Le clans des mouettes

ainsi est la force.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 CRI DE JÉRUSALEM, JUSTICE DE L'EAU ET VÉRITÉ TOULOUSAINE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
yanis la chouette



Nombre de messages : 6855
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: Re: CRI DE JÉRUSALEM, JUSTICE DE L'EAU ET VÉRITÉ TOULOUSAINE   Ven 11 Aoû à 2:58

Comment

10 August 2017
This is why the first CRISPR baby won’t be born in the US

Hopes are high that gene editing embryos can ease inherited disease. The first such babies are likely within five years, but not in the US, says Jim Kozubek

By Jim Kozubek

The media well and truly pricked up its collective ears when US geneticist Shoukhrat Mitalipov last month showed that he could use the CRISPR gene-editing system in a very early human embryo to correct a mutation that can cause heart defects.

Such excitement is understandable. Even if his work wasn’t the first of its type, it was arguably the most sophisticated and had the most promising results, a proof in principle that opens the door to possibly modifying other genes. How about targeting a mutated APP gene, linked to risk of early-onset Alzheimer’s? Or mutated BRCA genes, linked to risk of breast or ovarian cancer, or a variant of ACTN3 that can boost athletic potential?

Enthusiasm must be tempered though. Mutations in BRCA genes, for example, are nested in complex relationships with other genes. It would be impossible to know if modifying a single BRCA gene would reduce cancer risk until we tried.

We could also add mutations with known benefits. One is possible in the gene PCSK9 that lowers LDL cholesterol and the risk of ischaemic stroke. But having LDL that is too low raises the risk of another problem: haemorrhagic stroke. Such gains rarely come for free.

But where might the first gene-edited baby be born? There are reasons to doubt it will be in the US. In February, the National Academies of Sciences published a report, Human Genome Editing: Science, ethics, and governance, that gives support for gene editing for human reproductive purposes, but only in cases where no safer, existing options are available.

Crucially, the existing method of screening unedited IVF embryos before implantation can usually generate one without a heritable mutation because there is a 50 per cent chance of not passing on a disease causing gene in almost all instances. So those cases envisioned by the academies – where CRISPR is the only option to eliminate a chance of inheriting a genetic illness – are likely to be true rarities.
Widespread disease risk

What’s more, US medical insurance coverage is unlikely to deem prophylactic gene-modification techniques “medically necessary”. Doing so would challenge the entire concept of necessity, since many of us unknowingly carry some sort of recessive genetic variant that raises a disease risk for offspring.

In addition, the US Food and Drug Administration regards CRISPR as a drug, rather than a device. So although there is no explicit ban on using it to engineer a baby at an IVF clinic, it does mean the agency can enforce regulations relating to an “investigational new drug”. As a result, CRISPR has to go through a regulatory pathway for each DNA target it is used to modify, and approval could take a decade or more. The FDA might raid any clinic trying to use unlicensed CRISPR to engineer a baby.

The most immediate concern then is that only wealthy Americans may be able to create gene-edited babies by going abroad to countries willing to allow it. I see this happening within five years. And here we shift to wider fears. Francis Fukuyama called biotechnological transhumanism “the world’s most dangerous idea” since it could dramatically worsen inequality by creating a biologically healthier class.

Since every generation mixes DNA in the exciting events of reproductive roulette, such class distinctions are unlikely to be permanent. We should also take heart that over millions of years of evolution, the human genome is close to optimal. However, we can and should be prepared for new forms of techno-scientific racism, and inequalities in insurance and health if the gene-modified emerge among us.

The human germline isn’t a sacrosanct document. It is a living document that changes in our lifetimes. Inevitably, someone will use CRISPR to alter it further. A bit like the first IVF baby, once a CRISPR baby is born, the most important questions may then become how we treat them, and what their arrival does to our concept of self and soul.

rapport de
Y'BECCA

--------------------------------

Deep Learning with TensorFlow in Python

Posted by Sandipan Dey on June 17, 2017 at 1:30pm
View Blog

The following problems appeared in the first few assignments in the Udacity course Deep Learning (by Google). The descriptions of the problems are taken from the assignments.
Classifying the letters with notMNIST dataset

Let’s first learn about simple data curation practices, and familiarize ourselves with some of the data that are going to be used for deep learning using tensorflow. The notMNIST dataset to be used with python experiments. This dataset is designed to look like the classic MNIST dataset, while looking a little more like real data: it’s a harder task, and the data is a lot less ‘clean’ than MNIST.
Preprocessing

First the dataset needs to be downloaded and extracted to a local machine. The data consists of characters rendered in a variety of fonts on a 28×28 image. The labels are limited to ‘A’ through ‘J’ (10 classes). The training set has about 500k and the testset 19000 labelled examples. Given these sizes, it should be possible to train models quickly on any machine.

Let’s take a peek at some of the data to make sure it looks sensible. Each exemplar should be an image of a character A through J rendered in a different font. Display a sample of the images downloaded.

http://www.datasciencecentral.com/profiles/blogs/deep-learning-with-tensorflow-in-python?utm_content=buffer960bb&utm_medium=social&utm_source=twitter.com&utm_campaign=buffer

--------------------------------

Watch Martian Clouds Scoot, Thanks to NASA's Curiosity

Wispy, early-season clouds resembling Earth's ice-crystal cirrus clouds move
across the Martian sky in some new image sequences
from NASA's Curiosity Mars rover.

These clouds are the most clearly visible so far
from Curiosity, which landed five years ago this month
about five degrees south of Mars' equator. Clouds moving
in the Martian sky have been observed previously by Curiosity
and other missions on the surface of Mars,
including NASA's Phoenix Mars Lander in the Martian arctic
nine years ago.

Researchers used Curiosity's Navigation Camera (Navcam)
to take two sets of eight images of the sky on an early Martian
morning last month. For one set, the camera pointed
nearly straight up. For the other, it pointed just above
the southern horizon. Cloud movement was recorded in both
and was made easier to see by image enhancement.
A midday look at the sky with the same camera
the same day showed no clouds.

Mars' elliptical orbit makes that planet's distance from the Sun
vary more than Earth's does. In previous Martian years,
a belt of clouds has appeared near the equator around the time
Mars was at its farthest from the Sun. The new images of clouds
were taken about two months before that farthest point in the orbit,
relatively early in the season for the appearance of this cloud belt.

"It is likely that the clouds are composed of crystals of water ice that
condense out onto dust grains where it is cold in the atmosphere,"
said Curiosity science-team member John Moores of York University,
Toronto, Canada. "The wisps are created as those crystals fall
and evaporate in patterns known as 'fall streaks' or 'mare's tails.'
While the rover does not have a way to ascertain the altitude
of these clouds, on Earth such clouds form at high altitude."

York's Charissa Campbell produced the enhanced-image sequences
by generating an "average" of all the frames in each sequence,
then subtracting that average from each frame, emphasizing
any frame-to-frame changes. The moving clouds are also visible,
though fainter, in a sequence of raw images.

The Curiosity mission has been investigating the environmental conditions
of ancient and modern Mars since the rover landed on Aug. 5, 2012,
PDT (Aug. 6, EDT and Universal Time). For more about Curiosity, visit:

https://mars.jpl.nasa.gov/msl

News Media Contact
Guy Webster
Jet Propulsion Laboratory, Pasadena, Calif.
818-354-6278
guy.webster@jpl.nasa.gov

Laurie Cantillo / Dwayne Brown
NASA Headquarters, Washington
202-358-1077 / 202-358-1726
laura.l.cantillo@nasa.gov / dwayne.c.brown@nasa.gov


2017-211

News | August 2, 2017
Five Years Ago and 154 Million Miles Away: Touchdown!
https://www.jpl.nasa.gov/news/news.php?feature=6911

RAPPORT DE Y'BECCA
SOUS L'EGIDE
DE LA CITOYENNETÉ TIGNARD YANIS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 6855
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: Re: CRI DE JÉRUSALEM, JUSTICE DE L'EAU ET VÉRITÉ TOULOUSAINE   Ven 11 Aoû à 2:59

Viernes 11 de Agosto de 2017

Científicos nombran a temible cocodrilo jurásico como el cantante de Motörhead, Lemmy

“Nos gustaría pensar que él habría alzado una copa en honor del Lemmysuchus, la criatura más desagradable que se haya visto", dijo una investigadora
Por INDIGO STAFF - Jueves 10 de agosto de 2017
0
comentarios

Científicos bautizaron a un cocodrilo prehistórico que describen como “una de las criaturas marinas más desagradables que hayan habitado la Tierra” en honor del bajista y líder del grupo británico de heavy metal Mötorhead, Lemmy Kilmister.

El Museo de Historia Natural de Londres dijo el miércoles que el fósil del Lemmysuchus obtusidens fue desenterrado en Inglaterra a inicios del siglo XX, pero fue categorizado incorrectamente junto con otros cocodrilos marinos hallados en el área.

Los científicos examinaron de nuevo el espécimen y le dieron una nueva clasificación y su propio nombre científico.

Tooth of Middle Jurassic crocodile Lemmysuchus obtusidens from Hanborough Railway Station Oxon, published today https://t.co/Uy9tnLpCxB pic.twitter.com/l9kxsthECq

— MuseumNaturalHistory (@morethanadodo) 9 de agosto de 2017

El fósil está en el museo. La curadora Lorna Steel propuso el nombre de Lemmy, que murió en el 2015. Dijo en un comunicado que “nos gustaría pensar que él habría alzado una copa en honor del Lemmysuchus, la criatura más desagradable que se haya visto".

Lemmysuchus obtusidens vivió hace alrededor de 164 millones de años durante el período Jurásico Medio y fue miembro de un extinto grupo de familiares de cocodrilos marinos llamados teleosaurios.
"Con un cráneo de un metro de largo y una longitud total de 5,8 metros, habría sido uno de los mayores depredadores costeros de su tiempo", dice la paleontóloga de la Universidad de Edimburgo Michela Johnson, quien ayudó a desentrañar la identidad de Lemmysuchus.

Un monstruo marino
Lemmysuchus vivía en aguas poco profundas alrededor de la costa de tierra que se convertiría en la Europa moderna.

Su hocico ancho y grandes dientes sin filo evolucionaron para aplastar a presas con caparazones como las tortugas - en contraste con sus parientes cercanos que tenían hocicos más largos y dientes más delgados para la captura de peces.

Desorden de huesos
Los paleontólogos pueden tener dificultades para identificar una nueva especie, ya que normalmente trabajan con esqueletos de fósiles incompletos. Esto hace que sea difícil combinar diferentes hallazgos con especies ya conocidas o decidir que han encontrado una nueva especie.

La relación exacta entre Lemmysuchus y sus parientes cercanos había sido mal interpretada, ya que los científicos habían asignado previamente erróneamente otros hallazgos fósiles a la misma especie.

Los investigadores actuales realizaron una cuidadosa comparación anatómica de todos los huesos y los remitieron al espécimen principal del Museo.

http://www.reporteindigo.com/reporte/df/temeroso-cocodrilo-jurasico-se-llama-como-lemmy

------------------------------

Lanzan artefacto explosivo al edificio de la SSP Tamaulipas
Es el tercer incidente de este tipo que se registra en menos de dos semanas; las autoridades no han precisado de qué tipo de artefacto se trató
10/08/2017 17:28 Héctor González Antonio / Corresponsal


Lanzan artefacto explosivo al edificio de la SSP Tamaulipas
Es el tercer incidente de este tipo que se registra en menos de dos semanas; las autoridades no han precisado de qué tipo de artefacto se trató
10/08/2017 17:28 Héctor González Antonio / Corresponsal

Foto: Archivo SSP Tamaulipas.

REYNOSA, Tamaulipas.

Un artefacto explosivo fue lanzado y estalló en las instalaciones de Seguridad Pública Estatal en Reynosa, sin que se reportaran personas lesionadas, solo daños a la infraestructura. Sería la tercera agresión en menos de dos semanas a edificios que albergan personal policial en la entidad, dos de ellas en esta ciudad fronteriza.

Fue la Procuraduría General de Justicia del Estado, quien confirmó que los sucesos se registraron el 9 de agosto en el edificio donde labora personal de la SSPE en el bulevar Morelos sin número de esta localidad.

Fue mediante una llamada a la guardia de la Policía Investigadora de la PGJE, que se recibió el reporte sobre una explosión en la parte trasera de ese sitio, lo cual provocó una movilización de los diferentes cuerpos de seguridad Federales y Estatales para constatar la situación.

También arribó al lugar personal de Protección Civil y Bomberos, mientras el punto era resguardado por el personal policial.

Durante las investigaciones preliminares se percataron de los daños materiales en la azotea del inmueble, y se confirmó que no había personas lesionadas. El personal que ahí labora declaró que solo escucharon un fuerte estruendo y no hubo testigos que hayan observado quien o quienes arrojaron el artefacto.

Por este motivo, los Agentes de la Policía Investigadora de la Procuraduría General de Justicia del estado iniciaron una careta de investigación para tratar de dar con los responsables de este hecho.

No se descartó por parte de la PGJE que, si se tratara de una granada, se daría parte a la Procuraduría General de la República por tratarse de un delito relacionado con armas de uso exclusivo del ejército.

Con este sería el tercer suceso, que se presenta en menos de dos semanas, apenas el pasado 4 de agosto, una granada fue detonada frente a un hotel donde se hospedan Policías Federales de la división Gendarmería y Elementos Estatales, ubicado en el bulevar Hidalgo, en esta misma ciudad, donde solo se presentaron daños materiales.

Y a ese acontecimiento, se agrega el del 2 de agosto, cuando un grupo de hombres armados atacaron a balazos, otro hotel donde se hospedan elementos estatales, dejando afectaciones a las instalaciones y algunas patrullas, además que fue lanzada una granada que no explotó, en el municipio de González, Tamaulipas.

mym
http://www.excelsior.com.mx/nacional/2017/08/10/1180890#.WYzghY0Ucm4.twitter
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 6855
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: Re: CRI DE JÉRUSALEM, JUSTICE DE L'EAU ET VÉRITÉ TOULOUSAINE   Ven 11 Aoû à 2:59

Title Asteroid 2012 TC4 will fly past Earth in October 2017
Released 10/08/2017 3:00 pm
Copyright ESO / ESA NEOCC / O. Hainaut (ESO), M. Micheli (ESA) & D. Koschny (ESA), CC BY-SA 3.0 IGO
Description

A small asteroid flying past Earth on 12 October will provide scientists
with a valuable opportunity to learn more about its orbit and composition.
The campaign will exercise the international network of observatories
and research organisations working on planetary defence.

Astronomers recently spotted asteroid 2012 TC4 under a collaboration
between ESA and the European Southern Observatory (ESO) to locate faint
objects that might strike Earth. This is the first observation since 2012,
when the asteroid was discovered by the Pan-STARRS observatory in Hawaii.
It was found this time by ESO’s Very Large Telescope in Chile.

The original observations revealed the asteroid’s next approach
to our vicinity would be in October 2017 but its orbit meant that
it could not be tracked during the last five years, leaving astronomers
unsure on how close it would come.

The new observations reveal it will miss Earth by 44 000 km.
While it remains visible, astronomers will study the 15–30 m object
in as much detail as possible, such as obtaining information
on its composition.

An asteroid of this size entering our atmosphere would have
a similar effect to the Chelyabinsk event. The 2012 TC4 Observing Campaign
is part of a larger international initiative led by NASA.
The campaign is an excellent opportunity to test the international
ability to detect and track near-Earth objects and assess
our ability to respond together to a real asteroid threat.
Id 382314

---------------------------------------------

Archeologists find 2,000-year-old rare stone vessel used in Jewish rituals

>
New evidence of Lost City of Julias unearthed near Sea of Galilee
>
Justice Ministry to drop probe into officers involved in Beduin shooting

ByDaniel K. Eisenbud
August 10, 2017 10:35
"This discovery provides fascinating evidence of ritual purity in the daily lives
of Galilean Jews during the time of Jesus," the Israel Antiquities Authority said.

A rare 2,000-year-old workshop for the production of chalkstone vessels,
dating to the Roman Period, was recently unearthed by archeologists from
the Antiquities Authority during excavations in Reina, in the Lower Galilee.

The excavations took place in a small cave in which researchers found thousands
of chalkstone cores and other production waste, including fragments
of stone mugs and bowls in various stages of production,
the authority said on Thursday.


The ancient site is the fourth workshop of its kind to ever have been
discovered in Israel. It was uncovered during the course of construction
work at a municipal sports center conducted by the Reina Local Council.

According to Dr. Yonatan Adler, senior lecturer at Ariel University and director
of the excavation on behalf of the Antiquities Authority,
during the first century of the Common Era, Jews throughout
Judea and the Galilee used tableware and storage vessels made
of soft, local chalkstone.

“The reason for this curious choice of material seems to have
been religious, as according to ancient Jewish ritual law,
vessels made of pottery are easily made impure and must
be broken,” Adler explained on Thursday.

“Stone, on the other hand, was thought to be a material
which can never become ritually impure, and as a result,
ancient Jews began to produce some of their everyday
tableware from stone.”

Although chalkstone vessels have been unearthed at many Jewish
sites throughout the country, Adler said it is extremely unusual
to uncover a site where such vessels were actually produced.

“Today, we are excavating a second site near Reina,
located 1 kilometer from here,” he said.

“Until now, only two other similar sites have been excavated,
however both of these were in the area of Jerusalem.

Our excavations are highlighting the pivotal role of ritual purity observance –
not only in Jerusalem, but in the far-off Galilee as well.”

The excavations also revealed an artificially hewn cave
from which ancient workers quarried the raw material
for the chalkstone vessels.

“Ancient chisel marks cover the walls, ceiling and floor of the cave,” Adler said.

“Inside the cave and on the ground nearby are strewn
thousands of stone cores, the ancient industrial waste
from stone mugs, and bowls produced on a lathe. Hundreds
of unfinished vessels were also found, apparently damaged during
the production process and discarded on-site.”

While similar finds have been recorded in other parts of the country,
Yardenna Alexandre, an archeologist at the authority specializing
in the study of the Galilee during the Roman Era, described the most
recent discovery as an unprecedented opportunity.

“Throughout the years, we have been discovering fragments
of these kinds of stone vessels alongside pottery in excavations
of houses in both rural and urban Jewish sites from the Roman Period,
such as Kafr Kana, Tzipori and Nazareth,” said Alexandre.

“Now, for the first time, we have an unprecedented opportunity
to investigate a site where these vessels were actually produced
in the Galilee.”

Alexandre added that Jews using stone vessels for religious purposes
is well attested in Talmudic sources, but noted that the phenomenon
also appears in the Wedding at Cana narrative in the Gospel of John,
where the water-turned-to-wine is said to have been held
in six jars made of stone: “Now, there were six stone water jars
set there for the Jewish custom of purification,
containing 20 or 30 gallons each” (John 2:6).

Moreover, she said a link to the narrative lies in the location
of the excavations at Reina, just south of the modern village
of Kafr Kana, identified by many scholars as the site
of New Testament Cana.

“It is possible that large stone containers of the type mentioned
in the Wedding at Cana of Galilee story may have been produced
locally in the Galilee,” Alexandre said.

------------------------------------------------

Beduin land claims

ByJPost Editorial
August 10, 2017 21:23
For 10 years the government has ignored the Negev,
seeing the issue as too large to confront.

In late July the Negev Beduin community of al-Arakib
was demolished for the 116th time. It is one recurrent symbol
of the state’s attempt to prevent illegal housing construction
in the Negev, particularly on state lands. The low-level conflict
between the state and the Beduin is one that has gone
on for decades and sees no end in sight. At Umm al-Hiran
the state is still trying to evict Beduin so that a new planned
community can be built in its place.

Construction Minister Yoav Gallant said in April that “the takeover
by Beduin of large areas of the Negev creates chaos in the South
of the country.” He claimed that “the State of Israel has to guide
the settlement in the Negev from the vantage point of preventing
a Beduin takeover of the Negev.”

Be the first to know - Join our Facebook page.


Sana Ibn-Bari, a lawyer with the Association for Civil Rights
in Israel, in an interview with The Jerusalem Post last month,
said that “the government will have to change its approach
toward the community and allow it to live differently.
The community wants to grow and succeed.”

These competing views of the Beduin are at the heart
of almost 60 years of Negev policy that have resulted
in a slowly building crisis that could lead to catastrophe.
Beduin citizens are not only among
the country’s most impoverished, but also have
one of the highest birth rates.

This means the Beduin population doubles
every 20 years or so. Today there are some 250,000 Beduin
living in the Negev, between 50,000 and 100,000 living
in unrecognized communities. The rest live
in seven planned towns and another dozen
recognized communities.

However, according to the NGO Regavim, which seeks
to protect state lands, the Beduin build some 5,000 illegal
structures each year. Pro-Beduin activists would argue
that they have to build illegally, because the state has failed
to plan new towns or provide any solutions to their growth.

In 2007 a government commission headed by then-Supreme Court justice
Eliezer Goldberg was appointed to find a plan to resolve the issues
in the Negev. For some reason, the plan to implement
the commission’s recommendations – which would have involved
settling claims with the Beduin that entailed moving tens
of thousands of people into new communities
– was never carried out. Ten years later, the government
has developed no new initiatives, only the concept
of “preventing takeover.”

Adalah and groups that support the Beduin have argued over
the years that the government should recognize the dozens
of unrecognized communities. It should halt home demolitions
and “engage in meaningful dialogue with the Arab Beduin community.
” It should also “invest in greater health, education
and employment opportunities.”

One of the hurdles the government faces in any kind
of dialogue is that Beduin politicians from the Negev
are among the most vociferous critics of Israel.
MK Taleb Abu Arar (Joint List) said during the recent Temple Mount crisis
that “the Israeli government is defiling the mosques...
the Jews have no rights whatsoever to this mosque.”
He was also quoted as saying the “third intifada started today.”

This leaves the government in a bind. Any attempt to enforce
the law in the Negev is met with opposition by pro-Beduin activists,
who argue the Beduin are indigenous and that large swaths
of the Negev, up to 80,000 hectares (200,000 acres),
belong to the Beduin.

From the state’s point of view, this is state land, and
the courts have ruled in almost every case it has brought
against Beduin claimants. However, this logic has resulted
in not seeing the forest for the trees. The government wins
court cases and demolishes illegal structures, but the number
of structures being built illegally grows every year.

The fact that almost 100,000 people live in unrecognized
communities, around 15% of the population of the Negev,
is unprecedented. There is no evidence that the local
or state authorities have any plan to keep up with
the growth of the Beduin community in terms of providing services,
let alone planning new communities.

Yet the government has seen fit to invest years in litigation
and planning a new Jewish community at Hiran.
For 10 years the government has ignored the Negev,
seeing the issue as too large to confront and one
that could result in a difficult standoff with the Beduin.

It’s time for the state to take a new approach, one that blends
empathy and understanding with an attempt to sketch a map
of new Beduin communities and legalized housing that will prevent further erosion
of the state’s interests.

L'OUBLI DE LA NATURE ET LE TEMPLE DE DAVID: LA LIBERTÉ DE PRIÈRES.
L'INFINI DEVANT LE MUR: L'ÉTHIQUE RELIGIEUSE.
TAY
http://www.jpost.com/Israel-News/Exploring-an-ancient-land-through-a-futuristic-lens-502133

RAPPORT DU
CITOYEN TIGNARD YANIS
SOUS L'EGIDE
DE Y'BECCA
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 6855
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: Re: CRI DE JÉRUSALEM, JUSTICE DE L'EAU ET VÉRITÉ TOULOUSAINE   Ven 11 Aoû à 3:00

Processus de Paix des secouristes de la république de l'Olivier.

Je crois qu'à l'avenir, plus personne ne pourra recréer des bulles d'exclusions...
Pour cela, je ne peux me permettre de mettre à l'écart tout individu(e) et "État".

Je ne suis qu'une femme ou un homme humble qui en vous adressant ces ces vers,
espère qu'il puisse vous conduire vers l'expérience, le travail et la communauté...
La solitude augmente ou diminue le nervosité... Cela s'appelle le malheur...

Alors par décision, on recherche à se tranquilliser et remettre la balance sur le zéro;
alors par construction, on décèle la notion d'une fragile tolérance:
Celle d'insulter !

Par Yahvé, cela est une horreur et une erreur...

La République de l'Olivier dit :
"Oui à la gréve, Non à l'Esclavage..."
la constitution rajoute :
"Oui à la Bibliothèque et Non à la Faim."
et le peuple doit rajouter :
"Oui à l'écoute et Non aux viols physiques et moraux."

Alors le Novice du Secourisme prends en charge sa nouvelle fonction autre qu'un service
militaire mais basé aussi sur la protection du Bien et du Corps.

"Je suis Y'becca"

Ecrit de
TAY
La chouette effraie.

-----------------------------------------

Y'becca est soumis à toujours suivre un dossier médical, on ne peut se reposer sur des radios anciennes et toutes opérations auquel Lise Verdier ne peut être bâclé... Certains medecins oublient d'osculter la gorge quand un patien à une fiévre... Il est des gestes de précautions auquel la médecine n'a pas la droit de s'occulter... Y'becca doit répondre à ces faits là et son secouriste ne doit jamais dire jamais sur le fait que l'expérience ne donne jamais d'acquis et il est une chose auquel je voue une grande discipline et rigueur: Celle d'entendre la Prudence lorsque le temps le permet... quel que soit l'opération, on agit avec prudence du temps, de l'aspect et des allergies possibles auquel le patient ou la patiente peut être soumis en fonction de son age et de sa corpulence...

"La grâce est à la beauté ce que la souplesse est à la rose. Sans grâce, la beauté n'est qu'une fleur artificielle, qu'un colibri sans vie."
Citation de Jean-Napoléon Vernier ; Fables, pensées et poésies (1865). L'association pour Lise et pour vous, s'inspire de cette citation de Jean-Napoléon Vernier qui est si réelle sur l'aspect du courage d'être dans des situation auquel l'aspect humain se doit de se reconsidérer dans l'aspect de l'adversité dans l'être. Cette citation cherche à nous monter des aspects qui nous semblent enfoie par l'adversité et la douleur mais qui ne demande qu'à renaitre afin de permettre à la rose de devenir Rosier...


Aide pour le retour à domicile d’une personne lourdement handicapée.

L’Association Pour Lise et pour Vous, a but non lucratif, met à la disposition des personnes en situation de grand handicap et leurs familles, son expertise dans la prise en charge du retour au domicile.

Plus largement, l’association veut favoriser et permettre le développement des soins de qualité et le maintien à son domicile de tout enfant, adolescent ou jeune adulte, atteint d’une maladie grave ou d’un handicap lourd.

Nous sommes à votre écoute pour parler et construire ensemble de votre projet de vie, nous sommes à vos côtés pour le concrétiser.


Pour Lise Et Pour Vous
le Bourg Chevreau, 53600 SAINTE GEMMES LE ROBERT
Association humanitaire, d'entraide, sociale



"La grâce est à la beauté ce que la souplesse est à la rose. Sans grâce, la beauté n'est qu'une fleur artificielle, qu'un colibri sans vie."
Citation de Jean-Napoléon Vernier ; Fables, pensées et poésies (1865)

"La beauté sans grâce est un printemps sans verdure."
Citation de Mirabeau ; Lettres à Sophie Ruffei (1777-1780)

"La beauté sans grâce est un hameçon sans appâts."
Citation de Ninon de Lenclos ; Confessions (1700)

"On admire d'un coup d'œil la beauté, elle ne laisse plus rien à deviner ; la grâce se fait aimer peu à peu par des détails variés, imprévus, qui vous plaisent d'autant plus qu'ils vous surprennent, et ses petits défauts d'ensemble sont quelquefois des charmes qui nous attachent."
Citation de Louis-Philippe de Ségur ; L'ennui (1816)

"La grâce, ce charme suprême de la beauté, ne se développe que dans le repos du naturel."
Citation de Madame de Staël ; L'influence des passions (1796)

"La beauté ne déplaît jamais, mais sans la grâce, elle est dépourvue de ce charme secret qui invite à la regarder."
Citation de Voltaire ; Dictionnaire philosophique (1764)

"Les grâces préférables à la beauté, ornent la femme de tous ce qu'elles ont de séduisant."
Citation de Marie-Geneviève-Charlotte Darlus ; Traité des passions (1764)

"Il y a un art caché dans la simplicité qui donne une grâce à l'esprit et à la beauté."
Citation de Alexander Pope ; Maximes et réflexions morales (1739)

"Aucune grâce extérieure n'est complète si la beauté intérieure ne la vivifie."
Citation de Victor Hugo ; Post-scriptum de ma vie (1901)

"Brillante de beauté, de grâces, de jeunesse, pour vous plaire, on accourt, on s'empresse."
Citation de Charles-Guillaume Étienne ; L'Intrigante, I, 9, le 6 mars 1813.

"Sans le fard de l'amour, par qui tout s'apprécie, les grâces sont sans force, et la beauté sans vie."
Citation de Antoine Bret ; La double extravagance, VII, le 27 juillet 1750.

"La beauté est la clef des coeurs, la grâce le passe-partout."
Citation de Paul Masson ; Les pensées d'un Yoghi (1896)

"La beauté réside dans la forme ; la grâce dans les mouvements, le charme dans l'expression."
Citation de Lucien Arréat ; Réflexions et maximes (1911)

"La grâce, plus belle encore que la beauté."
Citation de Jean de La Fontaine ; Adonis (1658)

Compte rendu de
TAY
La chouette effraie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 6855
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: Re: CRI DE JÉRUSALEM, JUSTICE DE L'EAU ET VÉRITÉ TOULOUSAINE   Ven 11 Aoû à 3:01

Processus de Paix des secouristes de la république de l'Olivier.

Je crois qu'à l'avenir, plus personne ne pourra recréer des bulles d'exclusions...
Pour cela, je ne peux me permettre de mettre à l'écart tout individu(e) et "État".

Je ne suis qu'une femme ou un homme humble qui en vous adressant ces ces vers,
espère qu'il puisse vous conduire vers l'expérience, le travail et la communauté...
La solitude augmente ou diminue le nervosité... Cela s'appelle le malheur...

Alors par décision, on recherche à se tranquilliser et remettre la balance sur le zéro;
alors par construction, on décèle la notion d'une fragile tolérance:
Celle d'insulter !

Par Yahvé, cela est une horreur et une erreur...

La République de l'Olivier dit :
"Oui à la gréve, Non à l'Esclavage..."
la constitution rajoute :
"Oui à la Bibliothèque et Non à la Faim."
et le peuple doit rajouter :
"Oui à l'écoute et Non aux viols physiques et moraux."

Alors le Novice du Secourisme prends en charge sa nouvelle fonction autre qu'un service
militaire mais basé aussi sur la protection du Bien et du Corps.

"Je suis Y'becca"

Ecrit de
TAY
La chouette effraie.

-----------------------------------------

תהליך השלום של העזרה. הראשונה של הרפובליקה של עץ הזית.

אני מאמין כי בעתיד אף אחד לא תהיה אפשרות ליצור מחדש בועות של הדרה...
בשביל זה, אני לא יכול להרשות לפטור כל אדם (ה) ו- "מדינה".

אני רק אישה או צנוע של האיש, בהתייחסות פסוקים אלה,
מקווה שזה יכול להוביל אותך לחוות, עבודה וקהילה...
בדידות מגדיל או מקטין את העצבנות... זה נקרא מזל רע...

. אז על פי החלטה, אנחנו מחפשים להרגיע, תחזירי את קנה המידה האפס;
ואז על ידי בניה, אחד מזהה את הרעיון של סובלנות שברירי:
האחד כדי להעליב!

מאת יהוה, זה זוועה, טעות...

הרפובליקה של Olive Tree אומר:
"כן ידברו על השביתה, לא לעבדות..."
החוקה מוסיפה:
"כן לספרייה, ולא מרעב."
לאנשים יש להוסיף:
"כן מקשיב ולא על אונס גופני ומוסרי."

ואז המתחיל של עזרה ראשונה משתלט על תפקידו החדש מלבד שירות
אבל גם בהתבסס על ההגנה על הטוב ועל הגוף הצבאי.

"אני בקה"

נכתב על ידי
טאי
הינשוף הוא מפחיד.

----------------------------------------------

Aider le processus de paix. De la République de l'olivier.

Je crois que dans l'avenir, personne ne sera en mesure de recréer les bulles de la Dre ...
Pour cela, je ne peux pas exempter toute personne (e) et «pays».

Je suis juste une femme ou l'humble attitude de l'homme, ces versets,
J'espère qu'il pourrait vous conduire à l'expérience, le travail et la communauté.
La solitude augmente ou diminue l'irritabilité. Ça s'appelle la malchance.

. Donc, selon la résolution, nous cherchons à se détendre, prendre l'échelle zéro;
Puis par la construction, on reconnaît le concept de la tolérance fragile:
Celui qui insulte!

Par Jéhovah, cette horreur, ...

République d'Olivier Says:
"donc parler de la grève, pas de l'esclavage."
La Constitution ajoute:
"Oui, et pas de bibliothèque."
Les gens doivent ajouter:
"Oui écoute plutôt que le viol physique et moral".

Puis à partir de premiers secours reprend son nouveau service
Mais aussi basé sur la bonne protection et le corps militaire.

"je suis Becca."

Écrit par
Tai
La chouette est effrayante.

-------------------------------------------

Processus de Paix des secouristes de la république de l'Olivier.

Je crois qu'à l'avenir, plus personne ne pourra recréer des bulles d'exclusions...
Pour cela, je ne peux me permettre de mettre à l'écart tout individu(e) et "État".

Je ne suis qu'une femme ou un homme humble qui en vous adressant ces ces vers,
espère qu'il puisse vous conduire vers l'expérience, le travail et la communauté...
La solitude augmente ou diminue le nervosité... Cela s'appelle le malheur...

Alors par décision, on recherche à se tranquilliser et remettre la balance sur le zéro;
alors par construction, on décèle la notion d'une fragile tolérance:
Celle d'insulter !

Par Yahvé, cela est une horreur et une erreur...

La République de l'Olivier dit :
"Oui à la gréve, Non à l'Esclavage..."
la constitution rajoute :
"Oui à la Bibliothèque et Non à la Faim."
et le peuple doit rajouter :
"Oui à l'écoute et Non aux viols physiques et moraux."

Alors le Novice du Secourisme prends en charge sa nouvelle fonction autre qu'un service
militaire mais basé aussi sur la protection du Bien et du Corps.

"Je suis Y'becca"

Ecrit de
TAY
La chouette effraie.
_______________________________

kounak le chat

PS: Le Calvaire de Gordon est situé à Jérusalem, en dehors des murs de la ville antique et à proximité de la Porte de Damas au-dessus de la « falaise du crâne ».
CITOYEN TIGNARD YANIS
ALIAS
TAY LA CHOUETTE EFFRAIE
PÈRE FONDATEUR DE Y'BECCA
AVEC ARIEL SHARON ET YASSER ARAFAT

MAJUSCULES.

NULS JUGES ET NULS MOUVEMENTS NE PEUVENT JUGER DE VOTRE ÉTHIQUE DEVANT L’ÉTERNEL SINON
QUE L’ÉTERNEL LUI MÊME: Y'BECCA VOUS OUVRE LES BRAS DU SECOURISME TOUT EN AYANT CONSCIENCE QUE VOTRE SEUL PAROLE EST VOTRE SENTIMENT ENVERS L’ÉTERNEL...
L'UNIFORME DE LA RÉPUBLIQUE DE LA LAÏCITÉ ET DE L’ÉTERNEL CONVIENT AUX PLUMES DES CŒURS DE L’ÉTERNEL ET DES LAÏCITÉS...
MALGRÉ NOS DIFFÉRENCES; NOTRE PEUPLE DOIT S'INCLURE DANS LA NATURE DE L’ÉTERNEL.
QUAND TU CHANTES; JE CHANTES POUR TOI, LIBERTÉ... L'AMOUR ET L'ÉGALITÉ DE RAPPORT ENTRE UNE FEMME ET UN HOMME DANS UN COUPLE SURPASSANT LES ATTRAITS FINANCIERS ET POLITIQUES DE L’ENVIRONNEMENT RURAUX ET URBAINS... DES PAROLES COMMUNES DE L’ÉTERNEL, DE LA LAÏCITÉ, DE LA RÉPUBLIQUE ET DE LA NATURE...

ECRIT
DE
TAY LA CHOUETTE EFFRAIE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 6855
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: Re: CRI DE JÉRUSALEM, JUSTICE DE L'EAU ET VÉRITÉ TOULOUSAINE   Ven 11 Aoû à 3:32

Title Asteroid 2012 TC4 will fly past Earth in October 2017
Released 10/08/2017 3:00 pm
Copyright ESO / ESA NEOCC / O. Hainaut (ESO), M. Micheli (ESA) & D. Koschny (ESA), CC BY-SA 3.0 IGO
Description

A small asteroid flying past Earth on 12 October will provide scientists
with a valuable opportunity to learn more about its orbit and composition.
The campaign will exercise the international network of observatories
and research organisations working on planetary defence.

Astronomers recently spotted asteroid 2012 TC4 under a collaboration
between ESA and the European Southern Observatory (ESO) to locate faint
objects that might strike Earth. This is the first observation since 2012,
when the asteroid was discovered by the Pan-STARRS observatory in Hawaii.
It was found this time by ESO’s Very Large Telescope in Chile.

The original observations revealed the asteroid’s next approach
to our vicinity would be in October 2017 but its orbit meant that
it could not be tracked during the last five years, leaving astronomers
unsure on how close it would come.

The new observations reveal it will miss Earth by 44 000 km.
While it remains visible, astronomers will study the 15–30 m object
in as much detail as possible, such as obtaining information
on its composition.

An asteroid of this size entering our atmosphere would have
a similar effect to the Chelyabinsk event. The 2012 TC4 Observing Campaign
is part of a larger international initiative led by NASA.
The campaign is an excellent opportunity to test the international
ability to detect and track near-Earth objects and assess
our ability to respond together to a real asteroid threat.
Id 382314

---------------------------------------------

Archeologists find 2,000-year-old rare stone vessel used in Jewish rituals

>
New evidence of Lost City of Julias unearthed near Sea of Galilee
>
Justice Ministry to drop probe into officers involved in Beduin shooting

ByDaniel K. Eisenbud
August 10, 2017 10:35
"This discovery provides fascinating evidence of ritual purity in the daily lives
of Galilean Jews during the time of Jesus," the Israel Antiquities Authority said.

A rare 2,000-year-old workshop for the production of chalkstone vessels,
dating to the Roman Period, was recently unearthed by archeologists from
the Antiquities Authority during excavations in Reina, in the Lower Galilee.

The excavations took place in a small cave in which researchers found thousands
of chalkstone cores and other production waste, including fragments
of stone mugs and bowls in various stages of production,
the authority said on Thursday.


The ancient site is the fourth workshop of its kind to ever have been
discovered in Israel. It was uncovered during the course of construction
work at a municipal sports center conducted by the Reina Local Council.

According to Dr. Yonatan Adler, senior lecturer at Ariel University and director
of the excavation on behalf of the Antiquities Authority,
during the first century of the Common Era, Jews throughout
Judea and the Galilee used tableware and storage vessels made
of soft, local chalkstone.

“The reason for this curious choice of material seems to have
been religious, as according to ancient Jewish ritual law,
vessels made of pottery are easily made impure and must
be broken,” Adler explained on Thursday.

“Stone, on the other hand, was thought to be a material
which can never become ritually impure, and as a result,
ancient Jews began to produce some of their everyday
tableware from stone.”

Although chalkstone vessels have been unearthed at many Jewish
sites throughout the country, Adler said it is extremely unusual
to uncover a site where such vessels were actually produced.

“Today, we are excavating a second site near Reina,
located 1 kilometer from here,” he said.

“Until now, only two other similar sites have been excavated,
however both of these were in the area of Jerusalem.

Our excavations are highlighting the pivotal role of ritual purity observance –
not only in Jerusalem, but in the far-off Galilee as well.”

The excavations also revealed an artificially hewn cave
from which ancient workers quarried the raw material
for the chalkstone vessels.

“Ancient chisel marks cover the walls, ceiling and floor of the cave,” Adler said.

“Inside the cave and on the ground nearby are strewn
thousands of stone cores, the ancient industrial waste
from stone mugs, and bowls produced on a lathe. Hundreds
of unfinished vessels were also found, apparently damaged during
the production process and discarded on-site.”

While similar finds have been recorded in other parts of the country,
Yardenna Alexandre, an archeologist at the authority specializing
in the study of the Galilee during the Roman Era, described the most
recent discovery as an unprecedented opportunity.

“Throughout the years, we have been discovering fragments
of these kinds of stone vessels alongside pottery in excavations
of houses in both rural and urban Jewish sites from the Roman Period,
such as Kafr Kana, Tzipori and Nazareth,” said Alexandre.

“Now, for the first time, we have an unprecedented opportunity
to investigate a site where these vessels were actually produced
in the Galilee.”

Alexandre added that Jews using stone vessels for religious purposes
is well attested in Talmudic sources, but noted that the phenomenon
also appears in the Wedding at Cana narrative in the Gospel of John,
where the water-turned-to-wine is said to have been held
in six jars made of stone: “Now, there were six stone water jars
set there for the Jewish custom of purification,
containing 20 or 30 gallons each” (John 2:6).

Moreover, she said a link to the narrative lies in the location
of the excavations at Reina, just south of the modern village
of Kafr Kana, identified by many scholars as the site
of New Testament Cana.

“It is possible that large stone containers of the type mentioned
in the Wedding at Cana of Galilee story may have been produced
locally in the Galilee,” Alexandre said.

------------------------------------------------

Beduin land claims

ByJPost Editorial
August 10, 2017 21:23
For 10 years the government has ignored the Negev,
seeing the issue as too large to confront.

In late July the Negev Beduin community of al-Arakib
was demolished for the 116th time. It is one recurrent symbol
of the state’s attempt to prevent illegal housing construction
in the Negev, particularly on state lands. The low-level conflict
between the state and the Beduin is one that has gone
on for decades and sees no end in sight. At Umm al-Hiran
the state is still trying to evict Beduin so that a new planned
community can be built in its place.

Construction Minister Yoav Gallant said in April that “the takeover
by Beduin of large areas of the Negev creates chaos in the South
of the country.” He claimed that “the State of Israel has to guide
the settlement in the Negev from the vantage point of preventing
a Beduin takeover of the Negev.”

Be the first to know - Join our Facebook page.


Sana Ibn-Bari, a lawyer with the Association for Civil Rights
in Israel, in an interview with The Jerusalem Post last month,
said that “the government will have to change its approach
toward the community and allow it to live differently.
The community wants to grow and succeed.”

These competing views of the Beduin are at the heart
of almost 60 years of Negev policy that have resulted
in a slowly building crisis that could lead to catastrophe.
Beduin citizens are not only among
the country’s most impoverished, but also have
one of the highest birth rates.

This means the Beduin population doubles
every 20 years or so. Today there are some 250,000 Beduin
living in the Negev, between 50,000 and 100,000 living
in unrecognized communities. The rest live
in seven planned towns and another dozen
recognized communities.

However, according to the NGO Regavim, which seeks
to protect state lands, the Beduin build some 5,000 illegal
structures each year. Pro-Beduin activists would argue
that they have to build illegally, because the state has failed
to plan new towns or provide any solutions to their growth.

In 2007 a government commission headed by then-Supreme Court justice
Eliezer Goldberg was appointed to find a plan to resolve the issues
in the Negev. For some reason, the plan to implement
the commission’s recommendations – which would have involved
settling claims with the Beduin that entailed moving tens
of thousands of people into new communities
– was never carried out. Ten years later, the government
has developed no new initiatives, only the concept
of “preventing takeover.”

Adalah and groups that support the Beduin have argued over
the years that the government should recognize the dozens
of unrecognized communities. It should halt home demolitions
and “engage in meaningful dialogue with the Arab Beduin community.
” It should also “invest in greater health, education
and employment opportunities.”

One of the hurdles the government faces in any kind
of dialogue is that Beduin politicians from the Negev
are among the most vociferous critics of Israel.
MK Taleb Abu Arar (Joint List) said during the recent Temple Mount crisis
that “the Israeli government is defiling the mosques...
the Jews have no rights whatsoever to this mosque.”
He was also quoted as saying the “third intifada started today.”

This leaves the government in a bind. Any attempt to enforce
the law in the Negev is met with opposition by pro-Beduin activists,
who argue the Beduin are indigenous and that large swaths
of the Negev, up to 80,000 hectares (200,000 acres),
belong to the Beduin.

From the state’s point of view, this is state land, and
the courts have ruled in almost every case it has brought
against Beduin claimants. However, this logic has resulted
in not seeing the forest for the trees. The government wins
court cases and demolishes illegal structures, but the number
of structures being built illegally grows every year.

The fact that almost 100,000 people live in unrecognized
communities, around 15% of the population of the Negev,
is unprecedented. There is no evidence that the local
or state authorities have any plan to keep up with
the growth of the Beduin community in terms of providing services,
let alone planning new communities.

Yet the government has seen fit to invest years in litigation
and planning a new Jewish community at Hiran.
For 10 years the government has ignored the Negev,
seeing the issue as too large to confront and one
that could result in a difficult standoff with the Beduin.

It’s time for the state to take a new approach, one that blends
empathy and understanding with an attempt to sketch a map
of new Beduin communities and legalized housing that will prevent further erosion
of the state’s interests.

L'OUBLI DE LA NATURE ET LE TEMPLE DE DAVID: LA LIBERTÉ DE PRIÈRES.
L'INFINI DEVANT LE MUR: L'ÉTHIQUE RELIGIEUSE.
TAY
http://www.jpost.com/Israel-News/Exploring-an-ancient-land-through-a-futuristic-lens-502133

RAPPORT DU
CITOYEN TIGNARD YANIS
SOUS L'EGIDE
DE Y'BECCA
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
Minouska.KounakDenat



Nombre de messages : 175
Date d'inscription : 06/10/2016

MessageSujet: Re: CRI DE JÉRUSALEM, JUSTICE DE L'EAU ET VÉRITÉ TOULOUSAINE   Mer 16 Aoû à 3:13

The Health Ministry is probing two hospitals for telling women who sought tubal ligation to obtain approval from what officials called "the hospital rabbis."

A MAN and his children cross the street in Bnei Brak while he speaks on his cellphone.
A MAN and his children cross the street in Bnei Brak while he speaks on his cellphone.. (photo credit:NIR ELIAS / REUTERS)


Israel’s health ministry is probing hospitals that required women to obtain rabbinical approval for birth control procedures.


According to an expose published Thursday by the news site Ynet, officials from two state-funded institutions — Laniado Hospital in Netanya and Ma’ayane HaYeshua Hospital in Bnei Brak — are recorded telling women who sought tubal ligation to obtain permission from what officials called “the hospital rabbis.”


Tubal ligation is a permanent form of sterilization, which is generally prohibited according to Halacha, or Jewish law, except in cases where it is meant to save the life of the mother.

At Laniado, only Jewish women who said they sought to undergo the procedure were referred to the rabbi whereas at the Bnei Brak hospital all women were referred to him.

“We do not agree with these practices,” a ministry spokesperson told Ynet about the procedures involving rabbis. “We intend to get to the bottom of this issue as soon as possible, possibly with the ombudsman of the medical professions, to inspect the disciplinary and ethical aspects of this affair, and will act according to the findings.”

A spokesperson for Ma’ayane HaYeshua defended the practice. “Since tubal ligation is not a life-saving procedure and is irreversible, the hospital believes it requires reflection and so we do not perform it at the patient’s request only,” the spokesperson explained. “We must find a clear medical reason requiring intervention and we make sure the women in question has considered the procedure.”

Non-Jewish women are evaluated by a social worker or psychologist, the hospital added.

Laniado did not respond to Ynet’s questions.

-----------------------------------

Le ministère de la santé sonde deux hôpitaux pour dire aux femmes qui ont cherché la ligature des trompes pour obtenir l'approbation de ce que les fonctionnaires appelés «les rabbins de l'hôpital.»

Un homme et ses enfants traversent la rue à Bnei, alors qu'il parle sur son portable.
Un homme et ses enfants traversent la rue à Bnei, alors qu'il parle sur son portable. (crédit photo: NIR Elias/Reuters)


Le ministère de la santé d'Israël sonde les hôpitaux qui obligent les femmes à obtenir l'approbation rabbinique pour les procédures contraceptives.


Selon un exposé publié jeudi par le site de nouvelles Ynet, les responsables de deux institutions financées par l'État-laniado Hospital à Netanya et Ma'ayane HaYeshua hôpital de Bnei-, sont enregistrées dire aux femmes qui ont cherché la ligature des trompes pour obtenir la permission de ce que les fonctionnaires appelés «les rabbins hôpital.»


La ligature des trompes est une forme permanente de stérilisation, qui est généralement interdite selon Halacha, ou la loi juive, sauf dans les cas où il est censé sauver la vie de la mère.

À laniado, seules les femmes juives qui ont déclaré avoir cherché à subir la procédure ont été référées au rabbin alors qu'à l'hôpital Bnei, toutes les femmes lui ont été référées.

«Nous ne sommes pas d'accord avec ces pratiques», a déclaré un porte-parole du ministère Ynet sur les procédures impliquant des rabbins. "nous avons l'intention d'aller au fond de cette question dès que possible, éventuellement avec le médiateur des professions médicales, pour inspecter les aspects disciplinaires et éthiques de cette affaire, et agira selon les conclusions."

Un porte-parole de Ma'ayane HaYeshua A défendu la pratique. «puisque la ligature des trompes n'est pas une procédure d'économie de vie et est irréversible, l'hôpital croit qu'il faut la réflexion et si nous ne l'effectuons pas à la demande du patient seulement», a expliqué le porte-parole. «Nous devons trouver une raison médicale claire nécessitant une intervention et nous nous assurons que les femmes en question ont examiné la procédure.»

Les femmes non juives sont évaluées par un travailleur social ou un psychologue, l'hôpital a ajouté.

Laniado n'a pas répondu aux questions de ynet.

TIGNARD YANIS‏ @TIGNARDYANIS 3 hil y a 3 heures
LA CONTINUATION DE LA PRESSE DANS UNE LIBERTÉ OUVERTE AUX PLAISIRS N'EST PAS UNE RAISON POUR DÉCLARER UNE ÉDUCATION SEXUELLE PRÉCOCE. TAY

LA SEXUALITÉ EST DÉCRITE COMME MORALE, PHYSIQUE, MATHÉMATIQUE ET OBLIGATOIRE MAIS IL Y A L'ÂME ET LE RESSENTI, IL Y A GRANDIR ET AIMER. TAY

LA SEXUALITÉ N'EST NI PÊCHER ET NI GLORIFICATION COMME L'ABSTINENCE ET ELLE PEUT DEVENIR HORS LA LOIS SUR DES ACTES DE TORTURES FORCÉS. TAY

JE NE PEUX COMPRENDRE LA SOUMISSION MÊME SI JE RECONNAIS LA DÉFAITE: JE PARLE D'ASPECTS ÉROTIQUES. LE CORPS ÉPROUVE DES SOUFFRANCES. TAY

L'ÉROTISME EST TRÈS PRIVÉ DANS L'ATTRAIT DE VIE QUOTIDIENNE MAIS ON DOIT ENTENDRE QU'IL EST TRÈS VERBAL SUR DES AFFAIRES JUDICIAIRES. TAY

LE PASSIONNEL EST UNE DES GRANDES CAUSES D'HOMICIDE DANS LA SOCIÉTÉ HUMAINE AVEC LES ASPECTS FINANCIERS ET LA BARBARIE SUR LE CORPOREL. TAY

LES PLUS GRANDS DES PHILOSOPHES ONT REFUSÉ LE POUVOIR SE SACHANT TROP TYRANNIQUE OU LAXISTE POUR GOUVERNER. TAY.. VERBE AVOIR SE MUE AU CDI.

EN GRAMMAIRE FRANÇAISE, LE VERBE AVOIR S'ACCORDE AVEC LE SUJET SAUF EN TANT QUE AUXILIAIRE OÙ LE VERBE QUI L'ACCOMPAGNE SE MUE AU CDI. TAY

FRANCE: EN TERME D'ÉCONOMIE, LE VERBE AVOIR ET LE COMPLÉMENT D'OBJET INDIRECT EST PÉNALEMENT EN LIEN AVEC LES AFFAIRES NÉOLIBÉRALES. TAY

COMPLÉMENT D'OBJET INDIRECT ET LE VERBE AVOIR DE LA GRAMMAIRE FRANÇAISE, UNE INSTRUCTION BASIC MAIS TRÈS RÉALISTE SUR LE NÉOLIBÉRALISME. TAY

LA VAILLANCE COMME L'INDIQUE LE VERBE AVOIR SE CONJUGUE AU PRÉSENT ET FUTUR AVEC LE SUJET JUSQU'AU JOUR OÙ LE CDI ENTRE DANS LE TEMPS. TAY

JE PORTE TOUTES CES REFLEXIONS SUR LES ETHIQUES D'ISRAEL ET DE LA PALESTINE: je ne porte aucun jugement mais porter bien aux réflexes de vos réflexions, la conscience de votre âme...
Ecoutez ces paroles de cette chanson qui vient de ma douce Bretagne...
https://www.youtube.com/watch?v=tPTVjCb_17o

RAPPORT DE Y'BECCA ET DU CITOYEN TIGNARD YANIS
SOUS L'EGIDE
DE LA LAÏCITÉ ET DE LA MORALE DE L’ÉTERNEL
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
yanis la chouette



Nombre de messages : 6855
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: Re: CRI DE JÉRUSALEM, JUSTICE DE L'EAU ET VÉRITÉ TOULOUSAINE   Ven 18 Aoû à 3:10

LOUIS DEXAIX, HONORE DE BALZAC ET LA RÉPUBLIQUE FRANÇAISE

Louis Desaix
17 août 1768 à Riom - 14 juin 1800 à Marengo (Italie)

Né au château de Saint-Hilaire d'Ayat, près de Riom (Auvergne),
sous le nom de Louis des Aix de Veygoux, dans une famille de petite noblesse,
le futur général de la Révolution s'engage dès l'âge de 15 ans
avec le grade de sous-lieutenant au régiment de Bretagne-Infanterie.

Il dédaigne de suivre ses frères dans l'exil quand éclate la Révolution
et reçoit son baptême du feu sous le nom de Desaix.
Il devient général de brigade le 20 août 1792 mais, suspect
car d'origine noble, il échappe de peu à la guillotine sous la Terreur.

Enthousiasmé par les exploits de Bonaparte en Italie,
il le rejoint en juillet 1797. L'entente est parfaite
entre les deux hommes. Desaix participe bien sûr à l'expédition d'Égypte.
Son comportement avec les habitants lui vaut le surnom de «Sultan juste».
Il reste cependant en Égypte après que Bonaparte s'en est enfui.
Il quitte à son tour les rives du Nil le 3 mars 1800, juste à temps
pour rejoindre une nouvelle fois Bonaparte, devenu entretemps
Premier Consul, en Italie.

Le 13 juin 1800, son corps d'armée se poste sur la Bormida
pour surveiller les Autrichiens en direction de Novi.
Le lendemain, entendant le fracas d'une bataille,
il «marche au canon» et arrive tout juste à temps pour sauver Bonaparte
d'une défaite inéluctable à Marengo. Las, il est tué d'une balle
en plein coeur en lançant ses troupes dans la mêlée.
Son corps ne sera reconnu que plus tard par son aide de camp.
Le Premier Consul pleurera avec sincérité son ami non sans trouver
avantage à une mort qui lui réserve le seul mérite de la victoire.

Honoré de Balzac
20 mai 1799 à Tours - 18 août 1850 à Paris

Ce maître du roman est mort à la tâche le 18 août 1850, à 51 ans,
après avoir brossé à travers la Comédie humaine (91 titres) un portrait cinglant
de la société bourgeoise de son temps, la Restauration et le règne de Louis-Philippe.

Il vaut la peine de le relire en ce début du XXIe siècle, qui voit la résurgence
de la bourgeoisie de rentiers caractéristique de cette époque.

Vous souhaitez avoir un aperçu de la société française
sous le roi Louis-Philippe 1er ? Vous aimeriez pousser les portes
des grands hôtels particuliers de Paris et découvrir comment
y vivait la fourmilière de l'époque ?...

Escrocs ou grands seigneurs, filles perdues ou comtesses,
ils ont tous élu domicile dans les pages de La Comédie humaine,
l'œuvre romanesque d'Honoré de Balzac. À travers le parcours
de ce stakhanoviste de l'écriture, on découvre la bourgeoisie
des années 1820-1840, repliée sur son épargne et son confort.

Il est temps de suivre le conseil de Gérard de Nerval : « Parlons de Balzac, cela fait du bien » !
Isabelle Grégor
L'envol de l'« Éléphant »

Le 1er prairial an VII (ou plus commodément le 20 mai 1799)
naît chez Bernard-François Balzac, à Tours, le petit Honoré.

Son père, issu d'une famille paysanne, est alors directeur des Vivres
de la garnison de la ville. Personnage volontaire, il va vite réussir
à ajouter une particule à son nom et des revenus conséquents à son foyer.

Achille Devéria, Portrait de Balzac jeune, s. d., Paris, bibliothèque
de l'InstitutSa jeune femme, bien décidée à en profiter, confie
pendant 4 ans son premier-né à une nourrice avant de l'envoyer
en pension chez les Oratoriens de Vendôme.
Ce sont de bien tristes années pour le garçon qui soigne
sa solitude en se consolant par la lecture.

Arrivée à Paris après le départ de Napoléon Ier, la famille pousse
Honoré dans des études de notariat. « Petit clerc » chez un avocat,
il y gagne un baccalauréat en droit et le surnom de l'« Éléphant »,
augurant une silhouette qu'il sera facile de caricaturer.

Mais comment résister à l'appel de la bohème ?

Le voici, à 20 ans, grelottant de froid sous les toits de Paris.
Sa carrière peut commencer.
Signé Lord R'Hoone

Et c'est parti ! La première étape est un Cromwell (1820)
de 2000 alexandrins, accueilli quelque peu froidement.
L'académicien François Andrieux, après lecture, conseilla
même à l'aspirant dramaturge de changer définitivement
de voie professionnelle...

J.-A.-G. Seguin, Portrait de Balzac jeune, s. d., Tours,
musée des Beaux-ArtsMais Balzac a déjà un autre projet :
puisqu'il faut gagner de l'argent, autant profiter du succès incroyable
de ces histoires exaltantes que Walter Scott et ses semblables servent
aux lecteurs des cabinets de lecture. Vendus trois francs six sous,
les romans triomphent !

Il se lance donc dans l'aventure sous le pseudonyme de Lord R'Hoone,
écrivant à la suite de son Héritière de Birague (1821) pas moins
de 16 volumes en un an, pour le plus grand bonheur de son marchand
de plumes qui doit lui en vendre une soixantaine pour suivre le rythme.

Côté cœur, le jeune homme maladroit s'engage dans une relation de dix ans
avec Mme de Berny, mère de neuf enfants, qui le pousse à plus d'ambition.
Ce sera l'édition. Les livres ne se vendent pas ? Il rachète l'imprimerie !
Celle-ci périclite ? Il développe une fonderie de caractères ! Finalement, face à l'accumulation de dettes,
il est temps de se faire un peu oublier...
Paul Chardin, Souvenir de Balzac à Ville d'Avray (Balzac et ses amis habillés en paysans),
1840, Paris, bibliothèque de l'Institut
« Saluez-moi, car je suis en train de devenir un génie ! »

À 30 ans bientôt, il rebondit en imaginant un roman sur les Chouans,
sur le modèle du Dernier des Mohicans de Fenimore Cooper.

Les portes du beau monde s'ouvrent enfin à lui, et il court en profiter !
Habit bleu à boutons d'or, jabot de dentelle et canne sertie de turquoises
le transforment en dandy, mais un dandy qui ne cherche pas à cacher
ses ongles sales et à soigner ses cheveux trop pommadés, qui lui gouttent
sur les épaules... Heureusement, son talent et sa conversation séduisent,
notamment l'illustre Mme de Castries qui se plaît à lire les manuscrits
qui s'accumulent.

La Peau de chagrin (1831), Eugénie Grandet (1833), La Duchesse de Langeais (1834)...
Chaque année apporte quatre ou cinq romans et son lot de chefs-d’œuvre.

En 1833, il prend le temps d'insérer dans une revue destinée à la Russie
un petit mot pour une admiratrice polonaise qui lui envoie des lettres signées « L'Étrangère ».
Ainsi commence son histoire avec Mme Hanska qu'il rencontrera quelques mois plus tard,
dans l'attente du décès du maladif mari.

1836 est une année faste avec la signature d'un gros contrat
pour ses Études de mœurs au XIXe siècle, le triomphe du Père Goriot
et un statut inédit de père suite à une relation avec Maria du Fresnay.
Les conquêtes féminines se suivent, les pages se noircissent sans répit.
Mais les revers se font aussi nombreux, entre les problèmes financiers
sans fin et les échecs continuels à l'élection
à l'Académie française.
Photographie d'après le daguerréotype de Louis-Auguste Bisson,
Portrait d'Honoré de Balzac, 1842, Paris, maison de Balzac
« Faire concurrence à l'état civil »

En 1842, il projette de réunir ses romans passés et futurs
sous l'appellation La Comédie humaine. Au total près de 90 ouvrages.
Le projet est ambitieux : il s'agit rien de moins de réaliser
une « histoire naturelle de la société » en observant ses contemporains.

Affiche pour Petites misères de la vie conjugale, 1845, Paris
« Vous ne vous figurez pas ce que c’est que la Comédie humaine ;
c’est plus vaste, littérairement parlant, que la cathédrale de Bourges
architecturalement » (Lettre à Zulma Carraud, janvier 1845).

En effet ! En 91 ouvrages, Balzac a donné vie à des milliers de personnages,
offrant à chacun une histoire et une personnalité.
Comme pour ne pas s'en séparer, il n'hésite pas d'ailleurs
à faire intervenir 500 d'entre eux dans différentes histoires,
créant le principe des « personnages reparaissants »
dont le voyou Vautrin est un des plus célèbres.

Peintre de la vie et de la société, Balzac veut montrer le monde
tel qu'il est, à Paris comme en province, chez les aristocrates
comme chez les petites gens. Chaque roman apparaît
comme une scène de cette colossale comédie
dans laquelle joue l'Homme et dont il dresse
« l'inventaire des vices et des vertus ».

Non content de donner ses lettres de noblesse
au roman, jusqu'alors considéré comme un genre
un peu douteux, il devient aussi un des pères
du mouvement réaliste chargé de rendre compte,
plus que de copier, de la réalité sous toutes ses facettes.

Pour cela, il accumule ces longues descriptions
qui l'ont fait détester par des générations de lycéens,
peu sensibles à l'idée que pour comprendre une personne,
il faut d'abord connaître son environnement.
Vingt ans plus tard, Émile Zola reprendra le flambeau
en lançant l'aventure des Rougon-Macquart,
seconde « cathédrale » de la littérature française.
« Une vie de forçat »

Balzac le reconnaissait lui-même : son quotidien était
celui d'un forçat. Sa journée commençait à minuit,
lorsque les créanciers ne se risquaient plus à venir
frapper à sa porte.

La cafetière de Balzac, maison de Balzac,
47 rue raynouard 75016 ParisAprès avoir enfilé une robe de chambre
qui lui donne l'aspect d'un moine, il s'installe à sa table de travail
où il « jette [s]a vie comme l'alchimiste son or dans le creuset ».

Puis, c'est le moment de se lancer : « Balzac écrit, écrit
et écrit sans arrêt, sans trêve. Une fois enflammée,
son imagination continue de flamber et de s'embraser
comme dans un incendie de forêt où le brasier gagne
de plus en plus vite de tronc en tronc, toujours plus chaud,
toujours plus ardent. La plume dans sa fine main féminine court
si rapide sur le papier que le mot peut à peine suivre sa pensée.
[…] il ne cessera que quand la main sera paralysée ou
quand ce qu'il écrit s'effacera devant son regard aveuglé
de fatigue. [...] Si la bête paresseuse ne veut plus avancer,
faisons-lui tâter du fouet ! Balzac se lève [...] et s'en va
à la table allumer sa cafetière.
Car le café, c'est cette huile noire qui seule remet en route cette fantastique machine-outil. »

C'est ainsi que « Balzac,
comme
un Sisyphe de la littérature, roule jour après jour le roc de son travail » ( Stefan Zweig).
Le Grand Bilboquet devient Empereur

En marge de La Comédie humaine, Balzac se lance en 1842
dans une autre aventure, puisque la mort de M. Hanski rend
enfin possible le rêve d'une vie avec la comtesse. Pendant 18 mois,
celle-ci hésite à quitter sa Russie pour s'engager avec un écrivain farfelu
et toujours à court d'argent. Enfin, en 1843, Balzac débarque à Saint-Pétersbourg
pour en repartir seul quelque temps plus tard, n'en rapportant
qu'une inflammation cérébrale.

Ferdinand Georg Waldmüller, Portrait de madame Eva Hanska, 1835,
Châteauroux, musée BertrandIl finit par rejoindre Mme Hanska à Dresde
mais celle-ci ne parvient pas à rendre raisonnable son Grand Bilboquet :
Balzac vient de se lancer dans l'achat de babioles hors de prix,
à l'authenticité douteuse. La ruine est proche !

Mme Hanska étant tombée enceinte, il faut se remettre au travail
et fournir à grands coups de tasses de café 20 feuillets journaliers.
Le corps, épuisé à la tâche, ne peut plus donner assez d'énergie
pour achever les manuscrits qu'on ne cesse de commander au romancier pour épurer ses dettes.
La fausse couche de la comtesse, les allers-retours à Kiev finissent de le briser.

Ce n'est pas le mariage tant attendu, en mars 1850, qui le sauvera.
Il meurt le 18 août suivant, veillé par son ami Victor Hugo qui le décrit avec ces mots :
« Je le voyais de profil et il ressemblait ainsi à l'Empereur ».
Celui que l'on a surnommé le Napoléon des Lettres laisse derrière lui
près de 2.200 personnages orphelins.

Naissances
François-Joseph 1er
18 août 1830 à Vienne (Autriche) - 21 novembre 1916 à Vienne (Autriche)

Marcel Carné
18 août 1909 à Paris - 31 octobre 1996 à Clamart

Décès
Gengis Khan, Témoudjin
vers 1155 - 18 août 1227

Alexandre VI Borgia
1er janvier 1431 à Jativa (Espagne) - 18 août 1503 à Rome (Italie)

RAPPORT
DU CITOYEN TIGNARD YANIS
ALIAS
TAY LA CHOUETTE EFFRAIE

_________________
Kounak le chat....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 6855
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: Re: CRI DE JÉRUSALEM, JUSTICE DE L'EAU ET VÉRITÉ TOULOUSAINE   Ven 18 Aoû à 3:23

Pierre Fermat
17 août 1601 à Beaumont-de-Lomagne - 12 janvier 1665 à Castres

Le mathématicien toulousain Pierre de Fermat (1601- Castres, 12 janvier 1665)
Pierre Fermat est le plus illustre des Toulousains.
Anobli par le roi à 30 ans, il joint dès lors la particule de à son nom.

En marge de sa carrière dans la magistrature municipale,
il va donner toute sa mesure dans les mathématiques en étudiant
la théorie des nombres et la géométrie (problèmes de tangentes).

C'est ainsi qu'il formule le célèbre « théorème » selon lequel xn +yn =zn
n'a pas de solution entière (sauf zéro) pour n>2.

En d'autres termes, il est selon lui impossible de construire
un cube d'arêtes de longueur entière dont le volume soit égal
à la somme des volumes de deux autres cubes d'arêtes de longueur entière.
Cette conjecture ne deviendra un théorème pour de bon qu'en... 1993 après
qu'elle aura été démontrée par le Britannique Andrew Wiles.

Pierre (de) Fermat a souffert jusqu'à sa mort des médisances de son rival,
René Descartes et sa notoriété en a été durablement ternie.

----------------------------------------------

Frédéric II de Hohenzollern
24 janvier 1712 à Berlin (Prusse, Allemagne) - 17 août 1786 à Sans-Souci, Potsdam (Prusse, Allemagne)

Le roi de Prusse Frédéric II le Grand est le fils de Frédéric-Guillaume 1er,
dit le «Roi-Sergent», et de Sophie-Dorothée de Hanovre,
fille du roi d'Angleterre George 1er. Il se présente volontiers
comme le «premier serviteur de l'État»,
au service exclusif de son pays.

Au terme d'une jeunesse difficile, il hérite de son père
d'un royaume bien administré et d'une armée très disciplinée.
Il engage aussitôt celle-ci avec succès dans la guerre
de la Succession d'Autriche (1740-1748). Il triomphe aussi,
non sans difficultés, de la guerre de Sept Ans (1756-1763)
et, au prix de nombreuses réformes en économie, éducation et justice,
hisse son pays parmi les grandes puissances européennes.

--------------------

17 août 1896 : La dernière ruée vers l'or

Le 17 août 1896, George Carmack découvre de l'or dans le ruisseau Bonanza,
affluent de la rivière Klondike, à la frontière du Canada et de l'Alaska
(que les États-Unis ont acheté à la Russie 29 ans plus tôt).
Il s'ensuit la dernière « ruée vers l'or » du 2e millénaire.
SAUF QUE L'AMAZONIE EST TOUJOURS RONGÉE PAR CE FLÉAU...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 6855
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: Re: CRI DE JÉRUSALEM, JUSTICE DE L'EAU ET VÉRITÉ TOULOUSAINE   Sam 19 Aoû à 2:02

TIGNARD YANIS‏ @TIGNARDYANIS 8 hil y a 8 heures
TOULOUSE, ELLE EST COMME CE GENDARME DANS REMI SANS FAMILLE; ELLE EST CRUELLE DANS SON ÉLITE POLITIQUE: ORGUEILLEUSE DE SA PERSONNE. TAY

JE DOIS DIRE QUE TOULOUSE EST MA TERRE NATALE ET J'AIME SON CLIMAT, SA FAUNE ET SES PAYSAGES MAIS JE N'AIME PAS LA MENTALITÉ TOULOUSAINE. Y

LE CHOIX DU CONSULAT AMÉRICAIN À TOULOUSE N'EST PAS POUR CALOMNIER; JE VOULAIS EXPRIMER MON AMERTUME ENVERS TOULOUSE ET SES ÉLITES. TAY

TOULOUSE EST LA QUATRIÈME VILLE DE FRANCE, ELLE EST DYNAMIQUE MAIS, J'AI L'IMPRESSION D'ÊTRE DANS LE BAL DES VAMPIRES DE POLANSKI: AMER. TAY

LA PLUPART DES RÉGIMES POLITIQUES TOULOUSAINS SONT DANS UN IMMOBILISME, CHACUN ATTENDANT LES ORDRES TRANSMIT DES CENTRALES PARISIENNES. TAY

À TOULOUSE: ILS SONT VANITEUX EN FOOTBALL ALORS QU'ILS ONT JAMAIS RIEN FAIT; ILS SE DISENT TOULOUSAINS ALORS QU'ILS VIENNENT DE LAUTREC. TAY

J'AI CONNU LILIAN BUZZICHELLI QUAND J'ÉTAIS ENFANT ET À L'ÉPOQUE, IL DISAIT DES SACRÉS NOMS D'OISEAUX SUR LES POLITICIENS TOULOUSAINS. TAY

J'AURAI CRU QUE TOULOUSE FERAI PARTI DE SES VILLES MODERNES MAIS ELLE NE VIT QUE DES ATTRIBUTS DE LATÉCOÈRE ET DE LA GUERRE D'ESPAGNE. TAY

SANS LES ANCIENS DE LATÉCOÈRE ET LE DÉBROUILLARD BUZZICHELLI AVEC LA DYNASTIE BAUDIS, IL N'Y AURAIT JAMAIS EU AÉROSPATIALE TOULOUSAINE. TAY

QUAND J'AI APPRIS CE QUE LES PARTIS POLITIQUES TOULOUSAIN NOUS ONT OFFERT AUX LÉGISLATIVES, JE PLEURE DE LA RÉALITÉ TOULOUSAINE À VENIR. TAY

TOULOUSE, UNE CITÉ UNIVERSITAIRE AUX DESTINS ET DESTINÉES MULTIPLES AUQUEL POURTANT, JE NE PEUX QU'AVOIR DES REGRETS SUR L'INITIATIVE. TAY

LES ÉLITES TOULOUSAINES SE CROIENT AU DESSUS DE 'ESPACE CAR FAISANT PARTIES DES MERVEILLEUSE AVENTURES SPATIALES: DES INGRATS MALPOLIS. TAY

LA CONSCIENCE EST LA CONVICTION; CELLE QUI ANIME L'ANIMAL BLESSÉ À REGARDER CE QUI LUI RESTE DE TEMPS À VIVRE POUR MOURIR SEREINEMENT. TAY

BEAUCOUP D'ENTRE-NOUS SONT MUETS DE RESPECTS DANS SES DOCUMENTAIRES ANIMALIERS OÙ LA SURVIE SE LIE AUX RESPECTS D'ÊTRE: LES ANIMAUX. TAY

LE RESPECT DU REGARD MALGRÉ L'ADVERSITÉ DE L'EXISTENCE SANS AVOIR À DIRE QUE JE SUIS LE FILS DE CELUI OU DE CELLE: PARLER DE SES IDÉES. TAY

TOULOUSE; J'AIME MON HABITUDE ET J'ESPÈRE VIVRE D'AUTRES MOMENTS. POURTANT, J'AI DE LA RANCOEUR ENVERS SES SOCIALISTES ET SES ESPAGNOLS. TAY

MA RÉALITÉ EST LIÉE AUX LAMENTATIONS AUTRES QUE LE MUR DE JÉRUSALEM: À TOULOUSE, ILS ONT TOUS FUI LA GUERRE À LEURS DIRE: LES ÉLITES. TAY

L'HÉROÏSME, JE VOIS RAREMENT DES HOMMES ET DES FEMMES PARLAIENT EN ÉLOGES DE LEURS FUITES: MAIS À TOULOUSE, C'EST LA POLITIQUE VIVANTE. TAY

L'OBSCURITÉ DE L'OBSERVATION ET DE SES ÉVOLUTIONS MONTRE UN OBÉLISQUE SACHANT INDIQUER LE MOUVEMENT DES NUAGES ET DU VENT: LE BORDELAIS. TAY

LE CARACTÈRE CALME DE LA PRESSE À TOULOUSE S'EST D'ÊTRE OBÉISSANCE ET RESPECTUEUSE AUX FAMILLES: DES ÉTHIQUES D'ARGENT ENTRE ÉLITES. TAY

MEA CULPA SE FAIT ENTENDRE SUR LA CITÉ ROSE ENDORMIE SUR SES VIGNES FERTILES, L'ÉLITE TOULOUSAINE SAVOURE L'ÉTHIQUE D'ÊTRE UNIQUE. TAY

MAIS, JE ME SOUVIENS DE CE QUE AS DIT BENOÎST APPARU; TOULOUSE A TROP JOUÉ AVEC LES PATRIMOINES: MISE EN GARDE OU PAVÉ DANS LA MARE. TAY

TOULOUSE EST ENGLUÉE EN DES RÈGLES D'ATTRIBUTIONS POLITIQUES ET MONDAINES AUXQUELLE TOUTE PERSONNE DIVERGENTE NE PEUT ÊTRE INTÉGRER. TAY

DANS LE CRÉPUSCULE DES MOUETTES, LA GARONNE CÉLÈBRE L'ÉMOTION DES MOEURS PRÉHISTORIQUES; LES CORMORANS REJOIGNENT LES CORBEAUX: BOSTON. TAY

UN LÉGER VENT DU SIROCCO SOUFFLE SUR LES ALLÉES JEAN JAURÈS ALORS QUE LA TOUNDRA ÉMERGE DE LA RUE ALSACE-LORRAINE: L'ORPHELIN ET L'ÊTRE. TAY

LE REGARD SE PORTE SUR LE PONT SAINT MICHEL, LE TRAMWAY EFFECTUE SA ROUTINE QUOTIDIENNE DANS LE PERIPLE TOULOUSAIN: UNE RÉALITÉ RÉELLE. TAY

LE PEUPLE SE TROUVE DANS LES RUES ET LES RELIQUES SONT SAUVEGARDÉES PAR LES LAÏCITÉS TOULOUSAINES ET PUBLIQUES: L'ÉPINE DU PATRIMOINE. TAY

LE RHÔNE SE FAIT RUGISSEMENT PAR LES AÉROPORTS DE LYON ET MARSEILLE ALORS LA DOUCE GARONNE FAIT APPEL AUX YEUX ET BRAS DE L'EMBOUCHURE. TAY

MONTPELLIER EST ISOLÉ FACE AUX FLEUVES DE LA DOUCE FRANCE MAIS IL LUI RESTE SES ROUTES FERROVIAIRES ET MARITIMES POUR CHANTER PARIS. TAY

LE TEMPS DE LA TEMPÉRANCE NE SE FAIT PLUS ENTENDRE DEVANT LA TEMPÉRATURE DÉCLENCHANT LES TEMPÊTES ET LE TERRORISME AVALANT LES ÉTHIQUES. TAY

DANS CES PHÉNOMÈNES, TOULOUSE ET PARIS SONT RESTÉS DANS DES ASPECTS INAPPROPRIÉS AYANT REFUSÉS D'ENTENDRE GORDON PACHA: LA CHOUETTE. TAY

DÉS L'AUTOMNE SE PRÉSENTE; PRÉVOYAIT L'HIVER. CONSULAT AMÉRICAIN DE TOULOUSE.
TAY

ECRIT DE
TAY
LA CHOUETTE EFFRAIE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 6855
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: COLONNE DURRETI, LES TCHERKESS, Y'BECCA ET LE GÉNÉRAL COLLET   Sam 19 Aoû à 2:38

« L’affaire Mohamed Saïl », Les TCHERKESS et le Général COLLET

Le 3 mars, quelques semaines après la manifestation des ligues du 6 février 1934,
il est arrêté à Saint-Ouen par la police qui saisit chez lui quelques grenades
et pistolets, « souvenirs de la dernière guerre » selon le Comité de défense sociale.
Il est inculpé de « délit de port d’arme prohibée ». Condamné à un mois de prison,
puis à un autre mois pour « détention d’armes de guerre », il reste
quatre mois et demi, temps qui dépasse de deux mois et demi celui
de ses deux condamnations3.

Il reprend ses activités militantes au sein de l’Union anarchiste et
prend part aux débats sur l'organisation qui traversent le mouvement.
Partisan d’une structure qui regroupe l’ensemble des courants
anarchistes il développe son analyse en tenant compte
des leçons espagnoles et de l’action qu’il mène à Aulnay-sous-Bois :
« Sachez que si notre groupe dépasse cent cinquante copains à
l’heure actuelle, c’est parce que ses animateurs ne sont pas
des rigolos mais des anarchistes sans compromission et que,
s’ils sont de différentes écoles, ils ne connaissent
avant tout qu’un seul idéal et une Anarchie » 4.

La colonne Durruti est la plus célèbre colonne de combattants anarchistes
faisant partie des milices confédérales de la CNT et de la FAI. Elle est formée
dans les premiers jours de la guerre d'Espagne et combat dans
les rangs républicains contre les militaires nationalistes.
Elle doit son nom à l'homme qui l'a dirigée en tant que délégué général,
Buenaventura Durruti, assisté de Enrique Pérez Farrás (es).
Quoique intégrée aux forces de l'Armée populaire de la République espagnole
sous l'appellation de 26e division, elle garde malgré tout son appellation
de colonne Durruti jusqu'à la fin du conflit.

Histoire
Des membres du Groupe international de la colonne Durruti
(au premier rang, au centre, Mohamed Saïl).
Groupe international de la colonne Durruti en septembre 1936
(à droite avec la casquette, Louis Mercier-Vega).
Le Groupe International de la Colonne Durruti à l’enterrement
de Buenaventura Durruti à Barcelone, le 23 novembre 1936.

La colonne Durruti sort de Barcelone le 25 juillet 1936, quelques jours à peine après le coup d'État militaire du 18 juillet. Elle est alors composée de 2 500 miliciens. Elle se bat d'abord en Aragon, Durruti ayant l'intention de reprendre Saragosse aux nationalistes. Le premier combat est livré par les miliciens à Caspe, sur la route de la capitale aragonaise, mais arrivé à une vingtaine de kilomètres de la ville, Durruti reçoit l'ordre de s'arrêter. Les miliciens de la colonne ne pourront finalement jamais reprendre Saragosse.

Le quartier général de la colonne Durruti se trouve à Bujaraloz. Les effectifs atteignent alors[Quand ?] 6 000 hommes. Plusieurs centuries étaient constituées d'étrangers, telles :

la centurie Sébastien Faure, composée de Français et d'Italiens, dont Louis Mercier-Vega, Saïl Mohamed, Jean Mayol, Marcel Montagut, Simone Weil et George Sossenko.
la centurie Sacco and Vanzetti, composée d'Américains.
la centurie Erich Mühsam, composée d'Allemands.

En novembre 1936, 1 400 d'entre eux sont envoyés à Madrid afin de combattre pour la défense de la ville, assiégée par les nationalistes. C'est lors de ces violents combats que Durruti trouve la mort, le 20 novembre. Il est remplacé comme délégué général par Ricardo Sanz.

Durruti s'était opposé à la « militarisation » des unités anarchistes et des milices confédérales, c'est-à-dire leur soumission à la discipline militaire et leur incorporation progressive à une armée classique. Une fois mort, les délégués de la colonne acceptent les injonctions du gouvernement républicain de Francisco Largo Caballero. La colonne est finalement, comme les autres unités anarchistes, communistes et socialistes, incorporée dans l'armée populaire de la République espagnole. Elle en constitue la 26e division, composée des 119e, 120e et 121e brigades.
Commentaire

Diego Abad de Santillán dit des engagés italiens : « Dans leur grande majorité, les antifascistes italiens qui s’étaient rendus à Barcelone provenaient de tous les secteurs du mouvement anarchiste [...] Répartis dans différents hôtels de la ville, ils vivaient, émus, enivrés, la résurrection spirituelle d’un passage soudain de la vie d’exilés pourchassés à celle de nouveaux citoyens d’une capitale de la révolution, encore empreinte de l’atmosphère ardente des formidables combats de rue. [...] Les anarchistes non inscrits au « Groupe International » de la Colonne Durruti penchaient pour la constitution d’une colonne strictement anarchiste et désiraient partir immédiatement. L’impossibilité d’obtenir tout de suite des armes contrariait leur projet. Mais ils avaient déjà prévu de s’enrôler dans les milices confédérales »1,2.
Références culturelles

Colonne Durruti est un court-métrage réalisé par Malek Kellou en 1973.

The Durutti Column est le nom d'un groupe de rock britannique (le nom Durutti a été volontairement orthographié différemment).
Bibliographie

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé
comme source pour la rédaction de cet article.
Itinéraire : une vie, une pensée, Buenaventura Durruti (1987).

Numéro spécial de la revue Itinéraire : une vie, une pensée

« Buenaventura Durruti : de la révolte à la révolution » Itinéraire :
une vie, une pensée, no 1, juin 1987, 52 pages. présentation en ligne [archive], texte intégral [archive], notice [archive]. Contient :
Abel Paz, « De la révolte à la révolution », Itinéraire : une vie,
une pensée, no 1 « Buenaventura Durruti : de la révolte à la révolution »,‎ juin 1987
Abel Paz, « Trois anarchistes font reculer le gouvernement français »,
Itinéraire : une vie, une pensée, no 1 « Buenaventura Durruti : de la révolte à la révolution »,‎ juin 1987
Abel Paz, « Préludes à la révolution », Itinéraire : une vie,
une pensée, no 1 « Buenaventura Durruti : de la révolte à la révolution »,‎ juin 1987
Claudio Venza, « Chronologie d'une révolution », Itinéraire :
une vie, une pensée, no 1 « Buenaventura Durruti : de la révolte à la révolution »,‎ juin 1987
Georges Balkanski, « L’Œuvre constructive de la révolution espagnole »,
Itinéraire : une vie, une pensée, no 1 « Buenaventura Durruti : de la révolte à la révolution »,‎ juin 1987
Georges Host, « Le Peuple en armes », Itinéraire : une vie,
une pensée, no 1 « Buenaventura Durruti : de la révolte à la révolution »,‎ juin 1987
Diego Camacho, « La Révolution entre l’Aragon et Madrid »,
Itinéraire : une vie, une pensée, no 1 « Buenaventura Durruti : de la révolte à la révolution »,‎ juin 1987
José Bolufer, « Le Message de Durruti, catalyseur de la révolutio »,
Itinéraire : une vie, une pensée, no 1 « Buenaventura Durruti : de la révolte à la révolution »,‎ juin 1987

Autres ouvrages

(en) Robert Alexander, The anarchists in the Spanish Civil War, Janus Publishing Company Lim, 1999, 509 p. (ISBN 1857564006, lire en ligne [archive])
(en) Julián Casanova (révisé par Paul Preston
et traduit par Andrew Dowling et Graham Pollok), Anarchism,
the republic, and civil war in Spain, 1931-1939, Routledge,
2005, 229 p. (ISBN 041532095X, lire en ligne [archive])
(es) Andreu Castells Peig, Las brigadas internacionales de
la guerra de España, Ariel, 1974, 685 p. (ISBN 8434424703)
Antoine Gimenez et les Giménologues, Les Fils de la nuit :
Souvenirs de la guerre d'Espagne, Montreuil & Marseille,
L'Insomniaque & les Giménologues, 2006.
(es) Miguel Iñiguez, Esbozo de una Enciclopedia histórica
del anarquismo español, Madrid, Fundación de Estudios Libertarios
Anselmo Lorenzo, 2001 (lire en ligne [archive]), p. 192-193 ;
articles « Durruti, Columna » et « Durruti Dumange, Buenaventura ».
Pierre Marqués Posty, Espagne 1936. Correspondants de guerre.
L'ultime dépêche, L'Harmattan, 2008, 270 p. (ISBN 2296055621,
lire en ligne [archive])
(es) Abel Paz et José Luis Gutiérrez Molina, Durruti
en la Revolución Española, Fundación de estudios libertarios
Anselmo Lorenzo, 1996, 773 p. (ISBN 8486864216)
Traduction en anglais de Chuck Morse consultable
sur Google Livres [archive]
Abel Paz, Buenaventura Durruti 1896-1936:
un combattant libertaire dans la révolution espagnole
[« Durruti en la Revolución Española »], Éditions de Paris, 2000, 488 p. (ISBN 2905291982)
(en) José Peirats Valls (révisé par Chris Ealham et traduit
par Paul Sharkey), The CNT in the Spanish Revolution,
ChristieBooks.com, 2005, 269 p. (ISBN 1873976240)
Volume 1 [archive] et volume 2 [archive] consultables en ligne.

Articles connexes

Milices confédérales
Colonne de fer
Buenaventura Durruti
le film Libertarias

Membres espagnols de la colonne

Llibertat Ródenas Rodriguez

Membres français de la colonne

Hélène Patou 3
Mohamed Saïl
Émile Cottin
Simone Weil 4

Membres belges de la colonne

Louis Mercier-Vega

Membres italiens de la colonne

Antoine Gimenez
Francesco Barbieri
Camillo Berneri

Membres allemands de la colonne

Carl Einstein5

Membres suédois de la colonne

Nisse Lätt

Notes et références

↑ Camillo Berneri, Epistolario inedito, volume 2, Pistoia, Archivio Familia Berneri, 1984.
↑ Les Giménologues, « Les Italiens - Charla sur les volontaires internationaux » [archive], sur gimenologues.org, 6 octobre 2016.
↑ Antoine Gimenez, Les Fils de la nuit, L'Insomniaque & Les Giménologues, 2006, lire en ligne [archive].
↑ Charles Jacquier, Simone Weil, l’expérience de la vie et le travail de la pensée, Éditions Sulliver, 1998, page 115 [archive].
↑ Carl Einstein, « Hommage posthume à Buenaventura Durruti », Radio CNT-FAI ECN1,‎ 22 novembre 1936 (lire en ligne [archive]).

(ca) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en catalan intitulé « Columna Durruti » (voir la liste des auteurs).

Les TCHERKESS et le Général COLLET

Les Tcherkess sont originaires des montagnes du Caucase. Fuyant la politique d'annexion menée par la Russie, les TCHERKESS, musulmans depuis le début du XVIII siècle, s'installent à la fin du XIX siècle en Syrie.
L'histoire de leur épopée au Levant, est liée à celle du Général COLLET.
Philibert COLLET est né le 12/12/1896 à Sidi-Bel-Abbès. Durant la première guerre mondiale, il est engagé volontaire pour quatre ans dans l'infanterie. Il se bat au sein du 9 Régiment de Marche de Tirailleurs Algériens (RMTA) de 1916 à 1918.
Sous-Lieutenant en juin 1918, blessé deux fois, il arbore une croix de guerre avec quatre citations et sera fait en octobre 1918 chevalier de la Légion d'Honneur sur le champ de bataille.
Début 1919, COLLET se porte volontaire pour le théatre d'opérations de Palestine-Syrie. Il rejoint le 412 Régiment d'Infanterie qui fait partie de la Deuxième Brigade Mixte de Marche de Zouaves et de Tirailleurs ( 3 RMMTZ ).
Il est affecté au 7 Bataillon du 1 Régiment de Tirailleurs Algériens.
Au cours de l'année 1920, à la tête d'une section puis d'un groupe franc, il se fait remarquer par son allant et son courage. Il gagne quatre citations.
En novembre 1920, il entre au Service de Renseignement du Levant, ou il assure la double fonction de commandement de milice et celle de conseiller administratif de caza.
En 1922, il est affecté au Service de Renseignement d'Alep.
Il est commandant d'un escadron de gendarmerie mobile où il remarque le courage d'un détachement de cavaliers Tcherkess.
Il participe avec eux, à la pacification des secteurs d'Idlib et d'Hadjilar de 1922 à 1924.
Le nom d'Hadjilar sera choisi comme première inscription à broder sur l'Étendard des Tcherkess. Faisant preuve d'un courage, d'une endurance et d'un dévouement exemplaires, les hommes de COLLET, encadrés par les Lieutenants TOUFIK BEY et OSMAN BEY, inscrivent une deuxième victoire à son Étendard, celle du Djebel Druze.
En novembre 1925, le Groupement Tcherkess est articulé en trois escadrons;
Dès 1926, deux escadrons supplémentaires sont formés puis porté en 1927 à huit escadrons sous les appelations de "Garde Mobiles" puis "d'Escadrons Légers du Levant".
Les zones d'actions des missions se situent dans la région de Damas, de l'Anti-Liban,au Djebel Druze.
Entre 1925 et 1927, malgré des pertes sensibles (300 cavaliers dont 20 officiers), les Tcherkess participent à la fin de la rébellion Druze.
Dix noms de combats particulièrement rudes figurent sur l'Etendard des Tcherkess : HADJILAR, DJEBEL DRUZE, KALAAT_DJENDAL, MEDJEL_CHEMS, KATANA, DJEBAT EL KACHAB, GHOUTA, MAARABA, ANTI-LIBAN, DREISJE.
Sept citations à l'ordre de l'armée sont attribuées au Groupement Tcherkess.
Le Capitaine COLLET est fait officier de la Légion d'Honneur en 1927.
A la tête de sa Karalga, sa garde personnelle, il se révèle comme étant un chef de guerre hors pair, d'une valeur exceptionnelle.
En avril 1941, sous son impulsion, fidèles à leurs traditions d'honneur et de droiture, une grande partie des Tcherkess se rallient aux Forces Françaises Libres et participent à la campagne de Syrie.
Le proverbe tcherkess "Pour l'honneur, donne ta vie", résume l'état d'esprit de ces excellents cavaliers.
L'indépendance de la Syrie en 1946, marque la fin des Escadrons Tcherkess. Mal acceptés et intégrés une minorité d'entre eux gagne la Jordanie, la Palestine, le Caucase.
Les Tcherkess restés en Syrie seront massacrés dans des réglements de comptes sanglants avec les diverses communautés auxquelles ils s'étaient affrontés.
Les cavaliers Tcherkess furent de très fidèles serviteurs de la France, répondant à leur devise "VAPEQUE TCERQES" : "En avant Tcherkess".
Le Général COLLET, compagnon de la Libération le 31/3/1944, totalisant 13 palmes et 4 étoiles sur sa croix des T.O.E, commandant la région militaire de Toulouse, décède le 15 avril 1945 suite à de graves ennuis de santé.

RAPPORT DE Y'BECCA ET DU CITOYEN TIGNARD YANIS
SOUS L’ÉGIDE DU ROYAUME RÉPUBLICAIN D'ESPAGNE ET
DE LA COMMUNAUTÉ PARLEMENTAIRE EUROPÉENNE...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 6855
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: Re: CRI DE JÉRUSALEM, JUSTICE DE L'EAU ET VÉRITÉ TOULOUSAINE   Sam 19 Aoû à 2:39

01 - Le Caucase :

Le Caucase est la chaîne de montagne, étendu de la mer Noire à la mer Caspienne, formant une forteresse naturelle majestueuse entre les deux continents, l'Europe et l'Asie. Il a depuis toujours joué un rôle dépassant de loin ses frontières et a été le point stratégique où les anciennes civilisations de l'Ouest et l'Est se réunissaient, échangeaient leurs pensées, la Connaissance leurs produits et leurs artisanats.
Si on regarde les cartes actuelles du Caucase, nous voyons trois républiques Nord Caucasiennes (cf.1ere Carte ci-dessous): la république Adyghé ; puis la république Tcherkesse et enfin la république Kabarde(de gauche à droite). Ainsi on se dit : il existe donc trois peuples référant à ses républiques, mais en fait, il en est tout autrement. Il est donc nécessaire d'éclaircir les choses afin d'éviter toute confusion.

A l'origine le mot Tcherkesse n'existe pas! la vrai appellation des peuples du Nord Caucase est Adyga (adyghé...)

L'annexion du nord Caucase, à la fin du 19eme après plus de 2 siècles de guerres incessantes, créa ses trois républiques, aux frontières définies arbitrairement. Ceci fut instauré délibérément par le gouvernement de Russie pour une politique de russification:"Divisé pour mieux régner", sans respecter l'identité géographique des tribus autochtones et en plus en injectant, dans ces républiques, des peuplades d'origine turkmène (Karachaî et Balkare) et bien sur Russe. Ainsi les non-initiés emploient donc actuellement des termes qui ne reflètent pas la réalité originelle concernant les peuples originaires de cette montagne. ceci pouvant porté à confusion
(( à titre d'exemple historique on remarque : comme dans le conflit actuel au Moyen-Orient où l'on oppose à tort le terme "juif" et "arabe" alors que le premier désigne une - religion - et le second une - origine ethnique - donc on ne peut comparer et encore moins opposer ces 2 termes, surtout sachant qu'il existe beaucoup d'arabe de confession juive en Palestine et en Israel. Ainsi vous ètes à même de vous rendre compte de l'importance capitale de la bonne désignation des termes employés.))

Attention aux Synonymes:
Voici donc avant tout quelques mots et différentes variantes, synonymes employés de par le monde pour designer les peuples tcherkesses, avant de vous en donner une définition : Adygha, Adiga, Adyghés, tcherkess, cherkess, cherkass, cerkez, circassien (francophone), circassian (anglophone)...
Ainsi nous emploierons indistinctement certaines de ces variantes pour désigner les peuples du nord caucase de cette entité commune.
caucase.1830 caucase.2000

La mère patrie des adyghés fut depuis toujours une terre d'accueil pour les réfugiés fuyant les persécutions des empires en contre bas. La tradition tcherkesse d'Hospitalité et de Tolérance a assurément contribué à ce phénomène distinctif de cette terre. Le Caucase dans son ensemble est devenue la demeure de beaucoup de groupes ethniques, parlant plus d'une cinquantaines de langues différentes, mais nous nous attacherons, vous pensez bien, au plus ancien peuple: Adyghé.
Ainsi pour bien comprendre qui sont les Tcherkesses et entrer d'une façon concrète et subtile dans le monde du Caucase, il convient tout d'abord de définir l'identité originelle et formelle de ceux-ci.


02 - L'Appellation "Tcherkesse":

Les russes et étrangers au Caucase nommèrent "Tcherkesses" (Circassiens), les peuples caucasiens du Nord Caucase.
En réalité, originellement, l'entité qui définit les Tcherkesses est le mot "Adyga" (Adyghé, adighé; etc..).
Car c'est le nom commun, identitaire que se donnèrent les peuples montagnards du Nord Caucase.
Ainsi cette appellation Tcherkesse est synonyme du mot générique Adyghé.

Adyghé signifiant 'Les Nobles Gens'.
les Tcherkess regroupent principalement 12 tribus nord caucasiennes

la branche Adygha occidentale :

Abzakh (abdzekh);
Bjedough ;
Hatiqwey (hatukay);
Kamargwey (kemirguey) ;
Natukhoij (natukhay) ;
Shapsough (shapsegh) ;
Mokhoss (mamkhiga) ;
Jana (jane) ;
Témerkwey ;
Yéjerkwey

Ubykh (Obeh), actuellement disparu et/ou intégré aux autres tribus



la branche Adygha orientale :

Kabardey (Jlarsteney) &
Beslanay (Kabardey Pseléney)

Ces 12 tribus résident depuis des temps immémoriaux dans les régions du Caucase englobant aujourd'hui : la Républiques Adyghé, la République Tcherkesse, la République Kabarde et une partie des autres pays limitrophes.
Vous comprenez sans doute maintenant pourquoi j'évoquais la confusion certaine quant à l'emploi des mots et surtout de leur signification. Car maintenant vous savez qu'en fait : un Kabarde appartient à la tribu kabardine, c'est un Adyghé et est définit dans le dictionnaire comme Tcherkesse.
Ainsi, si on étudie les cartes actuelles, on constate l'incohérence des noms données par la Russie aux républiques.
____
TOP

cost.adiga.01.
cost.adiga.01 cost.adiga.02.
cost.adiga.02 cost.adiga.03.
cost.adiga.03 cost.adiga.04.
cost.adiga.04
03 - Les Structures Tribales:
Pour les puristes et les curieux voici un complément utile

Les Circassiens étaient divisés en trois groupes nationaux : l'Adygha, l'Ubykh & l'Apsua.
Bien qu'ethniquement liés et étroitement alliés, ils parlaient des langues mutuellement incompréhensibles qui appartiennent au groupe de langues Nord-ouest caucasiennes.

Remarque :
Les autres groupes linguistique du Caucase étant le groupe Nord-est (Chechen, Ingush, Bats, Avar, Lezgien, Dargwa, etc.) , et enfin le Groupe Kartvelien (Georgien, Mingrelien, Svan, Adjar, Laz, etc.).

Plusieurs études de linguistes suggèrent qu'il y a 6000 ans tous les caucasiens du nord-est parlaient le même langage originel : le Proto circassien (l'évolution étant dans une certaine mesure comparable à l'évolution des langues sémitiques). En raison de la séparation géographique, la langue originale c'est ensuite différenciée en trois entités distinctes, et même celles-ci ont été encore divisés en dialectes divergents.
cost.adiga.05.
cost.adiga.05 cost.adiga.06.
cost.adiga.06 cost.adiga.07.
cost.adiga.07 cost.adiga.08.
cost.adiga.08

Les Adygha :

Les Adygha formaient la nation, de loin, la plus grande (quantitativement). Ils étaient constitués en 2 groupes :
l'Adygha orientale (Est) et occidentale (Ouest) . Ceux-ci se subdivisant en plusieurs tribus et clans. (cf tableau ci-dessus)
La branche Adygha orientale était composée de deux principales tribus : la tribu Kabarde (Kabardey) et la tribu Beslanay

Les Kabardiens (Kabardey) , occupaient la région centrale stratégique du Caucase du nord. Les kabardes étaient les plus nombreux et les plus puissant dans la Circassie, bénéficiant des terres les plus riches. Ils ont maintenu un commerce prospère avec les colonies marchandes Genoese sur la côte de la Mer Noire et avec les marchands Astrakan. À son zénith la Kabarda était si dominante que toutes les puissances environnantes ayant des droits acquis dans le secteur, à savoir Moscou et les ports Ottoman, ont cherché à aller au devant de la court et à accorder aux princes kabardes tous les honneurs, afin de promouvoir leurs intérêts. Ceci a abouti aux fiançailles du Tsar Ivan " le Terrible" avec Kucheney Gwashcha qui était la fille du prince Temriuk, plus tard renommée princesse Maria, en 1561 (de notre ère) pour sceller la prétendue "union" entre la Russie et la Kabarda. Cependant, l'autorité du prince Temriuk sur les autres princes Kabardes était très mince et beaucoup de ces derniers ont décliné la ratification de l'alliance, qui était tout au plus symbolique.

L'autre tribu orientale était la tribus Beslanay qui vivait plus à l'ouest. Les Beslanay étaient étroitement alliés aux Kabardiens. La langue Kabarde et Beslanay sont si proche que l'on suggère que le Beslanay soit un dialecte divergent du premier.
La branche Adygha occidentale (ou Kiakh) fut composées de beaucoup plus de tribus :

l'Abzakh qui vécu au milieu de la Circassie ; le Shapsugh dans l'ouest sur la côte de la Mer Noire ; le Bzhadugh dans le nord-ouest ; le Natukhuaj dans le nord-ouest extrême et le Kemirgoi et le Hatuquay dans le nord.
cost.adiga.09.
cost.adiga.09 cost.adiga.10.
cost.adiga.10 cost.adiga.11.Abhaz.
cost.adiga.11. cost.adiga.12.Abhaz.
cost.adiga.12.

Les Ubykhs :

Les Ubykhs habitaient la partie du centre-ouest du sud de la Circassie, sur les côtes de la Mer Noire. Leur territoire s'est étendu entre les fleuves Khosta et Shakhe au nord de l'Abkhazie. Pourtant relativement petit de par la taille, Ubykhie fut connu pour son caractère et sa ténacité guerrière. Malheureusement se sont principalement ses attributs qui ont causé sa chute. L'Ubykh a cessé d'exister en tant que nation aujourd'hui. Leur langue c'est éteinte en automne 1992, par la mort du dernier orateur, en Turquie.

cost.adiga.Abhaz
cost.adiga.13. cost.adiga.Abhaz
cost.adiga.14. cost.adiga.kabarde.
cost.adiga.15. cost.adiga.1840.
cost.adiga.16.

Les Apsua :
Les Apsua sont composés des tribus Abkhaz et Abaza.

Initialement ils ont occupé la partie de sud-ouest de la Circassie entre la Mer Noire et les montagnes du Caucase de l'ouest à l'est, et entre les fleuves Bzyp et Ingur du nord aux sud - lieu de l'historique Colchis des Argonautes.
La terre des Abaza s'étendait des collines de la chaîne principale du Caucase aux extensions supérieures du grand et du petit Zelenchuk, les Fleuves Kuban et Kuma.
Chaque groupe était divisé en plusieurs tribus qui parlaient des dialectes mutuellement intelligibles.
Les principales sous-tribus Abkhaz étaient : la Bzyp, l'Abzhwa, Sadz et Samurzakan.
Les Abaza étaient quant à eux divisés en Tapanta et en Shkharawa.
(sources: Amjad.Jamoukha,Azzam.Loustan.Nebaj)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 6855
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: Re: CRI DE JÉRUSALEM, JUSTICE DE L'EAU ET VÉRITÉ TOULOUSAINE   Sam 19 Aoû à 2:40

Les Adyga - Page 2 /4 -

B - Préambule sur les Adyghés:

Les tcherkesses sont les autochtones du Nord-ouest Caucase, possèdent une langue unique bien différenciée et une culture riche & raffinée à l'extrême. C'est un des plus anciens peuples structurés en socété et un des premiers résident d'Europe.
La présence archéologique de la civilisation Adyghée dans le Caucase est anterieure aux civilisations de l'ancienne Egypte, de la Grèce Antique, de la Perse et de la Chine. « La première présence humaine dans le Nord-ouest du Caucase remonte à 300 000 ans ». De nombreux sites datant du Paléolithique ont été trouvés le long des côtes de la Mer Noire et sur les pentes nordiques caucasiennes, et aux frontières de Krasnodar. (src :N.V. Anfimov Drevnieie Zoloto Kubani, Krasnodar, 1987)

Les peuples qui s'installèrent sur cette montagne, depuis la nuit des temps, ont du faire face constamment à un flux d'envahisseur et de conquérant désireux d'agrandir leur territoire et leur palmarès.
Les Adyghés, bien que peu nombreux contrairement à beaucoup de peuples, ont su préserver leur liberté de par leur puissance guerrière, leur habilité équestre inégalée. D'ailleur les troupes Cosaques de l'armée russe ont appris cette discipline de voltige équestre et ont par la suite créé la Djiguitovka, plus connue en occident.
Les Adyghés n'ont jamais cherché à coloniser une terre, ils n'ont cessé de défendre la leur toujours avec la même rage de vivre, envers et contre tous.
Notamment contre les plus impitoyables conquérants de l'Histoire qui ont tous échoué dans leurs tentatives: d'Alexandre 'Le Grand', Genghis Khan, Attila 'le Hun', Pierre 'Le Grand', jusqu' à Charlemagne. Nous avons été conduit maintes fois vers l'extinction, mais toujours nous avons su renaitre, prospérant.

Le Caucase possède des ressource naturelles considérables (**) et est dépeint comme le Paradis terrestre (cf. écrits des aventuriers de tout temps). Le Caucase est le centre de L'Eur-Asie, il a toujours été une plateforme stratégique pour les peuples qui l'entourent. Seul passage direct du nord du centre de l'Europe vers le proche orient, la route de la soie, passage obligé de toute entité qui voulait contrôler le monde !
Ainsi, une des derniéres tragédie survenu aux Circassiens est ''la Guerre de 100 ans'' durant laquelle, pendant plus d'un siècle, ils se sont tenus dressés contre l'encerclement et l'invasion russe visant l'annexion de leurs terres et de leur liberté!
Finalement sur le long-terme, du fait de leur situation géographique montagneuse d'isolement, le 21 mai 1864, privés d'approvisionnements en ressources vitales (iode, sel...), fatalement en carence et donc épuisés, ils ne parvinrent pas à repousser les hordes de l'armée russe.

(**):Principalement, les ressources minérales du Caucase incluent le pétrole, le gaz naturel, le manganèse, le cuivre, le tungstène et le molybdène. Le bétail est élevé sur les pentes densément couvertes de forêts. Le blé, l'orge, le maïs, le tournesol, beaucoup de fruits et légumes sont développés dans le piémont nordique du Caucase & les agrumes, le coton et le thé sont cultivés dans les vallées plus chaudes. D'excellentes ressources abondent en Républiques circassiennes d'Adighé, de Kabardino-Balkarie et Karachaevo-Cherkesse aussi bien que dans les contrés Shapsugue et la République Abkhaze.
____
TOP

01 - La structure sociale de la société Tcherkesse :

La structure sociale de la société circassienne était très complexe et a été basée sur le féodalisme hiérarchique, excepté quelques tribus adoptant un système égalitaire. Chaque tribu était divisée en principautés, qui étaient indépendantes les unes des autres, bien qu'il y ait eu un conseil des princes, qui se réunissait lors des crises nationales.

La Culture Circassienne est très riche et se distingue par l'étique sociale connue sous le nom d'Adyga Khabza
L'Adiga Khabza est un code transmit oralement qui réglementait et réglait les normes comportementales et sociales des tcherkesses. Ce code des coutumes est très droit et complexe, sa transgression était condamnés sévèrement.
Il a évolué de telle façon à assurer une discipline militaire stricte qui puisse se maintenir à tout moment pour défendre le pays contre les nombreux envahisseurs qui ont convoité les terres circassiennes. Mais au dela de la défenses de la nation, il régissait aux quotidien les us et coutumes, traditions et codes de l'Honneur tcherkesses. Si bien que meme encore aujourd'hui on trouve au Caucase des villages dépourvus de service de police car tout est régit sur l'honneur, ainsi la criminalité n'a pas de place et les problemes du quotidiens sont réglés a l'amiable directement par les parties conscernées qui reconnaissent leur part de responssabilité.

La base de cette tradition repose sur le Respect Mutuel et l'Amour (...de la vie, ...de la liberté...). Les caractères les plus significatifs de cette étique sont :
- la place de la Femme a niveau d'estime trés élevé, respectant ses droits, (les termes 'féministe' et 'machiste' sont inconnu des Caucasiens depuis l'origine,)
- le Respect absolu envers les Aînés,
- l'art de se Dominer, de se Contenir, avec exactitude, résistance et courage face aux Difficultés.

f.cost.adiga
f.cost.adiga. f.cost.adiga.04
f.cost.adiga. f.cost.adiga.10
f.cost.adiga. f.cost.adiga.kabarde
f.cost.kabard

La Liberté et "L'égalité (d expression) des (deux) sexes" a toujours été Le Caucase, dans le respect des droits et des devoirs de chacuns et chacunes bien entendu.
Attention! remarque: ne pas confondre avec 'l égalité des sexes" telles qu'il est revendiqué anarchiquement à tout vas dans nos sociétés occidentales. Où les femmes ont malheureusement vecu dans l esclavagisme et n étaient pour certains fous meme pas pourvue d'une ame..
Car l égalité (des droits etc..) recherché dans ces dernieres, aujourd hui, ne respect pas les differences naturelles fondamentales homme/femme. On en arrive à l'expression de feministe contre machiste...affligeant!
Car, pour ceux qui se seraient égarés (en route) il est evident que l homme et la femme ne sont pas égaux mais sont complementaires et tout deux indispenssables, l un ne va pas sans l autre. Les tcherkess l avaient compris et ils respectaient donc les differences.
Ainsi ils vivaient en harmonie dans l ecoute, chacuns et chacunes avaient sa place!

Ainsi de par cette consideration, la femme, indispenssable et complementaire, participait pleinement a l essort de la société tcherkess. Defait les femmes aussi s'avaient se battre aux cotés des hommes contre l'ennemi. La légende des Amazones était née!!
Le système circassien comme il est dépeind fait penser à un systeme Patriarcal, alors qu'à l'origine ce système était Matriarcal d'ailleur la mère occupe une place d'honneur au sein de la société, de la famille notamment dans l'éducation des enfants.
Le Féodalisme Hiérarchique circassien:
- Le prince:

À la tête de chaque principauté siège le prince qui détient un pouvoir quasi absolue sur ses sujets. La terre et les serfs étaient des biens possédés collectivement. Le clan était pas divisé en familles qui obéissaient au plus ancien du clan. La transmission des droits ne se faisait pas du père vers le fils mais entre frère.
Le prestige d'un prince, d'un noble, ne se mesurait jamais à sa richesse matérielle, au luxe de ses demeures et propriétés. Seules, sa bravoure, son écoute, ses conseils, son dévouement, sa générosité et son hospitalité, à l'égard de son peuple posaient la marque des grands hommes. Ainsi il était courant qu'ils offrent des fêtes et d'énorme festin d'une magnificence sans compter et sans limite, à toute heure. ( ca vous rappel pas Asterix et les Gaulois :humour!!)
noble.01.prince.
noble.01.prince. noble.02a.jpg
noble.02a noble.02b.jpg
noble.02b
- Les nobles :

ans la hiérarchie tcherkesse après le prince viennent les nobles, qui se subdivisent en haute et basse noblesse, et les vassaux qui ont avaient mains libres dans leurs fiefs en échange de leur allégeance. Une coutume particulière, l'Atalique (Ataliqate = le parrain), par laquelle les enfants des princes sont confiés à un jeune âge aux vassaux pour être élevés et entraînés sur un mode militaire, jouant un rôle important en renforçant le rapport entre le prince et ses nobles.
En dessous de la noblesse venaient - les citoyens d'honneur et - les paysans libres,
puis - les paysans d'obligation
et finalement - les esclaves et les bandits qui exécutaient les taches serviles, ces derniers étant principalement des captifs de guerre.
noble.03.
noble.03 noble.04.
noble.04 noble.05.
noble.05 freepeasant.
freepeasant

Cette structure pyramidale a assuré l'existence de beaucoup d'unités sociales en inter cohésions, qui parfois semblaient suspecte. Un seul prince n'était jamais assez puissant pour soumettre les autres princes afin d'établir une autorité centrale. Le cas du prince kabarde Temriuk lors des fiançailles de sa fille avec le Tsar russe Ivan 'Le Terrible' illustre clairement ce fait. Les seuls bénéficiaires immédiats de cet union furent les fils et les parents du prince Temriuk et leur progéniture, certains d'entre eux entrèrent en service dans la cour impériale russe et établirent la puissante dynastie princière de Cherkassky dont les descendants vivent toujours actuellement. Il est évident que la majorité de princes Kabardes ont refusé d'accepter cette alliance profane car elle ne leurs a apporté aucun avantage. C'est en fait cette structure qui mena la politique russe a continuer sur les divergences futiles entre les élites kabardes. (src. Lemercier-Quelquejay). Les politiciens russes n'ont jamais été capable de comprendre la nature de la société Kabarde, qui était diamétralement opposée à leur organisation autocratique centralisée. .

A la fin du 18ème siècle, Malgré sa nature féodale la société circassienne montrait des signes important de changements qui tendaient vers une nouvelle phase de stabilité et de prospérité. Les rudiments de la société civile prenaient lentement mais sûrement racine. Par les contacts marchands avec les Européens, particulièrement les Génois, quelques intellectuels circassiens ont commencé à réaliser que la modernité et le progrès étaient les marques qui guideraient la société vers la prochaine étape de l'évolution au delà du féodalisme."
Paul B. Henze énonce dans son étude sur « la résistance circassienne envers la Russie » :
"Après les Georgiens et les Arméniens, les Circassiens ont été, de tous les peuples du Caucase, les plus vigoureux à développer les moyens nécessaires pour instaurer la Nationalité. Ils ont des traditions dont les racines se prolongent de nouveau à l'aube de l'Histoire formelle.
La civilisatuion tcherkesse était dans sa phase la plus cruciale de développement. Il aurait fallu la bonne volonté du destin. C'est l'une des ironies les plus durs de l'histoire circassienne, car à ce moment La Russie lança sa guerre ruineuse qui a poussé la nation au bord de l'extinction, durant plus deux siècles d'affrontements et d'embargos.


Quant à L'Histoire, en voici une petite introduction qui prend légitimement sa place ici puisqu'elle est a l'origine de notre présence et de notre volonté de VOUS FAIRE PARTAGER notre Existance.
h.adyga.15.jpeg
h.adyga.15.jpeg cost.adiga16A.jpeg
cost.adiga h.kabarde2.jpg
h.kabarde
____
TOP

02 - La Guerre Russo-Caucasienne:

Du Moyen-Âge jusqu'au 17ème siècle, malgrés des tentatives d'invasions successives, la Circassie restait principalement pacifique et calme.
Après l'abdication de l'Horde d'Or, (de l'Empire Tartare de Kipchak fondé par Batu Khan, petit fils de Genghis Khan,) sur les bancs du fleuve Volga, à la fin du 16ème siècle, La Russie a commencé à avancer du sud de la russie vers les steppes nordiques du Caucase dans un processus des conquêtes progressives.
Des l'an 1700, les Cosaques s'étaient fermement établis dans la région de Stavropol (cf. carte ci après). Les Circassiens de plaines du Nord furent graduellement poussés vers le sud dans leurs montagnes entre 1763 et 1793. Les Russes construirent une ceinture des forteresses qui furent utilisées comme tremplins pour préparer leur expansion.
A la fin du 18eme siècle la plus part de la Kabarda était sous contrôle russe. Certains Kabardes, abusé comme Hajarat, immigrant ou fugitif, qui ont refusé d'accepter l'hégémonie russe, ont migrés à l'ouest dans les régions nommée actuellement République Karachai-Cherkess et République Adighey.
stavropol

Pendant le premier quart du 19ème siècle, les Russes n'ont fait aucun gain durable en Circassie. En 1829, La Turquie a accordée à la Russie une main libre dans le Caucase par le Traité d'Adrianople, bien que les Ottomans n'ont eu aucun pouvoir sur la Circassie, mais ils contrôlaient les régions du Moyen-Orient qui se trouvent au sud du Caucase.
Ainsi ensuite, La Russie s'est embarquée sur une guerre d'usure indigne, qui a rencontré une résistance féroce des tcherkesses durant 35 années. Tous les augures s'accumulaient lourdement contre les circassiens, dont la mains d'oeuvre et les ressources étaient limitées sur leur territoire encerclé, subissant un embargot à tous niveau pendant plus d'un siècle. Ils n'avaient pas de réparti possible face au flot continu et incessant des canonniers russes en contre bas approvisionnés de façon quasi illimité.
A première vue On est tenté de supposer que les Circassiens, aux vues de leur perte, n'avaient jamais vraiment saisi la pleine ampleur de la force et de la cruauté de la machine de guerre russe. Mais en réalité d'une certaine manière ont comprend de part leur Code des Traditions, qui reposait sur des principes de chevalerie et d'honneur, que les Tcherkesses n'avaient pas d'autre destinée dans leur coeur que de se battre jusqu'aux derniers et malgré tous.

Les Circassiens, jusqu'au dernier moment, ont entretenu l'espoir que les puissances occidentales, particulièrement l'Angleterre qui avait des intérêts énormes dans la région, interviendrait en leur nom et les délivrerait des griffes de la Russie. Cette espérance a atteint un crescendo après la défaite des Russes dans la guerre de Crimée en 1857. Mais les alliés ont négligé d'aborder la question caucasienne avec objectivité et humanisme, ceci a engendré dans l'esprit des Caucasiens un sentiment de rancoeur et de trahison vie à vie de l'Europe.
Ensuite, diminués par une défaite coûteuse et humiliante, les Russes ont assouvi leur vengeance sur les montagnards. Ce n'était qu'une question de temps avant que l'inévitable se produise.

Après la reddition de Shamil, le légendaire seigneur de guerre du Daghestan sur le front caucasien oriental, et la cessation de la guerre en Tchétchénie en 1859, l'ours russe s'est tourné à l'ouest vers le Kiakh (les Circassiens), qui tenures bon durant 5 ans de plus jusqu'à la dernière bataille en 1864. Ainsile 21 mai 1864 est la date symbolique de la fin de la guerre russo-caucasienne et marque le début de l'exode massif forcé des habitants vers l'Empire Ottoman et le reste du globe.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 6855
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: Re: CRI DE JÉRUSALEM, JUSTICE DE L'EAU ET VÉRITÉ TOULOUSAINE   Sam 19 Aoû à 2:41

03 - La Conséquence de la guerre russo-caucasienne

Dans cette longue guerre d'usure, les Circassiens ont enduré de lourdes pertes en termes de vie humaine, pas moins de 800.000 morts combattants, et leur pays a été totalement détruit. Beaucoup de tribus ont été éliminées exterminées, notamment l'Ubykh, quelques clans abkhazes, comme le Sadzians, et les Abzakh qui sont actuellement représentés par seulement deux villages dans le Caucase.

Après la guerre, les Russes ont expulsé la majorité des Circassiens vers l'Empire Ottoman en poursuivant une politique de Terreur organisée et systématique. Des villages entiers ont été pillés et brûlés totalement. Des milliers de Tcherkesses épuisés furent massacrés de sang froid par l'armée russe. Ces actes terrifiants, ajoutés à la connivence des Ottomans, eurent comme conséquence un exode de masse qui a irrémédiablement compromis l'équilibre démographique dans la Circassie.
Ils subirent l'un des plus important massacre que certaind expertd l'assimilent à un grand génocide du XIX siècle (The Eurasian Politician - Issue 2 October 2000) dont personne ne parle, oublié suite aux autres regretés génocides du XXème siècle qui se sont accaparés le devant de la scène internationale.
Un detail: rien que lors de l'expulsion de masse, plus d'un million de Circassiens sont morts, dont plus de la moitié a péri sur les routes d'exode.
Peu de considération a été accordée à la tragédie Caucasienne, selon de nombreux historiens, elle constitue un des plus grands nettoyages ethniques de l' Histoire.

Les tcherkesses qui sont restés dans le Caucase, environ 150.000, ont été obligés de s'installer dans les plaines nordiques du Caucase où il était plus facile de les surveiller. L'expulsion de masse des Abzakh et des Beslanays, qui occupèrent la partie centrale de la Circassie, montre comment les Circassiens ont été efficacement séparés en trois entités principales avec d'énorme modifications géographiques: Les Kabardes à l'est de la Circassie, les Abkhazes dans le sud-ouest, et le reste du Kiakh décimé dans le nord-ouest. Ceci n'était qu'une illustration de plus de la maxime "diviser pour mieux régner" . On note à ce stade que pendant la règlementation soviétique, quatre entités circassiennes devaient s'établir le long de ces mêmes divisions territoriales. La côte nord-est de la Mer Noire était totalement dégagée de la présence circassienne. La mère patrie était prête pour la colonisation slave.

Il est remarquable qu'avant le début de l'agression russe, la nation circassienne était la plus grande dans la totalité du Caucase. Rétroactivement, il est possible de calculer le nombre de Circassiens qui auraient habité dans le Caucase aujourd'hui, si les russes ne s'étaient pas embarqués dans leur guerre dévastatrice. Ce chiffre correspondrait au minimum à 10 millions . Si ce nombre est comparé à celui des Caucasiens du nord-ouest habitant réellement dans le Caucase actuellement, ce qui représente environ 1 million, alors on peut commencer à apprécier la pleine ampleur du désastre qui leur est arrivé. (sources: Amjad.Jamoukha)
adiga.in.syria.jpeg
adiga.in.syria.jpeg adiga.in.jordan.jpeg
adiga.in.jordan.jpeg adiga.in.jordan2.jpeg
adiga.in.jordan2.jpeg

Apres l'Exode, les Circassiens se sont en grande partie répandus à la surface du globe (principalement la Turquie, Jordanie, Syrie, Israel, Etats Unis d'Amérique, pays de l'Est (Balkans...), Allemagne et meme en écosse et irland )([ce qui a donné une musique et une danse "jigs irlandais"Cercle Circassien" jouée meme en bretagne.]) et ont lutté durant plus de cinq générations pour pérenniser l'organisation de leur structure sociale et affirmer leur identité ethnique unique.
La plus part, égard à leur us et coutumes, intégrèrent des carrières de dirigeants politiques et surtout militaires (généraux et amiraux dans quasiment tous les pays intégrés). Ils construirent Amman (la capital de la Jordanie) et assurèrent à la dynastie Hachémite de Jordanie une protection sans égale jusqu'à aujourd'hui, d'ailleurs le Prince Ali Ibn Hussein,que nous saluons avec égard, leur a rendu hommage en effectuant un voyage avec des cavalier tcherkesses, de la Jordanie jusqu'au Nord Caucase, à cheval durant l'année 1998 (le 9 Septembre pour 50 jours).(figaromagazine.cahier.n3.31/07/2004.n°18657, Maher Attar, Olivier Michel).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 6855
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: Re: CRI DE JÉRUSALEM, JUSTICE DE L'EAU ET VÉRITÉ TOULOUSAINE   Sam 19 Aoû à 2:42

"Je savais me servir d'un poignard, j'étais né au Caucase" : Pouchkine
01 - Les Amazones : Femmes Guerrieres

Faits important à remarquer car précurseur et unique au monde en ces temps :
les Tcherkesses avaient, initialement,un systeme matriarcal. Les femmes tcherkesses occupaient donc depuis toujours une place importante dans la communauté. Le respect était légitimement partagé. Ainsi elles savaient se battre, manier les armes et monter a cheval, aux cotés des hommes. Les tcherkesses comptaient dans leurs rangs des divisions de femmes guerrières, très puissantes,rapides et habiles, qui formaient mêmes parfois les premiers rangs aux combats.
Voila comment naquit le mythe des Amazones dans la Grece antique qui était proche du Caucase et avait des echanges actifs avec les adyga!

Un récit saisissant par sa vérité et sa noirceur: lorsque la soif de justice et de liberté s'expriment ....
« Quand les habitants d'Akhoulgo furent assiégés par l'armée russe en 1837, les femmes combattirent aux cotés des hommes ; quand leurs munitions furent épuisées, elles lancèrent des rochers sur les troupes qui avançaient ; quand il n'y eut plus de rochers les hommes se précipitèrent d'en haut sur les baïonnettes. Et quand les hommes furent morts, les femmes lancèrent leurs enfants comme des projectiles humains, avant de sauter à leur tour. Telle était leur résistance désespérée, et telle l'atmosphère de violence à laquelle ils étaient accoutumés. »(source L.Blanch)

____
TOP

02 - L'Histoire :

L'art de la guerre fait partie intégrante de la vie des adyghés, son origine est simple. Les Tcherkesses vivent sur une terre de paradis, où nombreuses ressources sont abondantes, mais le principale vecteur c'est que le Caucase occupe la place centrale du monde des conquérants du passé. Il délimite la frontière directe entre l'Occident et l'Asie, entre l'Occident et le Proche Orient. Ainsi les rêves, de conquête et d'expansion passaient obligatoirement par la traversé des montagnes du Caucase!
De tout temps, les peuples caucasiens se sont battus. Ils se battaient entres eux ou contre les envahisseurs, avec une fureur égale.
Des vague successives de conquérants en puissance avaient trouvé en eux un ennemi terrible: ainsi les batailles furent sans cesse, notamment contre les plus impitoyables conquérants de l'Histoire qui échouèrent dans leurs tentatives: Des légions romaines, Arabes, Attila 'le Hun', Genghis Khan, Tamerlan, Pierre 'Le Grand', jusqu' à Charlemagne. Sans oublier les Perses, qui appelaient le Caucase « Seddi Iskandar » la Barrière d'Alexandre (Le Grand). Car Alexandre 'Le Grand', le puissant guerrier, lancé à la conquête du monde, avait rencontré là son premier échec !

A ce propos on raconte que :
Alexandre Le Grand, sous le conseil avisé de ses généraux, contourna le Caucase lors de son invasion de l'Asie pour une simple raison : L'égalité de l'homme et de la femme Tcherkess à combattre l'ennemi, instauré depuis leur origine.
Des lors tout homme de l'époque dirait :
« Si je remporte la victoire contre une femme alors le monde entier dira qu'il n'y a pas de gloire en cela ni de difficulté !
Et pire encore si la défaite survient (ceci étant très probable vue la dextérité de ses somptueuses femmes!)
Alors le déshonneur s'abattra sur moi et mon Empire !! " Ainsi il vaut mieux renoncer à la conquête de cette merveilleuse contrée.
Et Alexandre s'en alla en Chine laissant le Caucase...

Seul le Caucase barrait aux russes la route directe vers les Indes et les pays Arabes. Il s'opposait ainsi au rêves lointain d'expansion colonial vers l'orient .
Un journaliste politique britannique écrivit en 1840 : « L isthme caucasien et la Circassie sont les clefs de toutes les entreprises que la Russie projette en Orient » pour la Grande Bretagne en particulier, le succès de la cause circassienne doit être considéré comme de première importance pour la sécurité de ses possessions indiennes et le maintien de la haute position qu elle occupe et doit conserver en Asie centrale. La seule présence d'une flotte anglaise en mer Noire serait un avertissement pour les Turcs, les Persans et les Tartares de Crimée ((descendant de Gengis kan, vestiges du grand empire mongole en Europe)) qui reconnaissent actuellement à la Russie le droit d armer ». on se rend bien compte de l enjeu stratégique du Caucase, qui était cerné de toute part.

L'Histoire du Caucase atteignit son apogée alors que les armées russes avancèrent vers l'est, acquerrant les provinces d'Asie et du Proche-orient (18eme-19eme siècle). Apres la défaite de Shamyl (l'Avar du Daghestan qui interdit aux Tchetchenes de capituler sous la pression de la machine de guerre russe) les tcherkesses qui avaient toujours eu une volonter d'indépendance ont du finalement s'unir. Toutes les tribus guerrières se rassemblèrent alors vers la moitier du 19ems siecle, mais un peu tard, pour former une force terrible.
war.2.jpg
____
TOP

03 - la Passion Meurtirere :

En plus de cela les tribus du Caucases passaient la plus part de leur temps libre à se faire la guerre, comme si « le repos du guerrier » n'avait pas d'interet chez les Tcherkesses.

« Les adyghés écrivaient des poèmes d'amour à leur poignards comme à une maîtresse, et allaient au combat comme à un rendez-vous d amour. »
Ils vivaient et mouraient pour le Kama (poignard). "Se battre, c'était la vie même , pour ces peuples les plus beaux du monde", disait-on. (source L.Blanch)
"Le coeur de la race battait au rythme des combats. La vengeance était leur foi, la violence leur climat. Tel fut le Caucase tout au long de son Histoire légendaire.. (L.B)

A chaque bataille: Ils bondirent sur la scène, dans un éclat d'acier tel un coup de tonnerre. Ils étaient flamboyants, on aurait dit des princes des ténèbres, le caractère dramatique de leurs étendards noirs s'harmonisait avec leurs décors montagneux de rochers escarpés. La chaîne de hautes montagnes dominait les villages fortifiés (AOULS) qui surplombaient, tel des nids d'aigle, des ravins si profonds que jamais aucune lumière ne pénétrait dans ces abîmes où même les chauves souris volent encore en plein jour et où des torrents font toujours rage accompagnés des hurlements du vent.

Pour les Tcherkesses :
La cruauté était accessoire, elle faisait partie du prix à payer pour maintenir l'idéal austère de justice et de revanche, inséparable de l'honneur. Pour eux, la vie sans honneur était impensable, ils vivaient et mouraient, ainsi selon certains principes, toujours avec le vent de la liberté soufflant dans leur direction.

"Ils semblaient sauvages mais avec quelque chose de la grandeur de leurs montagnes." (L.B)

Le prestige d'un prince adyghe ne se mesurait jamais à sa richesse matérielle, ni au luxe de ses demeures et propriétés. Seules, sa bravoure, son écoute, ses conseils, son dévouement, sa générosité et son hospitalité, à l'égard de son peuple, posaient la marque des grands hommes. Ainsi il était courant qu'ils offrent des fêtes et d'énormes festins d'une magnificence sans compter et sans limite, à toute heure. ( ca vous rappel pas Asterix et les Gaulois :humour!!)

Le principal intérêt pour l'apparat d'un chevalier se réduisait à de la coquetterie: au respect, porté à la beauté des armes et à la qualité des montures. les montures dont la Race de cheval Kabardin était reconnu par tous.
"Le cavalier emmené par sa monture file tel un aigle fondant sur sa proie","plus féroces que les loups du soir","Leur chevaux sont plus vifs que des léopards", disait on des Cherkess.(L.B)

« Je savais me servir d un poignard, j étais née au Caucase » disait Pouchkine.

« J'en suis a ma onzième têtes » se flattait un prince caucasien de douze ans qui enviait le sac paternel de 24 têtes rebelles coupées, a qui son accent parisien valut l'admiration d'Alexandre Dumas (les Trois Mousquetaires).

Des légendes sur le Caucase "Imprenable" se perpétuaient en Perse, où un proverbe disait : « Quand un chah (empereur de perse) est fou, il s'attaque au Daghestan ! »

Certains envahisseurs n'étaient même pas considéré par les tcherkesses comme digne d'une bataille rangée.
Nadir Chah (prince de Perse) ayant conquit l'Inde et ses multiples royaumes embrasés décida de soumettre le Daghestan et les provinces Adyghés du Caucase mais il rencontra une furieuse armée d'Amazone ( = constitué uniquement de divisions de femmes) et fut battu. Les hommes caucasiens n'avaient pas jugé qu il valût la peine de s'en mêler.

Proverbe tcherkesse:« Quand le sang cessera t'il de couler dans les montagne ? quand la canne a sucre poussera dans la neige. »

Qui dit Caucase, dit Extrême qui dit Russie dit Excès : sur les champs de bataille, Extrême et Excès s'affrontèrent avec de terribles conséquences. les envahisseurs russes, toutes les forces armés du Tsar dans le sud, se trouvèrent minuscules devant ces puissantes montagne dressées comme une grande muraille. elles semblaient être la frontière de l'Europe.

Trois échos résonnaient dans le Caucase : les tambours appelant les peuples à la guerre et battant les rythmes sauvages et endiablés de la Lezghinka ; le vent hurlant par les défilés et les précipices ; et le son de l'Accordéon ou de la flûte joué par un berger!

Il y régnait une atmosphère de séduction, d'aventure et d'intrigue, le Caucase est un de ces pays sévère et exotique, hostile et attirant à la fois. Chevaleresque et sans merci.
war.1.jpg
____
TOP

04 - Les Lois de Guerre :

Seul une maison qui ne contenait plus de combattants, était considéré comme pauvre et on lui accordait la pitié.

La Vendetta :

Si il existe un endroit au monde où la Vendetta est née, c'est bien au Caucase, cette pratique trop courante par le passé subsiste encore à moindre échelle heureusement et toujours tout au moins dans les coeurs des plus pacifistes, guidés aujourd'hui par la piété et le pardon. Dans les coutumes tcherkesses la Vendetta, la vengeance (Kanly) se poursuivait de génération en génération, allant même jusqu'a ce qu'il ne reste plus aucune entité de la famille adverse, pour réparer la perte de l'être cher.
Vengeance et violence, tel fut le Caucase tout au long de sa vie, dont l'apogée se situa au début du XIX siècle lors des premiers échec de l invasion de l armée russe affrontant Chamyl qui su fédérer une grande partie des tcherkesses pour former une force de destruction.

Trophées de guerre :

les mains et les têtes d'ennemis représentaient toujours une bonne monnaie au Caucase, et le prestige d'un guerrier pouvait dépendre du nombre de mains pendant à sa selle !
les oreilles étaient finalement un moyen moins encombrant d indiquer le nombre de têtes tranchées, étaient habituellement pendues le long de la lanière du fouet. !
Lorsq'un chef tchétchène trouva son fils mort au combat, il découpa le corps de son fils en 60 morceaux qui furent envoyés à toute la famille et aux vassaux de son armée, par 60 cavaliers. Pur chaque morceau, une tête d'ennemi fut retournée, ainsi la mort de son fils fut vengée

____
TOP

05 - Les Armes Cherkess

Les armes faisaient presque l'objet d'un culte, on les chérissait comme son honneur même. Dans le Caucase et a Tiflis, Les armuriers caucasiens travaillaient les superbes lames damasquinées (style de Damas, Syrie) pour lesquelles ils étaient célèbre dans le monde entier.

Dans ce climat de drame, où la vengeance était le premier principe, les armes acquerraient un caractère voir une entité propre :
« J'ai été faite pour le prince Ammalet »
« Je t'aiderai de jour comme de nuit, légalement et illégalement »
« Je suis lent à l'offense, prompt à la vengeance »
Voila des inscriptions que l'on pouvait voir sur les kamas

« Que ton kama se rouille » était une grande insulte, telle une malédiction, proféré à un homme: car voulait dire qu'il ne rencontrerait pas de guerrier qui se donne la peine de l'affronter.

Le Kama : souvent nommé a tort "Kindjal"
war.kama.dague
Album

L'arme inséparable du Tcherkess.
C'est une Dague, un poignard à rainure, à double tranchant, arme droite et légère, d'une longueur de 60 cm environ, porté à la ceinture sur le flanc.

Nul adyghé n'était vraiment vêtu sans son Kama !
Les femmes portaient un poignard plus petit mais à peine moins redoutable passé dans leur ceinture. On employait le kama comme un sabre, frapper de taille était de rigueur, tuer avec la pointe manquait d'élégance.

La Shashka :
sabres
Album

Enorme Sabre à peine incurvé.
D'aspect la Shashka (chachka) était intermédiaire entre un sabre classique et une épée droite.
Pourvue d'une lame a doubles tranchants, aussi efficace pour trancher que fourrer. La lame pouvait être creusée. Elle se portait dans une gaine en bois qui renfermait une partie de la poignée. Il n'y avait aucune garde, mais un grand, pommeau incurvé. La poignée était souvent décorée avec grand soin.
La Shashka était portée avec le tranchant vers l'arrière, a l'opposé du sabre classique. C'était une forme de sabre typiquement caucasienne (circassienne), plus longue que le sabre de type cosaque. Ce Sabre était pesant afin d augmenter la cinetique du geste.

La Shashka, très efficace fut victime de son succès. Les Troupes russes, après avoir croisé le fer contre la Shashka pendant leur conquête du Caucase, l'ont préféré à leurs propre sabre. elle a progressivement remplacée le sabre dans toutes les unités de cavalerie excepté des hussards pendant le 19ème siècle. Elle a été adopté d'abord par les corps russes - caucasiens - : "les Cosaques" qui avaient reçu ce type d'épée très tôt, dans les années 1830. Puis également en 1882, quand la cavalerie cosaque fut réorganisée, les « dragons » en furent armés.
Durant le 19ème siècle elle fut importée en Allemagne.
Plusieurs formes de Shashka furent portées par la cavalerie soviétique lors de la deuxième guerre mondiale.

Les Armes a Feux
Pistolets et Fusils....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 6855
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: Re: CRI DE JÉRUSALEM, JUSTICE DE L'EAU ET VÉRITÉ TOULOUSAINE   Lun 21 Aoû à 3:54

TIGNARD YANIS‏ @TIGNARDYANIS 19 août
NIETZSCHE EN CRÉANT LE PERSONNAGE DE ZARATHOUSTRA EN RESPECTANT LE RÉEL ET L'HONNEUR DE L'ÉCRIT M'A OUVERT LA PORTE CONTRE LE FANATISME. TAY

LA FORCE DE ZARATHOUSTRA EST DE RETROUVER LES HISTOIRES ANCIENNES ET MONTRAIT AUX PEUPLES COMMENT LE RÉALITÉ EST DEVENUE UN MYTHE. TAY

LUCIEN ÉCRIT QU'À LA MORT DE EPICTÉTE, UN HOMME SOT ACHETA SA LAMPE DE TERRE EN ESPÉRANT Y OBTENIR QUELQUES LUMIÈRES: LE GÉNIE D'ALADIN. TAY

EPICTÉTE EST AIMÉ PAR DESCARTES ET KANT; IL Y A L'HISTOIRE DE LA LAMPE DE TERRE ACHETÉ 3000 DRACHMES: AINSI EST NÉ LE GÉNIE D'ALADIN. TAY

SI LA PLUPART DES AUTEURS N'APPLIQUENT PAS LA DOCTRINE DE EPICTÉTE, SES DOCTRINES MORALES ONT MARQUÉ LES PILLIERS DE LA SAGESSE LIBRE. TAY

EPICTÉTE, FONDATEUR D'UNE ÉCOLE À NICOPOLIS EN ÉPIRE. SON ENSEIGNEMENT FUT TRANSMIT PAR ARRIEN DE NICOMÉDIE: "ABSTIENT TOI ET SUPPORTE". TAY

ÉPICTÈTE EST UN HOMME DIGNE DONT LA RAISON N'EST PAS PARFAITE MAIS IRRÉPROCHABLE DANS L'ASPECT DU SOCIAL ET DE LA COMMUNICATION: JUSTE. TAY

ÉPICTÈTE PRÊCHE LA LIBERTÉ INTÉRIEUR ET LA SOUMISSION À LA RAISON: IL CONFONDS DONC LA CONVICTION DE CONSCIENCE AU JUGEMENT DE LIBERTÉ. TAY

L'HISTOIRE DE EPICTÈTE ET DE EPAPHRODITE. CELLE D'UN ESCLAVE ACHETÉ PAR UN ESCLAVE: L'HISTOIRE DE L'IMPASSIBILITÉ ET DE LA JAMBE BRISÉE. TAY

LE SAGE EST LIBRE EN LA LOI DU CYLINDRE ET IL REDEVABLE DEVANT L'ASSISTANCE D'UN PEUPLE QUI SE STRUCTURE EN INDIVIDUALITÉ CONVERGENTE. TAY

FIRE HOLE RIVER IN YELLOWSTONE: A VERY NICE STYX... TAY https://www.youtube.com/watch?v=OQWqUIp1_mI&sns=tw … via @youtube

MilitaryHealth‏Compte certifié @MilitaryHealth 19 août
Join us on Aug. 23 from 2-3 PM EST for the #ImmunizeTogether twitter chat, we’ll have our SME Col. Rans answer all of your questions.

TIGNARD YANIS‏ @TIGNARDYANIS 20 août
DIMANCHE 20 AOÛT 2017, J'IGNORE L'ACTUALITÉ RÉELLE DU MATIN QUI SE LÈVE TOUT COMME CELLE DE CEUX VONT SE COUCHER: L'ÉCLIPTIQUE NATURE. TAY

LE SILENCE SE FAIT ENTENDRE DANS LA NUIT ET DE LES ÂMES FONT ENTENDRE LE VROMBISSEMENT DE LEURS MOTEURS: GARDER ESPÉRANCE EN L'ÉTHIQUE. TAY

TIGNARD YANIS‏ @TIGNARDYANIS 15 hil y a 15 heures
J'AIME ADRESSER UN ESPOIR EN L'HORIZON DE L'ÉTERNEL ET DANS LES ÉVOLUTIONS DU VENT OU UNIVERS; LE SILENCE NE RONGE PAS LE TEMPS: VIVRE. TAY

LA LAÏCITÉ SE RENDS COMPTE QU'IL Y A PLUS DE PHILOSOPHIES QU'IL N'Y A D'EXISTENCE SUR LA TERRE CAR LES MEUTES CHERCHENT CHEFS ET IDÉES. TAY

L'ÂME SE TROUVE DEVANT TROIS EXTRÉMISTES BASÉ SUR LEURS ASPECTS DE VÉRITÉ: L'ATHÉISME, LE RELIGIEUX ET LE MENTEUR, SE REVENDIQUANT ÊTRE. TAY

LA PERSONNALITÉ SE CONFRONTE AUX AFFIRMATIONS SI CELLES-CI N'ESSAYENT PAS D'INCULQUER LEURS PROPRES PENSÉES DE PEUR SUR LA SURVIE. TAY

LA MÉDITATION ET LA CONSCIENCE PEUVENT ÊTRE UN REFUGE DE L'ÂME MAIS, UN JOUR CELLE CI DOIT SE CONFRONTER À LA SOCIÉTÉ: L'ADVERSITÉ. TAY

L'ÉTHIQUE ET L'ÉVOLUTION SONT DES POINTS COMMUNS ET DIVERGENTS DE L'EXISTENCE HUMAINE DE L'ÊTRE CAR L'ACTE LIÉ À L'ESPÉRANCE, O ÉTERNEL. TAY

PARTAGER EST UN SENTIMENT PLUS FORT QUE DOMINER: DES EXTRÉMISTES VEULENT NOUS FAIRE RETOURNER DANS DES CONDITIONS DE VIE LIÉ À LA HAINE. TAY

IL EST UN ACTEUR QUI A SU CHOISIR CES PHÉNOMÈNES D'EMPRUNT DANS CES RÔLES TOUT EN Y INCLUANT UNE ÉTHIQUE DE SOI, C'EST CHARLTON HESTON. TAY

L'ÉPROUVETTE N'EST PAS LA FIOLE ET L'APTITUDE N'EST PAS L'ÉTHIQUE; L'ÉVOLUTION DES EXISTENCES: DE CHARLTON HESTON À ANDY SERKIS. VUES DE TAY

VOUS ÊTES UN MONDE OÙ LA MÉTAPHYSIQUE DÉVORE LA SCIENCE FICTION DANS LA PLANÈTE DES SINGES DE PIERRE BOULLE: LE SILENCE RONGE LE TEMPS. TAY

L'OEUVRE DE PIERRE BOULLE EST INCROYABLE PLUS ANTHROPOLOGUE QUE CELLE INTERPRÉTÉ PAR CHARLTON HESTON QUI FUT LE PREMIER À LE DIRE. TAY

CE NOUVEAU METTEUR EN SCÈNE DE LA PLANÈTE DES SINGES A DÉTRUIT DES ASPECTS ANTHROPOLOGUES POUR LES TRANSFORMER EN DES 21 JUMP STREET. TAY

LINDA HARISSON, NOVA, PILLIER DU RETOUR DE L'OEUVRE DE PIERRE BOULLE OÙ LE TEMPS DÉFORMÉ PAR LA NAISSANCE D'UN BÉBÉ DONNE UN AUTRE MOMENT. Y

DANS L'OEUVRE DE PIERRE BOULLE, HOMMES REVIENNENT À LEUR ÉPOQUE QUI EST DEVENUE LA PLANÈTE DES SINGES: TIM BURTON A TENTÉ UNE RÉPONSE . TAY

J'AURAI AIMÉ SAVOIR COMMENT L'ASTRONAUTE DE TIM BURTON AURAIT VÉCU DANS LA PLANÈTE DES SINGES ET RÉPONDRE AU RETOUR DE PIERRE BOULLE. TAY

DANS CETTE NOUVELLE PLANÈTE DES SINGES, JE DÉPLORE CORNELIUS ET ZIRA PUIS CETTE DÉCOUVERTE DE PIERRE BOULLE: LA METAPHYSE ANTHROPOLOGUE. TAY

POURTANT, DANS LA NOUVELLE PLANÈTE DES SINGES, J'AIME BIEN LE VIEIL OURAN OUTAN, ABANDONNÉ PAR UN CIRQUE ET DEVENU LE PROFESSEUR DE CÉSAR. Y

ON A CRITIQUÉ 300 DE DIRE DES CLIVAGES ET DES CLICHÉS SUR LES CIVILISATIONS MAIS LA NOUVELLE PLANÈTE DES SINGES EST UNE GUERRE DE GANG. TAY

DANS CETTE NOUVELLE TRILOGIE DE LA PLANÈTE DES SINGES, ON DÉVELOPPE RIEN ET MÊME ON L'AMPUTE DE SON ASPECT SPARTIATE DE SCIENCE FICTION. TAY

L'ORIGINALITÉ DES SAGA DE LA PLANÈTE DES SINGES AVEC CHARLTON HESTON PUIS DE TIM BURTON S'EST LA VISION SUR L'OEUVRE DE BOULLE PIERRE. TAY

DÉCÈS DE JERRY LEWIS. DE TRÈS NOMBREUX COMIQUES ET COMÉDIENS VONT LUI RENDRE UN GRAND HOMMAGE DONT MICHEL LEEB, NÉ LE 23 AVRIL 1947. TAY

SAN FRANCISCO RADIO POUR BARCELONE ET À CEUX QUI LUTTENT POUR LE PARTAGE. TERRITOIRE BRITANNIQUE DE GIBRALTAR. TAY
Jacques Brel - La Quete
https://twitter.com/TIGNARDYANIS
TAY

COUP DE GUEULE
DU CITOYEN TIGNARD YANIS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 6855
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: Re: CRI DE JÉRUSALEM, JUSTICE DE L'EAU ET VÉRITÉ TOULOUSAINE   Mar 22 Aoû à 3:30

TIGNARD YANIS‏ @TIGNARDYANIS 17 hil y a 17 heures
LA CONSCIENCE EST DE SAVOIR COMMENÇAIT LÀ OÙ LE MONDE A COMMENCÉ: LE MOUVEMENT CRÉA LA LUMIÈRE ET LA CONVICTION ENGENDRA L'ÉTHIQUE. TAY

EN TERME DE PAIX ET DE DIPLOMATIE, NOUS LE VOYONS AVEC L'ALLEMAGNE ET LA RUSSIE, IL Y A UN PASSÉ VIF ET UN SOUVENIR DU MUR DE BERLIN. TAY

NOS CÉRÉMONIES SONT BASÉES POUR NE PAS RÉITÉRER DES ERREURS DE GUERRES ET DE CONSCIENCES: MAIS LA RANCOEUR ET LE PROFIT DEMEURENT HÉLAS. TAY

LE TERME DE KHALI FAIT PEUR CAR IL Y A EU DES FANATIQUES QUI ONT TRANSFORMÉ DES LÉGENDES ERRONÉES EN DES ACTES SACRIFICIELS: LA TERREUR. TAY

DES PERSONNES UTILISENT DES ASPECTS DE LA VIE POUR LES TRANSFORMER EN DES DÉMONS MAIS RÉELLEMENT LA NATURE EST HUMBLE FACE AUX TEMPS. TAY

J'AIME LA JALOUSIE EN UNE FEMME SI CELLE-CI EST SUJETTE À UNE INEXPLICABLE POUSSÉE D'ADRÉNALINE: J'AIME LES ENTITÉS DIVINES JALOUSES. TAY

JE NE COMPRENDS PAS LA JALOUSIE MASCULINE D'UN HOMME VERS UNE FEMME OU UN HOMME; L'INVERSE OUI: POUR MOI, LA FEMME EST PLUS ÉROTIQUE. TAY

EN TOUT EN CHACUN, ON PARDONNE À CELUI QUE L'ON AIME: CE N'EST PAS KHALI QUI A COUPÉ LA TÊTE DE BRAHMA MAIS LE GRAND SHIVA: À MÉDITER. TAY

LA FEMME EST DIVINATION EN LA MYTHOLOGIE INDIENNE ET SES ASPECTS SONT BIEN DÉCRIT: IL N'Y A PAS LA FEMME MAIS UNE INFINITÉ DE FÉMININS. TAY

L'ÉCLIPSE DE LUNE TOUCHE LES CÔTES BRETONNES AU JOUR DU 21 AOÛT 2017; CE PHÉNOMÈNE D'UNION ENTRE NOUS, LA LUNE ET LE SOLEIL : L'OCÉAN. TAY
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 6855
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: Re: CRI DE JÉRUSALEM, JUSTICE DE L'EAU ET VÉRITÉ TOULOUSAINE   Mar 22 Aoû à 8:03

Arbre de nuit

Maëlle Ranoux


Sous la lune absente
Je converse avec les géants de la nuit,
Ces arbres qui remuent le noir de leur langage mystérieux
Ou bien
Habitent le silence nocturne.

Je devine au loin
Mon capitaine
Habité par le vent
A la proue de son navire couleur de crème
Blanc
Cassé
Fendu par l’écume du trait du jour naissant.

Maëlle Ranoux

--------------------------------------------


Adieux a la mer

Alphonse de Lamartine


Murmure autour de ma nacelle,
Douce mer dont les flots chéris,
Ainsi qu’une amante fidèle,
Jettent une plainte éternelle
Sur ces poétiques débris.

Que j’aime à flotter sur ton onde.
A l’heure où du haut du rocher
L’oranger, la vigne féconde,
Versent sur ta vague profonde
Une ombre propice au nocher !

Souvent, dans ma barque sans rame,
Me confiant à ton amour,
Comme pour assoupir mon âme,
Je ferme au branle de ta lame
Mes regards fatigués du jour.

Comme un coursier souple et docile
Dont on laisse flotter le mors,
Toujours, vers quelque frais asile,
Tu pousses ma barque fragile
Avec l’écume de tes bords.

Ah! berce, berce, berce encore,
Berce pour la dernière fois,
Berce cet enfant qui t’adore,
Et qui depuis sa tendre aurore
N’a rêvé que l’onde et les bois!

Le Dieu qui décora le monde
De ton élément gracieux,
Afin qu’ici tout se réponde,
Fit les cieux pour briller sur l’onde,
L’onde pour réfléchir les cieux.

Aussi pur que dans ma paupière,
Le jour pénètre ton flot pur,
Et dans ta brillante carrière
Tu sembles rouler la lumière
Avec tes flots d’or et d’azur.

Aussi libre que la pensée,
Tu brises le vaisseau des rois,
Et dans ta colère insensée,
Fidèle au Dieu qui t’a lancée,
Tu ne t’arrêtes qu’à sa voix.

De l’infini sublime image,
De flots en flots l’oeil emporté
Te suit en vain de plage en plage,
L’esprit cherche en vain ton rivage,
Comme ceux de l’éternité.

Ta voix majestueuse et douce
Fait trembler l’écho de tes bords,
Ou sur l’herbe qui te repousse,
Comme le zéphyr dans la mousse,
Murmure de mourants accords.

Que je t’aime, ô vague assouplie,
Quand, sous mon timide vaisseau,
Comme un géant qui s’humilie,
Sous ce vain poids l’onde qui plie
Me creuse un liquide berceau.

Que je t’aime quand, le zéphire
Endormi dans tes antres frais,
Ton rivage semble sourire
De voir dans ton sein qu’il admire
Flotter l’ombre de ses forêts!

Que je t’aime quand sur ma poupe
Des festons de mille couleurs,
Pendant au vent qui les découpe,
Te couronnent comme une coupe
Dont les bords sont voilés de fleurs!

Qu’il est doux, quand le vent caresse
Ton sein mollement agité,
De voir, sous ma main qui la presse,
Ta vague, qui s’enfle et s’abaisse
Comme le sein de la beauté!

Viens, à ma barque fugitive
Viens donner le baiser d’adieux;
Roule autour une voix plaintive,
Et de l’écume de ta rive
Mouille encor mon front et mes yeux.

Laisse sur ta plaine mobile
Flotter ma nacelle à son gré,
Ou sous l’antre de la sibylle,
Ou sur le tombeau de Virgile :
Chacun de tes flots m’est sacré.

Partout, sur ta rive chérie,
Où l’amour éveilla mon coeur,
Mon âme, à sa vue attendrie,
Trouve un asile, une patrie,
Et des débris de son bonheur,

Flotte au hasard : sur quelque plage
Que tu me fasses dériver,
Chaque flot m’apporte une image;
Chaque rocher de ton rivage
Me fait souvenir ou rêver..

Alphonse de Lamartine, Nouvelles méditations poétiques

--------------------------------


Aurore sur la Mer

Renée Vivien


Je te méprise enfin, souffrance passagère !
J’ai relevé le front. J’ai fini de pleurer.
Mon âme est affranchie, et ta forme légère
Dans les nuits sans repos ne vient plus l’effleurer.

Aujourd’hui je souris à l’Amour qui me blesse.
O vent des vastes mers, qui, sans parfum de fleurs,
D’une âcre odeur de sel ranimes ma faiblesse,
O vent du large ! emporte à jamais les douleurs !

Emporte les douleurs au loin, d’un grand coup d’aile,
Afin que le bonheur éclate, triomphal,
Dans nos cœurs où l’orgueil divin se renouvelle,
Tournés vers le soleil, les chants et l’idéal !

Renée Vivien, Etudes et préludes
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 6855
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: Re: CRI DE JÉRUSALEM, JUSTICE DE L'EAU ET VÉRITÉ TOULOUSAINE   Mar 22 Aoû à 8:19

TALMUD DE JERUSALEM ET LIVRES DES JUGES

CITOYEN TIGNARD YANIS RACONTE

La lanterne et le phare.

Ah, ces souffrances nocturnes qui travaillent à sceller nos destins.
Elles ne sont pas telles une fortune qui en vient dénouer ses liens.
Dans les appartenues de sottise, les apparences se font chimères.
Un silence criard fait entendre la note absolue: la sirène de mer.

Quelle est la date ? Tu feuillettes le livre des songes devant le ton.
L'amer qui est remplaçait par le plaisir et le désir supplante l'envie.
Reconnaissance fait signe au phare, la lumière soigne la distinction.
Le cri de la lanterne rencontre l'absolue divinité en moi: la survie.

POEME DE
TAY
LA CHOUETTE EFFRAIE


Dernière édition par yanis la chouette le Mar 22 Aoû à 9:11, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 6855
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: Re: CRI DE JÉRUSALEM, JUSTICE DE L'EAU ET VÉRITÉ TOULOUSAINE   Mar 22 Aoû à 8:51

TALMUD DE JERUSALEM ET LIVRES DES JUGES

CITOYEN TIGNARD YANIS RACONTE YAHVE

Nagalïéw du clan de la Garonne poursuit ses rêves dans les infini
de l'imaginaire et de l'éther. Ses souvenirs ne s'estompent pas
de sa mémoire. O, elle a traversé les souffles du Sahara et les
rugissement des grands océans tel le chameau et l'albatros...

Dans la clarté des anges, des milliers de papillons se distinguent
Dans ses yeux, elle qui approche de ce lieu: Rêves des hommes
Et jamais atteint par aucun d'entre eux sauf les navigateurs nomades.
elle entends alors ses convictions devant sa conscience et ses sœurs !

Telle un vaisseau malade depuis la disparition de Eole partis rejoindre
Le grand vide. Nagalïéw regarde l'escalier de la gravite et sans le moindre
repère part rejoindre cet infini aussi lointain que peut l'être le pacifique.
Minouska regarde son amie dans ce mouvement et miaule un écho...

Dans ce monde de nuances, Nagalïéw et Minouska sont unies de sang.
Ayant des aspects de vies, l'une est écliptique et l'autre est rotationnelle.
Chacune dans le souffle de vie portant sur le concept fondamentale...
Sublime dans le déplacement, je suis dans l'inconnu du commentaire.

Ecrit de
TAY
la chouette effraie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 6855
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: Re: CRI DE JÉRUSALEM, JUSTICE DE L'EAU ET VÉRITÉ TOULOUSAINE   Sam 9 Sep à 3:16

SON PRÉNOM EST NINA, DOUCE NUÉE DU MARCHÉ SAINT CYPRIEN


LA JOIE ME FUT JADIS DÉROBÉE PAR MON EXISTENCE OU PAR LE DESTIN LUI MÊME.
UNE CHATTE PRÉNOMMÉE MINOUSKA ME RAPPELA L’ESPÉRANCE ET ME REPRIT AU CROIRE
DE L'ESPOIR. DANS LA PÉRIODE DE LEADER PRICE ET DE MON EXÉMA, ELLE FUT PILIER
DE MON ENTRETIEN AVEC LA NATURE ET LES PRINCIPES DE LA VIE: LA MANIÈRE D’ÊTRE

LA JOIE EST VENUE DANS UN SENTIMENT SIMPLE, PAR UN SOURIRE TIMIDE ET SERVIABLE
QUI PORTE UNE VOIX DOUCE ET AIGRE. CETTE PERSONNE CALME ME REGARDA ET
UN SENTIMENT BIZARRE NAQUIT DANS MON CŒUR: JE FUT SUBJUGUE PAR SON CALME.
DOUCE ET AFFIRMÉE AFFRONTANT LES INTEMPÉRIES DE LA PLUME ET DU VERBE
SACHANT JONGLER SUR LES ASPECTS DU MARCHE ET HUMBLE DE SON CHARME: LA GRÂCE.

AU LIEU DE M’ÉLOIGNER DU MONDE, ELLE M'EN RAPPROCHE CAR ELLE SAIT ESSUYER LE VERBE
SANS LA MOINDRE GRIMACE ! ELLE EST DANS SON ÉQUILIBRE ET CELUI CI EST SON SECRET.
ELLE EST UN MYSTÈRE DANS LA PLÉNITUDE DE SES MOUVEMENTS DIGNE DES BEAUX NUAGES.
DANS SON CALME, J'Y APERÇOIT DES RÊVERIES MYSTÉRIEUSES: DES SONGES ÉNIGMATIQUES.

DANS LA CLARTÉ DE LA LUMIÈRE TOUT COMME DANS LE SONGE DE LA NUIT; IL EST DES FAITS
QUE L'HOMME NE PEUT OUBLIER. JE NE CHERCHE DONC PAS DE RAISONS SUR MES SENTIMENTS.
LA JOIE EST UN MERVEILLEUX SENTIMENT DANS LE BONHEUR TOUT COMME DANS LE MALHEUR.
ELLE FAIT PARTI DE SES PERSONNES QUI ME REDONNE SOIF AU BONHEUR: ELLE EST NINA.

ECRIT DU
CITOYEN TIGNARD YANIS
ALIAS
TAY La chouette effraie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: CRI DE JÉRUSALEM, JUSTICE DE L'EAU ET VÉRITÉ TOULOUSAINE   

Revenir en haut Aller en bas
 
CRI DE JÉRUSALEM, JUSTICE DE L'EAU ET VÉRITÉ TOULOUSAINE
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» La justice de Raphael [Terminé]
» Jérusalem diapo
» HAITI-Justice : Un Système Judiciaire Qui Pirouette.
» Les oubliés de la Justice haitienne...
» Haïti : La justice américaine émet un mandat international contre l’ex-président

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le clans des mouettes :: Le clans des mouettes-
Sauter vers: