Le clans des mouettes

ainsi est la force.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Les femmes, Moulin Rouge, La Science et Y'becca

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
yanis la chouette



Nombre de messages : 7155
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: Les femmes, Moulin Rouge, La Science et Y'becca   Mer 12 Oct à 3:22

La rue Bertrand de Born est une rue de Toulouse située entre la place de Belfort et le boulevard Bonrepos. Elle portait auparavant le nom de rue Denfert-Rochereau et change de nom par décision du conseil municipal du 27 mars 1941

et Christina Aguilera, Lil' Kim, Mya, Pink - Lady Marmalade https://www.youtube.com/watch?v=RQa7SvVCdZk

Le quartier de la place Dupuy est un petit quartier du centre-ville de Toulouse. Il s'étale au sud-est du centre historique, tout autour de la place Dupuy. Il est limité à l'est par le canal du Midi, au sud par les allées François-Verdier et le Grand Rond et au nord par l'église Saint-Aubin. C'est l'ancien faubourg Saint-Étienne.

En 1750, c'est l'église Saint-Saveur, dépendant de la paroisse de la cathédrale Saint-Etienne qui occupe le centre de la place. Elle donnait sur la rue Mange-Pommes (continuation de la rue du Cimetière ou des Cimetières qui l'a absorbée, actuelle rue Riquet), et la rue du Pont Guilheméry passait derrière. Au début du XIXe siècle, la place est connue sous le nom de place Dauphine.
La colonne Dupuy et en arrière-plan la Halle aux Grains

Le projet de fontaine d'Urbain Vitry adopté en 1827, pour un montant de 16 266,70 francs, mais qui peinait à aboutir place Saint-Georges, est finalement concrétisé entre 1829 et 1832 sur cette place, renommée en l'honneur du général Dupuy, héros de la Révolution française. C'est la fontaine et la colonne actuelle, la plus monumentale de Toulouse avec ses 19,20 mètres de haut. Fondue par Claude Peillot sur un moule composé par Jean Rancy, les sculptures sont de Griffoul Dorval. Ses hautes proportions sont équilibrées par les puissants griffons hiératiques grimaçant au-dessus de la vasque. La partie monumentale a été retraitée en 1996.

La statue a été ajoutée plus tard, déplacée par Viollet-le-Duc de son ancien emplacement au sommet de la tour des archives, aujourd'hui connu sous le nom de donjon du Capitole. Il s'agit de Dame Tholose, allégorie de la ville de Toulouse, bronze Renaissance de Jean Rancy, réalisé en 1544 à la demande des Capitouls, symbole du pouvoir municipal face aux clochers des églises et la tour de l'Aigle du Parlement. Dame Tholose, affublée de deux couronnes de lauriers, devient la Renommée et a trôné sur la colonne Dupuy jusqu'en octobre 2005, date de sa dernière restauration. Un moulage a pris sa place et l'original a rejoint la collection du musée des Augustins.
http://leclandesmouettes.bbflash.net/t141-adoption


Dernière édition par yanis la chouette le Jeu 13 Oct à 9:21, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 7155
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: Re: Les femmes, Moulin Rouge, La Science et Y'becca   Mer 12 Oct à 3:23

Ada Lovelace: My brain is more than merely mortal

Ada Lovelace (1815-1852) wrote the first recognised algorithm. To mark Ada Lovelace Day, which celebrates inspirational women in science, New Scientist has secured an exclusive interview*.
Painted por
“I conclude [the artist] is bent on displaying the whole expanse of my capacious jaw bone, upon which the word Mathematics should be written”

By Rowan Hooper

Your mother was mathematically trained, and your father, Lord Byron, a great poet. You were well set up to do interesting things.
I do not believe that my father was (or even could have been) such a Poet as I shall be an analyst (& metaphysician); for with me the two go together indisputably.

So you never doubted your abilities?
That brain of mine is something more than merely mortal; as time will show.

It has indeed been shown that you were ahead of your time. Tell us about your relationship with Charles Babbage. You met him when you were 17.
I have a peculiar way of learning and I think it must it must be a peculiar man to teach me successfully.

You weren’t intimidated by the age difference – Babbage was 24 years older than you – or his status as a famous mathematician and inventor?
I do not think you [Babbage] possess half my forethoughts, & powers of foreseeing all possible contingencies (probable & improbable, just alike). I have always fancied you for a little harum-scarum and inaccurate.

.

His great projects were attempts to build automatic calculating machines.
The Analytical Engine does not occupy common ground with mere calculating machines.

Sorry, quite right. They were mechanical, steam-powered prototypes of what we now call computers. In your Note G on his Analytical Engine, published in 1843, you showed – in what is perhaps the first computer program – how it could be used to generate Bernoulli numbers.
I am doggedly attacking & sifting to the very bottom, all the ways of deducing the Bernoulli numbers… I am grappling with this subject, & connecting it with others.

You showed how the engine could process algebra and also create sound and graphics.
We may say most aptly that the Analytical Engine weaves algebraical patterns just as the Jacquard-loom weaves flowers and leaves.

Did you have an inkling of what would come in the future?
Though I see nothing but vague & cloudy uncertainty in the foreground of our being, yet I fancy I discern a very bright light a good way further on, and this makes me care much less about the cloudiness & indistinctness which is near. – Am I too imaginative for you? I think not.

You imagined, remarkably, how a computer could work on, and generate, different forms of information.
[The Analytical Engine] might act upon other things besides number, were objects found whose mutual fundamental relations could be expressed by those of the abstract science of operations, and which should be also susceptible of adaptations to the action of the operating notation and mechanism of the engine… Supposing, for instance, that the fundamental relations of pitched sounds in the science of harmony and of musical composition were susceptible of such expression and adaptations, the engine might compose elaborate and scientific pieces of music of any degree of complexity or extent.

We don’t have many images of you but your portrait by Margaret Carpenter (pictured here) survives.
I conclude she [the artist] is bent on displaying the whole expanse of my capacious jaw bone, upon which the word Mathematics should be written.

Your legacy is extraordinary. Sometimes you worked throughout the night on your algorithm.
I am working very hard… like the Devil in fact (which perhaps I am). I think you will be pleased.

Sadly, you were ill for much of your short life.
I have been very suffering & more ill than yet. But today I have rallied considerably. Hang the whole affair!

You suffered greatly before succumbing to cancer of the womb, age 36.
They say that “coming events cast their shadows before”. May they not sometimes cast their lights before?

*Lovelace’s quotes are taken from correspondence held at the British Library, from her notes to her translation of the Sketch of the Analytical Engine, from James Gleick’s The Information and from Betty Alexandra Toole’s Ada, the Enchantress of Numbers. The words attributed to Lovelace are as she wrote them.

See our correspondence-mined interview with Charles Darwin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 7155
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: Re: Les femmes, Moulin Rouge, La Science et Y'becca   Mer 12 Oct à 3:25



Home Features Physics

Untold Story

25 May 2016
The bold, brilliant woman who championed Newton’s physics

Emilie du Châtelet was a talented mathematician and experimental physicist who took on France's intellectual establishment. But history hasn't done her justice
Emilie du Chatelet
“As Voltaire wrote, she ‘was a great man whose only fault was being a woman'”

Pictorial Press Ltd/Alamy Stock Photo

By Patricia Fara

IN THE spring of 1749, Emilie du Châtelet realised to her horror that she was pregnant. She adored her two children, but was engrossed in her most ambitious project yet – translating and interpreting Isaac Newton’s Principia, his monumental book on mechanics and gravity. Childbirth was always a hazardous affair – one of her three babies had died – but at the age of 42 she knew that it would be particularly perilous. It was a race against time to finish her work.

More than 60 years had gone by since Newton published his revolutionary cosmology, but in France his ideas remained controversial. Convinced that reason and mathematics could unlock the mysteries of the universe, du Châtelet was determined to persuade her compatriots that a single force of gravity tied the universe together. She counted the months and then the days, working long into the nights and plunging her hands into ice-cold water to keep herself awake. A few days before giving birth, she completed her manuscript, triumphantly noting down the date. She died just days later; her baby daughter soon followed.

Until recently, if du Châtelet was mentioned at all, it was as Voltaire’s mistress rather than as a talented mathematician in her own right. At a time when women were largely excluded from scientific debates, she earned respect across Europe. In books and articles she critiqued the theory of the French national hero, René Descartes. While he envisioned the planets swirling within clouds of tiny invisible particles, Newton’s cosmos ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 7155
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: Re: Les femmes, Moulin Rouge, La Science et Y'becca   Mer 12 Oct à 3:26

The greatest physics theorem you’ve never heard of

This concept's played a greater part in physics than relativity and quantum theory, so why has the great woman behind it not achieved Einstein's fame?
A mountain reflected in a lake

Stuart Franklin/Magnum Photos

By Dave Goldberg

WE PHYSICISTS have a habit of depicting our discipline as “beautiful” or “elegant”, where an outsider might be forgiven for seeing no more than an endless morass of equations. In an ideal world, those equations would be unnecessary; the ultimate goal of physics – and science generally – is to describe the world as simply as possible.

One hundred years ago, one person brought us a great step closer. In this centenary year of general relativity, Albert Einstein is getting the plaudits, and no one would gainsay him that. But that same year, 1915, the excitement surrounding relativity spawned another seminal piece of work. Even among physicists, though, it is not nearly as famous as it should be. Perhaps that is down to the complexity of its mathematics, but perhaps the author’s sex and sadly short life played their parts too.

Yet there is no doubt that Amalie “Emmy” Noether transformed how we think about the universe. Despite the hairy mathematics, her great first theorem can be described conceptually in just a short sentence: Symmetries give rise to conservation laws.

This simplicity masks a penetrating insight. It provided a unifying perspective on the physics known at the time – and laid the groundwork for nearly every major fundamental discovery since.

Emmy Noether is a story unto herself. Despite wide recognition of her obvious brilliance, she was confounded by the prejudices of German academic tradition at the turn of the 20th century. Born into a prominent mathematical family in 1882 – her father, Max, was a professor at the University of Erlangen in the north of Bavaria – she was ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 7155
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: Re: Les femmes, Moulin Rouge, La Science et Y'becca   Mer 12 Oct à 3:27

Life amid death at Australia’s new body farm

Human bodies decompose differently in Australia, so Shari Forbes opened the first body farm outside the US
Shari Forbes
Forbes has used animals as proxies for decomposing humans

Toby Zerna/Newspix/REX/Shutterstock

By Douglas Heaven

Tell me about your body farm.

It’s a rural environment where donated bodies are placed on the ground or in shallow graves and allowed to decompose naturally – for research purposes. We opened in February and we already have six bodies at the facility.

Can you describe the place?

It is 12 acres of land surrounded by a high-security fence with many CCTV cameras installed. There’s a small building on the site but most of it is just rough ground.

Why are there so many CCTV cameras?

We’re aware that some people might get curious, so we made sure it’s a high-security facility. It is important to preserve the dignity of our donors. The only people who can visit are those who have a reason to be there, such as researchers or police for training.

Did you have any trouble getting the body farm set-up?

It’s been three years in the making. We needed three things to set it up: land in a remote yet accessible location, a body donation programme, and approval to build it. It was the approval process that took the most time. It was a challenge for the local council, but they were willing to work with us to make sure everyone was happy with the outcome.

Even though it is remote, our facility sits in a small community, and the council sought feedback from our neighbours. We made sure that people were aware of what we were doing and allayed any concerns they might have. For example, we had to show that they wouldn’t be ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 7155
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: Re: Les femmes, Moulin Rouge, La Science et Y'becca   Mer 12 Oct à 3:28

Spectacular archaeology in the shadow of London’s skyscrapers

Before the next Shard or Gherkin can go up, urban archaeologist Sadie Watson gets to dig down into the city's history, from Roman times to the Great Fire
Sadie Watson
“As you dig down past AD 100, towards Boudica, there’s a frisson,” says Watson. “Will we find evidence of her?”

Dave Stock

By Sean O'Neill

THE thought of archaeology rarely evokes the smell of exhaust fumes, the sound of smashing concrete or the spark and screech of steel cables being sawn to pieces. But this is the reality of a dig in the heart of the city. “Sometimes we’re digging while a building is being demolished directly above our heads,” says Sadie Watson, a project director for Museum of London Archaeology (MOLA). “Safely, I should add.”

Thankfully, Landmark Place – the site on the bank of the River Thames where I meet Watson – is open to the air. As her black hard hat indicates, she is the senior archaeologist on site, responsible for the entire dig and the safety of the team. The people in red hats, dotted throughout trenches and pits reinforced with steel piles, are archaeologists digging into London’s past. The white hats, far outnumbered by reds, belong to construction workers, there to facilitate the dig by removing excavated earth or clearing modern debris before excavation by hand begins.
Landmark Place
The dig at Landmark Place. MOLA archaeologists wear red hard hats

Dave Stock

Since 1990, developers in the UK have been obliged to fund archaeological exploration before they start building, so in London the process of demolishing an old structure to build a shiny new one offers a window on the city’s nearly 2000-year history.

Watson’s team has about five months to find, record and remove the artefacts and remains that would otherwise be obliterated. “Archaeology is destructive, too, but we’re preserving it by recording it,” she ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 7155
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: Re: Les femmes, Moulin Rouge, La Science et Y'becca   Mer 12 Oct à 3:31


Robin Murphy
I used robots to help save drowning refugees off the Greek coast

From mechanical lifeguards to aerial drones, robots are already helping save lives. It’s time they took their place in the rescuer’s toolbox, argues Robin Murphy...

My primary research is in artificial intelligence for mobile robots as applied to disaster robotics. As my analyses have shown that 50% of the terminal failures in disaster robotics are due to human error, a significant portion of my work is in human-robot interaction. My research uses a field methodology, working with responders and agency stakeholders to determine gaps that lead to the formulation of applied and fundamental research thrusts. We have participated in 18 disasters or incidents and over 35 exercises gathering data spanning urban search and rescue, structural inspection, hurricanes, flooding, mudslides, mine disasters, radiological events, and wilderness search and rescue.

Disaster deployments: see the materials at the Center for Robot-Assisted Search and Rescue crasar.org
Our fundamental research covers:

Human-robot interaction. One theme is how distributed team members can use natural user interfaces to communicate with the robot and with other decision makers in real-time. We can predict unsafe human factors pre-conditions using our shared roles model without the extensive task and user model required by methods such as SOAR. Our Skywriter interface for small UAVs that allows a user with no experience to exploit a visual common ground with the robot and robot Pilot and use sketch, pointing, and multi-touch. It has been licensed. Another theme is our Survivor Buddy project which explores how trapped victims will react to a rescue robot, how victims can use gestures to control their "buddy robot" and how medical practitioners will use robots. Our work in UAVs for evacuation discovered that people don't appear to respond to UAVs the same way they do to ground robots, which introduces safety concerns.
Autonomy. Our work follows the behavior-based robotics paradigm, using insights from cognitive and biological studies of intelligence. One theme is how to share responsibility of autonomous roles between the human and robot, especially what autonomous capabilities must the robot reliably perform as the human cannot react fast enough or would require more manpower. One theme is fault detection and recovery, using AI generate-and-test methods to rapidly recover, deferring fault identification to after the robot is in a safe state. Another theme is determining appropriate path planning strategies for working in three dimensions, either ground robots searching a collapsed building, a marine vehicle inspecting the substructure of a bridge, or a UAV inspecting a building or mudslide. We conducted the first work in marsupial robots and our AirJoey theme is exploring how to use a small UAV or UGV to provide external viewpoints to help a primary robot perform complex tasks such as opening a door.
Dimensionless numbers and metrics for capturing field performance. Our work has established metrics for traversability that are independent of the scale of the robot and environment. We have identified constraints that impede the actual deployment of a robot in the field. We have created new methods for field work, including viewpoint-oriented cognitive work analysis and a formal computational model of the data-to-decision process.

Another way to think about our research is by platform. We work with ground, aerial, and marine vehicles. Because we are a field robotics group and deploy to disasters, we prefer to using commercially available, hardened robots rather than build our own. We often use platforms donated through the CRASAR Roboticists Without Borders program.

Small unmanned aerial vehicles. We work with both small fixed-wing and rotor-craft having the first deployment of either for a disaster (Hurricane Katrina). Our ongoing outdoor rotor-craft work since 2005 has concentrated on structural inspection (flying with 10 feet of structures with GPS denied) and indoor flight, hazardous materials spills including chemical and radiological since 2011, and geospatial reconstruction of flooding, debris, and other elements of disasters since 2013. Our indoor rotor-craft work is split between general indoor navigation and using SUAS for evacuation.
Man-packable and man-portable ground vehicles. Our UGV work focuses on autonomy and UGV-UAV cooperation. Our newest work is in collaboration with CMU and Georgia Tech with snake robots working in granular materials (aka burrowing robots).
Unmanned surface and underwater marine vehicles. Our UMV work focuses on underwater structural inspection, marsupial USV-ROV teams, and victim recovery. We also explore UMV-UAV teaming as a result of our experiences assisting with the Tohoku Tsunami response.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 7155
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: Re: Les femmes, Moulin Rouge, La Science et Y'becca   Mer 12 Oct à 3:35


Ruth Gates
I’m creating supercharged corals to beat climate change

By giving evolution a helping hand, Ruth Gates aims to produce corals tough enough to survive in increasingly hostile oceans

Download CV • Visit Gates Lab Website

Office: (808) 236-7420
Lab: (808) 236-7493
Fax: (808) 236-7443
Email: rgates@hawaii.edu
Hawai‘i Institute of Marine Biology
PO Box 1346
Kane‘ohe, HI 96744

Education

Ph.D. 1990, Department of Biology, University of Newcastle upon Tyne, UK
B.Sc. 1984, Department of Biology, University of Newcastle upon Tyne, UK

Research Interests

My broad interests lie in the biological mechanisms and traits that dictate the environmental threshold of marine organisms. Specifically, I am focused on defining attributes in corals that underpin inter- and intra-specific differences in their sensitivity to thermal stress, ocean acidification and pollutants. To accomplish this, my research group examines coral biology at a variety of spatial and temporal scales, and exploits analytical approaches from the fields of genomics, molecular ecology, developmental genetics, computational biology, cell biology, biochemistry, physiology and ecology. For additional details see: http://www2.hawaii.edu/~rgates/Gates_Lab_Website/Gates_Lab.html


Finding solutions for coral reefs in a changing world

Our group works on coral reefs, tropical marine ecosystems that protect coastlines, support tourism, and provide nutrition to many island nations.


Our focus is on defining biological traits that drive the differences in performance among corals and reefs.


Our goal is to contribute knowledge that expands our basic understanding of how coral reefs function, and informs the management and conservation of these beautiful, important, but threatened ecosystems.
http://gatescorallab.com/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 7155
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: Re: Les femmes, Moulin Rouge, La Science et Y'becca   Mer 12 Oct à 3:36


Jennifer Richeson
Is news of the US’s changing racial mix increasing racism?

In a few decades, most people in the US won’t be white. That prediction is increasing tension, but there’s more to this than racism, says Jennifer Richeson.


Professor of Psychology
Ph.D. 2000, Harvard
Biography

Psychologist Jennifer Richeson’s research focuses on the social psychological phenomena of cultural diversity. Her work generally concerns the ways in which social group memberships such as race and gender impact the way people think, feel, and behave. Specifically, she examines the processes of mind and brain that give rise to stereotyping and prejudice and, in turn, shape the ways in which individuals experience diversity.

She is currently working on two primary lines of research: the dynamics and consequences of interracial contact and diversity and detecting, confronting, and managing the threats associated with prejudice and discrimination. Through the development of these research streams, Richeson hopes to contribute to a better understanding of intergroup relations, including how to foster cohesive culturally diverse environments.

Her work has been published in various scholarly journals, including Psychological Science, Journal of Personality and Social Psychology, Nature Neuroscience, and Journal of Experimental Social Psychology, as well as appearing in popular publications such as The Economist and The New York Times. She was a visiting fellow at Stanford University’s Research Institute of Comparative Studies in Race and Ethnicity in 2004-05. In 2009 she received the Distinguished Scientific Award for Early Career Contributions to Psychology from the American Psychological Association. She was named one of 25 MacArthur Fellows in 2006 for her work as a leader in “highlighting and analyzing major challenges facing all races in America and in the continuing role played by prejudice and stereotyping in our lives.”
In 2015, she won the John Simon Guggenheim Foundation Fellowship and was also elected to the National Academy of Sciences.
Current Research

Cognitive, Affective, and Behavioral Dynamics of Interracial Contact. This work builds upon previous research suggesting that increased contact between members of different racial groups can be accompanied by unintended, negative consequences for both whites and racial minorities. Richeson and her colleagues have found that in addition to being a source of stress, interracial interaction can also undermine cognitive performance. Studies in this line suggest, furthermore, that self-regulation in order to inhibit or modulate behavior, thoughts and urges, seems to play an important role in the effect of contact on the cognitive performance of white individuals. Related projects are investigating other concerns and experiences of interracial contact for both whites and blacks. For instance, how do concerns about being the target of prejudice influence racial minorities’ interaction experiences? Richeson and her colleagues are also currently investigating potential interventions that will reduce individuals’ deployment of effortful self-regulation during interracial interactions, which should make them less cognitively costly.

Discrimination Exposure and Health. Discrimination, unfair negative treatment due to one’s race, class, sexual orientation, gender, or other social identity, can be characterized as a stressor that negatively impacts affective, cognitive, and physical well-being. Research suggests, further, that discrimination might lead to these pernicious effects because of the manner in which individuals contend with it. One reason why discrimination is thought to result in at least some of its negative outcomes is because individuals rely on emotion regulation strategies, such as rumination, that are particularly maladaptive. In order to develop interventions to mitigate the negative effects of discrimination, therefore, it is important to understand the pathways that give rise to its effects, including the role of emotion regulation. To that end, this project examines the implications of different emotion regulation strategies in the context of contending with discrimination for self-related outcomes, such as affect, physiological arousal, and cognitive functioning, as well as for group-level outcomes, such as motivation to engage in collective action.

Psychological and Physiological Implications of Managing a Stigmatized Identity. Research suggests that racial minorities and members of other low-status groups might not benefit as much from intergroup contact and diversity, compared with members of dominant social groups (Tropp & Pettigrew, 2005). Given the widespread social, societal, and organizational benefits of increased diversity in educational and employment domains, however, it is important to examine stigmatized individuals’ experiences as they attempt to persist and even succeed in the face of token status and negative group stereotypes. This NSF-funded project considers the role of “covering”—a compensatory form of self-regulation in the service of managing a stigmatized identity—in stigmatized group members’ persistence in the face of threatening environments. Specifically, this project has two aims: 1) to examine the extent to which racial minority and low-SES students at a predominantly white, private university engage in covering when the value of their group memberships is threatened and/or they are concerned about being the target of prejudice; and 2) to investigate potential intra-personal costs of covering, including physiological stress reactions, feelings of inauthenticity and shame, increased loneliness, and cognitive depletion.

Intra-minority Intergroup Relations. The question governing this project is whether the experiences that often distinguish low-status from high-status group members (e.g., discrimination) may alter the trajectory of such intra-minority intergroup relations so that they unfold differently than do relations between members of dominant and minority groups. Specifically, perceived discrimination may lead members of different stigmatized groups to categorize themselves in terms of a common “disadvantaged” identity and, in turn, produce positive attitudes toward other stigmatized groups. Consistent with this idea, we’ve found that exposing racial minority participants (e.g., Asian Americans) to anti-Asian prejudice leads to the expression of greater perceived similarity with, and more positive evaluations of, Blacks & Latinos. In other words, making ingroup discrimination salient can promote coalitions between different stigmatized groups. Despite these findings, extant work in social psychology suggests that making ingroup discrimination salient can also lead members of one stigmatized group to evaluate other stigmatized groups more negatively. Consistent with this idea, Richeson and her colleagues have found that making sexism salient for White women or making racism salient for racial minorities (Blacks, Latinos) leads to more negative evaluations of racial minorities and sexual minorities, respectively. Taken together, this work suggests that salient discrimination leads to more positive relations among groups within a dimension of identity (e.g., among racial minorities), but more negative relations among groups that cross dimensions of identity (e.g., between racial and sexual minorities). Their ongoing work in this area is examining methods to leverage perceived discrimination on one identity dimension to promote understanding and, perhaps, empathy toward groups that are stigmatized on different dimensions of identity.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 7155
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: Re: Les femmes, Moulin Rouge, La Science et Y'becca   Mer 12 Oct à 3:42

Marthe Gautier
Who really decoded Down’s syndrome?

The Frenchman credited with finding the genetic cause of Down’s is in line for sainthood. Now his colleague says it was her who made the crucial breakthrough.

Bibliographie

Marthe Gautier, « Cinquantenaire de la trisomie 21. Retour sur une découverte », Médecine/Sciences, vol. 25, no 3,‎ mars 2009 (lire en ligne [PDF])
Marthe Gautier, « La découvreuse oubliée de la trisomie 21 », La Recherche, no 434,‎ 30 septembre 2009 (lire en ligne)

Liens internes

Trisomie 21
Jérôme Lejeune
Raymond Turpin

Notes et références

↑ « Montenils : Marthe Gautier à l'honneur. » [archive], sur Cercle généalogique de la Brie (consulté le 22 août 2016)
↑ (fr) « Montenils Dimanche se tient le Festival » [archive], sur Le pays Briard (consulté le 22 août 2016)
↑ J. Lejeune, M. Gautier et R. Turpin « Les chromosomes humains en culture de tissus », dans Comptes rendus de l'Académie des sciences, 26 janvier 1959, p. 602-603.
↑ Lejeune J, Turpin R, Gautier M, « [Mongolism; a chromosomal disease (trisomy)] », Bull Acad Natl Med, vol. 143, no 11-12,‎ 1959, p. 256-65 (PMID 13662687)
↑ Gautier 2009, p. 311-6
↑ a et b La Recherche 2009, p. 57
↑ (en) « Randy Engel interview with Dr. Marthe Gautier, discoverer of trisomy 21 » [archive], sur www.renewamerica.com,‎ 6 mars 2013
↑ Site de la fondation Lejeune [archive]
↑ a, b et c Site des Archives de France [archive]
↑ Gautier 2009, p. 311
↑ a et b Gautier 2009, p. 312
↑ [1] [archive]
↑ Gautier 2009, p. 313
↑ J.-H. Tjio et A. Levan, Hereditas, 42, 1, 1956.
↑ a et b Gautier 2009, p. 314
↑ J. LEJEUNE, M. GAUTIER and R. TURPIN. Les chromosomes humains en culture de tissus. C. R. Acad. Sciences, January 26, 1959
↑ « JORF n°0094 du 20 avril 2014 page 6951 » [archive], sur http://www.legifrance.gouv.fr/ [archive],‎ 20 avril 2014 (consulté le 27 septembre 2014)
↑ Nicolas Chevassus-Au-Louis, « Trisomie 21 : le chromosome de la discorde », Le Monde « Science et médecine », 19 novembre 2014, p. 7




Marthe Gautier
Marthe Gautier
Données clés Naissance 10 septembre 1925
Montenils (France)
Nationalité Drapeau de France Française
Institutions Hôpitaux de Paris, Harvard, Hôpital Trousseau
Directrice de recherche (INSERM)
Diplôme Docteur en cardio-pédiatrie
Directeur de thèse Robert Debré
Renommée pour Travaux sur la Trisomie 21
Distinctions Grand Prix de la Société française de génétique humaine


Marthe Gautier (née le 10 septembre 1925 à Montenils1,2) est une femme médecin française, pédiatre, directrice de recherche honoraire à l'INSERM, spécialisée en cardio-pédiatrie et principale actrice de la découverte, en 1959, du chromosome surnuméraire responsable de la trisomie 21 (ou syndrome de Down), en collaboration avec Raymond Turpin et Jérôme Lejeune3,4.

Il existe une polémique sur l'attribution de la découverte. Marthe Gautier reproche en effet à Jérôme Lejeune de s'en être attribué l'entière paternité, sans préciser que le travail de laboratoire était le sien5,6,7,8,9.

Sommaire

1 Biographie
1.1 Éducation
1.1.1 Internat à Paris
1.1.2 Une année à Boston
1.1.3 Retour à Paris
1.2 Découverte de l'anomalie chromosomique responsable de la trisomie
1.2.1 Le laboratoire de culture cellulaire
1.2.2 Annonce des résultats
1.2.3 Attribution de la découverte
2 Annexes
2.1 Bibliographie
2.2 Liens internes
2.3 Liens externes
3 Notes et références

Biographie
Éducation
Internat à Paris

Marthe Gautier est née dans une famille d'agriculteurs de Seine-et-Marne. Sa mère voulait que ses filles fassent des études. Marthe Gautier se découvre très tôt une vocation pour la pédiatrie. En 1942, elle rejoint sa sœur Paulette qui termine ses études de médecine à Paris, avec comme objectif le concours pour devenir pédiatre. Le décès de sa sœur en aout 1944, lors des affrontements d'une France en pleine Libération, la prive de son plus grand mentor10 mais elle poursuit ses études.

Elle réussit le concours de l'internat des Hôpitaux de Paris et passe quatre années en apprentissage clinique en pédiatrie. En 1955, elle soutient sa thèse en cardiologie pédiatrique sous la direction de Robert Debré. Sa thèse porte sur l'étude clinique et anatomopathologique des formes mortelles de la maladie de Bouillaud ou Rhumatisme Articulaire Aigu (RAA) dû à l'expression du streptocoque.

Robert Debré est à l'époque responsable de la pédiatrie en France et propose à Marthe Gautier une bourse d'études d'un an à Harvard dans le but d'acquérir des connaissances en cardiologie pédiatrique avec deux objectifs. Le premier est d'éradiquer la maladie de Bouillaud par la pénicilline, et de traiter des cardites parfois mortelles par la cortisone. Le second est de créer un département pour le diagnostic et la chirurgie des cardiopathies congénitales du nouveau-né et du nourrisson.
Une année à Boston

En septembre 1955, Marthe Gautier part pour Boston, accompagnée de Jean Alcardi et Jacques Couvreur (eux-mêmes boursiers Fullbright). Ce sont les premiers internes des Hôpitaux de Paris à avoir obtenu une bourse d'étude pour les États-Unis. À Harvard, M. Gautier se forme notamment à la culture cellulaire en travaillant sur des fibroblastes, tâche prévue dans son contrat mais dont elle n'avait pas l'expérience. En effet elle avait un mi-temps de technicienne dans un laboratoire de culture cellulaire, afin d'y obtenir, à partir de fragments d'aortes, des cultures in vitro de fibroblastes11.
Retour à Paris

Après une année stimulante à Boston, Marthe devait obtenir un poste dans le service de cardiologie infantile à l'hôpital Bicêtre à Paris. Celui-ci ayant été attribué, en son absence, à un collègue, elle est obligée de trouver une solution de rechange. C'est alors qu'elle découvre l'hôpital Trousseau, et l'équipe de Raymond Turpin, qu'elle ne connaît pas mais dans laquelle un poste est disponible11.

Le Pr Turpin étudie les syndromes polymalformatifs, dont le plus fréquent est la trisomie, caractérisé par un retard mental et des anomalies morphologiques. À l'époque, R.Turpin est partisan de l'hypothèse d'une origine chromosomique de la trisomie12, mais aucun laboratoire ne pratique de culture cellulaire en France, et le nombre de chromosomes de l'espèce humaine est lui-même estimé à 48, mais sans grande certitude.
Découverte de l'anomalie chromosomique responsable de la trisomie
Le laboratoire de culture cellulaire

En 1956, des biologistes de l'université de Lund en Suède annoncent que l'espèce humaine a exactement 46 chromosomes. Raymond Turpin émet l'idée d'effectuer des cultures cellulaires pour compter le nombre de chromosomes chez les trisomiques. Grâce à l'expérience acquise aux États-Unis, M. Gautier propose « d'en faire [son] affaire, si l'on [lui] donne un local »13. R. Turpin ayant accepté, elle constitue en France le premier laboratoire de culture cellulaire in vitro.

Pour parvenir à faire le décompte des chromosomes, M. Gautier travaille sur des fibroblastes issus de tissu conjonctif, plus faciles à obtenir sous anesthésie locale. Le principe des cultures cellulaires étant simple, elle obtient rapidement la confirmation que son protocole est au point.

Le service de chirurgie voisin lui procure du tissu conjonctif prélevé au cours d'interventions prévues chez des enfants. Elle le cultive et, avec l'aide de deux techniciennes, elle parvient à faire pousser les fragments et proliférer les cellules. Elle utilise le « choc hypotonique »14, suivi du séchage de la lame après fixation, afin de bien disperser les chromosomes des cellules en division et de rendre leur comptage plus facile.

Avec ce protocole, les cellules des enfants non atteints de trisomie 21 ont 46 chromosomes. Dans les cellules d'un garçon trisomique, Marthe Gautier observe un chromosome de plus, première mise en évidence d'une anomalie chromosomique chez les individus atteints du syndrome de Down. Nous sommes en mai 1958.
Annonce des résultats

Le laboratoire de l'hôpital Trousseau ne disposant pas à l'époque de microscope capable de capturer les images des lames, Marthe Gautier confie ses lames à Jérôme Lejeune, stagiaire du CNRS, qui lui propose de faire les clichés dans un autre laboratoire, mieux équipé. Au mois d'août 1958, les photographies permettent d'identifier un chromosome surnuméraire chez le patient trisomique9.

En janvier 1959, grâce à l'étude de nouveaux cas9 et pour devancer les Anglo-Saxons qui travaillent sur des recherches similaires15, le laboratoire annonce les résultats de l'analyse des lames dans les Comptes rendus de l'Académie des sciences, qui publient un article mentionnant comme auteurs, dans l'ordre, J. Lejeune, M. Gautier et R. Turpin16.

L'équipe de R. Turpin identifie la première translocation et la première délétion chromosomique, qui donne lieu à des publications que Marthe Gautier co-signe6.
Attribution de la découverte

À Denver, en avril 1960, la maladie sera dénommée trisomie 21, et la mise en évidence de l'anomalie chromosomique attribuée à Jérôme Lejeune. Marthe Gauthier écrira : « Je suis blessée et soupçonne des manipulations, j'ai le sentiment d'être la « découvreuse oubliée » »15. Consciente d'avoir été trahie, Marthe Gautier décide d'abandonner la trisomie 21 pour retourner vers les soins de l'enfant atteint de cardiopathie.

Le 31 janvier 2014, Marthe Gautier devait recevoir pour ses travaux le grand prix de la Société française de génétique humaine lors des Assises de la génétique médicale et humaine de Bordeaux. La Fondation et la famille de Jérôme Lejeune, afin de disposer objectivement des propos qui seraient tenus, ont obtenu l'autorisation du Président du tribunal de grande instance de Bordeaux de faire enregistrer par voie d’huissier l’intervention de Mme Gautier. Informés de cette démarche, et après avoir pris connaissance du contenu de l’intervention projetée par Marthe Gautier, les organisateurs des Assises de la génétique médicale et humaine ont choisi d’annuler sa prise de parole.

Marthe Gauthier a raconté comment elle avait été mise à l'écart par le professeur Turpin, chef du service où elle travaillait, et par Jérôme Lejeune, qui se serait arrogé les honneurs de la découverte. En effet, alors que l'ensemble de l'article reposait sur des travaux qu'elle avait initiés et réalisés techniquement, elle n'est apparue qu'en deuxième place dans l'ordre des co-signataires de la publication de 1959.

Le Comité d'éthique de l'INSERM a émis un avis en juillet 2014 rappelant le rôle décisif de Marthe Gautier et prenant appui sur cet exemple pour rappeler les règles internationales actuellement admises pour les publications scientifiques et la position des auteurs. L'avis précise que « l’histoire des découvertes n’est pas identique à l’histoire des sciences, et les processus de validation des connaissances restent très différents. L’approche technique est une condition nécessaire à la découverte - rôle clé de Marthe Gautier ; mais bien souvent il faut la prolonger pour en faire émerger la reconnaissance - contribution première de Raymond Turpin et par la suite de Jérôme Lejeune. La découverte de la trisomie n’ayant pu être faite sans les contributions essentielles de Raymond Turpin et Marthe Gautier il est regrettable que leurs noms n’aient pas été systématiquement associés à cette découverte tant dans la communication que dans l’attribution de divers honneurs ».

Marthe Gautier a été élevée directement au grade d'officier dans l'Ordre de la Légion d'Honneur et a été décorée le 16 septembre 2014 par Claudine Hermann, professeure honoraire de physique à l’École polytechnique et membre fondatrice de l'association Femmes & Sciences 17. Cette distinction qu'elle avait refusée deux fois auparavant, Marthe Gautier l'a finalement acceptée « par indignation à l'égard de l'impudence de la Fondation Lejeune »18.

Accueil › Blogs › sciences.blogs.liberation.fr
L'affaire Marthe Gautier/trisomie 21 rebondit
sylvestre Huet 30 septembre 2014
(mise à jour : 1 septembre 2016)

Le Comité d’éthique de l’Inserm fait rebondir l’affaire Marthe Gautier/Trisomie-21/Fondation Lejeune. Ce Comité a en effet pondu un texte, suite à la demande de biologistes indignés par la pression exercée par la Fondation Lejeune pour empêcher la remise du Grand Prix de la Société française de génétique humaine à Marthe Gautier. Un prix pour sa contribution majeure à la découverte expérimentale de la trisomie-21. Un épisode lamentable, avec huissiers dépêchés par la Fondation Lejeune et une dame confinée dans son hôtel au lieu d’être honorée comme il se doit (j’ai raconté cette affaire dans cette note de janvier 2014).

Saisi, le Comité d’éthique de l’Inserm présidé par Hervé Chneiweiss, a rendu un avis qui explique la contribution majeure de Marthe Gautier à cette découverte, au rebours d’un discours tenu régulièrement par la Fondation Lejeune qui attribue à Jérôme Lejeune un rôle prépondérant dans cette découverte. Une affirmation peu crédible comme le montre l’analyse du Comité d’éthique. En outre, l’avis du Comité d’éthique fait un rappel bien venu des règles qui doivent être respectées quant à la signature des articles scientifiques (je publie le texte de l’avis ci-dessous).
Une fondation agressive

La Fondation Lejeune développe une attitude extrêmement agressive, probablement en lien avec sa demande de béatification de Jérôme Lejeune auprès du Vatican pour récompenser un militant anti-IVG plus qu’un scientifique. Ainsi, après mon article sur le blog — mais… trois mois après sa publication, étrange… — la direction de Libération a reçu une sommation de publication d’un droit de réponse. Pourtant, après que je lui ai donné la possibilité d’insérer cette réponse en commentaire, sur le conseil de l’avocat du journal, la Fondation n’a pas donné suite.

Surtout, il m’est revenu que, lors de l’annonce de la saisine du Comité d’éthique, la direction de l’Inserm a reçu une lettre de menace de la Fondation, par laquelle elle annonçait la suspension ou l’arrêt de subventions à des équipes de l’Inserm si le Comité d’éthique donnait suite à cette saisine. Manifestement, la menace n’a pas été très efficace. Voici cet avis:
Un laboratoire artisanal prend naissance

« Il y a cinquante ans déjà, Marthe Gautier était cosignataire avec Jérôme Lejeune et Raymond Turpin d’une communication à l’Académie des sciences (les chromosomes humains en culture de tissus, 1959), établissant la présence d’un chromosome surnuméraire dans un syndrome individualisé par Langdon Down en 1866. C’était la première aberration chromosomique autosomique reconnue dans les cellules de l’espèce humaine ; elle reçut en 1960 le nom de trisomie 21.

Après une brillante réussite à l’Internat des Hôpitaux de Paris (deux filles sur 80 nommés) et un séjour d’une année à Boston, Marthe Gautier devient Chef de clinique à l’hôpital Trousseau, en septembre 1956. Sur proposition du Professeur Robert Debré, Marthe Gautier a été bénéficiaire auparavant d’une bourse pour un séjour d’une année à Harvard. Le mécène, vient de perdre un enfant des conséquences du rhumatisme articulaire aigu (RAA), et fonde la toute nouvelle «Société d’études et de soins pour enfants atteints de RAA et de cardiopathie congénitale». En septembre 1955, après un voyage en bateau de presque une semaine en compagnie d’un collègue, Jean Aicardi, boursier Fulbright, pédiatre et futur neurologue, Marthe Gautier prend ses marques à Boston. L’objectif est d’apprendre la cardiologie infantile de manière à développer cette spécialité à son retour en France ; les apprentissages sont organisés en conséquence.

Durant ce séjour et de manière complémentaire, Marthe Gautier se voit proposer un emploi dans le laboratoire de culture cellulaire ; bientôt les techniques développées n’auront plus de secret pour elle.

À son retour en France l’année suivante, son nouveau «patron», le Professeur Raymond Turpin, préoccupé depuis les années trente de comprendre la genèse d’états malformatifs, lui confie la responsabilité de développer des cultures cellulaires. Un laboratoire artisanal prend naissance ; les techniques apprises aux Etats Unis, sont méthodiquement adaptées au contexte de travail et mises au point en vue de permettre le dénombrement des chromosomes. Et bientôt Marthe Gautier constatera que les cellules de « mongoliens » ont 47 chromosomes, alors que les témoins en ont 46.

Le laboratoire ne dispose pas de photo microscope ; Jérôme Lejeune, jeune chercheur au CNRS et élève du Professeur Raymond Turpin, comprend l’intérêt des cultures cellulaires et de cette découverte; il se fait confier les préparations (les lames) pour en faire réaliser des photos. Ces photos lui serviront de support dans les congrès et ses interventions médiatiques.
«La part de Jérôme Lejeune dans celle-ci, a peu de chance d’avoir été prépondérante»

La première communication à l’Académie des sciences associe (avec des erreurs) le nom de Marthe Gautier en deuxième position. Par la suite cette découverte sera associée à Jérôme Lejeune, devenu Professeur de génétique, porte-parole efficace de cette recherche française. Marthe Gautier n’avait pas le projet «d’exploiter» ce chromosome surnuméraire, sa vie professionnelle se construisant en clinique pédiatrique cardiologique. Ce n’est que bien plus tard que sa situation de découvreuse «oubliée» sera régulièrement rappelée, en particulier dans le milieu pédiatrique. C’est aussi bien plus tard, au début des années 1970, que se développeront les engagements militants de Jérôme Lejeune sur le début de la vie, bientôt suivis de la création d’une Fondation éponyme le présentant comme le découvreur principal de la trisomie 21.

1) Vu le contexte à l’époque de la découverte du chromosome surnuméraire, la part de Jérôme Lejeune dans celle-ci, a peu de chance d’avoir été prépondérante, sauf à ne pas porter crédit à la formation des personnes, (ici Marthe Gautier), dans l’acquisition d’une expertise (ici la culture cellulaire), a fortiori quand associée à un séjour hors de France (ici aux USA).

2) Mais la part de Jérôme Lejeune est sans doute très significative dans la mise en valeur de la découverte au plan international, ce qui est différent de la découverte elle-même. Cette valorisation ne peut exister sans la première étape et lui demeure indissociablement subordonnée.

3) L’histoire des découvertes n’est pas identique à l’histoire des sciences, et les processus de validation des connaissances restent très différents. L’approche technique est une condition nécessaire à la découverte - rôle clé de Marthe Gautier ; mais bien souvent il faut la prolonger pour en faire émerger la reconnaissance - contribution première de Raymond Turpin et par la suite de Jérôme Lejeune. La découverte de la trisomie n’ayant pu être faite sans les contributions essentielles de Raymond Turpin et Marthe Gautier il est regrettable que leurs noms n’aient pas été systématiquement associés à cette découverte tant dans la communication que dans l’attribution de divers honneurs.

4) Les développements militants actuels associés au nom de Jérôme Lejeune n’engagent, bien entendu, que leurs auteurs ; ils n’ont rien à voir avec les démarches de recherche, telles que réalisées à la fin des années cinquante.

5) De nos jours, les découvertes sont collectives et non plus individuelles. La signature d’une publication scientifique est une reconnaissance de la propriété intellectuelle des résultats obtenus, et suppose une contribution significative à la conception ou à la réalisation des travaux présentés. Le texte joint rappelle les règles internationales actuellement admises pour les publications scientifiques et la position des auteurs.
Dans quel ordre signer les articles scientifiques ?

Ordre des auteurs dans les publications scientifiques : Enseignements d’hier pour aujourd’hui (Rappel des règles internationales et du groupe de travail d’Aviesan)

L’affaire Marthe Gautier, est illustrative de l’enjeu de la reconnaissance du rôle et de la place de chacun des auteurs lors de la publication de travaux de recherche. Il ne faudrait pas laisser à penser que cette affaire ne pourrait se reproduire aujourd’hui. La question des signatures peut être à l’origine de conflits au sein des laboratoires car les règles concernant la définition de la qualité d’auteur ne font pas toujours l’objet de discussions ouvertes. En parallèle, les bureaux d’édition de journaux scientifiques reçoivent des plaintes émanant de chercheurs estimant soit que la place qu’ils méritent ne leur a pas été accordée soit que leur qualité d’auteur n’a pas été reconnue. Ces situations peuvent jeter un discrédit non seulement sur les auteurs mais aussi sur les institutions.

Il semble important de rappeler qu’il convient toujours d’être vigilant et de prévenir d’éventuels dysfonctionnements au sein des Universités et des Instituts de recherche afin d’éviter que des signataires d’articles ne se trouvent positionnés en rang illégitime où à l’inverse que d’autres soient lésés eu égard à la réalité du travail réalisé par chacun. On sait que ce sujet est aujourd’hui encore sensible pour des doctorants, des enseignants-chercheurs et les autorités administratives des universités et des instances de recherche. Les règles concernant la fraude et la protection des droits de chaque chercheur, en particulier en termes d’attribution et de propriété intellectuelles sont ici essentielles et relève de l’éthique de la recherche.

C’est pourquoi le comité d’éthique de l’Inserm a souhaité rappeler les principes internationaux en la matière, travaillés par le groupe de travail d’Aviesan dédié aux recommandations pour la signature des articles scientifiques dans le domaine des sciences de la vie et de la santé (février 2011). L’objectif des recommandations est de rappeler les critères de la définition de la qualité d’auteur, telles qu’elles ont été formulées par les associations internationales des éditeurs de journaux scientifiques et médicaux confrontés à la multiplication du nombre des auteurs d’une part et du nombre croissant des conflits de signatures d’autre part. Les principales références des règles internationales sont les suivantes : Uniform Requirements for Manuscripts Submitted to Biomedical Journals: Writing and Editing for Biomedical Publication (http://www.icmje.org/) World Association of Medical Editors (http://www.wame.org/) European Association of Science Editors (http://www.ease.org.uk/) Committee on Publication Ethics (http://publicationethics.org/) Council of Science Editors (http://www.councilscienceeditors.org/) Les recommandations formulées par le groupe de travail d’Aviesan, s’appuient sur celles de ces associations internationales et des éditeurs de journaux scientifiques et médicaux confrontés à la multiplication du nombre des auteurs d’une part et du nombre croissant des conflits de signatures d’autre part. En premier lieu, le groupe souligne qu’il convient de rappeler que la signature d’un article scientifique est une reconnaissance de la propriété intellectuelle des résultats publiés et suppose une contribution significative à la conception ou à la réalisation des travaux présentés.

«Rendre transparente la responsabilité prise par chacun»

Il est ensuite rappelé que : Un auteur doit remplir les 3 conditions suivantes: 1) Avoir joué un rôle substantiel dans la conception du projet et du protocole expérimental, l’acquisition des résultats ou l’analyse et l’interprétation des résultats 2) Avoir écrit la première version de l’article ou effectué une relecture apportant des modifications du contenu intellectuel 3) Approuver la version finale publiée et assumer la responsabilité du contenu Il est souligné qu’il convient également d’encourager fortement, le fait de préciser (comme le demande certaines revues) en quelques lignes la contribution effective de chacun des coauteurs. Ceci dans le but de rendre transparente la responsabilité prise par chacun d’entre eux dans la partie de la publication qui dépend directement de leur contribution.

Concernant l’ordre des auteurs, le groupe de travail d’Aviesan rappelle qu’il est admis que l’ordre des auteurs doit refléter l’importance de la contribution de chacun. Les positions dont la signification sont les plus claires sont celle de premier et de dernier auteur. Le premier auteur étant celui dont la contribution a été la plus importante est souvent un chercheur «junior». Le dernier auteur, le chercheur «senior» de l’équipe, a souvent guidé le projet. Cependant certains éditeurs précisent que la position des auteurs ne doit pas être interprétée par le lecteur à moins que la signification ait été indiquée par les auteurs.

D’autres journaux exigent que les manuscrits qui leur sont adressés soient accompagnés d’une déclaration signée par l’ensemble des coauteurs indiquant leur accord pour figurer comme signataires dans l’ordre indiqué. Enfin, pour mieux coller à la réalité des travaux collaboratifs, les règles pourraient évoluer, en particulier avec la pratique de plusieurs coauteurs «en premier» qui permet de résoudre la prise en compte pour la carrière de chacun et il pourrait se dessiner la possibilité de plusieurs «derniers» coauteurs.

Il est enfin mentionné que les auteurs doivent également vérifier que tous les individus qui remplissent ces conditions sont coauteurs de l’article car certains comportements comme l’oubli d’un auteur (ghost authorship) ou l’ajout d’un auteur non justifié (gift or guest authorship) constituent de réels manquements à l’intégrité scientifique. Pour que tous ces points soient effectifs, tout auteur ayant été associé à une publication quelle qu’elle soit (y compris les abstracts) doit avoir eu le temps de relire et d’approuver le document.

In fine, il apparaît nécessaire de rappeler les responsabilités de chacun en termes de respect et donc de manquement à la probité dans ce domaine : • Les professeurs et chercheurs devront avant tout respecter les règles de probité intellectuelle en ce qui concerne les règles de publications scientifiques ; ils auront à s’informer des règles et politiques dans ce domaine et devront les enseigner à leurs étudiants et au personnel de recherche. • Les responsables d’unités d’enseignement et de recherche doivent aussi s’assurer de la diffusion et du respect des règles et pourraient être incités à élaborer et publier les règles d’attribution d’auteurs se rapportant à leurs axes de travail. • Les instances dirigeantes du monde universitaire et de la recherche doivent être porteuses de ces messages et organiser, pour être crédible, les voies de contestation, de recours et de médiation, sans préjudice pour la carrière de celui ou ceux qui sollicitent un arbitrage. Le Comité d’éthique de l’Inserm souligne l’importance de diffuser et d’intégrer ces principes au sein des structures de recherche, dans les procédures d’évaluation et de les enseigner dans le cadre des programmes de formation à la recherche.»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 7155
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: Re: Les femmes, Moulin Rouge, La Science et Y'becca   Mer 12 Oct à 3:45

Processus de Paix des secouristes de la république de l'Olivier.

Je crois qu'à l'avenir, plus personne ne pourra recréer des bulles d'exclusions...
Pour cela, je ne peux me permettre de mettre à l'écart tout individu(e) et "État".

Je ne suis qu'une femme ou un homme humble qui en vous adressant ces ces vers,
espère qu'il puisse vous conduire vers l'expérience, le travail et la communauté...
La solitude augmente ou diminue le nervosité... Cela s'appelle le malheur...

Alors par décision, on recherche à se tranquilliser et remettre la balance sur le zéro;
alors par construction, on décèle la notion d'une fragile tolérance:
Celle d'insulter !

Par Yahvé, cela est une horreur et une erreur...

La République de l'Olivier dit :
"Oui à la gréve, Non à l'Esclavage..."
la constitution rajoute :
"Oui à la Bibliothèque et Non à la Faim."
et le peuple doit rajouter :
"Oui à l'écoute et Non aux viols physiques et moraux."

Alors le Novice du Secourisme prends en charge sa nouvelle fonction autre qu'un service
militaire mais basé aussi sur la protection du Bien et du Corps.

"Je suis Y'becca"

Ecrit de
TAY
La chouette effraie.

--------------------------------------------------------------------------------------------------

Y'becca ou murmure de l'Arbre-Olivier.
http://leclandesmouettes.bbflash.net/t41-y-becca-ou-murmure-de-l-arbre-olivier

Profils des Juges du Secourisme et
la république de l'Olivier.

Chére Minouska, Féline de Pierre et Yvette et toutes les bonnes volonté(e)s

Je regarde le temps différemment après la mort de Athéna la chatte Bleue.
De longues années à voyager; à travailler et à écrire... Tel un Spartiate, je me suis emprunt à une apogée sur la compréhension du monde qui m'entourai de ses richesses; J' y ai rencontré des lueurs, des affronts et des forces.

Je regarde celle qui a su réveiller la force de réveiller ces écrits que j'ai voulu sauvegarder par le fait que après
tout, aide toi et le ciel te répondra: Et je dois dire que ma volonté fut exaucer... Alors je regarde Minouska, une chatte qui a recueilli mon cœur en lambeau lors de la guerre ou intifada, si vous préférez:

Le Juge Suprême de la république de l'Olivier est un personnage
qui doit s'informer et accueillir la Parole de l'un et de l'Autre. Il se doit d'écrire des vers, des proverbes, des espoirs, des fables car notre peuple aime cela: Ni fouet, ni chaines ! être sérieux devant les nuages gris !
Car l'arbre peur garantir notre fraternité et la justice de l'eau propager la diversités des écritures des forets donc vers la connaissance et Yahvé... La République est le pilier de l’Âme dans le sens où il s’inclut dans le peuple et ne cherche pas à devenir idole, idolâtre ou idolâtré. Être humble doit être la qualité première du Juge Suprême de la République de l'olivier.

Dans la vallée du Nil à la plaine des cèdres; le juge suprême doit présenter ses hontes et ses espoirs... je vous fait part de mon expérience... Nuls réponses dans un premiers temps ne se fit entendre alors j'envoyai des mouettes, des chouettes et des canaris sous forme de lettre tel un oiseau qui apprends son premier envol.

Alors sous forme de mirage pour certains et pour d'autres, cela s'appelle un message. Je me fis ce constat et que la volonté en soit ainsi si il ne veulent pas entendre;

"Propage la Connaissance des serments car ce sont les hommes qui s'entretuent par leur entreprise, leur volonté et leur désir! Car certains vomissent sur la fraternité voilà un maillon de haine du trois en un délivré par le vieux coq... Rétablit l'apprentissage de l'Espérance sur l'apprentissage de marcher ! La canne de l'age n'est pas un spectre; elle est une source d'eau ! Tu apprendra à entendre ta douleur devant la faim ! Nous sommes des étapes et en cela cherche le fait d'exister ! La République est le pilier de l’Âme dans le sens où elle s’inclut dans le peuple et ne cherche pas à devenir idole, idolâtre ou idolâtré. Être humble doit être la qualité première !

Ecrit de
TAY
La chouette Effraie.

_________________
Kounak le chat....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 7155
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: Re: Les femmes, Moulin Rouge, La Science et Y'becca   Mer 12 Oct à 3:48

Un extrait de Récits de la Maison des morts
http://quaidebruay.blogspot.fr/2010/09/un-extrait-de-recits-de-la-maison-des.html

Un petit extrait du livre que je suis en train de lire en ce moment : Récits de la Maison des morts de Dostoïevski. Le titre n'est déjà pas anodin, le contenu du livre encore moins. On constate dès le début une vive curiosité de la part de l'auteur à l'encontre des bagnards, motivée par son désir de les comprendre et la quête d'une guérison possible des âmes de ces réprouvés. L'empathie de Dostoïevski à l'égard des malheureux est palpable. Il vécut quatre ans dans la promiscuité d’un bagne de Sibérie.
 
"Un prisonnier est docile et soumis jusqu’à un certain point ; mais il y a une limite qu’il ne faut pas dépasser. À propos : rien ne peut être plus curieux que ces bizarres flambées d’impatience et de rébellion. Souvent un homme supporte des années durant, se soumet, subit les plus cruels châtiments, et soudain éclate à propos d’un détail, d’une bagatelle, presque sans raison. D’un certain point de vue, on peut même le traiter de fou ; et c’est ce qu’on fait.
J’ai déjà dit que, tout au long de bien des années, je n’ai pas vu chez ces hommes le moindre signe de repentir, ni la moindre pensée pénible à propos de leurs crimes, et que la plupart se juge dans leur for intérieur absolument irréprochable. C’est un fait. Sans doute la vanité, les mauvais exemples, le désir de crâner, la fausse honte en sont en grande partie la cause. D’un autre côté, qui pourrait affirmer qu’il a sondé la profondeur de ces cœurs réprouvés et qu’il y a lu ce qui est caché au monde entier ? Pourtant, il était possible, en tant d’années, de noter, de saisir, d’attraper au vol, dans ces cœurs, au moins un trait quelconque qui eût témoigné d’un regret intérieur, d’une souffrance. Or rien de tel, absolument rien. Oui, le crime, il le semble bien, ne saurait être compris à partir de points de vue tout prêts, donnés une fois pour toutes, et sa philosophie est un peu plus difficile qu’on ne le suppose. Naturellement, les geôles et le système des travaux forcés ne corrigent pas le criminel ; ils se bornent à le châtier et à préserver la société de nouvelles atteintes du malfaiteur à sa tranquillité. Mais pour ce qui est du criminel, la prison et les travaux les plus renforcés ne développent chez lui que la haine, la soif des jouissances interdites et une effrayante insouciance. Je suis fermement persuadé d’ailleurs que le fameux système cellulaire, lui aussi, n’obtient qu’un résultat superficiel, mensonger et trompeur. Il exprime le suc vital de l’homme, énerve son âme, l’affaiblit, l’épouvante ; après quoi, cette momie moralement desséchée, ce demi-dément est présenté comme un modèle d’amendement et de repentir. Évidemment, le criminel qui s’est dressé contre la société la hait, et presque toujours il la juge dans son tort, et lui dans son bon droit. De plus, il a reçu d’elle sa peine, et par suite s’estime presque purifié : il est quitte. On peut considérer enfin, de ces points de vue, qu’il faudrait presque acquitter le criminel.
Cependant, malgré tous les points de vue possibles, tout homme admettra qu’il existe des crimes qui, toujours et partout, d’après toutes les lois possibles et imaginables, sont regardés depuis la création du monde comme des crimes incontestables et le seront toujours tant que l’homme sera homme. C’est seulement au bagne que j’ai entendu raconter les crimes les plus horribles, les plus contre-nature, les meurtres les plus monstrueux, avec le plus irrésistible, le plus gaiement enfantin des rires."
p. 15 16 Éd.Garnier
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 7155
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: Re: Les femmes, Moulin Rouge, La Science et Y'becca   Mer 12 Oct à 3:50

Frédéric Bastiat - Justice et fraternité
http://quaidebruay.blogspot.fr/2010/09/frederic-bastiat-justice-et-fraternite.html

" ... Chacun de ces Décius a un plan qui doit réaliser le bonheur de l’humanité, et tous ont l’air de dire que si nous les combattons, c’est parce que nous craignons ou pour notre fortune, ou pour d’autres avantages sociaux. Non ; nous les combattons, parce que nous tenons leurs idées pour fausses, leurs projets pour aussi puérils que désastreux. Que s’il nous était démontré qu’on peut faire descendre à jamais le bonheur sur terre par une organisation factice, ou en décrétant la fraternité, il en est parmi nous qui, quoique économistes, signeraient avec joie ce décret de la dernière goutte de leur sang.
Mais il ne nous est pas démontré que la fraternité se puisse imposer. Si même, partout où elle se manifeste, elle excite si vivement notre sympathie, c’est parce qu’elle agit en dehors de toute contrainte légale. La fraternité est spontanée, ou n’est pas. La décréter, c’est l’anéantir. La loi peut bien forcer l’homme à rester juste ; vainement elle essaierait de le forcer à être dévoué.
Ce n’est pas moi, du reste, qui ai inventé cette distinction. Ainsi que je le disais tout à l’heure, il y a dix-huit siècles, ces paroles sortirent de la bouche du divin fondateur de notre religion :
« La loi vous dit : Ne faites pas aux autres ce que vous ne voudriez pas qui vous fût fait.
Et moi, je vous dis : Faites aux autres ce que vous voudriez que les autres fissent pour vous. »
Je crois que ces paroles fixent la limite qui sépare la Justice de la Fraternité. Je crois qu’elles tracent en outre une ligne de démarcation, je ne dirai pas absolue et infranchissable, mais théorique et rationnelle, entre le domaine circonscrit de la loi et la région sans borne de la spontanéité humaine."

"À quelque point de vue que je considère la loi humaine, je ne vois pas qu’on puisse raisonnablement lui demander autre chose que la Justice.
Qu’il s’agisse, par exemple, de religion. Certes, il serait à désirer qu’il n’y eût qu’une croyance, une foi, un culte dans le monde, à la condition que ce fût la vraie foi. Mais, quelque désirable que soit l’Unité, — la diversité, c’est-à-dire la recherche et la discussion valent mieux encore, tant que ne luira pas pour les intelligences le signe infaillible auquel cette vraie foi se fera reconnaître. L’intervention de l’État, alors même qu’elle prendrait pour prétexte la Fraternité, serait donc une oppression, une injustice, si elle prétendait fonder l’Unité ; car qui nous répond que l’État, à son insu peut-être, ne travaillerait pas à étouffer la vérité au profit de l’erreur ? L’Unité doit résulter de l’universel assentiment de convictions libres et de la naturelle attraction que la vérité exerce sur l’esprit des hommes. Tout ce qu’on peut donc demander à la loi, c’est la liberté pour toutes les croyances, quelque anarchie qui doive en résulter dans le monde pensant. Car, qu’est-ce que cette anarchie prouve ? que l’Unité n’est pas à l’origine, mais à la fin de l’évolution intellectuelle. Elle n’est pas un point de départ, elle est une résultante. La loi qui l’imposerait serait injuste, et si la justice n’implique pas nécessairement la fraternité, on conviendra du moins que la fraternité exclut l’injustice."
 
http://fr.wikisource.org/wiki/Justice_et_fraternit%C3%A9
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 7155
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: Re: Les femmes, Moulin Rouge, La Science et Y'becca   Mer 12 Oct à 3:51

jeudi 9 septembre 2010
Chroniques posthumes de Gilles Warembourg
http://quaidebruay.blogspot.fr/2010/09/chroniques-posthumes-de-gilles.html

J'ai commencé à lire un bouquin intitulé Les chroniques posthumes et sous titré Les Secrets d'un village d'Artois aux éditions Le Riffle, dont voici un court extrait du prologue : "À quelques encablures au nord de Béthune, Fécourt souffrant de schizophrénie rurale abrite deux mairies, deux églises, deux écoles, deux cafés ... un cimetière. Les hameaux insignifiants, collés comme deux cellules en parthénogénèse, sont simplement séparés par l'impavide canal d'Aire. " ... Arpentez donc les allées de ces lotissements tranquilles, en vous gardant bien de toute métaphysique absconce ; contentez-vous d'écouter ces potins oubliés, ces anecdotes scrutées derrière les rideaux légèrement écartés, ces petits drames que le temps transforme en farce ..."
Le lien :
http://www.gilles-warembourg.fr/#accueil
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 7155
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: Re: Les femmes, Moulin Rouge, La Science et Y'becca   Mer 12 Oct à 3:55



ll faisait tout à fait sombre. Partout, c'était la nuit. Seul l'anneau de lumière blanche que projetait à cinq pas devant eux la lampe de poche de Diomina sautait de tas de neige en tas de neige, égarant plus qu"elle n'éclairait ceux qui la suivaient. Partout c'était la nuit. Là, derrière, était cette maison où tant de gens la connaissaient, où elle allait souvent, petite fille, où avait grandi le garçon qui devait plus tard l'épouser, Antipov.
Diomina parlait au docteur sur un ton protecteur et amusé.
« Vous irez encore loin sans lampe? Sans ça je vous aurais prêté la mienne, camarade docteur. Oui. Autrefois j'étais vraiment toquée de cette fille. Je l'aimais à la folie, quand nous étions gamines. Elles avaient un atelier, une maison de couture, quoi. Je vivais chez elles, j'étais apprentie. Je l'ai revue cette année. Elle est passé par Moscou. Je lui ai dit : « Où vas-tu, grande folle? Tu devrais rester. On vivrait ensemble, je te trouverais un travail. Qu'est-ce que tu vas faire là-bas? » Rien à faire. Elle a épousé son Pachka qu'elle aimait avec la tête, pas avec le cœur, et depuis elle est un peu folle. Elle est partie, finalement.
- Qu'est-ce que vous pensez d'elle?
- Attention, ça glisse par ici. Combien de fois je leur ai dit de ne pas vider les eaux sales devant la porte. Autant souffler dans un violon. Ce que j'en pense? Comment ça? Qu'en penser... Je n'ai pas le temps de penser beaucoup. C'est par ici que j'habite, vous voyez? Je ne lui ai pas dit que son frère qui était militaire a été fusillé, à ce qu'on dit. Sa mère, mon ancienne patronne, je tâcherai sans doute de la tirer d'affaire, je m'occupe d'elle. Bon, j'entre par ici. Au revoir. »
Ils se séparèrent. La lumière de la lampe de Diomina trébucha le long d'un étroit escalier de pierre, puis se mit à courir, éclairant des murs crasseux, et le docteur resta dans l'obscurité. A sa droite, il avait la rue Sadovaïa Trioumphalnaïa, à sa gauche la Sadovaïa Karetnaïa. Au loin, dans le noir, dans la neige noire, ce n'étaient plus des rues ordinaires, mais des saignées pratiquées dans la taïga des maisons de pierre, comme au cœur des forêts impénétrables de la Sibérie ou de l'Oural.
Chez lui, Jivago retrouva la lumière, la chaleur.
« Pourquoi rentres-tu si tard? » demanda Antonia Alexandrovna.
http://booknode.com/le_docteur_jivago_015447/extraits

-------------------------------------------------------------------------------

Le Docteur Jivago (en russe Доктор Живаго) est un roman de l'écrivain soviétique Boris Pasternak.

Sommaire

1 Présentation
2 Intrigue
3 Personnages
4 Citations
5 Cinéma
6 Notes et références
7 Édition française

Présentation

Publiée pour la première fois en russe en Italie en 1957 aux éditions Feltrinelli, cette œuvre a paru en pleine guerre froide. La première traduction française date de 19581. En 1958, son auteur a obtenu le prix Nobel de littérature, qu'il dut refuser sous la contrainte du pouvoir politique. Le roman est autorisé à paraître en URSS vers novembre 1985 : premier signe d'ouverture de Mikhaïl Gorbatchev.

Le livre brosse un tableau du passage de l'Empire russe à l'Union des républiques socialistes soviétiques et décrit la terrible guerre civile russe qui martyrisa sa population, ceux qui y croyaient comme ceux qui n'y croyaient pas. La Sibérie, où se déroule une partie de l'action dans les années 1920 et 1930, est décrite d'une manière particulièrement attachante.
Intrigue

Première partie : Le rapide de 5 heures

Deuxième partie : La petite fille d'un autre milieu

Troisième partie : L'arbre de Noël chez les Sventisky

Quatrième partie : Les échéances approchent

Cinquième partie : L'adieu au passé

Sixième partie : La halte de Moscou

Septième partie : Le voyage

Huitième partie : L'arrivée

Neuvième partie : Varykino

Dixième partie: Sur la grand-route

Onzième partie : La milice des bois

Douzième partie : Le sorbier givré

Treizième partie : En face de la maison aux statues

Quatorzième partie : Retour à Varykino

Quinzième partie : La fin

Seizième partie : Épilogue

Dix-septième partie : Vers de Iouri Jivago
Personnages

Personnages principaux

Iouri Andréievitch Jivago : Le docteur Jivago. Fils d'un riche industriel sibérien et de Maria Nikolaïvna, née Védéniapine; mari d'Antonina Alexandrovna (née Groméko), dont il a deux enfants, Sacha et Macha.

Larissa Fiodorovna Antipova (née Guichard) : Lara. Mariée à Pavel Pavlovitch Antipov. Ils ont une fille, Katia.

Pavel Pavlovitch Antipov : Pacha, Pachka. Fils du cheminot Pavel Féraponvitch Antipov et de Daria Filimonovna. Professeur, puis général de l'armée révolutionnaire sous le pseudonyme de Strelnikov.

Viktor Ippolitovitch Komarovski : Avocat, puis homme politique pendant la Révolution. Protecteur d'Amélie Karlovna Guichard. Amant de Larissa Fiodorovna.


Familles de Larissa et du docteur Jivago

Evgraf Andréievitch Jivago : Demi-frère du docteur Jivago.

Nikolaï Nikolaïévitch Védéniapine : Écrivain et philosophe. Oncle du docteur Jivago.

Antonia Alexandrovna Jivago: Tonia. Fille et d'Anna Ivanovna et d'Alexandre Aexandrovitch Groméko, mariée au docteur Jivago, ils ont deux enfants, Sacha et Macha.

Alexandre Alexandrovitch Groméko: Professeur d'agronomie. Mari d'Anna Ivanovna, née Krüger, fille d'un maître de forge de l'Oural, Ivan Enestovitch Krüger. Ils ont une fille, Antonia.


Amis et liaisons du docteur Jivago

Mikhaïl Gordon : Micha. Fils de l'avocat Grigori Ossipovitch Gordon. Ami du docteur Jivago.

Innokenti Doudorov : Nika. Fils de l'anarchiste Démenti Doudorov et de la princesse géorgienne Nina Galaktionovna. Ami du docteur Jivago.

Vasia Brykine: Evadé de l'armée du travail. Compagnon de voyage du docteur Jivago, il devient son protégé.

Marina Chtchapov: Fille du portier Markel Chtapov et d'Agafia Tikhonovna. Dernière liaison du docteur Jivago dont elle a deux filles: Kapitolina et Klavdia.

Les enfants

Sacha (Sachenka, Sanetchka, Choura, Chourotchk; diminutifs d'Alexandre) : Fils d'Antonia Alexandrovna et du docteur Jivago.

Macha (diminutif de Maria): Fille d'Antonia Alexandrovna et du docteur Jivago.

Katia (diminutif d'Ekatérina): Fille de Larissa Fiodorovna et de Pavel Pavlovitch Antipov.

Tania Bezotcheredeva: Fille de Larissa Fiodorovna et du docteur Jivago.

Citations

« Un jour, Larissa Fiodorovna sortit et ne revint plus. Sans doute fut-elle arrêtée dans la rue. Elle dut mourir ou disparaître on ne sait où, oubliée sous le numéro anonyme d'une liste perdue, dans un des innombrables camps de concentration du Nord. »

— Boris Pasternak, Le Docteur Jivago, « La Fin », XVII2.

« Ma charmante, mon inoubliable ! Tant que le creux de mes bras se souviendront de toi, tant que tu seras encore sur mon épaule et sur mes lèvres, je serai avec toi. Je mettrai toutes mes larmes dans quelque chose qui soit digne de toi, et qui reste. J'inscrirai ton souvenir dans des images tendres, tristes à vous fendre le cœur. Je resterai ici jusqu’à ce que ce soit fait. Et ensuite je partirai moi aussi. »

— Boris Pasternak, Le Docteur Jivago.
Cinéma

Le film Le Docteur Jivago (1965)

Notes et références

↑ Le Docteur Jivago, p. 700, Bibliothèque de la Pléiade.
↑ Boris Pasternak, Le Docteur Jivago, « La Fin », Chapitre XVII, p. 1263.

Édition française

Le Docteur Jivago, Bibliothèque de la Pléiade, Gallimard, Paris, 1990



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 7155
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: Re: Les femmes, Moulin Rouge, La Science et Y'becca   Mer 12 Oct à 4:00

Traité sur l'Antarctique
(fra) Traité sur l'Antarctique
(ru) Договор об Антарктике
(es) Tratado Antártico
(en) The Antarctic Treaty
(heb) האמנה אנטארקטי
(perse) پیمان قطب جنوب
(Yucatac Maya) Le Tratado Antártico
Description de cette image, également commentée ci-après

Emblème du traité.
Données clés Signature 1er décembre 1959
Lieu de signature Washington, D.C., États-Unis
Entrée en vigueur 23 juin 1961
Condition Ratification par les 12 signataires
Signataires 12
Parties 53
Dépositaire Gouvernement fédéral des États-Unis
Langues Anglais, français, russe, espagnol

Wikisource logo Voir le traité sur Wikisource

modifier Consultez la documentation du modèle

Le traité sur l’Antarctique, signé le 1er décembre 1959 à Washington, D.C. aux États-Unis et entré en vigueur le 23 juin 1961, réglemente les relations entre les États signataires en ce qui a trait à l’Antarctique. Le traité s’applique aux territoires, incluant les plates-formes glaciaires, situés au sud du 60e parallèle sud.

Les signataires initiaux (pays signataires) du traité furent l’Afrique du Sud, l’Argentine, l’Australie, la Belgique, le Chili, les États-Unis, la France, le Japon, la Norvège, la Nouvelle-Zélande, le Royaume-Uni et l’URSS (repris par la Russie). Cependant n’importe quel membre des Nations unies ou autre État invité par la totalité des signataires peut s’y joindre. De fait, plusieurs États ont adhéré au traité depuis sa signature.

Sommaire

1 Genèse
2 Caractéristiques
3 Parties signataires
4 Notes et références
5 Annexes
5.1 Articles connexes
5.2 Liens externes

Genèse

Lors de l'Année géophysique internationale, période allant du 1er juillet 1957 au 31 décembre 1958, 12 pays intéressés par l'Antarctique réalisèrent un maximum d'observations géophysiques en installant 40 bases sur le continent et 20 bases sur les îles antarctiques et subantarctiques. Il apparut très vite nécessaire de créer un cadre réglementaire concernant le continent et les recherches qui s'y déroulent.
Caractéristiques
Traité original de 1959.

L’objectif principal du Traité est de s’assurer dans l’intérêt de toute l’humanité que l’Antarctique continuera à être employé exclusivement à des fins pacifiques et ne deviendra ni le théâtre ni l’enjeu de différends internationaux1.

Le traité fait provisoirement taire les revendications territoriales des signataires sur l'Antarctique. En aucun cas le traité ne signifie la renonciation d'un État à ses droits ou revendications de souveraineté sur le continent2. Seules les activités pacifiques sont autorisées en Antarctique3. Le traité établit un cadre d'échange d'information, de personnel scientifique, d'observations et de données concernant les activités réalisées par les signataires sur le continent4. Toute mesure de nature militaire et non pacifique5 y est interdite. Ainsi, l'usage des bases à des fins militaires est prohibé6. La réalisation d'essais nucléaires est prohibée, tout comme « l’élimination » (dépôt) de déchets radioactifs7.

Il existe un système d'inspection ouvert à toutes les parties du traité8. Les observateurs peuvent se rendre dans toute station ou tout lieu de l'Antarctique (dans toutes les terres émergées ou zones glaciaires au Sud du 60e degré de latitude Sud) pour vérifier que les activités humaines sont menées conformément aux principes du traité sur l'Antarctique ; toutefois cela n’inclut pas les zones de haute mer, non concernées par le traité, où les États sont autorisés à exercer leur autorité selon le droit international9.

Les parties consultatives du traité sur l'Antarctique se réunissent annuellement10. Les réunions ont été bisannuelles de 1961 à 1991, elles sont depuis annuelles. La dernière a eu lieu en juin 2015 à Sofia, en Bulgarie11.
Parties signataires

De 1959 à 2015, 53 parties ont ratifié le traité sur l’Antarctique12 (dernier pays signataire: l'Islande depuis le 13 octobre 2015). Toutes ne bénéficient pas du même statut. Certaines sont considérées comme des « parties consultatives » et ont, à ce titre, un droit de vote aux réunions des parties consultatives (les réunions consultatives au traité sur l’Antarctique, RCTA). D’autres sont considérées comme des « parties non consultatives ». Elles n’ont pas droit de vote aux RCTA, mais peuvent y être présentes (droit de parole mais pas de droit de vote).

Le groupe des 29 parties consultatives comprend les 12 États qui ont signé le traité sur l’Antarctique le 1er décembre 1959, et l’ont ratifié pour son entrée en vigueur le 23 juin 1961. Il comprend également d’autres États qui ont acquis le statut de partie consultative après avoir démontré l’intérêt qu’ils portent à l’Antarctique en y menant des activités substantielles de recherche scientifique telles que l’établissement d’une station ou l’envoi d’une expédition.
Carte des stations scientifiques et des revendications territoriales en Antarctique (2002).

12 parties consultatives originelles : Afrique du Sud, Argentine, Australie, Belgique, Chili, États-Unis, France, Japon, Norvège, Nouvelle-Zélande, URSS (successeur actuel : Russie), Royaume-Uni, signataires le 1er décembre 1959, ratifications entrées en vigueur le 23 juin 1961 ;

17 autres parties consultatives adhérentes (classées dans l’ordre des ratifications) : Pologne, le 23 juin 1961 ; République tchèque, le 14 juin 1962 (alors Tchécoslovaquie, le pays devient partie consultative le 1er avril 2014) ; Pays-Bas, le 30 mars 1967 ; Brésil, le 16 mai 1975 ; Corée du Sud, le 28 novembre 1976 ; Bulgarie, le 11 septembre 1978 ; Allemagne (alors sans la RDA avant sa réunification), le 5 février 1979 ; Uruguay, le 11 janvier 1980 ; Italie, le 18 mars 1981 ; Pérou, le 10 avril 1981 ; Espagne, le 31 mars 1982 ; Chine, le 8 juin 1983 ; Inde, le 19 août 1983 ; Finlande, le 15 mai 1984 ; Suède, le 24 avril 1984 ; Équateur, le 15 septembre 1987 ; Ukraine, le 28 octobre 1992 ;

24 parties non consultatives (classées dans l’ordre des ratifications) : Danemark, le 20 mai 1965 ; Roumanie, le 15 septembre 1971 ; Papouasie-Nouvelle-Guinée, le 16 mars 1981 ; Hongrie, le 27 janvier 1984 ; Cuba, le 16 août 1984 ; Grèce, le 8 janvier 1987 ; Corée du Nord, le 21 janvier 1987 ; Autriche, le 25 août 1987 ; Canada, le 4 mai 1988 ; Colombie, le 31 janvier 1989 ; Suisse, le 15 novembre 1990 ; Guatemala, le 31 juillet 1991 ; Slovaquie, le 1er janvier 1993 ; Turquie, le 24 janvier 1996 ; Venezuela, le 24 mars 1999 ; Estonie, le 17 mai 2001 ; Biélorussie, le 27 décembre 2006 ; Monaco, le 30 mai 2008 ; Portugal, le 29 janvier 2010 ; Malaisie, le 31 octobre 2011 ; Pakistan, le 1er mars 2012 ; Kazakhstan, le 27 janvier 2015 ; Mongolie, le 23 mars 2015, l'Islande, le 13 octobre 2015.
Conventions liées

Convention sur la protection des phoques de l'Antarctique, de 1972 (entrée en vigueur en 1978)
Convention sur la conservation de la faune et la flore marines de l'Antarctique, de 1980 (entrée en vigueur en 1982)
Convention pour la réglementation des activités sur les ressources minérales antarctiques, de 1988. Cette convention n'est jamais entrée en vigueur en raison du refus par certains États de la ratifier : ils estiment que ce traité ne permet pas de concilier suffisamment exploitation des ressources minérales et protection de l'environnement. Elle conduit à l'adoption du protocole de Madrid en 1991.
Protocole au traité sur l'Antarctique relatif à la protection de l'environnement en Antarctique, de 1991 entré en vigueur en 1998 (ou protocole de Madrid) qui donne un volet environnemental au traité. L'Antarctique devient une réserve naturelle consacrée à la paix et à la science. Un Comité pour la protection de l'environnement est créé. Il est chargé de promouvoir les mesures et les recommandations visant à protéger l'environnement et ainsi diminuer l'impact environnemental des activités humaines en Antarctique.

Notes et références

↑ (fr) « Premier paragraphe (introduction) » [archive], dans « Traité sur l’Antarctique », Adelieland.eu (consulté le 8 mars 2012).
↑ (fr) « Article 4 (interprétation) » [archive], dans « Traité sur l’Antarctique », Adelieland.eu (consulté le 8 mars 2012).
↑ (fr) « Article premier (pacifisme) » [archive], dans « Traité sur l’Antarctique », Adelieland.eu (consulté le 8 mars 2012).
↑ (fr) « Article 3 (cooperation et recherche) » [archive], dans « Traité sur l’Antarctique », Adelieland.eu (consulté le 8 mars 2012).
↑ (fr) « Article premier, paragraphe 2 (emplois militaires aux fins de recherche) » [archive], dans « Traité sur l'Antarctique », Adelieland.eu (consulté le 8 mars 2012).
↑ (fr) « Article premier, paragraphe 1 (utilisations autorisées et interdites) » [archive], dans « Traité sur l'Antarctique », Adelieland.eu (consulté le 8 mars 2012).
↑ (fr) « Article 5 (nucléaire) » [archive], dans « Traité sur l’Antarctique », Adelieland.eu (consulté le 8 mars 2012).
↑ (fr) « Article 7 (avertissements) » [archive], dans « Traité sur l’Antarctique », Adelieland.eu (consulté le 8 mars 2012).
↑ (fr) « Article 6 (zone d’application) » [archive], dans « Traité sur l’Antarctique », Adelieland.eu (consulté le 8 mars 2012).
↑ (fr) « Article 9 (réunions) » [archive], dans « Traité sur l’Antarctique », Adelieland.eu (consulté le 8 mars 2012).
↑ (fr) « Droit de la mer et droit de l’Antarctique - Intervention de Michel Rocard (1er juin 2015) » [archive], sur rpfrance.eu,‎ 12 juin 2015 (consulté le 12 août 2015).
↑ (fr) « Parties » [archive], Secrétariat du Traité sur l’Antarctique (consulté le 13 août 2015).

Annexes

Sur les autres projets Wikimedia :

Traité sur l'Antarctique, sur Wikisource

Articles connexes

Convention internationale
Les articles de la catégorie Traité de protection de l'environnement
L'expédition internationale Transantarctica de 1989–1990.

Liens externes

(fr) Secrétariat du Traité sur l'Antarctique
(fr) Droit de l'Antarctique
Notices d'autoritéVoir et modifier les données sur Wikidata : Fichier d'autorité international virtuel • Bibliothèque du Congrès • Gemeinsame Normdatei • Bibliothèque nationale de la Diète • WorldCat

[masquer]
v · m
Antarctique
Articles généraux Chronologie · Histoire · Géographie · Climat · Faune · Flore · Religion · Transport · Tourisme · Revendications territoriales
Régions et secteurs Péninsule Antarctique · Antarctique occidental · Antarctique oriental · Îles · Écozone Antarctique · Océan Austral
Divers Traité · Volcans · Glaciers · Bases antarctiques · Aéroports · Drapeau · Âge héroïque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
Minouska.KounakDenat



Nombre de messages : 175
Date d'inscription : 06/10/2016

MessageSujet: Re: Les femmes, Moulin Rouge, La Science et Y'becca   Jeu 20 Oct à 9:21

Au lieu d'obtenir la sédation par des méthodes agressives ou susceptibles de réaliser des déficits dans le système nerveux, un nouveau courant s'est développé en psychiatrie visant à obtenir l'effet non seulement sédatif mais régulateur par des substances chimiques appropriées.

Ce courant pharmacologique a présenté de nombreux précurseurs. C'est surtout Moreau de Tours qui au milieu du Dix neuvième siècle, après ses études sur le HASCHICH, et ensuite sur une série de substances, notamment le protoxyde d'Azote, les sédatifs divers, l'opium, l'Alcool, ect..., a développé l'idée de modifications psychologiques déterminées par les substances chimiques. Moreau de la Tours a été ainsi après la conception chimiques des PSYCHOSES et ainsi a mentionné en premier avec Mlle Pascal, les dissociations psychiques sur le soi et le paraitre. Mais il a encore utilisé diverses substances chimiques non seulement pour déterminer des "troubles psychologiques expérimentaux" mais pour encore plus pour explorer la psychologie profonde. Ainsi Moreau de Tours a été le précurseur de la narcoanalyse et le promoteur des thérapeutiques chimiques. Ainsi et mais, cette conception chimique pharmacologique a été longue à ce développer. Dans la Ligne de Moreau, Les beaux travaux de Mlle Pascal et de ses élèves sur les substances psychotropes et l'exploration pharmacologique de la psychologie des éléments précoces puis de Claude, Borel et Robin avec l'éthérisation prolongé par Claude et Baruk sur le somnifères...

Et puis dans cette clarté une part d'ombre sur le soi, la conscience de souffrance, la naissance et le développement de la catatonie expérimentale et de la psychiatrie expérimentale chez les animaux par De Jong et H.Baruk, devait apporter dés 1930 une démonstration objectives des causes toxiques des maladies mentales, et des "applications thérapeutiques" antitoxiques (psychoses colibacillaires de H.Baruk, psychoses hyper-folliculiniques, ect,) et a donc ouvert dans ses travaux du 19iéme siècle qui ressemble sur bien des aspects sur des études antiques Égyptiennes et Romaines élaborés sur l'analyse mortuaire et Momification donc moins soumise à la torture de patients vivants tels que des animaux et être humains, élaborés sur l'hygiène de vie du Vivant et qui par la suite d'une mort à définir aurait pu éviter la souffrance engendrer par ce docteur H.Baruk, Ces études primaires permettent l'entrer dans le champs de la Psychopharmacologie.

Comme en tout temps et malgré le fait que nous soyons aux vingt et unième siècles, la découvertes de nouvelles substances "psychotropes" a renouvelé la thérapeutique psychiatrique en particulier dans le domaine des substances dites "neuroleptiques"; sans une réelle surveillance accru de la part de secouristes devant l'investissement des grands laboratoires voir de personnes physiques de l'aspect morale de l’État et de la société.

Se rappeler des sujets comme la découverte de l'évidence des troubles sympathiques en pathologie, rôle souligné par Laignel-Lavastine, par Tinel et Santenoise... Le phénomène de Reilly et les antihistaminiques des synthèses.... Les travaux de Bovet dans les laboratoires de Fourneau à Paris et poursuivi en Italie à l'institut supérieur de la santé à Rome.

Ecrit de
TAY
La chouette effraie sur les études de
Henry Baruk publié par Presses Universitaires de France

----------------------------------------------

Romain Gary nous a particulièrement émus dans une lettre où il suppliait Christel de l'aimer, même un peu... Au contraire, Musset a prouvé qu'il était possible de rester fier et élégant malgré la douleur en faisant ses adieux à la célèbre George Sand. Apollinaire nous a émoustillé les sens dans une lettre à Lou alliant douleur et jouissance ; tandis que la domination exercée par Wanda sur Leopold von Sacher-Masoch nous captivait. Enfin, les mots de Jean Cocteau pour son amant Jean Marais nous ont apaisé l'âme et l'esprit...

Lettre de Romain Gary à Christel
“ Aime-moi, veux-tu ? Un tout petit peu.

Romain Gary (21 mai 1914 – 2 décembre 1980), aussi connu sous son nom de naissance Roman Kacew ou sous son nom d’emprunt Émile Ajar avec lequel il signe un grand nombre de ses oeuvres, est un auteur et diplomate français très influent du XXe siècle. En juillet 1937, il rencontre Christel Söderlund, journaliste suédoise avec qui il entretient un passion dévorante mais de courte durée. En effet, épouse et mère de famille, elle le quitte et retourne en Suède. Voici ses mots.

6 septembre 1937

Nice 6. IX. 37

Christel, ma lointaine, ton petit cheval est ravissant et il restera toujours sur mon bureau, à côté de ta photo.

Et « Gösta Berling » sera toujours mon livre de chevet. Et tes yeux sont ce qu’il y a de plus bleu sur terre et tes cheveux sont plus blonds que ceux de Gösta.

Je ne peux pas les oublier, petite Christel. Je ne peux rien oublier. Aime-moi, veux-tu ? Un tout petit peu. En tout cas, mens-moi. Dis-moi que tu m’aimes. Même si ce n’est pas vrai.

Il est une heure du matin. Je viens de me baigner. Je suis rentré dans l’eau là où… tu sais où. J’ai nagé loin, très loin. J’ai eu peur. Et je pensais à toi, tout le temps. Puis je suis allé boire une fine dans ce petit bistro… tu sais, là où tu as dit « oui ».

Maintenant je suis fatigué. J’ai le cafard. Ich will so, aber so in deinen Armen jetzt sein, weisst du ! Aber nein, du weisst nicht. Du kannst nicht wissen. Dieser Brief wird ein Liebebrief sein. Du willst das nicht, ich weiss… Du liebst mich nicht, ich weiss. Wie kannst du mich lieben ? Drei Tage… Du kennst doch mich überhaupt nicht !

En ce moment, tiens, j’ai envie de me saouler la gueule ! J’écrirai, cette nuit. Je vais continuer un roman policier que je dois livrer en décembre. J’ai déjà tué trois personnes. Avec l’argent – deux mille francs – j’irai à Stockholm. Si tu permets… Ou plutôt non, je n’irai pas à Stockholm, j’irai à Christel. Si Christel permet… J’habiterai 14 Blasieholmsborg.

Es-tu libre à Noël ? Est-ce que je peux venir le 23 décembre ? Ou plus tôt ? Ou plus tard ? Ou pas du tout ? Écris-moi. Je t’aime, petite-fille, tu sais ?

Romain Kacew

Il fait trop chaud. Je ne peux pas dormir. Je vais prendre un canot à la Grande Bleue et je vais passer la nuit en mer.

--------------------------------------------------------------------

Le Rosaire récité en commun est bien plus terrible au démon

Le Rosaire récité en commun est bien plus terrible au démon, puisqu'on fait, par ce moyen, un corps d'armée pour l'attaquer. Il triomphe quelquefois fort facilement de la prière d'un particulier, mais, si elle est unie à celle des autres, il n'en peut venir à bout que difficilement.

Il est aisé de rompre une houssine toute seule ; mais si vous l'unissez à plusieurs autres et en faites un faisceau, on ne peut plus la rompre. Vis unita fit fortior. Les soldats s'assemblent en corps d'armée pour battre leurs ennemis ; les méchants s'assemblent souvent pour faire leurs débauches et leurs danses ; les démons même s'assemblent pour nous perdre.

Pourquoi donc les chrétiens ne s'assembleraient-ils pas pour avoir la compagnie de Jésus-Christ, pour apaiser la colère de Dieu, pour attirer sa grâce et sa miséricorde, et pour vaincre et terrasser plus puissamment les démons ?
Saint Louis Marie Grignion de Montfort
Dans Le secret admirable du T. S. Rosaire, 46e Rose
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
yanis la chouette



Nombre de messages : 7155
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: Re: Les femmes, Moulin Rouge, La Science et Y'becca   Jeu 12 Jan à 8:24

Le référendum est une institution et en cela, il n'est jamais dit que le principe du Referendum est une forme d'émancipation envers les autorités publiques... Le Referendum est la manière la plus noble auquel une loi peut être établi: Pourtant, un jour, Louis Napoléon utilisa cette manière du suffrage universel direct qui marqua les esprits... Le Peuple ne peut pourtant nier le rôle évident que représente le referendum dans le principe civique et morale de "l'individue et de l'individu" dans le terme de Démocratie... Ce principe pourtant, peut être juste consultatif mais il permet ainsi à l'individu de se mettre en situation auquel se retrouve exposer les élu"e"s... Certains voient dans le referendum une forme de combat de coq ou de boxe, en tout cas, à l'image d'un vote électif, il est un aspect fondamentale d'une cohésion morale auquel la démocratie doit faire face: Il surpasse l'aspect de l'état et sans le remettre en cause, il est capable de pointer certaines choses de la vie quotidienne. Dans certains pays, il y a l'aspect de pétition qui peuvent être soumise au suffrage universel indirect... Le suffrage universel direct auquel appartient le Référendum est un aspect essentiel du caractère humain auquel un peuple veut s'adresse envers ses nouvelles générations... Le fait de débattre est un outil essentiel en terme de communication et pourtant dans certains cas, la question du Référendum relève de l'intérêt de l'état régalien, c'est en cela que certains hésitent sur son aspect même mais il montre l'aspect même de l'interlocuteur qui propose le sujet de la question. Le référendum est une loi d'utopie qui pourtant montre l'aspect réel de l'individu dans la société: En cela, j'accorde une importance réelle dans la constitution de Y'becca et des Républiques d'Israël et de la Palestine ainsi que dans toutes les Nations Morales et Physiques pour une reconnaissance morale et intellectuel dans le référendum: Son vote est lié malheureusement à des disputes entre des élu"e"s du Suffrage universel indirect... Toutefois, tout comme le vote direct du parlement et tout vote indirect du parlement, le référendum ne peut être organiser pour un Conflits d’intérêts et en cela, c'est au pouvoir judiciaire et à ses membres qu'il soit public et privé tout en maintenant et mettant l'aspect du service public militaire et civil dans la lutte contre les Conflits d’intérêts qui pourrait s'ingérer dans la teneur du débat et du vote: L'aspect du Général, de la société et l'individu doit être soulever en soulevant toutes les égalités et inégalités que peuvent engendrer le référendum... Certains peuvent s'amuser à créer de lois et des référendum pour des Conflits d’intérêts, pour créer des désordres et par gloire personnel... Cela n'est pas dans l'intérêt de l'harmonie sereine auquel nous devons être en ces situations profondes de changement de climat: "De jour en jour; le petit Nuage de Magellan et La Galaxie d'Andromède évolue depuis µ Êta Careme" s'écrie Nagaliew la mouette aux yeux verts..."
L'aspect du référendum est un droit de cité et de navire dans les prochains siècles à venir; et le juge suprême de la république de l'olivier s'y engage et dans des situations d'urgence, notre professionnalisme institué par la philosophie et la prudence du référendum nous permettra d'avoir l'anticipation sur le danger qu'il soit matérielle, morale et naturelle, ils peuvent être distinct ou englobé, Le référendum et ses principes il est un aspect fondamentale d'une cohésion morale auquel la démocratie, une armée ou un navire doit faire face... Le Laïc et l'Eternel devant la démocratie et la Nature. Conflits d’intérêts... Le clans des mouettes et la cinquième république devant l'adversité des peurs et des intérêts... Nous sommes prêt à faire face à l'avenir... La République de l'Olivier...

Ecrit de
TAY
La chouette effraie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les femmes, Moulin Rouge, La Science et Y'becca   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les femmes, Moulin Rouge, La Science et Y'becca
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Description du Moulin Rouge
» Pages d'histoire des hommes et des femmes d'Haiti et leurs épisodes
» [WIP] Blood Axes - Les peaux rouge du Desert !
» Croix Rouge Haïtienne ou à l'haïtienne? La descente aux enfers.
» Les femmes noires au pouvoir ...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le clans des mouettes :: Le clans des mouettes-
Sauter vers: