Le clans des mouettes

ainsi est la force.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Sierra Nevada in USA, Europe et Gladiator, Now We Are Free.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
yanis la chouette



Nombre de messages : 7780
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: Sierra Nevada in USA, Europe et Gladiator, Now We Are Free.   Lun 30 Oct à 3:50

Sierra Nevada in USA, Europe et Gladiator, Now We Are Free.

TIGNARD YANIS‏ @TIGNARDYANIS 19 hil y a 19 heures
LE 29 OCTOBRE 2017 À BARCELONE, LA MANIFESTATION VOIT DES ROYALISTES ET DES RÉPUBLICAINS RÉUNIS POUR UNE ESPAGNE HUMAINE: HISTORIQUE. TAY

COCKER JOE, N'OUBLIEZ JAMAIS... SAN FRANCISCO RADIO... Y'BECCA... TAY https://www.youtube.com/watch?v=MBpyuYgfCWA&sns=tw … via @youtube

LES CHOUETTES DE DIJON ET LEUR BONNE-MÈRE... Les mystères du porte-bonheur dijonnais https://defigrandesecoles.lexpress.fr/dijon-2016/2016/11/15/les-mysteres-du-porte-bonheur-dijonnais/

ROYALISTES ET RÉPUBLICAINS POUR L'ESPAGNE ET SON PEUPLE QUI ONT ASSEZ DE VOIR CEUX QUI SONT MORTS ÊTRE BAFOUÉ PAR LE FASCISME POLITIQUE. TAY

JE NE SUIS PAS FILS IMMIGRÉ ESPAGNOL MAIS J'AIME LA PEINTURE ESPAGNOL ET JE DÉTESTE LES CORRIDAS: J'AIME PAS LES BOURBONS, NI LES LÂCHES. Y

MADRID ET BARCELONE SE QUERELLENT AU DÉTRIMENT DES PLUS MALHEUREUX COMME LA GALICE VICTIME D'INCENDIES: HONTE SUR CERTAINS POLITICIENS. TAY

IL Y A DES FAITS QUE LA CATALOGNE MÉRITENT LE DROIT TOUT COMME L'ESPAGNE MÉRITE LE RESPECT DE SES MORTS: NAPOLÉON ET BENJAMIN. OUI. TAY

LA CATALOGNE A CRÉÉ L'ESPAGNE ET ELLE NE PEUT NIER LA LECTURE HISTORIQUE, MADRID DOIT S'EXCUSER DE CERTAINS COMPORTEMENTS LINGUISTIQUES. TAY

L'ESPAGNE ABOLIRAS UN JOUR, LA CORRIDA COMME TOUTES CES SUPERSTITION ENVERS LES ANIMAUX ET LA SORCELLERIE TEL UN ZORRO, JE LA DÉFENDRAI. TAY

LES ESPAGNOLS TOUT COMME LES ITALIENS ET D'AUTRES ABOLIRONT LES TORTURES ENVERS LES ANIMAUX ET DONNERONT LEURS ÉTHIQUES À LA NATURE. TAY

À BARCELONE, CE DIMANCHE 19 OCTOBRE 2017, ROYALISTES ET RÉPUBLICAINS ONT DÉFILÉ CONTRE LES QUERELLES POLITIQUES ET POUR L'HARMONIE. TAY

AUJOURD'HUI, LES MOUETTES ET LES CORBEAUX ONT PARTAGÉ LE PAIN AVEC MOI SUR LES RIVES DE LA GARONNE: POUR SARAGOSSE, MINOUSKA ET NINA. TAY

AUJOURD'HUI, LA CATALOGNE A CRÉÉ UN MOUVEMENT HUMANISTE OÙ CHACUN PEUT SE RÉUNIR DANS LA DIVERSITÉ: LE PEUPLE GRONDE CONTRE LA DISCORDE. TAY

SARAGOSSE EST HUMAINE ET HARMONIEUSE DANS UNE CONVICTION ET UNE CONSCIENCE D'UN BIEN ÊTRE COMME LA CATALOGNE ET L'ARAGON: L'ESPAGNE. TAY

EUROPE DANS LA DURETÉ DE MES PROPOS, JE DONNE UNE CONSCIENCE AUX ACTES SE DÉROULANT EN CATALOGNE POUR LE DEVENIR DE LA PAIX EN ESPAGNE. TAY

LA CATALOGNE ET SES HABITANTS AVEC LA NAVARRE ET L'ARAGON ONT PERPÉTUÉ L'HISTOIRE DE CARTHAGE ET DE ROME EN CRÉANT L'ENTITÉ ESPAGNOLE. TAY

BARCELONE, CE 29 OCTOBRE 2017 MONTRE LA DÉMOCRATIE; JE DÉPLORE ET POURRAIT CONDAMNER L'ATTITUDE DEVANT LE RÉFÉRENDUM: ÊTRE À L'ÉCOUTE. TAY

RUES DE BARCELONE, DIMANCHE 29 OCTOBRE 2017 DANS LA CONVICTION; LE PEUPLE MONTRE QUE LA DÉMOCRATIE A SES VISAGES: L'ESPAGNE ÉLECTORALE. TAY

DANS CES MANIFESTATIONS EN CATALOGNE ET DANS LA PÉNINSULE, J'AI UNE PENSÉE POUR LES ANARCHISTES QUI SONT MORTS POUR UNE ESPAGNE LIBRE. TAY

Zelim Bakaev‏ @ZelimBakaev 21 avr.
Just posted a photo https://www.instagram.com/p/BTJdmdFA8d-/

Llewelyn Morgan‏ @llewelyn_morgan 16 oct.
This is an incredibly worthwhile cause: a voice for democracy in Afghanistan needs your help. Save Etilaat Roz
https://www.gofundme.com/etilaatroz

Hans Zimmer - Gladiator - Live
https://www.youtube.com/watch?v=aUmIELyNGrU

AINSI

BATMAN AND ZORRO find the serenity in this mountains

The Dark Knight - Hans Zimmer /J. Newton Howard
https://www.youtube.com/watch?v=8-wAvbxB7D8

La Sierra Nevada (« chaîne montagneuse enneigée » en espagnol) est une chaîne de montagnes élevées principalement situées dans l'Est de la Californie et marginalement dans l'Ouest du Nevada, aux États-Unis. Son principal sommet est le mont Whitney (4 421 mètres). La Sierra Nevada offre une grande diversité de paysages. La variété de la faune, de la végétation et du relief dépend de l'altitude et du versant. Derrière la Sierra Nevada se trouve un grand désert : la vallée de la Mort. La chaîne offre plusieurs parcs naturels dont le Yosemite, renommé pour ses forêts, ses cascades et ses falaises granitiques.

Toponymie

Sierra Nevada signifie « chaîne de montagnes enneigée » en espagnol. En avril 1776, le père Pedro Font, qui participait à la deuxième expédition de Anza, donna ce nom aux montagnes qu’il voyait au loin. Son surnom, « la chaîne de lumière », est attribué à John Muir.
Géographie
Situation
Vue du versant oriental de la Sierra Nevada et du lac asséché d'Owens depuis Lone Pine.

La Sierra Nevada s’étire sur environ 700 km1 du col Fredonyer au nord au col Tehachapi au sud. Elle est encadrée à l’ouest par la vallée centrale de Californie et à l’est par le Grand Bassin (Great Basin). Plus on va vers l’est, plus les altitudes augmentent régulièrement jusqu’à la ligne de crête, puis redescendent brusquement de l’autre côté. Le versant oriental domine la faille (très active) Owens (vallée de l'Owens). Nous avons donc une chaîne dissymétrique. De même, le gradient d’altitude augmente lorsque l’on se dirige vers le sud : le point culminant de la chaîne, le Mont Whitney, se trouve au sud-est.
Sommets principaux
Le point culminant de la Sierra Nevada : le mont Whitney.

Les plus hauts sommets de la Sierra Nevada sont2 :

   Mont Whitney (4 421 m), plus haut sommet du Mainland (les États-Unis sans l'Alaska ni Hawaï) ;
   Mont Williamson (4 390 m) ;
   North Palisade (4 343 m) ;
   Mont Sill (4 314 m) ;
   Mont Russell (4 293 m) ;
   Pic Polemonium (4 291 m) ;
   Split Mountain (4 286 m) ;
   Mont Langley (4 280 m) ;
   Mont Tyndall (4 275 m) ;
   Middle Palisade (4 273 m) ;
   Mont Muir (4 271 m) ;
   Pic Thunderbolt (4 268 m) ;
   Mont Lyell (3 997 m).

Hydrographie

La majorité des cours d'eau qui naissent dans la chaîne se dirigent vers l'ouest et se jettent dans les fleuves San Joaquin ou Sacramento. Certaines rivières coulent néanmoins vers l'est et finissent dans les dépressions du Grand Bassin : c'est le cas de la rivière Walker (Nevada) ou de la rivière Carson. La rivière Owens se jetait dans le lac Owens, mais son eau a été captée par l'aqueduc menant à l'agglomération de Los Angeles à partir de 1913. Aujourd'hui le lac Owens est complètement asséché. Au nord de la Sierra Nevada, le lac Tahoe est situé à une altitude de 1 897 mètres et s'étend sur 489 km2.
Climat

La Sierra Nevada a un climat montagnard. La chaîne bloque les précipitations venues de l'ouest sur sa crête. Les températures diminuent avec l'altitude. Par un effet de foehn, les régions du Grand Bassin, situées plus à l'est, sont des déserts d'abri où souffle un vent chaud et sec. Au-delà de 2 500 mètres, en été, les chaleurs sèches sont modérées par des averses orageuses. La combinaison d'une végétation sèche, du faible taux d'humidité et des orages provoque des feux de forêts fréquents.
Mois Jan Fev Mar Avr Mai Jui Jui Aou Sep Oct Nov Déc Année
Temp. minimales moyennes °C -3 -2 0 2 5 9 12 11 8 4 0 -3 3,8
Températures maximales moyennes °C 9 13 15 18 23 28 32 32 30 23 14 9 20,5
Précipitations moyennes (mm) 157 155 132 76 33 18 10 8 23 53 140 142 947
Source : « Temperatures & Precipitation », site du parc national de Yosemite [archive], données relevées à 1 220 mètres d’altitude
Géologie

Géologiquement, la Sierra Nevada est un massif granitique qui s’est basculé et fragmenté par l’est, le long d’un système de cassures. Le flanc occidental de la chaîne s’est soulevé et incliné sous l’effet des forces tectoniques qui agissent toujours3 ; des séismes secouent l’est de la chaîne (le séisme de Lone Pine, par exemple, en 1872). La vallée centrale de Californie et la vallée de l'Owens qui encadrent à l'ouest et à l'est la sierra, se sont au contraire affaissées.
Vue du versant oriental de la Sierra Nevada.
Pétrologie
Carte géologique de la région de Yosemite.

Il y a plusieurs millions d’années, le granite s’est formé en profondeur par refroidissement très lent du magma, constituant de vastes intrusions magmatiques appelées batholites4. Le magma a aussi affecté les roches sédimentaires et volcaniques voisines, formant des couches de roches métamorphiques.
Orogenèse
Formation des roches sédimentaires et d'un arc insulaire
La Sierra Nevada au parc de Yosemite.

La phase la plus ancienne a lieu pendant le précambrien et le début du paléozoïque : la région de la Sierra Nevada, située alors sur une marge continentale passive, est lentement recouverte par des dépôts sédimentaires. Entre la fin du dévonien et au cours du permien, la Laurentia (ancêtre de la plaque nord-américaine), pousse vers l’ouest et entre en collision avec la plaque océanique de Farallon. Ce processus donne naissance à un arc insulaire volcanique5 ; par le jeu de la tectonique des plaques, l’espace océanique disparaît progressivement et l’arc insulaire névadien se retrouve soudé à la plaque continentale.
Intrusions magmatiques et subduction

Au cours du mésozoïque, l’orogenèse névadienne affecte l’Ouest de l’Amérique du Nord et construit une chaîne de montagne d’une altitude de 4 500 mètres, ancêtre de l’actuelle Sierra Nevada6. Les roches sédimentaires se trouvent portées en altitude. L’orogenèse s’accompagne de phénomène volcaniques et de remontées de magma : une première phase de plutonisme régional commence à la fin du trias et se poursuit jusqu’au jurassique, il y a environ 150 millions d’années4. C’est dans ce contexte que les plutons se refroidissent très lentement pour constituer des batholites, à environ 10 km de profondeur7. La deuxième phase de formation de roche plutonique s’étale de 120 millions à 80 millions d’années. À la fin du crétacé, l’érosion et le soulèvement des terrains mettent au jour les masses de granite. Le mouvement vertical des batholites finit par percer les strates sédimentaires, jusqu'au pliocène8

Entre 20 et 5 millions d’années avant notre ère, des phénomènes volcaniques affectent le nord et l’est de la Sierra Nevada : les géologues ont retrouvé des traces d’épandage de lave et de cendres, ainsi que des orgues basaltiques. Le Lyell Canyon et la Pumice Valley sont tapissées de cendre et de matériaux volcaniques9.
Soulèvement de la Sierra Nevada et érosion glaciaire
Pywiack Dome dans le Yosemite : les dômes granitiques sont les résultats de l'érosion ; les lacs proviennent en général d'anciens glaciers.

Il y a 10 à 20 millions d’années, la Sierra Nevada commence à se soulever par l’est où apparaissent de nombreuses failles actives. La partie orientale de la chaîne s’élève brusquement au-dessus de l’actuelle vallée de l'Owens, alors que le versant occidental se forme en pente douce. Ce soulèvement provoque l’encaissement des cours d’eau et la surexcitation de l'érosion10 : c’est à cette époque que les vallées fluviales se creusent avec un profil en « V » 11. Il provoque aussi des fissures et des diaclases dans le granit qui facilite le travail de l’érosion. À la suite des phases de refroidissement de l’ère quaternaire, des glaciers se forment et érodent les vallées en modifiant leur profil (en « U » ou « vallées glaciaires » telles que les vallées de Hetch Hetchy ou de Yosemite). Ces dernières ont un fond plat et large, parfois occupé par des lacs. Les parois qui les encadrent sont escarpées et forment par endroits de véritables falaises. Enfin, les moraines représentent les traces les plus caractéristiques du passé glaciaire de la région.

Les glaciers actuels se sont formés au cours du petit âge glaciaire12 ; ils se trouvent dans des cirques exposés au nord et à très haute altitude. Mais le réchauffement climatique actuel tend à les faire disparaître.
Faune et flore
Flore
Forêt dans le Nord de la Sierra Nevada, en Californie.

Les essences les plus représentées sont le Pin ponderosa, le Pin de Jeffrey, le Pin tordu, le Pin à écorce blanche, le Sapin du Colorado, le Sapin rouge, la Pruche subalpine, le Genévrier occidental, le Tremble et le séquoia géant13.
L'étagement de la végétation.

La végétation est étagée, comme dans d'autres montagnes14 :

   jusqu'à 300 mètres : les collines du piémont occidental est couvert par le chaparral, une formation végétale composée de buissons et d'herbes. Elles sont parsemées de chênes (chêne de Douglas, chêne blanc de Californie) ;
   de 300 à 700 mètres : pins et chênes se partagent les altitudes moyennes : pin ponderosa, pin de Jeffrey, pin tordu, sapin blanc, sapin de Douglas et le cèdre à encens15 ; Cornouiller des montagnes, chêne noir de Californie, aulnes blancs, érable, saule, peuplier baumier, laurier de Californie ;
   de 700 à 2 500 mètres : pin jaune des Rocheuses, Pin Douglas, Pin à sucre, sapin, pin pignon. Le séquoia domine de sa grandeur tous les autres arbres : le Général Sherman est le plus grand et se trouve dans le parc national de Séquoia et King's Canyon. On peut admirer des séquoias géants dans le parc du Yosemite, à Mariposa Grove par exemple. On trouve aussi des espèces telles que le pin tordu, le genévrier occidental, le sapin du Colorado, le sapin rouge, le pin argenté, le pin de Jeffrey, et le pin de Balfour ;
   de 2 500 à 3 500 mètres, les arbres deviennent plus rares et moins grands : on peut signaler la présence du pin tordu, du pin à écorce blanche et de la pruche subalpine ;
   au-dessus de 3 500 mètres : pelouse alpine, lichens, glaciers, neiges persistantes au-dessus de 3 900 mètres d'altitude16.

Faune
Le geai de Steller est fréquent dans la Sierra Nevada.

Les mammifères qui vivent dans la Sierre Nevada sont le Cerf hémione, l'ours noir, le puma, le coyote, le lynx, le Renard roux, le Renard gris, la mouffette, l'argali, la marte, la Marmotte à ventre jaune, le pékan, le glouton et le porc-épic13. Le grizzli a totalement disparu en 192413. Parmi les oiseaux, on peut citer le faucon, l'aigle, le pic-vert, la chouette, le balbuzard pêcheur, la caille, le geai de Steller, le martin-pêcheur, le Tétras fuligineux13. La chouette tachetée est une espèce menacée.

Allan Schoenherr divise la Sierra Nevada en plusieurs biotopes étagés :

   Entre 1 500 et 2 100 mètres d’altitude, sur le flanc est : moutons, geai des pins…
   Entre 1 000 et 2 100 mètres d’altitude, sur le flanc ouest : forêt de pins Ponderosa, Jeffrey, chêne noir de Californie, séquoia géant, mésange des montagnes, écureuil gris, ours noir d’Amérique, ours brun (également appelé grizzli)…
   Entre 2 100 et 2 700 mètres d’altitude, versant ouest : ciguë des montagnes, genièvre de la sierra, grive ermite, tétras de la Sierra, grand hibou gris, martre, écureuil doré…
   Entre 2 700 et 3 100 mètres ouest : forêt subalpine
   À plus de 3 100 mètres : étage alpin avec écureuils, marmottes, mouflons...

Histoire
Habitation Miwok, musée amérindien de Yosemite.

Les Amérindiens sont les premiers occupants de la sierra (tribus des Païutes à l’est et des Miwoks à l’ouest). Ils font du commerce en empruntant les cols de montagne. Les archéologues ont retrouvé des pointes de flèches en obsidienne, témoins de la culture amérindienne.

En 1844, le lieutenant John C. Frémont, accompagné par Kit Carson, était le premier homme blanc à voir le lac Tahoe. Avec la fièvre de l’or, les pentes de la sierra commencent à se peupler. La California Geological Survey commence à explorer la région sous la direction de Josiah Whitney qui donna son nom au plus haut sommet de la chaîne. En 1863, ils foulent le sol du Yosemite puis, en 1864, celui du Kings Canyon.
Activités
Randonnée
Cette section est vide, insuffisamment détaillée ou incomplète. Votre aide est la bienvenue ! Comment faire ?
Protection environnementale

La Sierra Nevada compte deux parcs nationaux :

   le parc national de Yosemite est connu pour ses dômes granitiques, ses chutes d'eau et ses vallées glaciaires (vallée d'Hetch Hetchy, vallée de Yosemite) ;
   le parc national de Sequoia & Kings Canyon abrite les plus grands arbres de la planète, les séquoias géants.

Sierra Nevada : panorama du parc national de Yosemite.
Dans la culture

Le 13 juin 2016, Apple annonce à la WWDC 2016 sa version 10.12 de son système d'exploitation macOS, nommée ainsi d'après cette chaîne de montagnes.
Notes et références

   ↑ Collectif, « États-Unis », Encyclopædia Universalis, vol. 8,‎ 2002, p. 753-859 (ISBN 2852295504, lire en ligne [archive]), p. 758
   ↑ (en) Sierra Peaks List, UTM Table, 248 Peaks [archive]
   ↑ « The Making of the Landscape », site officiel du parc national de Yosemite (page consultée le 01/03/2007, dernière modification le 22/12/2004), http://www.nps.gov/archive/yose/nature/geo_landforms.htm [archive]
   ↑ a et b Harris 1998, p. 329
   ↑ Harris 1998, p. 328
   ↑ Jacques Debelmas, Georges Maclé, Les Grandes Structures géologiques, Masson, 2e édition, Paris, 1993, (ISBN 2-225-84169-1), p. 212
   ↑ Harris 1998, p. 337
   ↑ Rougier, Wackermann et Mottet 2001, p. 34
   ↑ Rougier, Wackermann et Mottet 2001, p. 35
   ↑ Rougier, Wackermann et Mottet 2001, p. 37
   ↑ Harris 1998, p. 339
   ↑ Harris 1998, p. 340
   ↑ a, b, c et d (en) « Section M261E. Sierra Nevada » [archive], US Forest Service (consulté le 29 décembre 2009)
   ↑ Rougier, Wackermann et Mottet 2001, p. 69
   ↑ « Au cœur des parcs américains », dans Terre sauvage no 223, décembre 2006-janvier 2007, p. 16
   ↑ Jean Demangeot, Les milieux « naturels » du globe, Paris, Armand Colin, 10e édition, 2002, p. 236

Voir aussi
Bibliographie

   « Les Amérindiens de la Sierra Nevada », National Geographic France,‎ octobre 2004
   Henri Rougier, Gabriel Wackermann et Gérard Mottet, Géographie des montagnes, Paris, Ellipses, 2001 (ISBN 2-7298-0805-1)
   (en) Ann G. Harris, Geology of National Parks, Iowa, Kendall / Hunt Publishing, 1998 (ISBN 0-7872-5353-7)

Articles connexes

   Géographie de la Californie
   Géographie des États-Unis

Liens externes

Sur les autres projets Wikimedia :

   Sierra Nevada, sur Wikimedia Commons

   Bases de données géographiques : Geographic Names Information System [archive] • GeoNames [archive] • Peakbagger.com [archive] • SummitPost [archive] • Thesaurus of Geographic Names [archive]Voir et modifier les données sur Wikidata
   Sierra Nevada - America Dreamz [archive]

JE SUIS TAY LA CHOUETTE EFFRAIE...
MON VRAI VISAGE EST D’ÊTRE:
LE CITOYEN TIGNARD YANIS
PN 3286 DE LA COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L'HOMME...

ECRIT DE
MONSIEUR TIGNARD YANIS
ALIAS
YANIS LA CHOUETTE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 7780
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: Re: Sierra Nevada in USA, Europe et Gladiator, Now We Are Free.   Lun 30 Oct à 3:56

LA PANTHÈRE DES NEIGES, GARDIENNE DES ACTES ET DES SOUVENIRS...

Le Tian Shan (caractères chinois : 天山 ; pinyin : tiān shān ; littéralement : « montagnes célestes » ; parfois orthographié Tien Shan), aussi appelé Tangri Tagh (en langues turques tangri, « Dieu (ciel) » et tagh, « montagne »), est une chaîne de hautes montagnes d'Asie centrale située au nord-ouest du bassin du Tarim (occupé en grande partie par le désert du Taklamakan). C'est le cinquième relief du monde après l'Himalaya, les Andes, les Rocheuses et le Pamir1.

Géographie
Situation, topographie
Carte de Tian Shan.
Vue des monts Tian depuis l'espace, en octobre 1997, avec le lac Yssyk Koul au nord, au Kyrgyzstan.

La chaîne s'étend d'est en ouest à partir du territoire de la province chinoise du Xinjiang. Longeant la frontière sud du Kazakhstan avec le Kirghizistan, elle se termine à l'ouest en rejoignant le côté nord des montagnes du Pamir. D'est en ouest, leur longueur totale est de 2 500 km pour une largeur nord-sud de 100 à 400 km. La longueur de la section sur le territoire chinois est de 1 700 km, soit les deux tiers de la surface totale2. Au Kirghizstan, les monts Tian sont situés au sud-est de la mer intérieure que forme le lac salé d'Yssik Koul.

Les plus hauts sommets des monts Tian sont le Jengish Chokusu (7 439 m), anciennement pic Pobedy, et le pic Khan Tengri (7 010 m). L'altitude moyenne est de 4 000 m2.
Hydrographie
Vue de la rive sud, le lac Yssyk Koul (6 236 km2 à 1 606 m d'altitude), 2e plus grand lac de montagne du monde après le lac Titicaca.

Il y a 15 953 glaciers dans le massif, d'une surface totale de 15 416,41 km2, représentant un volume de glace de 1 048,247 km3. 9 081 de ces glaciers (57 % des glaciers du massif) sont sur le territoire chinois, soit une surface de 9 235,96 km2 (59,9 % de la surface de glaciers dans le massif) et un volume de glace de 1 011,748 km3, (96,5 % du volume de glace du massif entier)2.
Géologie

Depuis le Précambrien (600 millions d'années), les monts Tian sont passés de l'état d'ancien continent à celui d'ancienne mer, s'élevant en montagnes érodées en pénéplaine puis relevés de nouveau en hautes montagnes. les mouvements tectoniques récents ont joué un rôle décisif dans la configuration actuelle de cette montagne, formant d'énormes chaînes et des bassins avec failles et terrasses. Des couches de sédiments très épaisses se sont accumulées dans les bassins, érodées par la suite en canyons et en falaises formant les grands paysages de canyons rouges du Tertiaire2.
Climat

Les montagnes du Tianshan sont une division naturelle entre les zones mi-tempérées et tempérées chaudes du Xinjiang2. Les flancs sud et nord du pic Tomur présentent respectivement de très nettes différences de précipitations, sol et végétation. Le climat du flanc nord est de type montagnard semi-humide, celui du flanc sud est de type semi-aride3.
Faune

L'est du Tian Shan abrite plus de 400 espèces animales, dont des représentants d'espèces en danger à des degrés divers tels que l'once (Uncia uncia ou léopard des neiges ; IUCN 2009 ; CITES 2007), le cygne chanteur (Cygnus cygnus ; IUCN 2009 ; CITES 2007), le cerf élaphe (Cervus elaphus ; IUCN 2009), le podoce de Biddulph (Podoces biddulphi ; IUCN 2009), l'argali (Ovis ammon ; IUCN 2009), l'ibex de Sibérie (Capra sibirica ; IUCN 2009), etc.2.

La population totale des léopards des neiges, localisée en Asie du Centre et du Sud-Est, est d'environ 2 500 individus dont plus de 1 650 dans le Xinjiang. Sur les flancs du pic Tomur (Jengish Chokusu) on en trouve plus de 600, servis par de bonnes populations d'espèces proies notamment d'argalis et de yanghirs2.
Flore

L'est du Tian Shan possède l'éventail de distribution botanique le plus complet dans le Tian Shan : désert, steppes désertiques, arbustes, forêts de vallées, forêts de fruitiers sauvages (pommiers, abricotiers, noyers, pruniers, etc.), forêts mixtes d'épicéa et d'arbres à feuilles caduques, populations de Picea schrenkiana, cyprès et buissons, prairies alpines, et des glaciers et sommets enneigés. Elle inclut les principales formations écologiques du Tian Shan, telles que Picea schrenkiana, Malus sieversii, Armenica vulgaris4, Betula tianschanica, Populus tremula, Juniperus sabina, Juniperus pseudosabina5, Tamarix ramosissima, Haloxylon ammodendron, Bothriochloa ischaemum, Thylacospermum caespitosum, etc. Elle contient plus de 1 800 espèces de plantes, dont des plantes en danger de disparition (l'orchidée Goodyera repens par exemple ; CITES 2007) et des plantes endémiques (Saussurea involucrata, Tulipa sinkiangensi, etc.)2

Picea schrenkiana, fossile vivant pour l'évolution biologique, est une espèce ancienne d'arbre remontant au Tertiaire et sa distribution est limitée au Tian Shan. La réserve naturelle de Gongnaisi (Xinjiang) est riche en arbres de 70 mètres de hauteur, de 1,7 mètre de diamètre et représentant 50 m3 de volume de bois2.

Les forêts de fruitiers sauvages, notamment pour le pommier sauvage Malus sieversii, représentent une richesse génétique exceptionnelle et essentielle dans la lutte contre les maladies de tous les cultivars des espèces concernées. En effet, ces espèces sauvages cohabitant dans le Tian Shan (Kazakhstan et Chine principalement) montrent une résistance inhabituelle aux maladies6, notamment la tavelure du pommier7. Cette réponse face aux maladies est en elle-même une indication sûre de la richesse de leur génome par rapport à celui de leurs descendants domestiques6.
Histoire
Piotr Semionov-Tian-Chanski, explorateur russe de cette région au XIXe siècle.

Les villes-oasis de la route de la soie, dont une branche contournait par le nord le désert du Taklamakan du bassin du Tarim, sont situées en contrebas de la face sud des Tian Shan1. À Kashgar, situé en Chine, à l'extrême pointe occidentale du bassin du Tarim, cette route coupait à travers les montagnes du Tian Shan en bifurquant vers le nord et vers Bishkek dans la province d'Almaty au sud du Kazakhstan8.

Les monts Tian font partie des monts sacrés du tengrisme.

Deux cent kilomètres à l'est de Bishkek, les monts Tian autour d'Almaty sont le berceau de Malus sieversii, récemment confirmé comme l'ancêtre commun à tous les cultivars de pommiers (le nom d'Almaty ou Alma-Ata en kazakh signifie « grand-père des pommes »).
Activités
Protection environnementale

La partie orientale des monts Tian, présentée candidate au Patrimoine mondial de l'UNESCO en 20106 par la Chine, inclut six réserves naturelles nationales de Chine : la réserve naturelle nationale de Tomur (N 41°50, E 80°20), la réserve naturelle nationale de Kuerdening (N 43°10, E 83°00), le parc national de Tianshan Tianchi (N 43°50, E 88°13), la réserve naturelle nationale de Bayinbuluke (N 44°40, E 88°50), le parc national de Sayram (N 42°50, E 84°15) et le parc national de Nalaty (N 43°15, E 84°00)2.

La réserve naturelle nationale du Pic Tomur est la seule réserve naturelle parmi les vingt-cinq présentes dans le Xinjiang9, à protéger des écosystèmes de montagnes3. Située à six kilomètres au sud du tripoint des frontières de la Chine, du Kazakhstan et du Kyrgyzstan, elle comprend 23,76 millions d'hectares situés dans le district administratif du Wensu faisant partie de la région autonome du Xinjiang. Elle couvre une grande partie des monts Tian en territoire chinois2.
Tourisme
Cette section est vide, insuffisamment détaillée ou incomplète. Votre aide est la bienvenue ! Comment faire ?
Références

↑ a et b Glossaire de la Route de la soie [archive]
↑ a, b, c, d, e, f, g, h, i, j et k Xinjiang Tianshan [archive] sur le site de l'UNESCO.
↑ a et b Tomur Peak National Nature Reserve [archive] sur le site de Tianshannet, source d'informations sur le Xinjiang autorisée par le gouvernement chinois.
↑ (en) Armenica vulgaris [archive] sur le site Plants for the planet.
↑ (en) Juniperus pseudosabina [archive] dans Conifers, banque de données sur les gymnospermes.
↑ a, b et c « Sauvons les pommes », Science et Vie, no 1130, novembre 2011, p. 90-97.
↑ Evaluation of Malus sieversii seedlings from Kazakhstan for disease resistance and time of leafing [archive], sur le site de la Société internationale pour la science de l'horticulture (International Society for Horticultural Science).
↑ Carte de la route de la soie [archive]
↑ Liste des réserves naturelles du Xinjiang [archive] sur le site de Tianshannet, source d'informations sur le Xinjiang autorisée par le gouvernement chinois.

Voir aussi

Sur les autres projets Wikimedia :

les Tian Shan, sur Wikimedia Commons

Articles connexes

Steppe de l'Alai et de l'ouest du Tian Shan
Malus sieversii
Route de la soie
Lac Sayram
Makan Map

ECRIT DU CITOYEN TIGNARD YANIS
SOUS L’ÉGIDE DE
WIKIPEDIA
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 7780
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: Re: Sierra Nevada in USA, Europe et Gladiator, Now We Are Free.   Lun 30 Oct à 4:35

L’inscription de Siloam, inscription de Silwan ou inscription de Siloé est un passage de texte inscrit dans le tunnel d'Ézéchias qui amène l'eau de la source de Gihon au bassin de Siloé, située dans le quartier de Silwan à Jérusalem-Est.

L'analyse épigraphique montre que l'inscription date des VIIIe / VIIe siècle av. J.-C.1. L'inscription remonterait à la construction du tunnel sous les règnes des rois Ézéchias ou Manassé2. C'est parmi les plus anciennes traces existantes dans ce genre écrites en hébreu avec l'alphabet paléo-hébraïque.
Références

↑ (en) Ronald S. Hendel, « The Date of the Siloam Inscription : A Rejoinder to Rogerson and Davies », The Biblical Archaeologist, American Schools of Oriental Research, vol. 59, no 4,‎ 1999 (JSTOR 3210565)
↑ (en) Ernst Axel Knauf, « Hezekiah or Manasseh? A Reconsideration of the Siloam Tunnel and Inscription », Tel Aviv, vol. 28, no 2,‎ 2001

ET

Le tunnel d'Ézéchias ou tunnel de Siloé, a été construit à Jérusalem avant 701 av. J.-C. sous le règne d'Ézéchias, roi de Juda, pour ravitailler la ville en eau en cas de siège (il est mentionné dans 2Rois 20:20 [archive] et dans 2Chron 32:30 [archive]).

C'est un site d'un grand intérêt archéologique : avec celui d'Eupalinos, situé dans l'île de Samos en Grèce et datant du VIe siècle, ce tunnel est considéré comme une des plus grandes œuvres en matière d'ingénierie hydraulique de la période préclassique. Le tunnel a été découvert en 1838 par le théologien américain Edward Robinson (en).

Description
Le plan du tunnel.

Le tunnel a une longueur de 533 mètres avec une galerie de 1,63 mètres de hauteur ; il relie la source de Gihon au bassin de Siloé sur un dénivelé de 2,27 mètres. D'après l'inscription de Silwan, il aurait été creusé sous la cité de David, au sud-est de la Vieille ville, par deux équipes travaillant à chacune des extrémités et se rejoignant en son milieu. Le tunnel a une curieuse forme en « S ». Selon l'architecte Henry Sulley (en), cette forme s'expliquerait par le fait qu'il suit une fissure naturelle dans le rocher. Pour le géologue israélien Dan Gill, les deux équipes de creusement auraient plutôt suivi une dissolution de tunnel karstique et naturelle.
Contexte historique

Selon le Deuxième livre des Rois, un tunnel est construit avant 701 av. J.-C. sur ordre d'Ézéchias, roi de Juda de 721 à 698 av. J.-C. Le roi de Juda a dû faire face à l’afflux considérable de réfugiés qui, durant la deuxième moité du VIIIe siècle, fuyaient l'avancée des armées assyriennes; celles-ci avançaient, à travers la Syrie et la Palestine en direction de l’Égypte. Cet afflux était particulièrement important après la chute de Samarie, capitale du Royaume d'Israël en 722 av. J.-C.. Ézéchias fait entourer Jérusalem, qui s'était étendue vers l'est et le sud, de murailles, et assurait l'approvisionnement en eau de la ville par un tunnel. Le royaume de Juda est largement dévasté par l'armée du roi assyrien Sennacherib mais Jérusalem, qui n'a visiblement pas été assiégée, est épargnée. Ézéchias envoie une ambassade à Ninive pour se soumettre et paie un lourd tribut de 30 talents d’or et 800 talents d’argent.

Le tunnel est généralement considéré comme un des préparatifs d'Ézéchias face à la menace assyrienne. Certains chercheurs estiment cependant que le tunnel n'est pas une œuvre militaire et que son percement s'inscrit mieux dans le contexte du développement de Jérusalem sous le règne de Manassé, le fils d'Ézéchias1.
L'inscription
L'inscription de Siloé.

Une inscription en hébreu ancien, dite inscription de Silwan, fut découverte par hasard en juin 1880, à 2 mètres de hauteur et à 6 mètres de la sortie de Siloé. Elle est la plus ancienne inscription connue en hébreu classique. Elle relate la fin des travaux. Bien que le texte soit en partie endommagé, la reconstitution en est possible. Le voici :

« ...Le creusement. Voici l’histoire du creusement. Pendant que les tailleurs de la roche brandissaient leurs outils chacun en face de ses compagnons, un moment où manquaient trois coudée (1,50 m) pour la perforation, la voix d’un homme fut entendue, demandant à son compagnon pourquoi il y avait une crevasse. À la droite… Le jour de la perforation, les mineurs frappèrent chacun pour rencontrer son compagnon… et les eaux s’écoulèrent de la source jusqu’à la piscine, environ 1200 coudées (533 m). La roche était à 100 coudées (50 m) au-dessus de la tête des tailleurs de la roche. »

La pierre se trouve désormais au Musée des Œuvres de l'Orient Ancien à Istanbul.
Un tunnel plus ancien

Un tunnel plus ancien, plus profond mais de moindres dimensions, fut découvert en 1889. Il relie également la source de Gihon au Bassin de Silwan, mais par un tracé plus direct. Ce tunnel est connu sous le nom de Canal de l'âge de bronze moyen, à cause de sa datation. L’archéologue israélien Ronny Reich (en), spécialiste de l'ancienne Jérusalem, a calculé qu'il a été construit vers 1800 av. J. C. (donc durant l'Âge du bronze), et donc que l'eau de la source a été déviée des siècles avant le règne d'Ézéchias. La construction originale se comprend comme un fossé profond d'environ 6 mètres, couvert par de large plaques de roche cachées ensuite par la végétation. Ce canal est plus étroit que le tunnel, mais on peut y marcher dans la plus grande partie. En plus de sa sortie près du bassin de Siloé, le canal a plusieurs ouvertures qui permettent d'irriguer les jardins face à la vallée du Cédron.
Références

↑ (en) Ernst Axel Knauf, « Hezekiah or Manasseh? A Reconsideration of the Siloam Tunnel and Inscription », Tel Aviv, vol. 28, no 2,‎ 2001

Voir aussi

Sur les autres projets Wikimedia :

Tunnel d'Ézéchias, sur Wikimedia Commons

Liens externes

Le tunnel d'Ézéchias sur biblelieux.com [archive]
Le tunnel d'Ézéchias [archive]
http://www.interbible.org/sebq/philatelie/2003/2003/phi_030926.htm Les antiques systèmes hydrauliques en Israël en timbres postaux [archive]
Images du canal de l'âge de bronze [archive]

Portail Israël antique et Juifs dans l’Antiquité Portail Israël antique et Juifs dans l’Antiquité Portail de Jérusalem Portail de Jérusalem

PROFESSION DE FOI DE MONSIEUR TIGNARD YANIS OU PN 3286
DE LA COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L'HOMME
ET J'Y AJOUTE LES FEMMES AUX PLURIELS ET LEURS ENFANTS...
LE MYSTÈRE DE LA PRIÈRE EST UN ASPECT DU PERSONNEL QUE L'ON VEUT RENDRE COLLECTIF...
L'HARMONIE EST LE RESPECT ET LE RESPECT EST DE NE PAS TUER ET DE FAIRE SOUFFRIR...
SELON MA CONNAISSANCE DU LIVRES DES JUGES ET DE LA RÉPUBLIQUE DE L'OLIVIER,
COMPOSÉE DE LA RÉPUBLIQUE D’ISRAËL ET DE LA COMMUNAUTÉ PARLEMENTAIRE DE LA PALESTINE...
AMIE ET ALLIÉE DE LA RÉPUBLIQUE DU CÈDRE OU TERRES DU LIBAN.
UNE ÉLECTION COMMUNE POUR DEVENIR UN PARTAGE ET UN SECOURISME DEVANT L’ADVERSITÉ:
L’HÉRITAGE DU SANG ET LE PARTAGE DE L'EAU...
L'EAU N'ENGENDRE PAS TOUJOURS L'EAU ET LE SANG N'ENGENDRE PAS TOUJOURS LE SANG:
CELA EST LE MYSTÈRE DU PARDON FACE à L’HÉRITAGE ET à L'EAU
ET DEVANT LA CRUAUTÉ ET LA TYRANNIE...

ECRIT DU
CITOYEN TIGNARD YANIS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Sierra Nevada in USA, Europe et Gladiator, Now We Are Free.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Sierra Nevada in USA, Europe et Gladiator, Now We Are Free.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» ALBERT BIERSTADT (1830-1902)
» Enfin.... : Passage en Free to Play « imminent » en Europe
» [28,29,30 octobre 2011] Championnat d'Europe a Dublin
» Claude Allègre va sauver l'Europe
» L'Europe des ombres

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le clans des mouettes :: Le clans des mouettes-
Sauter vers: