Le clans des mouettes

ainsi est la force.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Y'becca, LeSaule pleureur, Salix babylonica et sa République

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
yanis la chouette



Nombre de messages : 6019
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: Y'becca, LeSaule pleureur, Salix babylonica et sa République   Jeu 22 Déc à 9:17

Le Roi Saül (hébreu : שאול - Šā’ûl, Sha'ul « Désiré ») et la République des saules Pleureurs (Salix babylonica).

Enfant, j'ai toujours recherché la sérénité que me procurer un saule pleureur qui y a vécu pendant ma jeunesse dans le cours Dillon de Toulouse. C'était mon endroit secret avec ma mère que j'aimais plus que tout au monde et qui m'a vu grandir... C'était mon lieu de prière avec la chapelle de la Sainte Vierge de l'église Saint Nicolas. Un jour, ce saule pleureur quitta le monde des ombres mais lorsque je suis triste, je recherche cet arbre et sa famille. J'ai rencontré un boxeur qui n'aimait pas la corrida mais qui faisait malgré tout des peintures de corrida pour arrondir ces fins de mois. Son Nom est José Pallacios et il avait un saule pleureur: il me laissa prier: Car oui; je l'avoue... Sous un saule pleureur, je prie... Il m'arrive par moment de l'oublier et il se trouve que voilà un certain temps que je n'ai pas adresser de prières aux saules pleureurs... Oui, j'y crois et je pense que j'ai commis une erreur qui ne s'est pas transformé en péchés car le clans des mouettes est libre de ses pensées: On cohabite dans un ensemble d'un hermaphrodisme singulier et pluriel. Car et ou; le clans des mouettes tout comme tout les autres clans qui le souhaitent, sont sous la protection de la république des Saules pleureurs... O Éternel, il y a par moment, je te trouve étrange et non injuste; et pardonne mes confidences aux saules pleureurs... Je ne les pousse pas à la révolte contre l'image mais contre celui qui cherche à se l'approprier... Et je pense qu'à l'heure actuelle, si je ne parle pas encore de guerre; je ne peux jouer à l’apôtre pacifiste devant l'assemblée des saules pleureurs ou les juges de la république de Salix babylonica... Certains y verront un temple; moi, je dirais un mirage, Éternel... Je suis rusé devant les fanatiques car je n’emploie pas ta colère à ma guise: Tu dois te faire entendre par tes chants, tes colères, tes joies, tes laxismes et ta ruse devant l’oppresseur de celui qui vole ton image... Le Diable veut te détrôner mais il ne vole pas ton image... Je n'aime pas le diable et je me méfie de ses croyances mais il ne cherche pas au contraire des autres à faire une forme de moralité sur tes amours et tes haines... Il parle de sa colère contre toi et ne fuie pas le combat. Certes il est hypocrite et jaloux mais il assume une personnalité douteuse et répugnante... Certains se servent de ton image et de la sienne pour se servir dans les poches même de leurs parents, ami"e"s, ennemi"e"s et de la nature... Voilà de quoi je parle dans mes prières depuis que je suis enfant et maintenant lorsque je suis sous un saule pleureur et devant le clans des mouettes... Je te salue O Éternel, toi Incroyant, toi Laïque et ainsi que toi, Force Obscur prénommé La Nuit du Chaos ! Je respecte la Force de Dieu à s'inclure dans la nature et j'admire ce fait de faire entendre le battement d'aile d'un papillon... Oui, Celui d’Être divisible et indivisible; de Croire et de ne pas croire... D'entendre les respects de règle de vie que nous inspire le fait d'être une masse vivante dans le charnel et le spirituel... de pouvoir trouver refuge sous un Salix babylonica... Et si j'ai un fils, j'aimerai l'appeler Samuel-Camille et si c'est une fille, Camille-Samuel. Et oui, je revendique mon appartenance d'être laïque et surtout d'être libre de toutes convictions imposés par le fanatisme d'imposer un absolu à la Nature même des Chose et de la Force... Y'becca, LeSaule pleureur, Salix babylonica et sa République.

Ecrit
De
TAY
La chouette effraie.


Le Roi Saül (hébreu : שאול - Šā’ûl, Sha'ul « Désiré ») et la République des saules Pleureurs (Salix babylonica).

Enfant, j'ai toujours recherché la sérénité que me procurer un saule pleureur qu a vécu pendant ma jeunesse dans le cours Dillon de Toulouse. C'était mon endroit secret avec ma mère que j'aimais plus que tout au monde et qui m'a vu grandir... C'était mon lieu de prière avec la chapelle de la Sainte Vierge de l'église Saint Nicolas. Un jour, ce saule pleureur guida le monde des ombres mais lorsque je suis triste, je recherche cet arbre et sa famille. J'ai rencontré un boxeur qui n'aimait pas la corrida mais qui faisait malgré tout des peintures de corrida pour arrondir ces fins de mois. Son Nom est José Pallaciot et il avait un saule pleureur: il me laissa prier: Car oui; je l'avoue... Sous un saule pleureur, je prie... Il m'arrive par moment de l'oublier et il se trouve que voilà un certain temps que je n'ai pas adresser de prières aux saules pleureurs... Oui, j'y crois et je pense que j'ai commis une erreur qui ne s'est pas transformé en péchés car le clans des mouettes est libre de ses pensées: On cohabite dans un ensemble d'un hermaphrodisme singulier et pluriel. Car ou, le clans des mouettes tout comme tout les autres clans qui le souhaitent, sont sous la protection de la république des Saules pleureurs... O Éternel, il y a par moment, je te trouve étrange et non injuste; et pardonne mes confidences aux saules pleureurs... Je ne les pousse pas à la révolte contre l'image mais contre celui qui cherche à se l'approprier... Et je pense qu'à l'heure actuel, si je ne parle pas encore de guerre; je ne peux jouer à l’apôtre pacifiste devant l'assemblée des saules pleureurs ou les juges de la république de Salix babylonica... Certains y verront un temple; moi, je dirais un mirage, Éternel... Je suis rusé devant les fanatiques car je n’emploie pas ta colère à ma guise: Tu dois te faire entendre tes chants, tes colères, tes joies, tes laxismes et ta ruse devant l’oppresseur de celui qui vole ton image... Le Diable veut te détrôner mais il ne vole pas ton image... Je n'aime pas le diable et je me méfie de ses croyances mais il ne cherche pas au contraire des autres à faire un forme de moralité sur tes amours et tes haines... Il parle de sa colère contre toi et ne fuie pas le combat. Certes il est hypocrite et jaloux mais il assume une personnalité douteuse et répugnante... Certains se servent de ton image et de la sienne pour se servir dans les poches même de leurs parents, ami"e"s, ennemi"e"s et de la nature... Voilà de quoi je parle dans mes prières depuis que je suis enfant et maintenant lorsque je suis sous un saule pleureur et devant le clans des mouettes... Je te salue O Éternel, toi Incroyant, toi Laïque et ainsi que toi, Force Obscur prénommé La Nuit du Chaos ! Je respecte la force de Dieu à s'inclure dans la nature et j'admire ce fait de faire entendre le battement d'aile d'un papillon... Oui, Celui d’Être divisible et indivisible; de Croire et de ne pas croire... D'entendre les respects de règle de vie que nous inspire le fait d'être une masse vivante dans le charnel et le spirituel... de pouvoir trouver refuge sous un Salix babylonica... Et si j'ai un fils, j'aimerai l'appeler Samuel-Camille et si c'est une fille, Camille-Samuel. Et oui, je revendique mon appartenance d'être laïque et surtout d'être libre de toutes convictions imposés par le fanatisme d'imposer un absolu à la Nature même des Chose et de la Force... Y'becca, LeSaule pleureur, Salix babylonica et sa République.

Ecrit
De
TAY
La chouette effraie.


Dernière édition par yanis la chouette le Ven 23 Déc à 2:56, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 6019
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: Re: Y'becca, LeSaule pleureur, Salix babylonica et sa République   Jeu 22 Déc à 9:21

Salix pendulina Wender et Salix babylonica

Le saule pleureur (Salix babylonica) est une espèce d'arbre de la famille des Salicaceae. Son port retombant est caractéristique et en fait une espèce très appréciée comme arbre d'ornement notamment au bord des pièces d'eau. Ses longues branches-lianes pendantes sont la cause de son appellation de "pleureur". Une autre explication de cette dénomination est liée au fait que de la sève ou encore de l'eau de condensation peuvent s'écouler des feuilles et des branches en quantité abondante.

Description

Arbre de taille moyenne, de 10 à 30 mètres de hauteur.

Les branches très flexibles ont un port retombant, l'extrémité des rameaux se rapprochant fortement du sol.

Les nombreuses feuilles alternes, simples, lancéolées sont longues, étroites et finement dentées. Elles sont portées par un pétiole très court.

Les fleurs sont regroupées en chatons grêles de 2 cm de long environ. La plante est dioïque.
Histoire

L'espèce initiale Salix babylonica, originaire de Chine, n'a pas de nom commun français. En anglais, on l'appelle Peking Willow (en) ou Babylon Willow ce qui veut dire « Saule de Pékin » ou « Saule de Babylone ».
Le nom scientifique Salix babylonica a été donné par Carl von Linné qui a cru qu'il s'agissait de l'arbre cité par la Bible dans le Psaume 137. Mais ce psaume parlait plutôt de Populus euphratica.
D'anciennes sélections chinoises ont créé le cultivar Salix babylonica 'pendula' que nous appelons saule pleureur.
Mais la plupart des saules pleureurs en dehors de Chine sont des hybrides entre ce cultivar et Salix alba (alors appelé Salix ×sepulcralis Simonk.) ou ce cultivar et Salix fragilis (donnant Salix × pendulina Wenderoth). En effet, ces cultivars sont plus adaptés aux régions européennes et d'Amérique du Nord et craignent moins le chancre que le cultivar d'origine.
Certains saules pleureurs sont devenus célèbres car ils ombrageaient la tombe d'hommes illustres, comme ce fut le cas pour Napoléon1.

Distribution
Saule pleureur, de Claude Monet (1918).

Cette espèce est originaire de Chine. Elle fut importée en Europe à la fin du XVIIe siècle à partir du Japon.

Largement popularisée par la culture, l'espèce s'est naturalisée dans tous les continents, notamment en Europe, en Amérique du nord, en Afrique et en Australie.

Comme tous les saules, le saule pleureur préfère les sols frais humides et mouillés.

S'il n'était visible en France que cultivé, on peut maintenant en apercevoir épisodiquement en bordure de rivière.
Utilisation

Arbre d'ornement très décoratif, il connut une très grande vogue en Europe pendant la période pré-romantique.

La multiplication se fait par bouturage.

Il existe différentes espèces appelées « saule pleureur » :

Salix babylonica, avec des variétés horticoles, notamment le cultivar 'Crispa', à feuilles spiralées et à port étroit et le cultivar 'Tortuosa' dont les feuilles et les rameaux sont tortueux.
Salix alba 'pendula', qui se différencie de Salix babylonica par la couleur des rameaux, qui pour ce saule est blanche (jaune pour Salix babylonica).

Notes et références

↑ Voir à ce sujet http://www.lautresaintehelene.com/autre-sainte-helene-articles-willow.html [archive]].

Liens externes

Sur les autres projets Wikimedia :

Saule pleureur, sur Wikimedia Commons Saule pleureur, sur Wikispecies saule pleureur, sur le Wiktionnaire

Chaton mâle jaune de saule pleureur (Vendée)

Cultivars of Salix babylonica and other Weeping Willows [archive] [pdf]
Référence Flora of China [archive] : Salix babylonica [archive] (en)
Référence Flora of Pakistan [archive] : Salix babylonica [archive] (en)
Référence Flora of Missouri [archive] : Salix babylonica [archive] (en)
Référence Tela Botanica (Antilles [archive]) : Salix babylonica L. [archive] (fr)
Référence NCBI : Salix babylonica [archive] (en)
Référence GRIN [archive] : espèce Salix babylonica L. [archive] (en)

Les hybrides que l'on appelle aussi Saule pleureur (ne pas confondre Salix babylonica L. avec Salix babylonica auct. non L. )
Nom scientifique accepté:
Salix pendulina Wender. (nom accepté) 1 référence bibliographique pour Salix pendulina Wender.
Synonymes: -
Taxon infraspécifique: Salix pendulina var. elegantissima (K. Koch) R.D. Meikle
Noms communs: -
Classification:
Règne Plantae CoL
LSID
Embranchement Tracheophyta CoL
LSID
Classe Magnoliopsida CoL
LSID
Ordre Malpighiales CoL
LSID
Famille Salicaceae World Plants
LSID
Genre Salix World Plants
LSID
Répartition géographique: Japan, USA (introduced) (California (introduced), Colorado (introduced), Connecticut (introduced), Georgia (introduced), Illinois (introduced), Indiana (introduced), Massachusetts (introduced), Maryland (introduced), Maine (introduced), Michigan (introduced), Missouri (introduced), North Carolina (introduced), Nebraska (introduced), New Jersey (introduced), New Mexico (introduced), New York (introduced), Ohio (introduced), Oregon (introduced), Pennsylvania (introduced), Texas (introduced), Virginia (introduced), Washington State (introduced), West Virginia (introduced)), Canada (introduced) (British Columbia (introduced), Ontario (introduced))
Lifezones: -
Données additionnelles: Hybrid taxon.
Dernière vérification taxonomique: Hassler M., Nov-2016
Base de données source: World Plants, Nov 2016 [Global(e)] 100%
Bibliographic citation: Hassler M. (2016). World Plants: Synonymic Checklists of the Vascular Plants of the World (version Nov 2016). In: Species 2000 & ITIS Catalogue of Life, 30th November 2016 (Roskov Y., Abucay L., Orrell T., Nicolson D., Bailly N., Kirk P., Bourgoin T., DeWalt R.E., Decock W., De Wever A., van Nieukerken E., eds). Digital resource at www.catalogueoflife.org/col. Species 2000: Naturalis, Leiden, the Netherlands. ISSN 2405-8858.
Ressource en ligne:
CoL taxon LSID: urn:lsid:catalogueoflife.org:taxon:22e49e7b-b856-11e6-9d3f-bc764e092680:col20161206

Référence Catalogue of Life : Salix pendulina Wenderoth [archive] (en)
= Référence Catalogue of Life : Salix babylonica auct. non L. Non Valide [archive] (en)
Référence ITIS : Salix × pendulina Wenderoth [archive] (fr) (+ version anglaise [archive] (en))
= Référence ITIS : Salix babylonica auct. non L. Non valide [archive] (fr) (+ version anglaise [archive] (en))
Référence ITIS : Salix × sepulcralis Simonkai [archive] (fr) (+ version anglaise [archive] (en))
Plants.usda.gov - Salix babylonica auct. non L
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 6019
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: Re: Y'becca, LeSaule pleureur, Salix babylonica et sa République   Jeu 22 Déc à 9:22

Une Injustice, Saül dans le Coran (Tālūt) ou Tālūt n'est pas considéré comme un prophète. moi quand je prie sous Salix babylonica, je vois l'eau de condensation qui peuvent s'écouler des feuilles et des branches en quantité abondante et c'est une manière symbolique de nous rappeler ce que le mépris et la méchanceté provoque au cœur des hommes. Ainsi, Saul le roi par son suicide devint un saule pleureur et ainsi il devint un lien de l'eau devant le désert, refuge des mouettes, des corbeaux et des chouettes... Même les dragons s'y tiennent lorsque la mort venait les chercher. Le lieu de prières que les Femmes ainsi que leurs hommes ingrats ont oublié... Oui, L’Éternel est en colère après ses Croyants et ses infidèles... Les Laïcs eux peuvent être pardonné d'avoir oublié car jamais on ne leur a appris qu'ils soient Femmes ou Lesbiennes ainsi qu'Hommes et Homosexuels...

Ecrit de
TAY
La chouette effraie

Saül (hébreu : שאול - Šā’ûl, Sha'ul « Désiré ») est un personnage du premier livre de Samuel, qui fait partie de la Bible. Fils de Quish de la tribu de Benjamin et du clan de Matri, il est le premier roi des Israélites en Terre d'Israël. Les archéologues n'ont trouvé aucune trace de l'existence réelle du personnage.

Institution de la royauté

Les circonstances et raisons de son élection comme roi par le prophète Samuel sont décrites dans I Samuel 8-12. Samuel se faisait vieux et ses fils n'avaient pas la faveur du peuple pour lui succéder. Comme il souhaitait très peu que la monarchie se développe, Dieu s'adressa à lui pour lui conseiller d'accéder aux demandes de son peuple. Samuel avertit alors les Hébreux des risques générés par un nouveau roi au pouvoir, mais ceux-ci, devant la menace des Philistins, avaient besoin d'un chef pour assurer les combats.

   Les ânesses de son père s'étant égarées, Saül partit avec un serviteur à leur recherche. Ils traversèrent la montagne d'Éphraïm, le pays de Shalisha et le pays de Benjamin jusqu'au pays de Çuph sans les trouver. Comme Saül proposait de rentrer, le serviteur lui suggéra d'aller à la ville consulter un voyant avant de repartir. Ils parvinrent auprès de la maison de Samuel pour demander où trouver le voyant et ce dernier leur annonça qu'il était ce voyant. Dieu avait prévenu Samuel de cette visite et à sa demande, il annonça à Saül qu'il le proclamerait roi. Le lendemain, tel que prévu, Saül reçut trois signes lui confirmant qu'il devait être roi d'Israël. Arrivé chez lui à Gibéa, ces signes s'étaient manifestés à lui le même jour, l'esprit de Dieu fondit sur lui et il comprit qu'on le reconnaissait comme roi.

Mais Samuel convoqua le peuple à Mitzpah pour confirmer son nouveau statut. Saül retourna chez lui pour reprendre ses tâches habituelles. Pour faire face aux Ammonites qui tentaient une invasion, Saül reçut un nouvel appui de Dieu qui incita le peuple à se joindre à lui pour repousser l'ennemi. Saül fut enfin proclamé roi devant le peuple et Samuel put se retirer.
Le règne de Saül

Saül hérita donc de la tâche de libérer le pays de la pression des Philistins. Toujours selon le récit du Premier Livre de Samuel, il rassembla une armée forte de 3 000 hommes. Les Philistins avaient posté un camp à Géba. Saül prit deux mille hommes avec lui pour Mikmas (ou Micmas) et dans la montagne de Béthel et mille autres partirent avec son fils Jonathan pour Gibéa au sud de Géba1. Jonathan se débarrassa du préfet des Philistins et déclencha une réaction des Philistins contre Israël. Ceux-ci rassemblèrent une armée de trente mille chars (ou trois mille selon les traductions2), six mille chevaux et « autant d'hommes que le sable au bord de la mer » pour occuper Mikmas que Saül avait évacué en partant pour Guilgal. Selon le terme commandé par Samuel, Saül s'y terra pendant sept jours avant de faire tout mouvement. Le septième jour, son impatience le poussa à offrir un holocauste, mais Samuel arriva pour le prévenir des conséquences de sa désobéissance en n'attendant pas assez longtemps. Par cette action, Saül allait perdre sa royauté sur Israël. Il constata que ses troupes étaient réduites à six cents hommes quand il partit de Guilgal pour Mikmas contre les Philistins. Jonathan, impatient, organisa avec son écuyer un assaut à l'insu de Saül et de son armée. Ils surprirent et massacrèrent vingt Philistins, ce qui sema le désordre et la terreur chez les ennemis. Tous les Israélites qui avaient déserté Saül se rallièrent à lui pour talonner les Philistins. Jonathan fit cependant l'erreur de violer une interdiction de manger proclamée par son père et ce dernier menaça de l'immoler pour sa désobéissance. Bien qu'il fût reconnu coupable pour son geste, Jonathan fut sauvé par le peuple qui s'opposa à la condamnation. Saül renonça ensuite à poursuivre les Philistins et mit ainsi fin aux conflits, ce qui représenta son second succès militaire.

Le règne de Saül se poursuivit cependant dans la guerre contre plusieurs ennemis dont il sortit toujours vainqueur. La guerre contre les Amalécites est la seule qui soit rapportée en détail. Ces anciens ennemis d'Israël occupaient le territoire au sud et au sud-ouest de la Philistine. À la demande de Samuel, Saül rassembla le peuple contre les Amalécites, mais refusa d'exécuter leur roi Agag, ce qui déplut à Yahvé. Saül implora en vain son pardon, car l'esprit de Dieu se détourna de lui. Saül et Samuel se quittèrent pour ne jamais se revoir.
David rencontre Saül
David et Saül (gravure de Julius Kronberg, 1885)

David fut envoyé à Saül pour lui jouer de la Harpe quand l'esprit de ce dernier se troublait et il gagna ainsi la bienveillance du roi. Après un certain temps, il regagna la maison paternelle et reprit son travail de berger pendant quelques années. Les Philistins envahirent une fois de plus le pays et s'installèrent entre Sokho et Azéqa, à Éphès-Dammim. Saül, Abner, son général et ses hommes partirent les affronter et David se joignit à son armée. C'est dans la vallée d'Elah que David terrassa Goliath, le champion des Philistins, un exploit qui fit fuir l'ennemi et assura la victoire aux hommes de Saül. Le roi prit David à son service mais en devint jaloux. Il développa pour le nouveau héros une animosité qui l'incita plusieurs fois à tenter de le tuer, sans toutefois accomplir le geste. Il dit : « Choisissez-vous un homme ! »
La mort de Saül

Après quelque temps, les Philistins s'étaient repris et Saül dut encore rassembler ses hommes. Dans l'incapacité de découvrir la volonté de Dieu, Saül consulta la sorcière d'Endor et fut surpris par une communication avec Samuel qui lui apparut. Il fut alarmé des paroles de Samuel et les hommes d'Israël prirent la fuite devant les Philistins. Désespéré face au désastre qui tombait sur son armée, il se jeta sur son épée. Les Philistins trouvèrent Saül et ses trois fils (dont Jonathan) gisant sur le mont Guilboa. Ils lui tranchèrent la tête, les dépouillèrent de leurs armes et les firent parader dans le pays philistin. Ils les déposèrent dans le temple d'Astarté. Ils suspendirent aussi son corps décapité au rempart de Beït-Shéan. les habitants de Yabesh, prévenus de ce qu'il était advenu de Saül et ses fils, partirent chercher les corps, les brûlèrent et les ensevelirent sous le tamaris de Yabesh.
Saül dans le Coran (Tālūt)

Dans le Coran, Saül est désigné sous le nom de Tālūt (arabe : طالوت). Comme dans la Bible, il est le premier roi d'Israël, choisi par le prophète Samuel après que le peuple d'Israël lui eut demandé de lui désigner un roi pour diriger les combats à venir. Les Israélites critiquent Samuel parce que Tālūt n'est pas de la descendance de Juda3 et qu'il leur est étranger. Samuel leur reproche ce comportement. Tālūt conduit finalement les Israélites vers la victoire sur l'armée de Jālūt (Goliath), lequel est tué par Dāwūd (David). Tālūt n'est pas considéré comme un prophète.
Bibliographie

   1954 : Jean De Fraine, L'aspect religieux de la royauté israélite. L'institution monarchique dans l'Ancien Testament et dans les textes mésopotamiens, Rome, 1954.
   (en) Diana Vikander Edelman, King Saul in the historiograpghy of Judah, Sheffield Academic Press, coll. « Journal for the Study of the Old Testament. Supplement Series » (no 121), 1991
   1999 : Saül, héros tragique de la Bible : étude littéraire du récit de son règne d'après les Livres de Samuel (1S IX-XXXI et 2S I), Robert Couffignal, Lettres modernes Minard, Coll. "Thèmes et mythes" n°19, Paris - Caen. (ISSN 0526-815X)
   2003 : Saül, David, Salomon : la Royauté et le destin d'Israël, Jacques Cazeaux, Cerf, Coll. "Lectio Divina" n°193, Paris.
   2004 : Les légendes des Juifs. [5], Josué, les Juges, Samuel et Saül, David, Salomon, Louis Ginzberg, Cerf & Institut A. de Rothschild, Coll. "Patrimoines- Judaïsme, Paris. (ISBN 2-204-07460-Cool

Références et sources

   Cet article est partiellement ou en totalité issu de l'article intitulé « Tālūt » (voir la liste des auteurs).

   ↑ I Sam, XII-XIV et particulièrement XIII, 2:«Deux mille étaient avec Saül à Micmas et dans les montagnes de Béthel; mille étaient avec Jonathan à Guibeah de Benjamin» (trad. Édouard Dhorme)
   ↑ Trois mille d'après certains manuscrits de l'ancienne version grecque et la version syriaque. Le texte hébreu traditionnel a trente mille chars.[réf. nécessaire]
   ↑ Tafsir Ibn Kathir, traduit en français par Fawzi Chaaban Vol.1 p.285 Editions Dar El-Fikr


Dernière édition par yanis la chouette le Ven 23 Déc à 2:58, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 6019
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: Re: Y'becca, LeSaule pleureur, Salix babylonica et sa République   Jeu 22 Déc à 9:49

La plume est le poids du jugement devant le Cœur de la femme et de l'homme dans l'au-delà. Ainsi La Réputation de l'Égypte ancienne se perpétue dans Sa République tout comme l'as fait autrefois Cléopâtre. La République française est aussi puissante et bien plus forte que le djihad quand elle fait entendre le cri de la Justice Laïque sur les criminels femmes et hommes. Laïque et Vengeresse tel est la Responsabilité de la République française.

LES ESPRITS ET LE FROID.

Je prends une douche...

Et puis, je pourrai sentir une douleur ou la brûlure du gel...

Je suis égaré et je prends la douche.

Je ressens Une douleur mais la peau transforme la brûlure du gel...

L'eau est chaude et ainsi, le ventre est serré.

Et puis, je pourrai ressentir une douleur une douleur ou la brûlure du gel...

Autrefois, j'ai pris plaisir à l'écoute, mais par la nature, je suis attiré par l'eau...
J'ai ressenti la brûlure du gel et je l'ai... Le duvet du cygne et le rire de la mouette...
Mon instinct apprend à la reconnaitre et puis même sans être étourdi, on
ressens la chute de température.

------------------------------------------------

SERMENT DU JUGE SUPRÊME DE LA RÉPUBLIQUE DE L'OLIVIER :
élus et élues au suffrage universelle direct par les Citoyennes et Citoyens de la République de l'Olivier: Israélien"ne"s et Palestinien"ne"s...

Il n'y a aucune excitation, la reconnaissance existai bien avant moi,
je vous ai juste crier les valeurs de Y'becca; les valeurs du secourismes devant
les valeurs d'état et les serments de la République auprès de L’Éternel et des Laïcs.

Les argots se mélangent et les langues se disloquent. Car auprès de, il y a cette misère autour des autres et dans nos terres... Je suis autour de vous car finalement, je vis autour des hommes.

Au milieu de vous mais autres parts; je garde, d'accord, une reconnaissance, celle d'être un maillon de la chaine soumis aux séismes de vos pensées et mouvements mais tout comme vous, je suis libre et réceptif aux mouvements de marées déclenchés par le Peuple.
C'est la vertu de la république, de la Terre et de la Citoyenne tout comme le Citoyen que d'observer le ciel dans l'éventualité d'un nuage de poussière et d'engendrer les actes de secourisme afin de se prémunir de mauvaises pensées et des actes mauvais...

Cette reconnaissance, je l'ai écrit et affiché durant les années 2000 en tant que fils et président d'association... Une amorce de mon testament et de mon témoignage...

Tout comme ceux d'en face, je n'ai jamais oublié le jugement et mes actes...
Pas d'idéal dans mon esprit mais un couvercle d'espérance où j'ai voulu la liberté et en même temps construire des berges inspirés de Pierre Baudis et autres hommes architectes ayant investis contre les phénomènes naturels et les paniques qu'ils engendrent.

Toujours dans l'éventualité d'avoir une Justice impitoyable et neutre contre les tricheuses et les tricheurs qui construisent et exploitent le quotidien humain sous couvert d'actes boursiers et de bienfaisances... Afin de me réconcilier d'avec le temps et l'organisation, je transmet le fait de respecter les écrits de lois mais de permettre au Judiciaire d'avoir les même atouts que le Législatifs et que l’Exécutif; celui de pouvoir siéger et d'établir des lois sur le Journal Officiel.

La Nature n'est pas hostile et elle nous prévient de la guerre...

Ecrit de
TAY
La chouette effraie

_________________
Kounak le chat....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 6019
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: Re: Y'becca, LeSaule pleureur, Salix babylonica et sa République   Ven 23 Déc à 3:36

Le Créateur des Dragons ou les souffles du feu.

La cruauté envahissait son cœur ! celui dont l'espoir concentrait l'espérance: Allez t'il succomber à la colère, au commerce de l'esclavage et à la contribution des mafias... L'enfant devant Cendrillon...

Mais, celui dont le cœur avait les battements d'ailes du papillon avait en effet plongé dans la tristesse, le désespoir et l'observation...

Alors, il se rappela que la république est issue de l'égalité des ténèbres et de Yahvé; ..; Il retrouva la foi dans le créateur où les ténèbres ne sont finalement que l'acte de lumière engendré par la vie... Lui, le créateur a insufflé le souffle de la foi et les diversité de la vie... Il oublia la querelle et tendit les mains vers les filles de Yahvé: La Lumière, les mouettes et les femmes... C'est pour cela que certaines femmes peuvent échapper au pécher originel.

Mais là aussi, son cœur aurait pu succomber à la tentation du trône de la cruauté; Un roi, qui squatté les plages de méditerranée en France lui fit des promesses en se faisant passer pour le diable afin de discréditer son image... Mais la chouette refusa les souris qui lui était offerte, elle cria Zarathoustra, Joseph et Marie sont mes compagnons de routes, La république est le sein qui me protège contre les privilèges de l'or noir et de ses caviars; Il aimait réellement les filles de Yahvé et leurs compagnons de routes; Les Cormorans de Bretagne et Le Rouge Gorge du Népal, un prénommé Merlin... Il rassembla ces sentiments blessés et il gémit comme une bête.

La chouette alors se mit à crier dans un grand silence et il écrit des rêves, des idéaux et des Nouvelles Républiques... Il oublia la démocratie dévoré par des lois où les vers rongés la grande pomme, New York...

Et même si certains se moquèrent de lui sous forme de sketchs ou de lois secondaire contre son état; il n'oublia jamais ni le pauvre, ni la veuve se rappelant que seul le pain dans un premier temps remplit le ventre de l'affamé... Oubliez votre rancœur, écrivez vos pensées ainsi que peines, Donner vos testaments de l'espérance pour l'avenir... Chanter profiteurs de guerres; car il y a des étoiles au delà de l'infini...

mais je vous conte cette histoire

L'enfer 1539 ou Bibliothèques des troubadours...

"Là devant Luy vient maintes Ame Damnée. Et quand il dit :" Tel me soyt menée" à ce seul mot un grand marteau carré frappe tel coup contre le portal barré qui fait crousler les tours du lieu infame"" Chante Maitre Renard...

"Lors à ce bruyt, là bas qui ne fremisse et de frayeur ne tremble, ainsi qu'au vent feuille de chesne ou tremble: Car plus seure a bien crainte et grand peur de se trouver devant tel attrapeur." Croasse le corbeau.

"Et vous, enfants suyvants, maulvaise vie retirez vous... Mais une ministre de l'enfer l'interpella laissant les ailes noirs de sa tristesse. "As tu peur qu'on t'escorche ? Car pour bon; des loixs ne sont points faites, de vivre aultan de facon desprimée, hautaine et de concvoictise. Quand le bon train, un peu bon esprouverez vous que si par bien, le mal sera vécu et vaincu...!" Siffle le canari.

"Rien que de trounble voilà... L'enfer se fiscura davant l'ampleur des innocents récus en son sein et il crit vengeresse aupre de moi et de la mort... je ne soys eu et avocat... Parrabelum, Une Opte-Apocalypse; les agneaux viendrebt dévorer les infames et tapis... je voys cà... Loys divine ne funeste plus divinae comédie... Assez tromperie de vos pars, funestes ombres, le réveil de agneaux victimes de vos génocides se fault entendre sur vos descendants tromperie... Car vous aves souillé les doce créatures de vos tromperies, enfants suyvants." chantonne la chouette effraie...

le calme revient en celui qui entends les ondes électriques... Il comprends que les esprits se détachent de la chair et qu'aucune résurrection n'est plus possible... L'Homme s'est condamné par lui même et ne pourra y amener l'univers dans sa chute... L'univers se dit qu'une bonne douche après avoir été souillé lui fera oublier l'existence même de ce Dieu venu du Centaure...
Mais La chouette n'est pas comme Lot et ne s'enfermera pas dans un désert pour ainsi expier les désirs de chair... Sans être scientifique, on ne joue pas sur les croyances et les peurs... Mais si j'étais Dieu et Le Diable, je laisserai la Femme Espiègle et son Ingrat d'Homme justifier de ses actes devant Le Temps, La mémoire et la Nature... Oui, La Conscience est bafoué tout comme la mémoire de justice dans le Bruit et l'Odeur de ceux qui triche pour se livrer aux plaisirs personnels d'une ingratitude basé sur le terme de l'Injustice morale et matérielle.

Non aux Esclavages, Tortures et Viols qu'ils soient physiques, morales ou bien autres...
Ainsi je dévoile la Cruauté du Chantage qui viole la douceur du Silence et de la Mort...

Ecrit de
TAY
La chouette effraie


_________________
Kounak le chat....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 6019
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: Re: Y'becca, LeSaule pleureur, Salix babylonica et sa République   Lun 26 Déc à 2:58

Les Orchidées ou Orchidacées (Orchidaceae) forment une grande famille de plantes monocotylédones. C'est une des familles les plus diversifiées, comptant plus de vingt-cinq mille espèces, réparties en huit-cent-cinquante genres.

Ce sont des plantes herbacées, de type divers, autotrophes ou mycotrophes, à feuilles réduites, à écailles, ou développées, terrestres ou épiphytes, pérennes, rhizomateuses ou tubéreuses, des régions tempérées à tropicales. La symbiose, qu'elle soit de type autotrophique, saprophytique, voire parasitique, se fait avec un champignon microscopique qui permet à la plante de pallier l'absence de toute réserve dans ses graines ainsi que l'absence de radicelles au niveau de ses racines. C'est une famille largement répandue ; la majorité des espèces se rencontrent dans les régions tropicales.

La classification phylogénétique situe aujourd'hui cette famille dans l'ordre des Asparagales

Description générale
Différentes orchidées.

Le mot Orchidée vient du latin orchis avec l'influence du grec orkhidion - qui signifie testicule, en référence à la forme des tubercules souterrains de certaines orchidées terrestres des régions tempérées : seuls les deux tubercules ressemblent un peu à cette partie du corps. C'est à Théophraste que l'on attribue cette dénomination. Les données scientifiques obtenues grâce au pollen d'une orchidée éteinte retrouvé dans de l'ambre nous indiquent que cette famille serait âgée de 75 à 86 millions d'années. Les orchidées font partie des monocotylédones et la famille y étant la plus apparentée est celle des liliacées. Les orchidées ont notamment développé des caractéristiques rendant cette famille de plantes très économe en ressources : réduction du nombre d'étamines, symbiose avec un champignon, métabolisme de type CAM, etc. Leurs graines sont souvent minuscules. Leur taille et poids varie beaucoup selon l'espèce, les plus petites ne mesurant que de 1 à 5 millimètres (Bulbophyllum minutissimum en Australie, qui ne pèse probablement pas plus d'un gramme ou deux alors que la plus grosse orchidée connue (Grammatophyllum speciosum) est une épiphyte qui peut peser plus d'une tonne et développer des tiges d'environ 3 mètres de long1. Selon les auteurs, le nombre d'espèces botaniques dans cette famille varie de 25 000 à 30 000. Ces chiffres en font l'une des plus importantes familles de plantes à fleurs, qui a pratiquement colonisé tous les milieux, à l'exception des déserts et des cours d'eau.
État des populations, pressions, menaces, et actions de conservation

De nombreuses espèces d'orchidées, majoritairement situées en zone tropicale ont disparu ou sont menacées. Ceci est principalement causé en premier lieu par la destruction de leur habitat: (déforestation, artificialisation des lisières forestières, fragmentation des forêts, drainage des zones humides pour la culture ou l'assainissement, etc.), de même que par la demande de certains collectionneurs (pression qui semble moins importante de nos jours alors que les techniques de reproductions des orchidées se spécialisent).
La régression et la disparition de pollinisateur (insecte, oiseau, chauve-souris) dont l'orchidée est souvent dépendante peut également être un facteur amenant une espèce sur la voie de la disparition.

À titre d'exemple, 226 espèces d'orchidées endémiques ont été découvertes et décrites à Singapour depuis trois siècles. Aujourd'hui, 178 de ces espèces sont considérées comme éteintes, et seulement cinq sont encore communes2.
Des programmes de conservation et plans de restauration des orchidées se mettent en place, ainsi que des programmes de monitoring visant à surveiller et évaluer l'état de conservation d'espèces existantes, leur diversité génétique. On cherche à augmenter leur nombre dans la nature ou en milieux semi-naturels, et urbains parfois par la culture des semis ex-situ à fin de leur réintroduction dans des habitats appropriés, y compris pour les épiphytes dans des arbres de bord de route, de parcs ou d'espaces naturels. Le caractère symbiotique de certaines orchidées, la régression de leurs pollinisateurs rend leur réintroduction parfois difficile.

À Singapour par exemple, cinq espèces d'orchidées indigènes (Grammatophyllum speciosum , la plus grande orchidée du monde, Bulbophyllum vaginatum, Bulbophyllum membranaceum, Cymbidium finlaysonianum et Cymbidium finlaysonianum bicolor ont fait l'objet de mise en culture et expérimentation de réintroduction2. Le pourcentage de survie 8 ans après réintroduction varie de 10 % à 95 % pour G.speciosum, l'espèce-cible des premières expériences de réintroduction. La taille des plants réintroduits, le choix des arbres-hôtes, et la qualité du contexte thermo-hygrométrique semble jouer un rôle important dans le succès ou non des réintroductions2.

La fièvre orchidophile est telle que des chasseurs d'orchidées n'hésitent pas à prélever illégalement des orchidées de leur site, telle Phragmipedium kovachii (en) en 2002.
Étude et emploi

L'étude de la morphologie particulière des fleurs d'orchidées, des relations que ces plantes entretiennent avec les insectes, a d'ailleurs nourri au XIXe siècle les réflexions de Charles Darwin et lui a, en partie, permis d'établir son modèle théorique de l'évolution.
Culture et commercialisation

Majoritairement d'origine tropicale, ces plantes ont fait l'objet, de la part de riches amateurs, à l'époque de l'expansion des empires coloniaux européens, d'un engouement particulier3. Depuis, une meilleure connaissance de leur écologie, de la symbiose qui les unit à certains champignons spécifiques (du genre Rhizoctonia notamment) au cours du développement des embryons, la mise au point de milieux de cultures adaptés, stériles, ainsi que la création d'hybrides horticoles moins fragiles, ont démocratisé leur culture. La très grande variabilité génétique des orchidées, source de la richesse naturelle en espèces de ce taxon, la prête d'ailleurs à une hybridation artificielle: plus de cent mille hybrides horticoles ont été créés depuis la mise au point des méthodes de culture.

Les phalaenopsis comptent parmi les orchidées les plus cultivées du monde et certainement les plus communes en Europe comme plantes d'appartement.
Alimentation

Peu d'orchidées sont utilisées dans l'alimentation. On relève toutefois le genre Vanilla, dont la gousse est la vanille. La vanille est cultivée dans les régions tropicales, et son besoin en ombre rend possible son exploitation en agroforesterie.

Le Faham (Jumellea fragrans) entre dans la confection du rhum arrangé, lui procurant son goût caramélisé. La cueillette se déroule dans la nature, sur les sites de production, et engendre une raréfication progressive de la plante.

Les orchidées des régions tempérées et méditerranéennes, aux tubercules très suggestifs, ont inspiré aux adeptes de la théorie des signatures un éventuel aphrodisiaque: on sait aujourd'hui qu'il n'en est rien. Mais dans les régions du Maghreb, ces orchidées sont encore déterrées pour préparer le très populaire salep. En Turquie notamment, 36 espèces parmi 10 genres sont en conséquence menacées d'extinction, et on estime à 42 le nombre d'espèces ayant déjà disparu au cours de la dernière décennie.
Caractéristiques
Disposition des pièces florales chez les orchidées. Pétales (P), sépales (S) et labelle (L).
Vanda - hybride horticole

La croissance des orchidées est sympodiale, le rhizome émettant des pousses dans plusieurs directions, ou monopodiale, avec une seule pousse.

Beaucoup d'orchidées tropicales sont épiphytes, et adaptées à l'ombre régnant dans la forêt tropicale. Elles présentent des tiges épaissies à leur base en pseudobulbes, avec des racines souvent pourvues d'un velamen, voile de radicelles devant capter l'humidité atmosphérique.

Épiphytes ou terrestres, les orchidées sont adaptées à des milieux difficiles, que bien souvent la symbiose avec des champignons permet d'exploiter. Cette spécificité leur permet de coloniser des milieux relativement peu occupés par d'autres espèces. Plantes se reproduisant par pollinisation entomophile, une grande partie d'entre elles montrent des relations de dépendance étroite avec des insectes pollinisateurs spécifiques, allant jusqu'à des stratégies de leurres visuels, olfactifs et sexuels.

Ces relations spécialisées en font des espèces particulièrement menacées en cas de perturbations brutales de leurs conditions environnementales.

Les semences des orchidées sont de très petite taille et sont produites en très grand nombre : de cette façon elles peuvent être facilement transportées par les vents. En fait, leurs semences sont si petites qu'elles ne possèdent pas les réserves nutritives suffisantes pour engendrer la germination. Des sucres fournis par un champignon symbiotique permettent au germe de se développer en protocorme puis en plantule.
Orchidée Limodorum abortivum
(Espagne, île de Majorque)
Systématique

D'un point de vue systématique, les auteurs ont considéré que les Orchidacées comportaient plusieurs lignées évolutives nettement différenciées, actuellement, au nombre de six. Celles-ci ont parfois été désignées comme cinq familles différentes. Certains auteurs ne les reconnaissaient pas toutes.

Les données actuelles montrent que la famille des Orchidaceae est monophylétique, avec cinq sous-familles : - les Apostasioideae (2 genres / 17 espèces), les plus « primitives », avec des fleurs à 6 tépales (3 externes et 3 internes) et 3 étamines), sans gynostème, - les Vanilloideae (15 g / 248 e), - les Cypripedioideae (5 g / 158 e), - les Orchidoideae (211 g / 4914 e) - et enfin les plus récentes Epidendroideae (578 g / 21268 e)

La classification phylogénétique APG III (2009), le standard actuel, reconnaît une seule famille, celle des Orchideaceae, et considère les six lignées comme six sous-familles :

les Apostasioideae représentant une vingtaine d'espèces, de deux genres, originaires d'Asie du Sud-Est ou d'Australie, qui présentent, au niveau des fleurs, des caractéristiques primitives: similarité des sépales et des pétales, absence de labelle différencié, présence de trois étamines fertiles, et un pollen pulvérulent, qui révèlent leur parenté avec la fleur des Liliaceae, comme les amaryllis et les narcisses, desquelles toutes les orchidées seraient les descendantes ;
les Codonorchidoideae, qui étaient considérés comme une tribu selon la classification phylogénétique APG II (2003), regroupant actuellement un seul genre, les Codonorchis ; désormais regroupées avec les Orchidoideae
les Cypripedioideae représentant une centaine d'espèces de quatre genres, dont les fleurs présentent un labelle en forme de sabot, comme le sabot de Vénus, le seul genre européen de cette famille est Cypripedium, deux étamines latérales fertiles, et un pollen granuleux ;
les Epidendroideae ;
les Orchidoideae avec plusieurs dizaines de milliers d'espèces dont les fleurs présentent :
un labelle différencié: le pétale supérieur, qui a subi une différenciation morphologique ;
les parties sexuées soudées en une colonne appelée gynostème comprenant une seule étamine fertile avec les grains de pollen réunis en pollinies séparées des deux stigmates fertiles par le rostellum ;
un ovaire infère ayant, la plupart du temps, subi une torsion à 180 degrés (résupination), mettant le labelle en position inférieure.
les Vanilloideae, comprenant notamment les espèces de vanilles.

Phalaenopsis pulcherrima
Phalaenopsis Hybride tigrée
Liste complète des genres

Voir la liste des genres d'Orchidaceae
Hybrides horticoles
Outre les espèces botaniques et les hybrides naturels, le monde des orchidées comporte aussi d'innombrables variétés commerciales, le plus souvent hybrides. Beaucoup sont nommées d'après les définitions de la taxonomie (cymbidium, phalaenopsis, etc.), et il existe aussi des dénominations propres aux horticulteurs pour désigner les hybrides intergénériques (croisement entre deux genres proches afin d'obtenir un genre artificiel). Par exemple : Brassidium, Cambria, Laeliocattleya, etc. Les orchidées ont une facilité, unique dans le monde végétal, à produire facilement des hybrides entre espèces de genres différents. De plus, ces hybrides sont souvent fertiles.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 6019
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: Re: Y'becca, LeSaule pleureur, Salix babylonica et sa République   Lun 26 Déc à 3:00

Hybrides horticoles
Outre les espèces botaniques et les hybrides naturels, le monde des orchidées comporte aussi d'innombrables variétés commerciales, le plus souvent hybrides. Beaucoup sont nommées d'après les définitions de la taxonomie (cymbidium, phalaenopsis, etc.), et il existe aussi des dénominations propres aux horticulteurs pour désigner les hybrides intergénériques (croisement entre deux genres proches afin d'obtenir un genre artificiel). Par exemple : Brassidium, Cambria, Laeliocattleya, etc. Les orchidées ont une facilité, unique dans le monde végétal, à produire facilement des hybrides entre espèces de genres différents. De plus, ces hybrides sont souvent fertiles.

Islands {40th Anniversary } - King Crimson (1971
https://www.youtube.com/watch?v=uPJjUEjhB-M

Espèces rencontrées en France métropolitaine

Anacamptis
Anacamptis champagneuxii
Anacamptis collina, Orchis des collines.
Anacamptis coriophora, Orchis punaise
Anacamptis laxiflora (Lam.) R.M. Bateman, Pridgeon & M.W. Chase Orchis à fleurs lâches
Anacamptis longicornu, Orchis à long éperon
Anacamptis morio, Orchis bouffon
Anacamptis palustris, Orchis des marais
Anacamptis papilionacea, Orchis papillon
Anacamptis picta, Orchis orné, Orchis peint
Anacamptis pyramidalis (L.) L. C. M. Richard Orchis pyramidal
Cephalanthera
Cephalanthera damasonium (Miller) Druce Céphalanthère de Damas, Céphalanthère à grandes fleurs, Elléborine blanche
Cephalanthera longifolia (L.) Fritsch Céphalanthère à feuilles étroites, Céphalanthère à longues feuilles, Céphalanthère à feuilles en épée
Cephalanthera rubra (L.) L.C.M. Richard Céphalanthère rouge, Elléborine rouge
Chamorchis
Chamorchis alpina L.M.C. Richard, Orchis nain, Herminie des Alpes
Coeloglossum
Coeloglossum viride (L.) Hartman Orchis Grenouille
Corallorhiza
Corallorhiza trifida Châtelain Racine de corail, Coraline.
Cypripedium
Cypripedium calceolus L. Sabot de Vénus

Dactylorhiza
section de D. incarnata
Dactylorhiza incarnata subsp. incarnata (L.) Soó Orchis incarnat
Dactylorhiza incarnata subsp. pulchella (Druce) Soó Orchis gracieux
Dactylorhiza ochroleuca (Wustnei ex Boll) Holub Orchis jaune pâle
Dactylorhiza cruenta (Muller) Soó Orchis rouge sang
section de D. maculata
Dactylorhiza maculata subsp. maculata (L.) Soó Orchis tacheté, Orchis maculé
Dactylorhiza maculata subsp. elodes (Grisebach) Soó Orchis des tourbières
Dactylorhiza maculata subsp. ericetorum (Linton) Hunt & Summerhayes Orchis des bruyères
Dactylorhiza sudetica (Poch ex Reichenbach fil.) Averyanov Orchis des Sudètes
Dactylorhiza fuchsii subsp. fuchsii (Druce) Soó Orchis de Fuchs
Dactylorhiza fuchsii subsp. psychophila (Schlechter) Holub Orchis du froid
Dactylorhiza saccifera (Brongniart) Soó Orchis à sac
section de D. majalis
Dactylorhiza majalis subsp. majalis (Rchb.) P.F.Hunt et Summerh. Dactylorhize de mai, Orchis de mai, Orchis à larges feuilles
Dactylorhiza majalis subsp. alpestris (Pugsley) Senghas Orchis alpestre
Dactylorhiza angustata (Arvet-Touvet) Tyteca & Gathoye Orchis du Dauphiné
Dactylorhiza traunsteineri (Sauter) Soó Orchis de Traunsteiner
Dactylorhiza lapponica (Laestad ex Reichenbach fil.) Soó Orchis de Laponie
Dactylorhiza brennensis (Nelson) Tyteca & Gathoye Orchis de la Brenne
Dactylorhiza sphagnicola (Hoppner) Averyanov Orchis des sphaignes
Dactylorhiza praetermissa subsp. praetermissa (Druce) Soó Orchis négligé
Dactylorhiza praetermissa subsp. integrata (Camus ex Fourcy) Soó Orchis à labelle entier
Dactylorhiza occitanica Geniez, Melki, Pain & Soca Orchis occitan
Dactylorhiza elata subsp. sesquipedalis (Willdenow) Soó Orchis élevé
section de D. sambucina
Dactylorhiza sambucina (L.) Soó Orchis sureau
Dactylorhiza insularis (Sommier ex Martelli) Landwehr Orchis des îles
Epipactis
Epipactis atrorubens (Hoffm.) Besser Épipactis pourpre noirâtre
Epipactis distans Arvet-Touvet Épipactis à feuilles écartées
Epipactis fibri Scappaticci & Robatsch Épipactis du castor
Epipactis helleborine subsp. helleborine (L.) Crantz Épipactis à larges feuilles
Epipactis helleborine subsp. minor (Engel) Engel
Epipactis helleborine subsp. neerlandica (Vermeuleun) Buttler Épipactis des Pays-Bas
Epipactis helleborine subsp. tremolsii (Pau) Klein Épipactis de Tremols
Epipactis leptochila (Godfery) Godfery Épipactis à labelle étroit
Epipactis microphylla (Ehrhart) Swartz Épipactis à petites feuilles
Epipactis muelleri Godfery Épipactis de Muller
Epipactis palustris (L.) Crantz Épipactis des marais, Helleborine des marais
Epipactis parviflora (Nieschalk) Klein Épipactis à petites fleurs
Epipactis phyllanthes Smith Épipactis à fleurs pendantes
Epipactis placentina Bongiorni & Grunanger Épipactis de Plaisance
Epipactis provincialis Aubenas & Robatsch Épipactis de Provence
Epipactis purpurata Smith Épipactis violacé
Epipactis rhodanensis Gévaudan & Robatsch Épipactis du Rhône
Epipogium
Epipogium aphyllum Swartz Épipogon sans feuilles
Gennaria
Gennaria diphylla (Link) Parl. Gennarie à deux feuilles
Goodyera
Goodyera repens (L.) R. Br. Goodyère rampante
Gymnadenia
Gymnadenia conopsea (L.) R. Br., Orchis moucheron
Gymnadenia odoratissima (L.) L. C. M. Richard, Orchis odorant
Hammarbya
Hammarbya paludosa (L.) Kuntze Malaxis des marais, Malaxis à deux feuilles
Herminium
Herminium monorchis (L.) R. Br. Orchis à un bulbe, Orchis musc, Herminie.
Himantoglossum
Himantoglossum hircinum (L.) Sprengel Orchis bouc
Himantoglossum robertianum (Loisel.) P. Delforge, 1999 Orchis géant
Limodorum
Limodorum abortivum (L.) Schwartz Limodore à feuilles avortées
Limodorum trabutianum Batt. Limodore de Trabut
Liparis
Liparis loeselii (L.) L.C.M. Richard, Liparis de Loesel
Listera
Listera cordata (L.) R. Br., Listère à feuilles en cœur, Listère en cœur
Listera ovata (L.) R. Br. Listère à feuilles ovales, Listère ovale.
Neotinea
Neotinea maculata (Desf.) Stern Orchis intact
Neotinea ustulata subsp. ustulata (anciennement Orchis ustulata subsp. ustulata L.) Orchis brûlé
Neotinea ustulata subsp. aestivalis, anciennement Orchis ustulata subsp. aestivalis (Kumpel) Kumpel & Mrkvicka Orchis brûlé d'été
Neotinea lactea (Poir.) Bateman Pridgeon & Chase (anciennement Orchis lactea), Orchis lacté.
Neottia
Neottia nidus-avis (L.) Rich., Néottie nid d'oiseau
Nigritella
Nigritella rhellicani Teppner & Klein, Nigritelle noire, Orchis vanille, Nigritelle de Rellikon
Nigritella gabasiana Teppner & Klein, Nigritelle de Gabas
Nigritella austriaca (Teppner & Klein) P. Delforge, Nigritelle d'Autriche
Nigritella corneliana (Beauverd) Golz & Reinhard, Nigritelle de Cornelia, Nigritelle rose
Ophrys
Ophrys apifera Hudson Ophrys abeille
Ophrys insectifera L. Ophrys mouche
Ophrys aymoninii (Breistroffer) Buttler Ophrys d'Aymonin
Ophrys bombyliflora Link Ophrys bombyx
Ophrys tenthredinifera Willdenow Ophrys guêpe, Ophrys tenthrède
Ophrys ciliata Bivona-Bernardi Ophrys miroir
section des fusca-lutea
Ophrys iricolor Desfontaines Ophrys d'Eleonore
agrégat fusca
Ophrys vasconica (O. & E. Danesch) Ophrys de Gascogne
Ophrys lupercalis Ophrys brun
Ophrys marmorata
Ophrys funerea Viviani Ophrys funèbre
agrégat lutea
Ophrys lutea Cavanilles Ophrys jaune
Ophrys sicula Tineo Ophrys de Sicile
section des fuciflora-scolopax
agrégat fuciflora
Ophrys fuciflora subsp. elatior (Gumprecht Ex H.F. Paulus) Engel & Quentin Ophrys élevé
Ophrys fuciflora subsp. fuciflora (F.W. Schmidt) Moench Ophrys bourdon, Ophrys frelon
Ophrys fuciflora subsp. annae (J. & P. Devillers-Terschuren) Engel & Quentin Ophrys d'Anne
agrégat scopolax
Ophrys conradiae Melki & Deschatres Ophrys de Madame Conrad
Ophrys santonica J.M. Mathé & Melki Ophrys de Saintonge
Ophrys scopolax Cavanilles Ophrys bécasse
section des sphegodes-arachnitiformis
Ophrys morisii (formes à périanthe vert)
Ophrys araneola Reichenbach Ophrys petite araignée, Ophrys litigieux
Ophrys virescens (Philippe ex Grenier)
Ophrys provincialis (H. Baumann & Kunkele) Paulus Ophrys de Provence
Ophrys sphegodes Miller Ophrys araignée
Ophrys incubacea Bianca Ophrys noir
Ophrys passionis Sennen ex J. & P. Devillers-Terschuren Ophrys de la Passion
Ophrys arachnitiformis Grenier & Philippe Ophrys en forme d'araignée
Ophrys aveyronensis (J.J. Wood) P. Delforge Ophrys de l'Aveyron
Ophrys morisii (Martelli) Soo Ophrys de Moris
Ophrys splendida Golz & Reinhard Ophrys brillant
Ophrys panormitana subsp. praecox (B. Corrias) Paulus & Gack Ophrys précoce
Ophrys arachnitiformis (formes à périanthe blanc à rose)
section des bertolonii
Ophrys magniflora Geniez & Melki Ophrys à grandes fleurs
Ophrys catalaunica O. & E. Danesch Ophrys de Catalogne
Ophrys aurelia P. Delforge & P. Devillers-Terschuren Ophrys aurélien
Ophrys drumana P. Delforge Ophrys de la Drôme
Orchis Certains orchis sont depuis 1997 dans les genres Anacamptis et Neotinea
Orchis papilionacea subsp. papilionacea L. Orchis papillon
Orchis papilionacea subsp. expansa (Tenore) Raynaud Grand orchis papillon
Orchis collina Banks & Solander, Orchis des collines, voir Anacamptis collina
Orchis spitzelii Sauter ex Koch Orchis de Spitzel
agrégat Orchis morio, classé depuis 1997 dans le genre Anacamptis
Orchis morio subsp. morio L. ou Anacamptis morio subsp. morio (Chase 1997), Orchis bouffon, Soupe à vin, Morion, Folle femelle, Damette
Orchis morio subsp. picta (Loiseleur) Richter ou Anacamptis morio subsp. picta] (Chase 1997), Orchis peint
Orchis champagneuxii (Barnéoud) ou Anacamptis champagneuxii (Chase 1997), Orchis de Champagneux
Orchis longicornu (Poiret) ou Anacamptis longicornu (Chase 1997), Orchis à long éperon
agrégat Orchis laxiflora, classé depuis 1997 dans le genre Anacamptis
Orchis palustris (Jacquin) devenu Anacamptis palustris (Chase 1997), Orchis des marais
agrégat Orchis mascula
Orchis mascula subsp. mascula (L.) L. Satyrion mâle, Orchis mâle
Orchis mascula subsp. acutiflora (Koch) Quentin
Orchis olbiensis Reuter in Ardoino Orchis d'Hyères
Orchis langei Richter Orchis de Lange, Orchis d'Espagne
Orchis pallens L. Orchis pâle
Orchis pauciflora Tenore Orchis à fleurs peu nombreuses
Orchis provincialis Balbis Orchis de Provence
section Orchis coriophora, classé depuis 1997 dans le genre Anacamptis
Orchis coriophora subsp. coriophora L. ou Anacamptis coriophora subsp. coriophora, Orchis punaise, Orchis fétide
Orchis coriophora subsp. fragrans (Pollini) Richter ou Anacamptis coriophora subsp. fragrans (Chase 1997), Orchis parfumé
Orchis coriophora subsp. martrinii (Timbal-Lagrave) Nyman ou Anacamtis coriophora subsp. martrinii (Chase 1997) Orchis de Martrin
section O. militaris et O. ustulata
Orchis lactea Poiret Orchis couleur de lait, Orchis lacté,classé depuis 1997 dans le genre Neotinea - Neotinea lactea.
Orchis conica Willdenow Orchis conique
Orchis militaris L. Orchis guerrier, Orchis militaire, Orchis casque
Orchis purpurea Hudson Orchis pourpre, Orchis brun
Orchis simia Lamarck Orchis singe
Orchis tridentata Scopoli, Orchis tridenté, Orchis dentelé, Orchis à trois dents
Platanthera
Platanthera bifolia (L.) L. C. M. Richard Platanthère à deux feuilles
Platanthera chlorantha Custer Reichenb. Platanthère verdâtre, Platanthère à fleurs vertes
Pseudorchis
Pseudorchis albida (L.) Á. et D. Löve Orchis blanc, Orchis miel
Serapias
Serapias cordigera L. Sérapias en cœur
Serapias lingua L. Sérapias en langue
Serapias neglecta De Notaris Sérapias méconnu
Serapias nurrica B. Corrias Sérapias de Nurra
Serapias olbia Verguin Sérapias de Provence
Serapias parviflora Parlatore Sérapias à petites fleurs
Serapias strictiflora Welwitsch ex Veiga Sérapias à fleurs raides
Serapias vomeracea (Burm.) Briq. Sérapias à labelle allongé
Spiranthes
Spiranthes aestivalis (Poiret) L. C. M. Richard Spiranthe d'été
Spiranthes spiralis (L.) Chevali. Spiranthe d'automne
Traunsteinera
Traunsteinera globosa (L.) Reichenb. Orchis globuleux

Orchis papilionacea
(France, Corse)
Serapias parviflora
(Espagne, île de Majorque)
Espèces rencontrées dans les départements et territoires d'outre-mer
Cette section est vide, insuffisamment détaillée ou incomplète. Votre aide est la bienvenue !
Espèces rencontrées sur Île de La Réunion

Aeranthes
Aeranthes strangulata, sur l'île de La Réunion.

Espèces endémiques de Saint-Pierre-et-Miquelon

famille
espèce.

Espèces endémiques de l'archipel de la Guadeloupe

famille
espèce.

Espèces répertoriées de l'île Saint-Martin

Epidendrum
Epidendrum ciliare (L.)
Epidendrum rubrum (Stehlé)
Maxillarieae
Tolumnia urophylla (Braem)
Laeliinées
Brassavola cucullata (L.)
Polystachyeae
Polystachya concreta (Jacquin)

Espèces endémiques de l'île Saint-Barthélemy

famille
espèce.

Espèces endémiques de l'île de la Martinique

famille
espèce.

Espèces endémiques de la Guyane

famille
espèce.

Espèces rencontrées au Cameroun

Ancistrorhynchus crystalensis P.J.Cribb & Laan
Ancistrorhynchus obovata Stévart inedit.
Cyrtorchis ringens (Rchb.f.) Summerh
Cyrtorchis submontana Stévart inedit.
Gastroida R.Br.
Ossiculum aurantiacum P.J.Cribb & Laan
Polystachya bipoda Stévart
Polystachya kubalae Szlach. & Olsz.
Tridactyle anthomoniaca (Rchb.f.) Summerh. subsp. nana P.J.Cribb & Stévart

Symbolique

Les noces d'orchidée symbolisent les 55 ans de mariage[réf. nécessaire].
Notes et références

↑ Joseph Arditti (Univ de californie); Aspects of the Physiology of Orchids, in "Advances in Botanical Research", Volume 7, New-York, 1979, Par Harold Woolhouse (Accessible via google books [archive]), consulté 2011/02/12
↑ a, b et c Tim W. Yam, Jenny Chua, Felicia Tay & Peter Ang ; Conservation of the Native Orchids Through Seedling Culture and Reintroduction—A Singapore Experience ; The Botanical Review Volume 76, Number 2, 263-274, on line 2010/03/25 ; DOI: 10.1007/s12229-010-9050-z (Résumé [archive])
↑ L'orchidelirium (en) qui n'est pas sans rappeler la tulipomanie aux Provinces-Unies au XVIIe siècle.

Voir aussi
Bibliographie

François Dusak & Daniel Prat (coordinateurs), Atlas des orchidées de France ; 2010, Éditions Biotope, collection Parthénope, Publications scientifiques du Muséum , 400 pages, (ISBN 978-2-914817-62-2) (Communiqué de presse [archive]).
Jean-Jules Linden, Lindenia. Iconographie des orchidées, Gand et Bruxelles, 1885-1906, 17 volumes (réédition Naturalia Publications, 1993, 5 volumes reliés, 814 planches plein page dans le texte, 1 500 pages de textes, (ISBN 2-909717-00-3) [t. 1], (ISBN 2-909717-01-1) [t. 2], (ISBN 2-909717-02-X) [t. 3], (ISBN 2-909717-03-Cool [t. 4], (ISBN 2-909717-04-6) [t. 5]).
Alfred Cogniaux et Alphonse Goossens, Dictionnaire iconographique des orchidées, Bruxelles, 1896-1907, Volume 1 : XV pages + 826 pages de planches hors-texte, toutes en couleurs. Volume 2 : textes. 315 pages. (Réédition, 1990, Institut des Jardins, Perthes-en-Gâtinais, 2 volumes in-4, reliure toile).
Aloys Duperrex et Roger Dougoud, Orchidées d'Europe, Coll. Les beautés de la nature, Neuchâtel, Delachaux & Niestlé, 1955, 239 p., reliure toile.
Collectif (sous l'égide de la SFO, dir. scientifique : Marcel Bournérias), Les Orchidées de France, Belgique et Luxembourg, Collection Parthénope.
Pierre Delforge, Guide des orchidées d'Europe, d'Afrique du Nord et du Proche-Orient, Delachaux et Niestlé, 3e éd., 2005, 640 p.
Rémy Souche, Les orchidées sauvages de France, éd. Pélican, 2004.
Zimmermann, A. & Dougoud, R., Orchidées exotiques, Coll. Les beautés de la Nature, Neuchâtel, Delachaux & Niestlé, 1959, 325p.
Pierre Bertaux et Pascal Sauvêtre, Cent cinquante ans d'Orchidées au jardin du Luxembourg. Un patrimoine du Sénat, Naturalia Publications, 2011, 204 p. (ISBN 978-2-909717-68-5).
Vincent Gillet, Les Orchidées en Lot-&-Garonne, 2015, Éditions du Bord du Lot, 120 pages, (ISBN 978-2-35208-209-5)
Philipp Cribb, Inoubliables orchidées, Alexandre Brun (the Forgotten Orchids of Alexandre Brun) , éditions Solar, 1992 (ISBN 0802115004)

Filmographie

Une rencontre au sommet. L'homme et l'orchidée. de la série télévisée L'aventure des plantes (1982) Lien web vers l'épisode 13 [1] [archive]

La fièvre de l'orchidée, film documentaire de Martin Blanchard, France, 2010, 60', diffusé sur France 5 le 23 janvier 2011.

Colombiana, film de Luc Besson, 2011, où la "Cataleya" (orchidée) est le nom et la marque des assassinats du personnage principal.

Adaptation, film de fiction de Spike Jonze, États-Unis, 2003, avec Nicolas Cage, Meryl Streep, Chris Cooper, d'après le livre de Susan Orlean, Le voleur d'orchidées, histoire vraie de John Laroche, trafiquant d'orchidées dans les Everglades.

Articles connexes

Benedikt Roezl
Thanh Lan, prénom vietnamien signifiant jolie orchidée.

Références taxinomiques

Sur les autres projets Wikimedia :

Orchidaceae, sur Wikimedia Commons Orchidaceae, sur Wikispecies

Référence Kew Garden World Checklist [archive] : Orchidaceae [archive] (en)
Référence ITIS : Orchidaceae [archive] (fr) (+ version anglaise [archive] (en))
Référence Angiosperm Phylogeny Website : Orchidaceae [archive] (+ liste genres [archive]) (en)
Référence Tree of Life Web Project [archive] : Orchidaceae [archive] (en)
Référence Tela Botanica (France métro [archive]) : Orchidaceae [archive] (fr)
Référence GRIN [archive] : famille Orchidaceae Juss. [archive] (+liste des genres contenant des synonymes [archive]) (en)
Référence CITES : famille Orchidaceae [archive] (sur le site de l’UNEP-WCMC) (fr+en)
Référence UICN : taxon Orchidaceae [archive] (en)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 6019
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: Re: Y'becca, LeSaule pleureur, Salix babylonica et sa République   Mer 28 Déc à 2:28


Le Voyage
Charles Baudelaire

À Maxime Du Camp

I

Pour l’enfant, amoureux de cartes et d’estampes,
L’univers est égal à son vaste appétit.
Ah ! que le monde est grand à la clarté des lampes !
Aux yeux du souvenir que le monde est petit !

Un matin nous partons, le cerveau plein de flamme,
Le cœur gros de rancune et de désirs amers,
Et nous allons, suivant le rythme de la lame,
Berçant notre infini sur le fini des mers :

Les uns, joyeux de fuir une patrie infâme ;
D’autres, l’horreur de leurs berceaux, et quelques-uns,
Astrologues noyés dans les yeux d’une femme,
La Circé tyrannique aux dangereux parfums.

Pour n’être pas changés en bêtes, ils s’enivrent
D’espace et de lumière et de cieux embrasés ;
La glace qui les mord, les soleils qui les cuivrent,
Effacent lentement la marque des baisers.

Mais les vrais voyageurs sont ceux-là seuls qui partent
Pour partir ; cœurs légers, semblables aux ballons,
De leur fatalité jamais ils ne s’écartent,
Et sans savoir pourquoi, disent toujours : Allons !

Ceux-là, dont les désirs ont la forme des nues,
Et qui rêvent, ainsi qu’un conscrit le canon,
De vastes voluptés, changeantes, inconnues,
Et dont l’esprit humain n’a jamais su le nom !

II

Nous imitons, horreur ! la toupie et la boule
Dans leur valse et leurs bonds ; même dans nos sommeils
La Curiosité nous tourmente et nous roule,
Comme un Ange cruel qui fouette des soleils.

Singulière fortune où le but se déplace,
Et, n’étant nulle part, peut être n’importe où !
Où l’Homme, dont jamais l’espérance n’est lasse,
Pour trouver le repos court toujours comme un fou !

Notre âme est un trois-mâts cherchant son Icarie ;
Une voix retentit sur le pont : « Ouvre l’œil ! »
Une voix de la hune, ardente et folle, crie :
« Amour… gloire… bonheur ! » Enfer ! c’est un écueil !

Chaque îlot signalé par l’homme de vigie
Est un Eldorado promis par le Destin ;
L’Imagination qui dresse son orgie
Ne trouve qu’un récif aux clartés du matin.

Ô le pauvre amoureux des pays chimériques !
Faut-il le mettre aux fers, le jeter à la mer,
Ce matelot ivrogne, inventeur d’Amériques
Dont le mirage rend le gouffre plus amer ?

Tel le vieux vagabond, piétinant dans la boue,
Rêve, le nez en l’air, de brillants paradis ;
Son œil ensorcelé découvre une Capoue
Partout où la chandelle illumine un taudis.

III

Étonnants voyageurs ! quelles nobles histoires
Nous lisons dans vos yeux profonds comme les mers !
Montrez-nous les écrins de vos riches mémoires,
Ces bijoux merveilleux, faits d’astres et d’éthers.

Nous voulons voyager sans vapeur et sans voile !
Faites, pour égayer l’ennui de nos prisons,
Passer sur nos esprits, tendus comme une toile,
Vos souvenirs avec leurs cadres d’horizons.

Dites, qu’avez-vous vu ?

IV

« Nous avons vu des astres
Et des flots ; nous avons vu des sables aussi ;
Et, malgré bien des chocs et d’imprévus désastres,
Nous nous sommes souvent ennuyés, comme ici.

La gloire du soleil sur la mer violette,
La gloire des cités dans le soleil couchant,
Allumaient dans nos coeurs une ardeur inquiète
De plonger dans un ciel au reflet alléchant.

Les plus riches cités, les plus beaux paysages,
Jamais ne contenaient l’attrait mystérieux
De ceux que le hasard fait avec les nuages.
Et toujours le désir nous rendait soucieux !

– La jouissance ajoute au désir de la force.
Désir, vieil arbre à qui le plaisir sert d’engrais,
Cependant que grossit et durcit ton écorce,
Tes branches veulent voir le soleil de plus près !

Grandiras-tu toujours, grand arbre plus vivace
Que le cyprès ? – Pourtant nous avons, avec soin,
Cueilli quelques croquis pour votre album vorace,
Frères qui trouvez beau tout ce qui vient de loin !

Nous avons salué des idoles à trompe ;
Des trônes constellés de joyaux lumineux ;
Des palais ouvragés dont la féerique pompe
Serait pour vos banquiers un rêve ruineux ;

Des costumes qui sont pour les yeux une ivresse ;
Des femmes dont les dents et les ongles sont teints,
Et des jongleurs savants que le serpent caresse. »

V

Et puis, et puis encore ?

VI

« Ô cerveaux enfantins !

Pour ne pas oublier la chose capitale,
Nous avons vu partout, et sans l’avoir cherché,
Du haut jusques en bas de l’échelle fatale,
Le spectacle ennuyeux de l’immortel péché :

La femme, esclave vile, orgueilleuse et stupide,
Sans rire s’adorant et s’aimant sans dégoût ;
L’homme, tyran goulu, paillard, dur et cupide,
Esclave de l’esclave et ruisseau dans l’égout ;

Le bourreau qui jouit, le martyr qui sanglote ;
La fête qu’assaisonne et parfume le sang ;
Le poison du pouvoir énervant le despote,
Et le peuple amoureux du fouet abrutissant ;

Plusieurs religions semblables à la nôtre,
Toutes escaladant le ciel ; la Sainteté,
Comme en un lit de plume un délicat se vautre,
Dans les clous et le crin cherchant la volupté ;

L’Humanité bavarde, ivre de son génie,
Et, folle maintenant comme elle était jadis,
Criant à Dieu, dans sa furibonde agonie :
« Ô mon semblable, ô mon maître, je te maudis ! »

Et les moins sots, hardis amants de la Démence,
Fuyant le grand troupeau parqué par le Destin,
Et se réfugiant dans l’opium immense !
– Tel est du globe entier l’éternel bulletin. »

VII

Amer savoir, celui qu’on tire du voyage !
Le monde, monotone et petit, aujourd’hui,
Hier, demain, toujours, nous fait voir notre image :
Une oasis d’horreur dans un désert d’ennui !

Faut-il partir ? rester ? Si tu peux rester, reste ;
Pars, s’il le faut. L’un court, et l’autre se tapit
Pour tromper l’ennemi vigilant et funeste,
Le Temps ! Il est, hélas ! des coureurs sans répit,

Comme le Juif errant et comme les apôtres,
À qui rien ne suffit, ni wagon ni vaisseau,
Pour fuir ce rétiaire infâme : il en est d’autres
Qui savent le tuer sans quitter leur berceau.

Lorsque enfin il mettra le pied sur notre échine,
Nous pourrons espérer et crier : En avant !
De même qu’autrefois nous partions pour la Chine,
Les yeux fixés au large et les cheveux au vent,

Nous nous embarquerons sur la mer des Ténèbres
Avec le cœur joyeux d’un jeune passager.
Entendez-vous ces voix, charmantes et funèbres,
Qui chantent : « Par ici ! vous qui voulez manger

Le Lotus parfumé ! c’est ici qu’on vendange
Les fruits miraculeux dont votre cœur a faim ;
Venez vous enivrer de la douceur étrange
De cette après-midi qui n’a jamais de fin ! »

À l’accent familier nous devinons le spectre ;
Nos Pylades là-bas tendent leurs bras vers nous.
« Pour rafraîchir ton cœur nage vers ton Électre ! »
Dit celle dont jadis nous baisions les genoux.

VIII

Ô Mort, vieux capitaine, il est temps ! levons l’ancre !
Ce pays nous ennuie, ô Mort ! Appareillons !
Si le ciel et la mer sont noirs comme de l’encre,
Nos cœurs que tu connais sont remplis de rayons !

Verse-nous ton poison pour qu’il nous réconforte !
Nous voulons, tant ce feu nous brûle le cerveau,
Plonger au fond du gouffre, Enfer ou Ciel, qu’importe ?
Au fond de l’Inconnu pour trouver du nouveau !

Charles Baudelaire
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 6019
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: Re: Y'becca, LeSaule pleureur, Salix babylonica et sa République   Jeu 29 Déc à 3:59

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 6019
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: Re: Y'becca, LeSaule pleureur, Salix babylonica et sa République   Jeu 12 Jan à 8:46

Le référendum est une institution et en cela, il n'est jamais dit que le principe du Referendum est une forme d'émancipation envers les autorités publiques... Le Referendum est la manière la plus noble auquel une loi peut être établi: Pourtant, un jour, Louis Napoléon utilisa cette manière du suffrage universel direct qui marqua les esprits... Le Peuple ne peut pourtant nier le rôle évident que représente le referendum dans le principe civique et morale de "l'individue et de l'individu" dans le terme de Démocratie... Ce principe pourtant, peut être juste consultatif mais il permet ainsi à l'individu de se mettre en situation auquel se retrouve exposer les élu"e"s... Certains voient dans le referendum une forme de combat de coq ou de boxe, en tout cas, à l'image d'un vote électif, il est un aspect fondamentale d'une cohésion morale auquel la démocratie doit faire face: Il surpasse l'aspect de l'état et sans le remettre en cause, il est capable de pointer certaines choses de la vie quotidienne. Dans certains pays, il y a l'aspect de pétition qui peuvent être soumise au suffrage universel indirect... Le suffrage universel direct auquel appartient le Référendum est un aspect essentiel du caractère humain auquel un peuple veut s'adresse envers ses nouvelles générations... Le fait de débattre est un outil essentiel en terme de communication et pourtant dans certains cas, la question du Référendum relève de l'intérêt de l'état régalien, c'est en cela que certains hésitent sur son aspect même mais il montre l'aspect même de l'interlocuteur qui propose le sujet de la question. Le référendum est une loi d'utopie qui pourtant montre l'aspect réel de l'individu dans la société: En cela, j'accorde une importance réelle dans la constitution de Y'becca et des Républiques d'Israël et de la Palestine ainsi que dans toutes les Nations Morales et Physiques pour une reconnaissance morale et intellectuel dans le référendum: Son vote est lié malheureusement à des disputes entre des élu"e"s du Suffrage universel indirect... Toutefois, tout comme le vote direct du parlement et tout vote indirect du parlement, le référendum ne peut être organiser pour un Conflits d’intérêts et en cela, c'est au pouvoir judiciaire et à ses membres qu'il soit public et privé tout en maintenant et mettant l'aspect du service public militaire et civil dans la lutte contre les Conflits d’intérêts qui pourrait s'ingérer dans la teneur du débat et du vote: L'aspect du Général, de la société et l'individu doit être soulever en soulevant toutes les égalités et inégalités que peuvent engendrer le référendum... Certains peuvent s'amuser à créer de lois et des référendum pour des Conflits d’intérêts, pour créer des désordres et par gloire personnel... Cela n'est pas dans l'intérêt de l'harmonie sereine auquel nous devons être en ces situations profondes de changement de climat: "De jour en jour; le petit Nuage de Magellan et La Galaxie d'Andromède évolue depuis µ Êta Careme" s'écrie Nagaliew la mouette aux yeux verts..."
L'aspect du référendum est un droit de cité et de navire dans les prochains siècles à venir; et le juge suprême de la république de l'olivier s'y engage et dans des situations d'urgence, notre professionnalisme institué par la philosophie et la prudence du référendum nous permettra d'avoir l'anticipation sur le danger qu'il soit matérielle, morale et naturelle, ils peuvent être distinct ou englobé, Le référendum et ses principes il est un aspect fondamentale d'une cohésion morale auquel la démocratie, une armée ou un navire doit faire face... Le Laïc et l'Eternel devant la démocratie et la Nature. Conflits d’intérêts... Le clans des mouettes et la cinquième république devant l'adversité des peurs et des intérêts... Nous sommes prêt à faire face à l'avenir... La République de l'Olivier...

Ecrit de
TAY
La chouette effraie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Y'becca, LeSaule pleureur, Salix babylonica et sa République   

Revenir en haut Aller en bas
 
Y'becca, LeSaule pleureur, Salix babylonica et sa République
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Près du saule pleureur... [Pv Léa et Rawane]
» Sous un saule Pleureur [ PV Manu]
» Sur une barque ... seul ... avec elle ...
» Cours 2 années 1 à 3 [TERMINE]
» Le saule pleureur

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le clans des mouettes :: Le clans des mouettes-
Sauter vers: