Le clans des mouettes

ainsi est la force.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 the London Jazz Composers Orchestra Politics

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
yanis la chouette



Nombre de messages : 7486
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: Re: the London Jazz Composers Orchestra Politics   Jeu 22 Sep à 9:54

Instruments de musique d'Inde
Sommaire

1 Instruments à cordes - Tata
1.1 pincées
1.2 frottées
1.3 frappées
2 Instruments à vent - Sushira
3 Instruments à clavier
4 Instruments à percussion
4.1 Idiophone - Ghana
4.2 Membranophone - Avanaddha
5 Sources

Les instruments de musique d'Inde sont fort anciens et fort complexes. Il existe une grande variété d'instruments, avec de nombreuses variantes locales.

Les éléments de lutherie tels la technique des multi-chevalets, les chevalets plats, les cordes sympathiques, les cordes de bourdon, les manches creux, les mélanges de textures (métal, bois, cuir, os, ivoire, nacre), les tambours harmoniques, font de chacun de ces instruments une œuvre d'art en soi.

La musique indienne utilise des instruments qui lui sont propres mais elle a aussi intégré quelques instruments occidentaux depuis longue date comme le violon et l'harmonium, ou plus récemment: la mandoline ou le saxophone.


Instruments à cordes - Tata
pincées

Bîn
Dotara
Ektara
Gopichant
Jivari
Khamak
Malunga
Mandoline
Rabâb
Sarod
Sitar
Surbahar
Sursingar
Swarmandal
Tampura
suwata
Tumbi
Tuntina
Vînâ ou sarasvati vînâ, rudra vînâ, vichitra vînâ, gottuvadhyam vînâ et mohan vînâ


frottées

Esraj
Dilruba
Mayuri
Onavillu
Pena
Ravanhatta
Sarangi
Sarinda
Saz-e-kashmir
Sorud
Sringara
Violin


frappées

Onavillu
Santoor
Villu
Villukottu


Intruments-Inde-2.jpg
Instruments à vent - Sushira

Alghoza
Bansurî
Bhankora
Clarinette
Gogona
Kombu
Kulal
kurudutu
Kuzhal ou kurumkuzhal
Mahurî
Mohorî
Mukha vînâ
Murali
Nâgasvaram
Narsîgâ



Ottu
Pepa
Pungi
Ranasringa
Satârâ
Saxophone
Shankh
Shehnai
Shruti box
Sig
Singa
Sringa
Sumui
Swarnai
Vamsa
Venu

Instruments à clavier

Benju
Bulbul tarang
Harmonium

Instruments à percussion
Idiophone - Ghana

Brahmatâla
Châr
Chennala
Chimpta ou chimta
Dandâ ou dandî et dandiâ
Gagrî
Garâ ou ghara
Ghatam ou ghata
Ghunghuru
Katta ou Karra
Kôlu
Kutam
Kuzhittâlam ou kulitâlam
Ilatâlam ou ilathalam et elathalam
Jâlra ou kaimani
Jal tarang
Kartal
Mâkti
Manjira
Moorchang
Nattuva tâlam
Nût
Tâlam ou thalam
Villâdivâdyam
Yhanya


Intruments-Inde-1.jpg
Membranophone - Avanaddha

Aravana
Chenda ou cenda, cende et chande
Damaru
Dhôl
Dholak
Dokra
Duff
Dugdugi
Dukkar
Ghumot
Hudko
Hudukkâ
Huruk
Idakka ou edakkya
Jorî
Kanjira
Khol
Khurdak
Madal
Maddalam ou mattalam
Mizhâvu ou milâvu
Mridang
Mulavu
Nagara
Nâl
Pakhawaj
Tablâ
Tamak'
Tasha
Thappu
Thavil ou takil
Timila ou thimila
Udukku
Urumee

Sources

(en)S. Sadie, The New Grove Dictionary of Musical Instruments, Macmillan, London, 1985.

[masquer]
v · m
Musique indienne
Genres
Classique Musique carnatique · Musique hindoustanie · Dhrupad · Khyal · Dhamâr · Ghazal · Kirtan · Kirtana · Tappâ · Tarânâ · Thumri
Religieux Musique hindoue · Musique islamique · Musique sikhe · Abhang · Bhajan · Qawwalî · Sûfyâna kâlam · Villuppattu
Populaire Bâul · Bhangra · Filmi · Naattupurapaattu · Sapera
Théâtral Chakyar Koothu · Kathakali · Kathputli · Kutiyattam · Mudiyettu
Dansé Bharata natyam · Cham · Kathak · Kuchipudi · Manipuri · Mohiniattam · Odissi · Sattriya
Musicologie Instruments de musique d'Inde · Gamak · Gharânâ · Gurû · Melakarta · Nâtyakalpadrumam · Nâtya-shâstra · Pandit · Râga · Râsa · Svara · Tâla
Musique régionale Musique bengalie · Musique cachemirie · Musique kéralaise · Musique rajasthanie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 7486
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: Re: the London Jazz Composers Orchestra Politics   Jeu 22 Sep à 9:56

Les Chaussettes noires est le nom d'un groupe de rock français.

Fondée en 1959 à Créteil - il s'appelle alors Les Cinq Rocks - le groupe, dès ses débuts professionnels en 1961, est renommé Les Chaussettes noires et obtient un vif succès. Après le départ du chanteur Eddy Mitchell fin 1963, la formation connait encore une année d'activité avant d'être dissout au terme de son contrat.

Premier groupe de rock en France, Les Chaussettes noires ont, avec Johnny Hallyday et Les Chats sauvages, contribué à populariser le rock 'n' roll dans l'Hexagone.

Présentation du groupe

Les membres originels (jusqu'en mai 1961)
Claude Moine, alias Eddy Mitchell : chant
William Benaïm : guitare solo
Tony d'Arpa (1941 - 29 juin 2002) : guitare rythmique
Aldo Martinez (1940 - 22 mai 19961) : guitare basse, (initialement à la guitare)
Jean-Pierre Chichportich : batterie
2e formation (de mai 1961 à novembre 1961)
Gilbert Bastelica, en mai 1961, remplace à la batterie Jean-Pierre Chichportich parti au service militaire.
3e formation (de novembre 1961 à juillet 1962)
Novembre 1961, le saxophoniste Michel « Mick » Picard se joint au groupe.
4e formation (d'octobre 1962 à novembre 1963)
Fin 1962, Michel Gaucher succède au saxophone à Picard appelé sous les drapeaux.
4e formation bis (de janvier 1963 à février 1963)
Retour de Jean-Pierre Chichportich à la batterie.
4e formation ter (à partir de mars 1963)
Formation instrumentale sans Eddy Mitchell (sur disque et en alternance dans les galas avec Eddy Mitchell au chant).
5e formation (de fin novembre 1963 à décembre 1963)

À l'automne 1963, Paul Benaïm, qui intervient déjà officieusement dans le groupe depuis le printemps 19632 devient guitariste du groupe. En janvier 1964, il remplace définitivement Tony d'Arpa qui quitte la formation.

6e et dernière formation en combo (de janvier à septembre 1964)
Aldo Martinez : basse et chant
William Benaïm : guitare rythmique et chant
Paul Bennaïm : guitare solo, orgue et chant
Gilbert Bastelica : batterie et percussions
Nota : Les musiciens suivants ont participé à diverses sessions d'enregistrements du groupe : Arturo Motta (batterie), Armand Molinetti (batterie), Claude Viers (batterie), Georges Arvanitas (orgue), Georges Grenu (saxophone)... Ainsi qu'à des remplacements sur scène : Vic Laurens (guitare rythmique) au cours de leur tournée en Algérie en février 1963, Jean Veidly, guitare basse du groupe Les Pirates en tournée dans la région Parisienne en mars 63, Michel Santangeli (batterie) pendant l'été 63, ainsi que Jean-Louis Licart (guitare et basse, futur Pirates et Champions) sur scène également durant l'été 63 ...

Biographie
Formation du groupe

À l'origine de ce qui va devenir le premier groupe professionnel de rock 'n' roll en France3,4, il y a la rencontre en 1959 de Claude Moine, le futur Eddy Mitchell, et d'Aldo Martinez. Une passion commune pour le rock 'n' roll, cette musique venue des États-Unis alors quasi méconnue en France, les rassemble. Claude est tenaillé par l'envie de chanter, Aldo joue de la guitare. C'est ce dernier qui va réunir deux autres membres : William Benaïm à la guitare, Jean-Pierre Chichportich à la batterieNote 1,5. Un cinquième élément, en la personne de Tony d'ArpaNote 2 en seconde guitare s'ajoute peu après à la formation. Tous, à l'exception d'Eddy Mitchell, sont pieds-noirs6. Ainsi complet, le groupe se nomme dans un premier temps Eddy Dane et les Danners, puis Les Five Rocks et encore Les Cinq Rocks7.

En 1960, près de la rue Saint-Dominique à Paris, alors qu'ils répètent sur la scène d'une salle paroissiale, le responsable, un non voyant nommé Daniel Gouin, les enregistre sur un magnétophone, captant ainsi quatre titres qui durant près de quarante ans resteront inédits5, (voir Les 5 Rocks) : Be-Bop-A-Lula (en anglais), Betty (adaptation française de Baby Blue, Tant pis pour toi (adaptation de Wild Cat) de Gene Vincent et L'Ours gris (adaptation de Running Bear de Johnny Preston) ; ce dernier reste totalement inédit, tandis que les trois autres seront au programme des deux premiers 45 tours des Chaussettes noires en 1961. Les adaptations françaises sont pour la première fois signées par Eddy Mitchell sous son vrai nom Claude Moine, comme il le fera par la suite tout au long de sa carrière.

Eddy Mitchell démarche des maisons de disques, (son ami « Johnny Hallyday vient de sortir ses premiers disques et ça marche fort »Cool et en novembre 1960 Les Five Rocks sont auditionnés aux studios Hoche à Paris par Jean Fernandez, auquel se joint bientôt Eddie Barclay. À leur côté, un certain Henri Marchal assiste à la répétition. L'adaptation d'un titre de Gene Vincent l'impressionne particulièrement : Wild Cat, qui en français signifie « chat sauvage » ; c'est ce à quoi Marchal compare les cinq garçons à des chats sauvages ; (Quelque temps plus tard, Marchal travaillera pour Pathé Marconi, la maison de disques qui lança Dick Rivers et son groupe Les Chats sauvages8). Pour l'heure, Les Five Rocks signent, le 12 novembre 19609, chez Barclay pour trois ans ; (plus exactement le contrat est paraphé par les parents car tous sont mineurs).
Les Cinq Rocks deviennent Les Chaussettes noires

Le 20 décembre 1960 commencent les séances d'enregistrements. Celles-ci sont laborieuses, aucun des instrumentistes ne connait le solfège et ils se trompent régulièrement, au point qu'Eddy Mitchell se casse la voix à force de reprendre Be-Bop-A-Lula. La structure même du groupe, qui alors compte trois guitares et pas de basse, est repensée. On adjoint à la formation le contrebassiste Jean Bouchéty, (en attendant qu'Aldo Martinez se forme à la basse). Quant à Jean-Pierre Chichportich dépassé par l'événement, il est remplacé par les batteurs professionnels Arturo Motta pour les premiers titres, puis Armand Molinetti10 (ce dernier officiera d'ailleurs quelques mois plus tard pour les Chats Sauvages).

En janvier 1961, sort le premier super 45 tours : Tu parles trop, Si seulement, Be Bop a Lula (cette fois adapté en français) et Tant pis pour toi. Le jour du premier passage radio, sur Europe no 1, le présentateur annonce non pas Les Cinq Rocks mais Les Chaussettes noires. Indignés les membres du groupe apprennent que leur maison de disques a, avec la complicité de Lucien Morisse directeur des programmes de la station, négocié un parrainage avec les chaussettes Stemm. De cette affaire d'argent, souscrite à leur insu, le groupe ne s'enrichit guère, (on leur remet une boîte de dix paires de chaussettes noires), mais gagne en notoriété et en diffusions radiophoniquesNote 3,11. Cette affaire faillit avoir des conséquences catastrophiques pour le groupe : Le 30 janvier, il doit participer à l'émission Toute la chanson présenté par Jacqueline Joubert sur la RTF. Or la chaine de télévision, ne veut pas se faire complice de cette publicité détournée et envisage un temps d'annuler leur passage. Un compromis est trouvé et finalement on présente le groupe sous le nom des Cinq Rocks12, (préféré à celui de Five Rocks qui fait trop américain)13.

Entre temps, la formation travaille son jeu de scène avec le chorégraphe américain Scott Douglas et adopte comme tenue : pantalons noirs en alpaga, chemise en jabot, nœud papillon et veste couleur lie-de vin.

Le 24 février, au Palais des sports de Paris, ils participent, sous l'appellation Les Chaussettes noires définitivement adoptée, au premier festival international de rock 'n' roll, avec Johnny Hallyday en vedette.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 7486
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: Re: the London Jazz Composers Orchestra Politics   Jeu 22 Sep à 9:57

Johnny Hallyday, pseudonyme de Jean-Philippe Smet, est un chanteur, compositeur et acteur français, né le 15 juin 1943 à Paris. Avec plus de cinquante-cinq ans de carrière, il est l'un des plus célèbres chanteurs francophones et l'une des personnalités les plus présentes dans le paysage médiatique français, où plus de 2 100 couvertures de magazines lui ont été consacrées.

S'il n'est pas le premier à chanter du rock en France, il est, en 1960, celui qui, le premier, popularise le rock 'n' roll dans l'Hexagone. Après le rock, il lance le twist et le mashed potato, et s'il lui fut parfois reproché de céder aux modes musicales, il les a toutefois précédées plus souvent que suivies. Les différents courants musicaux auxquels il s'est adonné, rock 'n' roll, pop, rhythm and blues, soul, rock psychédélique, puisent tous leurs origines dans le blues, et bien qu'interprète de nombreuses chansons dites de variété, de ballades, et parfois de country, le rock reste sa principale référence.

Son apport à la scène française est important. D'abord décrié puis reconnu, il impose sa marque et transforme le tour de chant traditionnel en un véritable spectacle. En dehors des pays francophones, s'il ne parvint pas durablement à s'imposer malgré plusieurs tournées à succès, notamment en Amérique du Sud, sa réputation d'homme de scène franchit en revanche les frontières1. Au niveau international, Hallyday est considéré comme le seul rock’n’roller non anglophone connu par un large public2.

Sa longévité au premier plan, comme ses prestations vocales et scéniques, lui attirent la reconnaissance de ses pairs. De l'Alhambra, en 1960, à aujourd'hui, en 183 tournées et 27 rentrées parisiennes, il a attiré plus de 28 millions de spectateurs, enregistré plus de 1 000 titres, composé une centaine de chansons et vendu 110 millions de disques. Sa carrière est déjà récompensée par 40 disques d’or, 22 de platine, 5 de diamant et 10 Victoires de la musique, pour une discographie officielle qui compte 50 albums studio et 27 albums live
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 7486
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: Re: the London Jazz Composers Orchestra Politics   Jeu 22 Sep à 9:57

Eddy Mitchell, nom de scène de Claude Moine, né le 3 juillet 1942 à Paris (quartier de Belleville), est un chanteur, parolier et acteur français.

Chanteur du premier groupe de rock français, Les Chaussettes noires, il connaît le succès dès 1961. En 1962, il commence une carrière solo, durant laquelle il alterne rock 'n' roll, ballades, country, en s'orientant vers la fin des années 1970 vers un style plus crooner, sans toutefois tourner le dos à la musique rock et country qu'il affectionne.

Fort de cinquante années de carrière, Eddy Mitchell donne, sur la scène de l'Olympia le 5 septembre 2011, la dernière représentation de sa tournée, annoncée comme sa dernière2,3,4, Ma dernière séance, clin d’œil à l'un de ses tubes mais aussi à l'émission télévisée qu'il a présentée pendant dix-sept ans. Cinq ans et deux nouveaux albums plus tard, il remonte sur scène pour une série de concerts au Palais des sports de Paris.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 7486
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: Re: the London Jazz Composers Orchestra Politics   Jeu 22 Sep à 9:58

Nina Hagen est la fille de Hans Oliva-Hagen et Eva-Maria Hagen, respectivement scénariste et actrice, qui divorcent lorsqu'elle est âgée de deux ans. Huit ans plus tard, Eva Maria se lie avec le poète et chanteur dissident Wolf Biermann qui aura une grande influence sur Nina.

Nina quitte l'école à 17 ans et en 1972, après s'être vu refuser son admission à l'école gouvernementale d'acteurs, elle se rend en Pologne où, pendant quelque temps, elle interprète au sein d'un groupe des chansons de Janis Joplin et Tina Turner.

L'année suivante, de retour à Berlin-Est, elle intègre le Studio für Unterhaltungsmusik (Atelier de musique de divertissement) duquel elle ressort diplômée un an plus tard. Suivent alors des mois de tournée sur les routes d'Allemagne de l'Est où elle se produit avec l'Alfons Wonneberg Orchestra. Lassée de ces tournées, elle monte un premier groupe, Automobil, avec lequel elle chante le titre Du hast den Farbfilm vergessen (« Tu as oublié la pellicule couleur ») devenu mythique. Elle monte ensuite, quelques mois plus tard, un autre groupe appelé Fritzens Dampferband.

Mais en 1976, Wolf Biermann est déchu de sa nationalité est-allemande. Devenus indésirables, Nina, sa mère et son beau-père quittent Berlin-Est et s'installent à Berlin-Ouest.

En 1977, Nina gagne Londres et fréquente assidûment la scène punk. De retour à Berlin, elle monte un nouveau groupe et enregistre son premier album en 1978, Nina Hagen Band. Dès sa sortie, l'album dévoile une artiste talentueuse, charismatique, à la voix hors norme, qui trouve son public.

En 1979, Nina sort son second album, Unbehagen (« Malaise »), dans lequel elle interprète African Reggae (chanté en allemand et anglais) qui devient un tube. Elle se sépare ensuite de son groupe et décide de poursuivre une carrière solo. Elle se marie avec le chanteur rock néerlandais Herman Brood avec qui elle tourne dans le film Cha Cha aux côtés de Lene Lovich.

En 1981, le couple se sépare et Nina s'installe aux États-Unis, le 17 mai 1981, donne naissance à une fille prénommée Cosma Shiva Hagen née de sa rencontre avec Ferdinand Karmelk. En 1982, sort NunSexMonkRock, son premier album solo en anglais qui est un curieux mélange de punk, funk et opéra.

En 1983, elle enregistre Angstlos (« Sans crainte »), produit par Giorgio Moroder et où figurent le tube New York/NY et une célèbre reprise de Zarah Leander. Ses apparitions en public sont pour elle de plus en plus l'occasion d'exposer ses idées au sujet de Dieu, des extraterrestres, des droits des animaux et de la politique.

En 1984, elle participe à la bande originale du film L'année des méduses de Christopher Frank.

En 1985, l'album Nina Hagen in Ekstase est suivi d'une tournée internationale avec la participation de Lene Lovich (par exemple au Zénith).

En 1989, Nina fait une tournée en Allemagne, pour la promotion de son nouvel album, Nina Hagen. Installée à Paris avec sa fille, elle donne naissance à son fils Otis en 1990. En 1991, elle repart sur les routes à travers l'Europe pour la sortie de son nouvel opus, Street et enregistre une version allemande de la comédie musicale Hair.

Entre 1993 et 1996, elle enregistre trois albums : Revolution Ballroom, probablement l'un de ses disques les plus aboutis, puis FreuD Euch (« Réjouissez-vous ») et Beehappy. En 1998, elle devient animatrice d'une émission hebdomadaire sur la chaîne britannique Sci-Fi Channel avant de repartir en tournée en Allemagne (à noter la présence sur scène du guitariste français Hervé Rozoum, ex - Trans Europe Express).

En 1999, sort Om Namah Shivay, un album de chants indiens uniquement vendu sur son site Internet, dont une partie des bénéfices est utilisée pour la réalisation de projets sociaux en Inde. Nina entretient depuis plusieurs années une relation spirituelle très forte avec ce pays dans lequel elle a beaucoup voyagé. Parallèlement, elle enregistre la chanson Fieber (« Fièvre ») avec le groupe indus-metal allemand OOMPH!, ainsi que Witness (« Témoin ») avec un autre groupe de rock industriel, KMFDM. Elle participe aussi à un enregistrement de L'Opéra de quat'sous de Weill/Brecht avec le Moderne Ensemble Berlin, aux côtés des chanteurs Max Raabe et H. K. Gruber. Cette version a été plébiscitée par les critiques de musique classique.
Eva-Maria Hagen et Nina Hagen en 2013

En 2000, elle enregistre l'album Return of the Mother dont la sortie est suivie d'une nouvelle tournée en Allemagne.

En 2003, elle collabore avec le groupe Apocalyptica pour la reprise de la chanson de Rammstein Seemann (« Marin »).

En 2003, Big Band Explosion est une reprise de douze standards de jazz, parmi lesquels Let me entertain you, Fever ou encore Over the Rainbow.

Son album, Nina Hagen & Capital Dance Orchestra, paru en février 2006, couvre la période des années 1930 avec des standards populaires de la chanson allemande et internationale.

En août 2006, Nina Hagen devient membre du jury de l'émission de télé réalité allemande Popstars.

Le 23 août 2009, Nina Hagen, d'origine juive par son père1, est baptisée dans un temple protestant à Schüttdorf (Basse-Saxe), dans le nord de l’Allemagne (selon le Bild Zeitung du 24 août 2009). Elle a publié en mars 2010, chez Droemer Knaur, un ouvrage intitulé Bekenntnisse (Confessions, dont le titre paraphrase le célèbre ouvrage de saint Augustin) qui retrace son itinéraire spirituel vers le christianisme. Ce livre est publié en français en janvier 2012.

Puis elle sort en 2010 l'album intitulé Personal Jesus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 7486
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: Re: the London Jazz Composers Orchestra Politics   Jeu 22 Sep à 10:00

Ode (London Jazz Composers' Orchestra album)

Ode is an album by the London Jazz Composers' Orchestra composed by bassist Barry Guy which was recorded as part of the English Bach Festival at the Oxford Town Hall in 1972 and first released as a double album on the Incus label then as a double CD on Intakt in 1996 with additional material.

Reception
Professional ratings
Review scores
Source Rating
Allmusic 3/5 stars[4]
Penguin Guide to Jazz "Crown"[5]

The Allmusic review by Thom Jurek called it "among the most profound, hard-swinging, mind-bending exercises they've ever recorded" and states "the result is a stunning array of questions, colors, shapes, timbres, textures, and moods. For Guy to score such an intricate tome, opening up the orchestra is an artistic feat; for it to sound so approachable and welcoming to non-musicians, or those approaching the music tentatively or enthusiastically, Ode is a kind of miracle".[4]

The Penguin Guide to Jazz identified the album as part of their suggested "Core Collection" of essential jazz albums and awarded the compilation a "Crown" signifying a recording that the authors "feel a special admiration or affection for".[5][6][7]
Track listing

All compositions by Barry Guy

"Part I: Introduction - The End - Edgar Ende, 1931" - 8:58
"Part II: Strophe I - Memory of the Future - Oscar Dominguez, 1939" - 8.56
"Part III: Antistrophe I - Exact Sensibility - Oscar Dominguez, 1935" - 14.11
"Part IV: Strophe II - Indefinite Indivisibility - Yves Tanguy, 1942" - 23.44
"Part V: Antistrophe II - According to the Laws of Chance - Jean Arp, 1917" - 10.56
"Part VI: Epôde - Presence of Mind- René Magritte, 1958" - 19.00
"Part VII: Coda - Melancholy Departure - Georgio de Chirico, 1916" - 11.48 Bonus track on CD reissue

Personnel

Barry Guy - bass, composer
Buxton Orr - conductor
Harry Beckett, Dave Holdsworth - trumpet
Marc Charig - cornet
Mike Gibbs, Paul Nieman, Paul Rutherford - trombone
Dick Hart - tuba
Trevor Watts - alto saxophone, soprano saxophone
Bernhard Living, Mike Osborne - alto saxophone
Evan Parker, Alan Wakeman - soprano saxophone, tenor saxophone
Bob Downes - flute, tenor saxophone
Karl Jenkins - baritone saxophone, oboe
Howard Riley - piano
Derek Bailey - guitar
Jeff Clyne, Chris Laurence - bass
Paul Lytton, Tony Oxley - percussion

references

Shapiro, R. Sessionography of Barry Guy accessed May 10, 2016
Intakt Records: Barry Guy - London Jazz Composers Orchestra accessed May 10, 2016
Jazzlists: Incus LP discography accessed May 10, 2016
Jurek, Thom. Ode – Review at AllMusic. Retrieved May 10, 2016.
Cook, Richard; Brian Morton (2008) [1992]. "London Jazz Composers' Orchestra". The Penguin Guide to Jazz Recordings (9th ed.). New York: Penguin. p. 905. ISBN 978-0-141-03401-0.
Penguin Guide to Jazz: Core Collection List, accessed May 10, 2016
Penguin Guide to Jazz: Crown Albums List, accessed May 10, 2016
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 7486
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: Re: the London Jazz Composers Orchestra Politics   Jeu 22 Sep à 10:00

Norah Jones est une chanteuse, musicienne et actrice américaine née le 30 mars 1979 à New York sous le nom de Geetali Norah Jones-Shankar (elle change officiellement son nom en Norah Jones à l’âge de 16 ans). Elle est l’une des filles du célèbre joueur de sitar indien Ravi Shankar, de la productrice américaine Sue Jones, et la demi-sœur de la joueuse de sitar Anoushka Shankar. Son œuvre est associée au courant du jazz vocal.

La carrière de Norah Jones est lancée en 2002 avec la sortie de son premier album, Come Away with Me, qui se vend à plus de 20 millions d'exemplaires1. La chanteuse reçoit cinq Grammy Awards pour cet album, dont celui de la « meilleure nouvelle artiste ». Son second album, Feels like Home, sort en 2004, son troisième album, Not Too Late, sort en 2007 et The Fall - quatrième opus - en 2009. Norah Jones a vendu plus de 40 millions d'albums dans le monde entier[réf. nécessaire]. Little Broken Hearts, cinquième album de Jones, est sorti en avril 2012.

En 2007, elle débute également une carrière d'actrice en interprétant le rôle principal du film My Blueberry Nights, de Wong Kar-wai.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 7486
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: Re: the London Jazz Composers Orchestra Politics   Jeu 22 Sep à 10:01

Processus de Paix des secouristes de la république de l'Olivier.

Je crois qu'à l'avenir, plus personne ne pourra recréer des bulles d'exclusions...
Pour cela, je ne peux me permettre de mettre à l'écart tout individu(e) et "État".

Je ne suis qu'une femme ou un homme humble qui en vous adressant ces ces vers,
espère qu'il puisse vous conduire vers l'expérience, le travail et la communauté...
La solitude augmente ou diminue le nervosité... Cela s'appelle le malheur...

Alors par décision, on recherche à se tranquilliser et remettre la balance sur le zéro;
alors par construction, on décèle la notion d'une fragile tolérance:
Celle d'insulter !

Par Yahvé, cela est une horreur et une erreur...

La République de l'Olivier dit :
"Oui à la gréve, Non à l'Esclavage..."
la constitution rajoute :
"Oui à la Bibliothèque et Non à la Faim."
et le peuple doit rajouter :
"Oui à l'écoute et Non aux viols physiques et moraux."

Alors le Novice du Secourisme prends en charge sa nouvelle fonction autre qu'un service
militaire mais basé aussi sur la protection du Bien et du Corps.

"Je suis Y'becca"

Ecrit de
TAY
La chouette effraie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 7486
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: Re: the London Jazz Composers Orchestra Politics   Jeu 22 Sep à 10:02

La métaphysique est pour Descartes le fondement de toutes les sciences. Il illustre sa conception du rapport entre les connaissances humaines par cette image :
« Ainsi toute la philosophie est comme un arbre, dont les racines sont la métaphysique, le tronc est la physique et les branches qui sortent de ce tronc sont toutes les autres sciences qui se réduisent à trois principales, à savoir la médecine, la mécanique et la morale, j'entends la plus haute et la plus parfaite morale, qui, présupposant une entière connaissance des autres sciences, est le dernier degré de la sagesse. Or comme ce n'est pas des racines, ni du tronc des arbres, qu'on cueille les fruits, mais seulement des extrémités de leurs branches, ainsi la principale utilité de la philosophie dépend de celles de ses parties qu'on ne peut apprendre que les dernières. »
http://leclandesmouettes.bbflash.net/f1-le-clans-des-mouettes
http://la-5ieme-republique.actifforum.com/t9p25-mon-testament
Le mécanisme des tourbillons
En ce qui concerne le mouvement des planètes, Descartes exclut une action à distance du Soleil, cette idée ne reposant à l'époque sur aucun fondement rationnel. Par ailleurs, comme nous l'avons vu ci-dessus, il s'oppose à l'existence du vide. Il énonce donc que le mouvement des planètes est dû à de grands tourbillons d'éther remplissant l'espace et qui les emportent et les maintiennent sur leurs trajectoires. Cette théorie ne permettait cependant pas de faire des calculs prévisionnels. Elle influença néanmoins les scientifiques français de la fin du xviie au début du xviiie siècle15. Incompatible avec la théorie de la gravitation newtonienne qui se développe dans la deuxième moitié du xviie siècle, elle contribua à ralentir l'introduction de la mécanique newtonienne en France. Les cartésiens voyaient en effet dans l'attraction universelle de Newton une tentative d'introduction de force occulte dans une science qu'ils voulaient purement mécaniste. La publication en 1687 des Philosophiae Naturalis Principia Mathematica de Newton amena certes Huygens, en grande partie cartésien et qui voyait dans les anneaux de Saturne une preuve de l'existence des tourbillons, à changer d'opinion. Il écrivait ainsi en 1690 : Je n'avais point étendu l'action de la pesanteur à des si grandes distances, comme du Soleil aux planètes, ni de la Terre à la Lune, parce que les tourbillons de Monsieur Descartes qui m'avaient autrefois paru fort vraisemblables, et que j'avais encore dans l'esprit, venaient à la traverse. Mais c'est seulement dans les années 1730-1760 que des personnalités comme Maupertuis, Clairaut ou Émilie du Châtelet, contribuèrent à faire définitivement adopter la mécanique newtonienne en France, malgré une ultime tentative de Fontenelle, qui publiait en 1752 une Théorie des tourbillons cartésiens avec des réflexions sur l'attraction.
La physique
La physique de Descartes est exposée dans le Monde (1633). Il ne publia pas cet ouvrage à cause de la condamnation de Galilée. Cette partie de sa pensée sera publiée dans les Principes de la philosophie (1644). Il présente ainsi ses intentions au début du Monde :
« Et mon dessein n'est pas d'expliquer […] les choses qui sont en effet dans le vrai monde ; mais seulement d'en feindre un à plaisir, dans lequel il n'y ait rien que les plus grossiers esprits ne soient capables de concevoir, et qui puisse toutefois être créé tout de même que je l'aurai feint." (Le Monde, AT, XI, 36).
Le Monde a donc un aspect fictif et se présente comme des hypothèses :
« [...] bien que le monde n'ait pas été fait au commencement en cette façon, et qu'il ait été immédiatement créé de Dieu, toutes les choses qu'il contient ne laissent pas d'être maintenant de même nature, que si elles avaient été ainsi produites […] »
La physique cartésienne est fondée sur l'identification de la matière avec la quantité géométrique (materia vel quantitas). Il évacue ainsi du monde physique les formes substantielles et les qualités de la scolastique : la pesanteur et le mouvement sont ramenés à une explication mécaniste. La notion de force, et a fortiori d'action à distance, n'apparaît pas chez Descartes. Sa description du monde est essentiellement cinématique, le mouvement se transmettant de proche en proche par contact. L'Univers, dans lequel le vide n'existe pas, est donc rempli de substance animée et de tourbillons. Toute action occulte étant exclue dans ce mouvement, celui-ci doit être conservé dans sa totalité, par le pouvoir conservateur de Dieu. Si un corps perd du mouvement, il le transmet à un autre. En l'absence d'interaction, un corps poursuivra indéfiniment son mouvement. Il s'agit du principe d'inertie, déjà présent chez Galilée, mais clairement affirmé par Descartes. Au sein de ce système, la théorie des chocs joue un rôle particulier. C'est elle qui est en effet susceptible de permettre des calculs prévisionnels de mouvement. Elle se révélera malheureusement fausse, et la physique cartésienne se heurtera violemment à la physique newtonienne dans la deuxième moitié du xviie et le début du xviiie siècle. Si la première se base sur des principes métaphysiques, mais ne permet pas d'effectuer des calculs prédictifs, la seconde donne un accord remarquable entre calculs et résultats expérimentaux, mais les cartésiens lui reprochent de ne fournir aucune explication sur la nature des forces introduites. Au cours du xviiie siècle, les savants continentaux se rallieront à la physique newtonienne.
Pourtant, dans un monde non établis et en formation, l'aspect de Tourbillon peuvent être imaginer mais par la force de la matiére et de son évolution, elle conduit au mécanisme de Newton: Un Tourbillon autre que celui de Descartes mais en observant les climatismes, la matière engendre des Tourbillons. Exemple, la tache rouge de Jupiter.
http://la-5ieme-republique.actifforum.com/f1-la-cinquieme-republique
et bien sur http://leclandesmouettes.bbflash.net/f1-le-clans-des-mouettes
Notre force est de savoir comprendre le juste et de discerner le criminel sans y voir une source de pardon auprès de n'importe quel divinité... Je ne recherche pas le mérite, je veux juste être tranquille sans plonger mes enfants dans le vice de la médisance... Je cherche la valeur sans y attribué le plaisir du retour... Dans une sorte de quiétude, je sais lorsque je dois défendre ma vie devant l'autoritaire: Cela est mon droit de Vote, de manifester et de Gréve.
Libre d'un regard audacieux, je me résous à l'appel d'une source: La Nature... L'essence et l’Éternel... La Volonté de la Force... Moi devant le secourisme et le secourisme devant Moi: Y'becca... En ce qui me concerne je ne suis ni République, ni Empire et Ni Personne; Je suis Libre comme le vent et indiquant les humeurs de mes contemporains tout en construisant mon âme propre par ma vision de la Vie et de la Nature.

Ecrit de
TAY
La chouette effraie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 7486
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: Re: the London Jazz Composers Orchestra Politics   Jeu 22 Sep à 10:03

Hope Sandoval - Suzanne
https://www.youtube.com/watch?v=kCXdnHa508M

30 août 1857

J’ai reçu, Monsieur, votre noble lettre et votre beau livre. L’art est comme l’azur, c’est le champ infini. Vous venez de le prouver. Vos fleurs du mal rayonnent et éblouissent comme des étoiles. Continuez. Je crie bravo de toutes mes forces à votre vigoureux esprit. Permettez-moi de finir ces quelques lignes par une félicitation. Une des rares décorations que le régime actuel peut accorder, vous venez de la recevoir. Ce qu’il appelle sa justice vous a condamné au nom de ce qu’il appelle sa morale. C’est là une couronne de plus.

Je vous serre la main, poëte.

Victor Hugo pour Charles Baudelaire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 7486
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: Re: the London Jazz Composers Orchestra Politics   Jeu 22 Sep à 10:03

12 September 2016

By converging in orbit, a pair of small satellites will open a new view on the source of the largest structure in the Solar System: the Sun’s ghostly atmosphere, extending millions of kilometres out into space.

The two satellites together are called Proba-3, set for launch in late 2019. Through precise formation flying, one will cast a shadow across the second to open up an unimpeded view of the inner area of the ‘corona’, which is a million times fainter than the blindingly brilliant solar disc.

“When I first heard of the idea I said ‘Wow! That’s just what we need’,” said Andrei Zhukov of the Royal Observatory of Belgium, serving as Principal Investigator for Proba-3’s solar instrument.

“The best way to observe the corona from the ground is during a solar eclipse, although we still have to cope with stray light – we cannot correct for the influence of Earth’s atmosphere.
Solar eclipses
Solar corona seen during terrestrial eclipses

“The next best method is by using ‘coronagraphs’ to create an articifical eclipse, either on ground telescopes or inside Sun-watching satellites such as SOHO and Stereo.

“The problem is that stray light bending around the edge of the occulting disc limits our view of the most important inner portion of the corona. SOHO’s coronagraph, for instance, can observe no closer in than 1.1 Sun-diameters. Others can see closer, but with strong stray light making detailed observation impossible.

“With Proba-3 we aim to see extremely close to the solar surface in visible light, by flying the occulter and coronagraph on separate satellites some 150 m apart.
A fiery solar explosion

“This should give us a ringside seat on the most interesting segment of the corona, where a lot of interesting physics is going on, where the solar wind is born and ‘coronal mass ejections’ originate – gigantic solar eruptions with the potential to affect our terrestrial infrastructure.”

While the Sun’s surface is a comparatively cool 6000ºC, the corona averages a sizzling million degrees. The mystery is how energy travels from the cool Sun to the hot corona, in apparent defiance of the laws of thermodynamics.

“By mapping the fine structure of the inner corona for a prolonged time – we are targeting around six hours – our hope is that we gain insight into the kind of energy flows that are taking place,” notes Dr Zhukov.
Proba-3
Proba-3's pair of satellites

“Our standard observing mode will be once per minute, but we could speed that up to a few seconds within a selected field of view, for instance when tracing the rapid evolution of a mass ejection.

“The ultimate goal is to be able to solve the physics of space weather, in order to forecast coronal mass ejections, which are known to have dramatic effects on terrestrial electricity grids and other infrastructure.”

Proba-3 is first and foremost a technology demonstration, exploring the potential of precise formation flying in orbit, but achieving meaningful scientific results will also help to prove its approach works.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 7486
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: Re: the London Jazz Composers Orchestra Politics   Jeu 22 Sep à 10:04

Je dois dire que les chouans ne méritaient pas d'être massacré par le fait qu'il se sont battus sur leurs terres en tant qu'habitants et ,non en tant que déserteur... Ils ont livré un acte de patriotisme envers leur croyance et leur terre... En cela, ils bénéficient du terme de Citoyens et Citoyennes de La France et de Sa République... Certains Nobles ne méritent pas ce terme et je fais cela en acte et mémoire du Chevalier-Roi, Jean II le Bon...
Voici leurs histoires et leurs bravoures. Aucuns Bourbons n'est digne du titre de Roi-Citoyen et donc vive La République de France...

Ecrit de
TAY

----------------------------------------------------------------------------

La chouannerie sous le regard de la IIIe République
Auteur : Patrick DAUM
La mort du général Beaupuy.
Alexandre BLOCH (1860 - 1919)

La chouannerie

La chouannerie est un vaste soulèvement de paysans hostiles à la politique des assemblées révolutionnaires et aux patriotes locaux qui l’imposent. Le refus d’abandonner les valeurs religieuses est un élément décisif de leurs motivations. Les chouans se regroupent en bandes pour livrer une guérilla à la nation en 1793-1794, qui se transforme rapidement en guerre civile. L’insurrection touche la Bretagne, la Vendée et une partie de l’Ouest de la France. Les paysans s’allient à la noblesse locale qui va les encadrer et constituer avec eux l’armée catholique et royale de Vendée. La première chouannerie de 1793-1794 s’accompagne de violences, de haines et de rancœurs.

L’épisode immortalisé par Alexandre Bloch fait référence au passage de la Loire par les Vendéens en octobre 1793, avant d’atteindre Granville. Le 25 octobre, la ville de Château-Gontier, en Mayenne, est prise par l’armée vendéenne. Cette journée voit périr le général républicain Beaupuy qui aurait déclaré en tombant : « Je n’ai pu vaincre pour la République, je meurs pour elle. » Le général, qui s’est barricadé avec ses hommes dans une maison, s’écroule sous le feu d’un des assaillants qui viennent de forcer la porte. Au général de la République en uniforme, qui tombe théâtralement au milieu de ses hommes, s’oppose le meneur des assaillants-paysans à droite qui brandit déjà son sabre en signe de victoire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 7486
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: Re: the London Jazz Composers Orchestra Politics   Jeu 22 Sep à 10:05

Wyggeston and Queen Elizabeth I College
From Wikipedia, the free encyclopedia
Wyggeston and Queen Elizabeth I College Motto Labore et Honore
Established 1976
Type Sixth Form College
Principal Sandra Hamilton-Fox
Location University Road
Leicester
LE1 7RJ
UK United Kingdom
Coordinates: 52°37′08″N 1°07′27″W
Local authority Leicester
DfE number 856/8601
DfE URN 130756 Tables
Ofsted Reports
Students c.2000
Ages 16–19
Former name Wyggeston Grammar School for Boys
Website www.wqeic.ac.uk

First established as a grammar school for boys in 1877, Wyggeston and Queen Elizabeth I College (WQEIC) is now a sixth form college located in Leicester, England. As a sixth form college it is now headed by Sandra Hamilton Fox who was appointed the seventh principal in August 2012.

There are approximately 2,000 full-time 16–18-year-old students and 140 teaching staff. More than 40 subjects are offered at A Level. Mathematics and Sciences account for more than a third of enrolments.

The college was awarded Learning and Skills Beacon Status in April 2003.

Foundation

After William Wyggeston's death in 1536, his brother Thomas Wyggeston, as a trustee, used part of the money to establish a grammar school in Leicester.
Grammar schools

Whilst this school, known as the Elizabethan Grammar School eventually became defunct in the 19th century, it was re-founded on the site of the old Wyggeston Hospital as the Wyggeston Hospital School which took its first pupils on 30 April 1877.[1] This gave its name to the later Wyggeston Grammar School for Boys which, after the reorganisation of local government led to the system of education in the City of Leicester becoming comprehensive, became Wyggeston and Queen Elizabeth I College.

Wyggeston Grammar School for Girls, also known as Wyggeston Girls' Grammar School, was founded not long after the boys' school. In 1976 the site became Wyggeston Collegiate Sixth Form College, known as Regent College since 1996.
Sixth form college

The college, which has over 2200 students, was founded in 1978 following a (comprehensive) re-organisation of secondary education in the city. Many parts of rural Leicestershire went comprehensive in 1968.

It now occupies a site adjoining Victoria Park and the University of Leicester that was previously occupied by Wyggeston Grammar School for Boys (also known as Wyggeston Boys' School).
Headmasters

The Rev. James Went – 1878-1920
Thomas Kingdom – 1920-1947
J C Larkin – 1947-1969
Dr G A Thompson – 1969-1994
Dr Robert Wilkinson – 1994-2002[2]
Ian Wilson – 2002–2012
Sandra Hamilton-Fox – 2012–present

Curriculum

Courses including AS, A2 and GCSEs are all provided at the College. The International Baccalaureate (IB) Diploma was introduced in September 2006 with 33 students opting for this alternative. The last cohort of the IB completed the course in 2012, and the programme is no longer offered.

The College works increasingly closely with local schools and colleges and this partnership working will develop further in pursuit of the curriculum agenda for the 14 to 19 age group.
Strengths

An enrichment programme offers more than seventy courses and activities including many science-based options such as Medical Laboratory Science and Space Physics, reflecting the college's strengths in science. The inclusion of languages in the enrichment programme has also improved the overall take-up of languages. The college has a long-established tradition of sporting prowess and two thirds of students participate in sport.
Academic performance

In 2006 the A Level pass rate was 98 per cent with 45 per cent at grades A and B. About 90% of students progress to higher education, mostly in the Midlands region.
Beacon activity

WQEIC has worked with other providers on the development of effective quality assurance systems and self-assessment processes with a particular focus on the use of value-added measures. A significant amount of work was also done in the field of Student Support and Guidance and Student Services.

As an innovation project the college has led the development of a common Virtual Learning Environment across post-16 providers in the Leicester area.

The college has also forged links at departmental level with counterparts in local schools and colleges. The focus was on sharing good practice, progression issues and collaborative working in the interests of improving quality.
The IB

The college started offering the IB Diploma Programme in 2006, which has now ended in the academic year 2011.
Notable former students
This section needs additional citations for verification. Please help improve this article by adding citations to reliable sources. Unsourced material may be challenged and removed. (September 2016) (Learn how and when to remove this template message)
Wyggeston and Queen Elizabeth I College

Jonathan Gray, Editor since 2008 of Dancing Times
Dan Cole, England International Rugby Player
Will Hurrell, Rugby Union Player
Sean O'Grady, Economics Editor of 'The Independent' (1973–1980)
Ben Youngs, England International rugby player

Wyggeston Grammar School for Boys
See also: Category:People educated at Wyggeston Grammar School for Boys

Sir Frank Adcock OBE, Professor of Ancient History from 1925–51 at the University of Cambridge, and President from 1947–8 of the Classical Association (1897–1904)
Sir Richard Armstrong CBE, conductor Scottish Opera 1993–2005 (1954–61)
Henry Atkins, chess master and school-teacher (1883–1890)
Sir David Attenborough CBE, broadcaster and naturalist (1937–44)
Richard, Lord Attenborough, actor, director, producer, and entrepreneur
Sub-Lieutenant John Herbert Babington GC OBE, bomb disposal expert (1922–29)
Disney Barlow, High Sheriff of Leicestershire from 1939–40 (1891–98)
Peter Beck, Lord Lieutenant of South Glamorgan since 2008 (1952–59)
Graham Bell, biologist (1960–7)
Prof David Bradley, Professor of Tropical Hygiene from 1974–2000 at the London School of Hygiene & Tropical Medicine
Prof Sir Paul Bramley, Professor of Dental Surgery from 1969–88 at the University of Sheffield, and President from 1988–9 of the British Dental Association (BDA) (1934–41)
Allan Bridgewater CBE LVO, Chairman from 1998–2008 of Swiss Re GB, Group chief executive from 1985–97 of the Norwich Union Insurance Group, and chairman from 1993–5 of the Association of British Insurers (1937–44)
Alan Brown CBE, chief executive from 1973–88 of Oxfordshire County Council, and from 1966–73 of Oxford City Council (1939–46)
David Campton, dramatist (1935–42)
Air Vice-Marshal David Carnegie CB CBE AFC, Station Commander from 1938–40 of RAF Wittering, and Director of Flying Training from 1942–5 at the Air Ministry (1908–15)
David Carter CBE, Professor of Industrial Design Engineering from 1991–5 at the Royal College of Art (1939–46)
Robert Caven, Professor of Inorganic and Analytical Chemistry from 1920–34 at the Royal Technical College, Glasgow and scientific author (1881–88)
Prof Sir Cyril Clarke CBE, made the important discovery for Rhesus-negative mothers (1918–25)
Guy Clarke, Ambassador to Republic of Liberia from 1957–60, to the Republic of Guinea from 1959–60, and to Nepal from 1962–3 (1921–28)
Prof Stanley Arthur Cook, Regius Professor of Hebrew from 1932–8 at the University of Cambridge
Dr Arthur Hafford Cooke MBE, Warden from 1976–85 of New College, Oxford (1924–31)
Deryck Cooke, musician, writer and broadcaster (1932–38)
Wing Commander Geoffrey Cooper, Labour MP from 1945–51 for Middlesbrough West (1918–25)
Lieutenant-Colonel Johnny Cooper, one of the founders of the SAS
Sir Walter Cooper MBE, Australian politician (1903–10)
Mark Cox, professional tennis player
Archibald Crawford, 1st Baron Hungarton, Chairman of the NFU (1902–09)
Rev John Martin Creed, Ely Professor of Divinity from 1926–40 at the University of Cambridge, and brother of Sir Thomas Creed
Sir Thomas Creed MC KBE, Principal, 1952–67 of Queen Mary College, and Vice-Chancellor, University of London 1964–1967 (1908–15)
Sir Anthony Dawson, Physician to the Queen from 1982–93 and Head from 1989–93 of the Medical Household (1939–46)
John Leonard Dawson CVO, Surgeon to the Queen from 1983–90, Serjeant Surgeon from 1990–1, pioneering surgeon, and younger brother of Anthony (1944–51)
Harold Dexter, organist, Master of the Music from 1956–68 at Southwark Cathedral, and Professor from 1962–85 at the Guildhall School of Music and Drama (1932–39)
Neil Fletcher, Labour politician, and (last) Leader from 1987–90 of ILEA (1955–62)
Henry Flint, Hildred Carlile Professor of Physics from 1956–68 at Bedford College (London) (1902–09)
Sir John Goldring, a Lord Justice of Appeal (1956–63)
Prof David Grahame-Smith CBE, Rhodes Professor of Clinical Pharmacology from 1972–2000 at the University of Oxford (1944–51)
Andrew Gray MC, Chairman from 1971–7 of the Wellcome Foundation, (1923–30)
Paul Gray CB, Chairman from 2006–7 of HM Revenue and Customs (1959–66)
William Hare (1955–62)
Prof Thomas Harris, Professor of Botany from 1935–68 at the University of Reading, and President from 1961–4 of the Linnean Society of London (c.1915–21)
Dr Peter Hart, Rector from 1981–90 of Sunderland Polytechnic (1937–44)
Sir Mark Henig, Chairman from 1969–79 of the English Tourist Board (1922–29)
Prof Stanley Henig, Labour MP from 1966–70 for Lancaster, Professor of European Politics from 1982–97 at the University of Central Lancashire, son of Sir Mark Henig and former husband of Ruth Henig, Baroness Henig (who attended the girls' grammar) (1950–7)
Michael Higgins, chief executive from 1993–2003 of UCAS and from 1984–93 of PCAS (1955–62)
Alan Hill CBE,[3] managing director from 1973–9 of Heinemann (book publisher)
Simon Hoggart, journalist and broadcaster
Ken Horn, television director and producer
Prof George Jenkins, Professor of Haematology from 1974–92 at Royal London Hospital, and President from 1988–9 of the British Association for Haematology and from 1990–1 of the British Academy of Forensic Sciences (1938–45)
Oliver Kamm, journalist (1974–81)
Prof Michael Knibb, Samuel Davidson Professor of Old Testament Studies from 1997–2001 at King's College London (1950–7)
Albert Ernest Knight, professional cricket player (1884–91)
Surgeon Rear-Adm David Lammiman CB LVO, Medical Director General (Naval) from 1990–3 (1943–50)
Barry Letts, Producer of Doctor Who from 1969–74, responsible for the casting of Tom Baker
Dr Michael Linnett OBE, Apothecary to the Prince and Princess of Wales from 1983–90 (1937–44)
Jon Lord, composer, Hammond organ and piano player (1952–59)
Sir Patrick Lowry [4] CBE, Chairman from 1981–7 of Acas (1931–38)
Sir Hayes Marriott (1885–92)
Ed McLachlan,[5] cartoonist (1956–59)
Roger Manvell (briefly), film historian
Prof Roger Mason, discoverer of Charnia masoni, one of the earliest known fossil animals, in nearby Charnwood Forest, whilst still at the school
Prof Stephen Mason,[6] Professor of Chemistry from 1970–87 at King's College London and from 1964–70 at the University of East Anglia, who married Joan Mason
Prof John Matthews,[7] Professor of Roman History since 1996 and Professor of Classics and History since 2001 at Yale University
Maj-Gen Frederick Mayes CB, Director General from 1993–6 of Army Medical Services (1945–52)
William Miles, chief executive (the last) from 1984–6 of West Yorkshire County Council, and from 1974–84 of Gateshead Borough Council
Peter Miller, President of Leicester Secular Society 1980-7 (1954–61)
Sir Leopold Moore, newspaper proprietor (1879–86)
Maj-Gen Samuel Moore-Coulson CB, Director from 1957–62 of Army Education (1919–27)
John O'Connor,[8] painter (1924–31)
E. Phillips Oppenheim, novelist and thriller writer (1877–84)
Bryan Organ, portrait painter (1946–53)
Prof Ewan Page, Vice-Chancellor from 1979–93 of the University of Reading, and President from 1984–5 of the BCS (1939–46)
Ewart Parkinson, President from 1975–6 of the Royal Town Planning Institute (RTPI) (1937–42)
Harry Peach, furniture manufacturer and social campaigner
Sir Charles Peake GCMG MC, Ambassador to Yugoslavia from 1946–51, and to Greece from 1951–7 (1908–15)
Tim Pigott-Smith, film and television actor (1957–62)
Frank Prentice, rugby player, (1910–7)
Rear-Adm Gwynedd Pritchard (1935–42)
Rt Rev John Richards, Bishop of Ebbsfleet from 1994–8 (1945–52)[9]
Rev Harold Rowley, Professor of Hebrew Language and Literature from 1949–59 at the University of Manchester
Stephen Simmons, MBE, Specialist in Dental Public Health. Canada(1972-80), London(1980-2011) (1955-62)
Sir Henry Skinner, High Court Judge (Queen's Division) (1937–44)
Sir Andrew Smith, High Court Judge (Queen's Division) (1958–64)
Cedric Smith, statistician (1928–29)
Prof Patrick Stephenson, Professor of Mechanical Engineering from 1967–79 at the University of Strathclyde (1927–32)
Prof Edward Stibbe, Professor of Anatomy from 1938–43 at King's College London
Prof John Swales, Professor of Medicine from 1974–2000 at the University of Leicester, President of the British Hypertension Society from 1982–4, Editor from 1983–7 of the Journal of Hypertension and from 1980–2 of Clinical Science (journal) (1947–54)
Sir Martin J. Taylor, Professor of Pure Mathematics since 1986 at the University of Manchester (1963–70)
Lars Tharp, arts and antiques consultant, presenter and speaker, and the ceramics expert on the BBC television programme Antiques Roadshow (1965–1972)
Air Cdre John L.W. Towler, (1934-1941). Joined RAF in 1943 as a cadet pilot. Posted to Germany with No 2 Squadron (Spitfires). Granted a Permanent Commission (PC) in 1948 and remained in RAF in General Duties (Pilot) until retirement
Prof Bernard Wasserstein, Harriet & Ulrich E. Meyer Prof. of Modern European Jewish History, University of Chicago
Sir Philip Watts, Chairman from 2001–4 of Shell, (1956–63)
Prof Paul Weatherley, Regius Professor of Botany in the University of Aberdeen from 1959–81
Peter Webbon, chief executive since 2007 of the Animal Health Trust, and from 2006 of the Horseracing Regulatory Authority (1959–66)
A. R. Whatmore, actor (1900–5)
John Scott Whiteley, Organist Emeritus, York Minster. BBC TV Organist for the 21st-Century Bach series (1961-68)
Quentin Willson, TV presenter and motoring expert (1968–75)
Prof Stephen Wood, Professor of Management since 2010 at the University of Leicester
Prof Charles Gorrie Wynne, worked for Taylor, Taylor & Hobson (now Cooke Optics)[10] and invented important optical lens techniques, and was Editor from 1954–65 of Optica Acta (1922–29)
Prof Ted Yemm, Melville Wills Professor of Botany from 1955–74 at the University of Bristol

Notable masters

Two former masters at the Boys' Grammar School went on to eminence:

Colin Dexter – Crime writer
Ted Wragg – Educationalist and academic, Head of German from 1964–6

References

"The Old Wyggestonians Association, College History". Retrieved 6 November 2010.
http://web.archive.org/web/20030110032501/http://www.wqeic.ac.uk/news/change_of_principal.htm
Alan Hill
[1]
Ed McLachlan
Stephen Mason Obit
John Matthews
John O'Connor
John Richards
Charles Wynne
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 7486
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: Re: the London Jazz Composers Orchestra Politics   Jeu 22 Sep à 10:06

Sur une planete vingt fois plus grande que de la terre naquit la nature et les dragons. Nait de notre univers, elle est lié aussi aux portes de l'enfer. Si la justice est maitresse de l'enfer, les démons cherchent à renverser les juges: Ils décidérent de dresser les dragons pour détruire la Justice. Mais voilà, les dragons n'étant pas facile à attraper: Les créatures de mâl l'ensorceleur décidérent de détruire les arbres et toutes vies; Les Ents luttérent avec les pierres pour enrayer les démons... Ils allaient être vaincu quand les dragons vinrent à leurs secours. Cela se termina par la victoire de la nature et de la justice mais le mâl demeura car il est difficile de pouvoir le tuer. Les dragons vivérent durant des siécles dans une ile: pendant ce temps naquirent les elfes; les nains, les hommes, les centaures, les capricornes et les farfadets. Les loups-garous sont aparus après la deuxième guerre qui opposa les hommes aux elfes. Lilith l'impératrice fut enchanter par le mâl. Il l'emporta elle et sa fille Bastet aux grands déssarois du mari et du père qui est Adam, le partriarche des capricornes. Les elfes furnet envouter par la haine et voulurent plomger les autres espéces dans l'esclavage. Les dragons eux demeurent sur l'ile attendant l'heure de la justice. Dans la nature naquit un grand Loup, Brouillard... Par la suite, il va devenir Lycans... Haient des elfes, il trouvera refuge chez les magiciennes ou il rencontrera un homme devenu Lycan, Fenrir... Une guerre civile éclatera chez les elfes, Luciole qui est contre l'esclavage voudra relever l'honneur de ses péres; Un vieu magicien blanc lui confira une enfant et l'anneau de feu de Cirdan: Antinéa... Il l'aimera comme sa propre fille et elle grandira avec ses trois autres enfants: Hector, Yanis et Aryx. Elevé par les Ents, Ils lutteront contre l'esclavage. Antinéa a un chant merveilleux et a le pouvoir de parler aux dragons... Cela louve noire va attirer le désir de Mâl l'ensorceleur... Heureusement Croaw-croaw le corbeau est un grand ami et n'hésitera pas à la protéger avec les siens. Luciole sera sauvagement assassiné par les démons: Apparaitrons alors les Orcs de Shaïda. Louve noire, Les elfes ne pouront être totalement libérer de ce malheur, et certains d'entre-eux voudront exterminer les mouettes et leur archipel. Cela déclenchera la colére de Antinéa, de Seth le maléfique et des dragons. Avec les amazones et certains Lycans, Antinéa trouvera moyens avec Aryx et ses frères a sauvé les mouettes du massacre. Mais ce jour là, la nature décida de se venger de Mâl l'ensoceleur, de ses démons et des anges déchus. Tu trouveras d'autres indices sur http://yanis.tignard.free.fr http://www.atelier-yannistignard.com

La Contre est bien née avant Typhon et elle est un peu plus âgée que la Terre.

Les mouettes devenus magiciennes. Eh bien... Un évenement marque le monde sphérique et universelle des religions, des univers et de Yahvé marqua l'ensemble même de la création. Son cri devellopa une sorte de frayeur qui ne fut contenu que par Athéna la Vierge et Seth le Maléfique. Cet avertissement créa une nouvelle forme de créativité de la contré. Le cri de fureur avait laissé ce nom ainsi que celui de deux ces fréres, Pallas et Encélade. Son Nom est : Typhon / テュポン. "Elle raconte que Typhon, sorti des entrailles de la terre, porta la terreur aux plaines de l'éther; que les dieux prirent la fuite, et ne s'arrêtèrent qu'aux sept bouches du Nil. Elle ajoute que, toujours poursuivis par ce monstrueux enfant de la Terre, les immortels effrayés se dérobèrent à sa fureur, sous les formes de divers animaux. Jupiter, dit-elle, devint le chef de ce troupeau; et c'est depuis ce temps que la Libye, lui donnant des cornes recourbées, l'adore sous le nom d'Ammon. Le dieu de Délos prit la noire figure d'un corbeau; Bacchus se cacha sous la forme d'un bouc; on vit Diane se changer en chatte; et Junon en génisse. Vénus se couvrit de l'écaille d'un poisson, et Mercure emprunta les traits et l'aile de l'ibis.". Alors Athéna après la fuite de Zeus invoca prière auprés de Yahvé qui lui conseilla pour le bien de la vie et des couples terrestres. Il lui répondit le conseil de préparer tous animaux telle des amazones, des walkyries et des magiciennes. Athéna alors demanda à Seth le maléfique de prévenir toutes les féminins de la créativité afin d'organiser une défense héroïque devant celui qui bouleversa les enfers et libéra Mal l'ensorceleur. Tous les esprits sous la conduite d'Athéna la Vierge et des conseils de Yahvé rependirent la magie naturel issu depuis la naissance de Yahvé et de la Création. C'est ainsi que Seth le maléfique put revoir sa Douce Nephtys et comprendre l'erreur de certaines de ces décisions.
Origine du nom : Mythologique
Classe : Géant
Origine : le Tartare

Signes particuliers : Typhon possède de nombreux serpents parmi ses cheveux, son corps est enveloppé de plumes et le bas de son corps est similaire à celui d'un serpent géant.
Parents connus : Gaïa (mère), le Tartare (père), Ouranos (frère), Érèbe (frère), Éros (frère), Pontos (frère), Hypérion (neveu), Coeos (neveu), Crios (neveu), Cronos (neveu), Japet (neveu), Mnémosyne (nièce), Océan (neveu), Phoébé (nièce), Rhéa (nièce), Téthys (nièce), Théia (nièce), Thémis (nièce), Hécatonchire (neveu), Eurybie (nièce), Hadès (petit-neveu), Poséidon (petit-neveu), Zeus (petit-neveu), Prométhée (petit-neveu), Atlas (petit-neveu), Athéna (arrière-petite-nièce), Abel (arrière-petit-neveu), Artémis (arrière-petite-nièce), Apollon (arrière-petit-neveu).
Lieu d'entraînement : Inconnu
Caractère : Etant donné sa courte apparition, Typhon n'a pas été doté d'une identité propre. Tout ce que l'on peut en dire c'est que Typhon aime provoquer la mort et les désastres et qu'il a tout l'air d'être une brute épaisse.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 7486
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: Re: the London Jazz Composers Orchestra Politics   Jeu 22 Sep à 10:07

Dana Morosini est née le 17 mars 1961 à New York aux États-Unis, du cardiologue Charles Morosini et de son épouse Helen, morte de complications d'un cancer de l'ovaire.

Elle se marie en avril 1992 à l'acteur américain Christopher Reeve dont elle aura un garçon William né le 7 juin 1992.

En 1995, son époux se retrouve paralysé (tétraplégique) à la suite d'une chute de cheval. Elle abandonne aussitôt ses carrières d'actrice et de chanteuse pour s'occuper de lui.

Après la mort de celui-ci en octobre 2004, elle prend la tête de la Fondation Christopher et Dana Reeve qui se consacre à la recherche pour le traitement des paralysies et blessures de la moelle épinière qu'elle avait créée avec lui.

En août 2005, elle apprend qu'elle est atteinte d'un cancer du poumon bien qu'elle n'ait jamais fumé une seule cigarette de sa vie1. Le soir du 6 mars 2006, elle meurt des complications dans un hôpital de New York. Elle allait avoir 45 ans quelques jours après son décès
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 7486
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: Re: the London Jazz Composers Orchestra Politics   Jeu 22 Sep à 10:09

"Une seule hirondelle ne fait pas le printemps; un seul acte moral ne fait pas la vertu."
Aristote

Les 25 citations et proverbes : La morale c'est...

"La morale est dans la tête, et la moralité dans le cœur."
Citation de Pierre-Claude-Victor Boiste ; Dictionnaire universel (1843)

"La morale enseigne à modérer ses passions, à cultiver ses vertus et à réprimer ses vices."
Citation de Jean-Baptiste de La Roche ; Pensées et maximes (1843)

"La morale consiste à ne jamais faire le mal."
Citation de Hypolite de Livry ; Pensées et réflexions (1808)

"La morale n'est peut-être que la forme la plus cruelle de la méchanceté."
Citation de Henry Becque ; Pensées (1837-1899)

"La morale n'entend que le langage des faits."
Citation de Eugène Cloutier ; Les témoins (1954)

"La morale comme la pudeur est une des plus grandes sottises."
Citation de Francis Picabia ; Écrits critiques (2005)

"La morale qui discute est une pauvre morale."
Citation de Gustave Le Bon ; Psychologie de l'éducation (1902)

"La morale est une plante dont la racine est dans le ciel, et dont les fleurs et les fruits parfument et embellissent la terre."
Citation de Félicité Robert de Lamennais ; Pensées diverses (1854)

"La morale n'est faite que pour ceux qui n'en ont pas."
Citation de Madame de Girardin ; Lettres parisiennes, le 12 avril 1837.

"La morale est un talent de société."
Citation de Rémy de Gourmont ; Promenades philosophiques (1905)

"La morale s'apprend seulement par la pratique."
Citation de Gustave Le Bon ; Aphorismes du temps présent (1913)

"La morale est bien souvent le passeport de la médisance."
Citation de Napoléon Bonaparte ; Maximes et pensées (1769-1821)

"La morale a ses droits, le pouvoir a les siens."
Citation de Lucien Émile Arnault ; Le dernier jour de Tibère, III, 3 (1828)

"La morale, ça ne sort personne de la fosse commune."
Citation de Tahar Ben Jelloun ; La réclusion solitaire (1976)

"La morale est au sentiment ce que la logique est à l'intelligence."
Citation de Alexis Carrel ; Jour après jour (1956)

"La morale du sage est la voix de son cœur."
Citation de la sagesse populaire ; Sentences et maximes morales, 169 - XVIIIe siècle.

"La morale est la seule science de l'homme livré à la providence de l'homme."
Citation de Étienne Pivert de Senancour ; Oberman (1804)

"La morale sans culte fait des philosophes et des sages mondains."
Citation de Réflexion populaire ; Les Échos de la pensée, 18b (1855)

"La morale doit être l'étoile polaire de la science."
Citation de Chevalier de Boufflers ; Pensées et fragments (1816)

"La morale est une science frivole si l'on ne la confond avec la politique et la législation."
Citation de Claude-Adrien Helvétius ; De l'esprit (1758)

"La morale, ça ne sort personne de la fosse commune."
Citation de Tahar Ben Jelloun ; La réclusion solitaire (1976)

"La morale va au-devant de l'action ; la loi l'attend."
Citation de Chateaubriand ; Analyse raisonnée de l'histoire de france (1797)

"La morale austère anéantit la vigueur de l'esprit."
Citation de Vauvenargues ; Réflexions et maximes (1746)

"La morale est un avatar de l'instinct de conservation."
Citation de Louis Scutenaire ; Mes inscriptions, 1943-1944

"La morale n'est point un sentiment inné, c'est une lumière acquise."
Citation de Adolphe de Chesnel ; La sagesse populaire (1856)

"C'est par l'adresse que vaut le bûcheron, bien plus que par la force."
Homère


"La chance ne sourit qu'aux esprits bien préparés."
Louis Pasteur


"Je ne pense jamais au futur. Il vient bien assez tôt."
Albert Einstein


"Je vais bien, tout va bien, je suis gai, tout me plaît."
Dany Boon


"Ce n'est pas le bonheur qui nous manque, c'est la science du bonheur."
Maurice Maeterlinck


"La crainte suit le crime, et c'est son châtiment."
Voltaire


"Le bonheur est à ceux qui se suffisent à eux-mêmes."
Aristote


"Si les gens heureux n'ont pas d'histoire, ils feraient bien de ne pas nous la raconter."
Paul-Jean Toulet


"Les bons meurent souvent seuls, et ceux qui consolèrent ne sont pas toujours consolés."
Jules Michelet
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 7486
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: Re: the London Jazz Composers Orchestra Politics   Jeu 22 Sep à 10:10

Ainsi Parlait Zarathoustra: L'amour est-il la malédiction de l'Homme...? L'amour n'est pas un mirage et il est égnimatique. Tel Dieu, on lui donne une image par des étiquettes... Dans Ainsi Pärlait Zarathoustra, L'auteur décrit un Etre-Humain cherchant l'oubli mais qui est envahi de découvertes, de curiosité et de Jugements... Alors, il retourne dans la société ayant réussi à cicatriser ses plaies lors de sa méditation dans la caverne... Est-il maudit d'avoir voulu chercher ou est-il naïf d'avoir voulu atteindre l'innacessible exorcisme: A t'il voulu donner une formule sur l'essence de la conciensce. En tout cas, il a engendré une peur et on l'a bléssé dans l'amour propre de son Humanisme... Oui à la Gréve... Rien ne sortira de le plaindre car finalement, il est à l'origine d'une source aussi intarisable que l'echo de l'infini car au delà de la lumière: Il est un Lancelot du Lac de la Connaissance et de l'Ignorance... L'Amour est tout comme L'Invisible au dela du Bien et du Mal et c'est pour cela qu'il y a un ver prénommé Pécher dans le coeur de la Sensibilité prenommé la Faim et la Convoitise d'Autrui: La peur est naturel mais le désir doit comporter des régles et une justice pour éviter l'Esclavage, la Torture et les Viols... Ainsi est La Démocratie du Clan des Mouettes... http://yanis.tignard.free.fr/index.html

Un peu de Big-ban dans l'Oreille
https://www.youtube.com/watch?v=ulmcti0h0w8
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 7486
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: Re: the London Jazz Composers Orchestra Politics   Jeu 22 Sep à 10:12

Blackmore's Night - Child In Time - Live https://www.youtube.com/watch?v=xY_qU0sGX1g

Ainsi est le mot; ainsi est la critique...
ceux qui condamne ont cet force des choses mais celui qui craint;
n'aura jamais force de silence et de mort: La franchise et la vérité.
Mon moi anonyme...
TAY
------------------------------------------------------
EL CONDOR PASA - TRIBUTE TO ARMY GIRLS.wmv
https://www.youtube.com/watch?v=JUjvdNyEwkE

La dame blanche

Sous le couvert d'une flamme, je te pleure.
Sous le couvert d'une espérance, je te bénie.
Sous le couvert d'un chapiteau, je suis à ses cotés.

Dans le silence de la vie, tu mérite la lumière.
Ce combat est le tien mais je serai ton glaive.
Sous le couvert de la justice, je suis à ses cotés.

Elle est faites, et l'imparfait se conjugue.
Elle est ainsi, et elle est un prénom.
Sous le couvert de la mémoire, je me rappelle.

TAY.

PS: Belle hommage et reproche pour ceux...

NANA MOUSKOURI - EL CONDOR PASA
https://www.youtube.com/watch?v=nAmSA-1OLV4
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 7486
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: Re: the London Jazz Composers Orchestra Politics   Jeu 22 Sep à 10:14

Journal of Hypertension

Journal of Hypertension is a peer-reviewed medical journal published by Lippincott Williams & Wilkins first launched in 1982. It is the official journal of the International Society of Hypertension and the European Society of Hypertension. The journal is published monthly and includes primary papers, reviews, special reports, and letters.

The editor-in-chief is Alberto Zanchetti. According to the 2012 Journal Citation Reports, the journal has an impact factor of 3.806, ranking it 13th out of 67 in the category Peripheral Vascular Disease.

Journal Citation Reports

Journal Citation Reports (JCR) is an annual publication by the Intellectual Property and Science business of Thomson Reuters. It has been integrated with the Web of Science and is accessed from the Web of Science-Core Collections. It provides information about academic journals in the sciences and social sciences, including impact factors. The JCR was originally published as a part of Science Citation Index. Currently, the JCR, as a distinct service, is based on citations compiled from the Science Citation Index Expanded and the Social Science Citation Index
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 7486
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: Re: the London Jazz Composers Orchestra Politics   Jeu 22 Sep à 10:17

Dans le contexte de la vie, viens et rejoins moi autour d'un feu. Un homme a réussi à créer une étincelle. Certains sont heureux, envieux, craintif et d'autres dérobeurs. Une nouvelle notion s'introduit donc de nouveaux échelons, de nouvelles théoriques ou théories. Cela peut conduire à l'exil ou à la reconnaissance par le conseil des sages. Ainsi né le caractère. Zarathoustra fut exilé de ses études et il se met à méditer: " Mozart ou Wagner, dans quelles catégories peut on me dévoiler." Le Vent alors se mets à gronder : " Et Beethoven et Strauss." Mais Lequel Seigneur." S'écrit Zarathoustra. Le ciel s'éclaircit et le vent murmure : "L'EXISTENCE." . Zarathoustra alors se construit une caverne où il nourrit les animaux et raconte des fables qu'il colle sur les murs. Le Patrimoine Jacques et le Pire Nicolas représente ses actions en des formes de banquets et de satyre conduisant le peuple dans une euphorie. Zarathoustra tomba malade et ces animaux furent chassés de sa caverne. Ils étaient dans des fermes et furent tués à cause de la grippe aviaire. Il pleura ses animaux de la prairie des filtre, une fois qu'il fut remis sur les pieds. Il regarde Toulouse et La France d'un autre regard. Il se rappelle du message du Vent: "L'EXISTENCE.". Il aurait pu crier sa colère mais certains porte l'empreinte et la générosité de l'existence. Il recommence sa caverne et s'appelle par son prénom, Moi. Il reparle de secourisme et ne se dérobe aux critiques et critères de ses ennemis envieux même accompagné de leurs fanatiques et bacchantes. Le Secourisme est la première protection envers l'existence. Je m'appelle Yanis.
http://leclandesmouettes.bbflash.net/t95-zarathoustra-luc-ferry-et-l-exode
Ecrit de
TAY
La chouette effraie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 7486
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: Re: the London Jazz Composers Orchestra Politics   Jeu 22 Sep à 10:18

La puissance subversive de la thèse développée dans le Discours ne s’est jamais démentie. Même s’il serait anachronique de la qualifier d’anarchiste, cette thèse résonne encore aujourd’hui dans la réflexion libertaire sur le principe d’autorité. Le jeune humaniste sarladais recherchait une explication à l’étonnant et tragique succès que connaissent les tyrannies de son époque. S’écartant de la voie traditionnelle, La Boétie porte son attention non sur les tyrans mais sur les sujets privés de leur liberté. Et il pose une question troublante : comment peut-il se faire que « tant d’hommes, tant de bourgs, tant de villes, tant de nations endurent quelquefois un tyran seul, qui n’a de puissance que celle qu’ils lui donnent ? » Si pour éviter la censure, les exemples sont tirés de l’Antiquité, la réflexion porte bien sur son époque, dans un pays où le poids du pouvoir monarchique se renforce.

L’originalité de la thèse de La Boétie est contenue tout entière dans l’association paradoxale des termes « servitude » et « volontaire ». Il établit ainsi un modèle de la servitude, des causes de son apparition à celles de son maintien qu’il s’agit d’établir ici.

Un point de vue : La Boétie, en énonçant son discours, ne se positionne pas comme maître à penser, ni comme détenteur de la vérité : ceux qui affirment détenir la vérité sont en vérité ceux qui détiennent la maîtrise. Ce qui est vrai, c'est la compréhension singulière qu'on a du texte ; pour accéder à la liberté, il faut n'être ni maître ni esclave. C'est à un relativisme sceptique que le Discours invite à penser[réf. souhaitée] ; question de point de vue.

Le Malencontre : origine de la dénaturation

La Boétie découvre, par glissement hors de l'Histoire, que la société où le peuple veut servir le tyran est historique, qu'elle n'est pas éternelle et n'a pas toujours existé, qu'elle a une date de naissance et que quelque chose a dû nécessairement se passer, pour que les hommes tombent de la liberté dans la servitude : « quel malencontre a été cela, qui a pu tant dénaturer l’homme, seul né de vrai pour vivre franchement [librement] ; et lui faire perdre la souvenance de son premier être, et le désir de le reprendre ? »

Le Malencontre est un accident tragique, une malchance inaugurale dont les effets ne cessent de s'amplifier au point que s'abolit la mémoire de l'avant, au point que l'amour de la servitude s'est substitué au désir de liberté. La Boétie considère donc le passage de la liberté à la servitude « sans nécessité » et affirme que la division de la société entre ceux qui commandent et ceux qui obéissent est « accidentelle ». Ce qui est désigné ici, c'est bien ce moment historique de la naissance de l'Histoire, cette rupture fatale que constitue dans l’histoire de l’humanité la naissance de l’État. Or, celle-ci est contingente, et non pas inévitable.

Cette chute de la société dans la servitude volontaire de presque tous à un seul fait apparaître un homme nouveau, qui n'est plus un homme, pas même un animal, puisque « les bêtes… ne se peuvent accoutumer à servir, qu’avec protestation d’un désir contraire… », cet être difficile à nommer est dénaturé. Car la servitude est contraire à l’état de nature : « Ce qu’il y a de clair et d’évident pour tous, et que personne ne saurait nier, c’est que la nature, premier agent de Dieu, […] nous a tous créés et coulés, en quelque sorte au même moule, pour nous montrer que nous sommes tous égaux, ou plutôt frères. »

L’état de nature voudrait donc que les sociétés soient « égalitaires » où personne ne pourrait détenir du pouvoir sur les autres. C’est-à-dire le contraire de la servitude que connaissent les peuples. La première cause de la servitude est donc l'oubli de la liberté, et la coutume de vivre dans une société hiérarchisée où règne la domination des uns sur les autres. « La première raison de la servitude volontaire, c'est l'habitude » ; « la première raison pour laquelle les hommes servent volontairement, c'est qu'ils naissent serfs et qu'ils sont élevés dans la servitude ».

La liberté délaissée

C’est bien le peuple qui délaisse la liberté, et non pas le tyran qui la lui prend. En effet, comment expliquer que les hommes non seulement se résignent à la soumission mais, bien plus, servent avec leur plein consentement ? Ainsi certains hommes seraient même prêts à perdre leur vie pour le tyran. Seule la servitude de l’homme permet au tyran de rester au pouvoir, l’obéissance est un préalable à la violence.

Face à l’individu qui s’est soumis, La Boétie refuse d’opposer les bons princes aux mauvais tyrans. Qu'importe en effet que le prince soit d'un naturel aimable ou cruel : n'est-il pas, de toute manière, le prince que le peuple sert ? « S’ils arrivent au trône par des moyens divers, leur manière de régner est toujours à peu près la même. Ceux qui sont élus par le peuple le traitent comme un taureau à dompter, les conquérants comme leur proie, les successeurs comme un troupeau d’esclaves qui leur appartient par nature. »

Aux questions pourquoi le Malencontre est-il advenu ? – pourquoi la dénaturation de l'homme a-t-elle eu lieu ? – pourquoi la division s'est-elle installée dans la société ?, La Boétie ne répond pas. Elle concerne, énoncée en termes modernes, l'origine de l’État. Mais rien ne permet à l’auteur de comprendre pour quelles raisons les hommes renoncèrent à la liberté. Il tente en revanche d'apporter une réponse à la seconde question : comment le renoncement à la liberté peut-il être durable, comment l'inégalité se reproduit-elle constamment ?
De la pérennité de la tyrannie comme modèle de domination
La volonté de soumission

L’une des raisons de ce maintien de la servitude est que les tyrans usent de plusieurs stratagèmes pour affaiblir le peuple. D'abord, le peuple est engourdi par le théâtre et les passe-temps ludiques. La Boétie condamne ainsi ces « drogueries » : « Les théâtres, les jeux, les farces, les spectacles, les gladiateurs, les bêtes curieuses, les médailles, les tableaux et autres drogues de cette espèce étaient pour les peuples anciens les appâts de la servitude, la compensation de leur liberté ravie, les instruments de la tyrannie. » Le tyran allèche ses esclaves pour endormir les sujets dans la servitude. Il accorde des largesses à son peuple sans que celui-ci se rende compte que c’est avec l’argent même soutiré à ses sujets que ces divertissements sont financés. Ils font parfois, avant de commettre leurs crimes, de beaux discours sur le bien général et la nécessité de l’ordre public. D’autres utilisent l’artifice de la religion pour susciter la crainte du sacrilège, utilisant la tendance de l’ignorant à la superstition. La Boétie, dans un siècle pourtant marqué par les guerres de religion, distingue Dieu du pouvoir. Le pouvoir n’est pas d’origine divine, mais vient bien de la servitude des hommes.

Mais l'idéologie, les passe-temps ludiques et les diverses superstitions ne peuvent endormir que le « gros populas », et non pas les « hommes bien nés » et cultivés. « Toujours en est-il certains qui, plus fiers et mieux inspirés que les autres, sentent le poids du joug et ne peuvent s’empêcher de le secouer ; qui ne se soumettent jamais à la sujétion […] Ceux-là ayant l’entendement net et l’esprit clairvoyant, ne se contentent pas, comme les ignorants encroûtés, de voir ce qui est à leurs pieds, sans regarder ni derrière, ni devant ; ils rappellent au contraire les choses passées pour juger plus sainement le présent et prévoir l’avenir. Ce sont ceux qui ayant d’eux-mêmes l’esprit droit, l’ont encore rectifié par l’étude et le savoir. Ceux-là, quand la liberté serait entièrement perdue et bannie de ce monde, l’y ramèneraient ; car la sentant vivement, l’ayant savourée et conservant son germe en leur esprit, la servitude ne pourrait jamais les séduire, pour si bien qu’on l’accoutrât. » Ainsi, même sous un régime autoritaire, il y en aura toujours pour résister.

Mais la principale raison est qu'une partie de la population se met au service de la tyrannie par cupidité et désir d'honneurs. « Ce que j’ai dit jusqu’ici sur les moyens employés par les tyrans pour asservir [la contrainte, la coutume d’obéir, l’idéologie, les jeux ou les superstitions], n’est guère mis en usage par eux que sur la partie ignorante et grossière du peuple. » Ainsi, si le tyran veut maintenir sa domination, il doit trouver un autre stratagème pour les gens instruits. C'est là « le secret et le ressort de la domination, le soutien et le fondement de toute tyrannie » : rendre ces gens « complices » des « cruautés » du tyran, les asservir en leur donnant l'occasion de dominer d'autres à leur tour. Ce sont donc les courtisans qui se font les complices de la tyrannie, perdant du même coup leur propre liberté. Certains hommes flattent leur maître espérant ses faveurs, sans voir que la disgrâce les guette nécessairement, devenus complices du pouvoir. Ainsi se forme la pyramide sociale qui permet au tyran d’« asservir les sujets les uns par le moyen des autres ». La résistance et l'usage de la raison sont donc les moyens de reconquérir la liberté (La Boétie ne fait aucune théorie de la révolte populaire) car les tyrans « ne sont grands que parce que nous sommes à genoux ».

La tyrannie s’assimile à une pyramide fondée sur le contrôle social: « cinq ou six ont eu l’oreille du tyran […]. Ces six ont six cents qui profitent sous eux, et qui font de leurs six cents ce que les six font au tyran […] ces six cents en maintiennent sous eux six mille… ». Une majorité a alors intérêt à la tyrannie. La structure hiérarchique du pouvoir permet d’enfermer la majorité dominée en différents sous-groupes intermédiaires. Marcel Conche résume cette pyramide des intérêts en une formule : « le tyran tyrannise grâce à une cascade de tyranneaux, tyrannisés sans doute, mais tyrannisant à leur tour »1.

Or, ces courtisans sont encore moins libres que le peuple opprimé : « Le laboureur et l’artisan, pour tant asservis qu’ils soient, en sont quittes en obéissant ; mais le tyran voit ceux qui l’entourent, coquinant et mendiant sa faveur. Il ne faut pas seulement qu’ils fassent ce qu’il ordonne, mais aussi qu’ils pensent ce qu’il veut, et souvent même, pour le satisfaire, qu’ils préviennent aussi ses propres désirs. Ce n’est pas tout de lui obéir, il faut lui complaire, il faut qu’ils se rompent, se tourmentent, se tuent à traiter ses affaires et puisqu’ils ne se plaisent que de son plaisir, qu’ils sacrifient leur goût au sien, forcent leur tempérament et le dépouillant de leur naturel […] Est-ce là vivre heureusement ? Est-ce même vivre ? […] Quelle condition est plus misérable que celle de vivre ainsi n’ayant rien à soi et tenant d’un autre son aise, sa liberté, son corps et sa vie ! »
Comment sortir de cette servitude ?

Pour sortir de cette domination il faut sortir de l'habitude. L'homme qui connaît la liberté n'y renonce que contraint et forcé. Mais ceux qui n'ont jamais connu la liberté « servent sans regret et font volontairement ce que leurs pères n’auraient fait que par contrainte. La première raison pour laquelle les hommes servent volontairement, c’est qu’ils naissent serfs et qu’ils sont élevés comme tels. » Comme le précise La Boétie, « on ne regrette jamais ce que l’on n’a jamais eu ».

Ce n'est pas que l'homme nouveau ait perdu sa volonté, c'est qu'il la dirige vers la servitude : le peuple, comme s'il était victime d'un sort, d'un enchantement, veut servir le tyran. En effet, pour l’auteur du Discours, la domination du tyran ne tient que par le consentement des individus. Sans ce consentement, la domination ne serait rien : « soyez résolus de ne servir plus, et vous voilà libres ». Les hommes sont responsables de leur assujettissement au pouvoir. En un mot, la tyrannie repose moins sur la répression que sur la dépossession volontaire de la liberté.

Pour La Boétie, la liberté n'est pas l'objet de la volonté, mais désir (volonté) et liberté sont confondus : désirez et vous êtes libre, car un désir qui n'est pas libre n'est pas concevable, n'est pas un désir. La liberté c'est ce que nous sommes, et si vous n'êtes pas libre, c'est que vous avez renoncé à votre désir. Le point central de la domination est ainsi le refus par le moi, le je, de s'assumer comme liberté.

C’est le principe de la désobéissance civile qui sera ensuite repris d’Henry David Thoreau à Gandhi. La Boétie est un de ces premiers théoriciens d’un mode d’action qu’il faut distinguer de la rébellion, qui elle est active. Sans le soutien actif du peuple, les tyrans n’auraient aucun pouvoir. La désobéissance passive suffit à briser les chaînes de la domination.

Comment ne pas rentrer dans la servitude ? En gardant l'esprit libre. Un tyran peut-il régner sur un peuple d'Hommes Libres ? (Inspiration de saint Augustin).
Histoire d'une œuvre

Ce sont les monarchomaques protestants qui les premiers, face aux persécutions, décidèrent de le publier en 1574 sous le nom de Contr’un. Cet ouvrage constitue une excellente préfiguration de la pensée anti-absolutiste qui commence à se diffuser dans le royaume. Et après le massacre de la Saint-Barthélemy se posait légitimement pour eux la question de leur relation au tyran et de la nécessité de s’en libérer. Mais cette édition hâtée empêcha Montaigne (grand ami de La Boétie) de l’inclure dans ses Essais qu'il avait écrits comme « écrin » pour ce discours, de peur de passer pour un calviniste et de discréditer l’œuvre.

La Boétie a élaboré une réflexion très originale pour son époque. La virulence du texte (même si cela est atténué par l’emploi d’exemples uniquement tirés de l’Antiquité afin de protéger son auteur), le peu d’occurrence de Dieu dans la réflexion sur le pouvoir, la notion de désobéissance civile, sont des problématiques qui ne seront reprises que bien après.

Toutefois, la réflexion de La Boétie a été oubliée pendant plusieurs siècles, réapparaissant sporadiquement. Il fut même plagié sous la Révolution française par Marat dans Les Chaînes de l’esclavage. Ce n’est qu’au XIXe siècle avec Lamennais que Le Discours de la servitude volontaire est enfin reconnu comme une œuvre majeure. Il fut ensuite repris par des auteurs comme Henri Bergson ou Simone Weil ou Pierre Clastres, anthropologue qui a étudié des sociétés sans pouvoir étatique, inspirant tous ceux qui n’ont pas fini de s’étonner que « dans la balance sociale, le gramme l’emportait sur le kilo ». Plus tard, Wilhelm Reich, Gilles Deleuze et Félix Guattari font de la question de la servitude volontaire l'énigme centrale de la philosophie politique, notamment dans L'Anti-Œdipe.

Le Discours de la servitude volontaire ou le Contr'un est un ouvrage rédigé en 1549[réf. nécessaire] par Étienne de La Boétie à l'âge de dix-huit ans. Sa première publication date de 1576.

Ce texte consiste en un court réquisitoire contre l'absolutisme qui étonne par son érudition et par sa profondeur, alors qu'il a été rédigé par un jeune homme d'à peine dix-huit ans. Ce texte pose la question de la légitimité de toute autorité sur une population et essaie d'analyser les raisons de la soumission de celle-ci (rapport « domination-servitude »).

http://leclandesmouettes.bbflash.net/t95-zarathoustra-luc-ferry-et-l-exode
_________________
Kounak le chat....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 7486
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: Re: the London Jazz Composers Orchestra Politics   Jeu 22 Sep à 10:19

Impact factor

The impact factor (IF) of an academic journal is a measure reflecting the yearly average number of citations to recent articles published in that journal. It is frequently used as a proxy for the relative importance of a journal within its field; journals with higher impact factors are often deemed to be more important than those with lower ones. The impact factor was devised by Eugene Garfield, the founder of the Institute for Scientific Information. Impact factors are calculated yearly starting from 1975 for those journals that are indexed in the Journal Citation Reports.

Calculation

In any given year, the impact factor of a journal is the number of citations received by articles published in that journal during the two preceding years, divided by the total number of articles published in that journal during the two preceding years.[1] For example, if a journal has an impact factor of 3 in 2008, then its papers published in 2006 and 2007 received 3 citations each on average in 2008.

Note that 2008 impact factors are actually published in 2009; they cannot be calculated until all of the 2008 publications have been processed by the indexing agency.

New journals, which are indexed from their first published issue, will receive an impact factor after two years of indexing; in this case, the citations to the year prior to Volume 1, and the number of articles published in the year prior to Volume 1 are known zero values. Journals that are indexed starting with a volume other than the first volume will not get an impact factor until they have been indexed for three years. Occasionally, Thomson Reuters assigns an impact factor to new journals with less than two years of indexing, based on partial citation data.[2][3] Annuals and other irregular publications sometimes publish no items in a particular year, affecting the count. The impact factor relates to a specific time period; it is possible to calculate it for any desired period, and the Journal Citation Reports (JCR) also includes a five-year impact factor.[4] The JCR shows rankings of journals by impact factor, if desired by discipline, such as organic chemistry or psychiatry.
Use

The impact factor is used to compare different journals within a certain field. The Web of Science indexes more than 11,000 science and social science journals.[5][6]

It is possible to examine the impact factor of the journals in which a particular person has published articles. This use is widespread, but controversial. Garfield warns about the "misuse in evaluating individuals" because there is "a wide variation from article to article within a single journal".[7] Impact factors have a large, but controversial, influence on the way published scientific research is perceived and evaluated.

Some companies are producing false impact factors.[8]
Criticisms

Numerous criticisms have been made regarding the use of impact factors.[9][10] For one thing, the impact factor might not be consistently reproduced in an independent audit.[11] There is also a more general debate on the validity of the impact factor as a measure of journal importance and the effect of policies that editors may adopt to boost their impact factor (perhaps to the detriment of readers and writers). Other criticism focuses on the effect of the impact factor on behavior of scholars, editors and other stakeholders.[12][13] Others have criticized the impact factor more generally on the institutional background of the neoliberal academia, claiming that what is needed is not just its replacement with more sophisticated metrics but a democratic discussion on the social value of research assessment and the growing precariousness of scientific careers.[14][15][16]
Validity as a measure of importance

It has been stated that impact factors and citation analysis in general are affected by field-dependent factors[17] which may invalidate comparisons not only across disciplines but even within different fields of research of one discipline.[18] The percentage of total citations occurring in the first two years after publication also varies highly among disciplines from 1–3% in the mathematical and physical sciences to 5–8% in the biological sciences.[19] Thus impact factors cannot be used to compare journals across disciplines.

The impact factor is based on the arithmetic mean number of citations per paper, yet citation counts have highly skewed distributions,[20] making the arithmetic mean potentially misleading if used to gauge the typical impact of articles in the journal rather than the overall impact of the journal itself.[21] For example, about 90% of Nature's 2004 impact factor was based on only a quarter of its publications, and thus the actual number of citations for a single article in the journal is in most cases much lower than the mean number of citations across articles.[22] Furthermore, the strength of the relationship between impact factors of journals and the citation rates of the papers therein has been steadily decreasing since articles began to be available digitally.[23]

Indeed, impact factors are sometimes used to evaluate not only the journals but the papers therein, thereby devaluing papers in certain subjects.[24] The Higher Education Funding Council for England was urged by the House of Commons Science and Technology Select Committee to remind Research Assessment Exercise panels that they are obliged to assess the quality of the content of individual articles, not the reputation of the journal in which they are published.[25] The effect of outliers can be seen in the case of the article "A short history of SHELX", which included this sentence: "This paper could serve as a general literature citation when one or more of the open-source SHELX programs (and the Bruker AXS version SHELXTL) are employed in the course of a crystal-structure determination". This article received more than 6,600 citations. As a consequence, the impact factor of the journal Acta Crystallographica Section A rose from 2.051 in 2008 to 49.926 in 2009, more than Nature (at 31.434) and Science (at 28.103).[26] The second-most cited article in Acta Crystallographica Section A in 2008 only had 28 citations.[27] It is also important to note that impact factor is a journal metric and should not be used to assess individual researchers or institutions.[28][29]

Journal rankings constructed based solely on impact factors only moderately correlate with those compiled from the results of expert surveys.[30]

A.E. Cawkell, sometime Director of Research at the Institute for Scientific Information remarked that the Science Citation Index (SCI), on which the impact factor is based, ″would work perfectly if every author meticulously cited only the earlier work related to his theme; if it covered every scientific journal published anywhere in the world; and if it were free from economic constraints.″[31]
Editorial policies that affect the impact factor

A journal can adopt editorial policies to increase its impact factor.[32][33] For example, journals may publish a larger percentage of review articles which generally are cited more than research reports.[34] Thus review articles can raise the impact factor of the journal and review journals will therefore often have the highest impact factors in their respective fields.[35] Some journal editors set their submissions policy to "by invitation only" to invite exclusively senior scientists to publish "citable" papers to increase the journal impact factor.[35]

Journals may also attempt to limit the number of "citable items"—i.e., the denominator of the impact factor equation—either by declining to publish articles that are unlikely to be cited (such as case reports in medical journals) or by altering articles (e.g., by not allowing an abstract or bibliography in hopes that Thomson Scientific will not deem it a "citable item"). As a result of negotiations over whether items are "citable", impact factor variations of more than 300% have been observed.[36] Items considered to be uncitable—and thus are not incorporated in impact factor calculations—can, if cited, still enter into the numerator part of the equation despite the ease with which such citations could be excluded. This effect is hard to evaluate, for the distinction between editorial comment and short original articles is not always obvious. For example, letters to the editor may refer to either class.

Another less insidious tactic journals employ is to publish a large portion of its papers, or at least the papers expected to be highly cited, early in the calendar year. This gives those papers more time to gather citations. Several methods, not necessarily with nefarious intent, exist for a journal to cite articles in the same journal which will increase the journal's impact factor.[37][38]

Beyond editorial policies that may skew the impact factor, journals can take overt steps to game the system. For example, in 2007, the specialist journal Folia Phoniatrica et Logopaedica, with an impact factor of 0.66, published an editorial that cited all its articles from 2005 to 2006 in a protest against the "absurd scientific situation in some countries" related to use of the impact factor.[39] The large number of citations meant that the impact factor for that journal increased to 1.44. As a result of the increase, the journal was not included in the 2008 and 2009 Journal Citation Reports.[40]

Coercive citation is a practice in which an editor forces an author to add extraneous citations to an article before the journal will agree to publish it, in order to inflate the journal's impact factor. A survey published in 2012 indicates that coercive citation has been experienced by one in five researchers working in economics, sociology, psychology, and multiple business disciplines, and it is more common in business and in journals with a lower impact factor.[41] However, cases of coercive citation have occasionally been reported for other scientific disciplines.[42]
Responses

Because "the impact factor is not always a reliable instrument", in November 2007 the European Association of Science Editors (EASE) issued an official statement recommending "that journal impact factors are used only—and cautiously—for measuring and comparing the influence of entire journals, but not for the assessment of single papers, and certainly not for the assessment of researchers or research programmes".[10]

In July 2008, the International Council for Science (ICSU) Committee on Freedom and Responsibility in the Conduct of Science (CFRS) issued a "statement on publication practices and indices and the role of peer review in research assessment", suggesting many possible solutions—e.g., considering a limit number of publications per year to be taken into consideration for each scientist, or even penalising scientists for an excessive number of publications per year—e.g., more than 20.[43]

In February 2010, the Deutsche Forschungsgemeinschaft (German Research Foundation) published new guidelines to evaluate only articles and no bibliometric information on candidates to be evaluated in all decisions concerning "performance-based funding allocations, postdoctoral qualifications, appointments, or reviewing funding proposals, [where] increasing importance has been given to numerical indicators such as the h-index and the impact factor".[44] This decision follows similar ones of the National Science Foundation (US) and the Research Assessment Exercise (UK).[citation needed]

In response to growing concerns over the inappropriate use of journal impact factors in evaluating scientific outputs and scientists themselves, the American Society for Cell Biology together with a group of editors and publishers of scholarly journals created the San Francisco Declaration on Research Assessment (DORA). Released in May 2013, DORA has garnered support from thousands of individuals and hundreds of institutions,[45] including in March 2015 the League of European Research Universities (a consortium of 21 of the most renowned research universities in Europe),[46] who have endorsed the document on the DORA website.

Université de Montréal, Imperial College London, PLOS, eLife, EMBO Journal, The Royal Society, Nature (journal) and Science (journal) proposed citation distributions metrics as alternative to impact factors.[47][48][49]
Closely related indices

Some related values, also calculated and published by the same organization, include:

Cited half-life: the median age of the articles that were cited in Journal Citation Reports each year. For example, if a journal's half-life in 2005 is 5, that means the citations from 2001-2005 are half of all the citations from that journal in 2005, and the other half of the citations precede 2001[50]
Aggregate impact factor for a subject category: it is calculated taking into account the number of citations to all journals in the subject category and the number of articles from all the journals in the subject category
Immediacy index: the number of citations the articles in a journal receive in a given year divided by the number of articles published.

As with the impact factor, there are some nuances to this: for example, ISI excludes certain article types (such as news items, correspondence, and errata) from the denominator.[51][52][53]
Other measures of impact
Main article: Citation metrics
Further information: Scientometrics

Additional journal-level metrics are available from other organizations. The measures above apply only to journals, not individual scientists, unlike researcher-level metrics such as the H-index. Article-level metrics measure impact at an article level instead of journal level. Other more general alternative metrics, or "altmetrics", may include article views, downloads, or mentions in social media.
Counterfeit

Fake impact factors are produced by companies not affiliated with Thomson Reuters (TR).[54] These are often used by predatory publishers.[55] Consulting TR's master journal list can confirm if a publication is indexed by TR, which is a necessary (but not sufficient) condition for obtaining an IF.[56]
See also

Citation impact
Scientometrics

References

"Journal Citation Reports: Impact Factor". Retrieved 2016-09-12.
blogs.rsc.org. "RSC Advances receives its first partial impact factor", June 24, 2013. Retrieved on May 21st 2015.
news.cell.com. "Our first (partial) impact factor and our continuing (full) story", July 30th, 2014. Retrieved on May 21st 2015.
"JCR with Eigenfactor". Retrieved 2009-08-26.
"Web of Knowledge > Real Facts > Quality and Quantity". Retrieved 2010-05-05.
"Thomson Reuters Master Journal List". Thomson Reuters. Retrieved 2013-06-20.
Eugene Garfield (June 1998). "The Impact Factor and Using It Correctly". Der Unfallchirurg. 101 (6): 413–414. PMID 9677838.
"The story of fake impact factor companies and how we detected them". Electron Physician. Jun 5, 2015. doi:10.14661/2015.1069-1072 (inactive 2016-01-10).
"Time to remodel the journal impact factor". Nature (journal). 535 (466). 2016. doi:10.1038/535466a.
"European Association of Science Editors (EASE) Statement on Inappropriate Use of Impact Factors". Retrieved 2012-07-23.
Rossner, M., Van Epps, H., Hill, E. (17 December 2007). "Show me the data". Journal of Cell Biology. 179 (6): 1091–2. doi:10.1083/jcb.200711140. PMC 2140038free to read. PMID 18086910.
Wesel, M. van (2016). "Evaluation by Citation: Trends in Publication Behavior, Evaluation Criteria, and the Strive for High Impact Publications". Science and Engineering Ethics. 22 (1): 199–225. doi:10.1007/s11948-015-9638-0.
Moustafa, Khaled (2015). "The disaster of the impact factor". Science and Engineering Ethics. 21 (1): 139–142. doi:10.1007/s11948-014-9517-0. PMID 24469472.
Brembs, B.,; Button, K.; Munafò, M. (2013). "Deep impact: Unintended consequences of journal rank.". Frontiers in Human Neuroscience. 7 (291): 1–12. doi:10.3389/fnhum.2013.00291.
Kansa, E. (2013, December 11). It’s the neoliberalism, stupid: Why instrumentalist arguments for open access, open data, and open science are not enough. http://blogs.lse.ac.uk/impactofsocialsciences/2014/01/27/its-the-neoliberalism-stupid-kansa/
Cabello, F.; Rascón, M.T. (2015). "The Index and the Moon. Mortgaging Scientific Evaluation.". International Journal of Communication. 9: 1880–1887 http://ijoc.org/index.php/ijoc/article/view/3629/1407.
Bornmann, L.; Daniel, H. D. (2008). "What do citation counts measure? A review of studies on citing behavior". Journal of Documentation. 64 (1): 45–80. doi:10.1108/00220410810844150.
Anauati, Maria Victoria and Galiani, Sebastian and Gálvez, Ramiro H., Quantifying the Life Cycle of Scholarly Articles Across Fields of Economic Research (November 11, 2014). Available at SSRN: http://ssrn.com/abstract=2523078
Erjen van Nierop (2009). "Why Do Statistics Journals Have Low Impact Factors?". Statistica Neerlandica. 63 (1): 52–62. doi:10.1111/j.1467-9574.2008.00408.x.
http://www.nature.com/news/beat-it-impact-factor-publishing-elite-turns-against-controversial-metric-1.20224
Joint Committee on Quantitative Assessment of Research (12 June 2008). "Citation Statistics" (PDF). International Mathematical Union.
"Not-so-deep impact". Nature. 435 (7045): 1003–1004. 23 June 2005. doi:10.1038/4351003b. PMID 15973362.
Lozano, George A.; Larivière, Vincent; Gingras, Yves (2012). "The weakening relationship between the impact factor and papers' citations in the digital age". Journal of the American Society for Information Science and Technology. 63 (11): 2140–2145. doi:10.1002/asi.22731.
John Bohannon (2016). "Hate journal impact factors? New study gives you one more reason". Science (journal). doi:10.1126/science.aag0643.
"House of Commons – Science and Technology – Tenth Report". 2004-07-07. Retrieved 2008-07-28.
Grant, Bob (21 June 2010). "New impact factors yield surprises". The Scientist. Retrieved 31 March 2011.
"What does it mean to be #2 in Impact?", Thomson Reuters Community.
Seglen, P. O. (1997). "Why the impact factor of journals should not be used for evaluating research". BMJ. 314 (7079): 498–502. doi:10.1136/bmj.314.7079.497. PMC 2126010free to read. PMID 9056804.
"EASE Statement on Inappropriate Use of Impact Factors". European Association of Science Editors. November 2007. Retrieved 2013-04-13.
Serenko, A., Dohan, M. (2011). "Comparing the expert survey and citation impact journal ranking methods: Example from the field of Artificial Intelligence" (PDF). Journal of Informetrics. 5 (4): 629–648. doi:10.1016/j.joi.2011.06.002.
"Editorial". J. Biol. Phys. Chem. 9 (4): 139–40. 2009.
Monastersky, Richard (14 October 2005). "The Number That's Devouring Science". The Chronicle of Higher Education.
Arnold, Douglas N.; Fowler, Kristine K. (2011). "Nefarious Numbers". Notices of the American Mathematical Society. 58 (3): 434–437. arXiv:1010.0278free to read. Bibcode:2010arXiv1010.0278A.
Garfield, Eugene (20 June 1994). "The Thomson Reuters Impact Factor". Thomson Reuters.
Moustafa, Khaled (2014). "The disaster of the impact factor". Science and Engineering Ethics. 21 (1): 139–142. doi:10.1007/s11948-014-9517-0. PMID 24469472.
PLoS Medicine Editors (6 June 2006). "The Impact Factor Game". PLoS Medicine. 3 (6): e291. doi:10.1371/journal.pmed.0030291. PMC 1475651free to read. PMID 16749869. open access publication - free to read
Agrawal, A. (2005). "Corruption of Journal Impact Factors" (PDF). Trends in Ecology and Evolution. 20 (4): 157. doi:10.1016/j.tree.2005.02.002. PMID 16701362.
Fassoulaki, A., Papilas, K., Paraskeva, A., Patris, K. (2002). "Impact factor bias and proposed adjustments for its determination". Acta Anaesthesiologica Scandinavica. 46 (7): 902–5. doi:10.1034/j.1399-6576.2002.460723.x. PMID 12139549.
Schuttea, H. K., Svec, J. G. (2007). "Reaction of Folia Phoniatrica et Logopaedica on the Current Trend of Impact Factor Measures". Folia Phoniatrica et Logopaedica. 59 (6): 281–285. doi:10.1159/000108334. PMID 17965570.
"Journal Citation Reports – Notices". Archived from the original on 2010-05-15. Retrieved 2009-09-24.
Wilhite, A. W.; Fong, E. A. (2012). "Coercive Citation in Academic Publishing". Science. 335 (6068): 542–3. Bibcode:2012Sci...335..542W. doi:10.1126/science.1212540. PMID 22301307.
http://www.bmj.com/content/314/7079/461.5
"International Council for Science statement". Icsu.org. 2014-05-02. Retrieved 2014-05-18.
DFG press release <http://www.dfg.de/en/service/press/press_releases/2010/pressemitteilung_nr_07/index.html>
Cabello, F. and Rascon, M.T. (2015) "The Index and the Moon. Mortgaging Scientific Evaluation". International Journal of Communication <http://ijoc.org/index.php/ijoc/article/view/3629/1407>
Original LERU press release <http://www.leru.org/index.php/public/news/not-everything-that-can-be-counted-counts->
Veronique Kiermer (2016). "Measuring Up: Impact Factors Do Not Reflect Article Citation Rates". PLOS.
"Ditching Impact Factors for Deeper Data". Retrieved 2016-07-29.
"Scientific publishing observers and practitioners blast the JIF and call for improved metrics.". Retrieved 2016-03-08.
Impact Factor, Immediacy Index, Cited Half-life Archived May 23, 2008, at the Wayback Machine.
"Bibliometrics (journal measures)". Elsevier. Retrieved 2012-07-09. "a measure of the speed at which content in a particular journal is picked up and referred to"
"Glossary of Thomson Scientific Terminology". Thomson Reuters. Retrieved 2012-07-09.
"Journal Citation Reports Contents -- Immediacy Index" ((online)). Thomson Reuters. Retrieved 2012-07-09. "The Immediacy Index is the average number of times an article is cited in the year it is published. The journal Immediacy Index indicates how quickly articles in a journal are cited. The aggregate Immediacy Index indicates how quickly articles in a subject category are cited."
Jalalian M (2015). "The story of fake impact factor companies and how we detected them". Electron Physician. 7 (2): 1069–72. doi:10.14661/2015.1069-1072. PMC 4477767free to read. PMID 26120416.
Jeffrey Beall. "Scholarly Open-Access - Fake impact factors".

"Thomson Reuters Interllectual Property & Science Master Journal List".

Further reading

Garfield, E. (2006). "The History and Meaning of the Journal Impact Factor". JAMA. 295 (1): 90–3. doi:10.1001/jama.295.1.90. PMID 16391221.
Garfield, E (1999). "Journal impact factor: a brief review". Canadian Medical Association Journal. 161: 979–980.
McVeigh, M. E.; Mann, S. J. (2009). "The Journal Impact Factor Denominator". JAMA. 302 (10): 1107–9. doi:10.1001/jama.2009.1301. PMID 19738096.
Hubbard, S. C.; McVeigh, M. E. (2011). "Casting a wide net: The Journal Impact Factor numerator". Learned Publishing. 24 (2): 133–137. doi:10.1087/20110208.
Gilbert, Natasha (2010). "UK science will be judged on impact". Nature. 468 (7322): 357. Bibcode:2010Natur.468..357G. doi:10.1038/468357a. PMID 21085146.
Groesser, Stefan N. (2012). "Dynamics of Journal Impact Factors". Systems Research and Behavioral Science. 29 (6): 624–644. doi:10.1002/sres.2142.
Marcus, Adam and Ivan Orasnky, "What's Behind Big Science Frauds?," The New York Times, May 22, 2015. [1]

External links

List of ranking (by field) and impact factor by Science Watch
2016 Journal Quality Factor Report
"Journal Citation Reports". Retrieved 2009-07-18.
Does the 'Impact Factor' Impact Decisions on Where to Publish?, American Physical Society. Accessed: 2010-07-10.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 7486
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: Re: the London Jazz Composers Orchestra Politics   Jeu 22 Sep à 10:21

La folie de la jeunesse est le propre de l'age et l'enseignement est le phare des chiffres... TAY de Toulouse. Aimer rime avec le mystère de l'ombre: certains le poursuivent sans l'atteindre, d'autres le vivent sans le voir et puis il y a la métamorphose: l'ombre métamorphosé en âme ou bien l'inverse dans le Styx... Cela est le Bien et le Mal dans le Commencement de la Création des Hommes et des Amazones... Et puis la Femme engendra l'Amour et l'Amour se dispersa en une Discorde: L'Amitié et la Jalousie. L'Histoire des Anges, des Démons et de la Créativité, à vos plumes enfants de la Créativité et l'oubli du Sens. Naissance du Pardon dans l'Amour: Voilà notre histoire, peuples du Bien et du Mal... Nuisible et projecteur des rongeurs, certes.... Le massacre de Brebis est ... Pourtant,le seuil n'est pas franchi; l'Homme devra dans l'avenir savoir catalogué son savoir à celui du ventre: Pour entretenir une arche ou une société, il faut un droit à la survie pour l'animal tout comme pour le consommateur... L'Immobile voyage. Festival Sus'Arles. Moments précieux 12.Juillet 2012.mov

Aimer rime avec le mystère de l'ombre: certains le poursuivent sans l'atteindre, d'autres le vivent sans le voir et puis il y a la métamorphose: l'ombre métamorphosé en âme ou bien l'inverse dans le Styx... Cela est le Bien et le Mal dans le Commencement de la Création des Hommes et des Amazones... Et puis la Femme engendra l'Amour et l'Amour se dispersa en une Discorde: L'Amitié et la Jalousie. L'Histoire des Anges, des Démons et de la Créativité, à vos plumes enfants de la Créativité et l'oubli du Sens. Naissance du Pardon dans l'Amour: Voilà notre histoire, peuples du Bien et du Mal...On oubli que le phare. C'est un symbole que l'Homme peut avoir peur des élements. Des Hommes qui ont acquis le temporel de ceux qui peuvent prétendre avoir lutter dans l'Espérance et la Liberté, Dame

Droit de vote pour les femmes . L'espérance doit réagir à l'entente du sang et du crime. Ainsi parle la république. Parlons de Nava Kiran Plus, Blue Diamond Society est des autres associations partenaires au Népal, fortement touchées par les séismes. Deux mois plus tard, le temps de la reconstruction s'impose : Les centres de soins et d’hébergement de ces associations ont été très endommagés. Les bénéficiaires et les membres des associations se retrouvent sans abris, pour la plupart, avec des perturbations très conséquentes dans les parcours de soins. Ainsi parle La République.

Bebés, niños y adolescentes (desde el nacimiento hasta los 18 años)

Bebé y niño pequeño Preadolescente y adolescenteVacunar a sus hijos es una de las medidas más importantes para proteger su salud y su futuro. El calendario de vacunas infantil está diseñado para que resulte lo más seguro y conveniente posible, y proteger a los niños con mayor riesgo de tener complicaciones por la enfermedad. Proteja la salud de sus hijos informándose sobre las vacunas que necesitan y vacunando a los preadolescentes y adolescentes a tiempo. Si su hijo no se vacunó a los 11 ó 12 años, programe una cita para administrárselas de inmediato. Las vacunas son una parte importante para la atención preventiva a lo largo de toda la vida.

La magie n'est pas un remède et l'inquisiteur n'est pas une Source voilà l'Expression de Liberté de la Laïcité... L'Avenir de ceux qui renie(nt) d'être des Dieux malgré leur Science...

Selon la croyance, juste avant la semaine: Cette personne ne laisse personne indifférent. Indépendante ou femme soumise, elle restera dans l'histoire des rois, des républiques et des citoyennes. Oui aux votes. Marie, devant le découragement de son prêtre:La fête du Cœur Immaculé de Marie, Refuge des pécheurs, tient son origine dans le découragement d’un prêtre... Libre est d'y croire mais certains ont besoin de bien plus qu'une présence: Certains diront qu'il s'agit de l'acte de foi envers son Ame... Lisez cet article sur L' "Exorcismo Magno"...

Beauté de l'Art n'est point une Cruauté du Travail, elle s'accompagne des lauriets prénommé Endurance, Volonté et Patience. Pas de Dictature https://www.youtube.com/watch?v=cK1UfREJIHA

Je m'amuse par moment d'imaginer une suite à Humain, trop humain... Je ne suis pas fanatique de l'auteur mais dans tout être, j'y trouve une joie et une frayeur qui se nomme joie, peur barbare, espérance et libre de la Liberté: Sa mort est tragique car il a voulu intervenir devant le monde... En son soi, il y avait un cachalot qui affrontant une pieuvre sous les yeux d'un capitaine Achab et la mémoire d'un équipage prénommé Nautilus... Un homme frappant que ce Nietzsche. Photo de la planete naine de Pluton

J'ai publié ces photos et ces textes car j'aime l'immensité de la Mer, du Désert et de l'Infini actualiser dans le refuge bienheureux que procure un Phare.Des photos à ne pas oublier, elles sont l'épreuve de l'Eau décrite dans l'Univers de Dune: La République devant l'Empire. Telle est ma Loi et celle de mes Maîtres Siths et des Jedis de la Raison... L'Histoire de l'Homme, du Citoyen et du Roi devant l'Egalité... Le Temps, Le Chaos et le Destin face à l'adversité de la Discorde. .

Ainsi Parlait Zarathoustra: L'amour est-il la malédiction de l'Homme...? L'amour n'est pas un mirage et il est égnimatique. Tel Dieu, on lui donne une image par des étiquettes... Dans Ainsi Pärlait Zarathoustra, L'auteur décrit un Etre-Humain cherchant l'oubli mais qui est envahi de découvertes, de curiosité et de Jugements... Alors, il retourne dans la société ayant réussi à cicatriser ses plaies lors de sa méditation dans la caverne... Est-il maudit d'avoir voulu chercher ou est-il naïf d'avoir voulu atteindre l'innacessible exorcisme: A t'il voulu donner une formule sur l'essence de la conciensce. En tout cas, il a engendré une peur et on l'a bléssé dans l'amour propre de son Humanisme... Oui à la Gréve... Rien ne sortira de le plaindre car finalement, il est à l'origine d'une source aussi intarisable que l'echo de l'infini car au delà de la lumière: Il est un Lancelot du Lac de la Connaissance et de l'Ignorance... L'Amour est tout comme L'Invisible au dela du Bien et du Mal et c'est pour cela qu'il y a un ver prénommé Pécher dans le coeur de la Sensibilité prenommé la Faim et la Convoitise d'Autrui: La peur est naturel mais le désir doit comporter des régles et une justice pour éviter l'Esclavage, la Torture et les Viols... Ainsi est encore et toujours La Démocratie du Clan des Mouettes... Telle dans les mythologies,ivres, libre à chacun d'en interpréter le sens, chacun dans le gouffre d'Hadés peut écrire l'Histoire qu'en est il réellement du Destin. Cette phrase est une suite à notre dialogue car j'aimerai entretenir un dialogue écrit... La République. Il faut reconnaitre que si ils et elles sont parti(e)s; c'est que nous avons cru pouvoir créer un jardin... Il reflétè nos cauchemars et nos rêves finalement sont bien sombres: il reflétè l'orgueil de notre vanité. Tout comme les elfes, nous sommes aux portes de l’échec. Nos grands regrets finalement s'est éprouvé la faim d'une source de vie prénommé l'Existence.... Au mois de mai 1877, le général britannique Gordon Pacha devient gouverneur de la province équatoriale de l'Egypte, et ce jusqu'en 1879. Durant son mandat, il soumit le Soudan oriental à la couronne britannique, lutta contre la traite des esclaves dans les colonies, et mit fin à la révolte qui grondait au cœur du Darfour. Il meurt à Khartoum, au Soudan, le 26 janvier 1885, lors de la prise de la ville. Non au viol physique et morale...Rabah (Rabih az-Zubayr ibn Fadl Allah ou Rabih Fadlallah) (vers 1842 - 1900). Seigneur de la Guerre au Soudan et trafiquant d'esclaves, il devint sultan du Bornou en Afrique centrale, jusqu'à la conquête du Tchad par les Français. Oui à l'écoute et à la Liberté... Etre libre s'est être soi et c'est pour cela qu'il faut une justice face aux pensées autoritaires et démocratiques s'appelant Dictature du Mot.

Quand je vois ça... Il y a une rumeur qui se propage en moi et que je prononce Chair de Poule... C'est un sentiment et si cette photo est une sorte de chair de poule infime et que Spinoza appelle Essence... C'est une sensation physique et charnel prénommé Chaos et qui semble dire que le vide est une multitude de facettes vivantes et énergétiques prénommé La Nuit: Ainsi Naquit l'essence du Jour, Création de Yahvé... Voir le romantisme de la Genese... Le Juge süpreme de la république de l'Olivier. Alors, Certains de ces personnes vont applaudir que chaque mot est un préjugé... Cela est l'opinion qu'elle soit blanche ou noire, libre ou contrainte...
L'opinion s'est aussi de dire de Non à certaines choses et cela est le Libre-arbitre: D'où, la nécessité d'une Justice apte, libre et établi sur le sens de préjugé... Le fait est de dire que l'avenir est ainsi..; de figues et de raisins; Etre libre s'est être soi et c'est pour cela qu'il faut une justice face aux pensées autoritaires et démocratiques s'appelant Dictature du Mot. Et bien non car nous serions retourner dans le fanatisme de la chair engendré par la secte :Il faudra Dire Non à l'esclavage, à la torture et au viol physique et morale. Cela est combat individuelle et collectif de l'Essence: Oui à la Grève, à l’écoute, à la Justice et à l'expression du vote Universelle par l'individu propre et sur le fait aussi d’être venu dans un monde où l'imparfait du présent rime avec
cohabitation spirituelle du corps et de l’Appétit: La poésie de l’espèce et du patrimoine culturelle. Non à l'Esclavage...

La magie n'est pas un remède et l'inquisiteur n'est pas une Source voilà l'Expression de Liberté de la Laïcité... L'Avenir de ceux qui renie(nt) d'être des Dieux malgré leur Science...
TAY La chouette effraie...

A suivre
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 7486
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: Re: the London Jazz Composers Orchestra Politics   Jeu 22 Sep à 10:25

Chaque épisode commence ainsi : « Dans le système pénal américain, le ministère public est représenté par deux groupes distincts, mais d'égale importance : la police, qui enquête sur les crimes, et le procureur, qui poursuit les criminels. Voici leurs histoires. »

Une unité spéciale de la police de New York dirigée par le lieutenant Olivia Benson, est chargée d'enquêter sur les crimes sexuels, en prenant en charge les victimes. Les enquêtes sont désormais menées par les inspecteurs Dominick Carisi et Amanda Rollins, accompagnés de Odafin Tutuola. Ces policiers sont volontaires et confrontés aux crimes à connotation sexuelle, quelles qu'en soient les victimes.


Cette série met en scène tous les acteurs du système judiciaire américain dans l'arrondissement de Manhattan, l'un des cinq arrondissements de la ville de New York. On assiste ainsi à la découverte d'un crime, puis à l'enquête de police et à l'instruction judiciaire jusqu'au procès. Cette série est basée sur un rythme très serré, sans temps morts. Mais il y a peu de scènes spectaculaires ou violentes, le rythme est donné par la progression de l'enquête et par les arguments échangés au procès entre l'accusation et la défense.

Accroche
« Dans le système judiciaire, les crimes sexuels sont considérés comme particulièrement monstrueux. À New York, les inspecteurs qui enquêtent sur ces crimes sont membres d'une unité d'élite appelée Unité spéciale pour les victimes. Voici leurs histoires

Les personnages récurrents (policiers, procureurs, avocats) sont caractérisés mais ils sont exclusivement au service de l'action. On sait peu de choses sur leur vie privée, on ne les voit pas en dehors de leur travail.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 7486
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr/
Date d'inscription : 09/11/2005

MessageSujet: Re: the London Jazz Composers Orchestra Politics   Jeu 22 Sep à 10:26

A Madame Sand
Gérard de NERVAL (1808-1855)

"Ce roc voûté par art, chef-d'oeuvre d'un autre âge,
Ce roc de Tarascon hébergeait autrefois
Les géants descendus des montagnes de Foix,
Dont tant d'os excessifs rendent sûr témoignage."

O seigneur Du Bartas ! Je suis de ton lignage,
Moi qui soude mon vers à ton vers d'autrefois ;
Mais les vrais descendants des vieux Comtes de Foix
Ont besoin de témoins pour parler dans notre âge.

J'ai passé près Salzbourg sous des rochers tremblant ;
La Cigogne d'Autriche y nourrit les Milans,
Barberousse et Richard ont sacré ce refuge.

La neige règne au front de leurs pies infranchis ;
Et ce sont, m'a-t-on dit, les ossements blanchis
Des anciens monts rongés par la mer du Déluge.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: the London Jazz Composers Orchestra Politics   

Revenir en haut Aller en bas
 
the London Jazz Composers Orchestra Politics
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Bloody London
» Jimmy Jacobs & Paul London Vs John Morrison & Ben Arfa & Christiano Ronaldo & Chris Jericho & Goldust
» Hbk Vs Paul London
» LE SWINGING LONDON
» LE JAZZ ET LE BLUES DU VIEUX SUD

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le clans des mouettes :: Le clans des mouettes-
Sauter vers: