Le clans des mouettes

ainsi est la force.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 La polysémie, les Ankariotes et la liberté de culte.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
yanis la chouette



Nombre de messages : 7780
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: La polysémie, les Ankariotes et la liberté de culte.   Mar 5 Déc à 10:00

La polysémie, les Ankariotes et la liberté de culte.

tout d'abord de vivre dans une société qui protège nos libertés avec un même système de libertés pour tous ; ensuite de vivre dans une société qui maximise le bien-être des personnes les moins favorisées. Les inégalités doivent être attachées à des fonctions ouvertes à tous dans des conditions d'égalité des chances.

L'égalité devant la loi ou égalité en droit est le principe selon lequel tout individu humain doit être traité de la même façon par la loi (principe d'isonomie). Aucun individu ou groupe d'individus ne doit donc avoir de privilèges garantis par la loi.

En tant que valeur sociale, l’égalité des chances est une notion complexe. Le terme égalité est, en effet, polysémique, et donc sujet à interprétation. L’objectivité dans la définition donnée dans cet article sera donc relative. Notons également l’ambiguïté du terme chance, mis au pluriel dans cette expression.

La liberté de religion, liberté de culte ou liberté de croyance désigne le droit subjectif fondamental des personnes de choisir et de pratiquer une religion donnée ou aucune, et l'évaluation du respect de ce droit. Par extension, elle fait référence aux textes de droit, déclarations, pactes, conventions, lois, textes constitutionnels divers qui permettent d'affirmer, défendre, étendre ou limiter ce droit. La liberté de religion est un aspect de la liberté de conscience.

ainsi naquit malgré la bonne volonté dans le cœur de hommes, des femmes et des enfants:

La polysémie est la caractéristique d'un mot ou d'une expression qui a plusieurs sens ou significations différentes (on le qualifie de polysémique).

Il ne faut pas confondre polysémie et homonymie. Deux mots homonymes ont la même forme (phonique ou graphique) mais sont des mots totalement différents, c'est-à-dire qu'ils n'ont pas la même étymologie. Ils ont deux entrées distinctes dans le dictionnaire. Polysémie et homonymie sont des cas particuliers d'ambiguïté.

CE QUI ENGENDRA:

AKP et Erdoğan
Tayyip Erdoğan
Président
Binali Yıldırım
Premier ministre

L'arrivée au pouvoir le 3 novembre 2002 du parti AKP et de Recep Tayyip Erdoğan qui devient premier ministre (mars 2003) consacre le succès de la stratégie liant libéralisme constitutionnel et économique et valeurs traditionnelles de l'islam sunnite11.

Cette arrivée au pouvoir des conservateurs détermine un infléchissement de la politique étrangère en direction du monde sunnite tout en restant un allié important des États-Unis dans la région. Le 1er mars 2003, le Parlement turc refuse de permettre le stationnement des troupes américaines sur le sol turc lors du déclenchement de la guerre en Irak. Ce repositionnement diplomatique est également marqué par l'attaque du Mavi Marmara en 2010 qui entraîne une sérieuse dégradation des relations entre Israël et la Turquie17, puis depuis 2011 face à la guerre civile syrienne, par l'engagement actif d'Ankara s'efforçant de provoquer la chute du régime alaouite de Bachar el-Assad18 et au contraire, en 2014, son refus de s'engager dans la lutte contre l'État islamique19.

Les 15 et 20 novembre 2003 deux attentats à la voiture piégée d'Al-Qaïda à Istanbul, sont mis en place, contre des intérêts juifs et britanniques faisant 60 morts.

En 2004, la diffusion audiovisuelle des langues minoritaires est autorisée. Les premières émissions en langue kurde à la télévision publique, sur la TRT, voient le jour. En 2005, une nouvelle livre turque (YTL) est introduite. 1 YTL = 1 000 000 TL.

Le 1er juin 2005, un nouveau code pénal est adopté accordant plus de libertés individuelles et plus conforme aux exigences européennes. Le 3 octobre 2005, les négociations d'adhésion avec l'Union européenne débutent.

Le 19 janvier 2007, Hrant Dink, rédacteur en chef du journal Agos (publié à Istanbul en turc et en arménien), est assassiné. 200 000 personnes assistent à ses funérailles le 23 janvier.

En avril et mai 2007, une crise politique a lieu autour de l'élection du nouveau président par l'Assemblée nationale, ce qui déclenche des élections anticipées. Malgré la fin de son mandat le 16 mai, le Président Sezer garde son poste en attendant son successeur.

Le 22 juillet 2007, aux élections législatives anticipées, l'AKP obtient 46,7 % des voix. Recep Tayyip Erdoğan conserve le poste de premier ministre.

Le 28 août 2007, Abdullah Gül est élu onzième président de la République grâce à la majorité parlementaire de l'AKP. Le 21 octobre 2007, par un amendement constitutionnel par référendum (70 % pour), le président de la République sera désormais élu au suffrage universel.

Le 9 février 2008, un amendement constitutionnel est mis en place pour supprimer l'interdiction du foulard islamique à l'université. Cet amendement est annulé par la Cour constitutionnelle, le 5 juin 2008 sur la base de l'article 2 de la Constitution, qui garantit la laïcité. Le 30 juillet 2008, la Cour constitutionnelle rejette une demande d'interdiction du Parti de la Justice et du Développement (AKP), au pouvoir, accusé d'activités anti-laïques. La Cour avait été saisie le 14 mars 2008 par le procureur en chef de la Cour de cassation.
1 Livre turque à l'effigie de Atatürk (groupe d'émissions E-9, qui est entré circulation le 1er janvier 2009.)

Le 29 mars 2009 des élections municipales ont lieu. L'AKP, au pouvoir, perd des voix mais reste la première formation politique du pays.

Le 19 octobre 2009, à la suite de l'appel de l'ancien chef du PKK Abdullah Öcalan (emprisonné sur l'île d'Imrali en Turquie), le PKK envoie en Turquie un groupe, qu'il appelle groupe de paix composé de 34 personnes (8 membres du PKK et 26 citoyens turcs d'origine kurde du camp de Mahmour en Irak) pour une résolution de la question kurde20.

En novembre 2009 commence le procès Ergenekon. Plus de 300 personnes (militaires, hommes politiques, universitaires et journalistes) pro-kémalistes sont arrêtées pour complot contre l'État. À partir de cette date, le président turc Erdogan entame une politique beaucoup plus favorable à l'islam (autorisation du voile dans l'administration, restriction de la consommation d'alcool, fin de la mixité à l'école, etc.)21.

Le 12 septembre 2010, la Turquie approuve par référendum une réforme de la Constitution à 57,9 % et avec une participation de 77,6 %.

Le 12 juin 2011, le Parti de la justice et du développement (AKP) remportent les élections législatives.

Le 29 mai 2013, les manifestations du parc Taksim Gezi s'opposent à un projet immobilier à Istanbul, soutenu fortement par le pouvoir. Le mouvement se transforme rapidement en un mouvement de contestation massif du pouvoir de Recep Tayyip Erdoğan. Les rassemblements de contestation à Istanbul et dans 24 villes du pays durent plus de deux mois et sont durement réprimés (4 morts).

Le 10 août 2014, Recep Tayyip Erdoğan est élu douzième président de la République, pour la première fois au suffrage universel.

Lors des élections législatives de juin 2015, l'AKP perd la majorité absolue. Les tractations politiques ne permettent pas la formation d'un gouvernement. Les principaux points d'achoppement sont la mise en place d'une justice indépendante refusée par l'AKP et le règlement de la question kurde ignorée par le MHP.

Le 10 octobre 2015 l'attentat le plus meurtrier de l'histoire de la république turque fait 102 morts à Ankara et vise des militants de gauche manifestant pour la paix22. Les deux bombes humaines étaient affiliées à Daech. Malgré une note interne des services de sécurité, aucune mesure n'est prise par le ministère de l'intérieur pour assurer le bon déroulement du meeting23.

L'AKP retrouve la majorité absolue au parlement lors des élections législatives turques de novembre 2015.

Le 15 juillet 2016, une tentative de coup d'état militaire menace le pouvoir d'Erdoğan. Celui-ci appelle ses partisans à braver le couvre-feu24. La tentative de coup d’état est avortée. Elle aura fait au moins 290 morts dont 104 putschistes abattus, et plus de 1440 blessés. Environ 7500 membres des forces armées ont été arrêtés25. S'ensuivent également des purges visant des dizaines de milliers de personnes et, parallèlement, un durcissement préalable de la loi sur internet permet la poursuite du blocage de milliers de sites (dont Wikipédia, Youtube, Vimeo, Twitter, Dailymotion, Blogger ou encore Wordpress).

MAIS,

Mustafa Kemal Atatürk a choisi cette petite ville de 20 000 habitants comme capitale de la nouvelle république : d'une part pour des raisons stratégiques car située au milieu du plateau anatolien, elle n'était pas aussi vulnérable aux attaques venant des côtes comme l'était Istanbul ; d'autre part pour des raisons politiques, car la République voulait couper les ponts avec l'ancien régime avec tous les symboles de l'ancienne capitale impériale, dont l'influence des milieux affairistes levantins était jugée néfaste5.

Le choix d'Ankara était audacieux en raison de sa situation géographique et ses conditions climatiques. Au centre d'un plateau sec et aride, le climat y est continental, avec des étés chauds et secs, des hivers rudes.

L'urbanisation d'Ankara pour doter cette ville de bâtiments nécessaires à la fonction d'une ville-capitale devint un projet ambitieux du nouveau régime fut confié à l'urbaniste et architecte allemand[pas clair] Hermann Jansen (de) qui remporta un concours en 1929 face à deux autres concurrents dont le Français Léon Jaussely. Obéissant à un zonage strict, le projet Jansen prévoyait un « quartier des ministères » prolongé par celui des ambassades et culminant à la résidence présidentielle. Les logements des hauts-fonctionnaires se répartissaient autour de cet ensemble, tandis que ceux des employés et des ouvriers étaient regroupé autour de la gare5.

Le plan prévu par Jansen fut appliqué jusqu'en 1939. Après la Seconde Guerre mondiale, la spéculation foncière et l'exode rural, rendit impossible tout tentative de planification urbaine. La ville devint alors une importante agglomération habitée par une population qui au deux tiers vivait dans les années 1960-1970, dans des logements illégaux autoconstruits (bidonvilles)5.

Ankara est une ville tout à la fois moderne et ancienne puisqu'elle possède de nombreux vestiges romains et une forteresse byzantine bien conservée. Elle contient notamment un temple romain dédié à Auguste ainsi que le plus grand musée hittite au monde. Ataturk y est enterré au Anıtkabir, un mausolée grandiose achevé en 1953.

Gouvernements de coalition

En octobre 1998, des pressions politico-militaires sont faites sur la Syrie pour forcer cette dernière à extrader Abdullah Öcalan, le chef du PKK. Damas résiste, mais sous la pression de la communauté internationale, elle accepte finalement de l'expulser. Öcalan se rend d'abord en Russie, puis en Italie via la Grèce.

En janvier 1999, Bülent Ecevit est nommé premier ministre d'un gouvernement minoritaire. En février 1999, le chef du PKK, Abdullah Öcalan, est arrêté au Kenya. Il est jugé et condamné à mort en juin 1999, mais sa peine est commuée en prison à vie lors de l'abolition de la peine capitale quelques années plus tard.

En mai 1999, les élections législatives anticipées voient le DSP (parti d'Ecevit) en sortir vainqueur. Bülent Ecevit devient premier ministre d'une coalition rassemblant la gauche (DSP), le centre-droit (ANAP) et l'extrême-droite nationaliste (MHP).

Le17 août 1999, un tremblement de terre dévastateur au nord-ouest du pays fait 17 000 morts.

Le 16 mai 2000 : Ahmet Necdet Sezer devient le dixième président de la République.

En février 2001, une grave crise financière induit la dévaluation de 50 % de la livre turque, des centaines de milliers de gens perdent leur emploi. En 2001, Kemal Derviş, ministre de l'économie, met en place d'importantes réformes économiques, avec la mise en place de l'autonomie de la banque centrale et la recapitalisation, la restructuration ou la saisie d'établissements financiers.

En août 2002, la peine de mort est abolie officiellement, sauf en temps de guerre (abolition totale en 2004) ; la dernière exécution date en fait de 1984.
Rapprochement avec l'Union européenne
Articles détaillés : Relations entre la Turquie et l'Union européenne, procédure d'adhésion, accord d'Ankara et union douanière.

En 1949, la Turquie est cooptée (en même temps que la Grèce) par les membres fondateurs du Conseil de l'Europe trois mois après la signature du traité de Londres.

En 1959, la Turquie pose sa candidature pour devenir membre associé de la CEE. En 1963, un accord d'association est signé entre la Turquie et la CEE.

En avril 1987, La Turquie demande son adhésion à l’Union européenne. En décembre 1989, la Commission européenne déclare la Turquie éligible à la candidature, mais elle diffère l'examen du dossier.

Le 1er janvier 1996, l'union douanière entre l'Union européenne et la Turquie entre en vigueur. La Turquie abolit les taxes d'importation sur les produits venant de l'Union européenne.

En décembre 1999 : l'Union européenne accepte officiellement la candidature de la Turquie lors du sommet d'Helsinki et souligne la « vocation européenne » du pays, mais elle fixe à son entrée dans l'UE des conditions que la Turquie accepte.

En octobre 2010, la Turquie modifie radicalement sa constitution pour remplir les critères politiques fixés par l'Union européenne13. Paradoxalement, ces modifications qui s'inscrivent dans la logique occidentale minent la volonté de laïcisation introduite par Atatürk : la disparition du rôle politique de l'armée « favorise les partis de centre droit favorables à la réislamisation de la société turque »14.

En décembre 2013, un accord sur l'immigration est signé entre la Turquie et l'Union européenne : la première récupérera désormais les migrants illégaux arrivés en Europe par son territoire ; en échange, l'Union européenne accède à sa demande de mettre fin aux visas exigés des ressortissants turcs pour pouvoir entrer dans l'espace Schengen, selon un calendrier de négociations dont la durée initialement prévue est de trois ans et demi15. La mise en place effective de cet accord est cependant remise en doute en 2016 à la suite des tensions diplomatiques apparaissant lors des purges suivant la tentative de coup d'État de juillet16.

En Extrême-Orient

La liberté de religion et de culte a été dominante en Inde sous les anciennes dynasties jusqu'aux environs de 1210 après l'invasion islamique (en:Islamic empires in India). Ainsi, l'égalité de traitement des religions est mentionnée dans une inscription d'Ashoka. L'empire moghol musulman fut fondé par le chef mongol Bâbur en 1526 à la Première bataille de Pânipat. Ses empereurs furent en général assez tolérants sur le plan religieux, le plus remarquable étant Akbar (1542-1605) dont la foi universaliste lui valut des accusations d'apostasie de la part de l'orthodoxie. Aurangzeb (1618-1707), par contre, tenta d'imposer l'islam comme religion exclusive.

La Chine a joui jusqu'au milieu du XXe siècle d'un degré appréciable de liberté religieuse avec pour conséquence diversité et syncrétisme. Néanmoins, la rivalité de certaines factions entraîna de brefs épisodes de répression (bouddhisme et autres religions allogènes) et le contrôle de l'État fut toujours important. Les religions "étrangères" devaient obtenir une autorisation pour faire du prosélytisme. Les mouvements considérés comme menaçant l'ordre social ou le pouvoir furent systématiquement éliminés.
Les débats contemporains
La liberté de religion de l'enfant

Concernant l'enfant, la déclaration de 25 novembre 1981 de l'ONU stipulait article 5 alinéa 1 : « Les parents ou, le cas échéant, les tuteurs légaux de l'enfant ont le droit d'organiser la vie au sein de la famille conformément à leur religion ou leur conviction et en tenant compte de l'éducation morale conformément à laquelle ils estiment que l'enfant doit être élevé. » et alinéa 5 : « Les pratiques d'une religion ou d'une conviction dans lesquelles un enfant est élevé ne doivent porter préjudice ni à sa santé physique ou mentale ni à son développement complet, compte tenu du paragraphe 3 de l'article premier de la présente Déclaration. »

Désormais la Convention internationale sur les droits de l'enfant, dite aussi « Convention de New York », adoptée par l'Organisation des Nations unies le 20 novembre 1989, est le texte fondateur des droits de l'enfant à l'échelle mondiale ; l'article 14 précise ces droits vis-à-vis de la liberté de religion : « 1 Les États parties respectent le droit de l’enfant à la liberté de pensée, de conscience et de religion. 2. Les États parties respectent le droit et le devoir des parents ou, le cas échéant, des représentants légaux de l’enfant, de guider celui-ci dans l’exercice du droit susmentionné d’une manière qui corresponde au développement de ses capacités. 3. La liberté de manifester sa religion ou ses convictions ne peut être soumise qu’aux seules restrictions qui sont prescrites par la loi et qui sont nécessaires pour préserver la sûreté publique, l’ordre public, la santé et la moralité publiques, ou les libertés et droits fondamentaux d’autrui.» L'article 18 précise également dans l'alinéa 1 : « Les États parties s'emploient de leur mieux à assurer la reconnaissance du principe selon lequel les deux parents ont une responsabilité commune pour ce qui est d'élever l'enfant et d'assurer son développement. La responsabilité d'élever l'enfant et d'assurer son développement incombe au premier chef aux parents ou, le cas échéant, à ses représentants légaux. Ceux-ci doivent être guidés avant tout par l'intérêt supérieur de l'enfant. »13

AINSI;

Les théologiens islamiques citent le Coran (verset 2-256 : « Il n'y a pas de contrainte en religion » pour affirmr que l'islam accorde la liberté religieuse. D'autres versets vont dans le même sens : « « Et ne discutez que de la meilleure façon avec les gens du Livre, sauf ceux d'entre eux qui sont injustes, et dites « Nous croyons en ce qu'on a fait descendre vers nous et descendre vers vous, tandis que notre Dieu et votre Dieu est le même, et c'est à Lui que nous nous soumettons »16 ». En Espagne, entre 711 et 1492, on parle de convievencia pour décrire cette période où musulmans, chrétiens et juifs vivaient dans une relative paix et où les idées culturelles s'échangeaient, la tolérance religieuse étant respectée.

Mais d'autres versets, notamment ceux concernant « l'effort, la lutte » sont interprétés, par des personnes animées du désir de dominer ou de violenter leurs contemporains (musulmans, d'une autre religion ou athées) de manière à justifier ce désir par la religion17.

A l'heure actuelle, les pratiques varient suivant les états:

L'Arabie saoudite qui abrite les sites de La Mecque et de Médine ne permet pas l'expression publique d'autres croyances que l'islam.
En Algérie, l'islam est la religion d'État (article 2 de la Constitution de 1996). L'article 36 évoque l'inviolabilité de la liberté de conscience et d'opinion dans l'espace privé, mais pas celle de religion dans l'espace public. En 2006, un texte législatif est introduit protégeant l'exercice des cultes autres que musulman : {{Citation bloc|l'État algérien dont la religion est l'Islam, garantit le libre exercice du culte dans le cadre du respect des dispositions de la Constitution, de la présente ordonnance, des lois et règlements en vigueur, de l'ordre public, des bonnes mœurs et des droits et libertés fondamentaux des tiers18. Ainsi, l'État algérien garantit également la tolérance et le respect entre les différentes religions19. Néanmoins, en 2007, plusieurs chrétiens ont été emprisonnés pour faits de prosélytisme, et le fait d'avoir une bible dans l'espace public est passible d'une amende et d'emprisonnement.
En Turquie, le président Erdogan affirme le 24 novembre 2014 : « Coran à l'appui, que les femmes ne pouvaient être considérées comme les égales des hommes » et déclare que selon l'islam le rôle des femmes dans la société est de faire des enfants. Les associations de défense des femmes turques accusent le gouvernement d'encourager les violences conjugales. Selon elles, « plus de 200 femmes ont été tuées en Turquie par leur mari ou leur compagnon depuis le début de l'année »20. Le port du voile islamique dans les universités, après plusieurs tentatives infructueuses (véto de la cour constitutionnelle, menace de dissolution) a été autorisé en février 2008 par la Grande Assemblée nationale de Turquie et à la rentrée 2017, les programmes scolaires comprennent désormais la notion de djihad et suppriment toute référence à la notion d'évolution21. De ce fait, beaucoup de Turcs estiment que la laïcité kémaliste est menacée.
Enfin les minorités religieuses sont discriminées, bien qu'elles soient numériquement peu nombreuses : les chiites turcs sont persécutés, des pogroms ayant même été commis en 2007 par des groupes sunnites radicaux instrumentalisés par l'État à des fins politiques22 ; l'Institut de théologie orthodoxe de Halki ayant été fermé sine die, l'Église orthodoxe de Constantinople ne peut plus former de popes (alors que des popes étrangers ou formés à l'étranger n'ont pas le droit d'exercer en Turquie), et les orthodoxes se voient retarder sans date les autorisations de réparer leurs églises. Enfin le Vatican a dénoncé la « christianophobie institutionnelle en Turquie » : Edmond Farhat, nonce apostolique à Ankara, a affirmé que la liberté religieuse n'existe que sur le papier dans ce pays. L'Église catholique romaine se plaint notamment de ce qu'aucune reconnaissance juridique ne lui soit accordée, reconnaissance juridique qu'elle réclame depuis 1970. Le commissaire européen chargé de l'élargissement, Olli Rehn, a d'ailleurs informé par écrit le gouvernement turc que le statut inéquitable des cultes appliqué en Turquie ne répondait pas aux critères fixés par l'Union.

L'égalité devant la loi ou égalité en droit est le principe selon lequel tout individu humain doit être traité de la même façon par la loi (principe d'isonomie). Aucun individu ou groupe d'individus ne doit donc avoir de privilèges garantis par la loi.

RÉPONSE SUR LA LIGNE ROUGE DE RECEP TAYYIP ERDOGAN AU SUJET DE JERUSALEM
PAR Jérusalem /ʒe.ʁy.za.lɛm/ (ou Salem, également nommée Hiérosolyme ou Solyme en ancien français ; יְרוּשָׁלַיִם Yerushaláyim en hébreu [dénomination israélienne officielle] ; arabe : القدس al Quds ou اورشليم Ûrshalîm [dénomination israélienne officielle en arabe]) est une ville du Proche-Orient qui tient une place centrale dans les religions juive, chrétienne et musulmane.

JÉRUSALEM EST RIEN ET TOUT à LA FOIS, POUR MOI ET POUR LE MISÉRICORDIEUX, YAHVÉ.
Doute : désigne selon le contexte, le doute ou la certitude.

MOSAÏQUE ET CALLIGRAPHIE
DU CITOYEN TIGNARD YANIS
ET GARDIEN DE LA LAÏCITÉ.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 7780
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: Re: La polysémie, les Ankariotes et la liberté de culte.   Mar 5 Déc à 10:30

L'Hôtel du Nord est aujourd'hui un établissement toujours en activité sous la forme d'un restaurant-bar-salle de concert, il a été complétement restauré par Julien Labrousse en 2005, il est actuellement dirigé par Stéphane Delacourcelle et Guillaume Manikowski.

Titre : La feuille
Poète : Antoine-Vincent Arnault (1766-1834)

Recueil : Fables, Livre V (1812).

Fable XVI, Livre V.


— De ta tige détachée,
Pauvre feuille desséchée,
Où vas-tu ? — Je n'en sais rien.
L'orage a frappé le chêne
Qui seul était mon soutien.
De son inconstante haleine,
Le zéphyr ou l'aquilon
Depuis ce jour me promène
De la forêt à la plaine,
De la montagne au vallon.
Je vais où le vent me mène.
Sans me plaindre ou m'effrayer,
Je vais où va toute chose,
Où va la feuille de rose
Et la feuille de laurier.

Antoine-Vincent Arnault.

www.poesie-francaise.fr
Didier Glehello
Résidence Captal C401
6, rue François Legallais
33260 La Teste (Gironde, France)

Tournage
« L'Hôtel du Nord tel que l'a vu Marcel Carné »
Reproduction de la dernière scène du filmNote 2
L'hôtel du Nord de nos jours
102, quai de Jemmapes (Paris, 10e arr.)

Période de prises de vue : 19 septembre à novembre 19384.
Intérieurs et extérieurs : studios de Billancourt (Boulogne-Billancourt) et studios Francœur-Pathé-Cinéma (Paris, 18e)4, et canal Saint-Martin (10e arrondissement de Paris). À l'exception de quelques plans, le film a été tourné aux studios de Billancourt et à proximité où l'hôtel du Nord et le canal Saint-Martin ont entièrement été reconstitués par Alexandre Trauner. Le dénivelé de l'écluse est absent du décor. Michel Souvais : « L'hôtel du Nord et le quai ont été reconstruits sur un terrain proche de Billancourt. […] Tout a l'air vrai parce que tout est faux »Note

Synopsis

À l'hôtel du Nord, situé face à la passerelle de la Grange-aux-Belles, le long du canal Saint-Martin à Paris, patrons (le couple Lecouvreur) et clients, notamment l'éclusier Prosper Trimaux et sa femme, sont réunis autour de la table pour fêter joyeusement une communion.

Entrent un jeune homme, Pierre, et une jeune femme, Renée, deux amoureux tristes, qui viennent pour louer une chambre. En fait, c'est pour se suicider pour des raisons économiques. Ils regardent les alentours et le canal à la fenêtre.

Dans une chambre mitoyenne, habitent Mme Raymonde, une prostituée, et M. Edmond, son souteneur qui a fui le milieu. Dans la nuit, un coup de feu retentit. C'est Pierre qui a tiré sur Renée sans avoir le courage ni de voir le résultat de son geste, ni de se suicider à son tour.

Blessée, Renée est transportée en ambulance à l'hôpital.

Interrogé par un policier, M. Edmond affirme n'avoir vu personne d'autre que Renée gisant sur le lit lorsqu'il a fait irruption dans la chambre où le coup de feu a été tiré, alors que Pierre se tenait devant lui avec le pistolet à la main. Le policier reste sceptique puis contrôle les papiers de Mme Raymonde et l'embarque, car elle n'est pas en règle. Pendant ce temps, Pierre, qui s'est enfui, déambule dans le quartier. Il veut se jeter du pont surplombant les voies de la gare de l'Est, mais n'en a pas le courage et se rend à la police.

Renée se réveille à l'hôpital. On lui amène Pierre qui simule l'indifférence, alors que Renée s'accuse d'avoir tiré.

M. Edmond découvre un enfant qui joue avec le pistolet de Pierre et le lui échange contre une pièce de monnaie. Mme Raymonde revient après quatre jours de détention. Elle raconte à M. Edmond que Gina, la femme d'Ernest, l'a informée que des hommes du milieu le recherchent. Elle se rend compte que M. Edmond a couché avec Jeanne, la bonne de l'hôtel. M. Edmond prend la décision de partir pour Toulon en compagnie de Mme Raymonde.

Renée revient à l'hôtel pour remercier le personnel qui lui a envoyé des vivres à l'hôpital. Elle est toujours amoureuse de Pierre. Elle demande à revoir la chambre, ce que Mme Lecouvreur lui accorde. Compatissants envers la jeune femme sans ressource, les Lecouvreur lui offrent l'hébergement et un emploi de bonne.

Pendant ce temps, M. Edmond, tombé sous le charme de Renée, ne veut plus partir. Renée s'adapte bien à son nouveau travail. Elle rend visite à Pierre à la prison, mais celui-ci la rejette, se dégoûtant lui-même de sa lâcheté. Parallèlement, elle est courtisée par Kenel, le séducteur du quartier.

Mme Raymonde et M. Edmond ont une explication à propos de Renée : il en résulte que M. Edmond lui administre une correction et que Mme Raymonde se retrouve avec un œil au beurre noir. Il la qualifie d'« atmosphère qui l'empêche de respirer ». Mme Raymonde envisage alors de rompre.

Deux hommes, des connaissances de Mme Raymonde, arrivent à l'hôtel. Ils sont à la recherche d'un dénommé Paulo qui s'avère être l'opposé de M. Edmond en termes de caractère. M. Edmond explique à Renée que lui et Paulo ne font qu'un, car il a modifié sa personnalité après avoir dénoncé ses complices. Ce sont ces derniers qui, aussitôt sortis de prison, le recherchent pour se venger. Quant à Renée, elle se rend compte qu'elle se trouve dans une impasse et, pour changer de vie, propose à M. Edmond (qui s'appelle en fait Robert) de partir ensemble. Ils se rendent à Marseille pour prendre le bateau pour Port Saïd et, avant l'embarquement, ont le temps de se promener en amoureux dans les petites rues avoisinant le port.

Mme Raymonde se met en ménage avec Prosper Trimaux, l'éclusier des Récollets, habitué des lieux. Elle constate que Renée est de retour de Marseille, ayant renoncé, au dernier moment, à partir pour l'Égypte par amour pour Pierre.

C'est le 14 juillet. Un bal est organisé devant l'hôtel du Nord. Des gamins lancent des pétards. Renée s'apprête à retrouver Pierre qui a été libéré. M. Edmond n'a pu s'empêcher de revenir pour faire ses adieux à Renée et, malgré les avertissements de celle-ci, monte dans son ancienne chambre où l'attend un des truands qu'il avait dénoncés. Il envoie son pistolet (le même qui servit au suicide raté des amants) à ce dernier. On entend en off une détonation.

Pierre et Renée repartent comme ils étaient arrivés, par la passerelle métallique qui surplombe le canal en face de l'hôtel du Nord.

Scénario et dialogues

C'est dans ce film qu'Arletty prononce « Atmosphère ! Atmosphère ! Est-ce que j'ai une gueule d'atmosphère ? », une des plus célèbres répliques du cinéma français. Selon elle,

« Le mot a l'air sorti d'un chapeau de prestidigitateur. C'est le même dans toutes les langues. Je ne peux plus le dire ou l'entendre. D'ailleurs, il ne m'appartient plus. Il appartient au public et je sais que dans la bouche de beaucoup d'inconnus, il est le gage de leur amitié. Quand j'ai relu un peu plus tard le roman d'Eugène Dabit dont le film est tiré, j'ai vu que ce mot n'y était pas cité une seule fois. Ce fut une pure invention de Jeanson. Une trouvaille de poète1. »

Selon Marcel Achard : « Le dialogue de Jeanson est foudroyant. C'est le meilleur de tous ceux qu'il a faits jusqu'à ce jour, et c'est le plus varié, le plus simple, le plus aéré, le plus brillant de tous les dialogues de cinéma »2.

Tandis qu'Arletty et Marcel Achard font référence au scénariste Henri Jeanson comme auteur de la célèbre réplique, dans son film Voyage à travers le cinéma français (2016), Bertrand Tavernier raconte que ce serait le scénariste Jean Aurenche qui aurait glissé cette réplique en réponse au reproche que lui adressait de manière récurrente Marcel Carné de faire des films « qui manquent d'atmosphère ». Cependant, comme le fait remarquer Jacques Lourcelles, cette réplique met moins en valeur la force des dialogues du film que le génie d'Arletty qui, à partir d'une réplique qui aurait pu être assez lourde, a réussi à créer un trait inoubliable devenu le symbole de la gouaille parisienne[Où ?][réf. nécessaire]. Arletty indiqua : « Rien n'est démodé dans ce film. Pas une phrase. Pas un mot. Ce n'est pas de l'argot — l'argot se démode — ce sont des images. Il n'y a rien à retirer, rien à y remettre. C'est un morceau « fait », une partition »3.

Titre : Nous dormirons ensemble
Poète : Louis Aragon (1897-1982)

Recueil : Le Fou d'Elsa (1963).

Que ce soit dimanche ou lundi
Soir ou matin minuit midi
Dans l'enfer ou le paradis
Les amours aux amours ressemblent
C'était hier que je t'ai dit
Nous dormirons ensemble

C'était hier et c'est demain
Je n'ai plus que toi de chemin
J'ai mis mon cœur entre tes mains
Avec le tien comme il va l'amble
Tout ce qu'il a de temps humain
Nous dormirons ensemble

Mon amour ce qui fut sera
Le ciel est sur nous comme un drap
J'ai refermé sur toi mes bras
Et tant je t'aime que j'en tremble
Aussi longtemps que tu voudras
Nous dormirons ensemble.

Louis Aragon.

MOSAÏQUE ET CALLIGRAPHIE
DU CITOYEN TIGNARD YANIS
ET GARDIEN DE LA LAÏCITÉ.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
 
La polysémie, les Ankariotes et la liberté de culte.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Fort-Liberté, une potentialité touristique
» Aimé Césaire, la liberté pour horizon
» 25 septembre 1991, Aristide à L'ONU : Liberté ou la mort !
» les chemins de la liberté
» [Power Down] La liberté s'allume dans les ténèbres...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le clans des mouettes :: Le clans des mouettes-
Sauter vers: