Le clans des mouettes

ainsi est la force.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 LE GOUFFRE, LA CAVERNE, LA CONSCIENCE ET LE CRÉPUSCULE.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
yanis la chouette



Nombre de messages : 7955
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: LE GOUFFRE, LA CAVERNE, LA CONSCIENCE ET LE CRÉPUSCULE.   Mar 19 Déc à 9:38

LE GOUFFRE, LA CAVERNE, LA CONSCIENCE ET LE CRÉPUSCULE.

Tout est à construire quand tout est est établi.
Yanis Tignard.
Qui vit d’espérance court le risque de mourir de faim.
Benjamin Franklin.
Dans toutes les larmes s’attarde un espoir.
Simone de Beauvoir.
L’espoir est une mémoire qui désire.
Honoré de Balzac.
Vivre sans espoir, c’est cesser de vivre.
Fiodor Dostoïevsk.
Y'BECCA.
TAY


National Aeronautics and Space Administration Page
Last Updated: Dec. 12, 2017
NASA Official: Brian Dunbar

Cladonia rangiferina est l’une des espèces de lichens connues sous les noms de lichen des rennes ou lichen des caribous. Il s’agit d’une espèce fruticuleuse, formant au sol de grands tapis blanchâtres buissonnants. Au sein du genre Cladonia, il appartient à un groupe d’espèces dépourvues de thalle primaire, autrefois rassemblées dans un genre à part (Cladina).

C’est un lichen répandu dans les régions froides et tempérées des deux hémisphères. Comme il peut résister à des environnements très froids, c’est toutefois dans les régions arctiques qu’il atteint son plus grand développement, marquant profondément la physionomie de la toundra. Comme son nom le suggère, il est une source de nourriture importante pour les rennes (Rangifer tarandus).

Nomenclature et systématique
Taxinomie

Cette espèce a été décrite scientifiquement pour la première fois sous le nom Lichen rangiferinus en 1753 par Carl von Linné, dans son ouvrage Species plantarum1.
Liste des sous-espèces

Selon NCBI (1 févr. 2012)2 :

sous-espèce Cladonia rangiferina subsp. abbayesii
sous-espèce Cladonia rangiferina subsp. rangiferina

Notes et références

↑ (la) Carl von Linné, Species plantarum : exhibentes plantas rite cognitas, ad genera relatas, cum differentiis specificis, nominibus trivialibus, synonymis selectis, locis natalibus, secundum system sexuale digestas, vol. 2, Impensis Laurentii Salvii, 1753, 1200 p. (lire en ligne [archive]), p. 1153
↑ NCBI, consulté le 1 févr. 2012

Liens externes

Sur les autres projets Wikimedia :

Cladonia rangiferina, sur Wikimedia Commons Cladonia rangiferina, sur Wikispecies

Référence Index Fungorum : Cladonia rangiferina (L.) Weber ex F.H. Wigg. 1780 [archive] (en) (+ MycoBank [archive])
Référence NCBI : Cladonia rangiferina [archive] (en)
Référence INPN : Cladonia rangiferina (L.) Weber ex F.H. Wigg. [archive] (+ statut [archive] + description [archive]) (fr)

Cladonia rangiferina
Description de l'image Cladonia rangiferina 1.jpg.
Classification Règne Fungi
Division Ascomycota
Sous-embr. Pezizomycotina
Classe Lecanoromycetes
Ordre Lecanorales
Famille Cladoniaceae
Genre Cladonia

Nom binominal
Cladonia rangiferina
(L.) Weber ex F.H.Wigg., 1780

The Moon became a key focus point for NASA in 2017, whether it was blocking out the Sun during one of the most-viewed events in U.S. history, or reinvigorating the agency’s human space exploration plans.

One of the numerous NASA-related activities and actions the Trump Administration did in 2017 was to reconstitute the National Space Council. During its first meeting on Oct. 5, Vice President Mike Pence directed NASA to develop a plan to help extend human exploration across our solar system, and return astronauts to the Moon in preparation for human missions to Mars and other destinations.
Vice President Mike Pence delivers opening remarks during the National Space Council's first meeting,
Vice President Mike Pence delivers opening remarks during the National Space Council's first meeting, Thursday, Oct. 5, 2017 at the Smithsonian National Air and Space Museum's Steven F. Udvar-Hazy Center in Chantilly, Va.
Credits: NASA/Joel Kowsky

The White House’s support of NASA in 2017 extended across the breadth of the agency’s activities, including:

President Trump signing the 2017 NASA Authorization Act in March
The President calling the International Space Station from the Oval Office in April and U.S. record-setting NASA astronaut Peggy Whitson following her landing in September
Vice President Pence visiting NASA’s Johnson Space Center in June, Kennedy Space Center in July, and Marshall Space Flight Center in September
The Vice President seeing spacecraft preparations in October for NASA’s next mission that will land on the Red Planet: InSight

“When you see highlights of NASA’s achievements over the year listed in one place, it’s pretty amazing what we’ve been able to achieve,” said acting NASA Administrator Robert Lightfoot. “Seeing so many challenging efforts become completed accomplishments is a testament to the determination of our entire extended NASA team. While I’m proud of what we did in 2017, another full plate of missions awaits us in 2018 that will surely inspire with their discoveries and technological advances.

“And for the sixth year in a row, NASA has retained its standing as the number one large agency in the ‘Best Places to Work in Government’ rankings published by the Partnership for Public Service. I want to congratulate and commend our amazing workforce for their teamwork and dedication, which has enabled so many achievements in all our missions on behalf of the American people and the world.”

Solar System and Beyond
ISS Transit During a Partial Solar Eclipse 2017
The International Space Station is seen against the Sun, near the edge of the Moon's shadow during the solar eclipse of Aug. 21, 2017.
Credits: NASA/Bill Ingalls

2017’s top story in terms of public interest for NASA was, by far, the Aug. 21 total solar eclipse. It was one of the biggest internet events in recent history and the biggest online event NASA has ever measured. There were more than 50 million views of the live broadcast on NASA.gov and multiple social media platforms, and almost 31 million unique views on Facebook before and after the eclipse. These numbers mean the agency was able to share the scientific study of this celestial phenomenon with millions of people around the world, capturing a wealth of images before, during, and after the eclipse by spacecraft, aircraft, high-altitude balloons, and astronauts aboard the International Space Station -- seen in the image on the right as it orbited between the Earth and the Sun during the eclipse.
NASA's Cassini spacecraft is shown in an artist's depiction of its Sept. 15, 2017, plunge into Saturn's atmosphere .
NASA's Cassini spacecraft is shown in an artist's depiction of its Sept. 15, 2017, plunge into Saturn's atmosphere .
Credits: NASA/JPL-Caltech

Here are some of this year’s other highlights in the solar system and beyond:

A thrilling epoch in the exploration of our solar system came to a close Sept. 15, as NASA's Cassini spacecraft made a fateful plunge into the atmosphere of Saturn, ending its 13-year tour of the ringed planet. The mission transformed our understanding of ocean worlds, where life may potentially exist beyond Earth.
Humanity's farthest and longest-lived space mission – NASA’s Voyager 1 and 2 – celebrated 40 years of unprecedented science findings and imagery on Sept. 5. NASA continues to communicate with the spacecraft daily as they explore the frontier where interstellar space begins.
A spacecraft that will touch the Sun was named for a living researcher: Eugene N. Parker, professor emeritus at the University of Chicago. NASA’s Parker Solar Probe is scheduled for launch in 2018 to explore the Sun’s outer atmosphere.
NASA's Fermi Gamma-ray Space Telescope detected the first light ever tied to a gravitational-wave event, thanks to two merging neutron stars in the galaxy NGC 4993, located about 130 million light-years from Earth. NASA's Swift, Hubble, Chandra and Spitzer missions, along with dozens of ground-based observatories, later captured the fading glow of the blast's expanding debris.
The James Webb Space Telescope completed environmental testing at NASA’s Goddard Space Flight Center and the Johnson Space Center as it readies for assembly into a single spacecraft ahead of launch in 2019.
NASA's Spitzer Space Telescope revealed the first known system of seven Earth-size planets around a single star, with three planets located in the habitable zone, the area around a star where a rocky planet is most likely to have liquid water.
NASA’s Hubble Space Telescope found an exoplanet that snows sunscreen, but only on the side of the planet that permanently faces away from its host star.
NASA’s Kepler space telescope team released its most comprehensive and detailed catalog of exoplanet candidates, introducing 219 new planet candidates, 10 of which are near-Earth size and orbiting in their star's habitable zone.
Astronomers using data from NASA’s Chandra X-Ray Observatory and other telescopes found evidence for a star that whips around a black hole about twice an hour, which could be the tightest orbital dance ever witnessed between a possible black hole and a companion star.
NASA’s OSIRIS-REx asteroid sample return spacecraft successfully used Earth’s gravity on Sept. 22 to slingshot itself on a path toward the asteroid Bennu, for a rendezvous next summer. The spacecraft is on a seven-year journey to rendezvous with, study, and return a sample of Bennu to Earth.
NASA selected two new planetary missions on Jan. 4 that have the potential to open new windows on one of the earliest eras in the history of our solar system. The Lucy mission will visit a target-rich environment of Jupiter’s mysterious Trojan asteroids, while the Psyche mission will study a unique metal asteroid that’s never been visited before.
Early science results from NASA’s Juno mission to Jupiter portray the largest planet in our solar system as a complex, turbulent world, with Earth-sized polar cyclones and plunging storm systems that travel deep into the heart of the gas giant.
On Oct. 19, the NASA-funded Pan-STARRS1 telescope discovered the first confirmed object to travel through our solar system from another star. The historic discovery revealed the interstellar interloper to be a rocky, cigar-shaped object with a ratio of length to width unlike any asteroid or comet observed in our solar system.
An international team of astronomers led by NASA scientists successfully completed the first global exercise using a real asteroid – 2012 TC4 - to test global response capabilities. The exercise tested the International Asteroid Warning Network for hazardous asteroid observations, modeling, prediction and communication.

Mars
Artist’s impression of Mars Global Surveyor in orbit over Mars
Artist’s impression of Mars Global Surveyor in orbit over Mars.
Credits: NASA/JPL-Caltech

In 2017, NASA made progress in the preparations to send astronauts to Mars, as well as reaching the milestone of 20 years of continuous robotic scientific exploration of the Red Planet. And a record 2.4 million space fans signed up this year to send their names to Mars on NASA’s InSight mission, a robotic lander designed to study the interior and subsurface of the planet in 2018.

On Nov. 16, NASA selected a science instrument for an upcoming sample return mission to the moons of Mars: a Japan-led mission known as MMX to the moons of Mars. The instrument will help scientists resolve questions about when and how the small moons formed around the Red Planet.
After receiving a record-breaking number of applications to join an exciting future of space exploration, NASA selected on June 12 women and men as the agency’s new astronaut candidates. They may fly on future deep space missions using the world’s most powerful rocket, the Space Launch System (SLS), and the Orion spacecraft. This year, NASA has been building and testing hardware for both the first and second missions for SLS and Orion.

Here are some of this year’s highlights about progress toward human deep space missions to the Moon and Mars:

The first piece of completed SLS hardware for the first test mission, Exploration Mission-1, was delivered to Kennedy Space Center for processing.
Flight preparations are complete for the four liquid fuel engines that will help power SLS on its first mission, and engineers began testing engines for the second mission that will carry crew, Exploration Mission-2.
All five parts of the rocket’s core stage are built and ready for additional outfitting and testing.
The 10 motor segments have been cast for the two solid rocket boosters, and they are on track to be ready for the first integrated test flight.
NASA has moved up a critical crew safety launch abort test for the Orion spacecraft in advance of the first launch with humans, and teams also have been testing the parachutes to bring the capsule to a safe landing as well as exit procedures for the crew after returning from a mission.
Meanwhile, teams powered on the Orion spacecraft for the first integrated test launch, and are busy building the Orion capsule for the first crewed mission.
At the future launch site for SLS and Orion, upgrades to the walls of the flame trench are complete as well as the installation of all the work platforms in the Vehicle Assembly Building where the rocket will be stacked prior to launch.
The agency began studying the deep space gateway concept with U.S. industry and space station partners. Using the most powerful rocket in the world, NASA would launch a power and propulsion element, habitation module for crew, and logistics module for the gateway concept in the early crewed missions of SLS and Orion.
NASA continues to use its Next Space Technologies for Exploration Partnerships (NextSTEP) public-private partnership model to seek commercial development of deep space exploration capabilities. This year, NASA is seeking proposals for development of a first-generation, in-space, multi-material fabrication laboratory, or FabLab, for space missions; selected five companies for studies for the gateway power and propulsion element; announced it will seek proposals for research contracts in In Situ Resource Utilization (ISRU) Technology; and its partners are developing prototypes of habitat structures.
NASA engaged the public in many citizen challenges, including the Space Poop challenge, which awarded winners for proposed solutions to address how to collect and route human waste away from the body, if an astronaut were wearing a spacesuit in microgravity for up to six days.

International Space Station
astronaut Shane Kimbrough next to MDCA facility
The Multi-user Droplet Combustion Apparatus accommodated droplet-combustion investigations that studied efficient fuel efficiency and engine production in space and on Earth. NASA astronaut Shane Kimbrough reconfigures the MDCA for the Cool Flames Investigation during Expedition 50.
Credits: NASA

In 2017, six NASA astronauts have lived aboard the International Space Station, supporting more than 120 new U.S. research investigations conducted in the unique microgravity laboratory to prepare for future deep space exploration and improve life on Earth. Investigations included research leading to new knowledge about combustion processes, tests of a drug to help fight cancer, and technology demonstrations like the Bigelow Expandable Activity Module (BEAM). In addition, the space station hosts many external experiments that observe Earth and our environment from space and study space physics, such as neutron stars, black holes, and the search for dark matter. More than 170 total U.S. investigations this year are advancing our understanding in biology and biotechnology, physical sciences, human research, technology development and education.

Here are some additional space station highlights from 2017:

The arrival of the Expedition 53 crew marked the first long-term increase in crew size on the U.S. segment from three to four, allowing NASA to maximize time dedicated to research.
Peggy Whitson broke multiple records during an extended mission to the station, becoming the U.S. astronaut who has spent the most total time in space, tallying 665 days during three missions.
During nine spacewalks, NASA astronauts’ work prepared for the arrival of future commercial crew spacecraft and upgraded the station’s capabilities.
During five missions in 2017, NASA’s commercial cargo partners Orbital ATK and SpaceX launched more than 32,900 pounds of critical supplies to the International Space Station, including crew supplies and equipment to support the hundreds of crucial science experiments and technology demonstrations aboard the space station. With its splashdown in the Pacific Ocean following three resupply missions, the SpaceX Dragon capsule also returned more than 13,000 pounds of research and equipment.
NASA advanced its goal to once again launch astronauts from Florida’s Space Coast to the International Space station as Commercial Crew Program providers Boeing and SpaceX made progress on the Starliner and Crew Dragon spacecraft and systems, respectively. Boeing revealed its spacesuit design early in the year and conducted important parachute and qualification tests. SpaceX also unveiled its spacesuit, and worked with NASA and the Air Force to refine its procedures to retrieve astronauts from the water following a mission to the space station.
Sierra Nevada Corporation successfully completed a free-flight test of its Dream Chaser spacecraft, meeting the final milestone of a space act agreement for the Commercial Crew Program. The test also supported a milestone in preparation to carry cargo and science investigations to the space station under the agency’s next generation commercial resupply services contracts.
The space station continues to be used to inspire future generations with a special focus for a Year of Education on Station with astronauts and former classroom teachers Joe Acaba and Ricky Arnold, and their crewmates.
NASA’s space communications and navigation capabilities were upgraded with the August launch of the Space Network’s Tracking and Data Relay Satellite-M (TDRS-M), the third and final in the Space Network’s space system that provides near-constant communication links to Earth from the International Space Station, the Hubble Space Telescope, and many other missions.
The station also helped advance technology needed to enable human exploration of deep space: the in-orbit characterization of Phase Change Heat Material Heat Exchangers was completed to provide better temperature regulation for Orion and future deep space vehicles.

Aeronautics
Illustration of NASA’s planned Low Boom Flight Demonstration aircraft as outlined during the project’s Preliminary Design Review
A preliminary design for NASA’s planned Low Boom Flight Demonstration aircraft was approved in 2017.
Credits: NASA / Lockheed Martin

Safely moving increasing numbers of people and cargo more efficiently between airports aboard airplanes of all sizes, which burn less fuel, release fewer emissions, and fly both quieter and faster, remained the focus of NASA’s aeronautical innovators as they achieved several technical milestones in 2017. Some of those milestones are laying the foundation for the return of the X-plane to NASA’s research toolbox.

Here are some research highlights realized in 2017 that herald NASA’s great aviation transformation:

NASA-developed systems to help air traffic managers and pilots more efficiently fly from departure gate to arrival gate were demonstrated: the first near Seattle early in the year and the second at Charlotte Douglas International Airport beginning in September.
Enabling commercial supersonic passenger jet travel over land is a key goal for NASA aeronautics. A preliminary design for just such an aircraft was completed in June after wind tunnel tests in Ohio and Virginia, and information that will help quiet sonic booms was gathered during flight tests in Florida in August.
The explosive demand for Unmanned Aerial Systems, or drones, has prompted NASA to take the lead in assisting government and industry in finding the safest, most efficient ways to integrate these new aircraft into the airspace above us.
Testing flexible wings, reducing noise from landing gear, improving the odds of surviving a crash, improving research methods with optical fiber, and deploying new hardware to better test helicopters are among the many other projects that saw results in 2017.
NASA aeronautics in 2017 also showcased its most important resource – people – by introducing a new university leadership initiative, funding a trio of potentially transformative research teams, and celebrating honors and accomplishments.
One of the NASA centers that does a great deal of aeronautic research, Langley Research Center in Hampton, Virginia, celebrated its 100th anniversary this year.

Earth
Suomi NPP image of Irma at night
NASA-NOAA's Suomi NPP satellite captured this night-time infrared image of Hurricane Irma on Sept. 11, 2017 at 3:21 a.m. EDT (0721 UTC) located over central Florida.
Credits: NOAA/NASA Goddard Rapid Response Team

In 2017, NASA further used the vantage point of space to increase our understanding of our home planet, improve lives, and safeguard our future. The 60th anniversary of space-based research of Earth, and the beginning of the United States’ exploration of space, comes in January 2018, followed by NASA’s 60th birthday on Oct. 1.

Here are some highlights from this year in NASA’s Earth sciences research:

A new NASA study provided space-based evidence that Earth’s tropical regions were the cause of the largest annual increases in atmospheric carbon dioxide concentration seen in at least 2,000 years. The research used global data from NASA’s Orbiting Carbon Observatory-2, launched in 2014.
NASA’s program to turn Earth science data from space into life- and property-saving information when natural disasters strike on Earth contributed to major hurricane, earthquake, and wildfire response efforts in 2017.
NASA Earth satellite data revealed the formation of a massive iceberg the size of the state of Delaware that split off the Larsen C ice shelf in Antarctica in July.
NASA’s use of the International Space Station for scientific studies of Earth continued to grow with the launch of instruments to observe lightning and the protective ozone layer in February and another in December to track the Sun’s influence on our climate.
Scientists created the first global inventory of sulfur dioxide emissions from volcanoes using over a decade of data from NASA’s Aura satellite. Sulfur dioxide is a harmful air pollutant and a contributor to climate change.

Technology
CSUNSat1
CSUNSat1, designed by California State University, Northridge in partnership with NASA’s Jet Propulsion Laboratory, was awarded Smallsat Technology Partnership funding in 2013. The 2U CubeSat deployed from the International Space Station in May 2017 and successfully demonstrated the effectiveness of JPL’s energy storage system that is targeted to help small spacecraft explore deep space in extremely cold temperatures.
Credits: California State University, Northridge

This year, NASA’s investments in space technology paid off with the launch of several technology payloads delivered to the International Space Station and beyond, the completion of two big-prize competitions, and the ground-based demonstration of technologies that may one day build and repair large structures in space.

Here are some of NASA’s technology highlights for 2017:

The Station Explorer for X-ray Timing and Navigation Technology (SEXTANT,) will test – for the first time in space – the use of pulsars to form a GPS-like system that can support spacecraft navigation throughout the solar system, enabling deep space exploration in the future. SEXTANT, included with the Neutron Star Interior Composition Explorer (NICER), now is operating from the exterior of the space station.
On Nov. 12, two small spacecraft missions, which launched aboard the Orbital ATK CRS-8 Cygnus resupply mission to the International Space Station, will test the high-speed optical transmission of data and small spacecraft proximity operations, and demonstrate a reflect array antenna that increases downlink data rates for CubeSats.
Since NASA’s Centennial Challenges began in 2005, there have been 18 challenges, resulting in more than $8 million in prize money awarded to more than 60 teams from across the country.
In August, Team Foster + Partners of Chattanooga, Tennessee won first place and a prize of $250,000 for successfully completing Phase 2, Level 3 of the 3D-Printed Habitat Challenge.
The Space Technology Mission Directorate’s Cube Quest Challenge awarded $20,000 each in prize money and secured space to launch the three winning teams’ CubeSats on Exploration Mission-1, the first integrated flight of NASA's Space Launch System and Orion spacecraft.
Centennial Challenges’ active competitions are: the Vascular Tissue Challenge to advance the field of tissue engineering; Cube Quest to advance the capabilities of small satellite technology; and Phase 3 of the 3D-Printed Habitat Challenge to advance the construction technology needed to create sustainable housing solutions for Earth and beyond.
NASA and its commercial partners are well on their way to demonstrating technologies that can manufacture, assemble and repair large structures in space through the In-space Robotic Manufacturing and Assembly (IRMA) projects.

Public Engagement

By engaging in public events, including South by Southwest; Philadelphia Science Festival; Space Day; Artscape; EAA AirVenture; Albuquerque Balloon Festival; Consumer Electronics Show; Super Bowl LI, Bay Area Science Festival; OshKosh; Essence Festival; Boy Scout Jamboree; Intrepid; and the Chicago Air & Water Show, more than five million people had the chance to interact with representatives of America’s space agency.
NASA’s social media presence continued to grow in 2017 with more than 130 million total followers across all accounts and platforms. The agency has the most followers of any agency/department in the federal government on Facebook, Instagram, Twitter, Snapchat and Google+. The agency also hosted 13 NASA Socials this year, bringing together more than 650 followers who engage with NASA via social media for unique in-person experiences of exploration and discovery.
NASA's digital communications team was honored with four Webby Awards in 2017. For the first time, NASA’s social media presence was recognized by the Webby Awards, winning in corporate communications and being honored with the People's Voice Award. NASA’s Cassini project was recognized with its second Webby for science websites. NASA.gov, the agency's primary website, received its ninth People's Voice Award in the Government & Civil Innovation category. The total solar eclipse drove unprecedented traffic to NASA.gov, with a record 25.8 million visits on Aug. 21. Overall this year, traffic rose 24 percent over 2016 to just more than 410,000 visits daily.

For more about NASA’s missions, research and discoveries, visit:

https://www.nasa.gov

-end-

Jen Rae Wang / Allard Beutel
Headquarters, Washington
202-358-1600
jenrae.wang@nasa.gov / allard.beutel@nasa.gov
Last Updated: Dec. 12, 2017
Editor: Brian Dunbar
Tags: Agency-About NASA, Earth's Moon, Eclipses and Transits, Solar System, Technology

https://www.nasa.gov/press-release/the-moon-shines-brightly-among-nasa-s-2017-highlights

RAPPORT DU CITOYEN TIGNARD YANIS ET DE Y'BECCA
SOUS L’ÉGIDE DE LA N.A.S.A


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 7955
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: Re: LE GOUFFRE, LA CAVERNE, LA CONSCIENCE ET LE CRÉPUSCULE.   Mar 19 Déc à 10:08

Le monde est rempli de possibilités,
et du moment qu’il y a des possibilités, il y a de l’espoir.
Nous pouvons seulement perdre espoir lorsque nous
refusons de voir les possibilités.
Leo Buscaglia

LE GOUFFRE, LA CAVERNE, LA CONSCIENCE ET LE CRÉPUSCULE.
DÉDIÉ AUX TOURBILLONS DES MOLÉCULES

LE TEMPS SE SUSPENDS SUR LE PHÉNOMÈNE QUI LE LIE AUX RÈGLES DE LA MATIÈRE.
LE MOUVEMENT EST UNE CIRCONSTANCE ET LA GÉOGRAPHIE EST UNE RÉALITÉ.
IL Y LE CONTEXTE ET LA GÉOMÉTRIE; ÉTABLIR POUR SE CACHER DANS LE RÉEL:
CELA EST LA DEVISE DE L'ARCHITECTE ET LORSQUE IL DÉCIDE OU ACHÈVE SON ŒUVRE;
L'HABITANT PORTE UN AUTRE REGARD SUR L'OUVRAGE.

ÉVALUER LA MANIÈRE POUR ÉTABLIR UNE FORCE SUR L'OUVRAGE: SA VARIATION DANS
LE TEMPS: CERTES; IL EST AGRÉABLE D’ÊTRE RUSER COMME LE RENARD:
LA PRUDENCE N'EST PAS UNE PARANOÏA ET LA NAÏVETÉ NE MÈNE PAS TOUJOURS
AUX BONTÉS. LE JUGEMENT PEUT PORTER SUR LE LAXISME FAISANT ÉCHOES AUX
MALHEURS DES RÉCITS ET DES MAUVAIS OGRES.

POURTANT; IL RÉSIDE AUX ENFANTS, CE CŒUR DE CROIRE EN SON AVENIR MÊME
SI L’ADVERSITÉ PEUT SEMBLER DANS L’INÉGALE VU LES FRONTIÈRES ET LES BARRIÈRES
QUI DISTINGUENT LES PERSONNALITÉS ET LES RICHESSES. NOTRE ÂME QUI EST LE
PARADOXE DE L’ÉVOLUTION D'UN CORPS DEVENU UN ESPRIT. TELLE UNE MOUVANCE,
LE CLANS DES MOUETTES SE CONFONDS AVEC UN BANC DE SARDINES, UNE MEUTE
DE LOUPS, UN CONCERT DE BALEINE, UNE NUÉE D’ÉTOURNEAUX: VIVANTS ET MÉMOIRES
SE CONFONDENT DANS LE PASSE, LE PRÉSENT, LE FUTUR ET AUX VENIR.

LA CONSCIENCE DE LA MORT ET DE LA VIE NOUE NOTRE GOSIER MAIS NOUS TROUVONS
CETTE ESSENCE QUE T'ENTENDRE LE CRI DE LA REBELLION, L'APPEL DE LA FORET ET
LA VAILLANCE D'UNE CONSCIENCE DE BIEN. ÉCOUTEZ CES VERBES QUE JE PORTE
EN PAROLES; LE NÉANT, LE CHAOS ET LA NUIT NE PEUVENT NUIRE AUX CIRCONSTANCES
DES MOUVEMENTS; ET SI CERTAINES ET CERTAINS APOCALYPTIQUES DE CETTE RÉALITÉ
VEULENT DÉTRUIRE LE CONCEPT DE LA LUMIÈRE PAR LA THÉORIE D'UN NOUVEAU PHOENIX:
SACHEZ QUE L'ANCIEN ET LA MODERNITÉ LIVRERONT CE COMBAT D'UN MOUVEMENT DANS
LA RÉALITÉ.

POUSSIÈRE, TU REDEVIENDRA POUSSIÈRE; PHOENIX, TU ES ET PHOENIX TU RESTERA:
DANS LA CIRCONSTANCE, LE MOUVEMENT NAVIGUE DANS LA RÉALITÉ:
FAISONS CAP DANS LES TÉNÈBRES ET LE NÉANT CAR NOUS Y TROUVERONS LE CRÉPUSCULE.
DANS LE CRÉPUSCULE SE TROUVE UNE AUBE ET DANS CE PARADOXE SE TROUVE
L’ÉQUILIBRE.

L'OBSCURANTISME N'EST PAS UNE DISCORDE COMME LA RAISON EST UNE RÉFLEXION
SUR LE TERME, LA RÉALITÉ ET LE PARTAGE.
TELLE UNE MOUETTE, J'ENTENDS L'INFINI QUI APPELLE CES LUMIÈRES
CAR IL Y A UNE DISTANCE QUI NOUS UNIT: LA MÉMOIRE DU TEMPS ET SA SURVIE.


ECRIT DU
CITOYEN TIGNARD YANIS
ALIAS
TAY
La chouette effraie,
Jedi de La Raison
Maitre Sith de La République.


Dernière édition par yanis la chouette le Mer 20 Déc à 3:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 7955
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: Re: LE GOUFFRE, LA CAVERNE, LA CONSCIENCE ET LE CRÉPUSCULE.   Mar 19 Déc à 10:14

LE CLANS DES MOUETTES, LE PARTAGE, LA SITUATION ET LA CONSCIENCE:


Précurseur du racisme scientifique, il divise les Homo sapiens en quatre « variétés » en 1735, mais c’est dans la dixième édition, celle de 1758, qu’il introduit une classification de différentes espèces humaines avec l’homme blanc (Homo europaeus) en haut de l’échelle et l’homme noir (Homo afer) en bas (voir Linné, Systema Naturae, 10e éd., 1758 (t. I, p. 20 sqq.)).

Carl Linnæus, puis Carl von Linné après son anoblissement, né le 23 mai 1707 à Råshult et mort le 10 janvier 1778 à Uppsala, est un naturaliste suédois qui a fondé les bases du système moderne de la nomenclature binominale. Considérant, selon la formule d'Edward Coke « Nomina si nescis, perit cognitio rerum » (« la connaissance des choses périt par l'ignorance du nom »), que la connaissance scientifique nécessite de nommer les choses, il a répertorié, nommé et classé de manière systématique l'essentiel des espèces vivantes connues à son époque en s'appuyant sur ses propres observations comme sur celles de son réseau de correspondants. La nomenclature qu'il établit alors, et la hiérarchisation des classifications en classe, genre, ordre, niveau, espèce et variété, s'impose au XIXe siècle comme la nomenclature standard.

Père du concept de biodiversité par son identification de près de 6 000 espèces végétales et 4 400 animales1, sa classification s'inscrit dans un contexte historique plurimillénaire où la notion d'évolution des espèces n'existe pas encore, depuis la classification du philosophe grec Aristote, d'une part, et la doctrine biblique créationniste, d'autre part. Elle est donc fixiste et constitue le modèle dominant du rapport de proximité anatomique entre les espèces jusqu'au XIXe siècle. La classification intègrera le concept d'évolution à la suite de Jean-Baptiste de Lamarck fondateur du transformisme.

LE GABON ET LE NIGERIA.
DU BÉNIN AU BRÉSIL.
DU CAMEROUN AUX DRAGONS DE LA CÉLESTE CHINE: SHANGHAI ET ECT.
L'ESPAGNE ET L’ARMÉNIE
L'ARGENTINE ET L'ALLEMAGNE.
LE JAPON, LE TOGO ET L’ÉCOSSE.

Le grand nomenclateur que fut Linné, qui consacra sa vie à nommer la plupart des objets et êtres vivants, puis à les ordonner selon leur rang, eut lui-même maille à partir avec sa propre identité, son nom et même son prénom ayant été remaniés tant de fois au cours de sa vie qu’on ne dénombre pas moins de neuf binômes (on voulait dire bi-noms, en deux noms) et autant de synonymes.

Aux XVIIe et XVIIIe siècles, la plupart des Suédois ne portent pas encore de noms de famille. Aussi le grand-père de Linné, conformément à la tradition scandinave, s’appelait Ingemar Bengtsson (signifiant « Ingemar, fils de Bengt ») et son propre fils, le père de Linné, fut d’abord connu sous le nom de « Nils Ingemarsson » (signifiant « Nils, fils d’Ingemar »).

Mais Nils, pour répondre aux exigences administratives lors de son inscription à l’université de Lund, doit choisir un patronyme. Sur les terres familiales pousse un grand tilleul. La propriété en porte déjà le nom : Linnagård (ou Linnegård), toponyme formé de linn (variante aujourd’hui obsolète de lind, « tilleul » en suédois) et de gård, « ferme »). Plusieurs membres de la famille s’en sont déjà inspirés pour former des patronymes comme Lindelius (à partir de lind) ou Tiliander (à partir de Tilia, « tilleul » en latin). Il est par ailleurs de bon ton, dans les milieux instruits de pratiquer le latin. Nils choisit donc une forme latinisée et devient « Nils Ingemarsson Linnæus ».

Honorant ensuite le très populaire souverain de Suède de l’époque Charles XII, (en suédois Karl XII, 1682-1718), Nils donne le prénom du roi à son fils, qui débute donc son existence en s’appelant « Carl Nilsson » (signifiant « Carl, fils de Nils »), puis Karl Linnæus, le plus souvent orthographié « Carl Linnæus ».

Lorsque Carl Linnæus s’inscrit à l’université de Lund à l’âge de vingt ans, son prénom est enregistré sous la forme latinisée de Carolus. Et c’est sous ce nom de Carolus Linnæus, qu’il publie ses premiers travaux en latin.

Parvenu à une immense notoriété et en qualité de médecin de la famille royale de Suède, il est anobli en 1761 et prend en 1762 le nom de « Carl von Linné », Linné étant un diminutif (« à la française », selon la mode de l’époque dans nombre de pays de langue germanique) de Linnæus et von étant la particule nobiliaire (allemande). Dans le monde francophone comme en Suède, il est aujourd’hui communément connu sous le nom de « Linné ».

En botanique, où les citations d’auteurs sont souvent abrégées, on emploie l’abréviation standardisée « L. »3. Il est d’ailleurs le seul botaniste à avoir le grand privilège d’être abrégé en une seule lettre.

En zoologie, où il est d’usage de citer le nom patronymique complet de l’auteur du taxon, on emploie « Linnæus » (ou sa graphie sans ligature latine « Linnaeus », adoptée en anglais et plus pratique pour les utilisateurs de claviers dits internationaux) à la suite des taxons qu’il a décrits, et plus rarement « Linné », car c’est sous son nom universitaire « Linnæus » que ses principaux travaux de taxinomie zoologique jusqu’à 1761 ont été publiés (sauf les 1 500 noms d’espèces d’animaux nouveaux établis en 1766/1767 dans la 12e édition de Systema naturae, pour lesquelles on utilise habituellement en français le nom d’auteur « Linné »). De plus, à la différence de son prénom (Carolus), « Linnæus » n’est pas une transcription latine a posteriori, mais son véritable patronyme.

Quant à ses œuvres, elles furent publiées jusqu’en 1762 sous les noms de « Caroli Linnæi » (qui est la forme génitive, signifiant « de Carolus Linnæus »), ou encore « Carl Linnæus » ou seulement « Linnæus ». En 1762, sur la page de couverture de la seconde édition de Species plantarum, le nom est encore imprimé de cette manière. Mais ensuite, il n’apparaît plus imprimé que dans sa forme nobiliaire « Carl von Linné » ou « Carolus a Linné » (le a ou ab étant la traduction latine de von). Dans quelques bibliothèques, il est généralement entré comme « Linnaeus, Carolus (Carl von Linné) », d'autres utilisent « Carl von Linné ».

En français, on trouve aussi parfois le nom sous la forme entièrement francisée « Charles Linné », notamment dans les ouvrages du XVIIIe siècle et encore aujourd’hui dans des noms de rue, mais aussi dans quelques ouvrages récents4.
Sa vie
Enfance dans la campagne suédoise
Généalogie de la famille de Linné.

Carl Linnæus naît le 23 mai 1707 à Råshult, dans la paroisse de Stenbrohult du comté de Kronoberg, dépendant à cette époque de la province suédoise méridionale du Småland. La région est riche en forêts et en lacs, l’environnement y est particulièrement propice à la contemplation et à l’observation de la nature.

Le père de Carl, Nils Ingemarsson Linnaeus (1674-1748) est alors un vicaire de l’église luthérienne et sa mère, Kristina Brodersonia (1688-1733) est la fille du pasteur de Stenbrohult, Samuel Brodersonius. Nils exerce cette charge d’assistant pastoral depuis son arrivée à Råshult en 1705, mais en 1709, à la mort de son beau-père, il devient lui-même le pasteur de la paroisse et la famille déménage de quelques centaines de mètres jusqu’au presbytère de Stenbrohult, au bord du lac de Möckeln.

Nils est un amoureux des plantes qui transmet sa passion à son jeune fils, permettant à celui-ci d’entretenir son propre jardin dès l’âge de 5 ans. Mais avec un père et un grand-père pasteurs, la destinée de Carl est de suivre leurs traces et de devenir aussi pasteur.

Carl quitte le foyer familial à 9 ans, le 10 mai 1716, pour entrer à l’école de Växjö à une quarantaine de kilomètres de Stenbrohult. Il poursuit ensuite ses études au lycée de la même ville, qu’il intègre le 11 juillet 1723 et qu’il quitte le 6 mai 17275.

Mais il ne montre guère d’enthousiasme pour les études et la vocation religieuse. Il préfère s’intéresser aux choses de la nature et y passer son temps. Ses camarades le surnomment déjà « le petit botaniste ». Les professeurs, notamment celui d’histoire naturelle, le Dr Johan Stensson Rothman (1684-1763), convainquent finalement les parents de Carl de ne pas lui imposer une carrière religieuse et de lui permettre de poursuivre des études de médecine.

C’est finalement son jeune frère, Samuel, qui succédant à son père et à son grand-père, deviendra pasteur de Stenbrohult.
Brillant étudiant de l’université d’Uppsala
Statue de Linné à l'extérieur de la bibliothèque de Lund.

Inscrit sous le nom de « Carolus Linnæus », il commence ses études à l’université de Lund en 1727. Il y reçoit notamment l’enseignement de Kilian Stobæus (1690-1742), le futur professeur et recteur de l’université, alors encore seulement docteur en médecine, qui lui offre son amitié et ses encouragements et lui ouvre ses collections et sa bibliothèque.

Cependant, sur les conseils de son ancien professeur de Växjö, le Dr Johan Stensson Rothman, il s’inscrit à la prestigieuse université d'Uppsala qu’il rejoint en septembre 1728, où il peut effectivement trouver la richesse générale de connaissance qui lui convient.

Fort peu développées à cette époque, les études de médecine n’étaient suivies que par une dizaine d’étudiants sur les cinq cents environ que comptait l’université et il n’était pas prévu que l’on puisse soutenir sa thèse de doctorat en Suède. Mais l’enseignement médical incluait une part importante de botanique, notamment l’apprentissage des caractères des plantes, de leurs vertus médicinales et de la manière de les préparer en pharmacie. Ces études furent sans doute le moyen, voire le prétexte, pour Carolus Linnæus de s’adonner à sa passion pour la botanique.
Le jardin botanique d’Uppsala (Hortus Upsaliensis) à l’époque de Linné.

Arrivé à Uppsala sans un sou vaillant, il lui faut aussi subvenir à sa propre existence. Alors qu’à peine arrivé en ville, il visite le jardin botanique fondé par Olof Rudbeck (1630-1702), il est remarqué et pris en charge par Olof Celsius (1670-1756), le doyen de la cathédrale et oncle du savant Anders Celsius (1701-1744). Olof Celsius présente Linné à Olof Rudbeck le Jeune (1660-1740), lui-même médecin naturaliste, qui engage le jeune étudiant comme tuteur de ses fils et lui permet d’accéder à sa bibliothèque. Linné remplace un temps l’assistant de Rudbeck, Nils Rozén (1706-1773), alors en voyage à l’étranger.
Le jardin de Linné a été entretenu et peut actuellement se visiter à Uppsala.

Linné a justement comme professeur Olof Rudbeck le Jeune, ainsi que Lars Roberg (1664-1742).

C’est à Uppsala, dès l’âge de 24 ans, qu’il conçoit sa classification des plantes d’après les organes sexuels et commence à l’exposer dans son Hortus uplandicus6.

C’est aussi à Uppsala, que Linné se lie d’amitié avec Peter Artedi (1705-1735), son aîné de deux ans, qui également issu d’un milieu d’église, destiné à devenir pasteur et venu étudier la théologie, s’intéresse finalement plus à l’histoire naturelle, particulièrement aux poissons.
À travers l’Europe : des voyages d’exploration à la notoriété

Il conduit des missions scientifiques en Laponie et en Dalécarlie, à l'époque régions inconnues7. Il en rapporte une très riche collection de spécimens végétaux, animaux et minéraux et publie sa première étude qui utilise le système sexuel des plantes, Florula Lapponica qu'il améliora par la suite sous le nom de Flora Lapponica (1737). Bien qu’il donne des conférences de botanique et qu’il soit considéré à Uppsala comme un génie, il n’a pas encore de diplôme de médecine.

En 1735, il part aux Pays-Bas, avec l'intention d'y obtenir son diplôme de médecine et de publier ses écrits. Il met en forme ses notes et rencontre le botaniste Jan Frederik Gronovius (1686-1762) à qui il montre son manuscrit Systema Naturae. Celui-ci est si impressionné qu’il décide de financer son édition à Leyde7. En 1736, il fait un voyage à Londres où il rencontre les personnes en vue de l'université d'Oxford tel le physicien Hans Sloane, le botaniste Philip Miller et le professeur de botanique J.J. Dillenius. Il rentre à Amsterdam pour continuer l'impression de son travail Genera Plantarum, point de départ de sa taxinomie. Au cours de son séjour en Hollande, il rencontre également le droguiste Albertus Seba (1665-1736) et Herman Boerhaave (1668-1738) botaniste qui le met en relation avec l’influent George Clifford (1685-1760), président de la Compagnie néerlandaise des Indes orientales et botaniste distingué. Il étudie et travaille au cours de l'année 1737 dans le jardin du riche banquier. Clifford est en relation avec les marchands hollandais et les plantes collectées dans le monde entier sont ramenées à Linné qui s'efforce de les intégrer dans son Systema naturae8. Son jardin à Hartekamp était fameux à l'époque, puisqu'il y avait plus de mille espèces différentes. Linné y écrit en collaboration avec Georg Dionysius Ehret, illustrateur botanique, une description de jardin anglais, l’Hortus Cliffortianus, publié en 1737.
Dans le frontispice d'Hortus Cliffortianus il est fait allusion au mythe prométhéen et au thermomètre de Celsius. En effet on attribue à Linné l'inversion de l'échelle des degrés centigrades (0 °C : fusion et 100 °C : vaporisation)

Il obtient enfin son titre de docteur en médecine, après un court séjour à l’université de Harderwijk, puis il part pour l’université de Leyde, plus prestigieuse, où il reste une année au cours de laquelle son ouvrage Classes Plantarum est imprimé. Avant de rentrer en Suède, il va à Paris où il fait la rencontre de Bernard de Jussieu et de Claude Richard à Trianon.
Retour en Suède
Armoiries de Carl von Linné après obtention de son titre de noblesse

Il retourne alors en Suède, où, ne recevant pas de proposition qui le satisfasse, il exerce la médecine à Stockholm en se spécialisant dans le traitement de la syphilis.

Il se marie le 26 juin 1739 avec Sara Elisabeth Moræa (1716-1806), originaire de Falun. Ensemble ils auront sept enfants, deux garçons et cinq filles : Carl (1741-1783), Elisabeth Christina (1743-1782), Sara Magdalena (1744, morte à l’âge de quinze jours), Lovisa (1749-1839), Sara Christina (1751-1835), Johan (1754-1757) et Sofia (1757-1830).

Finalement, en 1741, il obtient la chaire de médecine à l’université d’Uppsala puis celle de botanique, fonction qu’il occupera jusqu’à sa mort. Dans le jardin botanique de l'Université, il arrange les plantes selon sa classification. Il effectue trois expéditions en Suède et inspire une génération d'étudiants. Les comptes rendus de voyages sont publiés en suédois afin d'être accessible à tous. Outre la pertinence des observations de la vie de tous les jours, ces œuvres sont aussi appréciées pour leur qualité littéraire.

Linné continue de réviser son ouvrage, Systema Naturae, qui ne cesse de grossir au fil des ans et à mesure qu'il reçoit du monde entier des spécimens de végétaux et d'animaux qu'on lui expédie et qu'il doit classer. De la brochure de dix pages du début (deux pages pour les minéraux, trois pour les plantes, deux pour les animaux), son œuvre devient un ouvrage de plusieurs volumes. Quand il n'est pas en voyage, il travaille sur l'extension du domaine minéral et animal. Il est si fier de son travail qu'il se voit tel un nouvel Adam nommant la nature, au point qu'il avait coutume de dire immodestement « Deus creavit, Linnaeus disposuit », ce qui traduit du latin signifie « Dieu a créé, Linné a organisé »9.
Maison de Linné à Uppsala

Il plante en 1745 la première horloge florale dans le Jardin botanique d'Uppsala.

En 1747, il devient médecin de la famille royale de Suède et obtient un titre de noblesse en 1761.

À la fin de sa vie il est si célèbre que Catherine II de Russie lui envoie des graines de son pays. Il entre aussi en correspondance avec Joannes A. Scopoli, surnommé le « Linné de l'Empire autrichien », qui était docteur et botaniste à Idrija, duché de Carniole en actuelle Slovénie. Scopoli lui a transmis toutes ses recherches et ses observations pendant des années, sans qu'ils pussent se rencontrer à cause de la distance. Pour lui rendre hommage, Linné a nommé Scopolia une espèce de la famille des Solanaceae.

Les dernières années sont marquées par une santé déclinante. Il souffre de la goutte et de maux de dents. Une attaque en 1774 le laisse très faible et une seconde, deux ans plus tard lui paralyse la partie droite. Il meurt le 10 janvier 1778, à Uppsala, au cours d'une cérémonie dans la cathédrale, où il est par ailleurs enterré.

Six années plus tard, suivant ses instructions posthumes, sa veuve vendit sa bibliothèque, ses manuscrits et la plus grande partie de ses collections (plus de 14 000 plantes et 3 000 insectes10) à un acquéreur qui en prendrait grand soin. Ce dernier, un jeune Anglais nommé James Edward Smith, fonda une société scientifique chargée de recevoir ces trésors et l'appela la Linnean Society of London, où les collections sont conservées, protégées dans un sous-sol, mais disponibles aux chercheurs.

Carl von Linné était membre de l'Académie royale des sciences de Suède et de l'Académie royale danoise des sciences et des lettres.

Cela n'est pas un hommage mais il est entré dans la mémoire de certains hommes qui feront toujours une forme d'héliocentrisme sur leurs consciences pour parvenir à des soifs intérieurs et à des peurs antérieurs.


Dec. 7, 2017
RELEASE 17-094
NASA Selects Three Companies to Develop 'FabLab' Prototypes

NASA is taking the next step in the development of a space-based, on-demand fabrication capability by partnering with three U.S. companies, under NASA’s Next Space Technologies for Exploration Partnerships (NextSTEP) program, to create prototypes.

The selected companies are: Interlog Corporation of Anaheim, California; Techshot, Inc. of Greeneville, Indiana; and Tethers Unlimited, Inc. of Bothell, Washington. Combined funding for the awards is approximately $10.2 million. These companies will have 18 months to deliver the prototype, after which NASA will select partners to further mature the technologies.

Earlier this year, NASA sought proposals for ground-based prototypes of a multi-material fabrication lab, or FabLab, under Appendix B of the NextSTEP-2 Broad Agency Announcement. With these new partnerships, the agency is prepared to take the effort to the next level.

"NASA is challenging industry partners to expand possibilities for making, repairing and recycling items in space," said Niki Werkheiser, lead for in-space manufacturing at NASA's Marshall Space Flight Center in Huntsville, Alabama. "The FabLab prototypes will provide valuable insights and help lay the foundation for meaningful on-demand manufacturing capabilities needed for sustainable human spaceflight missions."

FabLab is part of a broad agency strategy and series of investments managed by NASA's Advanced Exploration Systems Division and Space Technology Mission Directorate to advance key technology capability areas.

-end-

Cheryl Warner
Headquarters, Washington
202-358-1100
cheryl.m.warner@nasa.gov
Last Updated: Dec. 8, 2017
Editor: Karen Northon
Tags:  Technology

vous nous voyez mais nous aussi nous vous percevons « Nomina si nescis, perit cognitio rerum ».

RAPPORT DU
CITOYEN TIGNARD YANIS
SOUS L'ÉGIDE DE LA MÉMOIRE
DE BARUCH SPINOZA ET DE Y'BECCA
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 7955
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: Re: LE GOUFFRE, LA CAVERNE, LA CONSCIENCE ET LE CRÉPUSCULE.   Mar 19 Déc à 10:34

TIGNARD YANIS‏ @TIGNARDYANIS il y a 7 heures

EN TON PROPRE INTÉRIEUR, L'INTERVENTIONNISME ET L'INTEMPOREL SONT LES PREMIÈRES MINUTES DE L'INSTINCTION DES CONSCIENCES ET DES PERSONNALITÉS MAIS LE SOUVENIR D'AVOIR ET D'ÊTRE DOIVENT ÊTRE ACCOMPAGNÉE D'UNE SOIF ET D'UNE ENVIE POUR CRÉER UN SENTIMENT DE BIEN ET DE CHARITÉ. TAY

LE MOUVEMENT ET LA CONSCIENCE DONNENT DES ASPECTS DES ASPIRATIONS INSTINCTIVES DE LA MÉMOIRE QUI TEL UN MORCEAU DE MUSIQUE DONNE DES VARIATIONS DE RYTHMES SELON LA MORALITÉ DU COMPOSITEUR ET DE CES SOUVENIRS: AINSI NAQUIT L'ÉTHIQUE DU SOUPIR SUR LE SILENCE; LA RÉSISTANCE. TAY


DANS LA RESPONSABILITÉ CIVILE DE NOTRE MONDE, LE REGARD ET LE MOUVEMENT PORTENT À APERCEVOIR LES PONTS QUI RELIENT LES CONTINENTS: AINSI LA VACHE RELIE LA LETTONIE ET L'INDE; SYMBOLE DES DEUX PAYS. LE CLANS DES MOUETTES ET Y'BECCA. TAY


SAINT PÉTERSBOURG EST LA RESPONSABILITÉ ET LA RÉALITÉ AUGMENTÉE D'UNE MANIÈRE D'ÊTRE SUR LE REGARD DU MONDE AUTRE QUE SA RIVALE EN ÂME ET EN COEUR PRÉNOMMÉE VERSAILLES: L'UNE EST UNE VILLE MODERNE ET PARADOXALE; L'AUTRE EST UNE TOUR D'IVOIRE ET DE BALS: DES DIZYGOTES. TAY
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 7955
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: Re: LE GOUFFRE, LA CAVERNE, LA CONSCIENCE ET LE CRÉPUSCULE.   Mer 20 Déc à 3:13

"Il y a dans le regard qui rencontre la splendeur du vrai un frémissement qui touche à l'extase."
Citation de Henri Lacordaire ; Les conférences de Notre-Dame de Paris (1848)

"Quand le regard parle, la parole se tait."
Citation de Henri-Frédéric Amiel ; Grains de mil (1854)

"II y a un abîme entre tout homme et son semblable qui ne se comble point avant que leurs regards ne se soient rencontrés dans le sein de Dieu. Alors l'abîme disparaît et l'amour des créatures, impuissant tant que rien ne les unissait, croît, grandit et prospère sous le souffle de l'amour divin."
Citation de Mary Alsop King Waddington ; Jeanne de Vaudreuil (1850)

"Il y a dans le regard qui rencontre la splendeur du vrai un frémissement qui touche à l'extase."
Citation de Henri Lacordaire ; Les conférences de Notre-Dame de Paris (1848)

"C'est dans le regard, non dans la voix, que se trahit la crainte."
Citation de Georges Bernanos ; Dialogues des Carmélites (1949)

citations contemporaines.

TIGNARD YANIS‏ @TIGNARDYANIS
13 hil y a 13 heures

LA TISANE EST UNE BOISSON, ELLE RAFRAÎCHIT L'ESPRIT DONNANT UNE SOMNOLENCE AGRÉABLE ET DIVINATOIRE POUR CERTAINES ET CERTAINS: LA CONVENANCE VEUT QU'ELLE SOIT UN REMÈDE DU SOMMEIL MAIS ELLE APPORTE LA TEMPÉRANCE ET LE CALME DANS L'ÉVEIL. TAY

LES MOUVEMENTS SONT DES LIEUX, LES ASTRES SONT DES GRAVITATIONS ET L'APESANTEUR EST UNE INDÉFINIE: ELLE EST INVISIBLE ET PRÉSENTE DANS LA CONSCIENCE, CELA EST LA GRAVITÉ ET L'AIMANT. L'ÉTHIQUE DEVANT L'AIGUILLE APPUIE CETTE VOLONTÉ D'ATTIRANCE VERS UN CRI. TAY

LE SAVOIR ET LA SAGESSE SONT LIÉS PAR LES TERMES DE LA CROYANCE QUI A TOUJOURS ÉTABLIE QUE LE VIDE, LE NÉANT, L'INDÉFINI ET LE RIEN N'AVAIT AUCUN INSTANT, AUCUN TERME ET AUCUNE IMAGE. À TRAVERS SES SIGNIFICATIONS: LE TROUBLE SE CRÉA; LA SCIENCE PROUVA DES ERREURS. TAY

LA SCIENCE CHERCHE À FUIR LA CHANCE CROYANT AINSI FUIR SES FAIBLESSES EN METTANT EN AVANT SES PROPRES ACTES, TALENTS ET FORCES: LA FATALITÉ EST ADMISE PAR LA FACULTÉ MAIS LE SORT DEMEURE UN ASPECT TABOU CAR LA FACULTÉ EST TROP NÉGATIVE SUR LE TERME INDÉFINI. TAY

LES SCIENCES ONT POURTANT ÉTABLI DE RÉELLES CARTES POUR LES COMMERÇANTS PERMETTANT DE CRÉER DES LIENS ENTRE LES DIFFÉRENTES MÉDECINES: AU LIEU DE CRÉER DES NOUVELLES TECHNOLOGIES ET SOCIÉTÉS, LES PUISSANTS SE REFERMÈRENT SUR L'AUTARCIE. TAY

LES SCIENCES ONT ÉTABLI DES TERMES POUR ENTRETENIR DES RUMEURS SUR LA SUPRÉMATIE ET LES DIVISIONS: L'APPARENCE ET L'APPELLATION PERMETTAIENT À CERTAINS DE CROIRE EN UNE ÉTOILE DIVINE QUI ACCENTUÉ LEURS ORGUEILS AU DÉPEND DE L'ÉTHIQUE. TAY

citations et sentiments
du Citoyen tignard Yanis



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: LE GOUFFRE, LA CAVERNE, LA CONSCIENCE ET LE CRÉPUSCULE.   

Revenir en haut Aller en bas
 
LE GOUFFRE, LA CAVERNE, LA CONSCIENCE ET LE CRÉPUSCULE.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La Caverne aux Milles et un Plaisirs
» Mon petit mur du Gouffre de Helm :D
» Gouffre de helm (aide)
» [tuto] Gimli et Legolas au gouffre de Helm
» Le gouffre de helm

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le clans des mouettes :: Le clans des mouettes-
Sauter vers: