Le clans des mouettes

ainsi est la force.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 LE CHÔMAGE, LE REPOS ET LE TRAVAIL DANS L'ACTIVITÉ HUMAINE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
yanis la chouette



Nombre de messages : 7498
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: LE CHÔMAGE, LE REPOS ET LE TRAVAIL DANS L'ACTIVITÉ HUMAINE   Mar 7 Nov à 17:08

LE CHÔMAGE, LE REPOS ET LE TRAVAIL DANS L'ACTIVITÉ HUMAINE

LA CIRCONSTANCE EST LE LIEN ENTRE LE TRAVAIL ET LE CHÔMAGE
AFIN DE RÉTABLIR UN MÉCANISME PERPÉTUEL D'ÊTRE SUR L'ÉVOLUTION DE SURVIE.
YAHVÉ

DANS L'ORIENTATION, L'ORIGINALITÉ DES ACTES A CONSTRUIT DE BONS
ET DE MAUVAIS MOUVEMENTS DANS L'ÉVOLUTION DU TEMPS
ET EN LA SITUATION.
TAY

YAHVÉ, UN PRÉNOM ET UNE HISTOIRE QUE PORTERONT
DES ENFANTS QUI VERRONT UNE NOUVELLE GÉOGRAPHIE:
LA CIRCONSTANCE RENCONTRE LA RÉALITÉ.
TAY

MALGRÉ LES TRADITIONS, LES MOUVEMENTS DEVIENDRONT
MESSAGES DU DEVENIR; LE DÉVELOPPEMENT DU DESTIN
DE L'HUMANITÉ EN L'EXISTENCE DU LAPS.
TAY

L'ORIENTATION DE L'ORIGINE NOUS INDIQUE UN SENTIMENT
MALGRÉ L'ORGUEIL QUI ANIME NOTRE ÉTHIQUE DE RÉUSSITE
DANS LA SOCIÉTÉ: LA SURVIE.
TAY

L'IMAGE EST FINALEMENT LA PRIORITÉ DE BEAUCOUP
D'EXISTENCE OUBLIANT AINSI LE CONCEPT DE PEUPLE
POUR LE PRIVILÈGE D'ÊTRE AIMER DU MONDE.
TAY

DANS LE MOMENT, LA NOTION DE DÉPLACEMENT DÉPASSE
LA NOTORIÉTÉ ET SEUL, L'ÉQUILIBRE PERMET À L'ESPRIT
DE VOIR L'INTÉRIEUR DU CYCLE.
TAY

DANS LE CYCLONE, LE COEUR EST DANS LE CONTEXTE D'EXPRESSION
ET D'IMMORTALITÉ DEVANT LA MORT, CE SENTIMENT DE PEUR ET DE CROIRE EN SOI.
TAY

LA RÉALITÉ EST LA RESPONSABILITÉ DE SOI DEVANT SA FAMILLE,
SON PEUPLE ET SES ESPÉRANCES: LA MORALE FAIT LA MODERNITÉ,
LE RÊVE EST NOUS.
TAY

L'UNIVERS DE MINOUSKA ET LES FABLES DE NAGALÏÉW
SONT LA FORCE DES EXISTENCES PAR DES HISTOIRES
ET DES MORALES LIÉES À LA FIN ET AUX NUITS.
Y

EN LA RÊVERIE DES FABLES, ON Y RETROUVE LES INTERROGATIONS
DES INSTANCES, LES SOLUTIONS ENTREPRIS ET LA RÉALITÉ DES ACTES
EN MOUVEMENT.
TAY

LA CONVICTION DE PEUPLE DONNE LA CROYANCE D'UNE EXISTENCE
PLUS GRANDE QUE SON PROPRE SOI: L'ESPÉRANCE D'UNE OSMOSE HARMONIEUSE.
TAY ET YAHVÉ

LA RÉPUBLIQUE, LA RÉALITÉ ET LA RESPONSABILITÉ SONT LE PROPRE DES PRINCIPES
DE L'EXISTENCE ET DU SOI LAÏC ET DE SES PRIÈRES.
TAY ET YAHVÉ

LA RÉPUBLIQUE, LA RÉALITÉ ET LA RESPONSABILITÉ SONT LE PROPRE DES PRINCIPES
DE L'EXISTENCE, DU SOI LAÏC ET DE SES PRIÈRES EN LA NATURE.
TAY

LA RÉPUBLIQUE, LA RÉALITÉ ET LA RESPONSABILITÉ
SONT LE PROPRE DES PRINCIPES
DE L'EXISTENCE, DU SOI LAÏC ET DE SES PRIÈRES.
YAHVÉ ET TAY

L'APTITUDE ET LE MOUVEMENT DANS L’ACTIVITÉ HUMAINE

LE CHÔMAGE N'EST PAS UN MOUVEMENT, IL CORRESPOND À UNE SITUATION COMME
EST LA CIRCONSTANCE DE VIVRE: L'ÉTHIQUE, L'ÉRÈBE ET LA SURVIE.
YAHVÉ

LA PUISSANCE DE DIEU EN CELUI QUI CROIT AUX VALEURS DES DIX COMMANDEMENTS
CONTRE LA JALOUSIE ET L'ESCLAVAGE.
Y'BECCA

JUSTICE DANS LES DIX COMMANDEMENTS AVEC YUL BRYNNER:
" VAUT MIEUX SE BATTRE COURAGEUSEMENT CONTRE UN DIEU
QUE DE VIVRE LÂCHEMENT": OUI.
TAY

LA VISION DE DIEU N'EST PAS ABSURDE
QUAND J'OBSERVE LES ÉTOILES ET L'ÉTHIQUE D'INFINI.
MÊME DAN BROWN NE PEUT SE RÉFUGIER DANS LA PEAU.
TAY

CE TOURBILLON DE FEU DANS CE FILM AVEC BRYNNER ET HESTON
QUI EST YAHVÉ TEL UNE MOUETTE DANS LE MOUVEMENT CYCLONIQUE:
C'EST POSSIBLE.
TAY

JE CROIS EN LA LAÏCITÉ DE L'ÉVOLUTION ET EN DIEU SANS METTRE
LA RESPONSABILITÉ À UN GENRE, UNE RACE ET UN SEXE:
PEUPLE DANS LA RÉALITÉ.
TAY

LA POÉSIE JUGE LA POSITION, L'IRONIE SE CROIT PLUS DRÔLE QUE LA VIE;
L'ADVERSITÉ EST L'ÉTOILE ET L'AMITIÉ EST L'ÉTHIQUE:
IL Y A DU BON.
TAY

MALGRÉ CE BON, NOUS DEVONS POURSUIVRE L’ŒUVRE DES COMMANDEMENTS
POUR PARVENIR AUX MEILLEURS DES CONVICTIONS:
LA LIBERTÉ ET L'ÉGALITÉ.
YAHVÉ

L'INFAMIE TROUVE SES SOURCES DANS LE CORPS ET L'ESPRIT;
DES CRIMES MORALES ET PHYSIQUES SONT LES VIOLS,
LES TORTURES ET L'ESCLAVAGE.
YAHVÉ

DANS LE SAVOIR, JE NE CHERCHE NI LA CONNAISSANCE ET NI LE SACRIFICE;
J'ÉCOUTE CET INSTINCT QUI EST MON LIEN AVEC L'ÉTERNEL ET L'INFINI.
TAY

LE SACRIFICE ANIMAL EST LIÉ À MITHRA QUI TUA LE TAUREAU SACRÉ,
MON INSTINCT EST DE PRIER L'INSTANT
PLUS QUE LE DON D'UNE VIE POUR DIEU.
TAY

O ÉTERNEL, JE SUIS CE QUE JE SUIS ET JE PENSE CE QUE JE PENSE:
EN LA NUIT, JE VOIS LA CLARTÉ DU TEMPS ET AU JOUR,
JE SENS LE MOUVEMENT.
TAY

DANS MON ESPRIT LAÏC, JE NE CHERCHE PAS À PROUVER OU À DÉTRUIRE TON IMAGE,
O ÉTERNEL, JE SAUVEGARDE MES PRIÈRES ET MES PENSÉES LIBRES.
TAY

VIE ET EXISTENCE SONT LES ÉTHIQUES DE LA NATURE
ET LES MOUVEMENTS DE LA VIE NOUS MÈNENT VERS LA DÉCOUVERTE:
NON AUX SACRIFICES D'ÊTRES.
TAY

LA SURVIE EST LA NOTION DE LA NATURE. ELLE EST L'ASPECT PREMIER
DE L'EXISTENCE ET L'ÉMOTION D'UN PEUPLE DANS L'ÉVOLUTION LIBRE.
YAHVÉ ET TAY

L'ÉVOLUTION LIBRE EST L'ÉTHIQUE DE LA RÉPUBLIQUE VOULANT
UNE FRATERNITÉ RÉELLE DES INDIVIDU"E"S DANS L'HARMONIE
PRÉNOMMÉE LE PEUPLE.
YAHVÉ

LA RÉPUBLIQUE EST LA RÉALITÉ DE CONSCIENCE
DANS CE JARDIN CONFRONTÉ À CES VENTS VENUS DES HORIZONS TERRESTRES
ET LOINTAINS DE L'INFINI.
TAY

LA CHALEUR FUT CAUSE DE DISPUTES SUR TERME DE TEMPS
ET DE CUISSON AU SUJET DU REPAS DANS L'HISTOIRE DE L'EXISTENCE
DE L'ÉVOLUTION: L'AIR.
Y

DANS LA CIRCONSTANCE DE CHOISIR, J'AI POUR ÉTHIQUE D'ÉTABLIR
UN CONCEPT D'ÊTRE, DE PARTAGE ET DE PAROLE POUR LES COMPOSANT"E"S
DU REPAS.
TAY

LE COEUR DU DRAGON N'EST PAS TOUJOURS ÉTABLI DANS LA SORCELLERIE
CAR, IL EST DISTINCT DU DIFFÉRENT ET DE SA HAINE:
HUMBLE DE SA SURVIE.
TAY

LE DROIT ET LE DESTIN SONT LES ENFANTS DU DRAGON
ET DU TEMPS; L'ÉTHIQUE DE FEU DEVANT L'EXISTENCE EST
NOTRE ADVERSITÉ TOUT COMME LUI.
TAY

L'ÉRÈBE EST LE TERME DE LA NOTION QUI DOIT MESURER
LA QUESTION DE SAVOIR SUR L'ARCHIVAGE DES RESPONSABILITÉS
DEVANT LE TESTAMENT, TITANS.
Y

DANS LE COMMENCEMENT DE LA LUMIÈRE, L'ÉRÈBE VIT
LA NAISSANCE DE LA FONTAINE, CELLE QUI DONNA LIEU
DE LA BONTÉ PRIMAIRE DES TÉNÈBRES.
YAHVÉ

L'ÉRÈBE, CRÉATURE DES TÉNÈBRES ET POURTANT ÉTABLI D'UNE ÉTHIQUE,
PROTEGEA LA NATURE DE LA GUERRE ENTRE LA GRAVITÉ ET LES MOUVEMENTS.
YAHVÉ

LE TEMPS ESSAYE PAR LA PHYSIQUE À ÉTABLIR L'INFINI CRÉÉ
DANS LE CONCEPT DE NATURE ET EN LA DISTANCE DE MATIÈRE:
IL ÉVOLUE EN GLOBALITÉ.
TAY

LE CHÔMAGE N'EST PAS UN MOUVEMENT, IL CORRESPOND
À UNE SITUATION COMME EST LA CIRCONSTANCE DE VIVRE:
L'ÉTHIQUE, L'ÉRÈBE ET LA SURVIE.
YAHVÉ

LA VAILLANCE CONSEIL LE MOUVEMENT ET LE CHÔMAGE DISTINGUE
LA RÉALITÉ DE CES RESPONSABILITÉS DÉFIANT LES DÉFINITIONS
ET LES REGARDS.
YAHVÉ

LA CIRCONSTANCE EST LE LIEN ENTRE LE TRAVAIL ET LE CHÔMAGE
AFIN DE RÉTABLIR UN MÉCANISME PERPÉTUEL D'ÊTRE SUR L'ÉVOLUTION DE SURVIE.
YAHVÉ ET TAY

ECRIT DU CITOYEN TIGNARD YANIS
PN 3286 de la Cour Européenne des droits de l'Homme.
ALIAS
TAY
La chouette effraie


Dernière édition par yanis la chouette le Mar 7 Nov à 17:18, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com En ligne
yanis la chouette



Nombre de messages : 7498
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: Re: LE CHÔMAGE, LE REPOS ET LE TRAVAIL DANS L'ACTIVITÉ HUMAINE   Mar 7 Nov à 17:09

L'APTITUDE ET LE MOUVEMENT DANS L’ACTIVITÉ HUMAINE

LE CHÔMAGE N'EST PAS UN MOUVEMENT, IL CORRESPOND À UNE SITUATION COMME
EST LA CIRCONSTANCE DE VIVRE: L'ÉTHIQUE, L'ÉRÈBE ET LA SURVIE.
YAHVÉ

LA PUISSANCE DE DIEU EN CELUI QUI CROIT AUX VALEURS DES DIX COMMANDEMENTS
CONTRE LA JALOUSIE ET L'ESCLAVAGE.
Y'BECCA

JUSTICE DANS LES DIX COMMANDEMENTS AVEC YUL BRYNNER:
" VAUT MIEUX SE BATTRE COURAGEUSEMENT CONTRE UN DIEU
QUE DE VIVRE LÂCHEMENT": OUI.
TAY

LA VISION DE DIEU N'EST PAS ABSURDE
QUAND J'OBSERVE LES ÉTOILES ET L'ÉTHIQUE D'INFINI.
MÊME DAN BROWN NE PEUT SE RÉFUGIER DANS LA PEAU.
TAY

CE TOURBILLON DE FEU DANS CE FILM AVEC BRYNNER ET HESTON
QUI EST YAHVÉ TEL UNE MOUETTE DANS LE MOUVEMENT CYCLONIQUE:
C'EST POSSIBLE.
TAY

JE CROIS EN LA LAÏCITÉ DE L'ÉVOLUTION ET EN DIEU SANS METTRE
LA RESPONSABILITÉ À UN GENRE, UNE RACE ET UN SEXE:
PEUPLE DANS LA RÉALITÉ.
TAY

LA POÉSIE JUGE LA POSITION, L'IRONIE SE CROIT PLUS DRÔLE QUE LA VIE;
L'ADVERSITÉ EST L'ÉTOILE ET L'AMITIÉ EST L'ÉTHIQUE:
IL Y A DU BON.
TAY

MALGRÉ CE BON, NOUS DEVONS POURSUIVRE L’ŒUVRE DES COMMANDEMENTS
POUR PARVENIR AUX MEILLEURS DES CONVICTIONS:
LA LIBERTÉ ET L'ÉGALITÉ.
YAHVÉ

L'INFAMIE TROUVE SES SOURCES DANS LE CORPS ET L'ESPRIT;
DES CRIMES MORALES ET PHYSIQUES SONT LES VIOLS,
LES TORTURES ET L'ESCLAVAGE.
YAHVÉ

DANS LE SAVOIR, JE NE CHERCHE NI LA CONNAISSANCE ET NI LE SACRIFICE;
J'ÉCOUTE CET INSTINCT QUI EST MON LIEN AVEC L'ÉTERNEL ET L'INFINI.
TAY

LE SACRIFICE ANIMAL EST LIÉ À MITHRA QUI TUA LE TAUREAU SACRÉ,
MON INSTINCT EST DE PRIER L'INSTANT
PLUS QUE LE DON D'UNE VIE POUR DIEU.
TAY

O ÉTERNEL, JE SUIS CE QUE JE SUIS ET JE PENSE CE QUE JE PENSE:
EN LA NUIT, JE VOIS LA CLARTÉ DU TEMPS ET AU JOUR,
JE SENS LE MOUVEMENT.
TAY

DANS MON ESPRIT LAÏC, JE NE CHERCHE PAS À PROUVER OU À DÉTRUIRE TON IMAGE,
O ÉTERNEL, JE SAUVEGARDE MES PRIÈRES ET MES PENSÉES LIBRES.
TAY

VIE ET EXISTENCE SONT LES ÉTHIQUES DE LA NATURE
ET LES MOUVEMENTS DE LA VIE NOUS MÈNENT VERS LA DÉCOUVERTE:
NON AUX SACRIFICES D'ÊTRES.
TAY

LA SURVIE EST LA NOTION DE LA NATURE. ELLE EST L'ASPECT PREMIER
DE L'EXISTENCE ET L'ÉMOTION D'UN PEUPLE DANS L'ÉVOLUTION LIBRE.
YAHVÉ ET TAY

L'ÉVOLUTION LIBRE EST L'ÉTHIQUE DE LA RÉPUBLIQUE VOULANT
UNE FRATERNITÉ RÉELLE DES INDIVIDU"E"S DANS L'HARMONIE
PRÉNOMMÉE LE PEUPLE.
YAHVÉ

LA RÉPUBLIQUE EST LA RÉALITÉ DE CONSCIENCE
DANS CE JARDIN CONFRONTÉ À CES VENTS VENUS DES HORIZONS TERRESTRES
ET LOINTAINS DE L'INFINI.
TAY

LA CHALEUR FUT CAUSE DE DISPUTES SUR TERME DE TEMPS
ET DE CUISSON AU SUJET DU REPAS DANS L'HISTOIRE DE L'EXISTENCE
DE L'ÉVOLUTION: L'AIR.
Y

DANS LA CIRCONSTANCE DE CHOISIR, J'AI POUR ÉTHIQUE D'ÉTABLIR
UN CONCEPT D'ÊTRE, DE PARTAGE ET DE PAROLE POUR LES COMPOSANT"E"S
DU REPAS.
TAY

LE COEUR DU DRAGON N'EST PAS TOUJOURS ÉTABLI DANS LA SORCELLERIE
CAR, IL EST DISTINCT DU DIFFÉRENT ET DE SA HAINE:
HUMBLE DE SA SURVIE.
TAY

LE DROIT ET LE DESTIN SONT LES ENFANTS DU DRAGON
ET DU TEMPS; L'ÉTHIQUE DE FEU DEVANT L'EXISTENCE EST
NOTRE ADVERSITÉ TOUT COMME LUI.
TAY

L'ÉRÈBE EST LE TERME DE LA NOTION QUI DOIT MESURER
LA QUESTION DE SAVOIR SUR L'ARCHIVAGE DES RESPONSABILITÉS
DEVANT LE TESTAMENT, TITANS.
Y

DANS LE COMMENCEMENT DE LA LUMIÈRE, L'ÉRÈBE VIT
LA NAISSANCE DE LA FONTAINE, CELLE QUI DONNA LIEU
DE LA BONTÉ PRIMAIRE DES TÉNÈBRES.
YAHVÉ

L'ÉRÈBE, CRÉATURE DES TÉNÈBRES ET POURTANT ÉTABLI D'UNE ÉTHIQUE,
PROTEGEA LA NATURE DE LA GUERRE ENTRE LA GRAVITÉ ET LES MOUVEMENTS.
YAHVÉ

LE TEMPS ESSAYE PAR LA PHYSIQUE À ÉTABLIR L'INFINI CRÉÉ
DANS LE CONCEPT DE NATURE ET EN LA DISTANCE DE MATIÈRE:
IL ÉVOLUE EN GLOBALITÉ.
TAY

LE CHÔMAGE N'EST PAS UN MOUVEMENT, IL CORRESPOND
À UNE SITUATION COMME EST LA CIRCONSTANCE DE VIVRE:
L'ÉTHIQUE, L'ÉRÈBE ET LA SURVIE.
YAHVÉ

LA VAILLANCE CONSEIL LE MOUVEMENT ET LE CHÔMAGE DISTINGUE
LA RÉALITÉ DE CES RESPONSABILITÉS DÉFIANT LES DÉFINITIONS
ET LES REGARDS.
YAHVÉ

http://la-5ieme-republique.actifforum.com/t458-l-aptitude-et-le-mouvement-dans-lactivite-humaine#6626

DE MONSIEUR TIGNARD YANIS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com En ligne
yanis la chouette



Nombre de messages : 7498
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: Re: LE CHÔMAGE, LE REPOS ET LE TRAVAIL DANS L'ACTIVITÉ HUMAINE   Mar 7 Nov à 17:35

The Theogony (Greek: Θεογονία, Theogonía, Attic Greek: [tʰeoɡoníaː], i.e. "the genealogy or birth of the gods"[1]) is a poem by Hesiod (8th – 7th century BC) describing the origins and genealogies of the Greek gods, composed c. 700 BC. It is written in the Epic dialect of Ancient Greek.

Érèbe est le fils du vide ou Chaos primordial. Il a deux sœurs Gaïa et Nyx; et deux frères, Tartare et Éros. Ils forment l'ensemble des cinq dieux primordiaux dont tous les autres sont issus. Résidant dans le monde souterrain, il fait aussi partie des divinités grecques chthoniennes.

Il est ainsi décrit dans la Théogonie d'Hésiode:

« Puis du Vide naquirent l'Érèbe et la Nuit noiraude. De la Nuit naquirent l'Éther et le Jour, deux frères et sœur qu'elle avait conçus en s'unissant à l'Érèbe1. »

Frère et époux de Nyx (la Nuit), il engendre avec elle tout d'abord Éther (le Ciel supérieur) et Héméra (le Jour), qui engendreront eux-mêmes Thalassa. Ils donneront ensuite naissance à Charon (le nocher des Enfers), Éléos (la Pitié) et Épiphron, (la Prudence).

L'auteur romain Hyginus, dans son Fabulae, décrit Erebus come le père de Géras, le dieu de la vieillesse, engendré avec sa sœur et épouse Nyx, la déesse de la nuit2. D'autres auteurs, comme Hésiode, désignent cependant Géras comme fils de Nyx seule3.

Quelques auteurs latins, - Hygin, dans sa préface, et Cicéron - le désignent également comme le père des Moires, toujours avec Nyx comme mère, même si l'ascendance de ces dernières varie beaucoup selon les auteurs et époques.
Lieu

Dans la littérature grecque, le nom Erebus est aussi utilisé pour désigner la région des enfers grecque par où les morts passent immédiatement après la mort, parfois également utilisé comme synonyme de Tartarus4,5,6,7,8.

L'Érèbe comme lieu est ainsi évoqué par Homère. Ulysse voit les morts, en ombres. « Je parlais ainsi ; mais Ajax ne me répondit point, et s'enfuit dans l'Érèbe avec la foule des ombres… Soudain les âmes des mânes s'échappent dans l'Érèbe9… »
Métamorphose

Érèbe est métamorphosé en fleuve pour avoir secouru les Titans. C'est ainsi qu'il donne son nom à la région des Enfers où passent les âmes des défunts, région située entre le monde des vivants et l'Enfer.

The Succession Myth
The Mutilation of Uranus by Saturn: fresco by Giorgio Vasari and Cristofano Gherardi, c. 1560 (Sala di Cosimo I, Palazzo Vecchio)

One of the principal components of the Theogony is the presentation of the "Succession Myth".[8] It tells how Cronus overthrew Uranus, and how in turn Zeus overthrew Cronus and his fellow Titans, and how Zeus was eventually established as the final and permanent ruler of the cosmos.

Uranus produced many children with Gaia (the Titans, the Cyclops, and the Hecatoncheires), but hating them,[9] he hid them away somewhere inside Gaia.[10] Angry and in distress, Gaia fashioned a sickle made of adamant and urged her children to punish their father. Only her son Cronus, the youngest Titan, was willing to do so.[11] So Gaia hid Cronus "in ambush",[12] gave him the adamantine sickle, and when Uranus came to lie with Gaia, Cronus reached out and castrated his father.[13]

Cronus, having taken control of the Cosmos, wanted to ensure that he maintained power. Uranus and Gaia prophesied to him that one of his children would overthrow him, so when he married Rhea, he made sure to swallow each of the children she birthed: Hestia, Demeter, Hera, Hades, Poseidon, and Zeus (in that order). However, when Rhea was pregnant with Zeus, Rhea begged her parents Gaia and Uranus to help her save Zeus. So they sent Rhea to Crete to bear Zeus and Gaia took the newborn Zeus to raise, hiding him deep in a cave beneath the Aegean Mountains. And Rhea gave Cronus a huge stone wrapped in baby's clothes which he swallowed thinking that it was another of Rhea's children.[14]
The Fall of the Titans by Cornelis Cornelisz van Haarlem (1596-1598)

Tricked by Gaia (the Theogony does not detail how), Cronus regurgitated his other five children. Zeus then released his uncles the Cyclopes, who provided Zeus with his great weapons, the thunderbolts.[15] A great war was begun, between Zeus and his fellow Olympians and the Titans, for control of the Cosmos. And in the tenth year of the war, following Gaia's counsel, Zeus released the Hundred-Handed Ones, who joined the war against the Titans, allowing Zeus to gain the upper hand. Zeus cast the fury of his thunderbolts at the Titans, defeating them and throwing them into Tartarus.[16]

A final threat to Zeus' power was to come from the monster Typhon, a son of Gaia and Tartarus. Zeus with his thunderbolts was quickly victorious, and Typhon was also imprisoned in Tartarus.[17]

Zeus, by Gaia's advice, was elected king of the gods, and he apportioned various honors among the gods.[18] Zeus then married his first wife Metis, but when he learned that Metis was fated to produce a son which might usurp his rule, by the advice of Gaia and Uranus, Zeus swallowed Metis (while still pregnant with Athena). And so Zeus managed to end the cycle of succession and secure his eternal rule over the cosmos.[19]
The genealogies
The first gods

The world began with the spontaneous generation of four beings: first arose Chaos (Chasm); then came Gaia (Earth), "the ever-sure foundation of all"; and "dim" Tartarus, in the depths of the Earth; and Eros (Desire) "fairest among the deathless gods".[20] From Chaos came Erebus (Darkness) and Nyx (Night). And Nyx "from union in love" with Erebus produced Aether (Brightness) and Hemera (Day).[21] From Gaia came Uranus (Sky), the Ourea (Mountains), and Pontus (Sea).[22]
[show]The first gods [23]
Children of Gaia and Uranus

Uranus mated with Gaia to create the twelve Titans: Oceanus, Coeus, Crius, Hyperion, Iapetus, Theia, Rhea, Themis, Mnemosyne, Phoebe, Tethys and Cronus;[24] the Cyclopes: Brontes, Steropes and Arges;[25] and the Hecatoncheires ("Hundred-Handed Ones"): Cottus, Briareos, and Gyges.[26]
[show]Children of Gaia (Earth) and Uranus (Sky) [27]
Children of Gaia and Uranus' blood, and Uranus' genitals
The Birth of Venus by William-Adolphe Bouguereau (circa 1879)

When Cronus castrated Uranus, from Uranus' blood which splattered onto the earth, came the Erinyes (Furies), the Giants, and the Meliai. Cronus threw the severed genitals into the sea, around which foam developed and transformed into the goddess Aphrodite.[28]
[show]Children of Gaia and Uranus' blood, and Uranus' genitals [29]
Descendants of Nyx

Meanwhile, Nyx (Night) alone produced children: Moros (Doom), Ker (Destiny), Thanatos (Death), Hypnos (Sleep), the Oneiroi (Dreams), Momus (Blame), Oizys (Pain), Hesperides (Daughters of Night), the Moirai (Fates),[30] the Keres (Destinies), Nemesis (Retribution), Apate (Deceit), Philotes (Love), Geras (Old Age), and Eris (Discord).[31]

And from Eris alone, came Ponos (Hardship), Lethe (Forgetfulness), Limos (Starvation), the Algea (Pains), the Hysminai (Battles), the Makhai (Wars), the Phonoi (Murders), the Androktasiai (Manslaughters), the Neikea (Quarrels), the Pseudea (Lies), the Logoi (Stories), the Amphillogiai (Disputes), Dysnomia (Anarchy), Ate (Ruin), and Horkos (Oath).[32]
[show]Children of Nyx (Night) and Eris (Discord) [33]
Descendants of Gaia and Pontus

After Uranus's castration, Gaia mated with her son Pontus (Sea) producing a descendent line consisting primarily of sea deities, sea nymphs, and hybrid monsters. Their first child Nereus (Old Man of the Sea) married Doris, one of the Oceanid daughters of the Titans Oceanus and Tethys, and they produced the Nereids, fifty sea nymphs, which included Amphitrite, Thetis, and Psamathe. Their second child Thaumas, married Electra, another Oceanid, and their offspring were Iris (Rainbow) and the two Harpies: Aello and Ocypete.[35]

Gaia and Pontus' third and fourth children, Phorcys and Ceto, married each other and produced the two Graiae: Pemphredo and Enyo, and the three Gorgons: Sthenno, Euryale, and Medusa. Poseidon mated with Medusa and two offspring, the winged horse Pegasus and the warrior Chrysaor, were born when the hero Perseus cut off Medusa's head. Chrysaor married Callirhoe, another Oceanid, and they produced the three-headed Geryon.[36] Next comes the half-nymph half-snake Echidna[37] (her mother is unclear, probably Ceto, or possibly Callirhoe).[38] The last offspring of Ceto and Phorcys was a serpent (unnamed in the Theogony, later called Ladon, by Apollodorus) who guards the golden apples.[39]
[show]Descendants of Gaia and Pontus (Sea), and Phocys and Ceto [40]
Descendants of Echidna and Typhon

Gaia also mated with Tartarus to produce Typhon,[48] whom Echidna married, producing several monstrous descendants.[49] Their first three offspring were Orthus, Cerberus, and the Hydra. Next comes the Chimera (whose mother is unclear, either Echidna or the Hydra).[50] Finally Orthus (his mate is unclear, either the Chimera or Echidna) produced two offspring the Sphinx and the Nemean Lion.[51]
[show]Descendants of Echidna and Typhon [52]
Descendants of the Titans

The Titans, Oceanus, Hyperion, Coeus, and Cronus married their sisters Tethys, Theia, Phoebe and Rhea, and Crius married his half-sister Eurybia, the daughter of Gaia and Pontus. From Oceanus and Tethys came the three thousand river gods (including Nilus (Nile), Alpheus, and Scamander) and three thousand Oceanid river nymphs (including Doris, Electra, Callirhoe, Styx, Clymene, Metis, Eurynome, Perseis, and Idyia). From Theia and Hyperion came Helios (Sun), Selene (Moon), and Eos (Dawn), and from Crius and Eurybia came Astraios, Pallas, and Perses. From Eos and Astraios came the winds: Zephyrus, Boreas and Notos, Eosphoros (Dawn-bringer, i.e. Venus, the Morning Star), and the Stars. From Pallas and the Oceanid Styx came Zelus (Envy), Nike (Victory), Cratos (Power), and Bia (Force).[55]

From Coeus and Phoebe came Leto and Asteria, who married Perses, producing Hekate,[56] and from Cronus and Rhea came Hestia, Demeter, Hera, Poseidon Hades, and Zeus.[57] The Titan Iapetos married the Oceanid Clymene and produced Atlas, Menoetius, Prometheus, and Epimetheus.[58]
[show]Descendants of the Titans [59]
Children of Zeus and his seven wives
The Birth of Minerva by René-Antoine Houasse (before 1688)

Zeus married seven wives. His first wife was the Oceanid Metis, whom he impregnated with Athena, then, on the advice of Gaia and Uranus, swallowed Metis so that no son of his by Metis would overthrow him, as had been foretold.[64] Zeus' second wife was his aunt the Titan Themis, who bore the three Horae (Seasons): Eunomia (Order), Dikē (Justice), Eirene (Peace); and the three Moirai (Fates):[65] Clotho (Spinner), Lachesis (Allotter), and Atropos (Unbending). Zeus then married his third wife, another Oceanid, Eurynome, who bore the three Charites (Graces): Aglaea (Splendor), whom Hephaestus married, Euphrosyne (Joy), and Thalia (Good Cheer).[66]

Zeus' fourth wife was his sister, Demeter, who bore Persephone. The fifth wife of Zeus was another aunt, the Titan Mnemosyne, from whom came the nine Muses: Clio, Euterpe, Thalia, Melpomene, Terpsichore, Erato, Polymnia, Urania, and Calliope. His sixth wife was a third aunt, the Titan Leto, who gave birth to Apollo and Artemis. Zeus' seventh and final wife was his sister Hera, the mother by Zeus of Hebe, Ares, and Eileithyia.[67]

Zeus finally "gave birth" himself to Athena, from his head, which angered Hera so much that she produced, by herself, her own son Hephaestus, god of fire and blacksmiths.[68]
[show]Children of Zeus and his seven wives [69]
Other descendants of divine fathers

From Poseidon and the Nereid Amphitrite was born Triton, and from Ares and Aphrodite came Phobos (Fear), Deimos (Terror), and Harmonia (Harmony). Zeus, with Atlas's daughter Maia, produced Hermes, and with the mortal Alcmene, produced the hero Heracles, who married Hebe. Zeus and the mortal Semele, daughter of Harmonia and Cadmus, the founder and first king of Thebes, produced Dionysus, who married Ariadne, daughter of Minos, king of Crete. Helios and the Oceanid Perseis produced Circe, Aeetes, who became king of Colchis and married the Oceanid Idyia, producing Medea.[75]
[show]Other descendants of divine fathers [76]
Children of divine mothers with mortal fathers
Venus and Anchises by William Blake Richmond (1889 or 1890).

The goddess Demeter joined with the mortal Iasion to produce Plutus. In addition to Semele, the goddess Harmonia and the mortal Cadmus also produced Ino, Agave, Autonoe and Polydorus. Eos (Dawn) with the mortal Tithonus, produced the hero Memnon, and Emathion, and with Cephalus, produced Phaethon. Medea with the mortal Jason, produced Medius, the Nereid Psamathe with the mortal Aeacus, produced the hero Phocus, the Nereid Thetis, with Peleus produced the great warrior Achilles, and the goddess Aphrodite with the mortal Anchises produced the Trojan hero Aeneas. With the hero Odysseus, Circe would give birth to Agrius and Latinus, and Atlas' daughter Calypso would also bear Odysseus two sons, Nausithoos and Nausinous.[85]
[show]Children of goddesses with mortals [86]
Prometheus
Laconic bowl depicting Prometheus and Atlas enduring their respective punishments, circa 550 B.C.

The Theogony, after listing the offspring of the Titan Iapetus and the Oceanid Clymene, as Atlas, Menoitios, Promethius, and Epimetheus, and telling briefly what happened to each, tells the story of Prometheus.[92] When the gods and men met at Mekone to decide how sacrifices should be distributed, Prometheus sought to trick Zeus. Slaughtering an ox, he took the valuable fat and meat, and covered it with the ox's stomach. Prometheus then took the bones and hid them with a thin glistening layer of fat. Prometheus asked Zeus' opinion on which offering pile he found more desirable, hoping to trick the god into selecting the less desirable portion. Though Zeus saw through the trick, he chose the fat covered bones, and so it was established that ever after men would burn the bones as sacrifice to the gods, keeping the choice meat and fat for themselves. But in punishment for this trick, an angry Zeus decided to deny mankind the use of fire. But Prometheus stole fire inside a fennel stalk, and gave it to humanity. Zeus then ordered the creation of the first woman Pandora as a new punishment for mankind. And Prometheus was chained to a cliff, where an eagle fed on his ever-regenerating liver every day, until eventually Zeus' son Heracles came to free him.
Influence on earliest Greek philosophy
Stele of Anaximander, ancient Greek natural philosopher

The heritage of Greek mythology already embodied the desire to articulate reality as a whole, and this universalizing impulse was fundamental for the first projects of speculative theorizing. It appears that the order of being was first imaginatively visualized before it was abstractly thought. Hesiod, impressed by necessity governing the ordering of things, discloses a definite pattern in the genesis and appearance of the gods. These ideas made something like cosmological speculation possible. The earliest rhetoric of reflection all centers about two interrelated things: the experience of wonder as a living involvement with the divine order of things; and the absolute conviction that, beyond the totality of things, reality forms a beautiful and harmonious whole.[93]

In the Theogony, the origin (arche) is Chaos, a divine primordial condition, and there are the roots and the ends of the earth, sky, sea, and Tartarus. Pherecydes of Syros (6th century BC), believed that there were three pre-existent divine principles and called the water also Chaos.[94] In the language of the archaic period (8th – 6th century BC), arche (or archai) designates the source, origin, or root of things that exist. If a thing is to be well established or founded, its arche or static point must be secure, and the most secure foundations are those provided by the gods: the indestructible, immutable, and eternal ordering of things.[95]

In ancient Greek philosophy, arche is the element or first principle of all things, a permanent nature or substance which is conserved in the generation of the rest of it. From this, all things come to be, and into it they are resolved in a final state.[96] It is the divine horizon of substance that encompasses and rules all things. Thales (7th – 6th century BC), the first Greek philosopher, claimed that the first principle of all things is water. Anaximander (6th century BC) was the first philosopher who used the term arche for that which writers from Aristotle on call the "substratum".[97] Anaximander claimed that the beginning or first principle is an endless mass (Apeiron) subject to neither age nor decay, from which all things are being born and then they are destroyed there. A fragment from Xenophanes (6th century BC) shows the transition from Chaos to Apeiron: "The upper limit of earth borders on air. The lower limit of earth reaches down to the unlimited (i.e the Apeiron)."[98]

LE CHÔMAGE N'EST PAS UN MOUVEMENT, IL CORRESPOND À UNE SITUATION COMME
EST LA CIRCONSTANCE DE VIVRE: L'ÉTHIQUE, L'ÉRÈBE ET LA SURVIE.
YAHVÉ

LA RÉPUBLIQUE EST LA RÉALITÉ DE CONSCIENCE
DANS CE JARDIN CONFRONTÉ À CES VENTS VENUS DES HORIZONS TERRESTRES
ET LOINTAINS DE L'INFINI.
TAY
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com En ligne
yanis la chouette



Nombre de messages : 7498
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: Re: LE CHÔMAGE, LE REPOS ET LE TRAVAIL DANS L'ACTIVITÉ HUMAINE   Mar 7 Nov à 17:50

Tous les hommes doivent de la reconnaissance à ceux qui approfondissent l’histoire universelle et s’efforcent de contribuer, par leurs travaux, au bien général de la société. Diodore de Sicile (I siècle av. J.-C.), Bibliothèque historique - Livre I

Homère et Hésiode

Homère et Hésiode sont tous deux considérés comme les sources littéraires ayant exercé la plus forte influence sur la mythologie grecque. Leurs poèmes utilisent le même vers et la même langue. À la fin du poème, Zeus prend ainsi bien garde de ménager les anciennes puissances comme Hécate ou Styx. On a pu y reconnaître l’influence des mythologies du Proche-Orient, en particulier les mythes hittites (légendes de Kumarbi et d'Ullikumi), babyloniens ou akkadiens (poème Enuma Elish)1.

The first gods

The world began with the spontaneous generation of four beings: first arose Chaos (Chasm); then came Gaia (Earth), "the ever-sure foundation of all"; and "dim" Tartarus, in the depths of the Earth; and Eros (Desire) "fairest among the deathless gods".[20] From Chaos came Erebus (Darkness) and Nyx (Night). And Nyx "from union in love" with Erebus produced Aether (Brightness) and Hemera (Day).[21] From Gaia came Uranus (Sky), the Ourea (Mountains), and Pontus (Sea).[22]
[show]The first gods [23]
Children of Gaia and Uranus

Uranus mated with Gaia to create the twelve Titans: Oceanus, Coeus, Crius, Hyperion, Iapetus, Theia, Rhea, Themis, Mnemosyne, Phoebe, Tethys and Cronus;[24] the Cyclopes: Brontes, Steropes and Arges;[25] and the Hecatoncheires ("Hundred-Handed Ones"): Cottus, Briareos, and Gyges.[26]

Les théogonies d’Homère et Hésiode comportent cependant de nombreuses différences. Ainsi, chez Homère, Zeus est l’aîné des fils de Cronos, comme Poséidon le souligne à plusieurs reprises. C'est son aînesse qui assure son pouvoir et sa domination sur les autres Immortels. En revanche, chez Hésiode, Zeus est le troisième fils. C'est sa victoire sur son propre père qui assure sa domination.



Descriptions

Hesiod's Theogony is a large-scale synthesis of a vast variety of local Greek traditions concerning the gods, organized as a narrative that tells how they came to be and how they established permanent control over the Cosmos. It is the first Greek mythical cosmogony. The initial state of the universe is chaos, a dark indefinite void considered a divine primordial condition from which everything else appeared. Theogonies are a part of Greek mythology which embodies the desire to articulate reality as a whole; this universalizing impulse was fundamental for the first later projects of speculative theorizing.[2]

In many cultures, narratives about the origin of the Cosmos and about the gods that shaped it are a way for society to reaffirm its native cultural traditions. Specifically, theogonies tend to affirm kingship as the natural embodiment of society.

Further, in the "Kings and Singers" passage (80–103)[3] Hesiod appropriates to himself the authority usually reserved to sacred kingship. The poet declares that it is he, where we might have expected some king instead, upon whom the Muses have bestowed the two gifts of a scepter and an authoritative voice (Hesiod, Theogony 30–3), which are the visible signs of kingship. It is not that this gesture is meant to make Hesiod a king. Rather, the point is that the authority of kingship now belongs to the poetic voice, the voice that is declaiming the Theogony.
The nine muses on a Roman sarcophagus (second century AD)—Louvre, Paris

Although it is often used as a sourcebook for Greek mythology,[4] the Theogony is both more and less than that. In formal terms it is a hymn invoking Zeus and the Muses: parallel passages between it and the much shorter Homeric Hymn to the Muses make it clear that the Theogony developed out of a tradition of hymnic preludes with which an ancient Greek rhapsode would begin his performance at poetic competitions. It is necessary to see the Theogony not as the definitive source of Greek mythology, but rather as a snapshot of a dynamic tradition that happened to crystallize when Hesiod formulated the myths he knew—and to remember that the traditions have continued evolving since that time.

The written form of the Theogony was established in the 6th century BCE. Even some conservative editors have concluded that the Typhon episode (820–68) is an interpolation.[5]

Hesiod was probably influenced by some Near-Eastern traditions, such as the Babylonian Dynasty of Dunnum,[6] which were mixed with local traditions, but they are more likely to be lingering traces from the Mycenaean tradition than the result of oriental contacts in Hesiod's own time.

The decipherment of Hittite mythical texts, notably the Kingship in Heaven text first presented in 1946, with its castration mytheme, offers in the figure of Kumarbi an Anatolian parallel to Hesiod's Uranus-Cronus conflict.[7]

Sujet

« Grand récit de la succession des générations divines », selon l'expression de Nicole Loraux[réf. nécessaire], le poème conte la naissance de « la race sacrée des Immortels toujours vivants » (v. 105). Il s’ouvre par une longue invocation aux Muses :
« Mουσάων Ἑλικωνιάδων ἀρχώμεθ’ ἀείδειν,

αἵ θ’ Ἑλικῶνος ἔχουσιν ὄρος μέγα τε ζάθεόν τε »
« Pour commencer, chantons les Muses Héliconiennes,

reines de l’Hélicon, la grande et divine montagne. »
(trad. Paul Mazon)

Hésiode narre d’abord les circonstances de sa vocation : les Muses l’ont visité alors qu’il faisait paître ses troupeaux sur les pentes du mont Hélicon. Elles lui ont remis un rameau de laurier, et lui ont ordonné de chanter l’histoire des dieux immortels. La seule condition qu’elles imposent à ce don de voyance poétique est de les célébrer au début et à la fin de chacun de ses chants, ce qu’il fait aussitôt par un hymne qui peut se diviser en quatre parties : 1. Les Muses ont pour fonction de réjouir le cœur de Zeus. 2. Naissance et apparition des Muses sur l’Olympe. 3. Les Muses sont les inspiratrices des rois et des poètes. Invocation aux Muses.

Hésiode évoque ensuite l’émergence du règne de Zeus. Au commencement est le Chaos, état d’indistinction universel, suivi par Gaïa (la Terre), Érèbe (les Ténèbres) et Éros (le Désir, principe du commencement et de l’origine). De ces divinités premières naissent les éléments naturels (la Nuit, le Jour, etc.) et de nombreuses divinités allégoriques (le Sommeil, la Mort, etc.).

Parallèlement, des théomachies (batailles entre dieux) voient Zeus prendre le pouvoir sur les Immortels, et chasser les forces anciennes créatrices de désordre (les Titans et les Géants). Zeus concilie en lui la force (« il a en main le tonnerre et la foudre flamboyante », v. 706-707) et l’intelligence (il a avalé Métis, déesse de l’intelligence rusée). Son règne s’appuie sur la justice, comme le symbolisent ses noces avec Thémis, déesse de la Justice et de la Loi, avec qui il engendre les trois heures : l'Ordre (Eunomia), la Justice (Dikè) et la Paix (Eirenè).
Structure de l'œuvre
Manuscrit du XVIe siècle

Ce découpage des épisodes de la Théogonie suit globalement celui adopté par Paul Mazon dans la Notice de la Théogonie, dans son édition des œuvres d'Hésiode, dans la Collection des universités de France.

v.1-114 : prélude
v.115-153 : cosmogonie : le Chaos, apparition d'Éros, de Gaïa (Terre), qui enfante Ouranos (Ciel). Naissance d'Érèbe (les Ténèbres), de Nyx (Nuit) et d'Éther (Lumière du jour). Naissance des enfants de Gaïa et d'Ouranos : les Titans.
v.154-210 : récit de la castration d'Ouranos par Cronos. Naissance d'Aphrodite.
v.211-232 : la descendance de la Nuit.
v.233-336 : la descendance de Gaïa et de Pontos (Flot).
v.336-616 : les enfants des Titans.
honneurs réservés par Zeus à Styx (v.389-403)
honneurs réservés par Zeus à Hécate (v.411-452)
récit de la naissance de Zeus et de sa victoire sur son père Cronos (v.459-506)
récit du partage de Mékôné et de la ruse de Prométhée. Vol du feu. Création de Pandore (v.535-616).
v.617-735 : récit de la Titanomachie.
v. 736-819 : descriptions du Tartare
v. 820-880 : récit du combat entre Zeus et Typhée.
v.881-885 : avènement définitif de Zeus. Partage des honneurs entre les dieux.
v. 886-962 : la descendance de Zeus.
v.963-964 : formule conclusive de la théogonie proprement dite.
v.965-1020 : hérôogonie : catalogue des héros nés de l'union d'une déesse et d'un mortel.
v. 1021-1022 : formule introductive du Catalogue des femmes auxquelles se sont unis des dieux, et qui faisait suite à la Théogonie.

Théogonie (Hésiode)
https://fr.wikipedia.org/wiki/Th%C3%A9ogonie_%28H%C3%A9siode%29

The Theogony.
https://en.wikipedia.org/wiki/Theogony

Le conte de Rhampsinite
D'après : Histoires, Euterpe (livre II), Hérodote, traduit par P. Giguet - Librairie de L. Hachette et Cie - 1860.


1. Selon les prêtres, à Protée succéda Rhampsinite, qui laissa comme monument le portique du temple de Vulcain, qui regarde l'ouest. En face du portique, il érigea deux statues hautes de vingt-cinq coudées; les Egyptiens appellent Eté celle qui est placée au nord; Hiver celle du midi; ils adorent la statue de l'été et lui rendent des honneurs; ils font le contraire à l'autre. Ce roi posséda une immense somme d'argent, telle qu'aucun de ceux qui lui ont succédé n'a pu la surpasser ni même l'atteindre. Or, il voulut thésauriser en toute sécurité; il fit donc bâtir en pierres de taille une chambre dont l'un des murs était une partie de l'enceinte du palais; de son côté, le constructeur, complotant contre ses richesses, imagina de disposer l'une des pierres du mur de telle sorte que deux hommes, ou même un seul, pussent facilement l'ôter. Dès que la chambre fut achevée, le roi y déposa ses trésors; le temps s'écoula, et le constructeur, étant près de la fin de sa vie, appela ses fils (car il en avait deux) et leur raconta comment, dans sa prévoyance pour eux, et afin qu'ils eussent abondance de biens, il avait usé d'artifice en bâtissant le trésor du roi. Après leur avoir clairement expliqué comment on pouvait enlever la pierre, il leur en donna les dimensions, et leur dit que, s'ils ne les oubliaient pas, ils seraient les intendants des richesses royales. Il mourut, et les jeunes gens ne tardèrent pas à se mettre à l'œuvre; ils allèrent la nuit autour du palais; ils trouvèrent la pierre de la chambre bâtie en dernier lieu; ils la firent mouvoir aisément, et ils emportèrent une somme considérable.

2. Lorsqu'il arriva au roi d'ouvrir cette chambre, il fut surpris de voir combien il manquait de vases à son trésor; il n'y avait personne à accuser; les sceaux étaient intacts et la chambre fermée. Comme, à deux ou trois reprises, le nombre lui en parut diminuer toujours (car les voleurs ne se lassaient pas de piller), il prit ce parti : il ordonna que l'on fabriquat des piéges et qu'on les plaçat autour des vases qui contenaient son argent. Les voleurs vinrent, comme depuis le commencement; l'un d'eux entra, s'approcha d'un vase et soudain fut pris au piége. Il comprit aussitöt dans quel malheur il était tombé; il appela donc son frère , lui apprit l'accident et lui enjoignit d'entrer au plus vite. "Coupe-moi la tête, ajouta-t-il, quand l'autre fut près de lui; car, si je suis vu et reconnu, je te perds en même temps que moi". Le frère sentit qu'il avait raison, et il suivit son conseil, puis, ayant rajusté la pierre, il s'en fut à sa maison avec la tête du défunt.

3. Au point du jour, le roi se rendit à son trésor, et fut stupéfait d'y trouver, dans le piége, le corps du voleur sans sa tête; la chambre n'offrait aucune marque d'effraction, et l'on n'y apercevait ni entrée ni sortie. Dans l'incertitude où le jeta une telle aventure, il imagina un nouvel expédient : il fit suspendre,le long du mur, le corps du voleur, et, plaçant à l'entour des gardes, il leur commanda de saisir et de lui amener quiconque ils verraient pleurer ou gémir. Pendant que le corps était suspendu, la mère, terriblement exaspérée, s'entretenait avec son fils survivant; elle finit par lui prescrire de s'ingénier, de délier le cadavre comme il pourrait, et de l'apporter en sa demeure, le menaçant, s'il n'obéissait pas, de le dénoncer au roi comme le détenteur de ses richesses.

4. Comme sa mère le pressait durement, et qu'il ne gagnait rien sur elle, malgré ses nombreuses instances, il eut recours à ce stratagème : il bâta des ânes; puis, ayant rempli de vin des outres, il les chargea sur les ânes, qu'ensuite il poussa devant lui. Or, quand il fut en présence des gardes, auprès du corps suspendu, il tira à lui deux ou trois queues d'outres et les dénoua pendant qu'elles vacillaient; le vin alors de couler, et lui de se frapper la tête à grands cris, comme s'il n'eût su vers quel âne d'abord courir. Les gardes cependant, à l'aspect du vin coulant à flots, se précipitèrent sur le chemin avec des vases pour en recueillir, comme s'il ne se répandait qu'à leur profit. L'homme feignit contre eux tous une grande colère; il les accabla d'injures; ensuite, voyant qu'ils le consolaient, il fit semblant de s'adoucir et de laisser tomber son courroux. Finalement, il poussa ses ânes hors du chemin et rajusta le chargement, tout en se prenant à causer avec les gardes; l'un de ceux-ci le plaisanta et s'efforça de le faire rire; en récompense il leur donna une outre. Ils se couchent aussitôt et ne songent plus qu'à se divertir, s'écriant : "Assieds-toi; reste à boire avec nous." Il se laisse persuader et demeure avec les gardes, qui lui prodiguent des marques d'amitié; il ne tarde pas à leur donner une seconde outre. A force d'user de ce breuvage libéralement offert. les gardes s'enivrèrent complétement, et ils s'endormirent au lieu même où ils avaient bu. L'homme saisit le moment, et, la nuit étant venue, il délia le corps de son frère, puis, pour les outrager, il rasa la joue droite de chacun des gardes, chargea le cadavre sur ses ânes et reprit son chemin, ayant exécuté les ordres de sa mère.

5. Le roi, lorsqu'on lui apprit que le corps du voleur ayait été enlevé, en fut irrité au dernier point, et voulant de toute manière que celui, quel qu'il fût, qui avait été si habile, fût découvert, il prit, dit-on, des mesures à mon avis tout à fait incroyables : il envoya sa fille dans une maison de débauche; il lui commanda d'accueillir pareillement tous les hommes, et, avant de se livrer à eux, de les contraindre à lui raconter ce que, dans leur vie, ils avaient fait de plus artificieux et de plus criminel. Celui de qui elle entendrait quelque récit se rapportant aux vols qui avaient été commis, il lui était enjoint de le saisir si bien qu'il ne pût échapper. Tandis qu'elle se conformait aux injonctions de son père, le voleur apprit dans quel but elle menait une telle conduite, et, résolu à vaincre le roi en artifices, il coupa, près de l'épaule, le bras d'un cadavre encore frais , il le plaça sous son manteau, il entra où était la fille du roi, et, lorsqu'elle lui fit la même question qu'aux autres, il lui raconta ce qu'il avait fait de plus criminel; que son frère, dans le trésor du roi, ayant été pris au piége, il lui avait tranché la tête; que, plus habile que les gardes, ils les avait enivrés et avait délié le cadavre suspendu de son frère. Celle-ci, dès qu'il eut achevé, le saisit; mais, dans l'obscurité, le voleur lui avait tendu le bras du mort; elle le prit, croyant tenir le bras de cet homme, mais il le lui abandonna, gagna la porte et s'enfuit.

6. Lorsque l'on rapporta au roi toutes ces choses, il fut frappé de l'adresse et de l'audace de l'homme. Enfin il envoya dans toutes les villes, et fit proclamer qu'il lui accorderait impunité et bon accueil s'il se présentait devant lui. Le voleur vint plein de confiance; Rhampsinite l'admira grandement et lui donna sa fille en mariage, comme au plus ingénieux des hommes, estimant que les Egyptiens l'emportaient sur les autres mortels, et lui sur les Egyptiens.

LE CHÔMAGE N'EST PAS UN MOUVEMENT, IL CORRESPOND À UNE SITUATION COMME
EST LA CIRCONSTANCE DE VIVRE: L'ÉTHIQUE, L'ÉRÈBE ET LA SURVIE.
YAHVÉ

LA RÉPUBLIQUE EST LA RÉALITÉ DE CONSCIENCE
DANS CE JARDIN CONFRONTÉ À CES VENTS VENUS DES HORIZONS TERRESTRES
ET LOINTAINS DE L'INFINI.
TAY

L'ÉRÈBE, CRÉATURE DES TÉNÈBRES ET POURTANT ÉTABLI D'UNE ÉTHIQUE,
PROTEGEA LA NATURE DE LA GUERRE ENTRE LA GRAVITÉ ET LES MOUVEMENTS.
YAHVÉ

LE TEMPS ESSAYE PAR LA PHYSIQUE À ÉTABLIR L'INFINI CRÉÉ
DANS LE CONCEPT DE NATURE ET EN LA DISTANCE DE MATIÈRE:
IL ÉVOLUE EN GLOBALITÉ.
TAY

LA CIRCONSTANCE EST LE LIEN ENTRE LE TRAVAIL ET LE CHÔMAGE
AFIN DE RÉTABLIR UN MÉCANISME PERPÉTUEL D'ÊTRE SUR L'ÉVOLUTION DE SURVIE.
YAHVÉ ET TAY

ECRIT DU CITOYEN TIGNARD YANIS
PN 3286 de la Cour Européenne des droits de l'Homme.
ALIAS
TAY
La chouette effraie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com En ligne
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: LE CHÔMAGE, LE REPOS ET LE TRAVAIL DANS L'ACTIVITÉ HUMAINE   

Revenir en haut Aller en bas
 
LE CHÔMAGE, LE REPOS ET LE TRAVAIL DANS L'ACTIVITÉ HUMAINE
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Repos bien mérité dans une taverne.
» [Guide] Toutes les cultures
» Pour une fois on travail dans le luxe. [Akira]
» Interrogations sur l'utilisation des manilles
» J'pense pas que ma sécu va prendre tout ça en charge......

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le clans des mouettes :: Le clans des mouettes-
Sauter vers: