Le clans des mouettes

ainsi est la force.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 http://la-5ieme-republique.actifforum.com

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
yanis la chouette



Nombre de messages : 5345
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: http://la-5ieme-republique.actifforum.com   Jeu 9 Sep à 3:52

http://la-5ieme-republique.actifforum.com
http://leclandesmouettes.bbflash.net/f1-le-clans-des-mouettes
http://www.vie-publique.fr/decouverte-institutions/institutions/veme-republique/

Pour Maïmonide

   « Par la raison, l’homme distingue le vrai du faux et ceci a lieu dans toutes choses intelligibles »

— Guide des Égarés, 1re partie, chap. 2, Verdier

Le bon et le mauvais, le beau et le laid ne ressortent pas de l’intelligible, du rationnel, mais de l’opinion, du probable.

Tant qu’Adam possédait parfaitement et complètement la connaissance de toutes choses connues et intelligibles, il n’y avait en lui aucune faculté qui s’appliquât aux opinions probables et même il ne les comprenait pas (ibidem). Le bien et le mal n’existaient même pas ; seules existaient les choses intelligibles et nécessaires. La perte de cette connaissance parfaite de toutes choses intelligibles dont lui faisait bénéfice sa fusion avec Dieu fait accéder Adam à un état nouveau, un monde différent :

   les choses lui sont connues autrement que par la raison,
   la façon dont il les connaît relève de l’opinion contingente qu’il s’en fait : elles sont belles ou laides, bonnes ou mauvaises.

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------

Le Revenant

Comme les anges à l’œil fauve,
Je reviendrai dans ton alcôve
Et vers toi glisserai sans bruit
Avec les ombres de la nuit ;

Et je te donnerai, ma brune,
Des baisers froids comme la lune
Et des caresses de serpent
Autour d’une fosse rampant.

Quand viendra le matin livide,
Tu trouveras ma place vide,
Où jusqu’au soir il fera froid.

Comme d’autres par la tendresse,
Sur ta vie et sur ta jeunesse,
Moi, je veux régner par l’effroi.

Charles Baudelaire
Les Fleurs du Mal
-----------------------------------------------------------------------------------
Parfum exotique

Quand, les deux yeux fermés, en un soir chaud d’automne,
Je respire l’odeur de ton sein chaleureux,
Je vois se dérouler des rivages heureux
Qu’éblouissent les feux d’un soleil monotone ;

Une île paresseuse où la nature donne
Des arbres singuliers et des fruits savoureux ;
Des hommes dont le corps est mince et vigoureux,
Et des femmes dont l’œil par sa franchise étonne.

Guidé par ton odeur vers de charmants climats,
Je vois un port rempli de voiles et de mâts
Encor tout fatigués par la vague marine,

Pendant que le parfum des verts tamariniers,
Qui circule dans l’air et m’enfle la narine,
Se mêle dans mon âme au chant des mariniers.

Charles Baudelaire
Les Fleurs du Mal
---------------------------------------------------

La paléontologie des atomes peut elles d'étudier dans l'espace !(?). Eh bien oui, par le reflet de la masse, par des variations chimiques et de volumes de l'environnement. Le temps d'une ombre magnétique laisse une empreinte dans la matière et le volume ! Il demeure une empreinte invisible en luminosité mais repérable par une variation chimique ou par une anomalie quelquonque crée par un phénomène antérieure à la composition chimique présente: J'appelle cela une odeur chaotique ou un reflet temporelle.

écrit de
TAY la chouette effraie


Dernière édition par yanis la chouette le Ven 20 Mai à 8:38, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 5345
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: nouvelle adresse   Jeu 9 Sep à 3:54

http://la-5ieme-republique.actifforum.com
http://leclandesmouettes.bbflash.net/f1-le-clans-des-mouettes
http://www.vie-publique.fr/decouverte-institutions/institutions/veme-republique/heritages/

Horizons et écritures ou Néandertalien et Sapiens

Pourquoi le temps et l'espérance...? Oui, l'espace et l'espérance...! Le temps est une notion de vie et je n'ai pas eu besoin de l'apprendre chez les philosophes... Oui, le temps et l'espace sont aussi liées que la vie se rapporte à l'espérance et je n'ai pas besoin de formules scientifiques pour me dire qu'il n'y a rien d'intellectuel dans ce que je dis... Malgré tout, il y a cette formule irréaliste et pourtant vrai: Rien et tout à la fois, le souffle

Le dessin désigne l'espérance et l'art se repose sur la prudence des lieux... On désigne la chasse mais à cette heure aucun dessin archéologique ne représente de meurtres... On prétends que l'histoire est né de l'écriture... Alors depuis quand le meurtre s'est il gangrené à l'histoire, Patriote...

Ecrit de
TAY
La chouette effraie.

Je dédie ce texte à cette Femme de l'Universelle et de la Prière :

Mary Wollstonecraft est parfois considérée comme la première philosophe féministe, bien que ce terme n'existe pas encore à l'époque. En effet, au xxe siècle, l'historiographie féministe en fait une des devancières du mouvement et la Défense des droits de la femme (1792) est présenté parfois comme l'un des premiers écrits féministes, bien que la métaphore de la femme comparée à la noblesse qu'elle utilise dans celui-ci (la femme dorlotée, fragile et exposée au danger par sa paresse intellectuelle et morale) puisse apparaître comme un argument dépassé. Malgré ses apparentes contradictions révélatrices des problèmes auxquels il est difficile de donner une réponse satisfaisante, ce livre est devenu par la suite la pierre angulaire de la pensée féministe . Le livre est un succès et la critique de l'époque est quasi-unanime pour reconnaître son importance.

Comme les auteures précédentes, Mary Wollstonecraft insiste sur la nécessité d'éduquer les jeunes filles. Grâce à l'éducation, elles réaliseront mieux leurs potentiels et seront enfin des êtres humains à part entière. De plus, elle préconise un apprentissage qui permettrait aux femmes de subvenir seules à leurs besoins en exerçant un emploi. Enfin, elle réclame pour les femmes des droits civils et politiques et même des élues les représentant .


Dernière édition par yanis la chouette le Mar 14 Juin à 9:29, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 5345
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: à Visiter   Sam 24 Jan à 10:20

http://la-5ieme-republique.actifforum.com
http://leclandesmouettes.bbflash.net/f1-le-clans-des-mouettes
http://www.elysee.fr/la-presidence/les-institutions-de-la-cinquieme-republique/


Dernière édition par yanis la chouette le Mer 11 Mai à 9:03, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 5345
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: Re: http://la-5ieme-republique.actifforum.com   Mer 14 Oct à 8:30


Justice convenant avec le réel du Présent et d'expréssion : Le 14 octobre 2015, le Sénat discutera la proposition de loi « de lutte contre le système prostitutionnel », qui prévoit notamment la pénalisation des clients des travailleurSEs du sexe.

OpposéEs à l’adoption de ce projet de loi, nous rappelons que toute mesure de pénalisation, directe ou indirecte, de l’exercice de la prostitution, ne fait que nous fragiliser et n’apporte aucune réponse aux problèmes que nous pouvons rencontrer (précarité, exploitation, violences, traite). La vulnérabilité des travailleurSEs du sexe aux violences et à l’exploitation ne sera pas combattue par des mesures punitives et policières, mais par la décriminalisation du travail sexuel. Plutôt qu’un conditionnement des (maigres) aides sociales à l’arrêt de la prostitution, plutôt qu’un tour de passe-passe entre l’abrogation du délit de racolage et la pénalisation des clients, et plutôt que des titres de séjour précaires, nous défendons l’accès aux droits pour touTEs, des régularisations qui permettent l’accès à la justice pour les victimes de violences ou d’exploitation, et l’abrogation immédiate du délit de racolage et des arrêtés municipaux interdisant l’espace public aux travailleurSEs du sexe.

A l’heure où une partie de la gauche se dit solidaire des migrants, cette proposition de loi soutenue par une majorité des forces politiques vise à expulser les travailleurSEs du sexe migrantes du territoire français, à renforcer notre contrôle, tout en s’appuyant sur un biais moral qui fait de nous des victimes.

Mais si nous sommes victimes, c’est bien d’une répression quotidienne favorisant notre exploitation. Malgré la stigmatisation croissante, nous prenons la parole pour dénoncer les violences que nous subissons, au premier rang desquelles les violences policières et étatiques. Nous nous organisons et nous luttons pour nos droits de travailleurSEs !

C’est pourquoi, nous appelons à un rassemblement contre l’adoption de ce projet de loi qui aura des conséquences désastreuses sur nos vies et nous vous invitons à nous rejoindre en solidarité avec touTEs les travailleurSEs du sexe.

Rassemblements le 14 octobre à 14h

à Paris devant le Sénat

à Toulouse Esplanade François Mitterrand (Métro Jean Jaurès)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 5345
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: jeune-afghane-filme-loffensive-charme-talibans-caméra-cachée   Jeu 5 Nov à 8:51

Sa famille l'avait prévenue que la route était dangereuse, mais Fatima a quand même pris le bus pour rentrer à Kaboul. Et à mi-chemin, la rencontre se produit: un rebelle taliban arrête le car, monte et se lance dans une offensive de charme que la jeune Afghane, incrédule, immortalise en secret sur son portable.
En cette fin octobre, Fatima, une psychologue de 23 ans, enclenche la caméra de son téléphone à l'approche du barrage érigé par les talibans dans la province de Baghlan, dissimulant discrètement l'objectif entre l'index et le majeur. Pendant une minute, elle filme en contre-plongée le rebelle monté à bord.
Le taliban, barbe fournie et turban de rigueur, s'exprime avec douceur dans un mélange de pashto et dari, les deux langues du pays. Sa harangue participe d'une campagne lancée par la direction du mouvement rebelle, qui entend polir son image auprès d'Afghans exaspérés par plus de trois décennies de guerre.
"Salam Aleikum, j'espère que vous n'êtes pas trop fatigués", lance-t-il aux passagers de l'autocar reliant Mazar-i-Sharif (nord) à Kaboul, un trajet de huit heures sur une route dont certains tronçons sont régulièrement pris d'assaut par les talibans.
"Si vous travaillez pour le gouvernement, s'il vous plaît démissionnez", poursuit-il à l'attention des éventuels fonctionnaires et soldats, cibles privilégiées des insurgés.
"Ne vous inquiétez pas", dit-il à des passagers estomaqués, avant d'expliquer: "Certains disent que les talibans sont des cannibales. Je suis taliban mais pas cannibale". Et de conclure bravache, avant de laisser le car repartir: "Si je vois un Américain, je lui dévore la tête".
"J'étais très angoissée", raconte Fatima, qui a grandi en exil en Iran à une époque, la fin des années 90, où les talibans dirigeaient l'Afghanistan. "L'idée que je me fais des talibans provient des actes atroces qu'ils commettent, comme les attentats suicide", qui font souvent des victimes civiles.
Une fois arrivée à Kaboul, Fatima montre la vidéo à ses amis qui la trouvent "très intéressante". "Au bout de 3 jours, je l'ai mise sur Facebook". La jeune femme n'avait pas prévu le "buzz" qu'elle allait créer. "La plupart des gens m'ont dit que j'étais très courageuse", dit-elle.
Le taliban n'y voit que du feu lorsque Fatima filme, une aubaine pour la jeune femme, qui ne croit pas à changement de fond des méthodes violentes des insurgés.
Elle est d'autant plus sceptique que lors de la prise de Kunduz, ville du nord qu'ils ont tenue pendant trois jours fin septembre, les insurgés ont incendié un refuge pour femmes battues. Selon des habitants, ils ont pillé une école de filles et vandalisé des agences de promotion de la femme.
Dans la foulée, les talibans ont érigé des barrages temporaires dans la région, comme à Chechma-i-Cher, le village où le car de Fatima a été arrêté. "A première vue, les habitants (de Chechma-i-Cher) semblaient bien s'entendre avec les talibans, mais à y regarder de plus près, ils étaient terrifiés", assure-t-elle.
- 'Gouffre entre les paroles et les actes' -
"Si les talibans revenaient au pouvoir, j'aurais très peur. J'ai vu ce qu'il s'est passé à Kunduz", insiste-t-elle. Femme, jeune, diplômée, issue des sadates, un courant minoritaire de l'islam chiite, Fatima a tout pour déplaire aux talibans sunnites.
Durant ses cinq années d'existence, leur régime, balayé en 2001 par une coalition menée par les Etats-Unis, était souvent épinglé pour son traitement des femmes. "On ne pouvait pas sortir sans être accompagnées par un homme, ni aller à l'école", se souvient Hasina Safi, directrice de l'ONG Réseau des femmes afghanes.
Elle n'est pas convaincue par le discours du mollah Akhtar Mansour, le chef des talibans qui en septembre qualifiait l'éducation moderne de "nécessité", ni par le taliban filmé par Fatima. "Il y a un gouffre entre les paroles et les actes", assène Mme Safi, rappelant leurs violences récentes à Kunduz.
Fatima, elle, y voit un changement de stratégie par lequel les talibans "veulent conquérir les coeurs des civils et prouver que s'ils étaient au pouvoir, ils seraient bien meilleurs que le gouvernement actuel" du président Ashraf Ghani.
La vidéo tournée par Fatima est un document rare, mais la jeune fille craint qu'elle ne devienne un fardeau trop lourd à porter. Si l'attention dont elle fait l'objet continue, elle pense quitter l'Afghanistan. Bien qu'elle n'ait pas été menacée, "rester nous met en danger, ma famille et moi", soupire-t-elle.
---------------------------------------------------------------------------------------------
Le juge Suprême de la République de l'Olivier.

Ecoutez et faire signe aux scribes de Justice d'écrire : Les Hommes et les prophètes ont toujours condamné les peuples qui n'écoutent que les plus brave d'entre-eux.

Ces Hommes condamnent l'ingratitude, insouciance et le mépris... Ils rappellent les choses... Pour un enfant, Dieu est incarné dans le vent. Alors le prophète condamne les profiteurs et les ignorants.

Celui qui peut prétendre être la République, c'est celui qui veut rassembler autour d'un peuple et d'un enseignement... Ouvrir les Portes aux Laïques...

Pour cela, il faut réellement avoir une vision et une anticipation : Voir la Pauvreté et entendre l'embouteillage. Croire en Yahvé, celui qui n'a pas d'image, L’Éternel ! Celui qui a entendu sa naissance...


Non à l'Esclavage, Non à la Pauvreté, Non à la Torture , Non aux viols physiques et moraux, Non à la Séquestration...

Se préparer à notre vérité, la connaissance est un outil. Le feu de l’Éternel est un phare où les marins ont un repaire. Ses étoiles, sa matière permettent aux sextants de trouver sens dans l’intrigante tempête... Sans roses des sables, la boussole n'indique rien ! Entendre sa plainte et sa soif de République... L'Egalité et ses Enfants ou le Peuple

TAY
La Chouette Effraie


Dernière édition par yanis la chouette le Jeu 31 Mar à 8:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 5345
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: jeune-afghane-filme-loffensive-charme-talibans-caméra-cachée   Jeu 5 Nov à 8:51

Les pouvoirs réels des citoyens de la République de l'Olivier
Sur leur Juge suprême....

Suite à des critiques envers la Justice au sujet de ne pas interroger les Présidents des Républiques sur des sujets banals de secourisme comme secourir des animaux dans des Arbres
et ne pas vérifier les traitements des personnes dans les hôpitaux,des soldats dans leurs casernes, des maison de retraite et d'accueil.
Le juge suprême de la République doit répondre devant les institution des Républiques-Mères de l'Olivier : Israël et Palestine.
Lorsque les institutions de La République de l'Olivier, construite aux yeux et aux oreilles du peuple, son indépendance de Nation, L'intégrité de son territoire où l’exécution de ses engagements internationaux sans violation de l'être et de l'individu, sont menacés d'une manière grave et que le fonctionnement des pouvoirs publics et constitutionnels de secourisme sont interrompus.

Par ce fait les présidents des Républiques-Mères convoquent le juge suprême et les généraux secouristes du Service Public et les associations Privés tel O.N.G pour faire un état des lieux sur une quelconque erreur de communication qui peut engendrer une discorde sur les fonctionnement des Hôpitaux et engendrer une erreur de soin aussi minimal qu'il puisse y paraître...

Par ce fait, l'armée possède l'art des retenues, de la retenue et du secourisme face à des ordres émanant d'une quelconque personnalité du monde Exécutif, Législatif, judiciaire, Militaire, Syndical et Associatif portant à vouloir créer une quelconque discorde entre les Républiques-mères : Israël et Palestine.

Le Peuple tout comme la Justice et la Police Municipal est un ordre militaire et hospitaliers :
A quoi reconnaître la teneur des mots discernés, les arguments cachés afin d'élucider le mystère... Il n'y a pas de puzzle, c'est juste des êtres et un univers semblable à la Terre...
La Sagesse doit discerner le danger, l’orgueil , l'avarice et la convoitise...

TAY
La Chouette Effraie
----------------------------------------------------------------------------------------------------
Sa famille l'avait prévenue que la route était dangereuse, mais Fatima a quand même pris le bus pour rentrer à Kaboul. Et à mi-chemin, la rencontre se produit: un rebelle taliban arrête le car, monte et se lance dans une offensive de charme que la jeune Afghane, incrédule, immortalise en secret sur son portable.
En cette fin octobre, Fatima, une psychologue de 23 ans, enclenche la caméra de son téléphone à l'approche du barrage érigé par les talibans dans la province de Baghlan, dissimulant discrètement l'objectif entre l'index et le majeur. Pendant une minute, elle filme en contre-plongée le rebelle monté à bord.
Le taliban, barbe fournie et turban de rigueur, s'exprime avec douceur dans un mélange de pashto et dari, les deux langues du pays. Sa harangue participe d'une campagne lancée par la direction du mouvement rebelle, qui entend polir son image auprès d'Afghans exaspérés par plus de trois décennies de guerre.
"Salam Aleikum, j'espère que vous n'êtes pas trop fatigués", lance-t-il aux passagers de l'autocar reliant Mazar-i-Sharif (nord) à Kaboul, un trajet de huit heures sur une route dont certains tronçons sont régulièrement pris d'assaut par les talibans.
"Si vous travaillez pour le gouvernement, s'il vous plaît démissionnez", poursuit-il à l'attention des éventuels fonctionnaires et soldats, cibles privilégiées des insurgés.
"Ne vous inquiétez pas", dit-il à des passagers estomaqués, avant d'expliquer: "Certains disent que les talibans sont des cannibales. Je suis taliban mais pas cannibale". Et de conclure bravache, avant de laisser le car repartir: "Si je vois un Américain, je lui dévore la tête".
"J'étais très angoissée", raconte Fatima, qui a grandi en exil en Iran à une époque, la fin des années 90, où les talibans dirigeaient l'Afghanistan. "L'idée que je me fais des talibans provient des actes atroces qu'ils commettent, comme les attentats suicide", qui font souvent des victimes civiles.
Une fois arrivée à Kaboul, Fatima montre la vidéo à ses amis qui la trouvent "très intéressante". "Au bout de 3 jours, je l'ai mise sur Facebook". La jeune femme n'avait pas prévu le "buzz" qu'elle allait créer. "La plupart des gens m'ont dit que j'étais très courageuse", dit-elle.
Le taliban n'y voit que du feu lorsque Fatima filme, une aubaine pour la jeune femme, qui ne croit pas à changement de fond des méthodes violentes des insurgés.
Elle est d'autant plus sceptique que lors de la prise de Kunduz, ville du nord qu'ils ont tenue pendant trois jours fin septembre, les insurgés ont incendié un refuge pour femmes battues. Selon des habitants, ils ont pillé une école de filles et vandalisé des agences de promotion de la femme.
Dans la foulée, les talibans ont érigé des barrages temporaires dans la région, comme à Chechma-i-Cher, le village où le car de Fatima a été arrêté. "A première vue, les habitants (de Chechma-i-Cher) semblaient bien s'entendre avec les talibans, mais à y regarder de plus près, ils étaient terrifiés", assure-t-elle.
- 'Gouffre entre les paroles et les actes' -
"Si les talibans revenaient au pouvoir, j'aurais très peur. J'ai vu ce qu'il s'est passé à Kunduz", insiste-t-elle. Femme, jeune, diplômée, issue des sadates, un courant minoritaire de l'islam chiite, Fatima a tout pour déplaire aux talibans sunnites.
Durant ses cinq années d'existence, leur régime, balayé en 2001 par une coalition menée par les Etats-Unis, était souvent épinglé pour son traitement des femmes. "On ne pouvait pas sortir sans être accompagnées par un homme, ni aller à l'école", se souvient Hasina Safi, directrice de l'ONG Réseau des femmes afghanes.
Elle n'est pas convaincue par le discours du mollah Akhtar Mansour, le chef des talibans qui en septembre qualifiait l'éducation moderne de "nécessité", ni par le taliban filmé par Fatima. "Il y a un gouffre entre les paroles et les actes", assène Mme Safi, rappelant leurs violences récentes à Kunduz.
Fatima, elle, y voit un changement de stratégie par lequel les talibans "veulent conquérir les coeurs des civils et prouver que s'ils étaient au pouvoir, ils seraient bien meilleurs que le gouvernement actuel" du président Ashraf Ghani.
La vidéo tournée par Fatima est un document rare, mais la jeune fille craint qu'elle ne devienne un fardeau trop lourd à porter. Si l'attention dont elle fait l'objet continue, elle pense quitter l'Afghanistan. Bien qu'elle n'ait pas été menacée, "rester nous met en danger, ma famille et moi", soupire-t-elle.


Dernière édition par yanis la chouette le Jeu 31 Mar à 8:31, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 5345
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: Ma femme vient de faire une fausse couche, comment aider !   Jeu 5 Nov à 8:52

Prière pour un enfant mort-né

Seigneur,
tu seras seul à connaître vivant
cet enfant que la mort nous arrache à sa naissance
Mais, avant même d’être né,
n’était-il pas aimé ?
Toi qui l’aimes aussi depuis le commencement,
nous te prions :
Puisqu’il n’a pu vivre auprès de nous,
fais-le vivre auprès de toi
pour les siècles des siècles.

© La célébration des obsèques

Les femmes peuvent réagir différemment à cette épreuve , mais pour beaucoup c’est une blessure qui a du mal à guérir. Il me semble que votre épouse a d’abord besoin que vous manifestiez votre prise en compte de sa douleur dans vos silences compatissants, votre écoute, vos paroles et vos gestes. Souvenez-vous pour l’avenir que la période anniversaire autour de la date de la fausse couche est un moment sensible.

Ensemble, choisissez un nom pour l’enfant parti et confiez-le au Seigneur dans la prière. Viendra le moment où vous pourrez parler ensemble de l’éventualité de concevoir un nouvel enfant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 5345
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: la France, agissez maintenant pour les poules européennes   Jeu 19 Nov à 9:41

Bonjour
Grâce à votre engagement sans relâche, les cages en batterie conventionnelles ont été interdites en 2012 et les poules européennes ont progressivement cessé d’être enfermées dans des cages nues. CIWF a enquêté cette année dans quatre pays européens pour mesurer l’impact réel de cette interdiction sur les poules pondeuses.
Cet été, nous vous avons dévoilé les images de notre enquête tournées en France. Des élevages intensifs où la productivité dicte sa loi. Des centaines de millions de poules dans d’autres pays d’Europe subissent le même sort. Aujourd’hui nous avons besoin de vous pour révéler cette cruauté au grand jour à l’échelle européenne.
Cliquez ici pour voir la vidéo de l’enquête.
Saluée à juste titre comme une victoire, l’interdiction des cages conventionnelles était l’opportunité de faire vraiment évoluer les conditions de vie des poules européennes. Malheureusement, l’industrie de l’œuf n’a fait que remplacer les cages conventionnelles par un autre type de cages...
Ces nouvelles cages dites « aménagées » ou « enrichies » ont beau être une amélioration par rapport aux anciennes cages nues, elles ne permettent toujours pas aux poules d’exprimer leurs comportements naturels. Les oiseaux ont à peine la place d’étendre leurs ailes. Une cage reste une cage.
Alertez le ministre de l’agriculture sur les découvertes de notre enquête! Il doit être informé que les lois existantes ne permettent pas d’assurer le bien-être des poules.
En finir avec les cages
Nos enquêteurs ont découvert des oiseaux aux plumes piquées et aux becs épointés, passant leur vie entière confinés dans de petites cages sur un sol métallique grillagé. Les ”enrichissements” apportés à ces cages sont de la poudre aux yeux.
■ Les perchoirs sont soit trop bas, à quelques centimètres du sol, ce qui empêche les poules de se mouvoir aisément dans la cage, soit trop hauts, ce qui empêche les poules de se tenir droites car leur tête touche alors le haut de la cage.
■ Des petits blocs de plastique perforés font office d’aire de grattage, mais la litière passe au travers de ces trous et les poules ne peuvent donc pas exprimer leurs comportements naturels, tels que gratter pour trouver de la nourriture ou prendre un bain de poussière.
Notre verdict ? Les cages “enrichies” sont peut-être légales, mais certainement pas acceptables.
Envoyez un e-mail à votre Ministre de l’Agriculture et demandez une loi qui protège vraiment le bien-être des poules européennes.
Légal et inacceptable
Ensemble, nous pouvons mettre fin aux cages pour les poules.
Merci,
Aurélia Greff
Responsable Campagne
PS Il est essentiel que nos représentants auprès de l’Union Européenne soient informés de la véritable nature des cages enrichies et de la souffrance qu’elles provoquent. Merci d’envoyer dès aujourd’hui un e-mail au Ministre de l’Agriculture.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 5345
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: l’autre 18 juin   Ven 4 Déc à 9:57

Il y a 40 ans en Irlande…l’autre 18 juin

A l’aube du 28 avril 1969, dès que fut connu l’échec du referendum sur la régionalisation et la réforme du Sénat, les Français apprirent par un communiqué officiel que le général de Gaulle « cessait d’exercer ses fonctions de président de la République » à partir de midi. Une fois passés les premiers moments de stupeur et d’émotion suscités par cette décision étonnante pour un homme de pouvoir dans notre monde contemporain, chacun s’interrogea sur ce qu’allait faire désormais « le Grand Charles », tandis que se préparait dans la fièvre la campagne électorale pour le choix de son successeur. On ne pouvait imaginer un personnage de cette envergure prenant benoîtement sa retraite comme un Français moyen, à l’issue de quelques trente années de dur labeur. Et pourtant… il allait bien « faire retraite » aux trois sens du terme : le retour d’un Cincinnatus, jamais impressionné par des honneurs factices, vers l’authenticité de ses origines pour « reprendre sa charrue » ; la retraite du héros devant l’infortune du Destin qui, comme l’Aigle en Russie, amer, baisse la tête, mais peaufine une image romanesque propre à lui ramener attachement, fidélité et même à susciter des remords ; l’isolement volontaire du preux chevalier dans quelque monastère pour se préparer, dans le silence propre à la prière et la méditation, à se présenter devant son Juge suprême.



Comme en témoigne son entourage, de Gaulle avait décidé d’abord de s’isoler dans sa maison haut-marnaise de la Boisserie : « Il ne me reste plus maintenant qu’à écrire mes Mémoires et ce sera, pour moi, le seul moyen de rendre encore service à la France. » déclara t-il au journaliste Jean Mauriac. A Michel Debré qui lui téléphonait pour lui dire son désarroi, il répondit : « Que voulez-vous, Debré, on ne peut pas gagner toutes les batailles. Nous avons vaincu Vichy, nous avons vaincu l’OAS, nous avons vaincu la chienlit de 68, mais nous n’avons pas réussi à rendre les bourgeois nationaux. » « Pour l’instant, je ne verrai personne, je ne dirai rien » dit-il à son aide de camp François Flohic. Celui-ci se félicita de ce retrait volontaire du Général du débat politicien « étant donné que son personnage le dépasse… Mon vœu est qu’il écrive une philosophie politique à l’égard de la jeunesse, la jeunesse dont je soulignais qu’un jour elle comprendrait son action. ‘Oui, dans dix ans’ répliqua de Gaulle. » Dans les dernières lignes des Mémoires de guerre, le Général écrivait dix ans plus tôt : « Dans le tumulte des événements, la solitude était ma tentation. Maintenant elle est mon amie. De quelle autre se contenter lorsqu’on a rencontré l’histoire ? ».



Puis très vite, le couple de Gaulle , pressé d’échapper à l’agitation médiatique autour de l’élection présidentielle qui venait perturber même le paisible village de Colombey-les-Deux-Eglises, s’envola incognito pour un séjour de plus d’un mois (10 mai-19 juin 1969), qui se voulait tout à fait privé, en Irlande. Pourquoi ce choix pour la Verte Erin ? Nous le savons par le témoignage d’un ancien conseiller diplomatique à l’ambassade de Dublin Pierre Bitard : « il avait toujours souhaité s’y rendre, ayant des ancêtres irlandais, les Mac Cartan. S’il avait quitté la France, c’était pour ne pas influer, par sa présence, sur la campagne présidentielle, mais aussi pour se trouver loin du Mont Valérien, le 18 juin. Le souvenir de cette cérémonie, à laquelle il n’assisterait pas cette année, était pour lui un déchirement qu’il masquait mal d’impassibilité. Ne pouvant pas, de son point de vue, se rendre ailleurs que dans un pays neutre, et surtout pas en Grande-Bretagne –« vous voyez de Gaulle se rendre à Londres sans un message d’espoir ? » – que lui restait-il ? La Suisse ? Trop près de la France ; la Finlande ? Trop loin ; restait l’Irlande. »



Mais dès son arrivée à Cork, de Gaulle se rendit compte qu’il ne pourrait être question pour lui et son épouse de se comporter comme des touristes âgés ordinaires, malgré le secret ayant entouré la recherche du petit hôtel vieillot d’Heron Cove, près de Sneem dans le Kerry, où, comme il l’écrivit à un de ses neveux, il allait trouver « le calme et le détachement souhaités ». Au pied de la passerelle de son avion, il fut accueilli par le Premier Ministre irlandais Jack Lynch d’un « Welcome Home ! » (« Bienvenue chez vous ! ») fort chaleureux, tout comme le message du Président de la République, Eamon de Valera : « Je suis sûr que notre peuple sera enchanté que le général de Gaulle ait choisi notre pays pour ses vacances à titre privé. Nous espérons que ce séjour lui sera très agréable et que tout sera comme le Général le désire, en particulier concernant son souhait d’anonymat. ».



Malgré l’essaim de paparazzi qui pourchassait l’illustre visiteur les premières semaines – d’où pour l’Histoire la célèbre photographie du vieil homme à l’humeur aussi sombre que son pardessus arpentant la plage de Derrynane – de Gaulle apprécia l’attitude à la fois respectueuse et bon enfant du peuple irlandais à son endroit comme en témoigne cette anecdote : Le Général et son épouse trouvèrent en Irlande le moyen de pratiquer discrètement leurs dévotions religieuses, comme ils avaient l’habitude de le faire en Haute-Marne. Le premier dimanche 11 mai et le jeudi de l’Ascension 15 mai, c’est dans le salon de leur résidence que le curé de Sneem, le Révérend Robert Flavin, vient célébrer la messe, servie par le commandant Flohic. Le jovial ecclésiastique parvient à convaincre les de Gaulle de venir assister à l’office à l’église St Michaël de Sneem. Il sut utiliser de bons arguments pour qu’ils acceptent de se mêler à la foule des villageois qui les attendaient avec impatience. « J’ai dit au général de Gaulle que les gens de Sneem espèrent le voir marcher au milieu d’eux comme le faisait Saint Patrick, l’évangélisateur de l’Irlande. » expliqua-t-il aux journalistes. Et il ajouta : « Je lui ai trouvé beaucoup d’allant. Le Général et Mme de Gaulle paraissent tous deux en excellente santé. Ils ont le teint très frais et ils le doivent, sans doute, au repos, à la tranquillité et au bon air de l’Irlande. ». Ainsi le 18 mai, les deux fidèles célèbres participèrent à l’office dominical à 11h. Ils furent accueillis par presque tous les habitants du village aux cris de « Cead mile failte » (cent mille bienvenues). Comme ils le faisaient à Colombey, ils refusèrent les prie-Dieu de cérémonie préparés à leur intention et s’installèrent au dixième rang; De Gaulle écouta sans broncher les propos chaleureux du curé sur sa venue et resta seul debout au moment de l’Elévation.



Pendant un mois de véritables vacances, M. et Mme de Gaulle reprirent, tant au cœur des luxuriants jardins de la Riviera irlandaise que dans les âpres étendues du Connemara, leur rythme de vie bien ordonné, et de Gaulle put faire de longues promenades dans des sites historiques et sur des côtes battues par les vents qu’il affectionnait et passer de belles heures à s’adonner à la réflexion et l’écriture.



Et paradoxalement, c’est par un 18 juin mémorable qu’allait se terminer « ce retour aux sources », à la fois personnel et national, du général de Gaulle. Laissons la plume à un témoin privilégié, l’ambassadeur de France en Irlande et Compagnon de la Libération, Emmanuel d’Harcourt, qui a rédigé des notes inédites sur ce qui fut – on le comprendra – un des grands moments de sa vie. De Gaulle avait accepté avec déférence l’invitation d’Eamon de Valera, pour lequel il avait déclaré en 1945 éprouver « une grande admiration pour la manière avec laquelle il avait défendu la neutralité de son pays », à aller passer les trois derniers jours de ses vacances irlandaises dans sa résidence d’Aras an Uachtarain dans Phoenix Park à Dublin. De son côté, de Valera affirma que pour lui « de Gaulle incarnait la France » et « qu’il ne cessait pas de l’admirer et de l’aimer ».



La première rencontre entre ceux que Jean Lacouture baptisa « Les deux jumeaux fabuleux » (jumeaux, ils l’étaient , tant par la taille que par la personnalité et le rôle qu’ils ont joué dans l’indépendance de leurs pays) eut lieu le mardi 17 juin 1969.



« Le Général arrive à 5h juste, note Emmanuel d’Harcourt. Il est accueilli sur le perron, comme prévu, par le Président. Presque aussitôt, on sert le thé. Madame de Valera, âgée de 91 ans, très vieille dame avec une tête toute blanche, soutenue par ses deux charmantes filles, Mrs O’Cuiv [francophone, elle servit d’interprète] et Miss Maureen de Valera. Il y a aussi la fille de Vivion de Valera [député, directeur de l’Irish Press, fils du Président]. Le Général parle en anglais au Président, et le remercie de tout ce qui a été fait pour lui. Il se dit « delighted with his stay in Ireland », « most kind welcome… ».

Le Président l’invite à “traiter sa maison comme la vôtre ». Madame de Valera et Madame de Gaulle s’assoient sur un sofa avec les filles de la première. Les deux présidents sont sur des fauteuils : je suis entre eux.

« Et maintenant, Monsieur le Président, je voudrais vous demander de m’expliquer l’Irlande » lance de Gaulle.

Le Président, un peu déconcerté, ne répond pas exactement : « Les Français ont cru que, dans la dernière guerre, l’Irlande leur était hostile, car elle était neutre. En vérité, tant que les Anglais imposeront la partition, l’Irlande devra rester neutre. »

Le Général : « Vous n’êtes pas des continentaux. »

Le Président : « Si, nous voulons l’être. La Grande-Bretagne (le mot ennemi est prononcé) est un écran pour nous par rapport à l’Europe. »

Le Président : « Quand j’étais en Amérique, il y a longtemps, j’ai laissé échapper une parole imprudente : j’ai dit qu’il fallait souhaiter des Etats-Unis d’Europe [né à New-York, de Valera y retourna en 1919-1920 pour un grand voyage de propagande destiné à convaincre les Américains de soutenir la cause des indépendantistes irlandais. C’est en cette occasion qu’il prononça cette formule, que reprit Winston Churchill en 1946] puis je suis rentré chez moi ; j’ai réfléchi et j’ai mesuré mon erreur. Aucun individu ne peut renoncer à sa personnalité. Il en est de même pour une famille et pour une nation. »
Le Général : « C’est tout à fait ce que je pense. »

Malgré son peu de goût pour ce genre de corvée, de Gaulle accepta qu’une demi – heure soit consacrée à la prise de photographies aux côtés de son homologue.



Le mercredi 18 juin 1969 commença de manière un peu mélancolique : il pleuvait sur Dublin et comme l’avoue Flohic : « Nous savons au fond de nous-mêmes que l’immense esplanade du Mont Valérien sera vide et le restera à jamais quel que soit le concours des fidèles puisque de Gaulle n’y est pas et n’y sera jamais plus. » Mais le Président de Valera sut trouver le moyen de rendre hommage au Général en lui demandant de planter symboliquement un arbre dans le parc de la résidence présidentielle à quelques mètres de celui mis en terre par Victoria lors d’une visite agitée de la souveraine britannique chez ses sujets irlandais en 1900. Tandis qu’il partait à la découverte de ses origines parmi les trésors celtiques et chrétiens du National Museum – suivant en cela les traces de l’autre Charles de Gaulle, son oncle barde breton dont il avait cité des vers quelques mois auparavant lors de son voyage à Quimper – les électeurs irlandais eux se rendaient aux urnes pour renouveler leur parlement (le Dail).



A 13 heures, de Gaulle arriva à l’ambassade de France dans l’Ailesbury Road. Voyons ce qu’en dit Emmanuel d’Harcourt :


"Avec Alix [son épouse], nous avons attendu le Général au pied de l’escalier de l’Ambassade. Nous étions douze à déjeuner, uniquement les membres de l’Ambassade : le Conseiller, P. Bitard ; le Consul, D. Bernard et Mme Bernard ; l’Attaché commercial A. de Viggiani et Mme de Viggiani ; Château, Secrétaire Général du Service culturel ; et Guéguinou, Secrétaire d’ambassade envoyé par M. Debré en renfort pour le séjour du Général."



La conversation s’anima lorsqu’on aborda l’histoire de France et que l’Ambassadeur, descendant d’une des plus illustres et anciennes lignées de la noblesse française, en vient à critiquer Louis XIV :

- Louis XIV n’est-il pas, ai-je remarqué sur le mode interrogatif, celui qui a engagé la France dans une voie dont l’issue ne pouvait-être que la Révolution française ?

- C’est ce qui se dit me fut-il répondu.

- N’a-t-il pas eu une « politique de cadres » peu judicieuse ? (Cette question m’était naturellement suggérée par Saint-Simon).

- C’est ce qui se dit, mais, à mon avis, dit le Général avec conviction, tout ce qui est grand – et d’abord le service de l’Etat – a commencé sous lui. C’est par ses méthodes de gouvernement qu’il a jeté les bases de la France moderne. C’est ainsi qu’il lui a assuré le respect de l’étranger, une forte structure interne, la grandeur.

- Et la Révocation de l’Edit de Nantes ?

- De la politique, rétorque le Général, voilà ce que fut la Révocation de l’Edit de Nantes : un acte politique.

- Si l’on songe à la fin du règne de Louis XIV, nul ne peut nier que la personnalité hors du commun du Roi, la nature de plus en plus solitaire de son gouvernement, ont en quelque façon créé un vide politique. Il a pour ainsi dire établi lui-même le problème de sa succession.

- Sa succession, laisse tomber de Gaulle avec un sourire, c’était le problème de Louis XV et non pas le sien.



A propos des langues, le Général raconte un mot de Charles Quint [le dernier voyage de De Gaulle le printemps suivant se terminera près du monastère de Yuste en Estrémadure où l’empereur Habsbourg avait choisi de se retirer] : la langue italienne me sert pour parler aux femmes, le français pour parler aux hommes, l’allemand pour parler aux chevaux, mais je parle espagnol à Dieu. A ce moment-là, on ne songeait pas à l’anglais.



Au dessert, j’ai prononcé les quelques paroles prévues [Le Général en avait eu préalablement le texte et l’avait accepté] : « Mon Général, Voulez-vous me permettre, en ce 29è anniversaire, de vous dire simplement que notre pensée se tourne avec émotion vers la journée de juin 1940 où vous avez convié tous les Français à s’unir à vous dans l’action, dans le sacrifice et dans l’espérance. »

auxquelles le Général a répondu avec beaucoup de chaleur :



« Je vous remercie des paroles que vous venez de prononcer. Il est évident que cet anniversaire est celui d’un grand moment par ce qu’il a représenté. Il est bien que ce soit vous qui l’évoquiez aujourd’hui. Vous êtes honoré en ce jour car vous êtes d’Harcourt et que vous vous adressez à de Gaulle et je suis honoré car je suis de Gaulle et vous êtes d’Harcourt. Je vous remercie de toutes vos attentions et de celles de vos collaborateurs pendant mon séjour en Irlande. Je lève mon verre en votre honneur et en celui de Madame d’Harcourt. Evidemment, nous pensons à la France. »



Dans le salon, j’avais placé sur le piano une réduction de l’affiche du général de Gaulle : « La France a perdu une bataille mais n’a pas perdu la guerre » ; et sur les tables deux photographies, l’une du Général remettant à mon père la grand-croix de la Légion d’Honneur, l’autre où on voit le Général me remettant la cravate de la Légion d’Honneur.

Le Général inscrivit trois maximes sur le 3ème tome de ses Mémoires de Guerre que lui présenta l’Ambassadeur : Un proverbe extrait de La Chanson de Roland : « Moult a appris qui bien conut ahan » (il a beaucoup appris celui qui fut beaucoup à la peine)

Quatre vers de Nietzsche :

« Rien ne vaut rien

Il ne se passe rien

Et cependant tout arrive

Mais cela est indifférent »

Une supplique de Saint Augustin : « Vous qui m’aurez connu dans ce livre, priez pour moi ! »



Après le déjeuner et la présentation de tout le personnel de l’Ambassade, le Général est parti pour Glendalough [les ruines romantiques d’un monastère du VI è siècle nichées au creux des Monts du Wicklow] accompagné de Hugh McCann, Secrétaire Général du Ministère des Affaires Etrangères.



A la demande du Cardinal Conway, il a dû rentrer à 6h à Aras pour rencontrer le Primat de toute l’Irlande

[archevêque d’Armagh en Irlande du Nord, ce fut un des pères conciliaires de Vatican II et le président du premier synode des évêques de Rome]



Au grand dîner officiel que le Président de Valera donna en l’honneur de son hôte, de Gaulle le remercia par ces mots : « en ce moment grave de ma longue vie, j’ai trouvé ici ce que je cherchais : être en face de moi-même. L’Irlande me l’a offert de la façon la plus délicate, la plus amicale. »

Le lendemain, 19 juin, le Général reçut à la résidence présidentielle un certain nombre des membres du clan MacCartan auquel appartenait son arrière-grand-mère. Ce fut une réunion symbolique de la diversité irlandaise : les MacCartan sont originaires du Comté de Down en Irlande du Nord. Plusieurs étaient venus de cette région (notamment un couple qui n’était pas parents des MacCartan mais qui cultivait une terre de cette famille), d’autres de Cork, dans le Sud ; certains résidaient à Dublin. Un prêtre arrivait de Liverpool. Ne manquaient que les représentants de la forte communauté des MacCartan en Amérique du Nord.

La réunion se déroula dans une atmosphère sympathique. Le Général parlait successivement avec toutes les personnes présentes, cherchait à retrouver les parentés, interrogeait sur les activités de chacun. Le Président, souriant participait à la fête. Ces deux géants dominaient de leur haute taille la carmélite et l’agriculteur.

Les uns et les autres apportèrent des souvenirs ou des cadeaux au Général, en particulier une vie du rebelle irlandais John Mitchel.



Le Premier Ministre offrit au général de Gaulle un déjeuner de gala au Château de Dublin, ce bastion de l’ancienne domination britannique. Le Général eut avec M. Lynch, avant le repas, dans un salon séparé, une conversation à laquelle assistaient le Secrétaire Général des Affaires Etrangères, Hugh McCann et moi-même. Je faisais l’interprète.

Le Taoiseach abordant le problème de la candidature irlandaise au Marché commun expliqua que, pour attendre sa réalisation, l’Irlande avait conclu avec la Grande-Bretagne un accord de libre-échange ; cela lui procurait un marché pour ses produits et contribuait aussi à préparer l’économie irlandaise à la compétition internationale.

Le général de Gaulle observa que quelque temps avant son départ de l’Elysée, il était arrivé à la conclusion que les dispositions en vigueur du Marché Commun étaient trop rigides et trop étroites pour permettre l’élargissement de la CEE, et qu’une conception entièrement nouvelle était sans doute nécessaire. Il avait songé à un arrangement plus large entre tous les pays européens intéressés, une sorte d’accord de libre-échange avec des dispositions particulières pour l’agriculture. La Grande-Bretagne ne s’y était pas intéressée et la suggestion en était restée là. Le danger d’une zone de libre-échange était d’ailleurs qu’elle évolue en une zone atlantique où l’Europe ne serait plus guère l’Europe.

Le Taoiseach répondit que ses préférences allaient à un élargissement du Marché Commun actuel. Il interrogea le général de Gaulle sur l’avenir d’une Europe politique. Le Général indiqua qu’il appelait de ses vœux une politique européenne indépendante. Mais, observa-t-il, il manque le fondement même d’une telle politique par suite du désaccord entre les pays européens : la Grande-Bretagne travaille à l’encontre d’une action européenne. L’Allemagne est divisée et dépend pour sa défense des Etats-Unis ; elle n’est pas libre d’avoir une politique étrangère. L’Italie est prête à s’en remettre aux Etats-Unis.

La conversation vint ensuite sur les investissements américains en Europe, dont le général de Gaulle remarqua qu’ils ne facilitaient pas l’élaboration d’une politique européenne indépendante. Le Taoiseach nota qu’un des objectifs de cette politique était pourtant de renforcer l’Europe vis à vis de L’URSS.



M. Lynch souligna que l’Irlande désirait entrer dans le Marché Commun non seulement pour des raisons économiques mais aussi pour des raisons politiques. Les données de sa situation géographique évoluaient ; les liaisons nouvelles par voies maritimes et aériennes facilitaient chaque jour davantage les contacts directs avec l’Europe continentale. Il souligna le poids politique que représentait pour un pays comme l’Irlande le fait d’avoir un partenaire commercial prédominant.

Le Général de Gaulle : « « Vous connaissez la Grande-Bretagne aussi bien que moi. Elle suit ses intérêts. S’il le faut, elle ignorera l’Irlande, comme le Danemark et la Norvège. »

Après que le Général eut exprimé ses remerciements pour la cordialité de l’accueil irlandais, la conversation s’attardait dans les généralités ; elle a rebondi sur une question directe de McCann : « Quels conseils nous donnez-vous ? »

« Si vous me demandez mon avis, répondit-il, je vais être franc : il faut affirmer votre personnalité ; il faut vous industrialiser ; vous en avez les moyens. Vous avez votre indépendance politique. Il faut que vous obteniez votre indépendance économique et intellectuelle. »



« Nous passâmes ensuite sur le palier du grand escalier décoré pour la circonstance par les cinq drapeaux de régiments irlandais ayant servi dans l’armée française au 18ème siècle et dont la France, il y a quelques années, avait donné les répliques. Dans la galerie sous les portraits des vice-rois anglais, un grand déjeuner était prêt, organisé avec un soin extrême, et auquel participaient bon nombre de membres du gouvernement, des représentants de tous les partis, de l’université, des militaires, etc…

Le Taoiseach prononça une allocution, préparée par Hugh McCann, dont le texte, très cordial, nous avait été communiqué à l’avance :

« … L’Irlande doit beaucoup à la France. En vérité, quelle est la nation qui n’est pas en dette vis à vis de la France ?…Le premier livre dont nous savons qu’il a été écrit en Irlande est la Confession de Saint Patrick, il y a 1500 ans. ‘Comme j’aurais envie d’aller en Gaule' écrivait-il de son exil irlandais, ‘afin de rencontrer nos frères et de voir les visages des saints du Seigneur’ ?…Nous songeons aussi à nos soldats qui ont combattu dans les armées de la France et qui se sont distingués parmi les soldats d’un pays' pour qui la puissance militaire et le courage ont été une seconde nature pendant quatorze siècles’... La Grande Révolution française inspira un nouvel espoir de liberté humaine et des droits de l’homme et apporta une vie nouvelle à la lutte de la Nation irlandaise pour sa liberté…Notre génération aura eu de plus le privilège de savoir que le plus grand parmi les fils de la France moderne compte dans sa famille des ancêtres irlandais…’Votre âme est intacte et vous êtes l’âme de la France’ a dit l’écrivain irlandais George-Bernard Shaw dans sa pièce Sainte Jeanne. Nous accueillons un grand patriote français, un grand soldat et homme d’Etat, qui a su consolider les fondements de la paix européenne dans l’honneur et dans la réconciliation entre vieux rivaux. Dans ses mémoires, il nous a rappelé que ‘la vie mène un combat qu’elle n’a jamais perdu’. A aucun homme de notre époque, il n’a été donné d’inspirer davantage de cet espoir d’où la vie renaît éternellement. »

Le général de Gaulle répondit plus brièvement mais avec émotion :



« Dans les circonstances importantes de ma vie, comme actuellement, c’est une sorte d’instinct qui m’a porté vers l’Irlande, peut-être à cause du sang irlandais qui coule dans mes veines – on retourne toujours à ses sources – et puis parce qu’il s’agit de l’Irlande, qui tient depuis toujours et aujourd’hui autant que jamais dans le cœur des Français une place exceptionnelle. Vous avez dit, Monsieur le Premier Ministre, ce que l’Irlande devait à la France, mais la France doit beaucoup à l’Irlande. Il y a Saint Colomban, il y a Saint Fiacre, il y a Jean Erigène. Il y a vos soldats, Sarsfield, Dillon et combien d’autres ! Il y a l’exemple qu’a toujours donné votre peuple, si courageux, si noble, si généreux et dont les héros sont dans toutes les mémoires…Wolfe Tone, et aussi O’Connell, et aussi Parnell et aussi de Valera et tant d’autres. Cela nous ne l’oublions jamais. Il y a, semble-t-il, eu depuis quelques générations une sorte d’écran entre l’Irlande et la France. Mais il paraît que ce temps-là est passé et qu’il nous est possible, à vous et à nous, de le traverser, de nous trouver, d’être ensemble par l’esprit et par l’action. »



Incorrigible, de Gaulle termina son propos par un toast à…. « l’Irlande toute entière » qui, s’il ravit ses auditeurs, membres du parti Fianna Fail, promoteur depuis toujours de la réunification des deux Irlandes, qui venait pour la 4 ème fois de l’emporter aux élections législatives, manqua de déclencher une affaire du même style que, deux ans plus tôt, celle du « Québec libre ! »

« Le surlendemain, me trouvant dans le Connemara logeant chez l’habitant sur les bords du Loch Corrib, j’étais en train de me raser quand notre hôtesse m’apporta un transistor pour me permettre d’entendre la retransmissions de ces allocutions. C’est alors que je remarquai que la « petite phrase » avait été omise. Par la suite, il me fut expliqué par les uns que la bande du magnétophone s’était arrêtée avant les mots « à l’Irlande toute entière » et par les autres qu’elle avait été censurée par la radio irlandaise » conclut Emmanuel d’Harcourt.



La presse populaire française, renvoyant de Gaulle aux limbes de notre Histoire, dépêchait ses reporters à la poursuite du nouveau couple présidentiel, les Pompidou, dans leur fermette de Cajarc dans le Lot, se baignant avec leurs amis « people » à Saint-Tropez ou échangeant sur leur passion pour l’art moderne…On était passé à une autre époque médiatique… Et pourtant les propos échangés ce 18 juin-là, quel écho ils ont aujourd’hui !!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 5345
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: Pour Monsieur Le Drian , 16/12/2015   Mer 16 Déc à 9:41



L'annonce mardi par l'Arabie saoudite de la création d'une coalition antiterroriste comprenant 34 pays musulmans, dont le Liban, a mis en lumière une certaine confusion à Beyrouth sur le sujet. Alors que le Premier ministre, Tammam Salam, a affirmé mardi que les modalités de la participation du Liban à la coalition seront décidées conformément à la Constitution, le ministère des Affaires étrangères a regretté de ne pas avoir été mis au courant de l'initiative.

Salam informé, pas le palais Bustros
Le Premier ministre "a été contacté par les autorités saoudiennes pour solliciter son avis sur l'adhésion du Liban à cette coalition", indique un communiqué du bureau de presse de M. Salam. "Le Premier ministre a salué cette initiative car le Liban, son armée et ses forces de sécurité sont en guerre quotidienne contre les groupes terroristes", poursuit le communiqué.

Rappelant que "le Liban participe à la coalition internationale contre le groupe Etat Islamique en Irak et ne cesse d'appeler à la mobilisation de toutes les énergies contre le terrorisme", M. Salam estime qu'"il ne faut pas hésiter à soutenir les initiatives qui vont dans ce sens".

Quelques heures après la publication du communiqué de M. Salam, le ministère des Affaires étrangères a expliqué ne pas avoir été mis informé de la mise en place de cette coalition, critiquant sévèrement la façon dont il a été écarté.
"Nous n'avons pas été mis au courant, ni de près, ni de loin, de la création de la coalition islamique antiterroriste, ni par les canaux diplomatiques comme cela devrait être l'usage, ni sur le plan local, comme le stipule la Constitution", précise un communiqué du ministère publié mardi. "Tout cela porte atteinte à la place particulière du Liban dans la lutte contre le terrorisme, ainsi qu'aux prérogatives du ministère des Affaires étrangères, le seul habilité par la Constitution à conduire les affaires extérieures".

"Le gouvernement doit se réunir"
La décision formelle de la participation de Beyrouth dépend désormais du gouvernement. "Le Premier ministre confirme que toutes les modalités de la participation du Liban seront étudiées et traitées dans les cadres constitutionnels et juridiques libanais", indique à ce titre le communiqué de M. Salam.

Plus tôt dans la journée, le ministre du Travail, Sejaan Azzi, avait souligné à la télévision que le Liban ne faisait pas partie de la coalition islamique antiterroriste, assurant que "la décision de se joindre à une coalition étrangère et militaire doit être prise par le Conseil des ministres en l'absence du chef de l'Etat".
"Le gouvernement libanais n'a pas été informé de cette affaire", avait indiqué M. Azzi, soulignant que "le Liban n'est un Etat ni islamique, ni chrétien, pour faire partie d'une coalition islamique ou chrétienne".

L'Arabie saoudite a annoncé la création d'une coalition de 34 pays musulmans dont l'objectif sera de "combattre le terrorisme militairement et idéologiquement" dans un contexte de montée en puissance de groupes jihadistes. Ni l'Iran, ni l'Irak, ni la Syrie ne font partie de la liste de ces Etats diffusée mardi par l'agence officielle SPA après l'annonce surprise de Riyad. L'alliance témoigne de la volonté du "monde islamique de combattre le terrorisme et d'être un partenaire dans la lutte mondiale contre ce fléau", a expliqué le vice-prince héritier et ministre saoudien de la Défense, Mohamed Ben Salmane, lors d'une conférence de presse à Riyad.
Des analystes ont estimé qu'il était trop tôt pour dire quelles actions cette alliance militaire islamique pourrait entreprendre, alors que l'Arabie saoudite qui la dirige est directement engagée dans une guerre coûteuse au Yémen.

Dans l'après-midi, le chef de la diplomatie saoudienne Adel al-Jubeir a annoncé, à Paris, que les pays membres de la nouvelle coalition échangeront des informations, fourniront du matériel et de la formation et mettront des forces à disposition si nécessaire. "Les décisions seront prises au cas par cas, et aucune option n'est exclue", a déclaré lors d'une conférence de presse le ministre des Affaires étrangères, interrogé sur l'éventuel envoi de troupes au sol dans des pays touchés par le terrorisme. Il a jugé qu'il s'agissait d'"une coalition sans précédent".



Lire aussi
Le groupe de soutien à la Syrie planche sur la rencontre entre gouvernement et opposition

Profession : jihadiste. Qu'est-ce qui motive ceux qui adhèrent à la violence aveugle ?
Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.
Merci.
Bouez Chahine


Lorsqu'un ministre boycotte les appels à l'élection du Président de la République et ce, depuis plus de 18 mois, on est le ministre de personne puisqu'on représente un pays sans chef.
Bouez Chahine

Gébran Bassile sursaute comme un cabris pour avoir été ignoré par l'Arabie saoudite. C'est normal, que ce soit ainsi. Lorsqu'on est ministre dans un pays sans Président et ce, par la volonté de son beau-père Michel Aoun, on est un ministre fictif. Qu'il apaise ses ardeurs en allant élire un Président de la République dans les meilleurs délais.
L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

JE CONTINUE : CAR EN CAS D'ATTAQUES DES TERRORISTES SUR NOTRE TERRITOIRE NOTRE ARMÉE NATIONALE SERAIT AIDÉE PAR LA COALITION ARABE ET ISLAMIQUE... DONC PAS DE GAFFE ! NOUS DEVONS PARTICIPER SANS FAUTE À LA COALITION !!!
L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

GARE... CAR LES CONFLITS INTESTINS ET LES NÉGATIONS COÛTERAIENT CHER AU PAYS DANS LE CAS D'ATTAQUES MASSIVES DIRECTES PAR LES TERRORISTES... CE NE SONT PAS LES PAYS OCCIDENTAUX QUI VONT VENIR À L'AIDE AUTREMENT QU'EN PAROLES... LE PAYS EST MEMBRE DE LA FAMILLE ARABE ET SIÈGE DANS LES RÉUNIONS DES PAYS ISLAMIQUES... MÊME SANS COULEUR DISTINCTE... DONC, LA LOGIQUE MESSIEURS... ET NON LES SURENCHÈRES !!!
ON NE DOIT PAS RESTER EN DEHORS D'UNE TELLE UNION DES FORCES !
Jaber Kamel

Le Liban devrait être le seul pays lucide face à ces bactéries salafowahabites et ne pas croire à ces balivernes de coalitions inopérantes.

Nous avons déjà notre résistance qui nous protège de tous ces prédateurs salfisgetosionistes.
Dernières infos
18h29 Quatre soldats turcs blessés dans le nord de l'Irak lors d'une attaque de l'EI (média) (AFP)
18h20 Quatre soldats turcs blessés dans le nord de l'Irak lors d'une attaque de l'EI (média) (AFP)
18h04 Turquie : huit rebelles kurdes tués dans le sud-est, opération majeure en cours (AFP)
17h31 Corée du Nord: Ottawa "atterré" par la condamnation d'un pasteur canadien (AFP)
Toutes les infos
Les signatures du jour
Issa GORAIEB

L'éditorial de Issa GORAIEB
Leçon de Français
Le Journal en PDF


TSL : Badreddine, l’homme aux multiples facettes, raconté par un témoin
Coalition antiterroriste, compromis présidentiel, exportation des déchets : durcissement du blocage
Disparition de Moussa Sadr : Hannibal Kadhafi aurait révélé des informations "décisives"
« M’empêcher de le rejoindre aux États-Unis, ce serait un peu comme me tuer »
L’État islamique, le Hezbollah et la carte palestinienne
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 5345
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: Re: http://la-5ieme-republique.actifforum.com   Jeu 9 Juin à 3:32

Tel Aviv-Jaffa, en hébreu תל אביב-יפו (prononcé : [tel a'viv ˈjafo]), en arabe تل أبيب يافا, est une ville située sur la côte méditerranéenne au cœur de la métropole du Gush Dan en Israël. La ville moderne de Tel Aviv a été fondée en 1909 à l'époque ottomane dans les faubourgs de Jaffa, ville portuaire avec laquelle elle a fusionné en 1950.

La cité est surnommée « la ville sans interruption » en référence à son dynamisme et à sa population jeune, ou encore « la bulle » pour son ambiance paisible et tolérante, relativement détachée des conflits entourant l'État d'Israël.

Tel Aviv s'étend sur 14 km le long de la côte méditerranéenne. Elle est bordée au nord par le Yarkon (rivière et parc) ainsi que les banlieues chics de Herzliya et de Ramat Hasharon. À l'est, elle est séparée de Giv'atayim et de Ramat Gan, siège de la bourse du diamant, par l'autoroute Ayalon, du nom d'une autre rivière qui longe l'autoroute. Plus au sud, Tel Aviv est littéralement collée aux villes de Bat Yam et de Holon.

Tel Aviv même compte environ 414 600 habitants, ce qui en fait la deuxième plus grande ville en Israël, derrière Jérusalem (800 000 habitants) et devant Haïfa plus au nord (272 200 habitants).

Son agglomération, appelée communément le « Gush Dan », rassemble 254 localités qui comptent au total plus de 3 464 100 habitants (31 décembre 2012), ce qui la situe loin devant les trois autres aires métropolitaines du pays : Haifa (1,1 million), Jérusalem (1 million) et Beersheva (0,6 million). Depuis 2007, Tel Aviv est passée devant New York comme la plus grande agglomération juive du monde.

Tel Aviv est le centre économique et financier du pays. Elle est également un centre de recherche important dans le domaine des hautes technologies grâce à ses entreprises innovantes et ses centres universitaires reconnus mondialement, concentrés dans sa région (Université de Tel Aviv, Université de Bar-Ilan - à Ramat Gan - et l'Institut Weizmann - à Réhovot). La bourse de Tel-Aviv participe également au dynamisme de la ville. Les plus grandes banques du pays y ont également leur siège.

Elle est également le siège de nombreuses ambassades, Jérusalem n'étant pas reconnue internationalement comme capitale du pays.

Depuis sa création en 1909, Tel Aviv avait pour ambition de devenir le centre du renouveau de la culture hébraïque moderne dans un premier temps puis le précurseur de la culture israélienne par la suite : de nombreux journaux, les premières écoles hébraïques ainsi que de nombreux centres culturels et théâtres célèbres y sont nés. Ces dernières années, Tel Aviv est devenue un centre culturel mondialement reconnu pour son architecture (le Bauhaus) et son style éclectique : la ville blanche de Tel Aviv a été inscrite au patrimoine mondial de l'UNESCO.

C'est également un centre touristique et commercial important, accueillant chaque année plus de 2,5 millions de touristes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 5345
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: Re: http://la-5ieme-republique.actifforum.com   Jeu 9 Juin à 7:35

La Reconquête de L'Italie fut pénible, Janvier - mars 1944 : échec des attaques frontales anglo-américaines sur Cassino, aussi terrible en massacre que subit l'Espagne durant l’Époque Napoléonienne...

Campagne d'Italie
Opération Corkscrew · Bataille de Lampedusa · Débarquement de Sicile · Massacre de Biscari · Opération Avalanche · Armistice de Cassibile · Défense manquée de Rome · Guerre civile italienne · Opération Slapstick · Libération de la Corse · Insurrection de Naples · Bombardement du Vatican · Campagne de la rivière Moro · Ligne Gustave · Bataille du mont Cassin · Massacre de Monchio, Susano et Costrignano · Attentat de Via Rasella · Massacre des Fosses ardéatines · Bataille du Garigliano · Opération Shingle · Conquête de l'île d'Elbe · Prise d'Ancône · Massacre de Sant'Anna di Stazzema · Ligne gothique (Gemmano · Rimini · San Marino · Montecieco) · Massacre de Marzabotto · Offensive de printemps 1945 · Prise de Bologne


il y a La route vers Rome et la fin de l'emprise du IIIème Reich sur l'Italie.
Alors que le débarquement allié s'annonce, les forces coalisées organisent une percée sur le front italien afin de rallier Rome. Durant des mois, la bataille fera rage autours du Monte Cassino et c'est une ténacité. Durant cet épisode, des centaines de bombardiers anéantirent l'abbaye du Mont-Cassin.

Et il y aura

Le film mêle la grande Histoire, celle de l’une des batailles les plus dures de la Seconde Guerre mondiale, aux aventures d'un correspondant de guerre.
https://www.youtube.com/watch?v=oDw8THoCpBg

Fin janvier 1944, le caporal Dick Ennis, correspondant de guerre américain à Naples, part couvrir le débarquement anglo-américain d’Anzio en Italie, opération qui a pour double but de déborder la ligne Gustav (devant laquelle les Alliés piétinent depuis plusieurs mois) et de permettre l’occupation des monts Albains, hauteurs stratégiques au sud de Rome. À la grande surprise des attaquants, la plage, ses environs et l’arrière-pays se révèlent totalement déserts. Au volant d'une jeep Dick Ennis escorté du sergent Stimmler et du caporal Rabinoff effectue même une reconnaissance sans embûches dans Rome quasiment abandonnée par les forces allemandes et revient en informer dans son QG d’Anzio le général Lesley, commandant en chef de la tête de pont. Mais celui-ci se montre excessivement prudent : échaudé par le souvenir du débarquement très coûteux de l'été 1943 à Salerne en Sicile, il pense que l’aspect désert du terrain dissimule un piège et ne s’occupe que de consolider la tête de pont dans l’attente de la contre-attaque allemande qu’il juge inévitable. Du côté allemand, le débarquement d’Anzio occasionne d’abord des sueurs froides au Field Marschall Kesselring, commandant suprême des forces du Reich en Italie, car la zone menacée est effectivement dépourvue de troupes allemandes. Puis se rendant compte de l’immobilisme des Alliés, il ordonne à plusieurs de ses divisions de se porter en hâte autour des positions alliées. Kesselring ordonne également la mobilisation des Italiens en âge de travailler à l’édification d’une ligne de défense fortifiée et inexpugnable qu’il baptise ligne César. Il s’inquiète cependant du jeune âge de ses soldats et de la pénurie d’essence qui frappe alors ses armées.

Un peu plus tard Dick Ennis se prépare à marcher de nuit avec le 2e Bataillon de Rangers jusqu’à la localité de Cisterna qui est considéré comme le point faible du dispositif de défense ennemi et dont il faut s'emparer. Le bataillon arrive au matin dans un défilé où des unités allemandes dissimulées dans le paysage (des tanks et des mitrailleuses) le prennent au piège et le massacrent. Sur les 767 hommes du bataillon, seulement 7 en réchappent dont Dick Ennis, le sergent Stimmler et le caporal Rabinoff. Ces hommes tentent alors de revenir vers la plage d’Anzio. Pourchassés par un char lance-flammes, ils traversent un champ de mines et découvrent à la nuit tombée les travaux de construction de la ligne César, reconnaissant parmi les travailleurs forcés italiens un civil rencontré précédemment à Rome. Le lendemain matin, après qu’un des survivants ait été tué après avoir été fait prisonnier, le groupe se reconstitue et se réfugie dans une maison occupée par des femmes. Le moment de repos est interrompu par une escouade allemande qui se fait anéantir par surprise mais le groupe doit alors reprendre la route. Dick Ennis ne parvient à rallier finalement Anzio que le jour suivant, après avoir franchi des lignes ennemies constituées de snipers qui ont décimé ses camarades. C’est pour apprendre que le général Lesley a été démis de son commandement et remplacé par un chef plus énergique.

L’un des enjeux de l'histoire est la compréhension des raisons profondes qui poussent les hommes à se faire la guerre. le caporal Dick Ennis est en effet un vétéran de plusieurs campagnes alliées et il ne se décide pas à raccrocher. Il trouve dans le caporal Rabinoff un alter ego, car celui-ci conserve dans le corps les éclats et les séquelles d’une grenade japonaise et voit dans la guerre une façon de vivre la vie plus intensément que les hommes ordinaires.
Distribution

Robert Mitchum (VF : Paul-Émile Deiber) : Dick Ennis (Correspondant de guerre)
Peter Falk (VF : Pierre Trabaud) : Caporal Jack Rabinoff
Robert Ryan (VF : Roger Tréville) : Général Carson
Earl Holliman (VF : Albert Augier) : Sergent Stimmler
Mark Damon : Wally Richardson
Arthur Kennedy (VF : Jacques Berthier) : Général Lesley
Reni Santoni (VF : Jacques Deschamps) : Soldat Movie
Joseph Walsh (VF : Bernard Woringer) : Soldat Doyle
Thomas Hunter : Soldat Andy
Giancarlo Giannini : Soldat Cellini
Anthony Steel (VF : Claude Giraud) : Général Marsh
Patrick Magee (VF : Louis Arbessier) : Général Starkey
Arthur Franz (VF : Robert Dalban) : Général Howard
Tonio Selwart : Général Van MacKensen
Wayde Preston (VF : Raymond Loyer) : Colonel Hendricks
Venantino Venantini (VF : Jean-Claude Michel) : Capitaine Burns
Wolfgang Preiss (VF : Howard Vernon) : Field Marshal Kesselring
Tiberio Mitri (VF : Claude Joseph) : le sergent de la Police Militaire à Naples
Dante Maggio (VF : Albert Médina) : le marchand ambulant napolitain
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 5345
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: Re: http://la-5ieme-republique.actifforum.com   Jeu 9 Juin à 8:31

Title Integrated circuits on silicon
Released 08/06/2016 2:41 pm
Copyright ESA-Guus Schoonewille
Description

Multiple integrated circuits at the heart of Europe’s space missions, etched together onto a single piece of silicon.

This 20 cm-diameter wafer contains 35 replicas of five different space chips, each incorporating up to about 10 million transistors or basic circuit switches.

Laid down within a microchip, these designs endow a space mission with the ability to perform various specialised tasks such as data handling, communications processing or attitude control.

To save money on the high cost of fabrication, various chips designed by different companies and destined for multiple ESA projects are crammed onto the same silicon wafers, etched into place at specialised semiconductor manufacturing plants.

Once tested for functionality, the chips on the wafer are chopped up and packaged for use, then mounted on printed circuit boards for connection with other microelectronic components aboard a satellite.

Since 2002, ESA’s Microelectronics section has maintained a catalogue of ‘building blocks’ for chip designs, known as Intellectual Property cores, available to European industry through ESA licence. For more information,

The contents of this page are related to reusable building blocks (also called Intellectual Property Cores, or IP Cores), mostly in VHDL language, for microelectronics use.

These IP Cores were developed in the scope of European Space Agency (ESA) activities, ranging from in-house developments to contractor work and from simple Field Programmable Gate Arrays (FPGA) to complex System-On-a-Chip (SOC) devices.

The IP cores provided by ESA are "soft-cores", i.e. technology independent. They can be synthesized and targeted to any ASIC or FPGA technology.

ESA/ESTEC maintains and distributes under ESA licenses a small catalog of IP Cores which comprise typical digital functions used in space applications (TMTC, EDAC, SpaceWire, CAN, LEON2-FT, OBDH, etc). ESA/ESTEC provides this “IP Cores” service as an attempt to:

counteract obsolescence and discontinuity of existing space standard ASICs, thus helping to guarantee the availability of some key functions in a technology independent format (“soft format”).
reduce costs of large IC developments (e.g. Systems-on-Chip) by re-using already designed and validated IC functions.
promote and consolidate the use of standardized functions, protocols and/or architectures (e.g. SpaceWire, CAN, TMTC, etc).
centralize IP users’ feedback to improve quality of existing IPs and identify future needs.

The ESA IP cores can be licensed for space research and/or commercial use, under specific conditions (depending on the IP ownership) to companies based in ESA member and participant states.

Get details about available IP cores
The list of available IP cores is shown on the left of the page. By selecting each link, you are redirected to the specific page for the selected IP core. From that page you can get an overview of the functions of the IP core, download some documentation and even a precompiled simulation model (if available).
Submit IP request form
If you decide to apply for a license for one or more IP cores, please refer to the "Licensing" pages for more details, and the link to the IP request form. From the "Licensing" pages you can read more about the licensing process, and also get instructions on how to fill out and submit an IP request form.
IP request screening and license preparation by ESTEC/ESA
The submitted IP request is screened by ESTEC/ESA against general and specific IP licensing conditions. If all conditions are met, a license agreement for the provision of the requested IP core(s) is prepared, and sent to the customer for approval and signing. Each license document is tailored for the customer’s specific case.
Delivery of requested IP Core(s) to customer
If the user accepts the terms of the license agreement, a package with the requested IP core(s) is delivered to the user as soon as the license documents are received by the Agency, bearing licensee’s signatures.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 5345
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: Re: http://la-5ieme-republique.actifforum.com   Mer 22 Juin à 9:22

Le prénom Gabriel vient de l’hébreu gabar, « force », ou gabri, « héros », et de el, issu de Elohim, c’est-à-dire « Dieu ».
Avec saint Michel et saint Raphaël, saint Gabriel est l’un des trois saints extra-humains de la Bible, puisque ces trois-là sont des anges, et même des archanges, chefs des armées célestes. De surcroît, Gabriel est un messager chargé de missions très spéciales, puisqu’il vient annoncer au vieux couple d’Élisabeth et de Zacharie l’inattendue naissance de ce fils du bout des âges, le leur, qui sera Jean le Baptiste – qui, lui-même, annoncera la venue de Jésus… Mais Gabriel est encore venu jouer les télégraphistes de Dieu en annonçant à la jeune Marie qu’elle serait la mère de ce Jésus, Fils de l’homme, Fils de Dieu. Ce rôle de messager parfait sera officiellement reconnu en 1951 par Pie XII, qui a consacré Gabriel comme saint patron des télécommunications.

--------------------------------------------------------------------------------------------

Une suite et des ruptures

La différence fondamentale entre Les Aventures d'Alice au pays des merveilles et De l'autre côté du miroir est que cette dernière œuvre montre chez l'héroïne une évolution incontestable : de pion, elle devient reine.

À l'inverse, l'Alice du « Pays des merveilles » arrive inchangée à la fin du récit, en dépit des distorsions physiques qu'elle a subies en consommant diverses boissons et nourritures. Les Aventures d'Alice au pays des merveilles ressemble, en fait, à la promenade en bateau qui l'a vue naître : une rêverie sans but précis. En cela, l'œuvre de Carroll était, à l'heure victorienne, une véritable révolution dans une littérature enfantine visant avant tout à former l'enfant.

Le monde inversé

Le monde du miroir se présente comme un monde inversé. Ainsi Alice, pour atteindre le jardin, doit-elle d'abord s'en éloigner, de même qu'il lui faut, dans cet univers étrange, courir très vite pour rester sur place.

Si l'espace est mis à mal, le temps n'est pas non plus en reste. Il est ainsi possible de se souvenir du futur, comme la Reine Blanche, qui évoque ce qui s'est produit « aujourd'hui en quinze ».

Comme le dit Jean-Jacques Mayoux, dans la préface d'un Tout Alice édité chez Flammarion, ces inversions ne vont pas sans frustration. Ainsi Alice se voit-elle offrir, pour étancher sa soif, un gâteau sec.
Alice et le non-sens

L'un des aspects les plus frappants et les plus intéressants de l'œuvre est la manière dont elle joue avec le non-sens, exploitant toutes les failles de la langue anglaise (mais les traductions en français ont trouvé d'excellentes équivalences), jouant sur la synonymie, la polysémie, le jeu de mots et autres motifs de quiproquo.

Les personnages auxquels Alice se trouve confrontée sont en fait de véritables linguistes, dont les discours sont une contestation magistrale de l'arbitraire du langage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 5345
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: Re: http://la-5ieme-republique.actifforum.com   Jeu 23 Juin à 2:37

22 Ιουνίου 2016

Οι δίδυμοι δορυφόροι Sentinel-1 συνδυάστηκαν - για πρώτη φορά - για να δείξουν την ικανότητά τους να αποκαλύπτουν ακόμη και μικρές παραμορφώσεις στην επιφάνεια της Γης.

Μετά από τους τροχιακούς ελιγμούς του, ο πρόσφατα εκτοξευμένος δορυφόρος Sentinel-1Β, έφτασε στην καθορισμένη τροχιακή του θέση στις 15 Ιουνίου.

Ο δορυφόρος είναι τώρα σε τροχιά γύρω από τη Γη, στις 180° από τον δίδυμό του, Sentinel-1A, σε υψόμετρο σχεδόν 700 χιλιόμετρα. Και με τους δύο δορυφόρους τελικά να βρίσκονται στην ίδια τροχιά, μαζί μπορούν να καλύψουν ολόκληρη την υδρόγειο κάθε έξι ημέρες.

Η διπλή δορυφορική αποστολή "όρασης ραντάρ" για το Ευρωπαϊκό πρόγραμμα Copernicus φέρει ένα προηγμένο ραντάρ για την παροχή παντός καιρού, μέρας-και-νύχτας εικόνων της επιφάνειας της Γης.

Έχει πλέον αποδειχθεί ότι οι μελλοντικές εικόνες που αποκτήθηκαν από το δορυφορικό ζευγάρι μπορεί να συγχωνευθούν για να ανιχνεύσουν μικρές αλλαγές που συμβαίνουν μεταξύ των σαρώσεων.
Συνδυασμένες σαρώσεις ραντάρ

Αυτή η τεχνική είναι ιδιαίτερα χρήσιμη για τη δημιουργία χαρτών ακριβείας για την επιφανειακή παραμόρφωση σε μεγάλες περιοχές, όπως αυτές που προκαλούνται από τεκτονικές διεργασίες, ηφαιστειακές δραστηριότητες ή κατολισθήσεις.

Είναι επίσης ένα ιδανικό εργαλείο για την παρακολούθηση της ροής του παγετώνα και των αλλαγών στην Αρκτική και οι τράπεζες πάγου της Ανταρκτικής.

Το πρώτο τέτοιο συνδυαστικό συμβολογράφημα του Sentinel-1 συνδυάζει μια σάρωση του Sentinel-1A πάνω από τη νότια Ρουμανία στις 9 Ιουνίου με μια σάρωση από τον Sentinel-1Β πάνω από την ίδια περιοχή μόλις μία ημέρα πριν φτάσει την τροχιακή θέση στόχο του.

Ένα άλλο συμβολογράφημα πάνω από την βορειοδυτική Ρουμανία παρήχθη λίγο μετά από την άφιξη του Sentinel-1Β στην τελική τροχιά του.

Τα σχήματα με τα χρώματα του ουράνιου τόξου σχετίζονται με την τοπογραφία και αποδεικνύουν ότι τα δύο πανομοιότυπα δορυφορικά ραντάρ είναι με ακρίβεια συγχρονισμένα, δείχνουν προς την ίδια κατεύθυνση και ότι οι δορυφόροι βρίσκονται στις σωστές τροχιές τους.
Sentinel-1

Μόλις ολοκληρωθεί η ανάθεση τους στα μέσα Σεπτεμβρίου, το ζευγάρι θα είναι έτοιμο να παραδώσει δεδομένα για τη συστηματική και τακτική παρακολούθηση της παραμόρφωσης της γήινης επιφάνειας και την δυναμική του πάγου.

"Μετά τη μεγάλη επιτυχία της δημιουργίας της πρώτης εικόνας ραντάρ σε λιγότερο από τρεις ημέρες μετά από την εκτόξευση, είμαι πολύ ευτυχής να αναφέρω μια άλλη σημαντική επιτυχία, δεδομένου ότι είναι η γενιά των πρώτων συμβολογραφημάτων με τον Sentinel-1Β την ίδια μέρα που φτάσαμε στην τροχιακή θέση, στις 180° από τον Sentinel-1A," δήλωσε ο διαχειριστής του έργου Sentinel-1 της ESA, Ramón Torres.

"Είναι υψίστης σημασίας για την αποστολή οτι έχουμε αποδείξει, με την πρώτη προσπάθεια, ότι οι δύο δορυφόροι Sentinel-1 λειτουργούν πολύ καλά μαζί."
-----------------------------------------------------------------------------------------

22 juin 2016

Les satellites jumeaux Sentinel-1 combiné-pour la première fois-à montrent leur capacité à révéler même de petites déformations à la surface de la terre.

Après les manœuvres orbitales, la récemment ektoxeymenos satellite sentinelle-1 b, est arrivé à la position orbitale spécifiée le 15 juin.

Le satellite est maintenant en orbite autour de la terre à 180 ° des twins, Sentinel-1 a, à une altitude de près de 700 kilomètres. Et les deux satellites finit par se trouvent sur la même orbite, ensemble peut de couvrir l’ensemble du globe tous les six jours.

La mission du satellite double « vision radar » pour le programme Copernicus européen transporte un radar avancé pour fournir des photos de tous les temps, jour et nuit de la surface terrestre.

Il a été prouvé que les futures images obtenues de paire de satellites peuvent être fusionnées pour détecter les petits changements qui se produisent entre les balayages.
Combinée des balayages radar

Cette technique est particulièrement utile pour créer des cartes précises pour la déformation de surface dans les grandes zones, telles que celles causées par des processus tectoniques, l’activité volcanique ou glissements de terrain.

C’est aussi un outil idéal pour la surveillance de l’écoulement glaciaire et les changements dans l’Arctique et l’Antarctique de la glace banques.

Le premier tel symbolografima combiné de la sentinelle-1 combine un balayage de la sentinelle-1 a au sud de la Roumanie le 9 juin avec un balayage de la sentinelle-1 b sur la même zone, juste un jour avant, elle atteint la position orbitale.

Un autre symbolografima dans le nord-ouest de la Roumanie a été réalisée peu après l’arrivée de la sentinelle-1 b à son orbite finale.

Les formes avec les couleurs de l’arc-en-ciel sont associées à la topographie et montrent que les deux satellites radar identique est synchronisé avec précision, pointant vers la même direction et que les satellites sont en orbite correcte.
Sentinelle-1

Une fois leur mission à la mi-septembre, le couple sera prêt à fournir des données pour la systématique et la surveillance régulière du déformation de la surface de la terre et la dynamique de la glace.

« Après le grand succès de la création de la première image de radar en moins de trois jours après le lancement, je suis très heureux d’annoncer un autre succès important, puisque c’est la génération de symbolografimatwn brute avec le Sentinel-1 b, le jour même où nous sommes arrivés à la position orbitale à 180 ° de la sentinelle-1 a, » dit projet Sentinel-1 de gestionnaire ESA, Ramón Torres.

« C’est d’une importance capitale pour la mission que nous avons prouvé, avec la première tentative, que les deux satellites Sentinel-1 fonctionnent très bien ensemble. »
-------------------------------------------------------------------------------------------
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 5345
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: Re: http://la-5ieme-republique.actifforum.com   Lun 27 Juin à 9:59

L'isolement
Alphonse de LAMARTINE (1790-1869)

Souvent sur la montagne, à l'ombre du vieux chêne,
Au coucher du soleil, tristement je m'assieds ;
Je promène au hasard mes regards sur la plaine,
Dont le tableau changeant se déroule à mes pieds.

Ici gronde le fleuve aux vagues écumantes ;
Il serpente, et s'enfonce en un lointain obscur ;
Là le lac immobile étend ses eaux dormantes
Où l'étoile du soir se lève dans l'azur.

Au sommet de ces monts couronnés de bois sombres,
Le crépuscule encor jette un dernier rayon ;
Et le char vaporeux de la reine des ombres
Monte, et blanchit déjà les bords de l'horizon.

Cependant, s'élançant de la flèche gothique,
Un son religieux se répand dans les airs :
Le voyageur s'arrête, et la cloche rustique
Aux derniers bruits du jour mêle de saints concerts.

Mais à ces doux tableaux mon âme indifférente
N'éprouve devant eux ni charme ni transports ;
Je contemple la terre ainsi qu'une ombre errante
Le soleil des vivants n'échauffe plus les morts.

De colline en colline en vain portant ma vue,
Du sud à l'aquilon, de l'aurore au couchant,
Je parcours tous les points de l'immense étendue,
Et je dis : " Nulle part le bonheur ne m'attend. "

Que me font ces vallons, ces palais, ces chaumières,
Vains objets dont pour moi le charme est envolé ?
Fleuves, rochers, forêts, solitudes si chères,
Un seul être vous manque, et tout est dépeuplé !

Que le tour du soleil ou commence ou s'achève,
D'un oeil indifférent je le suis dans son cours ;
En un ciel sombre ou pur qu'il se couche ou se lève,
Qu'importe le soleil ? je n'attends rien des jours.

Quand je pourrais le suivre en sa vaste carrière,
Mes yeux verraient partout le vide et les déserts :
Je ne désire rien de tout ce qu'il éclaire;
Je ne demande rien à l'immense univers.

Mais peut-être au-delà des bornes de sa sphère,
Lieux où le vrai soleil éclaire d'autres cieux,
Si je pouvais laisser ma dépouille à la terre,
Ce que j'ai tant rêvé paraîtrait à mes yeux !

Là, je m'enivrerais à la source où j'aspire ;
Là, je retrouverais et l'espoir et l'amour,
Et ce bien idéal que toute âme désire,
Et qui n'a pas de nom au terrestre séjour !

Que ne puîs-je, porté sur le char de l'Aurore,
Vague objet de mes voeux, m'élancer jusqu'à toi !
Sur la terre d'exil pourquoi resté-je encore ?
Il n'est rien de commun entre la terre et moi.

Quand là feuille des bois tombe dans la prairie,
Le vent du soir s'élève et l'arrache aux vallons ;
Et moi, je suis semblable à la feuille flétrie :
Emportez-moi comme elle, orageux aquilons !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 5345
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: Re: http://la-5ieme-republique.actifforum.com   Ven 1 Juil à 8:31

La bataille de la Somme désigne une confrontation opposant les Britanniques et les Français aux Allemands en 1916, dans le nord de la France, lors de la Première Guerre mondiale, dont ce fut l'une des batailles les plus sanglantes.

Conçue en décembre 1915, par Joffre, commandant en chef des armées françaises, l'offensive de la Somme dut être amendée du fait du déclenchement de la bataille de Verdun, le 21 février 1916. Foch fut chargé par Joffre de sa mise en œuvre. Les Français, qui devaient fournir l'effort principal, durent, en fin de compte, le confier aux Britanniques.

Ce fut la première offensive conjointe franco-anglaise de la Grande Guerre. Les forces britanniques lancèrent là leur première opération d’envergure, et tentèrent avec les troupes françaises de percer à travers les lignes allemandes fortifiées sur une ligne nord-sud de 45 km proche de la Somme, dans un triangle entre les villes d'Albert du côté britannique, Péronne et Bapaume du côté allemand.

Il s'agit de l'une des batailles les plus meurtrières de l'histoire (hors victimes civiles), avec parmi les belligérants environ 1 060 000 victimes, dont environ 442 000 morts ou disparus. La première journée de cette bataille, le 1er juillet 1916, fut, pour l'armée britannique, une véritable catastrophe, avec 58 000 soldats mis hors de combat dont 19 240 morts.

La bataille prit fin le 18 novembre 19163. Le bilan fut, sur le plan militaire, peu convaincant. Les gains de territoires pour les Alliés furent modestes, une douzaine de kilomètres vers l'est tout au plus, le front ne fut pas percé. Les combats usèrent les adversaires, sans vainqueurs ni vaincus.

La bataille de la Somme se singularise, cependant, par deux innovations :

sur le plan militaire, par l'utilisation, pour la première fois sur un champ de bataille, d'une arme nouvelle, le char d'assaut ;
par l'utilisation du cinéma à des fins de propagande. Pour la première fois, un film, La Bataille de la Somme, saisit une grande partie des horreurs de la guerre moderne en incluant des images tournées lors des premiers jours de la bataille.

Ces événements furent également couverts par des photographes et peintres, comme François Flameng, peintre officiel des armées françaises, dont les nombreux croquis et dessins de ces événements parurent dans la revue L'Illustration.

La mémoire collective des Français n'a pas gardé trace de la bataille de la Somme tandis que celle-ci tient une large place dans la mémoire collective des Britanniques, des Canadiens, des Australiens et des Néo-Zélandais. Le 1er Juillet est une journée de commémoration sur les principaux lieux de mémoire du Commonwealth dans le département de la Somme de même que l'ANZAC Day, le 25 avril.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 5345
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: Re: http://la-5ieme-republique.actifforum.com   Mer 6 Juil à 3:24

La métaphysique est pour Descartes le fondement de toutes les sciences. Il illustre sa conception du rapport entre les connaissances humaines par cette image :
« Ainsi toute la philosophie est comme un arbre, dont les racines sont la métaphysique, le tronc est la physique et les branches qui sortent de ce tronc sont toutes les autres sciences qui se réduisent à trois principales, à savoir la médecine, la mécanique et la morale, j'entends la plus haute et la plus parfaite morale, qui, présupposant une entière connaissance des autres sciences, est le dernier degré de la sagesse. Or comme ce n'est pas des racines, ni du tronc des arbres, qu'on cueille les fruits, mais seulement des extrémités de leurs branches, ainsi la principale utilité de la philosophie dépend de celles de ses parties qu'on ne peut apprendre que les dernières. »
http://leclandesmouettes.bbflash.net/f1-le-clans-des-mouettes
Le mécanisme des tourbillons
En ce qui concerne le mouvement des planètes, Descartes exclut une action à distance du Soleil, cette idée ne reposant à l'époque sur aucun fondement rationnel. Par ailleurs, comme nous l'avons vu ci-dessus, il s'oppose à l'existence du vide. Il énonce donc que le mouvement des planètes est dû à de grands tourbillons d'éther remplissant l'espace et qui les emportent et les maintiennent sur leurs trajectoires. Cette théorie ne permettait cependant pas de faire des calculs prévisionnels. Elle influença néanmoins les scientifiques français de la fin du xviie au début du xviiie siècle15. Incompatible avec la théorie de la gravitation newtonienne qui se développe dans la deuxième moitié du xviie siècle, elle contribua à ralentir l'introduction de la mécanique newtonienne en France. Les cartésiens voyaient en effet dans l'attraction universelle de Newton une tentative d'introduction de force occulte dans une science qu'ils voulaient purement mécaniste. La publication en 1687 des Philosophiae Naturalis Principia Mathematica de Newton amena certes Huygens, en grande partie cartésien et qui voyait dans les anneaux de Saturne une preuve de l'existence des tourbillons, à changer d'opinion. Il écrivait ainsi en 1690 : Je n'avais point étendu l'action de la pesanteur à des si grandes distances, comme du Soleil aux planètes, ni de la Terre à la Lune, parce que les tourbillons de Monsieur Descartes qui m'avaient autrefois paru fort vraisemblables, et que j'avais encore dans l'esprit, venaient à la traverse. Mais c'est seulement dans les années 1730-1760 que des personnalités comme Maupertuis, Clairaut ou Émilie du Châtelet, contribuèrent à faire définitivement adopter la mécanique newtonienne en France, malgré une ultime tentative de Fontenelle, qui publiait en 1752 une Théorie des tourbillons cartésiens avec des réflexions sur l'attraction.
La physique
La physique de Descartes est exposée dans le Monde (1633). Il ne publia pas cet ouvrage à cause de la condamnation de Galilée. Cette partie de sa pensée sera publiée dans les Principes de la philosophie (1644). Il présente ainsi ses intentions au début du Monde :
« Et mon dessein n'est pas d'expliquer […] les choses qui sont en effet dans le vrai monde ; mais seulement d'en feindre un à plaisir, dans lequel il n'y ait rien que les plus grossiers esprits ne soient capables de concevoir, et qui puisse toutefois être créé tout de même que je l'aurai feint." (Le Monde, AT, XI, 36).
Le Monde a donc un aspect fictif et se présente comme des hypothèses :
« [...] bien que le monde n'ait pas été fait au commencement en cette façon, et qu'il ait été immédiatement créé de Dieu, toutes les choses qu'il contient ne laissent pas d'être maintenant de même nature, que si elles avaient été ainsi produites […] »
La physique cartésienne est fondée sur l'identification de la matière avec la quantité géométrique (materia vel quantitas). Il évacue ainsi du monde physique les formes substantielles et les qualités de la scolastique : la pesanteur et le mouvement sont ramenés à une explication mécaniste. La notion de force, et a fortiori d'action à distance, n'apparaît pas chez Descartes. Sa description du monde est essentiellement cinématique, le mouvement se transmettant de proche en proche par contact. L'Univers, dans lequel le vide n'existe pas, est donc rempli de substance animée et de tourbillons. Toute action occulte étant exclue dans ce mouvement, celui-ci doit être conservé dans sa totalité, par le pouvoir conservateur de Dieu. Si un corps perd du mouvement, il le transmet à un autre. En l'absence d'interaction, un corps poursuivra indéfiniment son mouvement. Il s'agit du principe d'inertie, déjà présent chez Galilée, mais clairement affirmé par Descartes. Au sein de ce système, la théorie des chocs joue un rôle particulier. C'est elle qui est en effet susceptible de permettre des calculs prévisionnels de mouvement. Elle se révélera malheureusement fausse, et la physique cartésienne se heurtera violemment à la physique newtonienne dans la deuxième moitié du xviie et le début du xviiie siècle. Si la première se base sur des principes métaphysiques, mais ne permet pas d'effectuer des calculs prédictifs, la seconde donne un accord remarquable entre calculs et résultats expérimentaux, mais les cartésiens lui reprochent de ne fournir aucune explication sur la nature des forces introduites. Au cours du xviiie siècle, les savants continentaux se rallieront à la physique newtonienne.
Pourtant, dans un monde non établis et en formation, l'aspect de Tourbillon peuvent être imaginer mais par la force de la matiére et de son évolution, elle conduit au mécanisme de Newton: Un Tourbillon autre que celui de Descartes mais en observant les climatismes, la matière engendre des Tourbillons. Exemple, la tache rouge de Jupiter.
http://la-5ieme-republique.actifforum.com/f1-la-cinquieme-republique
et bien sur http://leclandesmouettes.bbflash.net/f1-le-clans-des-mouettes
Notre force est de savoir comprendre le juste et de discerner le criminel sans y voir une source de pardon auprès de n'importe quel divinité... Je ne recherche pas le mérite, je veux juste être tranquille sans plonger mes enfants dans le vice de la médisance... Je cherche la valeur sans y attribué le plaisir du retour... Dans une sorte de quiétude, je sais lorsque je dois défendre ma vie devant l'autoritaire: Cela est mon droit de Vote, de manifester et de Gréve.
Libre d'un regard audacieux, je me résous à l'appel d'une source: La Nature... L'essence et l’Éternel... La Volonté de la Force... Moi devant le secourisme et le secourisme devant Moi: Y'becca... En ce qui me concerne je ne suis ni République, ni Empire et Ni Personne; Je suis Libre comme le vent et indiquant les humeurs de mes contemporains tout en construisant mon âme propre par ma vision de la Vie et de la Nature.

Ecrit de
TAY
La chouette effraie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 5345
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: Re: http://la-5ieme-republique.actifforum.com   Mar 26 Juil à 9:44

Le Mardi 26 Juillet 2016... Une justice équipé contre l’espionnage
et dépourvu devant le terrorisme

La plume devient transparente devant une couleur rouge. nous voici devant
un affrontement des plus divers... Où tourner la tête, la guerre de l'instant
se révèle dans une forme d'appréhension... Où chacun à présent tourne le
tête; la volonté fut une forme d’espérance sur un temporel de l'aspect
premier de redéfinir les formes de contrat sur un aspect plus humain où finalement,
le terme de pauvreté serait plus approfondi sur les personnes physiques et morales.
Celui qui attribue des responsabilité sur des personnes physiques responsables sans
attribué la forme de contrat comme responsable. Ce sont les personnes physiques
qui dirige le conteste morale de notre société et morale... Citoyennes et Citoyens...

La Personne morale est devenu une forme entité absolu, le refuge de personne physique
dite corrompu, tricheuse et manipulatrice. Cacher derrière un aspect morale, ils profitent
de toutes les misères: humaines Terrorismes, Faims, Adultères, viols, Escroqueries,
esclavages et autres. On appelle cela l'argent sale et cela devient épuisant de devoir être là
à entendre ces gens ayant créer ce tourbillon de malheur et ce cercle vicieux, geindre
dans des tribunaux, avec leurs avocats à la main au milieu des victimes.

Sans sombrer dans un cycle de terreur, il faut que cela cesse ! Sans pourtant pointer du doigt,
il faudra désigner ! Nous craignons des pertes mais je crois que les plus justes en ont assez !
Subir l'affront et recevoir le crachat de ces vermines. Il faudra régler notre horloge montrons à ces vermines l'esprit même de l’héroïsme: celui du Red Ball Express.

Chaque engagements devra être suivi d'un fait, celui d'un caractère propre et autonome; Ne jouant pas sur les mots et agissant avec une libre arbitre, libre de ses responsabilités et surtout,
la clarté de l’événement... Ne pas avoir été pistonner ni par la richesse ou ni par le malheur; L'aspect du grade se révèle dans l'instant et la survie, sur le champs d'opération, celui qui décèle... La Jalousie est un juste caractère quand il se révèle être véridique dans la réalité.
Celui qui acquiert l'uniforme sans en être digne se doit être révoquer ! Citoyennes et Citoyens !

Le jugement doit être adressé envers toutes et tous ! Sans sombrer dans la cour martiale car il s'agit de terrorisme au contraire de l'espionnage... Le terme sur la survie d'un dialogue social dans le temps du travail et de sa répartition été nécessaire... Cela n'aurait peut être rien changer, certains diront que... La rancœur oui, elle est normal et il ne faut pas l'entretenir... Mais arrêtons nos discours de biscuits ! Sans livrer le peuple à la discorde, certains doivent arrêter de rejeter les erreurs sur le passé et le temps où sinon, l'avenir n'aura aucune garanti et
il ne serai redevable que dans la mort. Les enfants posent des questions et nous devons arrêter
de les projeter dans des mondes abstraits ! Nous ne sommes plus dans un monde sécurisé, notre évolution dans l'univers nous fera percevoir que nous sommes dans un magma méconnu.
Notre rêve nous permet d'avancer dans la richesse mais en terme de survie, l’atout maitre est la connaissance des savoirs et des temps...!

Et puis sauvegarder l'humanisme sans être les imbéciles de la Farce ! L'extrémisme est trop souvent utilisé dans un profit et utilisé afin de disperser les cartes pour ensuite se prévaloir de guide quand on les ramasse... Certains utilisent de cette ignominie et ont cré une sorte de sectarisme dans la richesse, la croyance et l'immobilier... Chacun d'entre nous dans notre colère en porte une responsabilité et mais nous ne sommes pas toutes et tous des profiteurs
de guerres ! Citoyens et Citoyennes...

Si le Temps est venu alors qu'il le soit en mon état d’âme de conscience... Sans prévaloir le suicide, je pense que c'est une mort plus digne que d'être égorger par cet aspect de pieuvre qu'est l'aspect sombre de ceux qui profite sur ceux qui creusent les mines et les cimetières !
Parce que même dans ces endroits on y trouvent de l'argent sale taché des rires et des clameurs de ceux qui veulent enlever l'espérance de soi au détriment de le personne physique et morale...La Personne morale est devenu une forme entité absolu, le refuge de personne physique
dite corrompu, tricheuse et manipulatrice. Cacher derrière un aspect morale, ils profitent
de toutes les misères: humaines Terrorismes, Faims, Adultères, viols, Escroqueries,
esclavages et autres donc La Justice doit se moderniser devant ce coté sombre du mécanisme prolétaire, étatique, personnel, spirituel, capitaliste de l'être et de sa pseudo âme.
Citoyennes et Citoyens... Oui à la mixité, du Service Public et au droit de manifester et de grève
en s'engageant d'un service correct pour l'usager de la part des personnes physiques de l’État.
Le droit de gréve et de manifester est un droit universel et d'espérance au même titre que la Mixité Laïque ! Citoyennes et Citoyens !

Ecrit de
TAY
La chouette effraie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 5345
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: Re: http://la-5ieme-republique.actifforum.com   Lun 1 Aoû à 9:53

Les dirigeants appelle à nous réunir dans un état d'urgence. La C.N.T voit l'amateurisme des instances Religieuses
Organismes terroristes utilise l'attentat tel la foudre qui s'abat pour reconstruire l'éco-systéme: Paratonnerre CNT.
Prier est un fait, il implique le silence qu'en est il quand nous décidons d'écrire une commune durée indéterminée.
La CNT n'aime pas les privilèges religieux mais encore moins ceux qui voudrai s’affermir des droits plus outrageux.
Lá et içi, les femmes, les enfants et les hommes retrouvent le plaisir et les craintes en de doux symboles. La crainte ne s’évanouit pas et l'espérance ne se ressoud pas à être en cellule. Nous communiquons en aveugle et il y a le braille. D'autres mondes s'ouvrent dans nos cœurs, l'esprit se recueille auprès de la chair et celle ci transforme la créativité autonome qu'elle engendre... L'amour infini est une force perpétuelle conduisant sur l'écoute du savoir et de son spleen... Guérir.
Ecrit de
TAY
La chouette effraie

A travers, l'espérance et la Prudence nous pourriont percevoir le doux équilibre de nos visions et de nos cœurs. Le syndicalisme guidé par un appel et un vent. Abstrait dans le complot du patrimoine et pourtant juge contre la pauvreté... A l'écoute des cicatrices réelles du peuple, rappelant à l'individu son propre état et que la conscience d'un homme ne peut conduire au déséquilibre de l'existence même de notre histoire. Le syndicalisme n'est pas le refuge des échoués de l'état et des sociétés car nous devons aboutir où la femme et l'Homme puissent s'inclure dans le plaisir de construire sans être conduit par un aspect de profit; L’État ou voir La société doit s'inclure dans un aspect de vision sans bouleverser le système des évolutions d'autrui... Un autre regard de la vie et de la mort, cela fera rire, peur ou même conduira à des hérésies et c'est en cela que je reviens à ces principes premiers que sont le secourisme et la prudence du Bon... Savoir se défendre et se réunir sans sombrer dans l'Hérésie et le Narcissisme.

Ecrit de
TAY
La chouette effraie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 5345
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: Re: http://la-5ieme-republique.actifforum.com   Mer 10 Aoû à 8:01

Ville-di-Pietrabugno est une commune de l'agglomération de Bastia, l'une des trois communes composant le canton de San-Martino-di-Lota. Elle regroupe les trois anciennes communautés de Casevecchie, Guaitella et Alzeto qui disposaient en commun de l'anse de Toga. Les entrepôts (i magazini) utilisés pour le commerce local étaient disposés à 200 mètres de la plage. Ces communautés ont fusionné en 1770 en prenant le nom de Pietrabugno, en souvenir du château de la Pietra qui était proche du lieu-dit Bugnu (un rucher).

Ville-di-Pietrabugno se situe géographiquement, à l'extrême sud-est de la péninsule du Cap Corse, et historiquement dans l'ancienne pieve de Pietrabugno qui sera, au viie siècle, associée à la pieve de Lota pour former la pieve judiciaire de Lota et Pietrabugno, l'une des cinq pievi judiciaires du province du Capocorso.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 5345
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: Re: http://la-5ieme-republique.actifforum.com   Mer 10 Aoû à 9:35

10 août 1826
Premiers omnibus à Nantes

Le 10 août 1826, Stanislas Baudry ouvre à Nantes la première ligne de transports en commun du monde. Elle relie les quartiers de Richebourg et Salorges avec deux voitures à chevaux d'une capacité de 16 personnes chacune.
Fabienne Manière

Pascal déjà

Au XVIIe siècle, en France, les gens de bien pouvaient faire appel à des chaises à porteur pour se déplacer en ville.

Mais vers 1617, un certain Nicolas Sauvage, facteur des maîtres des coches d'Amiens, a l'idée des premières voitures de louage, les ancêtres des taxis. Il ouvre vers 1640 un dépôt à Paris, rue Saint-Martin, pour une vingtaine de voitures. Comme le dépôt est situé en face d'un hôtel à l'enseigne de Saint Fiacre, les voitures ne tardent pas à emprunter le nom de ce saint, patron des jardiniers et des bonnetiers.

L'idée de liaisons urbaines régulières est inventée un peu plus tard par le génial Blaise Pascal, qui n'en est pas à une invention près. Le savant s'associe pour l'occasion avec le duc de Rouanez et les marquis de Sourches et de Crénan.

Pascal obtient par lettres patentes du roi Louis XIV le privilège d'ouvrir cinq lignes au départ du palais du Luxembourg, avec des horaires fixes. L'une d'elles doit faire le tour de Paris par le Luxembourg, la porte Saint-Antoine, Saint-Roch, Montmartre et la Bastille.

L'exploitation des cinq lignes débute le 18 mars 1662 (Blaise Pascal décèdera quelques mois plus tard). Le parcours de base coûte cinq sous (ou sols), soit l'équivalent d'une livre de viande. Précisons que le salaire moyen d'un ouvrier de manufacture se situe à l'époque aux alentours de 8 sols par jour.

Tout serait allé pour le mieux si les parlementaires ne s'en étaient mêlés. Ces nouveaux nobles imbus de leurs privilèges ne supportent pas la perspective de partager les « carrosses à cinq sols » avec des gens de peu. Ils ne les autorisent qu'à la condition que « soldats, pages, laquais et autres gens de bras » en soient exclus !

Soit en raison de cette interdiction faite à une partie des citadins, soit en raison du prix élevé du parcours de base, la compagnie ne tarde pas à péricliter. Elle arrête son activité au bout de 15 ans.
Omnibus, un mot plein d'avenir

À Nantes, au début du XIXe siècle, un jeune homme, Étienne Bureau, imagine de transporter les employés de son grand-père, un armateur, entre ses bureaux de la rue Jean-Jacques Rousseau et les services de la Douane, dans le quartier de Salorges.

Le véhicule stationne devant la boutique d'un chapelier nommé Omnès, dont l'enseigne indique « Omnes Omnibus », ce qui signifie en latin de cuisine : Omnès pour tous ! C'est ainsi que les usagers de la ligne prennent l'habitude de dire : « Je prends (ou je vais à)... l'omnibus ! » Le mot va faire le tour du monde et se décliner de toutes les façons possibles dans toutes les langues : bus, autobus...

Dans le même temps, dans la même ville, Stanislas Baudry, un colonel en demi-solde de l'armée de Napoléon, monte une minoterie dans le quartier de Richebourg. Pour utiliser au mieux la vapeur de son usine, il crée un établissement de bains à côté de celle-ci. Et il a lui aussi l'idée d'ouvrir une ligne régulière de transport pour amener les habitants du centre de Nantes dans son établissement.

Très vite, Stanislas Baudry s'aperçoit que les Nantais utilisent sa ligne de transport pour leurs propres besoins et non pour les bains. Il comprend qu'il y a là une perspective de marché. C'est ainsi qu'il abandonne la minoterie et obtient de la municipalité de Nantes l'autorisation d'ouvrir la première ligne régulière d'omnibus !

L'entrepreneur étend son activité à Paris dès le 30 janvier 1828 en inaugurant l'Entreprise Générale des Omnibus. Le succès est là aussi au rendez-vous, les omnibus se révélant beaucoup moins coûteux que les fiacres (l'équivalent de nos modernes taxis).

Mais Stanislas Baudry est très vite laminé par la concurrence. Déprimé, il se suicide en 1830 en se jetant dans le canal Saint-Martin, près de son entrepôt.

Dans un premier temps, en effet, les compagnies d'omnibus se multiplient.

Leurs voitures se distinguent par des variations de couleurs et des noms pittoresques : Dames blanches, Tricycles, Favorites, 0rléanaises, Batignollaises... Plus tard arrivent les Hirondelles, les Gazelles, les Excellentes et les Constantines. Ces véhicules offrent tous quinze places, sans impériale.

Peu à peu, l'activité se concentre et en 1855, les transports en commun à Paris ne sont plus le fait que d'une seule compagnie, la Compagnie générale des Omnibus. À cette époque, l'idée a déjà fait le tour du monde...

_________________
Kounak le chat....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 5345
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: Re: http://la-5ieme-republique.actifforum.com   Mer 10 Aoû à 9:53

Amiens (prononcé [a.ˈmjɛ̃]) est une commune française, préfecture du département de la Somme et chef-lieu de canton. Ancienne préfecture de la région Picardie, elle est la ville la plus peuplée de la région Nord-Pas-de-Calais-Picardie après Lille. En 2013, Amiens est la vingt-huitième ville de France par sa population avec près de 135 000 habitants, appelés Amiénois. Située à l'intérieur d'un triangle Paris – Londres – Bruxelles, son aire urbaine compte 294 595 habitants en 2013, elle-même noyau du territoire du Grand Amiénois regroupant près de 340 000 habitants.

Première ville de France en nombre d’inscriptions au patrimoine de l'UNESCO, Amiens est célèbre pour sa cathédrale Notre-Dame, joyau de l'art gothique et l'une des plus vastes cathédrales du monde.

Surnommée la « petite Venise du Nord » en raison des nombreux canaux qui la traversent et des hortillonnages (ensemble de jardins flottants couvrant 300 hectares), Amiens offre un riche patrimoine et des quartiers pittoresques, témoins d’une histoire bimillénaire. Depuis 1992, le label Ville d'art et d'histoire récompense la protection et la mise en valeur de ce patrimoine.

L'image contemporaine de la ville est fortement liée à trois activités qui rayonnent au-delà de ses frontières : son statut de capitale historique de la Picardie, l'importance de son université[réf. nécessaire] et la vitalité de sa vie culturelle portée par des infrastructures et des manifestations d’envergure nationale.

_________________
Kounak le chat....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 5345
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: Re: http://la-5ieme-republique.actifforum.com   Jeu 1 Sep à 8:46

“La solitude désole le coeur et contente l'esprit.”
De Camille Belguise / Echos du Silence.

“Un corps peut-il guérir, dont le coeur est malade ?”
De Pierre Corneille / Clitandre


“Le coeur fait tout, le reste est inutile.”
De Jean de La Fontaine / Belphégor


“Un coeur qui sait haïr est toujours criminel.”
De Marie-Joseph Chénier / Hymne du 9 Thermidor

“Le tombeau des héros est le coeur des vivants.”
De André Malraux / Oraisons funèbres

“Un égarement du coeur vaut mieux que cent génuflexions.”
De Muhammad Iqbal / Maître

“La vie est pleine de choses qui blessent le coeur.”
De Madame de Sévigné / Lettres


“Le coeur sent rarement ce que la bouche exprime.”
De Jean-Galbert de Campistron / Pompeia

“La pire de toutes les mésalliances est celle du coeur.”
De Chamfort / Maximes et pensées


“Ayons le coeur haut, et l’esprit modeste.”
De Joseph Joubert / Pensées

“Il faut au coeur perfide un visage hypocrite.”
De Emile Deschamps / Macbeth de Shakespeare


“La haine, c’est l’hiver du coeur.”
De Victor Hugo / Les Contemplations


“La vie se charge de “classer” les affaires du coeur.”
De Tristan Bernard / Un mari pacifique

“Coeur las de haïr, n'apprendra jamais à aimer.”
De Nikolaï Alekseïevitch Nekrassov / Tais-toi, ô muse de vengeance et de tristesse


“On ne partage pas un coeur de mère.”
De Honoré de Balzac / Le Colonel Chabert







Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 5345
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: Re: http://la-5ieme-republique.actifforum.com   Jeu 1 Sep à 8:54

Coeur de villes

Les lueurs de la ville attisent la plume des écrivains. Véritable labyrinthe, les rues nous entraînent dans leurs pénombres et nous perdent...
“Vois avec ton coeur.”

De Ronnie Milsap
“Beaux yeux, coeur canaille.”
De Proverbe guadeloupéen
“Mains froides, coeur chaud.”
De Proverbe québécois
“Coeur content soupire souvent.”
De Proverbe québécois
“Mathématiques : dessèchent le coeur.”
De Gustave Flaubert / Dictionnaire des idées reçues
“Bouche en coeur au sage, Coeur en bouche au fou.”
De Proverbe français
“Coeur inquiet ne prospère pas.”
De Proverbe guadeloupéen
“Seul survit le coeur secret.”
De Howard Butten
“Le coeur gouverne la raison.”
De Laurence-Marie Coupier
“A pauvre coeur petit souhait.”
De Proverbe français
“Le coeur ne dort jamais.”
De Denys Gagnon
“Coeur heureux fait visage épanoui.”

----------------------------------------------

10 février 2017

C’est un module de service européen qui assurera la propulsion du véhicule spatial Orion de la NASA dont la première mission, en 2018, consistera à aller au-delà de la Lune puis à revenir sur Terre. L’ESA et Airbus Defence and Space viennent de convenir avec la NASA de construire un deuxième module en vue d’une deuxième mission, habitée cette fois, en 2021.

Ce sera la première fois depuis 1972 que des hommes quitteront l’orbite terrestre basse ; et ce sont des équipements européens qui assureront la propulsion, l’alimentation électrique, l’approvisionnement en eau et le contrôle thermique pour un équipage pouvant comporter jusqu’à 4 astronautes.

L’accord conclu, qui vient prolonger la collaboration ESA/NASA dans le domaine des vols habités, entamée avec la Station spatiale internationale, constitue une preuve de la reconnaissance des compétences d’Airbus et de l’ESA.

L’ESA signera le contrat correspondant avec Airbus Defence and Space en vue de la construction du deuxième module de service européen dans le bâtiment d’intégration d’Airbus DS à Brême (Allemagne), où le premier module est déjà en cours d’assemblage.

David Parker, le Directeur Vols habités et Exploration robotique de l’ESA, sera présent lors de la conférence de presse qui se tiendra le jeudi 16 février, ainsi que Matthias Maurer, le dernier astronaute recruté par l’ESA.
De Proverbe anglais


Dernière édition par yanis la chouette le Lun 13 Fév à 9:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: http://la-5ieme-republique.actifforum.com   

Revenir en haut Aller en bas
 
http://la-5ieme-republique.actifforum.com
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Inde ou Republique Dominicaine?
» HUIT MILLIONS DE REPUBLIQUE D'HAITI
» michelle martely se fait gifleret avilir en republique dominicaine
» LE ZOZOLIER ,MUSICIEN ,PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE , PATERNITE RESPOSABLE !
» AU SÉNAT DE LA REPUBLIQUE D'HAÏTI.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le clans des mouettes :: Le clans des mouettes-
Sauter vers: