Le clans des mouettes

ainsi est la force.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 LES CLANS DU RENARD, THÈME DU LOUP ET LA CRUAUTÉ DE L'HOMME.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
yanis la chouette



Nombre de messages : 7780
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: LES CLANS DU RENARD, THÈME DU LOUP ET LA CRUAUTÉ DE L'HOMME.   Mer 29 Nov à 9:30

Les branches

Elles ont varié au gré des rééditions, d'autant que les manuscrits ne les présentaient ni en fonction de la chronologie interne du roman, ni en fonction de leur date de composition (certaines étant de plus altérées ou mélangées). Leur identification par Ernest Martin fait toutefois office de référence :

Branche I : Le jugement de Renart. Le siège de Maupertuis (Ia). Renart teinturier (Ib). Renart jongleur.
Branche II : Chantecler le coq [archive]. La mésange. Tibert le chat [archive]. Tiécelin le corbeau. Renart et Hersent [archive].
Branche III : Le poisson des charretiers [archive]. Ysengrin fait moine [archive]. La pêche aux anguilles [archive].
Branche IV : Ysengrin dans le puits.
Branche V : Les jambons d'Ysengrin [archive]. Le grillon. Le serment de Renart (Va).
Branche VI : Le combat de Renart et Ysengrin.
Branche VII : La confession de Renart.
Branche VIII : Le pèlerinage de Renart.
Branche IX : Roënel le chien et Brichemer le cerf. Liétart le vilain.
Branche X : Renart médecin.
Branche XI : Renart empereur.
Branche XII : Les vêpres de Tibert
Branche XIII : Renart teint en noir.
Branche XIV : Le cellier du villain. Primaut le loup.
Branche XV : L'andouille. Les deux prêtres.
Branche XVI : Bertaut le vilain. Le partage du lion.
Branche XVII : La mort de Renart.
Branche XVIII : Le prêtre Martin.
Branche XIX : Raisant la jument.
Branche XX : Ysengrin et les deux béliers.
Branche XXI : L'ours Patous.
Branche XXII : Les semailles.
Branche XXIII : Renart magicien. Le mariage du roi Noble.
Branche XXIV : La naissance d'Ysengrin et Renart [archive].
Branche XXV : Pinçart le héron. Le batelier.
Branche XXVI : L'andouille jouée à la marelle.
Branche XXVII : Renart et Ysengrin.

Les personnages
Renart

Renart : le renard (appelé goupil dans le roman, car c'était la dénomination en usage à l'époque) espiègle, rusé, personnage principal de ces récits. Complexe et polymorphe, allant du bon diable redresseur de torts (tel Zorro, « renard » en espagnol) au démon lubrique, fripon et débauché, il incarne la ruse intelligente liée à l'art de la belle parole. Aussi appelé « le maître des ruses ».
Ysengrin : le loup, éternel ennemi de Renart, toujours dupé. Son épouse, Dame Hersent la louve, le fait cocu avec Renart, d'où une éternelle rancœur. Il est l'oncle de Renart.
Drouineau, l'oiseau.
Bruyant, le taureau.
Primaut, le damp (seigneur) loup (frère d'Ysengrin).
Noble, le lion : roi des animaux.
Fiere, la lionne : son épouse
Beaucent, le sanglier.
Espineux, le hérisson.
Belin, le mouton.
Petitfouineur, le putois.
Baudoin (ou Bokart), l'âne : secrétaire du roi.
Brun (ou Bruno ou Bruin), l'ours (d'après la couleur de sa robe, ou d'après un nom germanique traditionnel).
Chanteclerc, le coq : il est emporté par Renart, mais s'en tire sain et sauf.
Chanteclin, le coq : le père de Chanteclerc.
Couart, le lièvre.
Eme, le singe : époux de Dame Rukenawe, la guenon.
Grimbert, le blaireau : défenseur et cousin de Renart.
Grymbart, la renarde : sœur de Renart.
Hermeline, la renarde : épouse de Renart, qui a quelques démêlés avec Hersent.
Hersent, la louve : épouse d'Ysengrin.
Tibert, le chat : il se fait malgré lui piéger par Renart, mais se montre régulièrement un rival également rusé.
Tiécelin, le corbeau : il dérobe un fromage à la fenêtre d'une maison de campagne et se le fait voler par Renart.
Cado, le canard
Blanche, l'hermine.
Brichemer, le cerf : sénéchal.
Bernard, l'âne.
Corbant, le freux.
Sharpebek : épouse de Corbant.
Coupée, la geline.
Courtois, petit chien.
Drouin, le moineau.
Hubert, l'escoufle (milan, rapace propre aux régions chaudes et tempérées).
Firapel, le léopard.
Jacquet, l'écureuil.
Dame Mésange, la mésange dont le fils a Renart pour parrain.
Musart, le chameau : légat du pape.
Ordegale, castor.
Pantecroet, la loutre.
Percehaie, Malebranche, et Renardel ou Rovel : fils de Renart et d'Hermeline.
Roonel (ou Roënel), le mâtin (gros chien).
Dame Rukenawe, la guenon : épouse d'Eme, le singe.
Tardif, le limaçon.
Rousse la mère de Renart.
Pinte et Copette: les deux poules.
Pelé : le rat
Mouflart : le vautour
Frobert : le grillon
Frémont : la fourmi
Conil : le lapin (non encore domestiqué11).
Cointereau : un singe (dans un seul manuscrit12)

Notes et références

http://data.bnf.fr/12107272/un_pretre_de_la_croix-en-brie/ [archive] Références BNF
↑ Goupil, le renard [archive] (entre 1174 et 1250) sur le site des Archives Départementales de Seine-et-Marne
http://www.revue-analyses.org/index.php?id=1225 [archive]
↑ Nivard de Gand sur le Larousse en ligne [archive]
↑ a, b et c Entrée « Roman de Renart » [archive], sur Encyclopédie [en ligne], Larousse [consulté le 23 décembre 2016].
↑ (en) University of Toronto - Robarts Library Reinardus Vulpes. Carmen epicum seculis IX et XII conscriptum (1932) [archive]
↑ a, b, c, d, e et f Pierre de Saint-Cloud (notice BnF no FRBNF12076519) [consulté le 22 mai 2016].
↑ a, b, c, d et e Richard de Lison (notice BnF no FRBNF12107276) [consulté le 22 mai 2016].
↑ a, b, c, d, e, f, g, h, i, j et k Marie-Hélène Robinot-Bichet (livret pédagogique établi par), Le Roman de Renard, Paris, Hachette éducation, coll. « Bibliocollège » (no 10), 1999, 63 p., 18 cm (ISBN 2-01-167837-4 et 978-2-01-167837-9, OCLC 468263640, notice BnF no FRBNF37056446), p. 128 [lire en ligne [archive] (page consultée le 22 mai 2016)].
↑ a et b Prêtre de la Croix-en-Brie, Un (notice BnF no FRBNF12107272) [consulté le 22 mai 2016].
↑ Jean-Louis Beaucarnot, "Les noms de famille & leurs secrets", page 160: Citation du Roman de Renart., France-Loisirs, 1990, (ISBN 2724242165) p., "Cointreau, le singe(...) Frobert, le grillon(...) Frémond, la fourmi..." (sic). en FRANCAIS.
↑ probablement une erreur de copiste dans une confusion avec sanglé (sanglier) cf. Aurélie Barre, Le roman de Renart: Édité d'après le manuscrit 0 (f. fr. 12583), éd. Walter de Gruyter, p. 655) [archive]
↑ Site de Benjamin Rabier [archive]
↑ Ricochet-Jeunes [archive]
↑ a, b et c (en) John Grant, The Encyclopedia of Walt Disney's Animated Characters, p. 282.
↑ (en) David Koenig, Mouse Under Glass, p. 149
↑ La série d'animation Le Roman de Renart ( [archive]ORTF, 1974)
↑ Renart… le renard [archive]
↑ Compagnie Olinda [archive]

Version néerlandaise
Renart le goupil, bronze commémoratif à Hulst, Pays-Bas

Il est aussi intéressant de noter, alors que la plus ancienne source littéraire de l'épopée de Renard, l'Ysengrinus, avait déjà été composée en Flandre à Gand vers 1148, par le clerc Nivard de Gand, qu'il existe une version en moyen-néerlandais, « Van den vos Reynaerde (nl) », datant du treizième siècle et reprenant le texte de la version française ultérieure, surtout de la branche de Pierre de Saint-Cloud. L'auteur serait un certain Willem die Madocke maecte (nl) et la traduction est formée de 3 469 vers. C'est cette traduction qui a permis au personnage d'être devenu populaire en Flandre et aux Pays-Bas. C'est lui aussi un des grands écrits littéraires médiévaux de la langue néerlandaise. On trouve même à Hulst (Pays-Bas) une statue à son effigie.

Version allemande
Une version allemande composée sans doute autour de 1180 par l'Alsacien Heinrich der Glichesaere est elle aussi plus ancienne que les plus anciens manuscrits français du roman de Renart qui nous sont parvenus. Le plus ancien manuscrit (début XIIIe siècle) est intitulé Isengrînes nôt (le mal d'Ysengrin) et les deux copies du XIVe siècle ont adopté le titre de Reinhart Fuchs. Cette traduction (ou plutôt adaptation) a popularisé Renart dans la littérature allemande, et ont notamment donné lieu à une célèbre version tardive de l’œuvre en bas allemand, parue en 1498 à Lübeck sous le nom de Reineke Fuchs. C'est de cette version que Johann Christoph Gottsched en 1752 puis Goethe en 1794 se sont appuyés pour écrire leurs propres versions de Reineke Fuchs. L'intérêt du poème original de Heinrich der Glichesaere n'avait pas échappé à Jacob Grimm qui l'a repris et publié sous le titre Reinhart Fuchs à Berlin en 1834.

Littérature

Le Roman de Renart a été souvent adapté en français moderne.

Léopold Chauveau, Le roman de renard (version moderne, 1929 pour la première édition), Éd. Payot Paris.
Léopold Chauveau, Le roman de renard (version pour la jeunesse, illustré par l'auteur), Éd. Attinger.
Samivel, Le Roman de Renart, Paris, Éditions Delagrave, À partir de 1936.
Maurice Genevoix, Le roman de renard (1968) Éd. Plon.
Xavier Kawa-Topor, Mon roman de Renart (2003) Éd. Actes Sud.

Bande dessinée et illustration

Le Roman de Renart est une série de bande dessinée pour la jeunesse parue aux éditions Delcourt.
Benjamin Rabier a illustré le Roman aux éditions Taillandier13.
Le Roman de Renart, série de bande dessinée jeunesse parue aux éditions Gallimard, dans la collection Fétiche14.
En outre, René Goscinny et Albert Uderzo avaient dans un premier temps projeté d'adapter le Roman de Renart pour le compte du journal Pilote lors de son lancement en 1959. Cependant, le projet fut rapidement abandonné (car déjà initié par Jean Trubert) au profit d'Astérix.
En 1970, aux éditions Dupuis, Le Roman de Renart, illustré par René Hausman.
En 1979, Jean-Gérard Imbar et Jean-Louis Hubert publient aux éditions Le Square Le Polar de Renard, réédité chez Dargaud en 1982. Les personnages du Roman médiéval sont transposés dans la France des années 1980.
Dans la série De cape et de crocs d'Alain Ayroles et Jean-Luc Masbou, les noms des deux personnages principaux sont des références au Roman de Renart. Don Lope, le loup, se nomme « Villalobos y Sangrin ». On reconnaît là le nom d'Ysengrin, le loup antagoniste de Renard dans le roman. Quant à Armand, le renard, son nom de famille (« Maupertuis ») est aussi celui de la forteresse du goupil, et Raynal (son deuxième prénom) peut être un dérivé de « Renart ».
Renard est un personnage important du comics Fables, qui raconte l'exil des personnages de contes dans le monde réel.
Dans la série Merlin, de Joann Sfar (scénario) et José-Luis Munuera (dessin), le tome 4 intitulé Le Roman de la mère de Renart est une parodie humoristique du Roman de Renart.
Par Samivel: histoires illustrées en couleur: les Malheurs d'Ysengrin (Delagrave 1936), Goupil (Delagrave 1939), Brun l'Ours (Delagrave), Canard (Delagrave)
L'album 257 de Bob et Bobette, "Le renard rebelle", est basé sur ces récits

Postérité dans la littérature médiévale

Selon l'érudit Lucien Foulet, sa composition s’échelonne de 1174 à 1250. Vingt-huit auteurs indépendants y ont collaboré, dont seulement trois ont tenu à nous transmettre leur nom. Ces écrivains ont réalisé une œuvre maîtresse, et à succès.

Rutebeuf écrivit un Renart le bestourné et un dit De Brichemer, et Jacquemart Giélée de Lille un Renart le Nouvel. Le Couronnement de Renart date de la seconde moitié du XIIIe siècle. Maurice Delbouille, dans Lettres françaises de Belgique (dirigé par Charlier et Hanse), identifie son auteur par sa langue, « marquée fortement de particularités dialectales picardes et wallonnes », à un clerc vivant à la Cour du Comte de Namur. Le Couronnement de Renart par l'âpreté de son ton, la violence de ses mises en cause, paraît comme détaché du Roman de Renart proprement dit bien qu'il lui doive beaucoup.

Au XIVe siècle, on réécrit deux fois Renart le Contrefait ; la première est l’œuvre d’un commerçant en épices ; la seconde, véritable somme ne compte pas moins de 40 000 vers (produits entre 1319 et 1342).

Le Roman de Renart est un ensemble médiéval de récits animaliers écrits en ancien français et en vers. Ces récits disparates, rédigés par différents auteurs, sont appelés dès le Moyen Âge « branches ». Ils sont composés principalement en octosyllabes à rimes plates. Les branches les plus anciennes (vers 1174) sont attribuées à un certain Pierre de Saint-Cloud. Dès le XIIIe siècle, les branches sont regroupées en recueils, apportant une certaine unité. Les auteurs du Roman de Renart sont pour la plupart anonymes mais quelques auteurs sont identifiés : Pierre de Saint-Cloud, Richard de Lison, Guillaume, marquis de Madoc, et un prêtre, de la Croix-en-Brie1,2,3.

Le Roman de Renart (avec l'article défini) est le titre des éditions modernes, qui considèrent cet ensemble comme une œuvre cohérente.

C'est du nom propre de Renart (du germanique Reinhard) que provient le nom commun renard, qui a remplacé le mot goupil (du latin vulpes) dans la langue française.

Contexte

Dès le XIIe siècle, la bourgeoisie a sa propre littérature, véritable satire sociale avant la lettre. Elle est par essence malicieuse, pittoresque, mais le plus souvent réaliste. Il nous en reste essentiellement des fabliaux (Estula, Le Lévrier et le Serpent, Les Trois Aveugles de Compiègne), le Roman de Renart, et, plus tard, des farces (La Farce de Maître Pathelin, XVe siècle).

Le Roman de Renart est une œuvre composée de courts récits indépendants en vers octosyllabiques. Écrit en français, langue romane d'où le nom roman, il comprend vingt-sept branches rédigées, au cours des temps, par des auteurs différents. Il met en scène des animaux dont les deux principaux sont le loup Ysengrin et surtout le goupil Renart, le héros si célèbre. Le récit contient 80 000 vers, à rimes plates pour favoriser la récitation de ces récits (ils étaient racontés, sous diverses formes, par les jongleurs à la population, très peu de gens sachant lire et écrire au Moyen Âge).
Interprétations

Ces textes ont des fonctions diverses :

de critique sociale des classes dominantes, incapables de nourrir les petites gens ; de parodie des chansons de geste et romans courtois, mêlée d'anticléricalisme ;
psychologiques (voire cathartiques) : transgression de tabous religieux (Dieu est absent et les formes sociales de la religion - pèlerinage, croisade ou simplement le clergé - sont méprisées et ridiculisées) alors que l'antagonisme central entre Renart et Primaut fait appel à la scène primitive.

Ces textes ont inspiré certains auteurs contemporains comme Carl Gustav Jung, dans la création de son concept d'Enfant intérieur et Paul Radin, dans son étude du Trickster. Ces auteurs furent intéressés par la figure de Till l'espiègle ou celle du renard dans Le Roman de Renart, entre autres, comme modèles de ce qu'ils nommaient le « fripon divin » : un être espiègle, malicieux et facétieux.

Les œuvres les plus tardives (Renart le Bestourné (à l'envers) de Rutebeuf, ou l'anonyme Renart le Contrefait (1319-1342), accentuent encore la satire.

Selon certaines interprétations, Renart représenterait le petit peuple, toujours prêt à mille « jongleries » pour survivre ; Ysengrin : la bourgeoisie, lourde et patentée ; Grimbert, le blaireau : le clergé et Brun, l'ours : la noblesse. Mais dans le texte, tous les personnages sont explicitement présentés comme appartenant à la noblesse. Renart est un chevalier qui vit dans son château de Maupertuis et est le premier à se moquer des vilains et à vivre à leurs dépens en les ridiculisant voire en n'hésitant pas à les tuer.

Les frères Grimm y voient une « épopée animalière (Thiersage) venue de Germanie via Tacite », ce qui lui conférerait des racines indo-européennes.

Mais le monde des animaux, miroir du monde humain, sert avant tout à critiquer celui-ci. Les auteurs se moquent de tout, des chevaliers aux pèlerins, de la justice aux courtisans, montrant partout l'hypocrisie. Successeurs d'Ésope, ils préfigurent les fables de Jean de La Fontaine.

De nombreux artistes tels Jean de La Fontaine et Molière reprennent l'utilisation d'animaux à la place de vrais humains afin que leurs textes ne soient pas censurés, et pour l'effet comique.
Origines
Origine des noms
Bas-relief d'un renard.

Renart est un anthroponyme d'origine germanique : Reginhard (ragin ou regin « conseil » + hard « dur, fort, hardi » cf. suffixe français -ard. Le substantif renard est au départ un prénom ; c'est la popularité du goupil prénommé Renart qui en fait un substantif ayant peu à peu évincé le terme d'origine goupil, qui subsiste cependant dans certains dialectes d'oïl.
Variantes régionales : Raynard, porté notamment en Vendée, Puy-de-Dôme et en région lyonnaise. Raynart, Rainart (06), Rainard (79, 86). Regnard, porté notamment dans l'Yonne et la Somme, Regnart (51, 80) ; Réginard, Reynard, porté dans la région lyonnaise et le Vaucluse.
Dans le récit en vers Ysengrimus, de Nivard de Gand4 de 1148, plusieurs animaux retrouvent un nom fixé, de longue date, par la tradition. Ce sont : Reinardus le goupil, Balduinus l’âne, Bruno l’ours. Le nom des autres animaux ne reparaît plus … inventés pour la circonstance, ils disparaîtront avec leur auteur.
En Allemagne, de nos jours, Reinhard / Reinhardt / Reinhart sont des patronymes assez courants. D'ailleurs, nous retrouvons dans le « Glichezâre » : Reinhart pour Renart, Dieprecht pour Tibert, Diezelin pour Ticelin.
Quant à Ysengrin, Ysen-grin, il signifie en ancien néerlandais « féroce comme le fer » ou « casque de fer ».

Origine des textes
Roman de Renart ; enluminure de manuscrit.

Les sources du Roman de Renard sont variées5. Figurent au nombre de celles-ci l’Ecbasis captivi et surtout l’Ysengrimus de Nivard de Gand5. S’y ajoutent des fables ésopiques gréco-latines, adaptées en français dans des recueils nommés Isopets et reprises par Marie de France5.

Ces textes sont issus d'une longue tradition de récits animaliers rédigés en latin médiéval.

Elle peut se retrouver dans :

le Pañchatantra, livre de contes indiens très anciens, parvenu en Europe sous diverses traductions grâce aux Arabes ;
des contes populaires, sans doute très anciens pour quelques-uns ;
des auteurs grecs (Ésope) et latins (Phèdre) ;
des poèmes en latin, surtout ceux de :
la Disciplina clericalis, recueil « d'exempla » (petits contes moraux) d'origine orientale composé en latin vers 1110 par Pierre Alphonse, médecin sépharade converti au christianisme - Ces récits ont eu un succès durable dans la littérature européenne comme la première élaboration connue du « Conte du loup et du renard dans le puits » (branche IV du Roman) ou des récits fournissant l'intrigue d'autres fabliaux célèbres ;
l'« Ysengrimus » : 6 500 vers en distiques latins, où l'on trouve pour la première fois, le personnage de Reinardus du clerc flamand Nivard de Gand qu'il écrivit vers 1148 sous le titre premier de « Reinardus Vulpes » 6 ;
les Fables de Marie de France, qui datent de 1152.

Les textes
Les auteurs identifiés

Peu d'auteurs sont connus. Le plus ancien est probablement Pierre de Saint-Cloud. On a également identifié Richard de Lison, et un troisième auteur désigné comme étant « le prêtre de la Croix-en-Brie ». Mais il y a 29 autres auteurs non identifiés.
Pierre de Saint-Cloud

Pierre de Saint-Cloud7 est un poète7 français7 de la seconde moitié du XIIe siècle7. Les branches II et Va du Roman de Renard lui sont attribuées7. Il aurait été le collaborateur d'Alexandre de Paris pour la Quatrième partie du Roman d'Alexandre7.
Richard de Lison

Richard de Lison8,9 est un clerc8,9 français8 du XIIe siècle8. Auteur de la branche XII8 vers 11909, il précise son identité à la fin de ses écrits : « ceci vous a [été] dit [par] Richard de Lison »9.
Prêtre de la Croix-en-Brie
Le prêtre de la Croix-en-Brie10,9 est l'auteur de la branche IX10,9 au commencement du XIIIe siècle9. Il se présente au début de son œuvre : « Un prêtre de la Croix-en-Brie […] a mis tout son soin et toute son application à faire une nouvelle branche sur Renart, qui s'y connaît en ruses et en tromperies »9. Rien ne permet de savoir avec certitude s'il était prêtre9 de La Croix-en-Brie ou si ce nom n'est qu'un pseudonyme9. La vie rustique et villageoise dont il dresse le tableau correspond à celle de l'Île-de-France aux XIIe et XIIIe siècles9.

AINSI, DANS LA FIN DU VINGTIÈME SIECLE, NAQUIT LE PERSONNAGE DE NAGALÏÉW SOUS L'IMPULSION DE TAY LA CHOUETTE EFFRAIE DE L'ESPRIT DU SILENCE PUIS DE YA'IOMA LORS DE SA RUPTURE AVEC MAG'2, CLÉMENCE ET CLAIRE.
LA LÉGENDE N’ÉTAIT PLUS AYANT PRIS PLACE AUX REALITES DE L'ECLIPSE 1999 DE TOULOUSE:

Le Hérisson et la Mouette.
Je revenais d'un marché au jouet et la journée était plutôt exaltante.
Le soleil n'était pas couché et je rentrai plutôt car il y avait eu une coupure d'électricité dans la salle où les exposants avaient réuni leurs différents articles pour cette journée spéciale. je prenais ma voiture et je redevenais la chouette effraie... je trouvai emplacement auprès du théâtre de la Digue... Lorsque j’entendis Nagaliew la mouette aux yeux verts me prévenir : " Nous avons un nouveau compagnon dans notre arche, va rejoindre ta mère, TAY La chouette effraie."
Sur mon chemin je vis des anciennes affiches sur la Guerre d'Espagne de 1936 et surtout celle d'une réunion pour la Liberté de Ebru Firat. J'appelai donc ma mère par Téléphone portable et je me retrouvé allées Charles de Fitte prés d'un jardin... Elle m'attendais et dit :
"Tu es en avance; ta mouette est encore venu frapper à ma fenêtre comme chez Nadiége et Sylvaine. On va avoir des rats si ça continue..." Puis elle se mit à rire et surtout ne jamais comprendre une mère qui de plus sait lire dans les nuages...Ebru Firat... Lorsque nous voyions un jeune homme parlait avec une femme et son enfant dans le berceau... Il montre une sorte de furet caché dans son manteau... Je dis à ma mère qu'il faudrait aller voir le petit animal et là un corbeau se mit à croasser dans le jardin public à côté du musée des Abattoirs. Marathon Toulouse, approchons du jeune homme et que voyions nous : Un bébé hérisson dans ses bras.
Il nous explique qu'il vient juste de le trouver et qu'il colle des affiches pour Ebru Firat pour une réunion le 19 Octobre 2016, Salle San Subra... Il s'est « échapper » du jardin dit-il et je lui réponds comment se fait-il au milieu d'un jardin au cœur de Toulouse. On pose des questions au jeune homme et nous réponds qu'il est un australien de Melbourne vivant en France depuis six ans... Je lui dis attendez ; on ne peut pas laissez cet hérisson tout jeune et qui vient de finir son sevrage au cœur d'une ville hostile. Je vais donc chercher une cage dans un lieudit et le recueillons dans notre humble demeure. L'Australien nous dit quel nom allons lui donner et ma mère de lui répondre :
"MOISE. Trouvait au cœur du béton de la ville Rose."
"Amusant, Madame... Moise. ça sonne bien mais qui va le soigner !"
"Nous connaissons des habitués et puis ce n'est pas la première fois que je recueille ce genre d'animal."
"Un hérisson par Zarathoustra, voilà, un bien aimable compagnon dans cette aventure..." me dis-je et je vois là
Le corbeau qui guettait sa victime ou qui suivait son bienfaiteur de friandise. Et la Mouette qui chantait une nouvelle fable dans ma tête, Petite Nagaliew...
Je regardais l'Australien de Melbourne avec ma mère et lui dit:
"Que La Force t'accompagne à toi et pour Ebru Firat."
"Et nous répondit qu'il pensait qu'elle parviendrai tout comme Moise à retrouver la liberté Sauvage de Zarathoustra et
la chaleur de son foyer Naturel: La Liberté.
J'ignore le lien que cela peut procurer en vos cœurs mais je vous fais part de cette rencontre entre Le Hérisson et La Mouette sous le Regard du Corbeau et des prières de Ebru Firat.
Ecrit de
TAY
La chouette effraie

--------------------------------

Jeu de Journalistes et de Mises en Pages...
Içi; il y a des fautes d'orthographes selon la loi du 1er Janvier 2012...
Chercher Lesquelles :





Le Hérisson et la Mouette.

Je revenais d'un marché au jouet et la journée était plutôt exaltante.
Le soleil n'était pas couché et je rentrai plutôt car il y avait eu une coupure d'électricité dans la salle où les exposants avait réuni leurs différents articles pour cette journée spéciale. je prenais ma voiture et je redevenais la chouette effraie... je trouvai emplacement auprès du théâtre de la Digue... Lorsque j’entendis Nagaliew la mouette aux yeux verts me prévenir : " Nous avons un nouveau compagnon dans notre arche, va rejoindre ta mère, TAY La chouette effraie."
Sur mon chemin je vis des anciennes affiches sur la Guerre d'Espagne de 1936 et surtout celle d'une réunion pour la Liberté de Ebru Firat. J'appelai donc ma mère par Téléphone portable et je me retrouvé allées Charles de fitte prés d'un jardin... Elle m'attendais et dis:
"Tu es en avance; ta mouette est encore venu frapper à ma fenêtre comme chez Nadiége et Sylvaine. On va avoir des rats si ça continue..." Puis elle se mit à rire et surtout ne jamais comprendre une mère qui de plus sait lire dans les nuages...Ebru Firat... Lorsque nous voyions un jeune homme parlait avec une femme et son enfant dans le berceau... Il montre une sorte de furet caché dans son manteau... Je dis à ma mère qu'il faudrait aller voir le petit animal et là un corbeau se mit à croasser dans le jardin public à coté du musée des Abattoirs. marathon toulouse approchons du jeune homme et que voyions nous: Un bébé hérisson dans ses bras.
Il nous explique qu'il vient juste de le trouver et qu'il colle des affiches pour Ebru Firat pour une réunion le 19 Octobre 2016, Salle San Subra... Il s'est échapper du jardin dit il et je lui réponds comment se fait il au milieu d'un jardin au cœur de Toulouse. On pose des questions au jeune homme et nous réponds qu'il est un australien de Melbourne vivant en France depuis six ans... Je lui dis attendez; on ne peux pas laissez cet hérisson tout jeune et qui vient de finir son sevrage au cœur d'une ville hostile. Je vais donc chercher une cage dans un lieu dit et le recueillons dans notre humble demeure. L'Australien nous dit quel nom allons lui donner et ma mére de lui répondre:
"MOISE. Trouvait au coeur du béton de la ville Rose."
"Amusant, Madame... Moise. çà sonne bien mais qui va le soigner !"
"Nous connaissons des habitués et puis ce n'est pas la première fois que je recueille ce genre d'animal."
"Un hérisson par Zarathoustra, voilà, un bien aimable compagnon dans cette aventure..." me dis je et je vois là
Le corbeau qui guettait sa victime ou qui suivait son bienfaiteur de friandise. Et la Mouette qui chantait une nouvelle fable dans ma tête, Petite Nagaliew...
Je regardais l'Australien de Melbourne avec ma mère et lui dirent:
"Que La Force t'accompagne à toi et pour Ebru Firat."
"Et nous répondit qu'il pensait qu'elle parviendrai tout comme Moise à retrouver la liberté Sauvage de Zarathoustra et
la chaleur de son foyer Naturel: La Liberté.

J'ignore le lien que cela peut procurer en vos cœurs mais je vous fait part de cette rencontre entre Le Hérisson et La Mouette sous le Regard du Corbeau et des prières de Ebru Firat.

Ecrit de
TAY
La chouette effraie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 7780
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: Re: LES CLANS DU RENARD, THÈME DU LOUP ET LA CRUAUTÉ DE L'HOMME.   Mer 29 Nov à 9:39

Chantecler d’Edmond Rostand

Pièce en quatre actes et en vers représentée pour la première fois au Théâtre de la Porte-Saint-Martin, le 7 février 1910.
Distribution : 54 hommes, 15 femmes
Texte intégral à télécharger gratuitement sur Libre Théâtre
Lien vers la notice sur data.libretheatre.fr
L’argumentaire
http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5725929c

Guitry en Chantecler par Sem, dans Modes de mars 1910. Source : BnF/Gallica

Chantecler, un fier coq règne sur la basse-cour. Son chant est tellement puissant qu’il est persuadé qu’il fait se lever le soleil chaque jour. Il est détesté des animaux nocturnes et subit les jalousies des autres animaux de la basse-cour. Chantecler tombe amoureux d’une faisane. Il se rend dans le salon littéraire de la Pintade où il tombe dans un guet-apens : il est contraint de se battre jusqu’à la mort avec un autre coq. Il sort vainqueur de cette épreuve et défend la basse-cour contre les menaces d’un épervier. Il part avec la faisane pour la forêt ; jalouse, elle lui demande de ne plus chanter, mais elle se sacrifiera par amour lorsqu’un chasseur arrivera ; mais c’est le rossignol à la voix d’or qui sera touché par les balles.

Une très belle fable poétique, lyrique et allégorique où par le truchement des animaux, tous les défauts humains sont raillés : la vanité, l’ambition, la jalousie, le cynisme, la prétention…
On croise, entre autres, un vieux chat Matousalem, un gymkhanard, « une vieille insensible aux problèmes moraux et qui fait du footing en costume à carreaux », un paon modern-style, le Prince de l’Adjectif Inopiné… dans une garden-potager-party. La pièce offre de multiples morceaux de bravoure : l’hymne au soleil, le chœur des oiseaux, le chant du rossignol ou la tirade du coq célèbre pour ses allitérations.

Oui, Coqs affectant des formes incongrues,
Coquemars, Cauchemars, Coqs et Coquecigrues,
Coiffés de cocotiers supercoquentieux…
– La fureur comme un Paon me fait parler, Messieurs ! J’allitère !… –
Et s’amusant à les étourdir d’une volubilité caquetante et gutturale
Oui, Coquards cocardés de coquilles,
Coquardeaux Coquebins, Coquelets, Cocodrilles,
Au lieu d’être coquets de vos cocoricos,
Vous rêviez d’être, ô Coqs ! de drôles de cocos !
Oui, Mode ! pour que d’eux tu t’emberlucoquasses,
Coquine ! ils n’ont voulu, ces Coqs, qu’être cocasses !
Mais, Coquins ! le cocasse exige un Nicolet !
On n’est jamais assez cocasse quand on l’est !
Mais qu’un Coq, au coccyx, ait plus que vous de ruches,
Vous passez, Cocodès, comme des coqueluches !
Mais songez que demain, Coquefredouilles ! mais
Songez qu’après-demain, malgré, Coqueplumets !
Tous ces coqueluchons dont on s’emberlucoque,
Un plus cocasse Coq peut sortir d’une coque,
– Puisque le Cocassier, pour varier ses stocks,
Peut plus cocassement cocufier des Coqs !
– Et vous ne serez plus, vieux Cocâtres qu’on casse,
Que des coqs rococos pour ce coq plus cocasse !

La création

La pièce devait être originellement jouée par Coquelin qui décéda avant la première. Lucien Guitry le remplaça dans le rôle titre. Après le succès de Cyrano et de L’Aiglon, les critiques et spectateurs attendaient avec impatience la nouvelle création d’Edmond Rostand. Mais la forme de Chantecler déconcerte. Malgré certaines critiques haineuses (notamment du côté de la presse nationaliste) ou dubitatives, le public se presse nombreux. La pièce part ensuite en tournée dans toute la France et à l’étranger.

Léon Blum raconte la création de Chantecler dans Comœdia (numéro complet ci-dessous)

« Je ne m’amuserai pas à ruser avec la curiosité du public. Des circonstances de tout ordre, et dont le concours ne se retrouvera peut-être plus, ont fait de Chantecler l’événement dramatique le plus extraordinaire, le plus passionnément attendu dont l’histoire du théâtre ait connaissance. Ni le Mariage de Figaro, ni même Hernani ne provoquèrent une telle attente, un tel espoir, une telle fièvre. Ce qu’on réclame du critique, dans cette occasion, ce sont moins des considérations nuancées et balancées qu’une constatation franche du fait. On veut savoir « ce que ça vaut » et « comment ça a marché. » Ce n’est pas une opinion qu’on exige, c’est un verdict.

Pour moi, je déclare sans hésiter que Chantecler a grandi l’idée que je me faisais de M. Edmond Rostand. J’admire d’abord qu’au lieu de s’assurer, avec quelque nouveau Cyrano, la certitude tranquille d’un nouveau triomphe, il ait intrépidement couru une aventure, un risque, un péril. J’admire qu’il ait non seulement cherché du nouveau, mais tenté de l’extraordinaire, qu’il se soit engagé, livré tout entier dans la plus difficile partie. J’ajoute qu’à mon avis, Chantecler est, par sa valeur littéraire intrinsèque, l’œuvre la plus belle que M. Rostand ait encore donnée. Jamais encore il n’avait fourni de façon plus convaincante la preuve de ses dons d’artiste et de poète. Ni Cyrano ni même l’Aiglon ne s’égalent aux meilleures parties de Chantecler. Maintenant, je dois reconnaître, avec la même netteté, que l’accueil fait à Chantecler ne fut pas ce triomphe incontesté, continu, unanime que les amis de l’auteur espéraient, et que le public entier escomptait joyeusement avec eux.

Le prologue et les deux premiers actes ne furent qu’une longue acclamation. Dès le commencement du troisième acte, au contraire, on sentait sourdre un malaise, on sentait se former une résistance. Résistance dont finalement M. Rostand est venu à bout, et qui ne fait peut-être qu’ajouter au prix du succès, mais qui en a cependant modifié le caractère. Ce n’est pas que personne fût insensible aux beautés certaines du poème. Elles étaient accueillies avec joie, ou même avec une sorte d’avidité et marquées aussitôt par des transports enthousiastes. Pourtant un sentiment confus avertissait les spectateurs que le développement de l’œuvre n’était pas précisément ce qu’il pouvait être, ce qu’il devait être. Et ce serait forcer les choses que de dire qu’il y eut une déception ; mais il y eut certainement un malaise. Je supplie qu’on ne se méprenne pas sur le sens de ces termes. Je ne procède pas ici par circonlocution ou par atténuation polie et l’on se méprendrait gravement si l’on essayait de « lire entre les lignes ». Je dis toute la vérité. Grossir l’expression de ma pensée ne serait pas la rétablir mais la trahir.

Comment expliquer cependant ce sentiment de malaise, d’incertitude ? Je ne crois pas, pour ma part, qu’il procède dans une mesure quelconque de la forme qu’a donnée M. Rostand à l’affabulation dramatique de son œuvre. »

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b9005237k

Les Animaux de Chantecler : Le chat (Chabat), la pintade (Augustine Leriche), la poule faisane (Simone), le coq superbe (Lucien Guitry) etc… : affiche de Daniel de Losques en 1910. Source : BnF/Gallica
http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b53130084h

Lucien Guitry dans « Chantecler » d’Edmond Rostand / dessin de Yves Marevéry, 1910. Source : BnF/Gallica


Lien vers quelques articles lors de la création :

Revue illustrée du 25 février 1910. Source : BnF/Gallica
Article enthousiaste dans Modes, de mars 1910. Source : BnF/Gallica
Numéro spécial de Comœdia illustré consacré à Chanteclerc, 19 février 1910.

Dans un monde alternatif, l’appellation n’engage que ceux qui y croient.
dessin de Philippe Andrieu.
http://www.lesitedupeintre.com/coq-au-vin-et-poule-au-pot/

Guide de préparation : Poule au pot truffée
Préparation
5 à 6 personnes
20 min
1 h


Ingrédients

1 poularde fermière de 2 kg label rouge
1 truffe ou 1 boite de pelures de truffes
4 navets
3 poireaux
4 carottes
gros sel
sel, poivre



Préparation

ÉTAPE 1
Salez et poivrez la poule à l'intérieur. Coupez la truffe en tranches très fines et glissez ces dernières sous la peau des blancs et des cuisses de la poule. Enroulez-la dans une mousseline, ficelez-la bien.

ÉTAPE 2
Épluchez les légumes, coupez les carottes en rondelles et les navets en gros morceaux et ficelez les poireaux en botte, en ayant pris soin de bien les laver.

ÉTAPE 3
Dans un grand faitout, versez 2 l d'eau et une c. à soupe de gros sel.

ÉTAPE 4
Ajoutez les légumes, portez à ébullition, placez la poule dans le faitout et faites-la cuire 1 heure.

ÉTAPE 5
Retirez la poule, sortez-la de son emballage et placez-la sur un plat chaud entourée de ses légumes (ôtez la ficelle des poireaux et coupez-les en grosses rondelles).

ÉTAPE 6
Filtrez le bouillon et servez à part. Servez avec une purée de pommes de terre.

ET

Guide de préparation : Coquelet à la crème

4 Pers.
10 min
35 min


Ingrédients

2 coquelets jaunes
1 gros oignon blanc
40 cl de crème fraîche liquide
1/2 verre de vin blanc sec
1 grosse pincée de safran en poudre
beurre
huile d'olive
sel, poivre au goût


Préparation

ÉTAPE 1
Levez les cuisses et les filets des coquelets jaunes. Essuyez-les bien à l’aide d’un torchon bien propre.

ÉTAPE 2
Faites fondre une noix de beurre avec un bon filet d'huile d'olive dans une cocotte à fond épais.

ÉTAPE 3
Faites revenir les cuisses et les filets de coquelets pendant 10 minutes, en les remuant régulièrement.

ÉTAPE 4
Quand les morceaux de coquelets sont bien dorés, versez la farine en pluie sur les morceaux de coquelets et mélangez bien jusqu’à ce qu’ils en soient bien enrobés. Décollez les sucs du fond de la cocotte avec une grande cuillère en bois.

ÉTAPE 5
Pelez et hachez finement l’oignon blanc. Ajoutez-le dans la cocotte et versez le vin blanc sec sur le dessus.

ÉTAPE 6
Laissez réduire pendant 15 minutes à feu doux, en mélangeant régulièrement.

ÉTAPE 7
Ajoutez ensuite le safran en poudre et mélangez bien.

ÉTAPE 8
Versez enfin la crème fraîche liquide et remuez. salez et poivrez à votre goût. Laissez cuire à feu doux pendant encore 10 minutes, en remuant régulièrement.

ÉTAPE 9
A la fin de la cuisson, rectifiez l’assaisonnement en sel et en poivre si besoin. Vérifiez que les morceaux de coquelets soient bien cuits comme vous le souhaitez.

ÉTAPE 10
Servez de suite les morceaux de coquelets à la crème dans les assiettes et parsemez-les de persil ciselé, si vous le désirez.

ÉTAPE 11
Accompagnez les morceaux de coquelets à la crème avec du riz safrané, des pâtes fraîches, des pommes de terre cuites à la vapeur ou encore des frites, pour le plat principal.


Renart et Chanteclerc le coq (br. II)

Chanteclerc le coq se laisse tromper par Renart qui le saisit et l'emporte au loin. Alertés par les cris, les paysans se précipitent à leur poursuite. Par vantardise, le goupil leur crie que malgré eux il prend celui-là. Mais en desserrant la gueule, Renart permet à Chanteclerc de se dégager. Le coq se réfugie dans les branches d'un pommier tandis que le goupil reste en bas, furieux et fort dépité de l'avoir laissé échapper. Chanteclerc lui rit au nez : décidément, cousin Renart, on ne peut avoir confiance en vous !

TAY La chouette effraie, Avigdor Le dalmatien et Benjamin L’âne d’Israël
ou Colére sur la Grande Jérusalem.

-" Le scaphandre autonome, qui offre au plongeur une complète liberté de mouvements, a été mis au point grâce à une suite d'inventions réalisées au cours du XIXe siècle et de la première moitié du XXe. Quant aux deux siècles qui ont précédé l'avènement de sa maturité (du XVIIIe siècle jusqu'en 1943) ils ont été essentiellement dominés par les scaphandres à casque, ou « scaphandres pieds lourds », qui reliaient le scaphandrier à la surface par un tube lui fournissant son air. Avant le XVIIIe, siècle l'homme plongeait déjà en apnée, et depuis la nuit des temps, mais il a toujours été limité par la durée et par la profondeur." s'exclame la chouette.

-"La cloche de Edmund Halley..." Réponds le Dalmatien.

-" Respirer l'air d'une réserve qu'il transporte sur lui, toujours à la pression de l'eau environnante, selon la profondeur.
Débiter l'air de sa réserve uniquement à sa demande, sans qu'un débit continu ne gâche son air pendant les expirations.
Évoluer dans le milieu aquatique de la façon la plus libre possible, sans câbles ni tubes le reliant à la surface. en ce qui concerne Israël, je suis le meilleur guide pour Israël et Jérusalem" voilà ce que hurle l’Âne sur la Chouette.

-" 68 on avançait. .....maintenant on recule les gens sur les plages sont devenus prudes même d ils arborent des piercings partout !! Plus de sein nus....la religion...(n importe laquelle....) est revenue." baragouine la Chouette :" Tu perds le contrôle, Ricominciare tutto domani a Parigi. (Alberto Giacometti),adresse toi en mongol tant que tu y es, tu me traite d'imbécile mais en Mongol, tu serai plus crédible !."

Le Dalmatien montre les dents mais il ne peut s'empêcher de dire ces mots vers Benjamin l’Âne:
-" 1943 : la maîtrise de l'autonomie et une pénurie d'essence... Est ce que tu es préparé à une telle éventualité... et les vêtements d'isolation thermique pour nos centrales solaires. Tu ignore les O.N.Usiens et tu crois donner l'illusion de séduire les serpents... Mais parmi ce monde, il en a tout un tas. Tu connais le Jour mais tu entends la Nuit. l'approvisionnement en air à bonne pression ;le rejet du dioxyde de carbone, toxique pour l'homme ;
l'augmentation de la pression de l'eau avec la profondeur qui empêche les mouvements d'inspiration du puit et du souffle (la pression à 10 m de profondeur est le double de la pression atmosphérique) ; la mobilité."

-"C'est l'Histoire de Jérusalem qui est en Jeu. Je ne peux me fier à une chouette de mauvaise augure. Sa République de l'Olivier et son juge peuvent être le prémices d'une dictature... Elle change les lois anciennes qui conduit nos règles... Je crois en ce que je vois..." disait Benjamin l'âne... Lorsque la chouette effraie lui coupa et dis ces propos et la Parole sous le regard effrayé de Avigdor le dalmatien.

-" Cataglyphis bombycinus, celles qui effrayèrent Attilla et Genghis Khan... Tel Ariel le Faucon; tu les oublie... Et en cela, tu t'attire la Colère de l’Éternel. Non, je ne les étudie pas ni ne cherche à les transformer en des esclavagistes... Elles sont une sources d'inspiration dans mes recherches... Je ne suis pas un savant fou, j'admire encore plus leurs disciplines... Une chose que vous ignorez encore ! Je n'oublie pas Jérusalem ! Course contre la montre si les chaleurs venaient à devenir entre les 50 à 70°C ! Depuis des siècles, elles s'y sont préparer et elles ont évoluer ! Bombycinus, fourmi des sables, elles ne sont pas esclavagistes, La République est une philosophie et une morale ! Ces fourmis sont une connaissance des innombrables vie qui peuples, les paysages terrestres et humains de la vie ! Te crois tu être au dessus de ses conquérants qui ont construis des empires éphémères et pourtant qui avait peur de la Cataglyphis bombycinus. Je te croyais plus Intelligent que le Roi de Riyad et de sa cour. Tel ces fourmis, Les Républiques d’Israël et de la Palestine ne reçoivent pas de sermon; elles construisent leurs histoires dans la compréhension du Vent, de l'Univers, de la Vie et de ses étoiles. Je le redis O Eternel, Jerusalem est scaphandre, du grec skaphe (barque) et andros (homme), elle est indivisible".

Ecrit de
TAY
La chouette effraie

SENTIMENTS ET MOSAÏQUES
DU
CITOYEN
TIGNARD YANIS

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 7780
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: Re: LES CLANS DU RENARD, THÈME DU LOUP ET LA CRUAUTÉ DE L'HOMME.   Mer 29 Nov à 10:05

LE NID DU RENARD, LA CLOCHE DE LA CHOUETTE ET LE RIEN.

LE RENARD ET LE REMORD.

" TOURNE LE SOUPIR EN RIME, MA DULCINÉE !" : DIT LE RENARD

" DANS LE TERME DE LA CROYANCE, LA BOUTEILLE S’ÉCLAIRE DANS UN MOT
ÉCRIT EN L'ENCRE QUI PRODUIT LE VENT DES TERMES !". : RÉPONDS LA CHOUETTE

LE RENARD ENTRE DANS UN PROFONDE COLÈRE ET LA TRACE ENSORCELLE
LA VAGUE.

" LES CRIS NE PARVIENNENT DANS LA CLARTÉ DES ÉCUMES ET JE NE PRENDS PAS
SENS DE LA QUIÈTE QUE TU VEUX M'ABSOUDRE; ELLE EST L’ENTITÉ AUQUEL
JE PRENDS MA SOURCE: LA LIBERTÉ.": S’ÉNERVE LA CHOUETTE.

" LA FUMÉE TE TROUBLE L'ESPRIT."

" TON ORGUEIL TROUBLE LA SÉRÉNITÉ DES POULAILLERS ET FINALEMENT, C'EST LE SOT
QUI T'A ARROSÉ DU SEAU DE LA VANITÉ, TENDRE RENARD." DIT LA CHOUETTE.

" TROP, C'EST TROP; FERME TON BEC OU JE TE CROQUE DANS MA GUEULE."

" QU'IL EN SOIT AINSI; APPRENDS TOI AUX PLAISIRS DU REMORDS."

" QUEL REMORD, LA CHOUETTE."

" CELUI D’ÊTRE TROMPER PAR UN SEAU D'EAU ET DUPÉ PAR PLUS SOT QUE SOI.
C'EST LE REGARD DE LA NOTE SUR LE SOUPIR, MON CHER RENARD."

LA CHOUETTE S'ENVOLE ET LAISSE LE GOUPIL; CELUI REGARDE VERS L'ARBRE.

" J'Y GAGNE UN NID AUQUEL JE NE PEUX GRIMPER ET LA DUPERIE DE LA FORME
EST QUE JE ME RETROUVE AVEC UN BIEN AUQUEL JE N'AI DE MISE QUE CELUI DU
REMORD D'EN AVOIR CHASSÉ SA FOLIE PROPRE." DIT LE RENARD VERS YAHVE.

MORALE:
AU LOIN, LA CHOUETTE HULULE VERS LE VENT SACHANT QU'IL EST QUESTION
DE MINUTES AVANT QUE LES HIBOUX NE LÂCHENT UNE CHASSE AUX COURS
SUR SA PERSONNE.

TEXTE
DU CITOYEN TIGNARD YANIS

____________________________________________
Kounak le chat
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 7780
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: Re: LES CLANS DU RENARD, THÈME DU LOUP ET LA CRUAUTÉ DE L'HOMME.   Jeu 30 Nov à 4:16

LE LOUP RUMINE SON EXIL ET PARTICIPE AUX MOUVEMENTS
DE MARÉES QUE PROVOQUE LA NATURE. DANS CES MALHEURS,
IL Y RENCONTRE DES LYNX ET DES OURS AVANT QUE CEUX QUI
LE POURCHASSENT NE RETROUVENT SA TRACE.

DANS SA COMPLAINTE SUR LA PERSONNE, IL Y TROUVE DES
GIBIERS PRISONNIERS DES PIÈGES QU'ON TENDU LES HUMAINS.
LAISSANT PLACE AUX PITIÉS, IL DÉVORE TOUT COMME PARFOIS,
IL PASSE SON CHEMIN POUR FAIRE PLACE AUX OUBLIS
SUR SON EXISTENCE.

JUSQU'AUX JOURS, DE CES RENCONTRES AVEC LE BOITEUX,
CELUI QUI POSSÈDE TROIS PATTES ET QUI A PALLIER
SON HABILITE EN RUSE.

" BONJOUR, RENARD." DIT LE LOUP
" HEUREUX DE VOUS REVOIR, FILS DE FENRIR." DIT LE RENARD.
" MON ÉLOGE N'A D'ÉGALE QUE MA MALADRESSE MAIS JE PORTE
UN ADMIRATION SUR VOTRE INFIRMITÉ ET SUR LA RUSE AUQUEL
VOTRE INTELLIGENCE A SU DONNER AU SOUVENIR, UNE RÉELLE PRÉSENCE." RÉPONDS LE LOUP

" DANS LE CONTEXTE DU SOIN, JE TROUVE MA PLACE AUX FOINS
ET LES CLOCHES SONT MON SIGNAL; MAIS, MON AMI DANS UN TEL EXIL,
TU SAIS FAIRE PREUVE DE PRÉVOYANCE ET DE MALICE."

" MON COTÉ ANIMAL, TELLE UNE LIONNE PORTANT SES ORPHELINS
DEVANT L'IMMENSITÉ DE LA SURVIE." RÉPONDS LE LOUP


" LOUP, JE N'AI PAS DE PLACE MON TERRIER QUI EST FORTERESSE
POUR CELUI QUI LE CONNAIS ET QUI SE RÉVÈLE ÊTRE UNE PRISON
POUR CELUI QUE J'INVITE."

" TOUJOURS AUSSI, MÉFIANT DES BELETTES, FURETS ET HERMINES."

" TOUT COMME DE L'HOMME ET DES RATS."

LE LOUP SE METS AUX GRANDS RIRES ET SIGNALE SA PRÉSENCE
AUX AGNEAUX.

" JE NE PRENDS PAS ASPECTS SUR LES SOURCES CAR ÉCONDUIT
CONSCIENCE POUR L'HOMME ET SES BREBIS."

" CES FEMMES, MAÎTRE LOUP."

" NON, FRÈRE LOUP, EN HIVER, ON DIT CES BREBIS; C'EST
CASANOVA QUI ME L'APPRIT."

" AH CASANOVA, DES TERMES CHEVALERESQUES
SUR LA COMPAGNIE."

" JE DOIS VOUS QUITTER CAR LES AGNEAUX DOIVENT
GÉMIR ET QUE VOULEZ VOUS VOTRE COMPAGINIE EST TRÈS
AGRÉABLEE EN TOUTES SAISONS."

AVEC CES DEUX PATTES POSTÉRIEURS, LE RENARD SE METS SUR
DEUX PATTES ET MONTRE SON INFIRMITÉ EN GUISE D'AMITIÉ
ET LE LOUP LUI FAIT RÉVÉRENCE TEL SI CELUI CI ÉTAIT SON
SEIGNEUR.

" SI VOUS LE VOYEZ, DITES LUI BONJOUR, MAÏTRE LOUP."

" AH CASANOVA, FRÈRE RENARD."

LE RENARD RIT ET AJOUTE:

" NON. PAS CE MASCULIN, JE VOUS PARLE DE LA CHOUETTE."

" PAR L'ACADÉMIE FRANÇAISE, JE SALUERAI LA CHOUETTE
QUI EST UN TERME DE COUPLE, DE MASCULIN ET DE FÉMININ." RÉPONDS LE RENARD

" VOUS AVEZ RETENU MES COURS, FILS DE FENRIR." DIT LE RENARD

" OUI, GANDALF. FILS DES FABLES ET ENFANTS DES CONTES DES RENARDS."

LE LOUP POUSSE UN HURLEMENT CIEL.

" PARTEZ EN TOUTE PAIX, C'EST MOI QU'ILS VONT CHERCHER EN CET INSTANT.
SOYEZ PRUDENT."

LE RENARD FAIT UN CLIN D'OEIL ET REPART SUR CES TROIS PATTES.


FABLES
DU CITOYEN TIGNARD YANIS
ALIAS
TAY
La chouette effraie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 7780
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: Re: LES CLANS DU RENARD, THÈME DU LOUP ET LA CRUAUTÉ DE L'HOMME.   Ven 1 Déc à 3:45

LA CLARTÉ DE L'HIVER.

J'AIME LES COULEURS DE L'AUTOMNE ET LA RIGUEUR DU FROID.
LA TENDANCE SERAIT DE SE RÉFUGIER DANS LES COUVERTURES
MAIS C'EST DANS CETTE TEMPÉRATURE QUE LE GOUT
DE L'AVENTURE SE FAIT LE PLUS TENACE ET LE PLUS BRULANT.

DANS LES ADVERSITÉS, CELLE DU FROID EST LA PLUS ÉPROUVANTE,
CELLE QUI FAIT SORTIR LES SCORPIONS DE LEURS TANIÈRES ET
LES OURS S’ÉTANT ENFERMER DANS LEURS CAVERNES: LA LIBERTÉ
GRONDE SUR LE ROYAUME DES LOUPS ET LES RENARDS SE FONT

JOUEURS DANS LA VASTE IMMENSITÉ DE LA NATURE. LE MOUVEMENT
EST LA SEULE FONCTION DE VIVRE DANS L'HIVER ET LA NEIGE SE FAIT
SIGNE DEVANT LE TOMBEAU POUR LE RECOUVRIR D'UNE GAIETÉ VIVE:
CELLE D'UNE ENVELOPPE TELLE LE VENTRE D'UNE MÈRE, O NATURE.

JE NE PUIS PLEURER DEVANT UN SPECTACLE AUSSI IDENTIQUE QUE
L’ADVERSITÉ ET AUQUEL IL Y A UNE ÉTHIQUE DE DEMEURE SUR LE DROIT
ET LA FAIM: L'HIVER EST TEL UNE OASIS DANS LE DÉSERT: IL EST UTOPIE.
LES RIMES GÈLENT LES MOTS TANDIS QUE L'HIVER EST LA DÉLIVRANCE

RETROUVÉE DE L'AIR SUR LES PARASITES ET LES VIRUS QUI RONGENT
TOUS LES ASPECTS DE LA VIE; L'HIVER EST LE DEUIL DES VAMPIRES QUI
CROIENT AUX RÉSURRECTIONS DE L'ANTIQUE FRÉNÉSIE DE LA SOIF.
L'HIVER S'EST L’INSURRECTION DES LOUPS ET DE L'AMOUR: JÉRUSALEM.

DANS LE CŒUR, J'Y TROUVE LE SIÈGE DE LA PAIX ET LE CLAIR DE LUNE
EST LE PACTE DE CES FEMMES QUI RETROUVENT LA LIBERTÉ DE CES HOMMES
HIDEUX ET MÉTAMORPHOSE PAR LA GUERRE ET LA CROYANCE: ANAMORPHOSE,
QUI EST TU ? SUR QUELLES RAISONS ET PHILOSOPHIES T'APPUIES TU ?

L'HIVER S'EST LE PACTE ENTRE LA VIE ET LA MORT DANS LE LIEU; CHACUN
N'Y EST PERSONNE ET SANS LES MASQUES DE PERSONNES, ON SE RETROUVE
ÊTRE ULYSSE DEVANT LE CYCLOPE, CHARYBDE ET SCYLLA. L'EXISTENCE DEVANT
L’ÉQUILIBRE DANS LAQUELLE LA PIQURE DU FROID INTERROGE SUR LE TERME

DES SIESTES ET DE LA SOMNOLENCE: AINSI DANS LA CRAINTE, LE SOMMEIL
EST DEVENU ROI DE L'ESPACE ET POURTANT RESTE JUVÉNILE DEVANT LE TEMPS
ET LA NATURE. LA CLAMEUR RÉSONNE DANS CEUX QUI TRAVERSENT L'AUTOMNE
ET EMBRASSENT LES CHEMINS DE L'HIVER ET SA CLARTÉ: L'EXISTENTIALISME.

LE SOLEIL BRULE LES YEUX ET LES NUAGES FRAPPENT VOS VISAGES TEL DES
MILLIERS DE MOUCHES TANDIS QUE LE SABLE D'UNE TEMPÊTE TRAVERSE LES
CIMES DES MONTAGNES; L'ALOUETTE RICANE DES HOMMES PLEUREURS ET DES
FEMMES FRILEUSES. LA NATURE DEVANT LE CHACUN ET LA CHACUNE FAISANT

LA DROITE LIGNE DU FEU. LA CONSCIENCE DU FEU VIENT DU FROID ET LE FROID
TRAVERSE L'HIVER POUR AINSI MONTRER SA DIVERSITÉ DANS LE TEMPS, EVE.
ADAM RASSEMBLE TES OUTILS POUR AINSI FAIRE APPARAITRE DES CONFORTS
DANS LA SURVIE ET NE TE LAISSE PAS ÉBLOUIR CAR TU RESTE UNE POUSSIÈRE.

LES POUSSIÈRES TRAVERSENT LES SAISONS TEL LE FROIDS ET REVIENNENT DANS
LES SAISONS ET SI ELLES VIEILLISSENT: ELLES DEMEURENT DANS L'ASPECT DE
L'HIVER PLUS AGRÉABLE QUAND ELLES ONT CONSCIENCE DE CE SOURIRE COMME
LES NUAGES OFFRANT LA JOIE DE VOUS DONNER UNE ÉCLAIRCIE: LA LUMIÈRE.

L'HIVER S'EST VOIR SES PHÉNOMÈNES ET EN APPRÉCIAIT LES SENS: APPRENDRE
LES MOUVEMENTS ET FAIRE AINSI UN ÉQUILIBRE ENTRE L'EFFORT ET LA VAILLANCE.
LA VERTU ET L’ÉTHIQUE SONT LA SOURCE PREMIÈRE POUR SURVIVRE EN HIVER;
LA GOURMANDISE N'EST PLUS UN PÉCHER SI ELLE PRENDS LA SOURCE DU VOIR.

LA CLARTÉ DE L'HIVER S'EST DE VOIR L'AUTOMNE MOURIR ET AINSI DE REDONNER
VIE AUX PRINTEMPS: AINSI, ILS DEMEURENT LES CHANTS DE CEUX QUI SURVIVENT
ET L'ESPOIR DEMEURE DANS LE RÈGNE DE L'HIVER. L'HIVER, TU ES DE MON SANG
ET DE MON CARACTÈRE: L’ÉQUILIBRE TROUVE UN GITE DANS MA DEMEURE, O LUNE.

LA SAGESSE, JE NE T'OUBLIE PAS CAR JE GARDE SOUVENIR DE MA PRUDENCE SUR
MON CARACTÈRE: SAGE, PRUDE ET FUNESTE POUR CEUX QUI PERÇOIVE MES CONSEILS
COMME DES RÈGLES. L'ENCHANTEMENT DE L'INFINI DE FEU ET DE LA GLACE, DES SIGNES
QUI SONT DES LIENS COMMUNS ENTRE L'INFINI ET SES DÉSERTS: LA CLARTÉ DE L'HIVER.

DIT TAY LA CHOUETTE EFFRAIE EN PRÉSENCE DES VILLAGEOIS DE DIJON.

POÈME DU CITOYEN TIGNARD YANIS SUR LA NAISSANCE DU JACQUEMART ET LA CATHÉDRALE.

L’église Notre-Dame de Dijon, considérée comme un chef-d'œuvre d'architecture gothique du XIIIe siècle, est située au cœur des 97 hectares du secteur sauvegardé de Dijon, inscrit depuis le 4 juillet 2015 au patrimoine mondial de l'UNESCO. Elle s'élève place Notre-Dame, à proximité du Palais des ducs et des États de Bourgogne et en face de la rue Musette. On estime que l'édifice actuel a été construit des années 1220 aux années 1250 environ. Cette église abrite la statue de Notre-Dame de Bon-Espoir, auparavant appelée Vierge noire. Elle s'orne aussi de deux symboles de la ville de Dijon : le Jacquemart et la chouette. L'église a été classée au titre des monuments historiques par la liste de 1840. La chapelle de l'Assomption, la sacristie et la galerie les reliant à l'église sont inscrites au titre des monuments historiques depuis le 5 juillet 2002. Un jacquemart ou jaquemart est un automate d'art représentant un personnage sculpté en bois ou en métal, qui indique les heures en frappant une cloche avec un marteau. L’un des plus anciens et des plus célèbres est celui de Dijon. Pris en 1382 à Courtrai par le duc de Bourgogne Philippe le Hardi, il fut installé en 1383 sur l’amorce de la tour sud de la façade occidentale de l’église Notre-Dame de Dijon. Il comportait à l’origine un automate mû par une horloge et sonnant sur une cloche. Ce personnage ne fut appelé Jacquemart1 qu'à partir de 1458. Les Dijonnais lui adjoignirent en 1651 une épouse automate, Jacqueline. En 1714 ou peu après, ils ajoutèrent un fils, Jacquelinet, et, en 1884, une fille, Jacquelinette. Ces deux enfants sonnent de quart d’heure en quart d’heure sur deux petites cloches. Dans le Sud-Ouest, le seul existant est celui de Lavaur, il est situé en haut du clocher de la cathédrale Saint-Alain. La légende raconte que, durant les guerres de religion, un prisonnier protestant était enfermé dans le clocher et avait l’obligation de sonner les cloches à toutes les heures. Il construisit une mécanique pour le faire à sa place.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: LES CLANS DU RENARD, THÈME DU LOUP ET LA CRUAUTÉ DE L'HOMME.   

Revenir en haut Aller en bas
 
LES CLANS DU RENARD, THÈME DU LOUP ET LA CRUAUTÉ DE L'HOMME.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Petit jeu ! By Vif Renard.
» PATTE DU RENARD. † RPs. 0 / 3
» Petite nouvelle du Renard
» Un simple POEME qui dit tant de notre SORT :Le loup et le chien
» On ne change pas un loup solitaire...[Lorelai & Linfa]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le clans des mouettes :: Le clans des mouettes-
Sauter vers: