Le clans des mouettes

ainsi est la force.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 La République de Touva (Fédération de la Russie) et Y'becca.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
yanis la chouette



Nombre de messages : 4946
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: La République de Touva (Fédération de la Russie) et Y'becca.   Mar 11 Oct à 3:51


La République de Touva
(Fédération de la Russie)



L'environnement et les ressources naturelles
La démographie et les migrations
Le pouvoir et la politique
L'économie et les relations sociales
La culture, l'éducation et les média
Les contacts et les stéréotypes
L'environnement extérieur

L'environnement et les ressources naturelles

A Touva se trouvent plus de 12 000 fleuves dont le plus grand est Enisseï. L`eau est essentiellement utilisée pour l`irrigation et le fonctionnement des centrales hydroliques. La crise économique a fait baisser l`utilisation de l'eau à des fins industrielles. Ceci a aussi diminué la pollution industrielle des sources d`eau potable et de la surface terrestre. Touva est très riche en forêts. Malheureusement, le risque d'incendies (en 1995 : 52 cas) menace de diminuer considérablement l`espace forestier. Le gouvernement de la République tâche d`éviter cela en menant une politique préventive d`extinction des incendies. La République de Touva est extrêmement riche en toutes sortes de minéraux, mais les difficultés économiques qu`elle éprouve ne permettent pas d`extraire ces richesses naturelles et d`exploiter les gisements d`or, d`uranium, de charbon etc.


La démographie et les migrations

Selon les données officielles, Touva compte 309 000 habitants, dont 150 000 (48,6 %) dans les villes et 159 000 (51,4 %) dans les villages. Le processus d`urbanisation de la population, bien que assez lent, reste une tendance importante de la migration interne. La nationalité titulaire constitue la majorité écrasante de la population (75 à 80 % de la population totale). Les Russes occupent la deuxième place d`après leur nombre. Touva est une des rares républiques de la Fédération de la Russie à avoir un taux de natalité croissant. Néanmoins, il faut remarquer que la longevité moyenne des Touvins est bien inférieure au taux moyen de longevité des autres sujets de la Russie (différence de 9 ans environ). Les Russes ont commencé à explorer et à déménager à Touva à la fin du siècle dernier. Ils peuplaient les territoires où la concentration des Touvins était la moindre. Cet état des choses reste actuellement inchangé, les Russes habitant pour la plupart à Kizil, la capitale de Touva, et dans la région du Nord et de l`Est de la République. Pendant la période de 1990 à 1995, 24 000 hommes ont émigré, pour la plupart dans la direction des autres républiques de la Fédération de la Russie et des autres républiques de la CEI.


Le pouvoir et la politique

En 1921, Touva est devenu un Etat indépendant sous protection de la Russie. Malgré ce statut de liberté apparente, la Russie décidait de toutes les questions-clés de la politique intérieure et extérieure de la République et, en 1944, Touva est entrée en URSS en tant que région autonome. En 1961, elle est devenue République autonome et, enfin, en 1990, Touva a declaré sa souveraineté étatique. Actuellement, on peut observer beaucoup d`incohérences entre la Constitution de la Fédération de la Russie et celle de Touva comme république de cette Fédération. Cela peut créer certaines tensions dans les relations centre-periphérie. Touva est une République présidentielle à un fort pouvoir exécutif. Les droits et les libertés essentielles sont garantis par la Constitution de la République. La structure de la représentativité ethnique au Parlement de Touva (Choural Suprême) a substantiellement changé ces dernières années au profit de la nationalité titulaire. La part des deputés des nationalités non-titulaires dans cet organe représentatif du pouvoir législatif a diminué de 40 % en 1993 à 12 % en 1996. Les clauses de la Constitution de Touva qui contredisent la Loi essentielle de la Fédération de la Russie sont : la citoyenneté particulière de la République de Touva, la connaissance obligatoire de la langue touvine, la nécessité d`un certain délai de vie en Touva, les limites d`âge pour les candidats au poste du Président de la République et l`interdiction du fonctionnnement des associations des kazaques sur le territoire de la République de Touva.

Néanmoins, l`autorité et la compétence des gouvernants de Touva ne sont jamais mises en question par la population de la République - on peut prendre comme exemple des troubles interethniques de 1990 et de 1991, un moment où les autorités publiques ont su, grâce à une série de mesures appropriées, éliminer le danger d`explosion des sentiments nationalistes.


L' économie et les relations sociales

L`économie de Touva, aussi bien que l`économie de toute la Fédération de la Russie, traverse une crise profonde. La chute la plus importante de production est enregistrée dans le secteur industriel et énergétique, le secteur agricole étant moins touché par la crise. En 1996, le revenu moyen par tête a atteint 386 000 roubles par mois, soit 53,8 % du seuil minimum de survie. Actuellement, 10 % de la population la plus riche possède 37,4 % du revenu total et 10 % de la population la plus dépourvue détient seulement 1,2 % des revenus. Le taux de chômage continue d`accroître depuis 1990 et atteint actuellement 3 % selon les données officielles et 15 % selon les statistiques de l`OIT.

Le processus de privatisation de la proprieté étatique et municipale, commencé en 1992, touche à sa fin. On peut constater qu`il est pratiquement terminé dans le secteur du commerce, des transports, des services communaux et dans celui de l`agricuture.

Le secteur de la securité sociale se touve dans un état déplorable. Certains gens n'ont pas touché leur salaire depuis 5 à 6 mois, presque la totalité de la population vivant au-dessous du seuil de survie. Cela trouve son écho à la fois dans les meetings de plus en plus réguliers et massifs de gens mécontents et dans la hausse du taux de criminalité de la societé.


La culture, l'enseignement et les media

On peut, à juste titre, constater la prédominance de la culture touvine par rapport à toutes les autres sur le teritoire de Touva. Cela s`explique par les positions traditionnellement fortes de la langue touvine, par la renaissance de la culture de la nationalité titulaire dépuis l`accession à l`indépendance de la République et par une forte concentration de Touvins sur leur territoire national.

Ces dernières années, après la chute de l`URSS, la religion a commencé à jouer un rôle considérable dans la vie politique et sociale de Touva. Outre le bouddhisme (que pratiquent les Touvins), on peut constater la présence du christianisme (notamment orthodoxe) et de quelques autres religions et sectes, marginales d`apres le nombre de leurs adeptes.

La langue officielle d`Etat est la langue touvine. Mais le russe reste une langue de communication interethnique et un moyen essentiel d`initiation aux richesses culturelles et scientifiques mondiales.

La prédominance culturelle touvine trouve son expression tout particulièrement dans les media. La quantité de journaux et de revues publiés en touvin atteint le chiffre de 20, tandis qu`il n`y a que 8 sources de presse périodique publiéés en russe. Il reste à ajouter que les media électroniques reflètent la même tendance.


Les contacts et les stéréotypes

La situation économique difficile de Touva a servi de catalyseur à la réunification de gens mécontents autour des syndicats et des mouvements de protestation. En 1989 et 1990, il y avait quelques cas de tensions interethniques entre les Touvins et les Russes. Les premiers ont commencé à incriminer aux derniers la prise du pouvoir et l`exploitation des richesses du peuple touvin. Maintenant ces incidents commencent à s`oublier, vu le niveau relativement haut de tolérance des Touvins et l`absence de base pour les conflits ultérieurs. Le poison du nationalisme séparatiste n`a pas encore touché une grande partie de la societé de la République, quoique Touva jouit d`une assez mauvaise réputation auprès de l`autorité centrale de la Russie. On lui reproche ses tendances centrifuges, capables de faire éclater l`Etat de la Russie.


L'environnement extérieur

Les Touvins n`ont presque pas de diasporas étrangères, 98 % de la totalité de ce peuple vivant sur le territoire de la République de Touva. Quelques centaines de leurs compatriotes, habitant en Mongolie, en Chine et en République de Khakassie, sont très dispercés et ne jouent pas un grand rôle dans la politique des autorités publiques de Touva. La République a des voisins relativement stables quant à leur situation politique ; ils sont ouverts au commerce et à toute sorte de dialogues. On ne trouve pas de relation de rivalité globale dans cette région. Au contraire, on voit apparaître un certain pôle de pouvoir autour des républiques de la Fédération de la Russie situés en Sibérie, un soi-disant "Accord de Sibérie". Un des buts du gouvernement de la République est d`attirer les investissements etrangers.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 4946
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: Re: La République de Touva (Fédération de la Russie) et Y'becca.   Mar 11 Oct à 3:55

Y'becca

The Russian Government: Government Decisions
http://government.ru/en/docs/



Ecology (from Greek: οἶκος, "house", or "environment"; -λογία, "study of"[A]) is the scientific analysis and study of interactions among organisms and their environment. It is an interdisciplinary field that includes biology, geography, and Earth science. Ecology includes the study of interactions organisms have with each other, other organisms, and with abiotic components of their environment. Topics of interest to ecologists include the diversity, distribution, amount (biomass), and number (population) of particular organisms, as well as cooperation and competition between organisms, both within and among ecosystems. Ecosystems are composed of dynamically interacting parts including organisms, the communities they make up, and the non-living components of their environment. Ecosystem processes, such as primary production, pedogenesis, nutrient cycling, and various niche construction activities, regulate the flux of energy and matter through an environment. These processes are sustained by organisms with specific life history traits, and the variety of organisms is called biodiversity. Biodiversity, which refers to the varieties of species, genes, and ecosystems, enhances certain ecosystem services.

Ecology is not synonymous with environment, environmentalism, natural history, or environmental science. It is closely related to evolutionary biology, genetics, and ethology. An important focus for ecologists is to improve the understanding of how biodiversity affects ecological function. Ecologists seek to explain:

Life processes, interactions, and adaptations
The movement of materials and energy through living communities
The successional development of ecosystems
The abundance and distribution of organisms and biodiversity in the context of the environment.

Ecology is a human science as well. There are many practical applications of ecology in conservation biology, wetland management, natural resource management (agroecology, agriculture, forestry, agroforestry, fisheries), city planning (urban ecology), community health, economics, basic and applied science, and human social interaction (human ecology). For example, the Circles of Sustainability approach treats ecology as more than the environment 'out there'. It is not treated as separate from humans. Organisms (including humans) and resources compose ecosystems which, in turn, maintain biophysical feedback mechanisms that moderate processes acting on living (biotic) and non-living (abiotic) components of the planet. Ecosystems sustain life-supporting functions and produce natural capital like biomass production (food, fuel, fiber, and medicine), the regulation of climate, global biogeochemical cycles, water filtration, soil formation, erosion control, flood protection, and many other natural features of scientific, historical, economic, or intrinsic value.

The word "ecology" ("Ökologie") was coined in 1866 by the German scientist Ernst Haeckel (1834–1919). Ecological thought is derivative of established currents in philosophy, particularly from ethics and politics.[1] Ancient Greek philosophers such as Hippocrates and Aristotle laid the foundations of ecology in their studies on natural history. Modern ecology became a much more rigorous science in the late 19th century. Evolutionary concepts relating to adaptation and natural selection became the cornerstones of modern ecological theory.

----------------------------------------------------------------------

Suspending the Russian-US Agreement on Cooperation in Nuclear- and Energy-Related Scientific Research and Development
5 October 2016 19:00

Pursuant to Federal Law on International Treaties of the Russian Federation, a decision was adopted to suspend the Agreement.

Reference

The Agreement between the Government of the United States of America and the Government of the Russian Federation on Cooperation in Nuclear- and Energy-Related Scientific Research and Development (hereinafter referred to as the Agreement) was signed on September 16, 2013 in Vienna.

The Agreement defines areas of scientific and technical cooperation in using nuclear energy for peaceful purposes, including nuclear security, nuclear power station design, innovative kinds of reactor fuel, the use of nuclear and radiation technologies in medicine and industry, and handling radioactive waste.

The Agreement envisions the implementation of joint projects with US specialists that would further mutually beneficial cooperation in the nuclear energy sphere and help save time and resources in conducting fundamental and applied research in this sphere.

The actions taken by the United States related to the introduction of sanctions against Russia have directly affected the areas of cooperation under the Agreement. In April 2014, the Rosatom State Corporation received a letter from the US Department of Energy Bureau at the US Embassy in Moscow citing directives from Washington and announcing the suspension of nuclear energy cooperation in connection with the events in Ukraine.

This step by the US is a substantial violation of the terms of the Agreement that is designed to expand cooperation in nuclear energy research and development and provide a stable, reliable and predictable foundation for this cooperation.

This declaration of US policy was followed by the cancellation of bilateral meetings and events related to nuclear energy, which can qualify as a violation of Paragraph 3, Article IV and Paragraph 1, Article X of the Agreement.

The regular extension of US sanctions against Russia, including the suspension of Russian-US nuclear energy cooperation, requires the adoption of countermeasures in relation to the US.

Under Article 37.1 of Federal Law 101-FZ of June 15, 1994, On International Treaties of the Russian Federation, the directive stipulates that the Agreement be suspended.

Under this approach, the international legal framework of cooperation with the United States will be preserved. Russia will preserve the possibility of resuming cooperation under the Agreement when that is justified by the general context of relations with the United States.

and

Changing the export duty on grain
27 September 2016 18:00

A zero rate for the export duty on grain has been set until 1 July 2018. This will help Russia to support its grain export capacity and ensure balance on the domestic food market.

Reference

Drafted by the Ministry of Agriculture.

Government Resolution №754 of 30 August 2013 established rates for export duties on commodities exported from the Russian Federation to countries outside the members of the Customs Union agreements.

Government Resolution №1032 of 29 September 2015 set the export duty rate on grain at 10 roubles per tonne.

This rate does not exert a regulating influence on the domestic market. The increase in the grain harvest reduced domestic prices on grain (by 17-27 percent depending on its grade). Keeping the customs duty at the previous level inhibits the signing of long-term contracts on grain supplies, which reduces purchases on the domestic market during the massive influx of grain from the new harvest and further lowers market prices.

The recently signed resolution has established a zero rate for the export duty on grain. This will help support Russia’s export capacity, boost grain exports, ensure balance on Russia’s domestic food market and raise revenues for Russian grain producers.

behind

Introduction of a draft law on the ratification of the Protocol on Introducing Amendments to the Agreement on the Establishment of the International Investment Bank and its Charter to the State Duma
20 September 2016 07:00

The Russian party signed the Protocol in Moscow on 5 June 2014. The amendments stipulated by the Protocol include the approval of a revised version of the Agreement on the Establishment of the International Investment Bank and its Charter in order to bring them into compliance with current international practices. Thus, the new version of the bank’s constituent documents will replace the current “one country – one voice” voting system with a weighted voting system based on the share in the bank’s contributed capital, which will primarily meet the interests of the Russian Federation.

Reference

The draft federal law On the Ratification of the Protocol on Introducing Amendments to the Agreement on the Establishment of the International Investment Bank and its Charter (hereinafter Draft Law, Protocol) was introduced by the Ministry of Finance and the Ministry of Foreign Affairs.

The Russian party signed the Protocol in Moscow on 5 June 2014. The International Investment Bank (hereinafter IIB) is a multilateral development bank established in 1970. Its members are Bulgaria, Hungary, Vietnam, Cuba, Mongolia, Russia, Romania, Slovakia and the Czech Republic. The bank’s authorised capital is 1.3 billion euros, with a contributed amount of 313 million euros. The share of contributed capital from the Russian Federation is 47.92 percent.

The bank was established to facilitate economic growth; to improve the competitiveness of national economies; to expand trade and economic ties and cooperation in investment in order to benefit the member states.

The amendments include the approval of a revised version of the Agreement on the Establishment of the International Investment Bank and its Charter in order to bring them into compliance with current international practices. Thus, the new version of the bank’s constituent documents will replace the current “one country – one voice” voting system with a weighted voting system that is based on the share in the bank’s contributed capital, which will primarily meet the interests of the Russian Federation.

The new documents also introduce the three-level corporate management system in the bank: a board of governors, a board of directors and a management board; the increase of the authorised capital from 1.3 billion euros to 2 billion euros; the introduction of so-called on-demand capital; protection of the minority shareholders during decision making; cancellation of position quotas in the bank and the transit to selecting candidates on a competitive basis, primarily from the IIB member states; the bank’s official languages are declared Russian and English, with Russian to be the language for record keeping.

The IIB will also be relieved from all taxes and fees in Russia, both federal and local (with the exception of fees for concrete services), as well as from customs duties and limitations in imports and exports of goods for the bank’s internal use. The bank’s property and assets located in Russia will be provided with immunity from any form of administrative or judicial interference. The premises of the bank, its branches and representative offices, as well as their archives and documents are declared inviolable.

In accordance with the federal law On International Agreements of the Russian Federation, the Protocol is subject to ratification.

The Draft Law was considered and approved at a Russian Government meeting on 14 September 2016.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 4946
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: Re: La République de Touva (Fédération de la Russie) et Y'becca.   Mar 11 Oct à 3:57

Processus de Paix des secouristes de la république de l'Olivier.

Je crois qu'à l'avenir, plus personne ne pourra recréer des bulles d'exclusions...
Pour cela, je ne peux me permettre de mettre à l'écart tout individu(e) et "État".

Je ne suis qu'une femme ou un homme humble qui en vous adressant ces ces vers,
espère qu'il puisse vous conduire vers l'expérience, le travail et la communauté...
La solitude augmente ou diminue le nervosité... Cela s'appelle le malheur...

Alors par décision, on recherche à se tranquilliser et remettre la balance sur le zéro;
alors par construction, on décèle la notion d'une fragile tolérance:
Celle d'insulter !

Par Yahvé, cela est une horreur et une erreur...

La République de l'Olivier dit :
"Oui à la gréve, Non à l'Esclavage..."
la constitution rajoute :
"Oui à la Bibliothèque et Non à la Faim."
et le peuple doit rajouter :
"Oui à l'écoute et Non aux viols physiques et moraux."

Alors le Novice du Secourisme prends en charge sa nouvelle fonction autre qu'un service
militaire mais basé aussi sur la protection du Bien et du Corps.

"Je suis Y'becca"

Ecrit de
TAY
La chouette effraie.

--------------------------------------------------------------------------------------------------

Y'becca ou murmure de l'Arbre-Olivier.
http://leclandesmouettes.bbflash.net/t41-y-becca-ou-murmure-de-l-arbre-olivier

Profils des Juges du Secourisme et
la république de l'Olivier.

Chére Minouska, Féline de Pierre et Yvette et toutes les bonnes volonté(e)s

Je regarde le temps différemment après la mort de Athéna la chatte Bleue.
De longues années à voyager; à travailler et à écrire... Tel un Spartiate, je me suis emprunt à une apogée sur la compréhension du monde qui m'entourai de ses richesses; J' y ai rencontré des lueurs, des affronts et des forces.

Je regarde celle qui a su réveiller la force de réveiller ces écrits que j'ai voulu sauvegarder par le fait que après
tout, aide toi et le ciel te répondra: Et je dois dire que ma volonté fut exaucer... Alors je regarde Minouska, une chatte qui a recueilli mon cœur en lambeau lors de la guerre ou intifada, si vous préférez:

Le Juge Suprême de la république de l'Olivier est un personnage
qui doit s'informer et accueillir la Parole de l'un et de l'Autre. Il se doit d'écrire des vers, des proverbes, des espoirs, des fables car notre peuple aime cela: Ni fouet, ni chaines ! être sérieux devant les nuages gris !
Car l'arbre peur garantir notre fraternité et la justice de l'eau propager la diversités des écritures des forets donc vers la connaissance et Yahvé... La République est le pilier de l’Âme dans le sens où il s’inclut dans le peuple et ne cherche pas à devenir idole, idolâtre ou idolâtré. Être humble doit être la qualité première du Juge Suprême de la République de l'olivier.

Dans la vallée du Nil à la plaine des cèdres; le juge suprême doit présenter ses hontes et ses espoirs... je vous fait part de mon expérience... Nuls réponses dans un premiers temps ne se fit entendre alors j'envoyai des mouettes, des chouettes et des canaris sous forme de lettre tel un oiseau qui apprends son premier envol.

Alors sous forme de mirage pour certains et pour d'autres, cela s'appelle un message. Je me fis ce constat et que la volonté en soit ainsi si il ne veulent pas entendre;

"Propage la Connaissance des serments car ce sont les hommes qui s'entretuent par leur entreprise, leur volonté et leur désir! Car certains vomissent sur la fraternité voilà un maillon de haine du trois en un délivré par le vieux coq... Rétablit l'apprentissage de l'Espérance sur l'apprentissage de marcher ! La canne de l'age n'est pas un spectre; elle est une source d'eau ! Tu apprendra à entendre ta douleur devant la faim ! Nous sommes des étapes et en cela cherche le fait d'exister ! La République est le pilier de l’Âme dans le sens où elle s’inclut dans le peuple et ne cherche pas à devenir idole, idolâtre ou idolâtré. Être humble doit être la qualité première !

Ecrit de
TAY
La chouette Effraie.

_________________
Kounak le chat....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 4946
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: Re: La République de Touva (Fédération de la Russie) et Y'becca.   Mar 11 Oct à 3:59

Souvenirs de la maison des morts (en russe : Записки из Мёртвого дома) est un roman de l'écrivain russe Fiodor Dostoïevski dont l'action se déroule dans un bagne en Sibérie.

Premier récit sur le système pénitentiaire russe, c'est une œuvre phare de la littérature concentrationnaire.

Sommaire

1 Titre
2 Rédaction
3 Publication
4 Plan
4.1 Première partie
4.2 Deuxième partie
5 Éditions françaises
6 Musique
7 Notes et références
8 Bibliographie
9 Voir aussi
9.1 Article connexe
9.2 Liens externes

Titre

Ce roman a été traduit sous différents titres Récits de la maison des morts et Les Carnets de la Maison morte, le titre russe (Записки из Мёртвого дома, littéralement, Notes [provenant] de la Maison morte).
Rédaction

Dostoïevski a commencé son récit en 1855 après avoir purgé une peine de quatre ans de bagne (janvier 1850- 23 janvier 1854) à Omsk, et alors qu'il était encore en relégation à Semipalatinsk en Sibérie1, où il servait comme simple soldat.
Publication

Rentré en décembre 1859 à Saint-Pétersbourg, l'écrivain publie la première partie en 1860. La seconde partie fut publiée en 1862 dans la revue Le Temps, éditée par le frère aîné de l'écrivain Mikhaïl Dostoïevski. Une première édition complète séparée parut dès 1862.

Dans la présentation2 qu'il donne de l'œuvre, André Markowicz souligne l'immense succès qu'a connu Les Carnets de la Maison morte dès 1862.
Plan

Introduction

Première partie

La maison des morts
Premières impressions
Premières impressions (suite)
Premières impressions (suite)
Le premier mois
Le premier mois (suite)
Nouvelles connaissances – Pétrov
Les hommes déterminés – Louka
Isaïe Fomitch – Le Bain – Le récit de Baklouchine
La fête de Noël
La représentation

Deuxième partie

L’hôpital
L’hôpital (suite)
L’hôpital (suite)
Le mari d’Akoulka (récit)
La saison d’été
Les animaux de la maison de force
Le « grief »
Mes camarades
L’évasion
La délivrance

Éditions françaises

Fiodor Dostoïevski (trad. du russe par Henri Mongault et Louise Désormonts, préf. Pierre Pascal), Crime et Châtiment, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade » (no 83), 2009 (1re éd. 1950) (ISBN 978-2070101740), « Souvenirs de la maison des morts »
Fiodor Dostoïevski (trad. du russe par André Markowicz), Œuvres romanesques : 1859-1864, Arles, Actes Sud, coll. « Thedaurus », 2015, 1472 p. (ISBN 978-2330054458, présentation en ligne), « Les Carnets de la Maison morte »
(existe également en collection de poche « Babel », 1999, (ISBN 2 7427 2071 5)

Musique

Ce roman a été mis en musique par le compositeur tchèque Leoš Janáček dans son dernier opéra De la maison des morts, qui fut créé en 1930.
Notes et références

↑ En réalité au Kazakstan, Leonid Grossman 2003, p. 164 relève qu'une grande confusion régnait à l'époque dans l'appellation des peuples d'Asie centrale.
↑ André Markowicz 2015, p. 809.

Bibliographie

Leonid Grossman (trad. du russe par Michèle Kahn, préf. Michel Parfenov), Dostoïevski, Paris, Parangon, coll. « Biographies », 2003, 520 p. (ISBN 2-84190-096-7)

Voir aussi
Article connexe

L'Île de Sakhaline, récit de voyage d'Anton Tchékhov dans le bagne de Sakhaline en 1890.

Liens externes

Texte complet en russe
Ebook/PDF - Souvenirs de la maison des morts Texte français

--------------------------------------------------------

Fiodor1 Mikhaïlovitch Dostoïevski (en russe : Фёдор Михайлович Достоевский, [ˈfʲɵdər mʲɪˈxajləvʲɪtɕ dəstɐˈjɛfskʲɪj] Prononciation du titre dans sa version originale Écouter) est un écrivain russe, né à Moscou le 11 novembre (30 octobre) 1821 et mort à Saint-Pétersbourg le 9 février (28 janvier) 1881. Considéré comme l'un des plus grands romanciers russes, il a influencé de nombreux écrivains et philosophes.

Après une enfance difficile, il fréquente une école d'officiers et se lie avec les mouvements progressistes pétersbourgeois. Arrêté en avril 1849, condamné à mort, il est finalement déporté dans un bagne de Sibérie pendant quatre ans. Redevenu sous-lieutenant, il démissionne de l'armée en 1859 et s'engage complètement dans l'écriture. Épileptique, joueur couvert de dettes et d'un caractère sombre, Dostoïevski fuit ses créanciers et mène une vie d'errance en Europe au cours de laquelle il abandonne toute foi dans le socialisme et devient un patriote convaincu.

Écrivain admiré après la publication de Crime et Châtiment (1866) et de L'Idiot (1869), l'auteur publie ses œuvres les plus abouties, Les Démons (1871) et Les Frères Karamazov (1880).

Les romans de Dostoïevski sont parfois qualifiés de « métaphysiques », tant la question angoissée du libre arbitre et de l'existence de Dieu est au cœur de sa réflexion, tout comme la figure du Christ. Cependant, ses œuvres ne sont pas des « romans à thèse », mais des romans où s'opposent de façon dialectique des points de vue différents avec des personnages qui se construisent eux-mêmes, au travers de leurs actes et de leurs interactions sociales. Dostoïevski chemine sur différents thèmes de la nature humaine et de la condition humaine.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 4946
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: Re: La République de Touva (Fédération de la Russie) et Y'becca.   Mar 11 Oct à 4:00

Dostoïevski penseur
Tombe de Dostoïevski au monastère Saint-Alexandre-Nevski (cimetière Tikhvine), à Saint-Pétersbourg

Lorsque l'on cherche à définir la pensée de Dostoïevski, on se heurte d'emblée à une difficulté : son œuvre romanesque comporte très peu d'interventions directes de l'auteur comme on en trouve souvent dans les romans du XIXe siècle. Ce ne sont pas des « romans à thèse », mais des romans où s'opposent de façon dialectique des points de vue différents. Ainsi, dans Les Frères Karamazov, Aliocha le croyant s'oppose à Ivan le sceptique, mais l'auteur fait de chacun un personnage cohérent et touchant. Rien ne serait donc plus trompeur que de prêter à Dostoïevski les opinions de ses personnages. C'est avec la plus grande prudence qu'il faut lire les citations extraites de son œuvre romanesque.

Il existe bien une pensée originale chez Dostoïevski, notamment au vu de son influence sur de nombreux philosophes tels que Nietzsche, André Suarès, Albert Camus, les existentialistes, René Girard, ou encore sur la psychologie. À ce sujet, Freud écrit un article « Dostoïevski et le parricide ».

C'est à travers son œuvre romanesque prise dans son ensemble et non dans les paroles de ses personnages qu'il faut chercher cette pensée, principalement d'ordre ontologique, voire anthropologique.

L'une des idées forces de Dostoïevski est l'existence chez tout être humain d'un besoin inné d'imitation. Le thème de l'imitation est récurrent dans son œuvre, qu'il s'agisse d'un personnage historique (Napoléon Ier dans Crime et Châtiment, James de Rothschild dans L'Adolescent) ou d'un autre personnage romanesque (Le Double, Nétotchka Nezvanova, L'Éternel Mari, etc.). Ce besoin d'imitation porte en lui une tension entre admiration et rivalité qui peut dégénérer en fusion passionnelle comme en haine acharnée. C'est en repérant ce thème dans l'œuvre de Dostoïevski (et d'autres auteurs) que René Girard élabora son concept de désir mimétique. Pour Dostoïevski, seule l'imitation du Christ, du fait de sa nature à la fois divine et humaine, sublime et humble, peut déboucher sur une société juste et sans violence.

Selon Dostoïevski, la société démocratique dans laquelle la Russie est brutalement projetée au cours des années 1850 ne fait que rendre les conflits plus violents. Elle promet en effet à chacun un égal droit à la réussite et à la gloire : serfs affranchis, petits fonctionnaires, étudiants pauvres se sentent à égalité avec les nobles ou les grands bourgeois. Inévitablement, les obstacles et les rigidités sociales engendrent alors frustrations et amertume (cf. Les Carnets du sous-sol). C'est d'ailleurs le point de départ du concept de ressentiment chez Nietzsche. Pour le philosophe russe Léon Chestov, Dostoïevski se rapproche de Nietzsche « en ce que leurs œuvres contiennent non pas une réponse mais une question : peuvent-ils encore concevoir quelque espoir, ceux qui ont repoussé la science et la morale ? Autrement dit : la philosophie de la tragédie est-elle possible ? » Léon Chestov avance que les romans métaphysiques de Dostoïevski sont une réponse à La Critique de la raison pure et de la science positive de Kant.

De plus, la proximité de la pensée de Dostoïevski avec l'existentialisme est telle qu'on a pu le compter parmi les fondateurs de ce courant philosophique, au même titre que Kierkegaard. En effet ses personnages se construisent au travers de leurs rapports dialectiques à autrui, de leurs actes ou de leurs interactions sociales, par imitation ou opposition. Il montre également la part d'angoisse associée au libre arbitre (voir par exemple l'apologue du Grand Inquisiteur dans Les Frères Karamazov).

Enfin, Daniel S. Larangé attire l'attention sur les « détournements » opérés lors de la réception et de la traduction de l'œuvre de Dostoïevski en France, orchestrés notamment par Eugène-Melchior de Vogüé qui en « dénature » le style afin de lui assurer la bienveillance de la critique. Le naturalisme s'est alors empressé de condamner l’œuvre du maître russe. Dès lors, Dostoïevski est seulement connu en France à travers des traductions peu précises ou des adaptations ; des écrivains comme Gide ou Nathalie Sarraute vont l'interpréter à leur manière45.
Citations

« Les idéaux se succèdent, on les dépasse, ils tombent en ruines, et puisqu’il n’y a pas d’autre vie, c’est sur ces ruines encore qu’il faut fonder un idéal dernier. » (Les Nuits blanches).
« En toute période de transition, on voit surgir cette racaille qui existe dans toute société et qui, elle, non seulement n’a aucun but, mais est même dépourvue de toute trace d’idée […] Les individus les plus abjects avaient soudain pris le dessus, s’étaient mis à critiquer ouvertement ce qui est sacré, alors qu’auparavant ils n’osaient même pas ouvrir la bouche. » (Les Possédés, III, i, 1).
« Mais alors, que deviendra l'homme, sans Dieu et sans immortalité ? Tout est permis, par conséquent, tout est licite ? » (Dmitri Karamazov à Rakitine, Les Frères Karamazov, XI,IV: L'hymne et le secret) ;
« Je dois te faire un aveu, commença Ivan. Je n'ai jamais pu comprendre comment on peut aimer son prochain. C'est précisément le prochain qu'il est impossible d'aimer, peut-être seulement le lointain. » (Ivan Karamazov à Aliochka, Les Frères Karamazov; V,IV: La rébellion) ;
« Je triompherai de toute ma douleur juste pour pouvoir dire “je suis”. » (Dmitri Fiodorovitch Karamazov, accusé de parricide, Les Frères Karamazov) ;
« La beauté est une énigme. », (prince Mychkine, L'Idiot);
« J'admets que deux fois deux quatre est une chose excellente, mais s'il faut tout louer, je vous dirais que deux fois deux cinq est aussi une chose charmante. » (Les Carnets du sous-sol) ;
« Nos désirs sont presque toujours erronés à cause d'une conception erronée de nos intérêts. » (Les Carnets du sous-sol) ;
« Je suis très bien aussi avec les maisons. Quand je passe, chacune d’elles accourt à ma rencontre, me regarde de toutes ses fenêtres et me dit : “Bonjour ! Comment vas-tu ? Moi, grâce à Dieu, je me porte bien. Au mois de mai on m’ajoutera un étage.” Ou bien : “Comment va la santé ? Demain on me répare.” Ou bien : “J’ai failli brûler, Dieu ! Que j’ai eu peur !” Etc. » (Les Nuits blanches).
« Oui, l'homme a la vie dure ! Un être qui s'habitue à tout. Voilà, je pense, la meilleure définition qu'on puisse donner de l'homme. » (Souvenirs de la maison des morts).
« L'homme est malheureux parce qu'il ne sait pas qu'il est heureux. » (Les Démons) ;
« J'ai un projet : devenir fou ! »
« Dostoïevski est la seule personne qui m'ait appris quelque chose en psychologie. » (Friedrich Nietzsche) ;
« Vivre sans espoir, c'est cesser de vivre. » (Dostoïevski).
« Est-il vrai, prince, que vous ayez dit une fois que la « beauté » sauverait le monde ? Messieurs, cria-t-il en s’adressant à toute la société : — le prince assure que la beauté sauvera le monde ! » (L'Idiot).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 4946
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: Re: La République de Touva (Fédération de la Russie) et Y'becca.   Mar 11 Oct à 4:04

Aleppo (/əˈlɛpoʊ/; Arabic: ﺣﻠﺐ‎‎ / ALA-LC: Ḥalab, IPA: [ˈħalab]) is a city in Syria, serving as the capital of the Aleppo Governorate, the most populous Syrian governorate.[6] For centuries, Aleppo was the Syrian region's largest city and the Ottoman Empire's third-largest, after Constantinople and Cairo.[7][8][9] With an official population of 2,132,100 (2004 census), it was Syria's largest city and also one of the largest cities in the Levant before the advent of the Syrian Civil War.[10][11][12]

Aleppo is an ancient metropolis, and one of the oldest continuously inhabited cities in the world; it may have been inhabited since the 6th millennium BC.[13] Excavations at Tell as-Sawda and Tell al-Ansari, just south of the old city of Aleppo, show that the area was occupied since at least the latter part of the 3rd millennium BC;[14] and this is also when Aleppo is first mentioned in cuneiform tablets unearthed in Ebla and Mesopotamia, in which it is noted for its commercial and military proficiency.[15] Such a long history is attributed to its strategic location as a trading center midway between the Mediterranean Sea and Mesopotamia (i.e. modern Iraq).

The city's significance in history has been its location at one end of the Silk Road, which passed through central Asia and Mesopotamia. When the Suez Canal was inaugurated in 1869, trade was diverted to sea and Aleppo began its slow decline. At the fall of the Ottoman Empire after World War I, Aleppo ceded its northern hinterland to modern Turkey, as well as the important railway connecting it to Mosul. In the 1940s it lost its main access to the sea, Antioch and Alexandretta, also to Turkey. Finally, the isolation of Syria in the past few decades further exacerbated the situation. This decline may have helped to preserve the old city of Aleppo, its medieval architecture and traditional heritage. It won the title of the "Islamic Capital of Culture 2006", and has had a wave of successful restorations of its historic landmarks.

Since the Battle of Aleppo started in 2012, the city has suffered massive destruction,[16] and has been the worst-hit city in the civil war.[17] It is currently split between the government-held west and the rebel-held east.[12]

-----------------------------------------------------------------------

Alep (حلب, Ḥalab en arabe ; Βέροια Beroia dans l'Antiquité) est la deuxième ville de Syrie et est le chef-lieu du gouvernorat d'Alep, le gouvernorat de Syrie le plus peuplé, situé dans le nord-ouest du pays. Elle comptait 1 693 803 habitants en 2009.

Il s'agit de l'une des plus vieilles villes du monde à avoir été constamment habitée, étant habitée depuis le VIe millénaire av. J.-C.. Ceci est dû à son emplacement stratégique des points de vue militaire et commercial entre la mer Méditerranée et la Mésopotamie. D'ailleurs, le centre de la ville a été classé au patrimoine mondial de l'humanité par l'Unesco en 1986. Elle est arrosée par la rivière Quoueiq, l'ancien Belos (Βήλος) des Grecs.

Églises d'Alep
Cathédrale Saint-Élie (Saint Elias) à Alep, en Syrie.

À partir du XVIIe siècle, les missionnaires catholiques venus d'Europe se déploient auprès des chrétiens orientaux de la ville qui existent ici depuis les origines du christianisme21 et formant une élite chrétienne encore présente aujourd'hui dans la ville. Cependant sur les 200 000 chrétiens présents encore en 2012, les observateurs estiment qu'il n'en reste plus que 30 000 à Alep en 2016.

Cathédrale des Quarante-Martyrs (arménienne), du XVe siècle
Cathédrale Saint-Joseph d'Alep (rite chaldéen)
Cathédrale Saint-Élie (rite maronite)
Cathédrale Saint-François-d'Assise d'Alep (rite latin)
Archéparchie d'Alep des Arméniens
Archéparchie d'Alep des Maronites
Archéparchie d'Alep des Melchites
Archéparchie d'Alep des Syriaques
Église Sainte-Assia (syriaque)
Église de la Dormition (orthodoxe)
Église de la Sainte-Mère-de-Dieu (arménienne)
Église Saint-Michel-Archange (melkite)
Vicariat apostolique d'Alep
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 4946
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: Re: La République de Touva (Fédération de la Russie) et Y'becca.   Mar 11 Oct à 4:06

Abou Firas al-Hamdani (né à Mossoul en 932- mort en 968 à Homs) est un prince et un célèbre poète et chevalier arabe du Xe siècle.

Appartenant à la grande famille des Hamdanides1 qui régna sur la haute Mésopotamie et la Syrie du nord au Xe siècle, il fut d'abord un poète inscrit dans la tradition de bravoure et de générosité. Lorsqu'il fut fait captif par les Byzantins lors d'une bataille que Sayf al-Dawla menait contre eux, chez les "Romains" (rum), il écrivit un long recueil, les « Rûmiyyât » (الروميات), où se mêlent la nostalgie, les reproches aux siens et la soif de liberté2.

Son cousin de Sayf al-Dawla, sultan de Syrie, le désigna comme gouverneur. Il succéda à son sultan sur la ville de Homs, quand ce dernier mourut, avant d'être lui-même assassiné.

et

Abou T̩ayeb Ah̩mad ibn al-H̩usayn al-Mutanabbī (arabe : أبو الطيب أحمد بن الحسين المتنبّي) est un poète arabe appartenant à la tribu Kinda, né en 915 à Kufa, et mort assassiné en 965 près de Dayr al-Akul (au sud-est de Bagdad)1. Ses poèmes tournent autour des louanges des rois, des descriptions de batailles, de la satire, de la sagesse et de sa philosophie de la vie que beaucoup d'hommes partagent avec lui.

Il est considéré comme le plus grand poète arabe de tous les temps, et celui qui a pu au mieux maîtriser la langue arabe et ses rouages. Il lègue un grand patrimoine de poésie avec 326 poèmes, qui raconte sa vie tumultueuse auprès des rois, et qui donne une vision sur la vie arabe du Xe siècle.

Il est connu pour sa grande intelligence, il disait ses poèmes sur le vif, sans préparation. Il a déclamé ses premiers poèmes très jeune avant ses 10 ans. D'un caractère altier et aventureux, l'un de ses poèmes causera sa perte en précipitant son assassinat.

Le nom "Al-mutanabbi" voulant dire : "celui qui se dit prophète", lui fut adjoint durant sa jeunesse quand il écrivit des textes qu'il disait d'inspiration divine. Il avait réussi à convaincre quelques-uns, avec l'aide desquels il déclencha une rébellion vite avortée. Il avait à peine 17 ans.

puis

Émile Benveniste (prononciation : /bɛ̃venist/) est un linguiste français né à Alep (Syrie) le 27 mai 1902, et mort à Versailles le 3 octobre 1976. Né Ezra Benveniste, il a été naturalisé français en 1924. Il s'est illustré par ses travaux tant dans le domaine de la grammaire comparée des langues indo-européennes que dans celui de la linguistique générale. Ses deux parents sont instituteurs de l'Alliance Israélite Universelle dans l'Empire ottoman, en Tunisie puis en Bulgarie. Titulaire d'une bourse de l'Alliance Israélite Universelle, il fait ses études à Paris au Petit séminaire israélite dès 1913. Après le baccalauréat, il abandonne les études religieuses. Il est licencié es-lettres dès 1920 à 18 ans et agrégé en 1922. Il fait son service militaire au Maroc pendant la guerre du Rif. Élève d'Antoine Meillet à l'École pratique des hautes études, il y enseigne ensuite de 1927 à 19691, et au Collège de France où il tient la chaire de grammaire comparée de 1937 à 19692. Il est fait prisonnier en 1940, mais parvient à s'évader en novembre 1941 et se réfugie en Suisse, où il reste jusqu'en 1945, alors qu'il avait été exclu du Collège de France par le régime de Vichy.

De 1945 à 1959, il est secrétaire adjoint de la Société de linguistique de Paris, puis il en est le secrétaire de 1959 à 1970. En 1960, il est fait membre de l'Académie des inscriptions et belles-lettres et en 1965 devient également membre de l'Accademia dei Lincei. En 1961, il fonde, avec Claude Lévi-Strauss et Pierre Gourou, L'Homme, revue française d'anthropologie.

De 1964 à 1975, il est le directeur de la Revue des études arméniennes (REA).

En décembre 1969, il subit une attaque qui le laisse aphasique. Il meurt sept ans plus tard, en 1976, à l'âge de 74 ans.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 4946
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: Re: La République de Touva (Fédération de la Russie) et Y'becca.   Mar 11 Oct à 4:06

Extrait Récits de la maison des morts - La fête de Noël

"Joachim Akymytch, lui aussi, se préparait activement à la fête. Il n’avait pas de souvenirs familiaux, puisqu’il avait grandi orphelin dans une demeure étrangère et depuis l’âge du quinze ans, je crois, l’avait quittée pour le dur service militaire ; il n’avait pas eu non plus de grandes joies, puisque toute son existence s’était écoulée régulière, monotone, dans la crainte de s’écarter ne fût-ce que d’un cheveu des obligations une fois indiquées. Il n’était pas non plus particulièrement religieux, puisque les règles de bonnes conduites avaient, semblait-il, englouti chez lui tout le reste, les dons et les originalités de l’homme, toutes les passions ou les désirs, bons ou mauvais. Pour ces raisons, il se préparait à accueillir le jour de fête sans agitation, sans émotion, sans être troublé par des regrets ou des souvenirs absolument inutiles, mais avec cette calme et méthodique sagesse dont il possédait exactement la dose nécessaire pour s’acquitter d’un devoir ou d’un rite prescrit une fois pour toutes. Et d’ailleurs, d’une façon générale, il n’aimait pas les longues réflexions. La signification d’un fait, aurait-on dit, n’avait jamais intéressé son cerveau, mais les règles qui lui avaient été une fois prescrites, il les exécutait avec une scrupuleuse exactitude. Si le lendemain on lui avait commandé de faire précisément le contraire, il l’aurait fait avec la même soumission et le même soin qu’il faisait l’opposé la veille. Une fois, une unique fois dans sa vie, il avait essayé de se conduire d’après son esprit à lui, et il avait échoué au bagne. La leçon n’avait pas été perdue pour lui. Et bien qu’il ne lui eût pas été donné par le sort de comprendre en quoi il avait fauté, il avait retiré de son aventure cette règle salutaire de ne raisonner jamais ni en aucune circonstance, parce que raisonner « n’était pas dans ses cordes », comme disaient entre eux les détenus.
Aveuglément dévoué au rite, même son cochon de lait de Noël, qu’il avait farci de bouillie de gruau et fait rôtir, - de sa propre main, car il savait aussi cuisiner, - il le considérait avec une sorte de respect préalable, comme si ç’avait été non point un ordinaire porcelet qu’on pouvait toujours acheter et faire cuire, mais un porcelet spécial, un porcelet de fête. Peut-être que, dans son enfance déjà, il avait pris l’habitude de voir ce jour-là un cochon de lait sur la table et en avait conclu que ce cochon de lait était indispensable en ce jour ; et je suis sûr que si seulement une fois, en ce jour, il n’avait pas eu de cochon de lait à manger, il lui serait resté pour toute sa vie un certain remords de conscience pour un devoir non accompli.
Avant la fête, il portait sa vieille vareuse et ses vieux pantalons, convenablement raccommodés bien sûr, mais quand même tout à fait usés. Maintenant, on put voir qu’il avait soigneusement conservé dans son coffre, sans y toucher, le nouveau costume reçu de l’administration quatre bons mois auparavant, dans la pensée alléchante de l’étrenner pour la fête. Ce fut bien ce qu’il fit. Déjà la veille il le sortit, le déplia, l’examina, le brossa bien, souffla dessus, et, tout cela dûment exécuté, l’essaya préalablement. Il se trouva qu’il était parfaitement à sa mesure ; tout était comme il faut ; il se boutonnait étroitement jusqu’en haut ; le col, comme de carton, poussait haut le menton ; il y avait même à la ceinture un je ne sais quoi qui marquait la taille, comme dans une tunique d’uniforme. Joachim Akimytch eut même un large sourire de satisfaction et, non sans crânerie, se retourna devant son minuscule petit miroir, qu’il avait de sa main et depuis longtemps garni, dans un moment de liberté, d’une bordure dorée. Il y avait seulement une petite agrafe du col de la vareuse qui avait l’air de n’être pas à sa place. L’ayant constaté, Joachim Akimytch décida de déplacer cette agrafe : il la déplaça, essaya de nouveau, et il se trouva que maintenant c’était tout à fait bien. Alors il replia le tout comme il était et, l’esprit tranquillisé, le serra jusqu’au lendemain dans son coffre.
Son crâne était rasé de façon satisfaisante. Mais s’étant considéré attentivement dans sa petite glace, il remarqua qu’il n’était quand même pas absolument lisse : il y avait de petits poils à peine perceptibles qui pointaient. Il se rendit immédiatement chez « le major », pour se faire raser tout à fait comme il faut et à l’ordonnance. Personne ne l’aurait examiné le lendemain : mais il se fit raser uniquement pour la tranquillité de sa conscience, pour enfin, en un pareil jour, avoir accompli tous ses devoirs. Le respect religieux du bouton , de l’épaulette, de la patte de col s’était gravé dès l’enfance dans son cerveau comme une obligation indiscutable, et dans son cœur comme l’image du plus haut degré de beauté auquel un homme comme il faut puisse atteindre.
Ayant tout réglé, en sa qualité de responsable de la chambrée, il donna l’ordre d’apporter du foin et veilla avec soin à sa répartition sur le plancher. La même cérémonie avait lieu dans les autres casernes. Je ne sais pourquoi, mais pour la Noël on étendait toujours du foin d’un bout à l’autre de la caserne.
Ensuite, ayant mené à bien tous ses travaux, Joachim Akimytch fit sa prière, se coucha et aussitôt s’endormit d’un sommeil paisible de nouveau-né, afin de se réveiller le plus tôt possible le lendemain. De la même façon, d’ailleurs, agirent tous les forçats. Dans toutes les casernes on se coucha beaucoup plus tôt que d’habitude. Les travaux ordinaires du soir furent laissés de côté ; de maïdane il n’était pas question non plus. Tout était dans l’attente du lendemain matin.
Il arriva enfin, ce matin. Très tôt, avant le jour, aussitôt sonné le réveil, les casernes furent ouvertes, et le sous-officier de garde entré pour compter les forçats leur souhaita à tous une bonne fête. Ils lui répondirent de même, et cela avec affabilité et gentillesse. La prière vite expédiée, Joachim Akimytch et beaucoup d’autres, qui avaient des oies et des cochons de lait à eux à la cuisine, se hâtèrent d’aller voir ce qui se passait avec eux, comment on les faisait rôtir, où chaque chose était et ainsi de suite. À travers l’obscurité, par les petites fenêtres, obstruées par la neige et la glace, de notre caserne, on voyait, dans les deux cuisines et dans les six poêles, brûler un feu vif allumé avant le jour. Dans la cour, dans l’obscurité, circulaient déjà des détenus dans leurs vestes fourrées soit enfilées, soit jetées sur le dos : tout cela s’affairait vers la cuisine. Mais quelques-uns, d’ailleurs très peu nombreux, avaient déjà rendu visite aux « cabaretiers ». C’étaient, ceux-là, les plus impatients. D’une façon générale, tout le monde se conduisait décemment, paisiblement, avec une espèce de gravité inaccoutumée. On n’entendait ni les jurons habituels, ni les habituelles disputes. Tout le monde comprenait que c’était un grand jour et une grande fête. Il y en avait qui se rendaient dans d’autres casernes, pour saluer quelqu’un des leurs. Il y avait dans l’air une sorte d’amitié."
Dostoïevski Extrait de Récits de la Maison des morts, au chapitre intitulé - La fête de Noël ·
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
Minouska.KounakDenat



Nombre de messages : 142
Date d'inscription : 06/10/2016

MessageSujet: Re: La République de Touva (Fédération de la Russie) et Y'becca.   Jeu 20 Oct à 9:31

Au lieu d'obtenir la sédation par des méthodes agressives ou susceptibles de réaliser des déficits dans le système nerveux, un nouveau courant s'est développé en psychiatrie visant à obtenir l'effet non seulement sédatif mais régulateur par des substances chimiques appropriées.

Ce courant pharmacologique a présenté de nombreux précurseurs. C'est surtout Moreau de Tours qui au milieu du Dix neuvième siècle, après ses études sur le HASCHICH, et ensuite sur une série de substances, notamment le protoxyde d'Azote, les sédatifs divers, l'opium, l'Alcool, ect..., a développé l'idée de modifications psychologiques déterminées par les substances chimiques. Moreau de la Tours a été ainsi après la conception chimiques des PSYCHOSES et ainsi a mentionné en premier avec Mlle Pascal, les dissociations psychiques sur le soi et le paraitre. Mais il a encore utilisé diverses substances chimiques non seulement pour déterminer des "troubles psychologiques expérimentaux" mais pour encore plus pour explorer la psychologie profonde. Ainsi Moreau de Tours a été le précurseur de la narcoanalyse et le promoteur des thérapeutiques chimiques. Ainsi et mais, cette conception chimique pharmacologique a été longue à ce développer. Dans la Ligne de Moreau, Les beaux travaux de Mlle Pascal et de ses élèves sur les substances psychotropes et l'exploration pharmacologique de la psychologie des éléments précoces puis de Claude, Borel et Robin avec l'éthérisation prolongé par Claude et Baruk sur le somnifères...

Et puis dans cette clarté une part d'ombre sur le soi, la conscience de souffrance, la naissance et le développement de la catatonie expérimentale et de la psychiatrie expérimentale chez les animaux par De Jong et H.Baruk, devait apporter dés 1930 une démonstration objectives des causes toxiques des maladies mentales, et des "applications thérapeutiques" antitoxiques (psychoses colibacillaires de H.Baruk, psychoses hyper-folliculiniques, ect,) et a donc ouvert dans ses travaux du 19iéme siècle qui ressemble sur bien des aspects sur des études antiques Égyptiennes et Romaines élaborés sur l'analyse mortuaire et Momification donc moins soumise à la torture de patients vivants tels que des animaux et être humains, élaborés sur l'hygiène de vie du Vivant et qui par la suite d'une mort à définir aurait pu éviter la souffrance engendrer par ce docteur H.Baruk, Ces études primaires permettent l'entrer dans le champs de la Psychopharmacologie.

Comme en tout temps et malgré le fait que nous soyons aux vingt et unième siècles, la découvertes de nouvelles substances "psychotropes" a renouvelé la thérapeutique psychiatrique en particulier dans le domaine des substances dites "neuroleptiques"; sans une réelle surveillance accru de la part de secouristes devant l'investissement des grands laboratoires voir de personnes physiques de l'aspect morale de l’État et de la société.

Se rappeler des sujets comme la découverte de l'évidence des troubles sympathiques en pathologie, rôle souligné par Laignel-Lavastine, par Tinel et Santenoise... Le phénomène de Reilly et les antihistaminiques des synthèses.... Les travaux de Bovet dans les laboratoires de Fourneau à Paris et poursuivi en Italie à l'institut supérieur de la santé à Rome.

Ecrit de
TAY
La chouette effraie sur les études de
Henry Baruk publié par Presses Universitaires de France

----------------------------------------------

Romain Gary nous a particulièrement émus dans une lettre où il suppliait Christel de l'aimer, même un peu... Au contraire, Musset a prouvé qu'il était possible de rester fier et élégant malgré la douleur en faisant ses adieux à la célèbre George Sand. Apollinaire nous a émoustillé les sens dans une lettre à Lou alliant douleur et jouissance ; tandis que la domination exercée par Wanda sur Leopold von Sacher-Masoch nous captivait. Enfin, les mots de Jean Cocteau pour son amant Jean Marais nous ont apaisé l'âme et l'esprit...

Lettre de Romain Gary à Christel
“ Aime-moi, veux-tu ? Un tout petit peu.

Romain Gary (21 mai 1914 – 2 décembre 1980), aussi connu sous son nom de naissance Roman Kacew ou sous son nom d’emprunt Émile Ajar avec lequel il signe un grand nombre de ses oeuvres, est un auteur et diplomate français très influent du XXe siècle. En juillet 1937, il rencontre Christel Söderlund, journaliste suédoise avec qui il entretient un passion dévorante mais de courte durée. En effet, épouse et mère de famille, elle le quitte et retourne en Suède. Voici ses mots.

6 septembre 1937

Nice 6. IX. 37

Christel, ma lointaine, ton petit cheval est ravissant et il restera toujours sur mon bureau, à côté de ta photo.

Et « Gösta Berling » sera toujours mon livre de chevet. Et tes yeux sont ce qu’il y a de plus bleu sur terre et tes cheveux sont plus blonds que ceux de Gösta.

Je ne peux pas les oublier, petite Christel. Je ne peux rien oublier. Aime-moi, veux-tu ? Un tout petit peu. En tout cas, mens-moi. Dis-moi que tu m’aimes. Même si ce n’est pas vrai.

Il est une heure du matin. Je viens de me baigner. Je suis rentré dans l’eau là où… tu sais où. J’ai nagé loin, très loin. J’ai eu peur. Et je pensais à toi, tout le temps. Puis je suis allé boire une fine dans ce petit bistro… tu sais, là où tu as dit « oui ».

Maintenant je suis fatigué. J’ai le cafard. Ich will so, aber so in deinen Armen jetzt sein, weisst du ! Aber nein, du weisst nicht. Du kannst nicht wissen. Dieser Brief wird ein Liebebrief sein. Du willst das nicht, ich weiss… Du liebst mich nicht, ich weiss. Wie kannst du mich lieben ? Drei Tage… Du kennst doch mich überhaupt nicht !

En ce moment, tiens, j’ai envie de me saouler la gueule ! J’écrirai, cette nuit. Je vais continuer un roman policier que je dois livrer en décembre. J’ai déjà tué trois personnes. Avec l’argent – deux mille francs – j’irai à Stockholm. Si tu permets… Ou plutôt non, je n’irai pas à Stockholm, j’irai à Christel. Si Christel permet… J’habiterai 14 Blasieholmsborg.

Es-tu libre à Noël ? Est-ce que je peux venir le 23 décembre ? Ou plus tôt ? Ou plus tard ? Ou pas du tout ? Écris-moi. Je t’aime, petite-fille, tu sais ?

Romain Kacew

Il fait trop chaud. Je ne peux pas dormir. Je vais prendre un canot à la Grande Bleue et je vais passer la nuit en mer.

--------------------------------------------------------------------

Le Rosaire récité en commun est bien plus terrible au démon

Le Rosaire récité en commun est bien plus terrible au démon, puisqu'on fait, par ce moyen, un corps d'armée pour l'attaquer. Il triomphe quelquefois fort facilement de la prière d'un particulier, mais, si elle est unie à celle des autres, il n'en peut venir à bout que difficilement.

Il est aisé de rompre une houssine toute seule ; mais si vous l'unissez à plusieurs autres et en faites un faisceau, on ne peut plus la rompre. Vis unita fit fortior. Les soldats s'assemblent en corps d'armée pour battre leurs ennemis ; les méchants s'assemblent souvent pour faire leurs débauches et leurs danses ; les démons même s'assemblent pour nous perdre.

Pourquoi donc les chrétiens ne s'assembleraient-ils pas pour avoir la compagnie de Jésus-Christ, pour apaiser la colère de Dieu, pour attirer sa grâce et sa miséricorde, et pour vaincre et terrasser plus puissamment les démons ?
Saint Louis Marie Grignion de Montfort
Dans Le secret admirable du T. S. Rosaire, 46e Rose
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
yanis la chouette



Nombre de messages : 4946
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: Re: La République de Touva (Fédération de la Russie) et Y'becca.   Mer 2 Nov à 9:46

Voilà Ce qui est malheureux, aucuns hommes n’a de pensée similaire de la réalité : cette science de l’exact montre le quiproquo et les peurs de l’Homme ; elle prouve son goût du mensonge et de la Quête inaccessible. Les hommes déforment la réalité en des réalités selon le goût de leur croyance et aucun n’a eu l’audace de l’utiliser de peur d’être dans le rire des autres : Pour eux la réalité est un synonyme du présent, quelles erreurs dû à cette méprise de la réalité et de l’espace… !? N’est ce pas, La réalité s’est l’infiniment grand et petit… Elle fût rien peut-être pas, n’est ce pas, Humain… ? La réalité tout comme la nature de l’univers est une magicienne du Mystère et c’est en cela que je lui avoue un amour et un respect réel bien plus grand que je pourrai donner à un roi… La réalité est une pensée de la force et elle est l’esprit de l’esprit saint de l’Eglise… On la juge par la situation, on la prétend Bonne ou bien mauvaise : Mais elle n’est pas responsable de l’étourderie et de l’incapacité de l’Homme…
Tout comme le dieu Eternel d’Israël et de l’Eglise, elle n’a pas de visage et pourtant elle est corporel tout comme l’esprit d’un ange et possède la valeur des poètes et des philosophes…
La réalité récolte les fruits de ses enfants mais eux ne savent comment se partager cette union… Innocente à l’image de Dieu et pourtant reconnu comme injuste par la justice de l’Homme… Mais, celui qui sera entendre sa parole et qui mettra ses doutes de coté pour enfin apercevoir la robe de la merveille de Dieu : Qui est la Vie… Celui là pour prétendre avoir entendu le message de la rédemption ; car la réalité n’est pas que de vouloir entendre et apprendre : Elle dépasse le commandement, car la Réalité est une prédatrice qui guette l’Heure de sa proie… Il y a la réalité de l’Homme mais l’animal possède lui aussi sa propre réalité : L’homme se détourne de la loi naturelle mais pour parvenir à l’univers, il devra se retourner l’esprit dans la merveilleuse Ethique de Spinoza. Nous avons les moyens de reconstruire nos meubles pour le bien de l’Humanité, de l’Humanisme et de cette éternité chère à votre cœur… Mais diable un peu humanisme que dans votre vision de la réalité, La Réalité est le symbole de la liberté et de la victoire sur le soi : Ainsi pour devenir le Grand. Homme n’est pas le symbole de l’orgueil et de la peur. Mais revenons à la réalité de l’Univers ; une force de mouvement, de gaz et de matière engendré par la distance réelle, fille de la Réalité ou est-ce l’esprit sain de Dieu… ? Car Dieu n’a pas de visage et c’est en cela que réside le Mystère de la création : Cela est la réalité du Divin et qui est aussi l’orgueil du petit Homme… Mais l’Homme n’est pas Dieu et en cela le petit Homme l’a oublié trop rapidement : Il en a perdu le jugement et la vision que lui avait offert la réalité du réelle…
Car tout comme Dieu la réalité peut reprendre ce qu’elle vous a offert : Le labeur et le mouvement. Et l’Homme dans tout cela, on y retrouve l’orgueil mais humanisme est tout comme un nuage dans son caractère : Il est un ingrédient de la recette prénommé l’Orgueil.

Comment l’homme peut il croire que Dieu et la réalité peuvent il être dans l’Orgueil de la vie… ?
Dieu a crée la foudre mais l’espèce a crée la machine : Nous cultivons l’héritage de la vie et de l’orgueil. Pour Spinoza, la nature a crée Dieu et Dieu a crée l’Essence… Après toutes ces guerres, cette vision réelle et irréelle est très romantique et montrent toutes les déviances de la réalité que l’Homme perçoit dans son univers.

Ces guerres ne sont pas toutes venues et ne peuvent être venus de l’Anarchie ; elles viennent de la frénésie. Ainsi, l’Anarchie est une forme de discorde et de parti politique crée par soi, l’Homme et les dérives des patriarches. Elle est politique et renie l’état, l’homme, le temps et l’éducation :

« Il est mort pour un cheval » dit la réalité vers l’Homme et son dieu.
« Mort pour qui… ? Un philosophe ou un roi » : réponds l’Homme vers la réalité du Dieu.
Alors Dieu entends la réponse de l’Homme et devient athée de Dieu… Il donne et aime un fils en lui disant : « occupe-toi d’eux, tu verras leur sens et puis, leur valeur contraire lié au sens provoque la réaction : Et même les plus justes des orateurs devront se lier à l’écriture pour vaincre le manque d’écoute… Je les aime mais eux se détournent de la réalité : Ils ont renié la connaissance et pourtant les plus juste d’entre eux finissent sous les pierres des plus riches.
La querelle mène vers le désordre et si leur pensée évolue vers le bien… Cette pensée n’est pas unique ; le désordre montre leur incapacité et leur envie impitoyable de folie et de puissance. Ils ont le regret de la chose et le choix leur est insupportable ».

Et le fils leur indique le chemin et leur donne des miracles au cœur même du vin
Et de Rome. Jésus fut tué par les riches comme Pierre fut condamné par l’empereur Néron.
Ainsi, le puissant devint par la peur du non-être l’assassin du réconfort et de la fraternité. Les monstres croient être purs et pour cela, il se donne des natures de philosophes mais ce sont des êtres très égoïste et vaniteux.
Du pain du vin et des jeux pour le peuple et, les chairs de l’Homme devinrent le sacrifice de l’homme, de dieu et de la réalité… Dieu regarde son fils et l’arc-en-ciel… Dame nature veille sur l’âme de la vierge, et la mort protège des hontes du faible, de l’envie et de l’orgueil.
Et là réside la faiblesse de l’Homme ; on peut lui offrir le sens et le plaisir : Il se voua à la tristesse et à l’envie… Pourtant nombreux sont à l’image de la Réalité ; je veux dire athée ou croyant de Dieu… Mais les autres que sont-ils… ?


On parle de la croyance alors comment juger le prochain qui est l’image même de l’âme.
Etre croyant s’était croire en Dieu mais aujourd’hui être croyant s’est vouloir penser un aspect de la chose. Et la réalité dans tous cela, elle se promène dans l’univers… La réalité urine sa vie et Dieu admire les contradictions de sa création. Et L’Eternel pense que si le complexifiant n’est pas de dire au meilleur ; il est un juste reflet de ce qui est de mieux : La nature assimilée.

Alors Homme le personnage s’écria vers la vie : « Et le caractère propre … »
Et Dieu de répondre : « Et dans une certaine mesure, oui… Et qui s’en plaindrai ? »
Homme regarda Dieu et lui dit : « La bonté à l’égard des hommes, les routes partent de la ville… »
Dieu sentit le reproche de Homme et s’adressa vers son soi : « Emmanuel (Jésus), le long du fleuve à cause de ta bonté et à l’approche du jour ; vivre sans souci autour du forum de naissance obscur. Autour de ce trou noir, il y avait foule sur la place.


Le fils de Dieu ne pus parler en raison de la Réalité du chagrin de son père qui est Dieu…
Alors Dieu n’est pas mort mais une part de sa réalité est réellement morte : Son grand Jardin… Dans la métaphysique du soi, je dirai que l’Humanisme est mort pour la discorde et le seuil de la solitude.

Nature (ou natyr) est l’ensemble des caractères fondamentaux, physiques ou moraux propres à un être ou à une chose et qui est aussi le principe fondamentale qui donne son caractère propre à l’espèce humaine…

Devant Dieu, Les hommes étaient devenus encore plus nombreux depuis la mort de cet homme et du cheval… Les mouettes avaient traversé l’espace depuis des siècles et malgré le fait que la terre soit encore plate : L’homme se prétendaient encore au dessus.

« Pierre… Tu es coupable d’avoir brûlé Rome. »
Homme regarda l’Empereur et dit :
« Dés l’enfance, l’enfant pousse le navire au port jusqu’à une vieillesse avancée.
Nous avons du loisir pour lire. »
« Tu es l’homme… » : Dit l’empereur.
« Je suis Homme. » : répondit Pierre.
Beaucoup se rassemblaient autour et sur le forum du sénat de Rome. Magistrats nommés pour l’année étaient là hélas pour une telle circonstance.
« Tu es coupable… » : Dit l’Empereur.
« Porter devant soi, Néron… Tu es heureux : (en comparaison) au regard de moi. »
Pierre comprit sa mort et bien qu’une montagne gênât sa marche, il atteignit pourtant l’ennemi. Il avait vaincu l’orgueil malgré la douleur que lui infligeât le cruel empereur.

Il y a aussi la réalité physique existant indépendamment de l’homme qui sont les forces de la nature ; (qui sont des éléments naturels considérée comme non dominés par l’Homme : le temps, l’immortalité, la naissance, la chasse, la mésaventure, la douleur…) et qui provoque pourtant des sentiments dans le commun humains et animaliers : Considérée affectivement et esthétiquement.

Le courage De Pierre montre le sacrifice de cet homme et du mystère de son Eglise dans son évolution. Mais je reviens vers Dieu : Il était devenu ainsi athée de lui-même car il n’avait pu se détourné de ses enfants : L’homme et la Femme. Il nous a envoyé un enfant pour l’Eglise et il donnera un messie pour Israël.

Revenons au courage de Pierre devant la cruauté de l’orgeuil et de la folie : Pierre se savait innocent et pourtant il allait être condamné à mourir. Sa foie était Jésus et à l’instant même de sa mort, il était en union avec jésus l’oint. Dieu ne peut se détourner de l’Homme tant que des hommes, tel que Pierre, se dresseront contre les Tyrans, les fous et les orgueilleux… Par cet acte d’amour, Dieu se rapprocha de toute sa création ; il comprit le rôle de l’animal auprès de la nature : Bien plus que des compagnons, je reste persuadé que l’âme animal est réel. Dieu aime l’Homme et il s’est mis à comprendre sa propre création : Il aime pour ce fait l’animal et l’homme en père qu’il est… Il a évolué dans ce sens pour se dire cela ; le père du messie doit être à l’image de Pierre et de sa mort que du suicide de Néron.
Cela est ma réalité et je l’enseignerai à mes disciples et à mes enfants…

Une autre réalité me fascine car je juge que Nietzsche Friedrich à une compassion et un humanisme : Il a senti la guerre approcher et malgré son impuissance, il a fait preuve d’imagination devant les empire et le racisme. Ainsi parlait Zarathoustra n’est pas un contre évangile : Si le personnage s’écrie que Dieu est mort et bien c’est juste que la guerre devient inévitable et il prévient à tous les états que nuls ne sortiront indemne de cette guerre… Il dénonce l’apogée de la haine et de la mutilation. Il prévient les hommes et pourtant il y aura deux guerres mondiales… Mais Ainsi parlait Zarathoustra n’est pas religieux ; il s’agit d’une œuvre humaniste dédié vers Dieu et la réalité des dérives de l’Homme et de ces Femmes. Son erreur est de croire que Pierre n’a pas été entendu, Nietzsche ressent une profonde solitude : Il est vers le bien mais la réalité de l’Homme est en marche vers une situation… La situation du pire qu’il veut le conduira à la colère et au courage de l’Homme de bien, Son œuvre est titanesque : Les hommes l’ont battu à mort pour avoir défendu un cheval martyrisé et qui allait être battu à mort… Il est un martyr de la nature et de l’instinct. Malgré sa folie il avait perçut le futur : cela fait de lui, une réalité naturelle au même titre que Spinoza. Mort avec un cheval voilà de quoi séduire la Louve de Rome et son naturalisme érotique… Car Rome, Jérusalem et les enfants d’Abraham aiment l’humanisme dans le courage, la lutte et le partage.

Ecrit
de
TAY
La chouette effraie.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 4946
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: Re: La République de Touva (Fédération de la Russie) et Y'becca.   Sam 19 Nov à 3:33

Quelle est la mission de l'état, de l'individu et de l'utopie ,

Elles et Ils sont les institutions du secourisme et doivent répondre aux demandes de la Citoyenneté. Ce qui peut sembler navrant; c'est la parution de l'affrontement... C'est l'effort des sens face aux déterminismes des courants entourant, intérieur et extérieur... La Femme et l'Homme se plongent dans le tourbillon sans réaliser qu'il peut ou pourrai le contourner... Il peut ainsi réparer plus vite et plus rapidement tout en respectant le savoir faire et la main d’œuvre issu de l'apprentissage et l’autodidacte. Telle, avec ou sans raison, cette femme ou cet Homme pourraient devenir très intéressant: C'est à l'état de dire ces choses là mais l'état est une forme utopie. Même une machine peut dire qu'elle issue d'inventeur plutôt que d'être la propriété d'un brevet. Ce mécanisme s'appliquent aussi aux robots. Car oui, Le caractère humain, l'animal, la machine et le robot ont plus de valeur qu'une valeur d'état établi par un comité restreint. L'aspect de défense commune est un aspect universelle car il implique l'aspect militaire tout comme l'aspect civil. En effet le donjon demeure dans le château fort: L'aspect humaniste doit être conserver dans la République car celle ci sépare et répare les cris et les gifles, Tout age et toutes volontés accentue son message de fraternité, d’égalité et de liberté.

La République s'est une bibliothèque où l'amour figure comme l'autocritique et l'évolution. Chacun ne peut tout accumuler par principe de transition car ce fut le souhait du peuple antique et du mariage. Par ainsi, la portée est de transmettre réellement les travaux pour permettre un réel constat de l'aménagement secouristes, médicales, militaires, d'habitations, d'emploi public en incluant l'aspect du secteur privé dans la légalité des droits de la Femme et de l'Homme, de protection juridique dans les divorces, accidents du travail, de contrainte morale, d'abus physiques, sur les moyens de transports permettant à tous le moyens de se déplacer dans un aspect physique en respectant le prix de vie, que la haute technologie sois abordable envers tous et chacun à un prix modéré pour ainsi permettre une meilleur surveillance sur l'égalité des chances pour l'aspect physiques et morales des individus, associations, organismes, entreprises et structure étatiques. Ces mesures montreront de l'élasticité d'aujourd'hui démontre que la plénitude ne fus pas "ou jamais atteint" d'une manière déterminée ni même indéterminée. Le Luxe fut utilisé comme une arme et fausse sur la modernité
de l’intérêt au détriment sur le concept de caractère propre du projet défini par un architecte, un penseur et d'un ouvrier; Le luxe favorise l'architecte sur l'ouvrier par le concept d'une vision chimérique établi par le concept du droit féodal. Il suffit...

La République et ses Organismes Public tout comme Privé ont des rôles de rigueur, d'alternance et de travail sur le bien commun. Car, La République s'est une bibliothèque où l'amour figure comme l'autocritique et l'évolution. Chacun ne peut tout accumuler par principe de transition car ce fut le souhait du peuple antique et du mariage. Par ainsi, la portée est de transmettre réellement les travaux pour permettre un réel constat de l'aménagement secouristes, médicales, militaires, d'habitations, d'emploi public en incluant l'aspect du secteur privé dans la légalité des droits de la Femme et de l'Homme, de protection juridique dans les divorces, accidents du travail, de contrainte morale, d'abus physiques, sur les moyens de transports permettant à tous le moyens de se déplacer dans un aspect physique en respectant le prix de vie, que la haute technologie sois abordable envers tous et chacun à un prix modéré pour ainsi permettre une meilleur surveillance sur l'égalité des chances pour l'aspect physiques et morales des individus, associations, organismes, entreprises et structure étatiques.

Ainsi, L'individu figurera à sa place au Panthéon à coté d'un vrai principe de la République:
La Paix et les Peuples tout en conservant son propre individu.

Ecrit de
TAY
La chouette effraie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 4946
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: Re: La République de Touva (Fédération de la Russie) et Y'becca.   Jeu 12 Jan à 9:11

Le référendum est une institution et en cela, il n'est jamais dit que le principe du Referendum est une forme d'émancipation envers les autorités publiques... Le Referendum est la manière la plus noble auquel une loi peut être établi: Pourtant, un jour, Louis Napoléon utilisa cette manière du suffrage universel direct qui marqua les esprits... Le Peuple ne peut pourtant nier le rôle évident que représente le referendum dans le principe civique et morale de "l'individue et de l'individu" dans le terme de Démocratie... Ce principe pourtant, peut être juste consultatif mais il permet ainsi à l'individu de se mettre en situation auquel se retrouve exposer les élu"e"s... Certains voient dans le referendum une forme de combat de coq ou de boxe, en tout cas, à l'image d'un vote électif, il est un aspect fondamentale d'une cohésion morale auquel la démocratie doit faire face: Il surpasse l'aspect de l'état et sans le remettre en cause, il est capable de pointer certaines choses de la vie quotidienne. Dans certains pays, il y a l'aspect de pétition qui peuvent être soumise au suffrage universel indirect... Le suffrage universel direct auquel appartient le Référendum est un aspect essentiel du caractère humain auquel un peuple veut s'adresse envers ses nouvelles générations... Le fait de débattre est un outil essentiel en terme de communication et pourtant dans certains cas, la question du Référendum relève de l'intérêt de l'état régalien, c'est en cela que certains hésitent sur son aspect même mais il montre l'aspect même de l'interlocuteur qui propose le sujet de la question. Le référendum est une loi d'utopie qui pourtant montre l'aspect réel de l'individu dans la société: En cela, j'accorde une importance réelle dans la constitution de Y'becca et des Républiques d'Israël et de la Palestine ainsi que dans toutes les Nations Morales et Physiques pour une reconnaissance morale et intellectuel dans le référendum: Son vote est lié malheureusement à des disputes entre des élu"e"s du Suffrage universel indirect... Toutefois, tout comme le vote direct du parlement et tout vote indirect du parlement, le référendum ne peut être organiser pour un Conflits d’intérêts et en cela, c'est au pouvoir judiciaire et à ses membres qu'il soit public et privé tout en maintenant et mettant l'aspect du service public militaire et civil dans la lutte contre les Conflits d’intérêts qui pourrait s'ingérer dans la teneur du débat et du vote: L'aspect du Général, de la société et l'individu doit être soulever en soulevant toutes les égalités et inégalités que peuvent engendrer le référendum... Certains peuvent s'amuser à créer de lois et des référendum pour des Conflits d’intérêts, pour créer des désordres et par gloire personnel... Cela n'est pas dans l'intérêt de l'harmonie sereine auquel nous devons être en ces situations profondes de changement de climat: "De jour en jour; le petit Nuage de Magellan et La Galaxie d'Andromède évolue depuis µ Êta Careme" s'écrie Nagaliew la mouette aux yeux verts..."
L'aspect du référendum est un droit de cité et de navire dans les prochains siècles à venir; et le juge suprême de la république de l'olivier s'y engage et dans des situations d'urgence, notre professionnalisme institué par la philosophie et la prudence du référendum nous permettra d'avoir l'anticipation sur le danger qu'il soit matérielle, morale et naturelle, ils peuvent être distinct ou englobé, Le référendum et ses principes il est un aspect fondamentale d'une cohésion morale auquel la démocratie, une armée ou un navire doit faire face... Le Laïc et l'Eternel devant la démocratie et la Nature. Conflits d’intérêts... Le clans des mouettes et la cinquième république devant l'adversité des peurs et des intérêts... Nous sommes prêt à faire face à l'avenir... La République de l'Olivier...

Ecrit de
TAY
La chouette effraie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La République de Touva (Fédération de la Russie) et Y'becca.   

Revenir en haut Aller en bas
 
La République de Touva (Fédération de la Russie) et Y'becca.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» tuto haradrim, opération désert
» Installation de la Commission sur la Nouvelle Force Publique
» Le sénat haitien ; le grand mangeur de la république.
» Salle d'opération section civile
» 500 000 Haitiens vivent en République Dominicaine

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le clans des mouettes :: Le clans des mouettes-
Sauter vers: