Le clans des mouettes

ainsi est la force.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 LA POUSSIÈRE, L'INFINI ET L’INDÉFINI.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
yanis la chouette



Nombre de messages : 7955
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: LA POUSSIÈRE, L'INFINI ET L’INDÉFINI.   Sam 16 Déc à 9:42

L'INFINI ET L’INDÉFINI.

DANS LE CERCLE; ON CROYAIT TROUVER UN CENTRE: CELA EST L'AFFIRMATIF DU SCHÉMA
CAR L'IMMOBILE DANS LA RÉALITÉ EST DU DOMAINE DE L'IMPOSSIBLE: AINSI EST
LE PHÉNOMÈNE DE L’ÉVOLUTION.

ALORS POUR TROUVER UN CENTRE DANS L'UNIVERS ET L'INFINI. J'AI CRÉER UN INDÉFINI.
CAR SI L’INDÉFINI ÉVOLUE, IL RESTE UNE STABILITÉ POUVANT PERMETTRE DE DÉCRIRE
UNE FORMULE: LE NUAGE.

L’ÉVAPORATION EST UN PHÉNOMÈNE INDÉFINI MAIS STABLE SELON LE FAIT QUE NOUS
PUISONS ANALYSER LE CORPS ET L’ENVIRONNEMENT: POUSSIÈRE, TU REDEVIENDRAS
POUSSIÈRE: CELA SEMBLE ÊTRE DU FATALISME MAIS IL S'AGIT D'UN OBSCURANTISME
RÉALISTE SUR LE TERME DE PHÉNOMÈNE ET D’ÉROSION.

DANS CETTE DIVERSION DE POUSSIÈRE, LE CORPS POSSÈDE DONC UN CENTRE INDÉFINI
CAR LA POUSSIÈRE EST UNE FORME DE GÉNÉRALITÉ SUR LES CORPS ET LES MOUVEMENTS.
CAR POURTANT EN CETTE ÉPOQUE, LA POUSSIÈRE EST MULTIPLE ET INDÉFINI. CELA MONTRE
LE CONCEPT D’ÉVOLUTION AUTRE QUE NOUS PUISSIONS L'ENTENDRE ET LE RESSENTIR.

L’ÉROSION TERRESTRE EST ELLE UN INDICATEUR DU PHÉNOMÈNE DE VENTS ET MOUVEMENTS
SE HEURTANT SUR LE LOIS DE LA PHYSIQUE ET DE LA CHIMIE ?
LA POUSSIÈRE A T'ELLE LE POUVOIR DE DEVENIR INVISIBLE SUR LA MATIÈRE TOUT EN DEMEURANT
DANS LE CONCEPT DE TEMPS ?

J'AFFIRME QUE OUI !

LA POUSSIÈRE A CE POUVOIR ET LE POUVOIR DE SE MÉTAMORPHOSER !
SELON SA MÉTAPHYSIQUE, ELLE CRÉAIT OU ELLE DÉVORE ! LA POUSSIÈRE EST UN GRAIN DE MATIÈRE
COMME CES MASSES D’ÉTOURNEAUX ET DE SARDINES AYANT DANS CET INDÉFINI
DE CORPS QUE DANS CETTE RÉALITÉ, LE CENTRE N'EST PLUS UN POINT, UN MOUVEMENT OU UN TERME !
AINSI, DANS CETTE NOTION DE SURVIE, LA RÉALITÉ S'AFFIRME LAISSANT APPARAITRE
CES NOTIONS D’INDÉFINI, DE RÉALITÉ ET DE CIRCONSTANCES DANS  LE TEMPS.

IL S'AGIT D'UN CONTEXTE AYANT UNE INFINITÉ DE MOUVEMENTS QUE J’APPELLERAI PAR ROMANTISME
LA POUSSIÈRE OU LA ROSE DES SABLES SOUS LE REGARD D'UN PHARE DANS LA CLARTÉ D'UNE LUNE
DANS L’IMMENSITÉ DE L’INDÉFINI DONC LE HASARD.

LA POUSSIÈRE, L'INFINI ET L’INDÉFINI.

REMARQUES ET PENSÉES
DU CITOYEN TIGNARD YANIS


Dernière édition par yanis la chouette le Sam 16 Déc à 10:17, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 7955
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: Re: LA POUSSIÈRE, L'INFINI ET L’INDÉFINI.   Sam 16 Déc à 9:59

Le mot « infini » (-e, -s ; du latin in-, préfixe négatif, et finitus, « limité ») est un adjectif servant à qualifier quelque chose qui n'a pas de limite en nombre ou en taille.

La notion d'infini a fortement marqué la pensée occidentale depuis le XVIIe siècle : Alexandre Koyré affirme que « la substitution d'un univers infini et homogène au cosmos fini et hiérarchiquement ordonné de la pensée antique et médiévale implique et nécessite la refonte des principes premiers de la raison philosophique et scientifique ».

La poussière est constituée de fibres et débris fins, assez légers pour être mis en suspension dans l'air, ou plus généralement, de matériaux particulaires d'un diamètre inférieur à 500 micromètres. Elle peut poser des problèmes graves pour la santé des humains, des animaux et des plantes, mais aussi pour le fonctionnement des machines.

Les poussières sont éliminées de l'air intérieur par des aspirateurs, divers systèmes de filtres ou le procédé du cyclone.

Typologie

Sa qualité évolue avec les époques. Les poussières fossiles étudiées dans les échantillons anciens de poumons des morts du smog londonien montrent une poussière essentiellement issue de la combustion du charbon, alors qu'on y trouve aujourd'hui un nombre bien plus diversifié de polluants, et jusqu'à des particules de métaux du groupe du platine perdus par les pots catalytiques dont l'objet est d'épurer l'air.

La poussière est présente dans l'espace, et est déjà étudiée sur quelques planètes ou leurs satellites (dont la Lune). Sur Terre, elle est naturellement présente dans l'atmosphère, en proportions très variées selon la saison et le contexte biogéographique.
Dans l'environnement extérieur

Elle provient de sources variées, naturelles et anthropiques, dont l'érosion du sol, les éruptions volcaniques, les tempêtes de sable ou de poussières, voire des embruns marins après les tempêtes. C'est un des composants de la pollution urbaine ou issue des cheminées et des pots d'échappement. Elle peut aussi avoir pour origine les incendies de forêts et les tempêtes qui balayent les sols arides ou vulnérables fragilisés par les labours, les abus de pesticides et d'engrais chimiques ou la surexploitation du sol.
Dans l'environnement intérieur

La poussière est présente en grande quantité dans les habitations, bureaux, usines, véhicules... Elle est composée généralement de fibres textiles, de poils, particules de peau et autres phanères provenant des humains ou des animaux familiers, d'insectes morts et spores de moisissures, ainsi que de déchets alimentaires et d'usure de béton et ciment, mais sa composition varie selon les pays et l'environnement1.

La poussière est mise en suspension et transportée par les flux d'air : courants d'air, turbulences induites par le mouvement d'objets, animaux ou personnes, ou l’exposition d'un objet empoussiéré au Soleil.

Elle est la cause de nombreuses allergies et difficultés respiratoires et peut être réduite et traitée. Elle tend, par des phénomènes liés au poids moléculaire de ses constituants, leur caractère plus ou moins hydrophile, à l’électricité statique et en fonction de l’hygrométrie, à se déposer sur les objets (meubles, objets de décorations…) ou à s’agglomérer en chatons de poussière sous et derrière les meubles. La teneur de l’air en poussière augmente avec la sécheresse de l’air.
Poussière et santé
Effets négatifs
Travailleurs en milieu urbain (poussière de béton découpé).
Un des moyens de protéger les travailleurs est de fixer la poussière par arrosage, ici par un camion réservoir.
Arrosage d'un stock de charbon sur un quai d'embarquement (en mai 1973 sur le terminal portuaire de Dundalk aux États-Unis.)

Plusieurs problèmes majeurs sont induits par la poussière.

Autour de sites industriels ou urbains, ou à proximité de couloirs de transports, ou dans des bâtiments construits avec des matériaux toxiques (plomb, amiante…) la poussière contient souvent une proportion significative de toxines qui sont inhalés, notamment par les enfants qui sont plus actifs et inspirent proportionnellement plus d'air qu'un adulte (par rapport à leur masse corporelle). Dans ces mêmes zones, l'air est souvent acide, plus riche en ozone et en autres gaz polluants agressifs pour les poumons, ce qui favorise des phénomènes de synergie.

Même quand les poussières ne sont pas toxiques, leur inhalation chronique induit des cancers (cancer du meunier, du boulanger qui ont inhalé beaucoup de farine par exemple, ou du menuisier exposé aux sciures fines et poussières de bois2,3, lors du ponçage notamment).
Une des causes de la silicose est l'inhalation de poussière de charbon ou de schiste, aggravée par l'inhalation de polluants, dont le radon, un peu de mercure, ou de radionucléides dans certaines mines (d'uranium par exemple).

La poussière contient des allergènes : spores de champignons, de mousses, de fougères, des acariens et des pollens éventuellement naturellement allergènes et/ou dans le cas de nombreux pollens, qui le deviennent en se dégradant dans les milieux urbains où ils ne sont plus emportés par les abeilles, ni piégés et dégradés dans les sols végétalisés qui y sont rares. Les pollens sont en ville exposés à des polluants et à des phénomènes d'abrasion qui dégradent leur cuticule externe et en mettant à jour des molécules allergènes n'entrant normalement pas en contact avec les muqueuses (œil, cavité nasale, bouche, poumon, etc.). Les poussières d'origine organique (issues par exemple de la dégradation de plumes ou de la desquamation de la peau) contiennent des acariens dont les excréments peuvent également être très allergènes pour les personnes sensibles.

Les poussières sont le support de nombreux microbes et autres agents pathogènes qui ne peuvent vivre longtemps en suspension dans l'air, mais subsistent dans la poussière.

La poussière déposée par les semelles de chaussures amène dans les maisons des restes d'excréments de chiens, chats, oiseaux, rats, etc. Des particules toxiques, radioactives contaminantes peuvent être apportées au domicile avec les vêtements de travail par ceux dont le métier les expose à un environnement pollué.

C'est pourquoi l'hygiène veut qu'on opère dans des salles blanches, qu'on traque les poussières dans les hôpitaux et les lieux de soins, tout particulièrement autour des allergiques (asthmatiques en particulier). Les masques à poussières de type FFP1, FFP2, ou FFP3 (les plus efficaces) peuvent protéger les travailleurs et les bricoleurs. Des filtres peuvent débarrasser l'air des poussières les plus grossières ou de poussières plus fines (filtration par voie humide, ou électrostatiques, ou par passage au travers d'une masse fibreuse dense).

L'architecture HQE vise notamment à réduire les facteurs d'empoussièrement de l'air.
Dans les zones circumpolaires où les étés peuvent être secs, le salage est parfois utilisé en été pour stabiliser la poussière sur les routes, grâce au caractère hygroscopique du sel, mais ce sel finit par s'accumuler et pose des problèmes de toxicité pour la flore et certains animaux (poissons et certains amphibiens notamment).

Autres effets possibles

Les taux d'empoussièrement sont naturellement très bas dans les milieux végétalisés grâce à la rosée, aux mousses et lichens qui piègent efficacement de grandes quantités de poussières. Ce sont la neige, la pluie, le brouillard et les bruines qui lessivent l'air des poussières qu'il contient. Celles-ci peuvent d'ailleurs contribuer à nucléer les gouttes d'eau et à faire pleuvoir (particules soufrées, ou certaines bactéries du genre Pseudomonas notamment).

Selon certains chercheurs de l'Université de Bristol et de l'University College de Londres en Angleterre, l'exposition à une certaine espèce de bactéries présentes dans la poussière agirait sur notre santé mentale. Ces bactéries (Mycobacterium vaccae) ont un effet semblable aux antidépresseurs en stimulant dans le cerveau la production de sérotonine, le neurotransmetteur qui fait qu'en cas de manque on plonge en dépression. Ces études menées sur des rongeurs, permettent de mieux comprendre le rôle de certaines poussières sur le système immunitaire des êtres vivants4,5

De nombreux animaux prennent des bains de poussière pour se nettoyer ou se débarrasser des parasites.
Mesure de l'empoussièrement

L'appareil qui sert à mesurer l'empoussièrement des sols s'appelle le bassoumètre. Les réseaux d'alerte et de mesure de la qualité de l'air utilisent aussi depuis quelques décennies en extérieur des jauges Owen qui recueillent passivement les dépôts de poussière, dont on peut ensuite analyser des échantillons, sachant qu'une fraction biodégradable pourra avoir disparu, et que des bactéries pourront s'y être multipliées si les délais d'analyse sont importants.
Le laser (Lidar) peut être utilisé pour mesurer la teneur de l'air en particules, à distance.
Un simple filtre en amont d'une pompe dont le débit d'air est connu permet des mesures quantitatives simples.

Une personne souffrant de la phobie de la poussière est dite amatophobe ou koniphobe.
Étude de la poussière

L'étude de la poussière peut se faire de façon pluridisciplinaire :
Art

En art, des artistes comme Man Ray et Marcel Duchamp ont pratiqué l'accumulation de poussière. Marcel Duchamp laissa ainsi s'accumuler sur son œuvre le grand verre une couche de poussière suffisamment épaisse pour qu'il puisse peindre, à l'aide d'un pinceau, par élimination de couches successives. Aujourd'hui, la photographie Élevage de poussière de Man Ray, donne un aperçu de cette expérience.
Biologie

Des microbes et les acariens sont présents et parfois abondants dans les poussières, et les allergies qu'ils engendrent sont de plus en plus fréquentes.
Chimie

Les poussières sont des particules organiques (suies, pollens, poils) ou minérales (roches érodées par le vent) qui peuvent être analysées.
Surfusion de l'eau

Dans les conditions courantes, l'eau gèle à zéro degré Celsius. Ce phénomène est lié à la présence de poussière.

En conditions « stériles » (sans poussière), l'eau ne gèle pas, même jusqu'à −20 °C et peut rester en équilibre métastable jusqu'à ce qu'on y introduise une impureté ou un cristal de glace : c'est la surfusion.
Symbolique

Symboliquement, le mot poussière désigne parfois le déchet, ou une quantité négligeable, avec une éventuelle connotation négative. Ce que rappelle aux catholiques la formule rituelle du mercredi des cendres « Souviens-toi que tu es né poussière et que tu redeviendras poussière ».
Références

↑ L'élimination de la poussière dans votre maison [archive] par la Société canadienne de l’asthme [archive]
↑ Poussières de bois. Prévenir les risques [archive] Guide (10 pages) de bonnes pratiques de l'INRS, sur les risques lié aux poussières de bois : ED 974 ; 2006
↑ Poussières de bois, et Guide de bonnes pratiques dans le secteur des scieries [archive] (32 pages)
↑ La poussière, nid de bonne humeur [archive], Libération
↑ L’éloge de la poussière [archive]

Voir aussi

Sur les autres projets Wikimedia :

poussière, sur Wikimedia Commons

Bain de poussière
Poussières sédimentables
Particules en suspension
Aérosol
Cyclone (séparation)
Pollution et Pollution de l'air
Dust Bowl, tempête de sable ayant eu lieu aux États-Unis dans les années 1930
Poussière interstellaire, particules dans l'espace
Poussière cométaire, issue de la queue des comètes
Régolithe, couche de poussière produite par l'impact des météorites à la surface d'une planète

ET

INDÉFINI, -IE, adj. et subst.

I. − Adjectif
A. −
1. Qui n'est pas fini, n'est pas ou ne peut être limité ni délimité. Accroissement, espace, mystère, nombre indéfini; conversation, étendue, extension, prolongation, répétition indéfinie. Et il y avait cette sensation d'inutilité parfaite de la vie qu'on mène. Je me rappelle les balayages indéfinis de la cour du quartier. Un jour j'ai pleuré de haine à une fenêtre en voyant passer des officiers. Puis un beau jour cela s'est évanoui. J'ai été maté (Rivière, Corresp. [avec Alain-Fournier], 1907, p. 291).Peut-on croire sans réserve à son axiome fondamental : la progression indéfinie des revenus permettant de satisfaire constamment des besoins matériels eux-mêmes en progression indéfinie? (L'Univers écon. et soc.,1960, p. 22-10):
1. Vous sentiez parfaitement (...) que sans partager aucun danger, sans être auprès de vous, rester ici avec M. de Staël et mon père, attendre un temps indéfini la nouvelle de votre vie ou de votre mort, était à peu près le plus atroce supplice dont on puisse avoir l'idée. Staël, Lettr. L. de Narbonne,1793, p. 189.
2. Spécialement
a) BOT. Dont le nombre des parties auxquelles on l'applique n'a rien de constant (d'apr. Littré-Robin 1865). Étamines indéfinies (d'apr. Littré-Robin 1865). Des étamines très nombreuses, dites en nombre indéfini, insérées directement sur le réceptacle de la fleur (Plantefol, Bot. et biol. végét., t. 2, 1931, p. 354).
− En partic. Axes indéfinis. ,,Ceux dont le bourgeon terminal s'allonge indéfiniment`` (Littré-Robin 1865).
b) MATH. ,,Dont on ne peut fixer une valeur`` (Sc. 1962). Droite, suite, variation indéfinie. Cette notion s'était introduite vers le milieu du xviiiesiècle, et d'abord sous forme d'« intégrale indéfinie » (Bourbaki, Hist. math.,1960, p. 253).
c) PHILOS.
− ,,Qui tout en étant fini est susceptible d'accroissements illimités`` (Foulq.-St-Jean 1962). Divisibilité, qualité indéfinie. De sorte que nous aurons beau faire, nous pourrons imiter, par le progrès indéfini de notre addition, la mobilité du devenir (Bergson, Évol. créatr.,1907, p. 164):
2. ... et que l'effort par lequel chaque chose s'efforce de persévérer dans son être n'enveloppe aucun temps fini, mais un temps indéfini. J. Vuillemin, Essai signif. mort,1949, p. 52.
− En partic. [Chez Descartes] ,,Qui n'est infini qu'à un certain point de vue, parce que nous ne pouvons en atteindre la fin`` (Foulq.-St-Jean 1962).
B. −
1. Qui n'est pas clairement défini, qui, n'étant pas spécifié, demeure vague. Avenir, carrière, détail, refus indéfini. 1erseptembre. Après une affreuse migraine, je rêvais, cette nuit, que je me trouvais dans un endroit vague et indéfini, comme un paysage du sommeil (Goncourt, Journal,1873, p. 943):
3. Dans cette cour de récréation et à la suite de nos colloques, se forma en moi le désir de cesser d'être le personnage que j'étais pour devenir un autre personnage connu, célèbre, pour qui on éprouverait les sentiments indéfinis que j'éprouvais moi-même devant de si grands modèles. Barrès, Cahiers, t. 10, 1913, p. 152.
2. Spécialement
a) LINGUISTIQUE
− Propre à présenter un concept sous son aspect le plus général, sans le rapporter à un être ou objet déterminé : article indéfini : un; pronom indéfini : on; adjectif indéfini : quelque... (d'apr. Mar. Lex. 1951). Indéfinis nominaux. Il est facile de répondre que le pronom indéfini n'est ici qu'une formule vague pour désigner une multiplicité de je ou encore un je en général (Merleau-Ponty, Phénoménol. perception,1945, p. 400).
− Passé indéfini. ,,Passé composé dans une analyse des formes verbales françaises où l'on met en évidence le caractère indéterminé dans le passé que revêt l'achèvement du procès traduit par ces formes`` (Ling. 1972). Passé indéfini. Je suis monté dans l'autobus de la Porte Champerret (Queneau, Exerc. style,1947, p. 55).
b) LOG. Qui n'a pas de définition. Mot, terme indéfini :
4. Néanmoins on s'accorde à envisager le temps comme un milieu indéfini, différent de l'espace, mais homogène comme lui : l'homogène revêtirait ainsi une double forme, selon qu'une coexistence ou une succession le remplit. Bergson, Essai donn. imm.,1889, p. 83.
II. − Emploi subst. masc. sing. à valeur de neutre. Ce qui n'est pas défini :
5. Il avisa, s'il est permis d'animer par ces expressions humaines l'action divine, il avisa entre l'infini et le fini quelque chose d'intermédiaire que nous appelons ici-bas l'indéfini. Lacordaire, Conf. N.-D.,1848, p. 110.
REM. 1.
Indéfinité, subst. fém.,philos., rare. Qualité de ce qui est indéfini. Indéfinité de la représentation. Je te tire, fil d'or, fibre d'eau, rais de feu, raie sur l'air, trait du trait et brin trois fois tressé, du bout de la main gauche jusqu'à cette indéfinité au loin de la main droite (Claudel, Tobie et Sara,1940, II, 6, p. 1253).
2.
Indéfinitude, subst. fém.,philos. Caractère de ce qui est indéfini. C'est l'éternité elle-même qui est à l'origine de l'indéfinitude de l'espace comme de celle du temps; et ces deux indéfinitudes sont inséparables (L. Lavolle, Du Temps et de l'éternité, 418 ds Foulq.-St-Jean1962).
Prononc. et Orth. : [ε ̃defini]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. 1531 [date éd.] adj. indeffinie « qu'on ne peut délimiter » (Raoul de Presles, Cité de Dieu, XXI, ds Delb. Notes mss); 1647 subst. (Descartes, Réponses aux premières objections ds Œuvres philosophiques, éd. F. Alquié, t. 2, p. 533); 2. 1548 prétérit indéfini (Sebillet, Art poétique françois, éd. F. Gaiffe, 94). Empr. au b. lat.indefinitus « indéfini, vague », dér. de definitus part. passé de definire, v. définir. Fréq. abs. littér. : 700. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 797, b) 706; xxes. : a) 1 081, b) 1 267. Bbg. Wilmet (M.). Ling. et métalinguistique. In : [Mél. Pohl (J.)]. Bruxelles, 1980, pp. 235-245.

AINSI,

J'appelle libre, quant à moi, une chose qui est et agit par la seule nécessité de sa nature ; contrainte, celle qui est déterminée par une autre à exister et à agir d'une certaine façon déterminée. (…) Vous le voyez bien, je ne fais pas consister la liberté dans un libre décret mais dans une libre nécessité.
Pour rendre cela clair et intelligible, concevons une chose très simple: une pierre par exemple reçoit d'une cause extérieure qui la pousse, une certaine quantité de mouvement et, l'impulsion de la cause extérieure venant à cesser, elle continuera à se mouvoir nécessairement. Cette persistance de la pierre dans le mouvement est une contrainte, non parce qu'elle est nécessaire, mais parce qu'elle doit être définie par l'impulsion d'une cause extérieure. Et ce qui est vrai de la pierre il faut l'entendre de toute chose singulière, quelle que soit la complexité qu'il vous plaise de lui attribuer, si nombreuses que puissent être ses aptitudes, parce que toute chose singulière est nécessairement déterminée par une cause extérieure à exister et à agir d'une certaine manière déterminée.
Concevez maintenant, si vous voulez bien, que la pierre, tandis qu'elle continue de se mouvoir, pense et sache qu'elle fait effort, autant qu'elle peut, pour se mouvoir. Cette pierre assurément, puisqu'elle a conscience de son effort seulement et qu'elle n'est en aucune façon indifférente, croira qu'elle est très libre et qu'elle ne persévère dans son mouvement que parce qu'elle le veut.
Telle est cette liberté humaine que tous se vantent de posséder et qui consiste en cela seul que les hommes ont conscience de leurs appétits et ignorent les causes qui les déterminent. Un enfant croit librement appéter le lait, un jeune garçon irrité vouloir se venger et, s'il est poltron, vouloir fuir. Un ivrogne croit dire par un libre décret de son âme ce qu'ensuite, revenu à la sobriété, il aurait voulu taire. De même un délirant, un bavard, et bien d'autres de même farine, croient agir par un libre décret de l'âme e non se laisser contraindre.


Citation n° 2063 : Baruch Spinoza , (Amsterdam, 1632 — La Haye, 1677)., Philosophe hollandais, Philosophie
Source : Lettre LVIII à Schuller


Puisque la Raison n'exige rien qui s'oppose à la Nature, elle exige donc elle-même que chacun s'aime soi-même, qu'il recherche sa propre utilité, en tant qu'elle est réellement utile, qu'il poursuive tout ce qui conduit réellement l'homme à une plus grande perfection, et que, d'une manière générale, chacun s'efforce de conserver son être autant qu'il le peut. Tout cela est aussi nécessairement vrai que le fait, pour un tout, d'être plus grand que la partie. Ensuite, du fait que la vertu n'est rien d'autre qu'agir selon les lois de sa propre nature, et que personne ne s'efforce de conserver son être si ce n'est selon les lois de sa propre nature, on tirera trois conséquences. Premièrement, le fondement de la vertu est l'effort même pour conserver son être, et le bonheur consiste en ce fait que l'homme peut conserver son être. Deuxièmement, la vertu est à poursuivre pour elle-même, et il n'existe rien qui soit plus valable qu'elle, ou plus utile pour nous, et en vue de quoi elle devrait être poursuivie. Troisièmement, enfin, ceux qui se suicident ont l'âme impuissante et sont totalement vaincus par des causes extérieures qui s'opposent à leur nature.


Citation n° 2062 : Baruch Spinoza , (Amsterdam, 1632 — La Haye, 1677)., Philosophe hollandais, Philosophie
Source : Ethique, IV, Proposition 18, Scolie


Certes les choses se passeraient d'une façon bien plus heureuse, s'il était au pouvoir des hommes aussi bien de se taire que de parler. Mais, l'expérience l'enseigne assez, rien n'est moins au pouvoir de l'homme que sa parole, et il ne peut rien moins faire que diriger ses appétits ; de là provient la croyance que nous n'agissons avec liberté qu'à l'égard des choses que nous poursuivons sans ardeur, parce que l'appétit de ces choses pourrait être aisément contrarié par le souvenir de quelque autre objet fréquemment rappelé ; et, croit-on, cette liberté serait infime lorsque nous poursuivons les objets par un désir intense qui ne peut être apaisé par le souvenir d'autres objets. Si, cependant, ils n'avaient eux-mêmes expérimenté qu'on accomplit beaucoup de choses dont par la suite on se repent, et que, fort souvent, tourmentés par des affects contraires, nous voyons le meilleur et nous suivons le pire, rien n'empêcherait les hommes de croire que nous accomplissons librement toutes nos actions. C'est ainsi qu'un petit enfant croit librement désirer le lait, un adolescent irrité vouloir la vengeance, ou un pusillanime, la fuite. L'homme ivre croit également, par un libre décret de l'Esprit, dire des choses que, devenu lucide, il voudrait avoir tues; de même le délirant, la bavarde, l'enfant et un grand nombre d'individus de même sorte croient parler par un libre décret de l'Esprit alors qu'ils sont incapables de contenir l'impulsion de parler. Ainsi donc, l'expérience n'enseigne pas avec moins de clarté que la Raison, ce fait que les hommes se croient libres par cela seul qu'ils sont conscients des causes qui les déterminent.


Citation n° 2061 : Baruch Spinoza , (Amsterdam, 1632 — La Haye, 1677)., Philosophe hollandais, Philosophie
Source : Ethique, III, Proposition 2, Scolie.

L'homme libre ne pense à rien moins qu'à la mort, et sa sagesse est une méditation non de la mort, mais de la vie.

Citation n° 1045 : Baruch Spinoza , (Amsterdam, 1632 — La Haye, 1677)., Philosophe hollandais, Philosophie
Source : L'Éthique, 1677 [4e partie, prop. LXVII, trad. R. Caillois, Bibliothèque de la Pléiade, p. 547]

Toutes les fois donc qu'une chose nous paraît ridicule, absurde ou mauvaise dans la Nature, cela vient de ce que nous connaissons les choses en partie seulement et ignorons pour une grande part l'ordre et la cohésion de la Nature entière et voulons que tout soit dirigé au profit de notre Raison; alors que ce que la Raison prononce être mauvais n'est pas mauvais au regard de l'ordre et des lois de toute la Nature, mais seulement au regard des lois de notre nature seule.



Citation n° 1044 : Baruch Spinoza , (Amsterdam, 1632 — La Haye, 1677)., Philosophe hollandais, Philosophie
Source : Tractatus theologico-politicus, 1670 [chap. XVI, trad. Ch. Appuhn, coll. GF, p. 263]

Les hommes, donc, se trompent en ce qu'ils pensent être libres; et cette opinion consiste uniquement pour eux à être conscients de leurs actions, et ignorants des causes par lesquelles ils sont déterminés. L'idée de leur liberté c'est donc qu'ils ne connaissent aucune cause à leurs actions.

Citation n° 1043 : Baruch Spinoza , (Amsterdam, 1632 — La Haye, 1677)., Philosophe hollandais, Philosophie
Source : L'Éthique, 1677 [2e partie, scolie de la prop. XXXV, trad. R. Caillois, Bibliothèque de la Pléiade, p. 389]

La Nature n'agit pas en vue d'une fin; car cet Être éternel et infini, que nous appelons Dieu ou la Nature, agit avec la même nécessité qu'il existe.


Citation n° 1042 : Baruch Spinoza , (Amsterdam, 1632 — La Haye, 1677)., Philosophe hollandais, Philosophie
Source : L'Éthique, 1677 (posth.) [4e partie, préface, trad. R. Caillois, Bibliothèque de la Pléiade, p. 488]


Par Dieu, j'entends un être absolument infini, c'est-à-dire une subtance consistant en une infinité d'attributs, dont chacun exprime une essence éternelle et infinie.



Citation n° 1041 : Baruch Spinoza , (Amsterdam, 1632 — La Haye, 1677)., Philosophe hollandais, Philosophie
Source : L'Éthique, 1677 (posth.) [1ère partie, définition VI, trad. R. Caillois, Bibliothèque de la Pléiade, p. 310]
Ajouté par Sylvain


En ce qui concerne le bon et le mauvais, ils ne manifestent non plus rien de positif dans les choses, du moins considérées en elles-mêmes, et ne sont que des modes de penser, c'est-à-dire des notions que nous formons parce que nous comparons les choses entre elles. En effet, une seule et même chose peut être, dans le même temps, bonne et mauvaise, et aussi indifférente. Par exemple, la musique est bonne pour le mélancolique, mauvaise pour qui éprouve de la peine; mais pour le sourd, elle n'est ni bonne ni mauvaise.


Citation n° 1040 : Baruch Spinoza , (Amsterdam, 1632 — La Haye, 1677)., Philosophe hollandais, Philosophie
Source : L'Éthique, 1677 (posth.) [4e partie, préface, trad. R. Caillois, Bibliothèque de la Pléiade, p. 489]


Quand l'expérience m'eut appris que tous les événements ordinaires de la vie sont vains et futiles, voyant que tout ce qui était pour moi cause ou objet de crainte ne contenait rien de bon ni de mauvais en soi, mais dans la seule mesure où l'âme en était émue, je me décidai en fin de compte à rechercher s'il n'existait pas un bien véritable et qui pût se communiquer, quelque chose enfin dont la découverte et l'acquisition me procureraient pour l'éternité la jouissance d'une joie suprême et incessante.



Citation n° 1039 : Baruch Spinoza , (Amsterdam, 1632 — La Haye, 1677)., Philosophe hollandais, Philosophie
Source : Traité de la réforme de l'entendement, 1677 (posth.) [§ 1, trad. R. Caillois, Bibliothèque de la Pléiade, p. 102]


J'appelle libre, quant à moi, une chose qui est et agit par la seule nécessité de sa nature; contrainte, celle qui est déterminée par une autre à exister et à agir d'une certaine façon déterminée. [...] Je ne fais pas consister la liberté dans un libre décret mais dans une libre nécessité.



Citation n° 1038 : Baruch Spinoza , (Amsterdam, 1632 — La Haye, 1677)., Philosophe hollandais, Philosophie
Source : Lettre à Schuller, 1674 [Lettre LVIII, trad. Ch. Appuhn, coll. GF, p. 303]


On pense [...] que l'esclave est celui qui agit par commandement et l'homme libre celui qui agit selon son bon plaisir. Cela cependant n'est pas absolument vrai, car en réalité être captif de son plaisir et incapable de rien voir ni faire qui nous soit vraiment utile, c'est le pire esclavage, et la liberté n'est qu'à celui qui de son entier consentement vit sous la seule conduite de la Raison.

Citation n° 1037 : Baruch Spinoza , (Amsterdam, 1632 — La Haye, 1677)., Philosophe hollandais, Philosophie
Source : Tractatus theologico-politicus, 1670 [chap. XVI, trad. Ch. Appuhn, coll. GF, p. 267]
Ajouté par Sylvain

http://www.onelittleangel.com/sagesse/citations/saint.asp?mc=155

REMERCIEMENT AUX GARDIENS DES ÉGLISES SAINT NICOLAS DE TOULOUSE (CATHOLIQUE ET ORTHODOXE); AU KALINKA AINSI QU'AUX MEMBRES DE L’ÉGLISE REFORME ET LUTHÉRIENNE DE SAINT CYPRIEN DE TOULOUSE
AU PÈRE RIGAL JEAN, MONSIEUR ET DIACRE VIGNES DE L'INSTITUT CATHOLIQUE ET PÈRE FARENG DE MONTAUBAN
AINSI QUE AUX LAÏCS, AUX ANARCHISTES ET TOUS CEUX QUI M'ONT VU TRAVERSER CETTE PHRASE SANS ME FAIRE DE MORALE ET SANS EN TIRER UN BÉNÉFICE.

" CULTIVEZ VOS FRUITS SANS SOMBREZ DANS L'IVRESSE: LE GOUFFRE N'EST PAS UNE TENTATION, SACHEZ TROUVER
LA CLÉ QUI VOUS EST PROPRE..."

REMARQUES ET PENSÉES
DU CITOYEN TIGNARD YANIS

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 7955
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: Re: LA POUSSIÈRE, L'INFINI ET L’INDÉFINI.   Sam 16 Déc à 10:11

Fromia nodosa • Etoile à mailles rouges

Fromia monilis
Description de cette image, également commentée ci-après
Fromia monilis.
Classification Règne Animalia
Embranchement Echinodermata
Sous-embr. Asterozoa
Classe Asteroidea
Super-ordre Valvatacea
Ordre Valvatida
Famille Goniasteridae
Genre Fromia

Nom binominal
Fromia monilis
(Perrier, 1869)1

Fromia monilis, communément nommé Étoile à mailles rouges, est une espèce d'étoile de mer qui appartient à la famille des Goniasteridae.

Sommaire

1 Description
2 Distribution
3 Références taxinomiques
4 Liens externes
5 Notes et références

Description
Fromia monilis (Timor oriental)
Fromia monilis (Sabah, Malaisie)

L'étoile de mer à mailles rouges est une astéride à cinq bras triangulaires rayonnant autour d'un disque central aplati. Elle est de teinte rouge (parfois orangée, voire violette ou bleue), plus ou moins densément couverte de grosses plaques blanches ou beiges arrondies et lisses, généralement plus petites et moins denses à partir de la moitié la plus distale des bras (dont les pointes sont donc rouges, ou du moins de la couleur de fond). Ces plaques laissent normalement une zone nue plus ou moins pentagonale sur le disque central, mais peuvent aussi parfois le couvrir entièrement. La plaque madréporitique est orange, comme l'anus, central. Elle mesure une dizaine de centimètres de diamètre maximum à l'âge adulte2.

Cette espèce est parfois très difficile à différencier de l'espèce proche Fromia nodosa : elle s'en distingue principalement par le fait que ses plaques ne sont pas en relief, contrairement à celles de F. nodosa3. Mais la variation d'aspect des deux espèces est énorme, d'autant plus que d'autres espèces arborent une apparence très proche, notamment dans le genre Paraferdina3, ou surtout Celerina heffernani4.
Distribution

L'étoile de mer indienne est largement répartie dans les eaux tropicales de l'Indo-Pacifique, de la Mer Rouge à la Nouvelle-Calédonie4. On la trouve entre quelques mètres et 35 mètres de profondeur, sur tous types de fonds4.
Références taxinomiques

Sur les autres projets Wikimedia :

Fromia monilis, sur Wikimedia Commons Fromia monilis, sur Wikispecies

Référence World Register of Marine Species : espèce Fromia monilis (Perrier, 1869) [archive] (en)
Référence INPN : Fromia monilis (Perrier, 1869) [archive] (+ statut [archive] + description [archive]) (fr)
Référence SeaLifeBase [archive] : espèce Fromia monilis [archive] (fr) (+ noms communs [archive])
Référence Catalogue of Life : Fromia monilis (Perrier, 1869) [archive] (en)
Référence uBio : Fromia monilis Perrier 1869 [archive] (en)
Référence DORIS : espèce Fromia monilis [archive] (fr)
Référence NCBI : Fromia monilis [archive] (en)

Liens externes

François Cornu, « Fromia monilis » [archive], sur Sous Les Mers.
(en) Christopher Mah, « The Colorful Challenge of Identifying Fromia monilis, an Indo-Pacific species complex » [archive], sur Echinoblog, 9 juillet 2014.
Image du monde (Fr / En) "Fromia monilis [archive]", Nouvelle-Calédonie.

Notes et références

↑ Catalogue of Life, consulté le 7 août 2014
↑ François Cornu, « Fromia monilis » [archive], sur Sous Les Mers.
↑ a et b (en) Christopher Mah, « The Colorful Challenge of Identifying Fromia monilis, an Indo-Pacific species complex » [archive], sur Echinoblog, 9 juillet 2014.
↑ a, b et c DORIS, consulté le 7 août 2014

L'infini et les Présocratiques
Les philosophes présocratiques étaient en fait les premiers physiciens (phusikoi). En effet, étant les premiers à avoir osé étudier la nature pour elle-même, ils en sont venus à instaurer une méthode d'analyse, de recherche et de réflexion qui deviendra plus tard celle des scientifiques et des philosophes. À cet effet, une grande partie du jargon scientifique encore utilisé à l'heure actuelle a été introduite par ces penseurs et avait à l'origine comme fonction d'exprimer les concepts indispensables pour faire progresser l'étude de la nature. Univers (kosmos), principe (archè)note 1, raison (logos), nature (phusis) sont autant d'outils avancés pour pénétrer au cœur des choses et en découvrir le mécanisme ; les fonctions traditionnelles des divinités, jusqu'alors conçues comme interventions externes, sont de ce fait naturalisées. Ces penseurs avaient donc comme objectif d'internaliser les principes gérant le fonctionnement du monde, et ainsi de trouver des explications inhérentes à la nature elle-même. À travers cet objectif, ils utiliseront directement ou indirectement le concept d'infini (apeiron).

https://fr.wikipedia.org/wiki/Infini

Fromia heffernani Etoile de mer marbrée
(Redirigé depuis Celerina heffernani)

Fromia heffernani
Description de cette image, également commentée ci-après
Fromia heffernani
Classification selon WoRMS Règne Animalia
Embranchement Echinodermata
Classe Asteroidea
Super-ordre Valvatacea
Ordre Valvatida
Famille Goniasteridae
Genre Fromia

Nom binominal
Fromia heffernani
(Livingstone, 1936)1

Synonymes

Celerina heffernani

L’Étoile de mer marbrée (Fromia heffernani) est une espèce d'étoile de mer de la famille des Goniasteridae.

Elle était classée jusqu'en 2017 parmi les Ophidiasteridae sous le genre obsolète Celerina2.

Sommaire

1 Description
2 Habitat et répartition
3 Références taxonomiques
4 Liens externes
5 Références

Description

C'est une étoile de mer régulière à 5 bras allongés rayonnant autour d'un disque central réduit (5 cm max), de couleur violacée pouvant tirer sur le rouge, et sur lequel la plaque madréporitique se détache d'une couleur plus vive, ainsi que l'anus couleur crème. Les bras sont en partie recouverts d'épaisses plaques calcaires beiges de forme polygonale, disposées de manière irrégulière, sauf à leur pointe3.

Outre la forme et le couleur, qui peuvent être variables, Fromia heffernani se distingue de Fromia monilis par la présence d'une seule rangée de courts piquants bifides de part et d'autre des sillons ambulacraires d'où émergent les podia3,4.
Habitat et répartition

L’étoile de mer marbrée est présente dans les eaux tropicales de l'Indo-Pacifique3, principalement dans le Pacifique ouest5, de la Malaisie au Vanuatu, avec peut-être les Maldives, entre la surface et 40 m de profondeur.
Références taxonomiques

Sur les autres projets Wikimedia :

Fromia heffernani, sur Wikimedia Commons Fromia heffernani, sur Wikispecies

Référence World Register of Marine Species : espèce Fromia heffernani (Livingstone, 1936) [archive] (en)
Référence SeaLifeBase [archive] : espèce Fromia heffernani (Livingstone, 1931) [archive] (fr) (+ noms communs [archive])
Référence INPN : Fromia heffernani (Livingstone, 1936) [archive] (+ statut [archive] + description [archive]) (fr)
Référence Catalogue of Life : Fromia heffernani (Livingstone, 1936) [archive] (en)
Référence DORIS : espèce Fromia heffernani [archive] (fr)
Référence NCBI : Fromia heffernani [archive] (en)
Référence uBio : Fromia heffernani [archive] (en)
Référence EOL : Fromia heffernani [archive] (en)

Liens externes

« Fromia heffernani » [archive], sur picture-worl.org.

Références

↑ Catalogue of Life, consulté le 9 septembre 2013
↑ (en) Christopher Mah, « Overview of the Ferdina-like Goniasteridae (Echinodermata: Asteroidea) including a new subfamily, three new genera and fourteen new species », Zootaxa, vol. 4271,‎ 2017 (lire en ligne [archive]).
↑ a, b et c DORIS, consulté le 5 septembre 2013
↑ « Fromia heffernani » [archive], sur picture-worl.org.
↑ SeaLifeBase, consulté le 10 septembre 2013



"La vie est un torrent, le temps passe et passe incessamment."
Citation de Soren Kierkegaard ; Diapsalmata (1843)

"Le temps comme un torrent se précipite, déjà le présent est en fuite."
Citation de Jean-François Ducis ; Ma Saint-Martin (1813)

"L'âge passe comme le soleil qui laisse l'ombre derrière lui : Le lever, c'est la jeunesse ; le coucher de l'astre, c'est la vieillesse."
Citation de Félix Lope De Vega ; Amour et honneur (1612)

"L'âge s'écoule et descend à pas lents vers la tombe."
Citation de Caius Cornelius Gallus ; Élégies, I - Ier s. av. J.-C.

"Le temps est le rivage de l'esprit, tout passe devant lui, et nous croyons que c'est lui qui passe."
Citation de Antoine de Rivarol ; Pensées inédites de Rivarol (1836)

"Laisser passer le temps sans emploi, c'est perdre un bon revenu."
Citation de Alfred de Vigny ; Chatterton (1835)

"Le temps presse quand il faut vivre et faire vivre toute une famille !"
Citation de Alphonse Daudet ; Soutien de famille (1897)

"Comme le sage, laissons passer les jours sans les compter !"
Citation de Robert Sabatier ; Le livre de la déraison souriante (1991)

"Le temps qui passe ne s'en va pas plus vite que les minutes heureuses."
Citation de Rémy de Gourmont ; Les idées du jour (1915)

"Il est temps que nous apprenions à vivre dans la minute, à nous accommoder de l'heure qui passe."
Citation de Rémy de Gourmont ; La culture des idées (1900)

"Chacun pleure à sa façon le temps qui passe. "
Citation de Louis-Ferdinand Céline ; Voyage au bout de la nuit (1932)

"Mes jours fondent comme la neige au souffle du courroux divin ; mon espérance, qu'il abrège, s'enfuit comme l'eau de ma main."
Citation de Alphonse de Lamartine ; Méditations poétiques, La poésie sacrée (1820)

"Bien qu'on ait du cœur à l'ouvrage, l'art est long et le temps est court."
Citation de Charles Baudelaire ; Les fleurs du mal, Le guignon (1857)

"Je passe le temps en chantant, je chante pour passer le temps."
Citation de Louis Aragon ; Le roman inachevé (1956)

"Hâtons-nous de vivre, le temps fuit, et nous entraîne avec lui."
Citation de Nicolas Boileau ; Épître III, À M. Arnault (1673)

"Seuls les yeux ne vieillissent jamais : l'âge passe et ne touche pas le regard."
Citation de Tahar Ben Jelloun ; L'auberge des pauvres (1997)

"Empire, gloire, liberté, tout est par le temps emporté."
Citation de Alphonse de Lamartine ; Méditations poétiques, La retraite (1820)

"Les premiers à fuir sont nos premiers beaux ans."
Citation de Pétrone ; Satiricon, CIX - env. 60 ap. J.-C.

"Que le temps passe plus vite, quand l'ennui l'étire."
Citation de Philippe Besson ; Se résoudre aux adieux (2007)

"Pendant que les années passent, les idées marchent."
Citation de Georges Courteline ; La philosophie de Courteline (1917)

"Heure après heure passe le temps, et le temps passé demeure en ton cœur."
Citation de l'Italie ; Proverbes et dictons italiens (1882)

"Quoi que l'on dise, quoi que l'on fasse, le temps s'enfuit et tout s'efface."
Citation de Charles Trenet ; Miss Emily (1938)

"Le tic-tac des horloges, on dirait des souris qui grignotent le temps."
Citation de Alphonse Allais ; Le chat noir, le 11 janvier 1890.

"Un des devoirs de la vieillesse est de faire usage du temps : Moins il nous en reste, plus il nous doit être précieux."
Citation de Marquise de Lambert ; Traité de la vieillesse (1732)

"La vie s'enfuit et jamais ne s'arrête, la mort vient sur ses pas à étapes forcées."
Citation de Pétrarque ; Sonnets - XIVe siècle.



"Le temps fuit, il s'échappe en morcelant la vie ; ah ! c'est toujours trop tôt que nous redemandons les heures pour en jouir mieux !"
Citation de Jean-Étienne-Judith Forestier ; Les leçons d'orthographe corrigées (1803)

"Passent les jours et passent les semaines, ni temps passé ni les amours reviennent."
Citation de Guillaume Apollinaire ; Alcools, Le pont Mirabeau (1913)

"Le temps passe. D'accord. Mais il n'a pas de mérite, il n'a que ça à faire."
Citation de Grégoire Lacroix ; Les euphorismes de Grégoire (2006)

"Soyons clairs : pour les jeunes le temps passe aussi vite que pour les vieux ; la seule différence c'est que les jeunes, eux, s'en foutent."
Citation de Grégoire Lacroix ; Un seul soleil, chacun son ombre (2013)

"Le temps passe cent fois plus vite qu'on ne croit."
Citation de Georges Brassens ; Journal et autres carnets inédits (2014)

"La vie de l'homme s'écoule et fuit, la mort à grand pas le suit."
Citation de Gabriel Meurier ; Trésor des sentences (1568)

"La jeunesse est chose si légère, cueillons quand il est temps cette fleur passagère."
Citation de François Ponsard ; Horace et Lydie (1850)

"Les jours passent, et ils emportent avec eux, les espérances trompées."
Citation de Félicité Robert de Lamennais ; Pensées diverses (1854)

"Ô temps, suspends ton vol ! et vous, heures propices, suspendez votre cours ! Laissez-nous savourer les rapides délices des plus beaux de nos jours !"
Citation de Alphonse de Lamartine ; Le lac, Méditation XIV (1820)

"L'homme n'a point de port, le temps n'a pas de rive ; il coule et nous passons !"
Citation de Alphonse de Lamartine ; Lac, Méditation XIV (1820)

"La vie passe comme un torrent qui coule toujours et ne s'arrête jamais."
Citation de Mary Sarah Newton ; Essais divers, lettres et pensées (1852)

"Le temps entraîne tout dans sa course, et la dernière heure s'avance."
Citation de Caius Cornelius Gallus ; Élégies, II - Ier s. av. J.-C.

"La vie est un jeu compliqué qui permet de ne pas voir le temps passer."
Citation de Claude Lelouch ; Le dictionnaire de ma vie (2016)

"Le temps que nous ne savons pas employer, tant qu'il dure, nous paraît une éternité, mais une fois passé, ce n'est plus qu'un moment dont le souvenir fugitif échappe à notre pensée."
Citation de Jacques-Henri Meister ; De la morale naturelle (1788)

"Du temps qui fuit sachons jouir, bonheur d'aimer passe richesse ; jusqu'à notre dernier soupir, rendons caresse pour caresse."
Citation de Charles-Simon Favart ; Une caresse (1737)

"Les présents du Temps sont insaisissables : le temps d'avancer la main, il a déjà fui."
Citation de Robert Sabatier ; Le livre de la déraison souriante (1991)

"Tout passe, tout fuit ici-bas, nous sommes emportés par le rapide tourbillon du temps."
Citation de Axel Oxenstiern ; Les réflexions sur le temps qui passe (1652)

"La vie passe comme un torrent, qui coule sans cesse à grands flots, puis un jour s'arrête."
Citation de Christine de Suède ; Maximes et pensées (1682)

"Le temps vole et m'emporte malgré moi, j'ai beau vouloir le retenir, c'est lui qui m'entraîne."
Citation de Madame de Sévigné ; Lettre au comte de Bussy-Rabutin, le 12 juillet 1691.

"Tout passe et tout fuit sur cette terre : profitez de chaque instant, la vie n'est qu'un moment."
Citation de Maxalexis ; Le temps qui passe (2014)

"Tel un sablier, la vie s'écoule et le temps perdu est du temps inachevé."
Citation de Maxalexis ; La vie s'écoule (2010)

"Le temps qui passe ne guérit de rien."
Citation de Jean-Jacques Goldman ; Natacha (1997)

"Le temps fuit ; la conscience crie ; la mort menace ; le ciel sollicite ; l'enfer gronde ; et l'homme dort."
Citation de Louis Joseph Mabire ; Le dictionnaire de maximes (1830)

"Les peines du temps présent seraient bien peu de chose, si elles ne nous rappelaient pas le souvenir des plaisirs du temps passé. Nous ne nous plaignons de ce qui est, que parce que nous regrettons ce qui n'est plus."
Citation de Jean-Jacques Rousseau ; Les pensées d'un esprit droit (1826)

"Il est des maux sur lesquels le temps passe en vain, et ne les guérir point."
Citation de Sophie Cottin ; Malvina (1800)

La poussière est présente dans l'espace, sa qualité évolue avec les époques et provient de sources variées, naturelles et anthropiques: elle est une mesure du temps comme la réalité démontre un environnent.
Citation de Tignard Yanis; Le clans des mouettes.

REMARQUES ET PENSÉES
DU CITOYEN TIGNARD YANIS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 7955
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: Re: LA POUSSIÈRE, L'INFINI ET L’INDÉFINI.   Sam 16 Déc à 10:14

Mélèze laricin Larix laricina

Larix laricina
Description de cette image, également commentée ci-après
Jeune Larix laricina
Classification Règne Plantae
Sous-règne Tracheobionta
Division Coniferophyta
Classe Pinopsida
Ordre Pinales
Famille Pinaceae
Genre Larix

Nom binominal
Larix laricina
(Du Roi) K.Koch, 1873

Classification phylogénétique
Classification phylogénétique Ordre Pinales
Famille Pinaceae

Statut de conservation UICN

( LC )
LC : Préoccupation mineure

Le mélèze laricin ou mélèze d'Amérique (Larix laricina) est un conifère du genre Larix de la famille des Pinaceae. C'est le plus dense des résineux d'Amérique du Nord1.

Sommaire

1 Terminologie
2 Synonyme
3 Habitat
4 Utilisation du bois
5 Références
6 Liens externes

Terminologie

Ce mélèze est fréquemment appelé épinette rouge au Québec dans le langage courant, mais dans le langage botanique, l'épinette rouge désigne une autre essence (picea rubens)2.
Le terme tamarac (aussi orthographié tamarack), en usage au Canada, est considéré vielli2.
En Acadie, le terme violon est utilisé2.

Synonyme

Pinus laricina Du Roi

Habitat

Arbre poussant le plus souvent dans des stations froides, mouillées et mal drainées comme les tourbières à sphaignes et le muskeg, mélangé à l'épinette noire et (ou) au thuya occidental.
Utilisation du bois

Le bois du mélèze est utilisé comme bois d'œuvre, bois d'ingénérie et bois d'apparence : plancher, meuble ou panneau mural1.
Références

↑ a et b « Caractéristique et potentiel d'utilisation » [archive] (consulté le 12 décembre 2015)
↑ a, b et c Office québécois de la langue française, 2000

Liens externes

Sur les autres projets Wikimedia :

Mélèze laricin, sur Wikimedia Commons Mélèze laricin, sur Wikispecies

Référence Flora of North America [archive] : Larix laricina [archive] (en)
Référence Tree of Life Web Project [archive] : Larix laricina [archive] (en)
Référence Catalogue of Life : Larix laricina (Du Roi) K. Koch [archive] (en)
Référence ITIS : Larix laricina (Du Roi) K. Koch [archive] (fr) (+ version anglaise [archive] (en))
Référence NCBI : Larix laricina [archive] (en)
Référence UICN : espèce Larix laricina (Du Roi) K.Koch, 1873 [archive] (en) (consulté le 26 mai 2015)
Référence GRIN [archive] : espèce Larix laricina (Du Roi) K. Koch [archive] (en)


The International Association of Wildland Fire in partnership with the Wildland Fire Leadership Council (WFLC) and the Western, Southeast and Northeast Regions of the Cohesive Strategy, invites you to join us at the 2nd Annual National Cohesive Wildland Fire Management Strategy Workshop to be held March 26-29, 2018 in Reno, Nevada.


Workshop Intent and Background:
Our goal is to build capacity, improve preparedness and learn from each other about how to make the Cohesive Strategy work. We want this workshop to give practitioners and decision makers tools and ideas that support what’s working and help identify opportunities for improvement. To that end, we’re designing this event as an interactive workshop. We welcome session or presentation proposals that will lead to active learning and participation. Proposals for sessions that help create new knowledge, support skill building and draw out people’s experiences are preferred.

We are seeking workshop sessions or presentations that feature:

Case studies of effective or ineffective management treatments;
Roundtable discussions about what is getting in your way of doing more;
A sharing circle on Cohesive Strategy planning and implementation status;
Stories about failures and what was learned from them;
Tactical truth telling in the form of examples of the unintended consequences of actions taken and lessons learned;
Policy insights on the evolution of the Cohesive Strategy and what is needed next;
The latest relevant research findings presented in an interactive format.


Continuing the Conversation: Getting Fire Science Research to the Boots-on-the-Ground
December 8, 2017 / wildfirelessons

[The “One of Our Own” article in the Two More Chains Summer Issue featured Ted Adams, Assistant Supervisor on the Hells Canyon Wildland Fire Module, Payette National Forest. Entitled “Bridging the Gap Between Research and the Field,” the article focused on whether or not fire science research is being applied to decision-making on the fire line. The following quote from Ted was highlighted in the article’s opening: “We have all of this research that’s available to us and yet you could argue that a majority of individuals on the fire line are not reading peer-reviewed research and applying it to their decision-making, into their mental models.” After reading the article, Coleen Haskell contacted us. She asked if she could continue the conversation that we started with Ted. We said, please do.]

By Coleen Haskell, Communications Director for the Joint Fire Science Program

As a technology transfer specialist and fire meteorologist, I find that the Two More Chains “One of Our Own” feature in general and Ted Adams’ pull quote (above) in particular do a comprehensive job of describing the challenge of getting the latest fire science research into the hands of those who need the information—the boots-on-the-ground.

I concur with and echo Ted Adams’ “sincere and fervent quest for actively pursuing research to help improve the wildland firefighter’s challenging world.”

Adams also stated: “It isn’t that we have a shortage of research. We don’t have a shortage of information out there. What we have a shortage of is the translation of that information, in making that information relatable.” That is basically the same thing that I heard at the National Cohesive Strategy Workshop in May from Dr. Mark Finney, Research Forester with the Fire, Fuel, Smoke Science Program at the Rocky Mountain Research Station.

Those are absolutely correct assertions that peer-reviewed journal articles generally are not provided in a format that is digestible and easily applicable for managers to put into use. I suggest that a significant disparity exists between primary research and how it is applied operationally in wildland fire and fuels management, sometimes with dire consequences.

In all disciplines, these gaps are filled by technology transfer specialists, boundary spanners, science delivery experts, or whichever labels they identify with. Wildland fire and fuels management is no exception. This creates opportunity space for the Joint Fire Science Program (JFSP) (www.firescience.gov) and others to translate research findings into meaningful and useable results. Let’s face it, policy-makers, resource managers, and boots-on-the-ground fire practitioners can do their respective jobs more efficiently and more safely through sound and actionable science informing their decisions. And they should.

Another Perspective

Where I believe there is more story to tell is with the “One of Our Own” article implying that the fire and fuels community is not expending sufficient resources on the connection between fire science research and the translation of that science’s utility to fire practitioners and managers. This Two More Chains article doesn’t mention the success that JFSP and our 15-regionally focused Fire Science Exchange Network (FSEN) are making.

Picture1The JFSP’s science delivery efforts were recently highlighted in the July edition of the Fire Science Digest: “Bridging the Gap: Joint Fire Science Program Outcomes.” This Fire Science Digest publication describes numerous ways that the JFSP science delivery efforts have made significant strides over the past 10 years to bridge the gap between research and the field primarily through the 15-member Fire Science Exchange Network and its efforts to deliver useful and actionable science to end-users in the fire community.

The boundary-spanning role of the Fire Science Exchange Network is indispensable because it fosters communication between practitioners and researchers.

How FSEN Strives to Bridge the Gap Between Research and the Field

The FSEN integrates the best available fire research with wildland fire, fuels resource, and land managers. It is a national collaborative network of 15 regional fire science exchanges. Each regional exchange provides the most relevant, current wildland fire science to federal, tribal, state, local, and private stakeholders within their respective regions. Regions are primarily organized by geography and ecology.

The 15 regional exchanges are all different in terms of their research focal areas, how they are organized, and even how they label themselves. For example, in the Northern Rockies, the exchange is called “The Northern Rockies Fire Science Network (NRFSN).” Some of the exchanges, however, refer to themselves as “consortia” which was an early name when the network was formed several years ago.
Picture2

JFSP’s Fire Exchange Network (FSEN).

Regardless of how different each of their local issues are, they all share the need to build partnerships and relationships to effectively share information. They all translate scientific information to fire and fuels managers. In many cases, the FSEN collaborate on projects with each other. For example, the California Fire Science Consortium (the five-region exchange for California) developed a wildland-urban interface webinar series that was applicable beyond their regional boundaries. The series profiled five urban areas across the region, including Austin (Texas), Boulder (Colorado), Flagstaff (Arizona), San Diego (California), and Santa Fe (New Mexico). Examples of the most compelling land use planning tools were summarized to show how urban areas in the West are increasingly becoming wildfire-adapted communities.

High Priority Research Questions

Three of the high priority research questions that members of the FSEN are collectively focusing on:

Effects and effectiveness of different prescribed fire and other fuel treatment strategies (such as variability in treatment timing, frequency and intensity).
Potential effects of changing fire environments on vegetation, fuels and fire regimes.
Impacts of smoke from prescribed fires and wildfire.Picture3



While specific topics vary, they include: fire and grazing, smoke management, fuels reduction, fire-restored landscapes, and invasive species. For example, improved seasonal and short-term weather, fire danger forecasting, and effective fuels management recently emerged as high priorities in Alaska. In the Northern Rockies, fire science related to firefighter safety is taking center stage. In other regions, such as California and the Great Basin, the focus may be on invasive species.

Peer-to-Peer Communication

The best way to get science information into the hands of the boots-on-the-ground practitioners is through active peer-to-peer communication.

Without a doubt, the FSEN is considered to be the “go-to resource” for translating fire science research results, which fosters relationships among scientists and fire managers and is essential to the flow of information between those parties.

Specifically, interactive workshops, field tours and conferences foster a direct and immediate feedback loop.

Because shrinking budgets and more restrictive travel policies make face-time challenging, one middle-ground solution to this dilemma is webinars. For instance, the Lake States and Alaska fire science exchanges recently co-hosted a webinar on the new changes to the fuel moisture estimates in the National Fire Danger Rating System.

Best Way to Connect

The next best way for fire managers to connect with the FSEN is to visit the FSEN website and select the exchange that covers their region using the map on our homepage. Their region’s exchange staff or advisory boards can then connect them with other managers, practitioners and scientists working in their area.
Picture4

The organizational affiliations of FSEN participants in 2016 are represented in this pie chart. Note that the category of organizations with the most people participating in FSEN science delivery activities is the federal fire service. This category represents most of the fireline-type positions, our boots-on-the-ground community. There are also more of these folks in the State and Tribal categories.



Also online are a host of tools and resources, including fact sheets and science briefs. For example, a series of topic-based, searchable fact sheets are available on the Great Basin Fire Science Exchange’s website. The Northern Rockies Fire Science Network has a searchable archive that includes more than 400 recorded webinars and videos from a variety of partners.

Fire and fuels managers interested in connecting with their regional exchange can also subscribe to their exchange’s newsletters for updates and upcoming event announcements.

Social media is yet another way to connect with research results through the Fire Science Exchange Network and JFSP. They all have Facebook and Twitter accounts. Some also offer online photo galleries and blogs.

Identifying Research Priorities

In addition, since the network’s inception, each of the regional exchanges have individually developed mechanisms for stakeholders to provide input on research needs to help identify research priorities. FSEN is piloting a more formal way to identify and develop new research topics in the form of a database. When completed, the database will enable JFSP to: track the wildland fire science community’s progress on addressing research priorities, assess the degree to which national and regional research priorities align, and determine the similarity of needed science across regions.

In future years, the database will provide a powerful tool for informing funding priorities, not just for JFSP, but for other research programs investing in fire science.

Another change in the works is increased outreach to new partners and stakeholders. Exchanges have recently connected with many new partners, including: extension professionals, regional ecology teams, prescribed fire councils, and Firewise groups. These partnerships are part of our strategy to connect with the next generation of fire managers, which the FSEN’s advisory boards and steering committees have identified as a priority.

https://wildfirelessons.wordpress.com/2017/12/08/continuing-the-conversation-getting-fire-science-research-to-the-boots-on-the-ground/?platform=hootsuite
https://twitter.com/firesciencegov
http://myemail.constantcontact.com/2nd-Nat-l-Cohesive-Strategy-Workshop.html?soid=1105231108197&aid=X9MUs3xlqKE

REMARQUES ET PENSÉES
DU CITOYEN TIGNARD YANIS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 7955
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: Re: LA POUSSIÈRE, L'INFINI ET L’INDÉFINI.   Sam 16 Déc à 10:20

Processus de Paix des secouristes de la république de l'Olivier.

Je crois qu'à l'avenir, plus personne ne pourra recréer des bulles d'exclusions...
Pour cela, je ne peux me permettre de mettre à l'écart tout individu(e) et "État".

Je ne suis qu'une femme ou un homme humble qui en vous adressant ces ces vers,
espère qu'il puisse vous conduire vers l'expérience, le travail et la communauté...
La solitude augmente ou diminue le nervosité... Cela s'appelle le malheur...

Alors par décision, on recherche à se tranquilliser et remettre la balance sur le zéro;
alors par construction, on décèle la notion d'une fragile tolérance:
Celle d'insulter !

Par Yahvé, cela est une horreur et une erreur...

La République de l'Olivier dit :
"Oui à la gréve, Non à l'Esclavage..."
la constitution rajoute :
"Oui à la Bibliothèque et Non à la Faim."
et le peuple doit rajouter :
"Oui à l'écoute et Non aux viols physiques et moraux."

Alors le Novice du Secourisme prends en charge sa nouvelle fonction autre qu'un service
militaire mais basé aussi sur la protection du Bien et du Corps.

"Je suis Y'becca"

Ecrit de
TAY
La chouette effraie.

-----------------------------------------

Y'becca est soumis à toujours suivre un dossier médical, on ne peut se reposer sur des radios anciennes et toutes opérations auquel Lise Verdier ne peut être bâclé... Certains medecins oublient d'osculter la gorge quand un patien à une fiévre... Il est des gestes de précautions auquel la médecine n'a pas la droit de s'occulter... Y'becca doit répondre à ces faits là et son secouriste ne doit jamais dire jamais sur le fait que l'expérience ne donne jamais d'acquis et il est une chose auquel je voue une grande discipline et rigueur: Celle d'entendre la Prudence lorsque le temps le permet... quel que soit l'opération, on agit avec prudence du temps, de l'aspect et des allergies possibles auquel le patient ou la patiente peut être soumis en fonction de son age et de sa corpulence...

"La grâce est à la beauté ce que la souplesse est à la rose. Sans grâce, la beauté n'est qu'une fleur artificielle, qu'un colibri sans vie."
Citation de Jean-Napoléon Vernier ; Fables, pensées et poésies (1865). L'association pour Lise et pour vous, s'inspire de cette citation de Jean-Napoléon Vernier qui est si réelle sur l'aspect du courage d'être dans des situation auquel l'aspect humain se doit de se reconsidérer dans l'aspect de l'adversité dans l'être. Cette citation cherche à nous monter des aspects qui nous semblent enfoie par l'adversité et la douleur mais qui ne demande qu'à renaitre afin de permettre à la rose de devenir Rosier...


Aide pour le retour à domicile d’une personne lourdement handicapée.

L’Association Pour Lise et pour Vous, a but non lucratif, met à la disposition des personnes en situation de grand handicap et leurs familles, son expertise dans la prise en charge du retour au domicile.

Plus largement, l’association veut favoriser et permettre le développement des soins de qualité et le maintien à son domicile de tout enfant, adolescent ou jeune adulte, atteint d’une maladie grave ou d’un handicap lourd.

Nous sommes à votre écoute pour parler et construire ensemble de votre projet de vie, nous sommes à vos côtés pour le concrétiser.


Pour Lise Et Pour Vous
le Bourg Chevreau, 53600 SAINTE GEMMES LE ROBERT
Association humanitaire, d'entraide, sociale



"La grâce est à la beauté ce que la souplesse est à la rose. Sans grâce, la beauté n'est qu'une fleur artificielle, qu'un colibri sans vie."
Citation de Jean-Napoléon Vernier ; Fables, pensées et poésies (1865)

"La beauté sans grâce est un printemps sans verdure."
Citation de Mirabeau ; Lettres à Sophie Ruffei (1777-1780)

"La beauté sans grâce est un hameçon sans appâts."
Citation de Ninon de Lenclos ; Confessions (1700)

"On admire d'un coup d'œil la beauté, elle ne laisse plus rien à deviner ; la grâce se fait aimer peu à peu par des détails variés, imprévus, qui vous plaisent d'autant plus qu'ils vous surprennent, et ses petits défauts d'ensemble sont quelquefois des charmes qui nous attachent."
Citation de Louis-Philippe de Ségur ; L'ennui (1816)

"La grâce, ce charme suprême de la beauté, ne se développe que dans le repos du naturel."
Citation de Madame de Staël ; L'influence des passions (1796)

"La beauté ne déplaît jamais, mais sans la grâce, elle est dépourvue de ce charme secret qui invite à la regarder."
Citation de Voltaire ; Dictionnaire philosophique (1764)

"Les grâces préférables à la beauté, ornent la femme de tous ce qu'elles ont de séduisant."
Citation de Marie-Geneviève-Charlotte Darlus ; Traité des passions (1764)

"Il y a un art caché dans la simplicité qui donne une grâce à l'esprit et à la beauté."
Citation de Alexander Pope ; Maximes et réflexions morales (1739)

"Aucune grâce extérieure n'est complète si la beauté intérieure ne la vivifie."
Citation de Victor Hugo ; Post-scriptum de ma vie (1901)

"Brillante de beauté, de grâces, de jeunesse, pour vous plaire, on accourt, on s'empresse."
Citation de Charles-Guillaume Étienne ; L'Intrigante, I, 9, le 6 mars 1813.

"Sans le fard de l'amour, par qui tout s'apprécie, les grâces sont sans force, et la beauté sans vie."
Citation de Antoine Bret ; La double extravagance, VII, le 27 juillet 1750.

"La beauté est la clef des coeurs, la grâce le passe-partout."
Citation de Paul Masson ; Les pensées d'un Yoghi (1896)

"La beauté réside dans la forme ; la grâce dans les mouvements, le charme dans l'expression."
Citation de Lucien Arréat ; Réflexions et maximes (1911)

"La grâce, plus belle encore que la beauté."
Citation de Jean de La Fontaine ; Adonis (1658)

Compte rendu de
TAY
La chouette effraie

Tikkun Ha-Klali
https://www.youtube.com/watch?v=MPZhFy2c3Mc
TAY

PUIS, LE HUIT DÉCEMBRE 2017, JE RAJOUTE CE NOUVEAU TEXTE:

Processus de Paix des secouristes de la république de l'Olivier.

Je crois qu'à l'avenir, plus personne ne pourra recréer des bulles d'exclusions...
Pour cela, je ne peux me permettre de mettre à l'écart tout individu(e) et "État".

Je ne suis qu'une femme ou un homme humble qui en vous adressant ces ces vers,
espère qu'il puisse vous conduire vers l'expérience, le travail et la communauté...
La solitude augmente ou diminue le nervosité... Cela s'appelle le malheur...

Alors par décision, on recherche à se tranquilliser et remettre la balance sur le zéro;
alors par construction, on décèle la notion d'une fragile tolérance:
Celle d'insulter !

Par Yahvé, cela est une horreur et une erreur...

La République de l'Olivier dit :
"Oui à la gréve, Non à l'Esclavage..."
la constitution rajoute :
"Oui à la Bibliothèque et Non à la Faim."
et le peuple doit rajouter :
"Oui à l'écoute et Non aux viols physiques et moraux."

Alors le Novice du Secourisme prends en charge sa nouvelle fonction autre qu'un service
militaire mais basé aussi sur la protection du Bien et du Corps.

" PEUPLES DE JÉRUSALEM CE QU'IL Y A, C'EST LE DIRE SUR LE DISCOURS.
LE DÉVELOPPEMENT EST UN POUMON DU DESTIN CAR LE TEMPS DOIT ÊTRE
POUR PERMETTRE LA SITUATION DE CONSCIENCE DANS L'HANDICAP.
L'HABITUDE ET L'HARMONIE DOIVENT ÊTRE ROMPUES QUAND LA HAINE
S'ENRICHIT DE LA GUERRE.

PEUPLES DE JÉRUSALEM, MACHU PICCHU ET PÉKIN SONT DES CITÉS CONSTRUITES
SUR LA FOI, LA CONVICTION, LA CONNAISSANCE ET LA SURVIE DE POLITIQUES
DANS L'HISTOIRE: UNE AMBASSADE N'EST PAS UN GOUVERNEMENT
ET LA CITOYENNETÉ N'EST PAS L'HUMANITÉ:
NON AUX ESCLAVAGES, CÉLESTE JÉRUSALEM.

Je suis Y'becca".

Ecrit de
TAY
La chouette effraie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 7955
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: Re: LA POUSSIÈRE, L'INFINI ET L’INDÉFINI.   Sam 16 Déc à 10:47

La justice est un principe philosophique, juridique et moral fondamental en vertu duquel les actions humaines doivent être sanctionnées ou récompensées en fonction de leur mérite au regard du droit, de la morale, de la vertu ou autres sources normatives de comportements. Quoique la justice soit un principe à portée universelle, le juste apparaît pouvoir varier en fonction de facteurs culturels. La justice est un idéal souvent jugé fondamental pour la vie sociale et la civilisation. En tant qu’institution, sans lien nécessaire avec la notion, elle est jugée fondamentale pour faire respecter les lois de l’autorité en place, légitime ou pas. La justice est censée punir quiconque ne respectant pas une loi au sein de sa société avec une sanction ayant pour but de lui apprendre la loi et parfois de contribuer à la réparation des torts faits à autrui, au patrimoine privé ou commun ou à l'environnement.

Pour des raisons de clarté, cet article traite séparément de la justice dans ses trois acceptions :

la justice au sens philosophique d’idéal, individuel ou collectif ;
la justice comme norme émanant d'une société ou d'un corps d'autorité ;
la justice comme institution caractéristique des sociétés de justicier.



La République (avec un « R » majuscule)1 est l'ensemble des biens, des droits, des prérogatives de la puissance publique et des services propres à un État dont la forme de régime politique est la république. Elle est accessible également à tous ses citoyens et est la propriété collective de tous. Elle s'oppose à la propriété privée, de sorte que tout ce qui n'est pas privé est public, et réciproquement. La chose publique comprend tout ce qui est public dans un pays donné : le domaine public (routes, fleuves, canaux, forêts domaniales, nappes phréatiques, ports, domaine maritime, espace aérien, bâtiments publics, patrimoine des établissements publics, des départements et des communes…), les services publics, la fonction publique, les juridictions publiques, les registres (greffes, hypothèques, marques, sociétés, association…) et les dépôts publics (archives, musées, haras, conservatoires, bibliothèques, réserves d'or…), la langue nationale, la monnaie, les marques, sceaux, mesures et poids publics, les lois et règlements d'administration publique, les servitudes d'intérêt public, le gouvernement, le parlement, les académies, la force publique (gendarmerie, police, armée), l'Assistance publique, etc. La République est propre à un État national donné, elle est aussi ancienne que lui, elle est indépendante du régime politique de gouvernement.

La république (avec un « r » minuscule) désigne, avec le sens de régime politique se voulant démocratique, les États dont le chef est désigné par le peuple ou ses représentants. Dans ce sens, république désigne le régime politique antinomique de la monarchie (du type royaume, empire ou principauté) dans laquelle l'unité du pouvoir est symbolisée par une seule personne, appelée « monarque ». Cette définition n'implique pas que la république soit démocratique. La république est aujourd'hui la forme de régime politique la plus répandue : sur 193 pays, 136 sont des républiques, 34 des royaumes ou sultanats, trois des principautés et neuf des unions ou fédérations qui peuvent mélanger plusieurs formes d’États.

Now We Are Free
Lisa Gerrard

Anol shalom
Anol sheh lay konnud de ne um {shaddai}
Flavum nom de leesh
Ham de nam um das
La um de Flavne

We de ze zu bu
We de sooo a are you
Un va-a pesh a lay
Un vi-I bee
Un da la pech ni sa(aah)
Un di-I lay na day
Un ma la pech a nay

Nabucco Choeur des esclaves

Va, pensiero, sull'ali dorate;
Va, ti posa sui clivi, sui colli,
Ove olezzano tepide e molli
L'aure dolci del suolo natal !
Del Giordano le rive saluta.
Di Sïonne le torri atterrate
Oh mia patria si bella e perduta !
Oh membranza si cara e fatal !
Arpa d'òr dei fatidici vati,
Perche muta dal salice pendi ?
Le memorie nel petto raccendi,
Ci favella del tempo chefu !
O simìle di Solima ai fati
Traggi un suono di crudo lamento,
O t'ispiri il Signore un concento
Che ne infonda al patire virtu, x 3
Al patire virtu !

Traductions__fix TRADUCTION française Traductions__fix

Va, pensée, sur tes ailes dorées,
Va te poser sur les versants, sur les collines,
Où embaume, tiède et suave,
L'air doux de la terre natale !
Salue les rives du Jourdain,
Les tours renversées de Sion.
O, ma patrie, si belle et perdue !
O souvenir, si cher et funeste !
Harpe d'or des prophètes du destin,
Pourquoi, pends-tu, muette, aux branches du saule ?
Ravive les souvenirs gravés dans nos coeurs,
Parle-nous du temps passé !
Rappelle-nous le sort de Solime
Dans une complainte aux tristes accents,
Laisse le Seigneur t'inspirer une harmonie
Qui nous donne la force d'endurer nos souffrances !

Traductions__fix Deutsch version Traductions__fix

Zieht, Gedanken, auf goldenen Flügeln ;
Zieht Gedanken, ihrdürft nicht verweilen !
Lasst euch nieder auf sonnigen
Hügeln, dort wo Zions Türme blikken ins Tal !
Um die Ufer des Jordans zu grüsen
Zu den teuren Gestaden zu eilen,
Zur verlorenen Heimat, der süssen
Zieht Gedanken, lindert der Knechtschaft Qual.
Warum hähgst du sostumman der Weide,
Gold’ne Harfe dergöttlichen Seher ?
Spende Trost, süssen Trost uns im Leide
Under zähle von glorrei cher Zeit
Singe Harfe in Tönen der Klage
Von dem Schicksal geschlag’ner Hebräer.
Als Verkünd’rin des Ew’gen uns sage,
Bald wird Juda vom Joch des Tyrannen befreit x 3
Bald wird Juda befreit !

Traductions__fix English version Traductions__fix

CHORUS OF THE HEBREW SLAVES
Dearest homeland, my thoughts fly towards thee ;
Wings of golden bear them on to journey’s ending,
Where the sweet scented breezes are blending
In the green hills and vales of our land.
Ah ! to stand by the banks of the Jordan
And to see Sion’s woeful desolation !
O dear land, once the joy of our nation,
Now forever lost by Fate’s cruel hand.
Golden harps of the prophets and seers of old,
Why so silently hang on the willows ?
Lift your voice, stir our hearts, let the story be told
Of the times now so long gone and past.
O Jerusalem, blessed city,
When will grief and lamenting be over ?
Let our song rise to thee, great Jehovah ;
Hear the voice of thy people at last, x 3
Hear thy people at last !

Traductions__fix Traduction espagnole Traductions__fix

CORO DE LOS ESCLAVOS HEBREOS
¡Vuela pensamiento, con alas dorados,
Pósate en las praderas y en las cimas,
Donde exhale su suave fragancia
El aire dulce de la tierra natal!
Saluda a las orillas del Jordán
Y a las destruidas torres de Sión.
¡Ay, mi patria, tan bella y abandonada!
¡Ay, recuerdo tan grato y fatal!
Arpa de oro de los fatídicos vates,
¿Por qué cuelgas silenciosa del sauce?
¡Revive en nuestros pechos et recuerdo,
Háblanos del tiempo que fue!
¡Canta un aire de crudo lament
Al destino de Jerusalén
O que te inspire et Señor una melodia.
Mee di nu ku

La la da pa da le na da na
Ve va da pa da le na la dumda

Anol shalom
Anol sheh ley kon-nud de ne um.
Flavum, flavum
M-ai shondol-lee flavu
Lof flesh lay nof ne
Nom de lis
Ham de num um dass
La um de flavne
Shom de nomm
Ma-lun des dwondi, dwwoondi
Alas sharum do koos
Shaley koot-tum

« Ce que nous faisons dans la vie résonne dans l’éternité » de Marcus Aurelius.

Marc Aurèle (né le 26 avril 121 à Rome et mort le 17 mars 180, probablement à Vindobona) est un empereur romain, ainsi qu'un philosophe stoïcien qui dirige l'Empire romain à son apogée. Il accède au pouvoir le 8 mars 161 et règne jusqu'à sa mort1 qui correspond à la fin de la Pax Romana.

Marcus Annius Verus (initialement Marcus Catilius Severus) prend, après son adoption par l'empereur Antonin le Pieux, le nom de Marcus Ælius Aurelius Verus. En tant qu'empereur, il se fait appeler Caesar Marcus Aurelius Antoninus Augustus. En tant que philosophe stoïcien, il est notamment connu pour sa politique favorable aux écoles philosophiques, à l'éducation des femmes et pour avoir écrit Pensées pour moi-même.


Je chante avec toi Liberté


Quand tu chantes je chante avec toi Liberté
Quand tu pleures je pleure aussi ta peine
Quand tu trembles je prie pour toi Liberté
Dans la joie ou les larmes je t'aime

Souviens-toi des jours de ta misère
Mon pays tes bateaux étaient tes galères
Quand tu chantes je chante avec toi liberté
Et quand tu es absente j'espère

Qui es-tu? Religion ou bien réalité
Une idée de révolutionnaire
Moi je crois que tu es la seule vérité
La noblesse de notre humanité
Je comprends qu'on meure pour te défendre
Que l'on passe sa vie à t'attendre

Quand tu chantes je chante avec toi Liberté
Dans la joie ou les larmes je t'aime
Les chansons de l'espoir ont ton nom et ta voix
Le chemin de l'histoire nous conduira vers toi

Liberté ! Liberté !

Verdi / Arr. Goraguer-Delanoë-Lemesle
Interprète: Nana Mouskouri

http://gauterdo.com/ref/jj/je.chante.avec.toi.liberte.html

VIVE LA RÉPUBLIQUE ET LE PEUPLE QUI SONT INDIVISIBLE: L'INDIVIDU NE PEUT ÊTRE DICTATEUR,
EMPEREUR ET INTOUCHABLE CAR L’ÉGALITÉ EST LE PROPRE DE LA LIBERTÉ.
SENTIMENTS DU
CITOYEN TIGNARD YANIS
ALIAS
TAY
La chouette effraie

La nuit qui tombe et le train qui passe
Maurice DU PLESSYS (1864-1924)

Tableau qui mes peines dissipe,
Je contemple en m'attendrissant
Le village fumant sa pipe
Aux pieds du soir incandescent.

Soleil, mourant témoin des crimes
Absous par le jour qui s'en va,
Sur l'autel de tes feux sublimes,
Satisfais, frère, à Jéhovah !

Nuit, tombeau du ciel sans mystère,
Chasses-en ce jour qui nous ment !
Viens faire oublier à la terre
Qu'elle ne te plaît qu'un moment !

C'est à cet instant de l'automne
Qu'on voudrait partir d'ici-bas...
Mais de temps en temps au loin tonne
Un train passant qu'on ne voit pas.
------------------
Les adieux
François-René de CHATEAUBRIAND (1768-1848)

Le temps m'appelle : il faut finir ces vers.
A ce penser défaillit mon courage.
Je vous salue, ô vallons que je perds !
Ecoutez-moi : c'est mon dernier hommage.
Loin, loin d'ici, sur la terre égaré,
Je vais traîner une importune vie ;
Mais quelque part que j'habite ignoré,
Ne craignez point qu'un ami vous oublie.
Oui, j'aimerai ce rivage enchanteur,
Ces monts déserts qui remplissaient mon coeur
Et de silence et de mélancolie ;
Surtout ces bois chers à ma rêverie,
Où je voyais, de buisson en buisson,
Voler sans bruit un couple solitaire,
Dont j'entendais, sous l'orme héréditaire,
Seul, attendri, la dernière chanson.
Simples oiseaux, retiendrez-vous la mienne ?
Parmi ces bois, ah ! qu'il vous en souvienne.
En te quittant je chante tes attraits,
Bord adoré ! De ton maître fidèle
Si les talents égalaient les regrets,
Ces derniers vers n'auraient point de modèle.
Mais aux pinceaux de la nature épris,
La gloire échappe et n'en est point le prix.
Ma muse est simple, et rougissante et nue ;
Je dois mourir ainsi que l'humble fleur
Qui passe à l'ombre, et seulement connue
De ces ruisseaux qui faisaient son bonheur.
------------
Chair des choses
Renée VIVIEN (1877-1909)

Je possède, en mes doigts subtils, le sens du monde,
Car le toucher pénètre ainsi que fait la voix,
L'harmonie et le songe et la douleur profonde
Frémissent longuement sur le bout de mes doigts.

Je comprends mieux, en les frôlant, les choses belles,
Je partage leur vie intense en les touchant,
C'est alors que je sais ce qu'elles ont en elles
De noble, de très doux et de pareil au chant.

Car mes doigts ont connu la chair des poteries
La chair lisse du marbre aux féminins contours
Que la main qui les sait modeler a meurtries,
Et celle de la perle et celle du velours.

Ils ont connu la vie intime des fourrures,
Toison chaude et superbe où je plonge les mains !
Ils ont connu l'ardent secret des chevelures
Où se sont effeuillés des milliers de jasmins.

Et, pareils à ceux-là qui viennent des voyages.
Mes doigts ont parcouru d'infinis horizons,
Ils ont éclairé, mieux que mes yeux, des visages
Et m'ont prophétisé d'obscures trahisons.

Ils ont connu la peau subtile de la femme,
Et ses frissons cruels et ses parfums sournois...
Chair des choses ! j'ai cru parfois étreindre une âme
Avec le frôlement prolongé de mes doigts...

REMARQUES ET PENSÉES
DU CITOYEN TIGNARD YANIS
ALIAS
TAY
La chouette effraie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 7955
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: Re: LA POUSSIÈRE, L'INFINI ET L’INDÉFINI.   Lun 18 Déc à 11:01

LE REGARD, LE MOUVEMENT, LA FORCE, Y'BECCA ET LA RÉALITÉ

TIGNARD YANIS‏
@TIGNARDYANIS 3 hil y a 3 heures

LE GRAND JEU EST UNE CIRCONSTANCE AUQUEL LE BUSINESS VOUDRAIT FAIRE CROIRE À UNE FEMME QU'ELLE EST UNE PERDANTE ET MÊME SI SA RAGE LA CONDUIT À UNE CONDITION DE DIRECTRICE: ELLE EN RESTE HUMAINE ET ATTACHANTE QUI EN FONT UN PERSONNALITÉ AYANT UN CARACTÈRE.
TAY

LE CHANT DE LA VÉRITÉ EST UN CHEMIN DE FORTUNE. LA PIERRE EST, AINSI LA PIÈCE NE FAIT PLUS LA PIEUSE. LE CARACTÈRE EST UN CARNAVAL AYANT UNE ATTRACTION DE L'ATTIRANCE; LE CARACTÈRE DE L'EXISTENCE EN L'ATMOSPHÈRE ET DE L'ATTRIBUT OU L'ÉPITHÈTE DE L'ÊTRE ET DE L'ÂME: L'ÉPOPÉE.
TAY

LA CIRCONSTANCE EST DE CONSTRUIRE AUX MOUVEMENTS; LA SURVIE POSSÈDE DES CRITÈRES. LE SCHÉMA N'EST PAS DE CONSTRUIRE SUR LE PASSÉ POUR AUTAN POURQUOI LE RENIER ?
LA MANIÈRE EST UNE CIRCONSTANCE DE L’ÉQUILIBRE, LA SAGESSE N'EST PAS UN ORGUEIL: SE SOUMETTRE NE SIGNIFIE PAS D'ABDIQUER ! L'ECOUTE EST TOUJOURS LIÉE AU SOI.
TAY

LE CONTRAT DE L'ARBRE EST UN TERME DU SAVOIR MAIS LA CONNAISSANCE POSSÈDE DES LIMITES DANS LE SAVOIR. LA NATURE N'EST PAS LIÉE AUX CHAIRS DU MOMENT. LE CONCEPT DE L'INFINI EST UNE SPIRALE SE DEVENANT EN UNE POUSSIÈRE OU REDEVENANT UN TOURBILLON.

Un moment est un instant, une durée.

Moment peut désigner :

Physique.
Mécanique.
Moment cinétique ou moment angulaire d'un point matériel, moment de la quantité de mouvement par rapport à un point.
moment dipolaire, grandeur qui définit un dipôle électrostatique.
moment d'une force par rapport à un point, grandeur physique vectorielle traduisant l'aptitude de cette force à faire tourner un système mécanique autour de ce point.
moment d'inertie, grandeur physique qui caractérise la géométrie des masses d'un solide.
moment linéaire ou impulsion, moment conjugué d'une variable d'espace linéaire.
moment magnétique, grandeur vectorielle qui permet de mesurer l'intensité d'une source magnétique.
moment quadratique, grandeur qui caractérise la géométrie d'une section et se définit par rapport à un axe ou un point.
moment de puissance ou MP, indicateur conventionnel de la capacité d'une remontée mécanique.
moment sismique, mesure de l'énergie d'un séisme.
moment statique, grandeur physique qui caractérise la géométrie d'une section et se définit par rapport à un axe.
moments aérodynamiques, moments de forces qui s'appliquent à un aéronef.
Mécanique quantique[modifier | modifier le code]
moment cinétique, opérateur vectoriel utilisé en mécanique quantique :
moment cinétique orbital, rotation d'une particule autour d'un noyau.
moment cinétique de spin, moment cinétique intrinsèque des particules quantiques.
moment de London, phénomène par lequel un supraconducteur en rotation génère un champ magnétique.
moment magnétique anomal, écart entre la valeur du facteur de Landé g d'un lepton et la valeur donnée par l'équation de Dirac.
moment magnétique intrinsèque.
moment magnétique du neutron, grandeur magnétique caractéristique du neutron.
moment magnétique du proton, grandeur magnétique caractéristique du proton.
moment magnétique de spin, moment magnétique associé au moment cinétique de spin.

Mathématiques.
moment, indicateur de la dispersion d'une variable aléatoire réelle.
moment d'ordre un de la variable : {\displaystyle \mu =E[X]} {\displaystyle \mu =E[X]} est l'espérance.
moment d'ordre deux de la variable centrée : {\displaystyle \mu _{2}=E[(X-\mu )^{2}]} {\displaystyle \mu _{2}=E[(X-\mu )^{2}]} est la variance.
moment d'ordre trois de la variable centrée-réduite : {\displaystyle \mu _{3}=E\left[\left({\frac {X-\mu }{\sigma }}\right)^{3}\right]} {\displaystyle \mu _{3}=E\left[\left({\frac {X-\mu }{\sigma }}\right)^{3}\right]} est le coefficient d'asymétrie.
moment d'ordre quatre de la variable centrée-réduite : {\displaystyle \mu _{4}=E\left[\left({\frac {X-\mu }{\sigma }}\right)^{4}\right]} {\displaystyle \mu _{4}=E\left[\left({\frac {X-\mu }{\sigma }}\right)^{4}\right]} est le kurtosis.
moment multipolaire, coefficient d'un développement en série d'un potentiel.
Arts et lettres[modifier | modifier le code]
Cinéma[modifier | modifier le code]
Moment, titre anglais de Tren (sr), film yougoslave de Stole Janković (sr) sorti en 1978 ;
Moments (en), film britannique de Peter Crane sorti en 1974 ;
Moments, titre anglais de Moments de la vie d'une femme (en) (Rega'im), film franco-israélien de Michal Bat-Adam (he) sorti en 1979.

Musique.
moment musical Ce lien renvoie vers une page d'homonymie, pièce de musique courte pour un seul instrument.
Chanson[modifier | modifier le code]
Moment (ja), single de SMAP sorti le 1er août 2012 ;
Moment of Surrender, chanson du douzième album du groupe U2, No Line on the Horizon (2009).
Moments, chanson d'Ayumi Hamasaki présente sur l'album My Story sorti le 15 décembre 2004 ;
Moments (en), chanson d'Emerson Drive présente sur l'album Countrified (en) sorti le 19 septembre 2006 ;
Moments (en), single de Hans Bollandsås (no) sorti en décembre 2010 ;
Moments (en), chanson d'One Direction présente sur l'album Up All Night sorti le 18 novembre 2011 ;
Moments (en), chanson de Tove Lo présente sur l'album Queen of the Clouds (en) sorti le 24 septembre 2014.
Moments in Love, chanson du groupe Art of Noise.
Album[modifier | modifier le code]
Moment, album de SPEED sorti le 16 décembre 1998 ;
Moment Bends (2011), quatrième album d'Architecture in Helsinki.
Moment of Glory (2000), album du groupe Scorpions.
Moment Idéal (2013), cinquième album de Yaniss Odua.
Moment of Truth (1998), cinquième album de Gang Starr.
Moments (en), album de Barbara Mandrell (en) sorti le 25 août 1986 ;
Moments (en), album de Boz Scaggs sorti le mars 1971 ;
Moments (en), album de Christine Guldbrandsen sorti le 20 décembre 2004 ;
Moments (en), album de Darude sorti le 14 août 2015 ;
Moments (en), album de Leo Ku (zh) sorti le 24 août 2007.

Littérature.
Moment d'un couple (2013), roman de Nelly Alard.
Autres[modifier | modifier le code]
Moment Factory, studio de nouveaux media et divertissements de Montréal.
Moment SAS, société éditrice de l'application mobile Moment.

L'AMOUR EST UN SENTIMENT COLLECTIF MAIS LA JALOUSIE EST UNE REALITE PERSONNELLE.
Ecrit de
TAY
LA CHOUETTE EFFRAIE.

Le clans des mouettes et le clan des mouettes

Le clans est une faute d'orthographe si vous ne prononcez pas le s... Car le Clans ne signifie pas le clan... En observant les mouettes et les corbeaux, lorsque je leur donnai du pain ainsi que celle des hérons, des colverts, Des pies, des Cormorans et de toutes les autres communauté, l'aspect du terme Le Clans prit un terme réel car une communauté réelle naquit où des individus se séparent du groupe d'individu de leurs espèces tout en y restant attacher à celle-ci pour créer le clans des mouettes, des individus divers de toutes espèces se regroupant par leurs réactions au pain que je leur offrais et de la situation nouvelle cette acte créa une nouvelle forme de communication entre les espèces lorsque je faisais mine de partie. Les repères s'étaient dissiper et ainsi naquit de nouveaux groupes associant un mélange de réaction entre le Clan et les Clans d’où la Naissance de " Le Clans des mouettes.", un hermaphrodisme entre le singulier et le pluriel

En effet...

Il y a Un clan est un ensemble de familles associées par une parenté réelle ou fictive, fondée sur l'idée de descendance d'un ancêtre commun. Même si leur filiation exacte n'est pas connue, tous les membres d'un clan connaissent cette origine qui prend un caractère mythique. Des individus ou des familles étrangères peuvent être adoptés par un clan qui leur donne ses ancêtres, on parle alors d'affiliation ou de réaffirmation. Lorsque cet ancêtre est représenté éthiquement ou symboliquement par un animal, on parle de totémisme.

Selon le pays, les clans peuvent être des regroupements très formels : ayant une personnalité juridique, un patrimoine et des institutions politiques qui varient d'une civilisation à l'autre, et obéissant à des règles précises : chef, conseils, assemblées, fêtes, coutumes, symboles, sanctions, etc.

L'appartenance à un clan peut se traduire par des droits et des obligations de solidarité envers les autres membres du groupe, en particulier l'assistance et la vengeance. Un clan peut être considéré comme un sous-groupe d'une tribu, qui elle-même est un sous-groupe d'un peuple ou d'une nation. Les sociétés segmentaires présentent une telle organisation.

Un ne signifie le et, le clans ne signifie pas le clan...

Le clans est une source d'écriture du monde de la métamorphose des mots naturels et singulier en un sens pluriel et singulier... Le Clans est une forme d’hermaphrodisme du langage selon les imaginaires, Le Clans des mouettes est une forme de citoyenneté du soi et de l'autrui... Malgré son appartenance sa naissance reste propre à son image et du reflet qu'elle porte sur autrui. Le concept démontre de la difficulté du singulier devant le pluriel et du pluriel devant le singulier...
Il y a hermaphrodisme entre le masculin et le féminin et maintenant entre le singulier et le pluriel.

Par cette explication je vous le répète donc Le clans est une faute d'orthographe si vous ne prononcez pas le s... Car le Clans ne signifie pas le clan...

Ecrit de
TAY
La chouette effraie

INTUITIONS, SENTIMENTS, LA RÉALITÉ, LA RÉPUBLIQUE ET Y'BECCA



L’INTUITION EST UN SENTIMENT, UNE MÉDITATION ET UNE RÉFLEXION SUR LES ÉVÉNEMENTS. LA RÉALITÉ EST UN TERME AUQUEL L’INTUITION TROUVE SON SENS ET POUR CERTAINS, ELLE EST MÊME LE SIXIÈME SENS. L'INTUITION S'EST UN RESSENTIR AUQUEL LES MOUVEMENTS S’INCLUENT: NE VOUS CROYEZ PAS TOUS PUISSANTS DE CONNAITRE DES VISIONS CAR D'AUTRES SAVENT LES ÉVITER. LA RÉALITÉ EST PRIMAIRE DANS SA FORME MAIS ELLE EST NATURELLE DANS SON ESPRIT.
LA CLARTÉ ET L’OBSCURITÉ SE LIENT DANS UNE MÉTAPHORE CAR FINALEMENT CHACUN EST UNE PART D'OPPOSITION DE MOUVEMENTS QUI CONSTRUIT LE TERME DES INTUITIONS: EN CE QUI ME CONCERNE, JE NE VOIS AUCUNE OPPOSITION CAR JE RESSENS UN RÉEL ÉQUILIBRE AUQUEL CHAQUE SOUFFRANCES ET JOIES TROUVENT LEURS ÉCHOS DANS LA RÉALITÉ.

LA NATURE EST TOUJOURS TRIOMPHANTE CAR ELLE EST NÉE D'UNE CLAMEUR: LA NAISSANCE, SA PROPRE MÈRE CAR C'EST POSSIBLE SCIENTIFIQUEMENT PAR SA DIVISION EN UNE MULTITUDE DE CELLULE DANS UN AUTRE SCENARIO QUE
LE BIG BANG MAIS OFFRANT DES RÈGLES NOUVELLES SUR L’ÉVOLUTION DES MOUVEMENTS QUI SONT AUTRES QUE LA MATIÈRE: Le Triomphe de L'Obscurantisme sur La Discorde

LE TERME DE EXPLOSION EST CERTES VALABLE MAIS CELUI DE DIVISIONS CELLULAIRES EST ANTÉRIEUR DONC L'UNIVERS EST PLUS ANCIEN QUE LE BIG BANG. LE CONTEXTE LE PROUVE CAR LA MATIÈRE N'A PU NAITRE QUE DU MOUVEMENT.
L’INDÉFINI FAISANT SON ŒUVRE DANS LE TEMPS, IL A MURIT CAR LE RIEN N'EST PAS RIEN DANS L'UNIVERS ET LES TERMES. LE SILENCE EST UNE NOTE PERMETTANT D’ÉTABLIR DES GAMMES: CE QUE NOUS AVONS APPELLÉ CHAOS ÉTAIT UNE HARMONIE D'UNE GRANDE APTITUDE: LE TOURBILLON QUI PAR LA SUITE DEVINT LE BIG BANG ET AINSI NAQUIT NOTRE RÉALITÉ ACTUELLE. CE PHÉNOMÈNE DE TOURBILLON EXISTE TOUJOURS CHERCHANT MOYEN DE S’ÉTENDRE POUR RECRÉER L'EXPLOSION QUI EST LE PHÉNOMÈNE DE SON EXPANSION DANS L'INFINI.

CE TOURBILLON CHERCHE DÉSESPÉRAMMENT CETTE FONCTION LA PLUS BELLE: IL MÉPRISE L’IMMORTALITÉ MAIS IL SE RÉSIGNE AUX SURVIES ET AUX MUTATIONS: PAR CETTE PARABOLE; IL A FAIT NAITRE LES SENTIMENTS DE TOUTES LES CIRCONSTANCES AUQUEL IL EST SOUMIS. LA MATIÈRE N'EST QU'UN ASPECT DU TOURBILLON ET JE PENSE QUE L'ESSENCE DE SPINOZA, LE MOTEUR IMMOBILE DE ARISTOTE ET YAHVE-ELLOHIM DES JUIFS OU ALLAH-ELLOHIM DES ARABES SONT DES CIRCONSTANCES VOIR CE GRAND TOURBILLON.

CAR FINALEMENT, LE RIEN N'EST PAS LE RIEN; LE RIEN EST UN SENTIMENT DE NEUTRALITÉ. LE SILENCE N'EST PAS UN REPOS COMME LE REPOS N'EST PAS UNE FAIBLESSE. LA SÉRÉNITÉ N'EST PAS UNE HARMONIE ET L'HARMONIE N'EST PAS UNE OSMOSE: LE TOURBILLON SE DÉLECTE DE L’ADVERSITÉ CAR TOUT CE QUI EST, DANS CET UNIVERS, ÉVOLUE DE LA CHAIR AUX ESPRITS, DE L'ACIER AUX CONSCIENCES ET DU SILENCE AUX NOTES.

DANS LA TEMPÊTE, JE VOIS LE PHARE: LE CORBEAU ET L'AIGLE CHERCHANT LE REFUGE DANS LE VOL DE L'ALBATROS ET DE LA MOUETTE, LE TAUREAU EST PROTÉGÉ DES PARASITES PAR LE HÉRON, LE LION SE RETROUVANT AVEC LE RAT COMME LA COLOMBE REMERCIANT LA FOURMIS, LA CIGALE CLAIRONNE LE COQ POUR LUI PERMETTRE DE NE PAS FINIR DANS L'ASSIETTE.

LE SABLE CLAIRONNE DANS LES AIRS, LE FEU, LA TERRE ET L'EAU; IL INDIQUE COMME LA POUSSIÈRE DE LA VENU DU TOURBILLON. LA NATURE EST UN ASPECT DES SENTIMENTS MAIS L'ENSEMBLE DES SENTIMENTS FONT LA NATURE. ET EN CELA, MALGRÉ LA DISCORDE DES MŒURS ET DE JUSTICES, LA CHANCE N'EST PAS UN LAPS DE TEMPS DÉTERMINÉ PAR LE DESTIN CAR LE DESTIN EST UNE CROYANCE ABSTRAITE ET RÉELLE: IL S'APPELLE LA SURVIE.

L’INTUITION ET LE SENTIMENT
DU
CITOYEN TIGNARD YANIS
ALIAS
TAY La chouette effraie
Jedi de la raison
et
Dark Obscur
Sith de la République et de la Résistance.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: LA POUSSIÈRE, L'INFINI ET L’INDÉFINI.   

Revenir en haut Aller en bas
 
LA POUSSIÈRE, L'INFINI ET L’INDÉFINI.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Izaya Orihara - Underground - [Indéfini]
» Shade Arabidopsis Thaliana - Underground - [Indéfini]
» NHŸX (01.05 — indéfini)
» Barikad Crew-- Amour Infini-- Honneur à la femme haitienne
» Mission mercenaires/civils indépendants : La Station... [Echouées]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le clans des mouettes :: Le clans des mouettes-
Sauter vers: