Le clans des mouettes

ainsi est la force.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Le mont Blanc, le Chapelet et les âmes du Purgatoire.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
yanis la chouette



Nombre de messages : 7496
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: Le mont Blanc, le Chapelet et les âmes du Purgatoire.   Mar 14 Nov à 2:40

Claire-Éliane Engel, née à Oran le 23 novembre 1903 et morte à Paris le 23 avril 1976, est une historienne, critique littéraire, traductrice et écrivain, l'une des meilleures spécialistes en histoire de l'alpinisme.

Dans la littérature
Horace-Bénédict de Saussure (1740-1799), Voyages dans les Alpes, 1779 (1er tome)
Percy Bysshe Shelley (1792-1822), Vers écrits dans la vallée de Chamonix, 1816
Juliusz Słowacki (1809-1849), Kordian (en)
Alphonse Daudet (1840-1897), Tartarin sur les Alpes, 1885
John Ruskin (1819-1900)
Jules Verne (1828-1905), Quarantième ascension française au Mont-Blanc
Samivel (1907-1992), Monsieur Dumollet sur le Mont Blanc
Roger Frison-Roche (1906-1999), Premier de cordée (et d'autres…)
Gaston Rébuffat (1921-1985), Mont-Blanc, jardin féerique, Ed. Guérin, coll. Texte & Images, 1998 (ISBN 978-2-911755-25-5)
Claire Éliane Engel (1903-1976), La Littérature alpine, réédition La Fontaine de Siloé
Colette Cosnier, Hugo et le Mont-Blanc.

En 1925, Claire-Éliane Engel obtient à la Sorbonne une licence d'anglais. Deux ans plus tard, elle est reçue au concours de l'agrégation d'anglais. En 1931, elle soutient une thèse de doctorat préparée sous la direction de Paul Hazard : La littérature alpestre en France et en Angleterre au XVIIIe et au XIXe siècle. Cette étude de près de 300 pages constitue le début d'une carrière consacrée en majeure partie à l'alpinisme et à son histoire.

Elle s'est également intéressée à l'histoire de la Méditerranée, notamment à l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem, auquel elle a consacré une étude synthétique qui fait toujours autorité. Elle a en outre publié, entre autres travaux historiques, une biographie de Philippe d'Orléans, Le Régent.

Publications
1930 - Tableau littéraire du massif du Mont-Blanc, en association avec Charles Vallot, petit cousin de Joseph Vallot
1931 - La Littérature alpestre en France et en Angleterre au XVIIIe et au XIXe siècle
1931 - Byron et Shelley en Suisse et en Savoie
1934 - Ces Monts affreux… et ces Monts sublimes…, tome 1, période préromantique de l'alpinisme (1650-1810), avec des illustrations de Samivel
1935 - Alpinistes d'autrefois - Le Major Roger et son baromètre, Victor Attinger, Neuchâtel.
1936 - Ces Monts affreux… et ces Monts sublimes…, tome 2, période romantique et postromantique de l'alpinisme (1803-1895), avec des illustrations de Samivel
1939 - Le Mont-Blanc, routes classiques et voies nouvelles
1948 - La vallée de Saas, Victor Attinger, Neuchâtel.
1950 - History of Mountaineering, écrit directement en anglais, et Histoire de l'alpinisme
1956 - Bataille pour l'Himalaya
1957 - L'Ordre de Malte en Méditerranée, 1530-1798, Monaco, Éditions du Rocher, 1957, 352 p.
1961 - Le Mont-Blanc, lieu-dit, avec des illustrations mises à disposition entre autres par Gaston Rébuffat
1965 - Le Mont-Blanc vu par les écrivains et les alpinistes
1967 - L'Amiral de Coligny, Labor et Fides, Genève.
1968 - Histoire de l'Ordre de Malte, Nagel, Genève.
1969 - Le Régent, Paris, Hachette, 1969
1972 - Les Chevaliers de Malte, Paris, Presses contemporaines, 1972, réédition.

Traductions
Le Terrain de jeu de l'Europe de Leslie Stephen
Escalades dans les Alpes d'Edward Whymper
Les Montagnes de ma jeunesse d'Arnold Lunn
Dix Grandes Montagnes de Robert Lock Graham Irving
La Conquête de la montagne de Robert Lock Graham Irving


Mary Shelley (1797-1851) en villégiature en 1816 à Cologny près de Genève, en compagnie de son amant et de leur ami commun Lord Byron, découvrit les montagnes alpines qui offrirent à sa plume tant d'occasions de peindre des paysages qui forcent l'admiration. Le massif du Mont-Blanc était tout à côté et sa présence, en particulier le secteur du Montanvert, est réelle dans son œuvre majeure Frankenstein, lorsqu'elle décrit : « le rugissement furieux de la rivière […] les précipices […] les immenses montagnes […] révélaient en ces lieux la présence de forces évoquant celle de la toute-puissance […], les géants prestigieux des Alpes [sont des] pyramides et des dômes blancs et étincelants […] un autre monde, habitat d'une espèce inconnue de nous. »

George Sand (1804-1876) venue en Savoie en 1836 accompagnée de son compagnon Franz Liszt et du savant et philosophe genevois Adolphe Pictet a parcouru la vallée de l'Arve et franchi le col des Montets, elle commence sa description, puis laisse filer son imagination dans des métaphores : « La pomme de terre est l'unique richesse de cette partie de la Savoie. Les paysans pensent qu'en établissant une couche de fumée sur la région moyenne des montagnes, ils interceptent l'air des régions supérieures et préservent de son atteinte le fond des gorges (…) cette ligne de feux, établis comme des signaux tout au long du ravin, m'offrit au milieu de la nuit un spectacle magnifique. Ils perçaient de taches rouges et de colonnes de fumée noire le rideau de vapeur d'argent où la vallée était entièrement plongée et perdue. Au-dessus des feux, au-dessus de la fumée et de la brume, la chaîne du mont Blanc montrait une de ces dernières ceintures granitiques, noire comme de l'encre et couronnée de neige. Ces plans fantastiques semblaient nager dans le vide. Sur quelques cimes que le vent avait balayées, apparaissaient, dans un firmament pur et froid, de larges étoiles. Ces pics de montagnes, élevant dans l'éther un horizon noir et resserré, faisait paraître les astres étincelants. L'œil sanglant du Taureau, le farouche Aldébaran, s'élevait au-dessus d'une sombre aiguille, qui semblait le soupirail du volcan d'où cette infernale étincelle venait de jaillir. Plus loin, Formalhaut, étoile bleuâtre, pure et mélancolique, s'abaissait sur une cime blanche et semblait une larme de compassion et de miséricorde tombée du ciel sur la pauvre vallée, mais prête à être saisie en chemin par l'esprit perfide des glaciers. »


Le Nuage

Louise Ackermann


I change, but I cannot die.
Shelley, the Cloud

Levez les yeux ! C’est moi qui passe sur vos têtes,
Diaphane et léger, libre dans le ciel pur ;
L’aile ouverte, attendant le souffle des tempêtes,
Je plonge et nage en plein azur.

Comme un mirage errant, je flotte et je voyage.
Coloré par l’aurore et le soir tour à tour,
Miroir aérien, je reflète au passage
Les sourires changeants du jour.

Le soleil me rencontre au bout de sa carrière
Couché sur l’horizon dont j’enflamme le bord ;
Dans mes flancs transparents le roi de la lumière
Lance en fuyant ses flèches d’or.

Quand la lune, écartant son cortège d’étoiles,
Jette un regard pensif sur le monde endormi,
Devant son front glacé je fais courir mes voiles,
Ou je les soulève à demi.

On croirait voir au loin une flotte qui sombre,
Quand, d’un bond furieux fendant l’air ébranlé,
L’ouragan sur ma proue inaccessible et sombre
S’assied comme un pilote ailé.

Dans les champs de l’éther je livre des batailles ;
La ruine et la mort ne sont pour moi qu’un jeu.
Je me charge de grêle, et porte en mes entrailles
La foudre et ses hydres de feu.

Sur le sol altéré je m’épanche en ondées.
La terre rit ; je tiens sa vie entre mes mains.
C’est moi qui gonfle, au sein des terres fécondées,
L’épi qui nourrit les humains.

Où j’ai passé, soudain tout verdit, tout pullule ;
Le sillon que j’enivre enfante avec ardeur.
Je suis onde et je cours, je suis sève et circule,
Caché dans la source ou la fleur.

Un fleuve me recueille, il m’emporte, et je coule
Comme une veine au coeur des continents profonds.
Sur les longs pays plats ma nappe se déroule,
Ou s’engouffre à travers les monts.

Rien ne m’arrête plus ; dans mon élan rapide
J’obéis au courant, par le désir poussé,
Et je vole à mon but comme un grand trait liquide
Qu’un bras invisible a lancé.

Océan, ô mon père ! Ouvre ton sein, j’arrive !
Tes flots tumultueux m’ont déjà répondu ;
Ils accourent ; mon onde a reculé, craintive,
Devant leur accueil éperdu.

En ton lit mugissant ton amour nous rassemble.
Autour des noirs écueils ou sur le sable fin
Nous allons, confondus, recommencer ensemble
Nos fureurs et nos jeux sans fin.

Mais le soleil, baissant vers toi son oeil splendide,
M’a découvert bientôt dans tes gouffres amers.
Son rayon tout puissant baise mon front limpide :
J’ai repris le chemin des airs !

Ainsi, jamais d’arrêt. L’immortelle matière
Un seul instant encor n’a pu se reposer.
La Nature ne fait, patiente ouvrière,
Que dissoudre et recomposer.

Tout se métamorphose entre ses mains actives ;
Partout le mouvement incessant et divers,
Dans le cercle éternel des formes fugitives,
Agitant l’immense univers.

Nice, 1871

Louise Ackermann, Poésies Philosophiques

REMARQUE SUR LA FASCINATION DE LA FEMME
DEVANT L'HORIZON DE LA NATURE: ODES AUX JOIES...
RAPPORT DE Y'BECCA
SOUS L'EGIDE
DU CITOYEN TIGNARD YANIS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com En ligne
yanis la chouette



Nombre de messages : 7496
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: Re: Le mont Blanc, le Chapelet et les âmes du Purgatoire.   Mar 14 Nov à 2:56

10 novembre – Espagne, Madrid : Notre Dame de Almudena - Saint Léon le Grand, pape (+461)

Le mont Blanc (en italien Monte Bianco), dans le massif du Mont-Blanc, est le point culminant de la chaîne des Alpes. Avec une altitude de 4 809 mètres, il est le plus haut sommet d'Europe occidentale et le cinquième sur le plan continental en prenant en compte les montagnes du Caucase, dont l'Elbrouz (5 642 mètres) est le plus haut sommet. Il se situe sur la frontière franco-italienne, entre le département de la Haute-Savoie (en France) et la Vallée d'Aoste (en Italie) ; cette frontière est l'objet d'un litige entre les deux pays.

Le sommet, objet de fascination dans de nombreuses œuvres culturelles, a depuis plusieurs siècles représenté un objectif pour toutes sortes d'aventuriers, depuis sa première ascension en 1786. De nombreux itinéraires fréquentés permettent aujourd'hui de le gravir avec une préparation sérieuse. Afin de déterminer son altitude précise et quantifier l'évolution de celle-ci, des géomètres experts font l'ascension périodiquement. La dernière mesure connue est de 4 808,73 mètres.

Toponymie[modifier | modifier le code]

La première mention du « mont Blanc » daterait de 1685, avec la première mesure géodésique par le géomètre et astronome genevois Nicolas Fatio et son frère Jean-Christophe, qui donne un calcul de l'altitude de la montagne (2 426 toises, soit 4 728 m)4,5. Toutefois, il utilise l'oronyme « montagne Maudite »4. Comme le rappelle l'historienne Thérèse Leguay « pendant longtemps la haute montagne [est] source d'épouvante »6, d'où cette expression pour désigner ce haut sommet enneigé.

Le sommet n'est jamais clairement nommé dans les différents écrits ou cartes des XVIe et XVIIe siècles7. Dans son ouvrage Les glaciers du Mont-Blanc, le glaciologue Robert Vivian établit une chronologie des différentes représentations cartographiques ou citations de la montagne, par exemple dans la Descrittione del Ducato di Savoia novamente posto in luce in Venetia, l'anno MDLXII (1562)7. Une mention plus précise est présente dans un ouvrage du conseiller du duc de Savoie, Emmanuel-Philibert de Pingon (Inclytorum Saxoniae, Sabaudiaeque principum arbor gentilitia), en 1581, et présentant les différents éléments des provinces du duché de Savoie7. Dans la partie consacrée à la province du Faucigny, la montagne est désignée par « Glaciales Montes »7. Quelques années plus tard, une « carte du Faucigny » est réalisée par Jean de Beins (v. 1600), où l'ingénieur militaire français mentionne une « montagne Maudite »7, parfois de « Mont-Mallet »8. Dans les productions suivantes, la montagne est désignée par l'abréviation « la Mont. Maudite », puis « la Mont Maudite » (sans le point)7. Le travail cartographique de l'ingénieur militaire et cartographe piémontais Giovanni Tomaso Borgonio pour le Theatrum Statuum Sabaudiæ, en 1682, et des représentations au 1/190 000, mentionne : « Dans le Faucigny, on dit seulement qu’il y a des montagnes d’une prodigieuse hauteur (…) c’est là où est celle (…) que les habitants appellent la montagne Maudite parce qu’elle est toujours couverte de neige et de glace. »7,9. On trouve aussi parfois la mention « les Glacières » localisant l'ensemble de la montagne7.

L'oronyme de la montagne devient « mont Blanc » sur les cartes dressées en 17424,10 par le naturaliste genevois Pierre Martel8. Le Dictionnaire historique et géographique portatif de l'Italie, paru en 1775 à Paris, possède d'ailleurs une entrée pour le mont Blanc précisant les différentes appellations avec en premier nom « Monte Maledetto, Mont Maudit, ou Mont Blanc, appelé aussi les Glacières »11. Un des sommets du massif, le mont Maudit, conserve cette dénomination.

Géographie
Situation


Photo aérienne du mont Blanc et des sommets voisins.
Le mont Blanc s'élève au cœur du massif du Mont-Blanc et constitue le point culminant de la chaîne des Alpes. C'est également le plus haut sommet d'Europe occidentale, ce qui lui vaut le surnom de Toit de l'Europe. Il se situe à cheval entre la France et l'Italie (le tracé exact de la frontière est controversé), au sud de Chamonix-Mont-Blanc (Haute-Savoie, 160 kilomètres à l'est de Lyon) et au nord-ouest de Courmayeur (Vallée d'Aoste, 150 kilomètres au nord-ouest de Turin).

Il domine les fameuses aiguille du Midi au nord et Grandes Jorasses au nord-est, et alimente directement le glacier des Bossons vers la vallée de l'Arve.


Panorama

Le lac Léman, les Alpes de Haute-Savoie et le mont Blanc, vus de La Barillette.
Depuis le sommet du mont Blanc, il est possible de voir ou d'apercevoir quatre massifs montagneux : le Jura, les Vosges, la Forêt-Noire et le Massif central. La vision théorique lointaine dépend de la géomorphologie et de l'influence de la courbure terrestre.


Vue du mont Blanc le soir depuis l'Ouest lyonnais en août 2011.
Cependant, il n'est pas toujours évident de distinguer ces massifs, même par temps ensoleillé. La pollution émise dans les plaines conjuguée à l'absence de vent peut réduire la bonne visibilité à 100 km.

Par temps clair, le mont Blanc est également visible depuis des distances importantes (par exemple du mont Aigoual en Lozère, ou du puy de Dôme, soit de plus de 300 kilomètres). Une grande partie du massif du Mont-Blanc est visible en détail depuis la ville de Lyon, située à environ 160 kilomètres.


Altitude du mont Blanc

La vue depuis le sommet du mont Blanc.
Depuis 1863, l'altitude officielle du plus haut sommet des Alpes a longtemps été de 4 807 mètres (altitude ellipsoïdale géopotentielle), même si elle avait été affinée à 4 807,20 mètres en 1892. Plusieurs campagnes de mesures ont été conduites depuis (la définition de l'altitude ayant évolué, ainsi que les techniques de mesures), concluant à une altitude comprise entre 4 807 mètres12 et 4 811 mètres. L'altitude mesurée en 2017 est de 4 808,72 mètres1.

L'altitude donnée est toujours celle de l'épaisse couche neigeuse coiffant la cime. Du sommet jusqu'à mi-hauteur, il est recouvert de « neiges éternelles » (de 15 à 23 mètres d'épaisseur)13. Le sommet rocheux, lui, culmine à 4 792 mètres et il est décalé de 40 mètres à l'ouest par rapport au sommet, d'après les instruments radar et des carottages.

Le mont Blanc est le plus haut sommet d'Europe occidentale14. Cependant, si l'on considère que l'Europe s'étend jusqu'au Caucase — conformément à la vision géopolitique du Conseil de l'Europe —, alors quatre sommets le dépassent sur les territoires russes et géorgiens : l'Elbrouz qui culmine à 5 642 mètres15, le Dykh Tau à 5 203 mètres, le Chkhara à 5 058 mètres et le Kazbek à 5 047 mètres.

Campagnes de mesures

Animation représentant le mont Blanc en trois dimensions.
En août 1986, une mesure orthométrique par satellite donne une altitude de 4 808,4 mètres.

À partir de 2001, la périodicité des mesures devient biennale et se base sur des mesures d'un partenariat formé de la Chambre départementale des géomètres experts de la Haute-Savoie et de la société Leica Geosystems à l'aide du système GPS, encadrée par des guides de Chamonix et de Saint-Gervais, et un traitement géodésique de l'IGN. La mesure faite cette année-là donne 4 810,40 mètres.

Mais après la canicule, une nouvelle mesure effectuée les 6 et 7 septembre 2003, constate une hauteur de 4 808,45 mètres avec une précision de 5 centimètres et un décalage de l'arête sommitale de 75 centimètres vers le nord-ouest par rapport à la campagne de 2001. Lors de cette campagne 2003, les mesures de plus de 500 points de repères ont été prises, afin d'étudier le volume de neige de la calotte sommitale au-dessus de 4 000 mètres dans son ensemble et de la modéliser entièrement. Cependant, d'après le glaciologue Luc Moreau et Météo-France16 qui collaborent aux mesures, l'interprétation populaire selon laquelle la canicule est responsable de cette diminution de l'altitude est contestable, car elle n'aurait pas entraîné de fonte significative des glaces au-dessus de 4 000 mètres d'altitude. Il pourrait simplement s'agir d'un mouvement aléatoire de la calotte glaciaire sommitale, au gré des vents violents soufflant à cette altitude. Effectivement, à cette altitude le thermomètre passe rarement au-dessus de 0 °C, cependant même si lors de l'été 2003, la température est montée, durant quelques jours, à +2 °C et même +3 °C, cela ne suffit pas pour provoquer l'évaporation de la glace qui est restée à −15 °C. En fait, cette diminution pourrait résulter de trois phénomènes :

L'arête sommitale du mont Blanc, août 2007.1.un phénomène de tassement général du manteau glaciaire ;
2.un tassement local dû aux centaines de personnes supplémentaires qui ont gravi le mont Blanc durant l'été 2003, en raison du nombre plus important de journées de beau temps. Cinq parapentistes, qui avaient réalisé une première en atteignant le sommet, ont signalé avoir atterri dans une couche superficielle de neige détrempée, dans laquelle ils se sont enfoncés jusqu'aux genoux ;
3.de plus, le sommet du mont Blanc fonctionnant comme une énorme congère, ce sont les vents qui déposent la neige sur le sommet et modifient sa composition. Avec le moindre nombre de jours ventés, moins de neige s'accumule au sommet.

Lors de la campagne 2005 rendue publique le 16 décembre, l'altitude du mont Blanc a été mesurée à 4 808,75 mètres, soit 30 cm de plus que la précédente mesure. Lors de la quatrième campagne des 15 et 16 septembre 2007, l'altitude du mont Blanc a été mesurée à 4 810,90 mètres, soit 2,15 mètres de plus que la précédente mesure17. Le volume de neige a presque doublé, par la même occasion, depuis 2003, passant de 14 600 m3 à 24 100 m3.

Lors de la cinquième campagne réalisée en 2009, et qui s'inscrit par la même occasion dans la candidature d'Annecy aux Jeux olympiques d'hiver de 2018, la nouvelle altitude officielle est établie à 4 810,45 mètres18.

En septembre 2011, l'altitude est donnée après correction à 4 810,44 m19. Lors de la campagne menée en septembre 2013, l'altitude est légèrement revue à la baisse à 4 810,06 m19 puis finalement corrigée à 4 810,02 m un mois plus tard20. En septembre 2015, l'expédition des géomètres a établi l'altitude à 4 808,73 m21. En septembre 2017, la campagne de mesure révèle une nouvelle altitude : 4 808,72 m1.

Climat


Vue aérienne du sommet du mont Blanc depuis le sud.
Les conditions météorologiques peuvent changer très rapidement (neige, brouillard).

Au sommet, la vitesse du vent peut atteindre 150 km/h et la température −40 °C14. Le vent renforce l'effet de froid (refroidissement éolien) : la température apparente chute de 10 °C tous les 15 km/h de vent22. Il peut contribuer à lui seul à l'échec d'une ascension, même par des professionnels.

À partir de 3 700 m environ, toutes les précipitations se font sous forme de neige. Ces dernières sont plus conséquentes en été qu'en hiver, du fait que l'air froid ne contient pas beaucoup d'humidité.

Le sommet peut connaître quelques journées de dégel dans l'année, notamment entre juillet et septembre, où la température maximale peut atteindre 3 °C. L'isotherme zéro degré peut dépasser les 5 000 m d'altitude.

Géologie
Le mont Blanc est représentatif de la géologie du massif. Il se situe à la jonction entre deux masses rocheuses cristallines, constituées de granite datant du Carbonifère à l'est et de gneiss à l'ouest. Le sommet lui-même, entièrement sous la neige, est très certainement constitué de gneiss23.

Faune et flore

Chocard à bec jaune.
Dans les Alpes, les névés persistent au-delà de 2 800 mètres d'altitude. Les premières pentes du mont Blanc se situant vers 3 500 mètres, elles se trouvent donc au-delà de la limite de l'étage nival. Le manteau neigeux important et les conditions climatiques extrêmes rendent les conditions de vie des espèces végétales et animales presque impossibles.

Pourtant, aux altitudes les plus basses ou dans les creux de falaises abrités, certaines plantes arrivent à subsister comme la renoncule des glaciers que l'on trouve jusqu'à 4 000 mètres. Cependant, la flore se limite essentiellement à des mousses et lichens.

Les mammifères ne peuvent pas vivre dans les conditions décrites, contrairement à certaines espèces d'oiseaux : chocards à bec jaune, lagopèdes, accenteurs alpins et autres niverolles alpines.

ainsi

Novembre, le mois des âmes du Purgatoire dans l’Église


« Les peines du purgatoire sont comparées aux flots, parce qu’elles ne durent qu’un certain temps, à la différence des peines de l’enfer qui ne passent pas ; et elles sont comparées aux flots de la mer à cause de leur extrême amertume.

« J’ai pénétré dans les profondeurs de l’abîme » (Si 24, Cool. Cet abîme, commente saint Bonaventure, n’est autre que le purgatoire où Marie descend pour consoler par sa présence les âmes qui y sont détenues.

Mais la Vierge ne se contente pas de consoler et de soulager ses serviteurs dans le purgatoire. En intercédant pour eux, elle brise leurs chaînes et les fait sortir de prison.

Et si nous désirons secourir les saintes âmes du purgatoire, ayons soin de les recommander à la Vierge dans tous nos exercices de piété et spécialement récitons pour elles le Chapelet qui est si efficace. »


Découvrir plus sur mariedenazareth.com :
St Alphonse de Liguori, Docteur de l'Eglise (1696-1787)


Saint Alphonse de Liguori

Dans Les gloires de Marie VIII, 2 (éditions Saint Paul, Paris 1987, p. 161-164)

alors

L'ascension[modifier | modifier le code]

Préparation[modifier | modifier le code]





Itinéraire de la voie normale par le Goûter.
De nos jours, ce sommet accueille près de 20 000 alpinistes chaque année et jusqu'à 500 alpinistes certains jours24. L'itinéraire le plus fréquenté, la voie normale par le refuge du Goûter, est considéré comme long mais « peu difficile » pour un alpiniste entraîné et acclimaté à l'altitude25.

L'éloignement et les dangers objectifs d'une ascension impliquent néanmoins des risques25. Comme pour toute course d'alpinisme, celle-ci ne doit pas être faite sans une connaissance de la haute montagne, ni sans un équipement adéquat22. La voie normale présente notamment des passages délicats comme le couloir du Goûter avec des chutes de pierres. L'altitude élevée expose au mal aigu des montagnes qui peut entraîner la mort ; une acclimatation préalable à l'altitude est nécessaire.

La forte fréquentation du mont Blanc explique le grand nombre d'incidents comparé à d'autres sommets alpins24. Chaque année, l'ascension du mont Blanc fait ainsi de nombreuses victimes (5 à 7 morts par an pour la voie normale). 120 interventions ont été réalisées en 2006 par le peloton de gendarmerie de haute montagne (PGHM) dont 80 % pour épuisement (mauvaise préparation physique, manque d'acclimatation) ; 30 % des alpinistes présentent des blessures (gelures, blessures par crampons, troubles liés à l'altitude) lors de leur retour au refuge. Le taux de réussite est de 33 % seulement sans l'aide d'un guide (50 % avec)22. Malgré tout cela, 2 000 à 3 000 personnes réussissent l'ascension chaque année[réf. nécessaire].

Les différents itinéraires[modifier | modifier le code]


Panorama de sommets enneigés.


Le mont Blanc, vu du Brévent.
Il existe quelques itinéraires « classiques » pour faire l'ascension du mont Blanc26,27,28 :
la Voie normale ou voie des Cristalliers. Au départ du Fayet, on monte tout d'abord par le tramway du Mont-Blanc (TMB) pour rejoindre la gare du Nid d'Aigle. L'ascension débute alors en direction du refuge de Tête Rousse, puis passe par le couloir du Goûter, situé vers 3 340 mètres, rendu dangereux par de fréquentes chutes de pierre29 afin de rejoindre le refuge du Goûter pour la nuit. Le lendemain (départ vers 2 h), l'ascension passe par le dôme du Goûter, le refuge Vallot et l'arête des Bosses. Il s'agit de l'itinéraire le plus fréquenté ;



Plan rapproché d'une crête enneigée avec les sommets annotés.


Panorama de la voie normale du mont Blanc.la voie des 3 Monts Blancs, ou « La Traversée ». Au départ de Chamonix-Mont-Blanc, on monte tout d'abord par le Téléphérique de l'aiguille du Midi, puis on descend en direction du col du Midi. De là, on rejoint le refuge des Cosmiques pour y passer la nuit. Le lendemain, l'ascension passe par le mont Blanc du Tacul, puis le mont Maudit. Certains, pour éviter l'inconfort d'une nuit en refuge, font la course « à la benne » en partant le matin de Chamonix ;
l'itinéraire historique, par les Grands Mulets, plutôt utilisé l'hiver en ski, ou en été pour la descente sur Chamonix. Il est actuellement peu fréquenté car considéré comme dangereux (exposé aux chutes de séracs). Un itinéraire alternatif existe, qui passe au-dessus des séracs ;


Un sommet enneigé.


Le versant italien du mont Blanc (vu du Beaufortain).la voie normale italienne, ou la route des aiguilles Grises. Après la traversée du glacier du Miage, la nuit se passe au refuge Gonella. Le lendemain, passage par le Col des Aiguilles Grises, puis par le Dôme du Goûter où l'on retrouve l'arête des Bosses ;
la traversée Miage – Bionnassay – mont Blanc, qui se fait généralement en 3 jours. Au départ des Contamines-Montjoie, la nuit est passée au refuge des Conscrits. Le lendemain, traversée des Dômes de Miage pour rejoindre le refuge Durier. Le 3e jour, ascension de l'aiguille de Bionnassay, puis passage par le Dôme du Goûter.
la traversée de l’arête de Peuterey en passant par le Grand Pilier d'Angle et par l'aiguille Blanche de Peuterey par le refuge Monzino ou le bivouac Craveri ; cette voie est une des plus difficiles pour accéder au sommet.

Histoire du mont Blanc[modifier | modifier le code]

La montagne maudite[modifier | modifier le code]





Le mont Blanc est en arrière-plan sur le tableau Vue générale de Bonneville peint par Turner.
Selon la légende, en des temps très anciens, le massif était beaucoup plus verdoyant et l'on pouvait y mener faire paître les bêtes — à l'époque romaine, il arrivait que des troupeaux puissent emprunter le col des Géants —, mais les démons des glaces auraient envahi les alpages, repoussant sans cesse leur territoire jusqu'au fond de la vallée. Au début du XVIIIe siècle, lors du petit âge glaciaire, des processions étaient faites car la mer de Glace s'approchait dangereusement de Chamouny.

Toujours selon la légende, un royaume enchanté existait au sommet du mont Blanc, la reine des fées, la « déesse blanche » y demeurait parmi les fleurs dans des prés verdoyants et y filait la trame du destin des habitants de la vallée. Dans les croyances antiques, les entités divines trônant au sommet des montagnes doivent être respectées et vénérées ; les sommets émettent une sorte de rayonnement, une force surnaturelle, qui guide les hommes à leur insu et dont l'influence peut être bonne ou mauvaise selon les cas. Avec le christianisme, ces divinités furent désormais présentées comme des êtres invisibles hostiles, empêchant les hommes de déployer leurs activités agricoles ou industrielles et donc assimilables à des démons.

Le voyageur anglais Willian Windham (1717-1761), déjà renommé pour ses expéditions en Égypte et en Orient, a organisé lors de l'été 1741, une véritable expédition de découverte de la vallée de Chamonix, où il est monté jusqu'au Montenvert. Conseillé par les Genevois qui croyaient cette vallée hostile et maudite, sa caravane était inutilement surarmée. Arrivé à Chamonix, il s'est émerveillé des aiguilles qui dominent la vallée et des précipices « affreux » qui lui paraissaient susceptibles d'épouvanter les âmes les plus fermes. Il a aussi rapporté quelques anecdotes recueillies auprès des populations locales : les glaciers ont beaucoup crû lors des époques récentes mais dans les temps anciens un passage libre existait jusqu'au Valdigne. De plus, la nuit, sur les glaciers, ont lieu des fêtes de sorciers dansant au son des instruments.

Avec le rationalisme de la fin du XVIIIe siècle et le matérialisme triomphant du XIXe siècle, portés par les protestants genevois et anglais, la montagne devait désormais être dominée intellectuellement, en acquérant sur elle des connaissances précises, et physiquement, en la gravissant. Il fallait percer les légendes et en tirer des explications naturelles.

Le tracé de la frontière[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Histoire de la frontière sur le mont Blanc.

Selon qu'on consulte une carte éditée en France ou en Italie, on ne lit pas le même tracé de la frontière au sommet du mont Blanc : sur les cartes italiennes, le sommet est un point de la ligne séparant les deux États, et est donc binational ; en revanche, les cartes françaises ou suisses30 font apparaître une bande de terre française approximativement triangulaire qui pointe vers le sud au niveau du mont Blanc : selon ces cartes, le sommet du massif serait donc entièrement en France, la frontière passant par le mont Blanc de Courmayeur.

Pour comprendre les tenants et aboutissants de cette situation, il faut d'abord savoir que l'existence d'une frontière à travers le massif remonte à l'annexion de la Savoie par la France, donc à 1860 qui est régie par le traité de Turin et ses protocoles annexes.

Une carte jointe au traité, assez imprécise, fait néanmoins assez clairement passer la frontière par la calotte sommitale.





« Point de vue italien » : l'atlas sarde de 1869.
C'est très tôt, à partir de 1865 que les cartes françaises se mettent à présenter une nouvelle version du tracé : la carte topographique d'État-Major du capitaine Jean-Joseph Mieulet fait en effet apparaître le triangle de terres françaises qui figure jusqu'à aujourd'hui sur les cartes éditées du côté français. Les cartes italiennes, notamment l'Atlas Sarde de 1869, font elles état du tracé passant par le sommet.





« Point de vue français » : la carte du capitaine Mieulet de 1865.
On peut également mentionner l'existence, côté français, d'un arrêté du 21 septembre 1946 qui partage le secteur du dôme du Goûter et du mont Blanc entre les trois communes de Saint-Gervais-les-Bains, Les Houches et Chamonix-Mont-Blanc. Cet arrêté adopte l'interprétation du tracé frontalier des cartes d'état-major françaises et divise d'ailleurs le triangle litigieux au sud du mont Blanc entre les deux communes de Chamonix et de Saint-Gervais. Des pièces analysées par un érudit italien montrent que la préparation de cet arrêté a été étudiée jusqu'au niveau ministériel (une note datée du 5 juin 1946 et établie par le ministère des Affaires étrangères français y a été consacrée).

Sur la fin du XXe siècle, la question est évoquée à plusieurs reprises par des articles ou ouvrages érudits, particulièrement du côté italien, qui soutiennent que le tracé figurant sur les cartes françaises est sans fondement juridique. La question ayant attiré l'attention du grand public (elle est même relayée officiellement par le député du val d'Aoste Luciano Caveri dans une question à la chambre), les autorités italiennes font valoir en 1995 leur position aux autorités françaises par un mémoire, à l'occasion des travaux d'une commission chargée de fournir un tracé plus précis de la frontière. La France s'étant abstenue d'y répondre, et le gouvernement italien n'ayant pas appuyé avec véhémence sa revendication, la situation perdure à l'identique aujourd'hui et ne semble à ce jour tranchée par aucune pièce nouvelle31.

Les premières ascensions[modifier | modifier le code]





Monument à Horace-Bénédict de Saussure à Chamonix.
Des tentatives sont effectuées de la part du scientifique suisse Horace-Bénédict de Saussure, lequel offrit une récompense pour sa première ascension en pensant ainsi percer le mystère de la formation géologique des Alpes, notamment avec le guide courmayeurin Jean-Laurent Jordaney32. Toutefois, la première ascension connue du sommet remonte au 8 août 1786 par Jacques Balmat et le docteur Michel Paccard. Le 8 août, c'est le départ vers 17 h. Ils dorment vers 22 h au sommet de la Côte entre le glacier des Bossons et celui de Taconnaz. Balmat se réveille à 1 h 30 du matin, Paccard à 2 h. Le 9 août, au petit matin, ascension du glacier de Taconnaz, des Grands Mulets puis du Petit Mulet. Dans la matinée, vers 10-11 h, ils sont sur le dôme du Goûter, à sa pointe, et saluent avec le chapeau de Balmat les gens de la vallée à Chamonix. Vers 15-17 h, Balmat accède seul au sommet. Peu après, il redescend chercher Paccard et l’aide à poursuivre son ascension. À 18 h passées, ils accèdent tous les deux au sommet ; ils y restent 33 minutes. Ils commencent à redescendre. À 23 h, ils sortent des glaces et parviennent sur la terre ferme ; ils vont dormir. Le 10 août, à 6 h du matin, ils se réveillent. Ils partent ensuite vers le village où Balmat apprend que sa fille est morte le jour où il atteignait le mont Blanc. Cet exploit, pour l'époque, a marqué les débuts de l'alpinisme tel qu'on le connaît aujourd'hui. Presque un an jour pour jour après, Saussure entreprend de monter lui-même, avec dix-neuf autres personnes, au sommet. Il y parvient le 3 août 1787.

La première femme à atteindre le sommet est Marie Paradis le 14 juillet 1808 mais, de son propre aveu, elle est « traînée, tirée, portée » par les guides. La seconde ascension féminine est réussie par Henriette d'Angeville, alors habillée d'une robe, le 4 septembre 183833. La première ascension hivernale est faite par l'Anglaise Isabella Straton (en) le 31 janvier 187634.

Le premier accident mortel et la création de la Compagnie des guides[modifier | modifier le code]





La caravane du Dr Bardy en 1880.
Le premier accident mortel a eu lieu en 1820, lors de la dixième ascension35. Cette expédition a été rapportée par Alexandre Dumas qui en a recueilli le récit détaillé auprès du guide Marie Coutet, rescapé de l'expédition36 : les clients sont le colonel anglais Anderson et le docteur Hamel, météorologue de l'empereur de Russie. Après deux nuits et une journée passées aux Grands-Mulets, les clients exigent de monter au sommet malgré une météo défavorable et les guides, au nombre de treize, n'osent pas leur refuser. L'équipée progresse dans de la neige fraîche qui lui monte aux genoux. En fait, comme les alpinistes se suivent les uns derrière les autres, leur sillon coupe la plaque à vent et ils finissent par déclencher une avalanche qui les emporte. Les trois guides de tête tombent dans une crevasse deux cents mètres plus bas et, ensevelis, ils ne peuvent être sauvés. Leurs restes sont retrouvés en 1861, encore bien conservés, au bas du glacier des Bossons.

Toutefois, la peine et la consternation poussent les guides à s'unir l'année suivant le drame. Le 9 mai 1823, un manifeste de la chambre des députés de Turin, approuvé par Charles-Félix de Savoie, rend officielle la création de la Compagnie des guides de Chamonix. Les articles prévoient que le voyageur est conduit sur les montagnes par des guides de première classe qui ont l'expérience et le contact nécessaires. La seconde classe est constituée par des guides de moindre expérience qui travaillent surtout comme porteurs ; enfin une troisième catégorie, celle des aspirants-guides apprenant le métier35.

En 2017, la Compagnie compte plus de 220 membres professionnels, guides et accompagnateurs[réf. nécessaire].

Le refuge et l'observatoire Vallot[modifier | modifier le code]





Observatoire du mont Blanc en 1890, d’après une photographie de M.J. Vallot.




Le refuge Vallot actuel.
Les premières véritables études scientifiques du sommet du mont Blanc ont été conduites sur commande du botaniste, météorologue et glaciologue Joseph Vallot à la fin du XIXe siècle. Ce dernier voulait demeurer plusieurs semaines dans le voisinage du sommet pour y étudier la météorologie, l'accumulation de neige à haute altitude et la physiologie du mal des montagnes. Il fit procéder à ses frais à la construction en bois de son premier observatoire. Mais il s'aperçut très rapidement que le travail scientifique n'était pas compatible avec l'accueil des alpinistes. C'est pourquoi il fit construire, à proximité, le refuge Vallot37. Peu avant de mourir, Joseph Vallot confie l'observatoire à A. Dina qui — avec sa fondation — y développe un projet d'observatoire astronomique. Il est ensuite légué par sa veuve, madame Shillito, à la France qui le confie à l'Observatoire de Paris38. Puis, en 1973, le CNRS devient gestionnaire des deux observatoires de Chamonix38. En 1975, l'observatoire d'altitude est alors transmis au laboratoire de géophysique et de glaciologie de l'environnement (LGGE), alors que l’observatoire de Chamonix devient un « camp de base » pour les chercheurs du CNRS38.

Aujourd'hui, ce refuge non gardé du Club alpin français n'est plus destiné qu'à la survie des alpinistes, en cas de mauvais temps. L'observatoire Vallot, situé une cinquantaine de mètres plus bas, n'est pas un refuge. Confié par le CNRS au laboratoire de glaciologie, il est régulièrement utilisé par des scientifiques qui y mesurent les retombées des aérosols atmosphériques, pratiquent des forages sur le site du col du Dôme et étudient la physiologie en haute altitude.

En mars 2013, l'observatoire a été mis en vente, avant annulation le 29 août 2013 de la vente par le ministre du Budget, à la demande du Centre de recherches sur les écosystèmes d'altitude (CREA) et de divers acteurs mobilisés pour qu'on tienne compte d'une condition mise par Joseph Vallot dans son legs à l'État : l'usage scientifique du bâtiment. Un autre appel d’offres sera lancé, mais incluant cette servitude d'usage scientifique qui doit rester attachée au lieu. La mairie de Chamonix et le CREA ont proposé de racheter le lieu pour qu'il reste dédié à la science38.

L'observatoire Janssen[modifier | modifier le code]

En 1891, Jules Janssen, académicien des sciences, envisage la construction d'un observatoire au sommet pour y effectuer des mesures sur le spectre solaire. Gustave Eiffel accepte de procéder à l'exécution du projet, à condition de pouvoir construire sur une fondation rocheuse et que celle-ci soit au plus à 12 mètres de profondeur. Des explorations préliminaires sont lancées pour trouver un point d'ancrage sous la direction de l'ingénieur suisse Imfeld, qui fore deux tunnels horizontaux de 23 mètres de long à 12 mètres sous la calotte sommitale. Il ne rencontre aucun élément rocheux, ce qui entraîne l'abandon du projet d'Eiffel39.

L'observatoire est malgré tout construit en 1893 ; il repose sur des vérins destinés à compenser les éventuels mouvements de la glace. Le tout fonctionne peu ou prou jusqu'en 1906, quand le bâtiment commence à pencher sérieusement. La manœuvre des vérins permet de compenser l'assiette. Mais, trois ans plus tard, deux après la mort de Janssen, une crevasse s'ouvre sous l'observatoire, qui est abandonné. Il disparaît dans les glaces et seule la tourelle est sauvée in extremis39.

La construction de l'observatoire est à la base de la légende des trois pruneaux telle que la rapportait Blaise Cendrars dans Les Confessions de Dan Yack.

La carte d'Henri Vallot[modifier | modifier le code]

À partir de 1892, l'ingénieur Henri Vallot, avec l'aide de son cousin Joseph Vallot va commencer à réaliser la carte au 1:20 000 du massif du Mont Blanc40. Ce travail de titan fait sans le bénéfice des moyens modernes (hélicoptères, avions et satellites) ne sera achevé qu'après la mort des deux cousins par Charles Vallot, le fils d'Henri qui lancera la fameuse collection des guides Vallot, véritables guides des alpinistes.

Les naufragés de 1956 et la création du peloton de gendarmerie de haute montagne (PGHM)[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Affaire Vincendon et Henry.

En décembre 1956, deux jeunes alpinistes, Jean Vincendon, un jeune parisien de 24 ans, et François Henry, un jeune belge de 22 ans, ont comme projet l'ascension hivernale du mont Blanc par l'éperon de la Brenva. Ils ont bien préparé leur expédition mais ils vont se heurter à une succession de malchances et les choix qu'ils vont faire seront tragiques, d'autant plus que le mauvais temps prolongé est exceptionnel41.

Ils partent le 22 décembre 1956. Au début de leur montée, la météo devient mauvaise et les alpinistes décident de renoncer, lorsqu'ils croisent sur les pentes un de leurs héros, l'Italien Walter Bonatti. Cette rencontre va les inciter à continuer leur montée, mais la tempête qui s'installe les bloque sur un sérac en bordure du Grand Plateau41.

Un long calvaire de cinq jours commence pour eux, suivi aux jumelles depuis le sommet du Brévent et à la longue-vue depuis Chamonix. Plus de deux cents journalistes accourent et toute la France et la Belgique suivent le calvaire des deux jeunes alpinistes. Les professionnels de la montagne déclarent le 26 décembre : « On ne va pas risquer nos vies pour ces imprudents ! Vouloir faire la Brenva en hiver est pure folie ». Lionel Terray organise une caravane de secours sans l'accord des guides de Chamonix. Cependant, profitant d'une brève accalmie, un hélicoptère Sikorsky S-58 de l'armée française, avec deux pilotes et deux sauveteurs secouristes, tente de les sauver mais s'écrase. Lionel Terray choisit de secourir en priorité l'équipage de l'hélicoptère vers le refuge Vallot. Avant de partir, il transfère les deux jeunes alpinistes dans la carlingue de l'appareil, leur donne quelques aliments et de la benzédrine pour les aider à ne pas s'endormir41.

Mais la tempête s'installe et toute nouvelle expédition est rendue impossible. De leur côté, les autorités rechignent à engager des moyens militaires importants pour sauver les deux jeunes imprudents alors que le contingent est engagé dans la guerre d'Algérie. Le 3 janvier 1957, les autorités déclarent abandonner les secours et annoncent aux familles la fin de cette aventure. Cette affaire vaudra à Lionel Terray son exclusion de la Compagnie des guides de Chamonix et va secouer le monde de la montagne car « elle reste le symbole d'un manquement, celui de la communauté des guides qui a failli au devoir sacro-saint du secours »42.

Finalement, le 20 mars 1957, la caravane de secours découvre les corps des deux alpinistes dans l'hélicoptère41. La Compagnie des guides de Chamonix est montrée du doigt, pourtant les guides avaient à plusieurs reprises déjà tiré la sonnette d'alarme en soulignant que toujours plus d'amateurs alpinistes c'était aussi toujours plus d'accidents et qu'ils ne pouvaient plus faire face. La polémique qui suit ce drame et les tergiversations des autorités civiles et militaires sont à l'origine de la professionnalisation des secours et de la création du PGHM (Peloton de gendarmerie de haute montagne). En 1958, les autorités décident de la création d'une organisation professionnelle de secours en montagne confiée à la gendarmerie et aux CRS sous l'autorité du préfet. Le premier groupe constitué d'une douzaine de gendarmes est installé à Chamonix le 2 octobre 195843.

Les exploits[modifier | modifier le code]





Le mont Blanc en juillet 2005.
Quelques dates ont marqué la conquête du mont Blanc :
Le 8 août 1786, Jacques Balmat et le docteur Michel Paccard réalisent la première ascension du mont Blanc.
Le 3 août 1787, Horace-Bénédict de Saussure procède au premier calcul de l'altitude du mont Blanc depuis son sommet : il trouve comme altitude 2 450 toises, soit 4 775 mètres, au lieu de 4 810 ; l'erreur est infime pour l'époque.
Le 14 juillet 1808, la chamoniarde Marie Paradis est la première femme au sommet du mont Blanc.
Le 3 septembre 1838, Henriette d'Angeville est la deuxième femme au sommet, mais la première l'ayant gravi par ses propres moyens.
Le 15 juillet 1865, George Spencer Mathews, Adolphus Warburton Moore, Horace Walker, Franck Walker, Melchior Anderegg et Jakob Anderegg réussissent la première ascension du mont Blanc par l'éperon de la Brenva.
Le 31 janvier 1876, la première ascension hivernale est effectuée par l'anglaise Isabella Straton, avec les guides Jean Charlet-Straton, Sylvain Couttet et le porteur Michel Balmat
1892 - Traversée du mont Blanc par l'éperon de la Brenva, par Laurent Croux
Le 11 février 1914, Agénor Parmelin est le premier aviateur à survoler le massif44.
En août 1919, Adolphe Rey effectue la première remontée intégrale de l'arête de l'Innominata, avec S.L. Courtauld, E.G. Oliver, Adolf Aufdenblatten et Henri Rey.
En février 1929, Marguette Bouvier effectue la première descente à skis par − 40 °C, avec le guide Armand Charlet.
En 1953, Arturo Ottoz et Toni Gobbi réussissent la première hivernale de la voie Major.
Le 23 juin 1960, l'aviateur Henri Giraud se pose sur le sommet du mont Blanc sur un « terrain » de 30 mètres de long45.
En 1965, Alessio Ollier et Camille Salluard réalisent la première hivernale de la voie de la Poire, itinéraire particulièrement dangereux.
En 1972, Morand parcourt la distance entre le refuge du Goûter et le sommet en moto.
Le 24 juin 1973, Sylvain Saudan effectue la première descente à ski de la face sud-ouest.
Le 1er juillet 1986, Dominique Jacquet et Jean-Pascal Oron atterrissent en parachute sur le sommet après un largage à 6 500 mètres établissant ainsi le premier record mondial.
De 1986 à 1988, une série impressionnante de records est établie au départ de Chamonix-Mont-Blanc : le 6 août 1987 le Grenoblois Laurent Smagghe amène le record aller-retour à 6 h 47 min 19 s, Pierre Lestas le porte à 6 h 22 le 13 juillet 1988, Laurent Smagghe arrive ensuite en 6 h 15 le 26 juillet 1988, le 28 juillet 1988 Jacques Berlie améliore le record en le fixant à 5 h 37 min 56 s46,47. Le 5 août 1988 Laurent Smagghe reprend le record en 5 h 29 min 30 s48 puis deux ans plus tard, le 21 juillet 1990 Pierre André Gobet fixe le record à 5 h 10 min 44 s49,50.
Le 13 août 2003 à 13 h 30, sept parapentistes français ont réalisé une première en se posant au sommet du mont Blanc51 : cinq d'entre eux étaient partis de Planpraz à 1 900 mètres d'altitude, de l'autre côté de la vallée de Chamonix, un autre était parti de Rochebrune à Megève et le dernier de Samoëns. Ils ont profité de conditions climatiques dues à la canicule qui leur ont permis de réaliser leur exploit en passant par l'aiguille du Tricot (3 600 mètres), puis profitant de thermiques exceptionnels de monter jusqu'à 5 200 mètres.
Le 11 juillet 2013, le Catalan Kílian Jornet réalise l'ascension au départ de Chamonix-Mont-Blanc en 3 h 30 et 4 h 57 min 40 s aller-retour49,50. Le 6 juillet 2016, il réalise l'ascension du mont Blanc deux fois dans la même journée (en moins de douze heures) : départ des Houches à 5 h 30, ascension par la voie normale (via le refuge du Goûter), atteinte du sommet à 9 h 50, puis descente côté italien via le refuge Gonella et le glacier de Miage ; puis remontée et atteinte du sommet une deuxième fois à 15 h 2052.
En juillet 2015, le coureur italien Marco De Gasperi réalise l'ascension et descente du mont Blanc au départ de Courmayeur en 6 h 4353.

Protection du mont Blanc[modifier | modifier le code]

Le site du massif du Mont-Blanc fait l'objet d'un projet de classement sur la liste du patrimoine mondial de l'Unesco en tant que « site exceptionnel unique au monde » et en tant que haut lieu culturel, lieu de naissance et symbole de l'alpinisme54,55. Ce projet n'est pas partagé par tous et devrait faire l'objet de demandes conjointes des trois gouvernements français, italien et suisse56,57.

Le seuil de surfréquentation du mont Blanc est atteint, avec 300 à 400 départs par jour en été22. Lors du sommet du Conseil national de la montagne qui s'est tenu à Sallanches, fin août 2006, il a été estimé que 25 000 à 30 000 personnes se sont lancées en 2005 à la conquête du mont Blanc. Avec l'ouverture des nouveaux marchés (Russie, Chine, Inde), ce sont 50 000 à 100 000 personnes qui pourraient demain tenter l'aventure, le chiffre de 200 000 ayant même été avancé58. Ces perspectives sont cauchemardesques pour les défenseurs du site et pour certains responsables politiques de la vallée, comme le maire de Saint-Gervais-les-Bains, commune sur laquelle se situe le mont Blanc. Lors de l'été 2003, avec la sécheresse et une fréquentation accrue du site, plusieurs dizaines de tonnes de détritus et déchets divers ont été laissées par les alpinistes qui campaient dans le secteur du refuge du Goûter. L'association Pro-mont Blanc a édité en 2002 le livre Le versant noir du mont Blanc qui expose les problèmes actuels et futurs qui se posent pour conserver le site en l'état59.

Selon Jean-Marc Peillex 58, le maire : « C'était plus des WC à ciel ouvert qu'un glacier. On est pourtant dans un site classé où, selon la loi de 1930, le camping est interdit. Et on laisse malgré tout des dizaines d'alpinistes s'installer et polluer notre réservoir d'eau de demain. »

Selon le gardien du refuge58 : « Ces gens qui dorment dans des tentes sont en majorité étrangers, ont peu de moyens et ne peuvent pas forcément se payer les 25 euros de la nuit en refuge [en 2013, la nuitée sans repas coûte 60 €]. Alors ils campent parfois plusieurs jours en attendant un créneau météo favorable. Il y en a qui sont respectueux de la montagne, qui redescendent leurs déchets au refuge, viennent dans nos toilettes et d'autres qui abandonnent leurs poubelles sur ce camping improvisé. Quand on monte là-haut, on peut voir des traces d'urine partout dans la neige, des excréments… alors qu'on pense se trouver dans une montagne pure et préservée. »

Le maire de Saint-Gervais-les-Bains propose la mise en place d'un permis d'ascension — comme cela se fait au Népal —, dont la délivrance serait liée au nombre de places disponibles dans les refuges du Goûter — qui va être agrandi avec la construction d'un nouveau bâtiment — et de la Tête rousse. Cependant certains alpinistes, dont certains très connus, sont contre l'idée de ce permis d'ascension, qui serait contraire à leur liberté. Selon le président des guides : « La montagne doit rester un espace de liberté… Chacun doit pouvoir accéder aux sommets sans contrainte financière. De nombreux collègues ne seraient sans doute jamais devenus guides si une telle réglementation avait existé », et le célèbre alpiniste, Christophe Profit, demande même la suppression des refuges : « Car si les gens plantent leur tente là-haut, c'est parce qu'il y a un hébergement à proximité. Sans refuge, le problème serait réglé. »58

Je vous salue, Marie pleine de grâce ; le Seigneur est avec vous.
Vous êtes bénie entre toutes les femmes et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni. Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous pauvres pécheurs, maintenant et à l'heure de notre mort.
Amen.

Personnalités et le mont Blanc[modifier | modifier le code]

Jean-François Ducis (1733-1816) dans une lettre adressée à Hérault de Séchelles écrivit : « Quel piédestal pour la liberté, que ce mont Blanc ! […] Je l'avoue, je donnerais vingt mondes en plaine pour douze lieues en rochers et en montagnes. »

Mary Shelley (1797-1851) en villégiature en 1816 à Cologny près de Genève, en compagnie de son amant et de leur ami commun Lord Byron, découvrit les montagnes alpines qui offrirent à sa plume tant d'occasions de peindre des paysages qui forcent l'admiration. Le massif du Mont-Blanc était tout à côté et sa présence, en particulier le secteur du Montanvert, est réelle dans son œuvre majeure Frankenstein, lorsqu'elle décrit : « le rugissement furieux de la rivière […] les précipices […] les immenses montagnes […] révélaient en ces lieux la présence de forces évoquant celle de la toute-puissance […], les géants prestigieux des Alpes [sont des] pyramides et des dômes blancs et étincelants […] un autre monde, habitat d'une espèce inconnue de nous. »


Sur les autres projets Wikimedia :
Désintéressement, sur Wikisource

Victor Hugo (1802-1885) est venu admirer le mont Blanc dans les années 1820 et a rédigé son récit de voyage en 1825. En 1877, dans son recueil épique La Légende des siècles il lui consacre un poème Désintéressement.

L'émergence d'un tourisme de masse engendré par l'afflux d'alpinistes ou de simples randonneurs (plus adeptes du Tour du Mont-Blanc) est favorisé depuis 1945 par la relance d'infrastructures routières et par le percement du tunnel du Mont-Blanc. Malgré les problèmes liés à la surfréquentation, ce tourisme apporte des retombées économiques directes à la région, qui compensent les frais d'entretien des installations (refuges, etc.) et de sauvetages d'urgences. Au début du XXIe siècle, Chamonix voit ainsi une présence quotidienne estivale de 100 000 touristes, entre hébergement et passage60. 25 000 personnes tentent l’ascension du mont Blanc chaque été, entre juin et septembre, soit 250 par jour61.

Différentes formules permettent de faire l'ascension du mont Blanc avec ou sans stage d'acclimatation à l'altitude.

Les activités de la Compagnie du Mont-Blanc s'étendent sur tout le massif. Elle a été créée en 2000 pour regrouper les domaines skiables des différentes sociétés de la vallée de Chamonix et fusionner toutes les remontées mécaniques des environs. Elle emploie 215 personnes (jusqu'à 260 avec les saisonniers).

La montagne apporte également des retombées économiques indirectes, avec une dynamisation de la région, par exemple avec l'installation de nombreuses entreprises liées aux sports d'hiver dans la vallée de Chamonix et le doublement du nombre de marques et enseignes62.


George Sand (1804-1876) venue en Savoie en 1836 accompagnée de son compagnon Franz Liszt et du savant et philosophe genevois Adolphe Pictet a parcouru la vallée de l'Arve et franchi le col des Montets, elle commence sa description, puis laisse filer son imagination dans des métaphores : « La pomme de terre est l'unique richesse de cette partie de la Savoie. Les paysans pensent qu'en établissant une couche de fumée sur la région moyenne des montagnes, ils interceptent l'air des régions supérieures et préservent de son atteinte le fond des gorges (…) cette ligne de feux, établis comme des signaux tout au long du ravin, m'offrit au milieu de la nuit un spectacle magnifique. Ils perçaient de taches rouges et de colonnes de fumée noire le rideau de vapeur d'argent où la vallée était entièrement plongée et perdue. Au-dessus des feux, au-dessus de la fumée et de la brume, la chaîne du mont Blanc montrait une de ces dernières ceintures granitiques, noire comme de l'encre et couronnée de neige. Ces plans fantastiques semblaient nager dans le vide. Sur quelques cimes que le vent avait balayées, apparaissaient, dans un firmament pur et froid, de larges étoiles. Ces pics de montagnes, élevant dans l'éther un horizon noir et resserré, faisait paraître les astres étincelants. L'œil sanglant du Taureau, le farouche Aldébaran, s'élevait au-dessus d'une sombre aiguille, qui semblait le soupirail du volcan d'où cette infernale étincelle venait de jaillir. Plus loin, Formalhaut, étoile bleuâtre, pure et mélancolique, s'abaissait sur une cime blanche et semblait une larme de compassion et de miséricorde tombée du ciel sur la pauvre vallée, mais prête à être saisie en chemin par l'esprit perfide des glaciers. »

L'Anglais John Ruskin (1819-1900) a écrit de nombreuses pages sur les sentiments qu'il éprouvait face aux sommets alpins et au mont Blanc. Il les considérait comme magiques et habités d'une force divine, mystique ; seule l'émotion de la contemplation donnant accès à leur essence sacrée. Il a joué un grand rôle dans l'élaboration d'une mythologie du mont Blanc66.

Premier de cordée.

RAPPORT DU
CITOYEN TIGNARD YANIS




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com En ligne
yanis la chouette



Nombre de messages : 7496
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: Re: Le mont Blanc, le Chapelet et les âmes du Purgatoire.   Mar 14 Nov à 3:03

Le Centre des Sciences du Planétarium (CSP) est une destination idéale pour jouir d’une journée culturelle et amusante. C’est une fondation éducationnelle indépendante, à but non lucratif, vouée à éveiller la conscience du public et le sensibiliser à l’importance des sciences et de la technologie par le truchement de moyens de divertissement. Le centre réalise ses objectifs en stimulant la curiosité, l’imagination et la créativité à travers diverses activités mises en place par trois sections, abordant chacune les sciences d’une différente approche, relativement non conventionnelle à la communauté égyptienne.

1. Planétarium

Membre de la Société Internationale des Planétariums (SIP), le Planétarium de la BA a recours à la technologie, ultramoderne de projection. Il vise à établir une culture scientifique en Egypte en offrant au public un large éventail de spectacles scientifiques fascinants, couvrant plusieurs branches scientifiques et correspondant aux divers secteurs publics.

Réinauguré en août 2009, le Planétarium, équipé du système classique de projection IMAX, offre au public le système Digistar3, nouvelle technologie numérique de projection « pleine voûte » permettant au public de voyager virtuellement dans l’espace et dans le temps. Le Planétarium offre aussi des spectacles en direct présentés par des spécialistes d’astronomie résidants.

2. Musée de l’Histoire des Sciences

Le Musée de l’Histoire des Sciences est un musée permanent qui jette la lumière sur les exploits des anciens Egyptiens durant trois époques majeures : l’Egypte pharaonique, Alexandrie hellénistique et le Moyen Age arabo-musulman. Il rend ainsi hommage aux grands savants ayant enrichi la connaissance humaine en faisant renaître leurs grandes découvertes, ainsi que les accomplissements des traducteurs grâce auxquels des ouvrages inappréciables ont franchi le temps et l’espace.

Le Musée de l’Histoire des Sciences n’est pas un simple musée traditionnel. Il offre aux écoliers en particulier et au public en général une variété d’activités autres que les visites traditionnelles.

3. ALEXploratorium

Fascinant et innovant, l’ALEXploratorium propose une approche pratique de la science, dont le concept et la stratégie opérationnelle se montrent non conventionnels. Il s’adresse en premier lieu aux enfants et aux jeunes constituant l’avenir et l’espoir de l’Egypte. L’Alexploratorium vise à les impliquer par la tenue d’expositions interactives, d’ateliers, de programmes et d’activités dirigés et surveillés par un personnel dévoué, ayant pour objectif de transmettre les principes de la science d’une manière amusante.

Cependant, les activités de L’ALEXploratorium ne ciblent pas uniquement les jeunes. Elles attirent les visiteurs de tout âge et toute origine ; et ce en rendant les sciences plus accessibles, plus compréhensibles et beaucoup plus intéressantes. L’importance desdites activités réside dans le fait de montrer au public comment pratiquer la science et l’appliquer sur tout ce qu’il voit, écoute ou touche dans la vie quotidienne.

Foire Intel des Sciences et de l’Ingénierie de la Bibliotheca Alexandrina (Intel BASEF)

La Foire Internationale Intel de la Science et de la Technique (Intel ISEF) est le plus grand concours scientifique tenu annuellement à l’échelle mondiale ciblant les étudiants de 14 à 18 ans. Intel ISEF réunit plus de 1 500 lycéens de 40 pays qui viennent présenter leurs recherches, partager leurs découvertes, échanger leurs idées, collaborer avec leurs pairs et concurrencer. Les lauréats reçoivent des prix estimés à des millions de dollars, variant entre bourses d’études, instruments et excursions scientifiques. La Foire Intel des Sciences et de l’Ingénierie de la Bibliotheca Alexandrina (Intel BASEF) est un concours régional préparant les étudiants à participer, concurrencer et décrocher les premiers prix de la compétition internationale Intel ISEF ayant lieu aux Etats-Unis.

Programme de l’Année Scolaire du CSP


Le Centre des Sciences du Planétarium (CSP) organise une série d'ateliers portant sur divers domaines scientifiques en ayant recours aux programmes de sciences formelles et en particulier l'astronomie. Il s’adresse essentiellement aux écoliers (âgés de 10 à 16 ans) et leurs enseignants, tout en les initiant aux merveilles de la science à un âge précoce. Le programme des ateliers du CSP est implémenté dans les écoles en collaboration avec le Ministère de l'Éducation. Le CSP tient tout le long de l’année lesdits ateliers en parallèle avec les activités qu’il organise régulièrement. Durant les vacances d’été et de la mi-année, le CSP prépare un programme pour les élèves des cycles primaire, préparatoire et secondaire. Il s’agit d’un large éventail d’activités internes à savoir des ateliers du travail, des conférences, des concours, des tours, et des visites externes à l’instar des excursions et des camps scientifiques. Ainsi, Le programme combine à la fois l'éducation et le divertissement d'une manière très créative. Au cours du 1er et 2nd semestre de l’année scolaire, en plus des événements annuels qu’il maintient, le CSP met en place des ateliers ciblant soit des individus, soit des groupes scolaires.

Planète des Sciences


SCIplanet (Planète des Sciences) est un magazine ludo-éducatif, publié en langues arabe et anglaise par l’Unité des Publications du Secteur de l’Approche Culturelle (COPU) de la BA, et fondé par le Centre des Sciences du Planétarium (CSP). Par le biais de ses publications imprimées et électroniques, SCIplanet transmet les sciences aux Egyptiens de manière intéressante à l’image de la variété d’activités ludo-éducatives uniques de la BA, réalisant ainsi la mission de la Bibliothèque d’être un centre d’excellence pour la production et la diffusion du savoir. Nous vous souhaitons une lecture amusante.

TIGNARD YANIS‏ @TIGNARDYANIS · 12 hil y a 12 heures
POUR CEUX QUI AIMENT LE FOOTBALL, NE PAS PARTICIPER À UNE COUPE DU MONDE EST TRÈS AMER, JE L'AI VÉCU EN 1990 ET 1994. J'ADRESSE MES PENSÉES AUX ITALIENNES ET AUX ITALIENS QUI ONT POURTANT GAGNÉ EN 2006 CONTRE LA FRANCE: PILULE AMÈRE POUR LES TIFOSIS HABITUÉ AU TOURNOI FINAL.
TAY

L'œil sanglant du Taureau, le farouche Aldébaran, s'élevait au-dessus d'une sombre aiguille, qui semblait le soupirail du volcan . George Sand (1804-1876).
Peuples de la République de l'Italie, I change, but I cannot die. Shelley, the Cloud.
Le Nuage de Louise Ackermann.
TAY

REMARQUE SUR LA FASCINATION DE LA FEMME
DEVANT L'HORIZON DE LA NATURE: ODES AUX JOIES...
RAPPORT DE Y'BECCA
SOUS L'EGIDE
DU CITOYEN TIGNARD YANIS


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com En ligne
yanis la chouette



Nombre de messages : 7496
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: Re: Le mont Blanc, le Chapelet et les âmes du Purgatoire.   Mar 14 Nov à 3:24

Fête de la Science


Parmi les missions que s’est données le Centre des Sciences du Planétarium (CSP) de la BA était la création d’une fête locale annuelle, et ce dans le but de la transformer en fête nationale. Initiée en 2007, la Fête de la Science offre au public de tout âge et culture l’occasion de poser des questions, discuter, explorer et savourer le plaisir de l’apprentissage que ce soit en famille, entre amis ou individuellement.

Ouverte gratuitement au grand public, cette manifestation scientifique unique s’adresse notamment aux enfants. Le Village des Sciences en constitue le centre et compte une large collection d’objets variés et interactifs, outre le Super Science Show. Des conférences et des présentations sont tenues en marge de la manifestation.

Le terme serpentaire désigne en français plusieurs espèces de rapace qui ont en commun une ophiophagie. L'espèce la plus connue comme serpentaire est le Messager sagittaire (Sagittarius serpentarius), mais il vaut mieux réserver cette appellation à des rapaces de la famille des Accipitridés dont le nom normalisé inclut le terme serpentaire.

Liste des espèces appelées serpentaires
Serpentaire des Andaman — Spilornis elgini
Serpentaire bacha — Spilornis cheela
Serpentaire des Célèbes — Spilornis rufipectus
Serpentaire du Congo — Dryotriorchis spectabilis
Serpentaire de Kinabalu — Spilornis kinabaluensis
Serpentaire de Madagascar — Eutriorchis astur
Serpentaire menu — Spilornis klossi
Serpentaire des Philippines — Spilornis holospilus
Secrétaire ou messager sagittaire - Sagittarius serpentarius

Plusieurs espèces d'Accipitridae
Le Sagittarius serpentarius

https://fr.wikipedia.org/wiki/Serpentaire_(oiseau)

Rostock (prononciation /'ʁɔstɔk/ du polabe Roz toc) est une ville-arrondissement du nord de l’Allemagne. C’est la plus grande ville de Mecklembourg-Poméranie occidentale. Rostock est située sur les bords de la rivière Warnow.

Géographie

Rostock est située pratiquement au centre de la côte baltique du Mecklembourg-Poméranie-Occidentale. Rostock s’étend sur 21,6 kilomètres de la mer Baltique jusqu’au sud et sur 19,4 kilomètres d’est en ouest. La partie côtière de Rostock, Rostock-Warnemünde, est située à environ 16 km au nord du centre historique de la ville. Les parties les plus densément peuplées de la ville se situent à l’ouest et au sud-est, le port international se situe à l’est de Rostock.

Histoire
Genèse




Confirmation du droit urbain de Lübeck accordé à la cité (1218)
Au XIe siècle les Polabes établirent sur la rive orientale de la rivière Warnow autour d’un camp comportant un château (burg) et une agglomération dénommée Roztoc (ce qui signifie là où le fleuve s’élargit) ; d'où le nom Rostock dérive.

Le roi du Danemark Valdemar Ier fit incendier la ville en 1161. À cette occasion le chroniqueur danois Saxo Grammaticus fit la première mention de celle-ci.

C’est en 1189 que pour la première fois on mentionne une agglomération avec des commerçants et des artisans allemands installée sur l’autre rive et portant le nom de Rostock. À l’origine, se trouvaient alors en ce lieu trois villes distinctes.
1.Altstadt (vieille ville) autour de l’Alter Markt (vieux marché) et de l’église Saint-Pierre et de l’église Saint-Nicolas
2.Mittelstadt (ville du milieu) autour du Neuer Markt (Nouveau marché) et de l’église Sainte-Marie.
3.Neustadt (nouvelle ville) autour du Hopfenmarkt (marché au houblon, actuel square de l’Université) et de l’église Saint-Jacques, démolie depuis.

Le droit urbain de Lübeck a été accordé à cette agglomération le 24 juin 1218 par le prince Heinrich Borwin Ier ; il s’agit du document le plus ancien attestant l’existence de la ville dont on ne connaît pas la date de création précise.

Ligue Hanséatique

Plan de Rostock en 1683
Au Moyen Âge, Rostock était un membre important de la Hanse. La ligue Hanséatique assura à la ville un développement important, à ce titre l’architecture du centre-ville avec les remparts, les portes et les entrepôts construits en briques du Brandebourg portent fortement l’empreinte de cette époque. Au XIVe siècle, tandis que Lübeck passait pour la perle de la Hanse, Rostock était la ville la plus importante du Mecklenburg, un puissant port de douze mille habitants et une des villes les plus riches de cette alliance. Les navires de la Hanse destinés à voguer dans la Baltique étaient construits à Rostock. En 1419 l’université de Rostock fut la première fondée dans la région de la Baltique. La ville comptait en outre plus d’une centaine de petites brasseries. Rostock à l’époque jouissait d’une grande réputation pour sa bière rousse au goût excellent.

XVe au XVIIIe siècle


Rostock 1780-90
À la fin du XVe siècle les ducs du Mecklembourg réussirent à renforcer leur pouvoir sur la ville de Rostock, qui jusqu’alors était seulement théoriquement assujettie à leur pouvoir mais en réalité essentiellement indépendante. Ils instrumentalisèrent à cette fin une émeute connue sous le nom de Domfehde, un soulèvement sans succès des populations pauvres. Les conflits ultérieurs avec les ducs et le pillage persistant menèrent finalement la ville à une perte de pouvoir économique et politique.

La situation stratégique de Rostock provoqua l’envie des puissances extérieures. Ainsi, les Danois et les Suédois occupèrent la ville deux fois, la première au cours de la guerre de Trente Ans (1618-48) et à nouveau de 1700 à 1721. Plus tard, les Français de Napoléon Ier occupèrent la ville pendant près d’une décennie jusqu’en 1813. Ce fut ici que Blücher, précisément né à Rostock, l’un des généraux qui se battaient encore après la bataille d’Iéna, se rendit aux Français en 1806. À la suite de terribles combats de rue au cours desquels il commanda en personne quelques charges de cavalerie, les Prussiens, épuisés, se rendirent, à court de nourriture et de munitions.

À ces luttes d’influence s’ajouta un incendie qui détruisit la ville en 1677 accentuant le déclin de Rostock, c’est seulement au milieu du XIXe siècle que l’industrialisation permit à la ville de reprendre son élan.

XIXe siècle


La place du marché en 1883 (par Friedrich Jentzen)
Dans la première moitié du XIXe siècle Rostock regagna beaucoup de son importance économique, tout d’abord du fait du commerce du blé, et, à partir des années 1850, du fait des industries et plus particulièrement des constructions navales. C’est à Rostock que fut lancé le premier vapeur allemand à hélice.

XXe siècle

Rostock 1910


L’ancien centre de Rostock en 1953
La ville grandit en taille et en population, de nouveaux quartiers émergèrent au sud et à l’ouest des anciennes limites de la cité. Deux développements de quartiers résidentiels notables furent ajoutés en réponse à l’accroissement de population autour de 1900 :
1.Steintor-Vorstadt au sud, s’étendant de la vieille muraille à la nouvelle Station de Chemin de fer "Lloydbahnhof" (maintenant Hauptbahnhof). Il a été conçu comme un quartier vivant et se compose surtout de grandes maisons simples, habitées par les citoyens riches.
1.Kröpeliner-Tor-Vorstadt à l’ouest, conçu pour loger la population ouvrière accueillant également des équipements industriels comme "Mahn et la Brasserie d'Ohlerich" (maintenant Hanseatische Brauerei Rostock). Le chantier naval principal, "Neptun" était voisin de l’autre côte du fleuve.

Jusqu’à la Seconde Guerre mondiale la ville comptait deux chantiers de construction aéronautique. Dès les années 1920, l’ingénieur Ernst Heinkel y fonda la société Heinkel-Flugzeugwerke et fit commencer à Marienehe la construction du premier avion à réaction du monde, les usines Arado à Warnemünde étant le second établissement de construction aérienne.

En même temps que se développait la production d’avions, le nombre des habitants augmentait rapidement par immigration et incorporation des villages voisins, tout cela favorisé par l’arrivée au pouvoir des Nazis. Rostock devint une ville importante. Pendant la Seconde Guerre mondiale le centre-ville fut sévèrement bombardé par les Alliés en 1942 et 1945 et dut être reconstruit. La construction d’avion cessa complètement à la fin de la guerre.

La ville continua à croître après la guerre — surtout avec la reconstruction de grands secteurs d'habitation ; le nouveau port maritime situé au Breitling devint le grand port de la RDA et compte encore aujourd’hui comme un des ports les plus importants de la mer Baltique.

La réunification allemande provoqua un déclin, marqué en août 1992 par des agressions contre des étrangers dans le quartier Lichtenhagen qui devaient marquer plusieurs années encore l’image de la ville. Une réponse de Rostock à cette situation fut l’initiative Multicolore et non brun (Bunt statt braun). Il reste qu’on a encore du mal à démêler les implications politiques qui ont permis au conflit d’éclater. Multicolore a été également, en 2003, l’exposition internationale d’horticulture (IGA) organisée par Rostock. Dans la même année, le tunnel sous la Warnow fut ouvert. La candidature de la ville associée à Leipzig pour l’organisation des jeux olympiques d’été en 2012 n’a toutefois pas été retenue lors de la présélection internationale par l’IOC le 18 mai 2004.

Politique

Symboles





Blason de la ville
Dans la longue histoire de Rostock, la ville eut trois blasons différents connus comme Signum, Secretum et Sigillum. Le Signum, qui remonte à 1367, fut le dernier adopté et constitue le blason moderne de la ville. Le blason est non seulement visible sur les drapeaux, les maisons et les arrêts de bus mais aussi sur les ponts, barrières, navires et restaurant ce qui montre son importance dans l’identité de la ville.

Le drapeau représente un griffon d’or un champ d'azur et les couleurs de la Hanse, argent et rouge.

Administration[

Depuis le XIIIe siècle, le corps gouvernant la ville est le conseil municipal (Rat), constitué de dix puis plus tard de vingt-quatre conseillers (Ratsherren). Le président du conseil était le maire de la ville. Au XIXe siècle, il y eut même trois maires en même temps. Depuis 1925, le chef de l’exécutif de la ville porte le titre de maire. Après avoir été élu pendant des siècles par le conseil municipal, il est dorénavant élu directement par les habitants de Rostock, après une réforme datant de 2002.

Hôtel de Ville
Le parlement de la ville (Bürgerschaft) représente les habitants, ses représentants sont élus pour cinq ans. Actuellement le nombre de ses représentants est de cinquante-trois.
13 CDU
13 La Gauche
11 SPD
6 Grünen
3 FDP
3 Rostocker Bund
4 autres

Le parlement de la ville est présidé par le Präsident der Bürgerschaft. Il dirige et prépare les sessions, et représente la ville conjointement au Maire.

Roland Methling (Indépendant), a été élu maire de Rostock au premier tour par 58,2 % des votants le 27 février 2005.

Jumelages[





Vue de l'église Saint-Pierre (Petrikirche)
La ville de Rostock est jumelée avec1 :
Drapeau de la Pologne Szczecin (Pologne) depuis 1957
Drapeau de la Norvège Bergen (Norvège) depuis 1965
Drapeau de la Finlande Turku (Finlande) depuis 1959
Drapeau de la Bulgarie Varna (Bulgarie) depuis 1966
Drapeau de la France Dunkerque (France) depuis 1960 - Accord de coopération avec la Communauté Urbaine de Dunkerque
Drapeau de la Croatie Rijeka (Croatie) depuis 1966
Drapeau de la Lettonie Rīga (Lettonie) depuis 1961
Drapeau de l'Allemagne Brême (Allemagne) depuis 1987
Drapeau de la Belgique Anvers (Belgique) depuis 1963
Drapeau de la République populaire de Chine Dalian (Chine) depuis 1988
Drapeau du Danemark Aarhus (Danemark) depuis 1964
Drapeau des États-Unis Raleigh (États-Unis) depuis 2001
Drapeau de la Suède Göteborg (Suède) depuis 1965

Elle entretient également d’étroites relations avec :
Drapeau de la Russie Kaliningrad (Russie)
Drapeau de la Suède Trelleborg (Suède)
Drapeau de la Suède Kalmar (Suède)
Drapeau de la Suède Karlskrona (Suède)
Drapeau de la Suède Växjö (Suède)
Drapeau de la Pologne Gdansk (Pologne)
Drapeau du Danemark Elseneur (Danemark)
Drapeau de la Lituanie Klaipėda (Lituanie)

Religion

Histoire

Vue de l'église Saint-Jacques vers 1920.
La christianisation des Wendes de la région a lieu sous Henri le Lion. Rostock passe à la Réforme luthérienne à partir de 1525 lorsqu'un vicaire de l'église Saint-Pierre, Joachim Slüter, passe à la nouvelle religion et fait imprimer des livres de chants en bas-allemand. Après sa mort en 1532, son successeur, Johann Oldendorp, intensifie les réformes, appuyé par la bourgeoisie de la ville, comme dans les autres villes de la ligue hanséatique. Les catholiques commencent à être qualifiés de papistes et sont persécutés à partir de 1534. Un surintendant luthérien est nommé et un ministère évangélique est créé, remplaçant les anciennes structures catholiques. La ville devient entièrement protestante.

Les premiers catholiques ne reviennent s'établir à Rostock qu'au XIXe siècle. La première paroisse catholique d'après le temps de la Réforme date de 1872 et la première église catholique à être construite date de 1909, la Christuskirche (démolie en 1971 et remplacée par un bâtiment moderne). Les paroisses relèvent d'abord du vicariat apostolique des Missions du Nord, puis du diocèse d'Osnabrück à partir de 1930. Le partage de l'Allemagne rend difficile la mission de l'évêque dans la partie est-allemande, où l'athéisme est décrété idéologie officielle et Rostock dépend d'un évêque auxiliaire du Schwerin.

Aujourd'hui

Rostock est aujourd'hui partagée en trois prévôtés luthériennes (nord, sud et est) qui dépendent de l'Église évangélique-luthérienne du Mecklembourg. Les catholiques dépendent de l'archidiocèse d'Hambourg, fondé en 1995.

Cependant, la politique d'athéisme de la république démocratique allemande et la révolution des mœurs détournent de plus en plus d'habitants de la ville de toute pratique religieuse, en particulier des cultes chrétiens traditionnels. D'autre part, des cultes venus des États-Unis s'y sont installés, comme les Adventistes ou venus d'Allemagne comme l'Église néo-apostolique et d'autres sectes. De plus, des populations d'origine étrangère comme les Turcs ouvrent leur propre lieux de culte. Une mosquée est construite à la Erich-Schlesinger-Straße.

Aujourd'hui, ainsi marquée par près d'un demi-siècle de communisme, la majorité des habitants de Rostock d'origine allemande est non-baptisée ou athée et rejette le christianisme de ses ancêtres.

Attractions

Rostock

Heiligengeisthof (jardin du Saint-Esprit)
Un des endroits les plus typique de Rostock est le Neuer Markt (place du nouveau marché) comprenant l’hôtel de ville construit à l’origine au XIIIe siècle en brique et de style gothique, mais transformé en profondeur au XVIIIe siècle par l’adjonction d’une façade baroque et d’une salle des banquets. La place conserve également six maisons à pignon datant des XVe et XVIe siècles, restaurées de belle façon. Les autres anciennes maisons de style hanséatique qui bordaient la place ont été détruites au cours d’un bombardement aérien allié en 1942.

La Kerkhofhaus du XVe siècle (située Große Wasserstraße, derrière l’hôtel de ville) est considérée comme la maison de brique gothique la mieux préservée de la ville.

La Marienkirche (église Sainte-Marie), située au Ziegenmarkt, est une imposante église gothique en briques. Construite au XIIIe siècle, elle a été agrandie et modifiée à la fin du XIVe siècle pour arriver à la basilique en forme de croix actuelle. Sa haute tour ne fut pas achevée avant la fin du XVIIIe siècle. À l’intérieur de la tour se situe une horloge astronomique construite en 1472 par Hans Düringer.

Kröpeliner Straße - la principale artère piétonne
La principale artère piétonne est la Kröpeliner Straße qui part à l’est du nouveau marché jusqu’à la Kröpeliner Tor, une ancienne porte municipale du XIVe siècle. Le bâtiment principal de l’université de Rostock, plus ancienne université d’Europe du Nord, se situe sur l’Universitätsplatz, à proximité du milieu de cette rue, devant la fontaine du zeste de vie (Brunnen der Lebensfreude).

Le Kloster St Katharinen (couvent Sainte-Catherine) est un ancien monastère franciscain fondé en 1243, agrandi plusieurs fois au cours des XIVe et XVe siècles. Il est maintenant le siège de l’Académie de musique et de théâtre (HMT-Rostock) [archive].

L’église gothique de briques Nikolaikirche (église Saint-Nicolas), qui est la plus ancienne église de Rostock a été construite au milieu du XIIIe siècle. Lourdement endommagée pendant la Seconde Guerre mondiale et restaurée depuis, le bâtiment est désormais utilisé comme salle d’exposition et de concert du fait de ses remarquables conditions acoustiques.

Quelques tronçons du mur d'enceinte médiéval subsistent toujours tout comme quatre portes municipales médiévales.

Warnemünde

Alexandrinenstraße à Warnemünde
Warnemünde est la partie côtière de Rostock et une attraction importante de la ville. Les habitants et les touristes apprécient ses maisons anciennes situées en front de mer, sa grande plage, son vieux port de pêche et son phare.

Économie

Bureau de la Deutsche Seereederei
L'économie de la ville est fortement influencée par le tourisme, l’Université de Rostock, les industries maritimes (particulièrement les constructions navales) et le secteur des services.

Les grandes entreprises présentes à Rostock sont :
Aker Warnow Werft, chantier naval appartenant à Aker Yards
Neptun Werft, chantier naval appartenant à Meyer Neptun Group
Deutsche Seereederei Rostock, transport, croisières
Nordex, important producteur d’éoliennes
Hanseatische Brauerei Rostock, brasserie allemande appartenant à Oetker-Gruppe
Liebherr, fabricant de grues
Caterpillar, fabricant de moteurs diesels pour bateau
IKEA
Scandlines, Compagnie de ferry germano-danoise
Inros Lackner AG, Entreprise d’Architecture, Ingénierie et de Conseil

Éducation

Université de Rostock
Rostock accueille l’une des plus vieilles universités au monde. Fondée en 1419, l’Université de Rostock est la troisième plus vieille université d’Allemagne encore en activité, la seconde plus ancienne en Europe du Nord (après l’Université de St Andrews) et la plus ancienne université de Europe du Nord continentale.

La Haute école de Musique et de Théâtre (Hochschule für Musik und Theater) délivre des diplômes dans le domaine artistique.

Culture

Volkstheater Rostock
Événements

La ville accueille le festival annuel de Hanse Sail, pendant lequel de nombreux grands voiliers et navires de musées sont regroupés, attirant plus de 1,5 million de visiteurs.

Un festival de Jazz, l’Ostsee-Jazz se déroule en juin.

Les autres événements sont :
Kurfilmfestival FiSh
Rostocker Kulturwoche
Sommer der Kulturen
Rostocker Hafenfest
Boulevardfest
Warnemünder Woche
Public-access television rok.tv (situé Platz der Freundschaft)
private tv station tv.rostock

Musées et Zoos




Walter Kempowski archivesKunsthalle Rostock (art gallery)
Kulturhistorisches Museum
Dokumentations- und Gedenkstätte der Bundesbeauftragten für die Unterlagen des Staatssicherheitsdienstes der ehemaligen Deutschen Demokratischen Republik
Heimatmuseum Warnemünde
Schiffbau- und Schifffahrtsmuseum
Rostocker Zoo
Walter-Kempowski-Archiv

Musique et Théâtre
Volkstheater Rostock Norddeutsche Philharmonie
Rostocker Singakademie

Niederdeutsche Bühne Rostock
Compagnie de Comédie
Kleine Komödie Warnemünde
Mechaje
Bühne 602
Festspiele Mecklenburg-Vorpommern
Ostsee Big Band (Jazz)

Automobile

On peut atteindre Rostock par les autoroutes (Autobahn) A 1 et A 20 en provenance d’Hambourg via Lübeck ou A 19 et A 20 en provenance de Berlin via Wittstock-Dosse.

Transport en commun[modifier | modifier le code]


Rostock Hauptbahnhof (Gare centrale).


Réseau de transport de Rostock.
La Rostock Hauptbahnhof (Gare centrale de Rostock) permet des liaisons rapides vers Hambourg et Berlin et à partir de là vers la plupart des autres villes européennes. Elle est le centre du réseau de S-Bahn de Rostock.

À l’intérieur de la ville se déploie un réseau dense de tramways, bus et ferries. Le premier tunnel d’Allemagne entièrement financé par des fonds privés traverse la rivière Warnow entre l'ouest et l'est de la ville.

Transport maritime
Rostock est le second plus grand port de la Baltique après Lübeck. Rostock est aussi desservi par un grand port pour ferry. Il s'agit de la base des compagnies de ferry Scandlines et TT-Line, qui toutes deux relient Rostock aux plus grands ports de Scandinavie. De plus, Rostock est la ville d'Allemagne recevant le plus grand nombre de touristes partant en croisière.

Transport aérien
Les aéroports internationaux les plus proches de la ville se situent à Hambourg et Berlin. L’aéroport de Rostock-Laage, situé à 30 km au sud-est de la ville, est accessible directement via Cologne, Munich ainsi que Stockholm (liaison assurée par la compagnie Ryanair). Il existe également quelques petits aérodromes pouvant accueillir des avions de moindre importance comme celui de Purkshof.

Personnages célèbres

À Rostock sont nés :
Gebhard Leberecht von Blücher (1742-1819), général prussien qui se battit contre Napoléon à la bataille de Waterloo, le 18 juin 1815.
Karl August Nerger (1875-1947), officier de marine.
Walter Rothbarth (1886-1935), écrivain.
Egbert Brieskorn (1936-2013), mathématicien.
Joachim Gauck (né en 1940), pasteur protestant, président de la République fédérale d'Allemagne.
Jan Ullrich (né en 1973), cycliste professionnel, vainqueur du Tour de France 1997.
Britta Kamrau (de) (née en 1979), nageuse sportive.
André Greipel (né en 1982), coureur cycliste vainqueur de 4 étapes du Tour d'Espagne, 2 étapes du Tour d'Italie et 5 étapes du Tour de France.

Autres liens avec la ville :
Uwe Johnson, Rudolf Steiner et Fritz Reuter ont étudié et fait de la recherche à Rostock.
Ernst Heinkel, pionnier de l’aviation construisit ses usines à Rostock.
Daniel Bruckner, footballeur professionnel évoluant actuellement au SC Paderborn 07 en Allemagne.

RAPPORT DU CITOYEN TIGNARD YANIS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com En ligne
yanis la chouette



Nombre de messages : 7496
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: Re: Le mont Blanc, le Chapelet et les âmes du Purgatoire.   Mar 14 Nov à 3:41

UK-US partnership to advance interoperability between military medical services

cting Assistant Secretary of Defense for Health Affairs Tom McCaffery signs a Task Force Charter with the acting Surgeon General of the United Kingdom Ministry of Defence, Major General Martin Bricknell, continuing a UK-US partnership to advance interoperability between military medical services.

Acting Assistant Secretary of Defense for Health Affairs Tom McCaffery signs a Task Force Charter with the acting Surgeon General of the United Kingdom Ministry of Defence, Major General Martin Bricknell, continuing a UK-US partnership to advance interoperability between military medical services. McCaffery reaffirmed that the partnership enables both countries to better equip our Armed Forces community with the best possible medical support and capabilities for service personnel, veterans, and their families. By sharing information and developing opportunities for combined training and collaborative research, the United States and United Kingdom are committed to advancing military medical services and working side-by-side in defense of global interests.
Acting Assistant Secretary of Defense for Health Affairs Tom McCaffery signs a Task Force Charter with the acting Surgeon General of the United Kingdom Ministry of Defence, Major General Martin Bricknell, continuing a UK-US partnership to advance interoperability between military medical services.

McCaffery reaffirmed that the partnership enables both countries to better equip our Armed Forces community with the best possible medical support and capabilities for service personnel, veterans, and their families. By sharing information and developing opportunities for combined training and collaborative research, the United States and United Kingdom are committed to advancing military medical services and working side-by-side in defense of global interests

https://health.mil/News/Articles/2017/11/09/UK-US-partnership-to-advance-interoperability-between-military-medical-services
http://www.esa.int/About_Us/Art_Culture_in_Space

By: Military Health System Communications Office

News | November 13, 2017

Listening for Gravitational Waves Using Pulsars

One of the most spectacular achievements in physics so far this century has been the observation of gravitational waves, ripples in space-time that result from masses accelerating in space. So far, there have been five detections of gravitational waves, thanks to the Laser Interferometer Gravitational-Wave Observatory (LIGO) and, more recently, the European Virgo gravitational-wave detector. Using these facilities, scientists have been able to pin down the extremely subtle signals from relatively small black holes and, as of October, neutron stars.

But there are merging objects far larger whose gravitational wave signals have not yet been detected: supermassive black holes, more than 100 million times more massive than our Sun. Most large galaxies have a central supermassive black hole. When galaxies collide, their central black holes tend to spiral toward each other, releasing gravitational waves in their cosmic dance. Much as a large animal like a lion produces a deeper roar than a tiny mouse's squeak, merging supermassive black holes create lower-frequency gravitational waves than the relatively small black holes LIGO and similar ground-based experiments can detect.

"Observing low-frequency gravitational waves would be akin to being able to hear bass singers, not just sopranos," said Joseph Lazio, chief scientist for NASA's Deep Space Network, based at NASA's Jet Propulsion Laboratory, Pasadena, California, and co-author of a new study in Nature Astronomy.

To explore this uncharted area of gravitational wave science, researchers look not to human-made machines, but to a natural experiment in the sky called a pulsar timing array. Pulsars are dense remnants of dead stars that regularly emit beams of radio waves, which is why some call them "cosmic lighthouses." Because their rapid pulse of radio emission is so predictable, a large array of well-understood pulsars can be used to measure extremely subtle abnormalities, such as gravitational waves. The North American Nanohertz Observatory for Gravitational Waves (NANOGrav), a Physics Frontier Center of the National Science Foundation, is one of the leading groups of researchers using pulsars to search for gravitational waves.

The new Nature Astronomy study concerns supermassive black hole binaries -- systems of two of these cosmic monsters. For the first time, researchers surveyed the local universe for galaxies likely to host these binaries, then predicted which black hole pairs are the likeliest to merge and be detected while doing so. The study also estimates how long it will take to detect one of these mergers.

"By expanding our pulsar timing array over the next 10 years or so, there is a high likelihood of detecting gravitational waves from at least one supermassive black hole binary," said Chiara Mingarelli, lead study author, who worked on this research as a Marie Curie postdoctoral fellow at Caltech and JPL, and is now at the Flatiron Institute in New York.

Mingarelli and colleagues used data from the 2 Micron All-Sky Survey (2MASS), which surveyed the sky from 1997 to 2001, and galaxy merger rates from the Illustris simulation project, an endeavor to make large-scale cosmological simulations. In their sample of about 5,000 galaxies, scientists found that about 90 would have supermassive black holes most likely to merge with another black hole.

While LIGO and similar experiments detect objects in the final seconds before they merge, pulsar timing arrays are sensitive to gravitational wave signals from supermassive black holes that are spiraling toward each other and will not combine for millions of years. That's because galaxies merge hundreds of millions of years before the central black holes they host combine to make one giant supermassive black hole.

Researchers also found that while bigger galaxies have bigger black holes and produce stronger gravitational waves when they combine, these mergers also happen fast, shortening the time period for detection. For example, black holes merging in the large galaxy M87 would have a 4-million-year window of detection. By contrast, in the smaller Sombrero Galaxy, black holes mergers typically take about 160 million years, offering more opportunities for pulsar timing arrays to detect gravitational waves from them.

Black hole mergers generate gravitational waves because, as they orbit each other, their gravity distorts the fabric of space-time, sending ripples outward in all directions at the speed of light. These distortions actually shift the position of Earth and the pulsars ever so slightly, resulting in a characteristic and detectable signal from the array of celestial lighthouses.

"A difference between when the pulsar signals should arrive, and when they do arrive, can signal a gravitational wave,"Mingarelli said. "And since the pulsars we study are about 3,000 light-years away, they act as a galactic-scale gravitational-wave detector."

Because all supermassive black holes are so distant, gravitational waves, which travel at the speed of light, take a long time to arrive at Earth. This study looked at supermassive black holes within about 700 million light-years, meaning waves from a merger between any two of them would take up to that long to be detected here by scientists. By comparison, about 650 million years ago, algae flourished and spread rapidly in Earth's oceans -- an event important to the evolution of more complex life.

Many open questions remain about how galaxies merge and what will happen when the Milky Way approaches Andromeda, the nearby galaxy that will collide with ours in about 4 billion years.

"Detecting gravitational waves from billion-solar-mass black hole mergers will help unlock some of the most persistent puzzles in galaxy formation," said Leonidas Moustakas, a JPL research scientist who wrote an accompanying "News and Views" article in the journal.

2MASS was funded by NASA's Office of Space Science, the National Science Foundation, the U.S. Naval Observatory and the University of Massachusetts. JPL managed the program for NASA's Office of Space Science, Washington. Data was processed at IPAC at Caltech in Pasadena, California.

Updated on Nov. 13, 2017, at 10:45 a.m. to clarify history of algae.


News Media Contact
Elizabeth Landau
Jet Propulsion Laboratory, Pasadena, Calif.
(818) 354-6425
Elizabeth.Landau@jpl.nasa.gov

2017-293

REMARQUE SUR LA FASCINATION DE LA FEMME
DEVANT L'HORIZON DE LA NATURE: ODES AUX JOIES...
RAPPORT DE Y'BECCA
SOUS L'EGIDE
DU CITOYEN TIGNARD YANIS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com En ligne
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le mont Blanc, le Chapelet et les âmes du Purgatoire.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le mont Blanc, le Chapelet et les âmes du Purgatoire.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [ Passé ]La bataille du Mont Gundabad
» La FMB à Mont st Guibert
» Mont Venteux
» le mont venteux
» Bataille du Mont THABOR

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le clans des mouettes :: Le clans des mouettes-
Sauter vers: