Le clans des mouettes

ainsi est la force.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Le Clans des Éléphants, Y'becca et mouettes.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
yanis la chouette



Nombre de messages : 5016
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: Re: Le Clans des Éléphants, Y'becca et mouettes.   Mer 28 Sep à 9:42

Richard Bruce Cheney et Szymon Perski :
-------------------------------------------------------
De la Pologne à Israël
Naissance le 2 août 1923 à Wiśniew (en Pologne à l'époque, actuellement Vishnyeva en Biélorussie) ensuite
La famille de Szymon Perski émigre vers Tel Aviv en 1934, alors que ce dernier est âgé de 11 ans. Il suit des études à l'école de Geula de Tel Aviv, puis à l'école agricole de Ben-Shemen. Il est le cousin germain de Lauren Bacall ou Betty Joan Perske... il deviendra le dernier survivant de la génération des pères fondateurs de l'État d'Israël.

En 1947, Shimon Peres s'enrôle dans la Haganah, prédécesseur de l'Armée de défense d'Israël, dont il devient un dirigeant.

Il est nommé, en 1953, directeur général du ministère de la Défense, quatre ans après sa rencontre avec le Premier ministre David Ben Gourion. À cette fonction, il s'implique particulièrement dans l'achat d'armes pour le jeune État d'Israël, ce qui contribue à en faire la 6e puissance atomique mondiale3.

Il se rend en France en 1954 et fait la rencontre d'Abel Thomas, directeur général du ministère de l'Intérieur, qui lui présente Maurice Bourgès-Maunoury. Ensemble, ils mettent en place une coopération entre les services de renseignements dans la lutte contre l'ennemi commun égyptien, accusé par la France de soutenir les indépendantistes algériens. En 1956, Bourgès-Maunoury devient ministre de la Défense dans le gouvernement Guy Mollet. Une étroite coopération franco-israélienne s'amorce. Les efforts de Peres sont efficaces et il réussit à acquérir, auprès de la France, le premier réacteur nucléaire de Dimona et, auprès de l'avionneur français Marcel Dassault, le Mirage III, un avion de combat à réaction.

Shimon Peres est vice-ministre de la Défense de 1959 à 1965, il est élu pour la première fois député à la Knesset, le Parlement israélien, sur la liste Mapaï (composante du Parti travailliste). Au moment de son implication dans l'affaire Lavon avec Moshe Dayan. Avec celui-ci, il quitte le Mapaï de David Ben Gourion pour former un nouveau parti, le Rafi, qui se réconcilie avec le Mapaï en 1968.

Bien qu'il n'ait jamais mené son parti à une victoire aux élections, Shimon Peres a assumé, à trois reprises, la charge de Premier ministre.

Devenu chef du Parti travailliste, il occupe cette fonction par intérim, d'avril à juin 1977, à la suite de la démission d'Yitzhak Rabin. Mais la gauche perd les élections législatives cette année là (en), et Shimon Peres devient le chef de l'opposition jusqu'en 1984.

Il redevient Premier ministre en septembre 1984, à la tête d'un gouvernement de coalition avec le Likoud. Dans le cadre d'un accord avec Yitzhak Shamir, il cède comme prévu sa place à ce dernier, en octobre 1986. Il occupe alors la fonction de vice-Premier ministre, ministre des Affaires étrangères jusqu'en 1988. À ce poste, il tente en vain de trouver une solution à la question palestinienne, conjointement avec la Jordanie.

Ministre des Finances au sein d'un nouveau cabinet de coalition, Shimon Peres retourne dans l'opposition de 1990 à 1992. Cette même année, battu par Yitzhak Rabin à la direction du Parti travailliste, il est de nouveau nommé ministre des Affaires étrangères, et se bat en faveur de négociations sur l'avenir des territoires occupés, avec l'OLP de Yasser Arafat. En 1993, Shimon Peres est l'un des artisans des accords d'Oslo. Cela lui vaut, l'année suivante, de se voir décerner le prix Nobel de la paix, avec Yitzhak Rabin et Yasser Arafat.

Quelques minutes avant l'assassinat du Premier ministre Yitzhak Rabin, le 4 novembre 1995, Shimon Peres se trouve aux côtés de ce dernier. Alors qu'Yigal Amir s'apprête à les abattre tous les deux, le Premier ministre retourne remercier les organisateurs de la manifestation en faveur du processus de paix israélo-palestinien, tandis que Peres, hésitant, décide finalement de partir5. Yigal Amir se résout à lui laisser la vie sauve, et conserve ses munitions pour Yitzhak Rabin.

À la suite de cette mort brutale, Peres redevient Premier ministre et réaffirme sa volonté de poursuivre le processus de paix. Il décide d'avancer de six mois le scrutin (en) qui doit désigner le Premier ministre israélien au suffrage universel par les citoyens. Pendant la campagne électorale, pendant qu'il cumule le rôle de Premier ministre et celui de Ministre de la Défense, il lance l'opération militaire "Raisins de la colère" dans le Sud du Liban. Le bombardement de Cana, où 106 civils qui s'étaient abrités auprès de la FINUL moururent sous les bombardements israéliens, met un terme à l'opération. L'image de Shimon Peres est fortement endommagée à l'étranger, mais l'impact national est également important6. Les semaines précédant l'élection, la cote de popularité de Shimon Peres s'effondre. Son adversaire Benyamin Netanyahou met alors l'accent sur le mauvais bilan des travaillistes en matière de sécurité. Le 29 mai 1996, le Premier ministre sortant est battu de justesse par le candidat du Likoud, qui recueille 50,5 % des voix.

Candidat à l'élection présidentielle de 2007, il arrive en tête du premier tour à la Knesset le 13 juin en obtenant 58 voix contre 37 pour Reuven Rivlin, le candidat du Likoud et 21 pour Colette Avital, présentée par le Parti travailliste. Aucun des trois candidats n'atteignant la majorité absolue de 61 voix requise pour être élu dès le premier tour, un second tour a lieu le même jour. Dès l'annonce des résultats du premier tour, ses deux concurrents se retirent de la course et déclarent leur soutien à Peres, lui laissant la voie libre. Il est élu président par 86 voix contre 239.

Le 15 juillet 2007, Shimon Peres est investi président de l'État d'Israël après avoir prêté serment devant les membres de la Knesset pour un septennat. Il succède à Moshe Katsav, qui l'avait battu sept ans plus tôt, lors du précédent scrutin présidentiel. Le nouveau chef de l'État doit alors restaurer le prestige de la fonction du président de l'État d'Israël, mis en cause par des scandales de mœurs impliquant l'ex-président Katsav.

Le 13 novembre 2007, Shimon Peres est le premier dirigeant l'État d'Israël à prononcer un discours devant la Grande assemblée nationale de Turquie10.

En novembre 2008, le président Peres reçoit, des mains de la reine Élisabeth II, les insignes de l'ordre de Saint-Michel et Saint-George lors d'une cérémonie organisée au palais de Buckingham, à Londres. Lors de la cérémonie, le chef de l'État israélien s'est dit « très ému de recevoir, en tant qu'émissaire d'Israël, un tel honneur ».

En janvier 2009, au Forum économique mondial de Davos, en Suisse, Shimon Peres et le Premier ministre turc Recep Tayyip Erdoğan ont une violente discussion autour de l'intervention israélienne à Gaza. Le chef du gouvernement turc, énervé, déclare qu'il se « souvient très bien de ces enfants qui sont morts sur la plage ». Le président israélien réplique alors qu'il « faut savoir se mettre à la place des autres : que feriez-vous si des dizaines, des centaines de roquettes s'abattaient sur Istanbul ? ». Erdoğan décide alors de prendre ses affaires et de quitter le débat, acclamé par ses partisans de l'AKP qui voient en lui un héros. L'opposition turque rappelle cependant que l'État d'Israël reste un allié et que le Premier ministre Erdoğan a manqué de respect à un prix Nobel de la paix.

Le 18 février 2009, Shimon Peres entame des consultations pour la formation d'un nouveau gouvernement. Dès lors, il se dit favorable à une grande coalition. Le 24 février, il ouvre la 18e Knesset. Le 20 mars, Peres rencontre au Beit HaNassi, la résidence présidentielle, le vainqueur désigné des élections législatives, Benyamin Netanyahou et le charge de former un gouvernement. Le 31 mars, Netanyahou est nommé Premier ministre et est investi le lendemain par la Knesset.

En février 2009, le pape Benoît XVI, en visite officielle en Israël est salué par le président Peres au Beit HaNassi.
Après la présidence

Retiré de la vie politique, il continuera de voyager à l'international. il décédera le le 28 septembre 2016 au centre médical Chaim Sheba, à Ramat Gan (Israël)

et


La carrière politique de Dick Cheney commence en 1969 dans l'administration de Richard Nixon, au sein même de la Maison-Blanche.

Sous la présidence de Gerald Ford, il devient chef de cabinet de la Maison-Blanche. À cette époque, avec Donald Rumsfeld, secrétaire à la Défense, il s'oppose à la politique d'apaisement d'Henry Kissinger que les deux hommes jugeaient trop molle à l'égard de l'Union soviétique.

En 1976, il dirige la campagne de Gerald Ford aux côtés de James Baker.

En 1978, Dick Cheney est élu sous la bannière républicaine représentant du Wyoming et est réélu jusqu'en 1989.

De ces années au Congrès, on[Qui ?] lui reproche d'avoir refusé de voter en faveur d'un jour férié en l'honneur de la naissance de Martin Luther King et d'avoir voté contre la création du département fédéral de l'Éducation. On[Qui ?] lui reproche également d'avoir voté contre l'imposition de sanctions économiques contre l'Afrique du Sud et le régime d'apartheid et d'avoir qualifié Nelson Mandela et l'ANC de terroriste et d'organisation terroriste[réf. nécessaire].

Il s'est aussi illustré par la défense des intérêts pétroliers et du monde des affaires[réf. nécessaire].
Portrait officiel du secrétaire à la Défense.

Après son intronisation, le président George Bush père nomme le sénateur texan John Tower (en) au poste de secrétaire à la Défense. Mais ce choix est rejeté par le Sénat (53-47)2 et Bush nomme alors Cheney qui est lui approuvé (92-0) par le Sénat le 17 mars 1989 et prend officiellement ses fonctions le 203.

En tant que secrétaire à la Défense, Dick Cheney supervise l'opération Just Cause au Panama et l'opération « Tempête du désert » au Koweït en 1991, année où il reçoit la médaille présidentielle de la Liberté pour avoir « assuré la défense de l'Amérique dans des temps de grands bouleversements internationaux ».

En 1993, Dick Cheney rejoint le think tank (cercle de réflexion) néo-conservateur American Enterprise Institute (Institut de l'entreprise américain) après la défaite de George Bush à l’élection présidentielle.

De 1995 à 2000, il dirige la société d'ingénierie civile Halliburton spécialisée dans l'industrie pétrolière. Le fait que cette société ait décroché de gros contrats en Irak en 2003 lui est très fortement reproché[réf. nécessaire].

En 1997, avec Donald Rumsfeld et d'autres, il fonde le think tank néoconservateur PNAC (Project for the New American Century) - « Projet pour un nouveau siècle américain » - dont le but est de promouvoir le leadership global des États-Unis au XXIe siècle.

En 2000, en dépit d'une santé fragile à la suite de plusieurs attaques cardiaques, il devient le candidat républicain à la vice-présidence aux côtés de George W. Bush, démissionne de ses fonctions à Halliburton et cède une grande partie de ses titres à des organismes de charité. La même année, il rejoint comme membre le Conseil consultatif du Jewish Institute for National Security Affairs (JINSA)4.

En janvier 2001, il devient vice-président des États-Unis.
Vice-président des États-Unis
Dick Cheney, Dennis Hastert et George W. Bush, Discours sur l'état de l'Union en 2003.
Cheney et Berlusconi (à droite), en 2005.

Dès le début, Dick Cheney se révèle le vice-président le plus puissant que le pays ait connu jusque là. Fort de sa longue expérience et de son culte du secret, il se charge, dans les premiers mois, de guider le jeune Bush encore novice sur de nombreux sujets de politique interne ou internationale5

Il prend en main la direction du groupe chargé du développement de la politique énergétique incluant parmi ses membres des dirigeants du groupe Enron en dépit de la faillite retentissante de celui-ci.

En juillet 2003, la Cour suprême des États-Unis ordonne au groupe de rendre public ses documents incluant des informations confidentielles sur la politique énergétique et la révélation de possibles conflits d'intérêts parmi les participants.

Le 11 septembre 2001, il prend directement en charge la gestion de la crise à la suite des attentats alors que le président est physiquement mis à l'abri et dans l'incapacité temporaire d'exercer ses fonctions[réf. nécessaire].

Pendant un certain temps, il est lui aussi mis physiquement à l'écart pour éviter d'être au même endroit que le président et être avec lui la cible d'un attentat.

Le 29 juin 2002, Dick Cheney devient le second vice-président à exercer par intérim la fonction de président pendant une hospitalisation du président Bush.

Ses détracteurs[Qui ?] l'accusent d'avoir poussé le président à l'invasion de l'Irak en plaidant notamment pour une opération militaire contre Saddam Hussein sans la saisine préalable de l'ONU, d'avoir affirmé que le dictateur possédait des armes chimiques et bactériologiques et qu'il avait remis en route son programme de fabrication d'une bombe atomique.

Dick Cheney est accusé également d'avoir persisté à soutenir à tort de l'existence de liens entre le régime irakien et Al-Qaïda et affirmer que les soldats américains seraient « accueillis en libérateurs » par la population

Dick Cheney, fils de Richard Herbert Cheney, agent du département de l'Agriculture des États-Unis et de Marjorie Dickey Cheney, a grandi à Casper (Wyoming).

Selon les affirmations de Lynne Cheney à la télévision le 17 octobre 2007, Barack Obama aurait un ancêtre commun avec Dick Cheney et l'ancien président Harry Truman : Marin Duval, un protestant français, né à Laval ou Nantes au XVIIe siècle1.

Il excelle durant sa scolarité aussi bien en cours qu'en sport et est diplômé en 1959.

Il entre immédiatement dans la vie active en travaillant sur les lignes électriques de la compagnie locale d'électricité. Il intègre également l'université Yale grâce à une bourse scolaire, mais c'est à l'université du Wyoming qu'il obtient sa maîtrise en sciences politiques en 1966.

En 1964, il se marie avec Lynne Vincent, rencontrée au collège, et de laquelle il a deux enfants, Elizabeth (née en 1966) et Mary (née en 1969).

Dick Cheney est exempté de service militaire à cause de son statut d'étudiant et de jeune père de deux enfants en bas âge.

Il entre dès la fin des années 1960 dans la vie politique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 5016
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: Re: Le Clans des Éléphants, Y'becca et mouettes.   Mer 28 Sep à 9:44


L’industrie nucléaire au défi du vieillissement
EMMANUELLE RÉJU, le 27/09/2016 à 9h41




Le 28 septembre 1956, la France produisait ses tout premiers kilowattheures d’origine nucléaire. Elle doit dorénavant relever le défi d’un parc vieillissant.
La piscine d’un réacteur de la centrale du Bugey.
ZOOM

La piscine d’un réacteur de la centrale du Bugey. / Stéphane Compont/Onlyfrance.fr

L’industrie nucléaire française va souffler ses soixante bougies. Le 28 septembre 1956, les ingénieurs du commissariat à l’énergie atomique (CEA) ont en effet réussi à produire, grâce à une petite turbine, les premiers kilowattheures d’origine nucléaire sur leur site de Marcoule, dans le Gard. Vingt ans plus tard, grâce à ce premier pas, la France se décide à devenir un champion mondial de l’électricité atomique. Entre 1977 et 1999, 58 réacteurs vont sortir de terre, les mises en service étant concentrées sur la décennie 1980.
Des centrales en fonction pendant 40, 60 ans…

C’est dire que le parc est aujourd’hui vieillissant. En cinq ans, de 2020 à 2025, près de la moitié des réacteurs célébreront leurs quarante ans d’exploitation. Dès lors, le débat fait rage : peut-on raisonnablement prolonger la durée de vie des centrales nucléaires au-delà de cette échéance ?

EDF assure que ses réacteurs pourront passer haut la main le cap de la quarantaine et vise les soixante ans d’exploitation. Les opposants au nucléaire pointent de leur côté l’augmentation des risques d’accident et réclament pour commencer la fermeture de la centrale de Fessenheim, la plus ancienne du parc encore en activité.

> Lire aussi : EDF devrait recevoir 400 millions d’euros pour fermer Fessenheim
Le vieillissement, un problème grave pour le nucléaire

Toutes les industries s’interrogent sur le vieillissement de leurs installations. Mais la question se pose avec encore plus d’acuité pour l’industrie nucléaire. D’une part, à cause de la gravité des conséquences d’un éventuel accident ; d’autre part à cause du phénomène d’irradiation neutronique qui touche des éléments non remplaçables d’un réacteur.

« La cuve se trouve au plus près du combustible nucléaire qui produit des neutrons, explique ainsi Frédéric Ménage, adjoint au directeur de l’expertise de sûreté à l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN). Ces rayonnements affectent petit à petit la structure des matériaux de la cuve. » L’irradiation peut accélérer des phénomènes habituels de corrosion ou de déformation des aciers et bétons, ou faire évoluer leurs propriétés mécaniques.
Des matériaux sous haute surveillance

Tous ces processus sont observés à la loupe. EDF a ainsi placé, dans des capsules de surveillance rapprochées du cœur du réacteur, des matériaux issus des mêmes coulées que ceux des cuves. Ils se trouvent ainsi irradiés trois fois plus vite que la cuve elle-même. Ce système permet d’anticiper le vieillissement de cette dernière.

Le CEA étudie lui aussi le comportement des matériaux irradiés dans ses laboratoires équipés de bras mécaniques. Son futur réacteur de recherche Jules Horowitz, en construction à Cadarache, permettra d’étudier le vieillissement accéléré de matériaux soumis à des flux de neutrons huit à dix fois plus rapides que dans un réacteur lambda. « Notre outil Jannus permet quant à lui d’aller 500 à 1 000 fois plus vite, explique Pascal Yvon, du département des matériaux pour le nucléaire du CEA. On y reproduit en un jour ce qui se passe en cinq ans dans un réacteur. »

Les résultats trouvés par les chercheurs ne sont pas directement transposables à la « vie réelle ». « Mais ils nous permettent de valider les modèles de vieillissement développés et de réduire les marges d’incertitude en nous rapprochant au plus près de qui se passe en réalité », assure Pascal Yvon. Ces programmes permettent aussi d’apporter des améliorations aux installations existantes.
Des autorisations de fonctionner délivrées tous les 10 ans

Pour le moment, le parc nucléaire évolue globalement comme prévu face aux outrages du temps. Et, contrairement à ce qu’on entend souvent, aucune date de « péremption » n’a été fixée à l’avance pour les centrales françaises. « Ce sont les centrales américaines qui ont reçu au moment de leur mise en service une autorisation pour quarante ans, qui était d’ailleurs davantage liée à des questions de règles de concurrence qu’à des impératifs techniques », rappelle Frédéric Ménage, de l’IRSN. De nombreuses centrales viennent d’y recevoir l’autorisation de fonctionner vingt ans de plus et des négociations sont engagées pour les pousser jusqu’à quatre-vingts ans.

En France, les autorisations d’exploiter n’ont donc jamais été associées à une durée limite. Après une première autorisation de dix ans, les réacteurs repassent un examen de sûreté tous les dix ans pour avoir le droit de fonctionner une nouvelle décennie. L’échéance des quarante ans ne figure que dans des documents techniques, comme hypothèse de travail pour anticiper le vieillissement de certains éléments. « Nul ne peut prédire aujourd’hui la fin de vie d’un réacteur au-delà de plusieurs dizaines d’années », assure Pascal Yvon, du CEA.

> Retrouvez le débat : Faut-il prolonger la durée de vie des centrales nucléaires ?
Remettre à niveau des vieilles centrales

Reste que l’usure des matériaux n’est pas la seule en cause. En France, l’autorité de sûreté nucléaire ne se contentera pas de tester la solidité de la cuve ou des enceintes de confinement pour donner son feu vert à une prolongation des réacteurs au-delà de quarante ans. Encore faudra-t-il que l’exploitant EDF fasse les travaux nécessaires pour mettre ses anciens réacteurs au même niveau de sûreté que les réacteurs les plus récents du type EPR.

« Nous intégrons l’état de l’art dans nos réexamens de sûreté, explique Frédéric Ménage (IRSN). Ce qui suppose d’intégrer les retours d’expérience des catastrophes nucléaires type Fukushima mais aussi les leçons tirées des petits incidents enregistrés dans les centrales. » Le calcul est ensuite économique : à l’exploitant de décider si le coût des travaux demandés pour rehausser le niveau de sûreté de sa centrale aux standards d’aujourd’hui est trop élevé, ou non, pour poursuivre l’exploitation...

> Lire aussi : Le gendarme du nucléaire met la pression sur les exploitants

Enfin, les aciers et bétons ne sont pas les seuls à vieillir. Les pionniers sont partis à la retraite depuis longtemps. « Les ingénieurs d’aujourd’hui ne sont pas formés aux technologies vieilles de quarante ou soixante ans, relève Frédéric Ménage. Il faut avoir gardé les bonnes archives. » Il se peut aussi que le fabricant d’une pièce de rechange ait mis la clé sous la porte... Bref, le temps fait son travail de sape, petit à petit. S’il est impossible de prédire la fin de vie d’une centrale nucléaire, tout le monde s’accorde sur ce point : elles ne sont pas éternelles.

----------------------------------------------
► De longues opérations de démantèlement

Neuf réacteurs de première génération – issus de quatre technologies différentes – sont en cours de démantèlement en France.

Certains d’entre eux, mis en service dans les années 1960-1970, ne seront pas totalement démantelés avant 2100, le calendrier initial ayant été décalé de plusieurs décennies.

Les réacteurs à eau pressurisée, qui constituent l’essentiel du parc actuel, devraient être plus faciles à déconstruire. EDF mise sur un démantèlement en quinze ans.

> Lire aussi : Pourquoi faut-il compter plus de 20 ans pour démanteler une centrale nucléaire ?
EMMANUELLE RÉJU
Herve Mariton à l’université d’été de Les Républicains, à La Baule, le 3 septemb...

à suivre : Hervé Mariton se range derrière Alain Juppé

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 5016
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: Re: Le Clans des Éléphants, Y'becca et mouettes.   Mer 28 Sep à 9:46

Marike de Peña, porte-voix des petits paysans
SÉVERIN HUSSON, le 15/09/2016 à 11h25

   Envoyer par email

1 0

Installée en République dominicaine depuis 30 ans, Marike de Peña est la première présidente du mouvement Fairtrade/Max Havelaar qui représente le point de vue des paysans.
C’est à 20 ans que Marike de Peña a eu un coup de foudre pour <br/>les petits paysans lors de son premier séjour en République dominicaine.
ZOOM

C’est à 20 ans que Marike de Peña a eu un coup de foudre pour
les petits paysans lors de son premier séjour en République dominicaine. / Bruno Lévy pour la Croix.

Il y a quelque chose d’insaisissable chez Marike de Peña. De passage à Paris, la semaine dernière, pour intervenir au forum Convergences (1), celle qui préside le mouvement Fairtrade/Max Havelaar, principal label du commerce équitable dans le monde, n’est pas du genre à s’éterniser sous nos latitudes.

« Je viens en France pour porter la parole des petits paysans du Sud, mais ma vie est en République dominicaine », confie cette femme, dont les yeux clairs et la chevelure blonde semblent affirmer le contraire. « Ne vous y trompez pas : Marike n’a pas une tête de latino, mais elle est latino dans sa tête », confirme une Équatorienne qui travaille avec elle.

> Lire aussi Permettre à ceux qui nourrissent le monde de nourrir-leur-famille

C’est dans ce petit État des Caraïbes, en effet, que Marike de Peña, 50 ans, s’est installée en 1986. Elle y dirige l’association Banelino, une organisation qui regroupe 366 producteurs de bananes bio et équitable, située dans la province de Mao, au nord-ouest du pays.
Une connaissance intime du monde des producteurs

« J’ai emménagé à Santiago il y a quelques années, pour que mes filles, âgées de 23, 20 et 12 ans, puissent aller à l’université. Mais avant je vivais à la campagne, au milieu des producteurs, raconte-elle. Ce qui a changé ma vie. »

Les yeux brillants d’enthousiasme, Marike raconte comment elle a découvert des hommes et des femmes dotés d’une force et d’une créativité exceptionnelles. Des personnalités « capables de trouver des solutions à des problèmes qui nous submergeraient totalement » et « de sortir par eux-mêmes de la pauvreté si on leur en donne les moyens ».

Dans cette région du monde où la religion a tant d’importance, elle confie aussi avoir découvert la foi. « Les paysans sont pauvres financièrement, mais d’une infinie richesse spirituellement. À leurs côtés, j’ai acquis la conviction d’œuvrer à rendre le monde un peu meilleur, de participer à une œuvre collective au service de ceux qui en ont le plus besoin. »
Un intérêt précoce pour le commerce équitable

Le coup de foudre de Marike de Peña pour ces petits paysans remonte à son premier séjour en République dominicaine, lorsqu’elle débarque, tout juste âgée de 20 ans, à Saint-Domingue pour un voyage d’études. La jeune femme, qui est née aux Pays-Bas et a grandi au sein d’une famille modeste dans une région rurale à la frontière avec l’Allemagne, vient d’achever ses études d’agronomie et de sociologie.

Elle est aussitôt frappée par la pauvreté et la noblesse des communautés paysannes. Pendant dix ans, elle travaille pour le gouvernement dominicain, qui vient de lancer une réforme agraire et de donner deux à trois hectares de terre à chaque famille de producteurs. Puis, elle voit émerger le commerce équitable et perçoit les bénéfices que pouvaient en tirer les plus pauvres.
L’expérience encourageante de Banelino

Elle quitte donc son poste en 1996 et participe à la création de Banelino. Selon les principes du commerce équitable, les paysans qui y adhèrent sont assurés de vendre leur production de bananes à un prix minimum garanti. Surtout, ils bénéficient de la « prime de développement », l’un des piliers du commerce équitable, qui permet de financer des projets communautaires.

> A lire Le commerce équitable se met au bio

« Ce qu’on a réussi à construire avec Banelino est très encourageant : cela ne sortira pas le monde de la pauvreté, mais c’est un premier pas décisif, affirme Marike de Peña. La majorité des producteurs possède désormais une maison avec un toit, une cuisine et des sanitaires – mais pas toujours l’électricité. Banelino finance aussi neuf écoles, dont une pour enfants handicapés, ainsi qu’un centre de santé qui profite à environ 10 000 personnes par an. »
Attentive aux problèmes sociaux au-delà du commerce

Progressivement, Marike de Peña s’est également investie au sein du réseau international de Max Havelaar : elle préside le réseau de producteurs du commerce équitable en Amérique latine et Caraïbe (Clac), puis est devenue, en 2013, la première présidente de la structure mondiale du mouvement issue d’une association du Sud.

À ce poste, elle entend rappeler aux consommateurs du Nord l’importance de payer leurs achats à un prix décent. Mais elle énumère aussi dans un même élan sa volonté de se saisir d’un tas d’autres problématiques qui affectent les producteurs : le respect des droits de l’enfant, les questions liées au genre, le changement climatique, l’utilisation des produits chimiques…

Sans oublier l’ambition de changer aussi le commerce traditionnel, en y imposant davantage de régulation. Persuadée que le marché, sans contre-pouvoir, est devenu trop puissant, et qu’« on ne peut pas continuer ainsi ».

-----------------------

SON INSPIRATION  : SA PREMIÈRE FAMILLE D’ACCUEIL

« Peu après mon arrivée en République dominicaine, en 1986, j’ai vécu quelque temps dans une famille de 12 personnes, à Los Baos, un village si reculé que vous ne le trouverez même pas sur une carte. Je partageais un lit avec trois enfants.

Cette famille était représentative de ce qu’étaient alors les petits producteurs : les plus pauvres des plus pauvres de ce pays. Ils partageaient leur parcelle de terre entre une culture de rente, qui était le tabac à l’époque, et des cultures vivrières pour pouvoir se nourrir. C’est auprès d’eux que j’ai compris le potentiel des paysans du Sud, pour peu qu’on leur tende la main. Malgré le poids du quotidien, c’était des gens d’un dynamisme extraordinaire. »
SÉVERIN HUSSON

(1) Ce forum annuel, autour du thème « Pour un monde Zéro Exclusion, Zéro Carbone Zéro Pauvreté », s’est tenu à Paris les 5, 6 et 7 septembre.

à suivre : CHINE : Au Zhejiang, le décès de l’évêque de Taizhou pose à nouveau la question du statut de Mgr Shao Zhumin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 5016
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: Re: Le Clans des Éléphants, Y'becca et mouettes.   Lun 3 Oct à 9:39

Dans la volonté, on y retrouve la notion de combativité. Ce phénomène peut être démultiplié dans le sens du matériel et d’un autre phénomène que l’on surnomme la construction du sens.
En effet, il y a cinq sens pour l’un ; pour d’autres il n’y en a pas : D’où l’intérêt d’y inclure l’aspect de recherche pour donner sous forme de Définition à un problème de rationalité. La combativité est un sens ou une recherche ?


Pour la culture japonaise, les deux sont étroitement liés dû au fait que le seuil n’est pas encore résolu dans le sens théorique du scientifique. Ainsi est né l’embryon : L’amour ne peut être une épreuve. L’amour, donc, est une conséquence ou une sorte de soumission. Alors, pourquoi tant de mathématicien et philosophe, interprète-il l’amour comme réel dans l’irréel.


L’amour n’est pas un sens : Il aurait pu être une passion si l’amour se complétait. Or là, l’amour de passion n’a qu’une part douce d’irréalité ; il y a aucune volupté. Il est charnel. Donc, le sens de l’amour est inclus dans la chair et l’information. Ainsi, l’amour est le plus grand préliminaire du sexe… La combativité s’inclus plus dans un terme d’amitié ou dans l’attribution d’un pouvoir.


Le combatif ne s’oppose pas au sexe, ni d’ailleurs à l’amour : Mais le combatif sépare l’âme du corps. Il y a le bestial ! Chacun a son sens de l’interprétation pour le prénommer. Ainsi, le platonique n’est ni vérité, ni certitude. Il y a un cheminement. On parle des filtres d’amours en magie ; un scientifique dans sa juste raison, dénoncera l’humide de la femme et l’impuissance métaphysique de l’homme. La femme n’a pas besoin d’une lueur pour se donner à un mâle ; l’homme lui a besoin d’une lueur, de cours et d’un amour. La femme est une symboliste, l’homme n’a pas cet attrait de découvrir…


Tous les hommes ne sont pas des mâles et c’est ainsi que la femme créa la réunion de groupe : Si la pomme est liés à la discorde, cette différence s’appelle le lien du poète. L’érection n’est pas taboue, et c’est ainsi qu’est né cet art de la pomme face à la discorde : La Psychologie est incapable de donner un profil de la fille facile et du mâle.




Alors, ce débat pourrait être éternel si il n’y avait pas les choses courantes : Les êtres semblent donner la volonté de rassembler leurs idées autour d’une volupté… aucunes ne semblent être commune malgré leur nombre limité. Ainsi le corps n’est pas un outil pour le crime ; dans le mille, cette prostitution est sujette à la torture, à la vente et au marketing. Nous le savons, vous le savez ! Le média est bien plus qu’un outil de télécommunication ! C’est le monde secret des réponses autour de cette illusion qu’être devenu bien plus qu’une ombre à la solde de « pions ignorants » ignorant les parfums secrets des reines et de leurs agents… Dans la volonté, il y a deux forces : L’électrique et le cerveau.



Ainsi, bien plus qu’une apparence ! j’ai aperçut l’intérêt de cette certitude : Politiquement, il n’y a pas de taupes ! Des mouchards, hum… Bien plus, c’est l’espionnage ! Un monde où la mort est un camouflet au même titre que la personnalité : Des traînées de pétrole s’échappant du « prestige ». Ainsi, la nature de l’Homme n’est pas de prévenir sur les coups que peuvent recevoir ses femmes devenues des filles de joie. Il y a-t-il un intérêt à les fréquenter ou alors, juste pour leur donner des cours de tuyauterie. Les mouchards sont plus efficace de l’espace, chaque puissance possédant son propre satellite d’observation ; Le scientifique est le fou et le géographe devint le cavalier d’un vaste échiquier : La géopolitique en est toujours à ce coût que procure un tournoi de joueurs. On peut parler des gènes mais il y a le goût du physique. Bien que les problèmes ne soient plus ; car en amour comme en sciences, on fait à cet appel de données. Etre devenu au cœur de l’information. Pourtant, l’éprouvette a enrayé la peste ou d’autres maladies : C’est logique, l’éprouvette a donné l’existence à l’embryon auprès de l’ovaire. Le mythe d’un homme et d’une servante qui donne à une femme d’être une mère. La science a écartelé la jalousie des hommes et des femmes pour laisser place à ce fait : Guérir. C’est noble mais tel est le terrible. Une petite mouette volant sur l’onde criant et jouant à travers l’espace. Découvrir notre chaînon s’est ici ; le danger s’est là-bas. Cette information n’est pas liés à l’érection ; ainsi il existe le secret médicale pour le bien de l’individu : L’amour et le travail sont deux horloges. J’ai eu peur de ne pas y parvenir ; peur d’être timide. Mais, j’ai eu la violence sur moi-même, et comme beaucoup, je l’ai attribué à la claustrophobie. Mais, j’avais conscience du mal. Pour ne pas craquer être simple, et là de vieilles légendes, me sont revenu : J’ai hait l’homme mais pas ces livres. Je n’étais pas sociable car j’avais honte. Ainsi si, la philosophie s’est greffée à l’amour, au désir et au sexe ; Les mathématiques et la biologie ont conçu ce fait sur les résultats de la molécule physique, les atomes et de l’observation de l’astronomie : Les géopolitiques, l’espace et l’histoire. La vie est au sein d’un infiniment grand et d’une minuscule électrique : Le ciel et l’espace. L’histoire du petit s’implose au sein d’une ligne dans le fait que la gravité est le déclencheur de l’arc électrique. La hauteur donne des indications sur le volume et la masse.


La tempête n’a rien laissé que son propre spectre : Mais quelle soit électrique ou matière ; elle est avec la gravité, la formation du ciel céleste. La ligne du néant donne un parallèle avec le temps pour le vide. Les scientifiques confondent la cellule et le centres d’où ces interminables réunions sur la créativité de l’univers. Ainsi ce parallèle est donné par l’étendu et les différentes sources de luminosité sont définies sur le fait de l’étendue.

Ecrit
de
TAY
La chouette effraie dit
Monsieur Tignard Yanis "Kounak" Cyril

_________________
Kounak le chat....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 5016
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: Re: Le Clans des Éléphants, Y'becca et mouettes.   Jeu 12 Jan à 9:30

Le référendum est une institution et en cela, il n'est jamais dit que le principe du Referendum est une forme d'émancipation envers les autorités publiques... Le Referendum est la manière la plus noble auquel une loi peut être établi: Pourtant, un jour, Louis Napoléon utilisa cette manière du suffrage universel direct qui marqua les esprits... Le Peuple ne peut pourtant nier le rôle évident que représente le referendum dans le principe civique et morale de "l'individue et de l'individu" dans le terme de Démocratie... Ce principe pourtant, peut être juste consultatif mais il permet ainsi à l'individu de se mettre en situation auquel se retrouve exposer les élu"e"s... Certains voient dans le referendum une forme de combat de coq ou de boxe, en tout cas, à l'image d'un vote électif, il est un aspect fondamentale d'une cohésion morale auquel la démocratie doit faire face: Il surpasse l'aspect de l'état et sans le remettre en cause, il est capable de pointer certaines choses de la vie quotidienne. Dans certains pays, il y a l'aspect de pétition qui peuvent être soumise au suffrage universel indirect... Le suffrage universel direct auquel appartient le Référendum est un aspect essentiel du caractère humain auquel un peuple veut s'adresse envers ses nouvelles générations... Le fait de débattre est un outil essentiel en terme de communication et pourtant dans certains cas, la question du Référendum relève de l'intérêt de l'état régalien, c'est en cela que certains hésitent sur son aspect même mais il montre l'aspect même de l'interlocuteur qui propose le sujet de la question. Le référendum est une loi d'utopie qui pourtant montre l'aspect réel de l'individu dans la société: En cela, j'accorde une importance réelle dans la constitution de Y'becca et des Républiques d'Israël et de la Palestine ainsi que dans toutes les Nations Morales et Physiques pour une reconnaissance morale et intellectuel dans le référendum: Son vote est lié malheureusement à des disputes entre des élu"e"s du Suffrage universel indirect... Toutefois, tout comme le vote direct du parlement et tout vote indirect du parlement, le référendum ne peut être organiser pour un Conflits d’intérêts et en cela, c'est au pouvoir judiciaire et à ses membres qu'il soit public et privé tout en maintenant et mettant l'aspect du service public militaire et civil dans la lutte contre les Conflits d’intérêts qui pourrait s'ingérer dans la teneur du débat et du vote: L'aspect du Général, de la société et l'individu doit être soulever en soulevant toutes les égalités et inégalités que peuvent engendrer le référendum... Certains peuvent s'amuser à créer de lois et des référendum pour des Conflits d’intérêts, pour créer des désordres et par gloire personnel... Cela n'est pas dans l'intérêt de l'harmonie sereine auquel nous devons être en ces situations profondes de changement de climat: "De jour en jour; le petit Nuage de Magellan et La Galaxie d'Andromède évolue depuis µ Êta Careme" s'écrie Nagaliew la mouette aux yeux verts..."
L'aspect du référendum est un droit de cité et de navire dans les prochains siècles à venir; et le juge suprême de la république de l'olivier s'y engage et dans des situations d'urgence, notre professionnalisme institué par la philosophie et la prudence du référendum nous permettra d'avoir l'anticipation sur le danger qu'il soit matérielle, morale et naturelle, ils peuvent être distinct ou englobé, Le référendum et ses principes il est un aspect fondamentale d'une cohésion morale auquel la démocratie, une armée ou un navire doit faire face... Le Laïc et l'Eternel devant la démocratie et la Nature. Conflits d’intérêts... Le clans des mouettes et la cinquième république devant l'adversité des peurs et des intérêts... Nous sommes prêt à faire face à l'avenir... La République de l'Olivier...

Ecrit de
TAY
La chouette effraie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le Clans des Éléphants, Y'becca et mouettes.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le Clans des Éléphants, Y'becca et mouettes.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Quel chat de la Guerre des Clans êtes-vous?
» Assemblée des Clans [LIBRE]
» La Guerre des Clans ~ Ambre
» La Guerre des Clans, le retour des grands héros
» La guerre entre Clans (Foudre, tu as un rôle !)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le clans des mouettes :: Le clans des mouettes-
Sauter vers: