorsqu’on a vu, il y a bientôt dix ans, le pain disparaître en France, presque partout remplacé par un pseudo-pain (farines non-panifiables, levures chimiques, fours électriques), non seulement cet événement traumatisant n’a pas déclenché quelque mouvement de protestation et de défense comme il s’en est récemment produit un en faveur de l’école dite libre, mais littéralement personne n’en a parlé. »

— Guy Debord, Encyclopédie des nuisances, tome I, fascicule 5, 1985
Le pain blanc n'est plus un sucre lent, mais bel et bien un sucre rapide, avec un index glycémique élevé, qui provoque une forte décharge d'insuline et une hypoglycémie réactionnelle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 6263
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: Re: Bataille de l'Hydaspe et Bucéphale.   Sam 20 Aoû à 3:33

Mina Harker, née Wilhelmina Murray, est un personnage de fiction imaginé en 1897 par Bram Stoker ; elle apparaît dans le roman Dracula inspirée de Nina de Géorgie († 335) ou Sainte Nina ou Nino ou Ninon ou Christiane ou La chrétienne, apôtre de la Géorgie, fêtée le 14 janvier aussi bien dans le martyrologe romain que dans le calendrier ecclésiastique orthodoxe.
Elle apparaît au début de l'histoire sous le nom de Miss Mina Murray, jeune institutrice fiancée à Jonathan Harker et meilleure amie de Lucy Westenra, à qui elle rend visite à Whitby le 24 juillet, pendant les vacances d'été.
Lorsque Jonathan parvient à s'enfuir du château du comte Dracula, Mina part le rejoindre à Budapest où elle prend soin de lui tandis qu'il récupère du traumatisme psychologique dû à sa rencontre avec le vampire. Une fois mariés, ils regagnent l'Angleterre où ils apprennent le décès de Lucy des suites d'une mystérieuse maladie. Ils apprendront par la suite que le responsable n'est autre que Dracula.
Mina et Jonathan se joignent à une équipe formée par Abraham Van Helsing, déterminée à éliminer le comte. Informé du complot, celui-ci se venge sur Mina en la mordant au moins à trois reprises. Dracula abreuve aussi Mina de son sang, et la condamne ainsi à devenir elle-même vampire à sa mort. Le reste du roman relate les efforts du groupe pour lui épargner ce sort par la mort de Dracula. Mina succombe lentement sous l'effet du sang du vampire qui coule dans ses veines, oscillant entre conscience normale et état de semi-transe au cours de laquelle elle est en contact télépathique avec Dracula. Elle utilise ensuite ses propres facultés télépathiques pour suivre les mouvements de Dracula.
Dracula retourne dans son château de Transylvanie, poursuivi par Van Helsing et son groupe. Ils parviennent à le tuer juste avant le coucher du soleil. Par conséquent, le sort jeté par Dracula est levé et Mina délivrée de sa malédiction.
Le livre se conclut sur une note à propos du mariage de Mina et Jonathan, et de la naissance de leur fils aîné, baptisé Quincey en mémoire de leur ami américain Quincey Morris tué lors de la poursuite. Cette naissance représente un symbole d'espoir et de renouveau à l'aube du xxe siècle.
Mina Murray est le personnage central de la série de comics britannique La Ligue des gentlemen extraordinaires d'Alan Moore et Kevin O'Neill. L'histoire démarre quelques années après les événements de Dracula. Mina, divorcée de Jonathan Harker, a repris son nom de jeune fille. Elle est engagée pour diriger la Ligue qui comprend d'autres personnages de littérature fantastique du xixe siècle : Allan Quatermain, le Capitaine Nemo, L'Homme invisible, Henry Jekyll et Edward Hyde. Seule femme de l'équipe, et dénuée de pouvoirs surnaturels (conformément à la version de Bram Stoker), elle cristallisera l'attention de ses partenaires à des degrés différents. Devenue immortelle dans The Black Dossier (inédit en français), elle poursuivra ses aventures au cours des siècles suivants avec de nouvelles recrues.
Dans l'adaptation cinématographique de la bande dessinée, elle est à présent veuve et a conservé ses pouvoirs de vampire, a entretenu une relation avec Dorian Gray et nourrit des sentiments pour le Dr Jekyll. Toutefois, Mina apparaît sous divers noms dans la plupart des adaptations du roman. Elle y conserve généralement ses pouvoirs de vampire, alors que dans le roman original, le sort jeté par Dracula est annulé par la mort de celui-ci.
Mina Harker, née Wilhelmina Murray, est un personnage de fiction imaginé en 1897 par Bram Stoker ; elle apparaît dans le roman Dracula inspirée de Nina de Géorgie († 335) ou Sainte Nina ou Nino ou Ninon ou Christiane ou La chrétienne, apôtre de la Géorgie, fêtée le 14 janvier aussi bien dans le martyrologe romain que dans le calendrier ecclésiastique orthodoxe.

Mina Harker, née Wilhelmina Murray, est un personnage de fiction imaginé en 1897 par Bram Stoker ; elle apparaît dans le roman Dracula inspirée de Nina de Géorgie († 335) ou Sainte Nina ou Nino ou Ninon ou Christiane ou La chrétienne, apôtre de la Géorgie, fêtée le 14 janvier aussi bien dans le martyrologe romain que dans le calendrier ecclésiastique orthodoxe.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 6263
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: Re: Bataille de l'Hydaspe et Bucéphale.   Ven 23 Sep à 9:29

23 Σεπτεμβρίου 2016

Όπως κάθε χρόνο έτσι και φέτος σας περιμένουμε όλους στη Βραδιά του Ερευνητή, στις 30 Σεπτεμβρίου, για να ανακαλύψετε τι μπορεί να κάνει η επιστήμη και η έρευνα για ένα καλύτερο μέλλον.

H Βραδιά του Ερευνητή, η μεγαλύτερη γιορτή για την επιστήμη και την έρευνα που διοργανώνεται κάθε χρόνο σε περισσότερες από 300 πόλεις σε όλη την Ευρώπη, κλείνει φέτος τα 11 της χρόνια. Στην Ελλάδα διοργανώνονται εκδηλώσεις σε δέκα πόλεις από δύο επιστημονικές κοινοπραξίες:

Η κοινοπραξία RENA οργανώνει βραδιές στις πόλεις: Αθήνα (ΕΚΕΦΕ Δημόκριτος) – Κόρινθος – Πύλος – Ξάνθη – Ηράκλειο (Θαλασσόκοσμος)
Η κοινοπραξία IRENE οργανώνει βραδιές στις πόλεις: Αθήνα (ΕΜΠ) – Θεσσαλονίκη – Λάρισα – Πάτρα – Ηράκλειο (ΙΤΕ) – Ρέθυμνο (ΙΤΕ)

Μέσα από παρουσιάσεις, πειράματα, δρώμενα ειδικά σχεδιασμένα για μαθητές, εργαστήρια για εκπαιδευτικούς, διαγωνισμούς και ποικίλες πρωτότυπες εκδηλώσεις, η έρευνα ανοίγει τις πόρτες της στον χώρο της εκπαίδευσης αλλά και στο ευρύτερο κοινό, δίνοντας του την ευκαιρία μιας άμεσης προσέγγισης με τους ανθρώπους της επιστήμης.

Πριν την κεντρική εκδήλωση, έξι μικρότερες εκδηλώσεις θα προηγηθούν για την καλύτερη γνωριμία του κοινού με τους στόχους και τους επιστημονικούς φορείς της διοργάνωσης: το ΕΚΕΦΕ «Δημόκριτος», το Εθνικό Αστεροσκοπείο Αθηνών, το Ερευνητικό Κέντρο «Αθηνά», το Εθνικό Ίδρυμα Ερευνών, το Ινστιτούτο Παστέρ και το ΕΛΚΕΘΕ στην Ανάβυσσο!

Συγκεκριμένα στην Αθήνα στο ΕΚΕΦΕ Δημόκριτος (Αγία Παρασκευή), στην Αίθουσα Θέμις Παραδέλλης (Κτήριο 6) 1ος όροφος, από τις έξι το απόγευμα μέχρι τα μεσάνυχτα, το κοινό θα έχει την ευκαιρία να γνωρίσει από κοντά τους ερευνητές, να ενημερωθεί για το ερευνητικό έργο τους, να πάρει μία γεύση από την καθημερινότητά τους και να χαρεί τη μαγεία των επιστημών. Το παρών θα δώσει και φέτος ο Ευρωπαϊκός Οργανισμός Διαστήματος, ESA, με μια ποικιλία δράσεων και παρουσιάσεων. Πληροφορίες ΕΔΩ.

Στον καταπράσινο εξωτερικό χώρο του Δημόκριτου, ανάμεσα στα δέντρα, αλλά και σε κατάλληλα διαμορφωμένες αίθουσες, θα έχουν στηθεί πειραματικές επιδείξεις και διαδραστικά παιχνίδια από τα μεγαλύτερα ερευνητικά κέντρα και φορείς της χώρας για μικρούς και μεγάλους

Μέσα από παρουσιάσεις, πειράματα, συζητήσεις, προβολές, παιχνίδια, ειδικά σχεδιασμένα για το ευρύ κοινό, παιδιά και γονείς έρχονται σε επαφή με τον άγνωστο κόσμο του ερευνητή, τον τρόπο δουλειάς του και τους χώρους που κινείται.

Ποιος είναι ο Ευρωπαϊκός Οργανισμός Διαστήματος;

Η Δρ. Γεωργία Δοξάνη, ειδική σε θέματα τηλεπισκόπησης και ερευνήτρια στο Επίγειο Τμήμα Λειτουργίας των Αποστολών στον τομέα προγραμμάτων Παρατήρησης της Γης στο ESRIN, ESA, θα παρουσιάσει στο κοινό τον Οργανισμό και τις δραστηριότητες του.

Η ομιλία θα πραγματοποιηθεί στο κεντρικό αμφιθέατρο με τίτλο: «Ο Ευρωπαϊκός Οργανισμός Διαστήματος: Επιτεύγματα και Προοπτικές».
Μαθαίνοντας για την παρατήρηση της Γης

Ο δικός μας πλανήτης

Ο πλανήτης μας, η Γη, είναι μοναδικός στο ηλιακό μας σύστημα, καθώς σφύζει από ζωή και είναι γεμάτος θαυμάσια τοπία. Είναι άλλωστε και το δικό μας σπίτι. Παρατηρώντας τον με μια διαφορετική ματιά, μέσα από μια πληθώρα δορυφόρων μπορούμε να τον προστατεύσουμε, να βοηθήσουμε στη τη διατήρηση της μοναδικότητας του αλλά και να διευκολύνουμε πολλές καθημερινές μας δραστηριότητες. Μέσα από το παιχνίδι με τις εικόνες της Γης από το διάστημα, θα ανακαλύψετε παρέα με τους ερευνητές μας, τη σημασία παρατήρησης της Γης από τους διάφορους δορυφόρους.

Ταξίδι στον Κόκκινο Πλανήτη

Επίσης,στο φετινό μας ταξίδι θα πατήσουμε στον Άρη, ακολουθώντας την φιλόδοξη αποστολή ExoMars, η οποία θα εξερευνήσει την ύπαρξη ζωής στον κόκκινο πλανήτη.

Το κοινό μέσα στην Αίθουσα παρακολουθεί τις παρουσιάσεις της ESA

Μαγειρεύοντας έναν ... κομήτη

Έπειτα οι μικροί μας φίλοι θα γίνουν για λίγο διαστημικοί μάγειρες, μαγειρεύοντας με απλά υλικά έναν κομήτη, ενώ παράλληλα θα ακούσουν την συναρπαστική ιστορία της Rosetta και των κατορθωμάτων αυτής και του μικρού ρομπότ που προσεδαφίστηκε στον κομήτη 67P, Philae.

Μία βόλτα στον Διαστημικό Σταθμό

Θα πάμε, επίσης, μια βόλτα από το διαστημικό σταθμό, για να παρατηρήσουμε την έρευνα και την ζωή των αστροναυτών εκεί και θα γνωρίσουμε πώς δουλεύουν οι αστροναύτες σε συνθήκες έλλειψης βαρύτητας τόσο μακριά από το σπίτι μας, τη Γη.

Το πρόγραμμα της εκδήλωσης έχει ως ακολούθως:

17:30-18:00 "Ο Διεθνής Διαστημικός Σταθμός και η ζωή των αστροναυτών στο διάστημα" βίντεο (διάρκεια 30min)
(ΑΠΑΙΤΕΙΤΑΙ ΠΡΟΚΡΑΤΗΣΗ)

18:15-18:45 "Η Γη από το διάστημα" Διαδραστικό παιχνίδι (διάρκεια 30min)
(ΑΠΑΙΤΕΙΤΑΙ ΠΡΟΚΡΑΤΗΣΗ)

19:00-19:20 "ExoMars - Προς Αναζήτηση Ζωής στον Κόκκινο Πλανήτη" παρουσίαση (διάρκεια 20min)

19:30-19:50 "Μαγειρεύοντας έναν κομήτη" παρουσίαση/εργαστήριο (διάρκεια 20min)
(ΑΠΑΙΤΕΙΤΑΙ ΠΡΟΚΡΑΤΗΣΗ)

20:00-20:20 "Μαγειρεύοντας έναν κομήτη" παρουσίαση/εργαστήριο (διάρκεια 20min)
(ΑΠΑΙΤΕΙΤΑΙ ΠΡΟΚΡΑΤΗΣΗ)

20:30-20:50 "ExoMars - Προς Αναζήτηση Ζωής στον Κόκκινο Πλανήτη" παρουσίαση (διάρκεια 20min)

21:00-21:30 "Η Γη από το διάστημα" Διαδραστικό παιχνίδι (διάρκεια 30min)
(ΑΠΑΙΤΕΙΤΑΙ ΠΡΟΚΡΑΤΗΣΗ)

21:45-22:15 "Ο Διεθνής Διαστημικός Σταθμός και η ζωή των αστροναυτών στο διάστημα" βίντεο (διάρκεια 30min)
(ΑΠΑΙΤΕΙΤΑΙ ΠΡΟΚΡΑΤΗΣΗ)

22:30-23:00 "Ο Διεθνής Διαστημικός Σταθμός και η ζωή των αστροναυτών στο διάστημα" βίντεο (διάρκεια 30min)
(ΑΠΑΙΤΕΙΤΑΙ ΠΡΟΚΡΑΤΗΣΗ)

*μπορεί να γίνουν μικρές αλλαγές στο πρόγραμμα. Μπορείτε να ενημερώνεστε απευθείας από την ιστοσελίδα των διοργανωτών.

** Για τις προκρατήσεις και οποιαδήποτε άλλες πληροφορίες, μπορείτε να απευθυνθείτε στο τμήμα Οργάνωσης και Παραγωγικότητας του ΕΚΕΦΕ «ΔΗΜΟΚΡΙΤΟΣ» , e-mail : communications@central.demokritos.gr, τηλ. 210-650 3079, 210-650 3015, 210-650 3002.

Σας περιμένουμε όλους για μια υπέροχη Βραδιά του Ερευνητή, γεμάτη εκπληκτικές εικόνες, συναρπαστικές περιγραφές και πολλή διαστημική επιστήμη!

Ακολουθήστε μας στο Twitter @ESA_Hellas για όλες τις τελευταίες ενημερώσεις στο πρόγραμμα αλλά και εξελίξεις ζωντανά κατά τη διάρκεια της Βραδιάς. Μπορείτε κι εσείς να συμμετέχετε κάνοντας tweet στο hashtag #rengreece.

Σημείωση: Οι πολίτες με τις οικογένειες και τα παιδιά τους θα μπορούν να επισκέπονται μεμονωμένα το ΕΚΕΦΕ «ΔΗΜΟΚΡΙΤΟΣ» στις 30 Σεπτεμβρίου από τις 18.00 έως τα μεσάνυχτα. Απαραίτητη προϋπόθεση είναι να κάνουν εγγραφή μέσω της φόρμας ΕΔΩ, αν επιθυμούν ξενάγηση στα εργαστήρια.
Για τις υπόλοιπες δραστηριότητες που θα λάβουν χώρα, δεν χρειάζεται εγγραφή.

Σημαντικές πληροφορίες

Χώρος Διεξαγωγής: ΕΚΕΦΕ Δημόκριτος (Αγία Παρασκευή), Αίθουσα Θέμις Παραδέλλης (Κτήριο 6) 1ος όροφος

Ώρα: 18:00 - 00:00

Είσοδος: Ελεύθερη για όλους

Ενημέρωση μέσω της ιστοσελίδας Βραδιά του Ερευνητή και στο www.facebook.com/rengreece
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 6263
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: Re: Bataille de l'Hydaspe et Bucéphale.   Sam 19 Nov à 3:40

Quelle est la mission de l'état, de l'individu et de l'utopie ,

Elles et Ils sont les institutions du secourisme et doivent répondre aux demandes de la Citoyenneté. Ce qui peut sembler navrant; c'est la parution de l'affrontement... C'est l'effort des sens face aux déterminismes des courants entourant, intérieur et extérieur... La Femme et l'Homme se plongent dans le tourbillon sans réaliser qu'il peut ou pourrai le contourner... Il peut ainsi réparer plus vite et plus rapidement tout en respectant le savoir faire et la main d’œuvre issu de l'apprentissage et l’autodidacte. Telle, avec ou sans raison, cette femme ou cet Homme pourraient devenir très intéressant: C'est à l'état de dire ces choses là mais l'état est une forme utopie. Même une machine peut dire qu'elle issue d'inventeur plutôt que d'être la propriété d'un brevet. Ce mécanisme s'appliquent aussi aux robots. Car oui, Le caractère humain, l'animal, la machine et le robot ont plus de valeur qu'une valeur d'état établi par un comité restreint. L'aspect de défense commune est un aspect universelle car il implique l'aspect militaire tout comme l'aspect civil. En effet le donjon demeure dans le château fort: L'aspect humaniste doit être conserver dans la République car celle ci sépare et répare les cris et les gifles, Tout age et toutes volontés accentue son message de fraternité, d’égalité et de liberté.

La République s'est une bibliothèque où l'amour figure comme l'autocritique et l'évolution. Chacun ne peut tout accumuler par principe de transition car ce fut le souhait du peuple antique et du mariage. Par ainsi, la portée est de transmettre réellement les travaux pour permettre un réel constat de l'aménagement secouristes, médicales, militaires, d'habitations, d'emploi public en incluant l'aspect du secteur privé dans la légalité des droits de la Femme et de l'Homme, de protection juridique dans les divorces, accidents du travail, de contrainte morale, d'abus physiques, sur les moyens de transports permettant à tous le moyens de se déplacer dans un aspect physique en respectant le prix de vie, que la haute technologie sois abordable envers tous et chacun à un prix modéré pour ainsi permettre une meilleur surveillance sur l'égalité des chances pour l'aspect physiques et morales des individus, associations, organismes, entreprises et structure étatiques. Ces mesures montreront de l'élasticité d'aujourd'hui démontre que la plénitude ne fus pas "ou jamais atteint" d'une manière déterminée ni même indéterminée. Le Luxe fut utilisé comme une arme et fausse sur la modernité
de l’intérêt au détriment sur le concept de caractère propre du projet défini par un architecte, un penseur et d'un ouvrier; Le luxe favorise l'architecte sur l'ouvrier par le concept d'une vision chimérique établi par le concept du droit féodal. Il suffit...

La République et ses Organismes Public tout comme Privé ont des rôles de rigueur, d'alternance et de travail sur le bien commun. Car, La République s'est une bibliothèque où l'amour figure comme l'autocritique et l'évolution. Chacun ne peut tout accumuler par principe de transition car ce fut le souhait du peuple antique et du mariage. Par ainsi, la portée est de transmettre réellement les travaux pour permettre un réel constat de l'aménagement secouristes, médicales, militaires, d'habitations, d'emploi public en incluant l'aspect du secteur privé dans la légalité des droits de la Femme et de l'Homme, de protection juridique dans les divorces, accidents du travail, de contrainte morale, d'abus physiques, sur les moyens de transports permettant à tous le moyens de se déplacer dans un aspect physique en respectant le prix de vie, que la haute technologie sois abordable envers tous et chacun à un prix modéré pour ainsi permettre une meilleur surveillance sur l'égalité des chances pour l'aspect physiques et morales des individus, associations, organismes, entreprises et structure étatiques.

Ainsi, L'individu figurera à sa place au Panthéon à coté d'un vrai principe de la République:
La Paix et les Peuples tout en conservant son propre individu.

Ecrit de
TAY
La chouette effraie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 6263
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: Re: Bataille de l'Hydaspe et Bucéphale.   Mar 29 Nov à 3:45

Des exemples

J'attends pour passer mon audition et je suis très nerveuse.

Je suis une personne nerveuse.


Qu'est-ce que la nervosité?

La nervosité est un état d'excitation. Elle peut être toute intérieure ou se manifester par de l'agitation. Dans certains cas, ses causes sont purement physiques, par exemple comme effet d'une drogue ou d'un médicament. Dans d'autres cas, elle est d'origine psychique.

Dans la nervosité, l'excitation est désagréable. De plus, le sujet qui en est l'origine n'est pas précis. D'ailleurs, lorsque nous sommes énervés nous avons tendance à chercher un exutoire au trop plein plutôt que de nous "centrer" et de tenter d'identifier avec précision ce qui nous énerve. Nous respirons mal, ce qui contribue à accentuer l'énervement. Dans cet état, nous sommes absolument non disponibles; c'est pourquoi il est alors facile de devenir irritable.


À quoi sert la nervosité?

Mon énervement est le signe qu'il m'arrive quelque chose d'important. Mais il indique en plus que j'ai une certaine difficulté à demeurer en contact avec moi-même (centrée) devant ce qui m'arrive. J'ai plutôt tendance à m'éparpiller. Par exemple, nerveuse en attendant pour mon audition, je fume cigarette sur cigarette, je fais les cents pas, je tapote le bras de mon fauteuil, etc.

Une personne généralement nerveuse se maintient dans cet état d'excitation en ayant un contact superficiel avec ce qu'elle vit. En vivant ainsi, elle escamote un grand nombre d'émotions et accumule des expériences non complétées. Par accumulation, elle en arrive à des moments où elle n'en peut plus; elle se dit alors à "bout de nerfs" ou même elle fait une "crise de nerfs".

Par Michelle Larivey, psychologue
Ressources en Développement

Nous distinguons quatre types d'expériences émotives: les émotions simples, mixtes, repoussées et les pseudo-émotions. Vous trouverez ici des explications précises concernant la signification et l'utilité de différentes expériences émotives (culpabilité, jalousie, désir, gêne, etc.).

Pour bien comprendre ce guide, nous vous conseillons de lire l'article "Les genres d'émotions".

Les quatre types d'expériences émotives

Émotions simples

Ce sont les émotions proprement dites, dans leur plus simple expression. Pour s'informer sur ce qui est important pour nous, il est nécessaire de les ressentir.

Émotions mixtes

Elles sont composées de plusieurs expériences émotives. Elles contiennent habituellement une ou deux émotions et d'autres genres d'expériences qui servent à se défendre contre une de ces émotions. Pour s'informer correctement, il faut donc décomposer l'émotion mixte afin de pouvoir ressentir la ou les émotions et traiter adéquatement les autres expériences qui la composent.

Émotions repoussées

Ce sont des expériences habituellement à dominance corporelle. Elles prennent place lorsqu'on repousse une émotion ou que l'on évite son expression. Il faut retrouver l'émotion refoulée.

Pseudo-émotions

Elles ont l'apparence d'émotion. Elles sont plutôt des "façons de dire les choses" qui cherchent à cerner l'émotion. Il faut identifier l'émotion qu'elles traduisent.

Inventaire des différentes expériences émotives

Vous trouverez ci-dessous une liste d'expériences émotives. Pour chacune des expériences soulignées, vous pouvez accéder à une fiche explicative.

Vous pouvez recevoir les nouvelles fiches directement dans votre courrier électronique dès qu'elles sont publiées. Il suffit de vous abonner au magasine électronique "La lettre du Psy"


A - C D - E F - O P - Z
abaissé
abandonné
abhorrer
absent
admiration
adorer
affection (affectueux)
affolement
agitation
agité
agrément
agressif
aimable
aimé
ambivalent
amertume
amitié
amour
angoisse
anxiété
apathie (apathique)
appréhension
arrogant
attachement(attaché)
attendrissement
béatitude
bégaiement
bizarre
blessé
bloqué
bonheur
boule dans la gorge
brisé
burnout

cafard
calme
chagrin
chérir
choqué (colère)
coincé
colère
compassion
confiance
confusion
considération
contentement
crainte
crise de panique
culpabilité
déception
découragement
défensif
dégoût
délaissé
délectation
dépendant
déprimé
dérangé
désespoir
désir
désoeuvrement
detester
de trop
dévalorisé
différent
diminué
distant
douleur
doute
doux
drôle

écarté
écoeuré
effroi
égoïsme
éjecté
éloigné
émerveillé
embarras
emprisonné
enchanté
énervement (énervé)
engourdissement
ennui
enragé
enthousiaste
envahi
envahissant
envie
épouvante
estime
étouffement
étourdissement
euphorie
évalué
évanouissement
exaspération
excitation
exclu
exécrer
extase
extrémités froides
faible
fatigué
fébrilité
fermé
fierté
figé
flottement
fort
fou
frayeur
frustré
fureur

gelé
gêne
gentil
gratitude
haine
harmonieux
heureux
honte
hostilité
humiliation
impatience
impuissant
impulsif
incompris
indifférent
inférieur
inquiétude
insécurité
intimidé
irrité
jalousie-amoureuse
jalousie-envie
joie
jouissance
jugé
loin
malaise (mal à l'aise)
mal de tête
manipulation
manipulé
Migraine de tension
mécontentement
méfiance
mélancolie
mépris
mort
nausées
négatif
nervosité
non-désiré
nostalgie

optimiste
ouvert
panique
paralysé
paresse
passion
patient
peine
perdu
persécuté
perturbé
pessimiste
peur
peur-panique
pitié
plaisir
positif
proche

rage
raisonnable
rancune
ravissement
reconnaissance
refusé
regret
rejeté
reposé
repoussé
réservé
ressentiment
retiré
révolté
ridicule
rougissement
satisfaction
sensuel
sérénité (serein)
solitude (seul)
soupir
stressé
supérieur
surpris
sympathie
tendresse
tensions diverses
terreur
tics
timide
trac
trahi
transpiration excessive
tremblement
tristesse
vanité
victime
vide
violence
vivant
volupté
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 6263
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: Re: Bataille de l'Hydaspe et Bucéphale.   Mar 29 Nov à 9:26

La Tragédie de Alep, courtisane de Petra, qui malgré tout avait réussi à survivre devant l'avancée du désert et de ses oubliés. Là où la Nature n'a pas réussi devant la persévérance de ses habitants, la discorde par ses bombes réussit par ses intérêts à propager une certaine vision autre que celle d'une grande unité: (The Man Who Would Be King) ainsi se souleva une autre réalité dans les entrailles du proche orient. Le grand royaume de Petra et les républiques des oasis furent ensevelis par une déluge autre que des grains de sables, une malédiction créait par les hommes et je dois dire que notre discorde n'est pas l’œuvre du Démon. Si il se moque de Nous et bien après tout, Y'becca doit reconnaitre les erreurs des gouvernances tel il se passa dans la guerre de Troie. Alep est tout comme se récit où chacun d'entre nous se perçoit tel un
Josiah Harlan. Enfin bref, certains d'entre vous prévoit comme Kipling a pu aussi s'inspirer de l'histoire de Sir James Brooke (1803–1868), surnommé le « Rajah blanc », qui fonda une dynastie à Sarawak en 1841 dans son œuvre. La démocratie rattrapé par l'utopie, si cela ne ramènera pas les victimes de Alep, c'est pas ses mots que j'honore cette guerre de l'absurde pour certains, de la Liberté pour d'autres, de la délivrance pour eux et de l'espérance chez les plus fous. Finalement que ce soit Josiah Harlan ou Sir James Brooke, l'histoire ne retiendra que les casques blancs de Alep, les secouristes désintéressés de Y'becca et les défenseurs des croyances issus de la Bataille de l'Hydaspe et Bucéphale: la couronne du Kafiristan. Celle de croire au retour d'une entité prénommé La République et ses utopies.

Ecrit de
TAY
La chouette effraie

Analyse

Il est probable que Kipling se soit inspiré de la vie de Josiah Harlan (en) (1799-1871), un aventurier américain qui se rendit en Afghanistan et au Punjab dans l'intention de devenir roi. Après s'être mêlé de politique locale et de faits d'armes, il finit par obtenir le titre de « Prince de Ghor » pour lui-même et ses descendants en échange de son aide militaire. Kipling a pu aussi s'inspirer de l'histoire de Sir James Brooke (1803–1868), surnommé le « Rajah blanc », qui fonda une dynastie à Sarawak en 1841.

L'histoire s'appuie sur les symboles et les rites de la franc-maçonnerie, à laquelle appartenait Kipling, et sans grand souci de vraisemblance perpétue le mythe d'une maçonnerie antique, à laquelle aurait appartenu Alexandre le Grand.

Autour du film

L'Homme qui voulut être roi était un projet désiré et imaginé par John Huston depuis 25 ans. Lorsqu'il le réalisa en 1975, il avait 69 ans. Il avait envisagé de tourner le film avec Clark Gable et Humphrey Bogart comme interprètes, mais le décès de ceux-ci (respectivement en 1960 et 1957) le contraignit à y renoncer. Il pensa ensuite à Kirk Douglas et Burt Lancaster puis Peter O'Toole et Richard Burton. Enfin, il proposa le rôle à Paul Newman et Robert Redford. Paul Newman, qui venait de faire deux films avec le cinéaste, incita Huston à prendre deux acteurs britanniques, pour une question de véracité (de son point de vue).
Le tournage s'est déroulé à Glen Canyon aux États-Unis, Chamonix-Mont-Blanc en France, au Maroc et aux studios Pinewood au Royaume-Uni.
Lors de la « ressortie » française du film en 2002 (en copie neuve), les spectateurs ont pu voir (pour la première fois) un plan fantôme absent de toutes les copies en circulation du film (copie pour Câble, VHS, DVD…). À la toute fin du film, lorsque Kipling (Christopher Plummer) vient de découvrir le sort tragique de Daniel Dravot (Sean Connery), Huston choisit de nous montrer une image mentale de Kipling : Dravot tombe, au ralenti, dans un trou noir. Sa couronne en or tournoie, elle aussi, lentement. Ils disparaissent finalement dans les ténèbres. Puis on revient sur le visage de Kipling.
Il s'agit du film préféré de Michael Caine et de Sean Connery.[réf. nécessaire]
Souffrant de graves problèmes cardiaques, John Huston vit un jour arriver, dans sa chambre d'hôpital, Sean Connery et Michael Caine. Les deux acteurs refirent (à l'identique) la scène de présentation du film.
Sean Connery réalisa lui-même la cascade périlleuse à la fin du film.
Les prêtres et habitants de Sikandergul parlent l'arabe dialectal marocain, John Huston ayant recruté ces acteurs parmi les autochtones de la région du tournage, au Maroc. Les dialogues dits par le grand prêtre sont fidèles aux traductions de Billy Fish, sauf lors des plans où le grand prêtre dévoile la pierre où est gravé le signe des francs-maçons. En substance, le prêtre disait : « Ceci est ma terre et mon pays. Vous ne l'aurez jamais. Vous n'êtes pas les bienvenus », ce que Billy Fish traduisait par l'exact contraire. On peut relever d'autres traductions de Billy Fish complètement fantaisistes, mais très rares.
Sean Connery rencontra sa future seconde femme Micheline Roquebrune à Marrakech durant le tournage du film.
Roxane, jeune fille dont Daniel Dravot choisit de faire sa femme est interprétée par Shakira Caine, la femme de Michael Caine.

Aux Indes, Daniel Dravot et Peachy Carnehan, deux amis britanniques, anciens militaires, francs-maçons et surtout aventuriers déterminés et peu scrupuleux, caressent un rêve fou : entrer au Kafiristan (un pays légendaire où aucun Européen n'a mis le pied depuis Alexandre le Grand) et en devenir le roi.

Avec l'aide d'un journaliste anglais (qui dans le film, mais non dans la nouvelle, est Rudyard Kipling), ils parviennent à entreprendre le périlleux voyage…

Dans son bureau du journal The Northern Star, Kipling reçoit la visite d'une épave humaine, en haillons et à moitié fou, qui se présente comme celui qu'il a jadis connu sous le nom de Peachy Carnehan. Peachy raconte à Kipling comment, avec Daniel Dravot, il est arrivé au Kafiristan, province de l'Afghanistan, où ils sont devenus des dieux, ont régné et ont fini par tout perdre.

Quelques années plus tôt Daniel Dravot et Peachy Carnehan ont rendu visite à Kipling dans son bureau. Ils y ont consulté des cartes et des encyclopédies et ont signé devant Kipling un contrat les obligeant à être loyaux l'un envers l'autre, et à se tenir à l'écart de l'alcool et des femmes tant que leur but ne serait pas atteint. Puis ils sont partis vers le nord, franchissant la passe de Khyber, pénétrant par des régions inexplorées au Kafiristan (littéralement, « le pays des étrangers »).

Ils rencontrent par hasard un Ghurka qui se fait appeler Billy Fish, nom qui lui a été donné par son régiment parce que plus prononçable, seul survivant d'une expédition cartographique disparue des années auparavant. Billy parle l'anglais parfaitement, ainsi que la langue locale, et c'est ainsi qu'il aide Carnehan et Dravot dans leur ascension vers le trône, en tant qu'interprète et guide des coutumes locales.

Ils offrent leurs services comme « conseillers militaires », aidant un village puis un autre à triompher de leurs ennemis pour s'en faire des alliés. Lorsqu'au cours d'une bataille Dravot reçoit une flèche en pleine poitrine mais continue à se battre, les indigènes le croient immortel. En fait la flèche a été arrêtée par une cartouchière, sous la tunique rouge de Dravot, où elle est restée plantée. Dravot et Carnehan décident de ne pas détromper les indigènes, leur superstition pouvant les aider à parvenir à leurs fins. Plus tard, leurs exploits étant parvenus aux oreilles du « grand-prêtre », ils sont convoqués dans la « ville sainte » de Sikandergul. On découvre sur la poitrine de Dravot la médaille maçonnique que lui avait offerte Kipling, dans laquelle les indigènes reconnaissent un symbole gravé dans une pierre qu'ils attribuent à Alexandre le Grand (« Iskander »). Dans une variante du culte du cargo, ils prennent Dravot pour le fils d'Alexandre revenu parmi son peuple et il est couronné roi.

Dravot prend son rôle au sérieux: il rend la justice, entreprend de « moderniser » le pays avec l'aide de Carnehan et de Billy Fish, et se voit à la tête d'un empire. Les mois passent et Peachy Carnehan songe à quitter le pays en emportant sa part du fabuleux trésor de Sikandergul. Mais Dravot, qui entretient des rêves de grandeur, est décidé à rester et à faire son métier de roi. Ayant décidé, contre l'avis de son ami, de prendre femme pour fonder une dynastie, il jette son dévolu sur la belle Roxanne. Peachy Carnehan accepte d'attendre le mariage pour partir. Mais Roxanne, comme ses compatriotes, craint qu'une mortelle ne puisse survivre au commerce d'un dieu, et quand Dravot la prend dans ses bras pour l'embrasser devant la foule de ses sujets elle le mord jusqu'au sang. Il apparaît alors que Dravot n'est, après tout, qu'un homme. Dravot, Carnehan et Billy Fish s'enfuient, poursuivis par la foule. Billy se lance bravement dans la mêlée, sabre au clair, et succombe bientôt sous le nombre. Dravot et Carneghan sont pris. Dravot est envoyé, couronne sur la tête, au milieu du pont de cordes qu'il a fait construire au-dessus d'un ravin profond, les cordes sont coupées et il tombe dans le précipice. Carnehan est crucifié mais survit et il est libéré. Il repart en Inde, où il retrouve Kipling à qui il montre la tête de Dravot, qu'on lui a permis d'emporter, encore ornée de la couronne du Kafiristan.
Fiche technique

Titre : L'Homme qui voulut être roi
Titre original : The Man Who Would Be King
Réalisation : John Huston et John Foreman
Scénario : John Huston et Gladys Hill, d'après une histoire de Rudyard Kipling
Production : John Foreman
Société de production : Columbia Pictures
Budget : 8 millions de dollars
Musique : Maurice Jarre
Photographie : Oswald Morris et Alex Thomson (seconde équipe)
Montage : Russell Lloyd
Décors : Alexandre Trauner
Costumes : Edith Head
Pays d'origine : Royaume-Uni, États-Unis
Format : Technicolor - 2,35:1 - Stéréo - 35 mm
Genre : Aventures
Durée : 123 minutes (2 h 3)
Dates de sortie :
17 décembre 1975 Drapeau des États-Unis États-Unis
21 avril 1976, 10 avril 2002 (ressortie) Drapeau de la France France

Distribution

Sean Connery (VF : Jean-Claude Michel) : Daniel Dravot
Michael Caine (VF : Francis Lax) : Peachy Carnehan
Christopher Plummer (VF : Jean Lagache) : Rudyard Kipling
Saeed Jaffrey (VF : Gérard Hernandez) : Billy Fish
Doghmi Larbi : Ootah
Jack May (VF : Roland Ménard) : le commissaire
Karroom Ben Bouih : Kafu Selim
Mohammad Shamsi : Babu
Albert Moses : Ghulam
Paul Antrim : Mulvaney
Graham Acres : l'agent
Shakira Caine : Roxanne

L'Homme qui voulut être roi (The Man Who Would Be King) est un film américano-britannique réalisé par John Huston, sorti en 1975.

Le film est l'adaptation de la nouvelle du même titre de Rudyard Kipling publiée en 1888.

La Tragédie de Alep, courtisane de Petra, qui malgré tout avait réussi à survivre devant l'avancée du désert et de ses oubliés. Là où la Nature n'a pas réussi devant la persévérance de ses habitants, la discorde par ses bombes réussit par ses intérêts à propager une certaine vision autre que celle d'une grande unité: (The Man Who Would Be King) ainsi se souleva une autre réalité dans les entrailles du proche orient. Le grand royaume de Petra et les républiques des oasis furent ensevelis par une déluge autre que des grains de sables, une malédiction créait par les hommes et je dois dire que notre discorde n'est pas l’œuvre du Démon. Si il se moque de Nous et bien après tout, Y'becca doit reconnaitre les erreurs des gouvernances tel il se passa dans la guerre de Troie. Alep est tout comme se récit où chacun d'entre nous se perçoit tel un
Josiah Harlan. Enfin bref, certains d'entre vous prévoit comme Kipling a pu aussi s'inspirer de l'histoire de Sir James Brooke (1803–1868), surnommé le « Rajah blanc », qui fonda une dynastie à Sarawak en 1841 dans son œuvre. La démocratie rattrapé par l'utopie, si cela ne ramènera pas les victimes de Alep, c'est pas ses mots que j'honore cette guerre de l'absurde pour certains, de la Liberté pour d'autres, de la délivrance pour eux et de l'espérance chez les plus fous. Finalement que ce soit Josiah Harlan ou Sir James Brooke, l'histoire ne retiendra que les casques blancs de Alep, les secouristes désintéressés de Y'becca et les défenseurs des croyances issus de la Bataille de l'Hydaspe et Bucéphale: la couronne du Kafiristan. Celle de croire au retour d'une entité prénommé La République et ses utopies.

Ecrit de
TAY
La chouette effraie
http://la-5ieme-republique.actifforum.com/t17p50-la-republique-de-syrie-et-le-royaume-de-jordanie#4413

_________________
Kounak le chat....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 6263
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: Re: Bataille de l'Hydaspe et Bucéphale.   Jeu 12 Jan à 9:27

Le référendum est une institution et en cela, il n'est jamais dit que le principe du Referendum est une forme d'émancipation envers les autorités publiques... Le Referendum est la manière la plus noble auquel une loi peut être établi: Pourtant, un jour, Louis Napoléon utilisa cette manière du suffrage universel direct qui marqua les esprits... Le Peuple ne peut pourtant nier le rôle évident que représente le referendum dans le principe civique et morale de "l'individue et de l'individu" dans le terme de Démocratie... Ce principe pourtant, peut être juste consultatif mais il permet ainsi à l'individu de se mettre en situation auquel se retrouve exposer les élu"e"s... Certains voient dans le referendum une forme de combat de coq ou de boxe, en tout cas, à l'image d'un vote électif, il est un aspect fondamentale d'une cohésion morale auquel la démocratie doit faire face: Il surpasse l'aspect de l'état et sans le remettre en cause, il est capable de pointer certaines choses de la vie quotidienne. Dans certains pays, il y a l'aspect de pétition qui peuvent être soumise au suffrage universel indirect... Le suffrage universel direct auquel appartient le Référendum est un aspect essentiel du caractère humain auquel un peuple veut s'adresse envers ses nouvelles générations... Le fait de débattre est un outil essentiel en terme de communication et pourtant dans certains cas, la question du Référendum relève de l'intérêt de l'état régalien, c'est en cela que certains hésitent sur son aspect même mais il montre l'aspect même de l'interlocuteur qui propose le sujet de la question. Le référendum est une loi d'utopie qui pourtant montre l'aspect réel de l'individu dans la société: En cela, j'accorde une importance réelle dans la constitution de Y'becca et des Républiques d'Israël et de la Palestine ainsi que dans toutes les Nations Morales et Physiques pour une reconnaissance morale et intellectuel dans le référendum: Son vote est lié malheureusement à des disputes entre des élu"e"s du Suffrage universel indirect... Toutefois, tout comme le vote direct du parlement et tout vote indirect du parlement, le référendum ne peut être organiser pour un Conflits d’intérêts et en cela, c'est au pouvoir judiciaire et à ses membres qu'il soit public et privé tout en maintenant et mettant l'aspect du service public militaire et civil dans la lutte contre les Conflits d’intérêts qui pourrait s'ingérer dans la teneur du débat et du vote: L'aspect du Général, de la société et l'individu doit être soulever en soulevant toutes les égalités et inégalités que peuvent engendrer le référendum... Certains peuvent s'amuser à créer de lois et des référendum pour des Conflits d’intérêts, pour créer des désordres et par gloire personnel... Cela n'est pas dans l'intérêt de l'harmonie sereine auquel nous devons être en ces situations profondes de changement de climat: "De jour en jour; le petit Nuage de Magellan et La Galaxie d'Andromède évolue depuis µ Êta Careme" s'écrie Nagaliew la mouette aux yeux verts..."
L'aspect du référendum est un droit de cité et de navire dans les prochains siècles à venir; et le juge suprême de la république de l'olivier s'y engage et dans des situations d'urgence, notre professionnalisme institué par la philosophie et la prudence du référendum nous permettra d'avoir l'anticipation sur le danger qu'il soit matérielle, morale et naturelle, ils peuvent être distinct ou englobé, Le référendum et ses principes il est un aspect fondamentale d'une cohésion morale auquel la démocratie, une armée ou un navire doit faire face... Le Laïc et l'Eternel devant la démocratie et la Nature. Conflits d’intérêts... Le clans des mouettes et la cinquième république devant l'adversité des peurs et des intérêts... Nous sommes prêt à faire face à l'avenir... La République de l'Olivier...

Ecrit de
TAY
La chouette effraie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Bataille de l'Hydaspe et Bucéphale.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Bataille de l'Hydaspe et Bucéphale.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» D'où vous viennent vos pseudo ?
» Aux bords du lac. [PV Bucéphale]
» [ Passé ]La bataille du Mont Gundabad
» Rapport : Mission de bataille à 1500 points ork vs tyty
» Élections-US :La bataille des sondages ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le clans des mouettes :: Le clans des mouettes-
Sauter vers: